Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tunisie au présent

 | 
Michel Camau

Post-scriptum

Serge Adda

Texte intégral

(...) Nous étions les guépards, les lions. Ceux qui nous remplaceront seront
les chacals, les hyènes et tous tant que nous sommes : guépards, lions, chacals
ou brebis nous continuerons à nous prendre pour le sel de la terre...
Guiseppe Tomasi di LAMPUDUSA,Le Guépard.

1Après les fortes turbulences des années 1984-1986, la Tunisie a connu en 1987 une tempête qui s’est achevée le 7 novembre par un atterrissage en douceur avec la mise à l’écart du Président Bourguiba pour « sénilité » et son remplacement à la tête de l’État par M. Zine El Abidine Ben Ali, Premier Ministre depuis le 2 octobre.

2Les événements dont la Tunisie a été le théâtre depuis la rédaction de notre contribution sur « le possible » et le « probable » sont venus confirmer pour l’essentiel notre analyse. Par delà les données purement factuelles, il en ressort trois séries de questions et de leçons essentielles pour l’avenir.

  • 1 Constat de la vacance de la présidence de la République pour cause d’« empêchement absolu » du tit (...)

31) Le problème de la succession de Bourguiba qui n’en finissait pas de miner la vie politique tunisienne a trouvé un épilogue constitutionnel. La procédure utilisée1 a vraisemblablement été présente à l’esprit de nombre de dirigeants de l’entourage direct de Bourguiba, durant ces dernières années. Si elle a été mise en œuvre avec succès, le 7 novembre 1987, c’est à la faveur de trois éléments :

  1. La montée de l’islamisme et la rigueur avec laquelle Bourguiba a voulu l’écraser ont failli faire basculer le pays dans un cycle infernal aux conséquences imprévisibles.
  2. L’inquiétude des pays occidentaux et de l’Algérie face à la dégradation de la situation politique et à la perte de crédibilité intérieure et extérieure de l’État a contribué à une mise en question de la longévité du leadership bourguibien2.
  3. Proclamation d’une amnistie générale.
  4. Reconnaissance des formations el partis de l’opposition non violente.
  5. Le retour des chefs de l’opposition à la vie politique (...)

4En remplacement de M. Rachid Sfar, le Président Bourguiba avait nommé un Premier Ministre issu de l’armée et n’ayant aucun passé de militant destourien puisque la loi tunisienne interdit aux militaires d’adhérer à un parti politique, fut-il le Destour. Ce n’est qu’en 1984 que M. Ben Ali, qui prenait alors la tête des services de sécurité, a quitté l’armée et a accédé aux instances dirigeantes du Destour. Le fait de ne pas appartenir à la famille destourienne s’est avéré un atout pour M. Ben Ali dans la mesure où il a tenu celui-ci à l’écart des luttes de clans qui ont secoué la vie politique tunisienne.

5Sans doute, pour Bourguiba, Ben Ali n’était-il qu’un Premier Ministre de transition ayant pour tâche principale voire unique le démantèlement du Mouvement de la tendance Islamique (MTI). Très vite on devait s’apercevoir que le nouveau Premier Ministre ne considérait pas ses responsabilités gouvernementales comme provisoires. En une trentaine de jours, il engagerait un bras de fer avec le Président. Il prendrait sur lui, de par ses premières déclarations et initiatives (relèvement du SMIG, amnistie fiscale), de tenter de rétablir la confiance dans le pays et ferait savoir (par des fuites savamment organisées dans la presse internationale) son opposition à la rigueur de la répression anti-MTI ou du moins à des condamnations à mort de dirigeants islamistes ainsi que la volonté d’élargissement de l’équipe gouvernementale.

6De par le profil et la position de M. Ben Ali, la précision technique de l’opération de prise du pouvoir et la qualité du programme annoncé, le « coup d’État constitutionnel » du 7 novembre apparaît comme l’unique formule susceptible de permettre au pays d’opérer une rupture dans la continuité et la stabilité.

7Si l’on voulait, à chaud, chercher à tout prix une comparaison avec des situations similaires – qui n’existent pas – le coup du 7 novembre rappellerait par certains traits la succession sans heurts, que l’on disait impossible, de Boumedienne en Algérie, et les enjeux qui en découlent s’apparenteraient à ceux des débuts de l’ère Gorbatchev en URSS. Le père fondateur, le leader charismatique est remplacé sans drame et avec une approbation quasi-unanime tandis qu’il faut à la nouvelle direction politique assurer la continuité et revendiquer la légitimité mais aussi promouvoir la restructuration et la transparence. De ce point de vue, si le Président Ben Ali bénéficie incontestablement d’un préjugé favorable, il faudra néanmoins au successeur, pour asseoir sa légitimité constitutionnelle, apporter des solutions originales à une équation à plusieurs inconnues et variables :

  • Assumer l’héritage du bourguibisme tout en se démarquant de Bourguiba, et, partant, savoir ne pas rompre avec les valeurs modernistes qui ont été à la source de son combat. Nécessaires, les mesures symboliques attendues de tout changement (en l’occurrence, modification de l’hymne national, du calendrier des fêtes nationales...) marquent une différence mais au risque de paraître vouloir « jeter le bébé avec l’eau du bain ».
  • Venir à bout des résistances qui ne manqueront pas de se manifester au sein de l’appareil du parti destourien. Durant trente ans, le clientélisme, le régionalisme et les féodalités, la censure et l’autocensure, la confusion parti-État ont créé des habitudes, alimenté des rentes de situation et structuré des pratiques de « nomenklaturas » locales, qui ne pourront être bousculées qu’avec le temps.
  • Gérer d’une manière nouvelle les générations montantes. Il est significatif que la première équipe gouvernementale comporte un nombre important de commis de l’État et de technocrates qui ne participaient à aucune activité politique partisane. Autour du nouveau Président de la République la seule personnalité marquante ayant un long passé militant est le Premier Ministre, M. Hédi Baccouche.
  • Répondre à l’attente voire l’impatience des forces sociales et politiques quant à leur participation aux centres de décision et à leur représentation parlementaire.
  • Réévaluer les modalités de réponse à la poussée islamiste.

82) De par l’ampleur de la répression au cours des derniers mois du règne de Bourguiba, le MTI n’a pu empêcher l’émergence à sa marge de phénomènes groupusculaires radicaux. Les attentats de la nuit du 3 août 1987 ont, d’une manière spectaculaire, interpellé les Tunisiens, généralement peu enclins, même quand ils sont opposés au régime, à accepter l’action violente.

9Les auteurs de ces attentats bien que condamnés par le MTI sont issus de la mouvance islamiste. Ils ont prouvé une capacité exceptionnelle et nouvelle de certains groupes radicaux à provoquer des foyers de tension. Seul l’artificier des attentats devait, au moment où ces lignes sont écrites, payer de sa vie ces actes de violence. Les instigateurs et les poseurs de bombes devaient, quant à eux, demeurer introuvables, démontrant également une capacité d’organisation clandestine parfaitement structurée.

10Dans la mesure où le MTI s’est désolidarisé de ces attentats, il est permis de se demander si leur parfaite préparation et leur précision, ainsi que l’étonnante technique de repli, ne signifient pas l’existence d’organisations dont le mode de fonctionnement s’apparenterait à celui des groupes libanais chiites organisés par des fractions iraniennes. De par ses relations avec la France et le monde occidental ainsi que par sa fragilisation intérieure, la Tunisie aurait-elle pu apparaître aux yeux de certaines fractions iraniennes comme le maillon faible de la zone sud-méditerranéenne, dont la déstabilisation violente serait de nature à créer une base de développement pour les mouvements islamistes ?

11Même si chaque groupe de cette nébuleuse radicale est autonome, on ne peut que s’interroger sur les mobiles de ceux qui ont suscité la formation en France du groupe tunisien dirigé par Fouad Ali Salah. Des ramifications de ce réseau « dorment »-elles en Tunisie même ?

12Le passage de groupes radicaux à l’action directe est susceptible de provoquer également une déstabilisation du MTI. Celui-ci a perçu très vite le danger que de telles initiatives pouvaient faire encourir au mouvement dont la crédibilité se trouvait ébranlée au regard de sympathisants, notamment, parmi les couches moyennes de la population, hostiles aux attentats.

13La tactique adoptée par le MTI jusqu’à l’ouverture, devant la Cour de Sûreté de l’État, du procès de ses chefs historiques et de certains de ses militants a consisté à organiser de brèves manifestations urbaines parfaitement encadrées dont l’objectif était le harcèlement des forces de police et leur dispersion spatiale, ainsi que la démonstration de la capacité de réponse du mouvement.

14Ces manifestations ont paradoxalement mis en lumière les faiblesses du MTI. La rue n’y a pas participé, le MTI se révélant dans l’incapacité de provoquer un effet « boule de neige ». Tout au plus ont-elles démontré une aptitude non à s’emparer du pouvoir mais à déstabiliser les institutions et à culpabiliser la société civile, en prenant le contrepied, par le recours à un discours sacralisé, des valeurs modernistes véhiculées par le système.

15Les manifestations ont permis, au demeurant, à la direction clandestine de satisfaire une base jeune en attente d’actions, mais au risque d’un renforcement de la position des partisans au sein du régime d’un verdict « exemplaire » et de l’exécution des leaders du MTI.

16Sept condamnations à mort dont cinq par contumace ont été prononcées tandis que les principaux responsables du MTI en état d’arrestation étaient condamnés à de lourdes peines de prison. N’eussent été les interventions de la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme et la crainte partagée par les États occidentaux, plusieurs gouvernements arabes et certains dirigeants du pays, de voir la Tunisie entrer dans un cycle infernal, l’issue du procès aurait été vraisemblablement différente et plus dure.

17On notera qu’une fois le verdict rendu le MTI s’est trouvé placé dans une situation inconfortable. Il a décidé d’arrêter toute démonstration de rue et d’opérer un repli pour une longue période. Ce qui, d’une part, provoque à la base des remous et des départs vers des groupes marginaux radicaux et, d’autre part, permet aux forces de sécurité de gagner du terrain et d’arrêter des membres importants de la direction clandestine.

18Restait à savoir si le démantèlement de la direction du MTI serait durable et si une nouvelle génération de dirigeants plus radicaux n’allait pas le faire basculer dans un type d’actions qu’il réprouvait. La répression sans merci et le démantèlement du MTI ne risquaient-ils pas de produire des effets inverses à ceux recherchés ? Dès lors, la protection de la société civile et de l’État moderne ne passerait-elle pas par la reconnaissance d’espaces de liberté à l’Islam politique ? Tant il est vrai que la répression ne s’est avérée nulle part un moyen efficace pour résoudre le « problème » islamiste sur le long terme.

19Sans approuver la rigueur de la répression à l’encontre du MTI, voire même en la dénonçant, nombreux paraissent ceux qui parmi les intellectuels, auraient souhaité qu’à l’occasion de ces événements, la ligne de clivage Opposition-Pouvoir se déplace vers une ligne de clivage Fondamentalistes-Défenseurs de l’État moderne. Mais un tel déplacement supposerait que Pouvoir et Opposition partagent la même perception des enjeux.

20Au lendemain du 7 novembre, cette question reste d’une acuité brûlante. On observera qu’après une première déclaration négative à rencontre du changement intervenu l’un des dirigeants du MTI, M. Abdelfattah Mourou, devait porter une appréciation nettement positive. Pour sa part, le Pouvoir, si l’on en juge d’après la première conférence de presse du Premier Ministre, ne semble plus poser comme seules conditions d’une légalisation du Mouvement de la Tendance Islamique que la suppression de la référence de sa dénomination à l’Islam et la dénonciation de la violence.

21Il semblerait qu’à la faveur de la retraite forcée de Bourguiba et afin de reconstituer ses forces, l’aile modérée du MTI soit prête à des concessions. Dès lors comment vont réagir ceux des islamistes qui au sein du MTI ou à l’extérieur de celui-ci sont sur une trajectoire radicale et de rupture avec l’État ? D’autre part, comment opposition et pouvoir moduleront-ils une éventuelle reconnaissance du MTI ? S’agira-t-il d’une formule « égyptienne » de cohabitation, qui impliquerait de composer avec l’Islam politique et de lui faire un certain nombre de concessions ?

22Depuis le 7 novembre, les mots de consensus et de réconciliation sont prononcés par tous mais on ne sait quels seront les contours de celui-ci et de celle-là en termes de programme et surtout de projet sociétal. La classe politique va se trouver confrontée à une délicate gymnastique si elle veut que la « deuxième république » soit à la fois synonyme de rupture et de continuité. Il est fort probable que de larges fractions de l’intelligentsia qui, du vivant politique de Bourguiba, n’ont pas adhéré au Destour et ont même connu les geôles du régime se mueront en porteurs de « l’héritage moderniste » de Bourguiba. C’est dire qu’à l’instar de ce qui s’est passé dans de nombreux pays l’on pourrait assister à une débourguibification menée par des fractions du Destour alliées à des forces extérieures maximalistes. D’où l’interrogation sur le lieu du centre de gravité du consensus à instaurer.

233) Une fois passé « l’état de grâce » consécutif à la levée de l’hypothèque de la succession, les contraintes lourdes économiques et sociales évoquées dans notre article réémergeront. Les hommes du 7 novembre bénéficient d’un léger mieux de la situation financière du pays. Toutefois l’embellie s’avère fragile si l’on considère que la crise économique mondiale rebondit et que tous les indicateurs économiques et financiers, à l’exception du tourisme, demeurent préoccupants.

24Si un accord entre les divers partenaires politiques et sociaux intervient dans les prochains mois pour restaurer la Centrale syndicale dans son rôle revendicatif et son autonomie, il s’agira pour cette dernière de moduler sa pression pour éviter de nouveaux conflits paroxystiques. Pour les différents acteurs la voie sera difficile qui consistera à maîtriser le temps d’un processus d’ouverture qui risquerait d’échouer dans l’hypothèse d’une montée en puissance simultanée de revendications sociales et politiques et d’une pression soutenue. Il reviendra à l’équipe dirigeante et à la Chambre des Députés qui sera élue (?) de mener la transition avec modération et... par étapes. Une telle maîtrise du temps exigera que les uns et les autres mettent en place des règles du jeu permettant une écoute réciproque et la recherche permanente d’un consensus du moindre mal.

25Décidément, la Tunisie est appelée, pour réussir, à être le pays du juste milieu.

2613 novembre 1987

Notes

1 Constat de la vacance de la présidence de la République pour cause d’« empêchement absolu » du titulaire de la charge et investiture du Premier Ministre dans les fonctions de Président, conformément à l’article 57 de la Constitution.

2 On en trouve trace, à titre d’exemple, dans ce qu’écrivait, le 5 octobre 1987. au lendemain de la nomination du général Ben Ali comme Premier Ministre, le bulletin Middle East Insider :
Les services du Premier Minisire à Paris el le N.S.C. (Conseil National de Sécurité des U.S.A.) ont opté en faveur de Ben Ali. qui, de leur point de vue. sera capable de maintenir la loi et l’ordre pour permettre aussi vile que possible une transition vers un Gouvernement d’Unité Nationale lors de la disparition du Combattant Suprême.
(...) Suivant un rapport confidentiel du Général Vernon Walters au gouvernement fédéral américain à l’issue d’une tournée en Afrique du Nord en mai dernier, le Général Ben Ali est présenté comme étant l’homme capable de préparer l’avènement d’une « deuxième république ». Celte dernière devrait, selon les termes mêmes du rapport, réconcilier les différentes familles politiques pro-occidentales existant en Tunisie.
Le rapport suggère pour celle réconciliation nationale les étapes suivantes :
(Middle East Insider. Weeklv Confidenlial Newsletter, 5 octobre 1987. Volume 2. numéro 38 : 1-2).

Auteur

Serge ADDA, Economiste, Tunis.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter