Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et demeures de Fès

 | 
Jacques Revault
, 
Lucien Golvin
, 
Ali Amahan

L’apport d’archives familiales et d’actes habous dans l’étude des maisons de Fès

Texte intégral

1L’une des difficultés majeures auxquelles on se heurte dans l’étude des maisons de Fès est le manque de documentation écrite nécessaire pour compléter les enquêtes et les analyses de l’espace et du décor.

2Seules, les archives familiales pourraient pallier cette carence, mais la libre disposition de ces documents pose maints problèmes :

  • L’absence d’une institution centralisant ce type de documents.
  • Le fait que les occupants actuels sont la plupart du temps des locataires ou des marginaux de la famille ne disposant plus d’archives concernant la maison.
  • La constatation que les archives relevant de l’administration des habous publics ne sont pas encore classées.

Types d’archives familiales relatives à l’habitat domestique

3A Fès, nous pouvons trouver au moins quatre genres d’archives familiales concernant la demeure :

  • Les actes d’acquisition (par achat, don, échange, etc.).
  • Les testaments (ou actes habous).
  • Les recensements de biens à l’occasion des partages (zinām, trīka...).
  • Les règlements de litiges entre membres d’une même famille ou entre voisins, etc.

4Ces archives nous fournissent des documents précieux tels que la date d’acquisition (rarement celle de la fondation), la description des espaces et les fonctions qui leur sont assignées à un moment donné de l’histoire de la maison. Elles nous permettent alors de suivre l’évolution de la famille ou des familles ainsi que les conséquences de cette évolution sur la maison, notamment les transformations réalisées, etc.

Les habous et leurs effets sur la bâtisse

5On distingue plusieurs types de habous parmi lesquels :

  1. les habous publics ;
  2. les habous familiaux et publics ;
  3. les habous familiaux. Ce sont ces derniers qui nous intéressent.

6Nous donnons, ci-dessous, une définition très sommaire de chaque cas :

  • 1 L. Milliot, Démembrement des habous. Ernest Leroux, Paris, 1918, p. 38.
  • 2 Sing. Médersa (ou madrasa) ; collège religieux.

71. Les habous publics1 dits ḥabūs kbīra sont des sortes de biens de mainmorte que les croyants affectent aux établissements d’intérêt général : mosquées, hôpitaux, madāris2, zāwiya, etc.

8Les biens de chaque institution sont gérés par un responsable (nāẓir), désigné par les pouvoirs publics.

  • 3 Nous avons pu consulter un acte de habous établi au profit des descendantes.

92. Les habous familiaux dits ḥabūs ṣġīra sont des biens constitués en habous perpétuels par un patriarche au profit de ses descendants souvent mâles3. Toute modification en est interdite. Ils sont généralement gérés par le nāẓir familial (le plus âgé).

103. Les habous semi-publics : ce sont des habous familiaux dont les biens, en l’absence d’héritiers, reviennent à une institution d’intérêt public.

11Nous présentons, ci-dessous, la traduction approximative d’un acte type de habous familiaux :

12« Louanges à Allah seul ; Mr. A, fils de B, déclare avoir constitué en habous la maison telle, au profit de son fils ou de ses fils et de toute leur descendance mâle. Les filles peuvent toutefois y habiter, à condition d’être célibataires et seules.

13Ceci a été constitué en habous perpétuel et en waqf durable jusqu’au jour où Allah reprendra l’héritage de la terre et de ceux qui y vivent. Il est le meilleur des héritiers. Quant à ceux qui changeraient ou modifieraient ces décisions, Allah leur en demanderait compte et s’en vengerait.

14(Il) agit pour l’Amour d’Allah ».

15Viennent ensuite les noms des deux ‛adūl, celui du qāḍī, la date et la signature.

16L’acte habous empêche toute modification juridique des biens, donc, toute transformation de la bâtisse et la vente de celle-ci.

17En l’espace d’un siècle sinon de plusieurs siècles, les héritiers deviennent très nombreux. A cet égard, certaines maisons en comptent plus d’une centaine. La part de chacun est alors plus que négligeable ; aussi, à l’heure actuelle, tous les héritiers qui ont la possibilité d’habiter ailleurs, abandonnent la maison familiale et même la médina. Les bâtisses sont alors occupées par les héritiers pauvres et nécessiteux qui n’ont pas les moyens d’entretenir ces grandes maisons, souvent de véritables palais. D’ailleurs, même si ces occupants en avaient la possibilité (ce qui est très rare), ils ne seraient pas disposés à faire des dépenses pour l’entretien de biens ne leur appartenant pas.

18C’est ainsi que toutes les maisons constituées en biens habous familiaux sont délabrées. Par ailleurs, ces maisons sont aussi les plus anciennes et conservent leurs caractéristiques originales.

19Une enquête menée à Fès Bali, dans le quartier de Qarawiyin, en vue d’identifier d’anciennes maisons, en a révélé plus d’une centaine dont onze sont considérées comme les plus vénérables, mais, aussi, les plus délabrées. Sur ces onze demeures deux seulement ne relèvent pas des habous.

20Les neuf autres maisons sont réparties d’après leur statut juridique comme suit :

21— Dār Adiyel, remontant à la fin du xviie ou au début du xviiie siècle, est un bien habous public. Il a été certainement constitué en habous d’État après la disgrâce de son propriétaire - le gouverneur Adiyel — au début du xviiie siècle.

  • 4 Voir la condamnation de ‛Abd al-Raḥmān al-Manjūr par al-Manṣūr, rapportée par Muḥammad al-Ṣaġrīr a (...)

22Des cas similaires ont été signalés dans l’histoire de Fès4.

23Enfin, les archives familiales révèlent les liens étroits qui existent entre l’évolution sociale et économique des familles et les changements subis par la bâtisse durant son histoire.

24En plus des renseignements historiques qu’ils fournissent, les actes des habous familiaux contribuent à la conservation de la maison puisqu’ils empêchent le démembrement et la spéculation immobilières, même si l’entretien de la demeure laisse à désirer.

25Par ailleurs, notre enquête à Fès démontre également que, pour les maisons qui ne posent aucun problème juridique, la modification est de règle. Celle-ci va de la simple réparation à la destruction et à la reconstruction de la maison, transformée alors en appartement. Cette dernière possibilité devient, hélas ! de plus en plus fréquente.

Dār Ḍemāna et Dār Mzelja

26Ces deux maisons étant la propriété des šurfā de Wazzan, il nous a paru utile de donner, au préalable, un aperçu historique de leur zāwiya.

271. Aperçu historique de la zāwiya de Wazzan, depuis sa fondation jusquau xxesiècle.

  • 5 Muḥammad al-Kattānī, salwat al-anfās wa muhādaṭāt al-akyās bi man Uqbira min al-‛ulamā wa’l-ṣulaḥā (...)

28Les šurfā wazzānīyn sont des descendants de Muḥammad b. Idris5.

  • 6 Ben Asker rapporte dans son ouvrage : dawḥat an-Našīr. que Sīdī Mūsā b. ‛Ali al-Warrāni, disciple (...)

29Le fondateur de la zāwiya, Mūlay ‛Abd Allāh b. Ibrāhīm Ašarīf, né en 1005 H (1596 J.-C.), est mort en 1078 H (1667 J.-C.)6.

  • 7 La tradition orale indique une troisième tendance dite šahdite (tendance pauvre).

30Mūlay ‛Abd Allāh, ayant laissé deux fils, son aîné — Sīdī Muḥammad — lui succéda à la tête de la zāwiya. Ce dernier mourut en 1120 H (1708 J.-C.), en laissant à son tour deux fils — Mūlay al-Thami et Mūlay Taïb — qui donnèrent à la zāwiya sa dimension nationale et, même, maghrébine (influence en Algérie, en Tunisie, au Sahara et, plus particulièrement au Touat)7.

31A leur époque, deux tendances se dessinent dans la confrérie :

  • La tendance tuhamῑya due à Mūlay Al-Thami, qui se propagea au Maroc, surtout au Tafilalet et au Touat.
  • La tendance taïbīya, suivie en Algérie et en Tunisie, se réclamant de Mūlay Taïeb8.
  • 9 Muḥammad al-Kattāni, salwat al-anfās, t. I, p. 231.

32Mūlay al-Thami succéda à son père à la tête de la confrérie. Auparavant, il fut invité, avec celui-ci par le sultan Mūlay Ismaïl à Meknès9. Il mourut en 1715 J.-C. (1127 H).

  • 10 E. Michaux Bellaire, Revue du Monde Musulman, t. 5, p. 41.

33Son frère Mūlay Taῑeb lui succéda. Il eut, dit-on, quelques démêlés avec le Sultan Mūlay ‛Abd Allāh10 et mourut en 1767 J.-C. (1180 H).

  • 11 Voir la généalogie de la famille Wazzani dans Hespéris, t. 31, 1944, p. 62, art. de J. Caillie.

34Par la suite, en raison de l’importance accrue de la confrérie, le chef (naqīb) fut nommé par le Sultan. Parmi ces chefs, on distingue Sīdī Ḥāj ‛Arbī, Mûlay b. Thami b. ‛Abd Allāh, Sīdī ‛Abd Allāh b. Ibrāhīm b. ‛Alī, Sīdī Muhammad b. ‛Abd al-‛Abbār b. ‛Alī, Sīdī Muhammad b. Makkī b. Aḥmad b. ‛Alī, etc.11.

  • 12 Il s’agit d’un système dit abujad, bien connu dans le monde arabo-islamique. Il comprend deux vari (...)

35Le déchiffrage des inscriptions de Dār Ḍemāna nous a permis de découvrir une mention énigmatique sculptée dans le plâtre à l’intérieur d’un claustrum (šamsīya), situé à l’étage, au-dessus de la porte de la chambre Est, réservée au maître de maison. On peut y lire « wa lā anta », dont la traduction, en code ésotérique, donne la date de 488 H / 1095 J.-C.12.

36Peut-on en déduire que Dār Ḍemāna serait d’époque almoravide ? En dépit du fait qu’il occupe la place habituellement réservée aux inscriptions de fondation, ce texte ne suffit pas à justifier une telle assertion.

  • 13 Dār Ḍemāna se trouve près de la fontaine Demnati
  • 14 Aïn Azlīten est attesté au xive siècle dans l’inscription de fondation de la madrasa al-‛Aṭṭārīn. (...)
  • 15 Les propriétaires actuels sont en majorité des femmes non mariées. Nous n’avons pas pu consulter, (...)

37Dār Ḍemāna est situé dans le quartier dit Sqayt Demnati13, secteur Aïn Azliten14. C’est un bien habous de la famille Wazzani, qui ne peut se transmettre que par héritage par les seuls enfants mâles. Les filles veuves ou célibataires en ont toutefois la jouissance15.

38Un document daté de 1266 H / 1849 J.-C., mentionne un acte habous de la maison, daté de la fin du xviiie siècle ; on y trouve les conditions ci-dessus indiquées, imposées par le règlement des habous. Un autre document datant de 1142 H / 1729 J.-C., mentionne l’appartenance de Dār Ḍemāna aux šurfā de Wazzan.

39Sur une autre pièce d’archives du début du siècle, on trouve quelques modifications apportées à la bâtisse, notamment l’aménagement de l’entrée indépendante du ryāḍ.

40On pourrait traduire Dār Ḍemāna par : maison où la sécurité est garantie. Elle avait, en effet, pour mission :

  • de protéger les réfugiés16 ;
  • d’assurer leur sécurité ;
  • de veiller sur les biens qui y étaient entreposés, en les protégeant du pillage et, éventuellement, de leur confiscation par le Makhzen ;
  • de garantir en quelque sorte le Paradis aux adeptes17 de la zāwiya.

41Les descendants de la famille propriétaire rapportent à propos de Dār Ḍemāna :

42« La maison a été offerte au šarif par un ministre du nom de Demnati, en récompense de la guérison de sa fille préférée.

43On prêtait, en effet, au šarif, le pouvoir de guérison ».

  • 18 Notre informateur a vécu à Dār Demāna entre 1920 et 1930.
  • 19 A l’étage, une pièce (Est) était destinée au chef de la seconde famille, celle du côté Nord étant (...)
  • 20 Une sqalābīya à l’angle Nord-Ouest de la pièce Est renfermait bois, charbon de bois et plantes all (...)
  • 21 Le mausolée de Sidi el-Mahjoub était visité en certaines circonstances, notamment pour obtenir la (...)

44L’enquête orale18 fournit quelques indications précises sur l’occupation de l’espace domestique dans le premier quart du xxe siècle. Deux branches de la famille des šurfā se partageaient Dār Ḍemāna ; l’une occupait le rez-de-chaussée, l’autre l’étage. Au rez-de-chaussée, à l’entrée, la pièce côté Est était attribuée au frère aîné ; les pièces Nord et Ouest étaient réservées à deux autres frères, tandis que la quatrième habitait le ryāḍ 19. Cette famille disposait de l’entresol pour les réserves de céréales (blé, orge, maïs)20. Au rez-de-chaussée, le borṭāl abritant une fontaine (plus à l’Ouest) jouait le rôle de sanctuaire ouvert au public21. Ainsi cette construction, considérée comme zāwiya, revêtait-elle un double caractère religieux.

45– Le menzeḥ servait de bibliothèque.

Inscriptions de Dār Ḍemāna

  • 22 « Allah-nulle Divinité excepté lui-est le Vivant, le Subsistant. Ni somnolence, ni sommeil ne le p (...)

461. A l’étage, au niveau de la ḥalqa, seuls les linteaux des faces Est et Ouest (ceux des faces Nord et Sud ayant été remplacés) portent des inscriptions en caractères cursifs, tirées du Coran. Elles mentionnent le début du verset 255 de la sourate II, La Génisse22.

  • 23 Inventorié sous le n° A 7.
  • 24 Inventorié sous le n° A 4.

47Le même verset coranique figure sur deux pierres tombales mérinides de forme prismatique (mqabriya) exposées au Musée du Batha à Fès. L’une sur pierre23, l’autre en marbre, datée de 794 H / 1375 J.-C.24.

482. Les piliers et les encadrements des portes sont ornés d’eulogies en caractères coufiques et cursifs :

  1. La puissance est Allāh.
  2. L’empire est à Allāh.
  3. La paix éternelle.
  • 25 La première eulogie est attestée au Musée du Batha sur une frise en plâtre n° A 43 et sur un arc i (...)

49Ces trois eulogies sont fort répandues, même de nos jours. A la période mérinide, on les trouve sur les matériaux les plus divers25 dans le décor intérieur des demeures.

503. Nous rappelons, pour mémoire, l’inscription du claustrum médian de la porte : wa lā anta, signalé précédemment.

  • 26 Selon la tradition orale, les linteaux des façades Nord et Sud, ont fait l’objet de restaurations (...)
  • 27 Ce motif apparaît également sculpté dans le plâtre, et réservé aux angles de la cour.
  • 28 Édifiée de 721-723 H / 1321-1333 J.-C. par le Sultan Abu Ί-Hasan.

51Le décor épigraphique sur bois, que l’on rencontre au niveau de la ḥalqa évoque celui de Dār Lazreq el-Kebīra ; en effet, les linteaux des façades Est et Ouest reproduisent les mêmes versets coraniques que ceux de Dār Lazreq26. Les corbeaux qui les supportent sont revêtus d’un décor en « chebka » (losanges)27, s’apparentant à celui également traité sur bois de la Médersa Ṣaḥrīj28

  • 29 Répertorié sous le n° d’inventaire A 52.
  • 30 Fondée en 747 H / 1346 J.-C. par le Sultan Abū ‘-Ḥasan.
  • 31 Répertoriée sous les n° d’inventaire A 51.

52Le décor sur plâtre offre également plus d’un point de comparaison avec le décor mérinide : les motifs ajourés avec un raccord en diagonale, au-dessus d’un pilier d’angle à l’étage, sont de même facture que ceux d’un arc de chambre d’une maison du xive siècle, exposé dans la section archéologique du Musée du Batha29. Un chapiteau provenant de la Médersa Meṣbāḥiya30 est orné de motifs semblables31.

53En l’absence de documents écrits, ces indications soulignent le style mérinide de Dār Demāna. Cependant, des investigations et des analyses plus poussées, devraient peut-être confirmer l’hypothèse d’une fondation plus ancienne.

Dār Mzelja

  • 32 Cf. R. le Tourneau, Fès avant le Protectorat. Casablanca, 1949, p. 129, qui traduit par « le pinso (...)

54Situation. Cette maison se trouve dans le quartier Cherchour32, qui fait partie du quartier Aïn Azliten, au Nord de la médina de Fès, elle est mentionnée par les chroniqueurs du xive siècle. Les propriétaires sont des descendants de la famille Wazzani.

  • 33 Nous avons pu consulter cet acte chez le propriétaire. Il s’agit d’un document en parchemin de 2 m (...)

55Historique. Après consultation de l’acte de propriété33, où figure une grande partie des biens de cette famille, notamment Dār Mzelja, nous n’y avons trouvé ni la date de fondation, ni celle de l’acquisition.

  • 34 Cf. E. Michaux Bellaire, op. cit., p. 40, M. Al-Kattani, op. cil. p. 231.

56Nous savons cependant que les premiers contacts de cette famille avec le quartier remontent à l’époque du fondateur de la zāwīya (fin du xvie, début du xviie siècle). Ce dernier, Mūlay ‛Abd Allāh, avait délégué son disciple Sῑdῑ Lẖyat, à Fès34, pour y créer une filiale de sa zāwiya.

57Sῑdῑ Lẖyaṭ revint dans son quartier natal, Cherchour ; il y acheta une habitation qu’il transforma en zāwiya — qui existe encore, dans laquelle il fut inhumé en 1703 J.-C. (1115 H).

  • 35 Cf. E. Michaux Bellaire, op. cit., p. 44.

58Un petit-fils du fondateur, Sῑdῑ Muḥammad b. Mūlay al-Thami35, s’établit à son tour à Fès où il acheta une maison à Cherchour, près de la zāwiya. C’est ainsi que la famille Wazzani prit de l’importance dans le quartier.

Dār al-Manjūr

  • 36 Ce quartier est mentionné par le K. Zahrat al-Ᾱs, p. 253. Le Musée du Batha possède quelques pièce (...)

59Situation. Cette maison, située dans le quartier dit de Sba‛a Luyat36, près de la mosquée Qarawiyin, est la propriété des fils de al-Manjūr. C’est un bien habous qui ne peut se transmettre que par héritage. En l’absence d’héritiers, l’immeuble reviendra aux habous de la Qarawiyin.

  • 37 Abu Ί-’Abbâs Aḥmad al-Manjūr, Fahrasa, pp. 6 et 7, Muḥammad al-Kadiri, revu et annoté par Muḥammad (...)
  • 38 Muḥammad al-Kattāni, op. cit., t. II, p. 162.

60Historique37. Les propriétaires actuels sont les fils de al-Manjūr (awlād al-Manjūr), descendant, selon la tradition orale, du grand savant Abū’l-‛Abbās Aḥmad al-Manjūr, connu également sous le nom de Aḥmad Ibn ‛Ali al-Maknasῑ. Cet érudit du xvie siècle, né à Fès en 926 H / 1519 J.-C., étudia la théologie, la logique, les mathématiques, l’histoire. Il s’intéressa de même aux arts, notamment à la musique — jouant lui-même du luth — ainsi qu’à la culture populaire (dialectes, proverbes, jeux, etc.)38. Dans sa vie, il était d’une extrême simplicité. Au nombre de ses disciples, on peut compter le célèbre Sultan saadien Abū Ya‛qūb al-Manṣūr al-Dahbῑ, Abū’l-Mahāṣῑn al-Fāsῑ, Ibn al-Sadi, etc.

61Il est l’auteur de treize ouvrages dont le plus célèbre est la grande Fahrasa.

62Décédé le 16 Dū al-Qa‛da 995 H / 19 octobre 1097 J.-C., il fut enterré à l’intérieur de Bāb Ftūḥ.

  • 39 Fahrasa, p. 7.

63Après sa mort, ses disciples reportèrent ses biens habous, parmi lesquels figure la maison qui nous intéresse, sur le registre des habous du Sultan39.

  • 40 D’après les archives des habous et la tradition orale.

64Cependant, il est rapporté qu’au xive siècle, il aurait existé deux familles al-Manjūr, l’une musulmane, l’autre juive40.

  • 41 Muḥammad al-Ṣaġīr al-Ufrānī al-Marrakušī, Nuzhat al-Hādī bī Ahbār mulūk al-qarn al-Hādī, revu par (...)

65Dans son ouvrage Nuzhat al-Hādī, al-Ufranῑ mentionne la condamnation et l’exécution de ‛Abd al-Raḥmān al-Manjūr par al-Manṣūr qui lui confisqua ses biens41.

  • 42 Muḥammad al-Kattāni, op. cit., p. 139.

66Muḥammad al-Kattāni signale, de son côté, l’existence d’un autre Manjūr : Mῑmῑ al-Manjūr42.

Dār Lazreq (el-kebīra) (Dār Sfaïria)

  • 43 Le quartier Sbitrīyne est cité dans le décret de fondation de la Madrasa ‛Aṭṭārīne. Cf. A. Bel, In (...)
  • 44 Dont le début de la construction remonte au premier mois de Š‛abān 1081 = 17 décembre 1670, sous l (...)

67Situation. La dār kebīra est située dans le quartier Sbitrīyne43, au Derb el-Madrasa. à proximité de la Madrasa Cherrāṭīne44, non loin de la grande mosquée Qarawiyine. Elle appartient à la famille Lazreq. Constituée en habous familiaux, elle est occupée par les descendants auxquels sont venus s’adjoindre deux autres familles, en qualité de locataires.

  • 45 Ces manuscrits comportent plusieurs dates dont la plus ancienne est celle de 1230 H / 1814 J.-C. I (...)

68Historique. Notre intérêt se portera sur des documents d’archives45 — confiés par la famille — qui offrent une description des lieux à différentes époques. C’est ainsi qu’on y trouvera une première description de la maison avant son achat à la famille Sfaïria par la famille Lazreq :

  • 46 Nous devons remercier tous les membres de la famille Lazreq et, plus particulièrement al-Hāaj Muḥa (...)

69« La grande maison se trouvant à Ras Cherrāṭīne a une autre porte du côté du quartier Sbitrῑyne. Elle est connue sous le nom de Dār oulād Sfaïria. Ses dépendances comptent trois écuries (arāwi), une dwīrīa. une maṣrīa en ruines du côté de la madrasa. Elle est située à côté de la madrasa Cherrāṭīne, du Dār Ibn Bū Bakr et du Dār ben Zakour »46.

  • 47 Ces pièces au nombre desquelles figurent une porte d’intérieur à panneaux embrevés et un linteau à (...)

70La famille Sfaïrīa possédait une autre maison, voisine de celle-ci, Dār Sfaïrīa, qui, démolie il y a une douzaine d’années, fut reconstruite. La maison détruite devait remonter à l’époque mérinide, sans doute vers la fin du xiiie siècle ou au début du xive siècle, c’est ce que paraissent révéler les pièces de bois provenant de cette maison47, par comparaison avec l’ensemble des collections de bois sculpté du Musée du Batha à Fès.

  • 48 Cf. L. Martin, Description de la ville de Fès, quartier du Keddan, in Revue du Monde Musulman, t. (...)

71Cette famille est également mentionnée dans ces manuscrits qui ajoutent à son nom : al-andalūsῑ, indication précise de son origine andalouse. C’était une famille de notables ; l’un d’entre eux, dont le père occupait la fonction de rkāb (chargé de la direction des pèlerinages), était nāẓir des habous de Fès Jdῑd au xixe siècle48.

72La dār kebῑra fut achetée à la famille Sfaïria en 1282 H / 1865 J.-C., par un riche négociant, al-Ḥāaj Ḥammādi bel-Ḥāaj Muḥammad Lazreq.

  • 49 Sing. ḥānūt. arāwī, sing. rwā.

73Les manuscrits donnent une autre description de la dār kebῑra après son achat. Certaines modifications y sont signalées, notamment la transformation de deux écuries (arāwi) ; l’une en dépôt de marchandises (dār sla‛a), lautre en boutiques (ḥawānīt)49.

  • 50 Comme le rapporte R. Le Tourneau : « La maison de commerce est un local commercial occupé par un s (...)
  • 51 Sing. ṭerrāza. R. Le Tourneau signale l’emplacement de ces ateliers de tisserands souvent à l’étag (...)

74« La maison qui est à Sbitrῑyne, voisine de Dār Ibn Abū Bakr, de Dār Tāzī et de la Madrasa Cherrāṭīne, est en face de Dār Mezzour. Cette maison a un rwā du côté de Sbitrīyne, un rwā du côté de Rās Cherrāṭīne. transformé en Dār sla‛a50 pour le commerce, et une autre Dār sla‛a mitoyenne. Ces deux dépôts de marchandises se trouvent de part et d’autre de la porte d’entrée dormant sur le Rās Cherrāṭīne. Au-dessus des entrepôts (diyūr sla‛a), à l’étage, la dār kebīra possède des ateliers de tissage (ṭarrāzāt)51. Il possède un héri que surmonte une māsrīa ainsi qu’une dwīrīa, etc. ».

  • 52 Schéma directeur durbanisme de la ville de Fès, dossier technique n° IV. 1. Les inventaires, publ (...)
  • 53 La première, exposée dans le vestibule d’entrée, est constituée par une frise n° 421 375 / 45 190, (...)

75Dans une étude réalisée dans le cadre de la sauvegarde de la médina de Fès52, la dār kebīra est attribuée à l’époque saadienne. En l’absence de sources écrites indiquant la date de fondation, les indications apportées par le décor sur différents matériaux (bois, plâtre) peuvent nous aider à déterminer l’époque de telles réalisations. En effet, la facture du décor épigraphique sur bois se rapproche de celle du xve siècle, dont témoignent deux reconstitutions de façades intérieures de maisons, exposées au Musée du Batha à Fès53.

  • 54 Vantail inventorié sous le n° 45 119.

76De même, les portes d’intérieur ouvrant sur la cour au rez-de-chaussée, sont à rapprocher d’un vantail du xvie siècle, exposé au Musée54.

  • 55 Notamment la ‛Aṭṭārīne (723-725 / 1323-1325 J.-C.) et la Bū’Inānīya (751-756 H / 1350-1355 J.-C.).

77Par ailleurs, la disposition dans les angles de la cour, de motifs en chebka (losanges), ainsi que leur facture, rappellent non seulement les motifs décoratifs en usage dans les madāris mérinides de Fès55, mais encore la règle régissant la répartition du décor à cette époque.

Inscriptions de Dār Lazreq el-Kebīra

  1. Les linteaux au niveau de la ḥalqa comportent la totalité du verset 256/255 de la sourate II, la Génisse, précédé de la formule habituelle.
  2. Au rez-de-chaussée, sur les linteaux de la façade Est, se déploient les eulogies suivantes en caractères cursifs :
    1. La puissance, la réussite et le bon sens (eulogie répétée).
    2. Engage-toi avec conviction pour exprimer ta reconnaissance au Majestueux, pour recevoir de Ses mains...
    3. La puissance, la réussite et le bon sens.
  3. Au rez-de-chaussée, les linteaux de la façade Est sont ornés également d’eulogies :
    1. La chance, la réussite et la joie nouvelle.
    2. A celui dont la beauté surpasse celle de l’Étoile de la Chance, lequel est en compagnie de (ceux qui sont) préservés des défauts et des péchés.
    3. La chance, la réussite et la joie nouvelle.
  4. Les eulogies sur plâtre, en caractères coufiques et cursifs figurant, au rez-de-chaussée, dans les encadrements des ouvertures, et à l’étage, sur les piliers, sont les suivantes :
    1. La puissance est à Allāh
    2. L’Empire est à Allāh
    3. La Paix éternelle

78NB : Les linteaux soutenant les plafonds des galeries au rez-de-chaussée, présentent des inscriptions en caractères coufiques (eulogies).

Dār Zouiten

  • 56 Appelé également jarnīj, du nom du grand chardon ; A. Bel, Insc. Ar. de Fès, pp. 181 et 2024.
  • 57 A. Bel, op. cit. pp. 301 et 3835.
  • 58 Zahrat al-Ᾱs. trad. A. Bel, pp. 135 et 136.
  • 59 Henri Terrasse, La Mosquée al-Qaraouiyin à Fès, Paris, Klincsieck, 1968, p. 56 b.

79Situation et historique. Dār Zouiten est situé dans le quartier Guerniz56 au Derb Zouiten. Le nom de ce quartier est gravé sur une plaque de marbre portant la date de fondation de la Madrasa ‛Aṭṭārīne57. L’eau d’une source de ce quartier fut captée pour l’aménagement, sous les Almohades, de la salle d’ablutions (mīḍā) de la mosquée Qarawiyῑne58. La réalisation de cette mīḍā est le point de départ d’une tradition locale59.

  • 60 Boris Maslow, Les mosquées de Fès et du nord du Maroc, pub. Institut des Hautes Études Marocaines, (...)
  • 61 Maslow, op. cit. p. 129.
  • 62 Le quartier doit son nom à ce four.

80Ce quartier renferme un certain nombre de maisons importantes, notamment, Dār Buḥlāl, Dār Sqolli. Dār Belqati, et des mosquées telles que Jāma‛ Oued er-Rchacha dont « l’ensemble des constructions peut être attribué à la fin du xive siècle)60, Jāma‛ es-Siyāj61, etc. Il possède, de même, l’un des plus grands fours de la médina, situé au Derb ‘l-farrān62. Dār Zouiten appartenait au fondateur de la zāwiya et il appartient toujours à ses descendants. C’est un bien habous familial.

  • 63 Muhammad al-Kattāni, op. cit.. p. 260.

81Le fondateur est Sīdī Aḥmad al-Badawī, fils de al-Ḥāj Ahmad, connu sous le nom de Zouiten al-Darqawī. Il possédait une boutique au Sūq al-‛Aṭṭārīne, qu’il abandonna pour se consacrer aux sciences et à la dévotion. Il assistait aux réunions des ‛Ulamā, notamment à celles du Šayẖ Taïeb b. Kiran. En 1215 H / 1800 J.-C., il rencontra le célèbre mystique Mūlay al-‛Arbī b. Aḥmad al-Šarīf al-Darqawī, qui l’initia à sa Ṭarīqa soufie dont il devint le principal défenseur et représentant à Fès. Décédé en 1275 H / 1858 J.-C., il fut enterré dans sa zāwiya sise dans le quartier de Siāj63.

  • 64 Abd Allah Talidi, Kitāb al-mutrib bi dikri ba’d mašayẖ awlya al-Maġrib. Tanger, 1980, p. 202.

82Le fondateur Zouiten a été considéré comme l’un des principaux piliers de la zāwiya des Darqawa, au même titre que Ibn ‛Ajiba64. L’enquête orale révèle que celle-ci regroupait des adeptes essentiellement dans les zones rurales. — On les reconnaît à leur turban vert —. Par ailleurs, ‛Abd al-Qāḍir Zouiten, nāẓir de la zāwiya actuelle, rapporte que son ancêtre (fondateur de la zāwiya), ne revêtait que des habits de couleur verte.

83Hormis la zāwiya et la maison qui nous intéressent, les Zouiten possèdent d’autres zāwiya, notamment celle de Siāj signalée plus haut ainsi qu’une autre à Meknès.

  • 65 A Zouiten est attribuée le miracle de la transformation en lait de l’eau du puits de la maison, fo (...)

84La maison de Guernīz demeure un sanctuaire visité surtout par les femmes, principalement la fontaine65.

85La famille Zouiten est connue pour ses nombreux intellectuels tels que des qāḍī. — au début du siècle, un calligraphe dont l’écriture reste célèbre dans les ouvrages de lithographies publiés à Fès —.

Inscriptions de Dār Zouiten

  1. A l’étage, au niveau de la ḥalqa, les linteaux des façades Ouest, Sud et Nord — celui de la façade Est ayant été remplacé — répètent l’eulogie bien connue ailleurs (cf. supra) :
    1. La chance et la joie en toute chose
    2. La puissance, la félicité et le bonheur...
  2. Au rez-de-chaussée, sur la frise dominant la fontaine, on lit :

86Bonheur et prospérité, réussite des espérances en toutes circonstances.

  • Les piliers et les encadrements de certaines portes sont gravés, dans le plâtre, d’eulogies en caractères coufiques et cursifs, formant un motif à répétition semblable à ceux trouvés dans les précédentes maisons : la puissance est à Allāh, etc.
  • On trouve, sculptée sur bois, l’eulogie évoquant la félicité, en symétrie, sur un axe vertical, à l’intérieur d’arceaux.
  • 66 Voir, à ce sujet, A. Bel, op. cit., p. 348.
  • 67 Sur une frise provenant d’une maison mérinide, exposée au Musée du Batha à Fès, n° 017.
  • 68 Sur un fragment de revêtement de bronze d’une porte almoravide (xiie siècle). Bāb al-Gnā’iz, de la (...)

87Ces formules sont d’un emploi courant au xive siècle à Fès, à Meknès et également en Andalousie ainsi qu’à Tlemcen66. Plusieurs formules, légèrement différentes de celles-ci, sont inscrites sur des frises en bois ou sur des carreaux de céramique excisés67. On les trouve encore sur des bronzes moulés d’époque almoravide68.

Dār Ben Šeqrūn

88Situation. Cette demeure est située à Zqāq al-Rwah, n° 19 ; elle est habitée par plusieurs familles qui descendent toutes de Ben Šeqrûn et dont la majorité est connue comme artisans (relieurs, tisserands, etc.).

  • 69 Naṣīrī mentionne deux autres Ben Šeqrūn à l’époque du Sultan Mūlay al-Ḥasan, cf. al-lstiqṣā’li aẖb (...)

89Historique. Les descendants rapportent que cette maison a été offerte à leur ancêtre, le célèbre ‘Abd al-Qādir Ben Šeqrūn69 par le Sultan Mūlay Slimān.

  • 70 Muḥammad al-Kattānī, op. cit. t. 1, p. 95.

90Ce savant du xviiie siècle70 s’était vu attribuer les fonctions de Qāḍī à Sijilmasa, puis à Fès où il devint un maître vénéré. Il eut de nombreux disciples dont le plus connu fut le Sultan Mūlay Slimān.

  • 71 Al-Naṣīrī, op. cit., t. 8, pp. 90 et 99.

91Il mourut en 1219 H / 1804 J.-C., à Fès. Ses obsèques sont évoquées comme un événement important de l’époque, selon les chroniqueurs71, puisque le souverain lui-même y assista en personne.

  • 72 Nous n’avons pas trouvé les actes de fondation ni ceux d’acquisition de cet immeuble.

92Dār Ben Šeqrūn est d’ailleurs situé à proximité du Palais de Mūlay Slimān à Zqāq al-Rwaḥ72.

Inscriptions de Dār Ben Chekroun

  • 73 « Nous avons mis à leur cou des chaînes jusqu’à leur menton, en sorte qu’ils vont la tête immobile(...)

931. Inscriptions façade Est : a) L’un des piédroits de la porte, façade Est, comporte, en céramique excisée, la formule à répétition : Allah est Grand, ainsi que le verset 7 de la sourate 36, yā’sῑn73.

  • 74 Salut ! leur sera-t-il dit, de la part d’un Seigneur Miséricordieux ; R. Blachère, op. cit., p. 47 (...)

94b) Sur l’autre piédroit de la porte Est, (carreau excisé) on lit après la formule Allāh est Grand, le verset coranique 58, sourate 3674.

952. Inscriptions, façade Ouest : Sur l’un des piédroits de la porte de la façade Ouest on peut lire :

96« Louanges à Allāh pour ses bienfaits !

  • 75 La même formule est relevée dans le Jāma‛ Gnā’iz de la Grande Mosquée de Fès Jdīd, datant du xive (...)

97Reconnaissance à Allāh pour ses Générosités »75.

983. Dans les encadrements des portes, sont localisés quelques vestiges d’épigraphie ; il s’agit de l’eulogie si répandue : La Paix éternelle !

Dār Lazreq

  • 76 Mausolée encore visité de nos jours, à côté de cette maison.
  • 77 « Le crêt des tamisiers », selon Le Tourneau, op. cit., p. 128.
  • 78 Ce bois, répertorié sous le n° 45.54 / 391.278, est daté du xiiie siècle.

99Situation. Cette maison est située dans le quartier dit de Sīdī Idir76, à Rās Tyaline77, l’un des quartiers les plus anciens de Fès. Le Musée du Batha recèle une poutre sculptée provenant de la démolition d’une maison voisine de celle qui nous intéresse78. L’entrée même de l’impasse de Sīdī Idir est encore ornée de bois sculpté et peint.

  • 79 Al-Kettāni, op. cit., t. 1, p. 217 ; voir également al-Qādirī, našr al-maṯāni. t. 1, p. 306.

100Historique. Sīdī Idir, grand soufi, originaire du Sous, vivait à Fès, à la fin du xviie siècle, début du XVIIIe. Il fut enterré dans ce quartier en 1142 H / 1727 J.-C.79.

101Tous les occupants actuels de Dār Lazreq sont les descendants du propriétaire (du même nom), artisan céramiste spécialisé dans l’art des zellīj. L’acquisition de cette demeure par la famille Lazreq n’est pas antérieure au xixe siècle.

Dār Caïd bel-Ḥassān

102Situation. Cette habitation se trouve au Derb‛Abd al-Malik, non loin de la Madrasa Bū‛Inānῑa, dans l’un des quartiers les plus anciens de Fès.

103Historique. Nous n’avons malheureusement aucun document écrit concernant cette maison. Seule, la tradition orale rapporte que l’immeuble était habituellement réservé aux dignitaires du quartier ; en effet, la maison porte, de nos jours, le nom de Caïd Belkora. Les descendants de ce dernier l’auraient cédée à un autre caïd nommé Bel-Ḥassān, puis, les descendants de ce personnage l’ont vendue à son propriétaire actuel, nommé Mdeghri. Au début de l’année 1984, cette maison a été transformée en atelier de tissage de tapis.

  • 80 Le Salwat al-Anjās de Muḥammad al-Kattāni, signale l’existence de deux saints du nom de Sīdī M’Bar (...)

104Entre le seṭwān et le wusṭ al-dār, se trouve une petite niche qui constitue le sanctuaire de Sīdī M’Barek80. Des femmes ont coutume de s’y rendre le jeudi soir ; elles y allument des bougies et y déposent quelques pièces d’argent en guise d’offrande. Ce petit sanctuaire forme un espace à la fois sacré et public à l’intérieur de l’espace privé de la maison.

105Nous avons déjà relevé cette particularité en d’autres lieux, notamment à Dār Ḍemāna.

Ouvrages consultés

1. En arabe

106Ibn Abī Zar‛ : Rawḍ al-Qirṭās, éd. Dār al-Manṣūr, Rabat, 1973.

107Al-Kattāni (Muḥammad) : salwat al-anfās wā muhādaṯāt al-akyās bi man uqbira min al-’ulamā’ wā al-ṣulaḥā bi Fās. édit. en litho, Fès, 1316= 1898.

108Al-Manjūr (Abū’l-‛Abbās Aḥmad b. ‛Ali) : fahrasa, revu et corrigé par Muḥammad Ḥijjī ; éd. al-Maghrib, Rabat, 1976, sous le titre fahrasat al-Manjūr.

109Ibn al-Qāḍī. A : jaḏwat al-iqtibās fi man ḥalla min al-a’lām bi madῑnat Fās, lith. Fès. 1300 / 1891-1892.

110Al-Qaḍiri (Muḥammad b. Tayb Talīdī ‛Abd Allāh) : našr al-matāni t. I et t. II, revu par Muḥammad Hijjī et A. Taoufiq, Rabat, 1976.

111Talidi (‛Abd Allāh) : Kitāb al-Mutrib bi dikr ba’d masāyẖ awlyā al-Maġrib.

112Al-Jaznāī, (Abū’-Hasan ‛Alī) : Zahrat al-Ᾱs. texte arabe et traduction française annotée par A. Bel, Alger, Jourdan, 1923.

113Ḥijjī (Muḥammad) : alf sana min al-wafayāt, Rabat, Dār al-Maġrib, 1976.

2. En français

114Bel (Alfred) : Inscriptions Arabes de Fès, extrait du Journal Asiatique (1917-1919), Paris, 1919.

115Blachère (R.) : Le Coran, Paris, G.P. Maisonneuve et Larose, nouvelle éd., 1980.

116Maslow (Boris) : Les mosquées de Fès et du nord du Maroc, pub. Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat, t. XXX, 1937.

117Massignon (Louis) : Le Maroc dans les premières années du xvie siècle, d’ap. Jean-Léon l’Africain.

118Michaux Bellaire (E.) : La maison d’Ouezzan, Revue du Monde Musulman, t. 5, 1908.

119Michaux Bellaire (E.) : Le Touat et les Chorfa d’Ouezzan, in Mémorial Henri Basset, pub. Inst. des Hautes Études Marocaines, 1928.

120Sauvaire (N.H.) et de Rey-Pailhade (M.J.) : Sur une mère d’astrolabe arabe du xiiie siècle portant un calendrier perpétuel avec correspondance musulmane et chrétienne, in Journal Asiatique, Paris, 1943.

121Terrasse (Henri) : Chapiteaux omeiyades d’Espagne à la Mosquée d’al-Qarawiyin, in al-Andalus, vol. XXVII, fasc. 1, 1963.

122Terrasse (Henri) : La Mosquée Qaraouiyin à Fès, Paris, Klincksinck, 1968.

123Caillé (J.) : L’acte de mariage du Chérif d’Ouezzan et de l’anglaise Emilie Keen, in Hespéris, t. 31, 1944.

124Le Tourneau (Roger) : Fès avant le protectorat, pub. Inst. des Hautes Études Marocaines, t. XLV, Casablanca, 1949.

125Martin (L.) : Description de la ville de Fès, quartier du Keddan, in Revue du Monde Musulman. n° 9, 1909.

Notes

1 L. Milliot, Démembrement des habous. Ernest Leroux, Paris, 1918, p. 38.

2 Sing. Médersa (ou madrasa) ; collège religieux.

3 Nous avons pu consulter un acte de habous établi au profit des descendantes.

4 Voir la condamnation de ‛Abd al-Raḥmān al-Manjūr par al-Manṣūr, rapportée par Muḥammad al-Ṣaġrīr al-Ufrānī al-Marrakušī, dans : Nuzhat al-Hādī bī aẖbār mulūk al-qarn al-Hādī, Rabat, p. 35.

5 Muḥammad al-Kattānī, salwat al-anfās wa muhādaṭāt al-akyās bi man Uqbira min al-‛ulamā wa’l-ṣulaḥā bi Fās, lith, 1316= 1898, t. 1, p. 230, — puis, Michaux Bellaire, in Revue du Monde Musulman, éd. E. Leroux, t. 5, p. 24.

6 Ben Asker rapporte dans son ouvrage : dawḥat an-Našīr. que Sīdī Mūsā b. ‛Ali al-Warrāni, disciple de Abī Muḥammad al-Ḥabṭī, mourut en 970 H (1562 J.-C.). Ce dernier était-il l’ancêtre de Sīdī ‘Abd Allāh ?

7 La tradition orale indique une troisième tendance dite šahdite (tendance pauvre).

8 E. Michaux Bellaire, Le Touat et les Chorfa d’Ouazzan, Mémorial Henri Basset, Nouvelles Études Nord-Africaines et Orientales, Paris, pub. de l’Institut des Hautes Études Marocaines, II, 1928, pp. 139 à 151.

9 Muḥammad al-Kattāni, salwat al-anfās, t. I, p. 231.

10 E. Michaux Bellaire, Revue du Monde Musulman, t. 5, p. 41.

11 Voir la généalogie de la famille Wazzani dans Hespéris, t. 31, 1944, p. 62, art. de J. Caillie.

12 Il s’agit d’un système dit abujad, bien connu dans le monde arabo-islamique. Il comprend deux variantes, l’une orientale, l’autre occidentale. Dans ce code, les lettres remplacent les nombres ; ainsi, un astrolabe peut être daté par des lettres : hṭ = 609 H), cf M.H. Sauvaire et M.J. De Rey-Pailhade, Sur une mère d’astrolabe arabe du xiiie siècle, portant un calendrier perpétuel avec correspondance musulmane et chrétienne, in Journal Asiatique, 1893, p. 8.

13 Dār Ḍemāna se trouve près de la fontaine Demnati

14 Aïn Azlīten est attesté au xive siècle dans l’inscription de fondation de la madrasa al-‛Aṭṭārīn. cf. A. Bel, Inscriptions Arabes de Fès, extrait du Journal Asiatique (1917-1919), Paris, 1919, pp. 179 à 200. Il figure encore dans le plan de Fès sous les Idrīsides. Cf. L. Massignon, Le Maroc dans les premières années du xvie siècle, I, Alger, Jourdan, 1906, p. 221.

15 Les propriétaires actuels sont en majorité des femmes non mariées. Nous n’avons pas pu consulter, jusqu’à ce jour, l’acte d’acquisition ni celui des habous.

16 Ḍemāna, du verbe ḍamīna = garantir.

17 Fuqarā.

18 Notre informateur a vécu à Dār Demāna entre 1920 et 1930.

19 A l’étage, une pièce (Est) était destinée au chef de la seconde famille, celle du côté Nord étant réservée aux invités, la pièce Ouest au neveu, et la pièce Sud avec le bhū aux filles.

20 Une sqalābīya à l’angle Nord-Ouest de la pièce Est renfermait bois, charbon de bois et plantes alliacées, tandis que celle de l’angle Sud-Ouest contenait des jarres d’huile.
Dans la pièce Ouest, une ṭārma (à l’angle Sud-Ouest) était réservée au ravitaillement ; la sqalābīya, située sous le menzeḥ. faisait office de resserre à provisions sèches (légumes et fruits secs) ; d’autres produits indispensables aux besoins familiaux y étaient entreposés (olives, viande confite ou hla’, miel, beurre rance (smen).

21 Le mausolée de Sidi el-Mahjoub était visité en certaines circonstances, notamment pour obtenir la pluie ou pour la guérison de certaines maladies. Les pèlerins apporteraient des offrandes (argent, huile, bougies), et ils en ramenaient de l’eau puisée à cette fontaine.

22 « Allah-nulle Divinité excepté lui-est le Vivant, le Subsistant. Ni somnolence, ni sommeil ne le prennent...
A lui ce qui est dans les deux et ce qui est sur terre. Quel est celui qui intercèdera auprès de Lui. sinon sur Sa permission ? » trad. R. Blachère, Le Coran. Paris, G-P. Maisonneuve et Larose, p. 69.

23 Inventorié sous le n° A 7.

24 Inventorié sous le n° A 4.

25 La première eulogie est attestée au Musée du Batha sur une frise en plâtre n° A 43 et sur un arc intérieur de chambre n° A 52 ; tous proviennent de maisons mérinides.
La seconde, relevée fréquemment sur des éléments architecturaux en bois (frise n° 45 64 / B 44), en plâtre (claustrum n° A 40), en céramique : (frise de zellīj à émail noir excisé n° C 12), datés du xive siècle, continue d’être employée ultérieurement (porte du xvie siècle, exposée sous le n° 45 119).

26 Selon la tradition orale, les linteaux des façades Nord et Sud, ont fait l’objet de restaurations à deux reprises, dans les années 1930 et 1960.

27 Ce motif apparaît également sculpté dans le plâtre, et réservé aux angles de la cour.

28 Édifiée de 721-723 H / 1321-1333 J.-C. par le Sultan Abu Ί-Hasan.

29 Répertorié sous le n° d’inventaire A 52.

30 Fondée en 747 H / 1346 J.-C. par le Sultan Abū ‘-Ḥasan.

31 Répertoriée sous les n° d’inventaire A 51.

32 Cf. R. le Tourneau, Fès avant le Protectorat. Casablanca, 1949, p. 129, qui traduit par « le pinson ».
Ce quartier est mentionné dans le Rawḍ al-Qirṭās éd. Rabat, 1973, p. 39 sous le vocable Derdoura ; on trouve également mention dans Abu Ί-Hasan al-Jaznaï, Zahrat al -Ᾱs. texte et trad. A. Bel, Alger, Jourdan, 1923, p. 54, sous le nom de Dardour (Ayn Dardur). Les manuscrits des xviiie et xixe siècles le désignent sous le nom de Cherchour, notamment Salwat al-Anfās, t. I, p. 230 et : Historiographes des Chorfa, éd. arabe, p. 263.

33 Nous avons pu consulter cet acte chez le propriétaire. Il s’agit d’un document en parchemin de 2 m de long sur 0,40 m de large. Dār Mzelja y est cité à deux reprises parmi d’autres biens. Cet acte a été établi en 1925.

34 Cf. E. Michaux Bellaire, op. cit., p. 40, M. Al-Kattani, op. cil. p. 231.

35 Cf. E. Michaux Bellaire, op. cit., p. 44.

36 Ce quartier est mentionné par le K. Zahrat al-Ᾱs, p. 253. Le Musée du Batha possède quelques pièces de bois d’architecture, attribuées au xive siècle dont un fragment de linteau inventorié sous le n° 381, 107 / 45 97, provenant d’une maison de ce quartier.

37 Abu Ί-’Abbâs Aḥmad al-Manjūr, Fahrasa, pp. 6 et 7, Muḥammad al-Kadiri, revu et annoté par Muḥammad Ḥijjī et A. Taoufiq, Rabat, 1977, p. 55, Muḥammad al-Kattāni, op. cit. p. 60.

38 Muḥammad al-Kattāni, op. cit., t. II, p. 162.

39 Fahrasa, p. 7.

40 D’après les archives des habous et la tradition orale.

41 Muḥammad al-Ṣaġīr al-Ufrānī al-Marrakušī, Nuzhat al-Hādī bī Ahbār mulūk al-qarn al-Hādī, revu par Mamduh Haqi, Rabat, p. 35.

42 Muḥammad al-Kattāni, op. cit., p. 139.

43 Le quartier Sbitrīyne est cité dans le décret de fondation de la Madrasa ‛Aṭṭārīne. Cf. A. Bel, Inscriptions Arabes de Fès. pp. 181 et 202.

44 Dont le début de la construction remonte au premier mois de Š‛abān 1081 = 17 décembre 1670, sous le règne du Sultan Mūlay al-Rašīd.

45 Ces manuscrits comportent plusieurs dates dont la plus ancienne est celle de 1230 H / 1814 J.-C. Ils contiennent l’acte d’héritage concernant la famille Sfaïrīa, l’acte d’achat par cette famille de quelques parts de la maison (parts appartenant aux filles de la famille), ainsi que l’acte d’achat de Dār Sfaïrīa par la famille Lazreq en 1282 H / 1865 J.-C.

46 Nous devons remercier tous les membres de la famille Lazreq et, plus particulièrement al-Hāaj Muḥammad Lazreq, qui a contribué efficacement au succès de nos recherches.

47 Ces pièces au nombre desquelles figurent une porte d’intérieur à panneaux embrevés et un linteau à décor épigraphique (cursif), ont été vendues par la famille à un particulier, chez lequel nous les avons découvertes et examinées.

48 Cf. L. Martin, Description de la ville de Fès, quartier du Keddan, in Revue du Monde Musulman, t. 9, p. 621.

49 Sing. ḥānūt. arāwī, sing. rwā.

50 Comme le rapporte R. Le Tourneau : « La maison de commerce est un local commercial occupé par un seul commerçant, à la différence du fonduq. Ces locaux se trouvent dans les quartiers d’affaires au centre de la médina. Ce sont souvent des demeures ordinaires ou écuries transformées », Fès avant le Protectorat, p. 319.

51 Sing. ṭerrāza. R. Le Tourneau signale l’emplacement de ces ateliers de tisserands souvent à l’étage, au-dessus des écuries ou des boutiques, à l’écart de l’espace occupé par la famille, comme c’est le cas ici : Fès avant le Protectorat, p. 319.

52 Schéma directeur durbanisme de la ville de Fès, dossier technique n° IV. 1. Les inventaires, publiés en 1980, par l’U.N.E.S.C.O., pp. 68 et 69.

53 La première, exposée dans le vestibule d’entrée, est constituée par une frise n° 421 375 / 45 190, reposant sur une poutre n° 421 374 / 45 190, supportée par deux corbeaux n° 421 372 / 45 189 et 421 373 / 45 190.
La seconde, formant un portique dans la section archéologique, comprend un linteau n° 45 234 / 421 371, s’appuyant sur des corbeaux n° 45 235 / 421 367 et 421 368, 45 236 / 421 369 et 421 370, disposés en encorbellement.

54 Vantail inventorié sous le n° 45 119.

55 Notamment la ‛Aṭṭārīne (723-725 / 1323-1325 J.-C.) et la Bū’Inānīya (751-756 H / 1350-1355 J.-C.).

56 Appelé également jarnīj, du nom du grand chardon ; A. Bel, Insc. Ar. de Fès, pp. 181 et 2024.

57 A. Bel, op. cit. pp. 301 et 3835.

58 Zahrat al-Ᾱs. trad. A. Bel, pp. 135 et 136.

59 Henri Terrasse, La Mosquée al-Qaraouiyin à Fès, Paris, Klincsieck, 1968, p. 56 b.

60 Boris Maslow, Les mosquées de Fès et du nord du Maroc, pub. Institut des Hautes Études Marocaines, t. XXX, 1937, p. 115.

61 Maslow, op. cit. p. 129.

62 Le quartier doit son nom à ce four.

63 Muhammad al-Kattāni, op. cit.. p. 260.

64 Abd Allah Talidi, Kitāb al-mutrib bi dikri ba’d mašayẖ awlya al-Maġrib. Tanger, 1980, p. 202.

65 A Zouiten est attribuée le miracle de la transformation en lait de l’eau du puits de la maison, foré devant la fontaine, devenue inutilisable. Cette fontaine fait l’objet de vénération de la part des femmes désirant prendre époux ou de celles qui souhaitent un accouchement facile.

66 Voir, à ce sujet, A. Bel, op. cit., p. 348.

67 Sur une frise provenant d’une maison mérinide, exposée au Musée du Batha à Fès, n° 017.

68 Sur un fragment de revêtement de bronze d’une porte almoravide (xiie siècle). Bāb al-Gnā’iz, de la mosquée Qarawiyīn, inventorié sous le n° 57.17.1. cf. C. Amahan, Évolution du décor architectural sur bois du xiie au xive siècle à Fès.

69 Naṣīrī mentionne deux autres Ben Šeqrūn à l’époque du Sultan Mūlay al-Ḥasan, cf. al-lstiqṣā’li aẖbār dwalal-Maġrib al-Aqṣā, Casablanca, 1956, t. 9, pp. 117, 136 et 164.

70 Muḥammad al-Kattānī, op. cit. t. 1, p. 95.

71 Al-Naṣīrī, op. cit., t. 8, pp. 90 et 99.

72 Nous n’avons pas trouvé les actes de fondation ni ceux d’acquisition de cet immeuble.

73 « Nous avons mis à leur cou des chaînes jusqu’à leur menton, en sorte qu’ils vont la tête immobile » cf. R. Blachère, Le Coran, p. 469.

74 Salut ! leur sera-t-il dit, de la part d’un Seigneur Miséricordieux ; R. Blachère, op. cit., p. 473.

75 La même formule est relevée dans le Jāma‛ Gnā’iz de la Grande Mosquée de Fès Jdīd, datant du xive siècle, cf. A bel op. cit., p. 35. (89) et fig. 10, p. 36.

76 Mausolée encore visité de nos jours, à côté de cette maison.

77 « Le crêt des tamisiers », selon Le Tourneau, op. cit., p. 128.

78 Ce bois, répertorié sous le n° 45.54 / 391.278, est daté du xiiie siècle.

79 Al-Kettāni, op. cit., t. 1, p. 217 ; voir également al-Qādirī, našr al-maṯāni. t. 1, p. 306.

80 Le Salwat al-Anjās de Muḥammad al-Kattāni, signale l’existence de deux saints du nom de Sīdī M’Barek ; cependant, aucun d’entre eux n’a été enterré dans le quartier qui nous intéresse.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Mollatamazon.fr