Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La péninsule arabique aujourd’hui. Tome II

 | 
Paul Bonnenfant

Première partie. L'Arabie du sud

Présentation de la République Arabe du Yémen

Michel Tuchscherer

Texte intégral

1Dans ces quelques pages, nous allons brosser un tableau historique rapide de cette partie de l’Arabie, afin de faciliter au lecteur la situation, dans le temps et dans l’espace, des différents articles proposés plus loin.

2Actuellement le Yémen est constitué de deux États : la République Arabe du Yémen (capitale Sanaa), encore communément appelée Yémen du Nord, et la République Démocratique Populaire du Yémen (capitale Aden), souvent désignée par Yémen du Sud. Ces deux entités ne se sont constituées dans leurs limites territoriales actuelles qu’au cours du xixe siècle. Le Yémen, ethniquement, culturellement et historiquement, regroupe en fait la corne sud-ouest de la péninsule Arabique, mais ses dénominations comme son extension territoriale ont considérablement varié au cours de l’histoire.

3Dans son article sur « l’organisation tribale en Arabie du Sud antique », Christian Robin étudie l’évolution des structures tribales durant la période précédant l’avènement de l’Islam au début du viie siècle. Remarquablement permanente dans ses structures, la société yéménite vit se mettre en place, dès cette époque, de nombreux traits qu’elle a gardés jusqu’à nos jours.

4L’« Arabie du Sud » antique a été le siège d’une brillante et originale civilisation d’agriculteurs et de marchands : sujet de fierté des Yéménites contemporains, elle est une des références principales d’un nationalisme qui s’affirme.

5Le Yémen de l’histoire médiévale, presque toujours divisé, englobait les régions allant de l’Asir (sud-ouest de l’Arabie Saoudite actuelle) au Dhufâr (Sultanat d’Oman).

6A la suite de l’implantation turque et britannique dans la région au siècle passé, on distinguait d’une part le Yémen placé sous l’autorité des Ottomans puis de l’Imâm, et d’autre part l’Arabie méridionale sous l’influence britannique.

7Depuis le renversement du régime de l’Imâm à Sanaa et l’accès à l’indépendance d’Aden, un puissant mouvement se dessine en faveur d’une réunification des deux Yémen.

8L’Arabie du Sud antique s’étendait de Najrân au Hadhramawt. Son histoire sort peu à peu de l’oubli grâce au déchiffrage des 6 000 à 7 000 inscriptions rédigées en langue sud-arabique que les récentes missions archéologiques ont permis de mettre à jour. La langue sud-arabique ancienne a probablement donné naissance aux dialectes modernes encore parlés au Yémen du Sud (Mahra et Socotra) ou en Oman (Dhufâr). Cette langue était transcrite dans un alphabet dont est issue l’écriture moderne de la langue amharique éthiopienne.

9La civilisation sud-arabe, née dans les basses vallées orientales aux confins du désert, reposait sur deux piliers :

  • l’agriculture, devenue possible grâce à la mise en place d’un système perfectionné d’ouvrages d’irrigation, dont faisait partie la célèbre digue de Mârib. Ces constructions permettaient de maîtriser les crues périodiques des wâdîs descendus des montagnes et des hauts plateaux ;
  • le commerce de transit, par voies caravanières, de marchandises venues de l’Afrique Orientale et de l’Inde et destinées aux grands empires antiques du bassin méditerranéen. Les marchands sud-arabes avaient ainsi réussi à établir leur monopole sur le commerce de quelques produits de luxe, notamment les aromates.

10Bien que la chronologie des différents royaumes reste pour l’instant largement incertaine, les spécialistes partagent l’histoire de l’Arabie du Sud en trois périodes :

  • La haute époque, du cinquième au premier siècle avant notre ère. De petits royaumes d’agriculteurs et de marchands s’étaient établis dans les cités fondées à la limite orientale de la montagne et du désert : Ma’în, Barâqish, Mârib, Timna’, Shabwa1. Chacune des tribus peuplant ces petits États était solidement structurée et possédait un panthéon de divinités astrales auxquelles était associée une multitude de divinités secondaires.
  • La période intermédiaire, du premier siècle avant J.C. au quatrième siècle de notre ère. La découverte d’une route maritime directe entre le monde méditerranéen et l’océan Indien, par les Grecs d’abord, puis par les Romains, rendait inutile le trafic caravanier des Sud-Arabes et entraîna la ruine de leurs royaumes tandis qu’on assistait à l’émergence de puissantes tribus sur les Hauts Plateaux.
  • La basse époque, du quatrième au sixième siècle. La puissante confédération tribale des Himyar réussit à étendre sa domination sur l’ensemble de l’Arabie du Sud. Bien que les religions anciennes aient subsisté, des formes monothéistes nouvelles apparurent. Najrân abritait dorénavant un évêché chrétien tandis que des communautés juives, à l’origine des communautés contemporaines, se développèrent à travers toute l’Arabie du Sud. Parallèlement, l’infiltration de bédouins arabes, venus du désert et employés comme mercenaires, permit une lente arabisation de la région au détriment des langues anciennes. Mais l’Arabie du Sud tomba bientôt sous le joug des Éthiopiens puis des Iraniens avant de devenir province du khalifat de Médine à la mort du Prophète.

11Du vivant même du Prophète, l’Arabie du Sud embrassa l’Islam d’autant plus facilement qu’elle avait déjà été profondément marquée par les courants monothéistes et qu’elle s’était, dès ce moment, largement arabisée. Les Yéménites jouèrent ensuite un rôle important dans l’expansion de l’Islam en servant nombreux dans les armées du khalife. Cela provoqua une émigration massive qui renforça sans aucun doute la phase de déclin économique et culturel dans laquelle était engagée l’Arabie du Sud depuis plusieurs siècles. Cette région, excentrée par rapport au pouvoir khalifal successivement établi à Médine, à Damas et à Bagdad, ne joua qu’un rôle marginal.

12Au neuvième siècle, à la suite de l’affaiblissement du pouvoir ‘abbâsside, les Banû Ziyâd établirent une dynastie autonome en Tihâma et fondèrent la ville de Zabîd. Sur les plateaux, des princes d’ascendance himyarite se rendirent indépendants autour de Shibâm. A la fin du même siècle, le Yémen devint un refuge pour tous les mouvements politico-religieux d’opposition aux ‘Abbâssides de Bagdad. Les Qarmathes établirent plusieurs émirats éphémères ; en 898, les Zaydites se fixèrent de manière durable dans la région de Sa’da lorsque l’imâm Al-Hâdî Yahyâ ibn al-Husayn al-Rassî s’y établit. Pendant plusieurs siècles, l’autorité des imâms zaydites dépassa peu les limites de cette région. Les chefs zaydites ne jouèrent guère plus qu’un rôle d’arbitre dans les incessants conflits tribaux (voir l’article « La formation de l’Imâmat et de l’Etat au Yémen : Islam et culture politique » de G.J. Obermeyer). Les différents groupes tribaux restaient trop attachés à leur indépendance pour accepter leur intégration dans un ensemble étatique plus large où une législation à base religieuse aurait remplacé les coutumes tribales traditionnelles.

13Alors que les hauts plateaux septentrionaux du Yémen poursuivaient leur évolution autonome, les régions occidentales et méridionales passèrent peu à peu dans la zone d’influence de l’Égypte, pays auquel les Fâtimides ismâ’îliens donnaient une nouvelle impulsion à partir de 969. Leurs clients du Yémen, les Banû Sulayhî (1045-1138), renouèrent avec l’antiquité en rétablissant le commerce de transit entre l’Orient et le bassin méditerranéen. Aden et Zabîd devinrent, pour quelques siècles, les prospères entrepôts du négoce international. Le maintien, à l’heure actuelle, d’une petite communauté ismâ’îlienne dans le jabal Haraz à l’ouest de Sanaa, reste le vestige le plus tangible de cette période de prospérité.

14La chute des Fâtimides en 1171, sous les assauts de Saladin, puis l’apparition, sur les bords du Nil, du pouvoir mamlûk, ne mirent pas pour autant fin aux liens entre le Yémen méridional et l’Egypte. Les Banû Rasûl (1229-1454), fixés à Ta’izz et enrichis par le commerce et l’agriculture, couvrirent le pays de splendides mosquées dont beaucoup subsistent à l’heure actuelle. Durant cette période, la dichotomie s’accentua entre les deux parties du Yémen : une zone méridionale et côtière, de rite shâfi’ite, enrichie par le commerce et l’agriculture et ouverte sur l’étranger ; une zone septentrionale, au nord de Yarim, repliée sur elle-même, livrée à d’incessants conflits tribaux, mais où les imâms zaydites parvenaient lentement à imposer leur autorité et leur doctrine.

  • 2 La société yéménite est fortement hiérarchisée : à son sommet, les sayyids se réclament de la desc (...)

15Au cours du treizième siècle, probablement, le qât apparut au Yémen. Petit arbuste, ses jeunes pousses sont aujourd’hui longuement mâchées par de nombreux Yéménites à la recherche de ses vertus stimulantes et légèrement euphorisantes. La plante fut probablement introduite à partir de l’Ethiopie voisine où des missionnaires yéménites venaient de répandre l’Islam dans la province du Harar. D’abord limité aux groupes de soufis, l’usage du qât se répandit ensuite progressivement à l’ensemble du pays, touchant toutes les catégories sociales2.

16La culture et l’usage du café apparurent un peu plus tard. La consommation de la nouvelle boisson dépassa bientôt les limites du Yémen pour se généraliser, au quinzième et au seizième siècle, à l’ensemble de l’empire ottoman puis à l’Europe. Pendant quelques siècles, le Yémen s’enrichit grâce au monopole de la production de cette denrée recherchée.

17L’irruption des Portugais dans l’océan Indien puis la mer Rouge, au début du seizième siècle, eut de profondes répercussions sur l’histoire du Yémen. Inquiets quant à la sécurité des lieux saints de l’Islam et soucieux de garder la mainmise sur le commerce international entre l’Orient et la Méditerranée, les Ottomans, maîtres de l’Egypte depuis 1517, décidèrent d’occuper le Yémen à partir de 1538. Leur présence provoqua bientôt des révoltes. Menées sous l’égide des imâms zaydites, elles permirent pour la première fois aux Zaydites d’étendre leur domination à l’ensemble du Yémen, de Najrân à l’Hadhramawt, refaisant ainsi l’unité que les Himyarites avaient réalisée un millénaire plus tôt.

  • 3 Du nom du fondateur de la dynastie Al-Mansûr al-Qâsim (1598-1620).
  • 4 Voir l’article sur la République Démocratique Populaire du Yémen, par Michel Tuchscherer, p. 211.

18Parvenus à se libérer du joug ottoman en 1635, le Yémen, devenu le premier État national arabe indépendant, ne sut pas profiter de sa victoire. La dynastie des imâms Qâsimites3 ne réussit pas à étendre la doctrine zaydite au-delà de ses fiefs traditionnels des Hauts Plateaux. Bientôt des princes nouveaux4, notamment en Arabie méridionale, retrouvèrent leur autonomie. Privé des revenus du commerce international depuis l’irruption des Européens dans l’océan Indien, le Yémen put masquer quelque temps son déclin grâce au commerce du café. Marchands anglais, hollandais, français, indiens, turcs et égyptiens se pressaient alors dans les souqs de Bayt al-Faqîh ou dans les ports de Mukhâ et de Luhiyya. Mais dès le dix-huitième siècle, les Européens développèrent la culture du caféier dans leurs possessions de l’océan Indien, mettant fin à la fois au monopole et à la prospérité du Yémen.

  • 5 Idem.

19Les rivalités européennes, à partir du début du dix-neuvième siècle, eurent à leur tour des répercussions au Yémen. Alors que les Anglais s’installaient à Aden à partir de 1839 puis étendaient progressivement leur influence à l’ensemble de ce qui allait devenir en 1967 le Yémen du Sud5, les Égyptiens puis les Turcs reprirent pied au Yémen du Nord à partir de 1838. Comme au dix-septième siècle, l’opposition à la présence ottomane se cristallisa autour d’une nouvelle dynastie d’imâms zaydites, celle des Hamîd al-Dîn. L’imâm Yahyâ (1904-1948) passe à juste titre pour le fondateur de l’Etat yéménite moderne, comme le montre G.J. Obermeyer dans l’article déjà mentionné.

20Si les Hamîd al-Dîn réussirent à unifier le Yémen en suscitant un grand élan national, leurs ambitions se heurtèrent rapidement à deux nouvelles puissances régionales : au sud, la Grande-Bretagne, solidement implantée à Aden, s’opposait énergiquement aux revendications de l’imâm et consolidait la frontière délimitée précédemment avec les Ottomans ; au nord, le monarque wahhâbite sut habilement tirer profit des querelles entre les sharîfs de l’Asir et l’imâm, en imposant d’abord sa suzeraineté puis en annexant cette province.

21Soucieux d’établir un État fort, l’imâm Yahyâ ne réussit pas pour autant à réduire de façon durable, chez les tribus, le séculaire sentiment d’indépendance et de fronde vis-à-vis d’un pouvoir centralisateur. Il dut bientôt faire face à des oppositions venues de diverses couches de la population :

  • les tribus : périodiquement, des dissidences et des révoltes éclataient dans les régions septentrionales et orientales du Yémen ;
  • l’aristocratie6 : quelques sayyids, estimant répondre eux aussi aux conditions requises pour le titre d’imâm, se posaient en dangereux rivaux pour les Hamîd al-Dîn ;
  • les milieux religieux : sayyids et qâdîs7 acceptaient difficilement que, contrairement aux principes zaydites, l’imâmat prît de plus en plus les traits d’une monarchie héréditaire. Les shâfi’ites, quant à eux, acceptaient avec réticence la mainmise zaydite sur l’Etat ;
  • quelques intellectuels : les idées réformistes des musulmans égyptiens et syriens (Muhammad ‘Abduh, Kawâkibî...) commençaient à faire leur chemin au sein d’un milieu certes restreint mais influent, favorisant un renouveau de la vie intellectuelle au Yémen (voir l’article d’Étienne Renaud « La vie culturelle en République Arabe du Yémen ») ;
  • l’armée : à l’instar des militaires égyptiens et iraquiens à la fin des années trente, les militaires yéménites, dont certains furent envoyés dans les prytanées du Caire et de Bagdad, rêvaient d’arabisme et souhaitaient moderniser une société qu’ils jugeaient profondément archaïque.

Carte n° 1. – La République Arabe du Yémen.

  • 8 Cette association fut créée à Aden par Ahmad Nu mân et Muhammad Zubayrî. Elle reçut un puissant ap (...)
  • 9 Les Russes construisirent le port de Hudayda, les Américains la piste Mukhâ-Ta izz-Sanaa et les Ch (...)
  • 10 Contrairement à l’adhésion syrienne, celle du Yémen ne se traduisit par aucune modification instit (...)

22L’incapacité de l’imâm à recréer le Grand Yémen en raison des oppositions saoudienne et anglaise frustra le sentiment nationaliste de ces milieux. Toutes ces oppositions se retrouvèrent mêlées à des degrés divers au coup d’État avorté de 1948. ‘Abd Allâh al-Wazîr, un sayyid, prit le titre d’imâm mais l’hostilité d’une grande partie des tribus au nouveau pouvoir permit au fils de Yahyâ, Ahmad, de reprendre rapidement le pouvoir. Proclamé Imâm, il ne sut pourtant pas empêcher le rapide déclin d’un système de moins en moins capable de répondre aux aspirations nouvelles du pays. Autoritaire jusqu’à l’excès, soucieux de prendre lui-même jusqu’aux décisions les plus infimes, l’imâm Ahmad ne sut pas pour autant éviter la corruption et les exactions d’une partie de ses fonctionnaires. Multipliant les maladresses, il s’aliéna peu à peu de nombreuses couches de la population. En 1948, il voulut punir Sanaa d’avoir soutenu le mouvement d’al-Wazîr en permettant aux tribus de piller la ville et en fixant sa capitale à Ta’izz. La tentative de prise de pouvoir par son frère ‘Abd Allâh en 1955 révélait de profondes divergences au sein de la famille régnante. Un temps neutralisés par leur échec de 1948, les opposants, maintenant regroupés au sein de l’Association des Yéménites Libres8, contraignirent l’imâm Ahmad à infléchir sa politique. A partir de 1955, il amorça une timide modernisation du pays en lançant d’importants travaux d’infrastructure (voir l’article de H. Escher « Considérations sur l’infrastructure du Yémen). Soucieux de maintenir la balance égale entre les grandes puissances, l’imâm fit appel à la fois aux Russes, aux Américains et aux Chinois9. Il procéda également à une ouverture sur le monde arabe alors en pleine effervescence nationaliste, avec l’arrière pensée de mieux canaliser et contrecarrer les différents courants nassériens, baathistes et marxistes. En 1956, il signa un pacte de solidarité arabe avec Nasser et Faysal pour faire pièce au pacte de Bagdad mis sur pied par leur ennemi commun, les Britanniques. Deux ans plus tard, il alla jusqu’à adhérer formellement à la République Arabe Unie regroupant l’Égypte et la Syrie10.

23L’année 1959 marqua un tournant décisif dans l’évolution du régime. Gravement malade, l’imâm décida de se faire soigner en Italie. Pendant son absence, il confia le pouvoir à son fils Badr. D’esprit plus libéral que son père mais manquant de sens politique, il procéda à quelques réformes maladroites, notamment dans l’armée. Il se trouva bientôt dans une situation délicate lorsque les tribus du nord se firent remuantes. Revenu précipitamment d’Italie, l’imâm prit des mesures drastiques pour redresser la situation. Il fit décapiter le chef de la confédération tribale des Hâshid, le shaykh Husayn al-Ahmar, ce qui eut pour conséquence l’aliénation du seul soutien important dont bénéficiait encore l’imâm à travers le pays, celui des grandes tribus zaydites des Hauts Plateaux.

24Maintenant l’opposition ne se contentait plus d’aménagements réformistes de l’imâmat zaydite comme elle l’avait fait jusqu’à présent, elle réclamait ouvertement l’abolition de la vieille institution. Les rangs des mécontents s’étaient considérablement élargis depuis 1948. Les commerçants, surtout des shâfi’ites, encouragés par les ouvertures pratiquées à partir de 1955, étaient soumis à d’innombrables tracasseries administratives et s’insurgeaient contre l’incompétence des cadres zaydites. De même, la présence d’experts arabes égyptiens et syriens avait favorisé la pénétration au Yémen des idéologies modernes, surtout au sein de l’armée et dans les écoles ouvertes depuis peu. Mais les idées nouvelles parvenaient aussi dans le pays par l’intermédiaire des innombrables Yéménites émigrés (voir l’article de Jon Swanson sur l’histoire et les conséquences de l’émigration hors de la R.A.Y.). Établis à Aden, ils étaient souvent membres des puissants syndicats et des partis politiques qui s’étaient constitués dans la colonie britannique à partir de 1950.

25Les deux dernières années du règne de l’imâm Ahmad furent marquées par une rapide dégradation de la situation : révoltes des tribus, tentatives d’assassinat du souverain, manifestation d’étudiants, grèves, rivalités entre l’imâm et son frère Hasan... La mort de l’imâm en septembre 1962, par son caractère subit, surprit les conjurés et les força à agir plus tôt que prévu. Dans la nuit du 26 septembre, un groupe d’officiers, en bombardant le palais de Badr proclamé imâm huit jours plus tôt, mit fin à l’imâmat zaydite vieux de plus d’un millénaire.

26Le Conseil de commandement révolutionnaire, présidé par le général ‘Abd Allâh Sallâl, outre de nombreux militaires, comprenait aussi quelques civils dont le qâdî ‘Abd al-Rahmân al-Iryânî, Ahmad Nu’mân et Muhammad Zubayrî. Si certaines tribus rallièrent immédiatement la République, la plupart d’entre elles restèrent néanmoins fidèles à l’imâm Badr. Contrairement aux assertions des Républicains, il n’avait pas trouvé la mort lors du bombardement de son palais, mais avait réussi à fuir puis à regrouper ses partisans parmi les tribus zaydites au nord de Sanaa. L’enthousiasme des premiers jours passé, la situation de la jeune République paraissait extrêmement confuse. Les nouveaux dirigeants n’avaient pas de projet cohérent à présenter face à l’effondrement des structures anciennes et n’arrivaient guère à canaliser les aspirations vers le progrès et la liberté de la population. Sur le plan extérieur, seuls les pays de l’Est et les régimes progressistes du monde arabe avaient reconnu le nouveau régime. L’Occident restait dans l’expectative, tandis que les régimes conservateurs de la région se montraient ouvertement hostiles à la nouvelle équipe de Sanaa. Tous les éléments étaient en place pour le déclenchement d’une guerre civile qui allait durer sept ans. Dès le mois d’octobre, les républicains bénéficièrent du soutien d’un corps expéditionnaire égyptien qui allait compter jusqu’à quarante mille hommes. Les royalistes, bien que divisés entre eux, purent compter ouvertement sur l’Arabie Saoudite et la Jordanie, plus discrètement sur l’Angleterre à partir d’Aden.

  • 11 Des tractations secrètes eurent même lieu durant l’été 1963 pour la création d’un État shâfi’ite, (...)

27L’imbroglio était total au Yémen. Les tentatives étrangères de médiation échouèrent les unes après les autres : ce fut le cas de celle de Kennedy en décembre 1962, puis l’année suivante des missions successives des Nations Unies. La mainmise égyptienne froissa rapidement le nationalisme de nombreux républicains. Malgré les proclamations égalitaires, les zaydites maintenaient une suprématie de fait dans les nouvelles institutions républicaines, provoquant ainsi une vive déception parmi les shâfi’ites qui avaient placé beaucoup d’espoirs dans l’avènement du nouveau régime. Les puissantes tribus zaydites n’étaient pas pour autant des soutiens inconditionnels des royalistes. Elles avaient rapidement compris combien le monnayage de leur appui à l’un ou à l’autre des camps pouvait devenir lucratif, en leur donnant en outre un poids politique décisif dans l’issue du combat. Face à cette situation, plusieurs contacts eurent lieu en 1964-65 entre royalistes et républicains11.

28La défaite de l’Egypte face à Israël en juin 1967 contraignit Nasser à retirer ses troupes du Yémen en novembre de la même année, au moment où les Anglais quittaient Aden. Ayant perdu toute crédibilité à la suite du départ de ses alliés, le maréchal Sallâl dut céder la place à un Conseil républicain regroupant le qâdi Al-Iryânî, Muhammad ‘Ali ‘Uthmân et le général Hasan al-’Amrî, le véritable homme fort du régime. Les royalistes tentèrent alors une dernière action d’envergure en assiégeant la ville même de Sanaa durant soixante-dix jours. Par son échec, ce dernier soubresaut montrait en fait que les royalistes étaient à bout de souffle, minés par leurs querelles internes et incapables de soulever un vaste mouvement en leur faveur au sein de la population. Les négociations entre les deux camps pouvaient maintenant véritablement commencer. Durant l’été 1969, la réconciliation nationale s’amorça autour, d’une part de l’abandon par les royalistes du principe de l’imâmat et de la famille Hamîd al-Dîn, et d’autre part de l’élimination par les républicains de leurs éléments radicaux baathistes, marxistes ou nassériens. Dès lors tout était en place pour que Riyadh pût reconnaître la « République conservatrice de Sanaa ».

29La rencontre de Jedda en mars 1970 entre royalistes et républicains permit d’institutionaliser cette réconciliation nationale. Afin d’éviter les dangers du retour à un autocratisme comme celui de l’imâm ou du maréchal Sallâl, le pouvoir suprême fut maintenu entre les mains du Conseil républicain, mais il faut aussi y voir la volonté des tribus, considérablement renforcées par la guerre civile, d’éviter la constitution d’un pouvoir central fort qui s’opposerait irrémédiablement à leur volonté d’autonomie. D’anciens royalistes furent intégrés au cabinet. En mars 1971, lors de la tenue des premières élections législatives de leur histoire, les Yéménites désignèrent surtout des notables pour les représenter dans le nouveau Conseil consultatif.

30La constitution entrée en vigueur en décembre 1970 portait une forte coloration islamique : une solide connaissance de la sharî’a était exigée pour l’accession aux postes de responsabilité, ce qui favorisa la mise en place d’une « république des qâdîs ». Les tribus du nord et de l’est voyaient leur autonomie confirmée. De fait, elles échappaient totalement au pouvoir central qui ne contrôlait que les régions centrales et méridionales du Yémen.

31De 1970 à 1974, la jeune République Arabe du Yémen révélait de multiples signes de faiblesse due à plusieurs facteurs :

  • L’économie du pays (voir l’article de Michel Chatelus, pp. 110-113) reposant pour l’essentiel sur une agriculture traditionnelle de subsistance, souffrait gravement des destructions de la guerre, de l’émigration d’une partie de la population masculine vers les pays producteurs de pétrole voisins (voir l’article déjà cité de Jon Swanson) et surtout d’une sécheresse catastrophique en 1972-73, qui provoqua un retour de la famine, notamment en Tihâma.
  • Manquant de cadres compétents, l’administration était en outre largement corrompue. Quant aux caisses de l’Etat, elles n’étaient qu’irrégulièrement et faiblement alimentées : l’aide extérieure restait parcimonieuse tandis que la faiblesse de l’administration et la contrebande généralisée, à partir de l’Arabie Saoudite surtout, privaient le budget de recettes fiscales. Ces déficiences de l’Etat provoquèrent une réaction salutaire dans les régions rurales du Yémen méridional surtout : les habitants des villages et des régions se constituèrent en associations locales pour le développement (voir l’article de H. Escher), prenant en main eux-mêmes leur propre avenir.
  • L’armée, mal équipée, restait profondément divisée. Les troupes demeuraient partagées entre l’allégeance à leurs tribus et la soumission au pouvoir central.
  • Les tribus du nord et de l’est, renforcées politiquement par le rôle qu’elles avaient joué durant la guerre civile et militairement par tout l’équipement qu’elles avaient amassé durant cette période, maintenaient une pression constante sur le gouvernement de Sanaa. Des révoltes eurent lieu chez les Banî Hushaysh, les Khawlân et dans la région de Radâ’. Les tribus étaient les principales bénéficiaires de la contrebande à partir de Najrân. Elles recevaient en outre, directement de Riyadh, une aide financière conditionnelle.
  • L’opposition de gauche, après avoir été éliminée en 1967 et 1968, se montra à nouveau active bien qu’elle restât politiquement divisée. Certains groupes bénéficiaient du soutien direct d’Aden, ce qui leur permit d’entretenir une guérilla rurale dans les zones frontalières entre les deux Yémen.
  • Les rêves de réunification entre les deux Yémen avaient rapidement cédé la place à une vive tension entre Sanaa et Aden, régimes aux orientations diamétralement opposées ; des incidents frontaliers répétés dégénérèrent en conflit ouvert en septembre 1972. Des accords sur le cessez-le-feu et l’unification entre les deux pays, hâtivement signés au Caire et à Tripoli, seul le premier entra effective-ment en vigueur.

32Face à ces multiples difficultés, les autorités de Sanaa furent rapidement paralysées. A partir de 1973, crises gouvernementales, attentats politiques et complots divers se multiplièrent, ce qui poussa l’armée à intervenir.

33Le Conseil de commandement, présidé par le colonel Ibrâhîm al-Hamdî, tenta d’éliminer les obstacles sur lesquels avait buté le précédent régime. Les tribus firent rapidement l’expérience de la résolution de la nouvelle équipe. Le Conseil consultatif, largement dominé par les shaykhs, fut suspendu. Une épuration dans le commandement de l’armée élimina les éléments trop marqués tribalement, tandis que des gouverneurs étaient nommés dans les régions au nord et à l’est de Sanaa.

  • 12 Muhsin al-’Aynî fut remplacé dès janvier 1975 par un technocrate, ‘Abd al-’Azîz ‘Abd al-Ghânî qui (...)

34Pour être effectif, le renouveau du Yémen devait passer par le redressement économique : une habile politique extérieure réussit à susciter de nombreuses aides des pays pétroliers conservateurs et progressistes, comme des grandes puissances. Ces ressources financières nouvelles permirent la mise en chantier de nombreux projets d’infrastructure, tandis que l’expérience des « associations locales de développement » était généralisée à l’ensemble du pays. L’opposition de gauche fut d’abord neutralisée par la nomination de Muhsin al-’Aynî, considéré à tort ou à raison comme un de leurs sympathisants, au poste de premier ministre12. Par la suite, les formations de gauche purent se regrouper au sein d’un front national démocratique et établir un dialogue avec le pouvoir. Enfin, la tension avec Aden fut réduite : les commissions mixtes chargées de préparer la réunification commencèrent leurs réunions périodiques en 1976.

35Malgré les nombreux aspects positifs de son action, Ibrâhîm al-Hamdî ne sut pas complètement désarmer ses adversaires. En octobre 1977, il fut la victime d’un complot aux ramifications multiples dont beaucoup d’éléments restent jusqu’à présent obscurs. Son successeur Ahmad al-Ghashmî, cédant à certaines des pressions venues de milieux conservateurs religieux et tribaux, rétablit le Conseil consultatif. En juin 1978, il fut à son tour assassiné. Le président sud-yéménite Sâlim Rubaya fut directement mis en cause dans cette affaire. La tension reprit brusquement entre les deux Yémen et déboucha sur un nouveau conflit frontalier en février-mars 1979. Cette guerre se termina par une spectaculaire réconciliation : les présidents, ‘Alî ‘Abd Allâh Sâlih pour Sanaa, et ‘Abd al-Fattâh Ismâ’îl pour Aden, signèrent un nouvel accord de réunification. Il n’a guère permis davantage, jusqu’à présent, que de maintenir le dialogue entre les deux Yémen mais les régimes restent toujours, politiquement, antagonistes.

Notes

1 Voir la carte « Les tribus de l’Arabie du Sud préislamique » dans l’article de Christian Robin, p. 21.

2 La société yéménite est fortement hiérarchisée : à son sommet, les sayyids se réclament de la descendance du Prophète. L’imâm était nécessairement choisi parmi eux. Les qâdis ou ulamâ’s sont les détenteurs du savoir religieux et juridique. Les shaykhs, chefs des tribus, jouissent d’une autorité considérable mais non absolue car elle peut toujours être contestée par le qabili, membre de la tribu.

3 Du nom du fondateur de la dynastie Al-Mansûr al-Qâsim (1598-1620).

4 Voir l’article sur la République Démocratique Populaire du Yémen, par Michel Tuchscherer, p. 211.

5 Idem.

6 Les sayyids, se réclamant de la descendance du Prophète, étaient de ce fait les seuls qualifiés à briguer le titre d’imâm.

7 Les qâdîs sont les spécialistes des sciences religieuses et correspondent aux ulamâ’s des autres pays musulmans. Contrairement aux sayyids, ils ne sont pas descendants du Prophète, et leur titre n’est pas héréditaire à proprement parler, bien que les connaissances religieuses et juridiques soient l’apanage de familles pendant de nombreuses générations.

8 Cette association fut créée à Aden par Ahmad Nu mân et Muhammad Zubayrî. Elle reçut un puissant appui des Yéménites émigrés.

9 Les Russes construisirent le port de Hudayda, les Américains la piste Mukhâ-Ta izz-Sanaa et les Chinois la route Hudayda-Sanaa.

10 Contrairement à l’adhésion syrienne, celle du Yémen ne se traduisit par aucune modification institutionnelle. En 1961, la Syrie mit fin à son expérience unitaire avec l’Égypte. A la fin de l’année, l’imâm dénonça à son tour son adhésion, dans un poème resté célèbre.

11 Des tractations secrètes eurent même lieu durant l’été 1963 pour la création d’un État shâfi’ite, éventuellement associé au Yémen du Sud, lui aussi shâfi’ite (voir : Stookey, The Yemen Arab Republic, pp. 233-234).

12 Muhsin al-’Aynî fut remplacé dès janvier 1975 par un technocrate, ‘Abd al-’Azîz ‘Abd al-Ghânî qui demeura en poste jusqu’en novembre 1980, en dépit des changements successifs à la tête de l’État. Il fut ainsi un élément de stabilité dans ce Yémen pris dans une vague d’assassinats et de complots.

Table des illustrations

Légende Carte n° 1. – La République Arabe du Yémen.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2333/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 347k

© Institut de recherches et d'études sur les mondes arabes et musulmans, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540