Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les Arabes du Levant en Argentine

 | 
Michel Nancy
, 
Élisabeth Picard

Introduction

Fernando J. Devoto
Traductor: Sylvie Haas

Texto completo

1Les travaux réunis dans le présent ouvrage sont le fruit d’un accord de coopération internationale entre le Centro de Estudios Migratorios Latino-Americanos de Buenos Aires (cemla) et l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman d’Aix-en-Provence (iremam). Ils ont été financés et menés sous les auspices de deux organismes scientifiques nationaux : respectivement le conicet argentin et le cnrs français. Nous voudrions ici rendre hommage à Estela Biondi, aujourd’hui décédée, qui a joué un rôle décisif dans la conclusion de cet accord et dans les premières étapes de cette recherche commune.

2La caractéristique saillante de ce projet franco-argentin est l’interdisciplinarité des membres qui ont participé à ce programme : historiens et linguistes, sociologues et politologues. Tout au long des années soixante, l’interdisciplinarité est devenue une consigne générale dans les sciences sociales, surtout parmi les historiens désireux d’importer la terminologie conceptuelle, les modèles et les méthodes des disciplines de pointe voisines des leurs. Cette même consigne concernait à la fois les nouveaux historiens français de la période braudélienne (comment ne pas rappeler ici le fameux article de Braudel « Histoire et sciences sociales » qui résumait déjà tout le programme) et les nouveaux historiens argentins. Les résultats furent, comme on le sait, plutôt décevants. L’interdisciplinarité consista plus en une rhétorique qu’en une pratique concrète, plus en emprunts sectoriels qu’en projets de recherche communs. Elle aspirait à fonder de grands principes généraux, à définir des cadres théoriques globaux, à partir desquels serait menée la collaboration, plutôt qu’à entamer une pratique concrète conjointe « au ras du sol ». La collaboration interdisciplinaire se heurta à de grandes difficultés : l’absence d’un langage commun, des méthodes de travail totalement différentes, issues d’une longue tradition spécifique à ces disciplines, et à des liens sociaux et institutionnels eux aussi différents et, bien souvent, concurrents. On se souvient ici des difficultés de collaboration entre historiens rénovateurs et économistes de la cepal dans le milieu latino-américain, ou de la concurrence institutionnelle - sous couvert d’excuses théoriques - entre historiens et sociologues dans la France du xxe siècle.

3Les dernières années du xxe siècle ont rendu tout le monde plus modeste et la crise « des grands récits » en histoire, ou celle, en sciences sociales, des modèles épistémologiques forts, ont permis l’apparition d’un nouveau cadre de collaboration entre chercheurs de différentes disciplines. C’est dans cet espace nouveau, autour de questions spécifiques et de recherches concrètes, que s’est épanoui notre projet. Les résultats nous en semblent plus prometteurs. Ils permettent de vérifier une fois de plus combien les problèmes concrets permettent de valoriser pleinement la collaboration entre chercheurs de différents « métiers » et de placer cette collaboration sur un terrain non seulement très fertile mais aussi totalement différent de celui qu’on pouvait imaginer à partir d’approximations macrostructurelles.

4Sans aucun doute, le thème migratoire se prête particulièrement bien à un travail interdisciplinaire, car il est très concret, mais permet également, à partir de cet aspect concret, d’élargir la recherche à des questions et des mécanismes plus généraux de fonctionnement de la société. D’une certaine façon, on pourrait dire que la migration constitue l’un de ces phénomènes sociaux du type que Marcel Mauss dénommait « fait social total ». C’est dire que sa spécificité peut s’étendre à la société dans son ensemble. Jusqu’à présent, peu de travaux avaient été menés de concert entre chercheurs français et latino-américains. Pourtant, certaines recherches communes avaient été menées dans les années soixante, par des sociologues et des historiens, français et argentins (par exemple les projets du Centre de recherches historiques de la VIe section de l’École pratique des hautes études et du Centre d’histoire sociale de la Faculté de philosophie et de lettres de l’Université de Buenos Aires), ou par des sociologues et des démographes comme G. Germani et T. Di Tella du côté argentin et des chercheurs français ou francophones comme A. Touraine ou A. Meister.

5L’absence de collaboration, que ce projet commun vient combler après de longues années, a longtemps empêché les chercheurs argentins d’enrichir leur vision des apports issus non seulement d’autres disciplines, mais d’un pays comme la France, riche d’une tradition particulière de l’analyse sociale dans le domaine de l’ethnicité et des migrations. En effet, en Argentine, les études sur les migrations ont connu un développement considérable depuis le retour de la démocratie en 1983. Et la connexion entre les deux phénomènes, sous forme d’une relecture plus complète et plurielle de l’identité nationale, est nettement visible. Cependant les influences intellectuelles externes sont venues essentiellement du monde universitaire anglo-saxon et non de France. Certes, ces influences n’étaient pas, comme l’ont laissé entendre certaines visions superficielles, essentiellement ou exclusivement nord-américaines. Au contraire, l’école australienne de Canberra, à travers le concept de « chaîne migratoire », et la « network analysis » de l’école anthropologique de Manchester ont marqué d’un grand impact les études argentines sur le thème. Et, chez les historiens surtout, la « micro-histoire » italienne a également pesé d’un grand poids. Il reste évident que l’historiographie ou les sciences sociales françaises en général nous ont beaucoup moins influencés. Et pourtant, même sans ces échanges, on peut dire que, par des voies différentes, Latino-américains et Français ne sont pas si éloignés dans leur manière d’aborder le phénomène. Dans les deux groupes, les notions de stratégie et d’expérience jouent un rôle explicatif central dans l’aspiration à reconstruire des objets sociaux. L’idée de migrants « pavloviens », objets inertes face aux changements des conditions macro-structurelles, a été définitivement abandonnée des deux côtés de l’Atlantique.

6Mais il ne s’agit pas de mesurer l’impact des influences théoriques françaises, et d’ailleurs là n’est pas le plus important. Il s’agit de confronter les expériences concrètes de recherche sur les groupes ethniques et les migrations du pourtour de la Méditerranée menées par les chercheurs de l’iremam avec celles des chercheurs argentins. Ces deux recherches présentent des points communs : on y examine des sujets sociaux en interaction avec des États nationaux (La France ou l’Argentine) résolument intégrationnistes ; et l’on y examine également des sociétés dans lesquelles règne l’idéologie hégémonique du « creuset » comme horizon démocratique.

7D’où des politiques publiques assimilationnistes très actives, tout spécialement dans le domaine de l’éducation ; mais également le fait que ces politiques sont considérées par la grande majorité des intellectuels progressistes (influence de l’héritage jacobin en France comme en Argentine) comme « politiquement correctes ». Comment cette dialectique entre politiques publiques très actives et groupes ethniques génère-t-elle des formes spécifiques d’expérience sociale et modèle-t-elle sinon l’identité, du moins le discours (la rhétorique) d’un groupe immigré comme les Syro-Libanais ? Ce groupe en soi est extrêmement complexe. D’une part, à cause de ses différences internes visibles (et soulignées, au moins dans le cas argentin, par une hétérogénéité religieuse originelle) combinée à une stratification sociale également très visible, car découpée selon les mêmes lignes d’appartenances confessionnelles. D’autre part, à cause de l’extraordinaire ambiguïté qui résulte d’images et de préjugés, majoritairement négatifs, qui affectent cette immigration exotique, non européenne, peu prestigieuse dans la hiérarchie des élites, mais qui connaît en même temps un extraordinaire succès dans les domaines économique, et souvent politique dans certaines régions d’Argentine. En réalité, cette combinaison de succès économique et de valorisation sociale ne constitue pas non plus un cas typique de ce qu’on appelle en sociologie « un gain de statut ». Dans beaucoup de régions d’Argentine les Syro-Libanais constituent déjà à la fin du xxe siècle la classe dominante et ne sont plus, comme cela était parfois le cas un demi-siècle auparavant, ces parvenus qui laissaient paraître (d’après ce qu’affirmaient les élites intellectuelles argentines de l’entre-deux-guerres au sujet des immigrants ou de leurs enfants) les signes sociaux ou linguistiques visibles de leur ascension sociale ou de leur arrivée récente dans un pays nouveau ce qui, selon les termes de la célèbre revue Sud, les rendait différents de ceux qu’on appelait les « Argentins sans effort ».

8Le temps n’a fait qu’exaspérer ces ambiguïtés et la présence d’un président d’origine syro-libanaise qui a réveillé l’enthousiasme des secteurs socialement les plus traditionnels, grâce au soutien aux politiques publiques qu’il mène, ne fait que rendre plus complexe la question qui nous occupe. Comment définir la véritable identité de Menem ? Si nous nous attachons à un indicateur classique des sciences sociales, tel que le comportement matrimonial, nous sommes conduits à conclure que le caractère endogame du Président révèle la persistance de formes d’identité ethniques ; en revanche, si nous considérons ses habitudes sociales et son discours (par exemple sa célèbre auto-identification instrumentale à un « caudillo » régional, Facundo Quiroga) notre conclusion penche dans le sens inverse. Pour le chercheur en sciences sociales, toute la richesse de l’énigme des Turcos dans la société argentine se trouve dans cette exacerbation des ambiguïtés de leur situation et dans la difficulté à saisir aujourd’hui les identités de la deuxième et troisième générations.

9Tous ces facteurs ne sont finalement pas l’héritage du seul groupe syro-libanais mais celui plus général des immigrants européens et méditerranéens dans un pays qui a construit, à partir de ses élites, une idéologie associant d’une part, immigration d’outre-mer et progrès et, d’autre part population autochtone et retard. Les immigrants étaient évidemment méprisés par cette élite et des conflits interethniques se développaient non seulement entre les anciennes élites et les nouveaux arrivants qui aspiraient à s’y intégrer, mais également dans la vie des organisations syndicales et plus généralement dans la vie quotidienne des travailleurs. Malgré tout, ces mêmes immigrants, même les moins appréciés d’entre eux (les exotiques, « juifs russes », ou les Turcos) étaient presque toujours considérés plus favorablement que les natifs d’Argentine (la population indigène d’avant les migrations).

10Les travaux réunis dans ce volume ont cherché à cerner certaines de ces ambiguïtés à partir de différentes perspectives et de différentes sources, d’entretiens et d’enquêtes, de la presse « ethnique » et des archives publiques. Si les réponses ne semblent pas totalement concluantes, nous espérons au moins que ces recherches auront aidé (ce qui est le plus important) à mieux formuler nos questions.

Índice de ilustraciones

URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2948/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 155k

Autor

Sylvie Haas (Traductor)

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1998

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Comprar