Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La péninsule arabique aujourd’hui. Tome II

 | 
Paul Bonnenfant

Troisième Partie : Les États du Golfe, d'ouest en est

Kuwait

André Bourgey

Texte intégral

1Premier émirat arabe du Golfe à obtenir son indépendance en 1961, Kuwait, petit triangle désertique de 17 820 km2 encastré entre l’Arabie Saoudite et l’Irak, est sans doute l’émirat le plus représentatif pour étudier les transformations apportées par le pétrole. Certes, à Kuwait, le pétrole a été découvert puis exploité plus tardivement qu’à Bahrain, mais dans ce pays les ressources en hydrocarbures sont toujours restées très modestes. Au contraire, à Kuwait, en raison de l’importance des gisements découverts, les revenus pétroliers ont été très vite considérables, et les mutations économiques et socio-géographiques liées au pétrole furent bien plus spectaculaires.

2En une trentaine d’années, Kuwait est passé de la misère la plus extrême (la plupart des vieux Kuwaitiens gardent encore en mémoire l’expérience d’un style de vie dominé par la pénurie) à l’opulence la plus effrénée, créant en partie une « société de rentiers ». Aujourd’hui, Kuwait est, avant les Émirats Arabes Unis et Qatar, le pays le plus riche du monde avec un revenu moyen annuel par habitant atteignant 17 270 dollars en 1979.

3Alors que pour les Emirats Arabes Unis et pour Qatar la richesse apportée par le pétrole remonte seulement à une quinzaine d’années, l’expérience kuwaitienne d’utilisation de la « manne pétrolière » est plus ancienne et devient par là même riche d’enseignements. Cette distinction chronologique est importante. Par rapport aux autres émirats voisins, Kuwait est longtemps apparu comme « le grand frère qui a réussi ».

4Kuwait est riche en contrastes. Bien que preneurs des techniques les plus avancées et fiers de leur expérience parlementaire, les Kuwaitiens ont conservé une société patriarcale, où le pouvoir politique et économique est concentré entre les mains de quelques-uns (famille régnante, notables). A première vue, Kuwait donne une impression de prospérité et d’insouciance. En fait, les tensions à l’intérieur de l’Émirat sont peut-être plus grandes qu’on ne l’imagine parfois. S’il convient de souligner les multiples réalisations de l’État kuwaitien dans le domaine de l’éducation, de la santé, du logement ou de l’aide au Tiers-Monde (cf. l’image du Kuwait, incarnation de l’État-Providence, « Welfare State »), il serait vain en même temps d’ignorer les contrastes socio-économiques à l’intérieur d’une population, qui est passée, en trente ans, de 80 000 habitants à plus de 1 300 000 habitants : le dernier recensement entrepris au Kuwait, en mars 1980, évalue la population totale de l’émirat à 1 355 827 personnes dont 58,5 % sont des étrangers.

5Il apparaît bien délicat de présenter en quelques pages tous les aspects de la vie de Kuwait, aussi bien l’organisation de l’espace que les activités économiques, les structures sociales, la vie culturelle ou politique. A titre d’exemple, l’expérience parlementaire kuwaitienne est aussi intéressante à analyser que l’histoire de l’exploitation de l’or noir dans l’émirat, depuis la découverte des premiers gisements jusqu’à la politique de récupération des revenus pétroliers. De même, l’étude de la presse kuwatienne, l’une des plus dynamiques du monde arabe, présente autant d’intérêt que l’analyse du tissu urbain et des stratifications sociales dans l’agglomération de Kuwait.

6Ne pouvant tout traiter, il fallait faire un choix qui a été dicté toujours par le souci de souligner les principales mutations qui affectent Kuwait.

I – Kuwait avant le pétrole

7Avant le xviiie siècle, il n’y a pas eu d’occupation humaine permanente de l’actuel territoire de Kuwait, mais à plusieurs reprises, depuis la plus haute antiquité, l’espace kuwaitien fut étroitement associé à l’histoire de la région. Dès le troisième millénaire avant Jésus-Christ, Kuwait était une position commerciale entretenant des relations étroites avec Dilmoun (Bahrain) et Sumer (Basse Mésopotamie), comme l’ont montré les archéologues danois, pionniers de l’archéologie dans les pays du Golfe, par leurs fouilles dans l’île de Faylaka, qui, telle une sentinelle, surveille l’entrée de la baie de Kuwait. Cette même île de Faylaka, que les Grecs nommèrent Ikaros, retrouva une grande prospérité à l’époque hellénistique, en raison même des avantages de sa situation au fond du Golfe.

8Kuwait bénéficie d’une situation de carrefour, doublement intéressante. D’une part, l’émirat se trouve à la charnière de la péninsule Arabique, de l’ensemble mésopotamien et du monde iranien. Ainsi, c’est à proximité du territoire kuwaitien que s’affrontèrent les troupes arabes et celles des Perses sassanides, combat dont l’issue permit d’ouvrir à l’Islam le chemin de l’Iran et de l’Asie centrale. Aujourd’hui, après avoir écarté la menace des visées irakiennes sur l’émirat, Kuwait observe avec inquiétude les affrontements armés entre l’Irak et l’Iran. D’autre part, la situation de Kuwait au fond du Golfe, l’une des plus anciennes voies de commerce du monde, est un autre atout et explique, dès la fin du xviiie siècle, l’intérêt de l’Angleterre pour Kuwait, étape sur la route des Indes.

9Les avantages de cette situation doublement favorable permettent de mieux compendre l’histoire de Kuwait, en particulier les convoitises étrangères. Mais il convient également de replacer Kuwait dans un espace de nomadisme, ce qui permet de mieux saisir les origines du peuplement de l’émirat (arrivée puis installation au milieu du xviiie siècle de la famille régnante actuelle, les Âl Sabâh, membres de la tribu des Âl ‘Utub, fraction de la grande et puissante confédération des ‘Anaza), et les caractéristiques de la société kuwaitienne traditionnelle, où le bédouin nomade sédentarisé est devenu marin, commerçant ou pêcheur de perles.

10A cette situation intéressante, qui demeurera toujours pour Kuwait un atout majeur, alors que les réserves en hydrocarbures, si importantes soient-elles, sont une richesse éphémère (ce que savent parfaitement les dirigeants kuwaitiens dont la politique de développement économique, pleine de sagesse, est orientée en fonction de l’après-pétrole), viennent s’ajouter les privilèges d’un site portuaire très favorable. En effet, Kuwait, carrefour placé à la rencontre du désert et de la mer, s’est organisé autour d’une baie accessible aux navires de tout tonnage, et bien abritée par tous les temps. Il s’agit là d’un des meilleurs sites portuaires de la côte méridionale du Golfe qui, ailleurs, est encombrée de dangereux récifs coralliens ou constituée de bancs de sables ou de marais.

11En fait, les bédouins venus du centre de l’Arabie se sont fixés sur les bords de la baie du Kuwait moins pour les qualités nautiques du port naurel que pour la présence de puits d’eau saumâtre, au sud de l’emplacement actuel de la ville de Kuwait. Mais, les ressources en eau de ces puits devinrent insuffisantes dès le début du xxe siècle. Jusqu’à l’installation d’usines de distillation d’eau de mer (mise en construction en 1953, à Shuwaykh, d’un complexe produisant de l’électricité et de l’eau distillée), des boutres à voiles allaient chercher l’eau du Shatt al-’Arab en Irak et la transportaient dans de grands réservoirs de bois. Une fois débarquée, l’eau était distribuée par des porteurs d’eau qui la livraient de maison en maison aux habitants de la ville. Le cri des porteurs d’eau a longtemps constitué le fond sonore de la vie quotidienne des Kuwaitiens.

12La richesse récente apportée par le pétrole a permis de lutter contre l’ingratitude des conditions naturelles, en particulier l’aridité du climat. Les moyennes pluviométriques annuelles se situent autour de 100 millimètres : par exemple, l’aéroport de Kuwait a enregistré un total annuel moyen de 108 mm d’eau durant les vingt dernières années. Comme toujours en milieu aride, ces moyennes pluviométriques cachent des variations considérables d’une année sur l’autre : ainsi, l’aéroport de Kuwait a reçu seulement 34 mm en 1972, alors qu’en 1973 le total pluviométrique annuel atteignait 219 millimètres. Il s’agit de pluies violentes tombant en hiver, principalement en décembre (40 % du total annuel). Les températures sont très élevées de mai à la fin septembre : la moyenne du mois le plus chaud (juillet) dépasse 37 degrés centigrades, avec des maxima absolus de 50° à l’ombre et 75° au soleil. Les hivers sont doux : en décembre, janvier et février la température moyenne varie entre 12° et 15° degrés.

13A l’intérieur de l’émirat dont la superficie est de 17 820 km2, ce qui représente à titre de comparaison la superficie moyenne de trois départements français, le relief est monotone et s’incline doucement vers le Golfe. Ce paysage plat et désolé est parfois entrecoupé de quelques collines et dépressions. Le point le plus élevé, situé dans le coin sud-ouest de l’émirat, atteint à peine 300 mètres. Au point de vue géologique, il convient de souligner que la majorité de l’espace kuwaitien est constituée de sables ou de conglomérats plus ou moins mal cimentés, entraînant ainsi des problèmes techniques importants pour la construction de bâtiments de type moderne.

14Le nom actuel de Kuwait, qui signifie « petite forteresse », apparaît pour la première fois en 1765, sur la carte et dans le récit publiés par un voyageur danois, Karsten Niebhur. Ce dernier dans sa Description de l’Arabie rapporte que Kuwait, appelé autrefois « Gran », possède 800 petits navires, et que « ses habitants vivent de la pêche des perles et des poissons sur la côte de Bahrain. L’on assure qu’ils sont au nombre de 10 000, mais à l’époque des fortes chaleurs, lorsque la plupart pêchent dans les environs de Bahrain et que d’autres sont à Baghdad, Alep et autres lieux pour y vendre des chameaux destinés aux caravanes, il ne reste que 3 000 personnes dans la ville de Kuwait ou Gran... »

15La prospérité de Kuwait s’affirme à la fin du xviiie siècle, lorsque les commerçants de la puissante compagnie anglaise des Indes Orientales sont obligés de quitter Basra, occupée par les Perses de 1775 à 1779. Le courrier de la Compagnie des Indes transite alors par Kuwait. Les Anglais découvrent ainsi l’importance sur la route des Indes de la position de Kuwait, base préférable aux quais de Basra et aux boueuses rives du Shatt al-’Arab. D’ailleurs, en 1893, à la suite de différends avec les autorités ottomanes, qui contrôlent plus ou moins bien le Shatt al-’Arab, les Anglais transfèrent officiellement pour quelque temps leur comptoir de Basra à Kuwait.

  • 1 A la fin du xixe siècle, le shaykh du Kuwait doit accepter le titre de « caïmacam ». Le shaykhat d (...)

16Au cours du xixe siècle, l’intérêt des Britanniques pour Kuwait s’estompe. Bien avant l’ouverture du canal de Suez en 1869, le trafic entre l’Inde et l’Angleterre, favorisé par le développement de la navigation à vapeur, transite par l’Egypte entre Suez et Alexandrie, grâce à la construction d’une ligne de chemin de fer transdésertique reliant les bords du Nil à Suez. Malgré une tentative d’établir un service fluvial sur le Tigre et l’Euphrate, la route des Indes passe désormais par l’Egypte. Les Anglais semblent abandonner Kuwait aux Turcs, d’autant plus que le shaykh de Kuwait a été contraint, dès le début du xixe siècle, de demander la protection ottomane en raison de l’expansion wahhâbite, qui a atteint la province du Hasâ’, le long du Golfe, face à l’île de Bahrain. Progressivement, au cours du siècle, la pression ottomane sur Kuwait devient plus forte : le shaykh de Kuwait doit d’abord payer tribut au Sultan, puis reconnaître officiellement l’autorité turque sur son pays, même si cette autorité demeure en partie nominale1.

17En même temps, la présence anglaise dans le Golfe va s’affirmer tout au long du xixe siècle. Elle se traduit d’abord par la signature de traités interdisant la piraterie. Ces trèves et traités renouvelés à plusieurs reprises aboutissent en 1853 à un traité de paix perpétuelle qui transforma la Côte des Pirates en Côte de la Trêve, et consacra la présence de navires britanniques dans les eaux du Golfe. Contrairement aux autres principautés du Golfe, Kuwait ne signa pas de traité avec l’Angleterre avant l’extrême fin du xixe siècle, mais les marins kuwaitiens, en particulier les commerçants et les pêcheurs de perles, bénéficièrent de ce nouveau statut du Golfe, placé progressivement dans l’orbite britannique.

  • 2 Cf. Salem Al-Jabir A1-Sabah, Les Émirats du Golfe, histoire d’un peuple, Paris, Fayard, 1980. On p (...)

18Aussi l’Angleterre, qui jusqu’alors était soucieuse de ne pas détériorer ses bonnes relations avec la Sublime Porte, allait-elle rapidement réagir lorsque la Russie d’abord et l’Allemagne ensuite s’intéressèrent à la rade de Kuwait. Les Britanniques ne pouvaient admettre que d’autres puissances européennes s’installent dans le Golfe. Or, les Russes, dont la diplomatie était déjà très active en Iran, envisageaient d’implanter à Kuwait des dépôts de charbon pour leurs bateaux et surtout d’y faire aboutir une voie ferrée. Devant cette menace, la Grande-Bretagne fait signer au shaykh Mubârak, le 23 janvier 1899, un traité qui reprenait dans l’ensemble les mêmes termes que ceux des traités déjà signés par les autres émirats. En effet, le shaykh du Kuwait s’engage, « en sa personne et celle de ses héritiers et successeurs, à ne recevoir ni agent ni représentant d’aucun gouvernement ou puissance au Kuwait, ou sur une partie quelconque de son territoire, sans le consentement préalable de Sa Majesté ». Il s’engage aussi « en son nom et en celui de ses héritiers et successeurs à ne vendre, ni donner de bail, ni céder, pour permettre l’installation de bases ou pour tout autre but, une quelconque partie de son territoire, à tout autre gouvernement ou puissance, sans l’assentiment préalable du gouvernement de Sa Majesté »2. De son côté, la Grande-Bretagne s’engageait tacitement à protéger l’émirat contre toute invasion étrangère. C’est pourquoi Mubârak, fort du soutien britannique, refusa de donner son accord au projet allemand, qu’appuyaient les autorités ottomanes, de placer dans la baie du Kuwait le terminus du célèbre « chemin de fer de Bagdad », devant relier l’Allemagne à Istanbul et Bagdad.

CARTE n° 11. – Kuwait.

19Ainsi, au début du xxe siècle, Kuwait devenait un enjeu au coeur des rivalités internationales. La mainmise des Britanniques sur Kuwait fut finalement reconnue par les Turcs en 1913. Toutefois l’émirat demeurait encore un « caza autonome de l’empire ottoman ». Lorsqu’en 1914 les hostilités éclatent entre la Turquie et la Grande-Bretagne, les Anglais débarquent des troupes dans l’émirat, et proclament, le 3 novembre 1914, Kuwait « État indépendant sous protectorat britannique ».

20Après la première guerre mondiale, il ne reste qu’une seule grande puissance présente dans la région, l’Angleterre, qui règle en 1922, à la conférence de ‘Uqayr, le délicat problème des frontières entre le Kuwait, l’Arabie Saoudite et l’Irak. Il s’agissait là d’une question devenue urgente à la suite des visées expansionnistes des wahhâbites. Ces derniers avaient tenté en 1920 d’annexer Kuwait, obligeant ainsi les Kuwaitiens à construire une muraille de briques crues autour de la ville. Les frontières de l’émirat furent fixées par Sir Percy Cox, haut commissaire britannique à Bagdad. Les Kuwaitiens furent les grands perdants puisque plus de la moitié du territoire attribué jusqu’alors à l’émirat, suivant un accord anglo-turc antérieur non ratifié en raison de la guerre, fut donnée aux Saoudiens pour compenser la perte d’un large territoire (une partie du Najd) confié à l’Irak. Le traité de ‘Uqayr établit également deux zones neutres autour de l’émirat : l’une à l’ouest séparant l’Irak de l’Arabie Saoudite, l’autre au sud entre Kuwait et l’Arabie Saoudite. Cette dernière zone neutre, d’une superficie de 5 700 kilomètres carrés, a été récemment supprimée, partagée entre l’Arabie Saoudite et Kuwait.

21Le tracé des frontières établi par Sir Percy Cox allait rapidement avoir d’importantes conséquences sur les populations nomades, dont les allégeances tribales et les habitudes de parcours se trouvaient brutalement modifiées. En effet, les nouvelles limites territoriales ne respectaient pas les droits fonciers traditionnels des tribus et brisaient les unités tribales établies de part et d’autre des nouvelles frontières.

22Ainsi délimité et protégé par les Britanniques, l’émirat du Kuwait devait progressivement affirmer sa personnalité malgré les menaces de voisins ambitieux. Devant le refus de l’émir de permettre la présence sur son territoire de fonctionnaires saoudiens chargés de percevoir des taxes sur les marchandises à destination du Najd, le roi ‘Abd al-’Azîz Ibn Saoud imposa jusqu’en 1940 un embargo de plus en plus dur sur toutes les marchandises en provenance de Kuwait. De son côté, l’Irak, se présentant comme l’héritier de l’empire ottoman, prétendra à partir de 1933 se rattacher Kuwait. Une « Association des Arabes du Golfe » fut même créée à Basra pour faciliter ce rattachement. Les revendications irakiennes se manifestèrent de nouveau, comme nous le verrons plus loin, au lendemain de l’indépendance de Kuwait, le 19 juin 1961.

  • 3 J.G. Lorimer, Gazetteer of the Persian Gulf, Oman and Central Arabia, Birdwood, Calcutta, 1908.

23Avant le pétrole, les ressources de Kuwait provenaient essentiellement de la mer. Cependant, l’arrière-pays désertique permettait le maintien d’activités pastorales pratiquées par une population nomade. Ainsi, au début du xxe siècle, on estimait à 13 000 le nombre des bédouins liés à Kuwait, soit approximativement le tiers de la population sédentaire résidant alors dans la ville de Kuwait3. D’autre part, quelques maigres cultures de légumes et de céréales étaient pratiquées dans l’oasis de Jahra et dans l’île de Faylaka. Les principales activités économiques de Kuwait avant l’exploitation pétrolière étaient la pêche des perles, le commerce maritime et les constructions navales. Le Kuwait d’avant le pétrole avait donc choisi un destin essentiellement maritime, au point que les Kuwaitiens étaient souvent appelés les « bédouins de la mer » ou les « nomades de la mer », d’autant plus que les migrations maritimes saisonnières, liées à la pêche des perles ou au grand commerce, vidaient régulièrement la ville d’une grande partie de sa population.

  • 4 Cf. Salem Al-Jabir Al-Sabah, op. cit., p. 69.

24Durant le premier tiers du xxe siècle, la pêche des perles a été importante à Kuwait, moins cependant qu’à Bahrain ou dans certains autres émirats. En 1907, 461 bateaux kuwaitiens avec 9200 pêcheurs participaient à la pêche des perles4 alors que la même année on recensait 917 bateaux et 17 633 pêcheurs à Bahrain, 817 bateaux et 12 890 pêcheurs à Qatar, 1 215 bateaux et 22 040 pêcheurs pour les émirats de la côte d’Oman, c’est-à-dire l’actuelle fédération des Émirats Arabes Unis.

25La grande saison de la pêche des perles, al-ghaws al-kabîr, commençait vers le milieu du mois de mai et s’achevait le 22 septembre. Trois autres brèves périodes de pêche, durant lesquelles peu de bateaux étaient engagés, se situaient en avril (al-Hanagiyya), en octobre (al-Radda) et en novembre (al-Irdida). Les plongeurs, ghawwâsa, avaient un métier particulièrement dur et cruel et étaient le plus souvent très endettés, n’arrivant pas à rembourser le capitaine du bateau qui leur versait une avance avant le début de la saison. Cette grande misère des pêcheurs de perles a servi de thème à une abondante littérature orale, poésie chantée et scandée au rythme des tambours, toujours présente dans la vie culturelle de Kuwait et des autres émirats.

26Le déclin de l’activité perlière dans le Golfe s’amorça à partir de 1930 pour trois raisons : d’abord la crise mondiale de 1929 qui toucha les pays européens, principaux acheteurs de perles du Golfe, ensuite et surtout la concurrence des perles de culture japonaises, trois fois moins chères, enfin la découverte du pétrole qui assura des emplois plus stables et mieux rémunérés.

27Les constructions navales ont été longtemps une spécialité de Kuwait, qui fabriquait les meilleurs bateaux du Golfe. Ces bateaux, appelés « boutres » en français et « dhows » en anglais, étaient, en fait, très variés. Le « baghala » et le « bum » étaient de grands navires construits pour les longs trajets et le transport des marchandises. Le « sambug » et le « shuai » étaient des bateaux plus petits destinés à la pêche aux perles ou aux poissons. Enfin, le « jalibut » avait deux tailles et pouvait être utilisé pour le commerce ou pour la pêche aux perles.

28Les bateaux kuwaitiens sillonnaient le Golfe et l’océan Indien. En effet, depuis le milieu du xixe siècle, Kuwait était devenu le centre d’un vaste trafic de marchandises entre l’Arabie et la Mésopotamie d’une part, les pays de l’océan Indien d’autre part, de l’Afrique orientale à l’Inde. Les navires kuwaitiens quittaient le Golfe, emportant les dattes de Basra, les perles de la pêche locale, les peaux brutes de l’élevage bédouin, du poisson séché ou d’autres marchandises plus ou moins licites. Au retour, ces bateaux ramenaient d’Afrique orientale du bois de teck pour les constructions navales ; de l’Inde, ils rapportaient également du bois, mais surtout des tissus, des épices et des produits alimentaires.

29Avec Bahrain et Dubayy, Kuwait était devenu l’un des grands entrepôts du Golfe. Profitant des privilèges de sa situation, Kuwait réexportait beaucoup de marchandises, légalement ou en contrebande, vers l’Iran, l’Irak et l’Arabie Saoudite, trois pays qui dans les années trente avaient augmenté considérablement les droits de douane sur les marchandises importées.

  • 5 Cette assemblée fut dissoute au bout de six mois, essentiellement pour deux raisons : d’une part, (...)

30Jusqu’à l’arrivée des revenus pétroliers, l’essentiel des ressources du Kuwait venait donc du commerce : une communauté d’intérêts liait les shaykhs caravaniers et les armateurs commerçants. Incontestablement, cette activité commerciale a été pour Kuwait un facteur de modernité et quelques grandes familles d’armateurs ont pu ainsi acquérir une inestimable expérience. Ces familles marchandes détenaient le pouvoir économique, alors que la famille gouvernante détentrice du pouvoir politique était largement dépendante économiquement de la classe des marchands. La crise économique des années trente, qui affecta toutes les activités de l’émirat, allait entraîner une amorce de démocratie. En effet, les marchands frappés à leur tour par la crise réclament le contrôle des finances publiques. Une première expérience parlementaire a lieu en 1938 avec la création d’un conseil législatif et consultatif (loi du 8 juillet 1938)5. Mais la signature de concessions pétrolières, puis l’exploitation de l’or noir vont renforcer les pouvoirs de l’émir et de la famille régnante au détriment des notables, c’est-à-dire les riches familles marchandes.

31D’une manière générale, à Kuwait comme dans les autres émirats du Golfe, le pétrole a permis la consolidation des entités politiques. Bien plus, la recherche de gisements d’hydrocarbures a entraîné l’affirmation de la notion de frontière, terrestre ou maritime, provoquant même de nombreuses crises frontalières, dans une région qui n’avait jamais connu, à travers l’histoire, de frontière précise.

II – L’ÉPOPÉE DU PÉTROLE

32L’histoire récente de Kuwait est étroitement liée au pétrole. Il est donc indispensable de retracer, même rapidement, l’évolution de l’exploitation pétrolière, avant d’analyser les mutations socio-géographiques et économiques apportées par la rente pétrolière.

  • 6 D’après l’organisme central des statistiques du ministère du plan, les réserves kuwaitiennes de pé (...)

33On a parfois comparé Kuwait à « une éponge imbibée de pétrole ». Sans doute, cette image classique est-elle valable également pour d’autres régions du Golfe, mais à Kuwait les conditions d’exploitation de « l’or noir » sont particulièrement favorables et les réserves exceptionnellement importantes. En effet, selon les estimations les plus récentes, l’émirat renferme 10,8 % des réserves mondiales prouvées de pétrole6, ce qui place Kuwait au troisième rang mondial après l’Arabie Saoudite et l’URSS. Au rythme actuel de la production, les réserves kuwaitiennes pourraient assurer encore 103 années d’exploitation, alors que les réserves saoudiennes, bien que deux fois supérieures à celles du Kuwait, ne pourraient fournir que 45 ans d’exploitation. Selon certains, les réserves kuwaitiennes auraient été sous-estimées, dans la mesure où jusqu’à présent le développement des gisements a été limité aux travaux les moins onéreux. Pour d’autres, en particulier certains députés kuwaitiens, les réserves de l’émirat seraient épuisées en 25 ans. Ce problème de l’estimation des réserves pétrolières a été l’objet depuis 1972 d’une vive controverse, contraignant le gouvernement kuwaitien à faire appel à une firme spécialisée chargée d’entreprendre une nouvelle évaluation des réserves pétrolières du pays, et à créer, le 31 décembre 1975, un conseil chargé de la conservation des ressources pétrolières, après avoir déjà promulgué en 1973 une loi dans ce sens.

  • 7 A Burgân, le » piège à pétrole » se présente sous la forme d’un anticlinal-dôme dont la superficie (...)
  • 8 Cf. J.J. Tur, Les Émirats du Golfe Arabe, Paris, P.U.F., 1976, p. 32 (Que sais-je ?).
  • * Voir la carte n° 11, Kuwait, p. 421.

34Le premier gisement découvert dans l’émirat en avril 1938 est celui de Burgân, situé à 45 kilomètres au sud de la ville de Kuwait. Avec ses prolongements (les gisements de Maqwa’ et d’Ahmadî découverts en 1951 et 1952), il contient 82 % des réserves totales du pays. Burgân est le second plus grand gisement du monde, après celui de Ghawâr en Arabie Saoudite, et surtout le moins cher à exploiter : en raison de conditions géologiques exceptionnelles7, le coût d’extraction y est le plus bas du monde. Sur le gisement de Burgân, 95 % des puits forés se sont révélés productifs, et sur les 5 % restants, la plupart ont été abandonnés non pour cause d’improductivité, mais en raison d’une rentabilité jugée insuffisante8. Une fois extrait, le pétrole est stocké sur la colline d’Ahmadî, d’où il descend facilement par gravité jusqu’à la mer, pour être chargé dans les pétroliers qui attendent à Minâ’ al-Ahmadî. Plusieurs autres gisements ont été découverts dans les années 1950. Signalons, en particulier, pour la zone neutre le gisement de Wafra, et celui, offshore, de Khafjî*.

35L’histoire de l’exploitation du pétrole kuwaitien est constituée de deux périodes bien distinctes. Jusqu’au début des années 1970, on assiste au règne sans partage des sociétés pétrolières internationales. Mais depuis une dizaine d’années, Kuwait a entrepris avec succès une politique de récupération de ses revenus pétroliers et de nationalisation des sociétés étrangères. Dans le contexte pétrolier international dominé depuis l’automne 1973 par le relèvement spectaculaire du prix du « brut », Kuwait a joué un rôle très important, aussi bien à l’intérieur de l’O.P.E.P. (Organisation des pays exportateurs de pétrole) que de l’O.P.A.E.P. (Organisation des pays arabes exportateurs de pétrole, dont Kuwait a été l’un des fondateurs et dont le siège se trouve dans l’émirat). Pour les autres producteurs arabes du Golfe, beaucoup plus modérés dans leurs exigences, les options kuwaitiennes, considérées d’abord comme des revendications d’avant-garde, ont été un exemple à suivre. Incontestablement, durant la dernière décennie, Kuwait a consolidé son image de marque de pionnier dans l’évolution des problèmes pétroliers dans le Golfe.

  • 9 Cf. S.H. Longrigg, Oil in the Middle-East : its discovery and development, London, Oxford Universi (...)

36L’exploitation du pétrole dans l’émirat a longtemps été le monopole de la K.O.C. (Kuwait Oil Company)9. Après la découverte du pétrole en Iran, au début du xxe siècle, puis en Irak en 1927 et à Bahrain en 1932, les grandes sociétés pétrolières occidentales commencèrent à s’intéresser à Kuwait. Le 2 février 1934 marque la naissance de la Kuwait Oil Company (K.O.C.), à la suite d’un accord entre l’Anglo-Persian Oil Company (devenues en 1954 la British Petroleum) et la société américaine Gulf Oil Corporation. Chacune des deux sociétés détenait 50 % des actions de la K.O.C. Quelques mois plus tard, le 23 décembre 1934, la Kuwait Oil Company obtenait du shaykh du Kuwait, pour une durée de 75 ans, une concession couvrant l’ensemble du territoire kuwaitien, à l’exclusion de la zone neutre. La concession de 1934 fut révisée en 1950, et la durée du contrat fut prolongée de 17 ans, c’est-à-dire jusqu’à l’an 2026, ce qui permettait à la K.O.C. de bénéficier de la plus longue concession pétrolière jamais accordée. Ainsi, en 1934, la K.O.C. devenait gérante du territoire kuwaitien pour une somme dérisoire : versement à l’émir de 50 000 livres sterling à la signature du contrat, en décembre 1934, plus une rente annuelle de 10 000 livres sterling. Cette somme minime explique sans doute l’acharnement manifesté plus tard par les Kuwaitiens pour récupérer leur richesse nationale.

37La seconde guerre mondiale allait arrêter les travaux de la K.O.C. L’exploitation du pétrole kuwaitien découvert en 1938 ne commença, en fait, qu’en 1946 et la première cargaison de pétrole quitta l’émirat le 30 juin 1946. La production de la K.O.C. progressa alors de façon spectaculaire, bénéficiant entre 1951 et 1953 de l’arrêt de la production iranienne à la suite des nationalisations de Mossadegh : 0,8 million de tonnes en 1946, 30 millions de tonnes en 1951, 54,7 millions de tonnes en 1955, 81,8 millions de tonnes en 1960.

  • 10 Cf. G. Alalami, Aménagement de l’espace et mutations sociales au Koweit, Université Paul Valéry, M (...)

38En même temps, la Kuwait Oil Company, véritable État dans l’État kuwaitien, puisque la K.O.C. avait reçu, selon les termes de la concession de 1934, « le droit de s’approprier une ou plusieurs portions du territoire kuwaitien dans les limites de ses besoins », créait et aménageait la ville d’Ahmadî pour loger son personnel. Cette ville nouvelle fondée en 1946 symbolisait parfaitement la situation « insulaire » de l’espace pétrolier aménagé par la K.O.C. Avec son tissu urbain typiquement anglo-saxon et ses quatre quartiers individualisés selon des critères ethniques et nationaux (le quartier des Anglo-Saxons, celui des Indiens et Pakistanais, celui des travailleurs arabes et enfin celui des Kuwaitiens), la ville d’Ahmadhî constituait une sorte d’île isolée du reste de l’émirat10.

39Dans les années soixante, le monopole de la K.O.C. s’atténue : en 1962, la K.O.C. restituait au gouvernement kuwaitien plus de 50 % des territoires de la concession, c’est-à-dire la partie occidentale de l’émirat. D’autre part, la zone neutre saoudo-kuwatienne, où la K.O.C. a toujours été absente, faisait l’objet d’une exploitation systématique. Dès 1948, Kuwait avait accordé la concession pour la moitié de ses droits indivis sur la zone neutre à l’American Independent Oil Company (Aminoil), consortium formé d’une dizaine de compagnies américaines indépendantes. Associé à Getty Oil Company, qui détient au titre de l’Arabie Saoudite la concession pour la même zone, Aminoil découvre du pétrole à Wafra en 1953. Dans les eaux de la zone neutre, la société japonaise Arabian Oil Company (A.O.C.), qui opère depuis 1958 aussi bien pour le compte du Kuwait que pour celui de l’Arabie Saoudite, exploite principalement deux gisements : Khafjî (découvert en janvier 1960) et Hût (découvert en 1963).

  • 11 A la demande d’Hispanoil il sera procédé en décembre 1976 à la dissolution de la Kuwait Spanish Pe (...)

40En 1960, apparaît la Kuwait National Petroleum Company (K.N.P.C.), constituée pour 60 % par le gouvernement de Kuwait et pour 40 % par des intérêts privés kuwaitiens. La K.N.P.C, qui a reçu le droit exclusif de distribution des produits pétroliers sur le marché local, va hériter à partir de 1962 des périmètres abandonnés par la K.O.C. à l’ouest de l’émirat. A la suite de négociations avec la société gouvernementale espagnole Hispanoil, est créée en 1968 la Kuwait Spanish Petroleum Company (K.S.P.C.), où la K.N.P.C. dispose de 51 % du capital et Hispanoil de 49 %. Mais il est prévu qu’Hispanoil avancera tous les frais de prospection, la K.N.P.C. ne remboursant sa part qu’en cas de découverte11.

  • 12 Il s’agit des sept plus grandes sociétés pétrolières occidentales : Exxon (anciennement Standard O (...)

41Ainsi, à la fin des années 1960, l’intervention de l’État kuwaitien dans l’exploitation pétrolière commence à apparaître timidement. Mais la K.O.C, étroitement liée au cartel des sept majors12, reste toute puissante et assure 92 % de la production pétrolière kuwaitienne, qui atteint 150 millions de tonnes en 1970 : aux 137 Mt extraits dans les limites strictes de l’émirat, s’ajoute la moitié des 26 Mt venant de la zone neutre.

42En 1972, Kuwait enregistre sa production pétrolière record avec un total de 165 millions de tonnes, dont 14 Mt représentent la part kuwaitienne de la zone neutre. En fait, 1972 constitue incontestablement une année charnière, puisqu’à partir de cette date non seulement on assiste à une baisse de la production à la demande des autorités kuwaitiennes, mais surtout on voit l’émirat prendre une série d’initiatives visant toutes à accroître le contrôle de l’Etat sur les différentes branches d’activité du secteur pétrolier.

43La baisse de la production pétrolière kuwaitienne se poursuit régulièrement entre 1973 et 1977 : entre ces deux dates, la quantité extraite passe de 150 millions de tonnes à 93 Mt. Une légère reprise de la production amorcée en 1978 est confirmée en 1979, avec un total de 125 Mt, en raison de la réduction des fournitures iraniennes. Mais, en 1980, malgré le conflit irako-iranien qui a eu aussitôt des répercussions sur la production de ces deux pays, on observe une chute de la production kuwaitienne, ramenée à 87 Mt.

44En effet, Kuwait poursuit sa politique de conservation des ressources naturelles, qui a conduit à l’établissement d’un plafond de la production pétrolière, ramenée de 3 millions de barils par jour en 1973, à 2 millions de b/j en 1975, puis à 1,5 million de b/j à dater du ler avril 1980. Si cet objectif est respecté, la production pétrolière annuelle du Kuwait ne devrait pas dépasser 80 millions de tonnes dans les prochaines années.

45Les problèmes pétroliers sont traditionnellement au centre de la vie politique kuwaitienne. Ainsi, les controverses pétrolières ont toujours occupé une place privilégiée dans les débats de l’Assemblée nationale, jusqu’à sa dissolution en août 1976 ; par exemple, en 1972, le parlement kuwaitien rejeta le premier accord de participation à 25 % négocié à New-York. L’opinion publique kuwaitienne, entraînée par une élite d’hommes d’affaires et d’intellectuels ouverts aussi bien aux exigences de l’économie moderne qu’aux mouvements nationalistes et socialistes qui agitent le monde arabe, demanda avec insistance que des négociations soient entamées avec la K.O.C. pour une participation majoritaire du gouvernement kuwaitien dans la société.

46Le contrôle des sociétés pétrolières opérant dans l’émirat a été, depuis 1972, l’un des trois objectifs prioritaires de la politique kuwaitienne, avec la réduction de la production et la valorisation sur place des hydrocarbures. La prise de contrôle des sociétés pétrolières par l’Etat kuwaitien s’est réalisée en plusieurs étapes, au terme de négociations longues et difficiles.

47Ainsi, la prise de contrôle de la K.O.C. s’est effectuée en deux temps : le 29 janvier 1974, un accord de participation est conclu entre le gouvernement kuwaitien et les deux compagnies membres de la K.O.C. (British Petroleum et Gulf Oil). Aux termes de cet accord, l’Etat kuwaitien prend une participation de 60 % dans la K.O.C, British Petroleum et Gulf Oil ne détenant plus chacune que 20 %. Un second accord, signé le 1er décembre 1975 avec effet rétroactif au 5 mars 1975, permet la prise de contrôle à 100 % de la K.O.C. par le gouvernement. La nouvelle K.O.C. devient une société nationale pétrolière, comme la K.N.P.C. (Kuwait National Petroleum Company). Cette dernière constituée dès 1960 en juxtaposant 40 % d’intérêts privés kuwaitiens et 60 % de participation de l’Etat kuwaitien, est nationalisée, le 6 avril 1975. De même, le 19 septembre 1977, le gouvernement kuwaitien nationalise les avoirs et intérêts de l’American Independent Oil Company (Aminoil) qui opère dans la zone neutre, après avoir déjà pris une participation de 85 % dans Aminoil, en décembre 1974. En revanche, pour l’Arabian Oil Company (A.O.C.) qui opère dans les eaux territoriales de la zone neutre, la participation de l’État kuwaitien est restée à 60 % depuis 1974.

  • 13 Signalons que la flotte pétrolière du Kuwait est la plus importante parmi celles des pays membres (...)

48Enfin, deux sociétés kuwaitiennes liées au secteur pétrolier ont également été nationalisées. Il s’agit d’abord de la Petro-chemicals Industry Company (P.I.C.), créée dès 1963 et dans laquelle l’État kuwaitien détenait dès l’origine 89,5 % du capital, participation qui fut portée à 100 %, le 18 mars 1976. La seconde est la Kuwait Oil Tanker Company (K.O.T.C.), la plus ancienne compagnie arabe de transport maritime pétrolier, fondée en 1957 avec des capitaux privés kuwaitiens. Successivement, l’État kuwaitien prend, en avril 1976, une participation de 49 % dans le capital de la K.O.T.C., puis, le 18 juin 1979, décide d’acheter les 51 % toujours détenus par le secteur privé kuwaitien13.

49La réorganisation du secteur pétrolier kuwaitien est achevée par la création, le 21 janvier 1980 (décret loi n° 6), de la Kuwait Petroleum Corporation (K.P.C.), société nationale qui réunit sous son autorité toutes les autres sociétés précédemment nationalisées. La K.P.C. contrôle désormais toutes les activités relatives aux hydrocarbures et à l’industrie pétrolière au Kuwait (exploration, forage, production, stockage, raffinage, transport, distribution, pétrochimie, vente du pétrole brut, des produits raffinés, du gaz naturel, du gaz de pétrole liquéfié et des produits pétrochimiques).

50Le contrôle de l’État sur toutes les activités pétrolières a permis d’accentuer la valorisation des hydrocarbures dans l’émirat. Ainsi, Kuwait possède 3 raffineries, qui représentaient en 1979 une capacité de raffinage de 30 millions de tonnes par an. Aucun autre pays arabe ne dispose d’une telle capacité. Certes, jusqu’à présent, les raffineries kuwaitiennes n’ont pas été utilisées à plein rendement, puisqu’elles n’ont traité que 20 Mt en 1979. Mais les autorités kuwaitiennes souhaitent très rapidement doubler leur production, d’abord en les utilisant à plein rendement, puis en augmentant leur capacité. L’objectif pour les prochaines années est d’arriver à raffiner la moitié de la production de brut : 40 Mt en 1984 ou 1985.

51La plus ancienne raffinerie est celle que la K.O.C. a construite en 1949 à Minâ’ al-Ahmadî. Sa capacité de traitement qui était initialement de 25 000 barils/jour est actuellement de 300 000 barils/jour, soit 15,6 millions de tonnes/an. Celle de Mina’ ‘Abdallâh, entrée en service en 1958 pour traiter le pétrole du gisement de Wafra (Aminoil), a actuellement une capacité de 7,3 Mt/an. Enfin, la raffinerie de Shu’ayba, construite en 1966 par la K.N.P.C, est la première au monde à fonctionner entièrement à l’hydrogène et à traiter aussi bien les bruts légers que les bruts lourds. Sa capacité est de 7,3 Mt/an et elle a produit 6,2 Mt en 1979.

  • 14 Le gaz naturel du Kuwait est surtout du gaz associé au pétrole. Jusqu’à présent, un seul gisement (...)

52La valorisation des hydrocarbures concerne aussi le gaz naturel, produit avec le pétrole, et dont la majeure partie a longtemps été brûlée en pure perte par les sociétés étrangères. La part du gaz utilisé par rapport au gaz produit est passée de 16,5 % en 1965 à 67,6 % en 1977. Le taux d’utilisation du gaz naturel par rapport à la production est ainsi le plus élevé du Moyen-Orient. Les réserves de gaz naturel du Kuwait ont été estimées au 1er janvier 1979 à 957 milliards de m314. Son utilisation pour produire de l’électricité ou dessaler de l’eau de mer n’a cessé de croître. Les dirigeants kuwaitiens attachent donc une grande importance au gaz naturel, qui doit aussi contribuer au développement industriel du pays. De plus, l’émirat possède deux usines de gaz de pétrole liquéfié : celle, ancienne, d’al-Ahmadî et celle, très moderne, de Shu’ayba, qui fut achevée en décembre 1978. Les exportations de gaz liquéfié, principalement destinées au Japon, sont importantes et utilisent de préférence les méthaniers kuwaitiens, les contrats stipulant que 50 % au moins des quantités enlevées durant la période du contrat (5 ou 10 ans) devront être transportés par des méthaniers nationaux.

53Ainsi, dans les moindres détails, les autorités kuwaitiennes cherchent-elles de plus en plus à contrôler la production, la transformation et l’exportation des hydrocarbures. En quelques années, l’activité pétrolière au Kuwait a donc connu de profondes transformations, au moment où les revenus pétroliers de l’émirat enregistraient un accroissement spectaculaire, passant de 825 millions de dollars en 1970 à 19 milliards de dollars en 1980, alors même que la production pétrolière kuwaitienne diminuait de 42 % entre ces deux dates, soit une chute vertigineuse de 150 Mt en 1970 à 87 Mt en 1980.

54Le quadruplement du prix du pétrole consécutif à la guerre d’octobre 1973, puis la nouvelle flambée des prix du brut en 1979 et 1980 (« le second choc pétrolier », selon la terminologie occidentale) ont permis cette progression spectaculaire de la rente pétrolière du Kuwait, accentuant en même temps les mutations apportées par le pétrole.

III – LES MUTATIONS APPORTÉES PAR LE PÉTROLE

55Le Kuwait d’aujourd’hui est très différent du Kuwait d’avant le pétrole. La rupture a commencé de se produire durant la décennie 1950-1960. Les retombées du pétrole sur l’économie furent d’abord assez limitées. Puis tout a changé très vite : la population, le cadre de vie et l’économie. En moins de trente ans, le pétrole a donc effacé l’ancien Kuwait, provoquant une véritable révolution économique, démographique et socio-géographique qui a déjà profondément transformé l’espace kuwaitien.

1) L’économie kuwaitienne en 1980

56Il ne s’agit pas ici de dresser en quelques lignes un bilan complet de l’économie kuwaitienne, mais plutôt de dégager les tendances essentielles de l’évolution économique récente de l’émirat, commencée par l’accroissement de la rente pétrolière.

  • 15 Cf. M. Chatelus, « A propos du développement industriel au Moyen-Orient, quelques perspectives », (...)
  • 16 Au moment de la baisse de la valeur du dollar, cette thèse a souvent été présentée par les dirigea (...)

57L’intervention toujours plus grande de l’État, déjà soulignée à propos de l’exploitation pétrolière, se manifeste dans les principaux secteurs de l’activité économique, principalement dans l’industrie. En 1978, au Kuwait, la part de l’État dans les investissements était de 71,2 %, alors que dans la Syrie « socialiste » ce pourcentage n’était que de 68 %15. L’obsession des dirigeants kuwaitiens est d’assurer l’après-pétrole, dans un pays où l’« or noir » apporte l’essentiel du revenu national. Malgré l’ampleur des réserves kuwaitiennes en hydrocarbures, malgré la sage politique de réduction de la production pétrolière dictée par le principe que « le pétrole enfoui dans le sol est une forme d’investissement plus sûre que l’argent en banque »16, le gouvernement kuwaitien est pressé de diversifier les activités économiques du pays, comme si le pétrole était appelé à disparaître très prochainement.

  • 17 Cf. A. Alalami, Pétrochimie et après-pétrole au Kowait, thèse de sciences économiques, Université (...)
  • 18 Voir l’étude sur Bahrain, par Antoine Aubry, p. 453 de ce volume.

58Ainsi s’expliquent les investissements industriels ou les efforts entrepris pour faire de Kuwait la grande place financière du Golfe, ou du moins une des plus importantes. Mais les projets de développement économique de l’émirat, en cours de réalisation ou déjà réalisés, sont conçus davantage dans une optique nationale que régionale. Les doubles ou triples emplois sont nombreux, en raison de la primauté absolue du politique sur l’économique. Par exemple, l’industrie kuwaitienne, fondée en grande partie sur la pétrochimie17, se heurte déjà à la concurrence des pays voisins qui se sont dotés d’unités semblables. De même, la volonté de faire de Kuwait la grande place financière du Golfe entre en compétition avec les projets identiques de Bahrain et Dubayy, qui disposent également d’un secteur bancaire très important, surtout Bahrain18. Or, le développement de l’infrastructure financière de la péninsule a des limites, comme d’ailleurs le développement de l’industrie pétrochimique. L’avantage de Kuwait par rapport à d’autres émirats voisins, comme Qatar ou la fédération des Émirats Arabes Unis, est le privilège de l’ancienneté. Seul Bahrain a une aussi grande expérience que Kuwait.

  • 19 Cf. Le Commerce du Levant du 22 juin 1981.

59Le gouvernement kuwaitien, qui souhaite mieux contrôler la rente pétrolière et transformer une économie de dépenses en économie de production, est cependant conscient des limites de possibilités du développement des activités productives à l’intérieur des frontières nationales. En effet, il investit de plus en plus ses surplus dans le secteur financier, et semble s’être résigné à un remplacement progressif de la rente pétrolière par une rente financière : en 1980, les avoirs extérieurs du Kuwait ont augmenté d’environ 20 milliards de dollars pour atteindre le total cumulé de 70 milliards de dollars19. Environ 75 % de ces avoirs ont été placés sur les marchés américains et européens.

  • 20 A Tokyo, les transactions réalisées portent sur une participation modeste, de l’ordre de 5 % du ca (...)

60La moitié des avoirs extérieurs kuwaitiens est détenue sous forme de dépôts bancaires, constitués en dollars, qui sont en 1981 jugés très rentables en raison des taux d’intérêts versés et de l’application de la monnaie américaine sur les marchés des changes. Mais tout renversement de tendance sur le marché financier international risquerait de porter un grave préjudice aux intérêts kuwaitiens. C’est pourquoi les autorités ont toujours proclamé leur volonté de diversifier leurs avoirs extérieurs, surtout après la dépréciation de la monnaie américaine en 1978 et 1979 et après le gel des avoirs iraniens en dollars. Aussi, les Kuwaitiens ont-ils procédé à des achats d’obligations et de bons du Trésor en Allemagne Fédérale et au Japon, ainsi qu’à de nombreux placements boursiers dans la capitale japonaise20. Sur le marché londonien, les Kuwaitiens procèdent à des investissements massifs dans l’immobilier et les assurances. En France, leurs investissements dans l’immobilier se multiplient également.

  • 21 Cf. Le Commerce du Levant du 1er juin 1981.

61Au total, les seuls revenus des surplus financiers kuwaitiens à l’extérieur dépassent 8 milliards de dollars pour 198021, et viennent s’ajouter aux 19 milliards perçus par l’émirat la même année, comme recettes pétrolières. Désormais, la rente financière du Kuwait devient très importante : elle représente, en 1980, 42 % de la valeur, pourtant considérable, de la rente pétrolière, alors qu’en 1975 ce pourcentage n’était que de 16 %, et en 1979 de 20,6 %.

  • 22 Un dinar kuwaitien = 3,67 dollar (avril 1981). Le dinar kuwaitien (D.K.) fut d’abord aligné sur la (...)
  • 23 En 1979, les importations, suivant leur classification économique, se répartissent comme suit : 42 (...)

62Ainsi, le Kuwait bénéficie de ressources financières atteignant le stade de la saturation. Déjà, en quatre années fiscales, de juin 1975 à juin 1979, les surplus budgétaires ont atteint 8,055 milliards de dinars kuwaitiens (DK), soit 29,6 milliards de dollars22. La balance des paiements, largement excédentaire, reflète le poids du pétrole et la capacité limitée d’absorption des capitaux dans le pays. La balance commerciale connaît également un très large excédent, malgré une rapide progression des importations entre 1975 et 1979, qui sont passées de 655 millions de D.K. (soit 2,4 milliards de dollars) à 1 367 millions de D.K. (soit 5 milliards de dollars)23. La situation géographique du Kuwait, sa politique économique libérale qui en fait un important centre de transit, ainsi que l’étroitesse du marché national expliquent l’importance de réexportations, qui sont supérieures aux exportations non pétrolières. Au total, l’excédent de la balance commerciale kuwaitienne en 1979 était de 3 668 millions de dinars kuwaitiens, soit 13,4 milliards de dollars.

63L’évolution du produit intérieur brut (P.I.B.) montre qu’en moins d’une décennie le P.I.B. de Kuwait a été multiplié par plus de 6, passant, en monnaie courante et au prix du marché, de 1 013,4 millions de D.K. en 1970 à 6 435,6 millions de D.K. en 1979 (cf. tableau n° 2).

64Il est intéressant de comparer la répartition par branche d’activité du produit intérieur brut (P.I.B.) avec la répartition de la population active dans ces mêmes branches. Les données du dernier recensement de la population effectuée en 1980 n’étant pas encore publiées dans le détail, nous utiliserons les résultats des recensements de 1970 et 1975 (cf. tableau n° 3).

  • 24 La première ferme expérimentale du Golfe fut créée par les Kuwaitiens en 1967.

65Ainsi, le secteur pétrolier qui contribue pour plus des deux tiers à la formation du P.I.B. occupe seulement 1,6 % de la population active, moins que le secteur primaire (agriculture et pêche) qui regroupe 2,5 % des actifs, et constitue la branche la plus pauvre de l’économie kuwaitienne (0,22 % du P.I.B.). Pour des raisons climatiques évidentes, l’agriculture kuwatienne est marginale. En 1978, on dénombre 524 exploitations agricoles dont certaines utilisent des techniques d’avant-garde, aussi bien pour la production animale (élevage bovin et aviculture) que végétale : les principaux produits cultivés sont des fruits et des légumes (tomates, concombres, radis, melons, fraises) et des plantes fourragères pour les 6 000 vaches de l’émirat. Défiant le sable et le soleil, des « cultures sans sol » sont pratiquées dans des serres climatisées, selon le système hydroponique avec irrigation au goutte à goutte par une eau enrichie de sels minéraux. De telles cultures supposent de gros moyens financiers et techniques réservés aux fermes expérimentales24. Si l’intérêt scientifique de ces expériences agricoles est évident, la rentabilité économique est discutable. Plus utiles sont les recherches en cours pour le pompage et le dessalement des eaux des nappes souterraines, ainsi que les projets de récupération des eaux d’égouts en vue de leur utilisation pour l’irrigation. Mais, surtout, l’accord de coopération signé en novembre 1977 entre l’Irak et Kuwait doit permettre à l’émirat de recevoir de l’eau du Shatt al-’Arab : environ 140 000 litres d’eau par jour sont finalement accordés à Kuwait, à la suite de négociations en octobre 1978. Malgré le lourd handicap de conditions naturelles hostiles, le gouvernement kuwaitien souhaite donc développer l’agriculture pour réduire la dépendance alimentaire de l’émirat, qui a importé en 1978 88,7 % des produits alimentaires consommés.

66La pêche, activité traditionnelle en raison de la richesse des eaux du Golfe en poissons et crustacés, s’est beaucoup modernisée. Depuis 1973, une société unique

PHOTOS 22, 23, 24 et 25. – Aspects de l’émirat du Kuwait.

Plate-forme d’exploitation pétrolière en mer – Mosquée entre le premier et le second « ring » – Café dans le centre ville – En bas à droite, les célèbres tours du Kuwait (Photos et légende : Paul Bonnenfant).

67(United Fisheries of Kuwait), constituée à partir de la fusion des trois compagnies de pêche qui opéraient auparavant, est désormais la première au monde pour la pêche à la crevette, grâce à ses 180 bateaux et son usine de mise en boîte et de surcongélation, qui traite 400 tonnes de crevettes par jour. Une ferme marine permettant l’élevage des crevettes a même été aménagée. Cette aquaculture très rentable va ménager les eaux du Golfe menacées d’une surexploitation systématique.

68Ainsi, même dans les secteurs marginaux de l’activité économique, comme l’agriculture et la pêche, l’émirat adopte, grâce à ses importantes ressources financières, les technologies de pointe. Cela est encore plus sensible pour le développement industriel.

  • 25 Cf. B. Labaki, « Les processus de la croissance industrielle au Koweit », Le Commerce du Levant, 7 (...)

69La croissance des industries manufacturières a été très forte entre 1970 et 1979, comme le montre le tableau n° 2 consacré à l’évolution du produit intérieur brut : passant de 45,1 millions de D.K. en 1970 à 366,3 millions de D.K. en 1979, les activités manufacturières enregistrent, en moins de dix ans, une progression de 813 %, alors que pour l’ensemble du secteur non pétrolier (toutes activités confondues), cette progression n’est que de 463 %. En fait, Kuwait s’est engagé dans un double processus d’industrialisation25, comme la plupart des pays pétroliers du Golfe. Le premier, essentiellement dirigé vers l’exportation, concerne l’élargissement des activités de transformation des hydrocarbures. Le second processus se caractérise par la croissance d’industries orientées vers le marché local en pleine expansion. Il s’agit du processus d’industrialisation par substitution des importations. L’État kuwaitien participe directement à ce double processus d’industrialisation. Les branches industrielles liées aux exportations (raffinage pétrolier, pétrochimie et chimie) utilisent matières premières et énergie locales avec une technologie importée. Elles exigent d’énormes investissements que seul l’État peut assurer.

  • 26 Cf. G. Alalami, op. cit., pp. 167-173.

70Ainsi fut aménagée la zone industrielle de Shu’ayba, entre les deux ports pétroliers de Mina’ ‘Abdallâh et Minâ’ Ahmadî, où se trouvent rassemblées plusieurs grosses usines produisant des engrais, du ciment, de l’eau, de l’électricité, ainsi qu’une minoterie et une raffinerie de pétrole qui est l’une des plus modernes du monde. L’ensemble industriel de Shu’ayba, où prédominent les industries lourdes, est assez isolé du reste du pays et regroupe sur place sa population ouvrière. Cette zone industrielle est très différente de l’autre grand complexe industriel kuwaitien, la zone industrielle de Shuwaykh. Cette dernière fortement intégrée à l’espace urbain de la capitale, au sud-ouest du centre ville, regroupe surtout des industries légères et draine une population ouvrière largement diluée dans l’espace social environnant26.

  • 27 Cf. L’importante « loi industrielle de 1965 », décret n° 6 du 4 mars 1965.

71Pour les branches industrielles liées au processus de substitution des importations, l’État kuwaitien souhaitait à l’origine, dans les premiers programmes industriels des années soixante, une forte participation du secteur privé national27. Mais les investissements prévus pour le secteur privé n’ont été réalisés qu’à 70 %, surtout par des sociétés privées étrangères. Aussi, à partir de 1972, l’État change de politique : le secteur public se réserve le gros des investissements, même si quelques entrepreneurs kuwaitiens sont intéressés par quelques industries tournées vers le marché intérieur. En fait, pour les entrepreneurs kuwaitiens, l’enjeu industriel est limité. Ils ont, en revanche, une prédilection pour les activités et les investissements dans le commerce et l’immobilier, c’est-à-dire pour les activités spéculatives par excellence.

  • 28 Cf. G. Alalami, op. cit., p. 96.

72Les activités commerciales traditionnelles ont été énormément stimulées par l’enrichissement des Kuwaitiens, désormais assoiffés de biens de consommation nouveaux. Véritable entrepôt géant, Kuwait est devenu en quelques années le paradis du consommateur. Mais le commerce ne représente qu’une partie de l’ensemble des activités tertiaires qui regroupaient, en 1975, 74,4 % de la population active. Par exemple, l’administration publique employait 40 % de l’ensemble des actifs résidents (nationaux et étrangers), et surtout 75 % des Kuwaitiens actifs. Le travail rémunéré est, en effet, un droit reconnu au citoyen kuwaitien, l’État ayant l’obligation de le lui pourvoir. Ainsi s’explique le taux très bas du chômage dans le pays, grâce à l’emploi massif des Kuwaitiens dans la fonction publique, alors que les étrangers doivent justifier d’un travail pour obtenir leur certificat de séjour ou sa prolongation. L’État kuwaitien multiplie donc les emplois même inutiles pour masquer le chômage des nationaux, créant ce qu’on a appelé un « chômage du bien-être »28. Or, pour un travail égal, les salaires du secteur public sont le double de ceux offerts par le secteur privé. La fonction publique joue donc un rôle important de pourvoyeur de rente, contribuant par là-même à la mise en place d’une société de rentiers et à l’instauration d’une « économie de bien-être ».

2) La politique de l’« État-Providence » (« Welfare State »)

  • 29 Cf. P. Bonnenfant, « Utilisation des recettes pétrolières et stratégie des groupes sociaux en péni (...)

73Grâce au pétrole, Kuwait est devenu un pays où il fait bon vivre, du moins pour les nationaux qui disposent de multiples avantages, et du maximum de services qui leur permettent de vivre en bonne santé, de s’instruire et de s’enrichir29.

74L’État kuwaitien contribue de multiples façons à l’enrichissement de ses nationaux, et pas seulement en créant des emplois bien rémunérés dans la fonction publique. Ainsi, le gouvernement, par sa politique d’urbanisation, a permis une énorme redistribution de la rente pétrolière. Entre le début des années 1950 et l’année fiscale 1972-1973, le quart des revenus pétroliers a été utilisé par l’État pour acheter des terrains privés à des prix exorbitants avec l’objectif délibéré d’enrichir les vendeurs. Une énorme spéculation foncière a été engendrée par les autorités kuwaitiennes et a finalement renforcé les inégalités sociales.

  • 30 Cf. G. Alalami, op. cit., p. 81.

75Certes, le programme gouvernemental de rachat de terres a bénéficié à une large fraction de la population citadine, mais il a aussi et surtout contribué à l’accumulation de fortunes colossales dans les mains des anciens privilégiés30. En effet, les proches collaborateurs de l’émir et les membres influents des familles de notables étaient au courant des projets d’aménagement urbain, et ont pu s’approprier ces terrains urbanisables ou les racheter à un faible prix à leur ancien propriétaire. Les parcelles achetées au prix fort par l’État étaient ensuite revendues, en moyenne à 4 % du prix auquel l’État les avait acquises, permettant ainsi à de nombreux Kuwaitiens de devenir propriétaires.

  • 31 Cf. P. Bonnenfant, op. cit., Maghreb-Machrek, n° 82, p. 67.

76Une autre possibilité d’enrichissement encouragée par l’État est le système du sponsorship : au Kuwait, comme dans les autres pays du Golfe, aucun étranger ne peut trouver un travail, signer un contrat commercial ou avoir une activité quelconque, sans la caution et la garantie d’un Kuwaitien, d’un sponsor, qui sera rémunéré selon un pourcentage, variant selon l’importance de l’activité qu’il cautionne. On a dénoncé à juste titre ce climat d’affairisme et ce goût des « commissions » qui portent à l’enrichissement rapide et détournent de l’effort à long terme31. De plus, le sponsorship renforce la richesse des privilégiés (notables et membres de la famille Âl Sabâh), car l’étranger préfère la caution d’un puissant à celle d’un inconnu.

77Les résultats de cette politique de l’État-Providence sont très spectaculaires. Peu de pays ont autant fait que Kuwait pour améliorer les services sociaux. Les transformations sont particulièrement impressionnantes dans le domaine de l’éducation et de la santé. Conscients de l’importance des problèmes d’éducation pour l’avenir de l’émirat, les dirigeants kuwaitiens accordent de gros moyens financiers pour le développement de l’enseignement, du jardin d’enfants à l’université. Actuellement, entre 9 et 19 % des ressources budgétaires sont consacrées à cet investissement humain.

78La première école de garçons a été ouverte au Kuwait en 1912 par les soins d’un groupe d’instituteurs venus de Palestine ; puis, en 1927, on assiste à l’ouverture de la première école pour les filles. Dès 1936, le Kuwait invite un groupe d’enseignants palestiniens à mettre au point pour l’émirat un système d’éducation moderne. A partir de 1939, de nombreux Kuwaitiens reçoivent une bourse du gouvernement pour poursuivre leurs études à l’étranger. Le rappel de ces dates montre que les efforts du gouvernement pour l’enseignement sont anciens et ont précédé l’arrivée de la « manne pétrolière ». Mais ce sont les revenus pétroliers qui ont permis la mise en place d’une véritable infrastructure scolaire. Quelques chiffres permettent de se rendre compte des progrès réalisés en vingt ans : durant l’année scolaire 1958-59, 111 établissements publics accueillaient 4 665 élèves et 198 enseignants. En 1978-79, 437 établissements regroupaient 267 518 élèves et 20 264 enseignants. Ces établissements publics assurent un enseignement gratuit pour les Kuwaitiens. Des écoles privées sont réservées aux étrangers. Elles se sont également multipliées. En 1964-65, 32 écoles privées comptaient 7 188 élèves et 362 enseignants. En 1978-79, on dénombrait 90 établissements privés avec 59 424 élèves et 2 829 enseignants.

79A l’université de Kuwait, ouverte en novembre 1966 et ne comptant à l’époque que 400 étudiants, 17 129 étudiants étaient inscrits durant l’année universitaire 1978-79, dont 67,1 % de Kuwaitiens et 32,9 % d’étrangers. Signalons que parmi les 17 129 étudiants, on comptait une majorité d’étudiantes (57,8 % du total). Les femmes sont aussi nombreuses dans le corps enseignant et ont accès aux plus hautes responsabilités : à titre d’exemple, la faculté de droit de l’université est dirigée depuis 1979 par une Kuwaitienne, ainsi que le centre de langues vivantes de l’université. D’ailleurs, d’une manière générale, la femme kuwaitienne participe de plus en plus à la vie économique et sociale du pays. Enfin, le gouvernement kuwaitien accorde facilement des bourses importantes aux étudiants désireux de poursuivre leurs études à l’étranger, surtout pour des spécialisations. Ce rapide bilan de la politique de l’État dans le domaine de l’éducation doit aussi mentionner les efforts entrepris pour les handicapés : treize instituts spécialisés ont été créés (Institut de la Lumière pour les aveugles, Institut de l’Espoir pour les sourds-muets, etc.).

80Les progrès de l’alphabétisation sont donc importants. Le taux d’analphabétisme du Kuwait est un des plus bas du monde arabe après le Liban : 44,5 % pour l’ensemble de la population de plus de 15 ans. Une nette distorsion subsiste, en 1975, entre les hommes (30 % d’analphabètes pour l’ensemble de la population kuwaitienne) et les femmes (59,1 %). En 1970, ces proportions étaient respectivement de 52 % pour les hommes et 63 % pour les femmes.

  • 32 On comptait 710 médecins en 1970, 1 442 en 1977, 61 dentistes en 1970, 125 en 1977, 179 pharmacien (...)

81La politique de l’« État-Providence » se manifeste également dans le domaine de la santé. Les progrès sanitaires ont été considérables. En 1949, il y avait seulement 4 médecins dans l’émirat, soit approximativement un médecin pour 20 000 habitants. En 1957, il y en avait un pour 1 430 habitants, en 1970 un pour 950, en 1975 un pour 830. Entre 1970 et 1977, le nombre des médecins, des dentistes et des pharmaciens a exactement doublé32. Le premier hôpital digne de ce nom est apparu en 1949. Il y en a une vingtaine à présent. La qualité de l’équipement hospitalier, la compétence du personnel et la gratuité des soins contribuent à faire de l’infrastructure sanitaire du Kuwait la meilleure du Golfe. Ces progrès sanitaires ont permis de faire baisser la mortalité et d’accroître l’espérance de vie des Kuwaitiens.

82L’importance des résultats déjà obtenus dans le domaine de la santé et de l’éducation ne fait pas oublier aux dirigeants l’avenir des générations futures. Ainsi, une attention particulière est donnée au « Fonds de réserve des générations futures » qui a été institué en 1976 avec une mise initiale de 3 milliards de dollars, à laquelle devraient s’ajouter, tous les ans, au moins 10 % des revenus pétroliers du pays. A Kuwait, la politique de l’État-Providence s’inscrit désormais dans la longue durée. On peut se demander quelle sera alors la situation démographique de l’émirat, surtout après les bouleversements démographiques considérables qu’a connus Kuwait depuis une trentaine d’années.

3) L’évolution de la population kuwaitienne

83La révolution démographique provoquée par le pétrole n’est pas propre à Kuwait. Avec des décalages chronologiques importants, elle s’est réalisée dans tous les émirats du Golfe. Mais c’est à Kuwait que l’on peut le mieux analyser les bouleversements démographiques des dernières décennies, car, de tous les pays du Golfe, il est celui dont la situation démographique est la mieux connue, grâce à six recensements effectués en 1957, 1961, 1965, 1970, 1975 et 1980.

84Les caractéristiques essentielles de la démographie kuwaitienne ont déjà été signalées et analysées dans cet ouvrage par Philippe Fargues, dans son chapitre « Présentation démographique des pays de la péninsule Arabique », auquel nous renvoyons le lecteur. Pour notre part, après une rapide évocation de la forte croissance de la population kuwaitienne, nous insisterons essentiellement sur l’importance de la population étrangère dans l’émirat.

85De 1957 à 1980, la population de l’émirat a été multipliée par 6,5, passant de 206 473 personnes à 1 355 827, vingt-trois ans plus tard (cf. tableau n° 4).

86Évidemment, l’accroissement spectaculaire de la population de l’émirat est dû principalement à l’arrivée des étrangers, qui en 1980 représentent 58,5 % de la population totale. La population étrangère résidant à Kuwait a vu multiplier ses effectifs par 8,5, entre 1957 et 1980. Mais, l’accroissement de la population de nationalité kuwaitienne est également remarquable, puisque cette population a quintuplé en vingt-trois ans. Mathématiquement, une telle progression ne peut pas s’expliquer uniquement par l’accroissement naturel, si fort soit-il. C’est grâce à la naturalisation massive d’individus, dont la plupart étaient des bédouins nomades, que la population de nationalité kuwaitienne a pu croître si rapidement ; sinon, la proportion des étrangers dans la population totale serait aujourd’hui encore bien plus élevée.

  • 33 Cf. Ph. Fargues, Réserves de main-d’œuvre et rente pétrolière : étude démographique des migrationy (...)

87Parmi tous les pays de l’Orient arabe33, Kuwait est celui dont le taux d’accroissement naturel (différence entre les taux de natalité et de mortalité) est le

88plus élevé (taux de 36,2 ‰ en 1975), grâce à une natalité demeurée forte (taux de natalité de 42,3 ‰) et surtout grâce à un taux de mortalité (6,1 ‰) qui est le plus bas de la région. Il en est de même pour le taux de mortalité infantile (38,9 ‰) qui a diminué de moitié dans l’émirat entre 1970 et 1975. Aussi, de tous les pays du monde arabe, Kuwait est-il celui où l’espérance de vie à la naissance est la plus élevée : 70 ans. Incontestablement, la politique suivie par les dirigeants kuwaitiens dans le domaine de la santé a permis ces bons résultats démographiques, insuffisants cependant pour expliquer à eux seuls le rapide accroissement de la population de nationalité kuwaitienne.

89Obtenir la nationalité kuwaitienne est juridiquement complexe, puisque la législation kuwaitienne distingue deux façons d’acquérir cette nationalité, la naturalisation proprement dite et la « nationalité d’origine ». En raison des multiples avantages sociaux et financiers dont bénéficient les nationaux, il est presque impossible à un étranger d’obtenir la nationalité kuwaitienne, même s’il s’agit d’un travailleur arabe qui réside depuis plusieurs années dans l’émirat et dont le travail a contribué à édifier la prospérité de Kuwait. La loi de 1966 fixe à cinquante le nombre de naturalisations autorisées par an. Les bénéficiaires doivent justifier de quinze ans de séjour dans l’émirat, puis devront encore patienter dix ans avant d’obtenir les droits de pleine nationalité. En revanche, la « nationalité d’origine » est accordée très facilement à toute personne (et à ses descendants) dont la résidence au Kuwait remonte à 1920, c’est-à-dire à une époque où les frontières de l’émirat n’étaient pas définitivement arrêtées. Ainsi, les populations bédouines, dont les campements d’été se trouvent ou se trouvaient sur le territoire kuwaitien, ont obtenu la « nationalité d’origine ». Pour ces populations d’origine bédouine, la naturalisation selon le principe de la « nationalité d’origine » s’accompagne immédiatement d’une sédentarisation et d’une urbanisation, le gouvernement offrant logement et emploi à ces nouveaux citoyens, qui politiquement seront toujours acquis au régime et renforceront donc le pouvoir en place face à la « menace » représentée par les étrangers, pourtant indispensables puisqu’ils représentent 70,9 % de la population active du Kuwait.

  • 34 Cf. A.G. Hill, « Les travailleurs étrangers dans les pays du Golfe », Tiers-Monde, n°69, 1977, pp. (...)

90La population étrangère résidant à Kuwait est très variée. Le recensement de 1975 mentionne plus de trente nationalités différentes, mais 80 % de ces étrangers sont originaires des pays arabes. Kuwait n’est pas submergé par une main-d’œuvre asiatique, comme d’autres pays du Golfe dont le développement a été plus tardif, et qui doivent faire appel pour la construction et les travaux publics à des travailleurs peu qualifiés : Indiens et Pakistanais traditionnellement présents dans les émirats, mais aussi Sud-Coréens, Philippins, Thaïlandais, etc. La composition par nationalités des populations immigrées traduit les exigences particulières du marché du travail du pays d’accueil, et exprime dans une certaine mesure l’état de son développement économique. Ainsi, depuis le début des années 1970, Kuwait demande de préférence une main-d’œuvre un peu plus qualifiée parce que le « boom » de la construction est déjà passé34. En même temps, la composition par sexe de la population étrangère évolue. L’immigration à Kuwait a commencé par l’arrivée presque exclusive d’une population masculine : le premier recensement de 1957 signalait 80 % d’hommes dans la population étrangère, alors qu’en 1975 on recensait 59 % d’hommes et 41 % de femmes dans l’ensemble de la population étrangère résidant dans l’émirat. L’immigration familiale tend donc à se substituer à l’immigration de travailleurs isolés, et cela se traduit dans les pyramides des âges (cf. le chapitre de présentation démographique des pays de la péninsule).

91Parmi tous les étrangers résidant au Kuwait, il faut souligner le rôle des Palestiniens non seulement en raison de leur importance numérique (20,5 % de la population totale en 1975 et 39 % de la population étrangère de l’émirat), mais aussi et surtout en raison de leur influence économique, culturelle et politique.

  • 35 Munis d’un passeport jordanien, ils sont souvent appelés « jordano-palestiniens ». Dans les recens (...)

92L’immigration palestinienne au Kuwait s’est principalement réalisée en deux grandes vagues, liées aux développements du conflit israélo-arabe, mais une troisième phase se développe actuellement. La première vague palestinienne, de loin la plus importante, a déferlé sur Kuwait après la création de l’Etat d’Israël en 1948. Les Palestiniens arrivèrent en masse au début des années cinquante au moment où l’émirat avait un grand besoin de main-d’œuvre, pour édifier, grâce aux revenus pétroliers, un nouveau Kuwait. La conjonction de ces deux facteurs (présence d’une main-d’œuvre palestinienne abondante et qualifiée et arrivée des premières recettes pétrolières) a beaucoup contribué à la transformation du pays. S’il est sans doute excessif d’affirmer, comme certains l’ont fait, que « Kuwait est dû autant aux Palestiniens qu’au pétrole », il convient de ne pas minimiser leur rôle. La seconde vague palestinienne arriva dans l’émirat-après la guerre de juin 1967, et se prolongea jusqu’en 1970-1971, années où se multiplièrent en Jordanie les affrontements entre la résistance palestinienne et le royaume hâshimite. Les nouveaux arrivants viennent pour la plupart de Cisjordanie35. Enfin, une troisième phase a commencé. Il ne s’agit plus d’une vague, mais d’une infiltration lente et continue de Palestiniens quittant directement la Cisjordanie occupée par Israël pour venir travailler au Kuwait.

  • 36 Cf. Ph. Rondot, « Une présence palestinienne active et privilégiée », Le Monde Diplomatique, févri (...)
  • 37 Les élections législatives du 23 février 1981 ont entraîné l’élimination du groupe traditionnel d’ (...)
  • 38 Quelques attentats isolés survenus à Kuwait au début de l’été 1981 ont fait dire à plusieurs respo (...)

93On retrouve les Palestiniens dans tous les secteurs de l’économie kuwaitienne et à tous les niveaux : ainsi, dans l’industrie pétrolière, depuis l’ingénieur hautement spécialisé dans les techniques de pointe de la pétrochimie jusqu’à l’ouvrier peu qualifié. Dans l’administration et les services publics, ils n’occupent pas le sommet de la hiérarchie, réservée aux Kuwaitiens, mais ils sont les « rouages indispensables »36. A l’université de Kuwait, les professeurs palestiniens sont très nombreux et contribuent à la formation des cadres futurs du pays. L’influence palestinienne est également très forte dans la presse, qui bénéficie au Kuwait d’un régime libéral. Aussi, dans l’émirat, les Palestiniens ont-ils un rôle politique, en plus de leur rôle économique et culturel. Jusqu’à la dissolution de l’assemblée et la suppression de la constitution (29 août 1976), l’opposition parlementaire s’appuyait sur des forces progressistes fortement influencées par les Palestiniens. Il semble que l’influence palestinienne soit bien moins sensible dans la nouvelle assemblée élue en février 198137. D’autre part, les autorités kuwaitiennes redoutent ce qu’elles appellent la « menace d’une subversion interne », et, tout en continuant à défendre la cause palestinienne sur la scène internationale et à aider par des subventions un certain nombre d’institutions palestiniennes, en particulier les écoles privées, elles multiplient les mises en garde38. De leur côté, les Palestiniens, de plus en plus regroupés dans certains quartiers de l’agglomération de Kuwait (Hawallî, par exemple), perçoivent certaines mesures récentes du gouvernement (par exemple, la loi permettant aux propriétaires d’augmenter les loyers de 100 % et d’expulser les locataires récalcitrants) comme étant dirigées particulièrement contre eux, afin qu’ils quittent l’émirat.

94En fait, les mesures prises récemment par les autorités kuwaitiennes visent l’ensemble des étrangers. Ainsi, les célibataires sont cantonnés dans certains quartiers et ne peuvent plus résider dans les quartiers « familiaux », qu’ils doivent évacuer dans les plus brefs délais. En même temps, depuis 1980, on essaie de freiner l’arrivée des étrangers accompagnés de leur famille, en exigeant de leur employeur une attestation certifiant qu’ils gagnent plus de 400 dinars (environ 8 000 F). L’État kuwaitien, dont la politique de redistribution de la rente a toujours tendu à accuser les disparités entre nationaux et étrangers, semble à présent vouloir exercer un contrôle plus strict des étrangers, en particulier en ce qui concerne leur localisation à l’intérieur de l’espace urbain où s’accentue un zoning rigide entre les quartiers des étrangers et ceux des nationaux.

4) La dynamique urbaine

95C’est dans les paysages urbains de l’agglomération de Kuwait, vaste connurbation qui s’étire sur 80 kilomètres le long du littoral, depuis al-Jahra au nord-ouest jusqu’à Minâ ‘Abdallâh au sud-est, et dont le développement vers le sud est bloqué par l’exploitation pétrolière du gisement de Burgân, que s’expriment avec le plus d’intensité les mutations apportées par le pétrole. La « révolution urbaine » qui agite aujourd’hui tous les émirats du Golfe a d’abord eu Kuwait comme laboratoire.

  • 39 Cf. Ph. Fargues, op. cit., p. 18.

96Aujourd’hui, à cause du pétrole, les émirats du Golfe battent tous les records d’urbanisation et sont devenus des « villes-États ». Le plus urbanisé de tous les émirats est Kuwait, dont le taux d’urbanisation en 1975 était de 88,6 %, alors que ce pourcentage de la population urbaine par rapport à la population totale était de 88,2 % pour Qatar, 83,9 % pour les Émirats Arabes Unis, 81,1 % pour Bahrain39.

97Le tissu urbain de l’agglomération actuelle de Kuwait a été façonné en une trentaine d’années à peine, ce qui est très peu par rapport à la plupart des villes dans le monde, qui sont en général chargées d’Histoire. Bien plus, les quelques quartiers anciens de la vieille ville ont subi d’énormes transformations pour qu’ils soient adaptés à la circulation automobile. L’agglomération de Kuwait, en effet, a d’abord été conçue pour l’automobile qui est, en quelque sorte, maîtresse de la ville, imposant de larges boulevards, des avenues impressionnantes, des parcs de stationnement nombreux et vastes. Dans une telle agglomération, il n’y a pas de place pour les piétons qui sont rares, sauf dans quelques rues commerçantes du centre ville, où, sous les arcades bien adaptées au climat, les boutiques se succèdent et offrent à des prix très avantageux des produits du monde entier. L’artère commerçante la plus célèbre est ainsi la rue Fahd al-Salam, où sont regroupés magasins, bureaux et hôtels.

98L’ancien mur d’enceinte, abattu en 1957 et dont il ne subsiste que la porte de Jahra, a été symboliquement remplacé par une ceinture verte, luxe suprême en pays aride. De part et d’autre de cette ceinture, on a cédé à la frénésie du béton, du verre et de l’aluminium. Seule différence à signaler : la plus forte densité des constructions dans l’ancienne vieille ville. Au-delà de la ceinture verte, l’agglomération est ceinturée par les anneaux concentriques de ses larges avenues que relient des radiales aboutissant toutes au boulevard du front de mer. C’est d’avion quand on arrive dans l’émirat que l’on découvre le mieux cette agglomération rassemblant près d’un million d’habitants avec ses banlieues, les villes résidentielles d’Hawallî et de Sâlimîya au sud-est, le port et la zone industrielle de Shuwaykh au sud-ouest, et plus au sud les torchères des champs pétrolifères de Burgân et la ville d’Ahmadî avec sa raffinerie. Ce survol aérien de l’agglomération permet également de constater que l’urbanisation n’est pas continue et que les terrains vagues alternent avec les constructions. Si le tissu urbain de l’agglomération de Kuwait est plus dense que dans d’autres émirats, où les villes-champignons sont plus récentes, la métropole kuwaitienne reste encore un immense chantier, surtout dans les quartiers périphériques de la capitale. Depuis une trentaine d’années, camions et bulldozers, dans un ballet incessant sur l’asphalte encore chaud, arrachent au désert un vieux mode de vie, en construisant cette « Los Angeles arabe » à l’échelle du Golfe. La comparaison avec la métropole californienne s’impose, mais l’émirat, pris dans le tourbillon du modèle américain, doit livrer un corps à corps avec la modernité importée pour conserver en même temps son identité socio-culturelle.

  • 40 Cf. G. Alalami, op. cit., p. 74-76.

99Cette agglomération kuwaitienne est le résultat d’une politique de planification urbaine, dont les conséquences sociales ont été considérables. Sans entrer dans les détails, il convient d’en rappeler les principales étapes. Le premier plan d’urbanisme est le plan Minoprio élaboré en 1952. Sur les conseils d’experts britanniques, l’émir adopta pour sa capitale un plan de développement mis au point par un groupe britannique d’architectes et de conseillers en planification urbaine : Minoprio, Spenceley et Macfarlaine. Le plan Minoprio fixe comme premier objectif du plan directeur le développement d’un réseau routier efficace40, dont les mailles ont constitué le canevas à partir duquel a grandi l’agglomération. C’est également le plan Minoprio qui décide d’établir une « ceinture-verte » sur le tracé de l’ancienne muraille, et de moderniser la ville ancienne en favorisant le développement commercial de l’ancien souk, tandis qu’à l’extérieur de la ceinture verte sont aménagées de vastes zones résidentielles, et que d’autres sont spécialisées pour l’industrie, l’éducation et la santé. En 1960, le recrutement à la direction de la planification urbaine du docteur Sabbah Shiber, expert palestinien en architecture et urbanisme, donne une nouvelle impulsion à la politique d’urbanisme tout en continuant l’application des grandes lignes du plan Minoprio.

  • 41 Cf. G. Dardaud, S. et J. Lacouture, op. cit., p. 150.

100Cette urbanisation planifiée a dû affronter différents problèmes techniques, dont l’un des plus délicats fut celui de l’approvisionnement en eau. L’agglomération de Kuwait consomme beaucoup d’eau, fournie par les énormes usines de dessalement d’eau de mer, construites dans les deux grandes zones industrielles de l’émirat, à Shuwaykh en 1953 et à Shu’ayba en 1970, où se trouve la plus vaste et la plus moderne usine de dessalement d’eau du monde. L’importance de l’eau apparaît dans le paysage urbain avec ces châteaux d’eau aux formes originales qui dominent la ville : tels ces champignons de béton, en forme de lotus qui s’ouvrent en larges corolles noires et blanches, hautes de soixante mètres, ou encore ces « mosquées de l’eau », ces tours qui veulent rappeler à la fois les minarets traditionnels et les fusées interplanétaires41.

  • 42 Cf. G. Alalami, op. cit., p. 123.

101Les implications sociales de cette politique d’urbanisation ont été multiples. D’abord, l’ensemble des mesures prises par les organes de planification au niveau de l’habitat a abouti à une ségrégation résidentielle qui sépare de façon rigide Kuwaitiens et non-Kuwaitiens. Cela se traduit dans la nature des logements proposés et dans la qualité des zones résidentielles dont l’équipement peut être très variable. Mais il y a aussi une ségrégation entre Kuwaitiens : les quartiers des anciens citadins aisés sont différents de ceux des bédouins nouvellement sédentarisés42. D’autre part, cette politique d’urbanisation planifiée a provoqué un affaiblissement des structures tribales traditionnelles, et par voie de conséquence un renforcement de l’État. Il est certain que les autorités kuwaitiennes ont souhaité une telle évolution, en contrôlant et planifiant le développement urbain. En même temps, les relations familiales ont été modifiées, en particulier chez les bédouins nouvellement sédentarisés : les membres d’une même famille patriarcale ne sont plus regroupés sous le même toit et ne partagent plus le même repas. Au mieux, ils sont devenus voisins, mais pas toujours. Enfin, l’urbanisation a accentué les clivages sociaux, renforçant la richesse et le pouvoir des anciens notables.

CONCLUSION

102Ainsi, la découverte puis l’exploitation d’énormes gisements d’hydrocarbures ont déclenché dans l’émirat de Kuwait un processus de mutations économiques et sociales particulièrement spectaculaires. Mais la « révolution » apportée par le pétrole a été si forte, les bouleversements si rapides qu’il était inévitable que Kuwait, malgré sa prospérité ou plus exactement en raison même de son enrichissement rapide, se trouve affronté à de nouveaux problèmes. Kuwait, qui fait face à des menaces intérieures et extérieures, apparaît finalement comme un émirat vulnérable, dont la richesse suscite de nombreuses convoitises.

103Les menaces se sont manifestées aussitôt après la proclamation de l’indépendance de l’émirat, le 19 juin 1961 : dès le 25 juin 1961, le premier ministre irakien, le général Qâsim, revendique Kuwait comme faisant partie de l’Irak. Successivement, le débarquement de troupes britanniques dans l’émirat (le 1/7/ 196l), l’adhésion de Kuwait à la Ligue arabe (16/7/1961 ), grâce à l’appui saoudien et égyptien, et enfin l’envoi par la Ligue arabe d’un contingent chargé de remplacer les soldats britanniques (10/9/1961), permettent de consolider la fragile indépendance kuwaitienne. Mais il faudra attendre le renversement du général Qâsim pour que l’émirat soit admis à l’O.N.U. (14/5/1963), après la levée du veto de l’U.R.S.S., qui soutenait les revendications irakiennes. Si, le 4/10/1963, l’Irak reconnaît officiellement « l’indépendance et la souveraineté totale » de Kuwait, la tension persiste entre les deux pays. Elle atteint son paroxysme en mars 1973, lorsque des troupes irakiennes pénètrent dans l’émirat. De nombreuses médiations arabes permettent la réouverture des frontières entre l’Irak et Kuwait en juillet 1977, puis la signature d’un accord de coopération entre les deux pays.

  • 43 Nous ne faisons qu’évoquer ici le F.K.D.E.A. étudié par Traute Wohlers-Scharf dans le premier tome (...)

104Durant cette longue crise entre l’Irak et Kuwait, l’émirat a bénéficié du soutien de la plupart des pays arabes. Il est vrai que la sagesse légendaire et l’habileté diplomatique de la dynastie Âl Sabâh ont permis à Kuwait de renforcer ses positions à l’intérieur du monde arabe. Surtout, l’émirat a toujours joué à fond la solidarité arabe, comme en témoigne le F.K.D.E.A. (Fonds kuwaitien de développement économique arabe)43, dont la création remonte à 1961 et qui fut ainsi le premier fonds arabe de développement. Incontestablement, le F.K.D.E.A., dont tous les pays arabes reconnaissent l’efficacité et la neutralité, a permis d’affermir l’existence du jeune État kuwaitien. En effet, en facilitant le financement de projets de développement dans les pays du Tiers Monde, principalement à l’intérieur du monde arabe, les autorités kuwaitiennes ont pu se constituer une véritable clientèle politique dans le monde afro-asiatique et renforcer ainsi les positions diplomatiques de l’émirat.

  • 44 En 1979, l’aide accordée par la fédération des Émirats Arabes Unis et Qatar en faveur du Tiers Mon (...)

105L’aide de Kuwait aux pays du Tiers Monde a atteint 1 099 millions de dollars en 1979, ce qui représentait 5,14 % du P.N.B. kuwaitien, soit un pourcentage important comparé à ceux des pays occidentaux (0,20 % du P.N.B. pour les États-Unis, 0,59 % pour la France, 0,44 % pour l’Allemagne Fédérale, etc.). Depuis 1961, Kuwait est devenu la plus vaste agence de développement du monde. L’exemple kuwaitien a d’ailleurs été imité par d’autres pays du Golfe producteurs de pétrole44.

106La richesse de l’émirat a donc été habilement utilisée par la diplomatie kuwaitienne qui, tout en gardant des relations étroites avec le puissant voisin saoudien, a su se dégager de l’orbite de Riyadh. Par exemple, il est significatif que Kuwait soit la seule principauté arabe du Golfe à entretenir des relations diplomatiques avec l’U.R.S.S. et les pays de l’Est. De même, à l’intérieur du Machreq, la diplomatie kuwaitienne est intervenue à plusieurs reprises en qualité de médiateur, aussi bien pour apaiser les querelles entre Dubayy et Abu Dhabi, qui ralentissaient l’édification de la fédération des Émirats Arabes Unis, que pour amorcer une réconciliation entre les deux Yémen, ou encore pour tenter d’arrêter le conflit libanais. L’influence de Kuwait sur les autres émirats du Golfe ne cesse de s’affirmer. Ainsi, Kuwait a joué un grand rôle dans la création d’un Conseil de coopération du Golfe, regroupant l’Arabie Saoudite, Kuwait, Oman, les Émirats Arabes Unis, Qatar et Bahrain. Le projet retenu, ratifié par les souverains du Golfe, le 26 mai 1981, est très proche du projet initial présenté par Kuwait, et, si le siège du Conseil de coopération est à Riyadh, le secrétaire général du Conseil est kuwaitien.

107La diplomatie kuwaitienne est donc très active, d’autant plus que la révolution iranienne inquiète les dirigeants kuwaitiens : la vague nationaliste et islamique qui depuis l’Iran déferle sur le monde arabe incite le gouvernement kuwaitien à la prudence. De plus, le déclenchement du conflit entre l’Irak et l’Iran, en septembre 1980, a été perçu comme une nouvelle menace pour l’Émirat, puisque les combats se déroulaient à proximité des frontières du Kuwait qui risquait d’être « déstabilisé » par ce conflit. En fait, l’enlisement de la guerre entre l’Irak et l’Iran affaiblit les belligérants et atténue la menace qui pouvait planer sur l’émirat. Cependant, malgré le soutien apporté par Kuwait à l’Irak dans sa guerre contre l’Iran, au nom de la solidarité arabe, Bagdad n’a pas renoncé officiellement à certaines revendications territoriales sur l’émirat. En particulier, l’Irak revendique toujours les îles Warba et Bûbîyân.

108Les menaces extérieures qui pèsent sur l’émirat ont sans nul doute renforcé le nationalisme kuwaitien, déjà sensible à propos de la nationalisation des compagnies pétrolières ou du refus de naturaliser les étrangers. Peu à peu dans l’émirat, l’idée de nation cherche à s’imposer sur l’appartenance tribale comme facteur de cohésion sociale. L’éveil d’un sentiment national kuwaitien, sans atténuer la conscience d’appartenir à la « nation arabe », a été encouragé par les autorités de Kuwait, car cela ne pouvait qu’accentuer leur pouvoir. Ainsi, la nationalisation des compagnies pétrolières a permis à certaines oppositions intérieures de se manifester sans entrer trop en conflit avec les intérêts du souverain.

109Il semble, toutefois, que les menaces intérieures soient plus inquiétantes pour l’avenir de l’émirat que les menaces extérieures. Déjà, à propos des étrangers présents au Kuwait, en particulier les Palestiniens, nous avons évoqué plus haut ce que certains appellent les risques d’une « subversion interne ». En dehors même des problèmes importants posés par la présence d’un gros contingent d’étrangers, il convient de signaler les fortes tensions sociales entre Kuwaitiens. Certes, l’ensemble de la population de nationalité kuwaitienne profite globalement de la prospérité apportée par le pétrole, et son niveau de vie a beaucoup progressé depuis trente ans, mais les stratifications sociales n’ont cessé de s’accentuer. Ainsi, on enregistre un mécontentement grandissant de la classe moyenne kuwaitienne, souvent très instruite et qui se sent de plus en plus frustrée, alors que les riches familles de commerçants et de notables sont en priorité les bénéficiaires de la rente pétrolière, et accaparent les fonctions les plus importantes de la vie politique et économique.

110En revanche, les risques de tensions confessionnelles apparaissent limités : la minorité shiite présente dans l’émirat n’a pas été sensible à la contagion iranienne, contrairement à ce que certains observateurs occidentaux prévoyaient. De même, il n’y a pas eu jusqu’à présent au Kuwait, comme ce fut le cas dans l’Iran du Chah, un rejet du modèle occidental de développement avec résistance d’une société au choc de l’argent et des mœurs faciles. Toutefois, l’apparition au Parlement, après les élections de février 1981, d’une opposition religieuse pourrait peut-être entraîner une contestation du modèle de développement choisi par le Kuwait.

111En fait, le véritable danger pour les autorités kuwaitiennes n’est pas là, mais réside dans la contestation politique latente encouragée par la forte présence palestinienne sensible aux idéologies révolutionnaires. D’autre part, les tensions sociales s’ajoutent aux tensions entre Kuwaitiens et étrangers. Tout cela crée un certain nombre de facteurs de déstabilisation et explique la crise de l’été 1976, marquée par la dissolution de l’assemblée et la suspension de la constitution (29 août 1976), puis la dissolution de certaines associations (union des professeurs, union des écrivains, association des journalistes, ordre des avocats), et la suspension temporaire de certains journaux et hebdomadaires, alors que la presse kuwaitienne était, après celle du Liban, la plus libre du monde arabe.

112Justifiant ces mesures par « la détérioration de la situation intérieure », l’émir, dans son discours à la nation diffusé le 29 août 1976, n’hésitait pas à accuser l’assemblée nationale kuwaitienne « d’œuvrer à la subversion et de semer les dissensions au sein du peuple au lieu d’œuvrer au renforcement de l’État ».

113Ainsi, prenait fin l’expérience parlementaire kuwaitienne, si exceptionnelle parmi les principautés arabes du Golfe. Seul l’émirat de Bahrain avait connu une vie parlementaire, mais durant une période très brève : élection d’une assemblée nationale en 1973, puis dissolution de cette assemblée en 1975. Au contraire à Kuwait, une assemblée constituante fut élue dès 1961, et les élections à l’assemblée nationale eurent lieu régulièrement en 1963, 1967, 1971 et 1975. Après la crise de 1976, il y a eu un retour à la vie parlementaire avec les élections de février 1981. Cependant, si intéressante soit-elle, il ne faudrait pas exagérer l’importance de l’expérience parlementaire kuwaitienne, comme le prouve le nombre limité des inscrits sur les listes électorales, qui est passé de 53 000 en 1975 à 41 000 en 1981, alors que le recensement de 1980 dénombrait 562 065 personnes de nationalité kuwaitienne.

114Toutes ces menaces intérieures ou extérieures, qui pèsent sur Kuwait, devraient être signalées, mais elles ne doivent pas être exagérées, et surtout il ne faut pas oublier les nombreuses réalisations des autorités kuwaitiennes à l’intérieur de l’émirat. Parmi toutes les principautés arabes du Golfe transformées si rapidement par la rente pétrolière, c’est sans doute dans l’émirat de Kuwait que la soudaine richesse apportée par le pétrole a été la mieux utilisée.

Bibliographie

ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE

Alalami (A.). Pétrochimie et après-pétrole au Koweit. Université des sciences sociales de Grenoble, Grenoble II, 1978, 171 p.

Alalami (G.). Aménagement de l’espace et mutations sociales au Koweit. Université Paul Valéry, Montpellier III, 1979, 232 p.

Al-Sabah (Salem Al-Jaber). Les émirats du Golfe, histoire d’un peuple. Paris, Fayard, 1980, 261 p.

Bonnenfant (P.). Utilisation des recettes pétrolières et stratégies des groupes sociaux en péninsule arabe. Maghreb-Machrek, n°82, 1978, pp. 60-69, n° 83, 1979, pp. 61-72.

Dardaud (G) et Lacouture (J. et S.). Les émirats mirages. Paris, Seuil, 1975, 282 p.

Dickson (H.R.). Kuwait and her neighbours. London, Allen, 1956, 627 p.

El-Mallakh (R.). Kuwait : trade and investment. Colorado, Westview Press, 1979, 262 p.

Fargues (Ph). Réserves de main-d’œuvre et rente pétrolière : Étude démographique des migrations de travail vers les pays arabes du Golfe. Beyrouth, CERMOC, 1980, diffusion Presses Universitaires de Lyon, 148 p.

Khouja (M.W.) et Sadler (P.G.). The economy of Kuwait : development and role in international finance. London, Macmillan, 1979, XV, 283 p.

Shiber (S.G.). The Kuwait urbanization – being an urbanistic case-study of a developing country. Kuwait, Kuwait Governement printing press, 1964.

Tur (J.J.). Les émirats du Golfe arabe. Paris, P.U.F., 1976, 128 p. (Que sais-je ?).

Notes

1 A la fin du xixe siècle, le shaykh du Kuwait doit accepter le titre de « caïmacam ». Le shaykhat devient ainsi un « caza » (arrondissement) dépendant du « vilayet » (province) de Basra.

2 Cf. Salem Al-Jabir A1-Sabah, Les Émirats du Golfe, histoire d’un peuple, Paris, Fayard, 1980. On peut aussi consulter les chapitres rédigés par G. Dardaud dans l’ouvrage collectif : G. Dardaud, J. et S. Lacouture, Les Émirats Mirages, Paris, Seuil, 1975.

3 J.G. Lorimer, Gazetteer of the Persian Gulf, Oman and Central Arabia, Birdwood, Calcutta, 1908.

4 Cf. Salem Al-Jabir Al-Sabah, op. cit., p. 69.

5 Cette assemblée fut dissoute au bout de six mois, essentiellement pour deux raisons : d’une part, certains membres de l’assemblée, intellectuels et marchands, avaient demandé le rattachement du Kuwait à l’Irak ; d’autre part, l’Assemblée avait tenté d’augmenter son pouvoir au préjudice de celui de l’émir et des autorités britanniques. Durant sa brève existence, cette première assemblée législative a réalisé un important travail. L’année 1938 est toujours appelée au Kuwait « l’année de l’assemblée ».

6 D’après l’organisme central des statistiques du ministère du plan, les réserves kuwaitiennes de pétrole atteindraient 70 milliards de barils, soit approximativement 10 milliards de tonnes.

7 A Burgân, le » piège à pétrole » se présente sous la forme d’un anticlinal-dôme dont la superficie est de 147 kilomètres carrés : l’épaisseur de la couche productrice atteint 320 mètres.

8 Cf. J.J. Tur, Les Émirats du Golfe Arabe, Paris, P.U.F., 1976, p. 32 (Que sais-je ?).

9 Cf. S.H. Longrigg, Oil in the Middle-East : its discovery and development, London, Oxford University Press, 1968.

10 Cf. G. Alalami, Aménagement de l’espace et mutations sociales au Koweit, Université Paul Valéry, Montpellier III, 1979. Cette thèse de géographie humaine constitue le travail le plus récent et le plus complet sur l’émirat.

11 A la demande d’Hispanoil il sera procédé en décembre 1976 à la dissolution de la Kuwait Spanish Petroleum Company, les travaux de prospection n’ayant donné aucun résultat.

12 Il s’agit des sept plus grandes sociétés pétrolières occidentales : Exxon (anciennement Standard Oil of New Jersey), Mobil Oil, Texaco, Gulf Oil, British Petroleum, Shell et Standard Oil of California.

13 Signalons que la flotte pétrolière du Kuwait est la plus importante parmi celles des pays membres de l’O.P.A.E.P. En juin 1980, elle avait une capacité totale dépassant 2 millions de tonnes de port en lourd, et comptait 8 pétroliers (dont 3 supertankers de plus de 300 000 tonnes) et 4 méthaniers.

14 Le gaz naturel du Kuwait est surtout du gaz associé au pétrole. Jusqu’à présent, un seul gisement de gaz non associé a été découvert en 1972, à Dorra, au large de la zone neutre kuwaito-saoudienne, mais des difficultés concernant sa délimitation ont empêché son exploitation. Certains pensent que sous le gisement pétrolier de Burgân pourrait se trouver un important gisement de gaz naturel non associé.

15 Cf. M. Chatelus, « A propos du développement industriel au Moyen-Orient, quelques perspectives », Maghreb-Machrek, n°92, avril-mai-juin 1981, pp. 63-72. L’auteur souligne que les structures politico-sociales et la « philosophie économique » des États ne constituent en aucune façon des critères satisfaisants pour mesurer l’importance de l’intervention étatique.

16 Au moment de la baisse de la valeur du dollar, cette thèse a souvent été présentée par les dirigeants kuwaitiens pour dénoncer l’érosion des revenus des pays pétroliers. Cette politique de conservation des réserves pétrolières n’est pas incompatible, bien au contraire, avec une habile politique de placement des avoirs kuwaitiens à l’extérieur.

17 Cf. A. Alalami, Pétrochimie et après-pétrole au Kowait, thèse de sciences économiques, Université Grenoble II, 1978.

18 Voir l’étude sur Bahrain, par Antoine Aubry, p. 453 de ce volume.

19 Cf. Le Commerce du Levant du 22 juin 1981.

20 A Tokyo, les transactions réalisées portent sur une participation modeste, de l’ordre de 5 % du capital des plus grandes sociétés japonaises (Toshiba, Hitachi, Mitsubishi). Il s’agit de placements de sécurité et non de spéculation.

21 Cf. Le Commerce du Levant du 1er juin 1981.

22 Un dinar kuwaitien = 3,67 dollar (avril 1981). Le dinar kuwaitien (D.K.) fut d’abord aligné sur la livre sterling, jusqu’à la dévaluation de la monnaie britannique en novembre 1967. Actuellement, le dinar kuwaitien est la devise la plus forte du monde.

23 En 1979, les importations, suivant leur classification économique, se répartissent comme suit : 42 % en biens de consommation, 41 % en biens intermédiaires, 16 % en biens de capital et 1 % en divers. Cf. : Fiches du Monde Arabe (I. K 33, 7 avril 1981 ; Central Bank of Kuwait, Economic Report for 1979 ; Statistical Abstract 1979.

24 La première ferme expérimentale du Golfe fut créée par les Kuwaitiens en 1967.

25 Cf. B. Labaki, « Les processus de la croissance industrielle au Koweit », Le Commerce du Levant, 7.1.1980 ; « L’Industrie au Koweit : rôle, stratégie et enjeux », Le Commerce du Levant, 3.11.1980 ; et, à paraître prochainement, B. Labaki, Croissance industrielle et pétrole dans la péninsule Arabique, Beyrouth, CERMOC, diffusion Presses universitaires de Lyon. Cf. également l’ouvrage collectif du CERMOC : Industrialisation, espace et changements sociaux dans l’Orient Arabe, Presses universitaires de Lyon, à paraître fin 1981.

26 Cf. G. Alalami, op. cit., pp. 167-173.

27 Cf. L’importante « loi industrielle de 1965 », décret n° 6 du 4 mars 1965.

28 Cf. G. Alalami, op. cit., p. 96.

29 Cf. P. Bonnenfant, « Utilisation des recettes pétrolières et stratégie des groupes sociaux en péninsule arabe », Maghreb-Machrek, n° 82 (oct.-nov. -déc. 1978), pp. 60-69, et n° 83 (janv.-fév.-mars 1979), pp. 61-72.

30 Cf. G. Alalami, op. cit., p. 81.

31 Cf. P. Bonnenfant, op. cit., Maghreb-Machrek, n° 82, p. 67.

32 On comptait 710 médecins en 1970, 1 442 en 1977, 61 dentistes en 1970, 125 en 1977, 179 pharmaciens en 1970, 382 en 1977.

33 Cf. Ph. Fargues, Réserves de main-d’œuvre et rente pétrolière : étude démographique des migrationy de travail vers les pays arabes du Golfe, Beyrouth, CERMOC, 1980, 148 p. (Diffusion Presses universitaires de Lyon).

34 Cf. A.G. Hill, « Les travailleurs étrangers dans les pays du Golfe », Tiers-Monde, n°69, 1977, pp. 115-130. J.P. Bertrand, « La population active étrangère au Koweit », Annales de Géographie de l’Université Saint Joseph, Beyrouth, 1980, vol. 1, pp. 59-92.

35 Munis d’un passeport jordanien, ils sont souvent appelés « jordano-palestiniens ». Dans les recensements kuwaitiens, Jordaniens et Palestiniens sont groupés sous une même rubrique.

36 Cf. Ph. Rondot, « Une présence palestinienne active et privilégiée », Le Monde Diplomatique, février 1976.

37 Les élections législatives du 23 février 1981 ont entraîné l’élimination du groupe traditionnel d’opposition des nationalistes arabes, proches des Palestiniens. En revanche, on constate l’émergence d’une opposition religieuse, proche des frères musulmans. Cf. Maghreb-Machrek, n°92, avril-mai-juin 1981, p. 101.

38 Quelques attentats isolés survenus à Kuwait au début de l’été 1981 ont fait dire à plusieurs responsables de l’émirat que « jamais le gouvernement ne tolèrera que le Kuwait devienne un second Liban ».

39 Cf. Ph. Fargues, op. cit., p. 18.

40 Cf. G. Alalami, op. cit., p. 74-76.

41 Cf. G. Dardaud, S. et J. Lacouture, op. cit., p. 150.

42 Cf. G. Alalami, op. cit., p. 123.

43 Nous ne faisons qu’évoquer ici le F.K.D.E.A. étudié par Traute Wohlers-Scharf dans le premier tome de cet ouvrage.

44 En 1979, l’aide accordée par la fédération des Émirats Arabes Unis et Qatar en faveur du Tiers Monde dépassait 5 % du P.N.B. de ces deux pays. La contribution saoudienne, qui atteignait en 1979 2 milliards de dollars, représentait 3,13 % du P.N.B. saoudien.

Notes de fin

* Voir la carte n° 11, Kuwait, p. 421.

© Institut de recherches et d'études sur les mondes arabes et musulmans, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540