Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Anthropologie de l’immigration

 | 
Gilles Boëtsch
, 
Jean-Noël Ferrié

I. Problèmes d'approche et premiers résultats

Approches du phénomène migratoire : généalogies et histoires de vie des immigrés Italiens de la commune de Saint-Maime (Alpes de Hautes-Provence)

Gilles Boëtsch, Daniel Bley e Lucia Tagliaro

Testo integrale

  • * UPR 221 du CNRS et Laboratoire d’Écologie Humaine (Université d’Aix-Marseille, Aix-en-Provence)

1Note portant sur l’auteur*

  • ** UPR 221 du CNRS et Laboratoire d’Écologie Humaine (Université d’Aix-Marseille, Aix-en-Provence)

2Note portant sur l’auteur**

  • *** Doctorante, Université de Provence, Aix-en-Provence

3Note portant sur l’auteur***

4La migration est un phénomène complexe qui affecte toutes les populations humaines (Kubat & Hoffmann-Nowotny, 1981) et qui ne peut être seulement expliqué par la recherche d’un équilibre entre la dimension d’un groupe et les ressources accessibles à celui-ci (la fameuse « pression des subsistances » de Malthus). La complexité du phénomène migratoire se situe dans son aspect multidimensionnel ; si la migration produit des effets aussi bien sur la société d’origine que sur la société d’accueil, elle possède un pouvoir de transformation des populations sur plusieurs niveaux (culturel, économique, biologique - cf. Pitt-Rivers, 1933 ; Keyfitz, 1966 ; Mascie-Taylor & Lasker, 1988).

5Les groupes humains sont plus ou moins perméables aux échanges, et les mécanismes d’ouverture ou de clôture génétique sont liés aux structures sociales (Legay et Debouzie, 1985 :26). C’est pourquoi les transformations ayant la visibilité la plus immédiate se situent dans le champ du social, alors que les modifications du pool génique seront plus lentes parce qu’elles se situent en aval et qu’elles sont gouvernées par un ensemble de facteurs culturels (Dyke, 1984). Entre les deux sociétés, celle de départ et celle d’arrivée, on constate que le rythme du changement n’est pas le même : c’est bien souvent la société d’accueil qui amplifie les processus de transformation.

6La migration massive de populations est souvent liée à la misère ou à la recherche de meilleures conditions de vie, et l’on peut constater que le sort des migrants est, par nature, moins figé que celui des sédentaires (Labbens, 1978 :106). Pourtant, s’en tenir là serait réduire l’ensemble du processus migratoire à un simple facteur d’ordre économique (Pull-Push factors theory ; cf. Portes & Böröcz, 1989). La complexité d’analyse réside aussi dans le fait que le facteur économique apparaît souvent comme cause principale de départ des premières cohortes de migrants (Sorokin, 1928 :561), même si l’on sait depuis longtemps que « ni la faim, ni la misère (...) ne fournissent une explication complète du phénomène » (Sorre, 1955 :187).

7Il convient donc d’introduire, à côté de cette explication quelque peu mécaniste, les systèmes de représentation dans lesquels s’inscrit l’aspiration de nombreux jeunes d’accéder à une existence « autre », une nouvelle vie éloignée de celle qu’ils vivent quotidiennement, dans un monde qui leur serait (imaginairement) inconnu ; quitter le foyer, était un élément d’aventure porteur d’anxiété mais aussi une libération (Weber, 1983 : 413). Cependant, il ne faut pas croire pour autant que cette migration était un puissant moteur de changement : dans les sociétés paysannes pratiquant une migration temporaire, on a observé que « l’essentiel [...] n’était pas l’immobilité, mais une mobilité d’un genre impénétrable » (Weber, 1983 : 408). Ceci s’explique par le fait que, dans de nombreuses sociétés paysannes, le groupe des hommes adultes, les « aînés » (père ou oncle), alimente et conforte l’imaginaire des adolescents en proposant un discours consensuel sur la migration vers la ville. Celle-ci deviendrait même un rite de passage nécessaire pour accéder à la catégorie d’« aîné ». Ainsi, le jeune migrant fera-t-il L’acquisition d’une « culture » de migrant, avec règles strictes de comportement envers les autres membres de la communauté des migrants, le pays natal et le pays d’accueil (Wolf, 1966). Là encore, on voit combien il est important de rappeler que la « culture » n’est pas une entité abstraite vidée de toute matérialité, mais qu’elle appartient à un groupe humain « adapté à un milieu géographique, porté par une histoire » (Wachtel, 1974 :126).

8Si la migration des premiers travailleurs correspond toujours à une forme d’« adaptation » économique, dès le début, elle porte en elle le changement culturel (Brandes, 1975 : 183) ; mais celui-ci se fait dans le respect du principe de solidarité communautaire. Tout du moins pendant un certain temps (Frield, 1959), c’est-à-dire tant que l’« urbain » n’empiète pas trop sur le « rural ». Cette constatation ne permet pas de faire l’économie de questions qui furent déjà posées par l’école américaine d’écologie urbaine : qui sont les migrants ? qui sont les non-migrants ? Et parmi ces derniers, il convient encore de distinguer ceux de la zone de départ et ceux de la zone d’arrivée (Freedman, 1964 :179).

9Remarquons d’emblée que les enjeux se situent à des niveaux multiples : le pouvoir économique s’articule avec le pouvoir social qui lui-même accroît le réseau relationnel. Dans le cas des relations matrimoniales, on pourra choisir une épouse dans un cercle de mariage plus étendu puisque, tout du moins dans un premier temps et si les conditions « objectives » du moment s’y prêtent, on a la possibilité de pouvoir la choisir aussi bien dans la zone de départ que dans celle d’arrivée.

La migration italienne à Saint-Maime : historique

10La commune de Saint-Maime est située dans le sud du département des Alpes de Haute Provence, à 9 Km de Forcalquier et à 63 Km de digne. Elle est entourée des communes de Volx, Mane, Forcalquier, Niozelle et Villeneuve. Elle forme un rectangle de 6 km de long sur 3 km de large. Sa population actuelle est de 497 habitants. Jusqu’au milieu du 19ème siècle, l’activité économique locale était essentiellement agricole. A partir de 1866, l’activité minière, déjà présente depuis au moins deux siècles et demi (Isarny, 1924 : 16), va prendre une dimension industrielle. Cette activité minière dépassera rapidement les capacités locales en matière de main-d’oeuvre. L’appel rencontrera un écho favorable parmi les populations piémontaises et ligures qui pratiquaient déjà la migration transalpine. Une première vague de migrants italiens arrive dans la décennie 1870-1879, en provenance de Villafochiardo et de Pinasco (Piémont) puis de Fontanigorda et de Rovegno (Ligurie). Contrairement à ce qui se passe dans le bassin minier provençal où les mineurs ont été essentiellement piémontais (Corti et Lonni, 1986 : 72), la majorité des migrants italiens établis à Saint-Maime vient de la commune de Fontanigorda, située dans la vallée de la Trebbia, à 50 km au nord de Gênes.

11En ce qui concerne l’histoire de l’immigration italienne, force est de constater qu’à Saint-Maime comme partout en France, l’immigration étrangère a du mal à se construire une histoire (Noiriel, 1988 :18). Dans une monographie publiée en 1924, Isarny ne fait qu’évoquer la présence de migrants italiens (Isarny, 1924 : 28) alors que ceux-ci sont déjà une composante essentielle de la population communale ; il faudra attendre les années 80 pour que ces derniers appartiennent officiellement à son histoire (Bonnet, 1986 ; 1990).

Les migrations familiales

12L’arrivée de familles provenant de Fontanigorda s’est effectuée de manière régulière, de la fin du 19ème siècle jusqu’à 1946. Il s’agit là d’un cas remarquable de réseau migratoire : les individus ou les couples migrants appartenaient à des sous-ensembles familiaux situés à la fois dans les communes de départ (Fontanigorda) et d’arrivée (Saint-Maime). Ainsi, Pietro C. migrant de deuxième génération, sera amené à Saint-Maime comme mineur par son père à l’âge de 16 ans (1911). Expulsé en 1940 vers l’Italie, il retournera pour quelques années à Fontanigorda où il épousera sa cousine germaine. Il reviendra avec elle en 1947 et continuera de retourner tous les ans à Fontanigorda pour y passer ses congés.

13La situation des migrants présente une grande variété. Ainsi, Charles C, petit-fils de migrants (Figure 2) n’est parti pour la première fois à Fontanigorda qu’à l’âge de 38 ans. Né en 1915 à Marseille, Charles est venu vivre chez ses grands-parents maternels à Saint-Maime 4 jours après sa naissance, sa mère étant décédée lors de l’accouchement. A l’âge de 16 ans, il entrera à la mine, non comme mineur, mais comme employé administratif. A l’exception de la période de guerre, il y restera jusqu’en 1947, c’est-à-dire presque jusqu’à la fermeture. Il exercera alors différents métiers (représentant de commerce, facteur) à Lyon ou à Marseille. Il prendra sa pré-retraite en 1974, à Saint-Maime. L’histoire de Charles a peu de rapport avec celle de Pietro et ce qui frappe le plus, c’est la différence dans les relations entretenues avec la commune de Fontanigorda : Pietro y est propriétaire d’une maison alors que Charles n’y va plus depuis longtemps. Le mode de relation du migrant avec sa commune d’« origine » trouve peut-être son explication dans la composition de la famille élargie et dans sa localisation géographique. Dans le cas de Charles, dont le mariage n’a pas donné d’enfants (Cf. figure 2), l’univers de la parenté se situe dans la région : son demi-frère et sa tante maternelle habitent en Provence et la partie de la famille demeurée ou retournée à Fontanigorda, est composée de célibataires. Si Pietro n’a pas non plus d’enfants, son univers familial est beaucoup plus étendu. Mais c’est seulement la « lignée » de son père qui a fait souche dans la région : toutes les autres branches sont demeurées ou sont retournées en Italie. La présence d’une parenté « proche » (frères, soeurs et neveux) l’insère dans une reconstruction de liens dans le tissu social local : les neveux ne sont pas à Fontanogorda mais à Manosque ou à Marseille.

14On voit ainsi combien les comportements individuels au sein des réseaux sociaux peuvent influencer la dynamique populationnelle : sur les 4 enfants de Santino C. venus à Saint-Maime et ayant fondé une famille, un seul y demeurera avec ses descendants ; les familles des trois autres repartiront totalement ou partiellement. La migration « temporaire » de longue durée, c’est-à-dire celle qui n’avait pas comme projet préalable d’être irréversible, laisse des « choix » aux acteurs ; et même à la seconde génération, on voit que les choix individuels prévalent car, - mais ceci est possible parce que les liens avec la zone de départ sont restés puissants, parmi les frères ou les soeurs qui viennent ou qui naissent sur les lieux de migration, certains restent alors que d’autres repartent.

15Si l’on peut considérer aujourd’hui que la Provence, d’une part, et le Piémont et la Ligurie, d’autre part, sont insérés dans des entités nationales « nivelées », on comprend bien que le statut de « migrant » pour les Italiens d’aujourd’hui et a fortiori pour leurs descendants n’ait plus de sens fort. On peut penser que si un jeune Italien arrive aujourd’hui dans le sud de la France, il ne se sentira plus « immigrant » parce que les causes de sa venue sont d’une autre nature que celles des Italiens des générations précédentes (Palidda, 1985). Pietro C. nous racontait que l’apparition du Pastis à Fontanigorda s’est faite de manière très précoce par rapport au reste de la région : elle était une marque « migrante » à l’intérieur de la commune et un signe de distinction pour l’extérieur. Ceci souligne que les jeunes migrants des périodes les plus récentes ne pouvaient que se retrouver parmi des repères connus et qu’ils n’ont fait que renforcer le nivellement entre les deux sociétés, contrairement à leurs aînés qui avaient eu besoin de la présence du réseau migrant comme élément essentiel pour assurer une transition entre société de départ et société d’accueil. On voit par là combien l’articulation entre réseau de migrant et génération est un bon indicateur du niveau d’adaptation.

16Si l’on regarde la diversité patronymique et le nombre de mariages homonymiques par génération dans les deux familles C, on constate pour la première génération, celle qui était demeurée au pays ou qui y était encore très liée, que le nombre de patronymes est peu élevé (40 % de patronymes différents) et que les mariages homonymiques entre époux touchent le quart des couples ; cette diversité patronymique reflète la structure de la population de Fontanigorda. A la génération suivante (G1), la constitution du réseau est mise en place : la communauté vit refermée sur elle-même (25 % de patronymes différents et accroissement spectaculaire des mariages homonymiques). Ceci indique deux choses : premièrement, la lecture des patronymes montre que le choix de conjoint était relativement restreint pour la population de Fontanigorda et se situait à une distance généalogique assez faible ; deuxièmement, la migration renforce l’endogamie parentale au sein du réseau. Ce processus a déjà été constaté (Hecht, 1977). Le choix du conjoint dans un espace généalogique restreint va accroître la consanguinité des migrants de la première génération. Les générations 3 et 4 voient la diversité patronymique, reflet de la structure génétique, augmenter (Fig. 3). Ceci marque à la fois la dilution des gènes italiens dans le pool génique régional (de nombreux descendants pratiquent un mariage exogame et vont s’installer à Manosque ou à Marseille) et la disparition de traits culturels (dialecte, cuisine, ...). Mais ce dernier aspect ne tient pas seulement au processus d’assimilation il est aussi le résultat de nivellement culturel observable au niveau occidental avec des modes de vie de plus en plus basés sur un seul modèle social. Même le discours toujours mythique de l’« ancienne » génération sur la « tradition » italienne (Orsi, 1990) n’est plus le prétexte à conflit entre générations.

La contribution des méthodes généalogiques et biographiques

17Lorsqu’il s’agit de phénomènes migratoires déjà anciens (plus du siècle, c’est-à-dire plus de trois générations), on peut se trouver confronté à deux situations :

  • la migration a été importante durant une brève période, puis les descendants ont quitté la zone d’immigration ou s’y sont totalement assimilés,
  • la migration s’est effectuée à un rythme faible mais régulier et les migrants et leurs descendants, par le fait d’une relation continue au « pays », ont conservé une conscience de leur identité,

18Ces deux grandes formalisations de la migration ne se prêtent pas au même type de construction : la première sera essentiellement historique alors que la seconde aura surtout recours à la méthode ethnographique.

19En ce qui concerne la méthode « historique », nous savons que l’écriture de l’histoire est multiple, même si elle a comme objectif de dégager des concepts d’ambition universelle (Marrou, 1954 : 150). La migration n’y échappe pas. Il existe d’une part, une « première » histoire « historiographique » que l’on peut écrire à partir des sources administratives (recensements, archives d’état-civil, etc.), d’autre part, une « seconde » histoire transmise oralement au travers de générations successives de migrants. Mais elles ne sont pas les seules ; on peut en trouver une troisième circulant parmi les non-migrants des villages d’origine et une quatrième parmi les non-migrants des villages de départ. Bref, toutes une série d’histoires qui peuvent s’inscrire dans une relation enquêteur/enquêté relevant du domaine de l’ethnographie. Par la suite de l’arrêt du processus migratoire, elles ont toutes en commun de perdre peu à peu leur substance au cours du temps.

20Le problème posé est de voir comment il est possible d’écrire l’histoire d’un phénomène social à partir de l’articulation entre des documents administratifs porteurs d’informations factuelles et des entretiens avec des acteurs plus ou moins proches du processus historique que l’on veut cerner (Ferrarotti, 1983). La démarche est fastidieuse parce qu’elle nécessite un réajustement constant entre deux niveaux cognitifs de nature différente : le dit et l’écrit. Mais elle est originale puisque qu’elle s’écarte de la plupart des travaux portant sur des populations en mouvement, travaux utilisant généralement, pour des raisons de cohérence interne donc de facilité dans l’analyse, seulement l’une ou l’autre méthode. Enfin, elle n’est pas sans rappeler les premières interrogations suscitées par la confrontation entre la méthode ethnologique et la méthode historique, avant de déboucher sur l’ethnohistoire (Fenton, 1962 ; Rohan-Csermak, 1966). Elle rejoint ainsi une double approche consistant à concevoir la migration à la fois comme un phénomène statistique qui s’inscrit comme un facteur de modification de l’espace, de l’économie et de la démographie, mais aussi comme un ensemble de destins individuels (Duchac, 1974 :309) que l’anthropologue doit montrer sans « excès de sentimentalisme ou de simplification grossière » (Lewis, 1963 :14). Cette seconde approche est au centre de la méthode anthropologique car il ne s’agit pas tant d’éprouver la cohérence interne d’un modèle par ailleurs toujours critiquable que de « donner au social l’occasion de faire entendre sa voix » (Bertaux, 1988 : 20) ; en un mot « de [le] livrer dans les termes même des protagonistes » (Lewis, 1963 : 14). Tout le problème de l’articulation entre cas « représentatifs » et cas « marginaux », c’est-à-dire de la quantification du qualitatif, se trouve dépassé si on les introduit dans un ensemble, sans qu’une quelconque idée d’« échantillon » représentatif ait été instruit : on construit un modèle au travers d’enquêtes portant sur des cas et des contre-cas. On finit par atteindre une représentation convaincante des processus sociaux étudiés, rejoignant l’anthropologie interprétative de Geertz (1973).

21Si l’enquête biographique permet l’interprétation des processus sociaux du point de vue des acteurs (Bertaux & Kohli, 1984), elle nécessite aussi, à cause de la richesse d’information, de circonscrire le domaine d’étude. Pour le cas de Saint-Maime, nous avons choisi de privilégier la méthode généalogique parce que nous avons la chance de pouvoir étudier l’ensemble du réseau migratoire, tant dans le milieu de départ que dans le milieu d’arrivée. De plus, cette méthode nous procure une vision de l’univers de la parenté du point de vue du narrateur elle permet de resituer la parenté dans les dimensions synchronique et diachronique du processus social étudié (Thunin, 1977).

Conclusion

22Si le phénomène migratoire a du mal à être décrit par une construction conceptuelle systématique permettant d’y reconnaître tout mouvement migratoire constaté, d’en expliquer les déterminations et les motivations ou encore d’en prévoir les effets, c’est qu’il n’existe pas de degré d’universalité suffisant pour ce phénomène. On ne peut pas non plus le réduire à un aspect particulier de la théorie générale du changement social (Duchac, 1974 : 371). Nous avons vu que les approches pouvaient être multiples et variées puisque la complexité du phénomène fait que les regards de nombreuses disciplines peuvent s’y rencontrer (Sorre, 1955 : 5) ; mais l’anthropologie reste confrontée à cette simple question : qu’est-ce qu’un migrant ? Ou plutôt, qu’est-ce que « le » migrant ? Et pour y répondre, elle ne peut se contenter de la méthode qualitative de l’anthropologie classique (Katz, 1953 : 75), mais doit combiner, à l’instar de l’étude de Lynd sur Middletown (1929), les données qualitatives obtenues au cours des entretiens individuels avec des matériaux recueillis à d’autres sources.

Figure 1 : Généalogie de Pietro C.

Figure 2 : Généalogie de Charles C.

Figure 3 : Evolution de la diversité patronymique et de l’homonymie

Bibliografia

Références bibliographiques

Bertaux (D.), 1988, Fonctions diverses des récits de vie dans le processus de recherche. Sociétés, n° 18: 18-22.

Bertaux (D.) & Kohli (M.) 1984, The life-story approach: a continental view. Annual Review of Sociology, vol. 10 : 215-237.

Bonnet (P.), 1986, Bois d’Asson. Mémoires d’une mine de Haute-Provence. Dauphin : L’Oeuvre au Noir.

Bonnet (P.), 1990, L’album de la mine. Dauphin: L’Oeuvre au Noir.

Brandes (S.H.), 1975, Migration, kinship, and community. New York: Academic Press.

Corti (P.) & Lonni (A.), 1986, La vallée de Chisone, Piémont : émigration, terre et industrialisation (1850-1914). Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. II (3) : 65-79.

Duchac (R.), 1974, La sociologie des migrations aux Etats-Unis. Paris/ La Haye: Mouton.

Dyke (B.), 1984, Migration and the structure of small population. In (A.J. Boyce, Ed.) Migration and mobility. Londres et Philadelphie: Taylor & Francis.

Fenton (W.N.), 1962, Ethnohistory and its problems. Ethnohistory, n° 9 : 1-23.

Ferrarotti (F.), 1983, Histoire et histoires de vie (La méthode biographique dans les sciences sociales). Paris: Librairie des Méridiens.

Freedman (R.), 1964, Cityward migration, urban ecology, and social theory. In: Contributions to Urban Sociology (E.W. Burgess & D.J. Bogue, Eds) Chicago/London: Chicago University Press, pp 178-200.

Frield (E.), 1959, The role of kinship in the transmission of national culture to rural villages in mainland Greece. American Anthropologist, vol. 61: 30-38.

Geertz (C), 1973, The Interpretation of Cultures. New-York: Basic Book.

Hecht (I.W.D.), 1977, Kinship and migration: The making of an Oregon community. Journal of Interdisciplinary History, vol. VIII (1) : 45-67.

Isardy (L.), 1924, Monographie de Saint-Maime. Digne : Impr. La Laborieuse.

Katz (D.), 1963 (1953), Les études sur le terrain. In (L. Festinger & D. Katz, Eds) Les Méthodes de recherche dans les sciences sociales (Trad. H. Lesage). Paris: PUF, p. 68-162.

Key fitz (N.), 1966, Population density and the style of social life. Bioscience, vol. XVI (12) : 868-873.

Kubat (D.) & Hoffmann-Novotny (H.J.), 1981, Migrations : vers un nouveau paradigme. Revue Internationale des Sciences Sociales, vol. XXXIII (2) : 335-359.

Labbens (J.), 1978. Sociologie de la pauvreté. Paris: Gallimard.

Legay (J.-M.) & Debouzie (D.), 1985, Introduction à une biologie des populations. Paris : Masson.

Lewis (O.), 1963 (1961), Les Enfants de Sanchez (Trad. C. Zins). Paris: Gallimard.

Lynd (R.S) & Lynd (H.M.), 1929, Middletown. New-York: Harcourt.

Marrou (H.-I.), 1954, De la connaissance historique. Paris: Seuil.

Mascie-Taylor, C.G.N. & G.W. Lasker, 1988, Biological Aspects of Human Migration. Cambridge : Cambridge University Press.

Noiriel (G.), 1988, Le Creuset français (Histoire de l’immigration 19ème-20ème siècles). Paris: Seuil.

Orsi (R.A.), 1990, Thefaultofmemory: « southern Italy » in the imagination of immigrants and the lives of their children in Italian Harlem, 1920-1945. Journal of history family, vol. XV (2) : 133-147.

Palidda (S.), 1985, Notes sur les parcours de la migration italienne. Peuples Méditerranéens, n° 1-32: 65-82.

Pitt-Rivers (G.H.L.), 1933, The Urgency of population study. Population, vol. I (1): 8-22.

Portes (A.) & Bôrôck (J) 1989, Contemporary immigration: Theorical perspectives on its determinants and mode of incorporation. International migration review, vol. XXIII(3) : 606-630.

Rohan-Cesmarck (G.), de 1966, Une ethnologie nouvelle de la Grande-Bretagne. Cahiers Internationaux de Sociologie, n° 41 : 151-166.

Sorokin (P.), 1928, Contemporary Sociological Theories. New York & Londres: Harper & Brothers.

Sorre (M.), 1955, Les Migrations des peuples (Essai sur la mobilité géographique). Paris : Flammarion.

Thunin (F.), 1977, Une méthode d’étude : la chrono-généalogie. Études rurales, n° 65 : 5-13.

Wachtel (N.), 1974, L’acculturation. In (J. Le Goff & P. Nora Eds) Faire de l’histoire, t. I : Nouveaux problèmes. Paris : Gallimard, pp. 124-146.

Weber (E.), 1983 (1976), La Fin des terroirs (La modernisation de la France rurale, 1870-1914). Paris: Fayard.

Wolf (E.R.), 1966, Kinship, friendship and patron-client relations. In (M. Banton Ed.) The Social Anthropology of Complex Societies. London : Tavistock.

Note di fine

* UPR 221 du CNRS et Laboratoire d’Écologie Humaine (Université d’Aix-Marseille, Aix-en-Provence)

** UPR 221 du CNRS et Laboratoire d’Écologie Humaine (Université d’Aix-Marseille, Aix-en-Provence)

*** Doctorante, Université de Provence, Aix-en-Provence

Indice delle illustrazioni

Legenda Figure 1 : Généalogie de Pietro C.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2740/img-1.jpg
File image/jpeg, 220k
Legenda Figure 2 : Généalogie de Charles C.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2740/img-2.jpg
File image/jpeg, 165k
Legenda Figure 3 : Evolution de la diversité patronymique et de l’homonymie
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2740/img-3.jpg
File image/jpeg, 188k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1992

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Acquista