Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La péninsule arabique aujourd’hui. Tome II

 | 
Paul Bonnenfant

Deuxième Partie : Le Sultanat D'Oman

La société rurale Omanaise

Colette Le Cour Grandmaison

Texte intégral

1Des pays de la façade méridionale de la péninsule Arabique, Oman est celui dont l’agriculture est la moins favorisée ; climat et rareté des terres cultivables se conjuguent pour en limiter les produits et la production. Ne possédant pas les hautes terres du Yémen du Nord qui permettent un large éventail de cultures, l’Oman a pu cependant jusqu’à la fin du siècle dernier produire suffisamment dans le domaine agricole pour exporter.

2Dès cette époque, le déclin de l’agriculture et celui de la pêche artisanale fut amorcé. Un faisceau de causes explique ce déclin : la principale en est l’effondrement de l’économie extérieure lié à la réduction brutale de l’activité commerciale des ports omanais dont l’économie interne dépendait largement. Cette société rurale rendue fragile par les émigrations anciennes et répétées de ses hommes actifs vers la côte orientale d’Afrique en fut définitivement affaiblie.

3Quel bilan peut-on faire, aujourd’hui et maintenant, des ressources de cette agriculture omanaise qui conditionnent la survie économique de la société rurale ? Confrontée depuis une dizaine d’années à l’impact de la production pétrolière et aux « nécessaires changements » qu’elle a induits, quelles sont les chances de survie sociale de cette société ?

4On ne peut apporter des éléments de réponse à ces interrogations qu’en approfondissant l’organisation des structures internes des communautés villageoises dont nous essayons ici de cerner l’originalité.

I. CONTRAINTES ET RESSOURCES DE L’AGRICULTURE OMANAISE

5300 000 km2 de superficie et 36 000 ha seulement de terres cultivées, c’est dire l’étendue des zones désertiques et montagneuses.

  • 1 Tasnif (Sheikh Mohammad). Land reclamation in Batinah coastal plain. In : Al Mawared al Tabei’eiah, (...)

6Rappelons brièvement les contraintes qui pèsent sur l’agriculture des zones arides : ressources en eau limitées, pluies imprévisibles et irrégulières auxquelles s’ajoutent « l’intensité lumineuse solaire, les températures élevées, l’importante surchauffe de la couche superficielle de sable et la sécheresse extrême des sols sableux. Les pertes énormes d’eau par évaporation et par infiltration dans la couche de sable freinent aussi la croissance des plantes et la stabilisation consécutive des sols »1. La salinisation des terres est enfin le danger le plus grave qui apparaît, entre autres, lors de la surexploitation de la nappe phréatique. L’agriculture est essentiellement conditionnée par l’irrigation.

1. Données chiffrées : % terres cultivées

  • 1 Voir la carte du sultanat d’Oman à la page 267.

7Les 36 000 ha de terres cultivées sont très inégalement répartis selon les régions1.

(2) Cf. Statistical Year Book, 1977, p. 67.

8Presque 40 % des terres cultivées sont situées dans la plaine de la Bâtina. Les provinces intérieures, telles l’Oman proprement dit et la Zâhira sises dans les piémonts de l’Hajar, détiennent 30 % de la superficie de ces terres ; les oasis de montagne des deux massifs de l’Hajar occidental et oriental qui ont respectivement 3 800 ha et 3 400 ha de terres cultivées, représentent 20 % de l’ensemble. Ces chiffres sont éloquents quant à la pénurie de terres fertiles que se partagent les provinces du Musandam, du Jawf et du Dhufâr.

  • 2 Cf. Current economic position and prospects in Oman. 1974, Statistical appendix, Table 1, Populatio (...)

9L’inégalité régionale de la répartition de la population reflète celle des terres cultivables. Ainsi la Bâtina détient-elle selon différentes estimations2 35 % à 40 % de la population totale d’Oman fixée tout le long du littoral, vivant de l’agriculture et de la pêche. Ce sont dans les piémonts méridionaux de l’Hajar occidental que sont situées les plus grosses agglomérations : Nizwâ et Bahlâ’. Dans les massifs montagneux, et à l’exception des villages dits du jabal Akhdar établis en altitude (2 000 m), les villages s’égrènent dans les bassins intérieurs et les fonds de vallées ; ils s’échelonnent souvent le long d’un wâdî tels les maillons d’une chaîne dont un chapelet de villages du wâdî ‘Aqq porte précisément le nom : silsila.

10Le relief et l’hydrologie ont dicté cet aménagement de l’espace rural. En dehors des zones de montagne que leurs difficultés d’accès protégent, la recherche de la sécurité s’est conjuguée à ces deux facteurs pour structurer cet espace.

11Telles sont rapidement décrites les caractéristiques de la majorité des foyers de peuplement des massifs montagneux et des piémonts de l’Oman du nord.

2. Typologie des systèmes d’irrigation

  • 3 Nous parlons ici des puits dont l’eau est utilisée pour l’irrigation et non des puits à usage domes (...)

12L’agriculture est strictement tributaire des disponibilités en eau pour l’irrigation. Les systèmes d’irrigation sont de trois types : les puits3, les prises d’eau dans le lit d’un wâdî, les galeries drainantes ou aflâj (sing. falaj). L’extraction de l’eau des puits se faisait soit manuellement, soit au moyen d’un dispositif élévatoire actionné par des animaux de trait. Les pompes les ont aujourd’hui presque tous remplacés. L’irrigation par l’eau de puits n’est très répandue que le long de la côte (21 000 puits selon le rapport Whitehead).

  • 4 Wilkinson (John C). Water and Tribal Settlement in South-East Arabia. A Study of the Aflâj of Oman. (...)

13Dans les zones de montagne, le système le plus répandu est la prise d’eau dans le lit d’un wâdî ; un muret de pierre, construit sur la paroi rocheuse dont il épouse les contours, endigue l’eau depuis le barrage ou le puits d’origine et la conduit en pente inclinée jusqu’aux parcelles cultivées. J. Wilkinson a donné à ce système d’irrigation le nom de ghayl falaj4 afin de la distinguer de la galerie drainante, le falaj.

  • 5 Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture. Le droit des eaux dans les pay (...)

14« Les galeries d’infiltration qui recueillent les eaux souterraines et les laissent écouler jusqu’à la surface sont probablement la caractéristique la plus remarquable de l’utilisation des eaux dans les régions arides du monde musulman... La méthode utilisée pour établir ce type de galerie destinée à recueillir les eaux souterraines consiste à creuser jusqu’à la couche aquifère une galerie légèrement inclinée, presque horizontale, et à amener l’eau à la surface en utilisant la différence entre la pente de la surface du sol et la pente de la galerie... Le creusement de la galerie peut demander des années. On le comprendra si on considère que leur longueur atteint parfois 10 kilomètres et que la tête de la galerie peut varier de 100 à 150 mètres au-dessous de la surface du sol »5. Telle est la description de la galerie drainante qui, en Oman, porte le nom de falaj.

  • 2 La fraction ou clan est une des unités de filiation unilinéaire qui constituent la tribu. Le clan, (...)

15Il existe une grande variété dans le régime de propriété, d’administration et de distribution d’eau des aflâj selon les différentes régions de l’Oman du Nord. Les règlements concernant l’eau, sa propriété et ses diverses utilisations sont d’autant plus stricts que l’eau est rare ; lorsqu’il y a abondance dans certains villages et à certaines saisons (waqt al-khusûb), le contrôle est moins sévère et la distribution moins rigoureuse. L’eau peut se constituer en propriété indépendante de celle de la terre. Cependant, le falaj et la terre qu’il irrigue peuvent appartenir au même propriétaire, cas que nous avons rencontré à Ibrâ’. Dans le passé, il y eut cession d’une terre et du système d’irrigation afférent d’une fraction2 à une autre. Mais il ne semble pas que ce soit le cas le plus fréquent en Oman.

  • 6 Article : KanâT. Encyclopédie de l’Islam, nouvelle édition, tome IV, 1975, p. 554.

16La propriété de l’eau y est généralement distincte de celle de la terre et peut donc être louée, vendue ou cédée de façon indépendante6.

3. Les terres et le terroir

17Une connaissance générale de la propriété foncière est cependant nécessaire pour comprendre sa relation avec la propriété de l’eau. Peuvent être propriété privée, milk, avec tous les droits de libre disposition qui y sont inhérents, à la fois la terre et selon les régions, les puits, les canaux d’irrigation, et, dans quelques cas, comme nous l’avons vu, le système d’irrigation afférent à une terre. Les terres individuellement appropriées, transmissibles par héritage, comprennent les terres cultivables et des parties désertiques – les steppes – aux abords du village qui sont les aires de pâturage du petit bétail familial.

  • 7 Cf. WILKINSON (John C). Water and Tribal Seulement in South-East Arabia, op. cit., p. 68.

18La communauté villageoise possède des terres dites selon les régions haram ou hudûd ou sawâdir al-bilâd7 ; c’est généralement l’aire de pâturage communal de l’ensemble des troupeaux villageois. Les terres agricoles sont divisées en :

  • terres de cultures permanentes

  • terres de cultures saisonnières.

19La palmeraie, an-nakhîl, répartie dans les grandes oasis entre les différents quartiers du village, se résoud en parcelles de tailles variées, dawâhî, celles de grande superficie étant rares au demeurant. Les arbres fruitiers poussent à l’ombre des palmiers ; les cultures au sol sous le couvert des palmiers sont sporadiques, habituellement mal venues pour des raisons que nous verrons. Cet ensemble palmiers-arbres fruitiers est couramment appelé le verger, bustân.

20Dans certains villages d’altitude où des cultures permanentes sont possibles, parcelles plantées de palmiers et champs cultivés s’enchevêtrent sur le terroir villageois. Ces champs sont appelés mazâri’ (sing. mazra’a). Les terres de cultures saisonnières, situées à l’extérieur de la palmeraie, sont les ‘awâbî. En raison de leur exposition et de l’ensoleillement, les cultures n’y sont praticables que pen-dant la saison fraîche (de novembre à avril).

  • 8 University of Durham. Land tenure and labour. Report n° 11, p. 3 (working papers), non publié.

21La terre en propriété individuelle peut être constituée par son propriétaire en bien waqf (tout ou partie). On distingue deux sortes de waqf, selon l’étude de l’université de Durham8 : le waqf religieux, waqf khayrî (biens de mainmorte), où les revenus et la propriété de la terre reviennent à la communauté religieuse ; le waqf familial, waqf ahlî, sorte d’indivision décrétée au profit de la communauté familiale qui tend à prévenir la fragmentation du patrimoine par héritage et partages successifs. La famille bénéficie dans ce cas de l’usufruit de la terre constituée en waqf.

22Une dernière catégorie de terres – des terres incultes, abandonnées ou laissées en friche de longue date et qui n’appartiennent à personne – sont considérées comme terres mortes – mawât. Elles peuvent être concédées pour une remise en culture à un particulier ou à un groupe. C’est ainsi qu’en Sharqîya, des groupes d’immigrants Baloutchi ont ponctuellement recolonisé des terres abandonnées.

Le bétail et les production agricoles

23La propriété du bétail est largement répandue en Oman. On note là aussi de grandes disparités régionales entre les espèces et le nombre de têtes de bétail.

24Ainsi, la province du Dhufâr qui bénéficie des effets de la mousson offre-telle, en plaine et dans les monts Qaram, la possibilité d’élevage de bœufs soit en stabulation (plaine), soit en troupeaux transhumants (montagne). C’est la seule région d’Oman où d’importants troupeaux de bovins puissent vivre. Dans les provinces du nord, il n’est pas rare qu’une famille possède une vache, mais elle est gardée à l’étable et nourrie de fourrage ; c’est à partir de son lait qu’est fabriqué le beurre nécessaire à la cuisine familiale.

25Chaque famille possède quelques têtes de bétail : chèvres en majorité, moutons, ce qui lui permet au moment des grandes fêtes musulmanes de sacrifier ses

  • 9 Whitehead Consulting Group. Sultanate of Oman : economic survey. 1972, p. 32.

26Bétail : estimations selon les régions (à l’exclusion du bétail des nomades)9 propres bêtes sans avoir à faire face à des dépenses monétaires importantes, le prix des bêtes à cette époque de l’année étant très élevé.

27Les troupeaux numériquement les plus importants sont gérés par les nomades qui, fréquemment, élèvent leurs propres bêtes et prennent en charge une partie des troupeaux des sédentaires villageois. La vente de ce bétail au moment des fêtes est pour les tribus nomades la plus grande rentrée monétaire de l’année.

28Bien que le nombre de dromadaires possédés par les nomades ne soit pas connu – Whitehead cite le chiffre de 20 000 bêtes – leur nombre ne tend certainement pas à s’accroître puisque l’usage de cet animal comme moyen de transport a été supplanté par celui de l’automobile. Cependant, certaines tribus telles celles des Wahiba sont réputées non seulement pour leurs qualités d’éleveurs mais aussi pour celles de dresseurs de dromadaires. Leur réputation leur attire encore des acheteurs venus des Émirats Arabes Unis. Les bêtes sont extrêmement chères : celles destinées à être abattues comme viande de boucherie (et à consommation interne) valent 200 riyals omanais, les femelles dressées peuvent atteindre le prix de vente de 1 000 RO.

29Peu de productions agricoles en Oman atteignent des quantités telles qu’elles puissent déboucher sur l’exportation. Il ne faut pas cependant minimiser, malgré leur faible rendement, un certain nombre de productions qui suffisent aux besoins des communautés villageoises et approvisionnent le marché local. Dans ce pays où l’importation de vivres va sans cesse croissant, cette production locale, pour ponctuelle qu’elle soit, ne peut être tenue pour négligeable. En hiver, les petits marchés locaux sont partiellement approvisionnés en légumes frais cultivés dans les oasis. En saison chaude, les vergers fournissent en fruits frais les familles villageoises.

  • 10 Cf. ibid., p. 6.

Les productions agricoles10

Les productions agricoles10
  • 11 Cf. ibid., p. 11.

30La plus grande superficie des terres cultivées est consacrée aux plantations de palmiers. La plaine de la Bâtina compterait, selon les estimations du rapport Whitehead, 1 960 000 arbres, l’intérieur de l’Oman du nord en compterait 1 400 000. La récolte annuelle par arbre varie en moyenne considérablement : 20 kg dans la Bâtina11, 35 kg selon Dowson cité par J. Wilkinson, 50 kg dans l’intérieur du pays. Cette disparité semble imputable à plusieurs causes : jeunesse des plants, mauvais entretien, maladie des arbres. La grande densité de plantation des palmiers (espacés en général de 6 m, quoique Renardet-Sauti dans son rapport mentionne 7 m) ne permet que peu ou pas de cultures au sol en raison de l’insuffisance de lumière.

  • 12 Ottavi. Rapport commercial sur l’Oman et Mascate en 1900, p. 43.

31On distingue diverses variétés et qualités de dattes. Disons brièvement que les basses qualités cueillies avant maturité, bisâr, et destinées à l’exportation pour l’alimentation du bétail sont préalablement bouillies. Les meilleures variétés sont consommées fraîches quand elles arrivent à maturité, rutab. Les variétés de second ordre sont stockées dans des jarres de terre pour la consommation familiale et mangées pendant l’hiver : tamr. Les dattes bouillies étaient exportées en totalité vers l’Inde en 190012 ; les dattes de meilleure qualité, fard, étaient mises en caissettes et expédiées vers les Etats-Unis.

32La seconde production agricole de l’Oman dont les quantités produites permettent l’exportation est la limette. On estime à 300 000 le nombre de citronniers, producteurs de limettes. L’Oman est le pays qui exporte le plus de limettes séchées dans la région du Golfe : ses deux principaux clients sont l’Irak et l’Iran.

33Le fourrage, essentiellement la luzerne, couvre d’importantes superficies. Partiellement exportée autrefois, la production actuelle est absorbée par le marché intérieur pour l’alimentation du bétail. Elle est vendue aux enchères quotidiennement au souk par quantité de 4 kg, mann.

  • 13 Akhtar (Dr. Mahmoud). Improvement of barely cultivation in the Sultanate of Oman. Al Mawared al Tab (...)

34Les céréales cultivées en petites quantités sont le blé, l’orge, le sorgho et le maïs. La production de blé n’atteint que 2 538 t. Sa culture est localisée surtout dans les vallées de montagne et dans les piémonts méridionaux du massif de l’Hajar. Il semble que l’extension de la culture de l’orge soit possible13. Ces productions sont insuffisantes pour assurer la consommation locale.

35La production de fruits tropicaux variés (bananes, oranges, cédrats, mangues, goyaves...) n’atteint pas des quantités telles qu’on puisse songer à les exporter. Cependant, elle contribue à équilibrer la diète des villageois en saison chaude. Les grenades qui poussent dans les villages d’altitude de jabal Akhdar ont, selon Ottavi, été autrefois en abondance suffisante pour être exportées. Il semble que ce consul français partage à cet égard avec les Omanais ces rêves de luxuriance que suscitent les hautes terres de la montagne Verte.

36Contraintes climatiques sévères, disparité des potentiels régionaux, productions agricoles faibles, telles sont les caractéristiques de l’agriculture omanaise.

37À ces contraintes permanentes, s’ajoutèrent historiquement les déséquilibres démographiques qu’ont nécessairement créés les migrations répétées de la population omanaise vers la côte orientale d’Afrique.

38Comment, sous de telles contraintes, s’est maintenue jusqu’à nos jours cette société rurale ? Les questions abondent.

39– Sur quelles structures internes s’appuyèrent ces migrations pour que cette société rurale n’en mourût pas exsangue ? Certes, toutes les communautés ne furent pas également affectées par ces vagues d’émigration. Certaines régions, pour des raisons qu’il ne m’appartient pas d’analyser ici, les ont plus particulièrement alimentées ; leur volume, pour mal connu qu’il soit, varia dans le temps en fonction de la conjoncture propre à une région donnée et de la situation politique et économique interne du pays. C’est au cours des premières décennies du xviiie siècle que s’amorça l’expansion omanaise sur la côte swahilie dont le milieu et la fin du xixe siècle marquèrent l’apogée.

40– Par quelles stratégies ces communautés confrontées d’une part à l’hostilité des conditions climatiques, d’autre part aux péripéties historiques des migrations, maintinrent leur cohésion et leur unité ?

41– Quelle organisation sociale et économique leur permit de survivre au départ d’une partie de leur population active masculine ? Qui, au village, entretenait les canaux, fécondait les palmiers, réparait les habitations, en bref maintenait l’oasis, ce cadre de vie de la communauté villageoise ?

42C’est l’analyse de cette organisation qui permet de répondre – partiellement – à une double série d’interrogations : celles historiquement conditionnées que j’ai formulées, d’autres actuelles et insistantes concernant l’avenir et les chances de ces communautés villageoises.

II. LA COMMUNAUTÉ VILLAGEOISE : AHL AL-BILÂD

43Lacis de ruelles, murs de terre enserrant les jardins où s’étagent palmiers et agrumes, murmure insistant de l’eau courant vers les parcelles, telles sont toutes les oasis. L’ordonnancement souple du tracé du terroir défie l’analyse au premier coup d’œil. Chaque pas fait sous le couvert de la palmeraie donne à l’étranger le sentiment de pénétrer dans une intimité. La seconde impression, tout aussi forte, est celle d’un immense labeur accumulé. Ténacité de générations qui ont obstinément construit, entretenu ce capital commun : le système d’irrigation.

1. Organisation de la communauté autour de l’eau

44L’eau est l’affaire de la communauté. C’est la communauté entière qui surveille et vérifie l’usage de l’eau. Toute menace qui pèse sur l’eau est ressentie collectivement. Qu’un accident ou même un incident concernant l’eau survienne et la communauté villageoise se dresse en bloc.

45La gestion du ou des systèmes d’irrigation est confiée à une institution villageoise mais la communauté elle-même exerce un contrôle annuel sur cette gestion. Une fois l’an, après la récolte des dattes, les doyens de lignages convoqués dans la salle de réunion commune, la sabla, vérifient les comptes. Le « gérant de l’eau » expose les dépenses qui ont été engagées ; ils examinent ensemble les bénéfices et décident en commun de leur attribution.

a) L’institution villageoise qui gère l’eau

  • 14 Les descriptions de l’organisation de cette institution villageoise qui gère le falaj sont nombreus (...)

46La gestion, le contrôle de la distribution et de l’utilisation de l’eau sont confiés à une institution villageoise14 à la tête de laquelle siège un « gérant de l’eau ». Ce gérant, wakîl, est choisi parmi les utilisateurs du falaj. Souvent porteur de droits d’eau importants, son autorité est incontestée.

47Il assume la gestion financière du falaj : vente de l’eau aux enchères qu’âdat al-falaj cours saisonniers de l’eau. Souvent il détient et tient le registre du falaj sur lequel sont portés les noms des ayants-droit, les ventes hebdomadaires d’eau, les recettes. Cependant, cette dernière fonction peut être dissociée de la précédente et remplie par un agent particulier, amîn. C’est au gérant qu’incombe le soin de surveiller l’état du système d’irrigation et de son entretien.

  • 15 Bonnenfant (Paul et Guillemette) et Hârthî (Sâlim), op. cit., p. 107.

48Le contrôle de la distribution de l’eau est confiée au ‘arîf. Il surveille la répartition des tours d’eau, établie selon un calendrier et un plan qui varient avec chaque système d’irrigation, si cela s’avère nécessaire car habituellement les ayants droit remplissent eux-mêmes cette tâche en dérivant le cours de l’eau vers leur parcelle. C’est le ‘arîf qui lève la main-d’œuvre nécessaire aux travaux d’entretien du falaj. Lorsque le système d’irrigation est très étendu, le nombre de ces employés augmente : l’entretien de la partie souterraine du falaj est confiée à l’un d’eux, celui des canaux de surface à un autre15.

49Ces administrateurs de l’eau, élus par la communauté des ayants-droit au cours d’une assemblée annuelle, sont rémunérés selon des modalités qui varient d’une communauté à l’autre. Ce sont les porteurs de droits et les utilisateurs de l’eau qui les rémunèrent. Le paiement en espèces a partout supplanté le paiement en produits agricoles qui existait, semble-t-il, autrefois dans certaines oasis. Par contre, il n’a pas éliminé le paiement en parts d’eau. Celui-ci s’est maintenu car c’est pour les membres de la communauté villageoise qui ne détiennent pas de droits permanents, une possibilité d’accéder à l’eau sans avoir à l’acheter.

  • 16 Encyclopédie de l’Islam, op. cit., p. 119.

50Les réserves monétaires de l’institution du falaj, qui permettent de rémunérer les administrateurs de l’institution et la main-d’œuvre utilisée pour l’entretien du système, sont constituées, d’une part, par les redevances des porteurs de droits permanents et par les recettes de la vente aux enchères de tours d’eau qui appartiennent à l’institution. Rappelons que dans le cycle des tours d’eau, dont le nombre varie d’un système à l’autre, un certain nombre de tours appartiennent en propre à l’institution du falaj. La vente de cette quote-part de l’eau, qui intervient au cours de chaque cycle, peut être affectée à la rémunération des salaires comme nous l’avons vu, soit thésaurisée en vue d’une utilisation ultérieure. Parmi les tours d’eau qui appartiennent au falaj, certains sont constitués en biens waqf, c’est-à-dire que les revenus tirés de la vente de l’eau sont employés à des fins pieuses : réfection de la mosquée ou du bâtiment de l’école coranique, assistance aux pauvres. Il semble que la propriété de droits d’eau par l’institution du falaj elle-même soit une des particularités d’Oman16.

b) Les maîtres du falaj et les paysans sans eau

51Au sein de la communauté villageoise, les porteurs de droits d’eau permanents sont en nombre limité.

52On peut en rechercher une explication dans l’origine de la propriété des eaux. En effet, les droits sur l’eau ont pu être constitués de diverses façons : un homme, assisté des membres de son lignage, entreprend de défricher une terre et de la mettre en valeur ; ils creusent ensemble un puits et construisent des canaux pour irriguer la parcelle. Ils ont propriété commune de l’eau. Autre cas : un lignage ou une fraction, jouissant à un moment donné de son histoire d’une prospérité telle qu’elle lui permette l’expansion, entreprend de creuser et de faire construire un nouveau système d’irrigation, de coloniser des terres, de fonder de nouvelles oasis (exemple de fondation des oasis de Mudayrib, ad-Drîz, al-Qâbil en Sharqîya au xviiie siècle). Ce lignage ou cette fraction est propriétaire des droits d’eau du système créé. Lorsque plusieurs unités lignagères y participent – ce qui est le cas le plus fréquent – les parts de droit d’eau sont déterminées en fonction des frais engagés dans la construction commune par chacune des unités.

53Les droits d’eau comme toute propriété foncière sont transmissibles par héritage. L’ancienneté de l’occupation du sol, la prospérité économique liée à la traite ou au commerce, sont des occasions de l’histoire que les fractions ont su mettre à profit. Fortes de leur antériorité ou des monopoles acquis, elles ont disposé de moyens importants pour maintenir en tutelle clientèles et groupes économiquement plus défavorisés. Si le contrôle de l’usage de l’eau est l’affaire de la communauté, la propriété de droits permanents transmis par héritage est donc l’affaire de quelques-uns.

54Ceux-là sont dits « les maîtres du falaj », arbâb al-falaj. Doyens des segments agnatiques, ils gèrent les droits d’eau de leur lignée ; lorsqu’a été prélevée la part nécessaire à l’irrigation de leurs parcelles, ils louent ou vendent l’eau par enchères au plus offrant. Rappelons que la propriété de l’eau en Oman est généralement distincte de la propriété de la terre, comme nous l’avons vu, et qu’en conséquence elle peut être louée ou vendue de façon indépendante.

PHOTOS 18 et 19. – Une oasis chargée d’histoire : al-Qâbil des Hârthî, en Sharqîya d’Oman.

Ci-dessus, vue aérienne. Comme dans beaucoup d’oasis d’Oman, les constructions sont réparties de part et d’autres du falaj où l’on va puiser l’eau, et les grandes maisons fortifiées des notables contrôlent le débouché de la galerie à l’air libre, près de la palmeraie. Ci-dessous, tour fortifiée à l’extrémité sud de l’oasis. Al-Qâbil est le chef-lieu de la fraction dominante des Hârthî, les Awlâd Sâlih, lignée célèbre de savants, juges et guerriers ibâdites (Photos et légende : Paul Bonnenfant).

55Certes, un homme peut se porter acquéreur de droits d’eau permanents mais deux facteurs limitent cette acquisition. Le premier, qui est déterminant, est constitutif de l’organisation de la répartition de l’eau.

56La totalité de la quantité d’eau produite par un falaj est attribuée, ce qui est dire qu’il n’existe aucune part d’eau non utilisée donc disponible pour achat. C’est une part du débit total du falaj qui est attribuée et non un volume d’eau déterminé. Ce débit est divisé par le nombre des ayants-droit pour la durée totale de rotation de l’eau qui varie selon les aflâj (7, 11, 17 jours). La répartition de l’eau est faite selon une unité de temps de 24 heures (bâda = 12 heures habituellement) qui est subdivisé en unités plus petites : rbu’ (3 heures), athar (l/2 heure)...

57Les paysans qui ne possèdent pas de droits permanents sur l’eau ne peuvent y avoir accès qu’en l’achetant ou en louant leur force de travail à l’institution du falaj qui les rémunère en espèces ou en quote-parts d’eau. L’achat de l’eau se fait à la semaine, le jour de la vente aux enchères, lorsque les maîtres du falaj cèdent leur surplus ou lorsque l’institution du falaj vend ses parts.

58Le décès d’un maître du falaj libère des droits permanents. On peut s’en porter acquéreur auprès des héritiers s’ils sont décidés à les vendre en tout ou en partie mais leur extrême cherté – second facteur limitant et conséquence du premier – exclut de fait les groupes les plus défavorisés de l’acquisition de droits permanents.

59Aussi, ces groupes constituent-ils toujours la classe des « paysans sans eau ».

2. La stratification sociale

a) La main-d’œuvre

60La main-d’œuvre rurale est essentiellement composée de ces paysans pauvres, ayant peu ou pas de terres et peu ou pas de droits d’eau. Ils louent leur force de travail aux maîtres du falaj dont on pourrait dire, dans des limites que nous préciserons, qu’ils sont les maîtres de l’oasis. Ils réparent et curent les aflâj, effectuent les diverses tâches agricoles, construisent et reconstruisent les maisons.

61Ce sont eux qui, à la demande du ‘arîf, exécutent les travaux d’entretien du système d’irrigation. Ces travailleurs, bayâdîr (sing. bîdâr), sont le plus souvent payés en espèces et à la journée. Cependant, ils peuvent aussi recevoir une quote-part d’eau de l’institution, quelques athars en fonction des tâches accomplies. Une main-d’œuvre complémentaire et occasionnelle peut être fournie par les paysans « endettés » en eau. Il arrive en effet qu’un paysan ayant besoin d’eau pour ses parcelles ne dispose pas, le jour de la vente aux enchères de l’eau, de la somme nécessaire à son achat. L’institution du falaj lui fait alors crédit, renvoyant à la semaine suivante l’acquittement de sa dette. Le jour dit, il se trouve dans l’impossibilité non seulement de faire face à son endettement mais encore de trouver la somme nécessaire à l’achat de la nouvelle quantité d’eau qu’exigent ses palmiers. La dette est donc reportée. La durée de ce crédit en eau est éminemment variable et dépend de la décision du wakîl. Si, finalement, le paysan ne peut réunir l’argent nécessaire au paiement des quantités d’eau successivement accumulées, il rend l’équivalent des sommes en prestations de travail au profit de l’institution du falaj.

62Les travaux agricoles – essentiellement les travaux de la palmeraie – sont exécutés par cette même main-d’œuvre : journaliers, tâcherons, travailleurs rémunérés à l’année lorsque le propriétaire de la terre est absent.

  • 17 Cf. WILKINSON (John C), op. cit., p. 119.

63Tous les observateurs ont noté que le contenu de la terminologie qui décrit ces différentes fonctions varie d’une région de l’Oman à l’autre. Le terme le plus communément usité est, semble-t-il, celui de bîdâr. J. Wilkinson note que ce terme est uniquement appliqué au travailleur qui entretient le falaj et la palmeraie17. Les chercheurs de l’université de Durham ont observé qu’à al-Khabûra, dans la plaine de la Bâtina, le terme de bîdâr semble être réservé à un travailleur agricole employé au mois et exécutant une tâche spécifique ; le terme de ‘âmil yawmî étant précisément le journalier. En Sharqîya, nous avons relevé que le terme de bîdâr semble plus particulièrement appliqué à un travailleur rémunéré à l’année qui prend en charge les différentes tâches de la palmeraie en l’absence du propriétaire, cas qui était fréquent dans cette région où l’émigration ancienne et continue vers la côte orientale d’Afrique dépeuplait les oasis. Dans cette même région, le tâcheron est désigné par le terme de nakht. Malgré ces variantes régionales, l’ensemble des tâches à accomplir et les rémunérations sont par contre strictement définies.

64Dans les palmeraies, ces tâches sont :

  • la fécondation des palmiers qui a lieu en février ; elle est précédée de la taille des arbres qui consiste à couper les stipes les plus basses afin de dégager l’accès de la partie supérieure,

  • la fumure du sol et le nettoyage des arbres en mars,

  • la ligature des stipes qui entourent les régimes quand se forment les fruits afin qu’ils ne soient pas abîmés,

  • la récolte des dattes qui est étalée de la fin de mai, pour les variétés les plus précoces, à juillet.

65La surveillance de l’irrigation des parcelles est assurée soit par le propriétaire lui-même, soit par le journalier. Le labourage des parcelles est confié à un tâcheron.

  • 18 Ibid., p. 119.

66Dans certaines régions de l’Oman où est encore pratiquée la culture des céréales, une main-d’œuvre saisonnière aide aux moissons. Ce sont les dawwâs18 qui perçoivent prestations en espèces et en nature.

67Les redevances en nature tendent aujourd’hui à disparaître quand elles n’ont pas déjà totalement disparu. Autrefois, pour les travaux de la palmeraie, les tâcherons recevaient un régime de dattes de chaque arbre. Aujourd’hui ce paiement varie selon les tâches :

  • le nettoyage des arbres est payé 1 RO pour 3 dhara’ – équivalent de l’ancienne coudée.

  • 1 RO également pour la ligature des stipes ou la récolte des dattes de trois palmiers.

68Un bîdâr de la Sharqîya qui effectue l’ensemble des tâches de la palmeraie en l’absence du propriétaire reçoit un salaire annuel de l’ordre de 60 RO.

69L’apparition du travail salarié en milieu rural, qui a diminué les redevances en nature, sujettes là comme ailleurs à tous les abus, a provoqué en économie d’oasis une inflation du coût de la main-d’œuvre dont les conséquences sont encore difficiles à évaluer dans toute leur étendue.

  • 19 Un riyal omanais = 1 000 baïzas = environ 12 francs français.
  • 20 Sorte de beurre importé de l’Inde.

70Dans un passé récent, les difficultés des conditions d’existence de cette main-d’œuvre contraignaient beaucoup d’entre eux à s’expatrier. Ils rejoignaient, sur la côte orientale d’Afrique et principalement à Zanzibâr, le flot des émigrants des différentes régions d’Oman. Là-bas comme ici, ils se louaient, en espérant au terme d’années de travail accumuler suffisamment pour ouvrir une petite boutique. Ils la vendaient un jour et s’en revenaient dans leur village d’origine acheter quelque lopin de terre. L’un d’eux de la Sharqîya raconte : « J’étais tâcheron -nakht – chez un homme nommé ‘Alî b. S... pour 25 baïzas19. A cette époque, je n’avais rien du tout (je ne possédais rien). J’étais le seul homme adulte de la famille. J’avais à charge ma mère et mon jeune frère qui n’avait que sept ans. Au lieu de me donner mes 25 baïzas, ‘Alî me donnait un peu de « ghee »20, quelques grains de café. Le temps me rendit saturé de cette misère, alors j’eus l’idée de partir ».

  • 21 Thaler Maria Teresa, utilisé comme monnaie.

71Un autre de même condition dit : « Nous avons quitté (le village), mon frère et moi, car il n’y avait plus de pluie. Le falaj était mort [autour de 1947, époque d’une grande sécheresse en Sharqîya]. Nous avons travaillé sur des plantations de girofle à Zanzibâr comme manœuvres. Pendant notre absence, notre plus jeune frère resté en Sharqîya prenait soin des terres et des palmiers. Nous sommes revenus après cinq ans et nous avons trouvé Oman sec et pauvre. Les gens n’avaient pas de travail. A ce moment-là, une branche de dattes valait 8 qirsh21. C’était difficile de vivre, tout était rare et cher. Après nous être mariés au village, nous sommes repartis... ».

72Ainsi les biographies attestent-elles et la précarité des conditions de vie en milieu rural dans certaines régions d’Oman et la précarité de condition de certains groupes défavorisés.

b) Les artisans

73Au sein des communautés villageoises, les artisans sont en nombre restreint. Nizwâ, où les orfèvres forment un groupe important, constitue une exception régionale qui approvisionnait le pays en objets de cuivre et en bijoux d’argent. En dehors de Bahlâ’, quelques potiers ici ou là fabriquent des jarres où sont conservées à l’année les provisions de dattes de la maisonnée. Quelques chaudronniers, quelques tisserands, en tout état de cause, un petit nombre d’artisans dans l’ensemble des communautés villageoises. A l’exception du métier d’orfèvre, les autres catégories de travail artisanal sont effectuées par des gens des classes inférieures dont on dit, à voix basse, qu’ils sont descendants d’esclaves, ‘abîd.

74Qu’en est-il en effet du statut des individus appartenant aux différents groupes cités au sein de la communauté villageoise ? Quelle en est l’origine et quelles sont les stratégies qui assurent la permanence de cette différenciation sociale ?

c) Statut des différents groupes

  • 22 Bourdieu (Pierre). La distinction critique sociale du jugement. Paris, Éditions de Minuit, 1979, p. (...)

75Le contraste est grand entre la discrétion avec laquelle les fractions dominantes évoquent l’appartenance de membres de la communauté à une classe inférieure, voire servile, et la brutalité dont elles témoignent dans leur manière de s’adresser à eux. Dans cette société où l’âge confère respectabilité, prestige, autorité incontestée – surtout s’il s’agit d’un sujet masculin – il n’est pas rare de voir qu’un vieillard d’origine inférieure puisse être l’objet de farces et de railleries non seulement de la part d’hommes de sa classe d’âge mais – fait plus frappant – de la part d’hommes jeunes voire d’adolescents. Il les subit avec humilité, riant de cette dérision et de son statut dérisoire, « se définissant comme l’ordre établi le définit »22. Dans la pratique quotidienne, l’observation des attitudes qui accompagnent les salutations, le type et le lieu de l’hospitalité indiquent la place réellement occupée par les différents membres de la communauté. La condescendance et son corollaire, la déférence, confirment les écarts de rang que la propriété inégale des droits d’eau a révélés.

76Au demeurant, les membres de ces classes ont les conduites qu’ils « doivent avoir » : silencieux, obscurs, repliés sur leurs maigres revenus et leur pauvre condition, ils déploient à l’égard de tout étranger au village une suspicion inquiète qu’un incident peut transformer en hostilité. Aux fractions dominantes et riches, le geste large, la parole assurée, les conduites autoritaires, l’hospitalité généreuse même si elle reste frugale. « L’expérience des limites objectives » de leur condition dicte la méfiance des uns, autorise les largesses des autres.

77L’endogamie lignagère entretient les divisions sociales. Puisqu’on se marie indéfiniment « entre soi », dans le cocon de la parenté, on est indéfiniment « protégé » des mésalliances qu’impliqueraient des mariages éventuels avec des partenaires de statuts différents. L’endogamie conditionne l’homogamie qui élude toute amorce de mobilité au sein des communautés villageoises. L’ordre social se perpétue inchangé.

  • 23 Desjardins (Thierry). Le Figaro. 7 juin 1977.
  • 24 Wilkinson (John C). The Origins of the Omani State. In : HOPWOOD (D.), ed., The Arabian Peninsula. (...)
  • 25 Ibid., p. 77.
  • 26 Cf. Wilkinson (John). Water and Tribal Seulement in South-East Arabia, op. cit., p. 142.

78La perpétuation de cette organisation sociale villageoise, dont la pérennité a frappé tous les observateurs, fait habituellement énoncer aux étrangers visitant hâtivement le pays qu’Oman « sort tout droit du Moyen-Age »23. Le cliché recèle quelque parcelle de vérité. Il faut en effet remonter jusqu’au ixe siècle et au « premier imâmat » ibâdite24 pour comprendre la différenciation sociale encore existante en Oman et l’intégration en une communauté villageoise originale de groupes appartenant à des fonds ethniques différents : populations non arabes, paysannerie de l’époque perse, Arabes nomades qui imposèrent leur organisation sociale. Selon J. Wilkinson, les premiers imâms « furent particulièrement conscients... des problèmes de l’économie agricole de base et c’est de ce temps-là que les différences entre les Arabes et la population villageoise indigène furent éliminées pour une grande part. Les Arabes devinrent villageois et les villageois furent intégrés dans la structure sociale des Arabes »25. Certes, ils le furent mais ils constituèrent la classe laborieuse des bayâdîr dont ils tiennent encore aujourd’hui leur statut inférieur. Le fond de population non arabe ne fut, par contre, jamais intégré à la communauté villageoise. « Réduites en esclavage par les Perses et les migrants sémites »26, ces couches de population furent et restèrent marginales ayant statut de clientèle : mawlâ (pluriel : mawâlî).

79Ces divisions et les différences de statuts qui y sont liées perdurent depuis ces temps éloignés. L’apparent immobilisme de cette vie sociale villageoise pourrait contribuer à masquer les prééminences qui se sont instaurées dans certaines communautés au cours de leur histoire. Ainsi les Hirth de la Sharqîya en fournissent un exemple dont la tradition ne parle que d’émigrations, de traite, de commerce. Certaines des fractions Hirth qui firent souche dans les îles de la côte orientale d’Afrique, gardèrent leurs attaches dans la région d’origine sur laquelle elles imprimèrent la marque de leur puissance : creusement d’aflâj, achat ou rachat de terres, construction de demeures. Pouvoir économique assorti de pouvoir spirituel puisqu’elles donnèrent naissance à des chefs religieux et à des fins lettrés. Aux uns, les versets et les rimes, aux autres, la traite et les transactions, ceux-ci profitant à ceux-là : capitalisation de biens et de prestige qui scella leur autorité.

  • 27 Landen (Robert Geran). Oman since 1856. Disruptive Modernization in a Traditional Arab Society. Pri (...)

80Il semble que les esclaves d’origine africaine aient été peu nombreux dans les villages omanais. Les esclaves importés de la côte orientale d’Afrique, vendus directement à Masqat ou débarqués à Sûr, étaient acheminés vers l’intérieur de la péninsule. « Slaves had traditionally been of more economic value as articles of commerce than as sources of labor in Oman »27. La présence de population noire dans beaucoup de villages signifie seulement qu’au cours de leurs migrations vers l’Afrique orientale, qui s’étalèrent sur plusieurs siècles, les Omanais contractèrent des mariages avec des femmes indigènes. Qu’il s’agisse des classes inférieures ou des fractions dominantes, la durée de l’éloignement de la région d’origine, où quelque « cousine » attendait, imposait ces alliances : vingt, trente ans d’émigration et quelques rares retours... Il semble que ces mariages avec des femmes étrangères, fussent-elles noires, étaient admis alors même que, comme nous l’avons vu, la transgression de la hiérarchie sociale par mariages entre partenaires de statuts différents ne l’ait pas été. Certes, toutes les fractions n’eurent pas les mêmes stratégies matrimoniales ; certaines d’entre elles évitèrent les métissages, soucieuses de la « pureté » de leur lignée, d’autres au contraire ne répugnèrent pas aux alliances africaines. Les classes pauvres et migrantes, qui avaient moins que les fractions riches la possibilité de revenir chercher femme au pays, se marièrent localement. Parmi les enfants nés de ces unions, les uns se fixèrent en Afrique orientale, les autres revinrent en Oman. Ceux qui revinrent furent intégrés au groupe social d’où leur père était issu.

81Les différences de statuts si clairement perceptibles attestent les divisions sociales qui partagent cette société. La distance sociale contribue à donner à l’observateur le sentiment de la rigidité de la hiérarchie. L’ordre social paraît immuable ; les « chances » des individus et les espérances qu’ils pouvaient formuler, inexorablement liées à la naissance donc au rang.

3) Communauté de quartier, communauté d’oasis

82Or, paradoxalement, ces communautés villageoises omanaises où tout ne paraît que cloisonnement des fonctions, rang social, ordre hiérarchique sont soudées en des entités originales dont la cohésion, en tant que communauté, frappe tout autant l’observateur que les divisions qui y sont objectivement à l’œuvre. Quels sont le ou les fondements de cette unité ?

83La ségrégation sociale n’est pas nécessairement lisible d’emblée dans l’espace villageois. Dans les villages de petite taille, l’habitat est uniforme. Il en va différemment dans les grandes oasis dont le centre est occupé par les fractions dominantes et la périphérie par les classes inférieures. L’habitat y est souvent révélateur : hautes demeures, portes sculptées, fenêtres finement ouvragées. L’étage est toujours le signe de quelque aisance. Les plus grandes agglomérations, telles Nizwâ, Bahlâ’ ou Ibrâ’, pour ne citer que quelques-unes, sont divisées en quartiers, hâra (pl. hârât).

a) Communauté de quartier et maisonnées

84Un quartier d’oasis regroupe dans une même unité fraction dominante et classes dominées (groupes clients : anciens esclaves). Si on ne s’épouse pas, à tout le moins on cohabite dans une même unité d’espace matérialisée par le mur d’enceinte et les portes monumentales, dirwâza, qui en conditionnent l’accès. La demeure fortifiée de quelque notable, érigée au centre, servait de refuge en cas de conflits ou de guerre avec les populations avoisinantes à l’ensemble de la communauté de quartier.

85Quel que soit le groupe considéré, l’endogamie lignagère projetée dans l’espace fait que le quartier d’oasis est une grande cellule familiale. On y est entre père et fils, oncles et cousins, tantes et nièces. L’étude que nous avons conduite dans l’oasis d’Ibrâ’ a fait ressortir que, dans les différents quartiers étudiés, il n’y a pas d’étrangers à la fraction ou à la lignée selon les groupes considérés (fractions dominantes/groupes clients).

86L’espace occupé par le groupe familial comportant un homme et ses fils a pour pivot la maison paternelle. Si les maisonnées sont habituellement réduites à des familles nucléaires, le groupe de production domestique, par contre, est constitué par le père et ses fils. C’est le père qui reste propriétaire des droits d’eau et des droits sur la terre et c’est lui qui veille à leur répartition équitable entre ses descendants. Les solidarités familiales se traduisent par les rapports étroits que ces groupes entretiennent d’un village à l’autre et qui recouvrent des relations lignagères et matrimoniales.

87Certains quartiers d’oasis sont réellement autonomes puisqu’ils possèdent leur propre falaj ; d’autres, au contraire, traversés par des aflâj qui irriguent les terres de plusieurs quartiers participent ensemble à leur entretien et à leur gestion et sont ainsi soudés en une communauté plus vaste : la communauté d’oasis.

b) La communauté d’oasis

88C’est l’élargissement de ces rapports noués autour de l’eau qui permet de comprendre la constitution du territoire de l’oasis comme une entité.

  • 28 Berque (Jacques). Structures sociales du Haut Atlas. Paris, Presses Universi-taires de France, 1978 (...)

89Cette société est structurellement le lieu de contradictions : le repliement sur soi qu’affirment l’endogamie et l’homogamie et « l’entêtement communautaire » qu’implique le falaj. Ces communautés vivent au rythme des tours d’eau. Comme l’a écrit Jacques Berque à propos des Seksawa du Haut Atlas : « Le temps est scandé par la succession des « tours » organisés pour l’irrigation, et celle-ci est non seulement une base économique essentielle, mais un symbole où se fixent les plus véhémentes aspirations de ces ruraux »28.

90Si des forces antagonistes sont à l’œuvre, ce qui frappe de prime abord les observateurs et qui est confirmé par l’analyse, c’est que la communauté d’oasis est une société à forte cohésion interne. C’est même pour J. Wilkinson un des traits les plus remarquables de ces communautés villageoises omanaises que « leur structure sociale unique » si on la compare à d’autres sociétés de même type : villages de l’Hadramawt, certaines oasis sahariennes.

91Si les familles agnatiques, suivant leur logique interne, semblent être sur le point d’entrer en dissidence avec l’esprit communautaire de l’eau, elles recréent une organisation forte, repliée sur elle-même, gérant et protégeant jalousement son patrimoine.

92L’appartenance lignagère est un défi à la communauté de quartier qui, à son tour, est un défi à la communauté d’oasis.

93L’entrelacs des solidarités nouées autour de l’eau rompt l’isolement latent des familles agnatiques. L’organisation du falaj structure au sommet dans la gestion de l’eau les forces opposées qui tendent à écarteler cette société.

94La capacité de rejet des influences extérieures que ces communautés villageoises ibâdites ont affirmé n’est plus à souligner. L’organisation sociale et économique de l’oasis semble opérer comme un filtre. Elle ne laisse passer que ce qui ne peut nuire à l’existence de la communauté, elle n’intègre que ce qui ne remet pas en cause l’ordre social institué. Elle développe à l’égard de toute intrusion des réactions de suspicion ; un risque l’inquiète, une menace la dresse dans sa totalité. Elle est le conservatoire et le lieu de reproduction des valeurs religieuses, sociales et lignagères. Cette société rurale forte, puisque les communautés villageoises se sont maintenues en dépit de l’émigration, importante à certaines époques, des hommes actifs vers la côte orientale d’Afrique, a subi le contrecoup des changements économiques qui affectèrent Oman dans les quatre dernières décennies du xixe siècle.

III. SURVIE ET AVENIR DE LA SOCIÉTÉ RURALE OMANAISE

95La prospérité économique des ports de la côte omanaise, liée à l’importance des échanges commerciaux, retentissait sur la vie agricole du pays. Les débouchés offerts à l’agriculture par les marchés locaux alors très actifs et les marchés extérieurs expliquent la vitalité de ces activités rurales dont, cependant, la rigueur climatique rappelle sans cesse les difficultés et la précarité.

96Le déclin brutal de l’activité commerciale des ports omanais déséquilibra l’économie interne. Rappelons brièvement, puisque tel n’est pas notre propos, le faisceau de causes historiques qui suscita ce déclin : troubles politiques internes, diminution des activités maritimes sous l’influence conjuguée de l’apparition de la navigation à vapeur et de l’ouverture du canal de Suez ; crise financière liée à la diminution des recettes douanières qui approvisionnaient la cassette du Sultan, ce qui le contraignit à solliciter des prêts du gouvernement britannique et scella sa dépendance ; interdiction de la traite dont Masqat était le grand entrepôt pour le Golfe, et développement parallèle du trafic illégal d’armes et d’esclaves qui persista jusqu’au début du xxe siècle ; à cette date, sa disparition définitive confirma la ruine des activités marchandes d’Oman.

97Cette prospérité commerciale entièrement tournée vers l’extérieur n’entraînait pas pour autant une réelle richesse interne ; la fragilité démographique de ce pays de navigateurs et d’émigrants et l’extrême rudesse des conditions d’exploitation agricole permettaient tout au plus à l’économie rurale de se maintenir un peu au-dessus du « niveau de subsistance ». Cependant elle offrait suffisamment de débouchés et d’échanges à cette société rurale pour qu’elle se maintînt. Elle était, dirions-nous, la condition de possibilité de la survie économique de cette société.

98La ruine brutale de cette richesse marchande entraîna le déséquilibre économique de cette société fragile de ce point de vue dont elle ne s’est pas remise jusqu’à nos jours.

99Qu’en est-il de la survie sociale de cette société rurale affectée aujourd’hui par les effets indirects de la production pétrolière ?

100Les premières années du xxe siècle – correspondant à ce déclin – furent marquées pour les régions les plus défavorisées par des émigrations massives vers les îles de la côte orientale d’Afrique. Le dépeuplement de certaines oasis date de cette époque de grandes difficultés.

101Les offres actuelles d’emplois qu’ont créés les changements économiques liés à la production pétrolière attirent vers la région de la capitale une partie de la population rurale en quête de revenus. Quelles sont les conséquences de cette émigration sur les communautés villageoises ? Quels sont les groupes atteints par ces changements, même si cette société rurale reste très largement marginale par rapport à l’économie moderne et aux activités « florissantes », essentiellement concentrées dans la région de la capitale et sur la côte ?

102On pressent que les différents groupes de cette société rurale seront affectés de manière inégale. Seuls quelques-uns bénéficient des nouvelles possibilités. Dans cette population peu ou pas scolarisée jusqu’en 1970, ce sont uniquement les quelques membres des fractions dominantes, ayant poursuivi des études à l’étranger, qui furent susceptibles de tenir les emplois spécialisés qu’offre actuellement l’économie du pays. Ils furent très peu nombreux en tout état de cause.

103Les classes pauvres constituent toujours la main-d’œuvre mais nous avons déjà noté l’apparition du salariat agricole. L’inflation du coût de la main-d’œuvre accélère le processus qui précipite vers des sources de revenus monétaires extérieures aux villages les propriétaires de terres qui en ont besoin pour faire entretenir leur palmeraie et finalement maintenir ce cadre de vie qu’est l’oasis.

104Pour le moment, les divisions de cette société restent celles que nous avons vues. Mais un facteur déterminant, dont nous ne pouvons mesurer actuellement les implications en raison de sa récente apparition (une décennie) est la scolarisation massive de l’ensemble de la population rurale. On peut escompter à terme des changements considérables dans la hiérarchie villageoise qui s’est maintenue jusqu’à aujourd’hui. Un jour, les membres des groupes dominants ne seront plus seuls à pouvoir prétendre aux emplois qu’offre l’économie nouvelle.

105L’ordre social paraît intouché. Les possibilités économiques offertes semblent avoir renforcé l’ordre hiérarchique des communautés villageoises en donnant aux uns des sources de revenus auxquelles l’absence d’instruction des autres leur interdit de prétendre. La scolarisation massive et indifférenciée de la population villageoise peut faire penser que cette hiérarchie ne sera pas inamovible ; sans être utopiste on peut imaginer qu’elle donnera aux classes défavorisées les chances qu’elles n’ont pas eues jusqu’alors.

106Aujourd’hui et maintenant, ces communautés villageoises – dont bon nombre se situe au-delà des massifs de l’Hajar qui constituent une barrière géographique mais qui marquent aussi la limite de l’aire d’expansion des effets de l’actuelle richesse économique (riches en-deçà, pauvres au-delà, pourrait-on dire) végètent si elles ne sont en train de mourir puisqu’aussi bien aucune politique agricole n’est venue donner à cette économie rurale les moyens dont elle aurait besoin pour se remettre du déclin amorcé, il y a plus d’un siècle.

  • 29 Dumont (Louis). Homo hierarchicus. Le système des castes et ses implications. Paris, Gallimard, col (...)

107Au cours de leur histoire et depuis le ixe siècle, ces communautés ont témoigné de leur stabilité et de leur puissance. Fortes face aux risques que constituent toujours les contacts, elles n’ont toléré les changements, pour paraphraser Louis Dumont, que dans la mesure où ils intéressaient un domaine qui pour elles était secondaire et qui, en conséquence, ne pouvait remettre en cause leur hiérarchie29. L’abandon économique actuel dans lequel elles se trouvent, se surimposant à une pénurie et à une faillite économique ancienne maintenant, les menace à court terme dans leur survie économique mais aussi dans leur survie sociale. Même si l’effort de scolarisation consenti concernant l’ensemble de la population rurale fait espérer sinon « l’égalité des chances » des différentes classes de cette société du moins la réduction des inégalités, il ne peut par contre en conditionner la survie. A village abandonné, plus aucune mesure prise trop tardivement ne peut redonner la vie.

108L’historien comme l’ethnologue ne peuvent qu’éprouver une nostalgie -suspecte sans doute à bien des égards – à penser qu’une telle société, en dépit de ses injustices, dont l’identité s’est maintenue de façon si durable et si forte, puisse être sinon abolie du moins gravement menacée.

Notes

1 Tasnif (Sheikh Mohammad). Land reclamation in Batinah coastal plain. In : Al Mawared al Tabei’eiah, Periodical Magazine devoted to natural resources, published by the Ministry of Agriculture, Fisheries and Petroleum and Minerais, Sultanate of Oman, vol. 3, nov. 1977, pp. 11-19.

2 Cf. Current economic position and prospects in Oman. 1974, Statistical appendix, Table 1, Population by regions, 1971, p. 1.

3 Nous parlons ici des puits dont l’eau est utilisée pour l’irrigation et non des puits à usage domestique situés dans la cour de la maison.

4 Wilkinson (John C). Water and Tribal Settlement in South-East Arabia. A Study of the Aflâj of Oman. Oxford, Clarendon Press, 1977, 276 p., bibliographie (Oxford Research Studies in Geography). Remarque : les Omanais ne font pas la distinction dans leur vocabulaire entre le ghayl-falaj et le falaj. Ils s’accommodent à ce sujet d’un flou terminologique contrastant singulièrement avec la complexité de la technique des systèmes d’irrigation et de leur organisation sociale et économique.

5 Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture. Le droit des eaux dans les pays musulmans. Rome, F.A.O., 1976, Bulletin d’irrigation et de drainage, p. 32.

6 Article : KanâT. Encyclopédie de l’Islam, nouvelle édition, tome IV, 1975, p. 554.

7 Cf. WILKINSON (John C). Water and Tribal Seulement in South-East Arabia, op. cit., p. 68.

8 University of Durham. Land tenure and labour. Report n° 11, p. 3 (working papers), non publié.

9 Whitehead Consulting Group. Sultanate of Oman : economic survey. 1972, p. 32.

10 Cf. ibid., p. 6.

11 Cf. ibid., p. 11.

12 Ottavi. Rapport commercial sur l’Oman et Mascate en 1900, p. 43.

13 Akhtar (Dr. Mahmoud). Improvement of barely cultivation in the Sultanate of Oman. Al Mawared al Tabei’eiah, revue déjà citée, vol. 4,April 1978, p. 22.

14 Les descriptions de l’organisation de cette institution villageoise qui gère le falaj sont nombreuses. Citons :

  • Bonnenfant (Paul et Guillemette) et Hârthî (Sâlim ibn Hamad ibn Sulaymân). Architecture and social history at Mudayrib. The Journal of Oman Studies, vol. 3, Part 2, 1977, pp. 107-135.

  • Renardet Sauti Ice. Water Resources survey in north-east Oman. Interim report, Muscat, Annex F, Agriculture, March 1975, p. 18.

  • Wilkinson (John C.). Water and Tribal Seulement in South-East Arabia, op. cit., p. 119-121.

15 Bonnenfant (Paul et Guillemette) et Hârthî (Sâlim), op. cit., p. 107.

16 Encyclopédie de l’Islam, op. cit., p. 119.

17 Cf. WILKINSON (John C), op. cit., p. 119.

18 Ibid., p. 119.

19 Un riyal omanais = 1 000 baïzas = environ 12 francs français.

20 Sorte de beurre importé de l’Inde.

21 Thaler Maria Teresa, utilisé comme monnaie.

22 Bourdieu (Pierre). La distinction critique sociale du jugement. Paris, Éditions de Minuit, 1979, p. 549.

23 Desjardins (Thierry). Le Figaro. 7 juin 1977.

24 Wilkinson (John C). The Origins of the Omani State. In : HOPWOOD (D.), ed., The Arabian Peninsula. Society and Politics, London, George Allen & Unwin, 1972, p. 76 (Studies in Modern Asia and Africa).

25 Ibid., p. 77.

26 Cf. Wilkinson (John). Water and Tribal Seulement in South-East Arabia, op. cit., p. 142.

27 Landen (Robert Geran). Oman since 1856. Disruptive Modernization in a Traditional Arab Society. Princeton, Princeton Univ. Press, 1967, p. 148.

28 Berque (Jacques). Structures sociales du Haut Atlas. Paris, Presses Universi-taires de France, 1978, p. 225.

29 Dumont (Louis). Homo hierarchicus. Le système des castes et ses implications. Paris, Gallimard, coll. TEL, 1966, p. 294.

Notes de fin

1 Voir la carte du sultanat d’Oman à la page 267.

2 La fraction ou clan est une des unités de filiation unilinéaire qui constituent la tribu. Le clan, selon la définition donnée par Robin Fox, est « ... une unité formée de plusieurs lignages à l’intérieur de laquelle une filiation commune est présumée sans qu’elle soit nécessairement démontrée ». Dans le monde arabe, c’est le terme fraction qui est utilisé de préférence à celui de clan. En Oman, la tribu-qabîla– est composée de fractions dites fakhdh (pluriel : afkhâdh) = groupe de filiation patrilinéaire. C’est le terme anglais « section » qui désigne la fraction.

Table des illustrations

Légende (2) Cf. Statistical Year Book, 1977, p. 67.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2351/img-1.png
Fichier image/png, 11k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2351/img-2.png
Fichier image/png, 6,2k
Titre Les productions agricoles10
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2351/img-3.png
Fichier image/png, 5,3k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2351/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2351/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k

© Institut de recherches et d'études sur les mondes arabes et musulmans, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540