Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tunisie au présent

 | 
Michel Camau

IV - Enjeux. Politique et société : la gestion des conflits

15- Enjeux : le possible et le probable...

Serge Adda

Texte intégral

Les empires ainsi que les hommes ont leur vie propre,...
La durée de leur vie en général ne dépasse pas trois générations...
Ils grandissent, ils arrivent à l’âge de maturité... puis ils commencent à décliner...
Ibn Khaldoun In la Muquaddima

1Les années 1984-1986 ont vu la Tunisie pénétrer dans une zone de fortes turbulences dont il est difficile, voire hasardeux, d’entrevoir la sortie.

2De l’explosion de janvier 1984 à l’écrasement de la direction de l’UGTT en décembre 1985, de la brouille avec la Libye au raid israélien sur Hamman Chott, de la hausse brutale du cours du dollar à son non moins brutal rétablissement aux niveaux antérieurs, de la chute du prix du baril de pétrole à l’épuisement des réserves en devises du pays, de la nouvelle grave crise cardiaque du Président Bourguiba à la relance des luttes autour de la succession..., bref, à l’aube de sa trente et unième année d’indépendance, la Tunisie semble être à une nouvelle croisée de chemins.

3Crise des mécanismes de régulation des tensions ? Crise du politique ? Crise du modèle étatique « assistanciel » ? Crise du mythe industrialisant ? Crise de légitimation de l’État ? Crise du clientélisme ? Crise économique et sociale ?... Les différents auteurs de cet ouvrage collectif ont, chacun selon son angle de vue, tenté d’atteindre une approximation concrète de la réalité, perçue par l’homme de la rue comme une « sournoise inquiétude du lendemain » (Yâdh Ben Achour).

4Si la « prophétie reste étrangère à tout exposé académique » (A. Zghal), l’essai de prospective demeure indispensable. Il ne s’agira pas ici de couvrir l’ensemble du champ des possibles et du probable, mais d’entrevoir à partir des moments forts de ces trois années, les dispositifs nouveaux qui se mettent en place et les contraintes nouvelles qui pèseront sur l’avenir immédiat.

LE SÉISME DE JANVIER 1984

5La crise de janvier 1984 constitue un tournant dans la vie du pays, dans la mesure où à la différence des crises précédentes (janvier 1978, janvier 1980) elle a fait émerger une « deuxième Tunisie » celle des laissés-pour-compte de la croissance, celle qui est située en dehors du champ social formel, celle qui est inscrite en dehors des normes institutionnelles. Ni les partis ni le syndicat, ni à fortiori le gouvernement n’avaient prévu l’ampleur de la fracture et ne pouvait canaliser le mouvement tant il est vrai que les passerelles, les compromis réalisés jusqu’alors, et les mécanismes de régulation en place ont été brutalement ébranlés.

6Ce « deuxième pays » qui a fait surface recouvre approximativement le secteur non structuré déjà analysé par J. Charmes : 40 % de la population active et non agricole du pays y est employé d’une manière précaire et à des salaires en moyenne plus bas que dans le secteur moderne. Ce « deuxième pays » recouvre aussi les poches de pauvreté en zones urbaine et rurale, certes en régression mais représentant néanmoins près de 30 % de la population du pays. A ceux-là il faut ajouter les exclus du système éducatif et de larges franges de la jeunesse sans emploi.

7Ce « pays » hétéroclite ne pouvait se sentir concerné par les mesures de compensation de la hausse des prix des céréales promise alors par le Gouvernement, dans la mesure où les mécanismes de redistribution et de transferts sociaux ne le concerne pas à la différence de la classe ouvrière et des salariés.

8Les années 1970 avaient entraîné une amélioration certaine du niveau de vie du pays, mais qui ne s’est pas faite au même rythme. Aussi le séisme de janvier 1984 nous semble être le résultat d’un développement à deux vitesses des modalités de répartition des ressources et des revenus. Paradoxalement, au cours de ces années, la classe ouvrière à un pôle et les nouveaux entrepreneurs à l’autre pôle ont connu, même à des rythmes différents, une croissance de leurs revenus bien supérieure à celle de ce « deuxième pays ».

9Cette crise a fortement interpellé la classe politique dans son ensemble, non préparée aux formes violentes qu’elle a prises ni aux problèmes soulevés. Elle a, par ailleurs, ébranlé, les couches moyennes, principales bénéficiaires des années 1970, qui ont été effrayées par cette brutale remise en cause de leurs nouveaux privilèges.

10Cette crise a provoqué, enfin, une perte de crédibilité de l’autorité de l’État, contraint à reculer, et de ses différents appareils, dans la mesure où elle a profondément affaibli les mécanismes de fonctionnement du pouvoir central et de ses techniques de gestion des conflits et des tensions. Le spectaculaire rétablissement de la situation à la suite du discours présidentiel du 6 janvier 1984 et la liesse populaire qui l’a suivi ont paradoxalement contribué à déstabiliser l’État.

11Une série de questions reste entière :

12Comment le « pays légal » va-t-il intégrer cette nouvelle situation, et éviter que ces frustrations ne servent de terrain à des mouvements souterrains tentés par une déstabilisation des fondements même de l’État moderne ?

13Comment le groupe dirigeant central va-t-il intégrer ces nouvelles revendications et limiter les effets de son auto-déstabilisation ?

14Quels nouveaux mécanismes de redistribution des richesses vont être mis en place pour satisfaire les revendications du deuxième pays ?

15Quelles en seront les implications ? Limiter la croissance des revenus du pays légal ? Mais alors de nouveaux conflits apparaîtront et il est à se demander si les contraintes économiques extérieures qui pèsent permettront au(x) gouvernement(s) de satisfaire simultanément toutes les attentes.

16Enfin, la jeunesse, qui a manifesté au cours de ces journées de janvier 1984 une capacité d’extériorisation de ses frustrations a probablement exprimé aussi une contestation des systèmes de valeurs dominants. Face à cette décomposition des valeurs (A. Krichen), il est difficile d’entrevoir quelles sont les recompositions qui sont en train de s’opérer d’une manière diffuse.

17Ainsi, les journées de janvier 1984 bouleversent toutes les idées reçues, dans la mesure où l’espace tunisien s’est révélé être à plusieurs dimensions et inconnues. La résolution des nouvelles équations relève de la géométrie non-euclidienne.

LE DÉSENCHANTEMENT ÉCONOMIQUE

18Lors de la préparation du VIe Plan, nombreux étaient les acteurs qui avaient attiré l’attention sur le fait que les années 80 allaient prendre le contre pied des années 1970 : finie la croissance rapide... chère à M. Hédi Nouira.

19La Note d’orientation du vie Plan (diffusée en octobre 1980), inspirée par l’ancien Ministre du Plan et des Finances (M. Mansour Moalla) et rédigée dans la foulée de « l’ouverture politique » amorcée par la nomination de M. Mohammed Mzali en qualité de Premier Ministre, devait dresser un tableau lucide des problèmes économiques du pays : déséquilibres structurels, déséquilibre spatial, déséquilibre social, dépendance financière trop lourde... Le style même de cette note et le diagnostic porté sur la réalité économique et sociale s’avéraient plus sévères que bon nombre de discours de l’Opposition. Il s’agissait de fixer les axes fondamentaux de la problématique économique des années 1980.

20Non seulement l’adoption du VIe Plan en juin 1982 dénotait déjà un recul par rapport à la Note d’orientation, mais divers groupes de pression intervenaient dès 1984 pour faire annuler les dispositifs des timides premiers pas de la réforme fiscale promise, contenus dans la nouvelle Loi de Finances. Résultats : M. Mansour Moalla est remercié et la réforme fiscale est renvoyée sine die. Il faudra attendre l’élimination de M. Mohamed Mzali (juillet 1986) pour la voir remise à l’ordre du jour.

21La volonté de M. Mzali et de son entourage de satisfaire simultanément des intérêts divergents devait ainsi créer de nouveaux blocages dans la mise en œuvre de réformes que l’apparition de nouvelles données économiques rendait urgentes. Ce grippage renforce l’image d’un modèle économique « bâtard » : discours « socialiste », permanence d’un secteur public omniprésent d’une part, montée en puissance, avec l’aide de l’État, d’un capitalisme assisté, essor d’une importante couche d’importateurs, d’autre part.

22Ce que le responsable de la planification au début des années 1980 (M.M. Moalla) souhaitait était précisément de sortir des paradoxes de cette « bâtardisation » : création de nouveaux groupes de pression, diffusion aux deux pôles de la société (privilégiés et déshérités) d’une mentalité d’assistés, bureaucratisation galopante, blocages administratifs.

23Or, pour laisser libre champ au développement d’une véritable couche d’entrepreneurs nationaux, il fallait, aux yeux des auteurs de la Note d’orientation, intervenir simultanément à trois niveaux : réforme fiscale, assouplissement des mesures administratives, développement d’un marché financier, pièces maîtresses d’un nouveau dispositif. C’est dans l’articulation de ces niveaux que résidait la réussite de ce nouveau modèle libéral. Les hésitations et l’impuissance du gouvernement Mzali à trancher allaient aggraver les tensions, d’autant que les premiers signes des effets de la crise économique mondiale apparaissaient dès la fin de 1984.

24La hausse du cours du dollar fin 1984 et sa baisse à la mi 1985 allaient provoquer sur les échanges tunisiens des mouvements dans le même sens : la détérioration de la balance commerciale. Les fluctuations des taux de change ont occasionné à elles seules en 1985 une aggravation du déficit courant de 200 millions de dinars (MD) et une réévaluation à la hausse du remboursement principal de 190 M D. L’encours de la dette a atteint en 1985 le seuil critique de 50 % du PNB alors qu’il avait été prévu de le stabiliser autour de 38 %.

  • 1 Source : Situation Générale Décadaire BCT, in Journal Officiel.
  • 2 République tunisienne. DPG : Note sur la situation de l’économie et programme d’ajustement. 9/09/1 (...)

25Par ailleurs1, les réserves de change qui étaient de 378 MD en décembre 1983 et de 335 MD en décembre 1984 chutaient en juillet 1985 au niveau le plus bas jamais atteint alors : 48 MD. La remontée autour de 160 MD fin 1985, quoi qu’insuffisante, n’a été que provisoire : l’effondrement du prix du pétrole en janvier 1986 a aggravé cette situation ; au cours des dix premiers mois de l’année 1986 les avoirs en devises se situaient en moyenne à 64,7 MD avec un niveau record le 20 juillet 1986 (13,8 MD). Ce jour là, les avoirs en devises ne couvraient plus que deux jours d’importations contre près de 60 jours en 1983 et 1984, « soit un niveau insuffisant pour faire face aux fluctuations habituelles de la trésorerie »2.

26A tout cela, et il est hors de propos ici de dresser un tableau économique exhaustif, il faut ajouter la baisse des recettes en devises de l’émigration en Libye, consécutive à la brouille intervenue avec ce pays en 1985 : moins 50 MD en 1985 et moins 90 MD en 1986 et ce par rapport à 1984.

  • 3 Le solde de la balance énergétique réduit de plus de la moitié en 1986 (+ 115 MD) « sera remplacé (...)

27Enfin, les perspectives d’une quasi-disparition d’ici 1990 (au mieux) du principal poste d’exportation du pays, le pétrole3, du fait d’un épuisement des réserves et de la hausse de la consommation intérieure, complètent à grands traits le tableau des contraintes incompressibles qui doivent être prises en compte dans tout scénario du probable et du possible.

OCTOBRE 1985 : L’OCCASION MANQUÉE

28Le raid israélien sur Hamman Chott (1er octobre 1985) et son approbation par le Président Reagan devaient constituer une fracture inattendue dans l’équilibre extérieur de la Tunisie. Jusqu’alors, seuls les Communistes, l’Extrême Gauche, les Islamistes et les Nationalistes arabes affichaient un anti-américanisme, tant il est vrai que les élites tunisiennes, au pouvoir comme dans l’opposition, à la différence des élites arabes d’Orient, restaient profondément pro-occidentales.

29Les événements du 1er octobre allaient provoquer pour l’ensemble du groupe dirigeant un véritable traumatisme et une profonde remise en cause. Les discours rassurants du Gouvernement tunisien, une semaine après le raid, soit au lendemain de l’abstention américaine au Conseil de Sécurité, discours mené sur le thème « La page est à présent tournée... », « Il n’y aura pas de changement dans la politique tunisienne... » ne peuvent masquer l’amorce d’un rééquilibrage souterrain de la politique extérieure tunisienne, rendu nécessaire par le regain d’audience de la propagande anti-américaine des médias libyens.

30Si le Président Bourguiba a vécu l’attitude américaine comme une tragédie personnelle et un « chagrin d’amour », s’il a du mal à se résigner à voir que l’orientation en faveur du « Monde libre » qui a été la sienne depuis le début de son combat est fortement ébranlée, il n’en demeure pas moins que les signes d’infléchissements de la politique extérieure tunisienne sont évidents : altercation quasi-publique du Président avec l’Ambassadeur américain, appel du pied à l’Europe et à la France en particulier, réchauffement des relations avec l’Union Soviétique.

31Il est à relever que contrairement au strict protocole en vigueur à Moscou, c’est le Ministre soviétique des Affaires Etrangères, M. Chevardnadze, qui reçoit le 17 décembre 1985 le numéro deux de la diplomatie tunisienne, M. Mahmoud Mestiri, alors Secrétaire d’État aux Affaires Etrangères ; signe que les dirigeants soviétiques sont très attentifs à ces évolutions tunisiennes dans une zone chaude à leurs yeux. Cet événement, passé presque inaperçu dans la presse internationale, a été suivi de nombreux échanges de personnalités de haut rang avec l’URSS et les pays de l’Est. A cet égard, on mentionnera notemment la présence pour la première fois du Directeur du PSD, M. Hédi Baccouche, au 27e congrès du PCUS en février 1986 aux côtés du Premier Secrétaire du PCT.

32Les journées d’octobre 1985 resteront ainsi celles de l’occasion manquée d’un « compromis civique » (Michel Camau).

33Survenu quelques semaines après l’expulsion des travailleurs tunisiens de Libye qui avait ressoudé un esprit de « solidarité nationale » (l’Opposition ayant, dans des termes proches de ceux du Pouvoir, dénoncé l’attitude libyenne), le raid meurtrier israélien donnait l’occasion au pouvoir central de créer un regroupement autour de lui, qui plus est dans un rapport de forces qui lui était favorable. Face à ces nouveaux périls extérieurs l’attitude des Partis d’opposition et de la Centrale Syndicale (encore intacte) dénotait une forte disponibilité à créer cette dynamique de consensus. Au lieu de s’engager dans cette voie, certes plus délicate car innovante, le Gouvernement Mzali a fait un calcul à plus court terme. Persuadé qu’après ces deux agressions extérieures le pays, hébété, était derrière lui, il en a profité pour mettre en œuvre une stratégie de liquidation de la direction syndicale. La prise de contrôle de l’UGTT bien que réalisée sans bain de sang et sans explosion en retour et donnant l’impression d’un rétablissement de l’autorité centrale, fait courir à plus ou moins longue échéance les risques d’une situation incontrôlable.

34En faisant sauter les dernières soupapes de sécurité du système politique, le Gouvernement s’engageait dans la voie d’une auto-déstabilisation et laissait ainsi s’accumuler frustrations et rancœurs que l’apparente stabilité retrouvée ne faisait que masquer.

LA SUCCESSION DE NOUVEAU À L’ORDRE DU JOUR

35La relance par l’épouse du Président Bourguiba du débat autour du dispositif constitutionnel de succession (août 1982) a créé une certaine tension, aggravée par la dernière attaque cardiaque du Président, fin 1984.

36S’il est évident à tous, que le dispositif à mettre en place doit permettre, le moment venu, une transition en « douceur », tant il est vrai que la disparition du « Père fondateur » créera un vide, les termes techniques des mécanismes constitutionnels sont quant à eux contestés. La raison en est simple. Le Premier Ministre en place le jour venu devra assumer la succession. La double charge de gérant des affaires du pays et de dauphin s’avère source de blocage. Le successeur constitutionnel fonctionne comme un funambule qui, dans la (longue) période pré-successorale doit se maintenir à tout prix sur le fil.

37De 1980 à 1986, M. Mzali devait dramatiquement vivre ce dilemme. Rester à la tête du Gouvernement coûte que coûte afin d’espérer accéder à la succession, ou se démettre au risque de disparaître de la scène politique.

38Durant l’année 1986 jusqu’à son limogeage, début juillet, il accepta de subir un véritable « supplice chinois » avec la terrible crainte chaque lundi de voir ses amis, un à un, être éliminés du pouvoir. La principale faiblesse de M. Mzali était de croire que le soutien public du Président et la détention de postes clés au gouvernement, ainsi que la confiance (illusoire) dans sa capacité de convaincre, lui permettaient de se maintenir à la barre et surtout d’éliminer ou laisser éliminer progressivement ceux qui, au sein du pouvoir central, ne faisaient pas partie de sa garde rapprochée : de Driss Guiga à Tahar Belkhodja, de Mansour Moalla à Mohamed Sayah, de Abdelaziz Las-ram à la propre épouse du Président, de Habib Achour à Bourguiba Jr. En six années d’exercice du pouvoir, Mohamed Mzali pensait qu’en réduisant la base de ses alliances il réussirait.

39C’était ne pas compter avec le poids du Président Bourguiba et surtout avec le pays. Car tout en réduisant le champ de ses alliances, il perdait en crédibilité : la révolte du pain, l’agression israélienne, la liquidation de l’UGTT... allaient ternir le préjugé favorable dont il disposait auprès de l’opinion publique au moment de sa nomination.

40L’année 1986 a vu ainsi renaître une guerre de clans dans des formes jusqu’alors jamais vues. Au nom de la lutte contre la corruption, les différents clans subissaient à tour de rôle des arrestations, de lourdes condamnations... Au passage, des hommes ou institutions étrangères à ces sourdes batailles étaient éclaboussés (ainsi, par exemple, un important bureau d’études s’est trouvé au centre d’une cabale).

41La folle année 1986 vit ainsi M. Mzali accepter et participer à la liquidation de l’UGTT, l’arrestation et la condamnation de H. Achour et de son fils pour une affaire de « détournement ». Cette même année, M. Mzali s’échappant de Tunisie, vit son fils, à son tour, subir le même sort que le fils de H. Achour... Terrible boomerang.

42De la condamnation à une lourde peine de travaux forcés du gendre de l’ex-épouse du Président à l’arrestation des proches de M. Mzali, en passant par des condamnations sélectives d’hommes d’affaires, de dirigeants d’entreprises étatiques..., les « règles du jeu » jusqu’alors établies se sont brutalement brouillées. Personne n’ayant la capacité d’en définir de nouvelles.

43Le pays et la classe dirigeante ont vécu cette année 1986 dans la crainte du lendemain. Sur une toile de fond de crise économique, la guerre des clans a contribué à une pause dans les investissements et à un regain de l’activisme islamiste. La Tunisie, jusque là classée par les revues économiques internationales, comme un pays stable, se trouve brusquement déclassée comme pays à « haut risque financier et politique ». Il n’en est que pour preuve les difficultés rencontrées par le gouvernement Mzali pour mobiliser 150 MD sur le marché financier début 1986.

44S’il est difficile de discerner les nouvelles règles du jeu qui se mettent en place, on peut néanmoins observer deux tendances lourdes :

45Au niveau de la composition du groupe dirigeant central du pays (nous entendons par là le premier cercle de membres du gouvernement et/ou du bureau politique du PSD qui entourent le Président), une modification de fond en comble s’est opérée.

46On remarquera d’abord l’émergence au premier rang de personnalités qui n’ont pas d’« historique militant » : un grand commis de l’État (le Premier Ministre, M. Rachid Sfar), un général (le Ministre de l’intérieur, M. Zine El Abidine Ben Ali), le médecin particulier du Président (le Professeur A. Chedly), un ancien ambassadeur (le Ministre des Affaires Etrangères, M. H. Mabrouk) et un ancien gouverneur (le Ministre-directeur du Cabinet présidentiel, M. M. Skhiri). Il est à noter aussi qu’aucun d’entre eux n’a de long passé à la tête d’un département ministériel, le plus ancien étant M. Sfar, devenu ministre en 1978. Par ailleurs le seul membre du groupe central ayant un passé militant d’avant l’indépendance est le directeur du PSD, H. Baccouche. Au delà du nom de ces personnalités, en charge début 1987, d’éventuels et probables remaniements ne modifieront pas fondamentalement ce type de configuration du vivant du Président Bourguiba.

47Quand on examine l’évolution du groupe dirigeant du pays, on constate, qu’à la veille de la succession, une refonte complète a été opérée. Aucun des barons du Néo-Destour de l’ère de l’indépendance ne subsiste ou n’a de poste central. La nouvelle génération au pouvoir est constituée de grands commis de l’État, de hauts fonctionnaires civils ou militaires ou de technocrates.

48Mais s’il y eu refonte de la composition du groupe central, celle-ci s’est limitée à une tranche d’âge spécifique.

49Il est à remarquer, en effet, que la reproduction du personnel central opérée par le Président Bourguiba s’est faite en puisant les nouveaux dirigeants dans la tranche d’âge de 50 à 65 ans. C’est dire que toute la génération d’élites de 35 à 50 ans, celle qui a émergé à la vie publique dans les années 1960 se trouve totalement exclue du centre ultime de décision; elle est présente essentiellement dans les postes « techniques ». Le phénomène tient sans doute au fait que, dans sa majorité, cette génération a été plus sensible aux idées de gauche (dans leur diversité) qu’à celles du PSD. Des reconversions idéologiques se sont opérées : la plupart des 35-50 ans se sont éloignés des extrêmes, ils sont aujourd’hui, plus que toute autre génération, attachés à la défense des acquis laïques et modernes de l’État nouveau. A noter que, s’ils sont absents du pouvoir politique central, ils participent activement ou soutiennent la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme et Amnisty International.

50Cette « gestion des générations » par le Président Bourguiba risque de placer ses successeurs dans un face à face avec les générations plus jeunes, plus radicales, nées après l’indépendance et donc moins sensibles à la défense des acquis de l’État nouveau en tant qu’État moderne, dont ils ne perçoivent que... les effets pervers.

51La deuxième tendance lourde de ces dernières années est constituée par la réactivation du régionalisme. La concentration des postes clés durant le « règne » de M. Mzali entre les fidèles monastiriens a réduit les savants équilibres interrégionaux que le Président Bourguiba avait su mettre en place jusqu’à la fin des années 1970. Aucune figure marquante tunisoise ou sfaxienne n’est plus présente dans le groupe dirigeant central en 1986. Si à court terme, un rééquilibrage n’est pas opéré, le risque est grand pour le PSD de voir des couches moyennes urbaines s’orienter vers l’Opposition ou, tout au moins, souhaiter « l’échec des Sahéliens », d’autant qu’au sein même des dirigeants sahéliens des conflits sournois se font jour.

52Dans ce contexte particulièrement complexe, et surtout depuis l’élimination de M. Mzali, le dispositif constitutionnel de succession se trouve ébranlé. D’aucuns ont imaginé d’autres dispositifs (élection d’un vice-président, élection présidentielle dans les quarante jours...) mais il reste qu’aucune disposition successorale ne peut être satisfaisante en soi, si ne sont pas pensées au préalable, en termes politiques, les variables à prendre en compte pour assurer une transition sans heurts : les scénarios du souhaitable doivent se préparer bien avant le jour venu pour éviter le « saut dans l’inconnu... ». Encore faut-il que le Président Bourguiba veuille s’engager dans cette démarche.

DU POSSIBLE AU SOUHAITABLE

53Après avoir exposé les principales contraintes endogènes et exogènes avec lesquelles tout un chacun devra compter, et dressé « l’état des lieux » que d’autres auteurs ont complétés, il s’agit à présent d’entrevoir les articulations du possible, du probable et du souhaitable.

54Il a déjà été démontré dans le cadre de cet ouvrage que les mécanismes de régulation des conflits que le Destour avait su mettre en place, du fait de son hégémonie, ne sont plus reproductibles à l’identique. Contestés, ces mécanismes avaient fait place à d’autres mécanismes de régulation : légalisation des partis, reconnaissance de l’autonomie syndicale etc. Mais ces phénomènes restaient essentiellement urbains pour ne pas dire tunisois. Les Gouverneurs ont vu leurs pouvoirs étendus au nom de la décentralisation (J. Abdelkafï); au point que des sortes de « petites républiques bananières » se sont installées. Ni ministres, ni partis ne peuvent contester la toute puissante autorité du Gouverneur, dont certains n’hésitent pas à innover localement en matière législative, interprétant à leur guise l’esprit voire la lettre de la loi. A titre d’exemple, on a vu des Gouverneurs refuser de reconnaître l’existence de sections locales de la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme, en prétextant la nécessité d’une autorisation préalable locale de reconnaissance...

55Ainsi, en cette période présuccessorale, on voit combien de contraintes rendent fragile l’espérance d’un « compromis civique » souhaitable.

56Les chances de réussite de cette formule de consensus national (dont l’occasion a été manquée en octobre 1985) se trouvent réduites depuis le démantèlement de la direction de l’UGTT (fin 1985) et l’arrestation de M.A. Mestiri en avril 1986. Notons que, malgré les « oscillations » de « l’ouverture politique » et l’absence de garanties suffisantes données aux partis politiques pour les élections législatives de novembre 1986, M.A. Mestiri, après sa libération, lançait à son tour, en décembre 1986, un appel en faveur d’un concensus national. Appel demeuré sans écho.

57Il reste qu’un « sursaut national » est toujours possible. Mais un tel sursaut impliquerait de la part du Parti dirigeant de raisonner sur la durée, et de prendre conscience de l’ensemble des nouveaux enjeux. Cela impliquerait aussi de la part des forces politiques et syndicales et des forces sociales qui contestent l’autorité de l’État d’intérioriser dans leurs démarches les contraintes économiques incompressibles évoquées plus haut.

58Déjà le Président Bourguiba, peu enclin jusqu’alors à une formule de consensus large, lancait en juin 1985 dans une interview à Echarq El Aoussat un étonnant appel, passé presque inaperçu, « pour que toutes les familles politiques tunisiennes s’entendent sur un minimum qui est celui de l’intérêt suprême de la nation ».

59La permanence du clivage opposition/gouvernement depuis quelques années peut céder la place à une redistribution des pièces sur l’échiquier politique tunisien. Il semble que la ligne de partage probable dans les années à venir se déplacera et traversera différents espaces de la société et pas seulement l’espace du politique.

60La relative poussée du Mouvement de la Tendance Islamique (MTI) s’est trouvée confortée par la manière dont les autres forces politiques de l’opposition l’ont intégrée dans le jeu politique. Sa reconnaissance/légitimation par les autres forces a pu se réaliser du fait de l’occultation de part et d’autre des affrontements idéologiques et sociétaux qui restent sous-jacents. Mais à tout moment le non-dit peut réémerger et les partis « laïques » peuvent se trouver dans une situation d’affrontement avec les fractions les plus extrémistes du courant islamiste, affrontement qui n’a jamais cessé sur la scène étudiante.

61Dès lors il n’est pas à exclure une série de convergences entre des fractions importantes du groupe politique dirigeant et les forces attachées à une conception moderne de l’État. Le centre de gravité du débat politique dans les pays ne pourra alors que se déplacer du terrain des options économiques et sociales, vers celui des institutions.

62Un tel scénario ne peut se concevoir comme une alliance/accord entre partis, gouvernement, syndicats mais plutôt comme une dynamique de nouvelles solidarités internes en vue de réaliser un projet sociétal intégrant l’ensemble des contraintes.

DU PROBABLE AU POSSIBLE

63A la différence du Mexique où le PRI, parti hégémonique, a laissé éclore ses contradictions et ouvrir le champ à des tendances et donc à des débats programmatiques, le PSD a procédé par exclusion/marginalisation de sorte que les éliminations successives, depuis l’indépendance, des barons du Destour et des chefs de file de tendances n’ont pas été suivies de recomposition par absorption/intégration de nouveaux courants.

64A chaque étape de la vie politique récente les compromis réalisés au sommet ne l’étaient pas sur des bases d’options fondamentales.

65Affaibli, le PSD, en dépit de la nomination de M.H. Baccouche à sa tête qui était sensé le dynamiser, semble ne plus fonctionner que comme courroie de transmission et de médiatisation des volontés du groupe dirigeant central.

66Le risque est d’autant plus grand d’assister à un éclatement au sommet non sur des bases optionnelles mais sur des bases clientélistes et régionalistes, avec tout ce que cela comporte comme tentations de recourir à la force (l’Armée ? les milices du PSD ? les forces de police ?) et à l’autoritarisme étatique avec son cortège de répressions et d’atteintes aux libertés.

67A moins que le recours à la force ne survienne de l’extérieur du groupe politique dirigeant, car il n’est pas à exclure que certains milieux militaires soient alors tentés, à la disparition du Président, d’intervenir sur le terrain politique comme arbitre, voire comme acteur du nouveau jeu.

68L’hypothèse militaire, absente du débat politique en Tunisie, n’est plus à écarter. Si les premières générations d’officiers supérieurs se sont toujours tenues à l’écart du jeu politique proprement dit et ont affiché un attachement à la légalité civile et républicaine, peut-on en dire de même de la génération montante d’officiers et sous-officiers, formés presque exclusivement en Tunisie, nés après l’indépendance, donc traversés par les courants idéologiques qui s’affrontent dans la société. Cette nouvelle génération de militaires, qui n’a pas la même conception de l’autorité que les précédentes, ne risque-t-elle pas, dans une situation confuse, d’être tentée par l’établissement d’un ordre radical ?

69Mais alors, dans les deux cas de figure, qu’adviendrait-il de l’héritage bourguibien ? Y aura-t-il une débourguibisation venue de l’intérieur du système, rendant par là nécessaire le recours à d’autres références idéologiques pour élargir leurs assises (l’islamisme) ? Quelles seront les réactions des pays méditerranéens qui verront alors disparaître la « dernière république civile du monde arabe » (A. Zghal).

70Il ne nous revient pas dans ce cadre de trancher, il reste que l’effet cumulatif des contraintes de ces années 1984-1986 pèseront lourd sur l’avenir du pays.

71Janvier 1987

Notes

1 Source : Situation Générale Décadaire BCT, in Journal Officiel.

2 République tunisienne. DPG : Note sur la situation de l’économie et programme d’ajustement. 9/09/1986.

3 Le solde de la balance énergétique réduit de plus de la moitié en 1986 (+ 115 MD) « sera remplacé par un déficit croissant à partir de 1990 ». Il est prévu, à moins de nouvelles découvertes et d’une remontée fulgurante improbable du prix du baril, un solde négatif de —37 MD en 1990 et –82 MD en 1991 (source DPG-id).

Auteur

Serge ADDA, Economiste, Tunis.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter