Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conception, naissance et petite enfance au Maghreb

Changements dans les régulateurs culturels et sociaux de la vie féconde des femmes espagnoles et marocaines

Implications biologiques et conséquences pour la santé

Cristina Bernis

Texte intégral

Introduction

1L’adaptation des populations à leur environnement, chacune avec son éventail unique de facteurs conditionnants, a permis une variation biologique considérable. En déterminer l’ampleur et surtout en identifier les causes, les raisons et les conséquences biosociales, est le but principal de la biologie des populations. Cependant, les ajustements des populations à la pression du milieu dans les groupes humains, impliquent non seulement des réponses physiologiques mais aussi des comportements qui, à leur tour, ont des répercussions biologiques. Ceci crée une interaction bioculturelle complexe, mal connue et dont les conséquences sont souvent sous-estimées.

2La variabilité dans les processus reproductifs constitue l’un des problèmes les plus intéressants de l’ajustement adaptatif des populations, puisqu’il associe l’étude de la variabilité du mécanisme de transmission différentielle des gènes, aux conséquences sociales, politiques, économiques et de santé materno-infantile, que différents modèles de reproduction ont sur les groupes humains. La reproduction humaine, en effet, est probablement le lieu où l’interaction entre mécanismes physiologiques et comportements sociaux engendre le plus ample éventail de réponses adaptatives. L’évaluation de l’importance relative des différents facteurs biologiques et socio-culturels sur la vie féconde est toujours une cause de controverse ; ses implications aussi bien micro-évolutives (Bernis, 1990) que sanitaires, macro-économiques et politiques, attirent l’attention des gouvernements, des militaires, des religieux, des organisations de santé, etc. Il est difficile de trouver un autre domaine où le comportement humain provoque un si grand impact individuel et social.

3Les sciences sociales attribuent la variabilité de la fécondité à des modèles comportementaux différents et empruntent les approches économiques du type coût-bénéfice pour les comprendre. On associe donc ainsi la fécondité au bien-être de la population, aux processus dits de modernisation qui changent les normes sociales et les motivations. L’autosatisfaction personnelle conditionne les attitudes reproductrices : moins d’enfants permet une plus forte autoconsommation et plus de temps libre personnel. Les sociologues définissent une adaptation à la norme sociale des dimensions familiales, également en fonction de l’utilisation du temps personnel et des changements du mode de vie.

Fig. 1 Déterminants biologiques de la vie féconde

4Depuis les années soixante, les modèles démographiques ont incorporé les conditionnants biologiques de la vie féconde (Henry, 1958, 1979 ; Short, 1976 ; Bongaarts et Potter, 1983) quoiqu’on discute encore leur importance relative sur la fécondité totale. Les résultats obtenus sur la transition démographique en Europe (Coale et Watkins, 1986) et ceux de l’Enquête mondiale de la fécondité, ont démontré cependant que le changement biologique passif résultant de la transformation économique est très simpliste et qu’en fait, aussi bien en Europe que dans les pays en développement, les déterminants de la vie féconde varient selon des circonstances économiques et sociales très diverses. D’une certaine façon, ce sont les systèmes de valeur des traditions culturelles qui pèsent le plus lourd dans la prédiction du changement.

5Les évidences accumulées dans les études de populations qui analysent la vie reproductrice complète des femmes et non pas seulement le nombre des descendants, contredisent aussi la vision réductrice d’un changement automatique comme réponse au changement socio-économique.

6Le développement de l’écologie évolutive des deux dernières décennies introduit un cadre théorique de références pour l’interprétation de la variabilité comportementale dans notre espèce, et évalue les régularités des réponses phénotypiques possibles aux problèmes et opportunités qu’offre l’environnement (Smith, 1983). L’établissement de ce cadre présente deux avantages :

  1. il évite les déterminismes génétiques du comportement social que pose la socio-biologie et le simplisme des attitudes par lesquelles de nombreux démographes et sociologues prédisent des changements dans la reproduction.
  2. il permet de mesurer de façon empirique le binôme coût-bénéfice, que des conduites alternatives peuvent procurer dans des situations écologiques semblables ou celui d’une même conduite dans des conditions écologiques différentes.

Fig. 2 Facteurs biologiques, écologiques et comportementaux qui déterminent la vie féconde

7Dans ce contexte, notre approche est la suivante : la vie féconde de la femme possède des déterminants biologiques qui en règlent le début, la fin et le déroulement. Étant le résultat des processus d’évolution de notre espèce, ils sont caractéristiques de l’Homo sapiens (figure 1) et ont une forte plasticité de réponse en fonction des facteurs écologiques et sociaux. Ce sont les facteurs limitants du milieu qui règlent le bilan énergétique et les stratégies reproductrices liées aux structures socio-économiques et aux traditions culturelles, qui sont en dernier lieu responsables de la majeure partie de la variabilité intra et interpopulationnelle de notre fécondité. Les publications sur la variabilité des déterminants biologiques de la vie féconde sont rares et pour la plupart descriptives (Treolar, 1974 ; Frank et al., 1991, Horne, 1988) ; très peu d’entre elles envisagent des interprétations écologiques ou comportementales (Borgeroff-Mulder, 1989 ; Varea, 1993).

8La figure 2 résume ces trois niveaux de complexité essentiels pour comprendre la variabilité de la vie féconde : la biologie de la reproduction chez les groupes humains dépend donc des facteurs socioculturels des populations, qui agissent par deux voies différentes :

9- l’une passive à travers les facteurs écologiques qui règlent le bilan énergétique (Frisch 1978, 1987 ; Ellison, 1991), incluant le pouvoir d’achat (Margalef, 1971) et l’autre active à travers les comportements sociaux contrôlés.

10Le contrôle passif s’établit parce que l’accès à une alimentation suffisante et adéquate dépend des conditionnements économiques et que la distribution différentielle des aliments selon l’âge et le sexe dépend des systèmes de valeurs traditionnels (Unicef, 1985). Par ailleurs, l’activité physique quotidienne et les niveaux de stress émotionnel dépendent du rôle traditionnel de la femme dans l’organisation sociale et dans l’exploitation de l’énergie nutritionnelle, mais aussi du développement technologique et économique qui substitue progressivement l’énergie culturelle à l’énergie musculaire dans les activités quotidiennes.

11Nous considérons que la régulation de la vie reproductrice à travers ces facteurs est passive, car il n’y a pas d’intervention d’attitudes concrètes de différenciation, mais simplement des modèles variables de bilan énergétique qui déterminent différents âges de début et de fin de la période féconde, cycles menstruels de différents niveaux d’efficacité (Frisch, 1978 ; Ellison, 1991 ; Rosetta, 1990) et différentes probabilités de fécondation, gestation et viabilité des descendants (Liestol, 1989 ; Whyshak, 1983 ; Madrigal, 1991, Varea et al., 1993).

12Le contrôle actif de la vie féconde se réalise à travers les conduites sociales ou individuelles actives qui en utilisent de façon différentielle les potentialités biologiques. Les valeurs sociales et les facteurs économiques de chaque société déterminent la variabilité de l’âge d’accès à la reproduction, l’écart d’âge entre chaque enfant, le type d’allaitement, le moment de l’apport d’autres aliments, la fin de la reproduction avec une dimension familiale déterminée, ainsi que les moyens de la contrôler.

13Les populations de tradition musulmane se caractérisent par une régulation sociale qui tend à maximiser l’utilisation de la vie féconde au niveau de la population par un mariage universel, par un accès précoce à la reproduction et par une progéniture nombreuse. Pour cette raison, dans les régions ou coexistent ou ont coexisté des populations musulmanes et non musulmanes, les premières montrent une fécondité supérieure, même lorsqu’on les compare à d’autres populations à fécondité élevée, comme dans l’Espagne médiévale sarrasine (Caro Baroja, 1976), comme dans l’ancienne Union soviétique, ou comme dans l’Inde actuelle.

14Les ressemblances entre modèles culturels et normes sociales, déterminent une situation atypique à l’intérieur du contexte économique de réduction de la fécondité, puisque dans un large éventail de situations socio-économiques, elles occasionnent un taux de natalité élevé et uniforme (Youssef 1978 ; Nagi, 1983 ; Varea, 1990 ; Bernis et Varea, 1990 ; Donaldson, 1991).

15La figure 3 schématise les principales différences des valeurs sociales liées à la reproduction entre populations d’écosystèmes urbains modernes et d’écosystèmes ruraux traditionnels, qui peuvent servir à illustrer les différences entre l’Espagne et le Maroc. Il y a bien entendu une grande variabilité dans les indicateurs qui permettent d’évaluer le changement des normes reproductives dans les deux pays. Cette régulation différente de la vie féconde par des normes culturelles est ce qui rend spécialement intéressante la comparaison de la variabilité des indicateurs biologiques entre populations marocaines et espagnoles, considérant en plus que toutes deux partagent une longue période d’histoire commune pendant laquelle il y a eu échange de gènes et de modèles culturels. Par ailleurs, le processus de transformation des écosystèmes urbains modernes en cours au Maroc, présente d’importants parallélismes avec celui qui eut lieu en Espagne, lequel peut servir de référence pour l’évaluation des conséquences de la transformation de la vie féconde sur la santé des femmes.

Fig. 3 Schémas de la reproduction dans les populations traditionnelles et dans les populations urbaines modernes

16C’est pourquoi nous comparons ci-après les déterminants biologiques de la vie féconde et ses régulateurs culturels, dans des populations marocaines et espagnoles. Les données utilisées proviennent de trois sources principales :

  • lorsque il s’agit des données globales de populations totales, elles datent de la première moitié des années quatre-vingt (sauf indication contraire) et proviennent des instituts nationaux de statistiques de chaque pays ou des Nations Unies (Direction de la statistique, 1984 ; OMS, 1986 ; ONU, 1991 ; UNICEF, 1985-94, INE, 1986).
  • lorsqu’il s’agit de déterminants biologiques ou sociaux de fécondité, aussi bien en Espagne que pour les populations des pays arabes, le Maroc inclus, ils procèdent de différentes publications qui exploitent l’enquête mondiale de fécondité, et l’enquête nationale espagnole (Hobcraft et Casterline, 1983 ; Hobcraft et McDonald 1984 ; Ligthbourne et Sing 1982 ; Sing et Ferry, 1984 ; INE, 1986)
  • lorsqu’il s’agit d’histoires reproductrices complétées de femmes de populations définies, qu’elles soient marocaines ou espagnoles, nous utilisons principalement les résultats de nos propres recherches qui recouvrent des populations rurales et urbaines et un laps de temps de plus de dix ans. (Crognier, 1989 ; Crognier et al., 1993 ; Varea, 1990a et b, 1993 ; Varea et al. 1993 ; Varea et Bernis, 1991 ; Naber, 1989 ; Hilali, 1985 ; Bernis 1974 ; Bernis, 1990 ; Bernis et Varea, 1991 ; Hernandez et Garcia Moro, 1989).

Description de la variabilité intrapopulationnelle et temporelle des déterminants biologiques et des régulateurs culturels de la vie féconde au Maroc et en Espagne

17La figure 4 schématise les différences les plus remarquables de la vie féconde des populations marocaine et espagnole. Les écarts moyens des déterminants biologiques de la vie reproductrice potentielle sont seulement de 5 ans ; les différences des déterminants culturels de la vie reproductrice réelle sont plus grands et se manifestent dans le déroulement de la vie féconde puisque les Marocaines mettent à peu près 15 ans pour avoir 4/5 enfants tandis que les 2 enfants en moyenne des Espagnoles sont conçus en 3 ans. Ceci détermine une différence biologique importante : les femmes marocaines connaissent en moyenne 213 cycles menstruels et les espagnoles 411. Les deux sociétés partagent l’attitude de natalité immédiate après le mariage avec des intervalles protogénésiques semblables, 62 % des Espagnoles ayant leur 1er enfant entre 8 et 12 mois après le mariage (INE, 1986).

Fig. 4 Différences les plus remarquables en durée et déroulement de la vie féconde des populations marocaine

18La figure 5 illustre la variabilité en durée et déroulement de la vie féconde dans les deux populations (Varea, 1990a ; Crognier et al., 1992 ; Bernis 1974 ; Bernis et al. 1994 ; Varea et Bernis, 1991 ; Hernandez et Garcia Moro, 1989).

19Les valeurs des populations marocaines de Marrakech, diffèrent de celles que les Nations Unies publient pour l’ensemble du pays, mais concordent avec celles de la Direction de la statistique (1984) et reflètent une vitesse d’évolution différente. Cette figure permet également d’approfondir l’étude de quelques-uns des aspects essentiels de l’interaction bioculturelle dans la variabilité de la vie féconde : Les femmes marocaines s’incorporent à la reproduction sans que leur fonction ovarienne ait mûri complètement, car elle n’a été fonctionnelle que 3 ans en moyenne, alors qu’il faut autour de 5 ans pour atteindre des niveaux hormonaux adultes et des cycles correspondant à 100 % d’ovulation. En revanche, toutes les populations espagnoles analysées, même celles à mariage précoce, ont largement dépassé l’âge de la pleine maturité.

20Le nombre de descendants est nettement supérieur dans les populations marocaines, de 4/5 enfants (moyenne nationale) à 8/5 dans quelques populations rurales (Direction de la statistique, 1984 ; Varea, 1990b ; Naber, 1989 ; ONU, 1991). Les populations espagnoles présentent également une certaine hétérogénéité dans les dimensions familiales (INE, 1986). Les populations rurales de Leόn et d’Almeria ont les envergures familiales les plus élevées, mais avec d’importantes différences pour les âges d’accès, de début et de fin de la vie reproductrice.

21Les différences de la fin de la vie féconde sont également très remarquables, avec peu d’années d’écart entre âge de dernière maternité et ménopause dans la population marocaine et dans la population de Leόn, tandis que les intervalles sont supérieurs à 15 ans pour le reste des populations espagnoles.

1 - Amizmiz, Varea, 1990 (rural)
2 - Marrakech, Crognier et al., 1992 (urbain)
3 - Leon (ES), Bernis, 1974 (rural) (urbain, migrants à Barcelone)
4 - Almeria, Varea et Bernis, 1991 (rural)
5 - Madrid, Bernis et al., 1994 (urbain)
6 - Barcelone, Garcia Moro et Hernandez, 1989
7 - Barcelone, Garcia Moro & Hernandez, 1989 (urbain)
Fig. 5 Variabilité en durée et déroulement de la vie reproductrice dans les populations marocaines et espagnoles

22La figure 6 représente la distribution des intervalles dernière maternité-ménopause dans les populations d’Amizmiz et d’Almeria. Remarquons que 37,4 % des femmes marocaines et 15,4 % des femmes espagnoles (d’Andalousie), ont eu leur dernier enfant 6 ans ou moins avant la stérilité définitive.

23Les figures 7 et 8 représentent le changement temporel des indicateurs essentiels de la vie féconde chez les femmes d’Amizmiz et chez celles du Leόn. Chez les Marocaines il n’y a pas de changement temporel pour les facteurs biologiques ni pour les facteurs culturels ; elles maintiennent la vie féconde pendant plus ou moins 15 ans pour mettre au monde 7 enfants, tandis qu’on observe chez les femmes du Leόn, une diminution de l’âge des premières règles seulement pour le groupe des plus jeunes. La durée de leur période reproductrice réelle est réduite de deux ans et la grandeur familiale l’est de 1,5 enfants par femme. Ceci implique que dans cette population pourtant d’une zone rurale pauvre et relativement isolée, les changements d’attitude relatifs aux dimensions familiales se sont manifestés avant même qu’aient lieu les améliorations matérielles. Celles-ci pourraient déterminer des changements passifs des déterminants biologiques de la période féconde. En fait, ni la nutrition, ni la dureté des tâches agricoles n’avaient changé. Même pas l’emploi des enfants comme bergers (Bernis, 1974). Une situation similaire peut se produire au Maroc.

Fig. 6 Distribution des intervalles dernière maternité-ménopause dans les populations d’Amizmiz et dAlmeria

Fig. 7 Analyse temporelle des déterminants de la vie féconde chez les femmes espagnoles (Leon)

Fig. 8 Analyse temporelle des déterminants de la vie féconde chez les femmes marocaines (Amizmiz)

24La figure 9 montre l’absence de changement séculaire de l’âge des premières règles des femmes du Maroc et d’autres pays arabo-musulmans. Il semble seulement qu’il soit plus précoce chez les adolescentes que chez les femmes ; les âges des premières règles varient de 13,2 et 13,8 ans chez les adolescentes étudiées à partir des années quatre-vingt (Loukid et Boetsch, 1989 ; Montero et Loukid, 1993) et entre 14,4 et 15,8 chez les femmes d’âges différents. Il est intéressant de constater que même chez les femmes du nord dont les âges des premières règles sont plus précoces, on n’observe pas de changement temporel, sauf celui que nous avons mentionné pour les adolescentes (Prado, 1992). A l’absence de changement temporel se joint l’absence de différences significatives de l’âge des premières règles chez les femmes de milieux ruraux et urbains ou de différents niveaux d’éducation pour les pays mentionnés sauf l’Egypte (tableau 1). Pour la population espagnole, il existe une information plus abondante, aussi bien sur la variabilité géographique que socio-économique et temporelle (Bernis, 1974 ; Bernis et al., 1976 ; Bernis 1980 ; Prado, 1982, 1984 ; Garcia Moro et Hernandez, 1986, 1989), quoique certaines différences socio-économiques, bien que réduites, se maintiennent (Bernis et al., 1994).

Fig. 9 Absence de changement séculaire de l’âge des premières règles des femmes du Maroc et d’autres pays arabo-musulmans.

Tableau 1. Âge de menarche par lieu de résidence et par niveau d’éducation de la femme dans quelques pays arabes

Tableau 1. Âge de menarche par lieu de résidence et par niveau d’éducation de la femme dans quelques pays arabes

Tableau 2. Indicateurs de normalité et dysfonction du cycle chez les adolescentes marocaines et espagnoles

Tableau 2. Indicateurs de normalité et dysfonction du cycle chez les adolescentes marocaines et espagnoles

(1 : durée moyenne en jours ; 2 : pourcentage de règles de plus de 6 jours ; IMC : indice de masse corporelle.

25La tendance est à la réduction de la fécondité chez les femmes marocaines et donc à l’augmentation du nombre de cycles menstruels, comme l’ont connu les Espagnoles. Dans le tableau 2, sont comparés quelques aspects des cycles menstruels chez les adolescentes marocaines et espagnoles. La description des cycles menstruels a été réalisée en utilisant la liste d’indicateurs de normalité et de disfonction établie par Bernis et al. (1994).

26Les adolescentes de Madrid à premières règles plus précoces, à indice de masse corporelle supérieur à 2 unités, à fréquence élevée de diètes amaigrissantes, tabagisme et vie sédentaire, présentent des cycles plus courts, plus réguliers que les Marocaines. Nous sommes frappés par le taux de douleurs menstruelles rapporté par les Marocaines. En ce qui concerne ces dernières, nous ne disposons d’aucune information ; Sing et Ferry (1984) apportent des données ponctuelles sur les premières règles et les schémas menstruels dans quelques populations arabes, qui peuvent nous servir de référence. Pour l’Egypte on a considéré le mois lunaire de 28 jours, ce qui explique le haut pourcentage de cycles plus longs qu’un mois (figure 10a). La grande prédominance de menstrues supérieures à 6 jours, (figure 10b) pourrait être due à l’importante progéniture de ces femmes ; les adolescentes marocaines, toutes nullipares et les femmes espagnoles à progéniture beaucoup plus petite, présentent une fréquence inférieure de menstrues prolongées.

Tableau 3. Âges de la ménopause en Espagne

Tableau 3. Âges de la ménopause en Espagne

Fig. 10 Régimes menstruels dans quelques populations arabes

Fig. 11 Fréquence des femmes qui se déclarent ménopausées dand quelques pays arabes. (Sing et Ferry, 1984) Maroc (Varéa, 1994) et Alcobendas (Bernis et al, 1994)

Tableau 4. Durée moyenne de l’aménorrhée par lieu de résidence et par niveau d’éducation de la femme dans quelques pays arabes

Tableau 4. Durée moyenne de l’aménorrhée par lieu de résidence et par niveau d’éducation de la femme dans quelques pays arabes

27Les données sur la ménopause sont rares au Maroc et aucune valeur moyenne ne dépasse 48 ans (Hilali 1986 ; Varea, 1990b, 1993 ; Bernis, 1990). Il en est de même pour la population espagnole, où la gamme de variation va de 47 ans pour les populations rurales, à 50 ans à Madrid (tableau 3). La figure 11 représente pour quelques pays arabes (Sing et Ferry, 1984) ainsi que pour nos propres données du Maroc et d’Alcobendas (Madrid), la fréquence des femmes qui se déclarent ménopausées en fonction de l’âge.

Allaitement, aménorrhée, intervalles intergénésiques et dimension familiale

28L’écart entre enfants est le déterminant principal de la dimension familiale. L’allaitement, les tabous post-accouchement et la contraception sont les mécanismes responsables de ces différences. L’abstinence post-accouchement est très réduite dans les pays arabes (entre 1-2 mois en Tunisie, 2,8 en Syrie, (Sing et Ferry, 1984), autour d’un mois et demi au Maroc (Bernis et al., non publié), et en Espagne (la quarantaine) quoi qu’il n’existe pas de données de populations. Cet arrêt limité n’a pas les mêmes répercussions importantes que pour beaucoup d’autres populations de l’Afrique sub-saharienne et de l’Asie où il est plus important.

29L’allaitement maternel, encore généralisé dans les pays arabes (Sing et Ferry, 1984 ; Hill, 1990), a une grande importance en tant que mécanisme qui supprime l’ovulation et augmente l’intervalle entre naissances, même si les implications démographiques sont discutables (Knodell, 1977). La figure 12a montre l’universalité de l’allaitement maternel dans quelques pays arabes et la figure 12b décrit la durée moyenne d’allaitement maternel et celle de l’aménorrhée, selon les données de l’enquête mondiale de la fécondité (Sing et Ferry, 1984). La durée de l’aménorrhée, selon le lieu de résidence et le niveau d’études au Maroc et dans d’autres pays arabes présente des différences significatives, en corrélation avec la durée de l’allaitement (Sing et Ferry, 1983).

Fig. 12 Durée moyenne de l’allaitement exclusif (1) : avec complément (2) : de l’aménorrhée : (3)

30Deux études longitudinales réalisées sur des nourrissons de Marrakech apportent d’intéressantes informations sur les modèles d’allaitement selon le niveau socio-économique et le milieu rural ou urbain. Belkeziz (1989) observe que 50 % des bébés sont sevrés à 10,6 mois, mais avec des différences socio-économiques car les classes sociales moins favorisées prolongent l’allaitement de deux mois par rapport aux classes aisées. L’âge d’introduction de bouillies solides ne varie pas selon les différences socio-économiques, mais le type de bouillie utilisé est différent : céréales traditionnellement pilées chez les classes défavorisées, produits commerciaux chez les classes plus aisées.

Tableau 5. Allaitement selon l’âge des mères dans une population rurale d’Espagne, Las Alpujarras, Almeria (Varea et Bernis, 1991)

Tableau 5. Allaitement selon l’âge des mères dans une population rurale d’Espagne, Las Alpujarras, Almeria (Varea et Bernis, 1991)

31Amor (1986) observe que le poids moyen à la naissance des nouveau-nés ruraux est plus bas que celui des urbains, mais il dépasse toujours 3 kg cependant. La croissance se ralentirait chez les ruraux à partir du 6e mois, tandis que le complément de la diète améliore le poids. La durée moyenne de l’allaitement est de 15,8 mois à Amizmiz, avec une variation de 3 mois selon l’ordre de naissance de l’enfant. Un quart des femmes allaite ses enfants 24 mois et le sevrage est en général drastique ; l’alimentation complémentaire commence à partir de 6-8 mois Varea (1990).

32Le retard dans l’introduction de l’alimentation complémentaire, peut être responsable de la croissance plus lente des enfants ruraux, surtout si nous considérons qu’au Maroc existe une fraction importante de population vivant au-dessous du niveau de pauvreté : 45 % dans les zones rurales et 30 % dans les zones urbaines. Ce retard intervient en dépit du fait que l’ingestion calorique per capita couvre largement les besoins de base (2 900 cal, soit 118 % des besoins, ONU, 1991).

33Pour l’Espagne, nous disposons de très peu de données fiables sur l’allaitement maternel (tableau 5). La tendance est celle des populations occidentales en général : une baisse du nombre d’enfants allaités ainsi qu’une réduction considérable de la période d’allaitement. Les résultats obtenus dans la population de La Alpujarra (Almeria), illustrent bien ce changement (Varea et Bernis, 1991). Pendant les dernières décennies il semblait y avoir un retour à l’allaitement maternel, surtout chez les femmes les plus instruites (Martin Clama, 1986). Cependant, alors que la femme marocaine prolonge l’allaitement encore aujourd’hui en vue de retarder la naissance de son prochain enfant, ce n’est plus le cas en Espagne.

34La durée moyenne des intervalles intergénésiques est de deux a trois ans (Crognier et al., 1993) et ils ne sont pas différents de ceux que l’on trouve dans la population rurale du Leόn (Bernis, 1974) ou dans diverses populations arabes qui ont été étudiées par Hobcraft et Casterline (1983) et Hobcraft et MacDonald (1984).

35La prévalence de la contraception était de 25 % au Maroc dans les années quatre-vingt et de 51 % pour l’Espagne, mais les données espagnoles sont peu fiables, même si elles proviennent de l’enquête nationale de fécondité.

Discussion

36Les changements de milieu et de comportement qui se sont produits sont suffisamment importants pour attendre un changement des processus biologiques de développement en général et de la fonction ovarienne en particulier, plus marqués dans la population espagnole qu’au Maroc, mais avec la même tendance. Quelques-uns de ces changements biologiques, comme l’augmentation de la taille, de l’indice de masse corporelle, la réduction de l’âge des premières règles et la diminution de la fécondité, sont bien documentés dans les populations espagnoles et commencent timidement à l’être dans les populations marocaines (Direction de la statistique, 1984 ; Loukid, 1989 ; Loukid et Montera, 1991 ; Montera et Loukid, 1993).

Tableau 6. Association de l’âge aux premières règles et des douleurs menstruelles chez les adolescentes marocaines

Tableau 6. Association de l’âge aux premières règles et des douleurs menstruelles chez les adolescentes marocaines

37Les changements des indicateurs biologiques de la vie féconde reflètent des ajustements homéostatiques aux équilibres énergétiques et sont liés aux processus ontogéniques et à la durée minimale du cycle vital. Simultanément, les changements dans le comportement de la vie génésique ont aussi des conséquences biologiques : diminution du nombre d’enfants, de la durée de l’allaitement, de l’aménorrhée, augmentation du nombre de cycles menstruels et en conséquence modification des niveaux hormonaux.

38La figure 13 montre l’association de la puberté précoce avec une augmentation des disfonctions du cycle menstruel chez les adolescentes espagnoles et une régulation plus rapide (Bernis et al., 1994). Les premiers résultats obtenus pour les adolescentes marocaines déjà mentionnées, semblent confirmer cette association (tableau 6). Les résultats obtenus dans les populations occidentales indiquent une vitesse différente de maturation de la fonction ovarienne en relation avec l’âge de la maturation sexuelle. Ainsi les premières règles tardives (supérieures à 14 ans) règlent leur fonction ovarienne à peu près 3 ans plus tard que les matures précoces à premières règles avant 12 ans (Apter et al. 1978 ; Apter et Vihkho, 1983 ; Vihko et Apter, 1984 ; Metcalf et al., 1983). Au niveau individuel, ces ajustements peuvent bien être des réponses permanentes comme l’âge des première règles et les différents types de cycles menstruels liés à cet âge, ou bien des réponse ponctuelles pour faire face aux différents stimuli environnementaux, comme par exemple les cycles plus longs lorsque l’apport calorique est bas, ou les oligoamo norrhées de femmes bien nourries qui font des régimes amaigrissants (Green et al., 1988 ; Pirke et al. 1989).

39En général, les populations traditionnelles à ingestion calorique globale insuffisante et pourcentage de graisse animale très bas et qui développent un effort physique important depuis l’enfance, même si elles sont capables d’économiser l’énergie pendant leurs activités quotidiennes comme suggéré par Maloiy et al. (1986), présentent des âges de premières règles plus tardifs, des cycles ovariens plus prolongés (Johnson et al., 1987 ; Wellens et al., 1992 ; Rosetta 1990) et des ménopauses plus précoces (Gray, 1976 ; Beall, 1983 ; Varea, 1990).

Fig. 13 Age aux premières règles et disfonctions du cycle menstruel chez les adolescentes de Alcobendas, Madrid

40Les niveaux d’hormones sexuelles dans le sang semblent être plus bas chez les femmes vivant en écosystèmes traditionnels, que chez les femmes occidentales (Ellison et Lager, 1987), quoique logiquement le schéma général du cycle soit le même. Les facteurs écologiques qui règlent la fonction ovarienne sont principalement ceux qui sont liés au bilan énergétique (Frisch 1979, Ellison 1991), et il paraît qu’ils agissent très tôt dans l’enfance à travers un ajustement homéorretique aux conditions du milieu. Cela veut dire que les effets des facteurs limitants demeurent définitivement chez l’adulte, comme par exemple une petite taille. Dans le cas de l’ajustement homéorretique de la période féconde, cela implique une durée plus courte pour faire face à des ressources limitées et à une forte dépense énergétique et éventuellement d’importantes répercussions sur la santé des femmes à la fin de leur vie féconde, puisqu’on a suggéré que l’ingestion calorique basse ou déficiente pendant la première enfance s’associe à une proportion plus basse de cancer du sein (Baanders et de Ward, 1992 ; de Ward et Trichopoulus, 1988). D’autres maladies cardio-vasculaires liées au surpoids, très communes chez les femmes occidentales, peuvent être liées à une puberté précoce, (Lavelle, 1994). Le poids relatif des facteurs de risque à travers puberté et ménopause tardives, schémas génésiques différentiels, etc., est encore peu connu, mais il s’agit sans doute d’une des aires de recherche les plus prometteuses.

41Il n’est pas surprenant que les populations à premières règles précoces aient des ménopauses plus tardives tel que semblent le suggérer nos données. Il faut considérer que le possible retard de l’âge de la ménopause dû à l’augmentation alimentaire, à l’émancipation des filles des tâches agricoles et à l’urbanisation progressive, se manifeste plus tardivement que le changement de l’âge des premières règles, puisque il nous faudra attendre que les adolescentes chez qui cette baisse a été détectée, atteignent l’âge de la ménopause. Il y a même une certaine controverse sur les changements possibles de l’âge de la ménopause (Bengstsson 1979 ; Mckinlay et al., 1972 ; Mckinlay et Brambilla, 1992 ; Pavelka et Fedigan, 1991).

42On peut travailler sur l’hypothèse suivante : aussi bien la quantité absolue de calories que de graisses animales dans la diète, augmentent le niveau d’hormones sexuelles stimulant le développement précoce du tissu adipeux, ce qui augmenterait la source d’œstrogènes périphériques (Ridder, 1992). L’accroissement absolu des niveaux d’hormones sexuelles est associé à des cycles plus courts et à un plus grand indice de masse corporelle. Ceci pourrait expliquer les différences interpopulationnelles en durée du cycle, plus longue chez les femmes à diètes plus végétariennes. L’augmentation absolue en hormones sexuelles est liée à une plus grande fréquence des cycles efficaces (ovulatoires et à phase lutéinique non déficiente).

Fig. 14 Prévalence de premières règles précoces (<12 ans) dans les populations marocaines et espagnoles

43Comme dans le cas des intervalles génésiques plus prolongés par l’allaitement maternel, l’impact démographique est très réduit. Cependant, ce sont des ajustements utiles au niveau individuel.

44Donc, les processus biologiques liés à la maturation sexuelle produisent une variabilité dans les disfonctions du cycle menstruel (Bernis et al., 1994), dans la fécondabilité le long de la vie fertile (Liestol, 1989 ; Whyshak, 1983 ; Madrigal, 1991) aussi bien que dans le risque relatif de maladies qui apparaissent à la fin de la vie féconde, comme le cancer du sein (Apter et Vihko, 1983 ; Jacobs et Philips, 1989 ; Lund, 1991). La constance avec laquelle semblent se produire ces associations et la sensibilité au changement de milieu naturel et socioculturel de la baisse de l’âge aux premières règles des adolescentes urbaines, permet de prévoir une augmentation de certaines dysfonctions du cycle, qui peuvent augmenter le risque d’histérectomisation ; on ne peut pas oublier, que le diagnostic le plus fréquent des hystérectomies, est “désordres de la menstruation” (Evans, 1979 ; Teo, 1990). La figure 14 montre la prévalence de premières règles précoces (<12 ans) chez différentes populations ; leur haute prévalence chez les adolescentes espagnoles et même chez les marocaines, est un thème de réflexion sur la possibilité et les moyens de monitoriser l’apparition des règles.

45Le vieillissement reproducteur chez les femmes est singulier car il est le seul processus biologique normal où la diminution de la capacité d’ajustement d’un système est liée à la perte totale de la fonction, facilement identifiable par la ménopause. D’un point de vue de biologie évolutive, on a du mal à imaginer qu’un processus apparu par sélection naturelle dans l’espèce Homo sapiens, n’ait pas de mécanismes autorégulateurs permettant un rééquilibrage consécutif à l’extinction normale de la capacité reproductrice. Plusieurs facteurs responsables de la variation normale dans l’âge de la ménopause ont été identifiés : les plus importants sont les déterminants de la vie féconde, âge aux premières règles, âge à la première maternité, nombre d’enfants (Standford et al., 1987 ; Boldsen et Jeune, 1990). On pourrait donc se demander si les différents âges de la ménopause s’associeraient à des symptomatologies variables, plus nettes pour les plus tardives comme en Espagne actuellement, ou bien s’il y a simplement une pression commerciale des laboratoires pharmaceutiques et une médicalisation abusive de la ménopause, si ce n’est un mélange des deux.

46La prévalence de femmes ménopausées dépend de la durée moyenne du cycle vital. La femme marocaine a une espérance de vie de 54 ans, ce qui veut dire qu’à peu près 60 % atteignent les 50 ans et terminent leur cycle reproducteur.

47Il serait très intéressant d’étudier le “climatere” chez les femmes marocaines, ou la médicalisation n’est pas répandue, pour comprendre les mécanismes physiologiques d’ajustement à la perte de la fonction ovarienne. Il reste encore beaucoup d’interrogations sur la relation entre l’âge de la ménopause et la santé ; Jacobs et Philips (1989) ont suggéré que la ménopause précoce peut être un indicateur biologique de santé, et l’on sait que la ménopause tardive accroît du risque de cancer du sein (Lund, 1991 ; Sherman et al., 1981).

48L’interaction biologie-culture est complexe. L’accès social à la reproduction est conditionné biologiquement de telle façon que les femmes à maturité précoce se marient et ont des enfants avant celles à maturité tardive, au Maroc et en Espagne. En Espagne, où les idées traditionnelles sur la famille sont en train de changer, commencent aussi plus tôt les rapports sexuels. Simultanément, l’âge socialement accepté pour l’incorporation à la reproduction a des conséquences différentes sur les femmes de différents âges de maturation sexuelle : même si les plus précoces se marient en moyenne plus jeunes que les femmes tardives, elles ont des âges menstruels supérieurs (il existe d’ailleurs au Maroc des filles qui se marient sans avoir eu leurs premières règles) (Varea, 1990).

49Les conséquences sur la vie reproductive varient ; par exemple dans la population rurale d’Amizmiz, on a trouvé un intervalle protogénésique plus long et une plus grande prévalence de pertes fœtales pour les premières grossesses.

50Les implications des différents âges gynécologiques chez les populations espagnoles et marocaines ont été évaluées par Bernis et Varea (1991) et Varea et Bernis (1993). Pour les premières on a observé que la première année après le mariage, nettement moins de femmes à maturation et mariage précoce tombent enceintes, elles ont aussi plus de fausses-couches de la première grossesse. Chez les femmes rurales espagnoles, on remarque que la maturation sexuelle tardive suivie par mariage précoce, a des répercussions négatives sur le développement du premier enfant, qui présente poids et périmètre céphalique réduits. Dans la population espagnole dont les habitudes sociales ont changé très rapidement, les plus précoces commencent plus tôt les rapports sexuels, ce qui détermine une augmentation de grossesses non désirées chez les adolescentes, avec trois réponses possibles : mariage, maternité d’adolescentes célibataires, avortement. En 1985 en Espagne, 14 % des femmes arrivaient au mariage, enceintes. L’avortement y devint légal en 1986.

51Du point de vue de la population, la biologie de la grossesse, de l’accouchement, de l’écart entre les enfants et le nombre final de descendants, répondent à des conditionnements culturels très forts qui agissent en interaction avec les facteurs physiologiques et déterminent la plus grande part de la variabilité inter- et intra-populationnelle.

52Le contrôle de la fécondité par les méthodes traditionnelles se fait dans toutes les populations avec efficacité, dans les couches sociales qui l’acceptent ou lors de changements sociaux intenses. Par exemple, les femmes marocaines d’Amizmiz qui accèdent au mariage très tôt et atteignent une progéniture nombreuse alors qu’elles ont encore autour de 15-20 ans de vie fertile devant elles, arrêtent d’avoir des enfants en utilisant des méthodes traditionnelles, tandis que celles qui se marient tard, se reproduisent jusqu’aux limites de leur vie fertile (Varea, 1993). Les résultats de Bley et al. (1989), lorsqu’ils évaluent les effets de la campagne de distribution gratuite de contraceptifs oraux dans cette population, montrent que ce sont précisément les femmes à nombreux enfants qui prennent la pilule. Ceci suggère qu’elles remplacent leur méthode traditionnelle par une méthode “moderne”. Le même phénomène s’est produit en Europe, sauf que les grandeurs familiales s’y étaient déjà réduites de moitié par les méthodes traditionnelles lorsque furent commercialisés les contraceptifs oraux. Cela signifie que la plupart des couples avaient décidé de réduire leur fécondité et y étaient parvenus par des méthodes traditionnelles.

Fig. 15 Contrôle traditionnel de la fécondité : différence de l’âge de la dernière maternité, entres les femmes mariées adolescentes et celles mariées après 21 ans (Varéa, 1993)

53Les contraceptifs modernes remplacent donc les méthodes traditionnelles lorsqu’il y a volonté de contrôler la fécondité (Bernis, 1990). Dans les pays occidentaux, ils ont surtout servi à séparer la sexualité de la procréation. L’efficacité avec laquelle les méthodes contraceptives sont utilisées est très variable, même parmi les différentes populations espagnoles. La figure 15 représente l’échec dans la contraception par groupe d’âge dans différentes communautés autonomes de l’Espagne. On observe que les femmes de Catalogne l’utilisent le plus efficacement (4,8 % d’échecs) alors que les femmes de Murcie ont le plus haut taux d’échecs (29 %) ; par ailleurs, il est intéressant de constater que les adolescentes sont les contraceptrices les moins efficaces (INE, 1986).

54Au Maroc les problèmes de santé les plus remarquables de la vie féconde des femmes sont encore liés à des soins adéquats pendant les grossesses et lors des accouchements répétés. La plupart des femmes accouchent encore à la maison sans l’aide de personnel sanitaire, ce qui donne un taux de mortalité maternelle de 3 ‰ face à 0,24 ‰ en Espagne. Cependant, la diminution rapide des taux de mortalité infantile et les changements des comportements génésiques laissent prévoir à moyen terme une évolution des besoins de santé analogue à ce qu’a connu l’Espagne.

55Dans le contexte de l’écologie évolutive, il serait intéressant d’évaluer le profit possible que l’adaptation ou l’ajustement qu’on est en train d’observer pour la vie féconde représente pour les individus. On pourrait donc mesurer l’adaptation sur la capacité physique, la nutrition, la croissance, la reproduction, la fonction affective, les besoins de santé, les dysfonctions et maladies associées.

56Si le processus de développement, de déroulement de la vie génésique et de perte de la fécondité ont été sélectionnés pour des circonstances environnementales et sociales très différentes de ce qui prévaut dans les sociétés urbaines actuelles et si la prévalence de symptômes et de dysfonctions reflètent une mal adaptation biologique à de nouvelles circonstances écologiques, n’est-ce pas parce qu’on serait en train de trop forcer les limites d’ajustement de la fonction ovarienne, de telle façon que ce qu’on perçoit ne soit que le reflet d’une mauvaise adaptation ?

Fig. 16 Relation entre l’espérance de vie, la fécondité et les survivants jusqu’à l’âge moyen de reproduction au Maroc et en Espagne

Bibliographie

Références

Amor H., 1989, “Croissance pondérale et évaluation de l’état nutritionnel des nourrissons de la naissance à deux ans dans la province de Marrakech, Maroc”, thèse de 3e cycle, Faculté des sciences, Université Cadi Ayyad.

Apter D., Viinikka L. et Vihko R., 1978, “Hormonal pattern of adolescent Menstrual Cycles”, Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism, 47 (5), 944-954.

Apter D. et Vihko R., 1983, “Early Menarche, a Risk Factor for Breast Cancer indicates Early onset of Ovulatory Cycles”, Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism, 57 , 82-88.

Baanders A.N. et De Ward F., 1992, “Breast Cancer in Europe : the importance of factors operating at an early age”, European Journal of Cancer Prevention, 1, 285-291.

Beall C, 1983, Ages at menopause and menarche in a high-altitude Himalayan population, Ann. Hum. Biol. 10, 365-370.

Belkeziz N., 1989, “Nutrition, croissance et développement des nourrissons de la ville de Marrakech, Maroc”, thèse de 3e cycle, Faculté des sciences, Université Cadi Ayyad.

Bengstsson C, 1979, “Is the menopausal age rapidly changing ?”, Maturitas, 1, 165-170.

Bernis C, 1973, “Variaciones en la edad de menarquia y menopausia en una comarca natural (La Maragateria, Leόn)”, Trabajos de Antropologia, 17, 7-19.

Bernis C, Fuster V. et Prado C, 1976, “Age at Menarche of Spanish Girls”, Atti Primo Congreso Int. Auxologia, Roma, 263-269.

Bernis C, 1980, “Edades de menarquia y menopausia en la mujer española”, Actas del I congreso Español de Antropologia, Barcelona, 475-481.

Bernis C, 1990, “Behavioural changes concerning the parity limitation problem in rural Spain : La Maragateria, Leόn”, International Journal of Anthropology, 5, 3, 215-221.

Bernis C, 1990, “Biological and behavioural aspects of Human Reproduction in two rural populations : amizmiz (Marrakech, Morocco) and la Maragateria (Leόn, España)”, J. of Human Ecology, 1, 1, 63-75.

Bernis C, 1992, “Global changes and their implications for women’s Health”, in Human Responsability and Global Change, Hansson L. et Jungen B. Eds., 151-166.

Bernis C. et Varea C, 1990, Biodemografia del mundo Arabe Actual, Cantarabia.

Bernis C. et Varea C, 1991, “Maternai factors and developmental variables of newborns, Lugo, España”, VI International Congress of Auxology, Madrid.

Bernis C, Varea C. et Robles F., 1994, “Edad de menarquia y ciclos menstruales en adolescentes”, en Biologia de poblaciones humanas : problemas metodologicos e interpretaciόn ecolόgica, Ed. UAM, 803-815.

Bernis C, Montero P., Fernandez V., Castro C, Robles F., Varea C, Arias S. et Diaz B., 1994, Procesos biologicos y estilos de vida en mujeres de Alcobendas, sous presse, UAM.

Bley D. et Baudot P., 1986, “Some recent trends in infant mortality in the province of Marrakech, Morocco : a demographic transition in process”, Social Biology, 33, 322-325.

Boldsen J. et Jeune B., 1990, “Distribution of age at Menopause in Two Danish Samples”, Human Biology, 62 (2), 291-300.

Bongaarts J. et Potter R., 1983, Fertility, Biology and Behavior, An analysis of the proximate determinants, Academic Press.

Borgerhoff MUulder M., 1989, “Menarche, menopause and Reproduction in the Kipsigis of Kenya”, J. Biosoc. Sci. 21, 179-192.

Caro Baroja J., 1976, Los moriscos del reino de Granada, Ed. Itsmo.

Coale A.J. et Watktns S. (eds), 1986, The decline of fertility in Europe, Princeton University Press, New Jersey.

Crognier, E., (1989), “La fécondité dans la province de Marrakech (Maroc) : enquête anthropologique”, Anthropologie et préhistoire, 100, 113-122.

Crognier E., Bernis C, Elizondo S. et Varea C, 1992, “Reproductive patterns as Environmental Markers”, in Rural Morocco, Coll. Anthrop., 16, 1, 89-97.

Crognier E., Bernis C, Elizondo S. et Varea C, 1993, “The pattern of reproductive life in a Berber populatin of Morocco”, Social Biology, 40, 3-4, 191-199.

Direction de la statistique, 1984, Caractéristiques socio-économiques de la population, Rabat.

Donalson L., 1991, Fertility Transition. The Social Dynamics of Population Change, Blackwell.

Ellison P. et Lager C, 1987, “Low profiles of salivary progesterone among college undergraduate women”, Journal of Adolescent Health Care, 8, 204-208.

Ellison P., 1991, “Reproductive Ecology and Human Fertility”, in Applications of Biological Anthropology to Human Affairs.

Evans T., 1979, “Ten years review of Hysterectomies : trends, indicators and risks”, am J. of Obstetrics and Gynecology 91, 73-77.

Frank O., Iianchi G. et Campana A., 1991, “The end of fertility : age, fecundity and Fecundability in women”, Journal of Biosocial Science, 26, 3, 349-368.

Frisch R., 1978, “Population, Food Intake and Fertility”, Science, 199, 6, 22-30.

Frisch R., 1987, “Body fat, menarche, fitness and fertility”, Human reproduction, 2, 521-533.

Garcia-Moro C. et Hernandez M., 1990, “Changes in age at menarche in Spain (1909-1965)”, International Journal of Anthropology, 5, 2, 117-124.

Garcia-MOoro C. et Hernandez, M., 1986, “Variaciόn secular del periodo y del ciclo menstrual en mujeres españolas”, acta ginecolόgica, vol. XLIII, 609-616.

Gray B., 1982, “Enga birth maturation and survival : Physiological characteristics of the life cycle in the New Guinea Highlands”, in Ethnography of fertility and birth, Edited by C.P. MacCormack, 75-114.

Green B., Weiss, N. et Daling J., 1988, “Risk of ovulatory infertility in relation to body Weight”, Fertility and Sterility 50, (5), 721-726.

Hernandez M. et Garcia-Moro C, 1989, “Edad de menarquia y parametros de fecundidad en mujeres españolas antes del descenso de la natalidad”, Trabajos de antropologia, 21, 3, 223-233.

Henry L., 1958, “Fondements théoriques des mesures de la fecondité naturelle”, Revue Institut international statistique, 21 (3), 135-151.

Henry L., 1979, “Concepts actuels et résultats empiriques sur la fécondité naturelle”, in Fecondité naturelle, Leridon H., Menken J. (eds), 17-28.

Hilali K., 1986, “Etude biodémographique et sanitaire des populations péri-urbaines de la zone d’El Azzouzia (Prov. Marrakech, Maroc)”, thèse de 3e cycle, Faculté des sciences, Université Cadi Ayyad (Marrakech).

Hill A.G., 1990, “Understanding recent fertility trends in the third World”, in Fertility and Resources, Landers J. et Reynolds V. (eds.), 146-164.

INE, 1986, Encuesta de Fecundidad, (1985), Instituto Nacional de Estadística.

HobCraft J. et Casterline J., 1983, “Speed of Reproduction”, Comparative Studies 25, World Fertility Survey, London.

HobCraft J. et Mc Donald J., 1984, “Birth Intervais”, Comparative Studies 28, World Fertility Survey, London.

Horne A., 1989, “The span of Reproduction in Egypt”, Social Biology, 36, 3-4, 255-261.

JacobS D. et Philips R., 1989, “Is early ménopause a biological Marker of Health and Ageing ?”, American J. of Public Health, 79, 6, 709-714.

Jeune B., 1986, “Parity and age of Menopause in a Danish Sample”, Maturitas, 8, 359-365.

Johnson P., Wood J., Cambell K. et Maslar I., 1987, “Long ovarian cycles in Women of Higland New-Guinea”, Hum. Biology, 59, 831-845.

Johnson P., Wood J. et Weinstein M., 1990, “Female fecundity in Higland Papua New-Guinea”, Social Biology, 37, 1-2, 26-43.

Knodel J., 1977, “Breast-feeding and Population Growth”, Science, 198, 1111-1115.

Lancaster J., 1991, “A feminist and Evolutionary Biologist looks at Women”, Yearbook of physical Anthropology, 34, 1-11.

Lavelle M., 1994, “Are there long Term Consequences of Secular Trend in Early Menarche ?”, Collegium Antropologicum, 18, 1, 53-63.

Liestol K.E., 1980, “Menarcheal age and spontaneous Abortion : A Causal Connection”, am. J. Epidemiol, 111, 753-758.

Lightbourne R., Sing S. et Green C, 1982, “The world Fertility Survey : Charting global Childbearing”, Populations Reference Bureau, Inc 37, 1.

Loukid M., 1989, “Croissance et développement des enfants de la ville de Marrakech : Centre Nord de la Médina et zones péri-urbaines”, thèse de 3e cycle, Université Cadi Ayyad, Marrakech, Maroc.

Loukid M. et Boetsch G., 1989, “Âge d’apparition des règles à Marrakech”, Bull, et Mém. Soc. d’Anthrop. de Paris, 1, 1-2, 59-62.

Loukid M. et Montero P., 1991, “Croissance des enfants de la ville de Marrakech (Maroc) : Analyse comparative avec des enfants espagnols”, Bull, et Mém. Soc. d’Anthrop. de Paris, 3, 3-4, 211-224.

Loukid M., Hilali K., Baali A. et Bernis C, 1994, The pattern of menstrual cycles in Moroccan adolescent s (non publié).

Lund E., 1991, “Breast Cancer mortality and the Change in Fertility risk Factors at Menopause : a prospective Study of 800 000 Married Norwegian women”, Epidemiology 2, 4, 285-288.

Madrigal L., 1991, “Menarcheal Age and spontaneous abortion : further evidence for a connection”, am J. of Hum, Biol. 3, 625-628.

Maloiy G., Heglund N., Praqger L., Cavagna G. et Taylor C, 1986, “Energetic cost of carrying loads : have african women discovered an economic way ?”, Nature 319, 668-669.

Margalef R., 1971, Fundamentos de Ecologia, Ed. Omega.

Mascie-Taylor N. et Lasker G. (eds), Cambridge Univ. Press, 14-54.

Metcalf M., Skidmore D., Lowry G. et MacKenzie J., 1983, “Incidence of ovulation in the years after menarche”, J. Endocr., 97, 213-219.

Mc Kinlay S., Jeffers M. et Thompson B., 1972), “An investigation of the age at menopause”, J. Biosoc. Science, 4, 161-173.

Mc Kinlay S. et Brambilla D., 1992, “The normal menopause transition”, American Journal of Human Biology, 4, 1, 37-46.

Montero P. et Loukid M., 1992, “Croissance et statut socio-économique d’enfants scolarisés au Maroc (Marrakech)”, Bull, et mém. soc. d’anthrop. de Paris, 4, 3-4, 265-268.

Montero P. et Loukid M., 1993, “Age at menarche and socioeconomic conditions in Morocco”, VII Congress European Anthropological Society, Madrid, 1-5 septembre.

Naber N., 1989, “Etude du comportement fécond d’une population féminine de la haute vallée d’Azgour (Amizmiz, Marrakech)”, thèse de doctorat 3e cycle, Université Cady Ayyad, Marrakech.

Nagi MH, 1983, “Trends in Moslem fertility and application of the demographie transition model”, Soc. Biol., 30, 245.

OMS, 1986, World Health Statistics Annu.

ONU, 1991, Human Development Report, Oxford University Press.

Pavelka M. et Fedigan L., 1991, “Menopause : a comparative Life History. Yearbook of Physical Anthropology”, 34, 13-38.

Perez B., 1986, “La edad de menopausia : factores morfofisiolόgicos y miocroecolόgicos que la afectan”, Sin publicar, Memoria de licenciatura, UAM.

Pirke K. M., Wuttlke W. et Schweiger U., 1989, The menstrual cycle and its disorders. Influence of nutrition, excercise and Neurotransmitters, Springer-Verlag, 192 p.

Prado C, 1984, “Secular change in menarche in women in Madrid”, Annals of Human Biology, 11 (2), 165-166.

Prado C, 1982, “Estudio de la variaciόn social y temporal de la menarquía en la poblaciόn de Madrid”, Tesis Doctoral, UAM.

Prado C, 1992, “Variation séculaire de la menarche chez une population du nord du Maroc : aspects socio-économiques et nutritionnels”, Rivista di Antropologia, LXX, 139-145.

Rosetta L., 1990, “Biological aspects of fertility among third world populations”, in Fertility and resources, Landers & Reynolds (eds), Cambridge Univ. Press, 18-34.

Ridder C, 1992, Sexual Maturation of Pubertal Girls. Physical and hormonal development in relation to Metabolic and Nutritional Factors, Rijksuniveriteit Utrecht, 189 p.

Sherman B., Wallace R.. Bean J. et Schlabaugh L., 1981, Relationship of Body Weight to menarcheal âge and Menopausal Age : implications for Breast Cancer Risk, J. of Clinical Endocrinology and Metabolism, 52, 3, 488-493.

Singh S. et Ferry B., 1984, “Biological and traditional Factors that influence Fertility : Results from the WFS surveys”, Comparative Studies, 40, World Fertility Survey, London.

Short R., 1976, “The evolution of Human Reproduction”, Proc Roy. Soc, London, B195, 3-24.

Smith R., 1983, “Evolutionary Ecology and the analysis of Human Social Behaviour”, in Rethinking Human Adaptation. Biological and cultural models, Dyson-Hudson R. et Little M. (Eds), 23-40.

Stanford J., Hartage P., Brinton L., Hoover R. et Brookmeyer R., 1987, “Factors influencing the age at natural menopause”, J. Giron Dis., 40, 11, 995-1002.

Teo P., 1990, Histerectomy : “A Change of Trend or a Change of Heart ?”, in Women Health Counts, Roberts Ed. Routledge, London, 113-146.

Treolar A., 1974, “Menarche menopause and Intervening fecundability”, Human Biology, 46, 1, 89-107.

UNICEF, 1985-1994, “Estado mundial de la infancia”, Siglo xxi.

Varea C, 1990, “La etapa final del periodo reproductor femenino : biologia y sociedad en una poblaciόn del Marruecos rural (Amizmiz, Marrakech)”, in Bernis C, Demonte V., Garrido Y Calbet T. (eds), Los estudios de la mujer, de la investigaciόn a la docencia, Instituto de la Mujer, Madrid.

Varea C, 1990, “Patrones reproductores y fertilidad en una poblaciόn tradicional de Marruecos” (Amizmiz, Marrakech), Tesis Doctoral, Universidad Autonoma Madrid.

Varea C. et Bernis G, 1991, “Transformaciόn social, patrones reproductores y biosociologia del parto en la Alpujarra Almeriense”, VII congreso de la Sociedad Española de Antropologia Biologica, Granada (non publié).

Varea C, 1993, Marriage, “Age at last birth and fertility in a traditional moroccan population”, J. Biosoc. Science, 25, 1-2.

Varea C, Bernis C. et Elizondo S., 1993, “Physiological Maturation, Reproductive Patterns, and Female Fecundability in a Traditional Moroccan Population” (Amizmiz, Marrakech), American J. of Human Biology, 5, 297-304.

Varea C. et Bernis C, 1993, Patrones reproductores y cuidado de la infancia : el ritmo del cambio (non publié).

Varea C. et Bernis C, 1991, “Transformation social, patrones reproductores y biosociologia del parto en la Alpujarra Almeriense”, VII Congreso de la SEAB.

Vihko R. et Apter D., 1984, “Endocrine characteristics of adolescent menstrual cycles : impact of early menarche”, Steroid biochemistry, 20, 231-236.

Vollman R., 1977, The menstrual Cycle. W.B. Saunders, Philadelphia.

De Waard F. et Trichopoulus D., 1988, “A unifying concept of the Etiology of Breast Cancer”, Int J. Cancer, 41,666-669.

Wellens R., Malina R., Roche A., Chumlea W., Guo S. et Siervogel R., 1992, “Body size and fatness in young adults in relation to age at Menarche”, Am J. of Hum. Biol, 4, 6, 783-788.

Wood J., Johnston P. et Cambell K., 1990, “Demographic and endocrinological aspects of low natural fertility in highland New Guinea”, Journal of Biosocial Science, 17, 57-79.

Whyshak G, 1983, Age at menarche and unsuccesfull pregnancy outeome, Ann. Hum. Biol., 10 (1), 69-73.

Youssef N., 1978, “The status and Fertility patterns of muslim women”, in Women in the Muslim World, Beck L., Keddie N. (eds.), Harvard Univ. Press.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 Déterminants biologiques de la vie féconde
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2907/img-1.jpg
Fichier image/, 100k
Légende Fig. 2 Facteurs biologiques, écologiques et comportementaux qui déterminent la vie féconde
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2907/img-2.jpg
Fichier image/, 117k
Légende Fig. 3 Schémas de la reproduction dans les populations traditionnelles et dans les populations urbaines modernes
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2907/img-3.jpg
Fichier image/, 380k
Légende Fig. 4 Différences les plus remarquables en durée et déroulement de la vie féconde des populations marocaine
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2907/img-4.jpg
Fichier image/, 70k
Légende 1 - Amizmiz, Varea, 1990 (rural)2 - Marrakech, Crognier et al., 1992 (urbain)3 - Leon (ES), Bernis, 1974 (rural) (urbain, migrants à Barcelone)4 - Almeria, Varea et Bernis, 1991 (rural)5 - Madrid, Bernis et al., 1994 (urbain)6 - Barcelone, Garcia Moro et Hernandez, 19897 - Barcelone, Garcia Moro & Hernandez, 1989 (urbain)Fig. 5 Variabilité en durée et déroulement de la vie reproductrice dans les populations marocaines et espagnoles
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2907/img-5.jpg
Fichier image/, 158k
Légende Fig. 6 Distribution des intervalles dernière maternité-ménopause dans les populations d’Amizmiz et dAlmeria
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2907/img-6.jpg
Fichier image/, 34k
Légende Fig. 7 Analyse temporelle des déterminants de la vie féconde chez les femmes espagnoles (Leon)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2907/img-7.jpg
Fichier image/, 47k
Légende Fig. 8 Analyse temporelle des déterminants de la vie féconde chez les femmes marocaines (Amizmiz)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2907/img-8.jpg
Fichier image/, 54k
Légende Fig. 9 Absence de changement séculaire de l’âge des premières règles des femmes du Maroc et d’autres pays arabo-musulmans.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2907/img-9.jpg
Fichier image/, 44k
Titre Tableau 1. Âge de menarche par lieu de résidence et par niveau d’éducation de la femme dans quelques pays arabes
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2907/img-10.jpg
Fichier image/, 54k
Titre Tableau 2. Indicateurs de normalité et dysfonction du cycle chez les adolescentes marocaines et espagnoles
Légende (1 : durée moyenne en jours ; 2 : pourcentage de règles de plus de 6 jours ; IMC : indice de masse corporelle.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2907/img-11.jpg
Fichier image/, 45k
Titre Tableau 3. Âges de la ménopause en Espagne
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2907/img-12.jpg
Fichier image/, 63k
Légende Fig. 10 Régimes menstruels dans quelques populations arabes
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2907/img-13.jpg
Fichier image/, 43k
Légende Fig. 11 Fréquence des femmes qui se déclarent ménopausées dand quelques pays arabes. (Sing et Ferry, 1984) Maroc (Varéa, 1994) et Alcobendas (Bernis et al, 1994)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2907/img-14.jpg
Fichier image/, 58k
Titre Tableau 4. Durée moyenne de l’aménorrhée par lieu de résidence et par niveau d’éducation de la femme dans quelques pays arabes
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2907/img-15.jpg
Fichier image/, 47k
Légende Fig. 12 Durée moyenne de l’allaitement exclusif (1) : avec complément (2) : de l’aménorrhée : (3)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2907/img-16.jpg
Fichier image/, 96k
Titre Tableau 5. Allaitement selon l’âge des mères dans une population rurale d’Espagne, Las Alpujarras, Almeria (Varea et Bernis, 1991)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2907/img-17.jpg
Fichier image/, 29k
Titre Tableau 6. Association de l’âge aux premières règles et des douleurs menstruelles chez les adolescentes marocaines
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2907/img-18.jpg
Fichier image/, 39k
Légende Fig. 13 Age aux premières règles et disfonctions du cycle menstruel chez les adolescentes de Alcobendas, Madrid
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2907/img-19.jpg
Fichier image/, 61k
Légende Fig. 14 Prévalence de premières règles précoces (<12 ans) dans les populations marocaines et espagnoles
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2907/img-20.jpg
Fichier image/, 52k
Légende Fig. 15 Contrôle traditionnel de la fécondité : différence de l’âge de la dernière maternité, entres les femmes mariées adolescentes et celles mariées après 21 ans (Varéa, 1993)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2907/img-21.jpg
Fichier image/, 63k
Légende Fig. 16 Relation entre l’espérance de vie, la fécondité et les survivants jusqu’à l’âge moyen de reproduction au Maroc et en Espagne
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2907/img-22.jpg
Fichier image/, 64k

Auteur

Bernis Cristina, Universidad autonoma de Madrid, Facultad de Ciencias, Dept de biologia, Unidad de anthropologia, Madrid, Espagne.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter