Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tunisie au présent

 | 
Michel Camau

II - Réformes. L'État tutélaire : système politique et formes sociales

8. L’agriculture : discours et stratégies

Jean-Paul Gachet

Texte intégral

DES CONSTANTES : UNE STRATÉGIE ÉTATIQUE, DES STRATÉGIES PAYSANNES

1Pour un observateur superficiel il apparaît évident que la politique agricole mise en œuvre durant près de trois décennies s’est caractérisée par une allure cahotique, des orientations successives assez contradictoires.

2Je voudrais défendre ici la thèse que sous la paille des vicissitudes et des fluctuations conjoncturelles il y a le grain des constantes.

3Ces constantes concernent, d’une part, la perception de la place de la paysannerie dans la société tunisienne et, d’autre part, le rôle du secteur agricole dans le développement économique du pays.

4Ces constantes peuvent être, dans une certaine mesure, considérées comme l’expression de l’idéologie des couches sociales qui ont conduit la lutte d’Indépendance, conquis le pouvoir, édifié l’État et confié à celui-ci un rôle central dans le développement économique et social du pays.

5Trois constantes essentielles peuvent être dégagées en première analyse :

61 – la paysannerie a toujours été considérée, dans son immense majorité comme une force d’inertie, de blocage, comme un frein à la modernisation de l’agriculture. Sur elle se cristallisent toutes les insuffisances, les faiblesses de la société traditionnelle.

7La paysannerie ne pourra véritablement être le sujet de son propre devenir que si elle est radicalement transformée. Pour cela elle doit être éduquée, guidée, orientée, aidée.

8Ce qu’elle est : son histoire, sa culture, son organisation sociale, sa relation à l’espace, son savoir-faire, ne présente aucun intérêt.

92 – l’agriculture, en tant que secteur économique, a toujours été asservie (au sens cybernétique du terme) à une logique de fonctionnement, à des objectifs économiques qui lui étaient extérieurs et découlaient de la stratégie de développement mise en œuvre.

10Les intérêts divers et multiples des producteurs agricoles ne sont pas immédiatement pris en compte. Il est posé comme un postulat que la politique agricole mise en œuvre les satisfera.

113 – la modernisation de l’agriculture – qui est au centre de la thématique du discours officiel – est essentiellement conçue comme un problème d’adaptation : il s’agit de transformer les structures de production, les mentalités, pour que les technologies les plus performantes soient appliquées avec efficience et rentabilité.

12Efficience et rentabilité sont d’ailleurs les seuls critères qui sont pris en compte en matière de choix technologique. La maîtrise sociale, l’adéquation par rapport à l’organisation sociale, à l’aménagement de l’espace, aux contraintes du milieu physique ne font pas l’objet d’interrogation.

13L’agriculture coloniale est perçue comme un modèle technique.

14Moyennant un ensemble de mesures appropriées : incitations, encouragements économiques et financiers, et l’encadrement renforcé des producteurs la modernisation diffusera spontanément et rapidement.

15Mais à l’analyse, les transformations, les mutations de la société rurale et de l’agriculture au cours des trois décennies révèlent une quatrième constante tout autant déterminante :

164 – les différentes fractions de la paysannerie n’ont jamais cessé de mettre en œuvre des stratégies économiques et sociales satisfaisant leurs intérêts immédiats. Ces stratégies se sont déployées :

  • en interaction constante avec la stratégie de l’État dans la mesure où celle-ci laissait ouverts des espaces de liberté et d’initiative et ne s’accompagnait pas d’un contrôle social empêchant tout détournement légal des moyens mis en œuvre : crédit, subventions, fourniture d’intrants
  • sous l’impact des transformations économiques, sociales mais aussi culturelles et idéologiques qui ont marqué l’ensemble de la société tunisienne : scolarisation massive, urbanisation croissante, croissance des revenus, évolution des modes de comportement, de consommation, des systèmes de valeurs, etc.

17C’est donc l’ensemble de ces constantes qui a constitué la trame de l’évolution de la société rurale, de l’agriculture.

18Stratégie étatique, stratégies paysannes – qui ont été clairement mises en évidences par de nombreux travaux d’agronomes, de sociologues, de géographes, d’économistes et auxquels je ferai référence – se sont jusqu’à présent déployées à travers un jeu subtil d’actions et de réactions marquées par l’ignorance et l’incompréhension réciproques des différents acteurs.

19C’est cette combinatoire non maîtrisée d’alliances, de contradictions qui explique à mon sens les échecs répétés de la stratégie étatique qui n’a jamais atteint les objectifs essentiels qu’elle visait : autosuffisance alimentaire, intégration économique et sociale de la population rurale et paysanne.

20Elle explique également les effets pervers des stratégies paysannes développée exclusivement sur des bases individuelles et familiales – réduction de l’emprise sur le milieu physique (érosion, désertification, épuisement des nappes phréatiques surexploitées), approfondissement de la déstructuration de la société rurale – et qui risquent de compromettre à terme la pérennité de l’activité agricole dans les régions écologiquement fragiles.

21L’enjeu pour l’avenir est bien là : la stratégie étatique peut-elle et à quelles conditions – sociales, économiques, politiques – s’élaborer et se concrétiser sur la base des stratégies paysannes, c’est-à-dire sur la prise en compte de la réalité rurale et paysanne dans toutes ses dimensions ?

22Mais pour que la paysannerie devienne un acteur à part entière ne faut-il pas que celle-ci s’autonomise économiquement, socialement, politiquement par rapport à l’État ? Et ceci sans nier ou effacer la diversité qui la constitue.

23La politique mise en œuvre depuis 1980 – mais qui était déjà en germe à la fin des années 1970 – ne vise-t-elle pas bien plutôt et selon des modalités très diverses mais complémentaires : soutien systématique à l’émergence d’une nouvelle « race d’entrepreneurs agricoles », fixation des populations rurales, (ces modalités apparaissent comme la synthèse des tentatives qui ont caractérisé les deux premières décennies) à mettre l’ensemble de la paysannerie au service du projet étatique ? Projet qui apparaît lui-même asservi à la reproduction de l’ordre social existant.

24Pour étayer mon propos et bien mettre en évidence les constantes qui sous-tendent et inspirent la stratégie étatique, j’analyserai rapidement la thématique du discours officiel sur l’agriculture ; je montrerai en quoi il est constitutif du discours plus global sur l’évolution de la société tunisienne et déterminé par ses conditions sociales, historiques et politiques de production.

25Puis je reprendrai les grandes périodes qui ont marqué l’histoire récente de la Tunisie pour identifier l’évolution de la stratégie agricole étatique sous la pression de la conjoncture et en liaison avec l’évolution de la stratégie globale de développement, les stratégies paysannes et apprécier les conséquences des unes et des autres au regard des objectifs d’autosuffisance alimentaire et de réduction des disparités sociales et régionales.

I – LES DÉTERMINANTS DE LA STRATÉGIE ÉTATIQUE

1) LE DISCOURS OFFICIEL SUR L’AGRICULTURE

26Il ne s’agit pas d’entreprendre ici une analyse structurale de ce discours, des variations de son contenu selon les locuteurs ni de s’interroger sur la perception qu’ont de ce discours les différentes catégories sociales. De telles études mériteraient d’être entreprises pour mieux comprendre comment est perçue et assumée la réalité rurale et agricole du pays.

27Dans l’immédiat, il s’agit de dresser le cadre idéologique à l’intérieur duquel est pensée et élaborée la politique agricole étatique. Ceci, dans le but de mieux fonder ma thèse sur la permanence du projet étatique malgré les variations apparentes et importantes de sa traduction opérationnelle.

28Le discours dont il est question est celui qu’expriment le Président Bourguiba, ses Premiers Ministres, les Ministres de l’Agriculture, et qui est constamment repris et prolongé par les responsables du Néo-Destour puis du PSD, les cadres techniques, les mass-media.

29Il se caractérise par la permanence de sa structuration thématique qui se déploie sur trois axes.

30Un axe central en constitue, en quelque sorte, la charpente. Il est constamment présent. Il transcende les vicissitudes de tous ordres. Il représente la quintessence de la « philosophie agricole » du pouvoir : « il faut moderniser l’agriculture ».

31Un deuxième axe représente le passé, le négatif, ce contre quoi il faut lutter pour moderniser l’agriculture. Il est très fréquent dans le discours, mais il est plus ou moins exprimé selon le public concerné, selon aussi le contexte politique, économique et social et la nécessité de trouver un écho favorable auprès de la paysannerie.

32Un dernier axe représente les perspectives d’avenir et explicite de façon plus ou moins détaillée les objectifs assignés au secteur agricole, la stratégie et les moyens que l’État est décidé à mettre en œuvre pour que ces objectifs soient atteints.

L’axe central du discours

33Il se développe autour de trois thèmes :

L’exigence de la modernisation de l’agriculture

34C’est la condition incontournable de son développement. Cette affirmation va de soi. C’est une évidence.

35Pour la justifier, on invoquera l’importance économique et sociale de l’agriculture pour l’avenir du pays. Selon les époques on parlera de l’agriculture comme « la colonne dorsale de l’économie nationale », « la priorité des priorités ». On dira aussi qu’elle est « un gage de la stabilité sociale et politique ». Ces derniers temps, on souligne « la vision révolutionnaire et civilisationnelle et non seulement économique » qu’exprime la « priorité accordée à l’agriculture» (M. Mzali, le 22/6/1982, dans son discours de présentation des orientations du vie Plan devant l’Assemblée Nationale).

36On se référera également aux objectifs économiques et sociaux qu’elle permettra d’atteindre : autosuffisance alimentaire, – gage d’indépendance – création d’emplois, contribution à l’équilibre régional et social.

37Le contenu et la signification de la modernisation ne sont pas clairement définis, explicités. On peut seulement les appréhender indirectement : par les connotations qui accompagnent le terme de modernisation ou se substituent à lui (rationalisation, nouvelles méthodes, méthodes scientifiques de gestion, de travail de la terre, industrialisation) ; par les exemples d’agriculture moderne qui sont fréquemment cités (grandes exploitations mécanisées, périmètres irrigués, élevages industriels ou intensifs, serres) ; par les comparaisons qui sont faites entre l’agriculture et l’industrie. La production industrielle, comme le soulignait M. Hédi Nouira devant l’Assemblée Nationale, le 17/12/1975, « a le mérite d’être régulière et de se prêter à une planification précise, quasi-mathématique... Certes la production doit être écoulée mais elle est maîtrisée ».

38Du point de vue de la maîtrise du processus de production, l’agriculture et plus particulièrement l’agriculture sèche, apparaît relever du domaine de l’impondérable, de l’aléatoire, du non planifiable, du non reproductible. Il faut donc « la soustraire autant que possible à l’influence négative des conditions climatiques » dira M. Nouira dans le même discours.

39Toujours dans le cadre de cette opposition agriculture-industrie, celle-ci apparaît aussi comme le domaine de l’extrême diversité, de l’hétérogénéité non saisissable alors que la production industrielle peut se reproduire identiquement à elle-même quels que soient les lieux.

40L’agriculture est donc regardée à travers le prisme déformant d’une vision taylorienne de l’organisation industrielle dans laquelle les producteurs sont totalement asservis au processus de production.

41Enfin l’agriculture est perçue comme l’expression d’une société rurale frustre, brutale, quelque peu indisciplinée, anarchique. C’est sans doute pourquoi, comme ne cesse de le dire M. Mzali : « il faut civiliser, moderniser le monde rural et non plus ruraliser la cité » (interview à l’Agence UPI, le 19/7/1981).

L’État fait tout ce qu’il faut dans le sens de la modernisation

42Il assure le financement et la mise en place des infrastructures de production : barrages, périmètres irrigués ; de transformation et de stockage de la production. Il accorde le crédit et les subventions. Il élabore et conduit les programmes de vulgarisation, de recherche. Il assure la formation des cadres. Il contribue à organiser les producteurs, les aide à écouler leurs productions. Il crée des pôles de modernisation sur les exploitations étatiques et coopératives.

43En un mot, l’État, à l’image du Président, « ne cesse de manifester sa sollicitude active à l’égard des agriculteurs ».

La concrétisation des objectifs dépend essentiellement des agriculteurs.

44Certes les conditions climatiques sont loin d’être toujours favorables. Mais les aléas du climat ne doivent pas être une excuse, un alibi pour justifier les insuffisances, les faiblesses du secteur agricole et les écarts entre les objectifs visés et les résultats obtenus.

45Tout dépend de la volonté, du dynamisme, de la compétence, de la capacité d’initiative, d’organisation des agriculteurs afin que soient bien valorisés tous les moyens que l’État ne cesse de mettre à leur disposition.

46Pour que les agriculteurs soient à la hauteur de leurs responsabilités vis-à-vis de la collectivité nationale et de la grande confiance que leur témoigne l’État, il est indispensable qu’ils changent de mentalité. Ils doivent devenir de véritables entrepreneurs.

47C’est ce que disait M. Hédi Nouira lors d’un meeting à Béjà en janvier 1971 :

48« Les agriculteurs sont invités à s’atteler à la tâche avec enthousiasme et courage, dans la confiance retrouvée.

49... Ils doivent prendre conscience du rôle qui leur échoit dans le décollage économique, la prospérité du pays et son développement qui ne sont convenables que si le secteur agricole est florissant.

50A cet effet ils doivent se débarrasser des mentalités rétrogrades et des méthodes archaïques de culture pour adopter les procédés modernes de mise en valeur basés sur des techniques scientifiques. La paresse, la passivité et surtout cette tendance à tout attendre de l’aide de l’État doivent disparaître.

51L’amélioration du rendement dépend en premier lieu et davantage de la volonté de l’exploitant que de crédits qui ne peuvent suppléer l’ardeur et les efforts individuels ».

52C’est ce qu’il redira en décembre 1978, en présentant le budget pour 1979 devant l’Assemblée Nationale :

53« Il nous faut d’abord moderniser l’exploitation de la terre.

54... Le problème, actuellement, est de faire de telle sorte que l’élément humain tunisien s’adapte aux réalisations considérables faite par l’État chaque année.

55Il est donc nécessaire de former une main d’œuvre agricole, des agriculteurs au fait des méthodes modernes et convaincus de leur efficience ».

56C’est enfin ce qu’il répétera peu de temps avant son remplacement, à Jendouba à la clôture des Journées d’Etude pour le Développement Agricole (La Presse du 11/1/1980) :

57« L’essentiel est de mettre en œuvre la compétence de l’homme et la volonté de l’agriculteur pour mobiliser au maximum les potentialités que l’environnement naturel recèle en vue de produire davantage de richesses.

58Il faut vulgariser dans cette région l’usage des techniques les plus modernes afin de faire progresser l’agriculture jusqu’à en faire une agriculture entièrement mécanisée et industrialisée... ».

59Ce sont des termes très analogues qu’utilisera Mohamed Mzali devant l’Assemblée Nationale, en juin 1982, en présentant la politique agricole du vie Plan :

60« La promotion de l’agriculture est liée étroitement à l’évolution des mentalités. Elle exige nécessairement une révolution psychologique et culturelle de nature à éliminer les habitudes archaïques et les modes de pensée figée, accumulés au fil des ans qui inhibent l’imagination et la créativité et les figent dans des moules stéréotypés qui ont perdu tout rapport avec la réalité vivante et ne sont plus que formes vides entravant toute réforme et toute innovation ».

L’axe négatif des contraintes du passé et du présent

61Beaucoup d’obstacles se dressent sur la voie de la modernisation. Deux d’entre eux sont systématiquement cités, comme nous venons de le voir : l’archaïsme des techniques de production, mises en œuvre dans des structures foncières inappropriées ; le vieillissement de la population agricole aggravé par la désaffection des jeunes pour le travail de la terre.

62Ceci explique le maintien d’un esprit plus ou moins fataliste, attentiste et méfiant à l’égard des techniques modernes de production, d’un esprit individualiste qui va à rencontre de l’organisation coopérative.

63Les jeunes « fascinés par les lumières de la ville » trouvent que le travail de la terre est socialement et économiquement dévalorisant surtout lorsqu’ils ont été scolarisés. Ils préfèrent aller grossir le flot des sans-emploi urbains plutôt que s’adonner aux travaux des champs.

L’axe positif des perspectives d’avenir

64Il a pour fonction de préciser les objectifs à atteindre et les moyens qui sont et seront mobilisés à cet effet. Les objectifs témoignent d’une relative constance : renforcer l’intégration du secteur agricole dans le tissu économique national, c’est-à-dire intensifier, diversifier, les liaisons avec les secteurs industriels en amont et en aval (il faut « industrialiser » l’agriculture comme il faut « urbaniser » la société rurale) ; assurer l’autosuffisance alimentaire, condition vitale de l’indépendance nationale ;- contribuer à la création d’emplois valorisant au maximum les potentialités physiques et en particulier les ressources hydrauliques mobilisées à grand renfort d’investissement financés par l’État ; dégager des excédents exportables ; contribuer à un meilleur équilibre régional et social.

65Concernant les moyens, la thématique s’avère plus sujette à variation car elle exprime très directement les options qui structurent la stratégie globale de développement du pays.

66Elle met donc en relief les éléments qui sont jugés déterminants pour assurer la modernisation de l’agriculture.

67Comme nous le verrons plus avant en analysant l’évolution opératoire de la stratégie étatique l’accent au cours des années passées a été mis successivement sur la réforme des structures agraires, le crédit, l’aide aux investissements et l’intégration agro-alimentaire comme élément moteur et vecteur de la modernisation.

2) ORIGINES SOCIALES ET HISTORIQUES DU DISCOURS - SA FINALITE POLITIQUE

  • 1 Amrani (Fadila). Réforme agraire et système politique : le cas de la Tunisie 1960-1969. Thèse de D (...)

68Comme de nombreuses études l’ont très clairement mis en évidence, le thème de la modernisation est un élément central du projet bourguibien1. L’idéologie modernisatrice concerne tous les aspects de la société tunisienne : institutions politiques, structures de production, relations sociales et économiques, mentalités.

69Ce thème sera donc au centre du discours du Néo-Destour dès sa création. Il deviendra celui de l’État une fois l’Indépendance acquise. Il constituera le leitmotiv et l’argument légitimant les interventions de l’administration et du pouvoir technocratique dans les différents secteurs économiques.

70Mais il est important de mettre en évidence dans quel contexte idéologique ce thème s’est développé et la fonction politique du discours dans lequel il est intégré.

Un discours socialement et idéologiquement polarisé

71C’est celui des couches sociales induites par la pénétration de la société industrielle sous l’impact de la colonisation, et des nouvelles élites issues pour l’essentiel du collège Sadiki.

72Les unes et les autres constituent ce que certains ont appelé « le pôle extraverti modernisé » et au sein duquel le Néo-Destour va recruter la majorité de ses dirigeants et militants.

  • 2 Camau (Michel). Amrani (Fadila), Ben Achour (Rafâa). Contrôle politique et régulations électorales (...)

73Ce pôle se caractérise par ses origines urbaines ; son « attachement aux normes et valeurs instrumentales occidentales de rationalité, d’efficacité, de rentabilité » ; « son aspiration au progrès économique, au développement, à la croissance industrielle »2.

74La modernisation de l’agriculture aura donc une connotation quelque peu anti-paysanne, dans la mesure où les pratiques paysannes n’apparaissent pas guidées par la rationalité technicienne et économique.

75La modernisation sera conçue comme la transposition de la rationalité industrielle.

76« La terre ne doit plus être exploitée selon les procédés archaïques, les domaines modernes doivent désormais s’apparenter aux usines employant ingénieurs, contremaîtres et main-d’œuvre spécialisée » dira le Président Bourguiba le 21/10/1961 à Korba.

77Le modèle technique qui sera le vecteur opérationnel de la modernisation est fourni, dans une certaine mesure, par l’agriculture coloniale, comme le dira à Tozeur, en octobre 1964, le Président Bourguiba :

78« Pour tirer de la terre ce qu’elle peut donner il est nécessaire de mettre à profit les techniques modernes... L’exemple des anciens colons français est là pour nous édifier ».

Un discours de « rassemblement consensuel »

79Pour mener le combat politique le Néo-Destour et son leader vont développer un discours permettant de rallier la majorité de la population tunisienne et principalement la paysannerie qui était très attachée « au système de normes et de valeurs traditionnelles ».

80Dans ce but est élaboré une « thématique du consensus ou de l’organisation de la différence » qui va gommer ou minimiser les différences, les disparités économiques et sociales, c’est-à-dire les conditions concrètes de vie et de travail. Cette thématique va s’articuler autour de notions très générales telles que le progrès social, la transformation des mentalités, la croissance économique, la justice sociale.

81La modernisation apparaît tout à la fois comme la condition et le moyen de concrétisation de cette constellation consensuelle. Ses conditions sociales et économiques d’effectuation ne sont jamais définies. C’est fondamentalement une affaire de bonne volonté, de courage, de détermination.

  • 3 Id.

82Ce qu’il est important de souligner ici, selon les auteurs déjà cités, c’est que l’État se voit confier la fonction d’effectuation, de concrétisation du consensus. « L’État est posé comme agent conciliateur des intérêts politiques, économiques et culturels des Tunisiens »3.

83L’État transcende les intérêts catégoriels et particuliers. Il sera seul en mesure d’apprécier le contenu, les formes, les modalités de la modernisation qu’il veut appliquer à l’ensemble de la société.

84La pertinence de celle-ci sera essentiellement appréciée par ses caractéristiques techniques intrinsèques : efficacité, productivité, rentabilité (souvent déterminée dans un autre environnement social, économique et technique) et donc sa cohérence par rapport au projet global dont l’État a la charge.

85S’interroger sur le contenu de la modernisation, mettre en doute sa non-neutralité sociale, son inadéquation par rapport aux contraintes sociales et physiques seront perçus comme une remise en cause de la validité du projet étatique, comme une menace pesant sur le consensus social et finalement comme une attaque à l’encontre de la légitimité du pouvoir.

Un discours au service de la « mobilisation étatique descendante »

86Cette exigence de mobilisation découle logiquement du rôle de conciliateur dévolu à l’État.

87Pour éviter les interrogations, les doutes quant à la validité des interventions modernisatrices de l’État celui-ci doit mobiliser la population derrière lui. C’est-à-dire susciter et entretenir un climat d’adhésion et d’enthousiasme favorable à ses interventions.

88Pour cela l’État doit apparaître comme le fidèle interprète « des besoins, aspirations et frustrations en termes de normes et de valeurs à promouvoir, combattre et sauvegarder », c’est-à-dire dans des termes déconnectés de tout ancrage matériel concret.

89La responsabilité du citoyen, du producteur ne peut se manifester que par l’intensité de son adhésion, de sa participation, de sa mobilisation au service du projet modernisateur.

90La finalité mobilisatrice du discours sur la modernisation entraîne une confusion entre les orientations proprement politiques de la stratégie de développement et les modalités techniques de sa concrétisation.

91C’est ce qui explique les tendances autoritaires que manifestent souvent nombre de cadres techniques dans leurs rapports avec les agriculteurs.

92D’autant plus qu’un discours mobilisateur tend, dans sa logique même, à simplifier, pour ne pas dire caricaturer les enjeux et à procéder par oppositions quelque peu manichéennes : moderne-archaïque, rationel-irrationnel.

3) LA TRADUCTION TECHNIQUE DU DISCOURS SUR LA MODERNISATION

93A partir de ce que nous avons mis en évidence nous sommes en mesure de dégager les postulats conceptuels implicites qui vont sous-tendre la stratégie étatique, à savoir :

  • la dualité structurelle, économique, technique, sociale, culturelle de l’agriculture (comme de toute la société). A une agriculture « moderne », mécanisée, exploitant de grandes surfaces, orientée vers le marché national et international est opposée une agriculture traditionnelle, pratiquant des techniques archaïques dans des structures inadaptées, enfermée dans une économie de subsistance ;
  • la réalité autour de laquelle s’articule le discours pour susciter l’adhésion, pour mobiliser, est essentiellement une réalité économique. L’agriculteur est perçu – ou voulu – comme un pur entrepreneur schumpétérien mû, dans ses décisions, ses choix techniques, uniquement par la recherche du gain, de la rentabilité économique ;
  • le processus technique et organisationnel qui doit conduire la paysannerie sur la voie de la modernisation est conçu comme unique, homogène, indépendant des conditions concrètes dans lesquelles vivent les agriculteurs.
  • 4 Amrani (F.), op. cit. : 393.

94Cette conception univoque du processus technique de modernisation n’est certainement pas indépendante de la perception qu’a l’État de l’ensemble de la population et du rôle de rassembleur unanimiste qu’il s’attribue en liaison avec le Parti. Face à une société perçue comme un « tout indifférenciable » pour reprendre les termes de F. Amrani, ou comme une grande famille, l’État et le Parti ne peuvent « qu’extérioriser une formulation unique et globale » du processus de modernisation4.

95Prisonnier de sa vision homogénéisante de la société et de son projet de rassemblement consensuel le pouvoir tend à « illégitimer » les clivages sociaux et économiques. Il se refuse plus ou moins consciemment à les prendre en compte pour élaborer et mettre en œuvre ses propositions et orientations modernisatrices.

96Se refusant à ausculter la réalité sociale pour la mieux comprendre et donc mieux maîtriser sa transformation, le pouvoir l’occulte.

  • 5 Gachet (Jean-Paul). « Choix technologiques et formation dans l’agriculture tunisienne » in La poli (...)

97Ces postulats sont d’autant plus prégnants que la majorité des cadres techniques, comme nous l’avons montré par ailleurs5 n’acquièrent pas au cours de leur formation, ni l’ancrage historique et culturel, ni les outils méthodologiques et critiques leur permettant de véritablement comprendre la société rurale, les logiques paysannes.

98Ils reproduisent souvent « l’idéologie du mépris ». Ils se font inconsciemment les propagandistes de la modernisation mimétique.

99Ils ne sont pas en mesure de dialoguer avec les paysans pour faire avec eux, œuvre de discernement technologique et être ainsi des vecteurs, des promoteurs d’alternatives appropriées c’est-à-dire répondant d’abord aux besoins des producteurs et respectueuses des contraintes du milieu.

100Ce syndrome de la malformation transparait dans les programmes de développement rural, de vulgarisation, de recherche.

  • 6 Chennoufi (Amhed). « Problématique de l’information agricole et du développement de l’agriculture» (...)

101L’agriculteur comme l’a bien mis en évidence A. Chennoufï à propos de l’information agricole « est presque toujours considéré comme un acteur qui a à apprendre le rôle qu’il doit jouer »6.

102L’État se considère légitimement comme son tuteur. Il doit l’éduquer, le guider, l’orienter.

103Prisonnier de la vision, quasi schizophrène, qu’il projette sur la réalité rurale et agricole, perçue comme absence de rationalité, refus de l’innovation, immobilisme, l’État n’est pas en mesure de saisir les dynamiques économiques et sociales qui y sont en œuvre.

104Et s’il les saisit ce n’est que dans la mesure où elles apparaissent susceptibles de remettre en cause le consensus politique qui est l’objectif constamment poursuivi. Mais cela ne modifie en rien les constantes idéologiques qui inspirent son action. Ce sont les moyens mobilisés, les modalités des interventions étatiques qui seront modifiés afin de rétablir le consensus.

105C’est ce que nous allons montrer à présent en explicitant les différentes expressions de la stratégie étatique et en identifiant par quelques exemples les contre-stratégies paysannes qui se sont progressivement élaborées au cours des deux dernières décennies.

II - LA MODERNISATION IMPOSÉE, CENTRALISÉE DE LA DÉCENNIE 1960

1) COURTE PRÉFACE LIBÉRALE : PRIVATISATION ET ÉTATISATION DES TERRES

106Durant les premières années de l’Indépendance l’État se veut libéral et intervient peu dans les différents secteurs économiques.

107Dans le domaine agricole il va chercher par la voie législative à modifier les structures foncières.

108Il favorise l’appropriation et l’exploitation privatives de la terre : suppression des habous privés et mixtes (loi de juillet 1957), modification du régime des terres collectives permettant leur lotissement aux bénéfices des ayant-droit (lois de septembre 1957 et juillet 1959).

109Il s’assure également le contrôle d’une partie du patrimoine foncier : suppression des habous publics en mai 1956 et incorporation aux terres domaniales ; rachat de terres coloniales.

110Il est cependant envisagé qu’une partie de ces nouvelles terres domaniales pourra être, à terme plus ou moins rapproché, rétrocédée à des particuliers.

111Ces diverses mesures vont déclencher dans la paysannerie une dynamique d’attachement sécurisant à la terre qui va accélérer le processus déjà bien avancé d’éclatement des communautés villageoises et pastorales.

112Parallèlement, commencera à se constituer une nouvelle catégorie de propriétaires fonciers avec le rachat de terres coloniales par des commerçants, des professions libérales. Sur le moment ces nouveaux propriétaires réalisent un placement de sécurité. Ils n’exploitent pas directement leurs terres mais les donnent en métayage ou en fermage. Du fait de leur assise financière ils auront aussi la possibilité d’étendre leur contrôle foncier par l’acquisition et la location de matériel agricole.

113Pour résorber en partie le chômage dans les zones rurales l’État va ouvrir des chantiers pour des travaux de reboisement, de conservation des eaux et du sol. Ces chantiers seront destinés aux « sans terre » qui constituent la majorité de la population rurale. Mais de nombreux petits agriculteurs y trouveront une opportunité pour améliorer leur situation. Pour se libérer dans ce but d’une partie de leurs activités agricoles ils commenceront à avoir recours à la location de matériel. Ce processus de contrôle indirect sur le foncier par la possession des moyens mécaniques de production contribuera à polariser socialement la paysannerie.

2) L’INTERVENTIONNISME DE L’ÉTAT DÉBOUCHE SUR LA COO-PÉRATIVISATION

114Devant les réticences des entrepreneurs et agriculteurs privés à investir et à moderniser leurs entreprises et exploitations, l’État se décide à intervenir plus directement :

115En 1958 est instaurée la réforme agraire dans les périmètres publics irrigués de la Basse vallée de la Mejerda.

116L’État étend ses travaux de mise en valeur, de drainage et d’irrigation dans le Centre et le Sud.

117Plus significatif et décisif pour l’avenir : en 1961, sont publiées les Perspectives Décennales qui fixent le cap du développement coopératif de l’agriculture.

118C’est un tournant qui consacre l’émergence et l’extension du pouvoir des planificateurs. Alliés à la nouvelle génération de cadres techniques et administratifs et sensibles comme ces derniers à l’influence des syndicalistes ils vont s’engager résolument dans la voie coopérative.

119Toute une série de mesures sont alors prises dans ce sens :

120En 1961, est créé l’Office des Terres Domaniales qui doit gérer les terres de l’État soit directement, soit en les louant à des agriculteurs en ayant les moyens. Cet Office manquera de moyens pour gérer effectivement l’ensemble du patrimoine foncier.

121La loi du 27 mai 1963 institue le système coopératif en permettant la création de coopératives de production dans le Nord, de coopératives de polyculture et de mise en valeur dans le Centre et le Sud, de coopératives de service.

122La même loi étend à l’ensemble des périmètres publics irrigués la loi de réforme agraire de 1958.

123Enfin, en mai 1964, l’État nationalise l’ensemble des terres coloniales.

124Les planificateurs et les technocrates ont désormais en mains les moyens fonciers pour engager sérieusement la réforme des structures agraires.

125Cette réforme vise fondamentalement à absorber la petite et moyenne paysanneries dans des structures de production suffisamment importantes pour être économiquement modernisées. Cette restructuration foncière et technique doit permettre d’atteindre plusieurs objectifs nationaux : une modernisation accélérée de l’agriculture susceptible d’assurer les besoins alimentaires du pays et d’intensifier l’accumulation économique, condition de financement de l’industrialisation du pays ; l’intégration économique et sociale de la paysannerie.

  • 7 Secrétariat d’État au Plan et aux Finances. Perspectives décennales de développement 1962-1971. Tu (...)

126Comme le précisaient les Perspectives Décennales : « seule une organisation collective est à même de concourir à la révolution décisive et irréversible de l’agriculture en vue d’une symbiose complète avec les autres secteurs de l’économie nationale »7.

127Il ne s’agit pas ici de reprendre l’historique de la réforme des structures agraires. D’excellents et passionnants travaux lui ont été consacré. Nous essaierons d’en dégager les conclusions essentielles qui éclairent notre propos sur la stratégie étatique et les stratégies paysannes.

3) LES STRATÉGIES

  • 8 Amrani (F.), op. cit. : 794.

128La stratégie étatique visait à faire disparaître la paysannerie traditionnelle en la transformant en une « unique et nouvelle classe paysanne »8.

129On a voulu faire de la masse paysanne une sorte d’entrepreneur collectif mû essentiellement par une préoccupation d’efficacité technique de rentabilité économique, capable de l’initiative que lui permettait théoriquement le cadre coopératif.

130Mais ce projet de rénovation radicale de la paysannerie assurant son assujettissement aux objectifs de l’État a finalement achoppé sur ses conditions politiques, économiques et sociales de mise en œuvre.

  • 9 Kamelgarn (Daniel). «Stratégies de self-reliance et système économique mondial: l’expérience tunis (...)

131La mise en coopérative a été le plus souvent vécue comme une spoliation, une véritable dépossession et non comme une sorte d’élargissement de la propriété et d’accès au statut d’entrepreneur collectif, surtout après l’exacerbation de l’attachement à la terre qu’avait suscitée la législation foncière des années précédentes. Elle s’est avérée, d’autre part, synonyme de paupérisation pour une partie importante des petits et moyens agriculteurs dépossédés de leurs terres, en totalité ou partiellement et qui n’ont pu être intégrés aux coopératives comme actifs. Ils sont allés alimenter les chantiers de lutte contre le sous-développement mais aussi l’exode rural et le flot migratoire qui commencèrent à croître au cours des années 1965-669.

132Enfin, elle s’est traduite par une démobilisation croissante des coopérateurs actifs du fait de la précarité de leurs revenus, de la dévalorisation de leur statut social pour ceux d’entre eux qui étaient auparavant petits et moyens propriétaires et disposaient de ce fait d’une certaine autonomie et capacité d’initiative dans la conduite de leur exploitation, l’organisation de leur travail.

133L’ensemble des coopérateurs est de plus en plus marginalisé dans leur pouvoir d’orienter le fonctionnement des unités de production. Celui-ci est progressivement accaparé par les cadres techniques et administratifs. Les interventions des différentes instances politiques et administratives d’orientation et de contrôle se multiplient.

134A ces raisons internes au système coopératif s’en ajoutent d’autres non moins déterminantes et qui ont, dans une certaine mesure, conditionné les premières.

135Les coopératives se sont heurtées à des difficultés de financement et, partant, d’investissement et d’équipement du fait des réticences de la Banque Nationale de Tunisie et de la Banque Mondiale lorsque, en 1968, a été prise la décision d’étendre le système coopératif à l’ensemble de l’agriculture. Elles ont rencontré également une hostilité croissante de la part de couches sociales se sentant menacées dans leurs intérêts, moyenne et grande paysanneries, bourgeoisie capitaliste naissante.

136Les stratégies paysannes ont été, pour l’essentiel des stratégies de résistance passive, de survie, de sortie temporaire ou définitive, partielle ou totale de l’agriculture, qui n’excluaient pas des explosions de violences sporadiques.

137Les principales voies de sortie ont consisté dans le salariat, occasionnel ou permanent, dans le cadre des chantiers de lutte contre le sous-développement, dans les activités extra-agricoles qui se développaient alors (bâtiment, travaux publics), et, enfin, dans l’émigration, pour les paysans sans terre et la fraction de la petite paysannerie non intégrée dans les coopératives.

138Quant à la moyenne et à la grande paysanneries, leur méfiance croissante à l’égard de la politique étatique s’est traduite par une activité agricole « ralentie » et une limitation des investissements. Ont été privilégiés les investissements à productivité différée, ceux bénéficiant des aides de l’État (arboriculture) ou permettant une décapitalisation plus facile et rapide en cas de coopérativisation forcée (achat de bétail).

139Ces mêmes fractions ont développé une stratégie de sortie partielle de l’agriculture (par la location de matériel agricole dans la limite émanant de la partie non-coopérativisée de la paysannerie) ou totale (investissements extra-agricoles : immobilier, agro-alimentaire).

  • 10 Sur l’expérience des coopératives, voir notamment : Zamiti (Khalil). « Les obstacles matériels et (...)

140Mais quelles qu’aient été ces stratégies, l’ensemble de la paysannerie a été profondément meurtrie, traumatisée par «l’expérience coopérative »10. C’est ce qui explique le joyeux soulagement qui accompagna la chute de celui qui symbolisait une politique honnie.

141Le syndrome coopératif sera long a disparaître. La méfiance à l’égard de la politique officielle se dissipera avec difficulté. Elle se traduira, comme nous le verrons par la suite, par une grande réserve vis à vis des techniciens du ministère de l’Agriculture et de leurs propositions techniques. Une partie de la paysannerie est prête à saisir toutes les opportunités qui s’offriront à elle pour s’autonomiser par rapport aux incitations étatiques. C’est ce qui caractérisera l’évolution de l’agriculture durant la décennie 1970.

142Le développement du système coopératif a suscité l’émergence d’une nouvelle force sociale concernée par le devenir de l’agriculture. Cette force a été constituée par les nombreux techniciens et administratifs qui ont encadré l’appareil coopératif.

  • 11 Amrani (F.), op. cit. : 615 et 624.

143La majorité de ces cadres se sont activement mobilisés dans la mise en œuvre du projet coopératif. « Ils ont tous reproduit l’idéologie technico-modernisatrice des planificateurs »11.

  • 12 Amrani (F.), op. cit. : 615 et 624.

144Ils n’ont pas compris les réactions des coopérateurs. Ils n’ont pas non plus perçu « l’inadéquation entre le projet coopératif et le tissu social dans lequel ce projet devait s’inscrire ». Cela n’a fait que renforcer leur méfiance à l’égard des coopérateurs et ils ont eu « tendance à reproduire les relations d’autorité dans lesquelles ils étaient insérés »12. D’autant que l’extension du système coopératif a contribué à accroître leur pouvoir social dans les campagnes et à assurer à certains d’entre eux des possibilités d’ascension sociale importantes.

145Une fois remis en cause le projet coopératif cette force technocratique ne disparaît pas. Elle va, pour l’essentiel, se redéployer dans les différents services et organismes du Ministère de l’agriculture. Regrettant le pouvoir perdu et le projet modernisateur avorté elle ne modifiera guère sa perception de la paysannerie, de l’agriculture, sa conception du contenu et des modalités de la transformation et de la modernisation de l’une et de l’autre.

4) L’IMPACT DE LA MODERNISATION IMPOSÉE

146En dépit de son échec et de son arrêt brutal la modernisation imposée de la décennie 1960 a initié un processus de transformation profonde de la société rurale, de l’agriculture.

147Elle a remodelé les structures agraires et réaménagé les paysages, qui portent encore les traces de ce qui a été entrepris en matière de reforestation, de lutte contre l’érosion, de plantations arboricoles. Elle a également accru le potentiel productif avec l’extension des surfaces irriguables, qui atteignaient 110 000 hectares à la fin de la décennie contre 65 000 estimés en 1965. Elle a, par ailleurs, amorcé une diversification des systèmes de production, avec l’accroissement des surfaces fourragères entraîné par le développement de l’élevage. Elle a, enfin, initié une politique active de recherche et de formation des cadres.

148Mais l’ensemble de ces mesures et actions n’a pu être mené à bien en raison des difficultés de financement déjà signalées.

  • 13 Boudhiaf (Messaoud). Stratégies de développement agricoles en Tunisie depuis l’Indépendance. Thèse (...)

149Après une évolution satisfaisante durant le premier Plan Triennal (1962-1964) où ils ont atteint 21,7 % des investissements totaux13, les investissements agricoles ont stagné en valeurs absolue et relative durant le Plan Quadriennal 1965 – 1968 en raison des réticences du secteur privé et d’une crise de financement de l’État.

150Durant toutes ces années, l’État et les entreprises publiques ont assuré l’essentiel des investissements : 70,9 % au total, mais 89,9 % des investissements productifs à long terme et seulement 10,1 % des investissements à productivité immédiate. L’affectation sectorielle des investissements illustre bien les stratégies précédemment évoquées.

151L’État et les entreprises publiques se sont principalement concentrés sur les secteurs permettant de créer le maximum d’emplois : aménagement de l’espace, hydraulique, plantations (le budget de l’État leur a consacré respectivement 35,4 %, 42,5 % et 9,9 % de ses moyens) et d’accroître à terme la production.

152Le secteur privé s’est limité, du fait de la conjoncture incertaine, à investir à court terme en préservant l’avenir : 86 % de ses investissements ont été consacrés à la mécanisation et à l’arboriculture.

  • 14 Note du Ministre de l’Agriculture en date du 25 mai 1972.

153La structure du financement est également très révélatrice des ambiguïtés de la stratégie mise en œuvre : le budget de l’État a financé 54,2 % du total des investissements, l’aide extérieure hors budget 18,4 %, l’autofinancement 19 % et les crédits bancaires 8,4 %. 70 % des crédits bancaires ont été destinés au secteur coopératif durant la décennie 1962-7114 et se sont concentrés sur la mécanisation (36 %), les plantations (34 %), l’élevage (10,1 %).

  • 15 Boudhiaf (Messaoud), op. cit.

154L’effort de l’État dans les secteurs où il a concentré ses interventions a été systématiquement appuyé par l’aide extérieure : pour les trois secteurs de l’aménagement de l’espace, de l’hydraulique et de la recherche et des études, cette aide a représenté 24,5 % du financement. Ces trois secteurs ont consommé 84,2 % du total de l’aide. M. Boudhiaf estime que la part de celle-ci dans les investissements a été supérieure15.

155C’est l’ensemble de ces éléments qui explique que si l’agriculture s’est transformée, les résultats obtenus en termes d’accroissement de la production, de renforcement de l’intégration du secteur agricole dans le tissu économique national n’ont pas été à la hauteur des objectifs fixés.

156Alors que de 1960 à 1964 la production agricole avait crû à un rythme soutenu de 4 % par an elle a stagné durant les années suivantes. En 1969 la valeur de la production – au prix de 1960 – retrouve tout juste le niveau moyen de la période 1960-64. Pour la période 1965-69 la valeur de la production agricole représente 18,2 % du PIB contre 23,7 % durant la période 1960-64.

  • 16 Boudhiaf (Messaoud), op. cit. p. 6 à 15 et 165 à 172.

157Comme l’a montré Boudhiaf16, en reconstituant les tableaux d’échanges intersectoriels pour les années 1957 et 1972, l’évolution du secteur agricole durant la décennie 1960 s’est traduite par la réduction de sa place dans l’économie nationale et par un renforcement de ses relations avec les différentes branches de l’économie nationale.

  • 17 Boudhiaf (Messaoud), op. cit. p. 168.

158Le secteur agricole reste « un secteur clé en termes de sa contribution à la production nationale et pour la consommation finale ». Il continue d’employer près de 30 % de la population active17.

III - LA MODERNISATION ENCOURAGÉE PAR LE CRÉDIT

1) UN NOUVEAU CONTEXTE - UNE NOUVELLE STRATÉGIE DE DÉVELOPPEMENT AU SEUIL DES ANNÉES 1970 UNE SITUATION NOUVELLE EST CRÉÉE.

159Le processus de coopérativisation a été définitivement stoppé. La loi de septembre 1969 permet aux agriculteurs qui le désirent de récupérer leurs terres et de quitter les coopératives. Un très grand nombre d’entre elles sont dissoutes.

160L’État est décidé à limiter son emprise directe sur le secteur agricole. Il va se dessaisir progressivement par la vente et la location de la plus grande part de son patrimoine foncier. En 1974 le Ministre de l’Agriculture annoncera que le secteur domanial se limitera dans l’avenir à 330 000 hectares.

  • 18 Boudhiaf (Messaoud), op. cit. p. 178.

161Les procédures de liquidation et de privatisation des terres collectives sont accélérées. Le secteur privé des moyens et grands agriculteurs va se renforcer à cette occasion. De même, s’étendra le contrôle foncier de ce que nous avons précédemment identifiés comme les nouveaux entrepreneurs agricoles. Ces phénomènes seront renforcés par l’incapacité où se trouvera une partie de la petite paysannerie de reconstituer et d’exploiter ses terres et qu’elle louera aux moyens et grands agriculteurs ou qu’elle exploitera en ayant recours à leurs services. Durant les premières années de la décennie 1970 on assistera donc à un certain accroissement de la concentration foncière18.

  • 19 Fettini (Habib). Recherche sur les deux modèles coopératif et d’import-substitution 1960-1970. Thè (...)

162L’État modifie radicalement sa stratégie globale de développement. Après la stratégie relativement autocentrée et d’import-substitution de la décennie précédente, il s’oriente résolument vers l’intégration de l’économie tunisienne à la division internationale du travail fondée sur la promotion de l’export-substitution et le développement de la sous-traitance19.

163La nouvelle politique agricole sera assujettie aux contraintes découlant de cette stratégie : c’est-à-dire assurer autant qu’elle le pourra la reproduction à faible coût de la force de travail pour permettre le maintien du seul avantage comparatif dont dispose la Tunisie pour la concrétisation de cette stratégie extravertie : le faible niveau de rémunération de la main d’œuvre. Il faudra donc limiter les prix à la consommation en pesant sur les prix à la production, et en ayant recours aux importations.

164Pour que la production agricole soit cependant stimulée et que le secteur se modernise l’État met en place une politique de subventions, de stimulations, d’encouragements. Sa philosophie est désormais : la modernisation par le crédit.

2) LA STRATÉGIE AGRICOLE DE L’ÉTAT

165Les objectifs de l’État dans le domaine de l’agriculture sont donc assez profondément modifiés mais son analyse de la réalité rurale et agricole reste fondamentalement la même.

166Aussi est-ce seulement la méthode d’intervention qui va changer pour promouvoir la modernisation : elle sera plus incitative, moins autoritaire. Mais elle n’accordera pas plus de place et d’intérêt aux situations réelles, aux besoins et attentes des agriculteurs.

167L’orientation générale est définie très rapidement après le changement de cap de 1969 comme en témoigne la conférence donnée à Béjà en mars 1971 par M. Mustapha Zaanouni, alors Secrétaire d’État à l’Agriculture, sur le thème « Forces et faiblesses de l’agriculture tunisienne ».

168Il est significatif que l’échec de la coopérativisation soit présenté comme « dû, moins aux principes de la réforme, qu’aux nombreuses erreurs commises dans son application ». C’est-à-dire essentiellement « l’insuffisance des cadres et des ressources financières par rapport au programme de 1969 ».

169L’objectif fondamental de restructuration foncière et sociale par le regroupement des exploitations traditionnelles afin d’ouvrir la voie de la modernisation continue donc d’être perçu comme judicieux. Il eut suffi d’aller moins vite avec un meilleur encadrement pour que la paysannerie y adhère.

170Les nouvelles orientations qui sont ensuite présentées confirment le peu de cas que l’on fait de la majorité de la population paysanne : « la nouvelle politique agricole s’oriente grosso modo vers trois directions : l’intensification de l’agriculture dans les exploitations privatives modernes (400 000 ha d’exploitations individuelles) et domaniales (coopératives et agro-combinats : 300 000 ha) et cela grâce aux prêts et subventions du Fonds Spécial de Développement Agricole (FOSDA) ; la modernisation des exploitations traditionnelles moyennes de 20 à 100 ha en favorisant leur exploitation dans le cadre de coopératives de service toujours sur crédits FOSDA ; la résorption des exploitations trop morcelées et disséminées selon des modalités actuellement à l’étude ».

171Ces orientations sont doublement révélatrices.

172Le pouvoir a pris acte de la « consistance » d’une partie du corps social paysan et s’affirme décidé à s’appuyer sur elle, tout au moins à compter avec elle. Mais la solution envisagée se résume à faire du crédit l’outil principal de l’intensification et de la modernisation. Rien n’est dit des problèmes spécifiques des différentes catégories de producteurs et de leurs besoins ou attentes.

173La petite paysannerie – qui si l’on s’en tient au critère de 20 hectares représente environ 83 % des agriculteurs et 35 à 40 % de la superficie agricole – doit être « résorbée » c’est-à-dire regroupée, remembrée pour la faire accéder au statut de paysannerie viable. Là encore, il n’est pas question de demander leur avis aux intéressés.

174D’ailleurs, plus avant dans son propos, M. Zaanouni signifie assez clairement que ce projet ne peut être le fait que de la puissance publique et de l’État. En effet les moyens à mettre en œuvre sont de deux types : les moyens d’encadrement et les moyens financiers :

175« Les moyens d’encadrement sont de deux ordres : les cadres supérieurs du niveau ingénieur et les cadres moyens du niveau d’adjoint et d’agent technique ».

176Les premiers sont destinés à prendre en main le secteur moderne étatique et privé. En effet « environ 90 % des grands exploitants sont analphabètes et 1 000 d’entre eux sont âgés de plus de 50 ans... Il faudrait donc à la fois intensifier l’action de vulgarisation dans ce milieu et préparer la relève des exploitants qui quitteront inéluctablement ce monde dans les 20 années à venir ».

177Ce sont donc les ingénieurs qui « changeront la face de l’agriculture ». Quant aux cadres moyens, ils seront recyclés « au moins 6 mois dans les techniques agricoles et formés dans les techniques d’animation. Un programme est envisagé pour assurer ce recyclage et cette formation en utilisant notamment le cadre des agro-combinats. Ainsi pourra-t-on disposer dès 1972 d’éléments susceptibles d’encadrer intensivement les attributaires des périmètres irrigués et extensivement les agriculteurs en sec ».

178Les agriculteurs continuent donc d’apparaître comme incapables d’assurer eux-mêmes la transformation de leurs exploitations : ils doivent être assistés, intensivement éclairés.

179Concernant les moyens financiers, « l’élément marquant de la nouvelle politique agricole est le rôle fondamental que le FOSDA commence à jouer pour stimuler l’initiative des agriculteurs pour la mise en valeur et l’intensification de l’exploitation agricole ».

180Voilà donc le deuxième élément stratégique de la nouvelle politique : le crédit. En facilitant ses conditions d’octroi il doit permettre à la majorité des agriculteurs « intéressants » c’est-à-dire ceux qui disposent de plus de 20 ha d’acquérir les moyens de production, les facteurs d’intensification indispensables pour moderniser leur exploitation. Là encore, aucune interrogation sur les objectifs économiques et sociaux que poursuivent les agriculteurs : il va de soi qu’ils sont prêts à s’engager grâce au crédit sur la voie de l’intensification et de la transformation de leur exploitation dans le sens désiré par le pouvoir.

181Durant toute la décennie 1970 l’État ne vas cesser d’intervenir pour accroître le volume des crédits, simplifier les procédures d’octroi des crédits à l’agriculture tant pour le court terme que pour le moyen et le long termes.

182Dans ce but, il va multiplier et diversifier ses moyens institutionnels d’intervention, d’encadrement afin de mieux assurer sa politique de crédit en se rapprochant des agriculteurs, en contrôlant mieux son utilisation dans le sens de ses préoccupations : aménagement de l’espace, développement de certaines productions, amélioration des techniques de production.

183A travers sa politique de crédit, l’État a finalement cherché à accroître son contrôle sur la petite et moyenne paysanneries pour accélérer leur intégration économique et sociale. D’autant qu’une meilleure prise de conscience (qui s’accentuera tout au long de la décennie sous la double pression des tensions sociales et des recommandations des bailleurs de fonds – principalement la Banque Mondiale —) des exigences du développement rural va tendre à lier plus opérationnellement amélioration de l’environnement socio-économique des campagnes (aménagements des pistes, points d’eau, électrification, écoles, dispensaires, etc.) et incitations à la transformation des techniques et systèmes de production.

3) LA POLITIQUE DE CRÉDIT

184Jusqu’au début des années 1970 le crédit à court terme était dispensé uniquement par la Banque Nationale de Tunisie, anciennement Banque Nationale Agricole, selon un barème établi par spéculation et tenant régulièrement compte de l’évolution des charges. Seuls les grands agriculteurs en bénéficiaient.

  • 20 Les crédits accordés par les SCMA le sont au taux de 6 % dont 2 % contribuent à alimenter le Fonds (...)

185En 1973 sont créées les Sociétés de Caution Mutuelle Agricole (SCMA) qui permettent aux petits et moyens agriculteurs d’accéder aux crédits de campagne à condition qu’ils soient adhérents d’une telle société qui se porte garant pour eux20.

  • 21 Note émanant de la Direction de l’Assistance aux Petites et Moyennes Exploitations : « Les différe (...)

186En 1979 il y avait 126 SCMA regroupant près de 30 000 adhérents. En 1981 il y en avait 213 avec 54 000 adhérents21.

  • 22 Leur volume est passé d’environ 0,75 MD en 1976-77 à près de 1,1 MD pour la campagne 1978-80. Docu (...)

187A partir de 1975 les Offices sectoriels de production, les Offices de mise en valeur des Périmètres Publics Irrigués, enfin les Offices régionaux sont invités à fournir aux agriculteurs disposant d’une superficie minimale (au moins 10 ha en sec et 6 ha en irrigué) des crédits dits assistés. Ces crédits sont fournis exclusivement en nature (semences, engrais, produits phytosanitaires) ou sous forme de prestation de service pour le travail du sol par exemple22.

188La formule de crédit assisté mise en œuvre par les Offices étant apparue relativement bien adaptée à l’intervention auprès des petits et moyens agriculteurs, bien que les taux de recouvrement aient été très faibles, l’État va chercher à l’étendre et à l’améliorer pour en accroître l’efficacité technique et financière.

  • 23 Le projet APMANE financé par l’US-AID et qui concerne les gouvernorats du Nord-Est. 11 s’adresse a (...)

189L’octroi du crédit sous forme d’intrants et de service s’accompagne d’un encadrement spécifique et d’une assistance technique pour mieux orienter les agriculteurs et améliorer les taux de recouvrement. Depuis lors deux projets dits de crédit supervisé ont été mis en place23.

  • 24 Ces ressources alimentent trois fonds :
    Le FOSDA : Fonds Spécial pour le Développement de l’Agricul (...)

190Les crédits d’investissement, pour leur part, proviennent, durant les années 1970, de deux sources. L’État assure la dotation budgétaire de trois types de fonds spéciaux, gérés par la BNT24. Celle-ci dispose également de ressource spécifiques : fonds propres ou fonds spéciaux résultant des prêts souscrits auprès des différentes agences internationales (BIRD, AID...).

191Tout au long de la décennie, l’État a modifié les textes régissant l’octroi de ces crédits afin de tenir compte de l’évolution du rythme du développement agricole et de mieux orienter les investissements vers les productions considérées comme prioritaires.

192Le financement global de l’agriculture au cours de la décennie a considérablement évolué. Mais ses orientations sont encore restées très sélectives et déterminées par la conception qui n’a cessé de prévaloir quant au contenu de la modernisation.

  • 25 World Bank. Report 2934a-TUN Staff Appraisal Report Tunisia Third Agricultural credit Project. Mai (...)

193C’est pour l’essentiel la paysannerie aisée, offrant des garanties, qui bénéficie très prioritairement et massivement des crédits de campagne comme le montrent les données relatives aux différents crédits de campagne accordés en 197825 : la BNT a accordé 3700 prêts à ses clients pour un montant de 9,9 MD soit 2675 D par prêt ; à travers les Caisses locales de crédit mutuel dont elle a la tutelle et sur les crédits extérieurs dont elle disposait, la BNT a accordé 7000 prêts pour un montant total de 2,1 MD soit 300 D par prêt ; sous la caution des SCMA la BNT a accordé 10800 prêts pour un montant de 4,9 MD soit 450 D par prêt ; dans le même temps les Offices accordaient environ 0,8 MD de crédit assisté.

194Ces crédits sont en grande partie orientés vers la céréaliculture et dans une moindre mesure vers les productions maraîchères.

  • 26 Ces dernières années, le rythme d’octroi des prêts s’est intensifié avec près de 10 000 prêts octr (...)

195Les crédits d’investissement ont considérablement augmenté26.

196La répartition de ces crédits selon leurs origines et leurs affectations est très indicatrice des priorités de la politique agricole.

197En 1977, le FOSDA représentait 71,5 % des sources de financement et les fonds spéciaux correspondant à des aides extérieures 10,7 %. En 1980 il n’en représentait plus que 66,6 % contre 20 % pour les fonds spéciaux.

  • 27 Les autres secteurs ayant bénéficié d’une aide substancielle aux investissements ont été les produ (...)

198Durant le ve Plan, près de 40 % des crédits du FOSDA ont été affectés à l’élevage mais dans une proportion de 75% ces crédits ont été orientés vers le secteur avicole, contre 14 % pour les productions bovine et ovine et 1,7 % à la production fourragère27.

4) LE RENFORCEMENT DE L’APPAREIL INSTITUTIONNEL D’ENCADREMENT

199Tout au long de la décennie, l’État va renforcer et diversifier ses moyens d’intervention et d’encadrement, mais en multipliant les conflits de compétence entre les Directions Centrales, les Offices spécialisés, les Offices de mise en valeur des Périmètres irrigués, puis les Offices régionaux de développement.

200Les Directions centrales du Ministère, représentées au niveau des Gouvernorats, par les Commissariats Régionaux de Développement Agricole, ont la responsabilité d’élaborer les politiques sectorielles mais sont le plus souvent dépourvues des moyens pour les mettre en œuvre.

201Les Offices spécialisés deviendront de plus en plus les opérateurs principaux sur le terrain et se verront confier des fonctions de plus en plus nombreuses allant de la vulgarisation à l’organisation des producteurs en passant par la prise en charge de programmes d’expérimentation, la fourniture de moyens de production aux agriculteurs, la distribution du crédit assisté.

202Sur ces Offices convergeront progressivement les moyens financiers et matériels mobilisés par les différents projets d’aide bilatérale ou multilatérale qui se multiplieront. C’est à travers les Offices et souvent dans le cadre de ces projets d’assistance technique que seront élaborées et diffusées auprès des agriculteurs les nouvelles références techniques. Ils seront véritablement les opérateurs de la modernisation mimétique.

203Tout une dynamique sociale va se nouer autour de ces Offices, dans la mesure où ils ne sont pas prisonniers des contraintes de l’Administration classique et peuvent offrir aux cadres techniques des perspectives plus attrayantes de rémunération et de promotion, perspectives confortées par l’aide extérieure.

204Avec l’extension des périmètres publics irrigués vont se multiplier en fin de décennie les Offices de mise en valeur. Ces périmètres s’étendent sur près de 70000 ha en 1981 contre 45000 ha environ en 1971 et sont encadrés par neufs Offices qui ont en charge l’entretien des infrastructures, la distribution d’intrants, du crédit, la fourniture de services, la vulgarisation, l’organisation des producteurs.

205A partir de 1978, afin de mieux conduire ses actions de développement rural dans les régions déshéritées, l’État crée de nouvelles structures d’intervention : les Offices régionaux de Développement qui auront une vocation régionale s’étendant sur plusieurs Gouvernorats et des attributions multisectorielles dépassant le strict secteur agricole.

206Le premier de ces Offices est l’Office de Développement de la Tunisie Centrale qui se voit confier le développement rural intégré des régions marginales des Gouvernorats de Kasserine, Sidi bou Zid et Gafsa.

  • 28 Ministère de l’Agriculture, Direction de la Planification des statistiques agricoles et de l’Evalu (...)

207Cette prolifération de structures d’intervention, source de conflits de compétence, va engendrer une certaine concurrence et incohérence au niveau des agriculteurs, dans la mesure où chacun de ces opérateurs intervient sectoriellement et sans prendre en compte l’ensemble des contraintes auxquelles l’agriculteur doit faire face. Une étude réalisée en 1980 dans l’ensemble du Gouvernorat de Jendouba28 a montré que les agriculteurs situés en plaine et en périmètre irrigué étaient visités par les techniciens de cinq organismes différents : Société tunisienne du Sucre pour la culture et la betterave sucrière ; CRDA et Office de mise en valeur du périmètre au titre de la vulgarisation, du crédit, des productions maraichères ; Office de l’Elevage et des Pâturages pour l’élevage et les productions fourragères ; éventuellement, Office des céréales pour les productions céréalières.

208Par contre, les agriculteurs situés dans les régions montagneuses difficile d’accès n’étaient pratiquement pas visités.

5) PERMANENCE DE LA VISION RÉDUCTRICE DE LA RÉALITÉ AGRICOLE

209Avant de présenter quelques exemples de contre-stratégies paysannes face au renforcement institutionnel de l’État et à l’accroissement relatif des moyens mis à la disposition des agriculteurs, il est nécessaire de mettre en évidence la perception des problèmes à résoudre qui sous-tend les interventions étatiques.

210Pour cela, nous nous réfèrerons à des documents officiels définissant les orientations de la politique de vulgarisation et à des études concernant les modalités concrètes d’intervention des structures d’encadrement auprès des agriculteurs.

Les objectifs de la vulgarisation

  • 29 Ministère de l’Agriculture, Perspectives Quadriennales 1973-76 : Rapport de synthèse du Sous-Comit (...)

211Dans le rapport de synthèse du Sous-Comité de la vulgarisation agricole présentant les orientations de celle-ci durant la période 1973-76 sont successivement abordées les différentes productions. Pour chacune sont passées en revue les différentes opérations culturales et sont déterminées les normes qui constitueront les thèmes des futures campagnes de vulgarisation29.

212Ce document évoque : « l’attitude hésitante de l’agriculteur face aux nouvelles techniques de l’exploitation et son attachement à ses méthodes traditionnelles» ; « la mauvaise gestion des centaines d’exploitations modernes qui disposant d’un équipement important manquent d’information quant à son utilisation rationnelle ».

213Sur quelques thèmes techniques précis le document mérite d’être également cité. C’est le cas pour les problèmes d’assolement – ce terme étant d’ailleurs entendu de manière erronée au sens de succession de cultures sur une même parcelle et non de répartition spatiale des cultures – :

214« la plupart des agriculteurs suivent des assolements très diversifiés basés sur des règles parfois imprécises, ce qui reflète des formules irrationnelles d’exploitation du sol ».

215Pour remédier à cette situation déplorable il est suggéré aux services compétents « d’entamer des campagnes d’envergure pour développer la notion d’assolements dans les milieux ruraux. Ces campagnes auront pour but d’attirer l’attention des agriculteurs sur les avantages économiques d’un bon assolement et leur incidence sur les autres domaines de l’agriculture (élevage, conservation des eaux et du sol) ; d’organiser dans chaque région une ou deux fermes ou parcelles-pilotes où le système d’assolement pratiqué sera conforme aux recommandations techniques ».

216En matière de fertilisation, « la vulgarisation doit s’efforcer d’inciter les agriculteurs et les entraîner à répondre aux objectifs du Plan ».

217Il n’est pas nécessaire de multiplier les citations pour bien percevoir la conception réductrice et mécaniste qui préside à l’analyse de la réalité. L’exploitation agricole est perçue comme la juxtaposition de parcelles, de moyens sans aucune relation les uns avec les autres, et les décisions techniques et économiques de l’agriculture comme devant être orientées essentiellement vers la maximisation de la production et la seule rentabilité économique. Enfin, le message technique est véhiculé sous forme de norme obtenue dans des contextes totalement déconnectés des conditions concrètes des producteurs.

218Il n’est pas inutile de souligner que ce que l’on attend des producteurs c’est de répondre positivement à la mobilisation que cherche à susciter la vulgarisation.

219Comme nous l’avions indiqué précédemment, il n’est porté aucune attention à la situation réelle des agriculteurs, aux objectifs qu’ils poursuivent et donc aux moyens qu’ils mobilisent à cet effet, aux décisions techniques et économiques qu’ils prennent.

220C’est bien ce que confirment un certain nombre d’études, d’enquêtes réalisées sur les pratiques concrètes d’encadrement et de vulgarisation.

Les pratiques concrètes de vulgarisation, d’encadrement

L’encadrement des périmètres publics irrigués

221En 1975, R. Billaz, au terme d’une mission auprès de l’Office de Mise en valeur de la Basse Vallée de la Mejerda et concernant les orientations de la vulgarisation soulignait :

222Le programme de vulgarisation ne vise que les productions agricoles irriguées alors que la majorité des agriculteurs ont aussi des parcelles en sec et que leur production en sec joue un rôle important dans l’économie globale de l’exploitation, dans la gestion de la force de travail familiale.

223Le comportement paysan vis-à-vis de l’innovation ne peut pas être compris si l’on n’essaie pas de mesurer quelle est la part de risque qu’il est prêt à assumer.

224La non prise en compte de la réalité économique et sociale qui constitue la trame de la société rurale exclut que la vulgarisation s’adapte aux situations concrètes ; or il est douteux que l’on puisse appliquer une vulgarisation uniforme à des situations économiques et sociales extrêmement différentes.

  • 30 Billaz (René). Rapport de mission auprès de l’OMVVM-PPI du 18 au 25 juin 1975. Ministère de l’Agri (...)

225Les relations de vulgarisation sont descendantes : elles ne favorisent pas une maîtrise sociale des projets par les agriculteurs »30.

  • 31 Gallali (Tahar), « Degrés de l’intensification au niveau des Périmètres Publics Irrigués. Essai d’ (...)

226Cette analyse était confirmée par une enquête de T. Gallali, en 1976, concernant « l’évaluation de l’impact des actions d’encadrement dans les Périmètres Publics Irrigués »31.

  • 32 Gallali (Tahar) « Transplantation et homothétie en agriculture : réflexions sur quelques modes d’i (...)

227Pour cet auteur le « message innovateur est conçu à l’image que l’on a de l’exploitation agricole, c’est dire une somme de techniques indépendantes reproductibles d’une situation à une autre»32.

L’aménagement des parcours
  • 33 Baduel (Pierre-Robert) « Rationalité scientifique, rationalité agro-pastorale et développement en (...)

228Vision réductrice de la réalité agricole appréhendée d’un point de vue étroitement techniciste, non prise en compte des logiques sociales et économiques qui déterminent les comportements des agriculteurs : ce syndrome est bien mis en évidence par l’analyse qu’a faite P.R. Baduel des présupposés qui inspirent les projets d’aménagement des parcours dans la Tunisie steppique33 : on méconnait le statut coutumier des terres ; on ignore le producteur, le pasteur, la société pastorale et l’aménagement de l’espace qui préexistaient au projet que l’on met en place ; on développe une « logique d’exploitation rationnelle des parcours » en limitant l’espace de déplacement des troupeaux contrairement à l’expérience des pasteurs qui intégrait la dispersion spatiale comme un moyen de tamponner les effets des aléas pluviométriques et les qualités des sols ; « on fonde la logique d’aménagement pastoral » sur une dichotomie « élevage-culture » alors que depuis près d’un siècle (et cette tendance n’a fait que s’accentuer ces dernières années) les pasteurs sont devenus agro-pasteurs en se sédentarisant » ; enfin la « vision archaïsante de la nature des groupes tribaux » a tendu à substituer l’autorité administrative au pouvoir notable. Mais « la rupture des relais institutionnels » ne permet plus aux aménageurs, aux vulgarisateurs de mobiliser la population.

229Le diagnostic de Baduel peut se traduire par une question fondamentale qui interroge l’ensemble de la stratégie étatique :

230Comment faire pour qu ‘une collectivité satisfasse ses besoins et s’intègre à une économie d’échange marchands en gérant un espace fragile ?

231La stratégie étatique a, jusqu’à présent (prisonnière qu’elle est de ses fausses conceptualisations) donné des réponses essentiellement techniques à des questions à traduction technique telles que l’érosion, la désertisation, le surpâturage, mais à fondement économique et social.

Les projets de crédit supervisé de développement rural

232L’orientation fondamentale de ces projets est d’inciter via des formules assouplies et simplifiées de crédit et avec l’appui d’un encadrement renforcé (mettant en œuvre la méthode de vulgarisation chère à la Banque mondiale de « formation-visite ») les petits et moyens agriculteurs à utiliser le paquet technologique de la révolution verte : variétés de céréales à haut rendement, engrais minéraux et désherbants ou bien à reconvertir leur système de culture et de production pour développer l’élevage et contribuer aux actions d’aménagement de l’espace.

233A aucun moment on ne cherche à comprendre les systèmes en place, à identifier leur logique. C’est bien ce qu’exprime le premier rapport d’évaluation du projet Apmane de crédit supervisé quand il est dit :

234« La catégorie petits et moyens exploitants agricoles n’est pas homogène eu égard aux objectifs socio-économiques qu’ils poursuivent, aux situations dans lesquelles ils se trouvent, ce qui engendre des pratiques différenciées de gestion et un pluralisme en matière de rationalité.

235Toute planification et intervention des pouvoirs publics, pour avoir assez de chance de succès doit avoir pour point de départ et d’appui la connaissance préalable de ces rationalités qu’il est possible d’identifier par enquête avant l’élaboration des projections ».

236Deux questions posées dans ce même rapport méritent d’être retenues car elles interrogent très directement les bases de la stratégie étatique :

237« Dans quelle mesure les techniciens vulgarisateurs et responsables du projet sont à même de prendre de la distance vis-à-vis du modèle technico-économique prédominant de référence ? ».

  • 34 — Ministère de l’Agriculture – DAPME. Rapport d’évaluation dit Projet APMANE N° 660-0302. mai 1980

238« Dans quelle mesure la technologie existante n’est pas jugée par les techniciens par rapport à une technologie de référence au lieu d’être appréciée selon son efficacité actuelle et ses propres perspectives d’amélioration ? »34.

239L’État peut-il reprendre à son compte ces questions sans remettre radicalement en cause son projet sur la paysannerie ? Dans quelle mesure, la technocratie peut-elle les assumer dans sa pratique sans se mettre en porte à faux par rapport à la logique étatique d’intervention ?

240C’est à des questions identiques qu’aboutissait à la même époque l’étude déjà citée entreprise dans le gouvernorat de Jendouba :

241« Il semble que l’essentiel de la vulgarisation se cantonne dans la propagation de techniques ou de cultures au moyen de parcelles de démonstration ou de journées d’information. Cela est sans doute insuffisant car les innovations ne sont pas suffisamment replacées dans le contexte des exploitations. Pour l’agriculteur une parcelle de démonstration et bien plus encore une ferme-pilote font partie d’un autre monde très éloigné de sa réalité quotidienne.

242Pour gagner en efficacité et profiter des vertus d’exemple accessibles à la masse des agriculteurs il serait peut être souhaitable d’insister plus sur une forme de conseil s’intéressant à la transformation de l’ensemble de l’exploitation, car le problème qui se pose aujourd’hui aussi bien dans les zones de montagne que sur les périmètres irrigués n’est pas celui de l’acquisition de nouvelles techniques mais celui bien plus vaste de l’adoption de nouveaux systèmes de cultures.

  • 35 Ministère de l’Agriculture-DPSAEP, CRDA Jendouba-FAO : op. cit. 51-52.

243La conception de l’exploitation comme une entité propre ayant son histoire et ses possibilités d’évolution et de développement pourrait accroître l’efficacité du crédit et la vitesse de propagation des modèles vulgarisés »35.

244Les enjeux sont bien situés : prise en compte de l’exploitation comme une entité ; mise en évidence de sa logique sociale de fonctionnement et des objectifs économiques et sociaux poursuivis par l’exploitant et sa famille ; recherche des voies et moyens de l’améliorer, voire de le transformer en respectant et sa logique et ses objectifs.

245L’analyse des stratégies paysannes va nous confirmer que c’est l’ensemble de l’exploitation dans ses relations sociales, ses relations à l’espace, ses orientations productives qui est modifié quand est entrepris un processus de transformation en vue de satisfaire les objectifs économiques et sociaux de l’agriculteur et de sa famille.

6) DES STRATÉGIES PAYSANNES

246Les quelques exemples que nous allons évoquer mettront clairement en évidence le potentiel d’évolution que recèle la paysannerie et combien il est indispensable et essentiel de s’appuyer sur lui.

247Sous la pression des nécessités matérielles (croissance démographique, diffusion de nouvelles normes de consommation, pénétration de l’économie d’échange dans l’ensemble des régions, même les plus reculées) les agriculteurs ont cherché, tant bien que mal, en mobilisant différemment les ressources dont ils disposaient, à satisfaire leurs besoins matériels.

248Pour ce faire, ils ont transformé leurs systèmes de production : répartition spatiale des productions, techniques de production, orientations productives, mobilisation de la force de travail familial. Cela a entraîné de nouvelles relations avec leur environnement social et physique.

249Globalement on peut dire que les stratégies mises en œuvre se sont appuyées sur deux éléments essentiels : diversification des sources de revenus ; polyfonctionnalité des productions.

250A ces deux éléments pourrait être ajouté pour les régions où prédomine la micro-exploitation : le maintien des formes d’organisation sociale, de structures agraires plus solidaires.

Les nouveaux systèmes des montagnes Kroumires

  • 36 Bonvallot (Jean). « Glissements de terrain et aménagement du milieu naturel dans une montagne médi (...)

251S’intéressant aux problèmes des glissements de terrain dans les montagnes Kroumires, J. Bonvallot36 a mis en évidence une profonde transformation de l’utilisation de l’espace au cours des dernières années.

252Tant que la pression démographique n’a pas été trop forte et que l’évolution des besoins n’a pas été ressentie comme trop contraignante, les formes traditionnelles d’aménagement et de gestion de l’espace ont subsisté. Elles étaient fondées sur un contrôle étroit et subtil des ressources en eau permettant l’irrigation de champs vivriers au printemps et en été et le drainage en hiver ce qui limitait les risques de mouvements de sols. Les pentes n’étaient pas cultivées mais exploitées par le cheptel.

253La surpopulation, l’éclatement des familles ont entraîné une rupture de l’équilibre que les communautés entretenaient avec leur espace.

254Dans le but de diversifier les sources de revenus pour pouvoir subsister, une partie de la force de travail disponible s’est orientée vers le travail extra-agricole souvent hors de la région.

255Les ouvrages de drainage, les sources n’ont plus été entretenus : l’eau s’écoule de façon désordonnée et non contrôlée, ce qui tend à favoriser les glissements de sol.

256Les replats autrefois consacrés aux cultures vivrières sont désormais exploités par des productions jugées plus rentables car permettant de répondre aux besoins monétaires. Parmi ces nouvelles productions il faut citer le « souak » qui est la racine de jeunes noyers arrachés à l’âge de 5-6 ans et dont les fibres sont vendues pour blanchir les dents ; le gain peut atteindre jusqu’à 100 D par arbre. Des arbres fruitiers ont aussi été plantés.

257Les pentes accessibles sont désormais cultivées en céréales. Les techniques mises en œuvre contribuent à réduire l’écoulement des eaux et donc à aggraver les mouvements de terrain.

258La transformation du système de production sous la pression des nécessités a certes permis aux populations concernées de survivre tant bien que mal, mais cela a été au prix d’une réduction de l’emprise sur le milieu physique. A terme ces systèmes d’adaptation précaire ne pourront subsister.

259Comme le propose J. Bonvallot une nouvelle relation à l’espace – par des aménagements anti-érosifs, une nouvelle occupation du sol permettant une meilleure protection des sols et liée au développement d’un élevage adapté – ne pourra être acceptée par les populations que si l’ensemble de ses mesures s’intègre dans un véritable plan de développement régional créateur d’emplois extra-agricoles, condition indispensable pour alléger la pression démographique sur un milieu fragile.

  • 37 Attia (Habib). Propositions pour l’élaboration d’un plan de développement régional du Nord-Ouest d (...)

260C’est la même problématique articulant développement rural - création d’emplois extra-agricoles-urbanisation qui sous-tend les propositions faites par H. Attia pour un Plan de Développement régional du Nord-Ouest37.

La nouvelle économie paysanne de polyculture-élevage de la Tunisie steppique

  • 38 Attia (Habib). « Réflexions à propos du développement régional de la Tunisie intérieure et méridio (...)

261H. Attia a bien mis en évidence la mutation profonde qui a transformé la société pastorale de la Tunisie steppique et sa relation à l’espace38. C’est à lui que nous empruntons les données qui suivent.

262Sous l’impact de la colonisation l’économie pastorale avait déjà été sérieusement atteinte.

263Le déplacement des hommes allant vendre leur force de travail durant les moissons n’étant plus nécessaire avec l’extension de la mécanisation la réduction des ressources impose la pratique de la céréaliculture. Cette même mécanisation liée au mouvement d’appropriation des terres favorise l’extension des cultures et la réduction des zones de parcours.

264La société tribale et pastorale entre en crise, se désagrège.

265Les orientations et interventions étatiques de la décennie soixante accentuent ce processus, avec le développement des plantations arboricoles et la création de périmètres irrigués dans les régions de Sidi Bou Zid et Kairouan.

266Ces dernières années, une nouvelle dynamique s’est faite jour dans le prolongement mais aussi en rupture avec les évolutions passées.

267Les sources de revenus extra-agricoles sont devenues très importantes ; elles assurent près de la moitié des revenus familiaux des populations rurales.

268Les plantations arboricoles sont entrées en phase de pleine production. La production arboricole représenterait près de 70 % de la valeur de la production végétale en sec.

269L’accroissement du prix de la viande ovine a donné un nouvel essor à l’élevage ovin qui représente environ 40 % du revenu agricole des steppes.

270L’explosion des puits de surface : 15 000 puits ont été creusés et équipés (ce qui représente de 50 à 60 000 ha soit près du tiers des surfaces irriguées du pays). Cette orientation serait le fait d’environ 17 % des 89 000 agriculteurs de la région et assurerait 20 à 25 % de l’emploi.

271C’est donc un système radicalement nouveau qui s’est constitué dans les régions centrales de la Tunisie. A l’économie pastorale s’est substituée une agriculture familiale associant étroitement polyculture et élevage, combinant cultures sèches et irriguées, cultures maraichères et arboriculture. A travers ce système les familles sont en mesure d’assurer leur autoconsommation, de diversifier leurs productions destinées à la commercialisation, de valoriser leurs excédents éventuels de céréales grâce à l’élevage.

272H. Attia souligne que ce système s’est mis en place sur la base d’un intense effort d’autofinancement et d’épargne qui aurait représenté 40 % du revenu annuel depuis cinq ans. Cet effort a pu se maintenir grâce aux revenus extra-agricoles. Mais en retour l’accumulation qui a pu ainsi se réaliser a été propice à d’autres secteurs : immobilier, services, artisanat.

273Cette dynamique remarquable illustre bien que le développement agricole est d’autant mieux assuré qu’il est mis en œuvre sur la base des initiatives paysannes et qu’il s’intègre dans une interdépendance étroite avec les autres secteurs économiques. Il est essentiel que des revenus extra-agricoles viennent conforter l’économie paysanne. Et celle-ci est d’autant plus forte qu’elle est plus diversifiée.

274Mais, comme dans le cas des montagnes Kroumires, le nouveau système en instaurant de nouveaux rapports à l’espace physique induit des risques qui peuvent compromettre à terme sa pérennité. Certes la précarité n’est pas la même. Le risque majeur se situe au niveau de l’épuisement des nappes exploitées de façon anarchique et du coût croissant du pompage.

275Les agriculteurs de la steppe sont donc appelés à gérer plus collectivement leurs ressources rares.

276L’accroissement du coût des facteurs de production exige une amélioration de la maîtrise des techniques d’intensification.

  • 39 Attia (Habib), op. cit. : 215.

277Dans sa dynamique propre le nouveau système agricole de la steppe doit être amélioré. Cette dynamique pourra-t-elle être prise en compte par la stratégie étatique ? Car conclut H. Attia : « tout projet de développement rural doit prendre en considération la maitrise de l’ensemble des contraintes qu’elles soient d’ordre écologique ou socio-économique afin de préserver et de renforcer le dynamisme actuel du secteur agricole »39.

Les systèmes agro-pastoraux des régions arides du Sud

  • 40 Hadjei (M.S.), Hadji (A.), Bouchawach (T.). L’intégration des économies de marché et de subsistanc (...)

278Une dynamique assez analogue à celle qui vient d’être analysée s’est développée ces dernières années dans les régions arides du sud tunisien, comme l’ont bien montré les travaux conduits par les chercheurs de l’Institut des régions arides de Médenine40.

279Sous l’impact des revenus de l’émigration, de la pénétration de l’économie de marché, les systèmes pastoraux ont connu une profonde mutation, du fait de l’extension des cultures, grâce à la mécanisation que permettent d’acquérir les revenus extra-agricoles, et de la sédentarisation, qui entraîne l’accroissement des superficies en oliviers. Cette production au-delà de sa fonction de matérialisation de l’appropriation du sol joue un rôle important dans l’autoconsommation.

280L’élevage régresse dans les activités agricoles, les agriculteurs estimant que cette spéculation est trop contraignante et ne permet pas de mener d’autres activités saisonnières, contrairement à l’arboriculture et l’aridoculture.

  • 41 Les auteurs cités ci-dessus ont étudié deux périmètres :
    Celui de Bir Lahmar – représentatif des mi (...)

281Les auteurs de l’étude soulignent le « dosage sans cesse équilibré entre économie de subsistance et économie de marché ». Ce dosage s’effectue à travers la part relative des revenus agricoles et extra-agricoles. Il apparaît des différences marquées entre les régions de ce point de vue41.

282La conclusion réside, encore, dans une interrogation de la stratégie étatique : est-il possible de concilier la stratégie des populations qui exploitent cet espace fragile et celle des aménageurs essentiellement guidée par le souci de préservation du milieu ?

  • 42 Hadjej (M.S.), Hadji (A.). Bouchawach (T.), op. cit : 15.

283La chose est possible à trois conditions : « accepter le développement des cultures en raison de leur rôle social capital et de leur rôle économique non négligeable » ; « réduire les risques de dégradation du milieu physique en localisant les cultures dans les zones les moins sensibles à l’érosion et en utilisant des techniques et des outils adaptés », substituer « des actions d’animation rurale créant un dialogue entre le paysan et le vulgarisateur aux actions de développement »42.

284L’État aura-t-il donc ici et là la capacité méthodologique mais surtout la volonté politique de prendre sérieusement en compte les stratégies paysannes ?

285Tout ce que nous venons de voir de son discours, de sa pratique de vulgarisation, d’encadrement juqu’au seuil des années 1980 incite à en douter. D’autant plus que la stratégie qu’exprime le vie Plan ne diffère pas fondamentalement de celle qui a prévalu depuis 1970. Je serais même tenté de dire qu’elle en accentue les tendances.

286Mais avant d’en arriver là il est nécessaire de caractériser rapidement l’évolution de l’agriculture durant les années 1970.

7) L’IMPACT DE LA MODERNISATION ENCOURAGÉE PAR LE CRÉDIT

287L’évolution de l’agriculture s’est révélée relativement contradictoire par rapport à ce qu’espérait l’État.

  • 43 Ben Rhomdane (Mahmoud). « L’État et la paysannerie » in Le Mensuel, 2, juillet 1984 : 34-51.

288M. Ben Romdhane a montré que durant la décennie écoulée l’agriculture familiale s’est consolidée43.

289Le potentiel de productions s’est considérablement renforcé, avec l’extension des périmètres irrigués sur 70 000 hectares nouveaux, l’accroissement de plus de 300 000 hectares des superficies complantées et le développement du parc de serres (1 000 hectares).

  • 44 République Tunisienne. vie Plan de Développement Economique et Social 1982-86. Agriculture et pêch (...)

290L’État et les entreprises publiques ont assuré près des deux tiers des investissements44.

291Les productions ont, dans l’ensemble, augmenté de façon très sensible, particulièrement les productions maraichères et fruitières, qui ont été stimulées par une politique de prix non contrôlés.

  • 45 Dimassi (Hassine). Forme d’accumulation et dépendance alimentaire, le cas de la Tunisie, Tunis. Fa (...)
  • 46 Ben Romdhane, op. cit.

292Par contre, les productions de base (céréales, produits animaux – hors viande de volaille et œufs – huile d’olive) on souffert jusque vers 1978 d’une politique de prix très défavorable, tendance analysée par H. Dimassi45 et M. Ben Romdhane46.

  • 47 La production céréalière moyenne durant le ive Plan (1972-76) a été de 11,2 millions de quintaux p (...)

293Ces productions, et particulièrement la production céréalière, ont connu des fluctuations importantes entre le début et la fin de la décennie47.

  • 48 Gachet (Jean-Paul). « Intérêt de quelques acquis agronomiques pour l’élaboration d’une stratégie d (...)

294Ces variations traduisent, à mon sens, une certaine absence de maîtrise technique sur le processus de production, en dépit de l’utilisation croissante de facteurs d’intensification. Comme nous l’avons montré dans une étude concernant la viabilité des rendements céréaliers dans les Unités Coopératives de production des régions de Béjà et Mateur48 il existe des réserves importantes de productivité mais pour être exploitées elles exigent un effort intense de formation et de motivation des producteurs.

  • 49 Dimassi (Hassine). op. cit. ; et aussi El Amami (Slaheddine). « la crise de l’eau en Tunisie ». in (...)

295La même observation doit être faite en ce qui concerne la sous-exploitation du potentiel productif des périmètres irrigués49. Cela renvoie à ce que nous avons dit précédemment des méthodes de vulgarisation et d’encadrement qui ne sont pas orientées vers le diagnostic technique et le conseil aux agriculteurs en tenant compte de l’ensemble de leurs contraintes afin d’élaborer avec eux des cheminements appropriés d’amélioration de leurs productions.

  • 50 El Amami (Slaheddine), Gachet (Jean-Paul), Gallali (Tahar). « Choix techniques et agriculture magh (...)

296Par sa politique de subventions aux intrants, ses a priori intensivistes, l’État a eu tendance à orienter une partie des producteurs vers des systèmes mal adaptés et dans une certaine mesure incompatibles avec le niveau moyen de maîtrise technique de ceux-ci : vaches de race pure, serres par exemple50.

  • 51 Statistiques Financières de la Banque Centrale de Tunisie. Ce déficit pèse de plus en plus lourd d (...)

297Le résultat final et global a été un approfondissement du déficit agroalimentaire qui a pratiquement doublé tous les deux ans à partir de 1975 et semble être devenu structurel51.

  • 52 El Amami (Slaheddine), Gachet (Jean-Paul). « Agriculture et Développement : pour une exploitation (...)

298Certes, ce déficit n’est pas indépendant de l’évolution sociale et économique du pays. Mais il traduit, cependant, une certaine incapacité de la politique étatique à mobiliser activement le potentiel de production dont le pays est doté52.

  • 53 INS. Enquêtes de consommation 1975 et 1980. Les éludes du Commissariat Général au Développement Ré (...)

299Enfin, et ce constat n’est pas le moindre, la majorité de la population rurale a vu s’accroître sa marginalisation économique et sociale. Cette écharde dans le corps social tunisien n’est certainement pas indépendante du constat précédent. Ce sont les deux fruits amers d’une même politique qui a voulu orienter l’agriculture en oubliant les producteurs53.

300La nouvelle politique mise en œuvre depuis le printemps 1980 va-t-elle enfin considérer la paysannerie comme le seul opérateur social déterminant de la transformation de l’agriculture qu’elle affirme vouloir promouvoir ?

IV - LA MODERNISATION FINANCÉE : L’INTÉGRATION AGRO-ALIMENTAIRE DE LA PAYSANNERIE

1) LE DIAGNOSTIC ÉTATIQUE

301A lire les documents du ve Plan, et en mettant en perspective l’ensemble des mesures institutionnelles prises depuis 1980 trois constatations semblent pouvoir être dégagées.

302L’État s’avère incapable de raisonner l’évolution qu’a connue l’agriculture en termes de stratégies différenciées des différentes catégories d’agriculteurs. Il continue de parler de « secteur agricole », de producteur, mais, à aucun moment, il n’évoque l’agriculture familiale, ne prend en considération la diversité des systèmes de production. Il reste prisonnier de sa vision idéologique de la réalité agraire et agricole. Ne sont prises en compte que les variables instrumentales.

303L’État a pris une conscience plus claire des liaisons organiques qui doivent s’établir entre développement rural et développement agricole. Mais, c’est une approche essentiellement fonctionnelle et l’exigence du maintien du consensus social qui l’ont conduit à un tel diagnostic.

304La crise de l’agriculture, la crise du monde rural sont finalement analysées comme l’expression diverse d’une seule et même crise qui est celle du financement de l’agriculture et de l’absence d’esprit d’entreprise parmi les agriculteurs.

2) UNE STRATÉGIE EN DEUX VOLETS

305Mobiliser et accroître les capacités productives constitue un premier volet de la stratégie étatique.

306Dans cette perspective, il faut accroître massivement les investissements dans le secteur moderne et modernisable, seul susceptible de les valoriser pleinement.

307Autrement dit, il convient de susciter la constitution et l’équipement de grandes unités de production très équipées qui pourront mettre en œuvre des procédés d’intensification maximale (mécanisation, irrigation).

308Il y a lieu également de favoriser une intégration agro-alimentaire intense permettant tout à la fois un effet d’entraînement sur la production agricole et une meilleure valorisation de celle-ci par la transformation et la création d’une forte valeur ajoutée.

309Les secteurs de production qui semblent le mieux correspondre à ces orientations sont l’élevage laitier intensif et les productions maraichères irriguées.

310Les structures de production susceptibles de « porter » ce processus sont assez clairement identifiées : les coopératives et agro-combinats souvent accusés d’être sous-exploités.

311Mais l’État ne peut assurer seul la tâche de financement. Il doit y associer le secteur bancaire. Mais pour que celui-ci soit suffisamment intéressé il faut créer un environnement législatif et institutionnel motivant ; permettre la création de nouvelles structures de production plus favorables à la concrétisation de cette orientation.

312Il faut que cette dynamique s’étende à toute l’agriculture comme le disait M. Mzali dans son discours de présentation du budget 1981 devant l’Assemblée Nationale :

313«... Il est nécessaire de s’atteler à inculquer une vision dynamique du développement et de l’exploitation de notre patrimoine agricole, dégagée des contraintes d’ordre structurel ou idéologique et s’appuyant sur une stratégie énergique d’investissement à l’instar des autres secteurs économiques... » (La Presse Au 27 décembre 1981).

  • 54 Ce code prévoit que l’investissement peut être réalisé dans le cadre d’exploitation par des sociét (...)
  • 55 L’Agence de Promotion des Investissements Agricoles (APIA) reproduit dans le secteur agricole la d (...)
  • 56 La première Société de mise en valeur et de Développement Agricole a été la SMADEA. Créée en 1982 (...)

314C’est dans cette logique que s’inscrivent une série de mesures : l’adoption du Code des Investissements agricoles par le conseil des ministres du 12/11/198154 ; la création de la Banque Nationale de Développement Agricole, de l’Agence de promotion des Investissements Agricoles55 ; la promulgation du statut des Unités Coopératives de Production, qui confirme le « droit d’usufruit » des coopérateurs et permet aux UCP de bénéficier des avantages du Code d’Investissement ; la constitution de Sociétés de mise en valeur et de Développement agricole associant divers partenaires institutionnels, publics (Office des Terres Domaniales principalement mais aussi Office de l’Elevage et des Pâturages) ou privés (Société Poulina), tunisiens et les banques tuniso-arabes créées ces dernières années56.

315Dans l’immédiat, l’ensemble de ces mesures se traduit par la mise en œuvre d’un véritable plan de restructuration du patrimoine domanial. Il est entrepris et il s’étend sur les périmètres irrigués nouvellement créés dans les régions de Mejez el Bab, Kairouan, mais aussi dans le Sud.

316L’ampleur de ce programme est révélée par M. Mzali lors de la présentation du budget 1985 devant l’Assemblée Nationale :

317« Nous concevons les mêmes espoirs en ce qui concerne les sociétés de mise en valeur et de développement dont les financements bancaires importants vont permettre la création. Ainsi sera assurée la mise en œuvre de techniques modernes et la mise en place d’équipements nécessaires à l’irrigation, à l’élevage et à l’amélioration de la production.

318D’ores et déjà il a été procédé à la création de trois sociétés de mise en valeur et de développement dans les régions du Nord-Ouest. De plus nous allons œuvrer à la réalisation d’un programme ambitieux qui prévoit la création au cours des deux prochaines années de 20 sociétés de ce type dont la société de mise en valeur des Oasis de Rajir Maatoug, à l’extrême Sud-Ouest, et de la société de mise en valeur des terres de Sidi Saad dans la région de Kairouan » (La Presse du 28 novembre 1984).

319C’est le nombre de 21 sociétés de développement agricoles qui est cité, dans un article de La Presse du 29 janvier 1985 rapportant les propos du PDG de la BNDA. Il est précisé :

320« Toutes ces sociétés seront implantées sur des UCP ayant brillé par une sous-exploitation des potentialités qui leur sont offertes. Il s’agit d’une revalorisation des terres domaniales.

  • 57 Ces quelques données situent bien l’ampleur du projet de restructuration :
    90 000 ha représentent u (...)

321Ces 21 sociétés occuperont 90 000 ha et nécessiteront un financement de 160MD »57.

322Nous sommes donc en face d’un axe stratégique qui va marquer pour longtemps le visage de l’agriculture tunisienne. Nous y reviendrons.

323Le second volet de la stratégie consiste dans la fixation et la modernisation de la petite et moyenne paysannerie.

324Il peut être considéré, dans une certaine mesure, comme la condition de possibilité de réalisation du premier.

325L’axe lourd, intensiviste, capitalistique, visant à une intégration agroalimentaire se déploiera massivement dans les régions de plaine et les périmètres irrigués. Dans l’immédiat les premières sociétés créées (la SMA-DEA, la SEDAN, le projet de Mejez el Bab) se sont installées sur les périmètres de la moyenne et basse vallée de la Mejerda. D’autres sont envisagées sur le périmètre du barrage de Sidi Saad, les nouveaux oasis en cours de création dans le Sud.

326Certaines de ces sociétés vont exploiter les réserves hydrauliques accumulées derrière les barrages implantés dans ces régions et en particulier les plus récents d’entre eux, ceux de Sidi Salem et de Sidi Saad. Il est indispensable que les bassins versants de ces barrages soient aménagés pour contrôler et limiter les phénomènes érosifs qui pourraient compromettre à terme leurs fonctions.

327Il est donc impératif d’entreprendre un vaste programme de développement rural dans les régions montagneuses dans ce but. Cette préoccupation croise la contrainte de « démarginalisation » économique et sociale de ces régions montagneuses dont le flux migratoire intense a contribué à grossir la population tunisoise.

328Il apparaît essentiel, du double point de vue de la cohérence du projet de modernisation de l’agriculture et d’une plus grande intégration économique et sociale des populations rurales marginalisées, de mettre en œuvre un programme systématique de développement rural intégré visant un double objectif. Il s’agit, d’une part, d’aménager l’espace et améliorer les infrastructures économiques. Cela veut dire reconversion de l’utilisation de l’espace par la reforestation, l’installation de prairies qui implique le développement de l’élevage.

329Ces orientations techniques iront de pair avec la création d’un réseau de pistes permettant de désenclaver ces régions ; l’aménagement de points d’eau, la construction d’écoles, etc.

330Il s’agit, d’autre part, de mettre en place des structures rapprochées d’encadrement pour mieux orienter les agriculteurs et les inciter à transformer leurs exploitations, à les moderniser en facilitant l’accès au crédit. Les interventions envisagées concernent aussi l’organisation de l’écoulement des productions encouragées et principalement du lait.

  • 58 En 1981 c’est l’Office de Développement sylvo-pastoral du Nord-Ouest qui a vocation à assurer le d (...)

331Pour mener à bien ce vaste programme il est indispensable de disposer d’institutions spécialisées. De nouveaux Offices régionaux de Développement vont donc être créés58.

332Mais l’ensemble de ces projets sont conçus dans une optique étroitement agricole : ils visent à faire émerger une couche de petits entrepreneurs agricoles et à améliorer les conditions de vie et de revenu agricole pour juguler l’exode rural.

333Ils se situent en porte à faux par rapport à ce que nous avons pu identifier précédemment des stratégies paysannes, surtout dans les régions marginales : la diversification des sources de revenus par le recours systématique, autant que le permet le marché du travail, aux activités extra-agricoles. On cherche donc à enfermer les populations rurales dans leurs activités agricoles alors qu’elles cherchent à en sortir au moins partiellement.

334C’est bien ce que confirment pour le Nord-Ouest des données recueillies à différents niveaux.

  • 59 Ministère de l’Agriculture-DPSAE, CRDA de Jendouba, FAO, op. cit.

335L’étude générale sur l’ensemble de l’agriculture du gouvernorat de Jendouba a mis en évidence que 50 % seulement des chefs d’exploitation consacrent tout leur temps à leur exploitation59.

336Selon les petites régions une fraction plus ou moins importante d’exploitants considèrent qu’ils n’ont plus d’avenir dans l’agriculture et sont donc disponibles pour les opportunités qui pourraient s’offrir à eux dans ce sens : ils sont 24 % par exemple dans ce cas dans la plaine cultivée en sec ; 35 % dans la zone forestière à population dense.

337Une fraction toute aussi variable selon les régions est décidée à transformer son exploitation si on lui fournit les moyens.

  • 60 Attia (Habib), op. cit.

338Une enquête réalisée en 1982 dans le cadre du Projet clairières forestières et citée par H. Attia60 mettait bien en apparence la précarité des familles qui vivent dans ces clairières sur des micro-exploitations et dont « le quart des 8 000 jeunes recensés sont salariés, autant journaliers et chômeurs. 50 % des jeunes sont des émigrés définitifs à l’étranger ou à Tunis ».

  • 61 Gachet (Jean-Paul), Chattouna (Hedi). Premiers résultats de l’enquête exploitation réalisée sur la (...)

339Une des premières enquêtes réalisées dans le cadre de l’Office du Nord-Ouest, dans l’arrière-pays de Teboursouk, a montré que là où il y avait une forte offre de travail, ce qui était le cas avec la présence d’une mine, on observait une très forte corrélation entre un âge relativement jeune (moins de 40 ans), une double activité salariée temporaire ou permanente et agricole, et le maintien du patrimoine foncier dans l’indivision61.

340On peut donc difficilement envisager que les doubles actifs quelle que soit la précarité ou la durée variable de leur activité extra-agricole remettent en cause leurs stratégies de diversification des revenus. Stratégies qui se développent au niveau des groupes familiaux élargis comme le prouve le maintien de structures indivises, qui ne sont d’ailleurs pas prises en compte par les propagandistes du crédit, du remembrement.

  • 62 Labonne (Michel). « Développement rural et biais bureaucratique dans les pays pauvres » Revue Tier (...)

341Nous touchons là, à nouveau, une certaine impossibilité conceptuelle pour l’État, prisonnier de sa logique d’intervention bureaucratique, de percevoir et de prendre en compte la dynamique sociale. Cette logique est tout à fait illustrative du « biais bureaucratique » qu’a analysé M. Labonne en Afrique Noire62 : « l’habitude a été contractée de ne pas rechercher une information différenciée, explicative de la réalité sociale, pour se cantonner à la quantification d’agrégats économiques pas toujours pertinents, ou à des analyses ponctuelles et sommaires de coûts-bénéfices. Le fonctionnement de la machine sociale n’intéresse que peu, puisque la gestion de l’économie est d’ordre réglementaire ».

342En paraphrasant ce propos, on pourrait dire que le fonctionnement réel de l’agriculture n’intéresse que peu le développeur, le vulgarisateur, pour qui le développement de l’agriculture est une affaire de normes à respecter, d’aménagements rationnels à mettre en place dans un espace socialement neutre.

343Si, comme nous le pensons, la logique qui prévaut en matière de développement rural va à rencontre des buts recherchés, qu’en sera-t-il du premier volet de modernisation intensive ?

344Mais ce volet lui-même pourra-t-il donner les fruits qu’on en espère ?

345Il nous parait intéressant au terme de notre réflexion sur les stratégies de nous arrêter un instant sur ce qu’un opérateur important de cette orientation en dit. Il nous apparaîtra qu’au terme de trois décennies d’intervention étatique nous sommes presque revenus à notre point de départ, lorsque, dans un autre contexte économique et social, la modernisation était véhiculée par de grandes exploitations très mécanisées et devait servir de modèle à l’ensemble de la paysannerie.

3) LE MODÈLE DE LA GRANDE EXPLOITATION AGRO-INTÉGRA-TRICE

346En 1984 est créée la première Société de développement et de mise en valeur agricole, la SMADEA qui dans la région de Bou Salem va exploiter près de 4 000 ha dont 1 200 ha irrigués appartenant jusque-là à des coopératives.

347Cette société est dotée d’un capital de 2 MD. L’essentiel de celui-ci a été fourni par la Société Tuniso-Saoudienne de Développement créée en 1982, l’Office des Terres Domaniales et enfin l’Arab Investment Company.

348Dans les numéros de La Presse des 23 mai et 6 juin 1984, M. Sadok Bahroun, PDG de la STUSID, a consacré une tribune à cette nouvelle forme de société agricole. Son argumentation mérite attention.

349M. Bahroun justifie tout d’abord l’utilité de telles sociétés en posant comme principe que « parmi les problèmes qui entravent le développement agricole, il en est un qui semble très important, sinon le plus important et dont découlent beaucoup d’autres : celui de l’introduction dans l’agriculture tunisienne de la meilleure technologie possible, celle qui s’adapte le mieux aux conditions naturelles de notre pays.

350Pour introduire une technologie de ce type il faut des capitaux, il faut des cadres compétents, il faut un « management » efficace. Toutes ces conditions peuvent être avantageusement réunies dans les exploitations relativement importantes et gérées dans le cadre d’une structure juridique appropriée ».

351L’articulation technologies intensives-grandes exploitations-structure juridique appropriée est identique à celle qui prévalait dans les années de la coopérativisation.

  • 63 « Un élevage bovin laitier de haute performance de 2 400 vaches en année de croisière, devant prod (...)

352M. Bahroun présente ensuite les grands traits du système de production et les orientations productives qui seront mises en œuvre63.

353Il s’agit de mettre en place un système très intensif en recourant systématiquement aux techniques les plus performantes actuellement disponibles et utilisées dans les pays ayant une agriculture intensive.

354Cette exploitation mobilise « pour la première fois en Tunisie un capital de 8 millions de dinars consacrés aux infrastructures de production, à l’acquisition du cheptel (une jeune génisse, non pleine, revient, coût du transport aérien compris, à plus de 1 000 D rendue sur place) et du matériel ».

355Au-delà de sa contribution à l’accroissement de la production nationale de produits agricoles de base (les estimations de production permettent d’estimer une augmentation de l’ordre de 800 % en année 6 du projet par rapport à la situation de départ), M. Bahroun justifie un tel investissement (de l’ordre de 2 000 D/ha) par trois effets d’entraînement.

356Il favorisera l’intégration agro-alimentaire des agriculteurs de la région puisque parallèlement à l’exploitation sera installée une centrale laitière d’une capacité de 80 000 l par jour qui traitera non seulement le lait de la SM ADEA mais celui des éleveurs de la région.

357Par ce biais, la SMADEA « aidera les éleveurs à améliorer leurs performances en leur apportant une assitance technique en vue de répondre à la demande de la centrale laitière ». M. Bahroun précise alors : « Nous aurons ainsi fait d’une pierre deux coups : d’abord faire en sorte que la SMADEA ne soit pas une citadelle isolée mais au contraire lui faire jouer un rôle de rayonnement sur toute la région, sécuriser ensuite les éleveurs en leur garantissant l’achat de leur production dans les meilleures conditions possibles ».

358Plus globalement le succès d’une telle opération (qui ne fait aucun doute dans l’esprit de son promoteur) « fera petit à petit tache d’huile. Pour le petit exploitant il est beaucoup plus facile « de copier » ce qui réussit que d’assimiler d’une façon abstraite n’importe quelle méthode nouvelle ».

359M. Bahroun conclut : « A côté de grandes exploitations il y aura place pour les petites exploitations, et les relations entre les unes et les autres devraient être étroites de manière à ce que l’effet d’entraînement joue à plein ».

360C’est pourquoi M. Bahroun suggère : « chaque fois que cela sera possible, en particulier sur les fermes appartenant à l’État, on devrait essayer de mettre en place des Sociétés de Développement et de mise en valeur agricole, avec pour objectifs d’augmenter bien sûr la production agricole sur les fermes mises à leur disposition, ensuite d’avoir le maximum d’impact sur les exploitations environnantes en essayant de les impliquer dans l’approvisionnement d’une unité de transformation à mettre en place : laiterie usine de conserve ».

361Il faut ajouter, pour ne pas trahir sa pensée, que l’auteur reconnaît « qu’il y a d’autres problèmes à résoudre pour permettre aux petits exploitants de progresser et d’augmenter au maximum leur production : moyens financiers à mettre à leur disposition à temps, approvisionnement régulier en intrants, maintenance du matériel et des équipements, disponibilité en pièces détachées, commercialisation de la production, politique de prix incitatifs ».

362Ces réserves sont révélatrices d’une certaine prise de conscience des problèmes des petits exploitants. Bien que la plupart des problèmes évoqués concernent l’ensemble des agriculteurs, ceux des petits exploitants résident justement dans des modalités d’accès spécifiques à ces services. Néanmoins l’analyse développée par S. Bahroun exprime bien toute la conception du processus qui a commencé à se concrétiser.

363Autrement dit, il faut intensifier la production partout où cela est possible rapidement et facilement en ayant recours aux techniques les plus intensives : les terres domaniales, les périmètres irrigués sont les plus concernés.

364Ces techniques sont disponibles sur le marché international. Elles peuvent être transférées sans difficulté en Tunisie, dans la plupart des structures de production à la condition d’assurer un encadrement adéquat, d’assister et de sécuriser les agriculteurs dans l’écoulement de leurs productions et de prendre diverses mesures d’accompagnement.

365Le transfert sera d’autant mieux assuré qu’il y aura une meilleure relation entre les agriculteurs et des unités agro-industrielles. Celles-ci doivent être les vecteurs de la modernisation et de l’intensification de l’agriculture.

366Nous nous sommes attardés sur ce texte car il illustre le nouveau cours que l’on cherche à donner à l’agriculture depuis 1980 même si certains de ses éléments étaient déjà en germe auparavant.

367Il s’agit, en fait d’intégrer la petite et moyenne agricultures au secteur modernisé de pointe qui ne peut être constitué que par de grandes exploitations dont le modèle est désormais donné par les Sociétés de développement et de mise en valeur agricole. Ces sociétés seront étroitement liées à des unités agro-industrielles financées par les mêmes institutions bancaires.

  • 64 Ministère de l’Agriculture-DPSAE : «Préparation du vie Plan (1982-86) Rapport du Sous-Comité de la (...)

368On peut se demander si ce modèle d’intégration agro-alimentaire ne sera pas généralisé à l’ensemble de l’agriculture grâce au Code des investissements, aux projets agréés par l’APIA et financés par les différentes banques de développement au travers des sociétés civiles dont la création est suggérée pour pallier les défaillances des grands agriculteurs absentéistes et les déficiences de ceux que l’on appelle « les ouvriers-paysans » parce qu’ils ne se consacrent qu’à temps partiel au travail agricole64.V – ESSAI DE CONCLUSION

369Nous manquons encore de recul pour apprécier les effets de la nouvelle politique.

  • 65 vie Plan de Développement Economique et social 1982-86.
    Avec les excellentes récoltes de 1985 il es (...)

370Pour les trois premières années du vie Plan, le déficit agro-alimentaire s’est encore aggravé ; il a atteint 171,4 MD soit 25,6 % du déficit commercial total contre 65,7 MD en année moyenne durant le ve Plan. Les prévisions du vie Plan fixaient un objectif de 83 M D65.

  • 66 L’année 1985 a atteint des niveaux très exceptionnels puisque l’on parle de 20,8 millions de quint (...)

371Les productions céréalières ont augmenté sensiblement par rapport à la moyenne du ve Plan, dont les trois premières années avaient été, il est vrai, difficiles. Pour les trois années 1982 à 84, la production céréalière moyenne a été de 10 millions de quintaux66.

372Les investissements dans l’agriculture ont manifesté une légère tendance à l’augmentation puisque la FBCF dans l’agriculture a représenté 14,6 % de la FBCF totale pour les trois années 1982 à 84 contre 13,1 % en moyenne durant le ve Plan.

373Les crédits d’investissement à l’agriculture semblent avoir légèrement régresses en valeur relative pour les trois premières années du vie Plan ; ils ont atteint 146,6 MD soit 12,6 % des crédits à moyen et long termes accordés à l’ensemble de l’économie contre 72,1 MD et 14,4 % en moyenne durant le Ve Plan.

  • 67 D’après des données récentes, l’APIA depuis sa création « a agréé 428 projets dont 215 de la catég (...)

374Ces données chiffrées ne permettent pas d’identifier les stratégies en cours67.

  • 68 55 % des bénéficiaires d’agréments de l’APIA en 1985 sont de jeunes agriculteurs. Ils n’étaient qu (...)

375Assiste-t-on à l’émergence de cette nouvelle race d’entrepreneurs agricoles qui doivent être les modernisateurs de l’agriculture ?68.

376Quelles vont être leurs orientations productives ? N’assistera-t-on pas dans le domaine agricole à ce qui s’est passé dans le secteur manufacturier avec la tendance induite par les modalités d’aide aux investissements à promouvoir des formes très capitalistiques de production aux dépens de l’emploi ?

  • 69 D’après le même article des projets agréés par l’APIA depuis sa création se répartissent pour 60 % (...)

377Compte tenu de l’évolution favorable des rapports de prix ces nouveaux agriculteurs s’orienteront-ils vers les productions de base dont le pays a besoin : céréales, produits animaux ? Mais cela sera-t-il compatible avec le niveau de maîtrise technique dans la mesure où l’aide aux investissement ne s’accompagne d’aucune contrainte et exigence en matière d’aptitude technique et gestionnelle ni d’aucune procédure pour apprécier l’utilisation optimale des crédits ?69.

378La logique agro-alimentaire puisée par les Sociétés de développement et de mise en valeur agricole, les fortes incitations concernant la promotion des exportations ne risquent-elles pas d’induire une sorte d’extraversion croissante de l’appareil de production agricole soit vers les marchés intérieurs porteurs (transformation à forte valeur ajoutée des produits laitiers, par exemple), soit vers les marchés extérieurs comme le montre déjà l’exemple de la SEDAN qui produit des légumes et des fruits destinés à être déshydratés, surgelés et exportés ?

379Cette orientation très capitalistique permettra-t-elle d’engendrer une dynamique de relations moins inégales entre villes et campagnes ou ne risque-t-elle pas d’accroître les disparités et la soumission d’une partie croissante de la paysannerie à une logique qui n’est pas la sienne ?

380N’assistera-t-on pas en dépit des projets de développement rural à la multiplication des stratégies de diversification et de sortie partielle de l’agriculture ?

381L’accroissement de la maîtrise sur le milieu physique qui est indispensable à l’expression de la modernisation intensive ne risque-t-il pas d’être impossible ?

  • 70 Il est intéressant de noter qu’au moment où est mise en œuvre cette stratégie de modernisation cap (...)

382Et dans la logique de la stratégie qu’il poursuit depuis trois décennies l’État ne sera-t-il pas tenté de se substituer de plus en plus aux agriculteurs pour assurer cette fonction indispensable à sa propre reproduction sociale ?70.

383Décembre 1985

Notes

1 Amrani (Fadila). Réforme agraire et système politique : le cas de la Tunisie 1960-1969. Thèse de Doctorat d’État en Science Politique. Paris, 1979.

Zamiti (Khalil). Culture, idéologie et obstacles à la modernité. Thèse de doctorat ès-lettres. Paris, 1973.

Brown (L.C.), Micaud (Ch.), Moore (Cl. H.). Tunisia, the politics of modernisation. London, Pall Mail Press, 1964.

2 Camau (Michel). Amrani (Fadila), Ben Achour (Rafâa). Contrôle politique et régulations électorales en Tunisie. Tunis, Aix-en-Provence. CERP-Edisud, 1981 : 62-64.

3 Id.

4 Amrani (F.), op. cit. : 393.

5 Gachet (Jean-Paul). « Choix technologiques et formation dans l’agriculture tunisienne » in La politique de l’emploi-formation au Maghreb 1970-1980. Paris, CNRS, 1981.

6 Chennoufi (Amhed). « Problématique de l’information agricole et du développement de l’agriculture». Conférence nationale sur l’information agricole. La Presse, 27 mars 1982.

7 Secrétariat d’État au Plan et aux Finances. Perspectives décennales de développement 1962-1971. Tunis, Imprimerie Officielle, 1961 : 82.

8 Amrani (F.), op. cit. : 794.

9 Kamelgarn (Daniel). «Stratégies de self-reliance et système économique mondial: l’expérience tunisienne dans les années 1960». Peuples Méditerranéens, 13, octobre-décembre 1980. L’auteur rapporte que le nombre de travailleurs émigrés passe de 15 000 en 1954 à 46 000 en 1962 et à 196 000 en 1969.

10 Sur l’expérience des coopératives, voir notamment : Zamiti (Khalil). « Les obstacles matériels et idéologiques à l’évolution sociale des campagnes tunisiennes ». Revue tunisienne des sciences sociales, 21, mai 1970 : 9-55. Makhlouf (Ezzedine). « Les coopératives agricoles en Tunisie. Structure et difficultés ». Revue tunisienne des sciences sociales, 26, octobre 1971 : 79-114.

11 Amrani (F.), op. cit. : 615 et 624.

12 Amrani (F.), op. cit. : 615 et 624.

13 Boudhiaf (Messaoud). Stratégies de développement agricoles en Tunisie depuis l’Indépendance. Thèse doctorat 3e cycle ès Sciences économiques, Lyon ii, 9 novembre 1979.

14 Note du Ministre de l’Agriculture en date du 25 mai 1972.

15 Boudhiaf (Messaoud), op. cit.

16 Boudhiaf (Messaoud), op. cit. p. 6 à 15 et 165 à 172.

17 Boudhiaf (Messaoud), op. cit. p. 168.

18 Boudhiaf (Messaoud), op. cit. p. 178.

19 Fettini (Habib). Recherche sur les deux modèles coopératif et d’import-substitution 1960-1970. Thèse doctorat de 3e cycle. Université Aix-Marseille ii, 1er juillet 1981. Ben Rhomdane (Mahmoud). Classes sociales, type d’accumulation du capital et formes de dépendance. CEDEC, Université Aix-Marseille ii, 70p. 1981. Kamelgarn (Daniel) «Tunisie (1970-1979), le développement d’un capitalisme dépendant », Peuples Méditerranéens. 14, juillet-septembre 1978.

20 Les crédits accordés par les SCMA le sont au taux de 6 % dont 2 % contribuent à alimenter le Fonds de Garantie des Crédits Agricoles qui prend en charge les crédits impayés à hauteur de 70 %. Le reste des crédits irrecouvrables étant assumé à proportion de 5 % seulement par la BNT et 25 % par les SCMA.

Au départ les SCMA ne sont ouvertes qu’aux agriculteurs disposant de 20 à 100 ha. ou possédant des parcelles à vocation agricole répondant à des normes de superficie.

En 1977, les limites d’adhésion aux SCMA et donc d’éligibilité sont réduites à 10 ha pour l’ensemble des gouvernorats du Nord. En 1979, cette limite est étendue à certaines délégations des gouvernorats du Centre.

21 Note émanant de la Direction de l’Assistance aux Petites et Moyennes Exploitations : « Les différentes formes du crédit », 1982.

22 Leur volume est passé d’environ 0,75 MD en 1976-77 à près de 1,1 MD pour la campagne 1978-80. Document cité à la note précédente.

23 Le projet APMANE financé par l’US-AID et qui concerne les gouvernorats du Nord-Est. 11 s’adresse aux agriculteurs ayant moins de 50 ha en sec ou 8 ha en irrigué. En 1979 il a accordé 970 prêts pour un montant de 0,26 MD sur 18 332 ha soit 270 D par agriculteur et 14 D/ha. Le projet FIDA qui concerne certaines délégations des gouvernorats du Kef et de Siliana. Il est orienté vers les agriculteurs ayant moins de 50 ha. Ce projet financé par le Fonds International de Développement Agricole a démarré durant la campagne 1979-80.

C’est la Direction de l’Assistance aux Petites et Moyennes Exploitations, créée en 1978, qui a en charge l’élaboration et le suivi de ces Projets.

24 Ces ressources alimentent trois fonds :
Le FOSDA : Fonds Spécial pour le Développement de l’Agriculture.
Le FOSEP : Fonds Spécial pour l’Encouragement de la Pêche.
fonds spéciaux dont bénéficie l’État par l’aide extérieure : fonds allemands pour l’irrigation, fonds des projets de crédit supervisé.
La BNT est essentiellement gestionnaire de ces fonds moyennant une commission de 2 % sur les encours. Le risque est entièrement assumé par le budget de l’État.
Ces crédits sont mis à la disposition des agriculteurs ou des détenteurs de parcelles agricoles, sous forme de prêts et de subventions.
Les dossiers sont instruits par les services du Ministère de l’Agriculture.

25 World Bank. Report 2934a-TUN Staff Appraisal Report Tunisia Third Agricultural credit Project. Mai 1980.

26 Ces dernières années, le rythme d’octroi des prêts s’est intensifié avec près de 10 000 prêts octroyés annuellement contre quelques milliers au début de la décennie. Les trois quarts de ces prêts ont contribué à financer des investissements immédiatement productifs.

A la fin de 1981 les engagements à moyen et long terme de la BNT sur fonds propres étaient de 9.3 MD.

Pour l’ensemble du ve Plan les crédits accordés sur les fonds d’État atteignaient 79,1 MD et avaient pratiquement doublé entre 1977 et 1981.

27 Les autres secteurs ayant bénéficié d’une aide substancielle aux investissements ont été les productions irriguées (19 % des crédits), les plantations (17,1 %) et le matériel (15,7 %).

28 Ministère de l’Agriculture, Direction de la Planification des statistiques agricoles et de l’Evaluation des Projets. CRDA de Jendouba, FAO Suivi et Planification Régionale du Gouvernorat de Jendouba-Tunisie. Octobre 1980.

29 Ministère de l’Agriculture, Perspectives Quadriennales 1973-76 : Rapport de synthèse du Sous-Comité Vulgarisation Agricole. Janvier 1973.

30 Billaz (René). Rapport de mission auprès de l’OMVVM-PPI du 18 au 25 juin 1975. Ministère de l’Agriculture OMVVM.

31 Gallali (Tahar), « Degrés de l’intensification au niveau des Périmètres Publics Irrigués. Essai d’évaluation de l’impact des actions d’encadrement » Cahiers du CRGR. 2, septembre 1976.

32 Gallali (Tahar) « Transplantation et homothétie en agriculture : réflexions sur quelques modes d’intervention publique dans la diffusion des innovations techniques » Bulletin ASDEAR. 1977.

33 Baduel (Pierre-Robert) « Rationalité scientifique, rationalité agro-pastorale et développement en Tunisie aride » in Innovations et technologie dans les pays méditerranéens xvie-xxe siècles. Actes des journées de Bandol. 22-24 avril 1982.

34 — Ministère de l’Agriculture – DAPME. Rapport d’évaluation dit Projet APMANE N° 660-0302. mai 1980.

35 Ministère de l’Agriculture-DPSAEP, CRDA Jendouba-FAO : op. cit. 51-52.

36 Bonvallot (Jean). « Glissements de terrain et aménagement du milieu naturel dans une montagne méditerranéenne humide. Le cas des Atatfa, Kroumirie, Tunisie septentrionale ». in Le développement rural en questions. ORSTOM, 1984 : 29-54.

37 Attia (Habib). Propositions pour l’élaboration d’un plan de développement régional du Nord-Ouest de la Tunisie. Commissariat Général au Développement Régional, janvier 1983.

38 Attia (Habib). « Réflexions à propos du développement régional de la Tunisie intérieure et méridionale » in Le développement rural en questions (p. 205-223) ORSTOM, 1984, et aussi Commissariat Général au Développement Régional. Développement de la région du Centre-Ouest. Etude d’un plan de développement régional. Termes de référence. 23 novembre 1982.

39 Attia (Habib), op. cit. : 215.

40 Hadjei (M.S.), Hadji (A.), Bouchawach (T.). L’intégration des économies de marché et de subsistance dans les terres à pâturage et les terres marginales des zones arides de Tunisie. Institut des Régions Arides. Conférence-Exposition UNESCO-CUS. L’écologie en action. Recherche d’une base scientifique pour l’aménagement du territoire. Paris 22-29 septembre 1981.

41 Les auteurs cités ci-dessus ont étudié deux périmètres :
Celui de Bir Lahmar – représentatif des milieux agro-pastoraux de la Djeffara – couvre près de 25 000 ha. Dans ce périmètre 42 % des ménages sont concernés par les courants d’exode rural et d’émigration, dont les revenus représentent 81,2 % des revenus totaux des familles. Une bonne partie des revenus extra-agricoles s’est investie dans la mécanisation qui a permis l’extension des cultures. La part de l’élevage dans les revenus familiaux n’est plus que de 3,4 %.
Celui de Zougrata d’une superficie de 80 000 ha est représentatif des Basses Plaines Orientales. La croissance démographique y a précipité l’intensification de l’utilisation du sol. L’impact de l’émigration y est moins important puisque les revenus qui en sont issus ne représentent que 15 % du revenu des familles ; par contre l’élevage qui a cependant régressé en assure 19,3 %.
L’arboriculture est pratiquée par 88 % des familles sur Zougrata et 73 % à Bir Lahmar.

42 Hadjej (M.S.), Hadji (A.). Bouchawach (T.), op. cit : 15.

43 Ben Rhomdane (Mahmoud). « L’État et la paysannerie » in Le Mensuel, 2, juillet 1984 : 34-51.

44 République Tunisienne. vie Plan de Développement Economique et Social 1982-86. Agriculture et pêche. Version définitive (juin 1982).

Les investissements réalisés durant le ve Plan ont été consacrés pour près de 44 % à l’hydraulique agricole. Le matériel agricole et l’élevage bénéficiaient de 17,4 et 12 % de ceux-ci alors que les actions d’aménagement de l’espace et le secteur Etudes-Recherche-Vulgarisation n’en obtenaient respectivement que 7,5 et 2,4 %.

45 Dimassi (Hassine). Forme d’accumulation et dépendance alimentaire, le cas de la Tunisie, Tunis. Faculté des Sciences Economiques, septembre 1983.

46 Ben Romdhane, op. cit.

47 La production céréalière moyenne durant le ive Plan (1972-76) a été de 11,2 millions de quintaux par an.

Durant le ve Plan elle n’a été que de 9,9 millions de quintaux par an.

48 Gachet (Jean-Paul). « Intérêt de quelques acquis agronomiques pour l’élaboration d’une stratégie d’autosuffisance alimentaire au Maghreb » Colloque international. Problèmes et perspectives de l’autosuffisance alimentaire dans le monde arabo-africain. Tunis 29-31 mars 1984.

49 Dimassi (Hassine). op. cit. ; et aussi El Amami (Slaheddine). « la crise de l’eau en Tunisie ». in Le Mensuel, 2, juillet 1984.

50 El Amami (Slaheddine), Gachet (Jean-Paul), Gallali (Tahar). « Choix techniques et agriculture maghrébine : le cas de la Tunisie » Peuples Méditerranéens, 8, juillet-septembre 1979, 119-152. Elloumi (Mohamed) Histoire et développement technique et économique de l’agriculture en sec dans le Nord de la Tunisie de 1956 à 1980. Mémoire DEA d’Economie rurale, Université Montpellier I, octobre 1980.

51 Statistiques Financières de la Banque Centrale de Tunisie. Ce déficit pèse de plus en plus lourd dans l’équilibre des échanges extérieurs : en moyenne annuelle le déficit agro-alimentaire représentait 13,7 % du déficit commercial total au cours du ive Plan ; pour le ve Plan il atteignait 24,7 % de celui-ci. Ce déficit concerne des produits essentiels : céréales, produits laitiers et sucre ont représenté plus des deux tiers de la valeur totale des importations alimentaires à partir de 1975.

52 El Amami (Slaheddine), Gachet (Jean-Paul). « Agriculture et Développement : pour une exploitation rationnelle de nos richesses» Démocratie, mars 1981. Gana (Alia). Stratégie de développement agricole et crise de l’agriculture : le cas de la Tunisie. INRAT, octobre 1983. El Amami (Slaheddine). « Technologie et emploi dans l’agriculture » in Tunisie : quelle technologies ? quel développement ? UNIT-Faculté des Sciences Economiques GREDET, 1983. Voir aussi Rosier (Bernard). Choix techniques et stratégies de développement. Réflexion méthodologique et étude de cas: une comparaison Algérie/Tunisie. UNESCO, Division pour l’étude du Développement. Rapport STY.22 F. Juillet 1982.

53 INS. Enquêtes de consommation 1975 et 1980. Les éludes du Commissariat Général au Développement Régional.

54 Ce code prévoit que l’investissement peut être réalisé dans le cadre d’exploitation par des sociétés civiles ou des sociétés à responsabilité limitée dont les associés sont des personnes de nationalité tunisienne ou bien encore dans le cadre de sociétés anonymes d’exploitation et de développement de nationalité tunisienne dûment autorisées.

55 L’Agence de Promotion des Investissements Agricoles (APIA) reproduit dans le secteur agricole la démarche initiée avec succès par l’Agence de Promotion Industrielle au début de la décennie 1970. Il s’agit de promouvoir auprès des investisseurs potentiels les avantages offerts par le nouveau Code des investissements, d’instruire les demandes d’agréments de projets d’investissement, de suivre ces projets.
La Banque Nationale de Développement Agricole dotée à sa création d’un capital de 40 MD a pour vocation de financer les projets ayant reçu l’agrément de l’APIA.

56 La première Société de mise en valeur et de Développement Agricole a été la SMADEA. Créée en 1982 par l’Office des Terres Domaniales et la Société Tuniso-Saoudienne d’Investissement et de Développement comme principaux partenaires.
Depuis ont été créées la SEDAN – Société de Développement Agricole du Nord – avec une participation de la Banque de Développement Economique de Tunisie ; la Société des Fermes de Mejez El Bab avec une participation de la Banque Tuniso-Koweitienne de Développement ; la Société de Développement « El Hamra » entre l’Office de l’Elevage et des Pâturages, la Société Poulina et la Banque tunisienne et des Emirats de Développement.

57 Ces quelques données situent bien l’ampleur du projet de restructuration :
90 000 ha représentent un peu moins de la moitié du patrimoine foncier des UCP
160 MD, c’est un peu plus de 10 % de l’enveloppe des investissements destinés au secteur agricole durant l’ensemble du vie Plan.

58 En 1981 c’est l’Office de Développement sylvo-pastoral du Nord-Ouest qui a vocation à assurer le développement rural intégré des régions montagneuses des gouvernorats de Bizerte, Béjà, Jendouba et du Kef.
En 1984 c’est l’Office de Développement des Souassis.
Le premier projet bénéficie d’un financement important de la Banque Mondiale et, dans une moindre mesure, de l’assistance allemande.

59 Ministère de l’Agriculture-DPSAE, CRDA de Jendouba, FAO, op. cit.

60 Attia (Habib), op. cit.

61 Gachet (Jean-Paul), Chattouna (Hedi). Premiers résultats de l’enquête exploitation réalisée sur la micro-zone de Rihana. Office de Développement sylvo-pastoral du Nord-Ouest, DERV, ronéo, 17 p., mars 1983.

62 Labonne (Michel). « Développement rural et biais bureaucratique dans les pays pauvres » Revue Tiers-Monde, t. xxi, 84, octobre-décembre 1980. Voir aussi : Gu-Konu (Emmanuel Y.) « Le développement rural : que recouvrent les mots ? » in Le Développement rural en question, ORSTOM 1984.

63 « Un élevage bovin laitier de haute performance de 2 400 vaches en année de croisière, devant produire 40 000 litres de lait par jour.
« Cet élevage sera constitué pour la première fois en Tunisie de vaches Holstein originaires des États-Unis. Cette race s’adapte à tous les climats mais demande à être traitée suivant des règles précises et scientifiques que la SMADEA a pu assimiler grâce à une assistance technique appropriée
la constitution d’un cheptel ovin de l’ordre de 3 000 brebis mères ;
l’introduction de nouvelles méthodes et techniques culturales et d’irrigation adaptées aux grandes superficies ». Et M. Bahroun précise : « en matière d’irrigation la SMADEA a introduit, pour la première fois en Tunisie, un système adapté aux grandes cultures et permettant de programmer l’apport d’eau en fonction du strict besoin, ce qui permet à la fois d’économiser au maximum l’eau et d’en obtenir le maximum de résultats quant aux rendements ».
La race Holstein dont il est question représente le « haut de gamme » des races laitières avec un potentiel de production très élevé de l’ordre de 15 à 20 000 litres par lactation. A titre de comparaison la production moyenne laitière en Tunisie est de l’ordre de 1 000 l et les meilleures étables laitières ont une moyenne de production qui se situe entre 5 000 et 6 000 l par lactation.

64 Ministère de l’Agriculture-DPSAE : «Préparation du vie Plan (1982-86) Rapport du Sous-Comité de la Vulgarisation Agricole», février 1981.

65 vie Plan de Développement Economique et social 1982-86.
Avec les excellentes récoltes de 1985 il est prévisible que ce déficit sera plus faible en 1986.

66 L’année 1985 a atteint des niveaux très exceptionnels puisque l’on parle de 20,8 millions de quintaux. Cette récolte record ne doit pas masquer les problèmes de fond qui subsistent et qui ont trait à l’insuffisante maîtrise technique des producteurs qui se manifeste dès que les conditions climatiques deviennent plus contraignantes.

67 D’après des données récentes, l’APIA depuis sa création « a agréé 428 projets dont 215 de la catégorie « B » des petits et moyens projets et 213 de la catégorie « C » des grands projets. L’ensemble représente un investissement de 148 MD dont 123 MD ont déjà été libérés.
« Ces projets ont permis de créer 10 125 nouveaux emplois. 38,3 % des projets promus l’ont été par de jeunes agriculteurs » (Dialogue, 585, 9/12/1985).

68 55 % des bénéficiaires d’agréments de l’APIA en 1985 sont de jeunes agriculteurs. Ils n’étaient que 22 % en 1983. (Dialogue, 589. 20/1/1986. « 3e Anniversaire de l’APIA. Au Service du Département de l’Agriculture »).

69 D’après le même article des projets agréés par l’APIA depuis sa création se répartissent pour 60 % à l’élevage intégré à l’arboriculture et aux grandes cultures ; 6,5 % aux productions végétales ; 10 % à l’agroalimentaire et aux activités de service, 15 % à la pêche et l’aquaculture, enfin 9,5 % aux petits élevages. Ces projets concernent très inégalement les différentes régions : 32 % pour le Nord-Ouest. 30 % pour le Nord-Est, 20 % pour le Centre-Ouest, 13 % pour le Centre-Est et 4 % pour le Sud.

70 Il est intéressant de noter qu’au moment où est mise en œuvre cette stratégie de modernisation capitalistique une étude de la Banque Mondiale consacrée à une évaluation des politiques agricoles des trois pays maghrébins recommande de s’orienter vers une politique accordant plus d’importance à la petite hydraulique, à toutes les techniques qui conservent le sol, réduisent le ruissellement et l’érosion, de développer la recherche agricole pour élaborer des systèmes de production qui répondent mieux aux problèmes auxquels, sont confrontés les agriculteurs.
Or l’enveloppe des investissements prévus pour le vie Plan prévoit certes un accroissement en valeur absolue des investissements destinés d’une part aux actions de conservation des eaux et des sols et d’autre part à la recherche mais leur importance relative décroitra par rapport à ce qu’elle était dans le ve Plan (Soit au total 141 MD et 9,1 % des investissements au lieu de 57,8 MD et 9,9 %).
Cleaver (Kevin M.). The Agricultural Development Experience of Algeria, Morocco and Tunisia. A comparison of strategies for growth. World Bank Staff Working Paper, Number 552, 1982.

Auteur

Jean-Paul GACHET, Chargé de Recherches (agronomie) à 1TNRA, Paris.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter