Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La péninsule arabique aujourd’hui. Tome II

 | 
Paul Bonnenfant

Deuxième Partie : Le Sultanat D'Oman

L’Économie omanaise : 1970-1980

Bruno Le Cour Grandmaison

Texte intégral

1. INTRODUCTION

1.1. Présentation

1L’économie et la société omanaises se sont organisées au cours des siècles autour d’activités rurales diversifiées, du commerce interne et régional ainsi que du commerce maritime international qui fut longtemps l’un des pôles de la prospérité du pays.

2Depuis plus d’un siècle, ces activités connaissent un déclin permanent. Certaines ne sont plus aujourd’hui qu’un lointain souvenir, c’est en particulier le cas du commerce maritime qui a pratiquement disparu. Les circonstances de cette décadence séculaire ont déjà été évoquées, ce sont celles de l’expansion coloniale européenne du xixe siècle.

3La mise en valeur des ressources pétrolières à partir de 1967 a marqué un coup d’arrêt dans le processus de paupérisation et de sous-développement amorcé un siècle plus tôt et qui semblait alors inexorable. Le revenu par habitant était si bas qu’il ne figurait même pas dans les statistiques internationales ; en 1975, il atteignait un niveau supérieur à 2 000 dollars.

4Aujourd’hui, le pays tire donc une assez grande prospérité de sa production pétrolière ; cependant, ce renouveau économique affecte de façon inégale la population omanaise et les différents secteurs d’activité. Les laissés pour compte de cette prospérité sont nombreux ; ainsi le déclin des activités anciennes, loin d’être enrayé ou simplement freiné, s’est accéléré d’une manière inquiétante. Les revenus du pétrole sont, comme on le verra, le résultat d’une activité qui concerne fort peu l’économie nationale.

5Si les ressources que procure à l’État l’exploitation pétrolière sont amplement suffisantes pour financer le redéveloppement de richesses moins éphémères, le gouvernement n’est pas encore parvenu à en assurer la redistribution. L’état de sous-développement du pays et le fait que l’exploitation du pétrole omanais ait coïncidé avec sa revalorisation en 1974 se sont conjugués pour conférer à cet événement une intensité particulière. Ces circonstances et les difficultés réelles qu’il y a à maîtriser cette richesse sont telles qu’après dix années de prospérité, le bilan apparaît ambigu si l’on ne s’en tient pas aux seuls signes extérieurs.

6Les revenus pétroliers semblent doués d’une double aptitude, celle d’aménager le cadre avec la création d’infrastructures, mais aussi celle d’entraîner la disparition progressive des activités économiques qui concernent la majorité de la population. L’économie omanaise offre donc aujourd’hui ce double visage d’infra-structures économiques et sociales largement déployées et d’activités traditionnelles moribondes.

7En Oman, la richesse et la réussite s’offrent en spectacle à l’observateur le moins attentif ; le déclin y est par contre plus difficilement perceptible. Les statistiques n’échappent pas à cette règle ; elles décrivent souvent avec précision les progrès considérables réalisés, mais il n’existe aucun chiffre digne de foi concernant l’évolution de l’agriculture, de la pêche, de l’élevage ou de l’artisanat de production, ni même celle de la population.

8Toutes les présentations de l’économie omanaise reflètent ces carences de l’information. Celle que nous proposons n’y échappe pas. Nous demandons au lecteur d’accepter de remplacer souvent les chiffres défaillants par des adjectifs qualificatifs plus proches de la réalité que des statistiques incomplètes ou inexistantes.

1.2. Le pétrole

  • 1 Les incidents de Buraymî sont un épisode bien connu de ces pratiques.

9L’économie omanaise d’aujourd’hui repose d’abord sur le pétrole. Les premières exportations ont commencé en août 1967 ; cet événement a été l’aboutissement de trente ans de prospection, de négociations, de conflits parfois, lorsque les compagnies n’hésitaient pas à se faire la guerre par tribus interposées1 (cf. annexe 1).

  • 1 Voir la carte du sultanat d’Oman, p. 267.

10Cette longue histoire a commencé en 1937 lorsque l’Iraq Petroleum Company obtint une concession de recherche. Les premières explorations furent décevantes, l’I.P.C. se retira quelques années plus tard, laissant la concession à un groupe constitué à 85 % par Royal Dutch, Shell et Partex ; plus tard la Compagnie française des pétroles (C.F.P.) se porta acquéreur de 10 % des parts. Ce nouveau groupement prit alors le nom de Petroleum Development Oman (P.D.O.). En 1962, P.D.O. lança une campagne de forages dans la zone de Yibâl1 ; du gaz et du pétrole furent découverts, mais en quantités jugées à l’époque commercialement non rentables. Les recherches étaient cependant poursuivies à Nâtih, puis à Fahûd ; elles se révélèrent particulièrement fructueuses. Plus tard, trois nouveaux champs furent découverts à Ghâba, Sayh Rawl et al-Habûr. Entre temps, la participation du gouvernement omanais transformait la structure de P.D.O., le 1er janvier 1974, lorsque le gouvernement acquit 25 % des parts de P.D.O., puis en juillet de la même année, lorsque cette participation fut portée à 60 % de P.D.O. ; Shell conservait 34 %, C.F.P., 4 % et Partex, 2 %. Les réserves prouvées sont estimées aujourd’hui à environ 2,4 milliards de barils, ce qui correspond, au rythme actuel, à une trentaine d’années d’exploitation (cf. annexe 2). C’est donc très approximativement le temps dont dispose le gouvernement pour préparer « l’après-pétrole », mettre sur pied une économie viable, assurant des revenus suffisants à la population, et permettre à l’État d’entretenir, voire de développer les infrastructures économiques et sociales créées pendant l’actuelle période de prospérité. Même si de nouvelles découvertes viennent prolonger la durée probable d’exploitation du pétrole, l’un des aspects majeurs de la période actuelle est son caractère éphémère. Cette brièveté de l’épisode pétrolier doit être rapprochée de l’ampleur des mutations ainsi engendrées, dont tout semble indiquer le caractère irréversible.

11En 1976, la production a atteint son apogée avec 360 000 barils/jour ; depuis, cette production a légèrement décliné (cf. annexe 1). Les principales difficultés d’exploitation sont d’ordre technique, en raison de la mise en œuvre des équipements nécessaires à la récupération secondaire ; elles sont aussi d’ordre économique, car les coûts de production sur les anciens gisements croissent rapidement. Certes, les revalorisations successives du prix du brut laissent une marge considérable, mais en 1979 le coût moyen de production d’un baril de pétrole atteignait en Oman 2,5 dollars, soit environ six fois le niveau des pays voisins.

12En matière de politique pétrolière, le gouvernement s’est toujours tenu à l’écart de l’O.P.E.P. dont il n’est pas membre. Cette politique a procuré à l’Oman, dont la part est sans influence sur le marché, l’avantage d’une plus grande liberté pour négocier les contrats de vente. C’est ainsi qu’en 1978, le gouvernement est parvenu à obtenir des prix sensiblement supérieurs à ceux qui se pratiquaient dans la région. Le plus souvent cependant, le gouvernement s’aligne sur les décisions de l’O.P.E.P.

13Les revenus pétroliers de l’État proviennent des royalties, de la taxe de 40 % et du produit des ventes – 60 % de la production – réalisées par le gouvernement, soit directement, soit par rétrocession à P.D.O. Les revenus de l’État sont passés de 1,9 millions de riyals en 1967 à 454 millions en 1976 et de l’ordre de 900 millions en 1980, soit 2,7 milliards de dollars (cf. annexe 3).

14Les principaux acheteurs de l’Oman ont été, en 1977, le Japon qui enleva à lui seul 51,4 % de la production, les États-Unis avec 15,4 %, les Pays-bas, 9,1 % ; la France avec 3,8 % venait au cinquième rang des acheteurs.

15En 1977 et 1978, un certain pessimisme règnait à Masqat dans les milieux d’affaires ; la grande fièvre de la construction marquait le pas, la production pétrolière donnait des signes d’essouflement. Cependant, dès le début de 1979, les prévisions devaient être révisées à la lumière d’une série de faits nouveaux intervenus dans les derniers mois de 1978. En premier lieu, des campagnes réalisées en 1978 et 1979 dans la région de Marmul permettaient d’espérer atteindre dans cette zone une production de 70 000 barils/jour au lieu des 35 000 prévus. Qui plus est, la qualité du pétrole récemment découvert était meilleure : l’huile produite sur les nouveaux gisements titrait 30° A.P.I. alors que les premières découvertes portaient sur un produit titrant 20° A.P.I. Le transport du brut s’en trouvait simplifié et la valeur du produit améliorée.

16Ensuite, la société Elf-Aquitaine découvrait en 1978, à proximité de Boutabul, un gisement de haute qualité : 40° A.P.I. L’étendue de ce gisement et les réserves ne seront connues qu’au terme de travaux qui ne semblaient pas achevés en 1979. Pour le moment, les responsables se refusent à tout commentaire quant au volume de la production : vraisemblablement inférieure à 40 000 barils/jour.

17Au total, il semble raisonnable d’escompter que ces nouvelles découvertes permettront d’accroître la production d’environ 90 000 barils/jour et cela dès 1980. Ainsi, et en adoptant une hypothèse moyenne, l’Oman pourrait maintenir son niveau actuel de production aux alentours de cent millions de barils par an.

18La politique généralement suivie par les compagnies pétrolières, consistant à minimiser leurs découvertes, aura eu l’avantage d’attirer l’attention des Omanais sur leur avenir à moyen terme. D’une part, le volume des richesses n’est pas aussi important que souhaité à Masqat et surtout la durée de vie des champs en exploitation semble limitée dans le temps.

19Le pétrole n’est pas la seule richesse exploitée du sous-sol ; le gaz naturel est disponible sous deux formes : associé à l’exploitation du pétrole, en quantités décroissantes en raison de son utilisation dans les opérations de récupérations secondaires, et gaz non-associé exploité depuis 1978 dans la zone de Yibâl. Les réserves sont estimées dans cette zone à 4 000 milliards de pieds cubes. Cette quantité est largement suffisante pour faire face aux besoins énergétiques du pays pendant une cinquantaine d’années, même dans l’hypothèse peu vraisemblable d’une industrialisation soutenue.

20Un gazoduc de 20 pouces a été mis en service en 1978 ; il approvisionne la centrale de Ghubra dans la région de la capitale. Les besoins de cette unité mixte de dessalement et de production d’électricité justifient cet investissement qui a, en outre, le mérite de réduire la consommation de pétrole. Un calcul approximatif montre que la substitution du gaz au pétrole pour les besoins énergétiques de base de la seule région de la capitale devrait permettre à l’horizon 1990 d’économiser près de 10 % de la production nationale de brut, et par conséquent d’accroître d’autant les exportations.

21La politique tarifaire poursuivie jusqu’à présent par le gouvernement consiste à fixer le prix de base du gaz naturel en fonction du prix du baril de pétrole ; la relation retenue s’établit à 50 % au-dessous de la valeur de la thermie pétrole. En 1979, les découvertes de la société Quintana à proximité de ‘Ibrî ont élargi encore les perspectives d’utilisation du gaz. Un premier puits équipé permet de produire 40 millions de pieds cubes par jour. Pour les revenus, le pétrole occupe aujourd’hui une place prépondérante car il contribue pour 65 % à la production intérieure brute et il procure à l’État 93 % des recettes courantes. Par contre, le rôle du pétrole pour l’emploi est fort limité si l’on considère que le secteur pétrolier n’occupe pas plus de 4 000 travailleurs, étrangers pour la plupart, et que ses effets d’entraînement sont négligeables. Ce secteur – source quasi unique de la prospérité actuelle – demeure avant tout une activité d’extraction et une sorte d’enclave au sein de l’économie nationale.

22La production de pétrole et de gaz représente pour 1980 des revenus bruts de près de 2,5 milliards de dollars ; la population du pays n’étant pas supérieure à un million d’habitants, cela correspond à 2 500 dollars par tête (cf. tableau ci-dessous).

  • 2 International Bank for Reconstruction and Development. Current Economic position and prospects of O (...)

Les revenus de l’État (millions de riyals)2

Les revenus de l’État (millions de riyals)2

23Pour une des populations les plus pauvres du monde le changement est radical. Pour l’État, c’est une responsabilité considérable et difficile à assumer si l’on songe que ce royaume milliardaire ne dispose que d’un peu plus d’une génération pour maîtriser cette richesse et jeter les bases d’une économie et d’une société nouvelles.

24Que fait-on de ces richesses et comment prépare-t-on cet avenir ? Après dix ans de gestion, il est possible de dresser un premier bilan que nous tenterons dans les pages suivantes.

2. L’UTILISATION DES RESSOURCES

25Au cours de la dernière décennie, la structure des dépenses publiques a été profondément modifiée : les recettes de l’État ont atteint en 1980 trente fois leur niveau de 1970.

26Les traits les plus marquants de cette période sont la rapidité avec laquelle ont été exécutés les grands projets et les conditions dans lesquelles cette brusque mutation s’est opérée. En 1970, il n’y avait ni administration, ni plan d’ensemble, ni études préalables ; le plus souvent les sociétés étrangères décidaient des clauses techniques des projets, voire des projets eux-mêmes. Dans les premières années et jusqu’en 1977, les procédures d’appel d’offres étaient l’exception et la majorité des marchés de l’État furent conclus de gré à gré entre des partenaires inégaux. L’administration se limitait en effet à quelques conseillers débordés, confrontés à la rapacité de sociétés dont certaines ont tiré le maximum de la situation.

27Alors que les finances du pays étaient excellentes, une crise de trésorerie apparut en 1975 ; elle était essentiellement due à la cupidité des sociétés étrangères et à l’absence de procédures budgétaires ; même la tenue à jour centralisée des engagements de l’État était inexistante. A cette époque, une banque privée cumulait en fait les fonctions et les prérogatives d’une banque centrale, du trésor public et du ministère des finances !

28En l’espace de quelques mois, le pays se couvrit de chantiers. Les budgets n’étaient pas encore en place que des écoles, des hôpitaux et des routes surgissaient de terre. Une véritable armada débarquait hommes et matériaux : près de 100 000 travailleurs étrangers et des millions de tonnes d’équipements étaient en quelques mois déversés sur l’Oman.

2.1. La défense nationale

  • 3 Statistical Year Book. Development Council, Technical Secretariat, Directorate General of National (...)

29L’utilisation des ressources financières de l’Oman telle qu’elle ressort des statistiques officielles montre que la priorité absolue a été accordée à la défense nationale. Depuis 1971, le ministère de la défense a reçu annuellement des dotations représentant 51,3 % de la totalité des recettes internes de l’État, soit 3,6 milliards de dollars en huit ans3. L’importance de ces dépenses peut s’expliquer de plusieurs manières :

  • La première tient au fait que, jusqu’en 1970, il n’existait qu’une armée et une police rudimentaires. L’Angleterre entretenait une petite force qui encadrait d’autres éléments nationaux. En cas de nécessité, l’Angleterre accroissait les effectifs ; à plusieurs reprises, elle s’engagea dans des opérations de maintien de l’ordre, comme ce fut le cas au moment de la guerre de l’Imâm ou, plus tard, au début des événements de Dhufâr.

  • La seconde est liée à la rébellion qui eut lieu au Dhufâr jusqu’en 1976. Bien que le Front de libération n’ait jamais rassemblé des effectifs aussi importants que ceux dont on a parlé, le gouvernement omanais dut mobiliser l’essentiel des forces nationales, un contingent britannique restreint, l’appui de l’aviation jordanienne et un important corps expéditionnaire iranien pour contenir cette rébellion, puis reconquérir la majeure partie de la province qui en 1967 était sous le contrôle du Front.

30Face à cette situation, la première préoccupation de Qâbûs ibn Sa’îd fut de doter le pays d’une armée moderne. Au total, l’effort consenti pour les dépenses militaires a été considérable et le demeure ; le fait que, jusqu’en 1975, ces dépenses comportaient également certains investissements civils – des routes en particulier – ne modifie guère la tendance car, en 1976, le ministère de la défense absorbait encore 55,6 % des recettes de l’État et 52,6 en 1978.

31Bien que les conflits internes de l’Oman semblent actuellement maîtrisés, la situation dans la région n’incitera probablement pas le sultan Qâbûs à modifier sa politique. L’isolement relatif de l’Oman au sein du monde arabe et la perte du soutien militaire que le shah d’Iran accordait à Masqat donnent des arguments de poids aux partisans de la poursuite d’un renforcement du potentiel militaire.

32La situation géographique de l’Oman cumule en effet trois redoutables privilèges :

    • 2 Voir la contribution de Henri Labrousse, au tome 1 de cet ouvrage, pp. 343-367.

    une façade maritime de 2 000 kilomètres sur l’océan Indien, zone de confrontation américano-soviétique2,

  • une frontière commune avec le régime hostile de la République Démocratique et Populaire du Yémen,

  • une position stratégique sur le détroit d’Ormuz.

33Une telle situation explique, sans pour autant justifier, les sommes consacrées aux dépenses d’armement, car la puissance dissuasive de ce potentiel militaire apparaît dérisoire face aux scénarios des états-majors. Il est clair que le problème de la sécurité extérieure de l’Oman ne saurait se résoudre sans la recherche de solutions qui se situent au niveau régional, voire mondial.

34On pourra déplorer qu’un pays qui a tant de besoins élémentaires à satisfaire ait consacré de telles sommes aux dépenses militaires. Au cours des dix dernières années, et malgré leur importance, ce ne sont cependant pas les moyens financiers qui ont fait défaut. Les programmes de développement n’ont jamais été remis en cause ou simplement freinés par des restrictions budgétaires. Bien gérées, les ressources permettaient d’assurer la sécurité interne et de financer sans problèmes majeurs le développement économique et social dont le pays avait le plus urgent besoin.

2.2. Infrastructures et équipements

35Si la moitié des revenus du pétrole a été absorbée par les dépenses militaires, l’autre moitié a servi principalement au financement d’équipements (cf. annexe 4). Jusqu’en 1974, les sommes consacrées au budget civil de fonctionnement n’atteignaient pas 20 % de l’ensemble des deux budgets. Il n’en est plus de même aujourd’hui où ces dépenses sont le double des dépenses d’équipement.

36Les plus grandes réalisations concernent les transports et les communications ; les crédits qui leur ont été alloués représentent pour les cinq dernières années plus de 40 % des investissements.

37Avant 1970, un réseau de pistes difficiles reliait les différentes villes entre elles. Le port de Mutrah n’était qu’une simple rade foraine où des barges transféraient les cargaisons sur la plage de la ville. Quant à l’aéroport, limité à une étroite bande de béton resserrée entre les collines de Ruwî, seuls de petits avions pouvaient y atterrir. Aujourd’hui, le réseau primaire de communication est dans son ensemble réalisé.

a) Les infrastructures

  • 3 Voir la carte du sultanat d’Oman, p. 267.

38Les routes revêtues représentent 1 586 kilomètres ; elles se développent selon trois axes principaux3 :

  • La route de la Bâtina, qui traverse la zone la plus peuplée, se prolonge à l’est vers Buraymî et al-’Ayn et offre un très bon accès vers Abu Dhabi, à 413 km de Masqat. Au-delà de Suhâr, cette même route continue vers le nord en direction de Dubayy et des autres Émirats.

  • La route de Nizwâ met en communication la plaine côtière avec les plateaux situés à l’est du Hajar.

  • La route de Sûr contourne le Hajar oriental et relie la partie méridionale de l’Oman du nord à la capitale.

39Une série de bretelles asphaltées prolonge ce réseau vers les villes principales.

40Dans le sud, la route côtière est achevée de Raysût à Tâqa. Depuis 1976, la route Salâla-Thamarît est bitumée ; des travaux sont en cours d’achèvement pour réaliser le grand axe de liaison entre le nord et le sud.

41En 1980, 270 kilomètres de nouvelles routes ont été mises en service. Il s’agit des sections Nizwâ-’Ibrî-Buraymi et Tâqa-Mirbat. Toutes les régions, à l’exception du cap Musandam, sont maintenant accessibles en automobile, presque tous les villages sont désenclavés. Partout les distances ont été réduites. Il fallait depuis Masqat une journée de Land Rover pour atteindre Bahlâ’, il faut aujourd’hui moins de trois heures. Les pistes de montagne, qui couvrent 3 762 km, sont régulièrement entretenues. Leur rôle est essentiel car elles désenclavent les nombreuses communautés dispersées dans les piémonts ou les hautes vallées du Hajar.

42L’aviation civile. L’aéroport de Sîb a été mis en service en 1972 ; sa piste de 3 000 mètres peut accueillir les plus gros porteurs. En 1978, 527 000 passagers internationaux ont utilisé l’aéroport et plus de 15 000 tonnes de frêt ont été débarquées.

43Outre les trois aéroports civils principaux, Sîb, Salâla et Masîra, une douzaine de pistes sommaires permettent à l’aviation légère une desserte à la demande.

44Les ports. L’Oman dispose de trois ports modernes :

  • Minâ’ al-Fahal, le port pétrolier, écoule vingt millions de tonnes de brut par an ; ses installations peuvent accueillir les plus gros tankers en service.

  • Minâ’ Qâbûs, ouvert au trafic dès 1974, est protégé par une digue de 700 mètres, son chenal d’accès est profond de 11 mètres. Onze postes à quai sont disponibles. Les installations comportent dix halls couverts, des silos à grains et à ciment, ainsi qu’un complexe frigorifique d’une capacité de 3 000 tonnes. La capacité annuelle du port est de l’ordre d’un million et demi de tonnes ; en 1972, 1,2 million de tonnes y ont été débarquées.

  • Minâ’ Raysût est le port de la ville de Salâla ; les installations actuelles ont été mises en service en 1975. Le trafic en 1977 était de 260 000 tonnes. En l’état actuel, le port de Raysût n’est pas accessible pendant la durée de la mousson, de juin à septembre. D’importants travaux sont en cours d’exécution pour permettre son utilisation en toutes saisons et accroître sa capacité d’accueil : neuf postes à quai et un petit terminal pétrolier.

45Le port de Sûr, jadis très actif dans les échanges avec l’Afrique de l’Est et l’Inde, n’est pas accessible aux cargos modernes. C’est néanmoins un port naturel dont la crique est fréquentée par des boutres qui font du cabotage et assurent aussi une liaison avec Bombay. C’est également un port de pêche, un centre de construction et de réparation navales pour les embarcations traditionnelles. La modernisation du port est prévue au plan quinquennal, les travaux préparatoires ont commencé.

46Le téléphone est en cours de développement rapide ; en 1976, 27 centraux ont été installés dans l’ensemble du pays. Les principales villes sont interconnectées et plus de 11 000 lignes en service. Les communications internationales se font par satellite.

47La radio et la télévision. La première station de radio-télévision se trouve à Qurum et dessert la partie nord du pays, la seconde est à Salâla et couvre le sud. Des relais de télévision sont en cours de montage afin d’étendre les zones desservies.

b) Les équipements de production

48Pétrole et gaz naturel. La production de P.D.O. s’est développée en 1967 lorsque l’oléoduc qui relie les champs pétrolifères de Fahûd, Yibâl et Nâtih au port de Minâ’ al-Fahal a été mis en service. Ce réseau d’oléoducs de plus de 500 kilomètres achemine chaque jour en moyenne 370 000 barils de pétrole brut.

49Un gazoduc, long de 315 kilomètres, vient d’être mis en service, entre Fahûd et la capitale. Il assure l’approvisionnement de la centrale de production d’électricité et d’eau de Ghubra. Ce gazoduc a été prévu pour faire face au rapide accroissement de la production d’électricité et aux besoins de l’industrie. Des travaux d’extension sont en cours, ils permettront de livrer sous peu dans la région de Suhâr le gaz naturel nécessaire à l’exploitation du minerai de cuivre.

50Électricité, production publique. Dans la région de la capitale, la capacité de production a été multipliée par sept entre 1972 et 1978. Aujourd’hui, les deux installations publiques de la région de Masqat totalisent 164 mégawatts. La dernière créée, celle de Ghubra, produit également de l’ordre de 70 000 m3 d’eau par jour. Le réseau de distribution s’organise autour de deux lignes de transport, l’une de 33, l’autre de 132 kilovolts. Dans cette région et jusqu’à présent, la demande s’est développée plus rapidement que la production et la distribution. Cette situation de pénurie est maintenant en partie maîtrisée. D’une part, le nombre de demandes de branchement non satisfaites est considérablement réduit et, d’autre part, le nombre de nouvelles demandes est en baisse comme celui des nouvelles constructions. Enfin, les programmes d’équipement de production et de distribution lancés depuis quelques années commencent à entrer en service et comblent le déficit passé.

51Salâla dispose d’une centrale de 24 mégawatts. Les sept villes principales de l’intérieur et dix-neuf villages sont équipés de petites centrales autonomes. En raison de la faible densité d’utilisateurs et des distances – à l’exception de la région de la capitale – il n’existe pas de réseau interconnecté.

52Enfin un programme d’électrification rurale vient d’être achevé, qui dessert 27 agglomérations secondaires.

53Agriculture et pêche maritime. La direction générale de l’agriculture gère les équipements suivants :

  • six unités de production ;

  • sept unités de recherche et d’expérimentation ;

  • trois unités de démonstration ;

  • vingt-trois centres de vulgarisation ;

  • quatre sous-centres de vulgarisation ;

  • deux unités de conditionnement des dattes.

54La direction des pêches étudie actuellement les moyens nécessaires au développement de la pêche industrielle et artisanale, elle ne dispose pour le moment que des installations frigorifiques de Minâ’ Qâbûs et de Salâla.

c) Les équipements socio-culturels

55Ces équipements regroupent les services scolaires, la santé publique, l’enseignement technique, les centres d’aide sociale et les clubs de sports du ministère de la jeunesse.

56– Les équipements scolaires. Le système scolaire comprend :

  1. Un programme d’éducation de base de neuf ans, progressivement étendu à toute la population scolarisable. Il est composé d’un premier cycle de six ans offrant un curriculum commun à tous les élèves et un second cycle de trois ans comprenant des sections diversifiées, y compris l’initiation aux travaux manuels.

  2. Un programme secondaire offre actuellement trois années d’enseignement général, sous peu diversifié en sections d’enseignement général, technique, agricole et d’école normale d’instituteurs.

57Les équipements scolaires sont également utilisés pour le développement communautaire et l’enseignement des adultes.

58En 1978-79, les équipements scolaires comportaient 257 écoles primaires, 67 écoles intermédiaires (second cycle) et 9 écoles secondaires. Ces équipements sont gérés par 7 directions régionales situées à Ruwî, Suhâr, Buraymî, Bukha, Nizwâ, Sûr et Salâla.

59La politique de développement des équipements suit de très près la répartition de la population ; ses objectifs immédiats sont les suivants :

  • Remplacer les équipements provisoires par des constructions adéquates.

  • Développer les cycles primaires et intermédiaires pour obtenir des programmes complets de neuf ans.

  • Introduire dans les programmes d’enseignement une composante technique par la création de laboratoires de sciences et d’ateliers à vocation large, et développer les activités communautaires.

60Le développement de l’enseignement secondaire répond au double souci de former des cadres intermédiaires pour les élèves qui ne poursuivent pas leurs études au-delà et de préparer les autres à la poursuite de leurs études supérieures.

61– Les équipements de santé (cf. annexe 5). Les équipements de santé publique sont répartis dans toutes les zones habitées du pays. Ces équipements sont organisés en réseaux hiérarchisés et distribués de telle manière que chaque niveau soit adapté à la population située dans son aire d’attraction.

62Ces équipements sont, d’une part ceux de la médecine curative dont le dispensaire – ou dans certains cas l’unité mobile – est l’élément de base, et d’autre part, la médecine préventive dont le centre de santé publique constitue l’unité décentralisée.

63● La médecine curative repose sur les équipements suivants :

  • Les dispensaires, au nombre de quarante-sept, sont répartis dans tout le pays ; ils prodiguent des soins au niveau du village et des collectivités voisines.

  • Les unités mobiles sont des équipes itinérantes ; elles visitent les communautés qui ne disposent pas de dispensaires.

  • Les centres de santé, au nombre de douze, sont situés à Bahlâ’, Al-Baya, Bilâd Banî Bû’Alî, Bilâd Banî Bû Hasan, Bukha, Ibrâ, Khasab, Masîra, Musana’a, Qurayyât et Sinaw. Ces centres disposent d’une capacité de 19 à 24 lits, ils traitent les cas simples et les accouchements normaux. Les cas les plus sérieux sont acheminés vers l’hôpital du district ou vers l’hôpital principal.

  • Les hôpitaux de district, sept au total, sont édifiés à Buraymî, Nizwâ, Rustâq, Suhâr, Sumâyil, Sûr et Tanam. Ces hôpitaux ont une capacité de cinquante lits chacun ; ils comportent des services d’obstétrique, de gynécologie et de chirurgie. Les cas médicaux plus complexes et les interventions spécialisées sont évacués vers les hôpitaux principaux.

  • Les hôpitaux principaux constituent le sommet du réseau ; il en existe deux pour la région nord : Al-Nahda et Khawla, tous deux sont dans la région de la capitale. Un troisième, pour la région sud, a été mis en service en 1977 à Salâla. Ces hôpitaux sont pourvus de services spécialisés ; ceux de la région de la capitale fonctionnent de manière complémentaire.

64● La médecine préventive comporte deux échelons d’intervention :

  • Les unités de santé publique sont situées à Bahlâ’, Masîra, Mudayrib, Suhâr et Sûr.

  • Les complexes de santé publique supervisent l’ensemble et assument les responsabilités des grandes endémies, de l’hygiène et de la protection maternelle et infantile.

65L’action sociale, l’habitat populaire, les services de l’emploi et l’enseignement technique sont placés sous la responsabilité du ministère des affaires sociales et du travail.

66Tous ces équipements ont été réalisés en moins de dix ans. Pour la première fois et pour la majorité de la population, soins médicaux et établissements scolaires sont disponibles.

67L’ensemble de ces réalisations a profondément transformé le pays et les modes de vie.

68Le tableau ci-après illustre de quelle manière les ressources ont été mobilisées pour exécuter ce vaste programme d’équipement.

  • 4 Statistical Year Book, ibid., p. 131.

Investissements publics 1974-19784

Investissements publics 1974-19784

69On voit dans ce tableau que si le cadre a été rapidement et assez complètement aménagé, le contenu semble avoir été quelque peu délaissé. C’est ainsi que l’agriculture et la pêche – les deux secteurs qui concernent la majorité des Omanais – n’ont bénéficié en cinq ans que de 1,8 % des investissements, soit moins que l’hôtellerie et le tourisme réunis ! L’industrie et l’artisanat ont été également réduits à la portion congrue.

70Certes, il ne serait pas réaliste de s’attendre à ce que les secteurs productifs – pétrole exclu – aient pu absorber immédiatement une part importante des investissements publics alors que le pays ne disposait d’aucune des infrastructures indispensables. Il est clair que sans routes, sans ports, sans eau, sans électricité, il eût été malaisé de rénover le secteur rural et de promouvoir l’industrie. Il n’en demeure pas moins qu’après dix ans d’investissements massifs d’infrastructures, sans investissements directement productifs, la croissance de l’économie omanaise est fortement déséquilibrée.

71Les comptes nationaux indiquent une croissance de la production intérieure brute un peu supérieure à 10 % par an pour les cinq dernières années, mais cette croissance résulte de l’hypertrophie de certains secteurs et masque en partie le déclin de ceux qui constituent le cœur de l’économie (cf annexe 13). Pour appréhender le mode particulier de transformation de l’économie et les éléments de son déséquilibre il faut considérer l’évolution interne de chacun des secteurs-clés de l’économie. C’est ce que nous tenterons dans les pages qui suivent.

3. L’ÉCONOMIE RURALE ET LA PÊCHE

72Avant les découvertes pétrolières de 1967, l’économie rurale omanaise reposait sur l’agriculture, l’élevage, la pêche et l’artisanat de production. Ces activités formaient un tout et permettaient à une population qui ne dépassait pas 500 000 habitants de satisfaire l’essentiel de ses besoins alimentaires. Le niveau des exportations atteint dans les années 60 ne représentait qu’un maigre surplus : quelques produits agricoles et du poisson séché. Quant aux importations, elles ne couvraient qu’une gamme très restreinte de produits de première nécessité.

73Aussi grande qu’ait été la pauvreté de l’économie omanaise durant toute la première moitié du xxe siècle, il ne faut pas pour autant l’assimiler à une économie primitive. L’occasion nous a été donnée d’évoquer la diversité de ses activités et l’importance du commerce maritime, reflet d’un système économique complexe et relativement développé.

74La prospérité est aujourd’hui plus apparente que réelle. Les richesses que procure à l’État l’exploitation du pétrole sont attirées par quelques activités et quelques secteurs où elles tendent à se concentrer. Jusqu’à présent, l’État n’est pas parvenu à corriger les inégalités. L’orientation récente des investissements publics par lesquels s’opère en grande partie la redistribution des revenus accentue l’inégalité régionale et sociale. La primauté accordée aux grands projets d’infrastructure a pour effet de favoriser l’activité des entreprises commerciales de la capitale, qui connaissent un essor inconnu jusque là.

75En revanche, l’économie rurale continue d’être négligée, tout en subissant de plus en plus l’influence des transformations de la société omanaise.

3.1. L’agriculture

76Le climat désertique de l’Oman, où les précipitations irrégulières dépassent rarement 100 millimètres par an, interdit toute forme d’agriculture non irriguée.

a) Les techniques de l’eau

77Les techniques de l’eau donnent leur physionomie aux exploitations agricoles. La gestion de l’eau dicte dans une large mesure l’organisation de l’espace de la communauté villageoise et les modes de peuplement. La quantité d’eau disponible fixe une limite supérieure aux exploitations et proscrit la croissance des commu-nautés. Les règles de la répartition et les modes de gestion de l’eau structurent l’organisation des communautés : la hiérarchie sociale recoupe celle des droits d’eau. Contrairement à une opinion assez répandue, l’influence de ce facteur revêt en Oman des formes variées et adaptées aux différents contextes climatiques et topographiques de l’Oman du nord. C’est ainsi que le monde rural subit les contraintes des différentes techniques de l’eau en relation avec le peuplement et la production. Les modes de gestion et leurs liens avec l’organisation sociale sont étudiés par ailleurs.

78Les puits. Le système d’irrigation le plus répandu est celui des puits. L’exhaure était autrefois assurée par les animaux de l’exploitation, bœuf ou dromadaire. Aujourd’hui les moto-pompes ont remplacé les animaux de trait. Le puits proprement dit, très rudimentaire, est généralement creusé à moins de 10 m, sans parois de protection, et son diamètre dépasse souvent 6 m.

  • 5 Whitehead Consulting Group. Sultanate of Oman : economic survey. Muscat Government, 1972, p. 9 et s (...)

79Toutes les vallées du Hajar et les rares exploitations isolées de la zone des plateaux sont alimentées en eau par des puits. D’après le rapport Whitehead5, il existait en 1971 plus de 20 000 puits dans l’Oman du nord ce qui représente approximativement 18 000 exploitations et 27 000 ha cultivés. Pour approximatifs qu’ils soient, ces chiffres suggèrent que les 2/3 des exploitations sont tributaires de ce mode d’irrigation.

80Dans la plaine de la Bâtina – à l’exception de Rustâq situé en piémont –, toutes les exploitations sont irriguées par des puits. Le recours à ce mode d’irrigation explique la dispersion des exploitations caractéristiques des régions de plaine. La Bâtina présente un long cordon d’exploitations agricoles s’étalant parallèlement à la côte. Les anciennes exploitations ne disposaient que d’un puits et leur superficie ne dépassait guère en moyenne 1,5 ha. Depuis quelques années – et particulièrement dans la Bâtina et la plaine de Qurayyât – les forages se sont multipliés. Le plus souvent, ils sont effectués par des commerçants de Masqat propriétaires des exploitations maraîchères. Celles-ci couvrent plusieurs hectares – parfois plus de dix – et comptent plusieurs puits. Leur prolifération soulève des problèmes car les nouveaux puits, équipés de moto-pompes puissantes et situés en amont des anciennes exploitations, entrent en concurrence avec elles et menacent l’équilibre de la nappe.

81A l’heure actuelle, aucune législation ne réglemente ces nouveaux forages. Fait sans précédent en Oman, de nouvelles terres sont mises en valeur sans que les collectivités riveraines concernées aient la possibilité d’intervenir dans la gestion des ressources en eau.

82Les barrages. Des barrages équipent quelques sites privilégés : ceux du wâdî Dayqa et du wâdî Banî Khâlid. Quelques rares villages disposent également de barrages. Certains sont exécutés de telle sorte qu’ils collectent l’écoulement souterrain d’un cours d’eau. Cette technique est cependant peu répandue car rares sont les cours d’eau permanents en Oman. D’après les vestiges, ces barrages étaient sans doute plus nombreux autrefois qu’aujourd’hui. Nombre d’entre eux, détruits, n’ont pas été reconstruits. Il semble qu’ils aient eu une double fonction : celle de la collecte d’eau d’appoint pour l’irrigation et celle de régulateur de crues. Les superficies actuellement irriguées par des barrages sont vraisemblablement inférieures au millier d’hectares.

83Le captage des sources est rare ; il se pratique dans quelques exploitations de montagne, exceptionnellement dans des villages de piémont. Le débit de ces sources ne permet habituellement d’irriguer que quelques hectares.

  • 4 Voir le texte de Colette Le Cour Grandmaison, p. 373.

84La galerie drainante ou falaj. La technique de la galerie drainante est présentée par ailleurs4. Rappelons que le falaj ne se rencontre que dans la région des plateaux.

85Au total et très approximativement, 65 % des exploitations sont irriguées par des puits, 30 % le sont par falaj, 5 % ont recours à des barrages ou au captage des sources. Seule la construction de puits se poursuit à un rythme élevé. Les autres techniques de l’eau ne correspondent plus aux possibilités de main-d’œuvre des communautés qui, aujourd’hui, assurent tout au plus l’entretien des réseaux existants.

86Tributaires de ces systèmes d’irrigation qu’ils n’ont plus les moyens de développer, voire d’entretenir, les paysans ne parviennent à mettre en culture qu’environ 40 000 ha représentant 26 000 exploitations familiales et une population agricole de 130 000 à 150 000 personnes.

b) La production agricole

87Bien que la F.A.O. en ait été chargée en 1974, aucune enquête fiable n’a été réalisée depuis 1970-1971. Or, c’est précisément depuis cette date que sont intervenus les changements les plus importants. On ne dispose donc, pour apprécier l’évolution récente des surfaces et des cultures, que des observations faites sur le terrain. La seule référence disponible, que nous reproduisons ci-dessous, couvre la région côtière (la Bâtina, Rustâq et la plaine de Qurayyât) et l’intérieur, c’est-à-dire la zone des plateaux (cf. annexe 6).

88Ce tableau souligne la part prépondérante de la culture du palmier. Il fait également apparaître le faible pourcentage des céréales (blé et sorgho) cultivées seulement dans les exploitations de l’intérieur. Cette répartition des cultures illustre également le caractère marchand de l’agriculture. Rares sont en effet les exploitations qui présentent une gamme étendue de productions agricoles et animales. Certaines subsistent encore dans les hautes vallées du Hajar où leur isolement les a longtemps condamnées à une quasi autarcie.

89Dans les exploitations de l’Oman du nord, la culture du palmier-dattier fournit en général le principal apport monétaire ; la luzerne permet l’entretien d’un troupeau de petits ruminants, voire d’une vache. Dans la région de Nizwâ, l’agriculture semble s’être maintenue à un niveau suffisant pour permettre encore à l’unité familiale de vivre sur l’exploitation.

  • 6 Whitehead Consulting Group, ibid., p. 71.

Surfaces cultivées en 19716

Surfaces cultivées en 19716
  • 7 Toutain (G.). Évaluation agro-économique d’une unité phoenicicole familiale de 1 ha 50 de la région (...)

90M.G. Toutain7, qui a réalisé en 1979 la monographie d’une unité familiale de 8 personnes, estime le revenu net à 5 570 riyals et le revenu monétaire à près de 4 700 riyals, soit encore 700 riyals par tête, ce qui équivaut à 9 000 FF par an, autoconsommation comprise.

91Partout ailleurs, et plus particulièrement en Sharqîya, les exploitations n’atteignent pas de tels niveaux. L’entretien de nombreuses palmeraies n’est plus que sommairement assuré et les cultures vivrières ont disparu. Le manque d’eau – conséquence du mauvais entretien des systèmes d’irrigation – et l’exode des jeunes semblent être les causes principales de ce déclin.

92L’exemple de la Sharqîya constitue certes un cas extrême. Cette région, zone de départ d’importantes migrations vers l’Afrique orientale, ne doit sa survie qu’aux transferts monétaires dont elle a bénéficié depuis des siècles. Dans d’autres villages de moindre taille et dans d’autres régions, la palmeraie n’est demeurée que le cadre de vie de quelques familles dont les ressources proviennent des salaires des hommes travaillant à Masqat ou dans les Émirats ; grâce à ces transferts, le village maintient une apparence de vie locale.

93Bien qu’aucune statistique ne puisse le mesurer, le déclin de l’agriculture est incontestable. Il s’accélère en raison de l’exode des jeunes et, jusqu’à présent, l’administration n’est pas encore parvenue à réaliser les investissements indispensables à la rénovation du monde rural. Les services agricoles manquent tout à la fois de personnel qualifié et de thèmes de vulgarisation. L’organisation du crédit agricole est inexistante.

94Depuis 1971, on peut estimer à près de 50 000 le nombre des déplacements d’actifs, en particulier vers la capitale. De ce fait, bien des exploitations agricoles en sont réduites au niveau de la survie. La tradition, mais aussi la pénurie de logements qui sévit dans la capitale, font obstacle à l’exode rural.

95Certes, la construction des routes, l’établissement de dispensaires et d’écoles ont amélioré les conditions de vie des ruraux, mais l’appareil productif agricole continue de se dégrader. A de rares exceptions près, les investissements productifs sont très faibles et tant que la rénovation des aflâj et la réalisation de nouveaux forages d’eau n’auront pas été entreprises, la production agricole ne pourra que décliner.

  • 8 Current Economic Position and Prospects of Oman, op. cit., p. 26.

96Ainsi l’agriculture, qui constitue l’activité principale d’une partie importante de la population active – 55 % d’après les experts de la Banque mondiale –, occupe une part de moins en moins importante dans la production intérieure brute : moins de 3 % en 19788.

3.2. L’élevage

97L’élevage, plus pratiqué que l’agriculture, revêt en Oman une importance particulière ; il existe sous plusieurs formes :

  • associé à l’agriculture, dans le nord du pays ;

  • nomade, en dehors des zones d’habitat permanent ;

  • semi-nomade, dans les zones montagneuses du Dhufâr.

98Les informations disponibles relatives à l’élevage sont encore plus fragmentaires que celles qui concernent l’agriculture.

99La seule concentration importante de bovins se trouve dans les monts Qarâ’ qui dominent la plaine de Salâla. Ces pâturages naturels nourrissent de 40 à 50 000 têtes ; mais si la mousson et les précipitations annuelles permettent la croissance d’un fourrage de qualité de mi-juin à septembre, la longue saison sèche limite la taille du troupeau qui survit dans des conditions difficiles grâce à des apports extérieurs d’aliments : sardines séchées achetées par les éleveurs aux pêcheurs de Tâqa. Un centre d’embouche a été créé dans la plaine de Salâla, mais le nombre d’animaux reste limité. Les éleveurs des monts Qarâ’ sont avant tout intéressés par la production laitière, qui constitue la base de leur alimentation.

100Les exploitations agricoles disposent en règle générale d’ovins et de caprins, parfois d’une vache utilisée comme animal de traction pour les labours. Les chèvres pâturent sur de longs parcours à l’extérieur des villages et reçoivent en complément de la luzerne dont la culture est très répandue en Oman. Ces caprins jouent non seulement un rôle important dans la palmeraie par leur apport organique, mais constituent également un revenu appréciable. A l’époque des grandes foires précédant les fêtes religieuses, une chèvre de taille moyenne se vendait en 1978 pour une centaine de riyals, soit 1 300 francs.

101Les différentes formes d’élevages regroupent un troupeau d’environ 10 000 dromadaires, 70 000 bovins, 30 000 ovins et 140 000 caprins ; il est évident que ces chiffres ne constituent qu’un ordre de grandeur. Le nombre des abattages et la quantité de viande de boucherie ne sont pas connus.

102Bien que le véhicule tout terrain soit de plus en plus utilisé pour les transports, l’élevage du dromadaire se maintient encore et donne lieu à des ventes soit pour la boucherie, soit pour la course.

103Les dromadaires de l’Oman, de petite taille, sont très réputés pour leur aptitude à la course et, aux foires annuelles, des acheteurs venus des Émirats n’hésitent pas à payer plus de mille riyals, soit 13 000 F, une femelle dressée.

104On a récemment assisté à la création d’élevages industriels de volailles pour les œufs et la chair. Les élevages visant la production laitière en sont encore au stade semi-expérimental. Les initiatives privées se multiplient alors que des projets gouvernementaux connurent des fortunes diverses, aussi l’administration se cantonne-t-elle de plus en plus dans les fonctions d’expérimentation et d’encadrement vétérinaire.

  • 9 Statistical Year Book. Development Council, op.cit., 6th issue, 1397 AH/1977 AD, p. 91 et Quarterly (...)

105Les importations de viande et d’animaux vivants, qui représentaient 0,182 million de riyals en 1971, atteignaient 8,3 millions en 19799. Le montant actuel de ces importations est vraisemblablement supérieur à la valeur de l’ensemble de la production animale omanaise.

106Ainsi, la production intérieure ne satisfait-elle plus qu’une faible part de la consommation ; l’élévation du niveau de vie de la population urbaine et son accroissement rapide ont ouvert un marché de plus en plus couvert par les importations. La production animale aurait dû suivre cette ouverture du marché, mais il semble que pour les raisons énumérées ci-dessus, elle ait plutôt diminué.

3.3. Les pêches maritimes

  • 10 La société américaine MARDELA qui a remis ses conclusions en 1975 : MARDELA. Marine Resources Devel (...)

107Les pêches maritimes constituent le troisième volet de l’économie rurale omanaise ; ce pourrait être le plus important des trois. En effet, le pays dispose de près de 2 000 kilomètres de côtes bordant des zones de pêche – mer d’Oman, océan Indien – dont la richesse ichtyologique les classe parmi les premières du monde. Deux études ont été réalisées pour évaluer cette richesse : la première a été confiée à une société privée10, la seconde se poursuit dans le cadre du projet de l’océan Indien patronné par les Nations Unies. Les résultats de ces travaux de recherche sont difficilement comparables car ils procèdent de démarches différentes et font apparaître des divergences notables dans l’estimation du potentiel. Selon ces sources, il semblerait que le potentiel annuel des captures porte sur un million et demi de tonnes de sardines, trois cent mille tonnes d’espèces diverses et soixante mille tonnes de thonidés – le thon à nageoire jaune principalement -pour ne citer que les catégories les plus importantes.

108Même en supposant – ce qui n’est pas nécessairement le cas – que ces estimations soient surévaluées, la richesse des eaux territoriales apparaît plus que suffisante pour couvrir les besoins du marché national et permettre dans le même temps une activité d’exportation importante à l’échelle de l’Oman. L’exploitation du tiers seulement de ce potentiel représenterait plus de dix fois la valeur totale de l’actuelle production de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche.

  • 11 Bertram (G.C.L.). The Fisheries of Muscat and Oman. Muscat, 1948.

109Le passé de ce secteur semble justifier son avenir. Si l’on en croit une étude réalisée par le Dr. Bertram en 194811, les captures annuelles dans le seul nord de l’Oman s’élevaient alors à 100 000 tonnes. Cette même étude indique que 60 000 tonnes de poisson traité étaient exportées vers l’Afrique de l’Est et l’Europe. Les évaluations de captures sont vraisemblablement de simples approximations. Par contre, l’auteur signale avoir pu consulter les registres des principaux marchands exportateurs de Masqat ; les chiffres indiquant le volume des exportations correspondraient donc bien à la réalité.

110Qu’est-il advenu de cette richesse ? En 1976, à dire d’expert, les captures n’atteignaient pas 15 000 tonnes, soit à peine 15 % de la production d’il y a trente ans. A l’heure actuelle, la production couvre moins de la moitié des besoins du marché et les exportations ont totalement disparu.

111Le déclin de la pêche artisanale, s’il a bien l’ampleur que suggère le rapprochement des sources citées ci-dessus, constitue un véritable effondrement, dont les causes exactes n’ont pas encore été élucidées ; nous ne pouvons que suggérer des explications partielles. L’exode rural a certainement joué un rôle important ; il est vraisemblable que les migrations ont affecté d’abord cette profession de pêcheurs socialement dévalorisée et réputée dangereuse. La rupture partielle des relations privilégiées qu’entretenait l’Oman avec l’Afrique de l’Est a également contribué à restreindre l’accès de ce marché, entraînant des conséquences sur la production. Enfin, les complémentarités multiples qui jouaient entre la pêche, l’élevage et l’agriculture se sont distendues. Comme nous l’avons déjà évoqué, les produits de la pêche étaient largement utilisés comme aliment pour le bétail au Dhufâr et comme engrais organique dans les palmeraies, un peu partout en Oman. Ces utilisations n’ont pas cessé, mais ont été sensiblement réduites.

112Même en imaginant que ces trois facteurs de déclin se soient combinés en une chaîne d’effets multiplicateurs négatifs, ils ne semblent pas suffisants pour justifier l’état actuel de la pêche artisanale. Cela d’autant moins que dans le même temps sont apparus le filet de nylon et la motorisation des pirogues dont les effets sur la productivité auraient dû être considérables.

113Au Sénégal, par exemple, la motorisation des pirogues et l’introduction du filet de nylon vers la fin des années cinquante ont permis aux pêcheurs de quadrupler leur productivité. En Oman, l’apparition des mêmes innovations, dans un contexte technique et commercial similaire, n’a pas eu les mêmes effets.

114Quoi qu’il en soit, le déclin de la pêche artisanale semblerait aujourd’hui freiné. La construction d’installations frigorifiques, la production de glace et l’existence d’un réseau routier ont transformé radicalement les conditions d’approvisionnement du marché. La distribution de poisson sur glace atteint désormais tous les centres de l’intérieur ; cet élargissement du marché, offrant maintenant des produits frais à prix élevés, devrait normalement stimuler la production. L’absence d’enquêtes et de statistiques ne permet malheureusement pas de vérifier si l’économie de ce secteur suit effectivement l’évolution que suggèrent la logique et les progrès techniques.

115Depuis 1976, la pêche industrielle a fait son apparition, le gouvernement ayant passé un accord avec une société japonaise. Aux termes de cet accord, quatre chalutiers congélateurs de 1 500 tonnes ont opéré pendant deux ans dans le golfe de Masîra : 40 % des prises étaient propriété de l’Etat, celles-ci pouvant être vendues sur le marché intérieur ou exportées pour le compte de l’Etat par la société japonaise. En 1978, un accord similaire a été passé avec une société coréenne. Il ne s’agit que de simples concessions de pêche dont le principal mérite est d’assurer l’approvisionnement de la capitale dans des conditions avantageuses. La contribution de ces concessions au développement est insignifiante, voire négative, car elle n’associe en aucune manière le milieu des marins-pêcheurs.

116A ce jour, la contribution la plus importante de l’Etat, celle aussi dont les effets ont été les plus bénéfiques, a été la création d’entrepôts frigorifiques et d’unités de production de glace. En 1978, seules les villes de Masqat et de Salâla étaient dotées de ces équipements ; un programme est actuellement en cours d’exécution pour équiper les principaux ports de pêche – Suhâr, Qurayyât, Sûr -et d’autres lieux vers lesquels convergent les apports des pêcheurs omanais.

117La méconnaissance que les Omanais ont de ce secteur et de la communauté des pêcheurs n’est sans doute pas étrangère à l’absence de politique de développement et de projets susceptibles de relancer une activité dont l’avenir semble pourtant prometteur.

3.4. Les contrecoups de la prospérité sur le monde rural et pêcheur

118L’Oman d’aujourd’hui donne l’image presque caricaturale de la dualité : celle des réalisations récentes et des nouveaux modes de vie auxquels la capitale offre un décor nouveau ; celle aussi d’un passé apparemment figé dans la tradition des communautés d’oasis, qui donnent à bien des égards le sentiment d’un repli sur soi, à l’écart des temps modernes et de l’affairisme de Masqat.

119Cependant l’économie rurale, comme le milieu rural dans son ensemble, ne poursuivent pas une existence propre à l’écart des transformations que subit la capitale. Le caractère marchand de cette économie rurale, sa dépendance à l’égard du commerce international et peut-être plus encore les solidarités qui unissent les membres des communautés villageoises, contribuent à la propagation du changement. Depuis quelques années déjà, des facteurs de transformation affectent directement ou indirectement le monde rural et infléchissent son devenir. Ces facteurs n’ont fait l’objet d’aucune étude. Mal connus, non mesurés, ils sont néanmoins perceptibles dans leurs manifestations immédiates. Trois phénomènes semblent le modifier plus particulièrement : le salariat et les migrations, le développement de la scolarisation et l’ouverture du marché.

a) Le salariat et les migrations

120L’apparition de l’économie pétrolière a eu pour première conséquence le développement très rapide du salariat, au Kuwait tout d’abord, puis dans les Émirats, enfin en Oman, surtout dans la région de la capitale.

121Un peu partout a commencé l’exode rural. Les jeunes entre 18 et 30 ans ont loué leurs services aux commerçants, aux entreprises, aux sociétés de travaux publics ; ils ont aussi rejoint les rangs des armées, dans les Émirats ou en Oman.

122Les effets de ces départs sont nombreux ; tout d’abord, le nombre d’actifs dans l’agriculture, mais surtout dans la pêche, a été réduit. C’est, avons-nous vu, l’une des raisons majeures de l’effondrement de cette dernière activité. Dans l’agriculture, il est impossible d’apprécier l’impact de ces départs sur les surfaces et les récoltes. Avant que ces migrations ne se manifestent, le sous-emploi dans l’agriculture était général ; il est vraisemblable que, dans un premier temps tout au moins, la réduction du nombre d’actifs n’a pas eu de conséquences marquées sur la production. Il n’en est plus de même aujourd’hui en raison de l’importance de ces départs. On peut d’ailleurs constater que, dans certains villages, seule la palmeraie fait encore l’objet de soins, les champs extérieurs ayant été partiellement voire totalement abandonnés.

123L’apparition du salariat, qui concerne maintenant des dizaines de milliers de ruraux, se manifeste également par des transferts monétaires substantiels au regard des revenus que permet de dégager l’exploitation moyenne. Très approximativement, le départ d’un actif permet de doubler le revenu monétaire d’une famille d’agriculteurs. D’après quelques interviews d’Omanais travaillant dans les Émirats, on peut estimer entre 900 et 1 500 riyals les sommes transférées annuellement à la famille demeurée au village.

124Les conséquences de ces apports monétaires sont aisément perceptibles dans les villages et les exploitations. Les petits commerçants, il y a peu de temps encore, n’offraient à leur clientèle qu’une gamme très restreinte de produits de première nécessité : le riz, le sucre et le pétrole lampant. Aujourd’hui, même dans les villages les plus reculés, des produits nouveaux ont fait leur apparition : lait en poudre, conserves de toutes sortes qui prennent une importance croissante et modifient les pratiques alimentaires. Les textiles, les plastiques et les détergents sont maintenant disponibles partout en Oman, reléguant au rang de curiosités les tisserands, les ferblantiers, les potiers, les fabricants de vanneries et de filets de pêche, autant d’activités en voie de disparition.

125L’artisanat de production, autrefois intimement associé à l’agriculture ou à la pêche dont il était une activité de complément, a été très directement affecté. Incapable de lutter contre la concurrence des nouveaux produits, il est aujourd’hui moribond. A cet égard, le cas des tisserands est exemplaire car il a entraîné la quasi disparition de la culture du coton utilisé pour la fabrication des « huzar » ; de même, les éleveurs ont cessé de tondre leurs moutons et leurs dromadaires car le tissage des tapis et des toiles de tente a disparu.

126L’artisanat de production est une activité socialement peu valorisée : l’apparition de ressources monétaires nouvelles et les modes de consommation largement diffusés par les immigrants le condamnent à disparaître avec les générations plus âgées. Mais en même temps, apparaissent de nouveaux artisanats : la construction et les activités qui lui sont associées, la mécanique et le travail des métaux -pour ne citer que les manifestations les plus répandues – remplacent les métiers traditionnels. Ces activités nouvelles sont le plus souvent exercées par d’anciens travailleurs émigrés revenus au village riches d’un petit capital et d’une expérience professionnelle acquise à Dubayy ou à Abu Dhabi.

127Autre conséquence de l’épargne réalisée par les travailleurs émigrés : des biens d’équipement, inconnus ou peu répandus jusqu’alors dans les exploitations agricoles, trouvent aujourd’hui une large diffusion. C’est la cas des moto-pompes dont quelques exploitations sont dotées. Grâce à cet équipement, ces exploitations ont pu rénover leur système d’irrigation, entreprendre souvent de nouvelles cultures – le maraîchage en particulier – et étendre parfois la surface de l’exploitation. Ces quelques exemples constituent cependant des exceptions.

128Au stade actuel, il est bien difficile de dresser un bilan précis des conséquences de la migration des ruraux vers les centres urbains. Dans cette phase initiale, les solidarités tribales et familiales jouent très fortement, ce qui atténue certains effets négatifs de la migration et lui confère parfois un rôle positif pour l’économie rurale elle-même. Des exemples suggèrent que ces migrations n’ont pas nécessairement un caractère définitif. Dans bien des communautés, l’ouverture à l’innovation est due pour une bonne part à la présence d’hommes dans la trentaine, ayant passé cinq à dix ans dans les villes de la péninsule Arabique, voire en Afrique. Grâce à leurs économies et à leur expérience, ils contribuent à transformer positivement leur communauté. Si ces migrations continuaient à n’être que temporaires, elles constitueraient à terme l’un des facteurs les plus efficaces de la transformation du monde rural. Combien de temps les solidarités qui jouent si fortement au sein des collectivités et influencent encore les comportements actuels résisteront-elles aux valeurs et modes de vie modernes et urbains ? Voilà la question essentielle.

b) La scolarisation

129La scolarisation constitue un second et puissant facteur de transformation du monde rural. Comme on l’a vu, le système éducatif a été rapidemment développé sur l’ensemble du pays. Il n’y avait que 900 élèves dans les écoles primaires en 1969 ; lors de l’année scolaire 1979-80, le nombre d’inscrits dans les différentes écoles dépassait 65 000. La scolarisation atteint maintenant les zones les plus reculées du pays (cf. annexes 7 et 8).

130Dans l’immédiat, certaines conséquences sont apparues dans les exploitations. De tout temps, les jeunes garçons et filles ont été associés aux travaux agricoles ; c’est à eux qu’incombaient plus particulièrement le gardiennage des troupeaux et une série de travaux d’appoint tels que le ramassage du bois, ou la corvée d’eau... Cette force de travail est d’autant plus importante que le nombre d’actifs n’a cessé de décroître depuis des années. Actuellement, le développement de la scolarisation réduit cette force d’appoint que constituent les jeunes en âge scolaire. La première conséquence en est la réduction de l’élevage des ovins et des caprins.

131Faute de coordination entre les programmes agricoles et éducatifs, les innovations indispensables qui auraient pallié ces difficultés n’ont pas été introduites en temps voulu.

132A plus long terme, il ne fait guère de doute que la scolarisation des ruraux aura pour effet d’accélérer les migrations. Seules l’étroitesse des liens familiaux et la solidarité du groupe peuvent les ralentir, mais il est certain que les jeunes, une fois scolarisés, n’accepteront plus les contraintes de l’ancienne organisation de la production. Il sera donc indispensable de leur offrir des activités dans un cadre modernisé.

133En dix ans, ni les recherches appliquées, ni les centres de vulgarisation ne sont parvenus à élaborer des programmes de développement adaptés à la transformation du monde rural ; ce retard risque d’accélérer l’exode des jeunes certifiés vers les emplois salariés qui s’offrent en grand nombre à Masqat et dans les Émirats.

134Si, dans les années à venir, rien n’était tenté pour rénover le monde rural et préparer le maintien des jeunes dans ces activités multiples qui font la vie des villages de l’intérieur, l’extension de la scolarisation pourrait entraîner à terme un véritable effondrement de l’activité économique des villages de l’Oman.

c) L’ouverture du marché

135De 1932 à 1970, sous le règne de Sa’îd ibn Taymûr, l’Oman s’est trouvé coupé du monde extérieur.

136Le marché intérieur était alors restreint à la fois par la faiblesse extrême des revenus et par les difficultés des échanges.

137Avec l’ouverture du port de Mutrah en 1974, l’isolement fut rompu ; les communications internes se transformèrent dès 1975, lorsque les premiers grands axes routiers furent mis en service.

138Les conséquences de cette ouverture ont été multiples ; dans leurs grandes lignes, ce sont celles que l’on trouve généralement associées aux premières phases du développement dans la plupart des pays. Mais en Afrique de l’Ouest, par exemple, il a fallu plusieurs décennies pour réaliser le réseau primaire de commu-nication. Cette progressivité a laissé aux échanges un temps relativement long d’adaptation ; c’est aussi progressivement que s’est dégagée la hiérarchisation des bourgs et des villes ; dans certains cas, la réalisation des équipements a fait l’objet d’une véritable politique d’aménagement.

139On ne trouve pas trace en Oman de telles transitions car toutes les étapes ont été franchies en moins d’une décennie. Les choix faits pour les équipements les plus structurants – routes et équipements sociaux – n’ont pu tenir compte ni d’une politique d’ensemble, ni même d’une simple coordination entre les projets. C’est bien là d’ailleurs une des particularités du développement de l’Oman dans les années soixante-dix : une rapidité extrême dans l’exécution des grands projets et l’absence de politique formalisée au moment des choix.

140La mise en service des infrastructures routières a permis le développement de transports routiers à grande distance, offrant à bas prix des possibilités inconnues jusqu’alors. Grâce à cela, une gamme étendue de produits d’importation nouveaux a été acheminée dans les villages les plus reculés. Dans le même temps, le marché de la capitale, en expansion très rapide, est devenu accessible et la production agricole a vu ses débouchés s’ouvrir brutalement. Cette production agricole, peu diversifiée et peu adaptée à ce nouveau marché, a été peu touchée dans un premier temps. Les deux productions qui ont été immédiatement affectées par cette extension du marché ont été le petit élevage et la production du fourrage, la luzerne en particulier. Les prix de la viande sur pied ont connu une flambée sans précédent. Au moment des fêtes, les acheteurs de Masqat, de Dubayy et d’Abu Dhabi ont convergé en nombre inhabituel vers les marchés traditionnels. Les éleveurs nomades et les agriculteurs-éleveurs ont vu le produit de leurs ventes annuelles atteindre quatre à cinq fois le niveau antérieur.

141La luzerne qui ne faisait auparavant l’objet que d’une commercialisation restreinte devint un produit très recherché par des acheteurs venant de Masqat et d’Abu Dhabi. En quelques mois, la botte de deux kilos se traita couramment à cent et cent cinquante baïzas, soit cinq à dix fois sa valeur antérieure. Très vite, une pénurie apparut et cette flambée des prix incita nombre de petits éleveurs à réduire leur cheptel, afin de disposer pour la vente de quantités accrues de fourrage. Bien que l’on ne dispose pas d’information chiffrée, il est probable que ces achats de fourrage par la population des villes ont eu pour effet de réduire sensiblement la production animale, et cela en dépit de l’accroissement des prix de la viande sur pied. Il a suffi pour cela que les prix relatifs soient curieusement et brutalement modifiés au profit du fourrage pour inciter les agriculteurs à réduire leurs troupeaux ; d’autres facteurs, que nous évoquerons plus loin, ont joué dans le même sens.

142Les autres productions de l’économie rurale auxquelles l’ouverture du marché aurait pu largement profiter sont la production légumière et la pêche maritime.

143Pour cette première production, les effets ont été jusqu’à présent limités et circonscrits à quelques zones privilégiées. En l’absence de services de vulgarisation agricole adéquats, le paysannat n’est guère parvenu à augmenter ces productions pour lesquelles le marché de la capitale et ceux des Émirats offraient pourtant des débouchés importants et rémunérateurs. Ce sont les marchands de Masqat qui, dans ce domaine, ont pris l’initiative, investissant des sommes importantes dans la création d’exploitations généralement situées dans la Bâtina. Ces exploitations, dont le nombre ne cesse de croître, sont maintenant en mesure de fournir une part importante de l’approvisionnement de la capitale.

144Ainsi, la rapidité de l’ouverture du marché et l’impossibilité dans laquelle s’est trouvée l’administration de mettre en place des opérations d’accompagnement ont privé le paysannat de ressources nouvelles et n’ont pas contribué à la redistribution des revenus. Bien au contraire, l’activité agricole nouvelle semble pour le moment être l’apanage des classes déjà privilégiées de la ville.

145La pêche artisanale aurait dû bénéficier largement de la mise en service du réseau routier. La possibilité nouvelle offerte aux ports de pêche de l’Oman d’expédier du poisson frais dans tous les points du pays pouvait créer les conditions d’un renouveau de cette activité. Certes, quelques villages de la Bâtina, Qurayyât, Sûr et Duqum connaissent aujourd’hui une activité sensiblement supérieure à ce qu’elle était avant l’ouverture des routes. Le poisson séché cède la place au poisson frais, distribué maintenant dans les villages reculés ; les prix en sont élevés car la demande l’emporte largement sur l’offre. Cependant les effets sur le redéveloppement de cette activité sont jusqu’à présent limités et la production stagne en dépit des circonstances favorables.

146En l’absence d’enquête sur ce sujet, nous suggérons une hypothèse plausible : l’effondrement des effectifs, d’une part, et l’élévation de l’âge moyen des pêcheurs, d’autre part, n’ont pas permis à ces derniers de tirer parti des circonstances qui s’offraient à eux.

147Dans ce domaine également, l’administration n’est pas parvenue à aider les pêcheurs en concevant et en appliquant en temps voulu les opérations d’accompagnement nécessaires.

PHOTOS 16 et 17. – Aspects de la modernisation dans le sultanat d’Oman.

Ci-dessus, barques de pêcheurs équipées de moteurs hors-bord, dans un petit port près de Masqat. Ci-dessous, maisons à Madîna Qâbûs, « la ville de Qâbûs », exemple réussi d’architecture moderne inspirée par le contexte local (Photos et légende : Paul Bonnenfant).

148En accordant des concessions de pêche à des armements étrangers, l’administration semble même mener une politique opposée au développement de cette activité.

149Au terme de cette première décennie de prospérité faisant suite à un siècle d’extrême pauvreté, un vaste réseau d’infrastructures économiques et sociales a donc été mis en place, mais l’économie rurale dans son ensemble n’a guère eu la possibilité de s’y adapter et d’en tirer parti pour son développement.

150Ajoutons enfin que la décadence de l’économie rurale tient également au faible intérêt manifesté par l’administration pour ce secteur d’activité et au fait que les initiatives privées sont, comme toujours, attirées par les activités commerciales ou immobilières offrant dans la région de la capitale des possibilités de profits particulièrement élevés. La concentration des richesses aux mains de la bourgeoisie marchande de Masqat n’est pas faite pour atténuer les disparités régionales et sociales.

151Ainsi, après ces dix années d’opulence, le monde rural apparaît-il affaibli et son déclin se poursuit. L’économie rurale vue à travers les comptes nationaux ne représente plus qu’une part dérisoire de la production intérieure brute. La valeur ajoutée de ce secteur qui était estimée à 14,3 millions de riyals en 1967, soit 40 % de la P.I.B., était, dix ans plus tard, de 20 millions de riyals et ne représentait plus que 3 % de la P.I.B. Ces estimations étant faites en riyals courants, il ressort de ce rapprochement que la production de l’économie rurale exprimée en termes réels a été réduite de moitié, dans le meilleur des cas.

152Si l’économie rurale joue encore un rôle majeur en terme d’emploi, sa contribution décroissante au revenu national souligne l’extrême faiblesse de sa productivité.

153Les experts de la Banque mondiale estiment que l’agriculture, l’élevage et la pêche combinés présentent un potentiel annuel de croissance de 13 % (cf. annexe 9). Pour que cette affirmation se vérifie dans les faits, il apparaît indispensable qu’un certain nombre de conditions soient remplies : définition de politiques, mise au point de projets, renforcement des services de vulgarisation, allocation des ressources indispensables... autant de conditions qui n’ont pas été réunies jusqu’à présent.

4. L’ÉCONOMIE NOUVELLE

154Nous avons décrit dans les pages précédentes ce qu’ont été les réalisations dans le domaine des équipements économiques et sociaux et ce qu’il advient de l’économie rurale. Il nous reste à considérer l’économie nouvelle et la contribution de l’État à sa gestation.

4.1. Les nouveaux secteurs de l’économie

a) L’industrie

155Inexistante avant 1970, l’industrie a fait depuis une timide apparition. Pénurie de travailleurs, difficultés d’approvisionnement en raison de l’engorgement du port de Mutrah, caractère rudimentaire des équipements, précarité de la distribution d’électricité, étroitesse du marché : autant de contraintes qui expli-quent en partie la modestie des réalisations dans ce domaine.

156En l’absence de recensement, il est difficile d’établir la liste des activités de ce secteur ; il est tout aussi difficile de distinguer l’industrie proprement dite d’un artisanat de production au demeurant assez dynamique. On peut tout au plus citer les principales réalisations ;

  • dans le secteur agro-alimentaire, le traitement et le conditionnement des dattes, la fabrication de boissons gazeuses, les usines de conditionnement de produits laitiers et la minoterie qui traitent des matières premières importées, représentent une dizaine d’unités de production ;

  • les matériaux de construction constituent un secteur en rapide expansion : produits en amiante-ciment, dallages, huisseries métalliques... sont fabriqués par une douzaine d’entreprises moyennes ou petites. Seule une unité de production d’amiante-ciment présente les caractéristiques d’une véritable industrie par son organisation et par sa taille ; sa production couvre non seulement les besoins du marché intérieur, mais est exportée pour sa plus grande part vers les Émirats et l’Arabie Saoudite ;

  • la chaudronnerie légère, une fabrique industrielle de meubles, une unité de gaz liquéfiés et quelques autres activités plus proches de l’artisanat de production que de l’industrie constituent l’inventaire à peu près complet des créations de ces dernières années.

  • 12 Estimation de l’auteur.
  • 13 Follow-up Report on the First Development Plan. Sultanate of Oman, Development Council, Results of (...)
  • 14 Follow-up Report on the First Development Plan, ibid., Table No. 8, p. 25.

157L’ensemble de ces activités procure des emplois stables à environ 4 000 salariés, et représente 3 % de l’ensemble des emplois du secteur privé12. L’investissement industriel privé pendant la période 1976-1979 est estimé à 51,4 millions de riyals – 150 millions de dollars – soit 15 % environ de l’ensemble des investissements privés13. Dans le même temps, l’État n’a consacré à l’industrie que 5,3 millions de riyals – 15 millions de dollars – ne réalisant pas le quart des objectifs pourtant modestes du plan de développement14. Au total la contribution de l’industrie dans la production intérieure brute ne représente que 1,2 %.

158Certes, dix années sont un laps de temps trop court pour doter l’Oman d’une structure industrielle, même élémentaire. Par contre, cette courte histoire nous apparaît remarquable par le nombre d’actes manqués qu’elle comporte.

159Des projets visant à la valorisation des hydrocarbures (pétrole et gaz), à la construction d’une cimenterie et à l’exploitation d’autres ressources minières du pays ont été élaborés. Aucun d’entre eux n’a fait l’objet d’un début d’exécution à la fin de 1979. Ce sont précisément de tels projets qui, dans la gamme très restreinte des possibilités, étaient les plus aptes à faire jouer les effets multiplicateurs et à s’inscrire dans les cases stratégiques de la matrice de cette économie nouvelle.

160Sans minimiser les difficultés réelles d’une industrialisation dans le contexte omanais, on ne peut que constater l’absence de politique dans ce domaine et de réalisations tangibles pour désenclaver la production pétrolière.

b) La construction

  • 15 Estimation de l’auteur.

161En 1970, Masqat et les petites villes voisines : Mutrah, Ruwî et Sîb comptaient quelques milliers d’habitants. Dix ans plus tard, une connurbation est en cours de création, elle s’étale – en raison de la topographie du site – sur une quarantaine de kilomètres et regroupe aujourd’hui une population d’environ 120 000 habitants15.

162Cette urbanisation très rapide s’est traduite, particulièrement pendant la période 1970-76, par une pénurie de logements en dépit d’un essor considérable de la construction.

163Afin d’organiser le cadre de cette urbanisation, les services administratifs ont élaboré plusieurs schémas d’aménagement. Pour diverses raisons, dont le manque de personnel qualifié, ces plans ne sont pas sortis des cartons. Hormis la réalisation d’un minimum d’infrastructures et la construction d’édifices publics, l’État n’est guère parvenu à faire davantage que d’accompagner avec retard le « boom » de la construction. C’est essentiellement l’initiative privée qui a créé la ville.

164Les conséquences économiques et sociales de la croissance urbaine dans la région de la capitale, mais aussi à Salâla et, depuis peu, dans quelques centres de l’intérieur, sont multiples. L’analyse de ces conséquences exigerait une information qui n’est pas disponible.

165Néanmoins deux effets directs et aisément perceptibles du développement de la construction sont, d’une part, la création d’entreprises et d’autre part, l’attraction des capitaux omanais.

  • 16 Quarterly Bulletin on main economic indicators, op. cit., pp. 22 et 23.

166Les chiffres officiels font état de plus de 1 600 entreprises du bâtiment16.

167Ce recensement, regroupant sous la même rubrique le petit artisanat et les sociétés employant plusieurs centaines de travailleurs, est inadéquat pour mesurer l’importance du secteur. D’après nos propres estimations, les activités du bâtiment comptent environ 8 000 salariés omanais, soit approximativement 20 % des salariés du secteur privé.

168Le boom de la construction appartient maintenant au passé ; plusieurs grandes entreprises étrangères, celles qui ont réalisé la plupart des projets jusqu’en 1977, ont depuis quitté l’Oman, ce qui devrait permettre aux entreprises locales d’accroître leur part du marché et leur niveau d’activité.

169La construction a été et continue d’être l’un des principaux secteurs de profit pour ceux des nationaux qui disposent des capitaux nécessaires. Les sommes investies annuellement sont évaluées à 111,7 millions de riyals, ou 335 millions de dollars.

170Ce montant représente plus du double de l’investissement privé réalisé dans l’industrie et l’artisanat de production pendant la même période.

  • 17 Follow-up Report on the First Development Plan, op. cit., Table No. 1, p. 28.

171Dans la région de la capitale, la construction revêt un caractère hautement spéculatif. Bien que ses coûts aient été élevés, malgré les bas salaires des travailleurs du bâtiment, les profits réalisés ont été considérables. En 1976, on estimait en effet que cinq années de loyers représentaient une somme équivalente à l’investissement initial, terrain compris. Les comptes nationaux reflètent cet état de fait : en 1979, les revenus de la propriété bâtie s’élevaient à 26,3 millions de riyals (79 millions de dollars) c’est-à-dire un montant presque équivalent aux revenus de l’ensemble de l’économie rurale17 !

172Les conséquences de cette situation sont variées, mais il est clair que ce secteur de profit attire de manière privilégiée les capitaux privés et les détourne des activités de production. Compte tenu de l’origine de ces capitaux privés, question que nous aurons l’occasion d’évoquer plus loin, la spéculation immobilière a largement contribué à concentrer la richesse au profit d’un groupe restreint.

173Le secteur de la construction représente néanmoins un élément important de l’économie nouvelle, car il serait susceptible de jouer un rôle moteur sur le reste de l’économie. Il faudrait pour cela que la politique tienne compte des flux inter-industrie qui se situent en amont de cette activité.

c) Le commerce

  • 18 Voir C. Le Cour Grandmaison. Présentation de l’Oman, texte ci-dessus, p. 263.

174Dès le ixe siècle, la ville de Suhâr commerçait avec la Chine ; au début de la seconde moitié du xixe siècle, le port de Masqat a connu une activité particulièrement intense ; de même Sûr a longtemps joué un grand rôle dans les échanges avec l’Inde et l’Afrique de l’Est18. Le commerce représente donc une tradition séculaire de la population des villes côtières.

175Depuis dix ans, ce sont probablement les activités commerciales qui ont été le plus bouleversées par les retombées du pétrole. La transformation de ce secteur revêt plusieurs aspects économiques aisément identifiables. Nous n’abordons ici que les aspects économiques les plus apparents.

176L’arrivée brutale des revenus pétroliers s’est traduite immédiatement par l’accroissement des importations, non seulement des machines, matériaux et équipements indispensables à la réalisation des grands projets, mais aussi de tous les produits liés à l’élévation du niveau de vie et à la présence en Oman d’une population étrangère nombreuse, disposant d’un pouvoir d’achat élevé.

  • 19 Pour 1970 : Statistical Year Book, op. cit., 1978, p. 99. Pour 1979 : Follow-up Report on the First (...)

177En 1970, la valeur des importations était de 7,6 millions de riyals (2,5 millions de dollars) ; en 1979, elle atteignait 430,5 millions de riyals (143,5 millions de dollars), soit plus de cinquante-cinq fois plus19. Le fait que cette comparaison soit exprimée en monnaie courante ne modifie guère le caractère explosif de cette croissance.

178L’évolution de la structure des importations souligne l’orientation de la demande intérieure vers les biens de consommation (cf. tableau ci-dessous).

179En fait, cette orientation est plus marquée encore que ne le suggèrent les chiffres, car la période considérée correspond à la phase des grands projets dont la réalisation exigeait un recours massif aux biens d’équipements et aux produits intermédiaires en provenance des pays industriels.

180Comme nous avons déjà eu l’occasion de l’évoquer, cette structure est révélatrice de l’incapacité de l’économie omanaise à tirer parti de l’effet stimulant que représente la croissance du marché intérieur.

  • 20 Pour 1972 et 1976 : Statistical Year Book, op. cit.. 1980, Table No. 83, p. 99. Pour 1979 : Follow- (...)

Évolution de la structure des importations en 9620

Évolution de la structure des importations en 9620

181L’essor du commerce s’est traduit par de très nombreuses créations d’entreprises et d’emplois. En 1980, les services de la statistique ont recensé 7 452 entreprises commerciales, ce qui correspond approximativement à un commerce pour 150 habitants. La dispersion de la distribution sur l’ensemble du territoire est une réalité et nous avons eu l’occasion d’évoquer précédemment la pénétration des produits d’importation dans les villages les plus reculés. L’évaluation du nombre d’emplois relèverait de l’impressionisme, car il n’existe aucun recensement de ce type de petit commerce et ce dernier, dans bien des cas, se limite a une activité de complément. Nous estimons néanmoins à plus de 20 000 salariés et travailleurs indépendants les effectifs de ce secteur.

182Le nombre d’entreprises recensées et leur dispersion géographique n’impliquent en aucune manière une vaste redistribution des revenus et des profits. Bien au contraire, ce sont onze entreprises commerciales qui se taillent la part du lion dans ce secteur de haut profit. Ces grandes maisons de commerce sont localisées dans la région de la capitale, elles contrôlent les importations et dominent les autres activités économiques par des pratiques quasi-monopolistiques. Fournisseurs exclusifs des administrations, des entreprises et des consommateurs, elles servent à leur manière de centrales d’achat aux petits commerçants.

183A de rares exceptions près, les grands marchands de Masqat appartiennent à des familles établies de longue date ; la plupart d’entre elles ont rendu d’éminents services au sultan Sa’îd ibn Taymûr à qui elles ont souvent consenti des prêts en échange de privilèges spéciaux. La prodigieuse croissance du commerce a considérablement renforcé leur position sociale et politique.

184L’organisation du commerce, telle que nous venons de la décrire sommairement, présente des implications économiques, sociales et politiques profondes mais ce n’est pas notre propos d’en faire ici l’analyse. Nous soulignerons cependant les trois conséquences principales de l’organisation de ce secteur :

  • la concentration de la richesse entre les mains d’un groupe restreint ;

  • les difficultés, voire l’impossibilité d’accès à ce club fermé, ce qui affecte particulièrement les nouvelles générations dans leurs ambitions légitimes et dans leurs initiatives ;

  • enfin, la concentration géographique et l’appartenance des marchands aux grandes familles de Masqat accentuent le clivage entre la côte et l’intérieur, et ne sont guère favorables aux projets de développement régional. L’ancienne appelation « Masqat et Oman » trouve ainsi une signification nouvelle.

185La transformation du commerce réalisée en moins de dix ans met en évidence une capacité d’adaptation peu commune que les Occidentaux ont souvent tendance à sous-estimer. Elle souligne l’esprit d’entreprise dont les Omanais sont susceptibles de faire preuve lorsque les conditions le permettent.

186La diffusion des produits de consommation en provenance des économies occidentales a permis de desserrer rapidement une série de goulots d’étranglement qui auraient pu bloquer la croissance de ces dernières années. Cependant, elle modifie les modes de consommation, non seulement de la population urbaine, mais même partiellement de la population rurale. Cette évolution contribue à marginaliser les productions de l’économie locale et de l’artisanat ; elle constitue un obstacle supplémentaire au développement de l’intérieur de l’Oman.

d) Les institutions financières

187Les vingt banques privées établies à Masqat soutiennent les activités commerciales et singulièrement les importations. La communauté bancaire compte depuis peu deux nouvelles institutions : Oman Development Bank et Oman Housing Bank.

  • 21 Central Bank of Oman. Annual Report, 1979. Table 6.11, p. 95.

188L’activité des banques privées reflète fidèlement le dynamisme et les parts respectives des différents secteurs de l’économie nouvelle. Il suffit pour en prendre la mesure de considérer la destination des prêts consentis par ces banques au secteur privé. Le financement du commerce représente 53 % des prêts, la constrution 19,3 %, les prêts personnels 16,8 % et l’industrie 3 %21. Ceci confirme l’état quelque peu léthargique des activités de production face au dynamisme du commerce, de la construction et de la consommation des ménages.

  • 5 Sur ce Fonds, voir la contribution de Traute Wohlers-Scharf, vol. 1, pp. 319-322.

189Le rôle de la Banque de développement est précisément d’aider l’initiative privée dans la réalisation de projets directement productifs. Le capital de cette institution est détenu pour 40 % par l’État, 20 % par des Omanais et le solde par des institutions telles que l’Abu Dhabi Fund for Arab Economic Development5. L’orientation qui était initialement celle de la Banque de développement a été modifiée ; elle est avant tout industrielle et ne peut intervenir que dans des projets dont le capital est égal ou supérieur à 60 000 dollars. Cette orientation a pour conséquence d’écarter nombre d’initiatives privées d’autres secteurs d’activité et d’éliminer les petits projets pourtant susceptibles de contribuer efficacement au développement régional ; de surcroît, elle est de nature à renforcer le processus de concentration économique évoqué plus haut. L’obligation de profit faite à la Banque en raison même de la structure de son capital opère en outre une triple sélection parmi les projets qu’elle est susceptible de financer : rentabilité, court terme et sécurité.

190Ces critères ne sont pas ceux qui devraient l’emporter lorsqu’il s’agit de projets de développement.

191La contribution de la Banque omanaise de développement au financement du secteur industriel reste limitée. Elle est, cependant, intervenue en 1979 dans neuf projets pour un montant total de 60 millions de dollars. Elle est susceptible de jouer à l’avenir un rôle moteur dans la difficile gestation de la moyenne et de la petite industrie.

***

192Les revenus du pétrole ont donné une impulsion au commerce, à la construction et aux quelques activités artisanales qui s’y rattachent. L’urbanisation de la région de la capitale a accompagné ce mouvement.

193Les projets capables de valoriser l’extraction des hydro-carbures et de faire sortir cette économie minière de son enclave ont été différés. D’autres projets qui auraient pu jouer un rôle moteur dans le secteur industriel ont subi le même sort.

194L’industrie agro-alimentaire n’a pas encore pu s’établir faute de production primaire. A cet égard, l’absence d’initiative de la part de l’Etat en faveur de l’économie rurale risque de reporter dans le temps cette liaison fondamentale du développement.

195Durant ces dix dernières années, la pénurie de main-d’œuvre qualifiée, la réticence à l’égard du travail manuel, la carence des infrastructures, enfin l’étroitesse du marché, étaient de nature à freiner, voire à rendre impossible la réalisation de projets directement productifs. Dès 1976, certains de ces goulots d’étran-glement étaient desserrés. Il ne semble pas pour autant qu’un processus de développement ait été amorcé depuis.

196Cette économie nouvelle essentiellement urbaine est doublement extravertie en raison, d’une part, de l’importance des transferts vers l’étranger, d’autre part, de sa dépendance à l’égard des biens et des services importés (cf. annexes 10, 11 et 12).

197Le montant des transferts constitue à l’heure actuelle une véritable hémorragie du revenu national. La balance des paiements pour 1979 fait clairement apparaître ce caractère marqué de l’économie omanaise : les transferts privés, principalement ceux des travailleurs étrangers, s’élèvent à près de 290 millions de dollars ; ceux des compagnies à 140 millions de dollars. Le montant net de ces transferts est évalué par les services officiels à plus de 500 millions de dollars soit 23 % des recettes pétrolières de l’État !

198L’effet de démonstration a joué pleinement sur la consommation privée. L’arrivée massive de travailleurs et de cadres étrangers a contribué à l’apparition d’une société urbaine fascinée par les modèles occidentaux de consommation.

199Ainsi, la dépendance à l’égard des biens et des services importés est-elle accentuée et la dualité de l’économie et de la société omanaises s’en trouve-t-elle renforcée.

200En dépit de ses réalisations, cette économie nouvelle n’est pas parvenue à jouer un rôle d’entraînement et de rénovation au profit de l’autre économie. Cependant, l’économie urbaine n’est pas nécessairement vouée à un rôle négatif. Elle pourrait devenir progressivement pôle de croissance et facteur d’intégration si, par des mesures appropriées, l’Etat réussissait à neutraliser certains de ses effets qui, eux, nous l’avons vu vont à l’encontre du développement.

4.2. Rôle de l’État

201A l’instar des autres pays dont l’économie est dominée par l’extraction pétrolière, c’est dans les caisses de l’État que se concentre la quasi totalité des ressources financières. Quelles que soient les options politiques – particulièrement dans la phase initiale d’apparition de la rente pétrolière – c’est donc à celui-ci qu’échoit le rôle économique dominant.

202Assumer ce rôle, c’est avant tout s’attaquer aux trois aspects fondamentaux que sont :

  • la redistribution de la rente ;

  • la conception et l’exécution des politiques de développement ;

  • la gestion des ressources pétrolières et la préparation de l’après-pétrole.

  • 22 Sid Ahmed (Abdelkader), L’O.P.E.P. Passé, présent et perspectives. Paris, Economica, 1980, p. XI [A (...)

203S’agissant d’un pays dont les réserves connues sont, au rythme actuel d’extraction, limitées dans le temps, l’État ne dispose que de deux à trois décennies pour jeter les bases d’une économie nouvelle, c’est-à-dire « semer le pétrole pour récolter le développement »22.

204L’économie pétrolière, de par son caractère particulier, confère à l’État un rôle prééminent quand bien même il se voudrait libéral. Détenteur de la rente pétrolière, l’Etat seul dispose des moyens d’amorcer le développement.

  • 23 Townsend (John). Oman. The making of the modem state. London, Croom Helm, 1977, p. 153.

205En 1970, il était d’autant plus difficile à l’État d’assurer ces responsabilités que, comme le souligne John Townsend : « The only institution of government in Oman was the Sultanate, which had grown out of the sheikhly and tribal System... »23. En d’autres termes, l’État était inexistant. Il a donc fallu simultané-ment créer les institutions et former les hommes pour faire fonctionner l’appareil de l’État. Ce contexte particulier incite à tempérer les jugements que l’on peut porter sur cette période.

a) La redistribution de la rente

206La redistribution d’une partie de la richesse pétrolière a été réalisée grâce à l’exécution des programmes d’équipement que nous avons présentés en détail. Il est incontestable que la population omanaise bénéficie aujourd’hui de services publics qui ont atteint un niveau élevé. Cette forme de redistribution a eu pour effet d’améliorer les conditions de vie de la majorité des Omanais. Par contre, elle est sans effets notables sur leurs revenus.

207Le salariat, par ailleurs, aurait pu être l’une des formes privilégiées de la participation des nationaux à la prospérité du pays. Or, actuellement, les travailleurs omanais ne représentent que le quart de la population salariée. Ils se situent, à de rares exceptions près, au bas de l’échelle des rémunérations. L’absence de tradition dans ce domaine, le manque de formation professionnelle et le poids des structures sociales qui dévalorisent le travail manuel sont, comme nous l’avons relevé, les principaux freins à l’omanisation de l’emploi. La proximité des réservoirs de main-d’œuvre dans le sous-continent indien exerce un effet dissuasif vu les conditions dans lesquelles s’effectue l’exploitation des travailleurs indiens et pakistanais. Relevons que les grandes réalisations de ces dernières années doivent beaucoup à ces travailleurs étrangers, taillables et corvéables à merci.

208Le système du « sponsorship », pour sa part, va à l’encontre d’une politique de répartition des richesses. Rappelons que ce terme difficilement traduisible en français désigne une pratique par laquelle il est, sauf exception, impossible à une compagnie étrangère de s’établir et d’exécuter ses contrats si elle ne bénéficie pas de la caution d’un notable. Une règle similaire s’applique également aux personnes qui sollicitent un simple visa d’entrée ou de résidence.

209En Oman, comme dans la plupart des pays du Golfe, ce parrainage est une véritable institution. Son existence est ancienne, elle remonte à une époque bien antérieure à l’apparition du pétrole. Il y a quelques années, ont paru au Journal officiel d’un des Émirats les règles régissant cette institution.

210Une telle réglementation n’existe pas en Oman, cette absence de cadre réglementaire ne réduit en aucune manière son caractère institutionnel. Nous avons, à propos du commerce d’importation, évoqué la manière dont la richesse se concentrait au profit d’une douzaine de grandes familles ; le sponsorship a des conséquences similaires.

211Comme chacun sait, le cautionnement d’une société par un notable est un service rémunéré ad valorem. Cette dîme prélevée sur les réalisations de ces dix dernières années représente une somme dont l’estimation est difficile ; l’ordre de grandeur est probablement voisin d’un demi milliard de dollars.

212Les liens d’étroite solidarité qui unissent les membres d’une tribu impliquent une obligation de redistribution. La vingtaine de grands sponsors devrait, selon la tradition, redistribuer une partie de leur richesse dans leur groupe lignager. Cependant, si l’on considère l’origine des sponsors, on constate que la majorité d’entre eux échappent peu ou prou aux règles du partage. Il est certain que le sponsorship, tel qu’il s’est pratiqué pendant les premières années de la décennie, ne favorise pas la redistribution de la rente pétrolière.

213Il était d’autant plus difficile à l’Etat de s’opposer, voire même d’atténuer ce phénomène, que le développement de l’appareil étatique s’est fait en confiant les postes clés à un nombre croissant de membres de cette oligarchie.

214Une tradition demeure néanmoins : le sultan lui-même opère une redistribution au profit des représentants des tribus, ces derniers n’échappant pas aux règles du partage.

b) La conception et l’exécution des politiques de développement

  • 24 Voir C. Le Cour Grandmaison, Présentation de l’Oman, ci-dessus, p. 281.

215Rappelons ce que nous considérons comme le second rôle fondamental de l’Etat : la responsabilité et l’initiative du développement. Dans le contexte de cette phase initiale où il a fallu créer ex nihilo les institutions24 et conduire à leur terme une série de projets, la tâche constituait un véritable défi.

216Dès 1975, un cadre administratif était mis en place et le Conseil de développement était créé. Le premier plan quinquenal 1976-1980 proposait des orientations, définissait des politiques et tentait d’introduire des priorités dans l’exécution des projets. Nous avons évoqué plus haut ce que furent les premières années de la décennie. Les conditions dans lesquelles avaient été engagés les grands projets ne laissaient déjà plus qu’une marge de manœuvre réduite au premier plan de développement. En 1976, les différents ministères disposaient néanmoins d’un cadre pour l’action.

217La mise en place des institutions et l’exécution des programmes d’infrastructure et d’équipements constituent probablement un record. En cinq ans, les conditions minimales nécessaires au développement économique ont été réunies. Cette « renaissance » de l’économie omanaise, telle qu’elle est présentée dans les documents officiels, comporte un revers que nous avons souligné à maintes reprises dans les pages précédentes et dont on peut ainsi résumer les traits essentiels :

  • le déclin de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche et de l’artisanat de production, qui remonte à une période antérieure aux découvertes pétrolières, a été aggravé par la prospérité. Bien que ces activités concernent la majorité de la population, elles sont de plus en plus marginales. Compte tenu des délais de mise en œuvre d’une politique de développement dans ce domaine, on peut s’interroger sur l’avenir. Le caractère irréversible de certaines mutations peut être de nature à compromettre le potentiel que l’on accorde à l’économie rurale omanaise ;

  • une économie nouvelle est apparue ; elle comporte, nous l’avons vu, quelques réalisations dans le domaine de l’industrie et de l’artisanat de production. Ces réalisations sont avant tout des activités de substitution aux importations. Les projets susceptibles de valoriser la production pétrolière ont été différés dans le temps. La cimenterie, prévue depuis 1971, est encore en 1981 au stade préliminaire de sa réalisation. Or la période des grands travaux et le boom de la construction sont maintenant dépassés ;

  • le déferlement de la richesse pétrolière a donné à l’économie omanaise son caractère singulièrement extraverti, puisque près du quart de cette richesse s’évade vers le reste du monde.

218Faute de production, l’industrie agro-alimentaire est bloquée ; l’un des maillons essentiels du redéveloppement de l’économie rurale fait ainsi défaut.

219Cette économie nouvelle est aujourd’hui dominée par le commerce d’importation et par la construction. Pendant toute la décennie, ces deux activités ont été les secteurs de profit par excellence : l’épargne privée s’y est engouffrée : les compétences et les énergies s’y sont consacrées. Les options du gouvernement omanais assignent à l’initiative privée un rôle important. Les circonstances que nous venons d’évoquer font que jusqu’à présent, ce rôle ne va guère dans le sens du développement.

220Rappelons brièvement les trois conséquences socio-économiques de la naissance et de l’évolution de cette économie nouvelle :

  • elle est dominée par une oligarchie ;

  • dès l’origine, elle s’est constituée en club fermé aux nouvelles générations et elle risque de freiner, voire de bloquer les initiatives de ceux qui n’en font pas partie ;

  • elle s’accompagne d’une concentration sur la capitale qui accentue le clivage entre la côte et l’intérieur et ne favorise pas le développement régional.

221La nouvelle décennie 1980-90 subira nécessairement les conséquences de ces carences. Le second plan quinquennal 1981-85 ne résoud pas les problèmes que nous soulevons ; il comporte néanmoins de nouvelles orientations et marque un point d’inflexion (cf. annexe 14) :

  • une priorité a été attribuée à la mise en valeur des ressources en eau, particulièrement à l’entretien et à la rénovation des systèmes d’irrigation ;

  • un effort particulier est prévu pour stimuler l’initiative privée ;

  • un programme d’habitat populaire devrait profiter aux villes de l’intérieur.

222Ce second plan comporte un élément de continuité par rapport au passé ; il prévoit que la défense nationale absorbera 43 % des recettes de l’État, proportion élevée dans un pays qui dispose de peu de temps pour gagner la bataille du développement. L’expérience du passé suggère que cette réduction des dépenses militaires est peu probable.

5. CONCLUSION

223Arrivés au terme de cette présentation de l’économie omanaise de 1970 à 1980, période qui correspond aux premiers contrecoups du choc pétrolier, nous ne tenterons pas d’en dresser un bilan prématuré.

224Compte tenu de la complexité des mutations économiques, sociales et politiques déclenchées brutalement par la prospérité pétrolière, l’analyse achoppe sur des difficultés multiples ; le manque d’information en est une, l’absence ou la précarité des statistiques en sont d’autres. Le processus de mutation présente une difficulté d’analyse plus grande encore. Il se traduit en effet par des manifestations tangibles – les réalisations récentes – qui masquent une série de transformations dont le rythme plus lent rend la perception difficile dans le court terme.

225On peut aussi s’interroger sur la validité de certains concepts d’une analyse occidentale projetée sur une société si peu ou si mal connue. Si l’on appliquait à l’économie omanaise de la fin des années soixante la batterie des indicateurs auxquels ont recours les organismes internationaux pour définir et classer les économies du tiers-monde, on concluerait que ce pays se rangeait parmi les pays les plus sous-développés. Procéder de la sorte serait oublier que l’Oman avait un économie aux structures productives diversifiées. Ce serait également méconnaître que, dans sa phase d’expansion, il a étendu son pouvoir économique et politique à Zanzibâr et à Mombasa. Ce serait enfin ignorer que cette économie a été en partie détruite dans la seconde moitié du xixe siècle par l’expansion coloniale européenne et singulièrement par l’innovation technologique qu’a représenté la marine à vapeur dans l’océan Indien.

226La dernière décennie suscite une interrogation qui est au coeur du problème : quel est le point d’aboutissement du processus de mutations et de déséquilibres dans lequel l’Oman tout entier vient de s’engager ? Comment peut-on en deux ou trois décennies jeter les bases de ce que l’on appelle « l’après-pétrole » ? Derrière cette expression anodine se dissimule un véritable défi : reconstruire une économie et une société grâce à l’or noir qui recèle un double pouvoir : engendrer une richesse permanente ou détruire ceux qui le possèdent.

227La transformation subie par l’économie et la société omanaises au cours de cette période attire l’attention sur la vision occidentale du « choc pétrolier ». L’Europe en particulier semble attribuer, non sans exagération, une partie de ses difficultés actuelles aux décisions de l’O.P.E.P. Cette expérience de l’Oman suggère l’existence d’un autre choc, celui que subissent les pays dominés par l’économie pétrolière.

228L’« après-pétrole » devrait être l’une des préoccupations premières d’une politique de développement ; cette préparation de l’avenir implique que la gestion des ressources naturelles épuisables fasse partie intégrante de la planification économique. Nous considérons que cette gestion constitue le troisième rôle de l’État, d’autant plus qu’il conditionne fortement les deux premiers.

229Rappelons que l’Oman dispose de peu de temps pour préparer son avenir. C’est probablement l’un des pays producteurs de pétrole dont les réserves connues risquent, au rythme actuel d’extraction, de s’épuiser le plus rapidement.

230Cette question capitale a bien été perçue et formulée par les chefs d’État de l’O.P.E.P. en 1975 :

  • 25 Sid-Ahmed (Abdelkader). L’O.P.E.P. Passé, présent et perspectives, op. cit., p. 533.

231« En ce qui concerne les ressources naturelles épuisables, dans la mesure où les ressources pétrolières de l’O.P.E.P. sont rares, il est essentiel que le transfert de technologie soit en rapport, en rythme et en volume, avec le taux de leur épuisement qui est actuellement accéléré au bénéfice du développement des économies des pays développés »25.

232On ne saurait mieux exprimer la nécessité d’une gestion des ressources qui maximiserait l’absorption interne, c’est-à-dire les chances du développement économique et social.

233Dans le cas de l’Oman, passée la période des grands travaux indispensables à la réalisation des équipements économiques et sociaux sans lesquels rien n’était possible – phase préliminaire achevée dès 1977 – une réduction de la production devrait être envisagée afin de tenir compte de la capacité d’adaptation de l’économie nationale.

234Aucun des documents officiels omanais que nous avons pu consulter, aucun des rapports de la Banque mondiale ou du Fonds monétaire international auxquels nous avons eu accès ne fait la moindre allusion à la nécessité d’une politique de gestion des ressources pétrolières.

235On ne peut s’empêcher de s’interroger sur les raisons d’une telle occultation. Deux forces convergentes semblent s’exercer à l’encontre de la politique énoncée par les ministres de l’O.P.E.P.

236La première de ces forces s’exerce de l’extérieur : c’est l’obsession des pays industrialisés d’assurer leur approvisionnement et son corollaire, tout mettre en œuvre pour payer la facture pétrolière. Cela consiste à pousser les pays producteurs à s’engager au rythme le plus rapide dans la réalisation de grands projets et dans les dépenses militaires ; de cette manière et dans cette optique, la « capacité d’absorption » des pays concernés est presque illimitée.

237La seconde émane des milieux d’affaire locaux qui accueilleraient fort mal un ralentissement des dépenses de l’État dont ils tirent fortune et influence : il y a étroite convergence de vues pour la simple raison qu’il y a convergence d’intérêts.

238Cet acharnement à accélérer l’extraction pétrolière et à promouvoir les ventes de biens d’équipement et de consommation compromet la lente gestation du développement. La façon dont l’Oman est en train de « couper son blé en herbe » restera probablement l’un des traits saillants de la décennie 1970-1980.

  • 26 Berque (Jacques). Arables. Paris, Stock, 1978, p. 58.

« Il n’y a pas de pays sous-développés, il n’y a que des pays sous-analysés, des pays inconscients de leurs potentialités, notamment humaines, des pays sous-aimés par leurs propres fils »26.

Bibliographie

ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE

Les sources bibliographiques se rapportant aux différents aspects de l’économie omanaise sont rares et parfois d’accès difficile. Le lecteur trouvera dans les pages qui suivent une liste restreinte de titres. Tous ne sont pas accessibles en Europe, mais ces livres ou rapports se trouvent au centre de documentation du Conseil de développement à Masqat où ils peuvent être consultés.

Le lecteur intéressé pourra se procurer à l’ambassade d’Oman à Paris l’ouvrage suivant : Le Cour grandmaison (B. et C), Contribution to a General Bibliography of Oman, Ministry of National Heritage and Culture, Sultanate of Oman, 1980.

Économie

Abdelwahab Sidfa (A.). – Report on the Sultanate of Oman for 1973, 1974, 1975 plus Project data sheets. Kuwait, UNIDO, 1975.

Analysis of trade statistics of Oman for the period 1970-72. Muscat, Gov., 1973, 7 p.

Bowen-Jones (H.), Fisher (W.B.). – Development surveys in the Middle East. Geogr. J., vol. CXL, 3, 1974, p. 454-66.

Center for Economic Planning and Development.

Analysis of the Educational statistics of the sultanate of Oman : academic years 1970-71, 1971-72, 1972-73. Muscat, 1973. Report No. 5.

Outline plan for a manpower of Omanis residing in other Gulf states. Muscat, 1973, 40 p. Report No. 7.

Central Bank of Oman.

Annual Report 1976. Muscat, 1976, 182 p.

Special No. Bull., vol. II, No. 3/4, 1976. 52 p.

(El)-Din (Mustafa Majd). – Civil service and administrative reform in the sultanate of Oman. Muscat, Govern. Press, 1973-74. Report No. 4, 5, plus Arabic transl.

Doing Business in Oman. Middle East economic digest, 1976. 43 p.

Joseph (S.E.), Malhotra (D.K.). – Survey and development of small scale industries and traditional handicrafts, Oman Project finding and recomm. unido/undp, 1974. 86 p.

Le Cour Grandmaison (B.), Rikaishy(A.). – Manpower requirements 1976-1980. Quantitative implication of the five year plan. Muscat, Development Council, Technical secretariat, 1976.

ibrd (International Bank for Reconstruction and Development).

Appraisal of an educational project in the sultanate of Oman. ibrd, Education and Manpower div., 1974. 125 p. Report 301a-OM.

Current economic position and prospects of Oman. 1974. 19 p. + ann. statistics. Report No. 393a-OM.

Oman : transformation of an economy. Washington (D.C.), ibrd, 1977. 3 vol. Ref. : 1620-OM.

Report and recommendations of the president of IBRD to the executive directors on a proposed engineering loan to the Sultanate of Oman for power and water studies (for officiai use). Washington, ibrd, 1977. 11 p. + ann.

The Economy of Oman. Country programs reprint no. EMA 559. 1972. 42 p. + ann. EMA 559.

Urbanzation, construction and low-cost banking : a preliminary reconnaissance. Muscat, 1973. 92 p.

imf Document.

Oman : recent economic developments. Muscat, Gov., 1973. 53 p.

Tax survey of the sultanate of Oman. Muscat, Fiscal affairs department, 1973. 46 p.

The Economy of Oman. Muscat, Gov. 1972. 50 p.

Professional Group Australia. Development Musandam region : prefeasibility study for the Musandam province. Muscat, Gov., 1975. 342 p.

Oman. Development Council, National statistical department.

Development in Oman : 1970-1974. Muscat, Ministry of Development, 1974. 64 p., appendices.

Family expenditure pilot surveys. (English and Arabic version). Muscat, Gov. 1974. 8 p., charts.

Whole sale and retail prices of selected imported food commodities. Muscat, Gov., Jan. 1973, May-Dec. 1973, Jan.-Oct. 1974, Jan.-Feb. 1975.

Oman. Ministry of Social Affairs.

Annual employment survey. Muscat, Gov., 1974, 15 p., appendices.

Technical and vocational training. Interim report. Muscat, Gov., 1973. 20 p., annexes.

undp (United Nations Development Program). New York.

Country and intercountry programming. Oman : UNDP assistance requested by the Government of Oman for the period 1974-1976. New York, 1974. 24 p.

Country and intercountry programming, Sultanate of Oman 1974-1976. New York, UNDP. 38 p.

Project findings and recommendations industrial development strategy and policy and planning of investment. New York, Muscat, 1975. 127 p.

Hammeed (K.A.). – Preparatory assistance mission for the employment and manpower survey in the six countries of the Gulf. undp/lo, 1976. 48 p.

Joseph (S.E.), Malhotra (D.K.). – Survey and development of small scale industries and traditional handcrafts, Oman Project finding and recomm. unido/undp, 1974. 86 p.

unido (United Nations Industrial Development Organization).

Abdelwahab Sidfa (A.). – Report on the Sultanate of Oman for 1973, 1974, 1975 plus project data sheets. Kuwait, unido, 1975.

United Kingdom.

British Overseas Trade Board. United Arab Emirates and the Sultanate of Oman. London, The Board, 1974. 116 p., maps.

Ministry of Overseas Development. Report on Land affairs in the Sultanate of Oman, ed. by J.C.D. Lawrance and A.P. Atkinson. London, 1976, 22 p., annexes.

Éducation et Santé publique

Andrews (Dr. R.H.). – Tuberculosis in the Sultanate of Oman. who, 1975. Assignment report EM/TB/140.

Bazine (J.M.). – Youth policies and programmes. Muscat, un, 1977. 24 p.

Benthein (F.G.), Farid (M.A.), Nasir (A.S.). – Malaria survey team. Attached report. R. Bahar regional sanitary ebg, regional off., 1973. 31 p.

Brown (Dr. A.E.). – Report on a visit to the Sultanate of Oman. who, 1973. EM/PHA/136.

Dawood (Dr. M.S.). – Assessment of eye diseases and trachoma in Sultanate of Oman. who, 1976. Assignment report EM/OPHTHAL/7.

Durham University.

Demography and social geography – End of tour report sample census and household survey, field season Oct. 1973, Sept. 1974. 5 p. Durham Oman research project.

Preliminary notes on tribal distribution within the Durham field area (tribal map). 1973. General Statement No. 3. Durham Oman research project.

Problems of population data collection in Oman and a basis for future work. 1974. Durham Oman research project. Report No. 4.

Hassan (Dr. Shubbas). – Report on a visit to the Sultanate of Oman. Health planning. who, 1972. EM/PHA/131.

Hill (A.G.). – The Gulf states : petroleum and population growth. In : Populations of the Middle East and North Africa : a geographical approach. Univ. of London Press, 1972, p. 269-72.

Husseini (Dr. H.R.). – Report on a visit to the Sultanate of Oman. Health laboratory services. who, 1972. EM/LAB/87.

Musham (H.V.). – Fertility and reproduction of the Bedouin. Population studies : a quarterly journal of demography, vol. 4, No. 4, 1951, p. 353-63.

Oman.

National statistical department. Family units and child births in maternity centers during 15th August to December 1974. Muscat, Sultanate of Oman, 1974. 19 p. and tables.

Whitehead Consulting Group. Family units on child birth conditions. Muscat, National statistical department, 1973. 19 p., charts.

Omer (Dr. O.M.). – Health manpower development in the Gulf States. who, 1973. EM/ HMD/1284.

unedbas.

A Report on Oman’s strategy for educational development, by M.E.Ghannam ; A. Sammak ; A. Kjurciev ; C.T. Huynh. Beirut, unesco, 1974. 63 p.

Country educational profile : Oman. unedbas, Rench trans., 1974. 36 p.

unicef.

Beliefs and practices related to health nutrition and child rearing in two communities of Oman. Abu Dhabi, unicef, Gulf Area Office, 1973. Introduction. Part I. A demographie overview of households in Nizwa and Sohar. 48 p. Part II. Diet and nutrition in Nizwa and Sohar. 131 p. Part III. Health and health care in Nizwa and Sohar. 160 p. Part IV. Marriage and family in Nizwa and Sohar. 90 p.

Agriculture

Alexander (L.T.), Clawson (M.), Landsberg (Hans). – The Agricultural potential of the Middle East. New York, Elsevier, 1971.

Arkedani (H.). – Synoptic situations of 9-12 March 1962 for Iran and neighbouring countries, Wld. Met. Org. Tech. Notes, 69, 1965, p. 225-33.

Asmar (J.A.), Saghir (A.R.), Stickley (T.S.). – Man, food and agriculture in the Middle East. In : Symp. Proc, Beirut, 1969, p. 640.

Burdon (D.J.). – Current problems and prospects for agricultural development in the Sultanate of Oman. Report of joint fao/undp preparatory Assistance mission. In : Water Resources, ed. by fao (Rome), vol. 6, 1973. 25 p.

Burret (M.). – Die Palmen Arabien, Engler. Bot. Jb., 73.2, 1943, p. 175-90.

Caistor (M.E.). – The Land use of Zanzibar Island. In : The World land use survey. (Monogr., No. 5).

Center for Economic Planning and Development. Muscat. Analytical report on agriculture in Oman. Report No. 8. Muscat Gov., 1973.

Cressey (G.B.). – Qanats, Karez and Foggaras. Geogr. Rev., vol. 48, 1958, p. 27-44.

Curteis (V.M.). – UNDP/FAO Projects in Oman. Bahrain, undp/fao, 1974. 16 p.

Durham University.

Durham Oman Research Project, Durham, 1973-75. – Rep. No. 5 : Land Systems of the Batina, 1973, 13 p. – Rep. No. 6 : Deserted farmland : Awaabi, 1973, 10 p. -Rep. No. 10 : Import/export trade in Oman with a note on pumsets and other agricultural equipment, 1974, 10 p. – Rep. No. 11 : Land tenure and labour, 1973, 11 p. ; annexes, 17 p. – Rep. No. 12 : Information concerning the activities of the agricultural extension centres in Oman, with a note on the Centre in Al Khabourah, 1974, 25 p. – Rep. No. 13 : Ibri : date gardens, 1974, 16 p. – Rep. No. 14 : Land use in the Ibri well gardens and in Arrabi, with notes on wheat and other major crops, 1974, 12 p. – Rep. No. 15 : Limes in the region of Al Khabourah, 1974, 10 p. – Rep. No. 20 : Soil fertility and fertilizers practice in N. Oman, 1975, 7 p.

fao/undp.

Burdon (D.J.). – Current problems and prospects for agricultural development in the Sultanate of Oman. Report of joint fao/undp preparatory Assistance mission. In : Water Resources, ed. by fao (Rome), vol. 6, 1973. 25 p.

Current problems and prospect for agricultural dvpt. in the Sultanate of Oman. Rome, fao/undp, 1973. – Vol. 1. : General report restric. 26 p., annexes. – Vol. 2 : Soils. 23 p. – Vol. 3 : Irrigation. 21 p. – Vol. 4 : Crop production. 33 p. -Vol. 5 : Livestock development. 24 p. – Vol. 6 : Water resources. 75 p.

Smyth (A.Y.). – Soil resources development and conservation service. Oman. Rome, fao/undp, 1974, 19 p.

Fathy (Hassan). – Rural development projects in Oman : Wilaya of Sohar. Muscat, Gov., 1973, 18 p., maps.

Fayein (Claudie). – La vie pastorale au Dhofar. Objets et Mondes, 3, 1971.

Gersar (Nîmes). Programme d’aménagement de l’Oman intérieur. Muscat, Nat. Devpt. Council, 1975. 2 vol. – Vol. 1 : Rapport de mission de préreconnaissance, 47 p. -Vol. 2 : Propositions techniques. 93 p.

Hartley (B.J.). – A Preliminary survey of the land ressources of the Dhufar province. Muscat, Gov., 1948.

Oman. Ministry of Agriculture.

Agricultural development program. Muscat, Ministry of Agriculture, 1973. 5 vol.,

15 + 166 + 97 + 79 p., maps.

Fisheries, Annual report, 1975. Muscat, Gov., 1975. 41 p.

Fisheries, Annual report, 1975 (what has been done). Muscat, Gov., 1976. 9 p., maps.

Center for Economic Planning and Development. Muscat. Analytical report on agriculture in Oman. Report No. 8. Muscat, Gov., 1973.

Smyth (A.Y.). – Soil resources development and conservation service. Oman. Rome, fao/ undp, 1974, 19 p.

Ressources en eau

Appelgrenn (B.O.G.). – A Summary of water resources and agr. development report in the Sultanate of Oman. Report of fao/UNDP collecting mission, 1975-76. Rome, fao/UNDP, 1976. 22 p., tables.

Caponera (D.A.). – Water resources policy administration and legislation. Gov. of Oman. Rome, fao/undp, 1975. 29 p.

Ennion (H.). – Bringing water to the desert ; the falages of Oman. Country life, vol. 138, 1965, p. 720-99.

fao/undp.

Gibb (Sir Alexander). – Water supply to Muscat and Mutrah. Muscat, Gov., 1974. 69 p., charts.

Gibb (Sir Alexander). – Water resources survey of Northern Oman. Final report. Muscat, 1975. 83 p., maps (Soils and agricultural studies, vol. III).

Halcrow (Sir William). – Land and water resources development in Dhofar (monthly progress report). Muscat, Gov., March 1974. 13 p.

Pencol Engineering Consultant.

Musandam water supply schemes. Report on the fuel requirements of the main Musandam town. Muscat, Gov., 1975. 7 p., charts.

Survey of water resources and recommendations for coastal villages in province of Musandam. Muscat, Gov., 1973, 130 p.

Water supply scheme for town Khasab. Muscat, Gov., 1973. 110 p.

Renardet-Ice. – Use of wadi Dayqah for the water supply of the Muscat area. Musqat, Gov., 1974. 11 p.

Renardet-Ice. – Water supply of the city of Sur (Feasibility study). Muscat, Gov., 1974. 35 p.

undp. Water resources center (Oman). Muscat, Gov., 1974. 23 p., charts.

Wilkinson (John). – Water and tribal seulement in South East Arabia, a study on falaj of Oman. Oxford, Clarendon Press, 1977. 276 p., bibliogr. (Oxford studies in Geogr.).

Wilkinson (John). – The organization of the Falaj irrigation in Oman. Oxford, Univ., school of Geogr., 1974 (Res. paper, No. 10).

Océanographie

Barwani (M.A.), White (A.w.). – Common sea fish of the Arabian gulf and Gulf of Oman, vol. 1. Trucial States Council, 1971. 166 p.

Barwani (M.A.), White (A.w.). – A Survey of the trucial states of fisheries resources with ref. to the Sultanate of Oman. Dubai, Nat. Prin. Press, 1969-71. 170 p.

Bertram (G.C.L.) – The Fisheries of Muscat and Oman. Muscat, 1948.

fao, Rome.

fao. Labon. Five years fisheries development plan. 1977. 31 p. (Technical report, No. 12, 2, 1977).

Institute of marine Research. Bergen. (fao/undp). Indian Ocean fishery and development programme, Pelagie fish assessment survey N. Arabian Sea. Cruise No. 4, R/V "Dr. Fridtjof Nansen". Bergen, imr, 1976. 44 p.

Morita (J.), Nishigawa (Y.), Yamanaka (H.). – Summary report on cruises of the R/V "Shoyo Maru" in the N. Arabian sea, 1975/76 : Indian Ocean Programme. Rome, undp/fao, 1976.

Gerlach (S.A.). – Marine sciences. Sultanate of Oman. Technical report. Paris, unesco, 1977. 27 p., ann.

Mardela. – Marine Resources development programme. Final report. Muscat, Gov., 1975. 3 books in 4 vol. Book I, 145 p. ; Bk. II, 1 222 + 275 p ; Bk. III, 281 p.

Melville (J.C.). – The Marine mollusca of the Persian Gulf, Gulf of Oman and N. Arabian Sea ; addenda, corrigenda and emendanda. Proc. Malac. Soc, vol. 15» 1928, p. 93-126.

Melville (J.C.), Staden (R.). – Descriptions of 68 new gasteropoda from the Persian Gulf, Gulf of Oman and N. Arabian Sea dredged by F.W. Towsend, 1901-1903. Ann. Mag. Hist. Nat, 12, 1903, p. 289-324.

Melville (J.C), Staden (R.). – The Mollusca of the Persian Gulf, Gulf of Oman and N. Arabian Sea. Proc. Zool. Soc, 2,2,1901, p. 327-460.

Prins (A.H.J.). – The Maritime M. East : a century of studies. Mid. East J. (Washington), vol. 27, 1973.

Pétrole

Gibb (Sir Alexander). – Utilization of natural gas for industrial development and power generation. 1974. 52 p.

Hay (R.). – The Impact of the oil industry on the Persian Gulf sheikhdoms. Middle East J., IX, Autumn 1955, p. 361-72.

Lebkrcher (R.) and alii. – ARAMCO handbook. Haarlem (Netherlands), 1960.

Lenczowski (C.). – Oil and state in the Middle East. New York, Ithaca, Cornell Univ. Press., 1960.

Petroleum Development of Oman (pdo). Muscat.

Exploration data book 1975. Muscat, 1975. 35 p., appendices.

Jackli (R.). – Some facts and figures on Dhofar. Muscat, pdo, 1972.

Mac Haugton, De Golver. – Report on the oil and gaz reserves of al-Huwaisah,

Fahud, Natih and Yibal fields. Muscat, Gov., 1973. 14 p., maps.

Annexes

ANNEXES

Annexes : Liste des tableaux

Annexe n°

Exportations de pétrole par pays 1

Réserves nettes de pétrole (P.D.O.) 2

Pétrole : production, exportations et revenus, 1968 1980 3

Investissements de l’État, 1974-1979 4

Equipements des services de santé publique 5

Répartition régionale des terres cultivées, 1978 6

Effectifs scolaires 1969-1980 7

Étudiants inscrits dans les universités et instituts à l’étranger selon les spécialités. 1973-1980 8

Superficies à vocation agricole par région, 1979 9

Balance des paiements 1975-1979 10

Importations de produits alimentaires 1977-1978 11

Produit national brut par catégories de dépenses 12

Structure de la P.I.B 13

Second plan quinquennal, investissements publics par secteur d’activité. 14

Notes

1 Les incidents de Buraymî sont un épisode bien connu de ces pratiques.

2 International Bank for Reconstruction and Development. Current Economic position and prospects of Oman. Report No. 2528-OM, Oct. 1979, p. 45.

3 Statistical Year Book. Development Council, Technical Secretariat, Directorate General of National Statistics, Sultanate of Oman, 7th issue, 1398 AH/1978 AD, p. 125.

4 Statistical Year Book, ibid., p. 131.

5 Whitehead Consulting Group. Sultanate of Oman : economic survey. Muscat Government, 1972, p. 9 et suivantes.

6 Whitehead Consulting Group, ibid., p. 71.

7 Toutain (G.). Évaluation agro-économique d’une unité phoenicicole familiale de 1 ha 50 de la région de Nizwa en Oman. I.N.R.A.-G.R.E.T., document de travail, 1979.

8 Current Economic Position and Prospects of Oman, op. cit., p. 26.

9 Statistical Year Book. Development Council, op.cit., 6th issue, 1397 AH/1977 AD, p. 91 et Quarterly Bulletin on main economic indicators. Development Council, Technical Secretariat, Directorate General of National Statistics, June 1980, p. 15.

10 La société américaine MARDELA qui a remis ses conclusions en 1975 : MARDELA. Marine Resources Development Programme. Muscat Govt, Final Report, 1975.

11 Bertram (G.C.L.). The Fisheries of Muscat and Oman. Muscat, 1948.

12 Estimation de l’auteur.

13 Follow-up Report on the First Development Plan. Sultanate of Oman, Development Council, Results of the First Four Years 1976-1979, 1980, Table No. 9.

14 Follow-up Report on the First Development Plan, ibid., Table No. 8, p. 25.

15 Estimation de l’auteur.

16 Quarterly Bulletin on main economic indicators, op. cit., pp. 22 et 23.

17 Follow-up Report on the First Development Plan, op. cit., Table No. 1, p. 28.

18 Voir C. Le Cour Grandmaison. Présentation de l’Oman, texte ci-dessus, p. 263.

19 Pour 1970 : Statistical Year Book, op. cit., 1978, p. 99. Pour 1979 : Follow-up Report on the First Development Plan, op. cit., Table No. 17, p. 45.

20 Pour 1972 et 1976 : Statistical Year Book, op. cit.. 1980, Table No. 83, p. 99. Pour 1979 : Follow-up Report on the First Development Plan, op. cit., Table No. 17, p. 45.

21 Central Bank of Oman. Annual Report, 1979. Table 6.11, p. 95.

22 Sid Ahmed (Abdelkader), L’O.P.E.P. Passé, présent et perspectives. Paris, Economica, 1980, p. XI [Avant-propos, Bedjaoui (Mohamed)].

23 Townsend (John). Oman. The making of the modem state. London, Croom Helm, 1977, p. 153.

24 Voir C. Le Cour Grandmaison, Présentation de l’Oman, ci-dessus, p. 281.

25 Sid-Ahmed (Abdelkader). L’O.P.E.P. Passé, présent et perspectives, op. cit., p. 533.

26 Berque (Jacques). Arables. Paris, Stock, 1978, p. 58.

Notes de fin

1 Voir la carte du sultanat d’Oman, p. 267.

2 Voir la contribution de Henri Labrousse, au tome 1 de cet ouvrage, pp. 343-367.

3 Voir la carte du sultanat d’Oman, p. 267.

4 Voir le texte de Colette Le Cour Grandmaison, p. 373.

5 Sur ce Fonds, voir la contribution de Traute Wohlers-Scharf, vol. 1, pp. 319-322.

Table des illustrations

Titre Les revenus de l’État (millions de riyals)2
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2349/img-1.png
Fichier image/, 9,8k
Titre Investissements publics 1974-19784
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2349/img-2.png
Fichier image/, 8,4k
Titre Surfaces cultivées en 19716
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2349/img-3.png
Fichier image/, 10k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2349/img-4.png
Fichier image/, 25k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2349/img-5.jpg
Fichier image/, 56k
Titre Évolution de la structure des importations en 9620
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2349/img-6.png
Fichier image/, 5,8k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540