Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conception, naissance et petite enfance au Maghreb

Les facteurs territoriaux de la fécondité marocaine

Une analyse d’après l’enquête ENPS de 1987

Aurora Angeli et S. Salvini

Texte intégral

L’urbanisation dans les pays musulmans

1Dans tous les pays arabes, l’urbanisation est particulièrement forte et ce phénomène est destiné à s’intensifier dans les prochaines décennies, avec d’importantes répercussions non seulement sur le plan strictement économique et social, mais aussi sur celui des comportements démographiques.

2Dans le cadre général des pays musulmans, la Libye se rattache au groupe des pays qui avec le Koweit, le Qatar et l’Arabie du Sud, ont les niveaux d’urbanisation les plus élevés (plus de 60 % de la population totale sont en ville) et dans lesquels ce processus a connu un fort développement au cours des dernières décennies.

3Dans un deuxième groupe, on trouve notamment le Maroc, l’Algérie et la Tunisie, nations où un meilleur équilibre existe, entre populations rurales et urbaines. Ces pays qui ont une vocation citadine plus ancienne, se sont engagés depuis plusieurs décennies dans un changement social qui détermine une transition démographique effective bien que lente. Le littoral du Maghreb est actuellement une zone de concentration de cette dynamique.

4Pour ce qui concerne le Maroc, le recensement de 1982 comptait environ 20 225 000 habitants, plus environ 164 000 dans le Sahara occidental. L’urbanisation y a été très rapide ; en 1965 l’ensemble de la population urbaine représentait 32 % du total, en 1982 elle avait progressé jusqu’à 43 % (ONU, 1990) et enfin des estimations plus récentes (World Bank, 1991) indiquent une équivalence des fractions urbaines et rurales. La population urbaine croît de 4,6 % par an et le taux d’urbanisation sera vraisemblablement de 55 à 60 % à la fin du siècle (Benblidia, 1995).

5L’analyse des recensements de 1971 et de 1982 met en évidence deux mouvements de la population : d’une part les migrations de ville à ville et d’autre part l’émigration rurale. L’exode rural a été très important dans les années soixante-dix, de l’ordre de 100 000 départs chaque année (CERED, 1990). Vers la fin de cette période, s’est aussi affirmée l’importance des migrations entre villes et de la campagne en direction des petits centres urbains. Au cours des dernières décennies, s’est fortement accru le nombre de petites villes de moins de 20 000 habitants qui présentent des taux d’accroissement et des soldes migratoires supérieurs à ceux des grandes villes (Chaline, 1990). Parmi les villes les plus peuplées se trouvent des agglomérations anciennes (Fès, Meknès) et des centres de la côte atlantique comme Casablanca (=10 % de la population nationale), Rabat, Kenitra, Safi et Agadir, qui ont ressenti plus particulièrement l’immigration.

6Les immigrés se sont surtout établis dans les anciennes médinas, dans le même temps où la bourgeoisie urbaine se déplaçait vers les quartiers extérieurs construits par les Français (à partir de 1930). La densité de population est particulièrement élevée dans les médinas, comme ce fut par exemple le cas à Fès, où la population des quartiers anciens a triplé au cours des trente dernières années (actuellement 60 % de la population sont installés dans 15 % du territoire urbain). La prolifération de métiers marginaux aide à la survivance du monde rural en milieu urbain (Dagradi et Farinelli, 1992). Dans les grands centres de la côte atlantique les plus industrialisés et de formation récente, l’absence de vieux quartiers a conduit à la construction de quartiers industriels et commerciaux (nouvelles médinas) et souvent à la formation de grands bidonvilles périphériques. Des habitats de statut socio-économique précaire se sont également formés dans les autres villes marocaines, comme à Marrakech par exemple, où des douars périphériques ont été investis. Certains d’entre eux sont en train de se transformer en quartiers stables (Chaline, 1990).

7Les résultats de l’Enquête nationale sur la planification familiale, la fécondité et la santé de la population au Maroc (ENPS) effectuée en 1987 dans le cadre du programme démographie et santé, montrent comme dans d’autres nations d’Afrique du Nord, de fortes différences entre ville et campagne et entre régions, de l’indice synthétique de fécondité (ISF) ainsi que d’autres indicateurs socio-démographiques. Vallin (1984) signale que les données recueillies depuis les années soixante jusqu’à 1982, ne sont pas toujours comparables car la diminution de la mortalité infantile a provoqué des omissions dans les enquêtes rétrospectives sur la fécondité. Cette réserve étant faite, les données montrent cependant que la fécondité marocaine est restée élevée jusqu’aux années soixante-dix.

8La comparaison des enquêtes de 1987 et 1992 (tableau 1) montre comment les facteurs territoriaux, les tendances et les structures de la mobilité, restent fortement liés aux comportements démographiques. Les facteurs culturels qui sont associés à la dichotomie urbain/rural se traduisent dans les différences de la fécondité et de ses déterminants, comme dans les principaux indicateurs socio-démographiques.

9Au cours des 5 années qui séparent les enquêtes, le niveau moyen de l’instruction féminine s’est élevé, l’usage de contraceptifs modernes s’est accru et le nombre moyen d’enfants par femme a diminué. L’accroissement de la contraception a été plus fort en milieu rural qu’en milieu urbain, même si un écart important demeure entre les deux milieux.

Tableau 1. Indicateurs socio-démographiques selon la résidence urbaine ou rurale des femmes interrogées, Maroc 1987 et 1992

Tableau 1. Indicateurs socio-démographiques selon la résidence urbaine ou rurale des femmes interrogées, Maroc 1987 et 1992

(*)= indice synthétique de fécondité ; (¶) = utilisation actuelle de la contraception moderne. (Source : Ayad & Belhachmi, 1989 ; Ayad & Housni, 1993).

L’évaluation de la mobilité interne

10A partir de l’enquête ENPS de 1987, nous avons tenté de mettre en évidence des comportements différentiels, selon la résidence des femmes et selon leurs déplacements sur le territoire national.

11Les informations incluses dans l’enquête concernent le lieu de résidence au moment de l’enquête, sa durée d’occupation et le lieu de résidence pendant l’enfance. Ces variables relatives aux déplacements territoriaux, peuvent être associées à celles qui concernent la nuptialité, la fécondité ou la contraception, mais contrairement à ces dernières, elles n’ont pas de caractère rétrospectif et sous-évaluent donc les mouvements réels, même si la question sur la permanence dans l’habitat actuel permet d’échapper partiellement à une information de type essentiellement transversal.

12L’enquête a réuni un échantillon (autopondéré) de 6 000 femmes mariées, âgées de 15 à 49 ans. 43 % d’entre-elles habitaient en milieu urbain au moment de l’enquête et 53 % en milieu rural (ces proportions correspondent aux évaluations des recensements qui estiment qu’au milieu des années quatre-vingt, 44 % de la population vivaient dans des agglomérations de plus de 2 000 habitants). Le mouvement d’urbanisation est donc fort, alors que le flux inverse de la ville vers la campagne est négligeable. Pour autant, les données ne permettent pas d’obtenir d’informations sur les mouvements inter-urbains, dont on sait pourtant qu’ils ont été très importants au Maroc. Enfin, elles concernent les femmes en âge fécond et si elles sous-évaluent les mouvements migratoires, il faut cependant remarquer qu’elles s’adressent à la tranche d’âge de la population marocaine certainement la plus impliquée dans la mobilité.

Tableau 2. Distribution urbaine des femmes de l’enquête ENPS 1987 au Maroc, selon le type de quartier et le pourcentage d’émigrées des zones rurales

Tableau 2. Distribution urbaine des femmes de l’enquête ENPS 1987 au Maroc, selon le type de quartier et le pourcentage d’émigrées des zones rurales
  • * femmes ayant migré de la ville vers la campagne : 7,6 %

Note (*)*

13Les premiers résultats montrent que toutes les classes d’âge étudiées sont concernées par l’urbanisation, 35 à 50 % des femmes interrogées en ville étant des néo-urbaines, pourcentage qui augmente avec l’âge à partir de 25 ans. Corollairement, 40 à 50 % des femmes de chaque groupe d’âge ont toujours vécu dans la résidence qu’elles habitent au moment de l’enquête, valeurs qui tendent à augmenter à partir de 35 ans. La permanence d’habitat a une relation positive avec l’âge, en effet les déplacements récents diminuent lorsque l’âge augmente. La mobilité féminine peut être provoquée par les déplacements de travail, soit personnels soit encore plus fréquemment liés au travail du mari, mais avant tout, elle exprime la relation entre mariage et migration vers les zones urbaines. Ceci est particulièrement marqué chez les femmes venues en ville depuis moins d’un an (47 % sont venues à l’occasion de leur mariage), mais le pourcentage est encore de 30 à 40 % chez celles qui y résident depuis quatre ans ou moins.

Les femmes immigrées en ville : établissement et attitudes fécondes

14Les facteurs de modernisation du Maroc induisent des attitudes et des comportements démographiques, en particulier féconds et socio-sanitaires, diversifiés dans les deux contextes rural et urbain (Makhlouf Obermayer, 1993). Les données du tableau 1 révèlent les changements qui se sont produits dans l’intervalle séparant les deux enquêtes ENPS de 1987 et 1992, qui dans certains cas montrent un rapprochement entre les deux milieux (utilisation de la contraception, âge moyen au premier mariage) et dans d’autres au contraire un accroissement des différences (par exemple le nombre idéal d’enfants passe de 3,3 et 4 enfants en 1987, à 2,9 et 3,9 en 1992).

15Les aspects démographiques liés aux facteurs territoriaux ont été amplement documentés dans de nombreuses études fondées sur des enquêtes, mais dans le cas du Maroc comme peut-être dans d’autres nations en développement, la typologie de résidence urbaine/rurale peut se révéler peu favorable à une bonne compréhension des comportements ; en particulier, la modalité urbaine peut être très hétérogène. Pour qualifier les contenus socio-économiques relatifs à la résidence urbaine, on peut utiliser une autre information contenue dans l’enquête ENPS, la typologie du quartier : luxe, moderne, nouvelle médina, quartier industriel, médina, bidonville, douar urbain. Dans la suite de cette analyse, on a regroupé d’une part les quartiers les plus modestes : médinas, bidonvilles, douars urbains et d’autre part les quartiers dotés d’une infrastructure adéquate (luxe, moderne, nouvelle médina, quartier industriel).

16Les femmes interrogées en 1987 sont réparties parmi les diverses modalités (tableau 2). Le quartier le plus représenté est celui de la nouvelle médina, qui est doté de services et de centres commerciaux. 41 % des femmes en âge fécond résidant dans les quartiers urbains ou dans les petits centres proviendraient de la campagne, mais ce pourcentage change selon le type de quartier. 60 % des femmes des quartiers les plus précaires (bidonvilles et douars) seraient immigrées du milieu rural, pourcentage élevé qu’on retrouve peu ou prou dans les autres formes d’habitat urbain peu favorables. Le type d’habitat urbain peut être important, parce qu’on a observé que les quartiers pouvaient aller de pair avec de forts cloisonnements sociaux dans les pays du Maghreb. La question qu’on est amené à se poser est donc de savoir s’il peut y avoir dans le comportement démographique des différences parallèles à celles qui ont été relevées dans la structure sociale et économique associée aux différents quartiers.

17Les résultats exposés dans le tableau 3 mettent en évidence quelques différences au sein du contexte urbain, surtout parmi les femmes d’âge moyen, tant pour le nombre d’enfants que pour le comportement contraceptif et l’âge au premier mariage. Les différences sont probablement le résultat de l’interaction de nombreuses variables socioculturelles qui distinguent les quartiers nouveaux des plus anciens ou des plus précaires. Si l’on fait intervenir de surcroît l’instruction féminine et la profession du mari, on trouve qu’à âge égal, existent des différences significatives selon la typologie de résidence. Dans les âges moyens, 20 à 25 % des femmes des quartiers modernes ont reçu une instruction secondaire. Cette proportion ne dépasse pas 15 % dans les quartiers défavorisés (médinas, bidonvilles, douars). Cette différence se marque aussi par la profession ; les femmes dont le mari est employé de bureau ou cadre sont pour 15 % résidentes des quartiers modernes et pour 11 % seulement des quartiers défavorisés.

Tableau 3. Indicateurs socio-démographiques selon la résidence et l’âge des femmes. Maroc ENPS, 1987

Tableau 3. Indicateurs socio-démographiques selon la résidence et l’âge des femmes. Maroc ENPS, 1987

(*)= nés vivants ; (a)= rural ;(b)= quartiers urbains modernes ;(c)= quartiers urbains anciens ou précaires ;(d)= petits centres

18En ce qui concerne la fécondité et la nuptialité, on constate qu’à âge égal le nombre moyen d’enfants baisse de la campagne aux zones urbaines marginales, puis de celles-ci aux zones urbaines les plus modernes et aisées. De même, l’âge au premier mariage montre une tendance à la hausse au fil des étapes de ce parcours. Par contre, l’effet des variables socio-économiques se traduit moins dans les comportements contraceptifs. Si l’écart dans l’usage des contraceptifs modernes est fort entre ville et campagne, c’est seulement chez les femmes les plus âgées qu’on retrouve cette gradation suivant les types de résidence ; chez celles d’âge moyen, la relation est moins nette. L’association entre type de résidence et contraceptifs est complexe et sans doute le nombre d’enfants y joue-t-il un rôle essentiel, dans la mesure où les données de l’enquête de 1987 suggèrent que les femmes utiliseraient plus efficacement les contraceptifs lorsqu’elles ont atteint le nombre d’enfants désiré (Angeli & Salvini, 1990 ; cf également Varea et al. ainsi que Baudot et Bley, infra). Dès lors, s’expliquerait l’apparente contradiction qui dans le tableau 3 associe nombre d’enfants élevé et plus d’accès à la contraception dans les quartiers urbains les moins favorisés ; les comportements de ces femmes apparaissent voisins de ceux des femmes installées dans les petits centres.

Différences de comportement démographique entre ville et campagne : un procès d’assimilation

19Est-ce que la mobilité induit un phénomène d’assimilation des comportements, notamment des attitudes fécondes, ou bien les facteurs de “mémoire” continuent-ils de conditionner les femmes, même lorsqu’elles ont changé de résidence pendant leur enfance ?

20Il y a trois groupes de femmes interrogées : celles qui ont toujours vécu en ville, celles qui ont toujours vécu à la campagne et celles qui ont résidé à la campagne pendant leur enfance, mais qui sont citadines au moment de l’enquête.

21Les différences de fécondité et d’usage de la contraception moderne sont très marquées entre ces trois groupes (tableau 4). L’évolution des différences par âge permet de reconnaître le développement typique du processus de transition : d’une situation commune à toutes les femmes indépendamment de la résidence, on passe à une situation où les facteurs de modernisation pèsent diversement sur le territoire. A l’achèvement du processus, les comportements tendent de nouveau à s’uniformiser par la propagation universelle des structures de planification. Il y a cependant d’autres facteurs culturels plus difficilement reconnaissables et mesurables, qui peuvent brouiller les relations entre facteurs d’environnement et comportements génésiques.

Tableau 4. Nombre moyen d’enfants nés vivants et utilisation de la contraception moderne, selon la classe d’âge et la typologie de résidence. Maroc, ENPS, 1987

Tableau 4. Nombre moyen d’enfants nés vivants et utilisation de la contraception moderne, selon la classe d’âge et la typologie de résidence. Maroc, ENPS, 1987

22Les données laissent entrevoir un mouvement “d’assimilation” de nouveaux comportements dans le passage de la campagne à la ville. Il touche particulièrement la tranche d’âge 30-40 ans, dont la fécondité est déjà avancée sans être achevée et dont les femmes sont touchées par le procès de modernisation ainsi que vraisemblablement par la diffusion de la planification familiale (Fargues, 1988 ; Salvini, 1990). On le perçoit par le nombre d’enfants des femmes migrées en ville, qui est intermédiaire aux valeurs des groupes restés sédentaires, soit dans le milieu urbain soit dans le milieu rural. Ce même mouvement s’exprime aussi dans le comportement contraceptif (tableau 4). Les femmes qui ont toujours vécu dans les grandes villes montrent une prévalence contraceptive toujours forte quel que soit l’âge, elle est au contraire modérée chez les rurales sédentaires et enfin intermédiaire chez les migrantes. L’âge au mariage est l’une des “variables intermédiaires” (Bongaarts et Potter, 1987) les plus importantes qui influencent la fécondité. La typologie de résidence ne l’affecte que modérément. Si la différence moyenne d’âge au mariage dépasse un an dans les classes d’âge 20-34 ans (tableau 3), elle tend à s’atténuer dans les tranches d’âge plus vieilles.

Tableau 5. Modèle 1 : estimation des paramètres du modèle logistique ; coefficients standardisés et odds ratios des variables explicatives indiquées, en considérant l’utilisation de contraceptifs modernes comme variable expliquée

Tableau 5. Modèle 1 : estimation des paramètres du modèle logistique ; coefficients standardisés et odds ratios des variables explicatives indiquées, en considérant l’utilisation de contraceptifs modernes comme variable expliquée

Toutes les femmes, Maroc, ENPS 1987 [(@)=modalité de référence ; (*) P<=0,05 ; (**) P<=0,01]

Facteurs territoriaux et culturels du comportement contraceptif

23Pour mieux comprendre les mécanismes qui lient le comportement contraceptif aux facteurs culturels associés à la résidence et aux modalités de la mobilité territoriale, ainsi que pour en comprendre les relations, on a employé des régressions logistiques multiples. On a construit trois modèles ayant comme variable dépendante l’emploi des méthodes contraceptives modernes et comme variables explicatives “territoriales”, alternativement :

  1. la typologie de résidence associant les informations sur la résidence actuelle à celles concernant la résidence au cours de l’enfance (modèle 1 : tableau 5)
  2. la durée de vie en ville pour le sous-groupe des femmes qui habitent en milieu urbain au moment de l’enquête (modèle 2 : tableau 6)
  3. la typologie de quartier de résidence (modèle 3 : tableau 7).

24Trois variables communes aux divers modèles ont également été utilisées : le nombre d’enfants, la durée du mariage (calculée à partir du premier mariage) et le niveau d’instruction (nombre d’années d’études).

Tableau 6. Modèle 2 : estimation des paramètres du modèle logistique ; efficients standardisés et odds ratios des variables explicatives indiquées, considérant l’utilisation de contraceptifs modernes comme variable expliquée

Tableau 6. Modèle 2 : estimation des paramètres du modèle logistique ; efficients standardisés et odds ratios des variables explicatives indiquées, considérant l’utilisation de contraceptifs modernes comme variable expliquée

Toutes les femmes, Maroc, ENPS, 1987 [(@)=modalité de référence ; (*) P<=0,05 ; (**) P<=0,01]

Tableau 7. Modèle 3 : estimation des paramètres du modèle logistique ; coefficients standardisés et odds ratios des variables explicatives indiquées, en considérant l’utilisation de contraceptifs modernes comme variable expliquée

Tableau 7. Modèle 3 : estimation des paramètres du modèle logistique ; coefficients standardisés et odds ratios des variables explicatives indiquées, en considérant l’utilisation de contraceptifs modernes comme variable expliquée

Toutes les femmes, Maroc ENPS 1987. [(@)=modalité de référence ; (*) P<=0,05 ; (**) P<=0,01]

25Le modèle 1 (tableau 5) vérifie l’effet des caractéristiques de la résidence sur l’emploi des contraceptifs, à égalité de fécondité, de durée de mariage et d’instruction. Avant tout, c’est l’importance d’appartenir au milieu urbain lorsque se déroule l’enquête, qui s’affirme. Quel que soit le type de résidence de l’enfance, les femmes actuellement urbaines ont une probabilité d’utiliser ou d’avoir utilisé les méthodes contraceptives, qui est au moins le triple de celle des femmes nées et demeurées en milieu rural. Par rapport à celles-ci (groupe repère de probabilité =1), les femmes qui ont passé de la campagne à la ville pendant l’enfance, présentent un Odds Ratio (OR) = 3. Le fait d’avoir vécu dès l’enfance dans une ville, augmente remarquablement la probabilité d’utiliser la contraception respectivement (0R=5,3 et 4,6), pour une grande et pour une petite agglomération. L’effet exercé par le fait de vivre dans une petite ville au moment de l’enquête, est plus limité (OR = 4,1 à 4,5). Parmi les femmes de milieu rural lors de l’enquête, la probabilité d’employer la contraception est 2,5 fois plus grande chez celles qui viennent de la ville que chez celles qui ont aussi passé leur enfance à la campagne. La grande ville exerce un effet plus fort comme résidence actuelle (et donc pendant la vie féconde), que pendant l’enfance (OR= 3 et 2,5). Cela semble suggérer qu’à côté des dynamiques de modernisation des comportements féconds, le déterminant majeur de la contraception au Maroc serait l’existence et la possibilité d’accès aux structures de planification familiale. Les coefficients négatifs affectant les interactions entre degré d’instruction et type de résidence, mettent en évidence le plus grand impact de l’instruction en milieu rural, ce qui indiquerait a contrario que les femmes urbaines peuvent de toute façon trouver les informations nécessaires pour conduire leur fécondité à leur guise (on trouve des OR significatifs de 0,8 pour les interactions entre années d’études et résidence urbaine).

26Ce modèle comme les deux suivants, confirme en outre ce qui a été mis en évidence dans les pages précédentes : au Maroc, l’usage de contraceptifs modernes dépend fortement de la fécondité atteinte. Un nombre croissant d’enfants augmente graduellement sa probabilité d’utilisation (OR = 1,34 pour chaque enfant additionnel).

27Pour étudier la pénétration du comportement de contraception (modèle 2), on a substitué dans le groupe des femmes habitant en ville lors de l’enquête, la variable “durée de la vie en ville” à la variable “résidence actuelle et résidence au cours de l’enfance” du modèle 1 (tableau 6). La modalité de référence est celle des femmes immigrées en ville depuis peu (< 5 années), les autres modalités étant 5-9 années (IM2), 10 et plus (IM3) et toujours en ville (IM4).

28La durée du temps passé en ville semble exercer une influence positive sur l’emploi de contraceptifs et donc d’en augmenter la probabilité : OR= 1,37 et 1,21 pour les modalités IM2 et IM3, mais l’association n’est significative que pour IM4. Les femmes toujours citadines ont une probabilité de contraception 64 % plus grande que celles qui ne l’ont été que peu d’années.

29Le modèle 3 qui est appliqué à l’ensemble des femmes, s’efforce de dégager l’impact socio-économique résultant de la vie en ville sur la contraception. Les variables territoriales explicatives, sont les lieux de résidence lors de l’enquête : quartiers urbains modernes (QUAR1), vieux quartiers urbains (QUAR2), petits centres (QUAR3), la base de référence étant le milieu rural.

30Le fait de vivre dans un quartier urbain moderne augmente de 4 fois par rapport au milieu rural (OR=4), la probabilité d’utiliser des contraceptifs, sans doute en relation avec un meilleur environnement économique ainsi qu’avec une plus forte présence des influences occidentales. Cette probabilité est encore presque 3 fois plus élevée qu’à la campagne, pour les femmes qui habitent des quartiers urbains anciens ou des petits centres.

31En résumé, les modèles montrent que le facteur le plus significatif de l’usage des méthodes contraceptives modernes est l’appartenance au milieu urbain. La résidence pendant l’enfance, l’ancienneté de l’immigration et l’identité sociale représentée par la typologie du quartier, semblent revêtir une importance moindre en discriminant les comportements de façon moins marquée.

32On dresserait un panorama encore plus satisfaisant de cette question si l’on ajoutait des informations touchant le processus d’amélioration du statut féminin, concept complexe qui devrait intégrer de nombreuses composantes telles que l’accès à l’instruction et au marché du travail, la gestion des ressources et la participation aux responsabilités familiales (Mason, 1985). Les taux d’analphabétisme sont très élevés partout au Maroc, notamment chez les femmes rurales. Les différences dans les groupes de résidence urbaine ou rurale sont parfois très accentuées et par exemple, la région du Centre où se trouve Casablanca, est marquée par les taux d’alphabétisation et d’instruction supérieure les plus élevés, par l’indice synthétique de fécondité le plus bas, mais aussi par la proportion la plus faible de femmes vivant en zone rurale.

33Les premières données de la deuxième phase du relevé de 1992 montrent une nette amélioration et confirment un lien net avec le comportement fécond : par rapport à un ISF égal à 4, elles indiquent un niveau de 4,9 pour les femmes sans aucun instruction, 2,4 pour celles qui ont un niveau d’instruction primaire et 2 pour celles qui ont un niveau d’instruction supérieure. Dans un tableau d’indicateurs de la condition féminine, on pourrait aussi ajouter un autre renseignement : les ménages, dont le chef est une femme, mais bien que le questionnaire ENPS prévoit la question sur la présence ou l’absence du conjoint dans la famille, cette donnée n’a pas été prise dans l’enquête marocaine (en 1960, 11,2 % des ménages marocains étaient dirigés par une femme ; en 1982, ils sont 15,2 %). Cette hausse, documentée pour d’autres pays du Maghreb, est due notamment à l’accroissement des divorces et du veuvage, à la législation du divorce et à la migration des hommes vers l’étranger (Chalbi-Drissi, 1988).

34Il aurait été intéressant d’ajouter dans l’analyse, la variable sur le travail féminin à côté de celle qui se rapporte à l’instruction, afin de mieux évaluer l’effet particulier de la résidence. Malheureusement, au contraire d’autres pays dans lesquels des enquêtes ENPS ont été conduites, il n’y a pas assez d’information sur le travail des femmes au Maroc. Le contingent des femmes marocaines qui travaillent au moment de l’enquête est, qui plus est, peu important, de l’ordre de 5 % du total. Ces facteurs ne permettent pas d’approfondir l’analyse relativement à cette variable qui a été pourtant reconnue comme fondamentale dans l’explication des changements de la fécondité (Fargues, 1988).

Bibliographie

Références

Aloui, T., Ayad, M. et Fourati H., 1989, “Enquête démographique et de la santé en Tunisie, 1988”, Office national de la famille et de la population, Direction de la population, Tunis et IRD., Westinghouse, USA.

Angeli, A. et Salvini, S., 1990, Pianificazione familiare e comportamenti riproduttivi nei paesi islamici dell’area mediterranea, Genus, 56, 1-2, 109-132.

Ayad, A., M. et Belhachmi, H., 1989, ENPS, Démographie & Health Surveys, IRD, Westinghouse, USA.

Azelmat, M., Ayad, M. et Belhachmi, H., 1989, “Enquête nationale sur la planification familiale, la fécondité et la santé de la population au Maroc (ENPS), 1987”, ministère de la Santé publique, Service des études et de l’information sanitaire, Rabat et IRD, Westinghouse USA.

Azelmat, M., Ayad, M. et Housni, E., A., 1993, “Enquête nationale sur la population et la santé (ENPS II), 1992”, ministère de la Santé publique, Service des études et de l’information sanitaire, Rabat et Macro International Inc., USA.

Benblidia, M., 1995, “L’environnement dans les pays du Maghreb”, in Population et environnement au Maghreb, séminaire du 10 au 25 mai 1993, programme MED-CAMPUS de l’UE, Rabat, Tabutin et al. (eds.).

Bongaarts, J. et Potter , R., G., 1983, Fertility, biology and behaviour, New York, Academic Press. CERED, 1990, Aspects récents de la politique de la population au Maroc, Direction de la statistique, Rabat.

Chalbi-Drissi, H., 1988, “Statut de la femme et politique de population au Maghreb”, in IUSSP, African Population Conference, Dakar, vol. 3.

Chaline, C, 1990, Les villes du monde arabe, Masson, Paris.

Dagradi, P. et Farinelli, F., 1992, Il mondo Arabo e Islamico, UTET, Torino.

Fargues, P., 1988, “La baisse de la fécondité arabe”, Population, 43, 6.

Makhlouf Obermeyer, C, 1993, “Culture, Maternai Health Care, and Women Status : a Comparison of Morocco and Tunisia”, in Studies in Family Planning, 24, 6

MAROC, 1987, “Enquête nationale sur la planification familiale, la fécondité et la santé de la population au Maroc (ENPS)”.

Mason, K., 1985, The Status of Women, The Rockfeller Foundation

ONU, 1990, Demographic Yearboot.

Salvini, S., 1990, “La transizione demografica nei paesi del Mediterraneo Sud-Orientale”, Dipartimento Statistico, Universita degli Studi di Firenze, Serie Richerche Empiriche, n° 16.

Sayed, H., A., Osman, M., El-Zanaty, F. et Way, A., 1989, “Egypt Demographic and Health Survey, 1988”, Egypt National Population Council, Cairo & Inst. of Resource Development, Columbia, Maryland, USA.

Vallin, J., 1984, “Rapport de synthèse” in Actes des journées d’étude sur la fécondité dans le Maghreb, Rabat, AMER

World bank, 1990, Social Indicators of Development, John Hopkins, University Press.

Notes de fin

* femmes ayant migré de la ville vers la campagne : 7,6 %

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Indicateurs socio-démographiques selon la résidence urbaine ou rurale des femmes interrogées, Maroc 1987 et 1992
Légende (*)= indice synthétique de fécondité ; (¶) = utilisation actuelle de la contraception moderne. (Source : Ayad & Belhachmi, 1989 ; Ayad & Housni, 1993).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2878/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Tableau 2. Distribution urbaine des femmes de l’enquête ENPS 1987 au Maroc, selon le type de quartier et le pourcentage d’émigrées des zones rurales
Légende Note (*)*
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2878/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Tableau 3. Indicateurs socio-démographiques selon la résidence et l’âge des femmes. Maroc ENPS, 1987
Légende (*)= nés vivants ; (a)= rural ;(b)= quartiers urbains modernes ;(c)= quartiers urbains anciens ou précaires ;(d)= petits centres
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2878/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Tableau 4. Nombre moyen d’enfants nés vivants et utilisation de la contraception moderne, selon la classe d’âge et la typologie de résidence. Maroc, ENPS, 1987
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2878/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Tableau 5. Modèle 1 : estimation des paramètres du modèle logistique ; coefficients standardisés et odds ratios des variables explicatives indiquées, en considérant l’utilisation de contraceptifs modernes comme variable expliquée
Légende Toutes les femmes, Maroc, ENPS 1987 [(@)=modalité de référence ; (*) P<=0,05 ; (**) P<=0,01]
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2878/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Tableau 6. Modèle 2 : estimation des paramètres du modèle logistique ; efficients standardisés et odds ratios des variables explicatives indiquées, considérant l’utilisation de contraceptifs modernes comme variable expliquée
Légende Toutes les femmes, Maroc, ENPS, 1987 [(@)=modalité de référence ; (*) P<=0,05 ; (**) P<=0,01]
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2878/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Tableau 7. Modèle 3 : estimation des paramètres du modèle logistique ; coefficients standardisés et odds ratios des variables explicatives indiquées, en considérant l’utilisation de contraceptifs modernes comme variable expliquée
Légende Toutes les femmes, Maroc ENPS 1987. [(@)=modalité de référence ; (*) P<=0,05 ; (**) P<=0,01]
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2878/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

Auteurs

Angeli Aurora, Universita degli studi di Bologna, Dipartimento di scienze statiche “Paolo Fortunati”, Bologne, Italie.

Salvini S., Universita degli studi di Bologna, Dipartimento di scienze statiche “Paolo Fortunati”, Bologne, Italie.

© Institut de recherches et d'études sur les mondes arabes et musulmans, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter