Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Élites du monde nomade touareg et maure

 | 
Pierre Bonte
, 
Hélène Claudot-Hawad

Résumés

Texte intégral

Élite, honneur et sacrifice. La hiérarchie des savoirs et des pouvoirs dans la société touarègue précoloniale et la recomposition des rôles socio-politiques pendant la guerre anticoloniale et après la défaite

Hélène CLAUDOT-HAWAD

1Une élite touarègue d’un nouveau type émerge au cours de la guerre anticoloniale du début du siècle menée par Kaosen contre l’occupation française. Un modèle héroïque original s’élabore à partir de certains traits de l’organisation sociale ancienne (notamment pluralité et équilibre des pouvoirs, rôle de l’assemblée, légitimité élective, fonction d’arbitrage, devoir de protection) et par la mise en œuvre de nouveaux principes politiques. La « révolution de Kaosen » se traduit en particulier par le renoncement à la hiérarchie sociale et à la disparité des rôles, par l’égalité politique des individus, par la remise en cause du code de l’honneur guerrier au profit d’attitudes valorisantes de natures différentes… Après la défaite de 1919, cette conception continuera à influencer toutes les tentatives de résistance à l’ordre politique imposé et conduira finalement, dans l’Air, au rapprochement entre les guerriers et les mystiques musulmans.

2Hélène Claudot-Hawad, ethnologue, est directeur de recherche au CNRS à l’Institut de Recherches et d’Études sur le Monde Arabe et Musulman (Aix-en-Provence) et responsable du pôle de recherches en anthropologie sociale des sociétés de désert et de montagne et du groupe de recherches sur le monde touareg.

*

L’ignorance des Inesleman de la Tagaraygarayt par le pouvoir colonial. L’élite politique des « religieux » mise aux marges de l’histoire

Saskia WALENTOWITZ

3L’auteur s’interroge sur les raisons pour lesquelles le système politique de la confédération touarègue de l’Azawagh est resté largement méconnu. Ce système comprend deux chefs — l’imam, recruté parmi la noblesse guerrière Inesleman (« religieux ») et l’amenokal choisi au sein de la noblesse guerrière Imajeghan (« nobles ») — en charge respectivement des affaires internes et externes de cinq fédérations autonomes de tribus hiérarchisées. Cependant, les sources écrites font moins état d’une pluralité des pouvoirs au sein d’un ensemble cohérent qu’elles n’analysent l’exercice du pouvoir politique en termes de rivalité entre « nobles » et « religieux ». Cette rivalité relève plutôt d’une idéologie héritée de l’époque coloniale et se base sur une série de préjugés qui conçoivent le pouvoir politique comme un pouvoir « absolu » et figent les différentes catégories sociales en des entités cloisonnées et immuables. Cette vision a largement biaisé l’interprétation des événements qui ont marqué l’histoire des Touaregs de cette région depuis l’époque précoloniale jusqu’à la période contemporaine.

4Saskia Walentowitz, doctorante en ethnologie à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris) est allocataire de recherche au Laboratoire d’Anthropologie Sociale (Paris) et associée aux travaux du groupe de recherches sur le monde touareg à l’Institut de Recherches et d’Études du Monde Arabe et Musulman (Aix-en-Provence).

*

La construction coloniale d’une élite touarègue. Le cas des Kel Intessar, Soudan français (fin du xixe siècle - années quarante)

Florence CAMEL

5Les Kel Intessar ont été présentés par le discours colonial comme un groupement touareg modèle qui donnait satisfaction en tout point (impôt, lutte contre les pillages, adoption des écoles nomades…). L’histoire de la rencontre entre Kel Intessar et Français permet de comprendre comment ce groupement a pu passer du stade de résistant à l’occupation française (en 1893-1894) à celui d’élite plébiscitée par les autorités du Soudan français.

6Florence Camel, doctorante en histoire à l’Université de Provence est associée aux travaux du groupe de recherches sur le monde touareg à l’Institut de Recherches et d’Études du Monde Arabe et Musulman (Aix-en-Provence).

*

Orphelins et convertis. Le discours des missionnaires sur la formation des nouvelles élites au Sahara à la période coloniale

Karima DIRECHE-SLIMANI

7Cet article présente une petite communauté chrétienne autochtone du Sahara algérien à la période coloniale et étudie le discours missionnaire (Société des Missionnaires d’Afrique) qui la légitime.

8Karima Direche-Slimani, docteur et agrégée d’histoire, est enseignante et chercheur associé à l’Institut de Recherches et d’Études sur le Monde Arabe et Musulman (Aix-en-Provence).

*

L’élite que nous avons voulu raccommoder sur les cendres… après la création des États africains

HAWAD

9Cet article fait état des analyses internes, des courants de pensée à l’œuvre et des tentatives originales menées en milieu touareg pour reconstituer une élite capable de protéger la communauté affaiblie, marginalisée et découpée, dans le contexte politique des années soixante, entre cinq États africains différents.

10Hawad, écrivain et peintre touareg, travaille également sur l’histoire, les mouvements politiques, l’organisation sociale et enfin la littérature orale et les arts chez les Touaregs.

*

Savoir rester nomade sans pouvoir l’être. La fabrication et l’usage des nattes de tente chez les Touaregs sédentarisés de l’Ajjer

Tatiana BENFOUGHAL

11Ce texte aborde le problème de la transposition de certains éléments de l’environnement matériel nomade dans le cadre de la sédentarité. Pourquoi le groupe a-t-il besoin de préserver un certain nombre d’objets issus de son ancien mode de vie et de les faire perdurer dans de nouvelles conditions économiques et culturelles ? Pourquoi choisit-il tel objet plutôt que tel autre? Quelles fonctions cet objet remplit-il alors? Les réponses à ces questions transparaissent à travers l’exemple des nattes-paravents isabran (sing.ésaber) chez certaines tribus Kel Ajjer récemment sédentarisées. Il ressort de l’analyse que les savoirs liés à leur utilisation et à leur fabrication impliquent des rapports économiques et socio-culturels complexes et font que la natte-paravent, en tant que support de valeurs traditionnelles importantes, devient un moyen symbolique de reconstruction de la société touarègue.

12Tatiana Benfoughal, ethnologue, est ingénieur d’études au Musée de l’Homme (Paris) et enseigne à l’École du Louvre. Elle a été conservateur en chef au Musée du Bardo à Alger de 1975 à 1993. Elle participe aux travaux du groupe de recherches sur le monde touareg.

*

L’art et la manière. Transmission des savoirs techniques et esthétiques dans le Gourma.

Catherine HINCKER

13Pour les Touaregs du Gourma, qu’ils soient artisans (inaden) ou non, le geste, les postures et les choix techniques opérés pour réaliser un 251 objet sont le support d’une identité de métier. Les conditions de l’apprentissage permettent au caractère de l’individu de s’affirmer tout en restant solidaire du style du groupe. Les critères retenus pour définir un « style » et son excellence renvoient directement à l’action technique. Sont ainsi détaillés le travail de la main ou du bras (afus), mais aussi la frappe (iwit) reliée directement au geste technique et enfin l’art ou le métier (tahoré) qui renvoie à des conceptions esthétiques plus générales.

14Catherine Hincker, doctorante et allocataire de recherche en ethnologie à l’Université de Provence est associée aux travaux du groupe de recherches sur le monde touareg à l’Institut de Recherches et d’Études sur le Monde Arabe et Musulman (CNRS, Aix-en-Provence).

*

L’« émir de la paix » : Ahmed uld M’Hammed (1872-1891). Conceptions hassân et zawâya du pouvoir politique dans la société émirale avant la colonisation

Pierre BONTE

15Les émirats maures se sont établis, à la fin du xviie et au xviiie siècle sur la base de l’affirmation des valeurs tribales hassân, guerrières, et en opposition avec les valeurs religieuses assumées par un autre groupe social, celui des zawâya, qui développent une conception islamique du politique. Le règne de l’« émir de la paix », Ahmed uld M’Hammed, dans la seconde partie du xixe siècle illustre la perméabilité de ces valeurs politiques, mais aussi les limites de celle-ci.

16Pierre Bonte est anthropologue, directeur de recherche au CNRS (Centre national de la Recherche scientifique), membre du Laboratoire d’anthropologie sociale (Paris).

*

Le milieu culturel et social des fuqahâ maures

Yahya OULD AL-BARA

17Les fuqahâ, jurisconsultes, jouent un rôle central dans l’islam et la société maure. Les fatâwa (« réponses », consultations juridiques) qu’ils délivrent, et qui ont été rassemblés par l’auteur, nous offrent un tableau privilégié de cette société.

18Yahya ould el-Bara, linguiste et sociologue, est professeur à l’Université de Nouakchott (Mauritanie).

*

Langues, pouvoirs et savoirs dans la société maure

Catherine TAINE-CHEIKH

19Cet article met en avant le caractère bicéphale de la culture arabe maure et l’opposition entre l’oralité de la culture en dialecte, symbolisée par le griot, et l’« auralité » de la culture en arabe classique, incarnée plus spécifiquement par les Zwâya. Il cherche également à comprendre comment cette diglossie s’est mise en place, au sein d’une population d’abord berbérophone, et pourquoi elle tend à être remise en cause à l’époque récente.

20Catherine Taine-Cheikh, linguiste, est chargée de recherche au CNRS (Centre national de la Recherche scientfique), membre du Laboratoire du CNRS et de l’Université de Lyon 2 « Dynamique du langage ».

*

Cherche élite désespérément évolution du système éducatif et (dé)formation des « élites » dans la société mauritanienne

Abdel Wedoud OULD CHEIKH

21Cet article traite de l’évolution du système éducatif mauritanien dans son rapport à la (re)production des élites. Il évoque d’abord l’enseignement traditionnel maure, apanage presqu’exclusif de l’ordre statutaire des Zwâya. Il aborde ensuite les transformations du système éducatif né de la colonisation.. L’auteur conclut au rôle marginal du capital scolaire dans le recrutement des élites compte tenu de la prégnance des structures traditionnelles et du caractère sultanien du pouvoir politique.

22Abdel Wedoud ould Cheikh, sociologue, est professeur à l’Université de Nouakchott (Mauritanie).

Sur la formation des élites et la mobilité sociale en Mauritanie

Zekeria OULD AHMED SALEM

23S’opposant à une certaine vision fixiste des catégories ethniques, sociales, tribales, etc., l’auteur étudie les parcours politiques au sein de la société maure contemporaine, en soulignant la part seconde des questions de représentativité et la nature individuelle des carrières qui se définissent en fonction des caractères de l’État moderne.

24Zekeria ould Ahmed Salem est docteur en science politique (Université de Lyon)

*

La puissance politique du nasab en Mauritanie contemporaine. À propos du rôle d’intermédiation politique de l’élite dirigeante des Ahl Sîdi Mahmûd de l’‘Assâba

Mariella VILLASANTE-DE BEAUVAIS

25En cette fin du xxe siècle, il peut sembler quelque peu paradoxal de parler du rôle d’intermédiation des élites dirigeantes issues de l’ordre de la tradition de la société bidân, arabophone, de Mauritanie. A partir de l’analyse du cas de la confédération des Ahl Sîdi Mahmûd, cet article tente de montrer que le paradoxe n’est qu’apparent et que certaines élites continuent à remplir — en se fondant sur la puissance du nasab (parenté) —, un rôle majeur dans la restructuration contemporaine du politique. La démocratisation de « sty’le mauritanien » n’implique donc pas un changement structurel des pratiques politiques préexistantes, fondées sur la prépondérance de la parenté sur le politique.

26Mariella Villasante-de Beauvais, docteur en anthropologie sociale (EHESS), est chercheur associé au GDR 7565-CNRS, Laboratoire d’anthropologie sociale (Paris). Elle assume la responsabilité éditoriale de la chronique politique sur la Mauritanie à l’Annuaire de l’Afrique du Nord aux éditions CNRS.

*

© Institut de recherches et d'études sur les mondes arabes et musulmans, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter