Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conception, naissance et petite enfance au Maghreb

Polygynie et fécondité au Maroc : l’effet de l’instabilité matrimoniale

Varea C., Emile Crognier, Abdellatif Baali, Patrick Baudot, Daniel Bley, Gilles Boëtsch et Mohamed Kamal Hilali

Texte intégral

Introduction

1La polygynie est l’expression d’un modèle démographique que caractérise l’universalité du mariage et de fortes différences d’âge entre époux. Cette dernière étant un ferment de rupture conjugale qui elle-même favoriserait la polygynie (Pison, 1986 ; Fargues, 1988). Sa persistance dans les sociétés contemporaines aurait pour objet de régulariser le marché matrimonial, plutôt que de représenter une résistance culturelle à la disparition d’une ancienne coutume (Pison, 1986) et son élimination devrait suivre l’atténuation des écarts d’âge consécutif au retardement progressif du mariage féminin (Fargues, 1987).

2La relation entre polygynie et fécondité féminine implique d’établir les différences qu’elle présente par rapport aux unions monogynes, ce qui met en cause un grand nombre de variables parmi lesquelles les différences d’âge entre époux, la stabilité matrimoniale, la fréquence des relations sexuelles, l’incidence de la stérilité ou de la sous-fécondité ; les pratiques d’espacement des naissances, sont les plus visibles. Bean et Mineau (1986), montrent l’importance de l’ordre dans lequel les femmes intègrent un ménage polygyne, en particulier dans les populations de faible stérilité féminine, car l’âge du mari est alors susceptible d’être le facteur déterminant des écarts de fécondité des co-épouses. Chamie (1986) estime nécessaire d’analyser la motivation masculine à prendre une épouse additionnelle et montre que dans les populations arabes, ce sont surtout les jeunes hommes qui prennent une seconde épouse…

3On considère habituellement que la polygynie réduit la fécondité féminine ; ce serait le cas chez certains groupes amérindiens d’Amérique latine, dans lesquels on a observé que la régression de la polygynie se traduisait par un accroissement de la fécondité de leur population (Hern, 1992). Dans les populations africaines ou asiatiques, les différences d’âge entre époux, les relations sexuelles moins fréquentes et une abstinence post partum prolongée expliqueraient la moindre fécondité des femmes polygynes (Bongaarts et al., 1984 ; Shaikh et al., 1987). Toutefois, Pison (1986) estime que le mariage précoce et le remariage systématique des veuves et des divorcées, compenseraient la plus grande instabilité et les différences d’âge des ménages polygynes, pour aboutir en fin de compte à une équivalence des scores de fécondité des femmes des deux types d’union. C’est aussi la conclusion de Johnson et Elmi (1989) en Somalie, tandis que White (1982) considère au contraire que la polygynie favorise une forte fécondité, en suscitant une compétition entre femmes dans les pays islamiques.

4La Tunisie est la seule nation arabe qui ait aboli la polygamie. La tendance générale est cependant d’en limiter la pratique (Rachid, 1986), comme l’a fait le Maroc en établissant un code du statut de la personne en 1993, qui prévoit qu’une femme peut demander le divorce si son mari contracte un second mariage. Dans les pays arabes, la polygynie tend maintenant à être peu usitée, elle concerne entre 2 et 12 % des hommes, avec une valeur modale à 5 % (Chamie, 1986).

5Ce travail analyse les relations entre fécondité et polygynie dans la partie rurale de la province de Marrakech, dont le pourcentage de femmes entre 15 et 50 ans ayant des maris polygynes, est de 9,8 %. Une étude antérieure a montré que la polygynie est plus marquée dans les zones de plaine, ainsi que dans les petites villes de la province (Crognier, 1989), en association avec de meilleures conditions matérielles (électricité et eau courante, éducation et emploi féminins plus élevés).

Matériel et méthode

6Le matériel analysé provient d’une enquête de fécondité, réalisée à l’échelle de la partie rurale de la province de Marrakech, en 1984. Il compare un total de 4, 315 femmes d’unions monogynes à 365 d’unions polygynes.

7Une analyse descriptive des deux types d’union sur trois groupes d’âge féminins : 15-24, 25-34 et 35-49 ans a été effectuée afin de détecter d’éventuelles tendances intergénérationnelles au changement du comportement matrimonial. Les relations entre fécondité et type d’union ont ensuite été analysées sur les femmes du groupe d’âge 35-49 ans, au moyen de régressions multiples. Enfin, le nombre moyen de naissances vivantes a été calculé pour chaque modalité des variables : type de mariage et nombre de mariages, par une analyse de classification multiple.

8Comme les résultats l’indiquent, les variables indépendantes incorporées dans l’analyse multivariée n’expliquent qu’une proportion réduite de la variance en fécondité (R2 # 21-22 %). En fait, le but n’était pas de décrire les déterminismes de la fécondité de cette région, déjà envisagés dans d’autres travaux (Crognier et al., 1992, 1993, Crognier 1995), mais de tenter de mieux comprendre la relation entre fécondité et type d’union dans cette région du Maroc.

Résultats

9Les unions polygynes de la province de Marrakech, comme ailleurs, se caractérisent par la forte différence d’âge des conjoints ainsi que par l’instabilité matrimoniale (tableau 1). Les différences entre femmes selon leur type de ménage est nette et s’instaure dès les premières années de mariage. En dépit de valeurs moyennes proches, l’âge au mariage diffère entre les deux groupes, en cela que la distribution est bimodale chez les femmes de foyer polygyne ; elles tendent à être mariées soit très jeunes, soit plus âgées que la moyenne des femmes marocaines. Des écarts de fécondité s’indiquent dès le groupe d’âge 25-34 ans ; après 35 ans, les épouses d’hommes polygynes accusent en moyenne une naissance de moins que l’autre groupe et un pourcentage beaucoup plus élevé d’entre-elles demeurent sans descendance. Corollairement, on trouve que les pratiques contraceptives en fin de vie génésique sont moins fréquentes, une attitude indépendante de leur plus haut niveau éducatif et de leur plus fréquente résidence urbaine (Cf supra Varea et al.).

Tableau 1. Caractéristiques des femmes par âge et par type de mariage

Tableau 1. Caractéristiques des femmes par âge et par type de mariage

Probabilité chi2 : (*)=0,05 (**)=0,01 (***)=0,001

10Vers le terme de leur vie féconde et suivant leur type d’union, les femmes présentent des différences significatives de toutes les variables biosociales et socioculturelles prises en compte. La relation entre ces variables et le nombre de naissances vivantes est analysée par régressions multiples, selon deux modalités : l’une tenant compte ou non de l’instabilité matrimoniale (tableau 2), puis par comparaison de ces deux modalités après exclusion des femmes sans enfants (tableau 3).

11Le modèle 1 du tableau 2 indique que le nombre de mariages est l’une des variables prédictives de la fécondité dans la population. Avoir été mariée plus d’une fois réduit la fécondité d’une naissance vivante, de même que les différences d’âge entre époux jouent également un rôle négatif. Chaque année accroissant la différence entre conjoints est associée à une réduction moyenne de fécondité de 0,29 naissances. La variable type de mariage n’a pas d’effet significatif sur la fécondité.

12Cependant si la variable “nombre de mariages” est exclue de l’analyse (modèle 2 du tableau 2), la variable “type de mariage” est incorporée à l’équation et montre que la polygynie a un effet négatif sur la fécondité. Ces deux régressions suggéreraient donc qu’instabilité matrimoniale et statut polygyne sont liés et auraient un effet de réduction de la fécondité. Par ailleurs, l’âge au mariage et la résidence urbaine ont un rôle négatif sur le nombre de naissances vivantes. L’association positive entre contraception et naissances vivantes confirme l’entrée dans les pratiques de limitation des naissances au terme d’une natalité élevée. L’éducation féminine n’explique pas les différences de fécondité.

13Les mêmes analyses reprises sur un échantillon de femmes excluant celles qui n’ont pas eu de naissances vivantes, confirme le rôle prédictif du nombre de mariages dans le premier modèle, alors que le type de mariage ne le maintient pas, même dans le second modèle.

Tableau 2. Régression du nombre des naissances vivantes sur un groupe de variables explicatives (femmes de 35 à 49 ans)

Tableau 2. Régression du nombre des naissances vivantes sur un groupe de variables explicatives (femmes de 35 à 49 ans)

Contraception 1=jamais 2=oui ; résidence 0=urbaine 1=rurale ; éducation 1=analphabète 2=alphabétisée ou + ; type mariage 1=monogame 2=polygame ; Nb mariages 1=un seul 2=plusieurs

14Le tableau 4 qui montre les distributions respectives des femmes ayant ou non eu des enfants selon le type et le nombre de mariages, indique une association significative entre polygynie et absence de naissances. Par contre, il n’en révèle pas entre cette dernière variable et l’instabilité matrimoniale.

15Les résultats d’une analyse de classification multiple (tableau 5) montrent qu’une fois pris en compte les effets des autres variables indépendantes et de leurs covariation, la différence de fécondité entre les deux types d’union n’est pas significative (elle tombe de 0,98 à 0,35 naissance vivante). Par contre, après ajustement, les femmes mariées une seule fois et celles mariées plusieurs fois maintiennent une différence significative d’une naissance vivante (respectivement 7,4 et 6,4 naissances vivantes). L’instabilité matrimoniale montre un effet persistant et indépendant sur la fécondité. Si l’on exclut les femmes sans enfant de cette même analyse (tableau 6), la différence de fécondité attribuable au type de mariage devient négligeable (0,09 naissance vivante), mais la différence d’une naissance suivant que les femmes ont été mariées une fois ou plusieurs, persiste, les valeurs d’eta et beta carrés correspondent à la fraction de la variance expliquée par chaque variable, avant et après ajustement. La contribution de la variable “type de mariage” disparaît pratiquement, alors que celle du “nombre de mariages” est maintenue (beta = 0,12).

Tableau 3. Régression du nombre des naissances vivantes sur un groupe de variables explicatives (femmes de 35 à 49 ans, femmes sans enfant exclues)

Tableau 3. Régression du nombre des naissances vivantes sur un groupe de variables explicatives (femmes de 35 à 49 ans, femmes sans enfant exclues)

contraception 1=jamais 2=oui ; résidence 0=urbaine 1=rurale ; éducation 1=analphabète 2=alphabétisée ou + ; type mariage 1=monogame 2=polygame ; Nb mariages 1=un seul 2=plusieurs

Tableau 4. Distribution des mères et des femmes sans enfant selon le type de mariage et leur nombre

Tableau 4. Distribution des mères et des femmes sans enfant selon le type de mariage et leur nombre

Signification Chi2 : (***)=0,001

Tableau 5. Nombre moyen de naissances vivantes par type et par nombre de mariages, non ajusté, ou ajusté par rapport aux variables indépendantes : nombre de mariages, type de mariage, contraception, résidence et aux covariables : âge de la femme, âge au premier mariage et différence d’âge entre conjoints

Tableau 5. Nombre moyen de naissances vivantes par type et par nombre de mariages, non ajusté, ou ajusté par rapport aux variables indépendantes : nombre de mariages, type de mariage, contraception, résidence et aux covariables : âge de la femme, âge au premier mariage et différence d’âge entre conjoints

R2 = 0,22
moyenne réelle = 7,26

Tableau 6. Nombre moyen de naissances vivantes par type et par nombre de mariages, non ajusté, ou ajusté par rapport aux variables indépendantes : nombre de mariages, type de mariage, contraception, résidence et aux covariables : âge de la femme, âge au 1er mariage et différence d’âge entre conjoints (femmes sans enfant exclues)

Tableau 6. Nombre moyen de naissances vivantes par type et par nombre de mariages, non ajusté, ou ajusté par rapport aux variables indépendantes : nombre de mariages, type de mariage, contraception, résidence et aux covariables : âge de la femme, âge au 1er mariage et différence d’âge entre conjoints (femmes sans enfant exclues)

R2 = 0,21
moyenne réelle = 7,41

Conclusion

16Plus présente dans les petites villes, la polygynie est associée à une meilleure scolarisation féminine et à un moindre usage de contraceptifs en fin de vie féconde, que ce n’est le cas de la monogynie. La grande différence d’âge des conjoints et la fréquence plus élevée de femmes sans enfant, sont aussi caractéristiques de la polygynie dans la province de Marrakech. Si les données disponibles ne permettent pas de penser qu’elle favoriserait le divorce, la différence d’âge entre mari et femme pourrait entraîner une rupture des unions par mortalité masculine plus fréquente que dans le cas des unions monogynes.

17Les femmes sans enfant ne présentent pas une instabilité matrimoniale plus grande que les autres, ce qui révoque l’idée que la stérilité féminine conduit au divorce dans cette population. Ce résultat et le fait que la proportion de ménages polygynes chez les femmes sans enfant soit nettement plus élevée que chez celles qui en ont, inclinent à en déduire que la stérilité de la première épouse inciterait le mari à lui adjoindre une seconde conjointe (dans plus d’un tiers des cas) et (bien qu’on ne puisse le prouver), que cette dernière serait le plus souvent une veuve ou une divorcée. Ceci appuierait les affirmations de Chamie (1986) qui observe que seulement 4 à 5 % des femmes égyptiennes ou jordaniennes, choisiraient de devenir épouse additionelle d’un ménage polygyne.

18Il apparaît encore que les différences individuelles de fécondité féminine ne sont pas déterminées par le type de mariage. La relative moindre fécondité des femmes polygynes serait due à leur instabilité matrimoniale, ce qu’ont également trouvé Johnson et Elmi (1989). L’effet dépressif des ruptures d’union sur la fécondité persiste lorsque sont annulés les influences des autres variables matrimoniales, y compris le type d’union et l’incidence de la stérilité. Ceci doit exprimer l’effet de la perte de temps reproductif (Ahmad, 1985, Lee et Pol 1989, Crognier, 1995), en dépit du fait que les sociétés musulmanes généralement encouragent le prompt remariage des femmes veuves ou divorcées.

Bibliographie

Références

Ahmad, S., 1985, “Factors affecting fertility in four Muslim in populations. A multivariate analysis”, J. biosoc. Sci., 17, 305.

Bean, L.L. et Mineau, G.P., 1986, “The polygyny-fertility hypothesis : a re-evaluation”, Popul. Stud., 40, 67.

Bongaarts, J., Frank, O. et Lesthaeghe, R., 1984, “The proximate determinants of fertility in sub-Saharan Africa”, Popul. Dev. Rev., 10, 511.

Chamie, J., 1986, “Polygyny among Arabs”, Popul. Stud., 40, 55.

Crognier, E., 1989, “La fécondité dans la province de Marrakech (Maroc) : enquête anthropologique”, Bull. Soc. Roy. Belge d’Anthropol. Préhist., 100, 113.

Crognier, E., 1996, “Behavioral and environmental determinants of Reproductive Success in Traditional Moroccan Berber Groups”, American Journal of Physical Anthropology, 100, 181-190.

Crognier, E. et Zarouf, M., 1987, “Fécondité, mortalité et milieu socio-économique dans la ville de Marrakech”, Rev. Fac. Sc. Marrakech, 3, 7.

Crognier, E., Bernis, C, Elizondo, S. et Varea, C, 1992, “Reproductive patterns as environmental markers” in rural Morocco, Coll. Antropol., 16, 89.

Crognier, E., Bernis, C, Elizondo, S. et Varea, C. 1993, “The pattern of reproductive life in a Berber population of Morocco”, Social Biol., 40, 191.

Fargues, Ph., 1987, “La démographie du mariage arabo-musulman : tradition et changement”, Maghreb Machrek, 116, 59.

Fargues, Ph., 1988, “La baisse de la fécondité arabe”, Population 6, 975.

Hern, W.M. 1992, “Polygyny and fertility among the Shipibo of the Peruvian Amazon”, Popul. Stud., 46, 53.

Johnson, N.E. et Elmi, A.M., 1989, “Polygamy and fertility in Somalia”, J. biosoc. Sci., 21, 127.

Lee, B.S. et Pol, L.G., 1989, “Effect of marital dissolution on fertility”, in Cameroom. Soc. Biology, 35, 293.

Pison, G., 1986, “La démographie de la polygamie”, Population 1, 93.

Rachid, A.M., 1986, “Modernité et politiques législatives en matière de statut personnel dans les pays arabo-africains à majorité musulmane”, in D. Behnam and S. Bourani (eds), Familles musulmanes et modernité, 161, Paris, Publisud.

Shaikh, K.S., Aziz, K.M.A. et Chowdhury, A.I., 1987, “Differentials on fertility between polygynous and monogamous marriages in rural Bangladesh”, J. biosoc. Sci., 19, 49.

White, E.H., 1982, “Legal reform as an indicator of women’status in Muslim nations”, in L. Beck and N. Keddie (eds), Women in the Muslim World, 52, London, Harvard University Press, Cambridge, Massachusetts.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Caractéristiques des femmes par âge et par type de mariage
Légende Probabilité chi2 : (*)=0,05 (**)=0,01 (***)=0,001
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2901/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 2. Régression du nombre des naissances vivantes sur un groupe de variables explicatives (femmes de 35 à 49 ans)
Légende Contraception 1=jamais 2=oui ; résidence 0=urbaine 1=rurale ; éducation 1=analphabète 2=alphabétisée ou + ; type mariage 1=monogame 2=polygame ; Nb mariages 1=un seul 2=plusieurs
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2901/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 3. Régression du nombre des naissances vivantes sur un groupe de variables explicatives (femmes de 35 à 49 ans, femmes sans enfant exclues)
Légende contraception 1=jamais 2=oui ; résidence 0=urbaine 1=rurale ; éducation 1=analphabète 2=alphabétisée ou + ; type mariage 1=monogame 2=polygame ; Nb mariages 1=un seul 2=plusieurs
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2901/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Tableau 4. Distribution des mères et des femmes sans enfant selon le type de mariage et leur nombre
Légende Signification Chi2 : (***)=0,001
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2901/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 5. Nombre moyen de naissances vivantes par type et par nombre de mariages, non ajusté, ou ajusté par rapport aux variables indépendantes : nombre de mariages, type de mariage, contraception, résidence et aux covariables : âge de la femme, âge au premier mariage et différence d’âge entre conjoints
Légende R2 = 0,22moyenne réelle = 7,26
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2901/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Tableau 6. Nombre moyen de naissances vivantes par type et par nombre de mariages, non ajusté, ou ajusté par rapport aux variables indépendantes : nombre de mariages, type de mariage, contraception, résidence et aux covariables : âge de la femme, âge au 1er mariage et différence d’âge entre conjoints (femmes sans enfant exclues)
Légende R2 = 0,21moyenne réelle = 7,41
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2901/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 53k

Auteurs

Crognier Emile, UMR 6578 “Adaptabilité humaine : biologie et culture”, CNRS-Université de la Méditerranée, Marseille.

Baali Abdellatif, Université Cadi Ayyad, Faculté des sciences Semlalia, Département de biologie, Laboratoire d’écologie humaine, Marrakech, Maroc.

Baudot Patrick, Université de Provence, Faculté Saint-Charles, Laboratoire population-environnement, Marseille, France.

Bley Daniel, UMR 6578 “Adaptabilité humaine : biologie et culture”, CNRS-Université de la Méditerranée, Marseille.

Boetsch Gilles, UMR 6578 “Adaptabilité humaine : biologie et culture”, CNRS-Université de la Méditerranée, Marseille.

Hilali Mohamed Kamal, Université Cadi Ayyad, Faculté des sciences Semlalia, Laboratoire d’écologie humaine, Marrakech, Maroc.

© Institut de recherches et d'études sur les mondes arabes et musulmans, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter