Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie de l’immigration

 | 
Gilles Boëtsch
, 
Jean-Noël Ferrié

I. Problèmes d'approche et premiers résultats

Contraception, conduites et culture dans une population marocaine immigrée

Naima Essaifi et Jean-Noël Ferrié

Texte intégral

  • * Laboratoire d’Écologie Humaine (Université Aix-Marseille III), Aix-en-Provence

1Note portant sur l’auteur*

  • ** Groupe d’Anthropologie, IREMAM, Aix-en-Provence

2Note portant sur l’auteur**

3La contraception comme l’avortement renvoient autant à des choix personnels touchant à la taille de la famille, qu’à des conceptions plus larges concernant les relations des hommes et des femmes ainsi que la situation de celles-ci dans la société (Vance, 1984). Cela a été longuement débattue, s’agissant des sociétés arabo-musulmanes (e.g. Musallam, 1986). Pour ce qui est, plus particulièrement de l’immigration maghrébine en France, la littérature est abondante mais d’inégale qualité (e.g. Bonierbale et alii, 1981 ; Egu, 1985 Coutelle, 1987 ; Fellous, 1987). Il apparaît assez clairement que cette question n’a donné lieu à aucune véritable approche anthropologique.

4D’une manière générale, la fécondité comme la sexualité des femmes maghrébines immigrées, est envisagée de façon dramatique ; la maternité semble en être le centre : elles seraient culturellement prolifiques et n’auraient de valeur sociale que comme reproductrices. On a longtemps insisté sur l’importance des naissances chez les immigrés, suggérant que la conception de la famille y était imperméable au modèle français. Cette imperméabilité a toujours été liée à quelque chose qui serait la « culture islamique ». Pourtant, l’évolution de la fécondité des Maghrébines suggère bien une baisse réelle (Labat et Dekneudt, 1985), encore qu’il ne s’agisse là que d’une projection effectuée à partir du recensement de 1982 (ibid. : 4) et qu’il faille donc la considérer avec prudence (Tribalat, 1988 : 201). L’étude des intervalles intergénésiques chez une population marocaine immigrée, a, d’ailleurs, mis en évidence la caractère rapide - dès la phase migratoire - de l’apparition de comportements limitatifs (Essaïfi, 1990). Il est clair, à présent, que l’enjeu d’une recherche portant sur la fécondité n’est plus d’indiquer la possibilité ou l’effectivité d’une baisse, mais les raisons de celle-ci comme les obstacles qu’elle rencontre. L’étude de la contraception paraît appropriée à cet objectif dans la mesure où elle est à la conjonction de différentes sortes de motivations, intervenant dans la fécondité des couples. Elle fait le lien entre des idées sur la morale, la place du souci de soi dans la vie quotidienne, les représentations du corps et de la sexualité, les relations entre les sexes, l’idéologie de la famille et les façons de vivre tenues pour estimables et avantageuses. Elle est un résumé de ce que les gens ont à l’esprit, dès qu’il est question de natalité, de femmes et de familles.

  • 1 Le travail de terrain a porté sur une population de 105 couples marocains, habitants la région d’A (...)

5Notre propos n’est pas d’aborder ici, dans le détail, tous les points qui viennent d’être évoqués, mais plutôt d’esquisser ce que pourrait être une anthropologie de la contraception, en formulant quelques remarques clarifiantes. Cette esquisse présente donc des généralisations à partir d’un travail de terrain, ce qui est la spécificité (et aussi le paradoxe) de la discipline (Augé, 1988). Nous donnerons d’abord des résultats, décrivant les différents modes de contraception inscrits dans la biographie des femmes enquêtées,1 la position du mari et la conception du nombre idéal d’enfant. Cet état des lieux achevé, nous tenterons de mettre en évidence et d’expliquer quelques formes d’interférences simples entre la pratique contraceptive et la relation entre les sexes.

Pour une approche de la fécondité des marocaines immigrées

  • 2 Par modèle nous n’entendons pas quelque chose qui rende compte en explicitant des variables et l’i (...)

6Suivant l’enquête « famille » de l’INSEE de 1982, le nombre moyen d’enfants par Algérienne aurait diminué de moitié en prés de vingt ans, passant de 8,54 en 1975 à 4,34 en 1982. En revanche, pour les Marocaines, le nombre moyen d’enfants serait passé de 4,68 en 1975 à 5,23 en 1982 (Tribalat, 1986). Ces chiffres, lors de leur publication, suggéraient une augmentation qui pouvait être rapidement comprise comme une forme de « résistance » au modèle2 français. Or, nous nous trouvions dans ce qui pourrait être décrit comme un trompe-l’œil. L’augmentation du chiffre de 1982 résultait de ce qu’il incorporait 62 % de Marocaines arrivées après 1975 et ayant déjà eu des enfants. Ce chiffre ne témoignait donc pas d’une évolution à la hausse à l’intérieur d’un effectif stable, mais d’un accroissement du nombre d’enfants consécutif au regroupement familial. Dans un premier temps, il était impossible de mettre en évidence ce phénomène à partir des seuls chiffres produits par le recensement, et il était donc intéressant de recourir au calcul des intervalles intergénésiques afin de montrer que, si le nombre moyen d’enfants semblait se maintenir, le rythme de progression de la fratrie se modifiait, en fait, rapidement, en s’allongeant. Le gain de cette explication n’était pas entièrement démographique ; il était aussi « culturel », montrant que les rythmes féconds étaient particulièrement plastiques. En ce sens, il devenait impossible d’affirmer que les femmes et les familles maghrébines conservaient un modèle de fécondité intangible relevant d’un habitus extraordinairement rigide. Au contraire, l’influence du contexte s’avérait déterminante.

  • 3 qui est de 4,24 en 1985.

7Il semble maintenant établi que le nombre moyen d’enfant chez les Marocaines a diminué pour atteindre à peu près le niveau de celui des Algériennes,3 c’est-à-dire 4,47 en 1985 (Labat et Dekneudt, 1985). En même temps, les démographes ont pris soin de souligner que les résultats de 1982 étaient insatisfaisants en ce qui concernait l’estimation réelle de la fécondité des Marocaines (Tribalat et alii, 1991). L’intérêt de l’étude des intervalles intergénésiques n’a pas diminué pour autant. Certes, ils permettent de démontrer la plasticité de la fécondité selon les situations traversées par les familles ; mais (et peut-être surtout), ils rendent possible de suivre le changement des comportements féconds, naissance après naissance. C’est en définitive, une méthode qui permet d’accéder à l’histoire de la constitution de la famille, et donc de situer les naissances par rapport à d’autres événements, à des choix et à des obstacles.

  • 4 Il est bien évident que l’enquête continue.

8Resituer la pratique contraceptive dans le déroulement de la vie génésique d’une femme, c’est-à-dire tenir le compte, pour chaque naissance, des formes de contraception qui l’ont précédées et qui l’ont suivies, devrait permettre d’accéder à une sorte « d’état des lieux » de la façon dont la famille pouvait envisager l’événement (non point unanimement, certes : le père ayant sa position et la mère la sienne). Dans l’état actuel de nos données, il s’agit d’une approche indirecte et partiellement spéculative. Ceci tient d’abord à ce que la population enquêtée est assez hétérogène, et qu’il est difficile d’en espérer quelque chose de totalement représentatif du point de vue statistique ; ensuite de ce que, dans cette première phase de travail,4 le questionnaire comme les conversations informelles, était uniquement axé sur la vie génésique. Mais il faut bien faire avec. Les méthodes d’enquête en anthropologie (versant biologique) sont toujours quelque peu insatisfaisantes, car il est difficile d’être à la fois exhaustif dans l’information et irréprochable dans le choix de l’échantillon et dans le traitement mathématique des données. En outre, la base même de la collecte d’information dépend de la qualité du contact entre l’enquêteur et les personnes enquêtées, de sa capacité à observer et à noter. De même, faut-il compter avec la patience, la gentillesse et la mémoire des gens. Ces problèmes partout présents, expliquent qu’en matière de résultats, il faille souvent « faire avec », et qu’il serait irréaliste de prétendre à mieux. Reste à éliminer les biais, chaque fois que cela est possible, ou à tenir compte des incertitudes, en les exposant clairement.

La fécondité et les intervalles intergénésiques

9Nous avons séparé les femmes (105) en deux groupes ; l’un formé de celles ayant commencé leur vie génésique au Maroc (57), l’autre de celles ayant effectué (jusqu’à présent) toute leur vie génésique en France (48). Pour chacun de ces groupes, nous avons calculé la moyenne des intervalles intergénésiques (exprimés en mois), partant de l’intervalle protogénésique jusqu’à la cinquième naissance. Nous n’avons pas fait de calculs pour les enfants ultérieurs, l’effectif étant trop faible pour être utilisable. Les intervalles calculés pour chaque femme du premier groupe, ont été distribués dans trois catégories : (1) les intervalles de la période marocaine ; (2) les intervalles de la période migratoire ; (3) les intervalles en France (tableaul). Ces trois catégories déterminent, en fait, trois phases de la migration : avant le départ, la « migration », la vie en France. La deuxième phase va du dernier enfant né au Maroc au premier enfant né en France ; elle permet de voir rapidement si la migration a entraîné une perturbation considérable du rythme génésique. En effet, au Maroc, l’échelonnement des naissances passe de 17,8 pour l’intervalle protogénésique à 24,2 pour le premier intervalle intergénésique, à 24,7 pour le deuxième puis à 23,8 pour le troisième et à 28,3 pour le quatrième. Durant la phase migratoire, la distribution est la suivante (étant entendu qu’il n’y a pas d’intervalles proto-génésiques) : 53,7 pour le premier intervalle, 19 pour le deuxième, 39 pour le troisième et 57 pour le quatrième. Durant la troisième phase (qui n’est bien sûr pas achevée et qui ne comprend ni intervalles proto-génésiques ni premiers intervalles intergénésiques), les calculs donnent : 27,5 pour le deuxième intervalle, 28 pour le troisième et 34 pour le quatrième. En ce qui concerne les femmes marocaines ayant eu tous leurs enfants en France (tableau 4), la distribution est la suivante : 22,9 pour l’intervalle proto-génésique, 28,9 pour le premier intervalle intergénésique, 29,3 pour le deuxième, 32,7 pour le troisième et 39 pour le quatrième.

10Si l’on compare les femmes ayant eu leurs enfants au Maroc et celles ayant eu leurs enfants en France, en partant de l’intervalle proto-génésique jusqu’au quatrième intervalle intergénésique, les différences sont nettes : la première naissance intervient assez rapidement au Maroc (17,8) alors qu’elle est plus tardive en France (22,9). Pour les autres naissances au Maroc, la fréquence élevée d’un écart d’environ 24 mois entre deux naissances laisse supposer que les familles vivent dans un type de reproduction proche de la fécondité naturelle de la femme, alors qu’en France les femmes adoptent un rythme fécond plus lent, s’allongeant progressivement, dont on peut penser qu’il affectera leur descendance finale. Autre caractéristique, la phase dite migratoire, phase de perturbation, qui enregistre un allongement considérable de l’intervalle intergénésique. Au sortir de cette phase, les intervalles intergénésiques de ces femmes vont se régulariser en se rapprochant relativement de ceux des femmes du second groupe (qui ont eu tous leurs enfants en France) (graphique 1).

11Du point de vue de la plasticité des rythmes féconds, les trois phases font clairement apparaître que la fécondité suit exactement l’histoire de la vie des gens, se modulant selon le contexte. Ce qui pourrait être dit autrement : les gens ne se conforment pas à un modèle, mais suivent des circonstances, quand bien même leurs comportements sont-ils évidemment influencés par les références culturelles de la société dans laquelle ils ont été élevés.

Les intervalles intergénésiques et la contraception

12Pour chacune des phases évoquées et après chaque naissance, nous avons pris note des moyens contraceptifs éventuellement utilisés (tableau 3). N’ont toutefois été pris en considération que les moyens présentant une efficacité minimale, ce qui excluait les recettes de la médecine traditionnelle. Ces moyens sont : la pilule, le stérilet, le préservatif, le retrait, l’abstinence périodique, l’injection d’hormones dérivées de la progestérone, la ligature des trompes, les produits spermicides. L’allaitement (utilisé quasi seulement au Maroc) n’a pas été pris en compte parce qu’il ne représentait pas forcément une contraception intentionnelle, et s’inscrivait dans l’ordre naturel des choses. De ce point de vue, il peut servir à expliquer les intervalles mais non les conduites vis-à-vis de la fécondité.

13Reprenons les deux groupes de femmes, celui constitué par les femmes ayant commencé leur vie génésique au Maroc et l’ayant continué en France et celui comprenant les femmes ayant commencé et continuant leur vie génésique en France. Il apparaît clairement que les femmes ayant eu leurs cinq premières naissances au Maroc suivent un comportement relativement non malthusien : après le mariage (intervalle protogénésique) 2 % seulement on indiqué avoir eu recours à un moyen contraceptif, après le premier enfant (premier intervalle intergénésique) 8 %, après le deuxième enfant (deuxième intervalle intergénésique) 15 %, après le troisième (troisième intervalle intergénésique) 38 % et après le quatrième (quatrième intervalle intergénésique) 46 %. Pour ce qui est des femmes ayant enregistré toutes leurs naissances en France, les choses se passent de façon extrêmement différentes, puisque leur comportement s’avère indéniablement malthusien : après le mariage, la première et la deuxième naissance, près de 78 % ont utilisé un moyen contraceptif. Après la troisième et la quatrième naissance, toutes les femmes représentées l’utilisent, même s’il est évident que le faible effectif (9 femmes pour la quatrième et 3 pour la cinquième) ne permet pas de pousser le commentaire très loin.

14En ce qui concerne l’utilisation des méthodes contraceptives durant la phase migratoire, l’augmentation est notable : 54 % après le premier enfant, 64 % après le deuxième ; respectivement 100 % et 71 % après le troisième et le quatrième (mais là aussi les effectifs ne sont pas entièrement satisfaisant : 5 et 7 femmes). Au sortir de la phase de perturbation, la pratique de la contraception se maintient, alors qu’il est remarquable que la durée des intervalles intergénésiques diminue par rapport à la phase de migration.

15Pour ce qui est des moyens à proprement parler, la pilule est - à l’exception de l’allaitement dont nous avons dit que nous ne le prenions pas en compte - le seul moyen auquel les femmes disent avoir eu recours au Maroc, quand bien même l’utilisent-elles peu. Durant la phase migratoire (ou de perturbation), le « paysage contraceptif » s’enrichit du retrait, de l’abstinence, du stérilet et des produits spermicides. Il est particulièrement intéressant de constater que les couples peuvent alors user de deux méthodes à la fois : pilule combinée successivement à retrait, spermicide et abstinence. Dans cette combinaison, apparaît à la fois l’incertitude quant à la maîtrise des moyens et la ferme volonté d’éviter toute naissance. En même temps, la contraception devient l’affaire du couple puisque deux des techniques couplées à la pilule, l’abstinence et le retrait, impliquent la participation du mari, ce qui ne va pas de soi. A la fin de cette période, le « paysage contraceptif » s’enrichit de nouveau avec l’apparition du préservatif, de l’injection et de la ligature. Ce qui, autant que le maintien de la contraception chez un pourcentage élevé de femme et l’abandon du doublet, semble témoigner d’une meilleure maîtrise des possibilités contraceptives. De plus, il apparaît que l’usage de la contraception se maintient, alors qu’il n’est plus nécessaire à l’effectuation de la migration. La comparaison entre le comportement suivant la deuxième naissance, au Maroc, lors de la phase migratoire et au sortir de celle-ci est assez significative (tableau 3’) : après avoir eu le même nombre d’enfants, les comportements divergent, ce qui semble explicable par le seul fait que les femmes, en France, ont acquis une autre conduite, et que l’acquisition de cette autre conduite est liée à la phase migratoire et non pas au nombre d’enfant. Il semble bien que le changement ne provienne pas d’une conception très différente de la taille de la famille puisque les intervalles diminuent considérablement, après la première naissance en France. On peut donc faire l’hypothèse que, si les intervalles diminuent et si la contraception se maintient, voire augmente, la cause en est plutôt une plus grande familiarité des femmes vis-à-vis du moyen lui-même, qui sert alors à gérer leur fécondité sans forcément la modifier aussi drastiquement que pouvait le suggérer la durée de l’intervalle entre la dernière naissance au Maroc et la première en France.

  • 5 Cela s’entend, bien sûr, pour la population étudiée : les 105 de l’enquête.

16Chez les femmes ayant eu toutes leurs naissances en France, la pilule prédomine, suivie du stérilet qui n’apparaît significativement qu’à partir de la deuxième naissance. Remarquons que les injections ne sont pas assimilables à une contraception usuelle, puisqu’elles ne sont pratiquées qu’après l’accouchement, sur le conseil du médecin, dans l’attente du choix d’un moyen contraceptif courant (si choix il y a). Contrairement au Maroc, la pratique de l’allaitement n’est pas fréquente en France et, quand elle existe, ne dépasse pas quatre mois.5

Contraception, nombre idéal d’enfants et négociation dans le couple

17Nous avons insisté sur le fait que, durant la phase migratoire, la contraception s’avérait l’affaire du couple, c’est-à-dire que le mari y participait. Cela ne va pas de soi. Souad Filai (1991) a recueilli au Maroc une série de témoignages de femmes sur la contraception, montrant le rôle négatif que pouvait y jouer le mari, soit parce qu’il souhaitait avoir un nombre important d’enfants, soit parce qu’il imaginait que les méthodes utilisées étaient, à divers titres, un obstacle au plaisir sexuel et une mise en cause de sa virilité. A cela s’ajoute aussi l’idée que la contraception va entraîner le vagabondage sexuel de la femme (Fellous, 1982 :64). A l’inverse, certains maris peuvent contraindre leur épouse à user d’un moyen contraceptif ; parmi les femmes de notre « population », six se trouvaient dans cette situation. Encore convient-il d’insister sur le fait que, dans ces cas, le mari agit par souci de la santé de sa femme, soit parce qu’elle est malade, soit parce que le médecin a prescrit un contraceptif à la suite de l’accouchement. Aussi nous semble-t-il que le point de vue de Fellous - dans la mesure où il s’agit d’une généralisation - est quelque peu excessif :

« Que le mari impose la contraception ou que la femme essaie de la prendre à son insu, nous avons vu que la femme ne peut réussir à transgresser la loi du mari : elle lui demeure soumise car elle ne possède pas, dans son identité, la cohérence et le poids nécessaire pour s’opposer à lui » (Fellous, 1982 : 66).

18Les résultats dont nous disposons suggèrent, en effet, que l’opposition du mari et de la femme, tant en ce qui concerne la contraception que le nombre d’enfants, ne peut être simplement conçue sur le mode de la soumission de l’un à l’autre, mais plutôt sur celui de la négociation. Il a été demandé aux femmes comme aux hommes de la population enquêtée quel était, pour eux, le nombre idéal d’enfants. Le but de cette question était de faire apparaître un élément chiffrable de la constitution subjective de la famille et de le corréler à des données, elles, objectives : le nombre d’enfants réel au moment de l’enquête, l’utilisation d’un moyen contraceptif et la taille des fratries respectives de l’homme et de la femme (tableau 4). Chez les couples n’utilisant pas la contraception (31), le nombre moyen d’enfants est de 2,23 ; le nombre idéal, pour la femme, est de 3,6 ; le nombre idéal, pour le mari, est de 4,7 ; ce qui donne une différence de 1,1. Chez les couples où les femmes utilisent la pilule (36), le nombre moyen d’enfants est de 3,2 ; le nombre idéal, pour la femme, est de 3,8 et le nombre idéal, pour l’homme, est de 4,2, ce qui donne une différence de 0,4. Chez les couples où la femme utilise le stérilet (12), le nombre moyen d’enfants est de 4,2 ; le nombre idéal, pour la femme, est de 4,1 et de 4,8 pour le mari, ce qui fait une différence de 0,7. Chez les couples où la femme se fait ligaturer les trompes (17), le nombre moyen d’enfants est de 5,8 ; le nombre idéalisé par la femme est 4,7 ; le nombre idéalisé par le mari est de 5,6 ; la différence est ici de 0,9. Chez les couples restants qui usent d’autres moyens contraceptifs (9), le nombre moyen d’enfants est de 4,7 ; le nombre idéal, pour la femme et l’homme, s’établit respectivement à 4,4 et 4,5, soit un écart de 0,1. Toutefois, le faible effectif ne permet pas de commenter, ici, ces résultats.

  • 6 Précisons, en outre, qu’il n’a pas été demandé spontanément le nombre d’enfants idéalisé, mais qu’ (...)

19Il est intéressant de constater que les différences, entre l’homme et la femme, en ce qui concerne le nombre idéal d’enfants varie entre 0,4 et 1,1 pour l’écart le plus grand, ce qui indique que la divergence entre les époux est assez faible, ne portant pas sur des conceptions contrastées de la taille de la famille. Comme les entretiens ont toujours eu lieu de façon séparée avec les femmes et avec les hommes, les ordres de grandeurs donnés par chacun, ne peuvent pas avoir été influencé par la présence du conjoint. On peut, dès lors, considérer que les chiffres idéaux expriment bien leur point de vue.6 Remarquons que, dans les deux premiers groupes, quoiqu’il en soit de la différence entre les époux, les nombres idéaux vont dans le même sens : hommes et femmes désirent plus d’enfants qu’ils n’en ont déjà, même si la demande des hommes est toujours légèrement supérieure.

20Si l’on observe maintenant l’usage des moyens contraceptifs, on s’aperçoit que l’absence de moyens est conforme au nombre d’enfants souhaités, et correspond à une attente commune des époux. L’utilisation de la pilule correspond, elle, à un accord encore plus grand sur le nombre idéal d’enfants (0,4 de différence) et à une nette concordance entre ce nombre et le nombre moyen réel. Notons que 34 % de la population étudiée est dans ce cas. En ce qui concerne le stérilet, la tendance des époux semble divergente, mais la différence est faible. Au contraire, la ligature est accompagnée d’une même conception du nombre idéal d’enfants : chez les hommes comme chez les femmes, il est inférieur au nombre réel. Là aussi, le choix de la méthode contraceptive semble suivre l’accord des époux sur la taille de la famille.

  • 7 Cette position s’appuie sur le fait, insistons-y, que le choix n’est ni réactif ni de conformité, (...)

21En tout état de cause, il semble bien que la fratrie de chacun des conjoints n’exerce point d’effet de modèle et pas davantage de contre-modèle. Quelque soit le nombre idéal d’enfants, celui-ci s’établit toujours entre un et deux de moins que le nombre de frères et de sœurs. L’écart indiquerait donc plutôt, à notre sens, un phénomène de génération, c’est-à-dire que la référence du choix y est construite plus par rapport à soi que par rapport aux parents.7

  • 8 L’homme étant plus âgé, bien sûr.
  • 9 La différence d’âge explique souvent la différence de niveau scolaire, consécutivement aux politiq (...)

22Qu’en est-il maintenant de l’écart d’âge entre époux et de ses conséquences sur la contraception ? Il est coutume d’insister sur la présence de cet écart8 dans le mariage arabo-musulman, encore que la tendance soit à la diminution (Fargues, 1988). Paradoxalement, on assiste en France à une évolution contradictoire (Tribalat et alii, 1992 :129-131), l’écart d’âge augmentant. Pour autant, cette augmentation ne doit pas être attribuée à une sorte de crispation traditionnaliste consécutive à la migration. Les 105 couples constitutifs de notre « population » présentent, certes, la caractéristique évoquée (écart moyen de 6,7 ans), mais semblerait s’expliquer de la façon suivante : dans la majorité des cas (exactement 76 %), la migration a d’abord été une migration d’homme seuls. Lors de leurs retours estivaux au Maroc, ils se marient, profitant de ce que l’augmentation (relative) de leur pouvoir économique favorise une plus grande facilité dans le choix du conjoint. Ils sont « attractifs » pour des femmes plus jeunes et, généralement, plus scolarisées9 désirant vivre en France (Essaïfi, 1990 :19-32 ainsi que, pour un constat semblable, Tribalat et alii, 1992 :131). Ceci mis au point - ce n’est parce que le mari est plus âgé que le mariage est traditionnel et il ne peut donc en découler une présomption de soumission de la femme -, venons-en à la distribution des attitudes maritales vis-à-vis de la contraception en fonction des écarts d’âge, afin de voir dans quelle mesure celui-ci (quand la femme est plus jeune) interfère avec les comportements féconds.

23Nous avons constitué trois classes de femmes (graphiques 2, 3, 4) ; une classe regroupant les femmes (35) ayant entre 0 et 4 ans de différence d’âge avec le mari (cette classe comprend six femmes plus âgées) ; une deuxième classe regroupant les femmes (37) ayant entre 5 et 9 de différence d’âge avec le mari ; et une dernière, regroupant les femmes (33) ayant plus de neuf ans de différence d’âge avec le mari. Pour chacune des classes nous avons calculé la proportion des maris partisans de l’usage d’un contraceptif, indifférents ou opposés. S’agissant de la première classe seuls 20 % sont opposés, 40 % étant pour et 40 % indifférents ; s’agissant de la deuxième classe 38 % sont contre, 27 % indifférents et 35 % pour ; s’agissant de la troisième, 39 % sont contre, 40 % indifférents et 21 % pour. Si l’on suivait strictement la logique de la distribution selon ces trois classes, il semblerait que les maris sont d’autant plus opposés à la contraception que l’écart d’âge augmente avec les femmes. Inversement, il semblerait que leur position soit d’autant plus favorable que l’écart d’âge diminue. Telles quelles, les données suggèrent que la parité favorise l’accord entre les époux. Toutefois, pour intéressante qu’elle paraisse, cette conclusion ne tient pas compte de l’âge de l’homme. Si l’on procède à un autre type de distribution, mettant en parallèle l’âge de l’homme et sa position (pour ou contre, les indifférents n’étant pas pris en considération), on s’aperçoit que la moyenne d’âge des « opposés » (32) est de 44,3 ans alors que celle des « favorables » (34) est de 36,1. Ce dernier résultat (graphiques 5 et 6) met en évidence que ce qui détermine la position du mari est donc son âge, ce qui est conforme à l’explication habituelle.

24Toutefois, il convient de se garder d’en tirer d’excessives conclusions en ce qui concerne la position d’autorité de l’homme. Reprenant le groupe des hommes opposés, on constate que sur un effectif de 32,10 seulement voient leurs épouses adopter une attitude conforme à leurs vues (tableau 5), les autres femmes usant de différents modes de contraception. Nous nous sommes ensuite intéressés aux femmes qui semblaient suivre l’opinion du mari, prenant en compte le nombre d’enfants qu’elles souhaitaient et le nombre d’enfants réels (tableau 6). Toutes avaient un nombre d’enfants inférieur à celui qu’elles idéalisaient ; l’opinion du mari était donc conforme à leurs attentes. Sans procéder à d’excessives généralisations, nous voudrions attirer ici l’attention sur les apparences successives d’un même phénomène (la position du mari vis-à-vis de la contraception) : on peut d’abord penser qu’il résulte de la différence d’âge entre les époux ; on s’aperçoit ensuite qu’il provient plus vraisemblablement de l’âge du mari. S’arrêtant à ce niveau, on retiendrait que l’époux âgé impose ses vues à la jeune femme ; or, il n’en est rien puisque 62 % des femmes dont le mari est opposé à la contraception passent outre son avis, et que les 38 % restants souhaitent continuer à avoir des enfants afin d’atteindre le nombre qu’elles idéalisent. En fait, il est clair que l’on aurait pu arrêter l’investigation à chacun des niveaux, et que le commentaire sur les comportements et les attitudes eut été alors nettement différent. Epistémologiquement, la question se pose de savoir pourquoi l’on arrête et pourquoi l’on continue, et jusqu’à quel point les idées du chercheur, plus que la curiosité scientifique, ne déterminent pas l’arrêt d’une investigation - ou sa poursuite. En un mot, si l’on pense que les femmes marocaines sont soumises à l’autorité du mari, il est vraisemblable que l’on n’éprouvera pas le besoin de vérifier si celles qui ne pratiquent pas la contraception et dont le mari est contre, le font pas soumission à sa « loi » ou simplement parce qu’elles pensent la même chose.

Conclusion

  • 10 Il s’agit bien sûr d’une tendance.

25Résumons-nous. Ce que l’étude du nombre idéal d’enfants et de l’attitude vis-à-vis de la contraception chez chacun des conjoints montre, au départ, est une conception plutôt partagée de la taille de la famille, tournant autour de quatre enfants,10 la divergence entre les époux étant de plus ou moins un enfant. La fixation de la fécondité du couple ne peut donc être uniquement décrite comme résultant d’un simple rapport de force entre l’homme et la femme (contrairement à Fellous, 1982 : 76). En même temps, il est clair que le comportement contraceptif des époux repose principalement sur un accord ; toutefois, en l’absence d’accord, il paraît hasardeux de prétendre que la position de l’homme prédomine. Ces résultats rapidement résumés devraient permettre d’atténuer les considérations rapides sur le poids de la culture dans les relations au sein du couple. Nous ne voulons pas dire qu’il faille désormais prendre en compte notre seule position ; à des généralisations excessives, nous ne souhaitons pas substituer d’autres généralisations tout aussi excessives. Il s’agit d’abord de mettre en évidence qu’il est possible de procéder à une lecture non agonistique des rapports hommes/femmes.

Tableau 1 : Intervalles pour les femmes ayant commencé leur vie génésique au Maroc (groupe 1)

Tableau 2 : Intervalles pour les femmes ayant effectué toute leur vie génésique en France (groupe 2)

Graphique 1 : Représentation des tableaux 1, 2, 3 et 4.

Différence d’âge entre mari et femme et pourcentage des maris selon leur avis sur la contraception

TABLEAU 3 : UTILISATION DE CONTRACEPTIFS (EFFECTIFS ET %) ET RANG DE NAISSANCE

TABLEAU 4 : NOMBRE RÉEL, IDÉAL ET FRATRIE CHEZ CHACUN DES COUPLES EN FONCTION DE LA CONTRACEPTION UTILISÉE AU MOMENT DE L’ENQUÊTE

TABLEAU 5 : UTILISATION DE MOYENS CONTRACEPTIFS (EFFECTIF ET %) POUR LES FEMMES DONT LE MARI EST OPPOSÉ À LA CONTRACEPTION

TABLEAU 6 : NOMBRE RÉEL ET IDÉAL D’ENFANTS POUR LES FEMMES N’UTILISANT PAS DE MOYEN CONTRACEPTIF ET DONT LE MARI Y EST OPPOSÉ

Bibliographie

Références bibliographiques

Augé (M.), 1988, Totalité, sens et comparaison : A propos de Culture, Thougt and Social Action par Stanley J. Tambiah - a Review Article. Ethnos, n° 3-4 : 266-271.

Bonierbale (M.), Gensollen (J.) & Pin (M.), 1981, La femme immigrée et la sexualité. Psychologie médicale, n° 11 (numéro spécial) : Psychologie médicale et migrants : 1785-1789.

Coutelle (S.), 1987, La contraception chez la femme maghrébine résidant en France. Aspects psycho-sociaux. Université d’Aix-Marseille, Faculté de Médecine : Mémoire pour le CES de Psychiatrie.

Egu (M.), 1985, Comportement des familles de culture islamique vis-à-vis du conseil génétique. Université de Rennes : Thèse pour le Doctorat en Médecine.

Essaïfi (N.), 1990, Fécondité et contraception dans une population marocaine immigrée. Université Cadi Ayyad : Thèse pour le Doctorat d’Écologie Générale et Humaine (Anthropobiologie).

Fargues (P.), 1988, Baisse de la fécondité arabe. Population, n° 6 : 975-1004.

Fellous (M.), 1982, Contraception et Migration (Plannification familiale en milieu nord-africain et portugais). Paris : Syros.

Filai (S.), 1991, L’Incontrôlable désir. Casablanca : Eddif (coll. Impulsions).

Labat (J.C.) & Dekneudt (J.), 1985, Projection de la population étrangère résidant en France. Archives et Documents, n° 166 (multigraphié).

Geertz (C), 1966, Religion as cultural system In (M. Banton Ed.) Anthropological Approaches to the Study of Religion. Londres: Tavistock, p. 1-46.

Musallam (B.), 1986, Sex and Society in Islam (Birth Control Before the Nineteenth Century). Cambridge : Cambridge University Press.

Tribalat (M.), 1986, Natalité et fécondité des étrangères. Tendance à la baisse. Population et Avenir, juillet-septembre 1986 : 47-55.

Tribalat, M. 1988, Chronique de l’immigration. Population, n° 1 : 129-152.

Tribalat (M.),Garson (J.P.), Moulier-Boutang (Y.) & Silberman (R.), 1991, Cent ans d’immigration, étrangers d’hier, français d’aujourd’hui (Apport démographique, dynamique familiale et économique de l’immigration étrangère). Paris, PUF (Travaux et documents de l’INED, cahier n° 131).

Vanc (C.) (ed.), 1984, Pleasure and Danger: Exploring Female Sexuality. Boston : Routledge et Kegan Paul.

Notes

1 Le travail de terrain a porté sur une population de 105 couples marocains, habitants la région d’Aix-en-Provence. Il s’agit uniquement d’immigrés de la première génération, qui ont tous passé leur enfance et leur adolescence au Maroc. La plupart des femmes (60 %) sont venues en France après 1972. L’enquête a eu lieu entre 1988 et 1989. Les résultats complets sont exposés dans Essaïfi (1990). Outre les entretiens, il a été possible de consulter les carnets de santé et les livrets de famille.

2 Par modèle nous n’entendons pas quelque chose qui rende compte en explicitant des variables et l’importance de leurs participations réciproques à un phénomène, mais un «exemple», une sorte de plan pour l’action. Cela recoupe la distinction opérée par Geertz entre «model for» et «model of», exemple et explication (Geertz, 1966 : 7-8).

3 qui est de 4,24 en 1985.

4 Il est bien évident que l’enquête continue.

5 Cela s’entend, bien sûr, pour la population étudiée : les 105 de l’enquête.

6 Précisons, en outre, qu’il n’a pas été demandé spontanément le nombre d’enfants idéalisé, mais qu’une discussion assez générale sur la famille a précédé et accompagné la question.

7 Cette position s’appuie sur le fait, insistons-y, que le choix n’est ni réactif ni de conformité, qu’il marque seulement un changement. L’hypothèse est faite qu’un choix réactif accompagné d’une contraception efficace et d’un accord entre époux - comme c’est le cas pour les couples utilisant la pilule - entraînerait une limitation plus marquée de la taille de la famille.

8 L’homme étant plus âgé, bien sûr.

9 La différence d’âge explique souvent la différence de niveau scolaire, consécutivement aux politiques publiques de scolarisation poursuivies au Maroc. On trouve là un effet de la «transition scolaire» (e.g. Fargues, 1988 : 992-993).

10 Il s’agit bien sûr d’une tendance.

Notes de fin

* Laboratoire d’Écologie Humaine (Université Aix-Marseille III), Aix-en-Provence

** Groupe d’Anthropologie, IREMAM, Aix-en-Provence

Table des illustrations

Légende Tableau 1 : Intervalles pour les femmes ayant commencé leur vie génésique au Maroc (groupe 1)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2735/img-1.jpg
Fichier image/, 1,3M
Légende Tableau 2 : Intervalles pour les femmes ayant effectué toute leur vie génésique en France (groupe 2)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2735/img-2.jpg
Fichier image/, 470k
Légende Graphique 1 : Représentation des tableaux 1, 2, 3 et 4.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2735/img-3.jpg
Fichier image/, 171k
Légende Différence d’âge entre mari et femme et pourcentage des maris selon leur avis sur la contraception
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2735/img-4.jpg
Fichier image/, 366k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2735/img-5.jpg
Fichier image/, 388k
Légende TABLEAU 3 : UTILISATION DE CONTRACEPTIFS (EFFECTIFS ET %) ET RANG DE NAISSANCE
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2735/img-6.jpg
Fichier image/, 687k
Légende TABLEAU 4 : NOMBRE RÉEL, IDÉAL ET FRATRIE CHEZ CHACUN DES COUPLES EN FONCTION DE LA CONTRACEPTION UTILISÉE AU MOMENT DE L’ENQUÊTE
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2735/img-7.jpg
Fichier image/, 346k
Légende TABLEAU 5 : UTILISATION DE MOYENS CONTRACEPTIFS (EFFECTIF ET %) POUR LES FEMMES DONT LE MARI EST OPPOSÉ À LA CONTRACEPTION
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2735/img-8.jpg
Fichier image/, 55k
Légende TABLEAU 6 : NOMBRE RÉEL ET IDÉAL D’ENFANTS POUR LES FEMMES N’UTILISANT PAS DE MOYEN CONTRACEPTIF ET DONT LE MARI Y EST OPPOSÉ
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2735/img-9.jpg
Fichier image/, 70k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter