Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conception, naissance et petite enfance au Maghreb

Le plomb dans le lait maternel et dans les cheveux des nourrissons d’une population vivant dans une zone d’épandage des eaux usées de la ville de Marrakech

A. Sedki, J.-C. Pihan et N. Lekouch

Texte intégral

Introduction

1La présence dans les denrées alimentaires de métaux traces tel que le cadmium, le plomb, le mercure…, éléments ubiquitaires et indésirables, les rends rapidement nuisibles pour l’organisme humain (Casey et al., 1985 ; Belavady, 1986). Ces métaux n’ont en outre selon les connaissances actuelles, aucune valeur biologique pour l’homme.

2L’étude de la répartition et de l’imprégnation du lait maternel par les métaux toxiques tel que le plomb… présente donc un intérêt majeur en nutrition infantile. Le nourrisson par ces besoins nutritionnels considérables liés à une croissance rapide, est un sujet très sensible au plomb. Son poids de naissance est doublé en 5 mois et triplé en 12 mois (Wibowo et al., 1986).

3Cette étude a été entreprise chez une population féminine composée de plus de 600 femmes vivant sédentairement dans le champ d’épandage des eaux usées. C’est une population homogène avec le même mode de vie et un niveau socio-économique très défavorable.

4Dans des études ultérieures entreprises depuis 1987 dans le champ d’épandage des eaux usées de la ville de Marrakech, nous avons constaté une forte pollution de plusieurs compartiments tels que les eaux usées, les sols et les végétaux (Sedki et al., 1991, Nejmeddine et al.. ; 1992 ; Fars et al.., 1993). A l’égard de ces résultats et de la forte mortalité infantile 67 ‰ et le nombre élevé des fausses couches remarquées dans cette zone, nous avons essayé dans le présent travail de répondre à plusieurs questions concernant la contamination du lait maternel, aliment principal des nourrissons par le plomb.

Matériel et méthodes

5Les échantillons du lait maternel et celui des cheveux de bébés ont été collectés chez 127 femmes (âge : entre 16 et 36 ans) et 50 nourrissons de moins d’un an dans un village (Douar Sraghna) qui se trouve dans la zone d’épandage des eaux usées de la ville de Marrakech.

6Pour ce qui concerne les témoins, nous avons effectué un prélèvement du lait maternel chez 50 femmes et 50 nourrissons vivant dans un village près de la vallée de “l’Ourika” à 60 km de Marrakech vers le Sud. La population vivant dans ce village est homogène, présentant presque le même mode vie et le même niveau socio-économique que la population étudiée, de plus elle est loin de toute pollution émanant des eaux usées et/ou de l’atmosphère.

7La minéralisation des échantillons analysés (lait maternel et cheveux des bébés) a été effectuée selon les techniques de minéralisation préconisées par Arnaud et al., 1991 et Pineau, 1987. Les dosages ont été effectués par spectrophotométrie d’absorption atomique (PERKIN ELMER modèle 305 B).

Résultats et discussion

Teneurs en plomb dans le lait maternel

8Le plomb existe dans le lait à la dose normale de 10 mg/l. Il est susceptible de grande variation si ce métal contamine la ration alimentaire (Morre, 1974).

9Dans notre cas nous avons trouvé une valeur de 58 mg/l qui est une valeur beaucoup plus élevée que la valeur normale et presque quatre fois plus élevée que la valeur notée chez les témoins (15 mg/l). Elle est plus importante également que celle signalée par Dabeka 1989 (23 mg/l) et celle du même auteur en 1986 (55 mg/1). Néanmoins, notre valeur est plus basse que celle de Brunh et Franke en 1977 (60,5 mg/l).

10Vu le manque de normes internationales (FAO/OMS), notamment pour ce métal à l’égard des nourrissons et des petits enfants (FAD) la Food and Drug Administration a proposé sur la base des travaux de plusieurs auteurs, des doses maximales journalières en Pb de 0,1 mg (0,7 mg/semaine) pour un nourrisson jusqu’à l’âge de 10 mois étant donné les effets métaboliques induits par le plomb.

11La valeur notée dans notre cas (0,5 mg/semaine) risque de poser un problème étant donné qu’elle est proche de la valeur normale recommandée. De plus, il faut signaler qu’à partir de 4 mois, les enfants commencent à se nourrir de denrées végétales (pomme de terre, carotte…) produites localement et riche en Pb, en plus du lait maternel, ce qui pourrait augmenter ce taux en Pb ingéré par semaine.

Teneurs métalliques dans les cheveux des nourrissons

12Afin de détecter le plomb chez le nourrisson qui se nourrit principalement du lait maternel, nous avons dosé ce métal dans les cheveux car les phanères en général et les cheveux en particulier sont des voies d’élimination des métaux traces, surtout ceux qui sont doués d’affinité pour les groupes thiols (arsenic, mercure, plomb, cadmium…).

13La valeur de Pb notée dans les cheveux de ces bébés 0,32 mg/g est largement plus importante que celle des bébés témoins (0,1 µg/g). Cette valeur élevée, reflète une contamination des bébés en plomb. En effet, plusieurs auteurs s’accordent à dire que les conséquences de la contamination par le plomb, sont plus importantes chez l’enfant et le bébé que chez l’adulte, par le risque de lésions du système nerveux central, encore immature (Delour, 1989). L’absorption de ce métal se fait par un mécanisme actif, il entre en compétition avec le fer et le zinc. Chez le nourrisson, le coefficient d’absorption du chlorure de plomb par exemple est de 50 % et encore renforcé en cas de carence martiale. Il n’est que de 10 % chez l’adulte (Delour, 1989).

Sources de contamination des mères allaitantes

14La concentration en plomb dans le lait maternel n’est pas une constante, elle varie en fonction de multiples paramètres. En effet, contrairement à la taille et au poids, l’âge des mères à une importance majeure sur cette variation. Les femmes les plus âgées présentent les teneurs les plus élevées en Pb (tableau).

15D’autre part, L’habitat et le niveau socio-économique défavorable semblent avoir également une influence, dans la mesure où ces lieux ne présentent pas les conditions favorables pour une bonne hygiène, ce qui rend les femmes plus vulnérables, et plus exposées aux polluants émanant des eaux usées. L’exposition aux poussières et le contact direct avec les eaux usées ont aussi une influence sur cette contamination.

16De plus ces femmes ont des coutumes et habitudes alimentaires particulières. Ainsi, pour traiter des maladies ou pour le maquillage, elles utilisent des produits minéraux qui sont parfois très riches en Pb tel que le Khôl (cosmétique oculaire 70 % de Pb) (Khassouni, 1993). Cependant, nous pensons que, en dehors de tous ces paramètres cités, la principale cause des variations du taux des métaux dans l’organisme des femmes allaitantes est le facteur alimentaire (Edward et al., 1982). L’enquête auprès de ces femmes nous a montré que le régime alimentaire n’est pas trop varié et il est basé surtout sur les céréales et les légumes. L’examen des résultats révèle que les denrées de cette zone sont très chargées en Pb (Sedki et al., 1990). Pour les denrées animales, nous avons constaté que les reins et le foie des bovins et des ovins sont les organes les plus chargés en Pb. (Sedki 1990)

17Ce taux élevé en Pb des produits animaux et végétaux est une conséquence de la forte charge en ces métaux dans les sols de cette zone pollué (Fars et al., 1993).

Teneurs moyennes en plomb (en µg/l) dans le lait maternel

Teneurs moyennes en plomb (en µg/l) dans le lait maternel

Conclusion

18Les concentrations en plomb déterminées dans le lait maternel des femmes vivant dans la zone d’épandage des eaux usées de la ville de Marrakech sont très élevées. Elles sont proches des maximales recommandées par les organismes internationaux.

19Les nourrissons allaités avec ce lait contaminé présentent des concentrations plus importantes que celles des témoins, ce qui révèle une forte contamination de ces nourrissons.

20Les sources de cette pollution sont diverses dans cette zone, mais les plus remarquables sont les denrées animales et végétales.

21Il semble donc possible d’admettre que la population de cette zone en général et les bébés en particulier sont menacés par le danger émanant des métaux toxiques de ces eaux usées.

Bibliographie

Références

Arnaud J., Fivier, A. et Alary J., 1991, “Méthodes de dosage du Zinc dans le lait humain”, Lait, 71, 87-97.

Belavady B., 1986, “Lipide and trace element composition of human milk”, Acta Paed, Sca., 566-576.

Bruhn J.C. et Franke, A.A., 1977, “Trace metal and protein concentration in California market milks”, J. Food. Prot. 40 (3), 170-173.

Casey E.C., Hambrige K.M. et NEVILLZ, M.C., 1985, “Studies in human lactation”, Am. J. Clin Nutr. 41, 1193-1200.

Dabeka R.W., Karpinki K.F, Mackenzi, A.D. et Bajdik C.D., 1986, “Survey of levels with environmental and food factors”, Food. Chem. Toxic, 24 (9), 913-921.

Dabeka R.W., 1989, “Survey of lead, Cadmium, Cobalt and Nikel in infant formulas and evaporated milk and estimation of dietary intakes of the elements by infants 0-12 Months old”, Sci. Tot. Environ, 89, 279-289.

Delour M. et Squizani F, 1989, “Intoxication saturnine chronique du jeune enfant”, Rev Pediat., 1, 38-47.

Edward M., Miserez A. et Zimmerl B., 1982, “Infant exposure of Lead, Cadmium, Zinc and Selenium by Food”, Chim. Alim. Hyg., 73, 394-411.

Fars S., Sedki A. et A. Nejmeddine A., 1993, “Devenir des métaux lourds dans le sol et sous-sol de la zone d’épandage des eaux usées de la ville de Marrakech (Maroc)”, Colloque international sur Hydrogéologie des milieux fissurés, Marrakech, 22-28, avril, 138-145.

Khassouani F.Z., 1993, “Utilisation du khol et risque d’intoxication chronique au plomb”, Thèse de 3ème cycle, Fac.Sci. Marrakech, 177 p.

Morre J., 1974, “Les métaux, agents de pollution du lait. Leur dosage par spectrophotomètrie d’absorption atomique”, Lait, Cont. 34, 139-154.

Nejmeddine A., Sotier P., Dhainaut-Courtois N. et Baret J.L., 1992, “Isolation and characterisation of a Cd-binding protein from Allolobophora caliginosa”, Comp. Biochem. Physio., 101, 3, 601-605.

Pineau A., 1987, “Contribution à l’étude de l’élimination des éléments traces par les produits de la sécrétion pileuse”, thèse d’Etat, Fac. Pharmacie, Nantes, 270 p.

Sedki A., 1990, “Etude écotoxicologique de la contamination métallique d’un écosystème terrestre de la zone d’épandage des eaux usées de la ville de Marrakech”, Thèse de 3ème cycle, Fac. Sci. Marrakech. 177 p.

Sedki A. et Pihan J.C, 1991, “Use of earthworms like indicators of soil heavy metals in wastewater spreading fields of Marrakesh city (Morocco)”, Comp. Mech. Pub., 107-114.

Wibowo A.A., Herber R.F.M., Das H.A., Roleveld N. et Zielhuis R., 1986, Levels of metals in hair of young children as an indicator of environmental pollution, Environ Res., 40, 346-356.

Table des illustrations

Titre Teneurs moyennes en plomb (en µg/l) dans le lait maternel
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2933/img-1.jpg
Fichier image/, 26k

Auteurs

Sedki A., Université Cadi Ayyad, Faculté des sciences Semlalia, Département de biologie, Laboratoire d’écologie humaine, Marrakech, Maroc.

Pihan J.-C, Laboratoire d’écotoxicologie, Université de Metz, France.

Lekouch N., Université Cadi Ayyad, Faculté des sciences Semlalia, Département de biologie, Laboratoire d’écologie humaine, Marrakech, Maroc.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter