Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tunisie au présent

 | 
Michel Camau

III - Fractures. Aspects de la dynamique sociale

13- Ordre masculin et fait féminin

Soukaïna Bouraoui

Texte intégral

1Il est des événements phares qui éclairent et donnent à réfléchir, ils pourraient même permettre de passer à un « commentaire théorique » car, selon la belle formule de Bachelard, « le temps des hypothèses décousues et mobiles est passé... Désormais l’hypothèse est synthèse... »

2Ainsi en est-il du débat qui a eu lieu au mois de septembre 1985 à propos de la Charte tunisienne des Droits de l’Homme et particulièrement de ses articles 8 et 9 précisant la liberté de mariage pour la femme et la liberté de culte...

  • 1 DUMONT(Louis), Essai sur l’individualisme. Une perspective anthropologique sur l’idéologie moderne(...)

3L’épreuve, houleuse, était chargée de sens et traduisait le choc entre deux projets civilisationnels antinomiques : l’un, celui des milieux islamistes avec toute la pesanteur sociale de ce qui fut, de ce qui est, de ce qui doit être, se voulait l’axe de la nécessaire permanence; l’autre, porteur d’un projet de société civile, encore fragile, enfin détaché de l’emprise de l’État, mais inscrit dans le présent comme ultime conséquence de l’idéologie véhiculée par l’État moderne lui-même1.

4L’opposition aurait pu se cristalliser sur d’autres nœuds, mais il fallait peut-être, que ce soit là où la tension est la plus forte, sur la question de la femme et de sa liberté.

5En effet, tant que la Ligue des Droits de l’Homme intervenait sur le terrain des libertés publiques, des abus de pouvoir, du pluralisme politique, de la liberté de l’information et de la presse, le consensus de tous ceux qui s’exprimaient par la Ligue n’était pas menacé. Un incident des plus délicats avait même été dépassé lors du 2e Congrès de la Ligue lorsque certains membres de la Ligue s’étaient opposés à la candidature d’un citoyen tunisien d’origine israélite au Comité Directeur. Le dépassement s’était même traduit par la nécessité d’adopter une Charte Nationale en harmonie avec la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

6C’est cette même Charte qui a donné lieu à l’épreuve-symbole dont nous parlions. La cristallisation sur la liberté de la femme occulte, en vérité, un enjeu politique d’une autre dimension, celui de l’opposition irréductible de deux logiques, l’une universaliste et à référent individualiste, l’autre où le collectif, famille, communauté, tribu ou région sert de référent final. Dans le débat de l’été 1985, l’antinomie a été clairement posée parce que chaque logique émanait d’un courant d’opinion différent.

  • 2 BEM (Hélé), Le désenchantement national. Essai sur la décolonisation, Paris, Maspéro 1982.

7Au regard du pouvoir officiel et de l’État, les choses sont beaucoup plus complexes, les deux logiques coexistent et sont intimement combinées. Les forces contraires qui les animent, sans se neutraliser, ne sont pas arrivées – jusque-là – au point de rupture, du fait de certains canaux de régulation des conflits ou de décompression : cohésion nationale ou familiale, rente pétrolière ou booum touristique, peu importe. Les événements des dernières années révèlent cependant d’autres moyens de décompression... par explosion. Ces événements soulignent la fragilité du « juste milieu » trouvé entre authencité et modernité; ils démontrent aussi que l’harmonie proclamée servirait surtout à une légitimation du politique par le corps social. C’est donc que le corps social a besoin d’être assuré et rassuré sur son identité. Jamais, peut être, peuple indépendant et souverain n’a entendu autant de discours sur ce qu’il « est » et sur ce qu’il « n’est pas », sur sa spécificité « Tunisienne » ou « Arabo-musulmane » ou encore « Maghrébine », parfois « Méditerranéenne » ou « Africaine ». Ce discours sur l’identité n’a pas empéché, d’après Hélé Béji2, l’effondrement de la vie sociale et de la culture communautaire.

8Plutôt que d’effondrement peut-être préférerons-nous parler de « mutation révolutionnaire » de la vie sociale. Dans cette mutation, l’industrialisation, l’urbanisation, la circulation de l’information à travers les frontières etc. sont, bien sûr, des facteurs importants, mais le facteur essentiel du changement, procédant d’ailleurs lui-même en partie des premiers, est la mutation de la famille et de la répartition selon les sexes des tâches et de l’autorité à l’intérieur de la famille. Les mêmes logiques individualiste et communautaire s’y conjuguent dans un mouvement que l’on pourrait essayer de décomposer de manière quelque peu simpliste en deux lignes de force. La première renvoyant à un ordre masculin dominant, la deuxième à l’irruption d’un fait féminin perturbateur, créateur de désordre au sens éthymologique, désorganisant l’ancien ordonnancemement ou renouant avec d’autres, plus anciens. Le questionnement sera de savoir si ce fait féminin est irréversible.

I – L’ORDRE MASCULIN DOMINANT

9Deux précisions doivent être apportées à cette affirmation.

  • 3 Voir à ce propos document de l’ONU.

10D’une part, ce trait n’est pas spécifique à la Tunisie ni au monde musulman; c’est un trait aujourd’hui mondialement reconnu. La généralité du phénomène a suscité les réactions de la Communauté Internationale qui s’est chargée d’examiner et d’évaluer les résultats d’une Décennie pour la femme organisée par l’ONU3, cloturée à Nairobi en Juillet 1985.

  • 4 BEN MILED (Emna), « Femmes et identité sexuelle à travers les cultures du Maghreb berbère et du S (...)

11D’autre part, il faudra nuancer cette affirmation en rappelant que cette discrimination à l’égard de la femme pourrait n’être qu’assez récente dans l’histoire de l’humanité. Produit de la civilisation Greco-Romaine, le phénomène aurait été essentiellement méditerranéen à l’origine, il se serait répandu du fait de l’expansion de cette culture4.

  • 5 Cf. SAHLI (A.), Esquisse pour une préhistoire tunisienne, Tunis, MTE, 1970.
  • 6 Histoire générale de l’Afrique, UNESCO, 1981.

12En Tunisie, la mémoire collective a généralement été amputée de son histoire ante-islamique5 et de son Africanité. Parce que le Pays est largement ouvert sur la Méditerranée, les influences orientales puis du Nord ont occulté les courants venus du Sud du Sahara pourtant réels6 et qui auraient permis une autre lecture des relations hommes-femmes. Après trente ans d’indépendance, on peut continuer à soutenir que l’ordre masculin est dominant.

13Trois points serviront à cette démonstration : Une norme juridique inégalitaire. Un discours politique de compromis. Le cantonnement du rôle des femmes.

A) LA NORME JURIDIQUE INÉGALITAIRE

14De tous les textes ayant force de loi adoptés depuis l’indépendance, le décret du 13 août 1956 (6 Moharem 1376) portant promulgation du Code de Statut Personnel est certainement celui qui a fait le plus de bruit. Révolutionnaire, réformiste, dépassé, hérétique, conciliateur, le nombre des qualificatifs employés traduit l’importance de la norme juridique dans un pays qui se veut un État de Droit. Car, si l’on est bien d’accord que l’existence de la loi ne signifie ni qu’il y a eu un changement dans les mentalités, dont la loi serait le reflet, ni qu’il y aura un changement futur dont la loi serait le seul moteur, il est évident que cette existence est une condition favorable au changement, dans la mesure où elle fournit « des préceptes d’action » et en ce qu’elle détermine « une ligne de conduite ».

  • 7 VIRALLY (M.), La pensée juridique, Paris, LGDJ, 1960 : 36; AMSELEK (P.), Méthode phénoménologique (...)

15Ce n’est pas par hasard que nous commençons la démonstration par le rappel que la règle existe, même si nous ajoutons tout de suite qu’elle n’est pas toujours effective. L’illusion serait que l’on puisse, décrivant les règles être réellement objectif7, pas plus que n’est innocent l’inventaire des règles existantes...

16S’agissant du statut de la femme, les règles contenues dans le Code de Statut Personnel sont protectrices : elles atténuent la discrimination mais elles ne sont pas égalitaires. La liste des acquis est longue : exigence du consentement personnel de la femme au mariage, interdiction de la polygamie sous peine de sanctions pénales, interdiction de la répudiation, égalité des époux dans le droit au divorce, participation de la femme aux frais du ménage, timide tentative de partager la puissance paternelle entre père et mère, introduction du legs obligatoire...

  • 8 Cf. notre communication sur l’antinomie entre droit interne et conventions internationales pour le (...)

17Cette liste ne doit cependant pas nous faire oublier l’inégalité ontologique du statut de la femme, inégalité exprimée par l’exégèse coranique classique et que le législateur tunisien n’a jamais clairement reniée. Il suffirait de comparer le statut de la femme tel qu’il ressort de la législation interne avec les textes des Conventions Internationales ratifiées par la Tunisie pour constater l’écart8. En droit interne, il faut distinguer les dispositions qui régissent la vie privée de la femme et celles qui régissent sa vie publique.

  • 9 Comparaison avec le droit français : COLOMBEI (A.), « Commentaire de la loi du 4-6-70 sur l’autori (...)
  • 10 PRUVOST (Lucie), L’établissement de la filiation en droit tunisien, Thèse Droit, Paris, 1977, et B (...)

18S’il est vrai qu’en Tunisie, comme ailleurs, on a retaillé l’arbre de la famille à la mesure de la famille conjugale, la famille tunisienne, telle que conçue par le droit, continue à être une famille ayant un seul chef : le père9. D’ailleurs, la famille envisagée par les textes n’est que la seule famille légitime, la parenté et la filiation naturelle étant ignorées de la législation en vigueur10. Nous n’avons pas, pour l’instant, à entrer dans la discussion du point de savoir si cela est bon ou mauvais, mais c’est ce qui se dégage de l’analyse des textes ayant trait aux différents statuts que peut avoir la femme, considérée dans ses relations familiales.

19La femme sera-t-elle « Tille » ou « épouse », « mère » ou « héritière », nous remarquerons que son statut comportera toujours la marque d’une certaine discrimination mais qui ne sera pas généralisée.

  • 11 PRUVOST (Lucie), « Le statut juridique du mineur en Tunisie », RTD, 1975 : 281.
  • 12 SAFAI (H.), La protection des incapables. Thèse, Paris, 1980.

20Ainsi, parce que la Tunisie a une conception très protectrice du « mineur », en général11, le statut de la « fille mineure » ne sera pas spécifique. Au contraire, l’effort du législateur a tendu à gommer les inégalités existantes; la suppression du jebr – droit de contrainte matrimoniale exercé par le père sur ses enfants mineurs et persistant pour les filles jusqu’au mariage consommé12 – et l’affirmation que le mariage n’est valable que par le consentement des deux époux en sont la meilleure illustration.

21Ceci est surtout sensible en droit civil, car, en revanche, en droit pénal les inégalités subsistent et correspondent à une « surprotection » de la fille mineure par rapport à son homologue masculin. Ainsi, l’attentat public à la pudeur sans violence est incriminé si une fille mineure en est victime. Seul le mariage entre l’auteur de l’infraction et sa victime efface ce caractère pénal. En revanche, si la victime est un garçon mineur, l’auteur n’est pas répréhensible; on accorderait par-là, une sorte de permis de séduire à la femme majeure.

22Bénéficiant d’une protection entière, mais qui lui semble parfois pesante, la jeune fille aspire parfois dans un but de pur changement au statut d’épouse. Ce statut n’est pas à l’abri d’une inégalité dont on trouve l’illustration tant dans les règles qui régissant la nationalité, que dans celles relatives au mariage.

  • 13 Cf. CHARFI (Mohamed), « L’égalité entre l’homme et la femme dans le droit de la nationalité tunisi (...)

23Il a été clairement exposé que le droit tunisien de la nationalité se situait dans une « position moyenne » puisque, dans un couple mixte, la force attractive de la femme tunisienne est différente et moins efficace que celle de l’homme et que la mère n’apparaît qu’à titre subsidiaire lorsqu’il s’agit de l’attribution de la nationalité en raison de la naissance13.

  • 14 L’article 14 du Code de la nationalité permet à la femme étrangère épouse de Tunisien d’obtenir la (...)

24Toujours en matière de nationalité, le droit tunisien parait égalitaire en ce que chacun des époux garde sa propre nationalité, mais il laisse apparaître un privilège de masculinité en ce que le mari donne, plus facilement, sa nationalité à sa femme. Cette facilité n’existe pas pour le mari étranger dont la demande peut être rejetée14.

  • 15 Cf. voir, infra « B. Un discours politique de compromis ».

25Concernant la dissolution du mariage surtout lorsque celle-ci se fait par divorce, le droit tunisien est assez égalitaire, s’agissant du libre choix du conjoint. Le problème de savoir quelle est la valeur juridique du mariage de la musulmane avec un non-musulman pose, comme nous le verrons15, des problèmes d’interprétation assez délicats.

  • 16 TRITAR (M.), « La participation de la femme aux charges de la famille », RJL, 1974 : 467.

26Par ailleurs, le Code de Statut Personnel (CSP) est très clair sur les prérogatives du mari. L’article 23 déclare qu’il est le seul chef de famille, « la femme lui devant respect et obéissance ». Cette primauté de l’époux contredit la conception moderne de la famille dite associative. L’association de la femme relative à la gestion de la famille peut, bien sûr, dans la pratique et quand tout va bien dans le ménage, englober tous les aspects de la vie en commun. Mais la loi n’a envisagé la participation de l’épouse qu’au regard des seules questions matérielles16. Les textes disposent que « la femme contribue – dans la mesure de ses moyens – aux charges du ménage » (art. 23 parag. 2 CSP). Nulle allusion n’est faite à une collaboration dans les responsabilités intellectuelles et morales entre les deux époux. Cette remarque reste valable pour le statut de la femme en tant que mère de famille.

27Ayant eu les enfants qu’elle a pu librement choisir de mettre au monde durant le mariage, la mère partage avec le père la « garde » des enfants. Mais que signifie cette position ? La garde, ici visée, n’est-elle que l’ancienne hadhana, institution féminine et non féministe qui laisse à la femme ce qui ne relève pas de la tutelle ?

  • 17 – FERCHICHI. La responsabilité des père et mère du fait de leurs enfants mineurs. Mém. DES, Tunis, (...)

28Son contenu serait alors des plus réduits et se ramènerait à une fonction purement biologique et alimentaire, c’est le fait de devoir nourrir, couver et protéger l’enfant. Car c’est évidemment la tutelle qui donne le pouvoir d’exercer l’autorité dans la maison familiale, c’est le pouvoir de direction et d’éducation sur les enfants17.

29Or la tutelle n’est jamais accordée en même temps aux deux parents : elle peut être alternative, jamais cumulative. Elle appartient de droit au père et ne s’éteint que par son incapacité ou son décès. Même en cas de divorce lorsque c’est la mère qui a la garde, c’est au père que revient le droit de tutelle. Pour permettre l’exercice du droit du tuteur, le Code de Statut Personnel oblige même la mère gardienne à ne pas résider à une trop grande distance du domicile du tuteur. Et, s’il faut se féliciter de ce que la dernière réforme intervenue en 1981 en matière de statut personnel donne automatiquement à la mère, après décès du mari, la tutelle de ses enfants – jusqu’alors elle ne pouvait avoir la tutelle que par volonté testamentaire du mari ou par décision du magistrat – il faut observer que la nouvelle loi n’abroge pas pour autant l’article 8 du Code du Statut Personnel qui prévoit que « consent au mariage du mineur, le plus proche parent agnat », un homme donc, disposition qui illustre bien le statut traditionnel d’inégalité.

  • 18 ROUSSIER (J.), « Dispositions nouvelles dans le statut successoral en droit tunisien », Studio Isl (...)

30La primauté de l’homme apparaît encore plus nettement dans le régime des successions et explique l’inégalité du dernier statut envisagé, celui de la femme héritière18.

  • 19 LADJILI(Jeanne), « Puissance des agnats, puissance du père. De la famille musulmane à la famille tu (...)

31Le système successoral tunisien conjugue deux idées forces19 :

  • l’une faisant la part belle aux agnats, reprend le droit musulman qui lui-même – on l’oublie trop souvent – a été obligé de tenir compte des traditions anté-islamiques qui excluaient les femmes des successions;
  • l’autre idée est celle plus moderne, d’après laquelle, la femme comme l’homme doit recueillir une part tendant à l’égalité.

32Le code tunisien – comme les autres codes féministes du monde musulman – n’a cependant jamais osé s’attaquer au principe de masculinité affirmée dans le Coran, et confirmé par toute une exégèse patriarcale masculinisante à savoir : « les descendants mâles reçoivent une part double de celle revenant aux femmes lorsqu’ils sont à concurrence du même degré de parenté ».

  • 20 Cf. une jurisprudence récente qui illustre notre propos :Tr. adm., n° 157, 20 mai 77, RJL 1978 : 1 (...)

33Si l’on quitte la sphère de la vie privée pour aborder celle de la vie publique on peut remarquer qu’alors même que la capacité juridique entière pour la femme majeure est le principe dans le droit des obligations et des contrats, une certaine incapacité peut se retrouver concernant la seule femme mariée; le fondement en est évidemment l’organisation tunisienne de la famille qui donne à l’homme prééminence d’un chef20.

34C’est par référence à cette idée qu’il faut, par exemple, comprendre l’article 831 du Code des Obligations et des Contrats qui est en principe abrogé par le Code du Travail, plus récent. « La femme mariée ne peut plus engager ses services à temps ou pour un travail ou un ouvrage déterminé par l’usage, à peine de nullité absolue du contrat sans l’autorisation de son mari ».

35Ou encore l’article 1481 du même code qui assimile « la femme au malade en dernière maladie en ce que, ni l’un ni l’autre ne peuvent porter caution au-delà du 1/3 de leurs biens. La première sans l’autorisation du mari, le second sans l’accord des héritiers ».

36La discrimination se retrouve en matière de droit du travail. Mais plutôt que de discrimination, il conviendrait de parler de particularisme du droit du travail de la femme considérée aussi bien en tant que travailleur qu’en tant que mère de famille.

  • 21 Cf. Code du Travail 1966, spécialement art. 66, 71, 78 concernant le secteur non agricole et les a (...)
  • 22 J.O. 1968, 1. : 625.

37Certaines dispositions sont très anciennes comme celles protégeant le repos de nuit des femmes et des enfants; d’autres un peu plus récentes ont supprimé l’ancienne discrimination inscrite dans les textes et relative à la fixation des salaires des femmes dans certains secteurs, notamment en matière agricole, qui permettait que les salaires féminins soient inférieurs à ceux des ouvriers21. De plus, le statut de la Fonction publique promulgué par la loi du 3 juin 196822, mais aussi celui qui ressort de la dernière réforme de 1983, tout comme les statuts des entreprises publiques et semi-publiques promulgués entre 1972 et 1974 posent clairement le principe de l’égalité de rémunération entre les salariés sans distinction de sexe.

  • 23 Comparez avec la protection de la mère qui travaille in Bulletin d’information du BIT : « Femme au (...)

38Par ailleurs, il faut signaler que la Tunisie n’a ratifié aucune des conventions internationales de l’O.I.T. sur la protection de la maternité. La femme prise en tant que mère se voit néanmoins adapter un droit spécifique23. C’est ainsi que les durées de congé de maternité, les aménagements d’horaire pour l’allaitement avaient bien été rendus obligatoires pour les entreprises, par les lois antérieures au Code du travail. Mais le Code du travail de 1966 a sensiblement réduit les droits sociaux des femmes relatifs aux congés de maternité, dans le cadre d’une politique générale visant à limiter les naissances.

  • 24 Statistiques de la fonction publique. Publication du Premier Ministère 1980; communication de H. C (...)

39Mais l’on peut affirmer, malgré ces nuances, que c’est en matière de Fonction publique que le droit paraît le plus égalitaire. Cette égalité reste cependant assez théorique. C’est pourquoi il nous a semblé nécessaire de donner quelques chiffres d’une étude de la répartition de l’effectif féminin dans la Fonction publique pour l’année 1979 (19,4 % de l’ensemble des effectifs)24. Cette étude révèle une concentration massive des femmes dans la catégorie C, c’est-à-dire dans le personnel d’exécution : 83,3%; les catégories A, là où le personnel est essentiellement un personnel d’encadrement, de direction et de conception : 3,9%; les catégories intermédiaires, c’est-à-dire la catégorie B, comprend 10,8 % et consiste en personnel enseignant, paramédical et assistance sociale. Dans le corps des enseignants, réputé pourtant pour être le moins sexiste, sur les 37 204 enseignants dénombrés au 31 octobre 1977, 30 932 seraient de sexe masculin et 6 272 de sexe féminin. Les effectifs féminins représentent ainsi 16,9 % de l’ensemble des enseignants. Et pour les magistrats, l’écart est encore plus grand.

40Ces chiffres sont parlants, ils n’ont besoin d’aucun commentaire. Il faut toutefois se dire, même si l’étude statistique n’en a pas été faite, que ces chiffres doivent être encore plus alarmants lorsqu’il s’agit de la participation de la femme à la vie politique. La Constitution tunisienne écarte toute discrimination dans le domaine politique et il est certain que théoriquement la femme peut, à l’égal de l’homme, participer intégralement à la vie publique du pays. Ceci lui est garanti par la Constitution. Le principe en a été de nouveau affirmé dans les dispositions du Code électoral de 1969. Elle est électrice et éligible dans les mêmes conditions que l’homme à toutes les fonctions électives du pays, aussi bien dans les fonctions municipales, que pour le mandat de député – seule la présidence de la République paraît un problème qui pose difficulté. Il n’échappe à personne que toutes ces règles n’ont ici aussi qu’une portée essentiellement théorique ; elles ont néanmoins vocation à s’appliquer et commencent à s’appliquer.

41Concernant la vie sociale de la femme et puisque en cette matière le droit interne est très égalitaire, plutôt que de souhaiter une réforme du droit, les partisans de l’adéquation du fait au droit, doivent surtout lutter contre les préjugés d’ordre socio-culturel dictés par la division traditionnelle du travail entre les sexes fondée essentiellement sur le caractère subalterne des fonctions occupées en fait par les femmes, ou sur une spécialisation de leurs capacités dans les domaines où l’on fait appel à leurs dons pseudo-naturels de couver, de soigner et à la limite d’enseigner, et la nomination de femmes ministres à la tête de certains ministères (Santé, Famille), ne remet pas fondamentalement en cause cette classification.

  • 25 Sur ces conflits de valeurs dans un autre discours, le discours médical cf. Labidi (Lilia Chabbi), (...)

42Une ambiguïté certaine entoure la condition de la femme tunisienne. La contradiction inévitable entre modèle traditionnel et rôles nouveaux n’est pas assumée25. Elle est occultée plutôt par le compromis présenté comme aisé entre tradition et modernité. Ce compromis – plutôt véritable mythe – marque tout le discours politique sur la femme.

B) UN DISCOURS POLITIQUE DE COMPROMIS

43Le discours politique n’est pas unique. On distinguera principalement le discours officiel, du discours de l’opposition ; mais ces deux types de discours se rejoignent en ce qu’ils sont tous deux des discours de compromis. Le discours officiel est un discours de rattachement aux traditions et à la culture islamique, le discours de l’opposition est de plus en plus sous-tendu par une volonté de réajustement aux réalités du pays.

Le discours officiel

44Discours et Discours sur le Discours.

45Le discours est avant tout celui du Président de la République qui présente le Code de Statut Personnel, et donc le statut actuel de la femme, comme l’œuvre dont il est le plus fier. Aussi se sent-il responsable de l’émancipation des filles, de ses filles, auxquelles il s’adressera comme un père. Ainsi, pour leur rappeler « qu’il ne faut pas qu’elles se trompent sur le sens exact de leur émancipation » ; à « l’égard des maris, elles ne doivent pas faire preuve d’une indépendance excessive ». « A l’égard de leurs parents, elles doivent continuer à reconnaître l’autorité paternelle et maternelle » (13 août 1965).

46« La femme tunisienne a bien accédé à une vie nouvelle, elle sort dévoilée, parce que le voile n’a rien à voir avec la religion », elle « bénéficie de la scolarisation parce qu’elle pourra ainsi assumer la double tâche qu’on attend d’elle ».

47« Elle assurera plus convenablement la conduite de son ménage et l’éducation de ses enfants et sur le plan national, elle sera un cadre précieux pour la nation » (13 août 1965).

48« Dans le foyer la femme exerce ses effets de grâce et d’équilibre sans perdre de ses bonnes traditions » (Paris, 29 juin 1972).

49Le discours Bourguibien a deux pôles de rattachement : d’une part la religion, d’autre part les traditions du pays.

50Le fragile équilibre paraît une gageure facile à tenir : « il y va de la sauvegarde de l’unité de la famille où doit régner une ambiance faite de respect et d’harmonie » (Mornag, 14 août 1972).

51Si le cumul se révèle impossible, le choix pour la femme est clair, sinon on le lui indiquera : « il convient également de lui faire prendre conscience du fait que son rôle dans la vie publique peut parfois revêtir pour elle un caractère secondaire » (13 août 1976).

52Ce syncrétisme est la solution idéale pour n’avoir pas à rompre avec l’Islam. Le Président Bourguiba ayant très tôt pris ses distances à l’égard du mouvement Kémaliste en justifiant son pouvoir d’interprétation des règles posées par la chariâ par sa qualité de Chef d’un État Musulman (Tunis, le 18 février 1960).

53La religion doit être interprétée particulièrement quant au statut de la femme, mais le modèle familial de type patriarcal n’a pas à en souffrir.

54Aucune rupture, de ce point de vue, par tous les autres discours officiels qui reproduisent ce discours, le conduisant à sa logique extrême en laissent entendre que si le modèle familial traditionnel est déstabilisé, c’est la faute de la femme. C’est du moins ce qui se dégage du discours des mass-média.

  • 26 Enquête sur l’image de la femme dans la société tunisienne. Institut El Amouri et UNFT (Alliance d (...)

55Une enquête faite sur l’image de la femme dans la société tunisienne26 signale l’ambiguité des messages transmis par les journaux (l’étude a porté sur deux quotidiens, La Presse et Essabah sur une période de 30 ans). Contrairement à l’image de la femme transmise dans les manuels scolaires qui est rassurante et maternelle (on y retrouve les seuls modèle et rôle conventionnels), l’image de la femme se présente dans les quotidiens comme un être ambigu, responsable du relâchement des mœurs, dont on peut bien « accepter l’émancipation, à condition que celle-ci ne tourne pas le dos à nos valeurs arabo-musulmanes, qu’elle ne conduise pas au libertinage, qu’elle ne prenne pas les emplois aux hommes... ». D’autres articles mentionneront « l’émancipation comme responsable de la criminalité, de la prostitution, de l’infidélité conjugale... ».

  • 27 Sur le rapport droit musulman et droit tunisien cf. CHARFI (Mohamed), « Le droit tunisien de la fa (...)
  • 28 Art. n° 3384 du 31 janvier 1986 RTD 1986 : 116. Cette attitude a été confirmée, par la suite, par (...)

56Un dernier type de discours officiel27 est intéressant à interroger, c’est celui du juge, celui qui dit le droit et qui applique la règle inscrite dans le Code de Statut Personnel. On constate qu’il l’infléchit souvent par une interprétation plus orthodoxe de la chariâ. L’exemple le plus connu est celui de l’empêchement au mariage. Le Code de Statut Personnel ne vise dans son article 5 que « les empêchements prévus par la loi ». Or aucun texte du Code de Statut Personnel ne vise la différence de religion comme étant un empêchement au mariage (le problème se posant uniquement pour la femme musulmane voulant se marier avec un non musulman) ; de plus la Tunisie en ratifiant la convention internationale de New York sur la liberté du mariage (1962) a même introduit dans son ordre interne, une norme positive de non-discrimination. Le juge tunisien n’en a pas moins décidé que « le mariage de la musulmane avec un non musulman était nul et non avenu », en se référant à la chariâ28.

  • 29 Pour d’autres exemples, cf. CHEKIR (Hafidha), « La législation émancipatrice de la femme, mythe ou (...)

57Ce rattachement explicite ou implicite aux traditions est source de conflits importants. D’une part parce qu’il est vecteur de culpabilité pour les hommes mais surtout pour les femmes, qui ne parviennent pas à mettre en symbiose leur vie concrète et la vie projetée comme idéale et possible par les discours politiques29. D’autre part, parce qu’il accentue le clivage entre différents groupes de la société civile, aucun des groupes ne se retrouve plus dans le modèle idéal proposé par l’État. Il est dès lors naturel de voir des formations/partis politiques capter l’attente d’une partie de la société pour lui reproposer ou la conforter dans un modèle de comportement/valeurs moins déstabilisant parce que plus traditionnel. Mais ce modèle aussi se révèle être un véritable mythe, du moins, au regard de la répartition des rôles conventionnels entre les sexes, et de la séparation des espaces public-privé. Aussi a-t-on assisté à un réajustement du discours politique de l’opposition dans un but de plus grand réalisme.

Le discours de l’opposition

  • 30 Cf. BEN HAMMED (Ridha), « Laïcité et Fondamentalisme en Tunisie », 1986, DHAOUADI (Z.), « Les isla (...)

58L’évolution de la position du Mouvement islamiste à l’égard des femmes est un exemple de ce réajustement30.

59Ce mouvement a émergé sur la scène politique dans les années 1970 et s’est ramifié en plusieurs tendances, dont la plus topique est peut-être celle du MTI (Mouvement de la Tendance Islamique). Dans un premier temps, le programme du MTI a été le thème du retour à l’Islam, qui seul permettrait de se débarrasser des scories de l’Occident. Concernant la condition de la femme, les critiques ont surtout porté sur le Code de Statut Personnel. Cette critique est d’abord essentiellement politique c’est l’œuvre dont le Président Bourguiba est le plus fier qui est ainsi décriée. La révision du Code de Statut Personnel par la voie d’un référendum a même été proposée en septembre 1985, à l’occasion du 4e anniversaire du MTI. Mais cette critique est aussi un agent de mobilisation sociale. Elle est apte à capter les manques d’une société de plus en plus destructurée. Société où il fait bon croire que la déstabilisation a une cause précise qui s’appelle : l’émancipation de la femme. La femme a été présentée comme « une mineure qu’il faut préserver et protéger, qui n’a droit à travailler que dans les cas d’extrême nécessité », dont « l’instruction doit se limiter à la lecture, au calcul, à la religion... et aux principes élémentaires de l’éducation des enfants ».

60Cependant, ce discours va évoluer. Un document récent destiné aux membres du MTI et attribué à leur chef de file Rached Ghanouchi, intitulé « Condition de la femme dans le mouvement islamique », est révélateur du décalage opéré par rapport aux propositions initiales. Une véritable autocritique est établie au nom du réalisme politique. « Tous les documents des mouvements islamistes de par le monde ne parlent – y lit-on – que de la vie du Prophète, le contexte économique et social actuel étant complètement occulté ». Aussi sont passés en revue les différents points qui peuvent être rectifiés. Tout d’abord, la polygamie : sans avoir à l’interdire, sa prescription doit être relativisée. Elle n’est indiquée que pour des cas exceptionnels.

61Ensuite, la mixité est affirmée comme « quelque chose de liée aux nécessités de la vie moderne », tout comme le travail salarié par le rappel que « les conjoints doivent s’entraider à l’intérieur du foyer ». La logique ultime étant qu’il n’y a donc pas lieu à une répartition stéréotypée des tâches que seule une analyse figée avait rattachée à l’Islam. L’auteur rappelle d’ailleurs que cette complémentarité existait du temps du Prophète et il donne des exemples tirés de la vie du Prophète lui-même, vie posée comme idéal. Cette évolution a pour résultat de rapprocher de plus en plus le discours de l’Opposition du discours officiel, au point que l’on peut se demander quelle est désormais leur différence. L’ambiguïté du discours entretient et explique en même temps le constant cantonnement de la femme dans un ordre masculin dominant.

C) LE CANTONNEMENT DE LA FEMME

62Les nostalgiques peuvent rêver de ce temps où le cantonnement était, dit-on, vécu de manière paisible. Temps où la répartition des rôles entre les sexes correspondait à une société assez homogène et construite sur la dualité masculin/féminin.

63Cet ordre reflétait, peut-être, une double peur, celle de la femme vis-à-vis de la force physique, de la violence de l’homme, peur de l’homme vis-à-vis de « celle » qui détient le plus puissant des pouvoirs, le lieu où se reproduit la vie. Toute la construction du social prolongeait ce dualisme ; et la maison, les enfants, la maternité étaient pour la femme des principes d’identification et de compensation suffisants. Mais la modernité, quelle soit d’Orient ou d’Occident, a fait éclater cette vérité-là et l’ambiguïté du discours politique a renforcé l’éclatement. L’ordre masculin a été dès lors perçu comme dominant et le cantonnement remis en cause.

64Cette remise en cause s’est faite dans la douleur, d’une part, parce que les femmes elles-mêmes ont intériorisé ce cantonnement, d’autre part, parce que les institutions mises en place pour lutter contre ce cantonnement ne sont pas à l’abri de certaines dysfonctions.

Le cantonnement intériorisé

  • 31 MACCOBY (E.) et JACKLIN (N.), The psychologie of sex differences, Standford University Press. 1974

65Les études les plus pertinentes nous apprennent aujourd’hui que la répartition des rôles féminins et masculins tient beaucoup plus à des facteurs sociaux qu’à des facteurs biologiques31.

  • 32 BELOTTI (Elena), Du côté des petites filles, Paris. Editions des Femmes, 1975.
  • 33 MICHEL (Andrée), « Psychologie et socialisation différentielle des sexes », Communication au collo (...)

66Elena Belotti32 nous montre comment les mères jouent un rôle déterminant dans l’apprentissage de la soumission et de la féminité des petites filles ; et une enquête française sur la socialisation différentielle des sexes33 démontre comment par l’identification, l’apprentissage, (reposant toutes deux sur un système de récompenses – punitions) et l’auto-socialisation l’enfant développe l’intériorisation des rôles traditionnellement rattachés aux deux sexes.

  • 34 Alliance des femmes de carrières juridiques (UNFT) et Institut El Amouri, Enquête sur l’image et l (...)
  • 35 HORCHANI (Malika Zamiti), « Les tunisiennes, leurs droits et J’idée qu’on s’en fait ». « Femmes de (...)
  • 36 Pour une comparaison avec la femme algérienne : TOUALBI (Radia). Les attitudes et les représentati (...)

67En Tunisie, l’enquête sur l’image de la femme34 révèle à quel point les images véhiculées par les mass-média, par les livres scolaires, mais aussi l’appréciation des rôles de la femme dans la vie sociale et politique intériorisent la répartition traditionnelle des rôles. Il faut noter cependant, que la variable « sexe » intervient comme élément important dans la différenciation des réponses. C’est chez les femmes, particulièrement les femmes jeunes et instruites, que se dessine une voie de changement35. Cette innovation peut être à l’origine de conflits importants. Conflit intra-personnel en premier lieu, car le changement se manifeste généralement par une adjonction de rôles nouveaux pour la femme aux rôles conventionnels : le renforcement de la responsabilité peut se traduire en névroses, constatées particulièrement chez la femme mariée. Ceci pour l’échantillon de femmes assumant le changement, car pour les autres, le conflit est tout aussi présent mais d’une autre nature : les valeurs traditionnelles se trouvent récupérées souvent dans le but de lutter contre l’angoisse et la culpabilité sous-jacentes à la volonté de changement36 donnant lieu à un conflit entre valeurs concurrentes et antagonistes.

  • 37 REJEB (Souad), « Enquête sur le divorce auprès de 20 femmes de niveau supérieur ayant une activité (...)

68Le deuxième type de conflit consécutif à l’innovation est inter-personnel, c’est celui que connaîtra la femme avec son entourage et particulièrement avec son conjoint. Si l’on tient compte du fait (démontré par l’enquête) que la majorité des hommes – même jeunes et instruits – continuent à cantonner la femme dans les rôles traditionnels, on comprend les mésententes se soldant par des divorces. Une enquête faite auprès de vingt femmes divorcées ayant toutes un niveau supérieur d’études37 souligne que le déchirement dans les couples vient le plus souvent de ce que le mari n’a pas accepté toutes les conséquences du travail de la femme à l’extérieur du foyer et qu’il est, beaucoup plus que la femme, réfractaire au changement. L’intériorisation du modèle patriarcal est beaucoup plus profonde chez l’homme que chez la femme à niveau égal d’instruction.

69Pour aider au changement, l’État bourguibien a suivi la voie tracée depuis l’indépendance en créant une institution chargée de cette mission : le Ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille.

Le cantonnement institutionnalisé

  • 38 Le Ministère de la Famille et de la Promotion de la Femme, dirigé par Madame Fathia Mzali, a été s (...)

70Le Ministère de la Famille et de la Promotion de la Femme38 est né d’une double symbolique : une femme Ministre et un Ministère de la Femme. Après quelques flottements dans les énoncés, l’institution a pris le nom définitif du Ministère de la Famille et de la Promotion de la Femme; destins liés, destins hiérarchisés : la famille avant la femme. L’opportunité et l’utilité d’un Ministère de la Femme n’est pas discutable. On peut même noter que sa création (29 ans après l’indépendance) coïncide avec l’apparition d’un mouvement de contestation du statut juridique de la femme, tel du moins qu’il ressort du Code de Statut Personnel. La création se justifierait donc pour défendre et réaffirmer ce Statut. Accolant les deux termes famille-femme, le politique s’est fait réaliste, mais il a, par cette conjonction, réuni les éléments que l’on se devait justement de détacher; car, en vérité, qu’y avait-il de nouveau à lier la promotion de la femme à la famille ? La femme avant tout mère et épouse, ce sont bien là des rôles intériorisés par la majorité des Tunisiens.

71Il faudrait évidemment analyser de plus près les activités réelles du Ministère pour savoir s’il y a une action tendant à faire admettre les rôles non conventionnels et non définis traditionnellement comme féminins. De même qu’il conviendrait de s’interroger sur les tentatives faites pour répondre à l’attente de ceux ou de celles qui ne vivent pas dans un cadre familial stéréotypé : enfant naturel, enfant abandonné, enfant maltraité, famille mono-parentale, famille et femme émigrées, suites sociales du divorce, aptitude de l’État à encadrer les enfants dont les mères travaillent (le travail féminin étant estimé comme nécessaire par la majorité des populations interviewées et particulièrement des populations à salaires inférieurs).

72Se demander enfin quel est le programme établi par le Ministère pour encourager/motiver les femmes à participer davantage à la vie publique et politique du pays (voir, à cet égard, les résultats de l’enquête faite pour l’UNFT par le Centre de prospective sociale qui révèle des taux très bas de participation : on y remarque, par exemple, que si le vote croît avec l’âge, il décroît avec le niveau d’instruction, 81,3 % des femmes analphabètes contre 49 % des femmes ayant un niveau supérieur sur un échantillon de 400 femmes).

73Le décret fixant les attributions du Ministère date du 9 février 1984; il est très récent, aussi doit-on laisser le bénéfice du doute à un Ministère ayant jusque-là beaucoup plus privilégié son activité en matière de famille qu’en matière de promotion de la femme. Les discussions lors de la présentation du budget du Ministère devant la Chambre des Députés sont assez édifiantes à ce sujet.

74L’adjonction depuis le 7 août 1984, de l’Office du Planning Familial devenu l’Office National de la Famille et de la Population conforte néanmoins davantage l’idée d’un Ministère de la Famille et de la Mère plutôt que la Femme.

  • 39 Sur la notion de mobilisation ascendante et les références, cf. CAMAU(Michel). AMRANI (Fadila) et (...)

75Pourtant, il semble plus urgent que jamais qu’une mobilisation soit faite pour préserver et surtout pour ancrer dans les faits les acquis du régime bourguibien, les femmes se trouvant toujours soumises à la même idéologie patriarcale. L’aspiration au changement doit être diffusée selon un mouvement qui ne peut continuer à être celui d’une mobilisation descendante, le mouvement ne peut, pour perdurer qu’être ascendant39. En l’absence d’une certitude sur cette mobilisation, la question se pose de savoir si le « fait féminin » est phénomène irréversible.

II – UN FAIT FÉMININ IRRÉVERSIBLE ?

76Le fait féminin, ce sont d’abord des chiffres, importants, éloquents, qui témoignent de la présence, physique tout au moins, de la femme dans des espaces jusque-là fermés à elle. Ces chiffres n’en sont pas moins des indices irréfutables, un facteur, auquel il faudra en ajouter d’autres, de changement. Un de ces facteurs a été isolé de tous les autres car il réalise en lui même un changement particulier, c’est celui que nous avons appelé la maîtrise du corps.

77De l’évocation de toutes ces données qui constituent « le fait féminin » a surgi notre questionnement : Est-ce là phénomène irréversible ? Bien sûr, l’histoire ne se reproduit pas, ni dans le temps, ni dans l’espace, mais des mouvements pendulaires existent, ainsi que des convergences.

78Concernant la femme tunisienne, le problème sera de savoir si le projet modernisateur de l’État a créé le dynamisme nécessaire à cette irréversibilité, dynamisme qui ne peut venir que des femmes elles-mêmes, d’un féminisme au féminin.

A) LES FACTEURS DU CHANGEMENT

79Deux facteurs essentiels paraissent être les ferments par lesquels les rapports homme/femme peuvent être profondément transformés : l’accès à l’information et la perméabilité des frontières entre les deux sexes.

L’accès à l’information

Scolarisation

  • 40 Enquête sur l’image de la femme dans la société tunisienne. Elude déjà citée.

80S’il est une question sur laquelle il y a unanimité du corps social, c’est bien celle de la scolarisation. D’après une enquête commandée par l’UNFT (Alliance des femmes juristes), l’unanimité de l’échantillon interrogé est favorable à la scolarisation de la fille et souhaite que celle-ci accède à un niveau d’études égal à celui des garçons. Cette ambition est en elle-même signifiante40.

81Si cette scolarisation était effective et menée jusqu’à un niveau assez avancé, la différenciation entre les sexes serait atténuée. Les statistiques de TINS (recensements de la population) relèvent bien un accroissement de la scolarisation des filles, le taux passant de 45,3 % en 1975 à 68,7 % en 1984 (contre 70 % et 82,8 % pour les garçons). Cet accroissement doit être interprété à la lumière d’une différenciation par classes d’âge, car il s’agit là du taux de scolarisation global concernant les enfants de 6 à 14 ans. En 1984, le taux de scolarisation des filles qui est de 73,4 % pour les 6-9 ans, chute à 64,5 % pour les 10-14 ans. S’agissant des garçons, le taux ne varie pratiquement pas d’une tranche d’âge à l’autre (83,1 % pour les 6-9 ans et 82,5 % pour les 10-14 ans). Ainsi, pour une partie des filles, la scolarisation n’est, en vérité, qu’une alphabétisation. Elle ne s’inscrit pas dans un processus véritable de formation, les filles n’ayant pas les mêmes chances que leurs camarades de sexe masculin d’aller jusqu’au bout de leurs études.

82Sur ce point, les effectifs de l’enseignement supérieur sont probants. Ainsi, dans l’enseignement supérieur, où les filles représentaient 35 % des effectifs en 1983, 57 % d’entre elles ont été orientées vers les filières médicales courtes et seulement 4,6 % vers des études d’ingénieurs.

83L’écart est tel que parmi les recommandations contenues dans le rapport sur le vie Plan de l’éducation (1982-1986), la Commission Nationale Sectorielle pour l’Education a appelé à rechercher les mêmes chances d’accès à l’enseignement, la même durée de scolarisation et de succès scolaire qu’aux garçons. Ces recommandations se retrouvent dans le rapport sur le viie Plan, ce qui rend vain l’interrogation sur l’effectivité de la recommandation. Pourtant, il existe un article d’un arrêté du 5 janvier 1961 prévoyant des sanctions contre les parents n’envoyant pas leurs enfants à l’école, mais cet article n’a jamais été appliqué.

84Une autre différenciation entre filles et garçons est importante car elle détermine une différenciation du travail futur. Alors que les filières industrielles (mécaniques, construction, électricité...) sont presque exclusivement réservées aux garçons, les filles sont orientées vers le textile, la couture et l’esthétique. Le taux des filles dans les écoles normales n’a cessé d’augmenter pour atteindre 60,45 % du total des normaliens (Rapport économique et social 16e congrès de l’UGTT 15-20 décembre 1984).

85Cette inégalité, encore accrue lorsqu’il s’agit des zones rurales de la Tunisie, ne contredit cependant pas la réalité de ce que nous avons appelé l’accès à l’information, elle touche seulement la qualité et l’étendue de sa réception. Un deuxième support de cet accès à l’information mérite d’être signalé, c’est l’envahissement par les mass-média de l’espace traditionnellement réservé aux femmes.

L’envahissement du « dedans » par les mass-média

  • 41 Cf. Contrôle politique et régulations électorales en Tunisie, op. cit. 91

86Les femmes, même analphabètes, ont un contact direct avec l’extérieur par les moyens de communication actuels, essentiellement la radio et la télévision, qui constituent un moyen de pénétration sans égal de ce monde clos et lisse symboliquement appelé foyer. Utilisés par les pouvoirs publics dans un but de propagande politique, leur acquisition a été largement encouragée par des coûts raisonnables et des facilités de paiement assez exceptionnels : on a dénombré 250 000 appareils de télévision en 1978 contre 33 000 en 1967 sur la seule base de recouvrement des taxes, et on considère qu’il conviendrait de doubler ces chiffres41. Le spectacle des antennes dressées sur les toits des quartiers urbains les plus populaires témoignent de leur grande diffusion dans tout le pays. Dans les zones les plus reculées, le poste à transistors a permis aux plus isolés d’avoir l’illusion de n’être pas en marge des événements les plus récents. Nous ne parlons pas ici de la politique procédant à cette information ni de la qualité et du contenu des programmes retransmis. Nous soulignons simplement le fait que des femmes, cloitrées à la maison ou ne connaissant que la vie des champs, entendent parler d’une autre vie de femmes et écoutent parler des femmes menant une toute autre vie. L’impact ainsi réalisé mérite une plus ample analyse mais il est évident que les mass-médias alimentent un imaginaire collectif autrement que ne l’avaient jamais fait jusque-là les contes, légendes et chansons traditionnels. Par la parole et l’image en direct, le changement paraît à la portée de tous. Cela pourrait même parfois conduire à croire qu’il suffirait que les pouvoirs publics donnent le petit coup de baguette magique opérant la plongée dans ce monde d’attraction – répulsion qu’est la modernité – l’attente et la dépendance vis-à-vis de l’État « parens-patria » n’en est que plus grand.

87Les ondes et l’image ont toutefois contribué pour une large part à informer de ce qui se passe ailleurs, un ailleurs où les femmes ont un rôle tout à fait différent, où toutes les frontières, y compris les frontières nationales, peuvent être effacées par le simple jeu d’un bouton et ceci est un phénomène irréversible.

La perméabilité des frontières

88Derrière le cloisonnement, apparaissent des espaces communs aux femmes et aux hommes, ces espaces ne sont pas toujours créateurs d’une véritable communication mais ils permettent néanmoins la rencontre de « l’autre » de celui qui est « si différent ». La mixité dans les établissements scolaires et de formation, l’emploi de la femme hors du foyer ont été les principaux agents de ce décloisonnement.

La mixité

  • 42 Cf. Cependant. Journal Nissa, 5, qui consacre un dossier à la mixité.

89Dès les débuts de l’indépendance, la nécessité d’instaurer la mixité dans les établissements dépendant de l’Education Nationale a été posée comme un objectif fondamental de progrès. Des articles de presse avaient été consacrés à de nombreux débats sur ce sujet. Des hebdomadaires recevaient une correspondance abondante « pour » ou « contre » la mixité. La question ne semble pas aujourd’hui avoir la même acuité42, mais la mixité n’est pas pour autant généralisée. Ainsi dans l’enseignement secondaire 169 établissements sur 210 au total sont mixtes. Les objectifs qui avaient été fixés au début de la décennie n’ont pas été réalisés. Pourtant, cette exigence n’a pas été évoquée dans les recommandations faites par la Commission nationale de l’éducation, ni d’ailleurs dans le Rapport économique et social du 16e Congrès de l’UGTT. Personne ne pourra cependant nier que c’est dès l’enfance et durant l’adolescence que doit se faire l’apprentissage d’une vie commune entre les sexes, vie que l’on est, de toute façon, amenée de plus en plus à mener en commun.

90En effet, la structure de l’habitat, le genre de vie et la répartition des tâches dans les ménages ne rend-il pas inévitable cette cohabitation ?

  • 43 TILLON (Germaine). Le Harem et les cousins, Paris, Seuil, 1966, 201.

91Germaine Tillon43 évoque ces villages du Sud de l’Italie qui rappellent l’architecture des villages Kabyles « où à l’heure d’affluence... sur les places et les grandes rues, le passant ne traverse que des foules masculines, infatigablement déversées par les petites portes rébarbatives des vieilles maisons, et les magasins, les cafés, les squares plein d’hommes... Par contre, à la même heure... dans les ruelles moins faciles d’accès, il pourra y coudoyer des masses tout aussi compactes, mais cette fois exclusivement féminines ». Ne retrouvait-on pas cette même séparation dans l’utilisation alternative de l’espace public de certains villages du Sahel tunisien, de Moknine, par exemple, où les femmes ne sortaient que le soir, la rue étant alors prête à les accueillir.

  • 44 Enquête pour le Premier Ministère sur l’aménagement des horaires de travail, 1985.

92Cette structure d’un espace adapté au genre de vie de ses habitants a vécu. Au-delà des canons de l’urbanisme et des règles esthétiques, la construction horizontale fait une place obligée à des espaces communs : hall d’entrée, escalier, cage d’ascenseur où, même sans aucun dialogue, l’autre est omniprésent. Avec le temps, ou par l’intermédiaire d’enfants de même âge, un échange peut parfois s’instaurer qui sera prolongé ou repris ailleurs, dans un bus surchargé, sur un trottoir en mauvais état, devant l’école, à l’hôpital, tous lieux de contact et/ou d’affrontement entre sexes ne pouvant plus continuer à s’ignorer. Un autre de ces lieux est le « marché », de plus en plus investi par les femmes ; il n’est qu’à s’y rendre pour s’apercevoir que le « couffin » – attribut jusque-là essentiellement masculin – se trouve souvent désormais entre les mains de femmes. Une enquête faite pour le Premier Ministère44 révèle que ce sont surtout ces femmes qui travaillent, qui ont un emploi rémunéré qui se chargent de faire les courses pour toute la famille. Elles sont parfois aidées par les maris, mais ce n’est pas encore un véritable esprit de partage des tâches, ce serait plutôt considéré, d’après nous, comme une distraction commune, ou une corvée – fatalité que l’on ne peut confier à la femme seule. Dans la grande majorité des cas, en effet, les hommes s’arrêteront à cette tâche là, alors que rentrées chez elles, les femmes s’occuperont des mille travaux domestiques qui doublent en fait l’autre journée de travail faite à l’extérieur, travail sur lequel il faut s’interroger.

La femme et l’emploi

  • 45 ILLICH(Yvan), Le travail fantôme, Paris, Le Seuil, 1981.
  • 46 GREER (Germaine), La femme eunuque. Paris, Laffont, 1971.
  • 47 Cf. TAAMALLAH BEN TAIEB, Activité et emploi des femmes en Tunisie. Thèse, 3e cycle, Paris, Sorbonn (...)

93Généralement, lorsqu’on parle du travail de la femme, on vise le travail fait dans le cadre d’une activité rétribuée et l’on occulte le travail non rémunéré fait par les femmes « chez elles ». Ce silence a été maintes fois dénoncé, « univers du non-payé », « économie fantôme » pour un travail « fantôme »45. On commence à vouloir réhabiliter le travail de ces « femmes invisibles »46 mais ce n’est pas toujours fait sans arrière-pensée. Une perversion du raisonnement consisterait à faire de la rémunération du travail domestique (fait par les femmes pour leurs familles), un alibi pour retenir les femmes à la maison contre leur volonté. Le travail rémunéré à l’extérieur est un fait révolutionnaire : d’une part, parce qu’il remet en cause un partage traditionnel de l’espace, Dedans/maison/Femme – Dehors/ travail/Homme ; d’autre part, parce que le salaire de la femme signifie une moindre dépendance, parfois une véritable libération de la femme, même si ce fait est difficilement vécu par les hommes et rarement admis explicitement par les femmes. En effet, d’après certaines interviews, faites auprès des femmes qui travaillent, celles-ci déclarent plus aisément qu’elles travaillent pour un complément de salaire, pour un temps donné ou pour une raison bien particulière : construire la maison par exemple. Pourtant, l’enquête sur l’aménagement des horaires de travail47 révèle que les femmes qui travaillent ne décideraient pas d’arrêter de travailler si on leur donnait une compensation financière égale à celle de leurs traitements actuels. C’est donc que le travail remplit d’autres fonctions moins explicites, travail auquel les femmes viennent chaque année plus nombreuses...

94Les chiffres concernant l’emploi féminin tracent une ligne ascendante : sur une population active totale de 1 809 800 personnes en 1980, 363 500 sont des femmes, ce qui donne un taux d’accroissement annuel de 3,7 % et un taux de féminisation de 20,1 % (la population active féminine de 1984 est de 391 400).

  • 48 MAHFOUDH (Dora), « Formation et travail des femmes en Tunisie. Promotion ou aliénation », Annuaire (...)

95Mais, il ressort aussi bien des statistiques que des enquêtes et études de plus en plus nombreuses et affinées48, que l’éventail des emplois occupés par des femmes est assez limité. La quasi-majorité (91,3 %) des femmes qui travaillent est concentrée dans trois secteurs clés : l’agriculture, les services et le textile. Ces trois secteurs n’exigent pas une grande technicité et se suffisent d’une scolarisation très faible ou même inexistante.

96Peut-on parler d’alphabétisation pour les 84 500 aides familiales employées en 1980 dans l’agriculture ? En 1984, la population féminine agricole est évaluée à 96 500, et représente 24,7 % de la population féminine active.

  • 49 DIMASSI (H.). « De l’insertion des femmes dans le marché du travail ». Communication au colloque d (...)

97Pour le secteur des services, H. Dimassi49 note pertinemment que « le recours à une main-d’œuvre féminine sous-payée permet de faire face à l’absence de gains de productivité dans ces activités ». D’après un tableau que l’auteur a élaboré à partir de l’enquête sur les salaires dans l’industrie, le commerce et les services en 1984, la majorité des femmes (67,5 %) qui travaillent sont employées pour des tâches de petite exécution et touchent donc un salaire assez bas.

Population féminine active occupée âgée de 15 ans et plus selon les secteurs d’activités

Population féminine active occupée âgée de 15 ans et plus selon les secteurs d’activités

Source : Recensements généraux de la population de 1975 et 1984 (INS).

  • 50 DAMMAK (O.K.). « Travail féminin et niveau de vie en milieu ouvrier à Tunis, Revue Tunisienne de S (...)

98Quant au textile qui absorbe toute la population féminine employée dans l’industrie, une enquête sur « travail féminin et niveau de vie ouvrier à Tunis », effectuée auprès de 300 femmes de l’industrie tunisienne, révèle que 72 % des familles ont un revenu individuel inférieur à 400 Dinars par an (en 1975) soit 75 Dinars par mois. Dans la majorité des cas, le salaire de l’ouvrière est soit l’unique forme de revenus (11 % des cas), soit un complément très important de ressources (21 %). Toujours d’après cette enquête de O.K. Dammak50, plus de la moitié des revenus est consacrée à l’alimentation (57 %) et c’est l’habillement qui occupe la deuxième place avant le logement. Cette priorité pour l’habillement signifie que l’on cherche à soigner « le paraître » dans une société où compte de plus en plus l’apparence des choses. Cela veut dire aussi que l’on s’arrête aux objectifs que l’on peut atteindre : à quoi peut servir d’épargner pour un logement que l’on est sûr de ne jamais pouvoir acquérir ? Autant se contenter des satisfactions immédiates et fugitives, et de temps en temps s’acheter une chose pour soi. Mais le plus souvent, c’est pour les enfants, parfois pour le reste de la famille, que la dépense vestimentaire sera faite. Pour l’habillement, comme pour le reste, la famille dépend du salaire de l’ouvrière.

  • 51 ZGHAL (Abdelkader) et BELHASSEN (Souiheyr). Chronique d’une journée d’émeute, inédit.

99De cette dépendance, vont naître de nouveaux conflits. A. Zghal et S. Belhassen51, dans une étude inédite « Chronique d’une journée d’émeute (3 janvier 84 à El Hencha »), décrivent le processus d’installation de la seule usine textile de la région. L’employeur (un Allemand) a exigé de ne recruter que de la main-d’œuvre féminine, les ouvrières ayant une rentabilité plus élevée que celles des ouvriers et étant réputées plus disciplinées et moins exigeantes. 250 ouvrières ont été recrutées. L’émeute de janvier 1984 est présentée par les auteurs comme un acte cathartique où s’est déversée la haine des hommes en proie au chômage, qui s’en prennent à l’État, responsable de cet état de choses. Et pourtant... de tout temps, n’a-t-il pas existé en Tunisie des régions où la femme a travaillé pendant que l’homme rêvait en buvant du thé ? Mais il est vrai que la femme s’occupait alors, des travaux agricoles dans le cadre d’une économie de subsistance et ne recevait aucun appointement en échange de son travail. Par ailleurs, ne doit-on pas rappeler cette pratique si fréquente et bien tolérée par tous, qui consiste pour un homme à faire travailler sa sœur ou sa fille comme employée de maison et à percevoir la totalité de son salaire, sans haine ni mauvaise conscience. C’est donc qu’à El Hencha, il y a eu quelque chose de différent; l’insoutenable viendrait peut-être de ce que le rapport de dépendance n’est plus caché. En devenant clairs et publics les jeux paraissent insupportables à ceux à qui la société a attribué le rôle de chef de famille. Ce qui est essentiellement nouveau dans le travail en usine, c’est que les femmes occupent un espace considéré comme masculin (n’est-il pas hanté de machines infernales ?) et qu’en ce lieu, les femmes se retrouvent et se rassemblent. Elles représentent un groupe homogène, et donc puissant, qui fait peur.

  • 52 « Enquête sur le travail de la femme dans la région de Tunis », commandée par l’UNFT (Alliance des (...)

100N’est-ce pas cette même peur qui se retrouve à l’encontre d’autres femmes ayant une puissance particulière, celle conférée par des diplômes dont il faudra sans cesse se montrer dignes. Parmi les femmes pouvant être classées comme cadres supérieurs, la grande majorité (90,9 %) est d’un niveau d’instruction « supérieur », ce qui n’est pas du tout le cas chez les hommes, et plus de la moitié d’entre elles a achevé ses études. Ces femmes savent, explique l’auteur d’une recherche sur le travail de la femme dans la région de Tunis52, qu’on les méjugera plus sur leurs points faibles de femmes que sur la qualité de leur travail. Plus vulnérables en ce sens que leurs collègues masculins, il leur faudra mériter ce poste et faire plus d’efforts qu’eux. Les questionnaires n’en révèlent pas moins des conflits intra-personnels assez graves : culpabilité de ne pas être à la hauteur de la double vie et traumatismes divers sont souvent le prix à payer. C’est pourtant cette élite qui a le plus bénéficié des retombées de toute la législation mise en place par l’État moderne, c’est chez elle que se fera le plus sentir le changement, que s’opérera ce que nous avons appelé la maîtrise du corps.

B) LA MAÎTRISE DU CORPS

  • 53 La bataille contre T. Haddad s’est faite autour du voile/Symbole.cf. CHEIKH BEN MRAD, Le voile de (...)
  • 54 GRAEN (Helga), Le port du voile traditionnel et religieux des femmes en Tunisie, Thèse 3e cycle en (...)
  • 55 HAIBLE SFAYHI (Nicole), La femme tunisienne : aspects législatifs, psychologiques. Thèse 3e cycle, (...)

101Le mot est à sens multiple ; les paramètres qui participent à sa réalisation, aussi : consentir à son propre mariage, se refuser sans encourir de sanctions, pouvoir effectivement divorcer ou se remarier, avoir la liberté de rester célibataire sont autant d’aspects de cette maîtrise du corps dont les femmes avaient été dépossédées par une tradition millénaire. La maîtrise du corps c’est aussi la possibilité de se mouvoir sans contrainte, sans « voile »53, sans baisser les yeux, sans frôler les murs, et il n’est qu’à regarder les adolescentes d’aujourd’hui pour comprendre qu’une mutation profonde s’est opérée. Un travail récent décrit les différentes manières de porter le voile54 religieux ou traditionnel. L’auteur a interviewé une vingtaine de femmes de différentes régions; elle distingue les femmes qui portent le voile religieux (Hijab), qui correspond presque toujours à un choix volontaire et celles qui portent le voile traditionnel, qui traduit un contexte social et culturel de subordination (autorité du père, impact de la tradition, ségrégation entre les sexes) et toujours une constante : le bas niveau d’instruction55.

102Les femmes quittent le voile quand elles acquièrent assez d’aisance pour affronter la rue, l’espace public. Il nous reste le souvenir de ces femmes sorties sans voile, pour la première fois, il y a une vingtaine d’années : gauches, maladroites, elles ne semblaient pas savoir quoi faire de leurs bras et où mettre les pieds. Mais quelle délivrance ! C’est du moins ce qu’elles disent, sans aucune nostalgie (nous avons interrogé une dizaine d’entre elles).

103Cette transformation du rapport avec son propre corps a été généralisée par la pratique du sport et de la mixité (du moins pour celles qui fréquentent des établissements d’enseignement secondaire). Mais l’instrument se révélant idéal pour prendre la mesure de cette transformation est le planning familial.

104L’expérience tunisienne de planning familial a été entreprise officiellement depuis 1964.

105En 1973 un Office National du Planning Familial et de Protection Maternelle et Infantile est créé. Il dépend, depuis une loi du 7 août 1985 du Ministère de la Promotion de la Famille et de la Femme. Le changement de tutelle a-t-il une signification profonde ? D’affaire de santé le planning deviendrait-il affaire de femmes ? Les attributions élargies de l’Office permettraient le glissement : la loi indique que l’Office a pour mission de présenter toutes propositions garantissant le bien-être de la famille et l’épanouissement de tous ses membres. Le bien-être de la famille et l’épanouissement de la femme sont donc choses distinctes qu’une législation dynamique doit mettre en harmonie. Avoir la possibilité de contrôler la venue au monde de ses enfants représente pour les femmes un changement qualitatif de très grande importance. La bataille des féministes en Europe durant ces dernières années s’est surtout faite autour de la double question de la libéralisation de l’avortement et du droit à la contraception. En Tunisie, le problème s’est posé autrement; comme dans d’autres domaines la loi a ici devancé la demande, sinon le besoin, la difficulté étant plutôt de savoir comment cette loi allait être reçue par la population concernée ? La question méritait d’autant plus d’être posée qu’une double contrainte nationale et internationale imposait la limitation des naissances. Peut-être par hasard ou par nécessité, la question n’a pas suscité de levées de boucliers très passionnées. Pourtant la discussion était possible, du fait de l’ambiguïté de la position de la chariâ sur la contraception.

  • 56 Cf. travaux du séminaire organisé par l’Office de la population sur la fécondité en 1985 et partic (...)

106Deux travaux importants nous donnent, sur la limitation des naissances, de très précieux renseignements, l’Enquête sur la fécondité (1978) et l’Enquête Tunisienne sur la Prévalence contraceptive (1983)56. La connaissance de la contraception (entendue comme méthodes traditionnelles ou modernes) est quasi totale (97 %). L’utilisation passée ou récente augmente avec le niveau d’instruction passant de 35 % chez les femmes sans instruction à 47 % chez celles qui ont un niveau primaire et à 67 % chez celles ayant le niveau secondaire ou plus.

107Il ressort aussi de ces enquêtes que la contraception est beaucoup plus connue dans les villes que dans les zones rurales, par la femme qui travaille plutôt que par la femme qui ne travaille pas.

108L’effectivité de la contraception est calculée par un taux de prévalence contraceptive (pourcentage des femmes mariées utilisant la contraception au moment de l’enquête). Sur un effectif de 2 164 femmes interviewées dans l’ETPC, 40,7 % utilisent une méthode quelconque de contraception (33,6 % utilisent une méthode moderne). D’après les données réunies par l’enquête, on peut conclure que le taux de prévalence augmente avec le nombre d’enfants et l’âge des utilisatrices. Les femmes recourent donc à la contraception beaucoup plus pour limiter le nombre d’enfants que pour prévenir les naissances. Les femmes dans leur quasi majorité n’ont pas renoncé à leur rôle maternel, seul rôle valorisé dans la société traditionnelle. Mais elles considèrent de plus en plus que le nombre d’enfants ne doit pas être une fatalité (la moyenne du nombre d’enfants par famille est de 5 en 1984 alors qu’il était de 7,2 en 1966). Certaines d’entre elles préfèrent cependant cette contraception de désespoir qu’est l’avortement plutôt que d’accepter la planification des naissances.

  • 57 Cf. communication de Bchir (Mongi) in Séminaire sur la fécondité. 1985.

109Ce recours à l’avortement (20 860 cas en 1984) pose un problème qui est à plusieurs dimensions. Laissons de côté les quelques cas de recours à l’avortement qui s’expliquent par la défaillance du système de contraception adopté, il reste de nombreux cas où les femmes choisissent (alors même qu’elles ont plus de 4 enfants) le risque d’une grossesse à enrayer par avortement plutôt que la planification familiale. On a appelé ce groupe57, groupe « réfractaire » (31,4%); peut-être faut-il comprendre ce refus de la contraception (alors même que son existence est connue) comme une autre façon, plus primaire peut-être, de gérer son propre corps.

  • 58 Enquête sur le système de santé en Tunisie (Michel Camau et Hédi Zaiem). à paraître (travail en co (...)

110Une enquête sur le système de santé en Tunisie58 révèle que la planification familiale suscite un jugement favorable : 65 % des femmes ont considéré que le planning familial était une bonne chose. Ce jugement est partagé par les hommes, mais dans une plus faible proportion (55 %). Seulement 10 % des 314 personnes interrogées ont jugé négativement le planning familial par référence à un interdit religieux.

111Cette attitude vis-à-vis du planning familial n’est-elle pas la preuve que quelque chose a définitivement changé, car si les femmes ne sont plus vouées, condamnées à la maternité, elles seront prêtes à de nouveaux rôles qu’elles devront imposer et s’imposer.

  • 59 LACOSTE-DUJARDIN (Camille), Des mères contre des femmes. Maternité el Patriarcat au Maghreb. Pari (...)

112La tâche n’est pas simple car ce nouveau rôle sous-tend de nouveaux modèles familiaux; or ceux-ci tout en ayant l’attrait du neuf en ont aussi la fragilité. Ils seront toujours mis en concurrence avec le modèle idéologique dominant, celui de la femme-mère59.

113C’est peut-être à éclairer ces nouveaux modèles, à réconcilier les femmes avec elles-mêmes, à faire assumer la béance d’identité dans une société composite, à retrouver le code culturel correspondant à la vie d’aujourd’hui que devra s’atteler le féminisme en Tunisie, et ce féminisme là ne peut être qu’au féminin.

C) LE FÉMINISME AU FÉMININ

114Le féminisme est cri, il suffit de le prononcer pour savoir qu’il est porteur de souffle. Souffle d’une volonté de changer ce qui « est », de secouer la loi de la pesanteur sociale. Le féminisme a vu le jour en Europe tout comme la séparation des pouvoirs, la déclaration des droits de l’homme et l’automobile...

  • 60 Cf. sur l’adoption de modèles culturels par la culture traditionnelle. BADIE (Bertrand), Culture e (...)

115On ne dira jamais à quel prix et dans quelle mesure ces éléments exogènes ont pu s’intégrer60 dans les sociétés qui ne les ont pas secrétées. Ce que l’on peut constater un peu partout dans le Tiers Monde c’est que, crise économique aidant, nous assistons aujourd’hui à une crispation idéologique. Cette crispation ne peut épargner la question féminine à cause de sa grande dimension politique. A l’origine déjà le mouvement féministe avait intégré cette dimension politique : il avait pour finalité de faire reconnaître aux femmes leur qualité d’individu et le libre droit de leur personnalité.

  • 61 BEAUVOIR (Simone de). Le deuxième sexe, Paris, Gallimard, 1981; MILLET (Kate). La politique du mâl (...)

116Olympe de Gouges réclamait que l’on reconnaisse son projet de déclaration des droits de la femme et du citoyen. Flora Tristan et Louise Michel ont soutenu que la libération de la femme ne pouvait venir que de l’avènement du socialisme. Au xxe siècle, un autre féminisme appelé libérationniste (celui de Simone de Beauvoir, de Betty Friedam et de Kate Millet)61 s’insurge contre le sexisme et attribue aux relations entre les sexes une nature essentiellement politique.

  • 62 Pour le mouvement féministe avant l’indépendance cf. CHATTER (Souad). La femme tunisienne, citoyen (...)

117Dans les pays arabes et particulièrement en Tunisie, le mouvement féministe n’a pas échappé à cette empreinte du politique62.

118En 1924, sous les auspices de la Ligue des femmes pour la défense de la Paix, une campagne avait été organisée par les socialistes français et tunisiens, dans les journaux Tunis-socialiste et En Nadha. Une conférence fut prononcée, à Tunis, par une femme tunisienne, Madame Manoubia El Ouartani, qui lançait un appel pour l’abolition du voile. Cinq ans plus tard, le 9 janvier 1929, ce fut au tour de Madame Menchari de réclamer l’abolition du voile, symbole de l’enfermement. Un an plus tard paraissait le livre de Tahar El Haddad, ouvrage mal venu car mal reçu, dans un contexte général de repli sur la « tradition » présentée par les militants de l’époque comme seule sauvegarde de l’identité contre le colonisateur. Les nécessités politiques de l’heure reléguaient la femme au second plan.

119Cependant, à partir de 1930, un hebdomadaire El Zaman fut créé pour défendre et diffuser les idées de Tahar El Haddad ainsi qu’un mensuel féministe en langue française Leila (dirigé par Mahmoud Zarrouk) dont l’objet était la défense de la femme.

120Parallèlement, fut fondée l’Association de Bienfaisance d’aide aux sinistrés et l’Association des femmes musulmanes, à la tête de laquelle fut désignée Madame Fatma Guellati.

121A l’occasion du Mouled de 1933 fut organisée une manifestation féminine au cours de laquelle Mademoiselle Kaak prononça un discours religieux.

122Mais bientôt, les activités féminines ne se limiteront plus au domaine social. Des réunions dans les mosquées et marabouts avaient pour principal objectif des collectes d’argent destinées au mouvement de libération.

123En septembre 1934, la première association féminine tunisienne à caractère franchement politique voit le jour, c’est la Société des Dames Musulmanes. En fait, ce n’est qu’après les sanglants événements du 9 avril 1938 et la répression qui s’en est suivie contre le Néo-Destour, que l’on assista à un déploiement spectaculaire de l’activité des femmes tunisiennes. Selon tous les témoignages et, en particulier, ceux de la police, les femmes jouèrent un rôle de détonateur qui donna à cette journée son caractère sanglant.

  • 63 CHABBI (Lilia) et ZGHAL (A.). Parole de Femmes, Tunis, Cérès-Productions, 1985.

124D’autres manifestations (22 novembre 1938, 3 janvier 1939) ont démontré que l’activité militante de la femme avait dépassé la revendication de la libération féminine pour s’intégrer dans l’action politique de libération du pays. Cette participation a pourtant été occultée ; Lilia Chabbi déroule pour nous le scénario de cette mise au silence et celui de son exhumation dans son livre Parole de femmes63.

125A l’indépendance, l’État novateur, et principalement le Président Bourguiba, a pris en charge le mouvement de libération de la femme, comme il prenait en charge toutes les instances de modernisation du pays. Les femmes, en général, n’avaient plus à se préoccuper de leur libération puisque celle-ci devenait affaire d’État. Et effectivement, des droits furent accordés aux femmes faisant du Code de Statut Personnel l’œuvre la plus prestigieuse ou la plus décriée du Président de la République.

  • 64 Cf. Cf. MACHAT (Semia), « Femmes et pouvoir en Tunisie », Les Temps Modernes, 1980.

126Pour appuyer son progamme fut décidée la création d’une institution féminine, l’Union Nationale des Femmes de Tunisie. Mais celle-ci, mise sous la tutelle du Parti et n’ayant pas de dynamisme propre, aura de plus en plus la lourdeur bureaucratique d’un appareil d’État64. Pour n’avoir pas su drainer des énergies indépendantes et s’ouvrir à un débat réel sur la condition de la femme, cet espace ne représente pas aujourd’hui un lieu propice à la cristallisation d’un mouvement féministe. L’UNFT participe, cependant, à un grand travail d’élucidation par les enquêtes commandées par l’Alliance des femmes de carrières juridiques, en particulier.

127Mais le vrai problème est de savoir si la Société civile est elle-même apte à porter et à défendre ces acquis. Tel était notre questionnement de départ. Répondre à cette question revient en fait à se demander si les femmes elles-mêmes sont mobilisées actuellement pour défendre ces acquis ?

128Peut-on lire comme prémisses de cette conscience active les différents colloques et séminaires qui se multiplient depuis quelques temps sur la condition de la femme ? Peut-on avancer comme mécanismes institutionnels probants la création d’une commission de la femme « travailleur » au sein de l’UGTT depuis 1982 (commission qui ne s’est créée qu’après beaucoup de difficultés), celle de la commission de la femme à la Ligue des droits de l’homme ou encore ce fameux Comité du travail féminin, dont on n’a pu avoir un bilan d’activités.

129Y a-t-il une esquisse d’un regroupement plus signifiant dans l’investissement par les femmes d’espaces de liberté comme les clubs culturels. Est-ce qu’un journal comme Nissa peut devenir le porte-parole non seulement du petit groupe ayant présidé à sa création, mais d’un mouvement plus important.

130Toutes ces interrogations révèlent le manque, en même temps qu’elles posent la certitude que seul un mouvement féministe de masse en Tunisie pourrait avoir un impact réel sur la société globale.

131Ce mouvement féministe devra intégrer dans sa problématique deux composantes essentielles.

  • 65 Cf. notre article sur l’antinomie entre « droit interne et conventions internationales». Communica (...)

132La première est la durée : le processus de transformation du modèle dominant est en place (développement du salariat, généralisation de l’économie de marché, étatisation, affaiblissement de l’autorité du père...). Mais il ne sert à rien de vouloir le bousculer, le rythme d’évolution est désormais plus lent. Il n’est pas opérant non plus de vouloir le modifier par l’adoption de réformes juridiques qui seront perçues comme une copie de ce qui se passe en « Occident ». C’est dans cette perspective que nous avions soutenu qu’il n’était pas utile de faire évoluer notre droit par la ratification sans réserve des Conventions Internationales. Celles-ci ne seront ressenties que comme greffes et donc susceptibles de rejet de la part d’une opinion publique sur laquelle il faut désormais compter65.

  • 66 Sur les femmes Islamistes cf. BELHASSEN (Souheir). Annuaire de l’Afrique du Nord, 1979. HERMASSI ( (...)

133La deuxième composante réside dans le fait d’admettre et de faire assumer le caractère composite de la société. La société tunisienne, mais aussi la société féminine, se transforme à des vitesses différentes. Qu’une petite élite ait trouvé un mode de vie, un métier, un équilibre lui assurant son épanouissement ne doit pas faire oublier les autres femmes. Toutes celles qui réagissent aujourd’hui en retournant progressivement à des modèles culturels traditionnels66, et celles qui laissent tout simplement émerger une partie de l’iceberg que le discours rationaliste dominant tenait jusque-là cachée, mais présente (les femmes islamistes se retrouvent parmi l’une et l’autre de ces catégories).

134Mais alors comment combler ou résoudre cette fracture de la société féminine ? Notre travail se veut une réflexion sur cette fracture, il n’a nullement la prétention d’être un programme d’action. Il pourrait néanmoins contribuer à dire la nécessité de lever l’absence de communications entre les différents groupes sociétaux et pas seulement entre les sexes.

Notes

1 DUMONT(Louis), Essai sur l’individualisme. Une perspective anthropologique sur l’idéologie moderne, Paris, Seuil. 1983.

2 BEM (Hélé), Le désenchantement national. Essai sur la décolonisation, Paris, Maspéro 1982.

3 Voir à ce propos document de l’ONU.

4 BEN MILED (Emna), « Femmes et identité sexuelle à travers les cultures du Maghreb berbère et du Sahara ». Communication au colloque organisé par le CERES sur la psychologie différentielle des sexes, Tunis, 1984.

5 Cf. SAHLI (A.), Esquisse pour une préhistoire tunisienne, Tunis, MTE, 1970.

6 Histoire générale de l’Afrique, UNESCO, 1981.

7 VIRALLY (M.), La pensée juridique, Paris, LGDJ, 1960 : 36; AMSELEK (P.), Méthode phénoménologique et théorie du droit, Paris, 1964.

8 Cf. notre communication sur l’antinomie entre droit interne et conventions internationales pour le trentenaire de la Revue Tunisienne de droit (RTD), 1984 (dont nous reprenons certains passages pour ce développement).

9 Comparaison avec le droit français : COLOMBEI (A.), « Commentaire de la loi du 4-6-70 sur l’autorité parentale» D. 1971, chr. : 1.

10 PRUVOST (Lucie), L’établissement de la filiation en droit tunisien, Thèse Droit, Paris, 1977, et BEN HALIMA (S.), La filiation paternelle légitime en droit tunisien. Thèse Droit, Tunis, 1976.

11 PRUVOST (Lucie), « Le statut juridique du mineur en Tunisie », RTD, 1975 : 281.

12 SAFAI (H.), La protection des incapables. Thèse, Paris, 1980.

13 Cf. CHARFI (Mohamed), « L’égalité entre l’homme et la femme dans le droit de la nationalité tunisienne », RTD, 1975 : 73-83.

14 L’article 14 du Code de la nationalité permet à la femme étrangère épouse de Tunisien d’obtenir la nationalité tunisienne par simple demande, alors que le mari étranger d’une femme tunisienne doit demander sa naturalisation (article 19). Cf. pour une étude plus exhaustive : HAZEM (Salem), Le mariage de la femme musulmane avec un non-musulman en Tunisie, Mémoire de DES, Université de Paris, octobre-décembre 1974. Note de Lagrange (E. de) sous civ., 31 janvier 1966, RTD, 1968 : 114.

15 Cf. voir, infra « B. Un discours politique de compromis ».

16 TRITAR (M.), « La participation de la femme aux charges de la famille », RJL, 1974 : 467.

17 – FERCHICHI. La responsabilité des père et mère du fait de leurs enfants mineurs. Mém. DES, Tunis, 1975; La tutelle des père et mère sur leurs enfants mineurs dans les droits marocain et tunisien. Thèse, Tunis, 1982.

— Cf. également BORRMANS (Maurice), « Le droit de garde et son évolution récente en Tunisie », IBLA, 1967 : 191; BECHEUR (Ali), « La notion de garde dans le droit tunisien de la famille », Revue Algérienne des Sciences Juridiques Economiques et Politiques, 1968 : 149; Beji (Mohamed), « La garde dans la jurisprudence tunisienne », RTD, 1978. I : 9 (en arabe); ; LADJILI (J.) « Recherche d’une responsabilité égale des père et mère : la garde des enfants en droit tunisien ». Communication présentée au colloque méditerranéen « la famille dans l’aire méditerranéenne » Sassari, décembre 1980. RTD, 1982.

18 ROUSSIER (J.), « Dispositions nouvelles dans le statut successoral en droit tunisien », Studio Islamica 1959-1960 : 133.

19 LADJILI(Jeanne), « Puissance des agnats, puissance du père. De la famille musulmane à la famille tunisienne », RTD, 1972 : 25.

20 Cf. une jurisprudence récente qui illustre notre propos :Tr. adm., n° 157, 20 mai 77, RJL 1978 : 107. Femme mariée demande à être transférée à Mahdia (lieu de travail), Tunis; Accord, Opposition du mari. Nomination de la femme et du mari, à Chabba. La femme refuse. Le Tribunal rejette son action, car le domicile est fixé par le mari. Civ. n° 3753 fu., 8-1-80, RJL, 3 : 106 Le refus de la femme de suivre son mari dans son nouveau domicile fixé après mutation au motif qu’elle travaille constitue une violation de l’article 23 CSP, car le mari est chef de famille.

21 Cf. Code du Travail 1966, spécialement art. 66, 71, 78 concernant le secteur non agricole et les art. 77 et 78 interdisant le travail des femmes dans les travaux souterrains et dans les chantiers où s’effectuent la récupération, la transformation et le reposage des vieux métaux.

22 J.O. 1968, 1. : 625.

23 Comparez avec la protection de la mère qui travaille in Bulletin d’information du BIT : « Femme au travail ». Genève, OIT, spec. n° 2, 1981 et les comptes-rendus des travaux de la conférence internationale du travail.

24 Statistiques de la fonction publique. Publication du Premier Ministère 1980; communication de H. Chekir, Journée internationale de la femme, 8 mars 1982.

25 Sur ces conflits de valeurs dans un autre discours, le discours médical cf. Labidi (Lilia Chabbi), Çabra-Hachma et discours médical, Thèse d’État Sciences humaines, Paris, 1986.

26 Enquête sur l’image de la femme dans la société tunisienne. Institut El Amouri et UNFT (Alliance des femmes de carrières juridiques).

27 Sur le rapport droit musulman et droit tunisien cf. CHARFI (Mohamed), « Le droit tunisien de la famille entre l’Islam et la modernité », RTD, 1973 : 30; MEZGHANI (Ali), « Réflexions sur les relations du code de statut personnel avec le droit musulman classique », RTD, 1975, t. 2 : 530; DEPREZ (Jean), « Pérennité de l’Islam dans l’ordre juridique au Maghreb », Table ronde CRESM, 1979, in islam et Politique au Maghreb, Paris, Ed. du CNRS, 1981.

28 Art. n° 3384 du 31 janvier 1986 RTD 1986 : 116. Cette attitude a été confirmée, par la suite, par le pouvoir exécutif puisque une circulaire du Ministère de la Justice du 5 novembre 1973 (RJL 1973 : 83) interdit aux officiers d’État civil de célébrer le mariage d’une musulmane avec un non musulman.

29 Pour d’autres exemples, cf. CHEKIR (Hafidha), « La législation émancipatrice de la femme, mythe ou réalité », Colloque sur la psychologie différentielle des sexes, Tunis, 1984; et BEN MUSTAPHA, L’égalité entre l’homme et la femme dans le Code de statut du personnel. Mémoire Faculté de droit, Tunis, 1977.

30 Cf. BEN HAMMED (Ridha), « Laïcité et Fondamentalisme en Tunisie », 1986, DHAOUADI (Z.), « Les islamistes progressistes », in Sou’al. (L’islamisme aujourd’hui), numéro spécial.

31 MACCOBY (E.) et JACKLIN (N.), The psychologie of sex differences, Standford University Press. 1974.

32 BELOTTI (Elena), Du côté des petites filles, Paris. Editions des Femmes, 1975.

33 MICHEL (Andrée), « Psychologie et socialisation différentielle des sexes », Communication au colloque (CERES) sur la psychologie différentielle des sexes. Tunis, 1984.

34 Alliance des femmes de carrières juridiques (UNFT) et Institut El Amouri, Enquête sur l’image et les représentations de la femme dans la société tunisienne, Tunis, 1981.

35 HORCHANI (Malika Zamiti), « Les tunisiennes, leurs droits et J’idée qu’on s’en fait ». « Femmes de la Méditerranée», Peuples méditerranéens, 22-23, 1983.

36 Pour une comparaison avec la femme algérienne : TOUALBI (Radia). Les attitudes et les représentations du mariage chez la jeune fille algérienne. Alger, ENAL, 1984.

37 REJEB (Souad), « Enquête sur le divorce auprès de 20 femmes de niveau supérieur ayant une activité professionnelle ».

38 Le Ministère de la Famille et de la Promotion de la Femme, dirigé par Madame Fathia Mzali, a été supprimé postérieurement à la rédaction de la présente contribution.

39 Sur la notion de mobilisation ascendante et les références, cf. CAMAU(Michel). AMRANI (Fadila) et BENACHOUR(Rafâa), Contrôle politique et régulations électorales en Tunisie, Tunis, Aix-en-Provence, CERP-Edisud. 1981 (particulièrement p. 74 sq.).

40 Enquête sur l’image de la femme dans la société tunisienne. Elude déjà citée.

41 Cf. Contrôle politique et régulations électorales en Tunisie, op. cit. 91

42 Cf. Cependant. Journal Nissa, 5, qui consacre un dossier à la mixité.

43 TILLON (Germaine). Le Harem et les cousins, Paris, Seuil, 1966, 201.

44 Enquête pour le Premier Ministère sur l’aménagement des horaires de travail, 1985.

45 ILLICH(Yvan), Le travail fantôme, Paris, Le Seuil, 1981.

46 GREER (Germaine), La femme eunuque. Paris, Laffont, 1971.

47 Cf. TAAMALLAH BEN TAIEB, Activité et emploi des femmes en Tunisie. Thèse, 3e cycle, Paris, Sorbonne, 1982.

48 MAHFOUDH (Dora), « Formation et travail des femmes en Tunisie. Promotion ou aliénation », Annuaire de l’Afrique du Nord, 1980 : 255.

49 DIMASSI (H.). « De l’insertion des femmes dans le marché du travail ». Communication au colloque de démographie, Rabat, 1985.

50 DAMMAK (O.K.). « Travail féminin et niveau de vie en milieu ouvrier à Tunis, Revue Tunisienne de Sciences Sociales. 1980 : 57 sq.

51 ZGHAL (Abdelkader) et BELHASSEN (Souiheyr). Chronique d’une journée d’émeute, inédit.

52 « Enquête sur le travail de la femme dans la région de Tunis », commandée par l’UNFT (Alliance des Femmes de Carrières juridiques). Institut El Amouri. 1982.

53 La bataille contre T. Haddad s’est faite autour du voile/Symbole.cf. CHEIKH BEN MRAD, Le voile de Deuil jeté sur la femme de T. Haddad, Tunis, 1931.

54 GRAEN (Helga), Le port du voile traditionnel et religieux des femmes en Tunisie, Thèse 3e cycle en sociologie. Tunis. 1985.

55 HAIBLE SFAYHI (Nicole), La femme tunisienne : aspects législatifs, psychologiques. Thèse 3e cycle, Paris, 1980.

56 Cf. travaux du séminaire organisé par l’Office de la population sur la fécondité en 1985 et particulièrement la présentation de ces deux enquêtes par Mohamed Ayed.

57 Cf. communication de Bchir (Mongi) in Séminaire sur la fécondité. 1985.

58 Enquête sur le système de santé en Tunisie (Michel Camau et Hédi Zaiem). à paraître (travail en cours).

59 LACOSTE-DUJARDIN (Camille), Des mères contre des femmes. Maternité el Patriarcat au Maghreb. Paris, Ed. de la découverte, 1985.

60 Cf. sur l’adoption de modèles culturels par la culture traditionnelle. BADIE (Bertrand), Culture et Politique. Paris, Economica, 1983.

61 BEAUVOIR (Simone de). Le deuxième sexe, Paris, Gallimard, 1981; MILLET (Kate). La politique du mâle, Paris, Le Seuil (« Points actuels »); FRIEDAM (Betty). La femme mystifiée. Paris. Denoël/Gonthier, 1964.

62 Pour le mouvement féministe avant l’indépendance cf. CHATTER (Souad). La femme tunisienne, citoyenne ou sujet, MTE. 1975. KRAIEM (Mustapha), La destructuration socio-économique et la condition de la femme dans les années 1930 et, surtout KHALED (Ahmed). Tahar Haddad, Tunis. MTE. 1968.

63 CHABBI (Lilia) et ZGHAL (A.). Parole de Femmes, Tunis, Cérès-Productions, 1985.

64 Cf. Cf. MACHAT (Semia), « Femmes et pouvoir en Tunisie », Les Temps Modernes, 1980.

65 Cf. notre article sur l’antinomie entre « droit interne et conventions internationales». Communication trentenaire de la Revue Tunisienne de Droit, 1983.

66 Sur les femmes Islamistes cf. BELHASSEN (Souheir). Annuaire de l’Afrique du Nord, 1979. HERMASSI (El Baki). « La Société tunisienne au miroir islamiste ». Maghreb-Machrek, 103. mars 1984 : 48.

Table des illustrations

Titre Population féminine active occupée âgée de 15 ans et plus selon les secteurs d’activités
Légende Source : Recensements généraux de la population de 1975 et 1984 (INS).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2573/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

Auteur

Soukeïna BOURAOUI, Maître de Conférences (droit prive) à la Faculté des Sciences juridiques et politiques de Tunis.

© Institut de recherches et d'études sur les mondes arabes et musulmans, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540