Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tunisie au présent

 | 
Michel Camau

II - Réformes. L'État tutélaire : système politique et formes sociales

6- La réforme des mentalités : Bourguiba et le redressement moral

Yâdh Ben Achour

Texte intégral

1Bourguiba a souvent révélé dans ses propos et discours que, bien avant l’indépendance, ses contacts directs avec les foules, son apprentissage de la nature humaine au cours de la lutte, son expérience personnelle des grandeurs et misères de la mentalité des Tunisiens, avaient édifié en lui l’idée que le redressement national est en majeure partie tributaire du redressement moral de la nation et de la rénovation des mentalités.

  • 1 Pour Bourguiba « seule la force de l’Etat peut garantir la sécurité, le bien être et donner un con (...)

2Ce sera là l’un des objectifs de l’Etat indépendant. L’Etat va donc se trouver investi de cette mission prioritaire : refaire les mentalités. Pour Bourguiba, l’Etat, ses puissances coercitives et organisatrices (administration civile, parti, tribunaux, police, armée, appareil juridique) ne sont pas uniquement de simples forces matérielles d’action sur la vie sociale, ils constituent également des instruments de persuasion et de sensibilisation au service du discours éthique de l’Etat1.

3Mais en Tunisie, comme en d’autres Etats sous-développés, le leadership personnel éclipsant l’autorité constitutionnelle, cette œuvre de redressement moral va devenir le domaine d’intervention spécifique du Chef.

LE VERBE BOURGUIBIEN

  • 2 Khaddar (Moncef), Langage et réalité politique en Tunisie. Thèse, doctorat science politique, Pari (...)
  • 3 Discours du 2 novembre 1970, rapporté par Moncef Khaddar, Thèse citée : 123.

4C’est, en tout premier lieu, par la force du verbe puis par la diffusion d’un langage préalablement codifié et standardisé sur le modèle langagier du Chef, que la campagne pour la réforme des mentalités va se réaliser. Le langage dans la Tunisie bourguibienne est à lui seul, comme le note Moncef Khaddar, un système de gouvernement2. Le Chef en est d’ailleurs conscient, qui confie : « Cette méthode d’action, bien que dangereuse a la vertu de transformer la mentalité de mes auditeurs... La chaleur de mon verbe et l’efficacité de mon action ont toujours agi sur les foules. Je crois vous avoir dit que l’année 1933 fut une période cruciale dans ma carrière politique. C’est en effet à cette époque, que je me suis découvert des dons d’orateur et que j’ai mis cela au service de notre cause »3.

  • 4 Khaddar (Moncef), cité, (p. 191) qui écrit par la suite et à juste titre : « ce qui frappe, c’est (...)
  • 5 Ben nefissa (Sarah). Islam, autorité et Etat : l’exemple tunisien. Thèse, doctorat en droit, Paris (...)

5« La réforme des mentalités », dans cette optique, sera donc d’abord atteinte par le discours, les puissances coercitives et organisatrices entreront en jeu ensuite; d’abord la chaleur du verbe et au premier chef « les discours fleuves, programmatiques et normatifs du fondateur du parti »4. C’est par ce discours que Bourguiba entend « élever le niveau moral et intellectuel des Tunisiens »5.

  • 6 La suprême et surhumaine éloquence du Coran est signe de son caractère révélé. Quant à la parole p (...)
  • 7 Dont les discours en particulier, recueillis par le Chérif Erridha au ive siècle hégirien dans la (...)
  • 8 Bourguiba (H.). La Tunisie et la France. Paris, Julliard, 1956 : Introduction.

6Cette stratégie d’action sociale est fondée sur la conviction que le charisme d’un Chef exceptionnel, comme celui des prophètes, se déploie d’abord dans la pratique discursive et le tribunat. Vieille conviction politique arabe ! La pensée arabe classique a placé au sommet de sa littérature la parole tribunicienne des grands chefs, conservée pieusement, codifiée, apprise aux enfants : Jemal Abd Nasser, Habib Bourguiba se situent dans une longue tradition oratoire représentée par le prophète lui-même6, ou par Ali Ibn Abi Taleb7, Mu’awiya, Hajej Ibn Youssef, Tarak Ibn Ziyad, etc. La réforme de l’esprit est donc le produit du don oratoire, qualité essentielle d’un grand chef, qui est également, par la force des choses, un grand éducateur. Bourguiba se décrit lui-même en ces termes : « Le premier, il alla au peuple, lui parla directement dans sa langue, en vue de l’éduquer, de l’organiser, d’en faire l’artisan de son propre destin »8.

LE DISCOURS ÉTHIQUE

  • 9 Khaddar (Moncef), p. 267.

7Ce qui caractérise en tout premier lieu la parole du chef et de ses disciples, c’est qu’elle constitue un discours éthique9. Il s’agit, au sens littéral du terme, de faire la morale aux autres, d’éduquer, de refaire les esprits, de refaire plus exactement l’esprit général du peuple.

8L’Etat moralisateur va donc déployer son verbe en vue d’inciter la collectivité, les groupes, les individus à faire un effort sur eux-mêmes, pour se situer dans le présent, pour saisir et comprendre les faiblesses de leurs croyances, de leurs représentations et pour se propulser dans l’avenir le meilleur. Le progrès doit sortir de cette conscience de soi sur soi. Chacun doit faire son propre jihād et être son propre mujtahid. Chacun doit adhérer aux recommandations et incitations clamées par la parole du chef, et l’exemple du chef, posés comme paradigme de la morale publique. Cette morale publique nous apparaît comme un vrai code de déontologie à l’usage des gouvernés, mais également des gouvernants, destinée à former et maintenir la santé morale de la nation.

9S’il est vrai qu’indépendance et souveraineté sont peu de chose, rapportées au Jihad contre le sous-développement, il est vrai également que rien sinon le chaos n’est possible avec un peuple miséreux et inculte : ni démocratie, ni droits de l’Homme, ni civisme. Mais le remède n’est pas exclusivement économique et matériel, il relève comme nous l’avons indiqué, du domaine de l’esprit.

10Ce redressement moral dont dépendent toutes les autres formes de progrès n’est donc pas la simple conséquence des changements matériels de la société (croissance économique, urbanisation, généralisation du travail de l’homme et de la femme), il serait plutôt leur cause : point de réformes sociales ni de mieux être sans la préalable action sur l’esprit général du peuple, qui n’est elle-même, comme nous l’avons indiqué, que la réflexion du peuple sur lui-même et en lui-même grâce à la « conscientisation » opérée par le Chef : « Dieu ne modifiera la condition d’un peuple, que si préalablement celui-ci change ce qui est en son for intérieur »; le président a plus fortement diffusé ce verset que ne l’on fait des siècles d’école coranique.

LA MORALE PRÉSIDENTIELLE : UNE « GUERRE CONTRE LES MAUVAIS INSTINCTS »

  • 10 La Tunisie et la France, Introduction.
  • 11 Sur cette question, voir : Ben Nefissa, Islam, autorité et Etat : l’exemple tunisien, voir égaleme (...)
  • 12 Voir notamment le discours de Kairouan, du 24 mars 1975.

11Il faut rappeler à ce propos que la morale présidentielle ne dédaigne pas de recourir au patrimoine culturel islamique quand cela sert sa stratégie. L’Islam a été souvent sollicité d’intervenir pour soutenir la voix du Président. N’est-il pas, comme il l’a souvent rappelé, et une fois débarrassé des atavismes de toutes sortes qui l’encombrent et le dénaturent, n’est-il pas la religion de la dignité, de l’égalité, de la responsabilité, de l’effort intellectuel (Ijtihad), de la science et du savoir, de la joie de vivre : (farhat al Hayat, maître mot du Président). Il ne faut donc pas s’étonner de voir le laïc Bourguiba (car il est cela, fondamentalement) en appeler à l’Islam, quand il s’agit de lutter contre les mauvais instincts et l’incivisme. C’est encore lui qui écrit : « La véritable guerre sainte, le Jihad al akbar, c’est la guerre contre les mauvais instincts »10. Mais l’Islam auquel il est ici fait appel est, pour reprendre la terminologie de Sarah Ben Néfissa, l’Islam-force et non pas l’Islam institutionnel11, sauf pourrions-nous ajouter, dans le cas où ce dernier pourrait consolider le pouvoir présidentiel12.

  • 13 Lettre à Zine Abdine Snoussi, 21 août 1939, cité in Sayah (Mochamed). Histoire du mouvement nation (...)

12La parole bourguibienne se présente comme un tableau à double entrée : l’obscurité et le jour; ce qu’il faut redouter et abandonner et ce qu’il faut recueillir et développer. Nous y retrouvons le manichéisme de la morale du maître d’école. Cette représentation des choses a été forgée au cours de l’histoire du mouvement national. Très tôt au cours de son combat Bourguiba s’est heurté « aux éléments malsains de la société, ces microbes destructeurs qui pullulent sur les cadavres des peuples trépassés et se déclarent sur le corps des peuples entrés en agonie »13. Mais très tôt également il a su qu’il pouvait faire confiance en l’homme et qu’il y a du grand dans chacun. Tout le problème est de trouver le « bon berger ».

13Par conséquent, Bourguiba proclame sa foi en l’homme, sa perfectibilité et son libre arbitre. Les « mauvaises habitudes » proviennent de l’ignorance et de l’absence d’Etat intégrateur et éducateur; ce qui explique que l’acquis civique passera par la connaissance de l’histoire et de ses avatars, qu’il plaît au Président d’évoquer abondamment dans ses discours.

LE MAL TUNISIEN

  • 14 Ibid, T. 3 : 8.

14Ainsi, le citoyen doit d’abord apprendre à connaître ses tares historiques : « Forte propension à l’anarchie et à la division, individualisme exacerbé et esprit de clan, impossibilité de se soumettre à la règle et au consentement, et recours, sans scrupules, des minoritaires à la violence et à l’étranger. C’est ce qu’on pourrait appeler... le mal tunisien »14. Ce mal tunisien a souvent et abondamment été évoqué par le Président à différentes occasions.

15Le Tunisien doit donc apprendre à dominer ses « mauvais penchants » anarchiques, ses passions, querelles et inféodations, son agressivité et son manque de discipline. Il doit apprendre le sens de l’Etat et l’esprit civique. Premier pas dans la constitution de la citoyenneté : savoir que les Tunisiens ne doivent pas être « une poussière d’individus », mais une solidarité agissant en vue du bien commun, animée par un Etat national.

  • 15 Voir notamment le discours du 13 août 1965.

16Ces mauvais instincts et atavismes de l’histoire ne se limitent pas à cette propension à l’anarchie et à la discorde. Cette dernière est certes leur manifestation la plus caractéristique et la plus grave mais le mal endémique de l’esprit tunisien ne s’arrête pas là. Il s’y ajoute le fatalisme et l’acceptation du sort comme un irréversible dictat de Dieu, la résistance aux changements et à l’innovation, le mépris de soi et l’auto-dévalorisation, l’ignorance et la superstition, la dégradation des mœurs notamment dans le domaine de l’échange matrimonial et de la sexualité (plutôt bestialité et violence que sexualité)15. Sur ce dernier point, le Président a de multiples fois dénoncé les traditions décadentes qui ont fait de la femme un sous-être charnel, une sorte de marchandise à plaisir, du mariage, un négoce entre des clans et des patrimoines plutôt qu’une union entre deux êtres libres et consentants, des enfants, un investissement économique pour le futur incertain.

17Sur ces points Bourguiba n’a pas hésité à dire les choses telles qu’elles sont : joignant parfois le geste trivial qu’il voulait visuellement tourner en dérision, à la parole subversive destinée à secouer cette léthargie intellectuelle dans laquelle le peuple semble plongé. Tout cela a toujours donné à ses discours un sel inimitable, remarquablement servi par un réel talent théâtral, une sympathie et une beauté naturelles du regard et des traits, montés, grossis, puis répandus dans chaque foyer et chaque famille par l’écran.

LES FAMILLES ET LA FEMME

18Ainsi, concrètement, la famille devenait l’enjeu principal du combat pour le relèvement de la morale sociale et des mœurs. La famille sera pour Bourguiba le lieu réel de transformation de la morale générale et abstraite précédemment décrite en morale usuelle, c’est-à-dire en code pratique de conduites sociales. C’est pour cela que la réforme de la famille prit un tel lustre dans le bourguibisme. Les coutumes barbares seront attaquées là où elles produisent leurs plus grands ravages. La mentalité rétrograde, archaïque, paresseuse, la vulgaire et fausse virilité est d’abord repérée, puis sera combattue au sein de l’institution familiale.

19Le train de réformes du statut personnel depuis 1956 jusqu’en 1982 a pour ambition de libérer la famille de ses carcans traditionnels et en particulier de réformer le sort de la moitié oubliée du corps social : les femmes. La réforme des mœurs va se focaliser en dernier lieu sur le problème de la femme. La libération de celle-ci ne se limite pas en effet au strict sort de la femme. Elle signifie, plus largement, libération des esprits et réforme des mentalités rétrogrades, ignorantes, brutales, donc libération sociale et progrès.

20Voilà donc, résumé, le réquisitoire adressé à la nation tunisienne en vue de lui apprendre et lui signifier clairement ce qu’elle ne doit pas être. Bourguiba et ses appareils veulent d’abord mettre les Tunisiens devant leur miroir. Mais ce n’est là qu’un aspect de la déontologie du citoyen. Il reste le code des valeurs à décrire.

LA RAISON

  • 16 Il dira au congrès de Monastir de 1971 : « Dans le présent comme à l’avenir, la nation gagnera tou (...)

21Avant d’en arriver aux valeurs positives, Bourguiba va poser leur fondement : la Raison16. Dans son esprit, cette Raison est en fait la Raison moderne des Philosophes (il ne le dira jamais ainsi mais c’est un trait latent et implicite de son discours) et des Révolutionnaires, la Raison technicienne et géométrique, la Raison progressiste et libératrice, la Raison laïque que rebute l’esprit religieux. La Raison bourguibienne est ce mélange de volontarisme prométhéen, d’individualisme libertaire, de scepticisme scientifique, et de relativisme. Elle puise aux sources vives du libéralisme occidental débouchant lui-même, paradoxalement et par excès, dans Marx. Par ailleurs, la Raison bourguibienne est une intuition des intérêts bien compris et des possibilités réelles que permettent les environnements. Bourguiba ne sera pas, ne voudra pas être le visionnaire déchaîné. Il se voudra et se posera comme le visionnaire enchaîné, prudent, sagace. D’où son malentendu avec Je-mal Abd Nasser, Ahmed Ben Bella ou l’intempérant Gueddafi. La Raison bourguibienne est également synonyme de vigilance et d’éveil constant de l’esprit, plus particulièrement de travail des méninges (Dmāgh). Le Président a, d’ailleurs, toujours été l’observateur inquiet et satisfait de sa propre vigilance intellectuelle qui lui provoque insomnies, fatigues, malaises. Son corps est souvent las de supporter cet excès d’intelligence qu’il n’arrive ni à canaliser, ni à arrêter. Il n’en demande pas tant aux Tunisiens évidemment ! Mais le régime se veut le regénérateur de la capacité cérébrale et de la « matière grise » (encore un mot du Président !) des Tunisiens.

22Le fondement du nouveau code moral étant posé, de quoi ce dernier est-il fait?

23Ici, nous passons aux vertus spécifiques, positives, à la tête desquelles se trouvent la citoyenneté, le civisme et la responsabilité.

CITOYENNETÉ, CIVISME

  • 17 Sur ce point important, on peut consulter notamment les travaux de Shacht (Joseph), Introduction a (...)

24La citoyenneté, le civisme sont des idées neuves. Ils impliquent essentiellement la conscience d’une solidarité nationale et la fusion de l’Etat dans la société. Or, dans les temps obscurs, l’Etat était étranger à la société et celle-ci ne se sentait concernée par l’Etat que dans la seule mesure du lien d’allégeance et ce sujétion. L’Etat n’était qu’appareil de coercition et de ponction fiscale, rien d’autre. Bourguiba mettra plusieurs fois l’accent sur ce fait de l’Etat ancien, exemples historiques précis à l’appui. Joint aux « mauvais penchants » dont nous avons précédemment parlé, et à la structure de la pensée juridique islamique qui constamment travaillera dans le sens de la délégitimation de l’Etat17, ce phénomène devait naturellement déboucher sur des représentations politiques se situant aux antipodes de ce qui est aujourd’hui appelé civisme et citoyenneté.

25Le civisme qui dans l’optique bourguibienne est la caractéristique essentielle de la citoyenneté est d’abord tissé de discipline et d’obéissance à l’Etat. Seule la discipline ouvre les portes de la démocratie participative réelle et des libertés. Il faut donc apprendre à se soumettre à l’Etat et à ses lois. Pour Bourguiba la crise youssefiste ou le complot de 1962 constituent donc des réminiscences de l’ancien anarchisme tribal ou factieux qui est lui même assemblage d’envie morbide, de bassesse et de puérilité d’esprit, de calculs vils et d’intérêts personnels. C’est sur ces cendres que doit se faire la nouvelle citoyenneté.

26Il est clair, dans cette optique, que ni la nouvelle citoyenneté, ni le civisme, ni la démocratie ne sont pour l’immédiat. La société est encore trop fragile, trop imbibée de sa décadence pour pouvoir espérer accéder de suite au rang des nations fortes et politiquement civilisées. Refaire des sentiments et des sensibilités n’est pas une œuvre de courte durée.

27En attendant, le citoyen apprendra le civisme en démocratie surveillée. Ni pluralisme, ni élections disputées ne viendront mettre en péril la jeune République. Il faut certes aller aux urnes, mais pour ratifier des choix préparés par une direction responsable et clairvoyante. Cela fait partie de l’éducation du peuple. Cette éducation se fera par la parole du Chef mais également grâce au parti unique et aux organisations nationales qui ont investi la société.

  • 18 Par la reconnaissance de la Ligue Tunisienne des droits de l’homme en 1977, du Parti communiste en (...)

28Quand le Chef de l’Etat, se déplaçant dans le pays, rencontre « des hommes qui ne sont pas loin de l’état animal », il ne peut s’empêcher de constater et dire « Pour mettre ces pauvres gens à même d’exercer le pouvoir n’est-il pas indispensable de les éduquer ? ». La Tunisie sera donc en démocratie dirigée. Le pluralisme octroyé à partir des années 198018 ne doit pas induire en erreur. Il n’a pas modifié le climat politique ni réellement allégé la monopolisation. On assiste même aujourd’hui à une opération de revigorisation et de dopage du PSD.

RESPONSABILITÉ

29La « responsabilité »... Voici l’un des fleurons du vocabulaire politique tunisien. Responsabilité du citoyen, de la mère, du père, du travailleur, du patron, de l’artisan, de maître, etc. La « responsabilité » semble être considérée comme la qualité positive primordiale attendue des Tunisiens, dirigeants et dirigés.

30Dans le discours politique, cette qualité comme tout ce qui a trait au redressement moral ne peut être que le produit d’un long et difficile apprentissage; apprentissage, tension, formation, conscience de ses devoirs envers autrui, perfectibilité, maturation, effort de soi sur soi et sur les autres, mouvement de tout un peuple vers son propre dépassement, la responsabilité est posée comme la clé des vertus.

31Mais alors, qu’est-ce qu’un citoyen responsable et de quoi est faite cette reine des vertus ? Elle consiste simplement à assumer avec le maximum de sérieux, de conviction et d’achèvement le rôle ou le travail fixé par le statut de chacun... Comme le ferait un Suisse ou un Japonais ! Il faut éviter de traîner, de « se tourner les pouces », savoir que le temps est un ami précieux quand on sait l’utiliser. Cela n’est hélas pas une donnée de la société tunisienne, que les siècles de décadence ont, au contraire, habituée au travail hâtif, négligé, à moitié accompli. L’esprit tunisien est frère de la débrouillardise, de la mentalité roublarde et paresseuse, du vite fait en vue du gain le plus immédiat, et du bricolage. Tout cela doit être évacué. L’amour du travail et le « don de soi » doivent se substituer à l’ancien code de conduite.

32Cette responsabilité doit s’exercer dans un esprit d’ouverture à la modernité, dans le sillage de l’esprit du siècle. Nouvelles méthodes gestionnaires et didactiques, nouveau statut de la femme doivent précisément constituer le socle sur lequel seront édifiées les responsabilités particulières aussi bien que celle découlant de la citoyenneté. Cette responsabilité doit s’apprendre dès l’école et se poursuivre plus tard à l’université.

ACTION POLITIQUE ET RÉFORME DES STRUCTURES MENTALES

33La réforme des mentalités ne s’arrête pas, en effet, à la formation de l’esprit général du peuple. Elle doit prendre racine dans des actions concrètes destinées à faire de nouveaux acteurs sociaux dans l’ordre des familles, dans l’ordre des métiers et de leur résultante, celui de la citoyenneté.

34A tous ces niveaux nous retrouvons le tableau à double entrée du discours politique : d’un côté les tares sociales, les vicissitudes du sort, les manifestes de la décadence et du pourrissement social que le nouvel Etat doit balayer, de l’autre les composantes morales, intellectuelles et psychiques de la nouvelle citoyenneté.

  • 19 Khaddar (Moncef). Langage et réalité politique en Tunisie. Thèse, citée : 352.
  • 20 Nerfin (Marc), Entretiens arec Ben Salah, Paris, Maspéro (Cahiers Libres), 1974 : 113.

35Il en est, par exemple, ainsi dans l’ordre des métiers : si la bourgeoisie est un agrégat d’affairistes et de négociants primaires, « incapables d’animer un développement capitaliste à l’échelle nationale »19, le nouvel Etat doit faire en sorte que, par « la réforme des structures mentales », le Tunisien ne soit plus « le négociant rapide mais le producteur, l’investisseur, le gestionnaire »20.

36C’est l’Etat qui doit être le promoteur de cette transfiguration du « négociant rapide » en producteur, investisseur, gestionnaire. Le négociant rapide est un affairiste, avide de gain, sans souci d’entreprise, de sérieux, d’intérêt général, travaillant dans le désordre et l’insalubrité, tandis que le nouvel acteur économique est – doit être – un producteur rationnalisé, technicisé, salubre, en un mot, modernisé.

37Colloques, séminaires, stages, participation, ouverture sur l’université sont les instruments privilégiés par lesquels l’Etat va animer cette « campagne pour la réforme des structures mentales ». L’homo economicus du nouveau régime est le produit de cette éducation, à coups de séminaires et de campagnes de sensibilisation.

  • 21 Nerfin (Marc), op. cit. : 119.

38Evoquant les grands dossiers de l’éducation nationale et les réformes et expériences tentées à l’époque, en vue de l’insertion de l’école et de l’université dans le milieu social, notamment par l’intéressement de l’élève et de l’étudiant et leur « apprentissage de la responsabilité », M. Ben Salah affirmait : «... l’enfant sortant de l’école, heureux d’avoir pu gérer sa coopérative, c’était un élément d’éveil de sa famille, il n’était plus l’enfant consommateur, il devenait producteur d’idées, d’attitudes et de comportements, et ça c’est fondamental; producteurs de comportements nouveaux... il devenait militant dans sa famille »21. Cette même idée anime les réformes tentées dans le domaine de la « cogestion » universitaire, des stages obligatoires d’étudiants dans les coopératives ou les entreprises, de la régionalisation de l’université, de l’intégration pédagogique, des coopératives scolaires, etc. Bien que de courte durée, bien que mal comprise et souvent mal évaluée par les intéressés eux-mêmes (élèves, étudiants et corps enseignant), l’expérience Bensalhiste est d’une importance capitale parce qu’elle constitue, malgré les apparences contraires, une expérimentation sérieuse des ambitions et du souffle bourguibiens.

  • 22 Id. : 125.

39Le raisonnement pourrait être transposé dans la sphère économique. Là aussi, l’expérience coopérative a subjugué Bourguiba parce qu’il y voyait le moyen pratique d’insufler en profondeur le redressement moral, la révolution des mentalités; il entendait par ce moyen institutionnel créer une partie de l’Homme tunisien nouveau, produit du régime. La citation que nous allons emprunter à Ben Salah démontre que la rencontre des deux hommes n’est ni fortuite, ni accidentelle : ici et là l’action politique est mise au service de la trilogie directrice : réforme des mentalités et des mœurs, citoyenneté, responsabilité. Ecoutons-le parler de la planification familiale : « Je considérais que cela s’inscrivait dans le cadre de la réforme des structures mentales. Si l’on veut que le citoyen tunisien ou la citoyenne tunisienne devienne responsable, ou solidairement responsable de l’avenir du pays, encore faut-il que le premier exercice de cette responsabilité se fasse sur la personne, sur soi-même. La maîtrise, dans une certaine mesure, de sa destinée personnelle, de sa descendance, c’est une réforme des structures mentales rejetant les croyances que la vie temporelle de l’être humain est déjà inscrite dans le livre du destin, appartient à la providence; en cela nous étions parfaitement d’accord Bourguiba et moi. Il fallait développer le sens de la responsabilité personnelle »22.

40D’une manière générale, Bourguiba semble avoir passionnément adhéré à l’expérience planificatrice, coopérative et éducative de Ben Salah. Il l’a soutenue publiquement, a brisé des résistances, menacé les déviants. Mais l’éternel problème de Bourguiba, c’est qu’en lui le politicien finit toujours par tuer le politique. C’est peut être cela qu’Ahmed Ben Salah n’a pas suffisamment mûri, et tant d’autres avant et après lui !

DÉONTOLOGIE DU DIRIGEANT

41Cette réforme des mentalités ne s’adresse pas uniquement au citoyen. Elle s’adresse également, et par les mêmes moyens, aux dirigeants eux-mêmes, qu’ils se situent dans la sphère politique ou administrative.

42Ici encore nous retrouvons l’image à double face : nouveau et ancien.

43L’ancien : les griefs articulés sont prévisibles. Le Beylik est synonyme de corps extérieur, enduré par la société. Ceux qui étaient aux postes d’autorité n’étaient que des prévaricateurs, des jouisseurs du pouvoir de dominer, des « mauvais bergers » et des profiteurs, sans conscience d’Etat et pour cause ! Tels sont les éléments essentiels du tableau exposé et expliqué au peuple.

44Qu’en est-il à présent ?

  • 23 Discours au congrès de Monastir, 1971. Cf. également le discours d’ouverture au congrès de 1959.

45Ici nous retrouvons en premier lieu les valeurs morales et le discours éthique. Le néo-dirigeant est un être moral, serviteur de l’Etat, faisant preuve constamment d’abnégation, de probité, de sincérité, de désintéressement, insensible « aux jouissances, aux passions et aux partis pris »23.

  • 24 Cf., par exemple le discours d’ouverture du congrès de Bizerte (1964).
  • 25 Cf. Khaddar, p. 342 et suiv. et l’intéressante quantification du vocabulaire.

46Là encore l’exemple du Chef est la source de l’inspiration puisqu’elle est faite de raison, de franchise, de lucidité, de sérieux24, de « don de soi ». Le dirigeant ou l’administrateur doit certes être un homme capable et compétent, comprendre son art, mais il doit avant tout se pénétrer de valeurs morales25, à l’exemple du Chef. Ici encore la question primordiale est de refaire les mentalités.

PUISSANCES ÉTATIQUES ET JUSTICIER

47Toutes les puissances coercitives et organisatrices de l’Etat seront mises en œuvre pour réaliser ces idéaux.

  • L’arsenal juridique tout d’abord qui posera les règles nouvelles du droit familial26, de la réforme de l’Etat27 des relations de travail28, de l’éducation29.
  • Les administrations et les services publics qui mettront en exécution les règles juridiques positives et veilleront à la réalisation des objectifs de promotion sociale et de développement matériel dans le domaine économique, éducatif, sanitaire30, culturel.
  • Le parti du néo-destour, qui détient encore le monopole de l’action publique.
  • Les organisations nationales (Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), Union Nationale des Femmes de Tunisie (UNFT), Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA), Union Nationale des Agriculteurs Tunisiens (UNAT). Elles diffuseront les mots d’ordre et mobiliseront les soutiens.
  • Les mass-média qui administreront auprès de l’opinion la propagande et les campagnes de sensibilisation.

48Mais, par dessus tout, se trouve la figure du Chef, « homme de génie », être exceptionnel, adulé par lui-même et passionnément épris de sa propre personne, chanté, loué, redouté de tous. La scène politique tunisienne n’est pas fondamentalement différente de celle qui prévalait dans l’histoire ancienne : courtisans, poètes, chœurs musicaux, ambitieux de tout genre tournent comme une ruche fébrile autour du Chef ; avec, en plus, les moyens modernes de communication et d’organisation collective.

49Son règne se donne à voir comme celui de la souveraineté et de la suprématie : il est le père de la nation, l’éducateur probe et sincère, le pédagogue franc, la suprême intelligence. Il est celui qui s’est donné à son peuple par la souffrance, l’endurance, la vision prophétique; il est le « responsable devant Dieu et l’histoire », l’impeccable clairvoyance.

50Il est enfin le redresseur des torts, le justicier dont les sentences bousculent toute autorité, toute légalité. Sa décision se situe au-dessus de la loi. L’Etat de droit n’existe qu’en dessous de sa marche. A son niveau, il ne peut y avoir de transcendance. Il a pris quelque liberté, même avec le Dieu des musulmans et leur prophète. Il est un ordre, au-dessus des ordres. Pas même l’Etat ne bénéficie de sa légitimité. Au contraire la légitimité de l’Etat ne s’organise que par et autour de sa personne. Son leadership transcende l’Etat.

  • 31 Voir en particulier l’affaire de la SOTUETEC (fin 1985), de Tunis-Air, de l’Union Internationale d (...)
  • 32 Son fidèle de toujours et secrétaire particulier, M. Allala Laouiti, est limogé en 1985.
  • 33 « Répudiée » en 1986.
  • 34 Limogé en tant que conseiller spécial du Président de la République en janvier 1986, mais qui a, p (...)

51Le Chef intervient souvent, pour l’exemple, en vue de frapper l’esprit. Plusieurs fois, il est intervenu à la télévision pour faire lui-même un procès à un tel, coupable d’avoir enfreint le code de la nouvelle morale conjugale. Aujourd’hui, le voici qui part en guerre contre la corruption, les corrupteurs et les corrompus. Il y consacrera la fin de sa vie, nous promet-il en décembre 1985. Il enferme, emprisonne, prend des lettres de cachet, limoge31. Nul n’est à l’abri de son incorruptible justice : ni proche32, ni femme33, ni enfant34. Le voici maintenant qui étend souverainement l’ombre de son équité aux bacheliers de juin 1986, victimes innocentes d’un taux de réussite anormalement bas (13%). Il ordonne l’organisation d’une deuxième session pour compenser cette anomalie de la justice distributive. Quelque temps auparavant il lançait l’Etat dans une vaste campagne de lutte contre les logements insalubres et malsains.

CONCLUSION

52Puisque notre propos se rapporte à la réforme intellectuelle et morale, il serait souhaitable, que nous terminions par une interrogation auprès des Tunisiens eux-mêmes. Que disent-ils d’eux-mêmes ? Et puisque nous sommes dans le domaine du sentiment, que ressentent-ils aujourd’hui ?

53D’abord une sournoise inquiétude. Dans la rue, au café, dans les couloirs, dans les foyers, le malaise est palpable, jaillissant. Le Tunisien regarde l’avenir avec morosité en se disant, à peu près : « Tout peut arriver ». Il regarde fonctionner l’Etat avec amertume, pour certains avec désespoir. Au fond, le moral n’est pas au beau fixe !

  • 35 Camau (Michel), « L’Etat tunisien : de la tutelle au désengagement ». Maghreb-Machrek, n° 103, fév (...)

54Il est évident que cela tient à des causes politiques et sociales, excellemment analysées par Michel Camau : vitalité d’un leadership, déficit de légitimation de l’Etat, survivances dynamiques des anciens champs de solidarité et des particularismes, absence d’une véritable communauté politique, citoyenneté négative, atrophie de l’Etat, dévalorisation des institutions, clientélisme d’Etat35.

55Lorsque les Tunisiens se disent : « Tout peut arriver », cela sous-entend, pour les uns, la dictature militaire, pour d’autres, un gouvernement islamiste, pour d’autres, encore l’anarchie, dont les Tunisiens ont encore une fraîche mémoire depuis les événements de janvier 1984, pour certains, la poursuite de l’interminable agonie du régime.

56Notre question est plus limitée : dans ce malaise, quelle est la part des déceptions dans le domaine du redressement moral ? L’image du citoyen et du dirigeant correspond-elle à la déontologie bourguibienne que nous avons décrite ?

  • 36 Camau (M.), article cité : 26. Voir également ATSA, Administration et développement en Tunisie, op (...)

57Nous sommes très loin du citoyen modèle. Il est vrai que les particularismes sans se dissoudre ne sont plus que des restes, il est vrai également que le niveau de vie moyen s’est nettement amélioré et que le Tunisien est mieux nourri, logé, cultivé. Mais, d’un autre côté, de nouvelles aliénations sont nées qui donnent naissance à de nouvelles menaces pesant sur l’Etat et la société. Les ambitions développées par Bourguiba sont en train de générer des frustrations face à l’affaiblissement de la capacité distributive de l’Etat36, ce qui met ce dernier en état d’insécurité permanente.

  • 37 Camau (M.) : 29.

58Les classes aisées et possédantes ont conscience de ce fond de frustration qui se manifeste par une montée de la délinquance et de l’agressivité, et regardent avec désolation l’Etat sombrer dans l’usure. Il n’est pas sûr, sur ce point nous sommes tentés d’être un peu plus pessimiste que M. Camau37, qu’il n’y ait pas une convergence des mécontentements.

59La société tunisienne est un tissu en lambeaux dont il est téméraire de dire qu’il pourra favoriser l’éclosion d’une citoyenneté : entre les gens de l’aigreur et les gens du profit, contre lesquels le Président vient d’entrer en guerre, où se situent le consensus et l’adhésion ?

  • 38 Id. : 14.
  • 39 Loi du 12 décembre 1983.
  • 40 Décret du 29 octobre 1984.
  • 41 Décret du 17 juin 1985.

60L’élite au pouvoir ? Loin de répondre à ce qu’on en attendait, elle conjugue les pratiques néo-patrimoniales, l’occupation des postes, comme enjeux et privilèges; elle est «investie par les particularismes de tous ordres »38. Entre l’élite républicaine et celle du Beylik, la moralité sort-elle gagnante ? On est tenté de répondre par la négative, le phénomène semble être devenu d’une telle gravité que le Chef a promis « d’y consacrer le restant de sa vie ». Mais le Chef ne se préoccupe que des affaires qui arrivent à lui après avoir traversé des filtres et des parcours imprévisibles, qui ne sont pas ceux des institutions. S’est-il préoccupé, (le peut-il ?) d’apprécier certains textes encore plus mortels, à terme, pour l’Etat que la corruption des grands commis : a-t-il réfléchi au nouveau statut général de la fonction publique39, à la constitution du corps des conseillers des services publics40, au décret sur le cumul41, à la réforme de l’ENA et aux risques et dangers que tout cela fait encourir à l’éthique de la fonction publique et, par derrière elle, à la survie de l’Etat ?

61Certains rongent l’Etat par en haut, d’autres plus subrepticement, le cassent en son milieu; on ne peut, en définitive, que constater combien est imaginaire l’image bourguibienne du dirigeant ou du responsable rationnel, désintéressé, imbu d’intérêt public. Quant au peuple, il est encore loin d’émerger aux lumières de la citoyenneté. Il ne peut encore réellement résister aux chants des sirènes qui, encore et toujours, le rappellent à ses « mauvais instincts ».

Notes

1 Pour Bourguiba « seule la force de l’Etat peut garantir la sécurité, le bien être et donner un contenu réel aux notions de progrès et de civilisation... L’homme pour s’élever et prospérer doit vivre à l’abri d’un pouvoir juste et fort ». Discours, T. VI, 1959. Secrétariat d’Etat à l’Information, 1976 : 159.

2 Khaddar (Moncef), Langage et réalité politique en Tunisie. Thèse, doctorat science politique, Paris i : 13 et 125.

3 Discours du 2 novembre 1970, rapporté par Moncef Khaddar, Thèse citée : 123.

4 Khaddar (Moncef), cité, (p. 191) qui écrit par la suite et à juste titre : « ce qui frappe, c’est moins l’aspect sémantique du discours officiel que l’aspect physique, phonique. Quotidiennement les masses sont noyées par des flots de signes... Le Chef de l’Etat lui-même... symbolise la puissance du signe vocal et verbal » (p. 363-364).

5 Ben nefissa (Sarah). Islam, autorité et Etat : l’exemple tunisien. Thèse, doctorat en droit, Paris i, janvier 1986 : 345 s.q.

6 La suprême et surhumaine éloquence du Coran est signe de son caractère révélé. Quant à la parole prophétique elle est considérée comme modèle locutoire.

7 Dont les discours en particulier, recueillis par le Chérif Erridha au ive siècle hégirien dans la fameux « Nahj al Balâgha » (Partie i) constituent l’un des textes de base de la littérature arabe.

8 Bourguiba (H.). La Tunisie et la France. Paris, Julliard, 1956 : Introduction.

9 Khaddar (Moncef), p. 267.

10 La Tunisie et la France, Introduction.

11 Sur cette question, voir : Ben Nefissa, Islam, autorité et Etat : l’exemple tunisien, voir également Arkoun (Mohamed), L’Islam hier-demain, Paris, Buchet-Castel, 1978, 2e éd.

12 Voir notamment le discours de Kairouan, du 24 mars 1975.

13 Lettre à Zine Abdine Snoussi, 21 août 1939, cité in Sayah (Mochamed). Histoire du mouvement national tunisien. Le néo-destour à l’épreuve du pouvoir. Le Nouvel Etat, aux prises avec le complot yousséfiste 1956-1958. Textes réunis et commentés par Mohamed Sayah. Tunis, Dar El Amal, 1982. T. 1 : 25.

14 Ibid, T. 3 : 8.

15 Voir notamment le discours du 13 août 1965.

16 Il dira au congrès de Monastir de 1971 : « Dans le présent comme à l’avenir, la nation gagnera toujours à donner la priorité aux valeurs morales et à soumettre sa conduite à l’empire de la raison. A ce prix elle sauvegardera ses vertus spécifiques... ».

17 Sur ce point important, on peut consulter notamment les travaux de Shacht (Joseph), Introduction au droit musulman, Paris, Maisonneuve et Larose, 1983; Arkoun (Mohamed), « L’Islam et la laïcité », Bulletin du Centre Thomas More, Université Catholique de Louvain, n° 24, 1978; Tyan (Emile), Histoire de l’organisation judiciaire en pays d’Islam, Brill, 1960; Chehata (Chefik), « La religion et les fondements du droit en Islam », Rev. Algérienne de Sc. Jur. Eco. Pol, 1973, p. 563; Laroui (A.) L’Etat dans le monde arabe contemporain. Centre de recherche sur l’orient arabe contemporain, Louvain-La-Neuve; Ben Néfissa (Sarah), Thèse citée, notamment p. 117 et suiv.

18 Par la reconnaissance de la Ligue Tunisienne des droits de l’homme en 1977, du Parti communiste en 1981, du M.D.S. et du M.U.P. (II) en 1983.

19 Khaddar (Moncef). Langage et réalité politique en Tunisie. Thèse, citée : 352.

20 Nerfin (Marc), Entretiens arec Ben Salah, Paris, Maspéro (Cahiers Libres), 1974 : 113.

21 Nerfin (Marc), op. cit. : 119.

22 Id. : 125.

23 Discours au congrès de Monastir, 1971. Cf. également le discours d’ouverture au congrès de 1959.

24 Cf., par exemple le discours d’ouverture du congrès de Bizerte (1964).

25 Cf. Khaddar, p. 342 et suiv. et l’intéressante quantification du vocabulaire.

26 Code de statut personnel, 13 août 1956.

27 Suppression des tribunaux charaïques, décrets des 25 septembre et 25 octobre 1956. Proclamation de la République, 27 juillet 1957. Constitution du 1er juin 1959.

28 Code du travail, 30 avril 1966.

29 Décret du 29 mars 1956 et 1er octobre 1958 pour l’enseignement secondaire et décret du 31 mars 1960 pour l’université.

30 Sur la question Cf. Chaker (Mustapha), Administration et développement économique, Thèse, Paris i; et Association Tunisienne des sciences Administratives, Administration et développement, Tunis, Cérès Productions, 1985.

31 Voir en particulier l’affaire de la SOTUETEC (fin 1985), de Tunis-Air, de l’Union Internationale des Banques et du limogeage du gouverneur de la Banque Centrale (mars 1986).

32 Son fidèle de toujours et secrétaire particulier, M. Allala Laouiti, est limogé en 1985.

33 « Répudiée » en 1986.

34 Limogé en tant que conseiller spécial du Président de la République en janvier 1986, mais qui a, par la suite, connu un retour en grâce.

35 Camau (Michel), « L’Etat tunisien : de la tutelle au désengagement ». Maghreb-Machrek, n° 103, février-mars 1984 : 8.

36 Camau (M.), article cité : 26. Voir également ATSA, Administration et développement en Tunisie, op. cit. : 9.

37 Camau (M.) : 29.

38 Id. : 14.

39 Loi du 12 décembre 1983.

40 Décret du 29 octobre 1984.

41 Décret du 17 juin 1985.

Auteur

Yâdh BEN ACHOUR, Professeur (droit public) à la Faculté des Sciences juridiques et politiques de Tunis.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter