Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les institutions traditionnelles dans le monde arabe

 | 
Hervé Bleuchot

Le kuttāb et le jardin d’enfants en Tunisie

Jeanne Ladjili-Mouchette

Texte intégral

  • * Maître de conférences à la faculté de droit de Tunis II (Tunisie).

1Note portant sur l’auteur*

  • 1 Kasmi (M.S.), président-fondateur de l’Association tunisienne de défense sociale (atds), a organis (...)

2On a beaucoup parlé dans les années 60 d’après l’indépendance, de ces foules d’enfants en tablier rose ou bleu qui, à travers les rues des villes ou le long des routes de campagnes s’en allaient rejoindre leur école primaire. Trente ans après, l’enfant reste bien important, par son nombre dans la cellule familiale et dans l’État, par la place qu’il occupe dans l’une et l’autre structure1. L’enfant est devenu l’objet de tous les soins possibles, le réceptacle des espoirs de développement de toute la société, même si son nombre, en dépit de l’option en faveur du « planning » familial, paralyse encore les plans de développement. En même temps, il est la vitrine de la réussite familiale, voire de l’accès à la modernité, ou, plus récemment, du maintien des valeurs arabo-musulmanes devant les doutes de tous ordres qui assiègent une société en mutation dans une situation économique difficile.

  • 2 « Institution : tout ce qui est organisé volontairement dans une société donnée... L’histoire des (...)

3Kuttāb et jardin d’enfants sont des institutions justement faites pour eux, les enfants. Elles sont présentes dans les villes ; les unes, les écoles coraniques, depuis de longs siècles, depuis l’enracinement progressif, à partir du ixe siècle de l’espace tunisien dans la civilisation arabo-musulmane ; les autres, les jardins d’enfants, plus récemment : il n’empêche que les deux types d’écoles se sont rencontrés sous nos yeux et que le chercheur en histoire des institutions2 et des faits sociaux, qui se sent à l’aise dans le va-et-vient du passé au présent, y rencontre une problématique. Il se trouve devant une institution traditionnelle, que le Tunisien Gabisi décrivait déjà au xe siècle, le kuttāb, maintenant placé dans un nouveau tissu social, et en concurrence avec une institution moderne, le jardin d’enfants lequel se justifie par contraste avec lui. Après un indispensable et rapide état des lieux de la société tunisienne, nous présenterons le jardin d’enfants, puis le kuttāb.

Un état des lieux

4Il faudrait être exhaustif pour bien mettre en perspective ces institutions scolaires dans le tissu actuel. Tâche impossible ici, ne serait-ce que par manque de place. Nous évoquerons donc seulement quelques éléments juridiques ou sociaux particulièrement pertinents pour notre sujet, laissant de côté de nombreux problèmes, notamment les questions idéologiques dont il ne faut pas oublier l’impact sur les problèmes scolaires.

L’implication de l’État

5La planification du développement économique, social, culturel, engage l’État dans de nombreux réseaux : le domaine de l’école, celui du religieux entrent dans les préoccupations étatiques et ces secteurs ne sont pas inertes. De plus, la Tunisie, est très attentive à l’enfance, en symbiose avec la communauté internationale.

  • 3 La loi n° 56-118 du 4 novembre 1958, jort, 7 novembre 1958, p. 1056, relative à l’enseignement por (...)

6En 1956, on avait souhaité que tous les enfants puissent aller à l’école. Devant l’ampleur de l’organisation à mettre en place, devant son coût, on a alors fixé l’âge de l’entrée à l’école à six ans. Le préscolaire est resté en dehors de l’institution et il l’est encore : il n’y a pas d’écoles maternelles3.

  • 4 Décret n° 89-999 du 20 juillet 1989, jort, n° 53 du L’août 1989, p. 1162.
  • 5 Signée au nom de la Tunisie le 26 février 1990 et ratifiée par la loi n° 91-92 du 29 novembre 1991 (...)

7Ces dernières années l’enfance a pris une large place dans le huitième plan, et divers faits le signalent. Le ministère de la Jeunesse et des Sports est devenu le ministère de la Jeunesse et de l’Enfance avec une direction de l’Enfance créée depuis 19744. La Tunisie a ratifié la Convention des Nations-Unies sur les droits de l’enfant adoptée le 20 novembre 19895. Enfin, en relation avec la prise de conscience de la nécessité de la protection de l’environnement, on a invité le 10 janvier 1993, des enfants à planter des arbres dans un espace du palais présidentiel qui sera appelé à l’avenir « Jardin des enfants tunisiens ». Les enfants (et les arbres) étaient déclarés « sources de vie et d’espoir », et le 10 janvier « Journée nationale de l’enfant ».

  • 6 N° 91-65, jort, n° 55 du 6 août 1991, p. 1398-1400.

8C’est la loi du 29 juillet 19916, relative au système éducatif, qui est en vigueur actuellement. L’article 6 maintient l’âge de six ans pour l’enseignement dit « de base » et l’article 5 prévoit « une formation préscolaire préparant à l’enseignement de base organisée par des institutions spécialisées ». Avant six ans donc l’enfant reste en dehors du système de l’Éducation nationale.

  • 7 Décret n° 69-6 du 4 janvier 1969 relatif aux jardins et clubs d’enfants, jort, 3 au 7 janvier 1969 (...)

9Quelques écoles maternelles, crèches et garderies existaient avant l’indépendance. Elles étaient régies par un décret beylical du 24 janvier 1920 (écoles maternelles et institutions d’instruction privées) et du 14 mars 1934 (crèches et garderies d’enfants). Peu fréquentées par les enfants tunisiens, elles furent mises en sommeil puis explicitement supprimées en 1969 par le décret relatif aux jardins d’enfants7 et sur lequel nous reviendrons dans un moment.

La nouvelle famille tunisienne a subi d importantes mutations

  • 8 Pour la garde, loi 66-49 du 3 juin 1966, jort, n° 24, 3 juin 1966, p. 880 ; et pour la garde et la (...)

10La famille conjugale a été affermie juridiquement par la promulgation du Code de statut personnel le 13 août 1956. La cellule familiale reçut alors une organisation par la loi tunisienne, et celle-ci a privilégié « la famille conjugale ». Si bien que depuis lors, tous les aménagements qui ont pu être apportés à la loi ont été faits pour étayer solidement la donnée fondamentale de référence : ainsi en est-il, en 1958, de l’interdiction formelle de la polygamie (article 18) ; en 1966, de l’attribution de la garde de l’enfant durant le mariage aux père et mère de l’enfant, et, en cas de mort d’un des parents, au parent survivant qui en est investi de plein droit (article 57 et 67 nouveaux, puis 58 nouveau); en 1981, de l’attribution de la tutelle à la mère survivante (article 154 -155 nouveaux)8. Enfin la récente loi du 12 juillet 1993, qui prescrit que les grands-parents maternels dans le besoin doivent recevoir des aliments de leurs petits-enfants - jusque-là, seuls les grands-parents paternels pouvaient en réclamer -, anéantit le concept de famille patriarcale, en lui enlevant sa différence juridique (article 43 nouveau).

11Au-delà de la lecture de la loi positive, on constate que les tendances sociales vont dans le même sens que le législateur. Le patio de la maison familiale n’est plus que le lieu des rencontres estivales ou festives. Les futurs mariés commencent par chercher un logement séparé de leur famille d’origine. Les parents et les enfants ne disposent alors, dans la plupart des cas, que d’un espace exigu, à la mesure de la nouvelle structure familiale.

12En outre, la fréquence des divorces fragilise cette famille. Le sort des enfants devient incertain, bien plus que par la répudiation d’autrefois, car à cette époque les enfants restaient solidement ancrés, en droit et en fait, dans la grande famille paternelle.

La famille s’est trouvée recentrée autour des enfants du couple

  • 9 Le yaourt individuel acheté pour l’enfant peut constituer la marque d’un changement typique dans b (...)
  • 10 Le plan de développement étatique au niveau de la santé publique a ciblé l’école primaire et maint (...)

13On a alors beaucoup de projets pour eux. On veut des enfants bien habillés, bien nourris9, bien soignés10 ; on les veut bien instruits. Une mère de famille de classe sociale aisée peut avoir l’usage d’une voiture, dans certains cas, juste pour emmener les enfants à l’école, au conservatoire de musique, à la piscine, au tennis... La soif de réussite est une des formes de l’intérêt porté aux enfants. Cela se voit, se sent, se dit, tout le temps et partout. Les articles de presse qui s’intéressent à ce sujet répètent souvent que « l’enfant est roi », que « les parents sont fatigués », que « les grands-parents ne sont plus présents ». On les veut instruits, oui, mais l’école n’accepte que les enfants parvenus à l’âge de six ans.

La famille tunisienne est aussi transformée par le travail salarié des femmes en dehors du foyer

  • 11 La sociologue Mahfoudh (D.) titre un article en ce sens : «Crèches, jardins d’enfants. La conditio (...)

14Ce paramètre ne laisse pas de rendre d’autant plus urgente la question de savoir où scolariser les petits enfants en bas-âge, car il y va de la libération de la femme dont le travail est lié aussi aux nécessités économiques de l’entretien d’une famille11. Si le fils d’instituteur a la chance d’accéder à l’école avant six ans, le problème reste posé pour tous les autres. C’est à ce moment-là que le jardin d’enfants entre en jeu.

Le jardin d’enfant

  • 12 La direction de l’Enfance, créée en 1974 au sein du ministère de la Jeunesse et des Sports (actuel (...)
  • 13 L’éducation préscolaire en Tunisie, situation générale, évaluation et perspectives des jardins d e (...)

15La direction de l’Enfance12 avec le concours de l’UNICEF a lancé une recherche sur « La situation de l’éducation préscolaire en Tunisie » dont les résultats ont été publiés en 198413. La vaste enquête entreprise alors a permis de faire le point sur les jardins d’enfants sous l’angle statistique, sous l’angle des politiques de l’enfance et du préscolaire, en lien avec les recherches psychopédagogiques. Des dossiers de presse plus récents, des entretiens avec des responsables de ce secteur ont complété notre information. Nous présenterons d’abord le jardin d’enfants dans son aspect quantitatif et juridique pour insister surtout sur les sens ambigus que lui donnent ses utilisateurs.

La création de jardins d’enfants : aspect quantitatif

  • 14 L’Éducation préscolaire en Tunisie, op. cit., p. 4.
  • 15 Ismail (A.), « Le préscolaire. Un luxe ou une nécessité ? » Congrès maghrébin, 19-21 février 1991, (...)
  • 16 Le secrétaire général de la municipalité de l’Ariana nous a dit que l’inscription ouverte le 10 av (...)

16Les jardins d’enfants apparurent au moment même de la réforme de l’école sans maternelles. Ce furent les premières conseillères municipales, directrices d’établissements secondaires et membres élus de l’Union nationale des femmes qui demandèrent au conseil municipal d’inclure dans leur budget la création d’un jardin d’enfants municipal. Après les premières créations à Tunis (quartier Bab al-Khadra, 1959), puis à l’Ariana (rue Tarak Ibn Ziad, 1962), les jardins d’enfants se multiplièrent. En juin 1981, on en dénombrait 327, fréquentés par 23 989 enfants et encadrés par 884 animatrice14. En 1991, ils sont au nombre de 699, fréquentés par 45 100 enfants et encadrés par 1 804 animatrices15. La demande de jardins d’enfants est très forte, les municipalités n’ont pas pu suffire à la satisfaire16, si bien que les nouvelles créations ne furent pas le fait des seules institutions publiques. Différents acteurs privés sont intervenus à côté des ministères et des municipalités, à savoir des associations, des entreprises et surtout des particuliers. Les articles de presse sont éloquents : les parents réclament à cor et à cri plus de créations, tandis que des encarts publicitaires annoncent l’ouverture de nouveaux jardins privés qui prennent l’allure d’entreprises commerciales, en croissance constante par rapport aux autres.

Le droit

17Les textes ne sont pas nombreux. On a dit que les deux décrets d’avant l’indépendance qui organisaient les écoles maternelles, les crèches et garderies d’enfants, ont été abrogés par l’article 6 du décret du 4 janvier 1969 « relatif aux jardins d’enfants et clubs d’enfants ». Ce dernier texte est un court décret de sept articles. L’article 1er met dans la même perspective jardins d’enfants et clubs d’enfants, ouverts aux enfants de 3 à 14 ans. La suite du texte règle les conditions de fonctionnement et de contrôle sous tous les aspects, pédagogiques inclus.

  • 17 Textes actuellement en vigueur : Décret n° 69-6 du 4 janvier 1969, jort, 3-7 janvier 1969, p. 1920 (...)

18Un arrêté du 28 janvier 1974, portant « organisation et fonctionnement des jardins d’enfants », isole cette fois cette institution, en définissant ses objectifs, ses conditions d’ouverture, les conditions d’admission des enfants et le contrôle pédagogique17. Rappelons que, la même année, la direction de l’Enfance fut établie au sein du ministère de la Jeunesse et des Sports, lui-même devenu ministère de la Jeunesse et de l’Enfance.

  • 18 Décrets n° 78 452-455 du 26 avril 1978 ; jort, n° 35 du 9 mai 1978, p. 1392-1395, successivement p (...)
  • 19 La première section de «jardinières » a été créée en 1962 au sein de l’école des cadres paramédica (...)

19Le jardin d’enfants relève en effet de ce secteur et non pas de l’Éducation nationale. Il a son autonomie par rapport à la scolarité primaire. L’État prit en avril 1978 tout un train de mesures18 pour améliorer les conditions des animateurs : il définit leur statut, il créa un diplôme spécifique19 et institua l’emploi fonctionnel de directeur de jardins d’enfants.

  • 20 Le Temps, 19 août 1981.
  • 21 Colloque des jardins d’enfants maghrébins à Hammamet avec des délégations des pays de l’uma (cf. l (...)

20Les jardins d’enfants, ceux des municipalités, voire les jardins d’enfants pilotes, entrent dans une stratégie de développement social et d’accès à la modernité qui est menée avec le souci de réaménager les conditions socioculturelles dans lesquelles vivent les jeunes enfants et cela dès 1969. L’action municipale donne la priorité aux quartiers populaires, liant le souci du droit de l’enfant à fréquenter un jardin d’enfants, à celui de la santé publique20. En 1992, on ajouta même un nouvel élément de confiance : lors de la célébration officielle du trentenaire du jardin d’enfants municipal pilote de l’Ariana, dans une grande salle de spectacle de la ville en juin 1992, on a évoqué le projet d’une Conférence maghrébine de l’enfance. L’union du Maghreb arabe pourrait aussi se faire à ce niveau de base21. C’est avec l’exploitation « d’un conte au jardin d’enfants » que la Tunisie, représentante du continent africain (avec Dakar), a présenté son expérience en ce domaine au congrès international des villes éducatives en 1990, en Espagne.

  • 22 Cf. art. 1 du décret du 4 janvier 1969, art. 2 du décret du 26 avril 1978.
  • 23 Le Guide pédagogique de 1987 a remplacé celui de 1980. Le Guide pédagogique est une instruction of (...)

21D’entrée de jeu, dès le décret de 1963, les jardins d’enfants furent écartés des apprentissages scolaires. Ils devaient être les lieux de « l’épanouissement intégral et harmonieux de toutes les facultés des enfants ». C’était penser le jardin d’enfants, comme le milieu favorable à son développement intrinsèque. L’idée se référait aux diverses recherches en sciences humaines22. Le Guide pédagogique publié par le service pédagogique développe ainsi les finalités du jardin d’enfants23 :

Le jardin d’enfants est une institution socio-éducative qui accueille les enfants âgés de trois à six ans. Ces derniers s’adonnent, dans cette institution à des activités éducatives récréatives et socioculturelles.
Le jardin d’enfants participe au développement de l’enfant en complémentarité avec le milieu familial.
Il vise, à travers les activités et les interactions qu’elles suscitent, à aider l’enfant dans :

  • son développement psychomoteur,
  • son développement mental,
  • son développement affectif,
  • l’évolution de ses pouvoirs d’expression,
  • la stimulation et l’enrichissement de son imagination,
  • l’évolution de ses pouvoirs de création et de créativité.

Il vise également :

  • sa socialisation et l’aide à établir des relations avec ses pairs et les animateurs ;
  • son intégration sociale en se basant sur les valeurs religieuses patriotiques, culturelles et sociales ;
  • son adaptation au milieu scolaire en le préparant à recevoir les apprentissages de base. Ces apprentissages ne débutent qu’à partir de six ans et relèvent des attributions de l’école primaire.

Il participe également à son éveil à la science, à l’Art et à la vie d’une manière générale.
Il faut rappeler que l’enfant se développe d’une façon globale et intégrale. L’enfant est une unité ; il a une personnalité indivisible et toute action éducative doit s’adresser à l’enfant en tant qu’unité .

  • 24 Pour les ambiguïtés de sens chez les animatrices de jardins d’enfants, se reporter à L’Éducation p (...)

22Sur ces points, les directives étatiques sont claires. A côté, il faut souligner une ambiguïté de sens chez les utilisateurs24. Les dossiers de presse fournissent de bons points d’appuis pour dépister cette ambiguïté.

Ambiguïté de sens chez, les utilisateurs

23On peut déceler trois sens principaux pour les utilisateurs : le jardin d’enfants comme garderie, comme lieu d’éducation, ou encore comme élément d’une stratégie scolaire.

Le jardin d’enfants comme garderie

  • 25 Le décret n° 82-1598 du 15 décembre 1982, jort du 17 décembre 1982, p. 2786, fixe les conditions d (...)

24Quand les deux parents de l’enfant travaillent en dehors du foyer, ou au moins quand la mère seule travaille - ce cas de figure n’est pas rare notamment dans les milieux défavorisés ou quand le foyer est désuni - alors se pose le problème de la garde des enfants en bas-âge. On a organisé des crèches pour les très petits enfants25, réglementées très récemment, et cela est bien l’indice de l’existence du besoin plus général de garderie pour les enfants plus grands, que l’on espère satisfaire par le jardin d’enfants. Un lien concret existe : on a vu parfois s’installer dans le même établissement un cumul des deux fonctions, mais le ministère a réagi par l’interdiction. Il était pratique pour les parents, lucratifs pour les directeurs d’établissement, mais non conforme aux objectifs et aux normes des deux institutions.

  • 26 La Presse, 24 octobre 1987. Même demande déjà dans Le Temps, 11 août 1987, « Administration et jar (...)
  • 27 Le Temps, 11 août 1987.
  • 28 Le Temps, 29 novembre 1987.
  • 29 Dialogue, 9 mai 1983.
  • 30 Le Renouveau, 22 septembre, 1989.
  • 31 Le Temps, 15 décembre 1989.
  • 32 La Presse, 9 avril 1984.
  • 33 La Presse, 20 novembre 1987.
  • 34 Le Temps, 22 novembre 1983.
  • 35 La Presse, du 6 septembre 1985.
  • 36 Le Temps, 22 octobre 1986.

25C’est cette première préoccupation incontournable, la garderie, que les articles de presse véhiculent : on souhaite que les jardins d’enfants ne vaquent pas le mercredi et le samedi, mais qu’ils fonctionnent alors en pure garderie, sans cela ils seraient en « inadéquation avec les disponibilités des parents »26. Même demande déjà dans l’article : « Administration et jardins d’enfants : harmoniser les horaires »27 ou celui intitulé « Jardin d’enfants, un jour de repos fatigant »... pour les parents28. On n’hésite pas d’ailleurs à se tromper d’appellation et de parler de «garderie» au lieu de «jardins d’enfants»29. Même le ministère, le 21 septembre 1989, dans un communiqué annonçant les tarifs mensuels des jardins d’enfants, décompose le prix en activités éducatives, nourriture et garderies30. Article significatif encore : « Horaire si on révisait la formule ? » où l’auteur31 rappelle le changement de mode de vie des mariages tunisiens et insiste sur la nécessité en conséquence de prendre en charge les enfants lors de l’absence du couple. Par la voie négative, l’article « Dépasser le rôle de garderie »32 met en relief l’aspect de garderie que prend un certain nombre de jardins d’enfants. De même, un article du Temps (du 11 octobre 1987) propose de nouvelles dispositions qui démarqueraient les jardins d’enfants des garderies. L’article « Notre époque, l’éternelle insatisfaction »33 révèle que des jardins d’enfants sont à la fois crèches, jardins d’enfants et garderies scolaires pour des enfants jusqu’à dix ans ! On dénomme les jardins d’enfants utilisés en garderie « bouées de secours, pour les parents planches de salut »34. On lit encore « Le jardin d’enfants est une nécessité pour les parents »35. Les parents sont « acculés » à chercher un jardin d’enfants. Ils ont à satisfaire le besoin de sécurité pour les enfants36 qui n’est plus rempli par de grands-parents ni par une femme de ménage, la relation avec les « bonnes » étant en mutation elle aussi.

  • 37 La Presse, 6 mars 1986.

26Il est vrai que se sont mises en place de pures garderies scolaires, « une formule qui répond à un besoin urgent »37. Dans un quartier aisé de la ville, un particulier a ouvert un établissement qui fonctionne de 7 h 30 à 18 h 30. Il fait d’abord le ramassage des enfants chez eux, les achemine à leurs écoles respectives, les nourrit, et cela même pendant les vacances scolaires. Il y aurait aussi des demandes pour les gardes du soir !

Au-delà de la garderie, le souci d’éducation des enfants

  • 38 La Presse, 9 avril 1984.
  • 39 Voir encore Le Temps, 19 août 1981 ; La Presse, 2 octobre 1982 ; Revue Dialogue, 9 mai 1983 et 10 (...)

27En effet, à côté de cette revendication de garderie s’exprime aussi chez les parents le souhait d’une éducation des enfants qui rejoint les vœux des pouvoirs publics. « Jardins d’enfants : dépasser le rôle de garderie ! »38. Cette exclamation qu’on a vue précédemment exprime bien ce souci. Et c’est, focalisée autour de l’idée d’éducation, que se développe toute une requête au sujet de la qualité du personnel : « Anissati, qui es-tu ? », Maîtresse, qui es-tu ? questionne encore un article39.

  • 40 Le Temps, 22 octobre 1986.

28On se plaint40 que sur 1 166 jardinières d’enfants exerçant en Tunisie, 616 ne soient pas diplômées et qu’à la limite ce soient des « bonnes » qui en tiennent lieu parfois. Au-delà de l’absence de considération pour le travail de la maison et des femmes employées pour le faire que révèle l’utilisation de cette expression, l’auteur de l’article met nettement en cause l’existence d’un personnel non qualifié, eu égard aux exigences de la « société moderne ».

29Dans le même sens, il faut observer que les utilisateurs du jardin d’enfants ne sont pas seulement amenés par des mères qui travaillent hors de la maison ; d’autres, qui pourraient les garder, les confient pourtant à l’institution. L’accès au jardin d’enfants est en effet associé à l’idée d’éducation, à des valeurs. La directrice du jardin d’enfants municipal, Mme Aziz Taj, nous a exprimé cette confiance témoignée par les parents modestes vis-à-vis du rôle éducatif du jardin d’enfants.

  • 41 Seize garçons, trente-sept filles à la rentrée de 1982 (La Presse, 9 avril 1984).
  • 42 Le Temps, 29 décembre 1989, entretien avec Mme Tlili, chef de service de la Jeunesse et de l’enfan (...)
  • 43 L’Action, 26 septembre 1985.
  • 44 La Presse, du 20 novembre 1987.
  • 45 s Nous parlons ici de jardins d’enfants privés appartenant à des particuliers. Nous excluons les ja (...)
  • 46 Elle se marque également au niveau des tarifs, les réclamations des parents sont éloquentes aussi (...)

30La qualification des personnels de jardins d’enfants est en réalité fort hétérogène. Hétérogénéité provenant comme partout de la qualité de la personne, naturellement, mais aussi de l’intervention relativement tardive des pouvoirs publics, en ce sens qu’ils ont été devancés par une pratique installée. Actuellement l’école spéciale de Dermech recrute les jeunes gens et jeunes filles sortis de classe de terminale secondaire avec le baccalauréat (exigé depuis 1989). Il font alors deux années d’études à Dermech, à l’issue desquelles ils sont « animateurs ». L’appellation «jardinière d’enfants » disparaît dans les textes officiels, pour être remplacée par celle « d’animateurs et animatrices »41. Les jeunes y suivent des cours de psychologie et de psychopédagogie. Des stages de formation et de recyclage, prolongeant leur formation, s’inscrivent dans le cadre des activités du Centre de documentation et de recherche de la jeunesse et de l’enfance (cdrje), créé en 1986 par la ville de Tunis en liaison avec les jardins d’enfants42. Cependant le personnel non qualifié engagé avant la création de cette école demeure en place. Mais surtout la prolifération de jardins d’enfants privés, entreprises commerciales dans les quartiers d’un certain revenu, entraîne souvent la remise des enfants à un personnel très insuffisant, voire nocif. On devrait parler naturellement, comme les parents, du nombre d’enfants par classe, les jardinières « excédées peuvent-elles alors faire autre chose que du gardiennage ? »43. Pour obtenir l’homologation nécessaire à l’ouverture d’un jardin d’enfants, des directeurs privés présentent une liste de personnes diplômées, qu’ils n’hésitent pas, une fois l’homologation obtenue à remplacer par des animatrices non qualifiées44. Si une différence entre les jardins d’enfants privés45 et les jardins d’enfants municipaux est admissible quant au coût d’accès, elle ne l’est pas quant à la qualification du personnel46.

31La refonte en cours des textes en vigueur, qui intervient dans le cadre plus général d’une politique de privatisation, veut accorder plus de souplesse à l’ouverture de jardins d’enfants privés que l’on entend voir se multiplier pour répondre aux besoins ; mais en même temps on veut clarifier les textes afin qu’il n’y ait pas matière à interprétation dans les domaines réservés au ministère de tutelle, à savoir la formation des cadres et les programmes.

Le jardin d’enfants est le lieu d’une stratégie scolaire

32Voilà peut-être l’incertitude de sens la plus patente au niveau des utilisateurs.

33L’État prend en charge l’enfant de six ans pour son instruction primaire, la maîtrise de la gestion budgétaire de l’Éducation nationale est aussi une priorité. Pourtant, conscient de l’importance de l’éducation préscolaire - développement de l’enfant, société harmonieuse dans la modernité avec atténuation des inégalités sociales - l’État a organisé le jardin d’enfants et a établi des programmes clairs qu’il rappelle de temps en temps.

  • 47 Guide pédagogique de l animateur de jardins d enfants, publié par le service pédagogique en 1987.
  • 48 La multiplication des cours particuliers, ceux exigés par les instituteurs pour des raisons à la f (...)
  • 49 Zghal (A.) « Le retour du sacré et la nouvelle demande idéologique des jeunes scolarisés. Le cas d (...)

34En ce qui concerne la stratégie scolaire, on parle de « développement de l’enfant », on ne parle pas d’apprentissage préscolaire mais de « préparation de l’enfant à l’adaptation en milieu scolaire en le préparant à recevoir les apprentissages de base. Ces apprentissages ne débutent qu’à partir de six ans et relèvent des attributions de l’école primaire »47. C’est clair, notamment la dernière phrase. Cependant les parents ont d’autres manières d’appréhender l’idée « de préparation de l’enfant à l’adaptation en milieu scolaire » parce qu’ils veulent que leurs enfants soient les premiers de leur classe dès la première année primaire : l’examen d’entrée en 6e, qui termine le cycle primaire depuis près de quarante ans - il cessera d’exister en juin 1994 dans le cadre de l’actuelle réforme des enseignements - se présentait en effet comme un obstacle si difficile que les parents avisés et inquiets voulaient prendre leur disposition très tôt en vue d’un succès48. Cette inquiétude ponctuelle s’est développée en amont du cursus aussi, puisque l’on s’est rendu compte de la grande déperdition scolaire, et pour ceux qui ne franchissaient pas toutes les épreuves, du risque de chômage. Aussi, les parents qui le peuvent, revendiquent pendant qu’il est encore temps49.

35Les parents veulent que soient organisée, au moins pour les enfants de quatre ou cinq ans, une section que l’on pourrait appeler « classe préparatoire ». Que les enfants dansent et chantent aux jardins d’enfants, c’est bien, on assiste aux spectacles de fin d’année avec joie et fierté, mais qu’ils y travaillent aussi, ce serait mieux et pas seulement en faisant des graphismes ou en lisant des signes : écriture plutôt, et lecture voilà ce que les parents veulent. « Plaidoyer pour une école maternelle » article du Temps du 29 mars 1990, et Le Renouveau du 11 mars 1989 soulignaient « l’intérêt croissant pour un enseignement préscolaire ».

  • 50 Ceci en lien avec les interrogations sur des coûteuses déperditions scolaires. Une expérience d’éd (...)
  • 51 Le Temps, 29 décembre 1989 et 23 septembre 1989.
  • 52 Circulaire n° 1, 8 janvier 1991.

36Devant les demandes des parents, que les chercheurs en sciences humaines reprennent d’ailleurs en les affinant dans un souci de mettre en place un apprentissage de base préscolaire qui serait la garantie d’un bon départ scolaire50, des directeurs d’école primaire ou de jardin d’enfants ont créé des classes préparatoires dans leurs établissements. Une responsable de la Jeunesse et de l’Enfance à la municipalité de Tunis, interrogée sur les classes préparatoires qui se développaient de plus en plus, rappelait le sens du mot « lecture » pour expliquer pourquoi elle déplorait ces créations : « Avant d’en arriver à lire ou à écrire, il y a une série d’activités qu’il faut faire. Les structures scolaires ne permettent pas à l’enfant de mettre en place une pratique, d’expérimenter. Mettre un enfant dès l’âge de quatre ans en situation scolaire sans aucune préparation, sans tout ce travail préliminaire qui se fait au jardin d’enfants, c’est peut-être valorisant pour les parents, mais au niveau de la trame qui est en train de s’instaurer chez l’enfant, c’est un grave danger ». Trois mois plus tôt, le directeur de l’Enfance, interviewé lui aussi, parlait « d’erreur des parents »... « les jardins d’enfants relèvent du préscolaire et non du scolaire »... « l’enfant n’apprend ni à lire ni à écrire, mais reçoit une éducation adéquate à son âge et à ses capacités »51. Une circulaire conjointe du ministre de la Jeunesse et de l’Enfance et du ministre de l’Intérieur a pris position récemment : elle rappelle que les classes préparatoires ne sont pas autorisées et demande en conséquence aux directeurs concernés de reconvertir dans un délai donné les classes préparatoires en classes de jardins d’enfants52.

  • 53 Dialogue, 10 septembre 1984.

37Les divers documents insistent sur la nouveauté du jardin d’enfants, en liaison avec les mutations sociales et l’accès à la modernité53. Il y a tout autour de lui une effervescence sous de multiples formes : on en parle, on écrit, on s’informe, on cherche le meilleur. Tranquillement en apparence, à côté du jardin d’enfants, hors de toute nouveauté et de tout tapage, le kuttāb poursuit son chemin à travers l’épaisseur du temps. Est-ce sans mutation ?

Le kuttāb

  • 54 Ibn Khaldûn, Les prolégomènes, trad. de Slane, Paris, 1938, IIIe partie, p. 285.
  • 55 Bibliographie arabe tunisienne ancienne, Al-Gabisi (935-1012), Ar risāla al mufassala li-aḥwāl al- (...)
  • 56 Cf. Encyclopédie de l’Islam, au mot kuttāb et la note précédente.

38Ibn Khaldūn consigne que c’est « une des marques distinctives de la civilisation musulmane que l’habitude d’enseigner le Coran aux enfants »54. Quatre siècles avant lui, au xe de notre ère, un autre savant issu du même espace, Al-Gabisi exposa ses idées sur les devoirs du maître d’école, et Muhammad Ibn Sahnùn écrivait déjà au siècle précédent, au ixe siècle, les règles de conduite du maître d’école55. Pas de savantes dissertations sur ce sujet sans une réalité d’écoles d’enseignement du Coran aux enfants soutenus par les revenus des biens ḥubūs, biens rendus inaliénables, dont on dote l’institution. On ne peut que renvoyer à ces textes et aux études spécialisées56. Ici, en revanche, nous présenterons la situation actuelle du kuttāb, sa réglementation, les sens divers qu’il a pour ses utilisateurs et les premières lignes de ce qui est peut-être une mutation.

Le kuttāb dans le présent tunisien

  • 57 La sociologue L. ben Salem a attiré notre attention sur le fait que les livres scolaires de lectur (...)

39Alors que la courbe de croissance des jardins d’enfants est toujours ascendante depuis leur récente création, le nombre de kuttāb-s a été variable. Dans les années 60, l’institution déclina un peu. D’autres intérêts préoccupaient la société tunisienne57. Depuis quelque temps, depuis 1987 précise-t-on au ministère des Affaires religieuses, en relation avec le mouvement intégriste En Nahḍa, on assiste à une prolifération de kuttāb-s en même temps que se construisent de nouvelles mosquées dans chaque quartier. On installe même des kuttāb-s en des lieux très variés comme des petits commerces, parfois même dans les locaux du parti politique dominant. Il y a beaucoup plus de kuttāb-s « spontanés » que de kuttāb-s autorisés par les Affaires religieuses : ainsi le nombre de quatre autorisés à l’Ariana est largement en deçà de la réalité, nous a-t-on dit à la municipalité de cette ville.

40Le maître d’école coranique est appelé meddeb (mu’addib) en Tunisie. Dans le kuttāb proche de la mosquée, cette fonction est tenue par l’imām des cinq prières ; l’imām du vendredi étant presque exclusivement recruté parmi des enseignants, il ne peut donc être aussi meddeb. L’État rétribue le meddeb autorisé 87,500 dinars par mois ; le meddeb peut en plus recevoir une certaine somme des parents selon l’usage entre trois et cinq dinars.

La réglementation du kuttāb

  • 58 jort, n° 51, 16 septembre 1980, p. 2237-2238.
  • 59 L’arrêté renvoie à la loi n° 58-118, 4 novembre 1958, alors en vigueur relative à l’enseignement e (...)

41L’arrêté du 24 août 1942 réglementa longtemps le kuttāb, mais un nouvel arrêté, du Premier ministre, en date du 6 septembre 1980 abrogea ce texte et réorganisa le kuttāb coranique58. Cette nouvelle réglementation comporte 22 articles. Elle place le kuttāb dans l’enseignement privé59. Elle détermine les conditions d’autorisation, notamment de local, en insistant sur son hygiène. Elle fixe l’âge d’admission des enfants, le nombre d’enfants d’une même classe, les conditions que doivent remplir le maître, le meddeb. Elle donne la ligne directive du programme, l’horaire, l’emploi du temps, les jours de congé ; la rémunération des meddeb-s ; et enfin les possibilités de fermeture.

42Au-delà de cette énumération, somme toute banale, concernant l’ouverture d’une école privée, le texte a tout de même des saveurs d’hier notamment dans ses articles 13-14 et 15 : « Le meddeb ne peut confier en outre ses élèves à quelqu’un d’autre qu’en cas de force majeure ou d’empêchement... » ; « Le meddeb ne doit en aucun cas se servir d’un élève pour ses affaires personnelles... ». L’article 14 continue en interdisant les châtiments corporels, on en reparlera plus loin pour ne pas gâcher la « saveur d’hier ». L’article 15 dispose que « l’accès aux kuttāb-s n’est autorisé qu’aux parents des élèves et leurs tuteurs, ainsi qu’aux agents chargés du contrôle exercé sur les kuttāb-s... »

43L’arrêté de 1980 du Premier ministre est bien un texte de « réformation » (iṣlâḥ) pour une si vieille institution, le texte dit de « réorganisation ». On tient compte des évolutions modernes, qui tentent d’exclure le plus possible la violence, les locaux vétustes et insalubres de la vie quotidienne de tous et spécialement de celle des enfants. C’est tout.

44Le kuttāb n’est pas intégré pour autant dans le système scolaire général pas plus que le jardin d’enfants. Si dans l’arrêté de 1942 abrogé, l’enseignement coranique était placé sous tutelle de l’Instruction publique, puis de l’Éducation nationale à l’indépendance, l’arrêté de 1980 le laisse sous tutelle de la direction des Affaires religieuses. Le kuttāb ne serait pas une institution scolaire, mais le lieu d’apprentissage du Coran et du ḥadīth et des préliminaires de la langue arabe. C’est finalement, on le sent, dans l’article 8 qui énumère limitativement les fonctions du kuttāb, que se fixe la volonté du législateur.

45Une rencontre avec le responsable des kuttāb-s au ministère des Affaires religieuses en mai 1992 permet de donner un éclairage supplémentaire sur la relation existant entre le kuttāb et l’État. Le ministère ne veut pas d’ambiguïté sur le rôle de l’école coranique : le kuttāb doit enseigner exclusivement le Coran et le ḥadīth. Le ministère donnera des autorisations d’ouverture aux hommes et aux femmes qui voudront accomplir cette tâche. Mais il refuse que le kuttāb soit le lieu d’un certain discours, un discours de haine sociale. Il ne veut pas voir générer ainsi deux types d’enfants : un musulman et un non-musulman. Il veut des enfants tunisiens. En ce sens, un programme d’enseignement qui doit exclure toutes les ambiguïtés vient d’être élaboré en 1990. Le kuttāb ne doit pas être une école d’enseignement préscolaire et ceci pour plusieurs raisons : il n’existe pas de meddeb connaissant les méthodes modernes d’apprentissage ; il est souhaité un kuttāb qui soit un espace de religion, dans lequel les enfants de quatre à six ans, apprendraient le Coran, le hadīth, les prières, la propreté ; cet apprentissage religieux devra être donné en fonction de l’état actuel de la Tunisie et dans le but de contribuer à la réalisation d’une société saine.

  • 60 Hommage relevé dans un discours prononcé à Sousse par le Premier ministre à l’occasion de la céléb (...)

46A l’occasion, les responsables rendent hommage au kuttāb60 « pour le rôle qu’ils assument dans l’éducation des jeunes générations ». Ils affirment « la résolution de l’État de leur accorder davantage d’intérêt et d’attention pour accroître et améliorer leur condition positive au succès de l’action éducative dans le pays ».

Les motivations des utilisateurs du kuttāb

47On peut déceler deux motivations principales : le souci religieux, le souci d’authenticité, auxquels il faut adjoindre la simple nécessité.

Le souci religieux

48On envoie ses enfants au kuttāb pour qu’ils apprennent le Coran et le ḥadīth. Depuis aussi loin que remonte la mémoire musulmane, les parents tunisiens aiment que leurs enfants apprennent les sources de la foi musulmane. Fréquenter le kuttāb, c’est déjà s’approcher de la mosquée, et c’est prendre le chemin du bon musulman. En confiant au meddeb leurs enfants en bas-âge, malléables comme l’argile, c’est pour les parents faire comme les générations précédentes ont toujours fait. On enseigne sans doute l’instruction religieuse au jardin d’enfants. Cette tâche est confiée aux animatrices. Mais leur fait-on confiance ? Existe-t-il en ce domaine une concurrence dans les rôles du jardin d’enfants et de l’école primaire ?

Un souci d’authenticité

49Le kuttāb est confirmé dans son rôle de moule de l’authenticité. Cette finalité se dégage en prolongement du souci religieux. Être soi, c’est d’abord être un croyant musulman. Il s’agit d’une authenticité pensée dans l’absolu. Cependant celle-ci s’affirme aussi d’une manière relative par rapport au jardin d’enfants : ce dernier est souvent perçu comme une nouveauté venue d’ailleurs, ou au moins inséparable de la modernité. Ceux qui pensent ainsi affectent d’ignorer les forces internes tunisiennes qui agissent pour cette même modernité et qui expriment un « vouloir vivre » de plain-pied avec le monde contemporain.

50Le jardin d’enfants, il est vrai, peut susciter une forme de méfiance, par exemple dans le matériel didactique qu’il utilise. Les héros télévisés importés, les comptines et chants en langue française ou traduits en arabe, les rondes, danses et musiques nées dans un autre terroir, suscitent une critique facile. Les créateurs des jardins d’enfants privés ne choisissent pas toujours des noms porteurs d’authenticité : à côté d’un El-Qods ou d’un Ibn Rochd, il y a aussi des Baby Land ! Au jardin d’enfants, on a pris l’habitude de fêter l’anniversaire des enfants - signe et agent de son individualisation - tandis qu’au kuttāb on ne fêtait ensemble que les enfants qui avaient acquis une certaine partie du Coran.

51Enfin l’amertume ressentie dans certaines couches de la société devant tant d’échecs scolaires et de situations de chômage après l’école, fait douter que l’école moderne avec « ses slogans d’épanouissement de l’enfant » puisse être la panacée. D’où la recherche d’une certaine authenticité. Si l’on préférait un enfant plus conforme au moule commun ? L’inquiétude des parents devant les avenirs difficiles de ceux qu’ils aiment et qu’ils lancent dans une société plus libre mais tellement plus hasardeuse et plus dure pour les faibles, ramène aussi vers le kuttāb.

Impossibilité d’un autre choix

  • 61 La Presse, 6 septembre 1985, « Jardins d’enfants : de plus en plus cher. Dans ce cas énormément de (...)
  • 62 L’article 12 de l’arrêté du 6 septembre 1980 cité : « Les kuttāb-s vaquent le vendredi toute la jo (...)

52L’inexistence d’un jardin d’enfants dans un grand nombre de quartiers de villes ou dans les villages, ou bien, s’il s’en trouve un, les freins à sa fréquentation que constituent son coût et tous les frais supportés par les familles, ses horaires stricts, son long arrêt pendant les vacances, toutes ces données placent le kuttāb en bonne position dans sa concurrence avec le jardin d’enfants61. Le kuttāb est proche des utilisateurs ; il accueille plus facilement les enfants handicapés ; il est très présent dans les quartiers populaires ; il n’est pas aussi strict sur l’âge puisqu’on peut y mettre des enfants de deux ans et demi ; il ne coûte pas cher, ni en inscription, ni en frais de matériel ; il fonctionne pendant les vacances scolaires62. Ainsi le kuttāb va servir à l’émancipation des femmes au travail ! Et pourtant on sait que la multiplication des kuttāb-s est à relier à la ligne de conduite des mouvements intégristes, adoptée dès les origines de leur formation. Ils voulaient être proches des populations, assurer des services sociaux et montrer un intérêt particulier pour la formation de petits enfants par l’intermédiaire du kuttāb.

Le kuttāb est confirmé par les parents dans son rôle d’école élémentaire

  • 63 Article 9, arrêté du 6 septembre 1980, cité, jort, 16 septembre 1980, p. 2237-2238.

53En raison de l’absence d’école maternelle, de l’insuffisance à différents points de vue des jardins d’enfants, on inscrit son enfant au kuttāb pour qu’il soit scolarisé avant six ans. On assiste ici à une reconnaissance du kuttāb dans son rôle traditionnel d’école élémentaire, rôle qu’il a toujours eu dans la société musulmane à côté de l’apprentissage religieux proprement dit. Le texte d’organisation d’ailleurs le permet : « L’enseignement au sein des kuttāb-s consiste à faire apprendre le Coran et à enseigner les préceptes islamiques ainsi que les règles préliminaires de la langue arabe63 ».

54A propos de la langue arabe, on peut souligner combien le kuttāb est là en interaction avec les mutations de l’éducation scolaire tunisienne. Au cours des premiers âges, en Tunisie, on sait que l’enfant était soumis à l’apprentissage du texte coranique dans la langue classique qu’il ne connaissait pas et avait peu de chance de jamais connaître. A notre époque de démocratisation de l’enseignement, les enfants devront presque tous apprendre l’arabe classique au cours de leur scolarité. Le kuttāb entre alors dans la stratégie scolaire des meilleurs résultats que l’on a évoquée plus haut. Quand on apprenait la langue française dès la première année d’école, la fréquentation du jardin d’enfants qui préparait les enfants à cette langue (comptines...) était recherchée. Avec le mouvement d’arabisation, l’arabe étant devenu seule langue d’enseignement dans les premières années, les parents ont alors pensé que le kuttāb allait mieux préparer leurs enfants à l’école arabisée. Un kuttāb tout renouvelé est entré dans la stratégie de la concurrence scolaire et sociale. Les personnes interviewées disent que l’on constate que les élèves sortant du kuttāb sont les premiers de leur classe à l’école primaire, d’autant plus, ajoutent-ils les uns ou les autres, que l’apprentissage du Coran développe la mémoire auditive, que le kuttāb donne le sens de l’école et de la discipline, tandis qu’au jardin d’enfants, « les enfants chantent et dansent ». Le kuttāb est alors devenu une classe préparatoire.

Les mutations concrètes du kuttāb

  • 64 Rappelons que la Tunisie a ratifié la Convention internationale des droits de l’enfant le 3 décemb (...)
  • 65 Ismail (A.), « Le préscolaire un luxe ou une nécessité ? », op. cit., p. 2.
  • 66 Le Temps, 21-03-1984. La psychologue, Youssef (L.), constate «que pour les adultes, l’enfant est m (...)

55Elles sont certes à mettre en relation avec les évolutions générales des genres de vie. Mais on peut observer un mimétisme avec les jardins d’enfants et le domaine scolaire en général. Le kuttāb traditionnel, une salle nue avec des nattes pour que les élèves s’installent en cercle autour du maître peut-il encore fonctionner ? kuttāb emprunte aux autres classes d’enfants : les tables et les chaises ont fait leur apparition, ainsi que les cahiers, voire les bulletins de notation, signes de la stratégie scolaire et de l’individualisation de l’enfant. Le kuttāb procède à des inscriptions qui ont lieu en début d’année, et non pas comme celles des jardins d’enfants en avril. Il emprunte au niveau du personnel : des hommes jeunes remplacent de plus âgés, des femmes peuvent être meddeb. Le meddeb repense sa pédagogie sur certains points : la discipline subsiste, mais la falaqa n’est plus d’époque, les châtiments corporels, au kuttāb comme ailleurs, sont interdits par les autorités nationales et seraient sans doute mal tolérés maintenant par beaucoup de parents étant donné la nouvelle place de l’enfant dans la société tunisienne64. Mais les buts de l’éducation préscolaire (« construction de la personnalité de l’enfant en favorisant le libre épanouissement de ce qui est en lui de liberté créatrice »)65 peuvent-ils être les siens ? Et corrélativement l’enseignement traditionnel autoritaire du kuttāb n’a-t-il pas été reproduit en retour, dans les jardins d’enfants, malgré les directives des responsables66 ?

56Le kuttāb ne se déplaît pas à créer l’équivoque avec le jardin d’enfants : on nous a signalé des raudāt qur’anīya (jardins d’enfants), un à Gabès, un autre à Médenine, ce dernier tenu par une femme, et qui ont fonctionné durant un certain temps. A Hammam-Lif, on trouve « un jardin d’enfants de petits musulmans ». Le directeur est un enseignant retraité de la Zaytouna, âgé, en même temps imām de la mosquée pour la prière du vendredi. Il a choisi cette appellation, car il savait qu’elle attirerait les parents d’une ville populaire. Il a mélangé résolument les aspects du kuttāb et ceux du jardin d’enfants. Ainsi son établissement est bien aménagé (tables, chaises, bulletin de notes) et il a engagé des jeunes filles comme animatrices. Le tarif est aussi celui du jardin d’enfants. L’imām enseigne le Coran et prépare à la première année du primaire. Est-ce un kuttāb, est-ce un jardin d’enfants ou une grande section de maternelle, c’est-à-dire une classe préparatoire ? L’ambiguïté est là, mais le kuttāb existe bel et bien avec une nouvelle image du kuttāb, une nouvelle image de meddeb.

  • 67 Un article dans La Presse, 16 octobre 1980, « Jardins d’enfants : des premiers pas hésitants... le(...)

57Les parents indécis alors ne savent pas choisir et se déterminer entre de tels champs attractifs de valeurs : authenticité, modernité, religion, efficacité. Si bien qu’il est très fréquent que les enfants d’une même famille n’aillent pas au même endroit. C’est bien démontrer concrètement la très grande présence du kuttāb dans la vie sociale. Cependant, on l’a dit, si l’on s’exprime volontiers sur le jardin d’enfants dans les journaux ; on ne parle guère du kuttāb67. On vit avec depuis si longtemps.

Réflexions conclusives

Le problème pédagogique

  • 68 Une expérience en ce sens est menée au Maroc par une équipe d’enseignants-chercheurs de la faculté (...)

58L’importance de cet effort du kuttāb pour être présent dans la vie quotidienne, même si personne n’a l’air de parler de lui ou de penser à lui quand on évoque le problème du préscolaire, mériterait une plus grande attention de la part de la recherche en sciences de l’éducation, pas seulement pour y introduire les « nouveautés » du jardin d’enfants, mais pour réfléchir sur ses valeurs propres, et le prendre comme terrain d’expérimentation en relation avec les sciences de l’enfant68. On pourrait étudier par exemple la gestuelle d’apprentissage, l’acquisition adaptée au rythme de chaque enfant, l’importance (ou non) de l’exactitude absolue par rapport au texte, ou encore la notion de propreté, telle qu’on la fonde sur l’imitation du Prophète et le respect des rites, et où elle devient une preuve de croyance.

59On a l’impression qu’on évite trop souvent, dans la recherche, d’envisager le kuttāb, de la même manière que certains juristes du droit positif tunisien ne songent pas à prendre en compte le droit musulman comme un champ de réflexion critique, et par là d’une maîtrise des problèmes dus à des références à des codes culturels divergents. Depuis 1989, le secteur de l’enfance, jusque-là géré par différents ministères, a été reconstitué comme un domaine unique sous la tutelle du ministère de la Jeunesse et de l’Enfance avec une direction pour l’Enfance. Faut-il laisser en dehors de ce remembrement le kuttāb qui concerne aussi les enfants ? Il est vrai que des commissions mixtes réunissent ponctuellement les différents partenaires.

Kuttāb et société

  • 69 Encyclopédie de l Islam, au mot kuttāb, p. 573 et Arnoulet (F.), « Les problèmes de l’enseignement (...)

60Cette situation d’interaction, de concurrence entre deux institutions d’apprentissage et d’éducation pour les enfants n’est pas une nouveauté de ces quelques trente dernières années en Tunisie. Au xixe siècle déjà et au début du xxe siècle, on avait senti une sorte de lutte entre kuttāb-s et écoles modernes. Il s’agissait à ce moment-là d’une époque de souveraineté contrariée par le Protectorat français, si bien que les conclusions auxquelles on a pu aboutir alors ne peuvent pas être les mêmes que les nôtres69. Ce qu’il nous importe de souligner, c’est que l’institution du kuttāb semble reproduire les questionnements de la société à une époque donnée. Cette institution, autrefois, à l’époque classique musulmane et post-classique, a-t-elle été une institution au statut fixe et sans ambiguïté ? Probablement pas. Plus récemment, le kuttāb a été engagé dans l’idéologie nationaliste avant l’indépendance, dans la stratégie de récupération de la souveraineté : des patriotes enseignaient aux enfants le jour et aux adultes le soir dans les kuttāb-s démultipliés. L’article 21 de l’arrêté de 1942 est éloquent : « Les mueddeb-s sont invités à s’abstenir d’introduire des journaux ou tout écrit étranger à l’enseignement coranique ». Actuellement le kuttāb se trouve au cœur d’un réseau de lignes de forces qui parcourent la Tunisie contemporaine : la modernité avec les enthousiasmes et les doutes qu’elle a aussi suscités, la stratégie scolaire de réussite, le rapport État-religion. Il pourrait être envisagé comme un lieu d’analyse, révélateur des interrogations de la société tunisienne, une sorte de microcosme plus accessible au chercheur.

L’enfant et la religion

  • 70 On lit par exemple dans l’Histoire des sœurs de la Doctrine chrétienne de Nancy, t. I. Pour l’éduc (...)

61Étudier le kuttāb doit mener aussi à se poser la question des besoins religieux de l’enfant et de la société, problème que les sciences humaines ne peuvent pas ignorer et qui devrait être envisagé dans des cadres plus larges et non pas seulement dans une optique de police générale de l’État. Faut-il continuer à fonder une éducation sur une religion d’appartenance, ou épanouir des consciences autonomes ? La question est posée dans le chapitre premier (« principes de base ») de la récente loi du 29 juillet 1991 relative au système éducatif qui consacre contradictoirement le recours à une « religion d’appartenance » (article 1), mais aussi l’» accès à la maturité personnelle » (article 6). On assiste en Tunisie à un effort de réflexion sur ce problème, d’autant plus que le gouvernement tunisien a ratifié la Convention internationale des droits de l’enfant (qui contient des recommandations à ce sujet) et qu’il a récemment disjoint l’enseignement religieux et l’instruction civique dans les programmes. Comment ne pas prolonger l’observation en évoquant les remises en questions actuelles en France autour de la réintroduction de l’étude des religions dans les lycées avec toutes les ambiguïtés que ces débats véhiculent ? On peut suggérer donc que l’on étudie le kuttāb en relation avec l’apprentissage de la religion dans les sociétés juive ou chrétienne70 ou autre, puisque transmettre les valeurs de la foi de génération en génération, n’a pas été l’apanage du seul kuttāb coranique. Il semble que cette prise en compte donnerait un éclairage plus large au kuttāb et toute sa dimension.

Notes

1 Kasmi (M.S.), président-fondateur de l’Association tunisienne de défense sociale (atds), a organisé un colloque autour du thème : « L’enfant dans la famille et dans la société » (28-29 avril 1992, Tunis, ena) en disant que la Tunisie toute entière a placé les enfants au premier rang de ses priorités. Le colloque a pour objectif « d’évaluer la place de l’enfant tunisien en termes d’acquis en matière d’éducation, de loisir, de santé, de liberté d’expression, d’information, de protections contre la violence... ».

2 « Institution : tout ce qui est organisé volontairement dans une société donnée... L’histoire des institutions a pour but de décrire l’évolution des règles et des structures juridiques par rapport au contexte économique et social... Dans le droit, il y a une réalité exprimant un état donné de la société. Le droit n’est pas limité aux domaines traditionnellement considérés comme juridiques (droit civil, droit criminel...). Le droit apparaît comme l’expression stabilisée, rationalisée à un moment donné, de rapports sociaux et économiques, de doctrines et de tendances idéologiques, d’interventions de groupes dominants ou de personnalités décisives... », in Ellul (J.), Histoire des institutions, Paris, puf, 1955, t.1, préface, p. v et vi.

3 La loi n° 56-118 du 4 novembre 1958, jort, 7 novembre 1958, p. 1056, relative à l’enseignement porte en son art. 2 : « L’accès à l’éducation et à l’instruction est ouvert à tous les enfants à partir de l’âge de six ans ». Cependant la loi n’exclut pas la possibilité de classes enfantines : « L’enseignement primaire comprend un seul cycle d’études d’une durée totale de six ans. Il pourra être précédé d’un court cycle d’éducation enfantine » (art. 8). « L’enseignement primaire est donné dans les écoles primaires, l’éducation enfantine dans les écoles maternelles et les classes enfantines. Des arrêtés du secrétaire d’Etat à l’Éducation nationale, à la jeunesse et aux sports détermineront les horaires, les programmes et les sanctions des études dans ces divers établissements, ainsi que les statuts et règles de fonctionnement de ces derniers » (art. 9).

4 Décret n° 89-999 du 20 juillet 1989, jort, n° 53 du L’août 1989, p. 1162.

5 Signée au nom de la Tunisie le 26 février 1990 et ratifiée par la loi n° 91-92 du 29 novembre 1991, jort, n° 82 du 3 décembre 1991, p. 1890.

6 N° 91-65, jort, n° 55 du 6 août 1991, p. 1398-1400.

7 Décret n° 69-6 du 4 janvier 1969 relatif aux jardins et clubs d’enfants, jort, 3 au 7 janvier 1969, p. 1920.

8 Pour la garde, loi 66-49 du 3 juin 1966, jort, n° 24, 3 juin 1966, p. 880 ; et pour la garde et la tutelle, loi n° 81-7 du 18 février 1981, jort, n° 11 du 20 février 1981, p. 334. Cf. Mezziou (K.), « Féminisme et islam dans la réforme du Code du statut personnel du 18 février 1961 », in Revue tunisienne de droit, 1984, p. 253-282. L’auteur, dans l’évocation des évolutions caractéristiques de la politique législative depuis l’indépendance, insiste sur l’émancipation féminine et l’égalité des hommes et des femmes. Nous pensons qu’il faut aussi mettre l’accent sur la structure même de la famille. Citons encore la loi 93-74 du 12 juillet 1993, jort (53), 20 juillet 1993, p. 1004-1005, qui amoindrit le concept de chef de famille, renforce les droits de la mère sur les affaires de ses enfants (art. 23, 60, 67).

9 Le yaourt individuel acheté pour l’enfant peut constituer la marque d’un changement typique dans bien des couches sociales.

10 Le plan de développement étatique au niveau de la santé publique a ciblé l’école primaire et maintenant le préscolaire pour l’amélioration de la santé publique (cf. colloque ena précité, intervention du Dr M. H. Ben M’na, chef de service de médecine préscolaire et scolaire).

11 La sociologue Mahfoudh (D.) titre un article en ce sens : «Crèches, jardins d’enfants. La condition d’une libération. L’absence d’institution pour les enfants d’âge préscolaire est donc une manière de réduire le nombre d’enfants et de limiter le droit des femmes au travail » ; cf. aussi Rejeb (S.) et al, La mère au travail et son enfant. Simple sondage sociologique ibla, 1991, n° 167, p. 85-93, « La femme est rendue responsable de tous les maux de la société : délinquance juvénile, chômage des hommes, échecs scolaires des enfants, etc. », p. 86.

12 La direction de l’Enfance, créée en 1974 au sein du ministère de la Jeunesse et des Sports (actuellement Jeunesse et Enfance), a été « chargée de l’organisation et du fonctionnement des jardins d’enfants ainsi que de l’élaboration de la politique du gouvernement en matière d’enfance ».

13 L’éducation préscolaire en Tunisie, situation générale, évaluation et perspectives des jardins d enfants et kuttāb-s. Étude financée par I’unicef, dirigée par Youssef (L.) et EL Amouri (T.), réalisée par une équipe pluridisciplinaire de chercheurs, 101p.

14 L’Éducation préscolaire en Tunisie, op. cit., p. 4.

15 Ismail (A.), « Le préscolaire. Un luxe ou une nécessité ? » Congrès maghrébin, 19-21 février 1991, Rabat, 30 p., annexe 9.

16 Le secrétaire général de la municipalité de l’Ariana nous a dit que l’inscription ouverte le 10 avril à 8 heures pour l’année scolaire 1992-1993 fut close à 8 heures 30 laissant 150 enfants en liste d’attente.

17 Textes actuellement en vigueur : Décret n° 69-6 du 4 janvier 1969, jort, 3-7 janvier 1969, p. 1920 ; arrêté du 28 janvier 1974, jort, n° 7-29, janvier 1974, p. 211 (un autre arrêté du même jour donne les modalités de fonctionnement et de contrôle des clubs d’enfants, p. 210). La refonte de ces textes est à l’étude aujourd’hui.

18 Décrets n° 78 452-455 du 26 avril 1978 ; jort, n° 35 du 9 mai 1978, p. 1392-1395, successivement pour le statut des animateurs, le classement hiérarchique et échelonnement indiciaire, la prime de rendement et enfin l’emploi de directeur, suivis d’un arrêté de la même date relatif à un cycle de formation des animateurs, puis du décret n° 82-1599 du 15 décembre 1989, jort du 17 décembre 1989, p. 2787 modifiant et complétant le décret du 26 avril 1972 relatif à l’emploi fonctionnel de directeur de jardin d’enfants.

19 La première section de «jardinières » a été créée en 1962 au sein de l’école des cadres paramédicaux Avicenne. Cette section a ensuite été rattachée à l’École nationale du service social en 1964 jusqu’en 1970. Après un arrêt de recrutement durant quelques années en 1975-1976, l’École nationale des cadres de Bir el Bey délivrait ce diplôme jusqu’en 1982. A cette date s’ouvrit en lien avec les jardins d’enfants, les clubs et villages d’enfants de Bourguiba, une École nationale pour la formation des cadres de l’enfance. L Éducation préscolaire en Tunisie, op. cit., p. 47-48.

20 Le Temps, 19 août 1981.

21 Colloque des jardins d’enfants maghrébins à Hammamet avec des délégations des pays de l’uma (cf. les Actes au jardin d’enfants de l’Ariana), 16-21 juin 1992.

22 Cf. art. 1 du décret du 4 janvier 1969, art. 2 du décret du 26 avril 1978.

23 Le Guide pédagogique de 1987 a remplacé celui de 1980. Le Guide pédagogique est une instruction officielle qui donne le canevas de l’animation éducative des jardins d’enfants. Il est complété par des programmes annexes par classe d’âge.

24 Pour les ambiguïtés de sens chez les animatrices de jardins d’enfants, se reporter à L’Éducation préscolaire en Tunisie, op. cit., p. 39 à 44 ; de même pour les ambiguïtés des objectifs des responsables à différents niveaux, dans différentes structures : besoins des enfants, besoins de la société, besoins de la femme au travail, besoins de la famille...

25 Le décret n° 82-1598 du 15 décembre 1982, jort du 17 décembre 1982, p. 2786, fixe les conditions d’ouverture des crèches. Un arrêté des ministères de la Santé publique et des affaires sociales du 24 mai 1983, jort, n° 42 du 7 juin 1983, p. 1542, précise les conditions de fonctionnement et les modalités de contrôle des crèches (celles-ci dépendent depuis août 1990 du ministère de l’Enfance).

26 La Presse, 24 octobre 1987. Même demande déjà dans Le Temps, 11 août 1987, « Administration et jardins d’enfants : harmoniser les horaires » ou celui du 29 novembre 1987, « Jardin d’enfants, un jour de repos fatigant »... pour les parents. On n’hésite pas d’ailleurs à se tromper d’appellation et de parler de « garderie » au lieu de « jardins d’enfants » (Dialogue, 9 mai 1983).

27 Le Temps, 11 août 1987.

28 Le Temps, 29 novembre 1987.

29 Dialogue, 9 mai 1983.

30 Le Renouveau, 22 septembre, 1989.

31 Le Temps, 15 décembre 1989.

32 La Presse, 9 avril 1984.

33 La Presse, 20 novembre 1987.

34 Le Temps, 22 novembre 1983.

35 La Presse, du 6 septembre 1985.

36 Le Temps, 22 octobre 1986.

37 La Presse, 6 mars 1986.

38 La Presse, 9 avril 1984.

39 Voir encore Le Temps, 19 août 1981 ; La Presse, 2 octobre 1982 ; Revue Dialogue, 9 mai 1983 et 10 septembre 1984 ; L’Action, 26 septembre 1985 ; Le Temps, 29 octobre 1986 et 8 février 1987 ; La Presse, 3 juin 1991.

40 Le Temps, 22 octobre 1986.

41 Seize garçons, trente-sept filles à la rentrée de 1982 (La Presse, 9 avril 1984).

42 Le Temps, 29 décembre 1989, entretien avec Mme Tlili, chef de service de la Jeunesse et de l’enfance à la municipalité de Tunis.

43 L’Action, 26 septembre 1985.

44 La Presse, du 20 novembre 1987.

45 s Nous parlons ici de jardins d’enfants privés appartenant à des particuliers. Nous excluons les jardins d’enfants qui ne relèvent pas directement de l’État comme ceux de la Prélature de Tunis mais dont les objectifs et les fonctionnements s’apparentent à ceux des municipalités.

46 Elle se marque également au niveau des tarifs, les réclamations des parents sont éloquentes aussi sur ce point.

47 Guide pédagogique de l animateur de jardins d enfants, publié par le service pédagogique en 1987.

48 La multiplication des cours particuliers, ceux exigés par les instituteurs pour des raisons à la fois de pourcentage de réussite de leurs élèves et aussi pour des raisons financières et ceux en plus organisés par les parents à la maison, est une autre voie explorée pour la réussite.

49 Zghal (A.) « Le retour du sacré et la nouvelle demande idéologique des jeunes scolarisés. Le cas de la Tunisie », in Annuaire de l Afrique du Nord, cnrs, t. xviii, 1979, p. 41-64. L’auteur fait remonter déjà à l’année 1969 l’effacement de l’image de marque de l’école (p. 60) avec le slogan des lycéens : « Scolarisés ou non, l’avenir n’est pas pour nous ».

50 Ceci en lien avec les interrogations sur des coûteuses déperditions scolaires. Une expérience d’éducation préscolaire sur des enfants de cinq ans dans un jardin d’enfants d’El-Ouardia en 1973-1975, depuis 1974 avec les chercheurs, Ben Miled (M.), Hamzaoui (H.), Maiou (A.), Cérès, 1985, cf. Dialogue du 23 septembre 1985, p. 32.

51 Le Temps, 29 décembre 1989 et 23 septembre 1989.

52 Circulaire n° 1, 8 janvier 1991.

53 Dialogue, 10 septembre 1984.

54 Ibn Khaldûn, Les prolégomènes, trad. de Slane, Paris, 1938, IIIe partie, p. 285.

55 Bibliographie arabe tunisienne ancienne, Al-Gabisi (935-1012), Ar risāla al mufassala li-aḥwāl al-muta’allimīn wa aḥkām al-mu’allimīn wa al-muta’allimin (Epître détaillée sur les situations des écoliers et les statuts des maîtres et des élèves, éditée par Ahmed Fouad Al-Ahwani, au Caire, en 1954, et par Ahmed Khaled. Tunis, std, 1986, p. 199 et 174 (manuscrit b n, Paris). Traduction Hady Roger Idris, dans Revue africaine, 1954, p. 263. Se reporter à Fontaine (J.), Histoire de la littérature tunisienne par les textes : des origines au xiie siècle, Tunis, 1988, t. 1., p. 147-148. Jomier (J.), ibla, 1949, signale d’abord Al-Ahwani, Al-ta’līm fi ra’y al-Gabisi, Le Caire, 1945, qui est suivi du manuscrit de Al Gabisi.
Ibn Sahnûn Muhammed (816-870), fils du juriste Sahnūn (777-854), syrien d’origine et grand qâdi de Kairouan, est né à Kairouan et a écrit Adāb al-mu’allimīn (Règles de conduite des maîtres d’écoles), édité par Hasen Husni Abdelwahāb à Tunis en 1934, puis par Mahmoud Abdelmoula en 1969 à Alger, et repris par Muhammed Al-Aroussi Al-Metoui à Tunis en 1972, à la Librairie orientale. Traduction Lecomte (G.), Revue des études islamiques, 1953, p. 89. Se reporter à Fontaine (J.) op. cit., p. 127-129.

56 Cf. Encyclopédie de l’Islam, au mot kuttāb et la note précédente.

57 La sociologue L. ben Salem a attiré notre attention sur le fait que les livres scolaires de lecture donnaient pour ces trois dernières décennies une image dévalorisante du kuttāb. Voir l’illustration. D’autre part, il faudrait étudier ce déclin en liaison avec la suppression des biens ḥubūs le 27 septembre 1956.

58 jort, n° 51, 16 septembre 1980, p. 2237-2238.

59 L’arrêté renvoie à la loi n° 58-118, 4 novembre 1958, alors en vigueur relative à l’enseignement et notamment à son titre iv consacré à l’enseignement privé. Se reporter aux articles 3 et 20, jort, 1 novembre 1958, p. 1056-1059.

60 Hommage relevé dans un discours prononcé à Sousse par le Premier ministre à l’occasion de la célébration de la journée du Coran, Le Renouveau, 11 mai 1989.

61 La Presse, 6 septembre 1985, « Jardins d’enfants : de plus en plus cher. Dans ce cas énormément de parents optent tout simplement pour l’engagement d’une aide de ménage, ou décident à défaut de jardins d’enfants de placer leurs enfants dans un kuttāb ».

62 L’article 12 de l’arrêté du 6 septembre 1980 cité : « Les kuttāb-s vaquent le vendredi toute la journée, le dimanche au cours de l’après-midi, de même qu’à l’occasion des fêtes religieuses et nationales ». L’article 6 précise pourtant que les enfants admis doivent avoir quatre ans.

63 Article 9, arrêté du 6 septembre 1980, cité, jort, 16 septembre 1980, p. 2237-2238.

64 Rappelons que la Tunisie a ratifié la Convention internationale des droits de l’enfant le 3 décembre 1991. L’arrêté de 1980 n’ajoute rien à celui de 1942 qui interdisait déjà formellement (art. 15) les châtiments corporels. Le texte de 1980, conformément aux directives des pédagogues, supprime la privation de récréation et la retenue, mais prévoit l’avertissement avec notification aux parents.

65 Ismail (A.), « Le préscolaire un luxe ou une nécessité ? », op. cit., p. 2.

66 Le Temps, 21-03-1984. La psychologue, Youssef (L.), constate «que pour les adultes, l’enfant est matière malléable ; la bonne éducation c’est modeler l’enfant suivant les normes sociales, culturelles, morales et religieuses voire politiques... Les jardins d’enfants devraient être un lieu d’épanouissement de l’enfant. Qu’est-il en réalité ? un modèle autoritaire ».

67 Un article dans La Presse, 16 octobre 1980, « Jardins d’enfants : des premiers pas hésitants... le kuttāb, cet ancêtre dévalué... » à l’occasion de l’arrêté du Premier ministre du 6 septembre 1980. On a signalé déjà un deuxième article : La Presse, 6 septembre 1985, « Jardins d’enfants, de plus en plus ».

68 Une expérience en ce sens est menée au Maroc par une équipe d’enseignants-chercheurs de la faculté des sciences de l’éducation de Rabat. Leur recherche vise à introduire l’innovation pédagogique dans les jardins d’enfants du ministère de la Jeunesse et des Sports, mais elle y joint « un projet d’innovation pédagogique dans les écoles coraniques », cf. Guide d’activité pour le préscolaire, université Mohamed v, faculté des sciences de l’éducation, Rabat, 1990. La bibliographie citée in Ismail (A.), op. cit., ne prend pas en compte semble-t-il le kuttāb comme champ de recherche.

69 Encyclopédie de l Islam, au mot kuttāb, p. 573 et Arnoulet (F.), « Les problèmes de l’enseignement au début du Protectorat français en Tunisie (1881-1900) », in ibla, 1991, t. 54, n° 167, p. 31-62, qui renvoient au congrès de l’Afrique du Nord (Paris, 6-10 octobre 1908), Paris, 1909, t. ii, p. 552-572.

70 On lit par exemple dans l’Histoire des sœurs de la Doctrine chrétienne de Nancy, t. I. Pour l’éducation des filles de la campagne, les sœurs vatelotes du diocèse de Toul, xviie-xviiie siècles, Nancy, 1988, p. 425 et sq., « La tâche principale de la Maîtresse sera d’enseigner le catéchisme, la messe, les prières, de préparer les enfants aux sacrements... » Pour aider les maîtresses il existe une méthode qui leur montre « la façon de faire apprendre la prière aux petits comme aux grands. Prières d’abord apprises en latin, jugé plus facile, puis en français (il s’agit de petits Lorrains qui parlent le patois). Pour les petits qui ne savent pas lire, il faut utiliser la méthode répétitive, chaque enfant à tour de rôle, répète de façon claire la première phrase dite d’abord par la maîtresse, on ne passe à la seconde phrase que lorsque la première est sue parfaitement par tous et ainsi de suite... »

Notes de fin

* Maître de conférences à la faculté de droit de Tunis II (Tunisie).

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540