Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et demeures de Fès

 | 
Jacques Revault
, 
Lucien Golvin
, 
Ali Amahan

L’architecture domestique aux époques Mérinide et Saadienne (XIVe-XVIIe siècles)

Demeures de Fès (xive-xviie siècles)

Texte intégral

  • 1 Alfred Bel, Inscriptions arabes de Fès, une maison privée du xive siècle. Paris, 1919.
  • 2 Ali Amahan, délégué régional du Ministère des Affaires Culturelles à Fès ; Catherine Amahan, conser (...)

1Lorsque la première habitation mérinide visitée par A. Bel, en 1914, et publiée en 19191 révéla un style architectural comparable, sans doute, à celui qui avait dû être en honneur autrefois dans les quartiers musulmans de Grenade, il devait encore subsister à Fès d’autres demeures contemporaines présentant le même aspect et le même intérêt. En effet, c’est aussi à A. Bel que l’on doit d’avoir trouvé et sauvé de magnifiques éléments décoratifs de plâtre et de bois sculpté ainsi que des revêtements de faïence provenant de la démolition de bâtiments d’époque mérinide et saadienne. On peut admirer ceux-ci aujourd’hui dans la belle collection réunie au Musée du Batha, où M. et Mme Amahan ont réalisé récemment leur conservation et une mise en valeur de haute qualité2.

  • 3 Une maison mérinide de Fès, Tlemcen, 1935. Henri Terrasse, historien d’art musulman ; Boris Maslow, (...)
  • 4 Ou Dar el-Fasiyin.

2Plus tard, H. Terrasse et B. Maslow se sont attachés, à leur tour, à l’étude d’une seconde demeure mérinide non indentifiée (1935)3. Au moment de cette étude, l’ancienne maison qui en était l’objet paraissait encore habitée. Nous avons cru la reconnaître, en 1967, au voisinage de la Médersa Cherratine et de la Mosquée Qarawiyine, alors qu’elle était abandonnée et tombait en ruines. Son accès n’avait ainsi été possible que par les terrasses de la médersa. On la connaissait, nous a-t-on dit, sous le nom de Dar Sfaïria4. Il n’en reste plus maintenant que le souvenir, sa destruction totale ayant fait place à une construction neuve dans le style traditionnel particulier à Fès.

3On peut attribuer à la multiplicité de cas semblables la disparition encore accrue, au cours de ce siècle, d’un grand nombre d’anciennes demeures fasies remontant au Moyen Age ; au point qu’au début de nos recherches, en 1978, il nous fut affirmé que celles-ci resteraient vaines à l’égard de toute maison de cette époque dont on ne devrait plus trouver aucune trace visible aujourd’hui.

  • 5 Nos premières recherches, avec relevés de plans, ont bénéficié de la précieuse expérience de M. Jea (...)

4Cependant, à l’occasion de nos premières investigations en divers quartiers de l’ancienne médina, on pouvait déjà compter, non loin de la Medersa Bou Inania, un exemple de maison de style mérinide — Dâr Caïd Bel-Hassen — dans l’une de ses formes les plus simples et les moins ornées5.

5En 1981, une nouvelle surprise nous était réservée avec la découverte, près de la rue Tala’a Seghira, d’une autre demeure, très différente de la précédente, le Dâr Zouiten, dans laquelle la famille du fondateur continuait à habiter. Avec ses étages très élevés, sa cour profonde et resserrée, et sa belle ornementation sculptée dans le plâtre et le bois, on ne pouvait que reconnaître ici le style architectural décelé auparavant avec A. Bel, H. Terrasse et B. Maslow.

  • 6 Avec l’aide des chefs de quartier (moqaddem), Ali Amahan a sérieusement contribué au succès des der (...)

6Par la suite, au nombre des anciennes maisons les plus intéressantes retenues pour notre étude, allaient encore figurer, grâce à une prospection plus méthodique, d’autres exemples d’architecture domestique répondant au style recherché et devenus si rares6. Les divers renseignements, plans et observations recueillis à leur sujet seront exposés dans les pages suivantes, où ils constitueront l’essentiel de la seconde partie de notre ouvrage.

PLANCHE I

PLANCHE I

Carte générale de Fès (mérinide).
1 Jama‛ Beida
2 Jama‛ Hamra.
3 Medersa Bou Inania.
4 Medersa Misbaliya.
5 Medersa el-’Atarne.
6 Medersa el-Sabrij.
7 Zaouῐra de Moulay Idris.
8 Jama‛ el-Qarawiyin.
9 Jama‛ el-Andalous

  • 7 S’ajoutant aux quatre maisons mérinides déjà citées, six autres demeures contemporaines ont fait l’ (...)

7Bien qu’ils soient très limités7, il est permis de penser que ces exemples représentent, en raison de leur diversité, une documentation de base déjà importante. Aussi bien, ne doit-on pas désespérer d’ajouter plus tard, à cette première documentation, d’autres découvertes de même nature.

8A cet effet, on est obligé, malheureusement, de hâter le plus possible recherches et études, afin de déjouer les menaces constantes de démolition et de transformation qui pèsent sur les plus anciennes demeures de Fès que leurs habitants jugent de plus en plus démodées et inconfortables.

9Il est permis d’espérer aussi que les études poursuivies dans ce domaine contribueront à une meilleure connaissance de celui-ci et au renforcement des mesures déjà envisagées par les Pouvoirs publics pour assurer le classement et la préservation des bâtiments d’habitation d’époque mérinide et saadienne les plus dignes d’intérêt.

10En tête de la présentation des dix anciennes demeures recensées et examinées dans le cadre des époques mérinide et saadienne, il importe de rappeler tout d’abord les premières pages consacrées à ce sujet par les auteurs déjà évoqués plus haut.

Une maison privée du xive siècle (Extrait de l’étude d’Alfred Bel)8

  • 8 Alfred Bel, Inscriptions arabes de Fès, Paris, 1919, pp. 317 et ss.

11L’auteur rapporte avoir visité cette ancienne demeure à la fin de 1914. Il fut surpris d’y découvrir un décor épigraphique et floral rappelant la décoration architecturale des belles médersas et mosquées de Fès, cette construction étant elle-même datée de la belle époque mérinide, au commencement du xive siècle.

  • 9 Cette maison était encore debout en 1916.
  • 10 Il est possible de les admirer, dès l’entrée du Palais Batha, où A. Bel installa lui-même d’anciens (...)

12En apprenant qu’elle était menacée de démolition par ses propriétaires désireux de la remplacer par un bâtiment neuf, A. Bel envisagea momentanément d’en faire l’acquisition pour y installer le futur musée archéologique de Fès9. Ce projet ayant dû être abandonné, A. Bel fut autorisé à enlever, lors de la destruction de l’ancienne demeure, les fragments de revêtement de plâtre, les boiseries sculptées et les faïences les plus intéressantes qui forment encore, jusqu’à ce jour, l’une des parties les plus importantes des collections du Musée de Fès10 (Pl. J).

13« La maison édifiée ici se trouvait dans le quartier de Swîqet Eddebbân, non loin de l’actuel Sûq el-’Eššâbîn... ». Sa disposition intérieure est alors décrite dans les lignes suivantes : « ... quatre grandes salles rectangulaires s’ouvraient autour d’un atrium qui devait, comme les salles elles-mêmes, être pavé de marbre ou de carreaux de faïence dont il ne reste rien.

  • 11 Ce type de cour à trois portiques pourrait être rapproché de celui que l’on rencontre parfois dans (...)

14On accédait à l’atrium par une petite porte rectangulaire P, percée dans la face extérieure (côté sud) et donnant sur un couloir sombre, coudé à angle droit. L’atrium était sur plan carré d’environ 6 m de côté ; il devait avoir, en son centre, une vasque ou un bassin. Autour de l’atrium, des galeries couvertes précédaient les chambres sur trois des faces seulement11. La longueur et la largeur des diverses parties de ces galeries étaient variables selon les faces : 1,80 m de largeur sur 8 m de longueur du côté sud ; 1 m de largeur sur la face ouest ; 1,80 et 1,10 m sur la face nord pour la largeur également.

PLANCHE J

PLANCHE J

Plan d’une maison mérinide (A. Bel).

15Les plafonds des galeries étaient supportés par dix piliers, à raison de quatre pour les angles et de six isolés. La face est, qui n’est pas précédée d’une galerie couverte, présente cependant des piliers engagés...

16[Les piliers de brique] étaient revêtus, à leur base, jusqu’à 1,50 m environ de hauteur, de carreaux de faïence, le revêtement du pilier tout entier, jusqu’au linteau de cèdre, était fait de plâtre finement sculpté... ».

  • 12 Voir au Musée du Batha.

17Un décor de plâtre en losanges (šebka). réparti en panneaux, occupait l’intervalle supérieur comme dans l’atrium de plusieurs medersas mérinides. Ces panneaux étaient encadrés de bandeaux épigraphiques à caractères andalous. « Les piliers supportaient un double linteau de cèdre sculpté en façade sur l’atrium et reposant sur deux corbeaux, ou deux semelles (ne‛ul, plur. de nala)... Leur décor apparaissait profondément sculpté de grappes, de palmes avec encadrement répété de fleurettes à pétales arrondies. Au-dessous des linteaux (qentra, ou pont), la face interne des corbeaux s’ornait de coufique fleuri »12...

  • 13 L’entresol devait être réservé, comme ailleurs, soit à des chambres secondaires, soit à des resserr (...)

18« On accédait au premier étage par un escalier étroit aboutissant, après un coude à angle droit, à une première puis à une seconde plate-forme, sur chacune desquelles ouvrait la porte d’une chambre à l’entresol, l’une sur la façade ouest, l’autre sur la façade sud13 ; puis l’escalier continuait et aboutissait à une galerie couverte, ouvrant sur l’atrium au-dessus de la galerie couverte du rez-de-chaussée. Cette galerie en balcon, au premier étage, se développait devant une salle élevée sur l’aile sud du bâtiment, au-dessus de la première salle du rez-de-chaussée... ». Les autres pièces surmontaient également celles du rez-de-chaussée.

  • 14 La corniche de tuiles vertes arrondies, couronnant l’ouverture de la cour — au niveau des terrasses (...)

19« Les linteaux de soutien de plafond de la galerie du rez-de-chaussée supportant le balcon étaient à 7,25 m du sol (leur épaisseur comprise), la distance verticale de ces linteaux à la bordure des tuiles vertes, tenant lieu d’auvent14 et qui marque la hauteur de l’étage, était de 5,25 m... ».

  • 15 Sans doute s’agit-il de la fenêtre géminée de l’entresol et de deux autres fenêtres cintrées, en l’ (...)

20Une grande baie et deux baies étroites s’ouvraient au rez-de-chaussée et à l’étage15.

21L’ensemble de la maison montrait un décor architectural semblable à celui de la Medersa el ‛Attarine.

22Ayant surtout l’habitude d’observer et d’étudier les monuments religieux de l’ancienne capitale marocaine, A. Bel ne pouvait qu’être étonné en découvrant, en marge de cette architecture mieux connue, celle plus ignorée des habitations citadines qui lui révélèrent alors une similitude de décoration inattendue avec le décor des médersas.

23Malgré la singularité de sa cour intérieure à péristyle incomplet, la maison étudiée ici présente toutes les caractéristiques de la maison traditionnelle fasie, telles que nous les retrouverons souvent plus loin. On y observe, en effet, la disposition générale des pièces à laquelle semblaient attachés notables et bourgeois aisés, avec l’abri de sa communication sous portique. Les autres signes de fortune ressortent aussi de la superpositon des appartements interchangeables selon les saisons, avec communs annexés au rez-de-chaussée et à l’entresol — logements domestiques, cuisine, resserre à provisions ; enfin la profusion d’une ornementation intérieure contrastant avec la nudité des murs extérieurs confirme les autres signes de richesse de cette demeure.

24Bien qu’Alfred Bel ne nous ait donné ni le nom ni le rang social de la famille qui avait habité cette maison, il était important qu’il ait pu s’assurer de sa date de fondation grâce aux inscriptions qu’il y a relevées et qui lui ont permis de l’identifier avec certitude comme appartenant au début de l’époque mérinide.

Une maison mérinide de Fès (B. Maslow et H. Terrasse)

  • 16 On rapprochera utilement cette maison du derb Cherratin de la maison mérinide publiée par M. A. Bel (...)

25« Fès n’est pas seulement une ville de tradition médiévale : elle est souvent encore la ville qu’elle fut au Moyen Age. Le tracé de ses principales rues semble à peu près fixé depuis le xiie siècle, et, au cœur du quartier des Qairouanais, dans la partie la plus dense de la ville, subsistent des maisons très anciennes. Le hasard de travaux de consolidation à exécuter à la Qarawiyn nous a fait entrer dans une maison toute proche de la mosquée et nous a permis d’étudier un gracieux exemple de l’art hispano-mauresque du xive siècle16.

26L’architecte qui eut à construire cette maison ne disposait que d’un espace exigu et irrégulier, qui avait en gros la forme d’un trapèze de douze mètres de longueur moyenne sur sept à huit mètres de largeur (Pl. K.L.). Sur deux de ses côtés, le terrain à bâtir était bordé par le derb Cherratin qui tourne à peu près à angle droit ; une rangée de boutiques le séparait du Zqaq Sbitriyn qui longe à l’ouest la Qarawiyn. La plus large face du trapèze s’appuie sur d’autres maisons (fig. 1 ).

27Il s’agissait de loger, sur ce terrain minuscule, une maison d’au moins un étage, une maison de la plus grande capacité possible. Le patio a donc été réduit à l’extrême (fig. 1) : il ne mesure que trois mètres cinquante de côté. Mais il reste parfaitement régulier et c’est autour de cet espace vide que le plan et le décor vont s’ordonner. Dans le sens de la longueur, le patio est venu se placer sensiblement au milieu du terrain à bâtir. Deux pièces longues et étroites qui se répètent à chaque étage (fig. 2) ont pu ainsi se placer de chaque côté de cette cour dont elles sont séparées par une galerie d’un mètre vingt-cinq de largeur.

28Mais la nécessité, de trouver la place d’un couloir d’entrée coudé et du départ de l’escalier ont fait éloigner le patio de la rue autant qu’il a été possible. L’entrée se fait, non point dans le derb Cherratin, mais dans un passage couvert qui sépare la maison des boutiques du Zqaq Sbitriyn. L’escalier part d’une des galeries du patio et se développe, à partir de l’étage, dans une petite construction élevée au-dessus de la rue elle-même. A l’étage, la galerie autour du patio est ainsi entièrement libre : c’était la seule partie de la maison où les habitants pouvaient jouir d’un point de soleil et d’air et circuler assez aisément. Au rez-de-chaussée, la galerie ne peut faire le tour du patio : le couloir d’entrée et le départ de l’escalier occupent un de ses angles. En face de l’entrée, elle a servi à loger une fontaine et une latrine. Dans cette cour étroite comme un puits, la lumière et l’air sont partout chichement mesurés ; les pièces d’habitation ne prennent jour que par leurs portes.

***

29Le plan, qui n’apparaît logique qu’à l’examen, reste sans beauté, mais l’élévation de cette petite maison est de tous points remarquable. Autour de ce patio de trois mètres cinquante de côté, un artiste mérinide inconnu a ordonné une composition de plus de quatorze mètres de hauteur (fig. 4 et 5). Entre le rez-de-chaussée et l’étage, un entresol a pris place. Le confort de la maison n’en a pas été accru : ce dernier étage ne comporte que des soupentes de deux mètres soixante de hauteur. Mais la composition architecturale y a gagné en pittoresque et en équilibre à la fois. Cet entresol a été traité comme une subdivision de rez-de-chaussée : le linteau et le garde-fou de cet étage intermédiaire ont pu ainsi trouver place sans alourdir l’ensemble. Les grandes verticales qui marquent la structure du patio montent sans un décrochement jusqu’aux consoles lobées qui supportent les linteaux. Ces linteaux eux-mêmes ont été habilement traités : ils sont tous très épais, mais ils se décomposent en deux ou trois poutres à encadrements moulurés et reposent sur deux ou trois organes d’encorbellement : consoles ou semelles. Les garde-fous des galeries comportent, sur un fond de moucharabiehs, des motifs géométriques disposés en oblique qui introduisent, dans tous ces jeux de verticales et d’horizontales, un élément de variété et comme un repos. Partout le problème de la composition en hauteur a été résolu avec autant d’élégance qu’à la médersa de Salé : la fontaine du rez-de-chaussée (Pl. L), avec son arc étroit et aigu, ses encadrements sans lourdeur, les trois hautes arcatures qui la couronnent, a été ordonnée avec un rare bonheur.

PLANCHE K

PLANCHE K

Plans d’une maison mérinide (B. Maslow) : 1. rez-de-chaussée ; 2. étage ; 3. terrasse.

***

30Le patio est orné, assez légèrement au rez-de-chaussée, plus discrètement à l’étage, de plâtres sculptés, tous disposés en bonne place. Ceux de l’étage ont été partiellement restaurés ; ceux du rez-de-chaussée, débarrassés de la chaux qui amortit leur relief, ne seraient pas indignes de figurer dans une médersa (...). On retrouve là, avec la même pureté de style, les mêmes raffinements décoratifs : les panneaux qui ornent les piliers du rez-de-chaussée sont tous différents.

31Le décor de zellijs, simple dans son ensemble, est judicieusement réparti. Les pavements se composent de motifs géométriques très simples qui, sous les arcades du patio, encadrent des dalles de marbre blanc. Tous ces motifs, diffèrents de dessin et de densité, accusent par leur répartition les grandes lignes du plan. Les polygones étoilés n’apparaissent qu’aux revêtements muraux de la fontaine. Partout l’ornement est subordonné à la composition d’ensemble.

32Dans cette maison, on retrouve tous les types de menuiserie utilisés au xive siècle. Les portes du rez-de-chaussée, aujourd’hui très mutilées (...), sont d’une grande richesse : des bordures épigraphiques encadrent des étoiles polygonales, faites de baguettes moulurées et assemblées. Ces portes s’apparentent aux portes de la médersa Bou Inaniya, mais sont d’une composition plus ferme encore. Les balustrades des étages sont faites de fonds de moucharabiehs timbrés d’entrelacs polygonaux, dessinés eux aussi avec des baguettes moulurées.

33Les linteaux, qui, dans les médersas et dans d’autres maisons anciennes, ont coutume d’être richement sculptés, sont simplement ornés ici de baguettes et de rosaces en haut relief, délicatement moulurées (...). L’esthétique de ces menuiseries les apparente au décor large des Almohades. Ces trois étages de linteaux, à l’ornement assez rare, allègent la composition décorative de la maison.

***

34L’harmonieuse ordonnance et la rare qualité de son décor font dater la maison du derb Cherratin de la première moitié du xive siècle, vraisemblablement du temps d’Abou Saïd ou d’Aboul Hassan. Le témoignage de ce petit édifice n’est point négligeable ; il nous redit que, parvenu à son âge classique, l’art hispano-mauresque, en pleine possession de ses moyens, savait mettre autant de beauté dans une simple demeure que dans un sanctuaire ou un palais. Les difficultés et les gênes de toutes sortes n’étaient, pour les maîtres inconnus dont les œuvres se conservent encore au creux de la vieille ville, que des occasions de variations inédites et de nouvelles harmonies décoratives ».

***

35On pourrait comparer entre elles les trois exemples d’architecture mérinide placés au début de la seconde partie de notre ouvrage. En effet, ils ont en commun une même situation dissimulée au fond de leur quartier et de leurs ruelles respectives, ainsi qu’une distribution intérieure, une importance de volume et de style assez semblables.

36On y retrouve une porte d’entrée, à l’abri d’une étroite impasse privée, et suivie d’un bref couloir d’accès en chicane. La cour intérieure présente des dimensions aussi restreintes, limitée par quatre piliers d’angle (voire triplés), soutenant la galerie circulaire de l’étage, et se prolongeant jusqu’aux terrasses ; elle montre une riche ornementation sculptée dans le plâtre et les boiseries.

37Une comparaison plus précise apparaît toutefois à l’égard des deux premières demeures, grâce aux plans qui les accompagnent. Dans les deux cours, le portique inférieur n’y est pas plus complet, interrompu ici, de part et d’autre, par les murs de l’escalier, et ceux de la fontaine. Observons, en outre, qu’un espace de terrain plus mesuré n’a permis la superposition que de deux chambres, s’opposant au rez-de-chaussée et à l’étage.

38Bien que nous ne connaissions pas davantage le nom de la seconde maison étudiée, on peut également supposer qu’elle avait été construite pour une famille de notables, heureuse de s’installer dans cet endroit privilégié, au voisinage immédiat de la Mosquée Qarawiyine et de la Médersa Cherratine.

  • 17 L’installation de la dwīrīa à cet endroit devait se prêter au double service des maîtres et de leur (...)
  • 18 S’éclairant par une fenêtre géminée au-dessus du Derb Cherratine.
  • 19 Par un second escalier (extérieur).

39Il est alors permis de penser que cette famille disposait, comme la première demeure décrite par A. Bel, de communs pour les domestiques, voire d’appartement pour les hôtes. Pourtant ceux-ci ne sont nettement mentionnés ni dans les plans, ni dans la description des lieux. Compte tenu des observations recueillies ailleurs, dans des conditions comparables, nous supposons qu’une dwīrīa avec cuisine devait occuper le fond du court passage privé, aménagé entre boutiques et demeure17, les communs se complétant, à l’entresol, par une pièce longue et basse de plafond à usage de logement domestique et de resserre à provisions18. Quant au logement des hôtes, la mention d’une marīa dans le plan de l’étage permet d’en voir l’aménagement, en annexe de la demeure, avec double accès, par l’escalier habituel pour les habitants du logis, au fond de l’impasse privée pour les étrangers19.

***

  • 20 Rappelons cependant que A. Bel a réussi à sauver les boiseries sculptées qu’il jugeait les plus pré (...)
  • 21 Supra.
  • 22 Grâce aux recherches effectuées récemment par Ali Amahan.

40Alors qu’il nous a été impossible de retrouver sur place, à l’intérieur de la médina de Fès, aucune trace de l’ancienne demeure découverte et décrite par A. Bel20, il en a été autrement pour « la maison mérinide » relevée par H. Terrasse et B. Maslow21. Bien que cette dernière habitation, non plus que la précédente, n’ait été localisée sous aucun nom par les auteurs de leurs études respectives, il a été possible de retrouver « la maison mérinide » sous le nom de son propriétaire actuel, Dār el-Hiyani22.

41A proximité immédiate de la Médersa Cherratine, cette petite demeure semble bien avoir fait partie, dans le même quartier, d’un ensemble formé par Dār Sfaïria (maintenant disparue), Dār Lazreq, Dār Kittani et Dār Saqut. On y parvient, en effet, à l’instar de ces différentes maisons, par le Derb Sbitriyîne et le Derb el-Medrasa. Une étroite et sombre petite drība permet ensuite d’accéder à Dār el-Hiyani. En raison des faibles proportions du bâtiment, la porte d’entrée (bāb al-dār) et son étroite antichambre (setwān) desservent en même temps la porte du rez-de-chaussée et celle de l’escalier menant à l’entresol et à l’étage.

  • 23 Voir supra.

42Nous pourrons alors constater que la disposition générale des lieux et son aspect essentiel ne semblent pas avoir été modifiés, certains changements secondaires apparaissant surtout dans le remplacement des anciennes boiseries tournées des galeries supérieures et des appuis de deux fenêtres arquées (entresol) par des grilles en fer rond, qui connaissent, nous l’avons vu, une vogue particulière dans la modernisation de l’habitation traditionnelle à Fès23.

Rez-de-chaussée

  • 24 Partie inférieure octogonale ; partie supérieure parallélépipédique.
  • 25 Grandes rosaces entrelacées (d’exécution tardive) à dominante jaune sur fond rouge, peintes sur les (...)

43La cour a conservé, autour du sol orné de zellīj, ses quatre piliers d’angle24, prolongés jusqu’aux terrasses et formant des galeries supérposées. En bas, le portique à linteaux montre toujours son plan cruciforme particulier, dans lequel s’opposent, d’une part (nord-sud) les grandes portes à décor rayonnant25 des deux chambres, d’autre part (est-ouest) borṭāl et sqâya.

Entresol

  • 26 A cet effet, l’emplacement le plus large — au-dessus du boral — se trouve à l’ouest, afin de bénéf (...)
  • 27 Le svastika figure notamment parmi les anciens éléments de bois tourné.

44A ce niveau, une simple galerie d’angle a été jugée suffisante, aussi bien pour permettre aux femmes et aux servantes de s’y tenir26 que pour communiquer avec des pièces secondaires — resserres et chambrettes — aménagées entre rez-de-chaussée et étage. On y a maintenu une partie de l’ancienne balustrade en bois tourné et peint (actuellement en jaune)27.

Étage

45Autrefois circulaire, la galerie supérieure continue cependant à desservir les deux chambres qui se font face (nord-sud), sa balustrade ayant échangé, nous l’avons dit, sa grille de bois tourné — usée et jugée démodée — par une grille de fer. Ailleurs, la marīa des hôtes surplombe encore le Derb el-Medrasa sur lequel ouvre une petite fenêtre, aux deux extrémités.

Terrasse

46Élevée à hauteur d’homme autour des terrasses qu’elle protège, la murette de clôture laisse néanmoins apercevoir, non loin de là, le minaret de la Qarawiyine et sa tour astronomique, dépassant les terrasses des quartiers voisins.

Dar Sfaïria (xvie s.)

  • 28 Comme la maison mérinide précédente (cf. B. Maslow et H. Terrasse), Dar Sfaïria donnait également s (...)

47Située au voisinage de la Mosquée Qarawiyine (fig. 53) et de la Merdersa Cherratine, cette ancienne demeure bourgeoise semblait déjà abandonnée et partiellement ruinée en 1967. Élevée sur deux étages, elle possède deux cours distinctes, l’une au centre de l’habitation des maîtres, l’autre à usage domestique28.

48L’entrée sur la ruelle est séparée de la cour principale par un petit couloir en chicane fermé de ce côté par une porte à portillon.

PLANCHE L

PLANCHE L

Coupes avec élévations d’une maison mérinide (B. Maslow).
Coupes avec élévation (B. Maslow) ; rez-de-chaussée (avec Derb Cherratine), entresol, étage et terrasses, côtés nord et est. Rez-de-chaussée : fontaine entre deux chambres (nord et sud) ; étage : galerie entre deux chambres hautes, la chambre sud élargie sur encorbellement, au-dessus du Derb Cherratine ; terrasse entourée de murs élevés (fig. 4 et 5).

Rez-de-chaussée

49De dimensions limitées, cette cour surprend surtout, comme toutes les cours fasies, par la hauteur démesurée de ses quatre côtés encadrant l’ouverture sur le ciel.

50Autour du sol couvert de zellīj — sans doute rehaussé auparavant d’une vasque ou d’un bassin central — s’élèvent, aux quatre angles, de hauts piliers carrés qui se répètent au rez-de-chaussée et à l’étage pour y former deux galeries circulaires (fig. 51, 52).

51En bas, se font face deux chambres semblables, à arc brisé à lambrequins s’ouvrant entre deux grands vantaux à portillon sculptés et peints, l’une au sud, l’autre au nord (fig. 49, 50, 51, 54).

52Les côtés est et ouest de la cour, occupés par deux porches identiques (boral) surmontés d’un linteau, forment des alcôves bien aérées que l’on devait apprécier pendant la belle saison (fig. 54).

  • 29 Cette limitation de l’ouverture des chambres fasies sur la cour intérieure semble maintenue jusqu’a (...)
  • 30 Absence d’alcôve centrale (bhū) dans ces longues pièces. Exécutée et décorée avec soin, la ārma s’ (...)
  • 31 Contraste entre la finesse des zellīj qui ornent, comme un tapis, l’entrée de la chambre, et le pav (...)
  • 32 Latrines à proximité du couloir de l’entrée.

53Longtemps dépourvues de fenêtres, les chambres, longues et étroites, ne prendront ainsi air et lumière que par leur porte29. De part et d’autre, chaque extrémité présente un arc brisé en plâtre sculpté marquant, à droite (en entrant) l’emplacement du lit, à gauche la place d’une chambrette fermée par une cloison en bois (ṭārma) sculptée et peinte30. Un plafond à solives apparentes s’élève à 8 m environ au-dessus du sol pavé de faïence polychrome31. A la décoration inférieure des murs faite de zellīj répond une frise en plâtre sculpté. La cour est agrémentée d’une jolie fontaine murale également ornée de zellīj dans un arc brisé, face à l’entrée32. Au voisinage de celle-ci l’escalier conduit aux appartements supérieurs et aux terrasses.

Entresol et étage

  • 33 On connaît la faveur de ces gracieuses ouvertures avec arcs brisés outrepassés, aussi bien dans l’E (...)

54La présence de pièces à l’entresol (côtés est et ouest) est signalée au dehors par deux fenêtres géminées qui surplombent le borṭāl33 (fig. 52, 54).

55L’étroite galerie de l’étage permet d’accéder aux quatre chambres fermées pareillement, sur chacun des côtés, par les mêmes grandes portes traditionnelles à deux battants sculptés et peints. Une balustrade compartimentée en bois tourné et peint — vert dans un encadrement rouge — borde la galerie vers la cour (fig. 51, 52, 53). La partie supérieure de l’entrée des chambres s’orne d’un arc brisé surhaussé tandis que les parements latéraux conservent l’usage des zellīj, les compositions les plus fines et les plus soignées étant réservées à l’entrée même des pièces — parements muraux et sol.

Courette domestique et communs

  • 34 La disposition de deux cours distinctes, pour les maîtres et la domesticité, apparaît aussi comme u (...)

56De plan rectangulaire et de proportions étroites, la dwīrīa inférieure est affectée à la cuisine (maṭba) et aux travaux ménagers (lessive, préparation des réserves alimentaires, etc.)34.

57Au-dessus se superposent les chambrettes du premier étage destinées à la domesticité (bīyūt dīal el-ṭabaq el-lāwūl) et les pièces du deuxième étage (ġorāf dīal el-ṭabaq el-tānī) servant sans doute de resserres à provisions sèches.

Dār Caïd bel Hassen

58De même que les autres grands monuments religieux de Fès, la célèbre Médersa Bou Inania a dû attirer longtemps dans ses parages une population appartenant souvent à un rang social élevé (Pl. I). Fondé, au milieu du xive siècle, par le sultan mérinide Abou Inân, ce magnifique collège religieux, doté d’une horloge dont la perfection était vantée dans tout le monde musulman, occupait en outre une place privilégiée au sommet de l’ancienne médina, entre les deux longues voies principales qui traversent celle-ci, Talâ‛a Kebira et Talâ‛a Segira (Pl. XVII).

  • 35 Lors de notre première visite à Dār Bel-Hassen, en 1979, sa démolition semblait décidée en vue de s (...)

59L’une des riches demeures, autrefois nombreuses dans ce quartier, a survécu jusqu’à ce jour, à proximité immédiate de la grande Médersa mérinide dont elle serait, dit-on, contemporaine. Connue sous le nom de Dâr Caïd Bel Hassen, elle est rattachée, par sa drība — ou impasse particulière — au Derb‛Abd el-Malek, donnant lui-même sur la rue Talâ’a Kebira35.

PLANCHE XVII

PLANCHE XVII

Plan de situation.

  • 36 Dans le même quartier, le Caïd Bel-Hassen se fit édifier une autre habitation à étage plus luxueuse (...)

60On rapporte qu’en réalité son véritable fondateur aurait été le Caïd Mohamed ben Kora, qui aurait vécu sous le règne du « Sultan noir ». Ce n’est qu’au xviiie siècle que le Caïd Bel Hassen, trésorier du Sultan, se serait installé dans la demeure qui porte son nom, à l’occasion de ses séjours à Fès36.

  • 37 La partie découverte de la drība devant l’entrée principale répond à une coutume fréquente à Fès. O (...)

61Quelle fut autrefois l’importance réelle de cette demeure ? On peut supposer qu’elle devait correspondre à celle de la drība qui la desservait, avec son bâtiment principal et ses annexes. Donnant, nous l’avons dit, sur le Derb ‛Abd el-Malek, la drība apparaît encore, en majeure partie, couverte (sabat), fermée auparavant par une solide porte dans un arc brisé, du côté du derb, l’autre extrémité, à ciel ouvert, découvrant l’entrée principale de Dâr Bel-Hassen et de ses plus proches dépendances — maison domestique (dwīria) et écurie (rwā)37.

Dâr kebira

62Une large porte cloutée sous linteau — aujourd’hui disparue — défendait autrefois l’accès d’un porche, séparant — et reliant également — deux portes voisines, à gauche, celle de la demeure des maîtres (dār kebīra), à droite, celle de la maison des domestiques (dwīria). A côté de celle-ci, à l’extrémité de la dwīria, une porte arquée correspond à l’ancienne écurie (rwā).

63Court et obscur, comme il semble l’avoir souvent été, au Moyen Age, le couloir d’entrée en chicane (setwān) n’ouvre sur la cour intérieure principale qu’au-delà d’une dernière porte cloutée sous arc en plâtre festonné (Pl. XVIII).

Cour intérieure (wūsṭ al-dâr)

  • 38 Le revêtement de zellīj qui orne toujours les parois extérieures du bassin de la sqāya s’étendait a (...)
  • 39 La fontaine du patio alimentait tout d’abord en eau le petit bassin central et la pièce d’ablutions(...)

64Avec son sol légèrement surbaissé, ses quatre hauts piliers d’angle soutenant la charpente des terrasses au-dessus d’un portique circulaire, la cour quadrangulaire du Dâr bel-Hassen évoque l’aspect de l’atrium antique. Pourtant, certaines particularités architecturales et décoratives distinguent nettement ce patio de conception hispano-maghrébine : le sol était jadis émaillé de zellīj de couleurs et égayé, en son milieu, d’un petit bassin carré peu profond ; la fontaine murale fsqāya38 et le puits (bīr), situés près du setwân, alimentaient en eau l’ensemble de la demeure, celle des maîtres et celle de la domesticité39 ; les trois pièces (bīt) occupent les trois autres côtés, pareillement surélevés et ouvrant dans un arc surhaussé et festonné — à peine brisé — entre deux vantaux monumentaux à portillons arqués (Pl. XVIII-XXI). Sans doute est-on surpris, aujourd’hui, devant l’extrême simplicité de la cour et l’absence presque complète de décor, la blancheur des murs et des piliers s’opposant aux boiseries sombres des portes, plafonds et linteaux (fig. 55).

  • 40 Les beaux exemples de linteaux sculptés et portes assemblées d’époque mérinide présentés au Musée d (...)

65Il ne dut pas toujours en être ainsi. On peut, en effet, imaginer qu’une belle ornementation sculptée et colorée devait agrémenter aux meilleurs temps, le cadre de vie citadine que constituaient le patio ainsi que fontaine et chambres qui l’entouraient. A la joyeuse polychromie des mosaïques de faïence ornant sol et fontaine répondait la sculpture rehaussée de couleurs des grandes portes sous galerie comme celle des linteaux encadrant l’ouverture des terrasses sur le ciel, sans compter frises, claustra en triptyques et consoles festonnées en plâtre40.

PLANCHE XVIII

PLANCHE XVIII

Plan du rez-de-chaussée (habitation principale).
(Dār kebῑra) - Rez-de-chaussée
1. setwān ; 2. wūsṭ al-dār ; 3. bīt ; 4. sqāya ; 5. bīt al-ẖzīn ; 6. miḥāḍ.

PLANCHE XIX

PLANCHE XIX

Plan de l’entresol.
(Dār kebīra) – Entresol
2. wūsṭ al dār ; 5, 7. chambre secondaire et resserre à provisions ; 8. vide de la chambre ; 9. maṣrīa.

Chambres du rez-de-chaussée

  • 41 Le lit était-il également situé à droite de la porte de la chambre, le placard à gauche ?

66Une ornementation semblable enrichissait également l’intérieur des trois chambres ouvrant sur la cour. Elle devait apparaître notamment dans les boiseries sculptées et peintes du lit (ferāš) et du placard (ṭārma) installés aux deux extrémités de la pièce41 que reliait entre eux, face à la porte, le long et confortable divan traditionnel (itḥāf sdārī) garni encore, jusqu’à ces dernières années, de coussins de soie (medda).

Pièces supérieures

67Bien qu’il n’existe pas de véritable étage au-dessus des appartements du rez-de-chaussée entourant la cour, les quatre côtés de celle-ci n’en renferment pas moins diverses pièces d’importance secondaire. On y accède par deux escaliers également étroits, l’un situé entre le setwān et le sqāya, l’autre, à l’opposé (Pl. XVIII-XIX).

  • 42 Peut-être cette pièce fut-elle aussi affectée à l’enseignement coranique pour les enfants du maître (...)

68On retiendra surtout, au-dessus du porche abritant la fontaine murale, une élégante fenêtre géminée en bois tourné et découpé (šerjem ‛aïn al-īmām), éclairant une pièce réservée, dit-on, à la prière42.

  • 43 Un total de six pièces.

69Ailleurs, d’autres fenêtres réduites parfois à de simples meurtrières, indiquent la présence, à différents niveaux, de resserres à provisions, logements domestiques, voire chambre complémentaire43.

70La plus importante de ces pièces surplombe leābat de la drība de toute sa longueur. Dans certains cas, peut-être la réservait-on à des hôtes venus de l’extérieur, et tenus à l’écart de la demeure familiale. Toutefois, son utilisation la plus fréquente paraît avoir été la conservation des réserves alimentaires de l’année, enfermées le plus souvent dans des jarres (Pl. XIX).

Terrasses

  • 44 Les chambres hautes édifiées sur les terrasses de Fès portent aussi le nom de menzeh. Elles sont ég (...)

71Sur la surface générale des terrasses blanchies à la chaux, protégées par une assez haute murette circulaire, on pouvait sans doute se réunir et passer plus commodément les nuits d’été. Enfin, une chambre haute (ġorfa) y fut aménagée, comme lieu de repos pour le maître et ses familiers44, (Pl. XX).

  • 45 Nous avons relevé des constructions anciennes de même style à Marrakech et à Meknès.

72Caractérisée par ses proportions monumentales et une grande simplicité de lignes architecturales, cette ancienne demeure à atrium, restera, même dépourvue de véritable étage habitable, l’une des formes de résidence citadine les plus recherchées, dans la médina de Fès et au dehors45.

73Dans le patio, s’impose une architecture nettement rectilinéaire où prédomine un mélange équilibré de lignes horizontales et verticales que vient seulement rompre la courbe des arcs des portes et de la fontaine intérieure, complétés par les petits arcs de redressement du portique.

PLANCHE XX

PLANCHE XX

Plan de l’étage et des terrasses.
(Dār kebīra) - Étage-terrasse
2. vide de la cour ; 5. resserre.

PLANCHE XXI

PLANCHE XXI

Plan du rez-de-chaussée et de l’étage (annexe).
(Dwīra) - Rez-de-chaussée (en bas)
1. seṭwān avec derūj (relié par couloir à la demeure principale) ; 2. cour : 3. chambre ; 4. sqāya ; 5. maṭbāh ; 6. mīḥāḍ. Étage-terrasse (en haut) : 10. wūsṭ al-dār ; 3-7. chambre ; 5. cuisine ; 6. latrines ; 8. resserre ; 9 terrasse.

PLANCHE XXII

PLANCHE XXII

Deux coupes avec élévation.
Coupe-élévation (dār kebīra) (côté ouest) (en bas) ; dwīra (côté sud) (en haut).

Annexes

  • 46 Sans compter des latrines.

74Entre l’habitation principale et l’écurie, l’annexe, jadis affectée apparemment à une partie de la domesticité et des réserves alimentaires (dwīrīa, dâr al-ẖzīn), contraste avec le bâtiment précédent par ses proportions modestes. Cependant, en dépit de l’étroitesse de la cour, on y trouve aussi des zellīj, une petite fontaine murale près de l’entrée46, et trois chambres de faibles dimensions (Pl. XXI, XXII).

75A l’opposé apparaît encore, dans des proportions semblables, une autre habitation secondaire pourvue, ici, d’une galerie circulaire à quatre piliers d’angle. Il est probable que d’autres logements annexes de même nature se rattachaient autrefois à Dār Caïd Bel-Hassen, de chaque côté de sa drība.

Dār Zouiten (Derb Guerniz - près de la rue Tala‛a Seġīra)

  • 47 Au nombre des personnages religieux qui se sont succédé dans la famille Zouiten, l’un des plus conn (...)

76Dans la forte pente du Derb Guerniz, dérivée de la rue Tala‛a el-Segira (Pl. B, M), Dâr Zouiten est certainement l’une des plus anciennes habitations de ce quartier (fig. 56). C’est aussi probablement l’une des plus considérées, en raison du caractère religieux attaché à la famille qui l’occupe depuis plusieurs générations, voire depuis sa fondation, à l’époque mérinide, affirme-t-on47 (Pl. XXIII).

  • 48 La disparition de l’enduit laisse apparaître, à certains endroits, le mode de construction en usage (...)
  • 49 La bifurcation en pente de la rue Tala’a Seġira, vers le Derb El-Guerniz et la driba Zouiten compor (...)

77Au dehors, les murs ocres de l’ancien bâtiment se confondent avec les murs de briques particulièrement élevés48 qui bordent, de part et d’autre, une ruelle irrégulière, l’enjambant de ābā plus ou moins hauts et la surplombant d’encorbellement sur béquilles de bois parfois hardis49. Ces murs restent souvent aveugles, sinon à peine percés d’étroites ouvertures (fig. 57).

78Dans une impasse voisine de Dār Zouiten, la curieuse Zaouīa de Sidi Mohammed Būwaq est maintenant abandonnée, après avoir connu autrefois une certaine notoriété. A l’angle du Derb Guerniz, une fontaine publique — restaurée — montre une profusion de zellīj.

79L’unité apparente de ce quartier, vue de l’extérieur, paraît bien correspondre à une réalité intérieure, nos premières investigations y ayant révélé l’existence de belles et riches demeures dont l’architecture originelle, souvent très ancienne, semble généralement avoir été soigneusement préservée.

80Dār Zouiten aurait longtemps constitué un véritable îlot (Pl. XXIII), accessible surtout par ses deux impasses privées (drība) donnant sur le Derb Guerniz. Comme d’autres grandes demeures de même importance, cet îlot renfermait l’habitation principale des maîtres (dār kebīra) entourée d’habitations secondaires et des communs (Pl. XXIV).

Dar Zouiten - chambre Nord de l’étage

PLANCHE XXIII

PLANCHE XXIII

Plan de situation
1. Dar Zouiten (2. Dar Bou Helal ; 3. Dar Sqolli).

Entrée

81C’est au début d’une étroite drība et à l’abri d’un porche obscur que se trouve la porte d’entrée de Dār Zouiten. Large et solide porte cloutée que surmonte un linteau sculpté d’une rangée d’arceaux fleuris, de style sinon d’inspiration mérinide, sous bandeau épigraphique à inscription eulogique (al-yūmna, la félicité) (Pl. XXV).

82A côté, donnant sur la partie découverte de la drība, on ne s’étonnera pas de voir les écuries (rwā) à portée immédiate du maître et de sa famille.

83La porte d’entrée de Dār Zouiten franchie, l’obscurité du sewān en chicane est accrue par la présence de deux autres portes qui le séparent de la cour intérieure. Pourtant l’antichambre, gardée par un portier (buwāb), n’en donnait pas moins accès, auparavant, à un escalier étroit et raide qui s’élevait à une petite école coranique (msīd), aménagée au-dessus de l’entrée.

PLANCHE XXIV

PLANCHE XXIV

Plan du rez-de-chaussée (habitation principale et annexes).
1. Entrée ; 2. cour ; 3. portiques ; 4. chambre Sud ; 5. chambre Nord ; 6. fontaine ; 7. escalier ; 8. latrines ; 9. Lieu d’ablutions ; 10. cuisine ; 11. entrée cuisine, communs ; 12. écurie ; 13. étable.
Zaouīa : 14. salle de prière.
Annexe : 16-17. magasin ; 24. couloir d’accès ; 25. courette d’habitation secondaire ; 26. chambre ; 27. pièce ouverte ; 28. cuisine.

PLANCHE XXV

PLANCHE XXV

Plan du rez-de-chaussée (dâr kebîra).
1. Seṭwān ; 2. wūsṭ al-dār : 3. borṭal. (i) silo (herī) : 4. bīt (chambre Sud), (f) ferš, (g) ṭārma ; 5. bīt (chambre Nord), (f) ferš. (g) ṭārma, 6. sqāya, (a) bīr, (c) écoulement d’eau, (e) niche (lampe à huile) ; 7. derūj ; 8. mịhād : 9. bīt el-ūḍū. (d) miḥāḍ : 11. accès aux communs, (c) évacuation d’eau, (j) tuyau de descente d’eau.

PLANCHE XXVI

PLANCHE XXVI

Plan du sous-sol.
7. Escalier ; 15. cave.

Cour intérieure

  • 50 Cour : longueur = 4 m x largeur = 3 m (environ). Hauteur du rez-de-chaussée = 6 m. Hauteur totale= (...)

84La cour intérieure de Dār Zouiten apparaît vraiment comme l’un des puits de lumière dont il est souvent parlé pour décrire les anciennes maisons de Fès, en raison de la profondeur et de l’étroitesse de leurs patios (Pl. XXV). Ici, dès que l’on pénètre dans la cour aux proportions restreintes, pénombre et fraîcheur surprennent autant que la beauté et l’élégance du lieu et la hauteur inattendue de l’ouverture des terrasses sur le ciel50.

  • 51 Avec une ornementation de zellīj plus ou moins complexe.
    Ici, de chaque côté de l’arc de la sqāya, d (...)

85Quatre colonnes d’angle, longues et sveltes, forment le premier encadrement du patio, depuis le rez-de-chaussée jusqu’au sommet du bâtiment (Pl. XXXI, XXXII, fig. 58, 59). Elles constituent l’armature essentielle, soutenant successivement la galerie circulaire de l’étage et la terrasse qui la surmonte et l’abrite. Malgré son dédoublement entre deux niveaux superposés, on reconnaît le principe constructif du simple atrium à quatre piliers d’angle limités à l’encadrement d’un rez-de-chaussée. Autour de la cour et de ses piliers se distribuent appartements des maîtres et certaines pièces domestiques, donnant sur les quatre faces intérieures du portique, au rez-de-chaussée et à l’étage. A l’opposé de l’entrée apparaît tout d’abord la fontaine murale (côté Sud), les chambres se superposant, de part et d’autre, aux deux niveaux principaux, de l’habitation (Pl. XXV, fig. 58, 59). Octogonaux et lisses à leur partie inférieure, les piliers s’élèvent ensuite sous une forme parallélépipédique, entièrement décorés de stuc. De petits arcs de redressement surhaussés et ornés de plâtre sculpté remplacent les tirants de bois en confortant chaque pilier contre le mur voisin51.

86Dans le défoncement sous linteau de bois de cèdre sculpté — comme les linteaux de l’entrée et du portique — la fontaine murale (sqāya) montre l’arc brisé outrepassé d’un usage si fréquent à Fès (Pl. XXXI). Avec son bassin d’épandage, elle représente le même élément vital, d’une maison à l’autre, grâce à la présence sans cesse renouvelée des eaux souterraines. Jadis limpide et potable, l’eau de l’« oued » n’est plus guère utilisée aujourd’hui que pour l’entretien de la maison. On y supplée alors pour l’alimentation par l’eau d’un puits (bīr) que l’on fora devant la fontaine même. Une légende soigneusement conservée dans la famille Zouiten rapporte que, par la vertu de ses ancêtres, l’eau de ce puits pouvait autrefois se transformer en lait, provoquant admiration et vénération à l’égard des saints personnages qui en étaient cause.

  • 52 Le terme šerjem‛aïn al-imām, désigne la partie inférieure de la fenêtre géminée : grille en mouchar (...)
  • 53 En bois découpé.
  • 54 Tout au moins partiellement.
  • 55 On se souvient encore de la chaîne que formaient les esclaves noires munies de couffins, portés ent (...)

87L’élégance de la fontaine est encore rehaussée par une fenêtre géminée en bois tourné et découpé52 pour l’éclairage intérieur de l’escalier dissimulé à cet endroit (fig. 64, 66). Notons, en effet, qu’aux deux angles de la cour, côté Sud, se trouvent, à gauche de la fontaine, un escalier étroit et raide (derūj), à haute volée ; à droite, des latrines à petite porte en arc brisé outrepassé53. Côté Nord, les deux angles sont occupés, soit par la porte du seṭwān de l’entrée, soit par la cloison en planches d’un curieux silo à grains fixé verticalement entre murs et pilier, sol des portiques inférieur et supérieur. C’est là que les récoltes de l’année étaient amassées et entreposées54, versées au sommet55 et retirées en bas, au fur et à mesure des besoins — à portée de la dwīrīa et des cuisines (Pl. XXV, XXVII).

Appartements

88Ailleurs, se font face, côté Est et Ouest, les portes symétriques, avec arc surhaussé à peine brisé (sinon à linteau droit tardif, entre les deux hauts vantaux — aujourd’hui sans décor apparent (Pl. XXXII) —. On ne se souvient plus ici de l’aspect même des anciennes portes, oubliant la beauté de leurs éléments en bois sculptés, assemblés et rehaussés de couleurs vives, qui remplissaient de fierté, dans les premiers temps, le maître des lieux (Pl. XXV, fig. 58, 59).

PLANCHE XXVII

PLANCHE XXVII

Plan du 1er entresol.
2. Vide de la cour, (i) herī ; 4-5. vide de la chambre, (1) soupente-dukkāna ; 7. escalier (m) soupente ; 10. dwīrīa (h) cheminée d’aération, (1) dukkāna ; 18. msīd-école coranique (m) resserre ; 19. annexe du msīd(b) ma‛da, (h) ouverture d’aération, (j) conduite d’écoulement d’eau ; 20. chambrette (m) resserre ; 21. 1re maṣrīa - logement des hôtes (ou appartements annexes).

PLANCHE XXVIII

PLANCHE XXVIII

Plan de l’étage. 2.
Vide de la cour ; 3. galerie (m) placard, (n) herī ; 21. 2e maṣrīa ; 22. chambre Sud (f) lit, (g) réduit ; 23. chambre Nord (f) ferš, (g) ṭārma : 24. chambrette domestique - de la dādā ; 25. logement domestique - de l’‛abd al-dâr (j) ; chute e.p.

  • 56 Disposition également adoptée dans les belles demeures de Tunis, notamment aux époques hafside et t (...)
  • 57 Surmonté d’un ciel de lit (sedda) pour le rangement de certains objets et ustensiles.

89Le sol des appartements, légèrement surélevé au-dessus du sol de la cour, a conservé, dans la forme et le coloris de ses zellīj, simplicité et sobriété : petits carreaux limités au noir, blanc, vert et jaune foncé. Une sorte de plate-bande carrée (sīnīya)56, de la largeur de la porte, marque l’entrée. Avec les trois arceaux de plâtre sculpté qui surmontent celle-ci — voire une frise de même style — ce sera la seule ornementation qui subsistera de l’ancienne décoration intérieure57.

  • 58 Le sommet de la ārma pouvait lui aussi faire office de sedda.
    Des arcs sous plafond marquaient fréq (...)

90Dans chacune des deux chambres, il ne reste plus trace de décoration peinte, même dans les hauts plafonds à solives apparentes. Pourtant, de ces pièces qui possédaient également un lit — ferāš (à droite), et une chambrette ou grand placard — ṭārma — (à gauche) également en bois décoré58, la chambre Ouest — avec arc surhaussé, à son entrée — semble avoir eu préséance sur la chambre Est — à seul linteau — (Pl. XXXI). On y observe encore, sous un arc élevé et surhaussé, les vestiges de l’ancien placard dans lequel on enfermait coffre et vêtements, tandis que les ustensiles divers étaient rangés à la partie supérieure (sedda). Sans doute pouvait-on aussi s’y dévêtir et y procéder à ses ablutions. Une petite porte — aujourd’hui murée — permettait même de gagner directement les latrines voisines (mīḍāh), sans sortir de la chambre. Aucune des deux chambres ne possédait de fenêtre (šerjem) donnant sur la cour, de part et d’autre de la porte, comme on ne le verra que plus tard — vers le xviiie siècle. D’étroites fenêtres barreaudées existent cependant, au niveau du lit et de laārma, dans le mur extérieur de la chambre Est. On notera peu de différence entre les deux chambres du rez-de-chaussée et celles de l’étage qui lui sont superposées (Pl. XXV, XXVIII). A chaque niveau, la plus grande et la plus belle était également réservée au chef de famille, tandis que la seconde chambre revenait, dit-on, au fils aîné et à ses jeunes enfants.

  • 59 Prenant jour sur la petite drība.

91L’hiver, on recherchait la chaleur dans les pièces de l’étage ; l’été, on préférait la fraîcheur des pièces basses, accrue encore par la proximité de la fontaine et l’arrosage fréquent du sol de la cour59.

  • 60 Alternance de svastika droits et inclinés.

92Quoi qu’il en soit, l’installation intérieure de ces chambres ne devait pas présenter de grande diversité. Le mobilier fixe comprenait également ferāš et ṭārma aux deux extrémités de la pièce, marquées souvent, à cet endroit, par un arc surhaussé et festonné (Pl. XXV, XXXI). De petits placards muraux s’y ajoutaient aussi. Enfin, d’épais et confortables divans, adossés aux murs et pourvus de nombreux coussins, entouraient les mosaïques du sol, lui-même recouvert de nattes ou de tapis. Cette coutume n’a pas été modifiée jusqu’à ce jour, ce qui permet d’utiliser chaque salle aussi bien comme lieu de réunion ou de réception, salle à manger ou chambre à coucher. Apparaît alors, au moment des repas, la table basse arrondie (miḍa), parfois rectangulaire, que l’on place aisément entre les deux rangées de divans60.

  • 61 Voir J. Revault, B. Maury et Mona Zakariya : Palais et maisons du Caire (XIV-XVIIIe), I.F.A.O., Le (...)

93Tandis que les habitants du rez-de-chaussée bénéficiaient constamment d’une vue agréable sur la cour, les zellīj de son sol et de sa fontaine, les boiseries ouvragées de ses portes et de ses linteaux, ainsi que la dentelle de ses stucs, les habitants de l’étage conservaient tout d’abord sous les yeux une très belle balustrade en bois tourné et assemblé, dans un compartimentage en forme de svastika (Pl. XXXI, XXXII) ; servant de protection contre le vide de la cour qu’elle entoure, cette boiserie à claire-voie rappelle les grilles à moucharabieh des fenêtres traditionnelles, en usage dans certains pays d’Orient, permettant de voir au dehors sans être vus61. Elle est solidement fixée aux quatre piliers d’angle, limitant la galerie circulaire entre chambre et escalier. Celui-ci est également protégé et dissimulé, à son débouché sur la galerie haute, par une belle grille de même style, dressée à angle droit et composée de swastikas de taille inférieure (fig. 59, 64).

Pièces diverses

94En dehors des quatre chambres de maîtres formant les principaux appartements de Dār Zouiten, celui-ci possède encore, à divers niveaux, d’autres pièces d’importance inégale. Simples réduits souvent proches de l’escalier, resserres à provisions, chambrettes pour domestiques et salles plus ou moins spacieuses prennent également jour par d’étroites fenêtres donnant sur la cour. Certains membres de la famille et les enfants y trouvaient place selon les cas.

95De ces pièces complémentaires, on se souvient d’une affectation plus précise, à l’entresol et à l’étage. Il s’agit, pour l’un, d’un msīd, pour l’autre, de logements réservés à la haute domesticité noire.

  • 62 Au plafond soutenu par une arche centrale.
  • 63 Ces pièces d’eau — en l’absence de hammam — devaient être réservées à l’usage de la famille Zouiten

96Msīd. Comme on pourrait en observer souvent d’autres exemples, au domicile des notables de Fès, le msīd de Dār Zouiten était une petite école privée où le Coran était enseigné aux jeunes enfants de la famille (Pl. XXVII). On y accédait, face à la porte d’entrée, par un étroit escalier conduisant à une pièce de faibles dimensions aménagée au-dessus du setwān. Les deux petites fenêtres carrées, ouvrant sur la drība. ne devaient laisser pénétrer qu’une lumière à peine suffisante pour l’enseignement du maître (fqih), armé du livre sacré et d’une baguette, devant ses élèves assis sur des nattes, tenant en mains planchette et qalam en roseau. Un placard servait au rangement des livres pieux ; une petite pièce annexe62 à celui des planchettes des élèves. Un escalier particulier relie encore cette dernière pièce à un lieu d’ablutions avec latrines installé au rez-de-chaussée — avec porte donnant sur la cour (Pl. XXV-XXVII)63.

  • 64 Communication orale de Fatma Jama’ya (originaire des Ouled Jama‛), femme de Hassan Zouiten, qui exe (...)
  • 65 Achetée très jeune au Fondouk el-Berka, à Fès — en provenance du Soudan — la Dada de Dār Zouiten y (...)

97Logements domestiques. En se rappelant les souvenirs de leur jeunesse vécue dans cette demeure, certains habitants actuels de Dār Zouiten évoquent le temps peu éloigné où les derniers survivants d’une nombreuse domesticité noire placée sous leur responsabilité occupaient, à l’étage, au voisinage des maîtres, deux logements séparés, côté Nord (Pl. XXVIII)64. Chargée de diriger et surveiller le travail des servantes (ou esclaves) noires, la dada occupait seulement une petite chambre médiane. Sa haute taille, sa forte corpulence et ses vêtements sombres renforçaient, dit-on, son autorité auprès des enfants de la famille dont elle avait également la charge65.

98A côté, un petit appartement, composé de deux pièces, était affecté au principal serviteur noir (‛abd al-dār) qui avait la confiance du maître et veillait sur la sécurité de la demeure (Pl. XXVIII-XXIX). Pour cette raison, il était logé au-dessus du msīd et de l’entrée, avec fenêtres ouvertes sur l’extérieur, lui permettant de surveiller les abords de Dār Zouiten. Marié, il vivait là avec femme et enfants, jouissant d’une certaine indépendance.

99Il en allait autrement pour l’eunuque noir (onta) qui restait mêlé à la famille et ne se voyait pas attribuer, paraît-il, un logement personnel.

PLANCHE XXIX

PLANCHE XXIX

Plan du 2e entresol.
2. Vide de la cour ; 7. escalier ; 22-23. vide des chambres (1) débarras ; 25 bis. logement domestique (partie supérieure) (j) chute e.p.

PLANCHE XXX

PLANCHE XXX

Plan des terrasses.
2. Vide de la cour ; 7. escalier d’accès aux terrasses (m) débarras ; (j) chute e.p. ; (h) cheminée et ouverture d’aération.

Coupe avec élévation (côté Est).

PLANCHE XXXII

PLANCHE XXXII

Coupe avec élévation (côté Nord).

Communs

  • 66 Maba.

100De même que toute demeure importante, Dār Zouiten disposait d’une dwīria pour les travaux domestiques (Pl. XXV). Situés au Nord de la cour, d’où l’on y accède directement, la dwīrīa est ici une assez grande salle d’aspect rustique, dépourvue de porte importante et de toute fenêtre. La lumière n’y pénètre que par l’ouverture pratiquée dans sa terrasse, le long du mur Sud limitant la dwīrīa. Celle-ci faisant principalement office de cuisine66, la même ouverture supérieure servait aussi à l’évacuation de la fumée. C’est là, en effet, que l’on préparait les divers repas de la journée, depuis le pain cuit au four du quartier jusqu’aux divers plats épicés qui mijotaient longuement sur la braise des nāje en terre. C’est dans ce lieu que se tenait surtout la domesticité noire, chargée aussi d’y effectuer, certains jours de la semaine, le lavage du linge. Pour ses déplacements dans le quartier, cette domesticité disposait d’une communication directe avec le seṭwân. On peut observer également l’aménagement d’une large soupente pour le rangement des ustensiles de cuisine, dont certains, de taille inhabituelle, en cuivre étamé, n’étaient descendus qu’aux grandes occasions — fêtes religieuses ou familiales —. A cet effet, un solide anneau de fer fixé à la charpente servait aussi à suspendre la bête sacrifiée, bœuf ou mouton.

  • 67 Côté Nord-Est.

101Dans un coin de la dwīrīa67, une ouverture sur l’oued souterrain permettait d’y puiser l’eau à tout moment. On y trouvait, à côté, une mdda. ingénieux système de distribution et d’élévation d’eau.

102Enfin, on pourrait s’étonner de trouver, à proximité de la porte sur la cour, un trou pratiqué dans le sol, à usage de latrines, si la même observation n’avait été faite dans d’autres dwīrīa.

Écurie (rwā)

  • 68 De leurs anciennes et importantes propriétés, les Zouiten n’auraient conservé que celle de Chraga.
    I (...)

103Pour la commodité de l’usage des montures utilisées par le maître et sa famille, l’écurie a été placée auprès de l’entrée de Dār Zouiten. Sa porte ouvre sur la même drība, dans son prolongement découvert, sur lequel donnent également plusieurs fenêtres hautes (Pl. XXIV). Le rwā se divise en deux parties inégales, la plus importante, face à la porte, étant réservée à l’écurie proprement dite, avec une double rangée de mangeoires pour chevaux et mules ; à gauche, une étable (zerība) a été pourvue de mangeoires plus basses, afin de permettre d’y abriter surtout les moutons répondant aux besoins des cuisines voisines. On pouvait amener ceux-ci périodiquement à partir des propriétés terriennes des Zouiten auxquels elles fournissaient les autres ravitaillements nécessaires, en céréales, fruits et légumes, apportés à Fès à dos de mulet ou d’âne68. L’étable apparaît encore aujourd’hui, séparée de l’écurie par une cloison, tandis que le plancher de sa couverture forme la sedda ou réserve de paille du rwā, les palefreniers y prenant aussi leur repos.

  • 69 Les nouveaux propriétaires des écuries ont édifié, au-dessus, plusieurs étages.

104Cet ensemble est naturellement dépourvu de tout ornement. Une seule exception apparaît cependant, à gauche de l’entrée de l’écurie, dans une petite banquette en maçonnerie (dukkāna), recouverte de zellīj. destinée, semble-t-il, au chef de la domesticité, à l’occasion de ses visites de surveillance et d’instructions69.

Terrasses

105L’aspect général des terrasses (staḥ) de l’habitation principale (dār kebīra) montre peu de variations de niveau entre les terrasses des galeries et celles des chambres qui les entourent (Pl. XXX). La faible saillie de leurs murs suffit cependant à en délimiter nettement les contours. Par contre, la murette qui encadre l’ouverture sur la cour s’élève plus haut, avec son couronnement intérieur de tuiles rondes vernissées — vert clair — (qarmūd). De même, les terrasses demeuraient toujours, durant la journée, un endroit ensoleillé et aéré, réservé exclusivement aux femmes qui y jouissaient, en outre, d’une vue magnifique, étendue à toute la médina et aux collines environnantes. Les nuits d’été, on pouvait aussi venir y rechercher plus de fraîcheur.

Dépendances

106Si l’on regarde par-dessus les murs de clôture, on découvre, en contrebas,.d’autres terrasses, entourant des cours plus réduites que celles de la dār kebīra des Zouiten, à laquelle elles étaient autrefois rattachées, avec accès par ses deux drība. Elles pouvaient être occupées par plusieurs membres de la famille, notamment par certaines épouses et leurs enfants, sinon servir parfois de lieu d’accueil pour les hôtes.

Zaouïa

  • 70 Cette salle de prière a été remise en état en 1983.

107A l’angle du Derb Guerniz, précédant l’entrée de la drība Zouiten, apparaît aujourd’hui délaissée, une ancienne salle de prières aménagée autrefois, à cet endroit, par l’un des personnages les plus vénérés de la famille Zouiten, rappelé plus haut (Pl. XXIV). En dehors de sa porte et de ses deux fenêtres barreaudées, on y remarque encore l’étroit mirāb orienté au Sud-Est, devant lequel les membres de la famille et les adeptes de leur Zaouïa (foqāra) devaient se réunir pour prier aux différentes heures du jour70.

Dār Lazreq

  • 71 N° 4, Derb Sidi Idir (santon d’époque tardive). Tournant à angle droit, cette impasse resta longtem (...)
  • 72 Cf. R. Le Tourneau, Fès avant te Protectorat. Casablanca, 1949. passim. Considérée comme l’une des (...)

108On connaît à Fès de nombreuses habitations — dont certaines très luxueuses — qui ont été construites par la famille Lazreq en divers point de la médina. Il s’agit ici de l’une de leurs plus anciennes demeures, de moyenne importance. Proche de la rue Tala’a Kebira, elle y est reliée directement par l’étroite ruelle du Derb Sidi Idir, appartenant au quartier de Rās Tiyalīne71 (Pl. XXXIII). Non loin de là, dans la pente de Tala‛a Kebīra, se dresse « le gracieux minaret polychrome » de la mosquée mérinide Ech-Chrabliyine élevée par le sultan Abū 1-Ḥassān (1331-1348)72 (Pl. B, Pl. I).

  • 73 Communication de M. Mohammed Sabrī (professeur de philosophie à Fès), habitant actuel de Dār Lazreq (...)

109On rapporte que les Lazreq auraient fait suivre l’édification de cette demeure de celle d’autres constructions voisines d’importance croissante, contrairement à une coutume plus fréquemment inverse, les familles fortunées préférant s’installer en priorité dans le plus grand espace et le plus grand luxe possible et y ajouter ensuite des habitations complémentaires de valeur secondaire73.

  • 74 Nombre de constructions mérinides et saadiennes ont ainsi disparu dans leur aspect primitif, des tr (...)

110On doit, sans doute, à cette disposition une meilleure sauvegarde de la demeure qui nous intéresse, alors que les autres n’ont pu éviter certaines transformations liées à un entretien plus attentif de la part de leurs propriétaires, au cours des derniers siècles74.

PLANCHE XXXIII

PLANCHE XXXIII

Plan de situation

  • 75 Demeure ancestrale (dār jeddīya), Dār Lazreq appartient aujourd’hui à une descendante de la famille (...)

111Au dire des habitants actuels de Dār Lazreq, celui-ci constituerait un bien familial hérité de longue date75, correspondant à la moyenne aisance des membres de la famille qui se sont succédé à cet endroit, tirant leurs principales ressources d’un artisanat exercé à Fès — poterie, céramique (zellīj), cordonnerie (ẖārrez)...

Bāb al-dâr

112La porte d’entrée de type traditionnel apparaît à l’angle du Derd Sidi Idir (fig. 67). Comme au setwān de Dâr Mzelja, le couloir d’accès intérieur est formé de longues marches basses s’élevant ici graduellement — au lieu de s’abaisser — jusqu’au niveau de la cour centrale (Pl. XXXIV).

PLANCHE XXXIV

PLANCHE XXXIV

Plan du rez-de-chaussée.
1. Sewān (a) bāb al-bamūs ; 2. wûs al-dār : 3. borṭāl (c) sinīya (parterre de zellīj) : 4. bīt (Nord), (b) ṭāqa, (c) sinīya ; 5. bīt (Sud) (b) ṭāqa ; (c) sinīya : 6. dwīrīa : 7. sqāya : 8. mīḍaḥ (d) alqûm. (e) alqa ; 9. derūj.

Wūsṭ al-dār et borṭāl

  • 76 Le niveau d’un portique (nbā, borāl), servant de lieu de passage et de communication, dépasse lég (...)
  • 77 Largeur des piliers : 0,40 m. Leur prolongement supérieur à section carrée se creuse symétriquement (...)
  • 78 Bien que très sobre dans son aspect général, le pavage du borāl est formé de trois parties distinc (...)
  • 79 La forme et l’usage de ce borāl permettent, sans doute, une comparaison avec le portique d’accueil(...)

113On débouche curieusement sous un portique (borṭāl) donnant de plain-pied sur la cour76, portique unique qui paraît répondre ici à une fonction particulière (Pl. XXXIV, XXXVIII, XXXIX). Avec ses deux piliers octogonaux prolongés, plus haut, en parallélépipèdes77, son pavage soigné rehaussé, en son milieu, d’une sinīya78, ce borṭāl semble bien avoir été conçu ainsi, sous sa forme primitive, pour servir à la fois de lieu d’accueil et de repos79 — non de simple abri contre le soleil et les intempéries (fig. 68).

  • 80 Dépassant la hauteur d’une personne debout, cette cave couverte d’une voûte simple (qabû) était acc (...)

114Ailleurs, on le verra plus souvent remplacé par un défoncement — alcôve plus ou moins large — rappelant la forme du bhū, tout en conservant l’appellation de borṭāl. Avec son orientation à l’Ouest et sa double ventilation entre cour et seṭwān, la belle pièce ouverte de Dār Lazreq devait particulièrement convenir aux réunions familiales durant les chaudes journées d’été. Ajoutons qu’elle bénéficiait, en outre, de l’aménagement du sous-sol en cave voûtée (baḥmūs)80 (Pl. XXXIV).

  • 81 Dimensions des chambres — porte : largeur ouverture, 1,45 m ; épais, mur, 0,42 ; haut, et larg. van (...)
  • 82 Fontaine murale (sqāya) de type traditionnel à arc brisé-outrepassé, sur deux colonnettes en plâtre (...)
  • 83 Chacune des sqalābīya (ou herī) communiquant avec l’une des deux ġorfa, on pouvait l’utiliser, para (...)

115De là, on pouvait voir : de part et d’autre, les portes à grands vantaux des deux chambres latérales81 (Pl. XXXVIII, fig. 68) ; en face, la dwīrīa entièrement ouverte sur la cour, entre sa fontaine murale et l’escalier de l’étage82 (Pl. XXXVIII, fig. 67, 68) ; en haut, une galerie circulaire, à derbūz cannelé, desservant les deux chambres supérieures (ġorfa) reliées entre elles par des pièces secondaires (sqalā- bīya)83. Enfin, l’ouverture des terrasses sur le ciel dominant l’ensemble (fig. 67, 68). Seules, pendant la journée, les chambres conservaient leur intimité à l’abri des regards, fermées par les rideaux ou leurs portes. Par contre, tout demeurait visible entre les allées et venues de la cour et l’activité domestique de la dwīria.

116La nuit venue, les lanternes (fenār) étaient allumées, accrochées aux anneaux de fer des poutres du borṭāl et du sewān.

117A l’intérieur des chambres et de l’escalier, une faible lumière était donnée par les lampes à huile (qandīl) disposées dans les niches murales.

Chambres

  • 84 Moyenne et grande demeure.
  • 85 Portes à linteau de bois, comme celles de Dār Mzelja.
  • 86 Absence de fenêtre.

118On sait que l’installation de quatre chambres superposées deux à deux est fréquente, à toute époque, dans les demeures de Fès, quelle qu’en soit l’importance84 (Pl. XXXIV, XXXV, XXXVIII, XXXIX). On y adopte aussi bien la disposition parallèle et symétrique des pièces, telle qu’elle existe ici, et la disposition angulaire (décrite à Dār Mzelja). L’essentiel est d’assurer à chacune des chambres indépendance et confort. Peu de différence d’aspect entre elles, les portes axiales étant également dépourvues d’arc85, derrière leurs grands vantaux, et l’aménagement intérieur comportant toujours lit (ferāš) et chambrette extrême (ṭārma), dont on peut voir encore certains vestiges86.

Communs

119Les communs, nous l’avons vu, sont répartis entre lieu de préparation des repas (dwīrīa) et réserves alimentaires au sous-sol (bamūs) et à l’étage (sqalābīya) (Pl. XXXIV, XXXV, XXXVI).

  • 87 Dans les demeures de moyenne importance comparables à Dār Lazreq, la dwīrīa est, le plus souvent, p (...)
  • 88 Dissimulées derrière l’extrémité de la chambre Ouest.

120La dwīrīa n’est pas sans surprendre par son éloignement de l’entrée87 et ses proportions restreintes. En fait, elle occupe la place que l’on voit généralement accorder à la sqāya murale — reléguée ici sur le côté gauche du défoncement ouvrant sur la cour. Les latrines voisines sont également destinées aux maîtres et à la domesticité88.

  • 89 Escalier tournant comme celui d’un minaret.

121On peut se rendre compte de l’emplacement judicieux de la dwīrīa qui lui permet de répondre aux divers besoins de la demeure : service des chambres du rez-de-chaussée toutes proches ; service des chambres de l’étage grâce à la présence de l’escalier89, utilisé aussi pour atteindre les réserves alimentaires des sqalābīya. Il n’en ressort pas moins que cette partie extrême de Dār Lazreq constitue, sans doute, avec le borṭāl initial ouvrant sur la cour, les éléments les plus originaux de cette ancienne demeure.

***

  • 90 Au-delà de la rue Tala‛a Kebīra. sur laquelle elles débouchent, ces deux impasses semblent se prolo (...)
  • 91 Originaire du Sud marocain, où il connut une existence difficile, il devait considérer ensuite comm (...)

122Peut-être les diverses habitations, groupées auprès de Dār Lazreq, entre le Derb Sidi Idir et une impasse parallèle, dépendaient-elles autrefois d’une même famille90. Observons encore aujourd’hui le voisinage de la demeure située à l’angle du Derb Sidi Idir, habitée par Mohamed Sabri91 et sa femme, née Lazreq, et la demeure de ce nom mise à la disposition des trois fils, jouant alors le rôle de dār el-‛azāra (Pl. XXXIII).

  • 92 Observations recueillies au cours d’une nouvelle mission effectuée au Maroc en septembre 1983.

123On doit à la vénération dont jouit toujours Sidi Idir, qui aurait vécu il y a environ cent cinquante ans, l’élégante porte qui marque l’entrée du derb inscrit à son nom. Avec son ouverture en arc brisé outrepassé sous corniche de tuiles vernissées, cette entrée rappelle le style des portes de mausolées et de zaouïas. Objet de visites pieuses92, la sépulture du santon se trouve au fond de l’impasse.

PLANCHE XXXV

PLANCHE XXXV

Plan de l’étage.
2. Vide de la cour ; 9. derūj ; 10-11. ġorfa : 12. bît el ẖzīn (c) ḥalqa, (f) mīḍaḥ ; 13. bīt el-ẖzīn ; 14. nbaḥ.

PLANCHE XXXVI

PLANCHE XXXVI

Plan de l’entresol (étage).
2. Vide de la cour ; 9. derūj ; 10-11. vide des chambres ; 14. vide de la galerie ; 15-16. bīt el-ẖzīn ; (e) ḥalqa.

PLANCHE XXXVII

PLANCHE XXXVII

Terrasses.
2. Vide de la cour ; 9. derūj ; 17. sṭaḥ (d) ḥalqūm, (e) ḥalqa.

PLANCHE XXXVIII

PLANCHE XXXVIII

Coupe avec élévation (côté Sud).

PLANCHE XXXIX

PLANCHE XXXIX

Coupe avec élévation (côté Est).

  • 93 Aujourd’hui, les habitants de Dār Lazreq et leurs voisins sont obligés de s’approvisionner encore, (...)

124Nous ajouterons ici les observations suivantes concernant les modestes communs de Dār Lazreq — au rez-de-chaussée et à l’étage — (Pl. XXXIV, XXXV) et leur ressemblance avec ceux d’une maison probablement contemporaine, Dâr Mzelja. Dans les deux cas, l’espace très mesuré laissé à la cuisine de la dwīrīa, au-dessous d’une étroite ouverture servant de cheminée, avoisine l’escalier et les latrines. Ici, la présence d’une sqāya — qui fait défaut à l’autre demeure — s’accompagnait auparavant d’un double aménagement des conduites d’eaux souterraines93 : conduite supérieure amenant l’eau réservée aux divers travaux d’entretien (lavage du linge, des ustensiles de ménage et du sol) ; conduite inférieure de l’oued dont le courant emportait hors de la ville les eaux usées et les ordures ménagères.

125A l’étage, aux deux extrémités de la cour, la superposition de deux pièces de faibles dimensions devait répondre aussi aux besoins de chambrettes supplémentaires comme à ceux de resserres à provisions, cet ensemble étant assorti d’un herī pour l’approvisionnement en céréales (Pl. XXXVIII).

Dār Mzelja

126L’appellation conservée par cette ancienne demeure lui aurait été donnée, dit-on, à l’époque mérinide, où elle se serait distinguée comme l’une des premières habitations de ce quartier à posséder un revêtement de son sol en faïence (zellīj). En fait, nous verrons que ce pavement comporte bien les caractéristiques des premières faïences de sol fabriquées et utilisées à Fès entre le xiiie et le xve siècle.

  • 94 Sur les Chérifs Ouazzani, voir infra (Dār Demana).
  • 95 Donnant sur le Derb Tertoucha par sa petite fenêtre munie d’une grille en fer forgé, le mausolée du (...)
  • 96 Penture de forme arrondie à cinq branches, fixée à l’angle supérieur de la porte à un seul battant.
  • 97 Infra.

127De même que Dār Bel-Hassen a maintenu, de cette période, l’une des formes architecturales les plus typiques, dans le quartier de la Merdersa Bou Inania, Dār Mzelja montre un exemple contemporain très différent, également proche de la rue Tala’a Kebīra. On le trouve dans l’un des principaux quartiers de Fès el-Bali, illustré par la présence des Chérifs el-Ouazzani, dont on connaît l’importance grandissante au Maroc après le xvie siècle94. C’est à proximité du mausolée de Sidi el-Khayat95, premier moqaddem de la Zaouïa El-Ouazzani qu’apparaît aussi Dār Mzelja (Pl. XL). Cependant, l’aspect extérieur de cette habitation urbaine, avec l’uniformité de ses murs clairs, répond à la simplicité intérieure. Seule ouverture sur la rue, la porte d’entrée — peinte en brun-rouge — se renforce d’une solide penture96 et du cloutage habituels, au-dessous de deux étroites fenêtres destinées à en surveiller l’approche97.

Entrée

  • 98 Le sewān est fermé, selon la coutume, à ses deux extrémités - vers la rue et la cour —. L’abaissem (...)

128Sous un plafond bas à solives, le couloir en chicane longe d’abord la ruelle, se divisant en plusieurs paliers successifs pour atteindre le niveau de la cour intérieure en contrebas98 (Pl. XLI).

PLANCHE XL

PLANCHE XL

Plans de situation.
1. Dâr Demana ; 2. Dâr Mzelja ; 3. Medersa el-Menia ; 4. Medersa el-Šrablὶyὶn.

PLANCHE XLI

PLANCHE XLI

Plans du rez-de-chaussée et de l’entresol.
1. Bâb al-dâr, seṭwân ; 2. wūsṭ al-dār (a) fūm al-metmūra : 3-4. bīt (a) (ouverture de silo) ; 5. borṭal (e) porte murée ; 6. maṭbaẖ (c) madẖāna ; 7. dwīrīa (b) ma’da, (d) mīdah : 8. derūj ;9. 1re maṣrīa ou bīt el-ẖzīn (c) madẖāna, (f) dukkāna.

  • 99 Malheureusement, ce carrelage n’est plus visible aujourd’hui dans la cour à la suite de réparations (...)

129Dès l’accès au seṭwān apparaissent les carreaux de faīence qui ont fait la renommée de la demeure, puisqu’ils s’étendent au revêtement de l’ensemble des sols99. Il s’agit bien ici de l’emploi exclusif de carreaux de type primitif (0,095 m à 0,10 m) disposés en rangées tranversales, avec les seules couleurs utilisées alternativement : noir, blanc, vert.

Cour

  • 100 De ce côté s’ouvrait auparavant une porte de communication, actuellement murée, avec la maison vois (...)

130Dès d’abord, on pourrait s’étonner, si cela n’était si fréquent dans toute la médina de Fès, de l’irrégularité de la cour et de son entourage d’une galerie haute sans piliers de support (Pl. XLI, XLIII). De plus, cette cour ne dessert que deux chambres au rez-de-chaussée et deux autres à l’étage, les communs étant groupés près de la rue et de l’entrée, le quatrième côté n’offrant qu’un mur aveugle séparant Dār Mzelja d’une maison voisine100. Il s’y ajouterait encore une cave (bāmûs) aujourd’hui obstruée. Nous constaterons néanmoins qu’en dépit de ces restrictions la famille citadine qui l’occupa successivement, aux cours des derniers siècles, disposait des lieux d’habitation et d’entretien répondant à l’essentiel de ses besoins. Mais on ignore maintenant quels pouvaient être les rapports de cette famille avec celles qui occupaient les maisons voisines, car existaient entre elles, rappelle-t-on, des portes de communication.

Appartements

  • 101 La recherche de cette orientation n’est pas particulière aux seules habitations de Fès. Nous l’avon (...)

131On sait que, lorsqu’on ne possède, en médina, que deux pièces d’habitation, on en recherchera de préférence l’orientation vers le Sud et l’Est ; c’est la disposition qui a été adoptée ici, aux deux niveaux de Dâr Mzelja, à l’angle Nord-Ouest de la cour (Pl. XLI, XLII)101. On peut aussi y satisfaire à l’alternance saisonnière des pièces, avec l’occupation des chambres inférieures en été pour y rechercher la fraîcheur et celle des chambres supérieures en hiver dont on apprécie alors la chaleur.

132Autour du vide central de la cour laissé à ciel ouvert, une allée circulaire abritée dessert chambres et communs au rez-de-chaussée et à l’étage. Elle joue, en fait, le rôle de galerie dont le plafond à solives, semblable à celui des chambres, s’appuierait non plus sur des piliers (ou colonnes) mais sur des poutres transversales. Aussi pourra-t-on apercevoir, bordant l’ouverture supérieure des terrasses sur le patio, la rangée de corbelets, sous corniche de tuiles vernissées correspondant aux solives de la galerie haute (Pl. XLII, XLIII).

  • 102 Cette seconde porte, placée à l’angle Nord-Ouest de la cour, bien qu’elle donne une impression de d (...)
  • 103 Porte à deux vantaux : haut., 2,60 m (larg. d’un vantail : 0,65 m) — chambre : haut., 4 m ; larg., (...)

133Légèrement surélevées au-dessus du sol de la cour, les deux pièces d’angle s’ouvrent, l’une en son milieu (chambre Ouest), l’autre à son extrémité (chambre Nord) parles portes habituelles102. En l’absence d’arc, des portes apparaissent rectilinéaires, montrant des traces d’ornementation sculptée dans le bois des linteaux. Les deux vantaux fermant l’entrée des chambres ne présentent cependant qu’un simple cloutage ornemental103.

PLANCHE XLII

PLANCHE XLII

Plans de l’étage des terrasses.
2. Wūsṭ al-dār ; 8. derūj ; 10. nbāḥ (h) ḥalqūm ; 11-12. ġorfa (g) ṭārma ; 13. bīt el-ẖzīn ou sqalābīya, (c) madẖâna ; 14. sṭaḥ.

PLANCHE XLIII

PLANCHE XLIII

Coupe avec élévation (côté Nord).

  • 104 Motif sculpté en champlevé sur la face inférieure des solives. Fréquemment utilisé, à l’époque méri (...)
  • 105 Voir infra l’ornementation conservée aux Dār Zouiten, Demana, Lazreq...
  • 106 Disposition transversale de rangées (simples ou doubles) de carreaux sur pointe, noirs, blancs, ver (...)

134Ailleurs, dans les plafonds à solives apparentes, très rapprochées, en raison de leur faible épaisseur, certaines parmi les plus anciennes ont conservé leur décor primitif fait d’une fine rangée de fleurettes à quatre pétales104. Peut-on en déduire que Dār Mzelja aurait connu autrefois un luxe ornemental que sa sobriété actuelle ne laisserait guère soupçonner ? Cette ornementation se serait alors manifestée surtout dans la sculpture rehaussée de couleurs sur les portes à grands vantaux et les plafonds des chambres, indépendamment des frises de plâtre incisé105. Seul a été conservé — sinon restauré — dans son aspect originel le beau pavage de faïence noir, vert et blanc qui rehausse encore les différentes parties de la demeure106.

135Des anciennes boiseries traditionnelles opposant auparavant lit (ferāš) Il chambrette (ārma) aux deux extrémités de la chambre, il ne reste parfois que la cloison en bois de laārma, avec sa petite porte latérale en arc brisé outrepassé.

  • 107 Ouvertures verticales conservant la simplicité d’apparence des meurtrières.
  • 108 Cette disposition pratique résulte de l’ingénieux aménagement d’une soupente (dukkāna) au-dessus du(...)

136En dehors de la porte des deux chambres, aucune ouverture ne s’y ajoute sur la cour, si ce n’est la triple imposte rectangulaire qui surmonte cette porte, où elle tient lieu de claustra107. Par ailleurs, une étroite fenêtre apparaît à l’extrémité Est de la pièce, aidant à l’aération de celle-ci, tout en permettant de surveiller, nous l’avons vu, la porte d’entrée qu’elle surplombe108.

  • 109 Découverte de cette cave par les habitants actuels, à la suite de l’effondrement partiel du sol de (...)
  • 110 Dans la partie haute de la médina de Tunis, nous avons également relevé, pour le même usage, la pré (...)

137Les habitants actuels de Dār Mzelja affirment avoir découvert, au-dessous de la chambre Ouest, une véritable cave (bamûs), couverte en voûte, contenant encore des jarres remplies de charbon de bois destiné à la cuisine109. Nous retrouverons dans d’autres demeures fasies cette disposition particulière du sous-sol qui semble en attester l’ancienneté, son utilité étant celle d’une resserre à provisions et à combustible110. Sans doute, y reconnaissait-on également un autre avantage, avec un meilleur isolement pour les chambres basses, de la fraîcheur d’un sous-sol pénétré par l’eau des sources.

  • 111 L’utilisation toujours en honneur du matelas de laine prévu pour les lits (ferāš) et divans Isdâri, (...)

138A l’intérieur des chambres, on peut constater la fidélité à l’ameublement citadin avec les épais divans traditionnels garnis de laine entourant chacune des pièces, au rez-de-chaussée et à l’étage, où ils sont complétés de coussins, tentures et rideaux111.

Étage

  • 112 Ces balcons se transforment en galeries lorsque celles-ci peuvent être rattachées à quatre piliers (...)
  • 113 Ces balustrades d’exécution sans doute tardive doivent remplacer d’anciens derbûz en bois tourné et (...)
  • 114 Largeur du balcon : 1,76 m (Nord et Sud) et 0,74 m (Est et Ouest). Longueur (coté derbûz) : 2,13 m (...)
  • 115 Hauteur sous plafond : 2,96 m.
  • 116 A rencontre du rez-de-chaussée, la porte médiane de l’étage est au Nord. Épaisseur de son mur : 0,3 (...)
  • 117 D’où un même mode d’aération et de surveillance extérieure répété à deux niveaux.
  • 118 Bešmāt. Voir supra l’étude des zellīj par L. Golvin.
  • 119 Cette disposition en réseau demeurera longtemps en faveur avec l’emploi exclusif de carreaux émaill (...)

139A l’étage, les deux chambres d’angle qui se superposent aux chambres inférieures sont desservies, avec l’escalier Nord-Est, par un balcon circulaire qui encadre complètement le patio112 (Pl. XLII, XLIII). De largeur inégale, et bordé aujourd’hui d’une simple balustrade en bois à barreaux droits113, ce balcon s’élargit assez à ses deux extrémités114 — Nord et Sud — pour y former, à l’abri de son plafond115, un lieu de stationnement commode et aéré, à proximité des pièces hautes. La plus importante de celles-ci, la chambre Nord, bénéficie de cet avantage devant sa porte à deux grands vantaux116. Elle s’augmente, en outre, d’une chambrette aménagée au-dessus du setwân, fermée vers l’intérieur par la ārma traditionnelle, et ouverte sur le Derb par une seconde fenêtre surplombant l’entrée117. Différent de celui du rez-de-chaussée, son pavage n’en demeure pas moins sobre et harmonieux : carreaux principaux sans émail (0,10 m), encadrés d’un réseau de zellīj rectangulaires verts118, ponctué de zellīj blancs aux intersections119.

  • 120 Simplicité de ces ouvertures se rapprochant plus des meurtrières que de véritables fenêtres.

140D’intérêt secondaire apparaît la deuxième chambre (Ouest), dont la porte à un seul battant s’ouvre à l’angle du balcon. Sur celui-ci donnent alors deux étroites fenêtres120, tandis que la partie gauche de la pièce se rétrécit pour constituer auparavant, à l’aide d’uneārma — aujourd’hui disparue — une chambrette annexe.

Communs

  • 121 Il en est de même à Rabat et à Tunis, op. cit.
  • 122 Orifice maintenant fermé, en raison de l’abandon de la cuisson des aliments au charbon de bois sur (...)

141A l’opposé des grandes portes des deux chambres du rez-de-chaussée, trois portes ordinaires, groupées côté Est, correspondent à l’entrée sur cour et aux communs (Pl. XLI). Cette disposition ressemble à celle que l’on peut voir ordinairement dans toute habitation fasie de moyenne importance121. La persistance de son adoption à travers les siècles paraît justifiée pour sa commodité. Ainsi voisinent ici avec le couloir d’accès (sewān) : l’escalier de l’étage (derūj) auprès des latrines (bīt el-mā) et du réglage de l’eau souterraine (ma ‛da), ainsi que l’étroite cuisine (dwīrīa, maba). A l’angle du plafond peu élevé, une petite ouverture servait autrefois à l’évacuation de la fumée122. Enfin, quelques jarres, à portée de la main, ne peuvent contenir que des provisions alimentaires d’usage quotidien.

142On comprend mieux alors l’utilité de magasins à vivres situés au sous-sol (bamûs), que complète encore, à l’entresol, l’aménagement d’une double pièce fermée, surmontant les communs et réservée surtout aux provisions sèches (marīa). On y accède par une petite porte donnant sur l’escalier. On sait aussi que cette pièce pouvait encore servir auparavant de lieu de repos pour les domestiques, voire pour certains hôtes de condition modeste.

Terrasses

  • 123 Murette : haut. 0,75 m ; larg. 0,25 m (couronnement de briques de protection posées à plat et en lo (...)

143Est-ce à cause d’une liaison existant autrefois, avons-nous dit, entre deux demeures voisines et Dār Mzelja, que l’on doit ici, au sommet des terrasses, l’absence de tout mur de clôture ? On n’observe, en effet, que la murette de protection centrale qui entoure, selon l’habitude, l’ouverture sur le patio et sa corniche de qarmūd verts123 (Pl. XLII, XLIII).

144Dans son aspect général, cette très ancienne habitation citadine, qui s’est dépouillée peu à peu de son ornementation intérieure, à l’exception de son pavage légendaire, a réussi à préserver l’originalité de sa structure primitive, notamment dans la cour intérieure. Ce n’est pas la moindre surprise que d’apercevoir, en levant la tête, le rectangle de ciel bleu qu’encadrent toujours deux plafonds successifs de bois sombre.

  • 124 Dans l’entrecroisement rapide et régulier des fils servant à la confection des galons en soie (bord (...)

145Une existence familiale paisible maintient ici ses activités artisanales à domicile, qui font oublier à la femme la longueur des journées. On y exécute aussi bien, à l’aide de simples métiers traditionnels, la passementerie en fils de soie de couleur124 que la broderie de sandales féminines en cuir rehaussées de fils d’or ou d’argent.

146Un gain modeste s’ajoute alors à celui du chef de famille qui exerce en médina, dans sa corporation, le métier de menuisier.

Restitution

  • 125 Après une première étude sur place de Dār Mzelja, en mai-juin 1983, une nouvelle visite des lieux a (...)

147En raison de certaines transformations des lieux plus ou moins récentes, il était nécessaire d’apporter les précisions suivantes sur l’aspect antérieur de Dār Mzelja, basé sur les renseignements complémentaires qui nous ont été fournis à ce sujet125.

Rez-de-chaussée

148A cause de leur mauvais état, les carreaux émaillés de la cour se trouvent dissimulés aujourd’hui sous une couche récente de ciment rouge. Ils ne pouvaient que ressembler au carrelage des deux chambres du rez-de-chaussée, dont l’ancienneté est attestée par la sobriété des couleurs — noir, blanc, vert.

149A l’opposé de l’entrée, le mur aveugle était percé auparavant d’une petite porte de communication avec la maison voisine, disposition qui correspondait alors à une plus grande importance de l’ensemble. D’autre part, le sol légèrement surélevé à cet endroit laisse supposer qu’entre ses trois côtés nus, celui-ci pouvait tenir lieu de borṭāl — de forme simplifiée.

  • 126 (mebeq) — largeur : 0,60 m.

150Quant au sous-sol, les habitants actuels y auraient découvert accidentellement un large espace arrondi creusé dans le sol, s’étendant du patio à la chambre Ouest, avec annexe voûtée sous la chambre Nord. Deux étroites ouvertures munies d’une trappe126 — actuellement obstruées — permettaient d’y descendre, soit de la cour, soit de la chambre. Il se serait agi alors d’un silo voûté de type traditionnel (memora).

151Avant que les habitants actuels de Dār Mzelja n’aient ouvert une nouvelle porte permettant de pénétrer directement de la cour dans la petite dwīrīa, on accédait à celle-ci par une porte — maintenant murée — en face de l’escalier et de la bīt el-mâ. De même a-t-on supprimé l’étroite ouverture du plafond servant autrefois de cheminée, tout en remplaçant les anciens tuyaux de poterie (qadûs) pour l’évacuation des eaux de pluie des terrasses.

Entresols

  • 127 Elles sont habitées maintenant par le fils de Mohammed Mammouch, artisan ciseleur sur cuivre, et sa (...)
  • 128 En complément des silos à grains avec cave : d’une part, jarres utilisées pour la conservation habi (...)

152Desservies par l’unique escalier de cette demeure — prolongé jusqu’aux terrasses — les deux pièces (sqalābīva) qui se superposent au-dessus de la dwīrīa ne prennent jour que par une étroite fenêtre donnant sur la ruelle127. Bien que leurs fonctions passées semblent avoir été celles d’une resserre à provisions128, peut-être en usait-on aussi, nous l’avons dit, comme chambrette, voire à l’intention de certains hôtes, en guise de modeste marīa.

Dâr Ben Šeqrûn

  • 129 Rue Zqaq el-Rouah, n° 9 (zqaq = petit quartier).
  • 130 Inscription cursive sur fond d’arceaux fleuris rappelant celle de l’entrée de Dâr Zouiten. A Meknès (...)
  • 131 Ben Šeqrûn, nom d’origine juive — Ben Šuqrûn — provenant des Israélites émigrés d’Andalousie et con (...)

153Dans une ruelle à forte pente rattachée à la rue Tala‛a el-Seġîra (Pl. B, I)129, une porte cloutée de forme traditionnelle, avec portillon, en partie enfoncée dans le sol, un linteau de bois sculpté d’une inscription eulogique, dans le style mérinide, débordant de part et d’autre130, une imposte barreaudée pour atténuer l’obscurité du couloir intérieur, telle apparaît l’entrée de l’ancienne demeure familiale des Ben Šeqrûn131 (Pl. XLIV, fig. 69).

  • 132 Ne pouvant permettre l’accès de front qu’à une seule personne.
  • 133 Habité actuellement par une famille de locataires.

154A sa droite, s’ouvre une seconde porte, plus large et plus simple, celle du rwā. réservé autrefois aux montures et aux bêtes de somme des maîtres. A sa gauche, un étroit passage privé132 conduit au logement des hôtes (marīa)133 (Pl. XLV). Comme on le verra plus loin, les plafonds de l’entrée de Dār Ben Šeqrûn et de son écurie supportent, selon la coutume, l’ensemble de la marīa. Si l’on descend encore plus bas dans la rue Zqaq el-Rouah, on découvre une petite mosquée de quartier avec minaret et porte en arc brisé outrepassé, que Sidi Abd-er-Rahman ben Šeqrûn aurait fait édifier au siècle dernier. On y prie régulièrement aux heures rituelles et plusieurs membres de la famille du fondateur y ont leur sépulture.

  • 134 Porte maintenant disparue.

155Dans la pénombre du couloir d’accès à la cour, une porte médiane arrête le visiteur, avant la troisième porte134 donnant sur le wūsṭ al-dâr.

PLANCHE XLIV

PLANCHE XLIV

Plans de situation.

PLANCHE XLV

PLANCHE XLV

Plan du rez-de-chaussée.
1. Seṭwân ; 2. wūsṭ al-dār (a) bît, (b) vigne : 3. bīr (i) ṭārma ; (r) sīnīya ;4. bīt (h) ṭāqa (r) sīnīya ; 5. bīt (h) ṭāqa : 6. bīt el-ẖzīn (p) ; 7. dwīrīa (d) ma‛da. (e) ḥalqa. (f) mā sẖon (du ḥammām) ; 8. sqāya (g) qādūs. (h) tāqa ; (1) miḍāh ; 9. bīt ṣeġîr ; 10. herî (c) ouverture inférieure (retrait grain) ; 11-12. derūj (h) ṭāqa ; 13. rwā ;14. bīt et-srūj (h) ṭāqa : 38. petite dwīrīa de la maṣrîa (d) ma‛da, (‛) mīḍaḥ (p) qādūs.

Cour

  • 135 Cette disposition d’un étage ajouté aux terrasses des habitations citadines apparaît également dans (...)

156Contrairement à tant de cours fasies qui ont l’apparence d’un puits humide et sombre, la cour de Dār Ben Šeqrûn surprend agréablement par son aspect dégagé, clair et ensoleillé. Cette impression résulte de l’absence de galerie circulaire au rez-de-chaussée et à l’étage — qui a naturellement pour effet de réduire l’espace libre non bâti au centre de l’habitation. Pourtant le constructeur de cette cour montre qu’il n’ignorait pas l’intérêt des piliers maçonnés réduits ici à de simples pilastres (Pl. XLV, LI, LII, fig. 70, 71) ; de même concevait-il l’utilité de pièces hautes disposées en retrait sur les terrasses135. Ainsi a-t-il eu le souci de conserver, autour d’une cour bien aérée, toutes les chambres et communs nécessaires à l’existence normale des habitants de cette demeure.

  • 136 Vasque côtelée posée sur un socle carré orné de zellīj (haut. 0,23 m), à l’intérieur d’un bassin pe (...)
  • 137 Surmontant chaque porte, un triptyque cintré en plâtre sculpté de palmettes et coquilles (sur résea (...)

157Orné, en son milieu, d’une petite vasque en marbre136 (Pl. XLV, LI, fig. 72), le sol de la cour est couvert de zellīj dont l’entretien quotidien à grande eau de l’éclat des couleurs permettait, dit-on, au maître lui-même, rentrant autrefois à son domicile, de quitter ses babouches au seuil de la cour. Aux deux extrémités de celle-ci, à l’abri d’un porche sur pilastres — tenant lieu de portique — se dressent les hauts vantaux symétriques (ouverts ou fermés) des portes des deux chambres principales137.

  • 138 Ainsi, côté Ouest, un groupe de deux pilastres réunis par deux petits arcs brisés superposés encadr (...)
  • 139 L’entrecroisement des pilastres verticaux et des linteaux de bois horizontaux s’inspire de la struc (...)

158De part et d’autre, deux portes latérales secondaires sont surmontées de gracieuses fenêtres géminées (fig. 69), accompagnées d’étroits escaliers raides138 (Pl. LI). On peut dès lors constater la ressemblance de cette disposition générale dans une habitation citadine de bourgeoisie aisée et celle d’une grande et riche demeure de notable de même époque139. Les feuillages d’une vigne grimpante viennent encore égayer la cour de Dâr Ben Šeqrûn, s’associant heureusement à la blancheur des murs.

Rez-de-chaussée

Chambres

  • 140 Au centre, plate-bande carrée (sīnīya) faite de zellīj de couleur (0,05 m), encadrés de blanc (0,02 (...)

159Le rez-de-chaussée ne comporte, nous l’avons dit, que deux chambres importantes s’opposant à chaque extrémité de la cour (Pl. XLV, LI, LU). Sur celle-ci, elles ne prennent air et lumière que par leur porte axiale — légèrement surélevée —. Au-dessous du plafond à solives exhaussé jusqu’aux terrasses, le sol décoré des zellīj habituels disparaît généralement sous les tapis et les divans qui le recouvrent140.

  • 141 Communication orale d’Abd er-Rahman ben Šeqrûn, auquel nous sommes redevables des principaux rensei (...)
  • 142 Côté Ouest, superposition de deux pièces ; côté Est, superposition de trois pièces — dont deux au-d (...)

160Si l’une des alcôves latérales a conservé l’usage de laārma traditionnelle, on ne peut que regretter ici, comme dans la plupart des intérieurs de la médina, qu’une simple cloison en planches ait remplacé l’ancienne cloison de bois ouvragé, rehaussée de panneaux en moucharabieh141. Situées sur les deux autres côtés de la cour, et resserrées entre communications et communs, les deux chambres latérales sont aujourd’hui habitées. Cependant, comme nous en avons vu d’autres exemples, ces locaux de moindre importance pouvaient répondre auparavant à un double emploi, logement domestique et resserre à provisions. Il devait également en être ainsi pour les pièces de l’entresol qui les surmontent et sont cause de l’abaissement des plafonds inférieurs142.

Communs

161Dâr Ben Šeqrûn a adopté la règle de répartition habituelle des communications et communs aux quatre angles de la cour. Couloir d’entrée, escalier d’entresol et d’étage, dwīrīa, mīḍah, sqāya et herī sont alors distribués commodément selon cette ordonnance (Pl. XLV).

Dwīrīa

  • 143 Éclairage réduit à une étroite ouverture (alqa) dans le plafond.
  • 144 Vestiges d’une hotte dont il ne subsiste que les deux traverses — inférieure et supérieure — servan (...)
  • 145 Auprès de la ma‛da, l’angle mural a conservé l’ancienne conduite verticale en poterie qui permettai (...)
  • 146 A côté de l’entrée de la dwīrīa, apparaît une porte de communication — murée — avec l’une des habit (...)
  • 147 Hammam situé plus haut que Dār Ben Šeqrûn.

162Aménagée entre la chambre Nord et l’escalier Est, la dwīrīa apparaît sombre143 et de faibles dimensions (Pl. XLV). Elle ne devait pas moins répondre à de multiples besoins : cuisine144, lavage du linge et lieu d’ablutions suppléant au hammam — sans compter les latrines domestiques. — Le rôle toujours primordial de l’eau y tient une place particulière. En effet, près de l’entrée de la dwīrīa, le distributeur d’eau coutumier (ma‛da) permettait à la fois la répartition nécessaire, d’une part à l’intérieur de Dār Ben Šeqrûn145 considéré auparavant comme dâr kebîra dans un ensemble d’habitations appartenant à la même famille, d’autre part à l’extérieur, entre les différents bâtiments annexes146. Par ailleurs, on disposait également d’eau chaude pour l’utiliser en bain privé à l’intérieur même de la dwīrīa — fermée à cette occasion —, grâce à l’installation d’une conduite particulière reliée au hammam public du quartier — Ḥammām Zqāq el-mâ147.

Fontaine et puits

  • 148 Alimenté par une eau de source, ce puits (bīr) a été abandonné comme beaucoup d’autres depuis l’ins (...)

163Côté Sud-Est, un puits148, actuellement fermé, côtoie la fontaine de type traditionnel (sqāya) avec son arc brisée outrepassé et son bassin ornés de zellīj — à proximité de la bīt el-mā des maîtres. De là s’effectuait l’alimentation en eau de la vasque placée au centre de la cour (Pl. XLV, LI).

Entrée et grenier (herī)

  • 149 Type de silo familial (herī) à rapprocher de ceux de Dâr Zouiten à Fès et de Dâr Mennouni à Meknès.

164Placées vis-à-vis l’une de l’autre, fontaine et entrée encadrent la chambre Sud (Pl. XLV). La porte du seṭwān est flanquée du grenier (herī) qui sera décrit plus loin, la partie inférieure de ce silo approchant du sol de la cour, à l’angle Sud-Ouest149.

Entresol

165Se répètent, de chaque côté de la cour, les deux escaliers surmontés d’un arc brisé outrepassé entre deux pilastres (fig. 70), pour desservir chacune des pièces aménagées à l’entresol, l’escalier Est s’élevant, en outre, jusqu’aux terrasses formant étage (Pl. XLVI, XLV1I, LI). En dehors du rôle de chambrette qu’elles pouvaient avoir, les deux pièces hautes, avec leurs fenêtres géminées symétriques, semblaient se partager les approvisionnements de l’année, qu’ils fussent rangés dans des jarres de différente taille ou amassés dans une sorte de silo (herī) (Pl. LII). C’était le cas des céréales que l’on conservait ainsi à l’extrémité Sud-Ouest de l’entresol. Un réduit muni d’une trappe (mṭebeq) permettait de verser les sacs de grains dans une réserve haute de deux mètres environ, leur retrait pouvant ensuite s’effectuer au-dessous, par une étroite ouverture, au fur et à mesure des besoins. A côté du mebeq, une échelle servait aux visites et entretiens nécessaires du silo.

Étage

166Bordées, du côté de la cour, par une murette basse, les terrasses de Dār Ben Šeqrûn sont utilisées comme mode de circulation et de communication entre les deux logements qui y ont été édifiés (Pl. XLVIII, LI). Surmontant les deux chambres extrêmes du rez-de-chaussée, ces chambres hautes devaient, sans doute, tenir lieu d’appartements d’hiver, avant d’être occupées par différents membres de la famille Ben Šeqrûn. Leurs proportions inégales font ressortir l’importance particulière du logement situé au Nord. A l’exemple fréquent de certaines maṣrīa, on y remarque, en effet, entre les deux chambres qu’elle dessert, une sorte de patio couvert dont l’ouverture sur le ciel aurait été remplacée par une large fenêtre grillée donnant sur la cour et les feuillages de sa vigne.

Maṣrīa

  • 150 Au fond du couloir, une autre porte appartenait, sans doute autrefois, à l’une des anciennes dépend (...)
  • 151 Sur le côté droit du couloir.
  • 152 Au-devant du patio, le palier supérieur de l’escalier d’entrée forme antichambre. On l’éclairait au (...)

167Alors que l’entrée principale de Dār Ben Šeqrûn donne directement sur la ruelle en pente de Tala’a el-Kebīra, il faut pénétrer, à gauche de cette entrée, dans son étroit couloir, obscur et bas de plafond, pour accéder, à son extrémité, à la « maison des hôtes » (maṣrīa)150 (Pl. XLVI). La porte en est faiblement éclairée par la ḥalqa qui la surmonte151. On doit ensuite gravir plusieurs marches pour atteindre le niveau du patio surélevé, aménagé au-dessus du rwā, nous l’avons dit, conformément à une coutume fréquente152.

  • 153 Piliers surmontés, comme d’habitude, par deux consoles superposées (plâtre orné et bois) soutenant (...)
  • 154 La principale ornementation de la cour carrée — à un seul niveau — ressort de la polychromie de ses(...)

168Tout en montrant une grande simplicité d’aspect et de proportions, ce patio n’en diffère pas moins de la cour des maîtres puisqu’il s’entoure d’un portique circulaire formé de quatre piliers d’angle à rainure interne153 (Pl. LI) ; au-dessus, un entablement général encadre l’ouverture sur le ciel, protégée par une grille sur double rangée de corbelets et de tuiles vernissées154.

PLANCHE XLVI

PLANCHE XLVI

2. Wūst al-dār ; 3-4-5. vide des chambres ; 11. derūj ; 15. herī : 16-17. bīt el-ẖzīn. maṣrīa (ou dār al-‛azāra ; 31. drība : 32. derūj (m) ḥalqa, bāb al-dār ; 33. wūsṭ al-dār : 34. borṭāl (p) qādūs : 35-36. bīt.

PLANCHE XLVII

PLANCHE XLVII

Plan du 1er entresol (2e partie).
2. Wûsṭ al-dār ; 3-4. vide des chambres ; 7. vide de la dwīrīa (e) ḥalqa ; 11. derūj ; 18. bīt el-ẖzīn ; 19. herī (m) ḥalqa, (n)trappe du silo ; (o) accès au silo par échelle ; 20. bīt al-ẖzīn(p) qādūs ;32. vide de l’antichambre (maṣrīa) ; 33-34. vide de la cour et des portiques ; 35-36. vide des chambres.

PLANCHE XLVIII

PLANCHE XLVIII

Plan de l’étage avec terrasses.
2. Vide de la cour ; 11. derūj ; 21. courette ouverte ; 22-23. ġorāf ; 24. ṣāla (i) chambrette ; 25. réduit (1) miḍāḥ, (p) ḥalqūm ; 26. ṣṭaḥ (m) ḥalqa : 27. dwīrīa (e) madẖāna, (1) mīḥāḍ ; 39. sāla ; 40. sṭaḥ (p) ḥalqūm.

PLANCHE XLIX

PLANCHE XLIX

Plan du 2e entresol.
2. Vide de la cour ; 11. escalier ; 21-22-23-24. vide des pièces de l’étage (q) débarras ; 29. dwīrīa (e) cheminée.

PLANCHE L

PLANCHE L

Plan des terrasses.
2. Ḥalqa : 30. terrasses (e) cheminée.

PLANCHE LI

PLANCHE LI

Coupe avec élévation (Côté Sud-Ouest). À gauche, superpositon maṣria-rwā ; à droite, wūsṭ al-dār

PLANCHE LII

PLANCHE LII

Coupe avec élévation (côté Nord-Ouest).

169Des portes de taille moyenne, à portillon, ferment les deux chambres, situées à l’opposé l’une de l’autre, au Nord et au Sud de la cour. La première a été rehaussée récemment d’une pièce haute (sāla), donnant sur les terrasses ; la seconde dispose d’une alcôve centrale formant encorbellement (brûz) au-dessus de la rue voisine. Aussi peut-on y bénéficier, selon les saisons, de la chaleur solaire ou d’une circulation d’air appropriée. De plus, les habitants de cette annexe de Dâr Ben Šeqrûn avaient, à la fois, vue sur le dehors et l’ensemble des terrasses de la médina.

  • 155 Au niveau de l’écurie voisine.
  • 156 Pavée de carreaux à émail clair.
  • 157 Actuellement vide, à la suite des bouleversements du sous-sol.

170Au service des hôtes, on ne pouvait imaginer de communs plus simples et plus réduits (Pl. XLV). A cette intention, ils ont été relégués, en effet, dans un angle de la cour — à l’opposé de l’entrée, auprès de l’escalier des terrasses et en contrebas155. L’escalier contourné qui descend vers une dwīrīa de proportions exiguës156 dessert, à mi-chemin, une pièce à provisions (herī) avant d’atteindre le groupement suivant : cuisine (maṭba) sous cheminée (madâna) ou trou de lumière ; distribution d’eau dans défoncement mural (ma‛da)157 ; latrines (mīḥāḍ) sous escalier.

171On attribue aussi à cette annexe indépendante les fonctions passées de dâr elazâra dont on connaît déjà l’affectation, telle qu’elle a été rapportée dans d’autres demeures fasies (Pl. XLVI, LI). Il faut enfin observer qu’au temps de la prospérité des Ben Šeqrûn et avant la dispersion de leur héritage, leur propriété citadine en médina s’étendait au-delà de leur seule habitation actuelle. Celle-ci constituait la demeure principale (dâr kebîra) réservée au chef de famille, alors que plusieurs annexes l’entouraient auparavant, destinées aux autres membres de la famille. De cette situation antérieure, il est aisé de se rendre compte en examinant les alentours immédiats de Dâr Ben Šeqrûn. Du haut de ses terrasses, on découvre, en contrebas, d’autres terrasses moins élevées, groupées autour de leurs patios respectifs appartenant aux habitations secondaires (dâr ṣeġîra). Des portes de communication existaient parfois entre ces maisons secondaires et la grande demeure, facilitant des relations quotidiennes.

  • 158 (1793-1824). La demeure qu’ils occupèrent aurait été construite auparavant, remontant, selon les pr (...)

172Pratiquant aujourd’hui le travail du cuir, les descendants des Ben Šeqrûn vivent uniquement des ressources modestes que leur procure leur métier d’artisan. Aussi peuvent-ils évoquer avec une certaine nostalgie la richesse passée de leurs ancêtres et grands-parents, lorsque ceux-ci s’installèrent à cet endroit, sous le règne de Moulay Slimane158. Ils possédaient alors non seulement l’ensemble des habitations réunies autour de leur grande demeure, mais ils étaient encore propriétaires, dans la campagne de Fès, de nombreuses terres et oliveraies qui leur assureraient une large aisance.

173On vantait aussi la science et l’autorité religieuse des uns, la force et le courage des autres.

174De ce passé enviable, il ne reste guère que le témoignage de Dâr Ben Šeqrûn et de la mosquée familiale édifiée à son voisinage.

Dār Ouled Manjūr

  • 159 Appellation générique d’une ancienne famille arabe. Dār Ouled Manjūr est située, 24, Derb Sba ‘Lūyā (...)
  • 160 La présence de la Mosquée Qarawiyὶne, ainsi que de plusieurs médersas, souqs et fondouks, montre to (...)
  • 161 Il s’agit pourtant d’une porte de remplacement, la porte originelle se trouvant actuellement exposé (...)

175Dans la partie inférieure de Fès el-Bali (Pl. Β, I) se trouve l’ancien quartier (hay) avec la ruelle Sba‛ Luyat où fut fondée autrefois, parmi d’autres riches demeures, Dār Ouled Manjūr159 (Pl. III). L’étroite et sombre impasse, qui permet d’y accéder entre des murs très élevés, côtoie la Médersa Cherratine et avoisine le quartier des chaudronniers (Seffarine)160. Il faut, en effet, passer devant l’une des entrées secondaires — aujourd’hui fermée — de la belle médersa alaouite (XVIIe s.) pour atteindre la porte d’Ouled Manjūr. Grande et solide porte renforcée par plusieurs rangées de gros clous à tête arrondie et une forte penture en fer forgé161 (fig. 73).

  • 162 La démarcation entre rez-de-chaussée et étage ressort d’une faible saillie de celui-ci sur chaînage (...)
  • 163 Ce mode d’enduit caractérise l’aspect extérieur de nombreux murs de Fès auxquels il assure à la foi (...)

176Certains éléments extérieurs confirment encore l’ancienneté et l’importance de Dār Ouled Manjūr : l’élévation de ses hauts murs aveugles et leur mode de construction, avec l’emploi de pierres pour les fondations, suivi de rangées de briques jusqu’au premier étage, puis de pisé jusqu’aux terrasses162. Un enduit correspondant se limite d’abord aux joints de briques dont il souligne les couches horizontales successives163, alors qu’il recouvre entièrement la surface des murs supérieurs.

PLANCHE LIII

PLANCHE LIII

Plans de situation.
1. Dār Ouled Manjūr ; 2. Dār Lazreq ; 3. Rās Cherratine ; 4. Médersa el-Seffarine ; 5. El-Qarawiyine ; 6. Médersa el-Attarine ; Médersa Mesbahia.

Accès du setwān

177Le setwān d’entrée se réduit curieusement à un bref couloir d’accès en chicane formé de deux longues marches à niveau peu accentué (pavés de zellīj polychromes). La porte intérieure s’ouvre alors sous un portique au-devant d’une vaste cour à ciel ouvert (Pl. LIV).

Wūsṭ al-dâr

  • 164 Dimensions : 4 x 6 m (environ).
  • 165 Niveau du sol des portiques légèrement surélevé au-dessus de celui de la cour.

178De forme trapézoïdale164, la cour intérieure s’étend entre les deux hauts portiques (nba) qui en marquent les extrémités principales165 (Pl. LIV). En effet, ceux-ci abritent les deux grandes chambres qui s’ouvrent pareillement dans leur partie axiale à deux vantaux, au Nord et au Sud (166) (fig. 73, 74).

  • 166 Porte sans arc — peut-être disparu.
  • 167 Contraste avec l’élévation supérieure des bâtiments voisins dont les étages répètent la hauteur du (...)
  • 168 Pente du sol de la cour inclinée vers la sqāya et le trou d’évacuation des eaux usées et des eaux d (...)

179Reliant ces appartements, deux pièces secondaires occupent les côtés Est et Ouest, au-dessous d’un entresol : soit une chambre de faibles proportions (Est) et une dwīrīa avec latrines (Ouest)166. Il semblerait alors que Dār el-Manjūr se limitât au seul rez-de-chaussée, celui-ci n’étant surélévé d’aucune galerie semblable à celles que nous avons vues plus haut, pour desservir d’autres chambres à un niveau supérieur167. Pourtant, nous nous apercevrons que celles-ci existent, bâties sur les terrasses — au-dessus des deux grandes chambres inférieures (fig. 73). Élevées en retrait de l’ouverture du patio, elles demeurent invisibles du rez-de-chaussée. On peut remarquer dans la cour — voire dans certaines chambres — un pavage identique à celui de Dār Lazreq, en majeure partie non émaillé, rehaussé seulement de zellīj de couleur168.

  • 169 Selon une coutume généralement observée ailleurs, dans des constructions de cette valeur. Voir supr (...)
  • 170 Absence actuelle de corniche en tuiles vernissées.
  • 171 Conformément au mode de restauration tardif le plus fréquent.

180Par ailleurs, on devrait s’étonner de la simplicité d’autres parties de la cour de Dār el-Manjūr telle qu’elle ressort de l’aspect actuel des piliers des nbaḥ et des poutres formant linteau autour du patio, en contradiction avec l’importance passée de cette demeure (fig. 73, 74). On verra qu’il ne dut pas toujours en être ainsi. Si l’on peut supposer que des plâtres sculptés ornaient autrefois les consoles des piliers, sans compter les frises sous plafond et les panneaux au-dessus des portes169, certains indices paraissent bien attester également la présence, aujourd’hui disparue, de boiseries sculptées dans l’encadrement supérieur de la cour170. En effet, lors d’une récente visite de ce batiment, nous avons relevé, dans le plafond d’un escalier, le remploi de certains éléments de style mérinide ayant appartenu, semble-t-il, aux anciens linteaux du patio avant leur remplacement tardif par des poutres unies171.

PLANCHE LIV

PLANCHE LIV

Plan du rez-de-chaussée.
1. Sewān ; 2. wūs al-dār ; 3. nbāḥ ; 4. bīt (g) ṭārma ; 5. bīt al-zīn ; 6. nbāḥ (e) melwa, (d) sqâya ; 7. bīt (a) ṭāqa ; 8. borṭāl ; 9. dwīrīa, (f) mīḍāḥ ; 10. sqalābīya (b) bāb al-bhamūs ; 11. derūj (c) ; derūj.

  • 172 Où l’on aurait pu remplacer l’ancienne décoration sculptée par une simple ornementation peinte tard (...)

181Un autre signe évident du luxe et de l’ancienneté de Dār el-Manjūr apparaît dans le maintien inattendu de deux magnifiques cloisons symétriques en bois sculpté et assemblé de part et d’autre de l’entrée de la chambre Sud (Pl. LIV)172.

  • 173 Voir infra. les portes mieux conservées à l’entrée des chambres de Dār Demāna et de Dār Lazreq. Le (...)

182Alors que les portes des deux chambres opposées ont été également remplacées et simplifiées, il est permis de penser que leur style initial ne devait pas différer du style mérinide conservé dans les deux cloisons voisines (mlû)173.

Mlûḥ

  • 174 On connaissait déjà l’emploi souvent répété, dans une grande demeure, de cloisons ordinaires en boi (...)

183La solide fixation de ces deux cloisons-paravents aux murs de la chambre et aux piliers du nbaḥ a probablement contribué à en assurer le respect174. Elles doivent, en effet, constituer un élément de consolidation du portique, s’ajoutant à celui des tirants et des arcs de redressement.

  • 175 Peut-être les mlû de la chambre Sud étaient-ils reproduits devant la chambre principale (Nord).
    Voi (...)
  • 176 Fontaine murale à arc brisé outrepassé de type traditionnel, actuellement désaffectée, placée à pro (...)

184Cependant, son rôle essentiel semble bien avoir été de doubler l’une des grandes chambres d’une véritable antichambre, à l’abri du portique, ouvrant largement sur la cour175. Un tel aménagement devait être jugé d’autant plus nécessaire que l’on désirait également être isolé du seṭwān (côté Est) et d’une sqāya voisine (côté Ouest)176. On imagine aisément l’intérêt que les femmes de Dār el-Manjūr portèrent, de tout temps, à l’installation de cet endroit intime et aéré, lorsqu’on les voit en profiter jusqu’à ce jour, occupées comme autrefois à divers travaux d’aiguille — couture, broderie, dentelle.

  • 177 Supra : « Construction et décor ». Cf. Fès avant le Protectorat, passim.
  • 178 Dimensions : haut. 2,60 m ; larg. 1,30 m ; épais. 0,085 m.

185La réalisation d’une double cloison aussi soigneusement exécutée que les deux grands vantaux d’une chambre luxueuse, exigeait naturellement le recours à un maître-artisan, excellent menuisier et sculpteur sur bois177. Ici, chacun des mlû montre deux faces semblables, avec montage, en bois plein, d’une large composition géométrique faite de la répétition de rosaces hexagonales entrelacées, les divers éléments étant assemblés avec tenons et mortaises178. Sans doute, à l’origine, ces boiseries ouvragées étaient-elles rehaussées, comme celles des portes et des plafonds, de couleurs à base de rouge, voire d’or (fig. 6, Pl. D).

Pièces d’habitation

186Elles se répartissent, nous l’avons dit, entre deux grandes chambres et une petite en bas (bīt) ainsi que deux autres sur les terrasses (ġorfa) (Pl. LIV, LVI, fig. 73, 74).

  • 179 Haut. 6 à 7 m (environ). Double de la hauteur de chacune des pièces latérales superposées. Long. 9 (...)
  • 180 Selon l’habitude, la ārma est surmontée d’une dukkāna utilisée pour le rangement d’objets et d’ust (...)
  • 181 Cette pièce sert aujourd’hui de chambre au fils aîné de la famille Bennys (marié). La resserre à pr (...)

187Bien que les deux pièces principales à portique s’élèvent à la même hauteur179, la chambre Nord apparaît la plus longue. Elle s’augmente encore, à ses deux extrémités, de deux annexes : à droite, un étroit espace clos par une cloison de bois (ṭārma), avec porte latérale à arc brisé outrepassé, pouvait servir de cabinet de toilette et de rangement vestimentaire180 ; à gauche, une assez large pièce carrée était-elle affectée à des enfants, sinon à une partie des provisions alimentaires de la demeure, les autres pièces qui la surmontent étant réservées, dit-on, à cet usage181 ?

PLANCHE LV

PLANCHE LV

Plan de l’entresol.
2. Vide de la cour ; 3. vide des portiques : 4-7. vide des chambres (h) dukkāna ; 11-12. escaliers ; 13-14. resserres à provisions (ou chambres secondaires) (g) réduit ; 15. resserre.

188De ses anciennes annexes, la chambre Sud n’a gardé que la soupente (dukkāna) qui surmonte, à gauche, le couloir d’entrée, s’éclairant, de ce côté, par deux étroites fenêtres ouvrant sur la ruelle d’accès.

  • 182 Un métier à tisser est installé maintenant dans l’une de ces pièces, prenant jour sur la cour par d (...)

189La modeste pièce d’habitation située près du couloir d’entrée sur la cour s’oppose à la dwīrīa, leurs plafonds bas permettant également d’aménager, sous les terrasses, d’autres dépendances (herī, sqalābīya) s’éclairant sur la cour, partagées entre chambrettes domestiques et resserres à provisions182 (Pl. LV).

  • 183 Une disposition semblable, souvent adoptée pour pallier l’absence d’étage normal au-dessus du rez-d (...)

190On y accède, de la même façon, par un étroit escalier raide. Les latrines (bīt el-mā) du rez-de-chaussée se trouvent entre l’un de ces escaliers et la dwīrīa. L’autre escalier (côté Est) dessert successivement entresol et terrasses, avec leurs chambres hautes (Pl. LVI). Celles-ci sont loin d’avoir l’importance des grandes pièces inférieures qui les supportent. Leur communication est facilitée par les terrasses de même niveau qui entourent la cour intérieure. Toutefois, leur éloignement des murettes d’encadrement du patio suffit-il à préserver l’indépendance respective des habitants actuels du rez-de-chaussée et des terrasses183 ?

191Les différentes particularités relevées dans la configuration de Dār Ouled Manjūr permettent d’en confirmer l’originalité et l’ancienneté. Elles sont encore mises en évidences par l’élévation très supérieure des habitations voisines qui ont été l’objet de constructions ou de restaurations tardives.

  • 184 Mission au Maroc de septembre 1983.
  • 185 On désigne cette annexe sous le nom de itirâm.
  • 186 Fréquence de cette pièce ouverte dans les anciennes demeures de Fès, Meknès et Rabat.

192De nouvelles observations recueillies sur certaines parties du rez-de-chaussée et de l’étage ne peuvent que renforcer notre impression sur l’ancienneté de Dār Ouled Manjūr184. En dehors des très belles boiseries ouvragées qui isolent la partie antérieure de la chambre Sud tout en prolongeant celle-ci, à l’abri de son portique185, il a été possible de découvrir d’autres bois décorés, peu apparents aujourd’hui. Ceux-ci ont été reconnus, en effet, dans la façade Est et la pièce intérieure correspondante. En réalité, la fermeture de cet endroit est tardive, alors qu’il y avait été aménagé auparavant une véritable pièce ouverte sur la cour, en face de la dwīrīa. Il s’agit alors d’un borṭāl dont l’ouverture a conservé son ancien linteau, avec corbeaux de bois sculpté186. L’obscurité intérieure actuelle nous avait empêché d’y distinguer, tout d’abord, la rangée d’arceaux fleuris bien connue à l’époque mérinide (face interne), complétée par des rosaces géométriques (face inférieure). Au dehors, une couche de chaux recouvre entièrement la même ornementation, à laquelle s’ajouterait, dit-on, une inscription datée sur d’autres linteaux faisant également office de chaînage.

  • 187 De style almoravide ou almohade.
  • 188 Ainsi que dans le plafond de la bīt el-mâ du rez-de-chaussée.

193Rappelons que le remploi de bois sculptés d’origine apparemment plus reculée187 avait été observé précédemment dans la partie supérieure du plafond de l’escalier principal (côté Est)188. A proximité apparaissent encore des voliges peintes de motifs floraux, dont les couleurs se limitent au vermillon, noir, vert-olive et gris.

PLANCHE LVI

PLANCHE LVI

Plan de l’étage et des terrasses.
2. Vide de la cour : 11. escalier ; 17-18. chambres (g) cabinet de toilette ; 19-20. pièces annexes ; 21. terrasse.

  • 189 Chambres s’ouvrant dans une porte à arc brisé surhaussé, édifiées au-dessus des chambres inférieure (...)
  • 190 Haut. : 0,86 m.
  • 191 Haut. : 2,00 m. La cage d’escalier aboutissant aux terrasses est couverte d’une curieuse petite ter (...)
  • 192 El-Haj Mohammed el-Manjur habite l’une des pièces hautes.
  • 193 Famille Bennys. Nom d’origine israélite. Cf. R. Le Tourneau, op. cit.. p. 378.

194Il n’existe pas ici, nous l’avons dit, de construction d’étage complet au-dessus du rez-de-chaussée. On s’est, en effet, contenté d’aménager sur les terrasses deux chambres hautes (ġorfa)189, comme Dār Bel-Hassen et Dār Mzelja nous en ont déjà montré des exemples de même nature. En fait, on dispose là d’un vaste espace découvert sur toute la surface des terrasses, entre la murette centrale190 de la cour et les murs de clôture191. C’est là qu’habitent maintenant plusieurs descendants des Ouled Manjūr192, fondateurs de cette ancienne demeure, laissant l’ensemble du rez-de-chaussée à des locataires193.

Dār Lazreq (ay Sbitriyine, Derb el-Médersa)

  • 194 N° 59, Derb Sbitriyine, ou Derb el-Médersa Cherratine, qui se rattache aussi à l’une des grandes vo (...)
  • 195 Cependant, cette hauteur particulière ne correspond le plus souvent qu’aux deux niveaux très élevés (...)
  • 196 Aujourd’hui fermée, cette grande porte cloutée servait auparavant d’accès complémentaire aux habita (...)
  • 197 Dimensions de la porte d’entrée : haut. 2,66 m ; larg. 1,64 m (largeur totale avec cadre 1,80 m).
  • 198 Il s’y ajoute encore la bordure générale d’une « cordelette » employée fréquemment ; au sujet de la (...)

195C’est à proximité de Dār Ouled Manjūr que se trouve l’une des plus grandes demeures des Lazreq (Pl. LVII). On y parvient aussi par une ancienne ruelle privée194, non moins étroite et contournée, également obscurcie par la hauteur démesurée des murs195. Pourtant, on peut encore apercevoir, de l’entrée du derb sur la rue Tala’a Kebīra (Pl. Β, I), une belle porte arquée sous auvent appartenant à la Médersa Cherratine196 (fig. 75). Elle précède l’entrée imposante de Dār Lazreq, à l’abri d’une ṣāba qui marque le fond de l’impasse. La porte massive, avec son solide cloutage et ses deux heurtoirs traditionnels, est assez haute pour laisser passer un cavalier197. Aucun décor sculpté en dehors de deux rosaces en spirale qui accompagnent l’imposte barreaudée au-dessus de la porte198.

  • 199 Ces deux portes complémentaires se trouvent à gauche de l’entrée principale. Une disposition sembla (...)
  • 200 Il semble que le style primitif de Dār Lazreq ait été mieux respecté que dans les maisons voisines, (...)

196Selon un ancien usage commun aux riches demeures citadines, deux autres portes — actuellement murées — s’ajoutaient auparavant à l’entrée principale, la plus petite correspondant à l’escalier des hôtes, l’autre à l’écurie (rwā)199. A l’intérieur de laāba, trois portes desservaient des maisons voisines, peut-être rattachées autrefois à Dār Lazreq. Celle-ci est toujours considérée comme la plus grande demeure du quartier (dār kebīra)200 (Pl. LVIII).

PLANCHE LVII

PLANCHE LVII

Plan de situation.
1. Dār Lazreq ; 2. Moulay Idris ; 3. Médersa Cherratine ; Mosquée Qarawiyine.

  • 201 Voir supra.
  • 202 Emploi de moellons et surtout de briques groupées en assises de trois ou quatre rangées superposées (...)
  • 203 Maintien de cet enduit (en plâtre blanc) dans la restauration récente des murs extérieurs de la Mos (...)

197Son importance ressort encore de l’apparence extérieure de sa façade. On ne s’est pas contenté, en effet, de revêtir ses murs des simples enduits habituels201, ces murs étant eux-mêmes soigneusement édifiés surtout en briques jusqu’à l’étage202. Un beau plâtre rose y a été appliqué sur toute la surface inférieure, de larges zones parallèles y apparaissant encore, légèrement incisées de lignes brisées. Ce mode de protection et d’ornementation murales semble bien l’un des signes de l’ancienneté et de la valeur architecturale de certains bâtiments religieux et civils203.

PLANCHE LVIII

PLANCHE LVIII

Plan du rez-de-chaussée.
1-2. Seṭwān (a) alqa ; 3. wūs al-dār (c) rša ; 4. melwaḥ (ou boral) : 5. nbā ; 6. bīt (b) ; 7. bīt (b) ṭārma ; 8. medwāz (d) miḍāḥ, (e) qādūs. (f) bāb ; 9-10. bīt el-dem ; II. deruj : 12-13. dwirīa (a) alqa. (d) mada. (g) sqāya, (h) maba ; 14. medwāz (a) alqa ; 11 bis. derūj al-marīa : 15. bād al-rwa : 16. mīḍa : 17. rwā (j) ṭāqa.

Couloir d’accès intérieur (seṭwān)

198Le seuil franchi, le début du couloir s’élargit pour faire place à deux autres portes fermant l’accès à la marīa et au rwā.

199On serait alors surpris par la longueur inhabituelle du sewān — qui n’oblique vers la cour qu’à son extrémité (à gauche) — s’il n’était entrecoupé par des portes intermédiaires qui devaient en renforcer la défense (Pl. LVIII, fig. 76).

  • 204 En l’absence de banquettes en maçonnerie (dukkāna), à l’entrée du sewān. on n’y a connu, parait-il (...)
  • 205 Porte avec portillon (ūa), sans heurtoir.

200Le sewān descend en pente douce grâce à une succession de longs paliers à faible dénivellation, revêtus de bešmat verts et blancs204. D’abord couvert d’une voûte en berceau, le couloir s’éclaire ensuite par une belle ouverture (alqa) jusqu’aux terrasses, destinée aussi à la ventilation du lieu (fig. 76). Un plafond à solives apparentes abrite la dernière partie du seṭwān. Les trois portes qui divisent le couloir et en facilitent la garde s’ouvrent pareillement vers l’intérieur, ne comprenant qu’un seul vantail dans un cadre mobile. Cependant, la porte centrale présente un cloutage de moindre importance avec un seul heurtoir. La dernière porte, qui ferme l’accès à la cour intérieure, diffère entièrement des deux portes précédentes, dépourvues de tout cloutage apparent, que remplace un compartimentage en forme de svastika ; son décor sculpté et assemblé n’est visible que de la cour205.

  • 206 La tâche de ces portiers-gardiens était confiée auparavant à des esclaves (‛abd, ‛abid), vêtus, au (...)

201Autrefois, ces trois portes restaient verrouillées jour et nuit et sur chacune d’elles veillait un portier (būwāb)206. Elles ne s’ouvraient au maître comme au visiteur qu’après concertation des portiers dont on connaissait la probité. C’est par cette voie que se renouvelait encore périodiquement l’approvisionnement de la demeure, comme nous le montrerons plus loin.

Cour centrale (wusṭ al-dār)

  • 207 Encadrant celles des portes axiales à deux vantaux.

202Chaque fois que le maître des lieux (mūl al-dār), rentrant de ses affaires, découvrait, dans toute son ampleur et sa somptuosité, le centre de sa demeure, il devait en ressentir une légitime fierté. Les grandes proportions de la cour de Dār Lazreq dépassent, en effet, celles des différents patios présentés plus haut (fig. 75, 77). Le large espace ouvert s’entoure d’une double galerie circulaire qui atteint la plus haute élévation que l’on pouvait envisager (Pl. LVIII, LXIII, LXIV). Quatre groupes de trois piliers de forte taille sont cantonnés aux angles d’une cour quadrangulaire et se prolongent symétriquement jusqu’aux terrasses (fig. 84). Ils assurent, au-devant des appartements et dépendances superposés, le support des galeries et plafonds du rez-de-chaussée et de l’étage. A l’impression imposante qui se dégage de cet ensemble s’ajoute aussi un sentiment d’équilibre harmonieux entre les hautes lignes verticales des piliers207 et les grandes lignes horizontales des linteaux (derbûz) et corniches circulaires aboutissant à l’encadrement du ciel au-dessus de la cour (fig. 75, 77).

  • 208 Arcs de redressement.

203Les arcs surhaussés, à peine brisés, qui apparaissent au sommet des portes des chambres extrêmes — Nord et Sud —, ainsi que dans le renforcement des galeries208 et la liaison entre les piliers d’angle, apportent une heureuse diversion dans une construction à dominante rectilinéaire (fig. 77, 80, 84).

PLANCHE LIX

PLANCHE LIX

Entresol (rez-de-chaussée)
1-2. Vide du couloir d’entrée (a) puits de lumière ; 3. vide de la cour ; 5-6-7. vide des galeries et des chambres ; 11. escalier de l’entresol et de l’étage (a) puits de lumière et d’aération ; 11 bis. escalier du logement des hôtes (a) puits de lumière ; 17. vide de l’écurie ; 18. accès au grenier (herī) ; 19. grenier (m) trappe d’accès par échelle aux galeries de l’étage, (1) ouverture inférieure pour retrait des grains ; 20. réserves alimentaires (jarres) ; 21-21 bis. resserres (à deux niveaux) ; 22. vide du couloir (a) puits de lumière ; 23. pièce domestique ; 24. réduit.

  • 209 En bas, frise épigraphique eulogique en cursif ; en haut, frise de versets coraniques en coufique. (...)
  • 210 Voir les belles portes d’époque mérinide et saadienne exposées au Musée Batha. L’une d’elles ressem (...)

204Lorsqu’on admire enfin la richesse et la beauté ornementales des boiseries et des plâtres sculptés qui augmentent encore l’attrait de cette demeure, on ne peut que les comparer à celles de l’architecture mieux connue des belles médersas et grands fondouks d’époque mérinide (fig. 75, 78, 80, 81, 82, 84). Ce sont les mêmes éléments épigraphiques qui figurent, dans ces divers cas, avec des rangées d’arceaux fleuris, répétés en deux ou trois frises alternées au-dessous de l’étage et de la corniche (fig. 80, 81, 82)209. Ainsi en est-il également des portes monumentales des quatre chambres superposées, dont les vantaux ont conservé le savant assemblage de solides rosaces hexagonales rehaussées de fleurons et palmettes peintes210 (fig. 79).

205On reconnaît dans les balustrades en bois tourné et compartimenté l’emploi du bâti en forme de svastika et des grilles en moucharabieh cher aux constructeurs des plus beaux caravansérails de Fès (Pl. LXIII, LXIV, fig. 77, 78, 81, 83).

  • 211 Médersas ‘Attarine, Mesbahya, Seffarine, Ṣahrij, Bou Inania...
  • 212 Exécutés à double face, à l’extérieur et à l’intérieur de la pièce, et entourés d’un bandeau d’enca (...)
  • 213 A la suite de sa disparition, une partie de cette ornementation de plâtre sculpté n’a pas été resta (...)

206Il n’en va pas autrement pour la décoration du plâtre sculpté qui prend une place si importante dans l’embellissement des médersas, depuis leur portail extérieur jusqu’à leurs cours, galeries et salle de prières intérieures, voire leur mīḍā211. On en retrouve les motifs caractéristiques dans la cour de Dār Lazreq, qu’ils soient épigraphiques, géométriques ou floraux, répartis en bandeaux, frises ou panneaux (fig. 78, 80, 81). On retiendra notamment une ressemblance frappante dans la répétition des rosaces entrelacées, fleurons, palmettes, à l’intérieur des claustra212 placés au-dessus des portes axiales, la partie supérieure des piliers s’ornant aussi d’un foisonnement de motifs floraux. Leur finesse — traitée en champlevé — contraste avec le fort relief des panneaux voisins, reproduits au-dessus des arcs intercalaires des piliers. Aux quatre angles de la cour — milieu et sommet — ces panneaux se couvrent des mêmes réseaux recti- curvilignes à décor floral, que les médersas mérinides nous montrent en de si nombreux exemples213 (fig. 82).

207La comparaison avec la décoration de ces bâtiments religieux contemporains devrait encore s’étendre au pavage de faïence de Dār Lazreq, abstraction faite de l’ornementation actuelle de son patio — composition tardive de zellīj polychromes inscrite dans un vaste carré étoilé autour d’une vasque centrale en marbre clair (fig. 84).

208La richesse ornementale de la cour de cette belle demeure pourrait apparaître excessive si elle n’était compensée par les grandes surfaces claires des murs latéraux des galeries, et par la nudité des murs extrêmes et des piliers inférieurs.

Rez-de-chaussée

Appartements (bīt)

  • 214 Voir supra.

209Dans une habitation citadine aussi luxueuse, on ne manquera pas de s’étonner, sans doute, du nombre réduit de ses chambres — deux pièces inférieures, répétées à l’étage (Pl. LVIII, LX, LXIII). Mais, bien que ce nombre ne diffère pas de celui de maisons plus modestes214, les dimensions en sont naturellement très supérieures. Un tel exemple est loin d’être unique dans toute la médina. Il montre combien les notables fasis — inspirés probablement par les palais sultaniens et viziriels — étaient fiers de disposer de grands dégagements et d’espaces libres — cours et jardins —, signe manifeste de leur fortune.

  • 215 Fixation des vantaux par leurs solides gonds en bois décoré (en haut : tâj ; en bas, rtâj).

210Ici, les deux chambres du rez-de-chaussée apparaissent identiques, nous l’avons dit, fermées par les mêmes portes à grands vantaux et portillons (Pl. LXIV, fig. 79). Elles ne varient guère non plus dans leurs proportions intérieures — longueur et hauteur — également imposantes. Leur différence ressortira surtout de leur orientation respective — Nord et Sud —, de leur aménagement intérieur et de leur voisinage immédiat215.

  • 216 Proximité de l’escalier de l’étage ainsi que des latrines de part et d’autre de l’accès de la dwīrī(...)
  • 217 Mobilier complétant le lit (ferāš) et son annexe (ârma).
  • 218 Rareté de ces vestiges de frises en bois sculpté qui disparaissent sans doute au moment de la resta (...)

211Réservée au chef de famille, la chambre Nord se trouve la plus proche du seṭwān et de la dwīrīa, entre lesquels elle est inclue, facilitant les allées et venues et contacts des mūlet mūlāt al-dār dans leurs domaines respectifs216 (Pl. LVIII). Garnie, comme ailleurs, de longs et confortables divans qui entourent l’ensemble de la pièce217, celle-ci n’a conservé de traces du décor originel que dans son entrée et la partie supérieure des murs (fig. 84) : méandres de plâtre sculpté dans l’intrados de l’arc de la porte centrale et frise de bois ornée d’arceaux sculptés semblables à ceux qui décorent les linteaux de la cour218.

  • 219 A cet endroit existent également des latrines à la disposition des habitants de la chambre Sud — co (...)
  • 220 Dimensions de la ārma : haut. 2,30 m ; long. (largeur de la chambre) 2,80 m ; larg. 0,85 m ; petit (...)
  • 221 L’aménagement d’une soupente au-dessus du couloir contigu permet à la chambre Sud d’en bénéficier, (...)

212La chambre Sud reste affectée, selon la coutume, à l’aîné des fils de la maison. Elle a été construite, dit-on, sur la voûte d’une cave (bamûs), aujourd’hui délaissée et obstruée. Cette pièce ne côtoie, au-dehors, qu’un couloir de communication secondaire, débouchant directement sur les souqs voisins219. A l’intérieur, la chambre Sud a maintenu, à droite, une ṭārma pouvant servir aux ablutions quotidiennes, avec cloison et portillon en bois220. A gauche, un arc découvre une soupente aménagée au-dessus du couloir contigu, avec une petite fenêtre ouvrant sur l’extérieur221.

  • 222 Supra.
  • 223 On pourrait voir là une application plus simple du mode d’extension vers la cour du lieu d’habitati (...)

213Il va sans dire que ces deux chambres inférieures restent des appartements d’été, échangés, en hiver, avec les chambres hautes (Pl. LX). A leur utilisation essentielle comme lieu de séjour familial et de réception des proches, on a imaginé d’ajouter l’usage partiel des deux galeries latérales. C’est ainsi qu’à proximité de la chambre des maîtres, près de la dwīrīa et de l’escalier menant à l’étage, un espace limité par deux cloisons de bois a été formé, à l’abri du portique Est. Avec son appentis mural, peut-être s’agissait-il d’une place réservée à la préposée des servantes de Dār Lazreq, comme nous en avons vu un autre exemple à Dār Zouiten222. Une disposition similaire aurait été adoptée également, auparavant, dans la galerie Ouest, où l’on devait bénéficier d’une meilleure orientation vers l’Est223.

Dépendances

214Les dépendances (ou communs) de Dār Lazreq sont à la mesure de l’habitation. Elles s’y répartissent en plusieurs endroits et à des niveaux différents.

Écurie (rwā)

  • 224 Utilisation habituelle des mules par les notables pour leurs déplacements à l’intérieur de la médin (...)
  • 225 On peut observer la réalisation d’une même conception — superposition rwā-marīa — dans la partie a (...)

215Autrefois, nous l’avons dit, à côté de l’entrée principale et de son seṭwān. le rwā était également accessible de l’extérieur — à l’abri du aba — et de l’intérieur — auprès de la porte du couloir (Pl. LVIII, LXIII). Un pilier central y permettait l’élargissement du lieu réservé aux montures du maître et de sa famille, voire de ses visiteurs de marque224. En outre, murs et pilier servirent de support à la construction d’une maison des hôtes (marīa) dans les conditions habituelles et sous la forme que nous montrerons plus loin225. D’où l’installation d’un escalier affecté à cette intention, avec portes correspondantes près de l’entrée.

Cuisine (dwīrīa)

  • 226 Située entre le rwā et les bâtiments d’habitation, la dwīrīa et ses dépendances constituent un vast (...)
  • 227 Sqāya, avec bassin rectangulaire orné de zellīj. A côté, la ma‛da pour régulariser le débit de l’ea (...)
  • 228 Latrines découvertes pour la domesticité : de l’autre côté, latrines dissimulées (en chicane) pour (...)
  • 229 A l’intérieur d’une habitation citadine de cette importance, on peut s’étonner de ne trouver aucune (...)
  • 230 De même que le sol de la cour, celui de la dwīrīa est aménagé avec un trou pour l’écoulement des ea (...)

216A l’angle Nord-Est de la cour226, les nombreuses servantes noires (ẖādem, dem) de la dwīrīa étaient chargées de l’alimentation et du lavage du linge, à Dār Labre (PL. LVIII, LXIII). A l’entrée du couloir d’accès donnant sur le nba. elles disposaient de l’eau nécessaire à leurs divers travaux, avec la fontaine murale (sqāya) placée à cet endroit227. A l’opposé, une soupente abrite leurs latrines, sous l’escalier de l’étage228. Puis l’espace s’agrandit pour faire place à la cuisine proprement dite (mabā), confortée à son début, par un solide arc de redressement, tandis qu’une large ouverture (alqa) vers les terrasses, laisse pénétrer air et lumière et permet l’évacuation de la fumée229. La présence de l’eau souterraine devait encore faciliter le fréquent entretien d’un beau pavage en bešmat vert et blanc couvrant entièrement le sol de la dwīrīa230.

  • 231 Une grande cuve en cuivre (tanjra) est nécessaire pour la cuisson préalable des viandes destinées à (...)
  • 232 La dwīrīa ne disposant pas, comme d’autres demeures, d’une porte particulière vers l’extérieur, c’e (...)

217Pour la préparation des repas se trouvaient rangés, le long des murs, à terre ou sur les étagères, les divers ustensiles traditionnels en argile, cuivre ou fer231. Par contre, le combustible — bois et charbon de bois — ainsi que les réserves alimentaires ne devaient être fournis à la dwīrīa qu’au fur et à mesure des besoins, en provenance notamment de la cave (bamûs), des resserres à provisions et greniers (herī)232.

Caves, greniers et resserres à provisions (baḥmûs, herī)

  • 233 Voir supra (Dār Bel-Hassen, Dār Zouiten...). A l’une des extrémités du herī. pouvait encore s’ajout (...)
  • 234 Rappelons que, dans certains cas, les herī offraient un lieu de repos supplémentaire, avec accès pa (...)
  • 235 Riches commerçants en tissus, les grands-parents des propriétaires actuels de Dār Lazreq possédaien (...)
  • 236 On y descendait par une échelle, avant que la trappe supérieure ne fut condamnée, tandis qu’une pet (...)

218Alors que bois (eeb) et charbon de bois (fāher) étaient sans doute amenés plus commodément par la porte secondaire de Dār Lazreq pour y être entreposés dans la cave, on préférait conserver à l’entresol la plupart des réserves alimentaires renouvelées régulièrement (Pl. LIX, LXIII). A cette intention, on avait aménagé, au-dessus des galeries latérales du rez-de-chaussée — selon une coutume souvent appliquée à Fès — de longues pièces fermées (herī), basses de plafond et prenant à peine jour sur la cour par une seule fenêtre géminée233 (Fig. 83). Peut-être distinguait-on, autrefois, suivant leur emploi, les herīyāt installés à l’Ouest de la cour de ceux établis à l’Est. Alors que les premiers semblent avoir été affectés principalement aux réserves de céréales, les seconds auraient contenu conserves alimentaires en jarre — viandes séchées, olives, huile, salaisons — et provisions sèches — oignons, ail, piments, tomates234. On se souvient encore, dans la famille Lazreq, d’un passé plus fortuné235, les ressources de leurs grandes propriétés permettant alors de bénéficier d’un approvisionnement abondant. Sacs d’orge et de blé étaient amenés à dos d’âne ou de mulet jusqu’au seṭwān de Dār Lazreq (fig. 76). Là, ils étaient déchargés pour être élevés, à l’aide de corde et poulie, jusqu’au niveau des greniers aboutissant à la alqa centrale du seṭwān, sur lequel ils s’ouvraient. Ensuite, les sacs de grains (tellīs) prenaient place à l’intérieur des herī236.

Étage

Appartements familiaux et logement des hôtes

219Les deux chambres supérieures (ou chambres d’hiver) s’ouvrent, comme celles d’en bas, l’une en face de l’autre. Au lieu de communiquer par la cour, elles sont reliées entre elles par la galerie circulaire de l’étage. La bordure de celle-ci, faite d’une solide et belle grille (derbûz) en bois tourné et assemblé, constitue à la fois protection et ornementation vers le vide du patio (Pl. LX, LXIII, LXIV, fig. 77, 78).

  • 237 Utilisation de cet escalier étendue naturellement au service des maîtres par leur domesticité.

220De part et d’autre de la chambre Nord, deux escaliers joignent le rez-de-chaussée au nba supérieur, l’un partant de l’entrée principale — escalier des hôtes — l’autre de la cour — escalier des maîtres237. Ces deux escaliers desservent aussi, au passage, greniers et resserres (fig. 80, 81, 83).

  • 238 Comme au rez-de-chaussée.

221En dehors des chambres et des escaliers extrêmes, les galeries latérales ne longent que des murs aveugles — côtés Est et Ouest — 238.

Chambre Nord

  • 239 Le seuil de toutes les portes des chambres apparaît surélevé au-dessus du niveau des galeries et du (...)
  • 240 Pouvant évoquer l’ouverture d’un bhū.
  • 241 Motifs floraux à demi-effacés.
  • 242 Carreaux de 0,09 x 0,10 m sur un sol à deux niveaux — comme au rez-de-chaussée. Un carrelage émaill (...)
  • 243 Près de l’escalier menant à la marīa.

222Bien que de proportions semblables, la grande porte, restaurée probablement vers la fin du siècle dernier ou au début de celui-ci, montre de grands vantaux seulement décorés de motifs peints — carré étoilé entre deux médaillons floraux239. Au-dessous d’un plafond à solives apparentes non moins élevé que dans la pièce inférieure, l’arc brisé outrepassé de l’entrée présente un intrados à peine orné. — Le tracé de cet arc est reproduit sur le mur opposé240 —. Pour l’usage déjà indiqué plus haut — déshabillage et toilette — uneārma semble avoir été peinte tardivement, en même temps que la porte de la chambre241. Par contre, le sol a conservé son carrelage de faïence primitif disposé en biais — blanc, noir, bleu turquoise, jaune242. A l’opposé, le mur ne présente qu’une petite niche (ṭāqa) accompagnant sans doute auparavant le lit placé de ce côté243.

Chambre Sud

  • 244 Communication orale des habitants actuels de Dār Lazreq.

223Au dehors comme au-dedans, cette chambre ne diffère pas de la précédente. Placée ici à gauche, la ārma possède la même porte à arc brisé outrepassé et les mêmes carreaux de faïence unie. Autrefois, lorsqu’elle était entièrement meublée selon les anciennes traditions, la chambre Sud, comme la chambre Nord, disposait, à chaque extrémité, d’un lit placé au-devant d’uneārma, cet aménagement symétrique s’ajoutant naturellement aux divans et coussins qui entouraient toujours l’ensemble de la pièce d’habitation244.

PLANCHE LX

PLANCHE LX

Plan de l’étage.
3. Wûsṭ al-dār ; 11-11 bis. derūj (a) ḥalqa ; 25. bīt el-ẖdem ; 26. nbaḥ (m) trappe du herī. (n) (qâdûs), (p) communication avec maṣrīa Sud ; 27. ġorfa (b) ṭārma ; 28. ġorfa (b) ṭārma, (a) mīdāḥ ( ?) ; 29-30. 1re maṣrīa (d) mīdāḥ.

PLANCHE LXI

PLANCHE LXI

Plan du 2e entresol.
11-11 bis. Derūj (a) ḥalqa ; 3-26-27-28. vide de la cour des galeries et des chambres (k) dukkāna. (n) ḥalqūm ; 31. bīt el-ẖdem 32. wūsṭ al-maṣrīa ; 33-34. biyūt.

PLANCHE LXII

PLANCHE LXII

Plan des terrasses.
3. Ouverture de la cour (ḥalqa) ; 11-11 bis. derûj (a) ḥalqa ; pièce haute (garde des terrasses) ; 36. sṭaḥ (n) ḥalqûm ; 37. sâla (ou menzeḥ).

Logements des hôtes (maṣrīa)

  • 245 Bīt el-mā (ou mīah), au-dessus de la dwīrīa.
  • 246 L’ouverture octogonale sur le ciel (aujourd’hui fermée) du plafond de la courette semble correspond (...)
  • 247 Les deux maārī, situées aux deux extrémités de Dâr Lazreq, auraient connu, paraît-il, des affectat (...)

224Ces logements particuliers comportent deux parties distinctes, aménagées à chaque extrémité de Dār Lazreq, où entresol et étage de faible hauteur se superposent (Pl. LX, LXI, LXIII). Dans les deux cas, on a choisi pour leur servir de base, les murs, voûtes et plafonds des couloirs d’accès ainsi que des communs, voire d’échoppes voisines ouvertes sur les souqs. Édifiée au-dessus de l’écurie (rwā) dont elle reproduit la configuration intérieure avec son pilier central prolongé, la pièce inférieure de la première marīa conserve la plus grande simplicité (Pl. LX). Elle ne prend air et lumière que par d’étroites fenêtres donnant sur les deux alqa qui la flanquent — à l’Ouest celle du sewān, à l’Est celle de la dwīrīa. Fellahs, sinon domesticité masculine, pouvaient s’y réunir et s’y reposer en empruntant l’escalier de l’entrée indiqué plus haut245. Cet escalier se poursuivait pour permettre de communiquer avec la partie supérieure de la marīa, puis avec la galerie des maîtres. Il s’agit alors d’un véritable logement intime avec courette pavée de zellīj, sous grille de protection vers les terrasses, entre deux chambres en vis-à-vis246 (Pl. LXI, LXIII). Une fenêtre ouverte, à l’Est, sur la alqa de la dwīrīa — auprès de la mīā — permettait d’entretenir une ventilation suffisante. Aussi, était-il possible d’accueillir à cet endroit tout étranger d’un certain rang social — métayer, commerçant, maître-artisan...247.

225Par l’escalier de la galerie, le maître avait la faculté de rendre lui-même visite à son hôte, de lui faire porter ses repas à domicile, sinon de le convier éventuellement dans ses propres appartements. Maître et invités n’en conservaient pas moins l’indépendance mutuelle qui leur convenait.

226Établie à l’autre extrémité de Dār Lazreq (angle Sud-Est), la seconde maṣrīa y a été pourvue d’une installation de même nature, pour répondre aux mêmes besoins et obligations.

Galeries et chambres de l’étage

Pavage du sol

227Conformément aux descriptions qui en ont déjà été présentées plus haut, il apparaît que la disposition adoptée généralement dans le pavage polychrome des galeries et des appartements de Dār Lazreq ait obéi à des règles fixées par la tradition. Qu’il s’agisse de zellīj (0,05 m) ou de carreaux émaillés (0,10 m), on remarquera, en effet, que la répartition de leurs couleurs s’effectue toujours à l’intérieur de carrés concentriques noirs sur fond bland, rehaussés de vert, jaune, sinon de bleu. Une autre forme évoluée de cette composition, la plus simple et la plus répandue, ressort du remplacement de son fond blanc par l’encadrement clair de zellīj et carreaux polychromes.

PLANCHE LXIII

PLANCHE LXIII

Coupe avec élévation (Côté Nord-Ouest).
Cour centrale précédée du rwā sous la maṣrīa à deux niveaux

PLANCHE LXIV

PLANCHE LXIV

Coupe avec élévation (côté Sud-Ouest).

Balustrade en bois tourné

228On peut distinguer trois types décoratifs différents dans la balustrade en bois tourné qui entoure — sans interruption — la cour intérieure et borde la galerie à l’étage : (extrémités Nord et Sud) panneaux verticaux étroits ornés de deux svatiska ; (extrémités Est et Ouest) panneaux carrés à composition cruciforme faite de quatre svastika ; (quatre côtés) panneaux médians, avec assemblage des deux compositions précédentes : étroit panneau vertical entre deux panneaux carrés.

229L’ensemble de la balustrade est fixé dans le fort bâti de ses montants et traverses en bois. Elle n’est pas interrompue par les piliers, mais se prolonge devant chacun d’eux sous forme de panneau vertical garni de trois carrés étoiles superposés.

Vue générale des terrasses de Fès

Terrasses (ṣtaḥ)

  • 248 Par la porte d’une étroite pièce pourvue d’une dukkāna, réservée jadis à un gardien.
  • 249 Murette doublée, intérieurement, de la corniche de tuiles vernissées — huit rangées — formant l’enc (...)
  • 250 Les terrasses s’élèvent à des niveaux différents, la plus haute étant celle de la marīa autour de (...)
  • 251 Faites de tuyaux de poteries.

230L’escalier de la cour, après avoir atteint l’étage, s’élève jusqu’aux terrasses248 (Pl. LXII, LXIII, fig. 75, 86). On y dispose naturellement d’un large espace supplémentaire entre la murette entourant le vide de la cour centrale249 et les murs de clôture plus élevés250 (fig. 85). Les étroites ouvertures rondes251 pratiquées dans ceux-ci permettent de découvrir une multitude d’autres terrasses qui se pressent les unes contre les autres dans la grande pente de l’ancienne cité. Plus loin, les collines et montagnes aux teintes brûlées par le soleil formèrent longtemps le seul horizon auquel s’arrêtaient les regards des femmes vivant ici, dans l’une des demeures les plus riches et les plus enviées de Fès.

231Notons enfin que s’élèvent, au début des terrasses de la grande demeure, la porte de l’escalier principal, sa cage d’escalier cubique renfermant une chambrette de gardien, et, à l’extrémité des terrasses de la maṣrīa Nord, une chambre haute (menzeḥ) faisant office de pièce de repos avec ses trois fenêtres grillées ouvrant au Sud.

Dār Demāna (ou Ouazzani) (Sqaït Demnatī — Hay Ain Azlīten)

  • 252 Descendants, dit-on, des Idrissides, les Chérifs Ouazzani forment l’une des sectes religieuses les (...)

232La grande famille des chérifs Ouazzani compte certainement parmi les sectes religieuses qui ont acquis l’une des plus grandes notoriétés à l’intérieur du territoire marocain252.

  • 253 Après que le Vizir Demnati eut fait don de son palais — avec d’autres bâtiments situés dans le même (...)
  • 254 Grande fontaine de type traditionnel, dont l’arc brisé outrepassé encadre l’ornementation habituell (...)

233Grâce à l’influence spirituelle de leurs zaouïas, les dons ne cessèrent d’affluer, au profit d’une fortune grandissante qui paraît avoir atteint son apogée aux xviie et xviiie siècles253. Aussi n’est-il pas étonnant de constater le prestige particulier dont les Ouazzani jouissent à Fès où ils possèdent de grands biens immobiliers, à l’entretien desquels subviennent les revenus de leurs souqs et fondouqs, sans compter de riches domaines agricoles. Ainsi détiennent-ils un véritable quartier près de Bab Guissa, où se trouve l’une de leurs zaouïas (Pl. LXV). C’est là, au temps des sultans mérinides, que le vizir Demnatī aurait édifié une luxueuse demeure ; il l’aurait offerte, dit-on, à un membre de la famille Ouazzani en reconnaissance de la guérison de sa fille. C’est pourquoi on continue à désigner cette construction sous une double appellation. Elle apparaît comme l’une des plus anciennes et des plus renommées de Fès. L’élévation particulière du bâtiment s’impose à la vue du passant dans la forte pente qui porte le nom de sa fontaine publique, Sqāya Demnati, à l’ombre d’un mûrier254 (Pl. B).

PLANCHE LXV

PLANCHE LXV

Plans de situation.
1. Dār Demāna ; 2. Dār Mzelja ; Médersa al-Menia ; 4. Médersa al-Šerrabliyne.

Aspect extérieur

234Dār Demāna domine le quartier environnant de la hauteur de ses terrasses que surélève encore la tour d’un menzeḥ (ou borj) (fig. 87, 94). L’uniformité de sa grande façade aux murs ocreux est rompue par un curieux encorbellement de forme irrégulière, dont les jambes de force prennent appui au-dessus de l’entrée principale. S’ouvrant sous un linteau rectilinéaire, celle-ci se distingue d’une porte voisine, située en contrebas, dont l’arc brisé indique l’appartenance à un rwā.

235Plus loin, en remontant le chemin d’accès, on aperçoit une ancienne porte de quartier fermant autrefois celui des Ouazzani dont elle marquait aussi la limite.

Aspect intérieur (entrée et couloir)

  • 255 Avec un seul heurtoir — anneau massif en fer.
  • 256 Dimensions : porte : hauteur, 2,65 m ; largeur, 1,65 m ; épaisseur, 0,10 m ; portillon : 1,40 X 0,7 (...)

236La solide et large porte cloutée255 qui ferme l’accès de cette demeure représente la première forme de protection qui se devait naturellement d’être la plus renforcée contre toute menace de danger extérieur ; d’où le rapprochement de ses rangées de gros clous à tête arrondie et la réduction de son portillon d’introduction courante, à l’intérieur de la grande et lourde porte massive à un seul vantail256 (fig. 88).

  • 257 Cette sorte d’antichambre existe à l’entrée des riches demeures anciennes de Tunis et de celles du (...)
  • 258 Dimensions : hauteur, 3,60 m (environ) ; longueur, 4,34 m ; largeur, 2,30 m.
  • 259 Largeur, 0,04 m.
  • 260 Hauteur, 0,47 m ; profondeur, 0,42 m.

237La première partie de Dār Demāna, que l’ouverture de cette porte découvre, dépasse une simple entrée. On y est admis, en effet, dans une véritable antichambre comme n’en possèdent, à Fès, que les plus riches demeures257 (Pl. LXVI, LXVII). Sans doute, la situation sociale des habitants du lieu le voulait-elle ainsi. Les dimensions pourtant restreintes de cette pièce d’accueil s’accordent avec la simplicité de son aménagement et la sobriété du décor258. Entre le plafond à solives apparentes et le sol pavé de bešmāt verts259, une banquette maçonnée, disposée en équerre, occupe le côté droit et le fond de l’entrée260, le siège s’élargissant et le mur se creusant à cet endroit à l’intention du mūl al dār — ou de son représentant. On sait que la dukkāna latérale servait, à la fois, au portier et aux personnes avec lesquels le maître désirait s’entretenir de ses affaires — commerçants, artisans, fellahs.

  • 261 A l’intérieur d’un arc.
  • 262 Double répétition de cette poutre et de ces consoles dans les autres parties du sewān.

238Durant ces entretiens, lorsque la porte n’était pas ouverte ou entrouverte sur la ruelle en pente, la pénombre intérieure n’était atténuée que par une faible lumière provenant d’une imposte ébrasée en forme de meurtrière au-dessus de l’entrée261. Elle suffisait cependant à éclairer les plâtres sculptés de la frise à carrés entrelacés et de son bandeau épigraphique, ainsi que les élégantes consoles à bords lobés, soutenant la poutre du plafond262.

  • 263 Cette seconde porte apparaît dans le prolongement de la porte d’entrée (bāb al-dār), lorsque celle- (...)

239Au fond et à gauche de l’antichambre, une seconde porte de grandes dimensions ouvre l’accès aux autres parties du setwān, puis à la cour centrale263.

PLANCHE LXVI

PLANCHE LXVI

Plan général avec annexes (rez-de-chaussée).
4. Wūs al-dār ; 7. borṭāl ; 8-9-10. bīyūt ; 16. dwīria ; 17. medwūz ; 18. bīt abṣābūn ; 23. bhū (ou qubba) ; 24-25. menzeh : 27. rwâ ; 28. bāb hammām al-ġūla (ou gelsa) ; 29-30-31. bīt al-barrānī (bīt al-bāred) ; 32. bīt al-ūsanī ; 33-34. bīt al-datānī (ou bīt al-son) (p) mīḍaḥ ; 35. mehāra (q).

PLANCHE LXVII

PLANCHE LXVII

Plan du rez-de-chaussée.
1. Bāb al-dār (a-b) dukkāna ; 2-3. sewān (c) mīḥād ; 4. wūs al-dār (e) (rša) ; 5. nbaḥ (m) (qādūs) ; 6. derūj (1) ma‛da ; 6 bis. derūj ; 7. borṭāl (d) ršaḥ ; 8-9-10. biyūt (b) ṭāqa, (n) ṭārma ;11. bīt ‛abd al-dâr ; 12. bīt al-ūdū ( ?) : 13. bīt al-ẖdem ( ?) ; 14. bāb al-dwīrīa ; 15-16. dwīrīa ; 17. medwūz : (c) mīḍāḥ, (1) bāb al-ammām ; 18. bīt al-ṣābūn (g) ma‛da ; (g) bīr, (h) qādūs-, 19. bīt Lalla Mīmūna ; 20. bāb al-menze :21. bīt al-ūḍū (c) mīḍāḥ. (f) ma‛da ; 22. annexe ; 23. bhū ; 24. menzeh (b) ṭāqa. (1) bāb el-ammâm. (k) ahrīj. (1) bīr ( ?) ; 25. wūs al-menzeẖ (d) ršaḥ ; 26. bāb al-ryād.

  • 264 La quatrième porte (sur la cour) a été supprimée. Au-dessus de son ancien linteau, on peut encore a (...)
  • 265 Rangées de carreaux (0,10 m) de même couleur, reliés entre eux par leur pointe — semblables à ceux (...)

240Le seṭwān se poursuit, en double chicane, nécessitant son cloisonnement intérieur et sa fermeture sur la cour par deux portes supplémentaires264. Éclairage de la seconde partie par deux claustra cintrés donnant sur la rue — sous une frise de plâtre sculpté plus simple que la précédente. Changement de pavage du sol à partir de cet endroit jusqu’aux galeries circulaires de la cour, où seront disposés pareillement, en rangées transversales aux couleurs alternées — noir, blanc, vert, ocre-jaune — les carreaux émaillés déjà observés plus haut265.

  • 266 Des latrines existent en bas, auprès de l’escalier.

241Le sol s’élève insensiblement, de palier en palier, jusqu’au niveau du patio. C’est dans la deuxième partie de ce large couloir que les hôtes de Dār Demāna étaient conduits vers l’escalier de la maṣrīa, à l’écart, comme nous l’avons vu ailleurs, des appartements familiaux. Le même escalier desservait, par une petite porte, greniers ou resserres situés à l’entresol266 (Pl. LXVII).

Centre de Dār Demāna (cour et galeries)

  • 267 Hauteur totale : 14 m (environ).
  • 268 A comparer avec l’aspect intérieur des grands fondouks qui montrent une structure de même nature av (...)

242Malgré certaines particularités que l’on a déjà pu percevoir dès l’entrée de cette demeure, nous verrons que sa configuration générale apparaît très proche de celle de la riche habitation précédente. En effet, aussitôt que l’on pénètre au milieu de Dār Demāna, à l’abri de son nbāḥ, on n’est pas moins frappé qu’à Dār Lazreq par l’ampleur de la cour à ciel ouvert et les grandes proportions de la double galerie qui l’entoure (fig. 91)267. Des groupes de trois piliers de briques sous enduit clair s’élèvent pareillement jusqu’aux terrasses, aux quatre angles du patio. Leurs hautes lignes verticales s’entrecroisent également avec les longues barres horizontales des linteaux, balustrades et corniches superposés pour former un ensemble imposant, au rythme équilibré et harmonieux268 (Pl. LXXII).

243Nous retrouverons enfin la même conception fondamentale, liée sans doute à de très anciennes traditions, dans la distribution des appartements, communs et logements des hôtes.

Rez-de-chaussée

Galerie

  • 269 Supra. Dimensions : largeur galerie, 1,50 m ; pilier, 0,52 x 0,42 m.
  • 270 Zellīj de couleur encadrés de blanc (0,05 + 0,05 = 0,10 m). Des anciens arcs de redressement de la (...)

244De leur pavage primitif, les parties Sud et Ouest semblent les mieux conservées, avec leurs simples rangées transversales de carreaux monochromes alternés. On y observe le prolongement de l’ancien carrelage du seṭwān269. Sans doute couvrait-il, tout d’abord, les quatre allées des galeries inférieures, (nbā) jusqu’à leur remplacement partiel (parties Nord et Est), par des carreaux de forme plus évoluée270.

  • 271 Moins exposées aux méfaits des vents et pluies venant de l’Ouest (côté Est), les façades opposées p (...)

245Une autre transformation ressort de l’état actuel des arcs en plâtre décoré qui reliaient entre eux les piliers d’angle et des consoles également ornées au sommet des piliers sous linteau (Pl. LXX11). A l’encontre de Dār Lazreq, la plus grande partie de ces arcs et consoles a disparu, mieux préservés des intempéries, côté Ouest. Ont été également remplacés par de simples poutres dépourvues de tout décor les anciens linteaux de bois sculptés, détruits par le temps (surtout côté Est)271 (fig. 91, 93).

Cour (wūsṭ al-dār)

246La restauration probable du carrelage de la cour semble en avoir respecté l’aspect originel et la polychromie des zellīj dans un encadrement uniforme en faïence verte. Au milieu, une vasque de marbre clair est posée sur le fond d’un bassin à peine creusé — de forme octogonale dans un carré (Pl. LXVII).

Appartements (borṭāl et bīyūt)

  • 272 Voir supra. Dār Lazreq, Dār Ouled Manjūr...

247Ici, les quatre galeries qui entourent la cour intérieure ne sont pas uniquement des allées couvertes ; chacune d’elles précède un lieu de séjour ou d’habitation ouvert ou fermé. On y reconnaît à nouveau le goût d’une diversité de cadre de vie auquel la société fasie devait demeurer fidèle par la suite272. Ainsi existe-t-il une pièce ouverte et trois autres fermées sur la cour.

Borṭāl Sud

  • 273 Au-dessous d’un grenier (herī, zīn).
  • 274 Diamètre : 0,40 m.
  • 275 Carreaux de 0,10 m disposés en damier.
  • 276 Décor de zellīj se prolongeant verticalement sur les montants de l’ouverture du borāl.

248Situé à proximité du sewān, le borṭāl s’ouvre en forme d’alcôve au-dessous du linteau habituel273 (Pl. LXVI, LXVII) ; il s’élargit, en outre, de part et d’autre, derrière les murs de la galerie. Son orientation au Nord — déjà observée ailleurs — devait le faire rechercher du maître et de ses familiers qui en appréciaient la fraîcheur aux heures chaudes de l’été. Cette fraîcheur était encore entretenue autrefois par l’eau jaillissante d’une petite vasque274 sur un fond de faïence de couleur275 encadrée de zellīj276.

  • 277 Garnies d’éléments de palmettes.
  • 278 On y observe la figuration de la « pomme de pin » telle qu’elle apparaît également dans les console (...)

249Autour du plafond, autrefois sculpté et peint, une large frise de plâtre sculpté répète des rosaces géométriques entrelacées277 entre deux bandeaux épigraphiques. Au-dessous du linteau, l’ouverture du borṭāl s’accompagne de deux consoles en plâtre sculpté et bords lobés comparables à celles de l’entrée278.

Chambres Ouest, Nord et Sud (bīt - biyūt)

  • 279 Semblables aux petites portes arquées des ārma.
  • 280 On connaît la faveur particulière de ce motif à l’époque mérinide (voir son emploi dans les belles (...)
  • 281 Portes actuellement peintes uniformément en rouge brique.

250Dégagées par les grandes ouvertures axiales du nbh, les façades des trois chambres inférieures apparaissent semblables entre les groupes de piliers extrêmes de la cour (Pl. LXVII, LXXII). Hautes portes à deux vantaux et portillons279, faites de l’assemblage d’éléments composés en croix280 ou en svastika, dont le style et la technique semblent caractéristiques des xvie et xviie siècles281.

  • 282 Claustrum central garni de nids d’abeille ; claustra latéraux ornés de palmettes en champlevé.
  • 283 Panneaux Est et Ouest.
  • 284 Panneau Nord.

251La partie supérieure de chaque façade — entre porte et plafond — s’enrichit d’une belle ornementation de plâtre sculpté. Deux larges panneaux y superposent un décor différent, le premier composé de trois ou quatre claustra cintrés282 entourés d’un bandeau épigraphique, le second formé, soit d’un jeu de fond en palmettes et pommes de pins283, soit de rosaces géométriques entrelacées — cruciformes284. Entre les quatre façades sous galerie, une frise de stuc déroule la rangée de ses rosaces polygonales. Elle sera reproduite à l’intérieur des chambres.

  • 285 A ce besoin d’extension pourrait s’ajouter celui d’une séparation plus nette de l’escalier et de la(...)

252Notons, devant la chambre Ouest, l’installation, sous la galerie, de deux cloisons de bois tardives. Répondent-elles, comme nous en avons vu d’autres exemples, à un besoin d’extension de la chambre et d’une ouverture abritée vers la cour285 ?

  • 286 Décor géométrique différent entre svastika du portail et rosace entrelacée des portillons — à écoin (...)
  • 287 Signe de forte ancienneté, la diversité ornementale qui caractérise les deux faces de ce panneau (e (...)
  • 288 Claustra cernés par un listel gravé de fines palmettes.
  • 289 Identité d’inscriptions pieuses entre les pièces des riches habitations citadines de Fès, Rabat, Tu (...)

253A l’intérieur, les trois chambres du rez-de-chaussée ne diffèrent guère entre elles, avec leur longueur et leur élévation habituelles, telles qu’elles ont déjà été décrites dans les deux pièces inférieures de Dār Lazreq (Pl. LXVII). Nous en donnerons pour exemple la chambre Est. Le sol surélevé est recouvert des mêmes zellīj polychromes sur fond blanc que ceux du nbāvoisin, ce beau pavage étant, en grande partie, caché par les divans qui entourent la pièce. Que la porte soit ouverte ou fermée par ses deux grands vantaux extérieurs286, il est toujours possible d’admirer, entre les rideaux, la savante ornementation de son arc à stalactites de plâtre — différent des arcs brisés surhaussés des deux autres portes, au Nord et au Sud. — Au-dessus, rappel du décor extérieur, sans répétition intégrale287. Le triptyque de claustra remplace, en effet, le nid d’abeilles par des rosaces hexagonales entre des rinceaux de palmettes288. Au-dessous du plafond, une frise de rosaces polygonales accompagnée d’un bandeau épigraphique répète la formule pieuse « Al ‛izz lī Allāh » — La puissance est à Allah289.

254Marquant l’emplacement traditionnel du lit et de la ṭārma, deux arcs cintrés, festonnés et surhaussés apparaissent aux deux extrémités de la chambre, l’un seulement gravé sur la paroi murale, l’autre séparé du fond entre des écoinçons ornés de palmettes.

255Avant leur dernière restauration faite de simples solives, sans doute les plafonds comportaient-ils une décoration sculptée et peinte semblable à celle des linteaux qui entouraient la cour. Dans les deux cas, cette richesse ornementale ne devait jamais paraître excessive — même ajoutée à celle des tapis, divans, coussins et tentures — en raison de sa compensation par les grandes surfaces blanches des murs nus.

Communications et communs

  • 290 On peut observer une répartition semblable dans les anciennes cours de la médina de Tunis, op. cit. (...)
  • 291 Toute grande demeure fasie semble avoir disposé autrefois d’une ou de plusieurs chambrettes de cett (...)
  • 292 Accessible par une échelle.
  • 293 Près de l’entrée de la dwīrīa se trouve aussi l’un des ma‛da servant au réglage de l’eau.
  • 294 Ce mode d’élévation de l’eau à l’étage paraît avoir été surtout utilisé dans certaines grandes deme (...)
  • 295 Latrines domestiques (découvertes) au fond de la dwīrīa.

256Conformément à la disposition des communications intérieures et des communs adoptée par la tradition pour sa commodité, couloirs, escaliers, dwīrīa et latrines prennent place aux angles de la cour intérieure290 (Pl. LXVI, LXVII). Ainsi, le couloir d’accès au Dār Demāna débouche-t-il sur le patio en face de l’escalier de l’étage — reliés l’un à l’autre par la même galerie. De ce côté existe aussi une petite pièce, entre seṭwān et borṭāl. Sa destination antérieure — maintenant oubliée — devait être à usage domestique, avec la garde et l’ouverture de la porte du sewān. voire le service du maître installé dans le borṭāl291. A l’angle Nord-Ouest de la cour, on pénètre dans l’ancienne dwīrīa, avec ses ma‛da, bīt el-mā, courettes particulières et maba(Pl. LXVII). Sous la galerie ouvre sa porte cintrée qui se répète curieusement au niveau du grenier (herī) de l’entresol292. Dès l’entrée, à gauche, des latrines précèdent une fontaine murale (sqāya)293 d’où l’on pouvait faire monter l’eau jusqu’à l’étage, au moyen d’un seau en cuir (dalū), avec corde et poulie294. Plus loin, la cuisine, établie dans un défoncement, s’éclaire par une haute ouverture barreaudée, au milieu des terrasses295. A côté, une petite pièce (fermée) abrite, dit-on, une sépulture vénérée sous le nom de Lalla Mimouna. Enfin, la dwīrīa s’étend encore à une autre partie découverte puisqu’elle est surmontée d’une ḥalqa, avec aménagement d’une resserre à provisions (zīn).

  • 296 Type de carrelage simple déjà relevé à Fès (voir Dār Lazreq, Derb Sibi Idir, et Dār Ouled Manjūr).

257Ici, on a su remédier à l’absence d’un hammam privé rattaché à la dwīrīa, grâce à la présence contiguë d’un ancien hammam public, fondation et propriété des Ouazzani qui y avaient accès par une porte — aujourd’hui fermée — de la dwīrīa (Pl. LXVII). Ajoutons que celle-ci a conservé son ancien pavage fait de carreaux non émaillés rehaussés de zellīj296, permettant aux esclaves noires de la dwīrīa d’y travailler constamment dans les meilleures conditions de propreté.

Écuries (rwā)

  • 297 En raison de la pente de la ruelle et pour la commodité du service des maîtres.

258A rencontre des communs décrits plus haut, l’écurie de Dār Demāna a été construite à côté et en contrebas des bâtiments d’habitation297. L’arc rudimentaire de sa porte à grand vantail voisine avec l’entrée principale sous linteau. (Pl. LXVI, LXVII, fig. 88). Elle s’en trouve séparée par un retrait dans la grande façade de Dār Demāna sur la ruelle en pente aboutissant à la Sqāya Demnātī. Alors que la plus grande partie de cette façade extérieure apparaît nue jusqu’à l’ancienne porte du quartier, l’angle mural des communs se distingue par la diversité de son aspect : en bas, la porte cloutée et arquée du rwā, surmontée d’une double imposte grillée, est flanquée de trois ma‛dāt ; en haut, l’encorbellement sur les solides jambes de force de la maria supérieure abrite la rangée des étroites ouvertures d’une salle intermédiaire (marīa inférieure avec grenier).

259Répondant aux besoins quotidiens des maîtres de Dār Demāna et à leurs déplacements habituels à l’intérieur de la médina et hors des remparts, l’écurie familiale était assez vaste pour contenir un nombre suffisant de montures. A cet effet, cinq piliers assurent à la fois l’espace nécessaire à l’intérieur du rwā et la résistance du bâtiment (Pl. LXVI). Aussi verra-t-on, pour les mêmes raisons, ces piliers se prolonger, en hauteur, jusqu’aux terrasses, afin de renforcer également la structure des deux masrīa superposées, aménagées aux étages.

260La distribution interne du rwā devait alors comprendre autrefois : à gauche, la rangée des mules installées devant les mangeoires murales ; au fond, la réserve de paille, amassée derrière une murette ; à droite, les harnachements et selles de cuir ou de velours brodées de soie, d’or et d’argent (Pl. LXVI).

261Les palefreniers (azzāb) auraient disposé, dit-on, d’un lieu de repos situé de l’autre côté de la rue.

262Lorsque le maître ou l’un des membres de sa famille désirait une monture, on la lui amenait devant la bāb al-dār, auprès de la derāja, dont il s’aidait pour monter en selle plus aisément.

263Il arrivait aussi que l’on envoyât un serviteur avec une mule chercher un ami ou un invité qui n’en possédait pas, afin de lui éviter la fatigue du trajet.

Entresol et étage

Grenier (herī)

  • 298 Benīqa (ou herī).
  • 299 Par une petite porte au niveau de l’entresol.

264Comme nous en avons cité d’autres exemples, des réserves alimentaires se trouvent également aménagées à l’entresol de Dār Demāna298. Sur la cour, deux fenêtres symétriques à arc brisé surhaussé signalent la présence de herī, au-dessus du borṭāl, et à l’opposé, surmontant la chambre Nord. On peut s’y rendre par les escaliers de l’étage299, sinon par une échelle appliquée contre l’une des ouvertures latérales. On en connaît déjà l’usage — greniers à céréales, provisions sèches, réserves en jarres.

Chambres supérieures

  • 300 Soulignons l’importance accordée, dans la galerie supérieure, aux balustrades de bois tourné qui la (...)
  • 301 Grille de balustrade à mailles serrées, aux quatre angles de la galerie ; plus large ailleurs.

265La galerie circulaire de l’étage, bordée d’un haut derbūz300 à claire-voie de bois tourné301, dessert quatre chambres à portes axiales, se superposant au borṭāl et aux biyūt du rez-de-chaussée (Pl. LXIX, LXXII, fig. 92, 93).

  • 302 Auprès de la chambre Est, une petite pièce, éclairée, au fond, par deux étroites fenêtres — et reli (...)
  • 303 Au sol, également surélevé. Ici, les grands vantaux des portes sont ornés d’un simple cloutage sur (...)
  • 304 Reproduction, à l’étage, des motifs géométriques et floraux représentés au rez-de-chaussée.
  • 305 Intrados des arcs en plâtre décoré (porte des chambres).
  • 306 Surmontées, à leur partie supérieure, de dukkāna à usage de débarras.
  • 307 Ainsi que le grenier de l’entresol.
  • 308 On sait que l’alcôve du bhû apparaît moins souvent dans les intérieurs urbains au Maroc que dans le (...)
  • 309 Ces longues consoles de bois rappelleraient celles de la Qasba d’Alger si elles n’avaient la forme (...)
  • 310 On remarquera l’absence de chambrettes latérales, de chaque côté du bhū, comme en possède généralem (...)

266De même qu’en bas, les angles du nbā supérieur correspondent aux communications intérieures, communs et latrines302. Quant aux chambres d’hiver303, si les grands vantaux de leurs portes n’ont pas conservé le beau décor de bois assemblé maintenu dans les portes inférieures, on en aura cependant respecté l’encadrement de plâtre sculpté, dans toute sa richesse et sa diversité304 (fig. 92, 93). Sans doute, ces quatre pièces apparaissent-elles assez semblables dans leur aspect extérieur et intérieur, l’ouverture de leur porte centrale montrant le même arc surhaussé305 à bords gaufrés et chacune des chambres, les mêmes arcs extrêmes au-dessus des ṭārma306 et de l’emplacement des lits. Pourtant, la chambre Sud — surplombant le borṭāl307 — ajoute un élément supplémentaire avec la présence d’une alcôve médiane (bhū)308 (Pl. LXIX, LXXII). Au-dehors, celle-ci forme un encorbellement irrégulier s’appuyant contre les murs inférieurs par de solides jambes de force309 (Pl. LXXII). Au-dedans, ce défoncement reflète l’aspect de celui qu’il surmonte, bénéficiant aussi d’une orientation au Nord ainsi que de proportions restreintes, propices à l’isolement ou à des réunions intimes310. Deux étroites fenêtres latérales permettent de se distraire à la vue de la ruelle en contrebas et favorisent une agréable ventilation à cet endroit.

PLANCHE LXVIII

PLANCHE LXVIII

PLANCHE du 1er entresol.
4-5. Vide de la cour et des galeries ; 6-6 bis. escalier ; 8-9-10. vide des chambres ; 16. vide de la dwīrīa : 36. grenier 37-38. resserres ; 35-39. logement des hôtes (populaires) et grenier.

PLANCHE LXIX

PLANCHE LXIX

Plan de l’étage.
4. Wūst al-dār ; 5. nbāḥ ; 6-6 bis. derūj ; 39-40-41-42. ġorāf (r) bhū ; 43. réduit ; 44. mīḍāḥ ( ?) ; 45. bīt al-dādā ; 46. mīdāḥ ( ?) ; 48. maṣrīa (logement des hôtes) ; (à côté), partie disparue (essai de restitution).

PLANCHE LXX

PLANCHE LXX

Plan du 2e entresol. 4.
Vide de la cour ; 6-6 bis. escaliers ; 39-40-41-42. vide des chambres de l’étage ; 49. pièce haute (N.W.) ; 50. terrasse (m) écoulement d’eau.

Logement des hôtes (maṣrīa)

  • 311 Notamment à Dūr Lazreq (voir supra) et à Dār Adiyel, deux constructions de même importance, édifiée (...)
  • 312 Cet escalier apparaît entre deux murs de briques sous enduit — rangées en assises inclinées ou en a (...)

267Un modèle de type traditionnel pour l’hébergement des hôtes semble avoir existé depuis longtemps dans toute grande demeure située en médina. Il est possible d’en retrouver ici les principales caractéristiques telles qu’elles ont été observées ailleurs311 ; ainsi, l’installation d’une maṣrīa à Dār Demana a-t-elle été effectuée avec le double souci de son indépendance et de son confort ; ce qui explique la présence d’un escalier particulier au début du seṭwān312 et l’aménagement des logements au-dessus de certaines dépendances, à l’écart de l’habitation familiale (Pl. LXVII, LXIX).

  • 313 Pièces louées actuellement à des artisans.
  • 314 A l’angle Sud-Est du Dār Demâna.

268A l’intention du maître existe une communication privée entre ses appartements de l’étage et ceux de ses invités, situés à peu près au même niveau313. Au même endroit, le mūl al-dār dispose d’un autre escalier s’élevant jusqu’aux terrasses, où il avait édifié autrefois son menzeh personnel314.

269Dans la haute muraille ocreuse, dorée par le soleil, du Dār Demāna, aucune ouverture importante n’apparaît, nous l’avons vu, en dehors des deux portes du rez-de-chaussée, bāb al-dār et bāb al-rwā (fig. 88). On aperçoit seulement, au niveau de l’étage, quelques meurtrières et impostes qui ne peuvent correspondre qu’à la partie inférieure de la maṣrīa, avec ses regards sur la rue. On sait que son escalier d’accès intérieur est situé au milieu du grand seṭwān de l’entrée. Le même derūj s’élève successivement aux deux maṣrīa superposées au-dessus de l’entrée du seṭwān et du rwā.

PLANCHE LXXI

PLANCHE LXXI

Plan des terrasses.
4. Ḥalqa ; 6-6 bis. derūj (t) dukkāna : 50. sṭaḥ ; 51-52. borj.

  • 315 Celui-ci est précédé d’une petite antichambre carrée, sobrement ornée d’une frise de rosaces entrel (...)

270La partie supérieure de la seconde marīa est réduite aujourd’hui à la chambre principale donnant également sur l’extérieur et pourvue d’une alcôve médiane en encorbellement sur la rue, orientée au Nord, comme le borṭāl du rez-de-chaussée, et la chambre Sud de l’étage. Elle devait s’ouvrir auparavant sur une petite cour intérieure que complétaient trois autres chambres. Cet appartement pouvait alors permettre d’y recevoir des personnes d’un rang assez élevé315 (Pl. LXIX).

PLANCHE LXXII

PLANCHE LXXII

Coupe avec élévation (côté Est).

Première maṣrīa avec herī

  • 316 Onze piliers en briques. La partie inférieure de la marīa de Dār Demāna ne semble pas différer, da (...)

271Avant de poursuivre son ascension jusqu’à la seconde marīa et les terrasses, l’escalier des hôtes dessert la première marīa fermée par une porte ordinaire. Les proportions de cette vaste salle pourraient surprendre si l’on ne savait à quelle grande demeure elle appartenait. Son originalité ressort principalement de ses nombreux piliers carrés316, blanchis à la chaux, comme les murs qui entourent la pièce (Pl. LXVIII). On y retrouve, nous l’avons dit, l’emploi caractéristique des supports en briques, qui permettent, au-dessus comme au-dessous de ce niveau, l’élargissement souhaité d’un espace intérieur généralement plus resserré.

  • 317 Blé, orge...
  • 318 Pois chiches, fèves...
  • 319 En forme de T.
  • 320 Des portes ont été parfois aménagées dans ces cloisons en planches, hautes de 1,50 à 2,00 m.
  • 321 Le choix de cet endroit élevé et sec ne pouvait que rebuter les voleurs en raison de son accès diff (...)

272Aussi bien s’agissait-il ici de faire de cet endroit un lieu d’hébergement pour des hôtes d’un rang modeste — le plus souvent des hommes — mais aussi d’y entreposer des réserves importantes de céréales317 et de légumes secs318. D’où la distribution de l’étage entre une large allée d’accès319 utilisable pour le repos et le sommeil (marīa) et le compartimentage des autres parties, avec des cloisons de bois pour l’entrepôt des réserves alimentaires320. Répétées de trois côtés — au Nord, au Sud et à l’Est —, les étroites ouvertures indiquées plus haut suffisaient à assurer à l’intérieur de cette grande salle fermée (marīa-herī) l’éclairage et l’aération nécessaires321.

273Il est permis d’imaginer qu’en dehors des importantes réserves de grains provenant de leurs propres récoltes, les Chérifs Ouazzani bénéficiaient d’autres ressources en nature — qu’ils entassaient au même endroit — en raison de la vénération dont ils demeuraient l’objet et des donations qui en résultaient. En contrepartie naturellement, l’accumulation de ces réserves devait permettre au chef de la Zaouia d’assurer non seulement l’entretien de sa famille, de sa domesticité et de la confrérie voisine, mais encore de secourir de nombreux indigents qui faisaient appel à sa générosité.

Tour sur les terrasses (menzeḥ ou borj)

  • 322 Cf. J. Gallotti, Le jardin et la maison arabes au Maroc, 2 vol., Paris, 1926, II, pp. 38 à 50. — J. (...)
  • 323 On doit sans doute la hauteur particulière de ce menze au fait qu’il dominait un quartier apparten (...)
  • 324 Au bas duquel se trouvait, semble-t-il, une logette domestique (qawsa).
  • 325 Précédée d’une petite antichambre au niveau des terrasses du Dâr Demâna, sur lesquelles prend jour (...)
  • 326 En forme de meurtrières.
  • 327 La principale fenêtre Sud apparaît dans une niche arquée — rappelant celle d’un mirāb.

274A Fès, on désigne sous le nom de menzeh une pièce de repos ou un pavillon ayant vue sur un jardin sinon sur les terrasses d’une riche demeure et les quartiers environnants322. Ici, c’est d’une véritable tour d’angle dont Dār Demāna est surélevé, pour que l’on puisse y jouir d’une vue étendue à toute la médina et aux montagnes qui l’entourent (fig. 94). Malgré sa hauteur inhabituelle323, cette tour quadrangulaire - accessible par un étroit escalier324 — ne renferme qu’une seule pièce325 (Pl. LXIX à LXXII). Les dernières marches y aboutissent directement, l’ouverture correspondante étant bordée auparavant d’une balustrade de protection en bois tourné. Pavé de carreaux émaillés semblables à ceux du seṭwān, et de la galerie attenante, le sol de ce menze en atteste l’ancienneté. Il est percé, sur son pourtour, d’étroites fenêtres basses, sous imposte326, les plus nombreuses s’ouvrant au Nord327. C’est dire que l’on bénéficiait là, dans un calme complet, d’un air toujours frais et d’une vue aussi large qu’au sommet d’un minaret. Lieu de retraite privilégié que se réservait le maître, son partage constituant une faveur spéciale.

  • 328 La porte d’accès aux terrasses (côté Sud-Ouest) apparaît dans une élégante petite façade ocreuse, a (...)

275Rappelons qu’au voisinage de la tour l’escalier principal débouchait directement sur les terrasses de Dār Demāna entourées de leurs murettes de clôture permettant aux femmes du harem de venir y chercher parfois quelque diversion, à l’air libre328.

Ḥammām el-Ġūla

276En raison de son utilisation passée par les habitants de Dâr Demâna, il n’est pas possible d’ignorer, au voisinage immédiat de celui-ci, la présence du grand hammam d’époque mérinide, connu sous l’appelation de Ḥammām al-Ġūla (ou Ḥammām Ziana).

  • 329 L’installation insolite d’une tannerie avec tonneaux y fonctionne aujourd’hui.
  • 330 Reposant sur quatre trompes en demi-voûte d’arête.
  • 331 Bordure des arches faite d’une succession de larges lobes ; traces de réseaux floraux dans les écoi (...)

277Après être passé, dans la ruelle en pente, devant les portes du rwā et de l’entrée principale, puis sous une ṣāba supportant une école coranique (msīd), aujourd’hui disparue — auprès d’une petite mosquée de quartier — on ne doit pas être surpris de découvrir un hammam public, au service du domaine des Ouazzani, indiqué plus haut. La hauteur particulière du couloir d’accès en chicane couvert en voûtes d’arête annonce, dès l’abord, les grandes proportions du bâtiment (Pl. LXV, LXVII). La partie centrale du bain en est, sans doute, la plus vaste et la plus imposante329. Elle est formée de quatre grandes arches brisées supportant une voûte à pans ouverte à son sommet330. Au dehors, des arcs de redressement en confortent la solidité à l’intérieur d’un couloir circulaire (Pl. LXVIII). D’autres pièces, rattachées à l’ancien hammam — actuellement désaffecté — se répartissent autour de la partie centrale. Il est encore possible d’y observer une belle ornementation de plâtre sculpté, notamment dans la bordure des arches et des écoinçons331.

278S’a joutant à la somptueuse demeure voisine, la grandeur et le luxe de ce hammam montrent assez l’intérêt que leurs fondateurs attachèrent à la beauté architecturale et décorative de leurs constructions, entre l’époque marinade et les siècles suivants.

  • 332 Après avoir découvert, en 1983, la première partie de l’ancien hammam attenant au Dār Demāna — dont (...)
  • 333 Proportions de l’étuve inférieures à celles de la première salle.

279En dehors de la grande salle couverte en voûte sur arches symétriques — qui devait disposer, en son milieu, d’une vasque de marbre — le hammam mérinide comprenait naturellement une étuve, aujourd’hui séparée des bâtiments précédents332. Édifiée dans le même style que ceux-ci, à proximité de Dâr Demâna, la partie la plus chaude du hammam comprend une vaste salle quadrangulaire333, sous une voûte en arcs de cloître, communiquant, par des arches brisées, avec les longues pièces voûtées qui l’encadrent (Pl. LXVI).

PLANCHE LXXIII

PLANCHE LXXIII

Coupe avec élévation (menzeh) (devant ryâd).

  • 334 L’emplacement de la borma et son ancienne structure sont encore visibles aujourd’hui.

280Au centre, se trouvait sans doute un bassin d’eau chaude, alimenté auparavant par des cuves en cuivre (borma)334 et des conduites en poterie, à partir du four (fernatšī) installé, dit-on, près de la porte principale du bain.

  • 335 La haute voûte en berceau de l’une des pièces latérales a conservé sa rangée centrale d’ouvertures (...)

281Élevé à l’opposé et dans le prolongement du hall d’accès, un second passage, formé de deux arcs brisés surhaussés, reliait entre elles les deux parties principales de l’ancien hammam335.

  • 336 Petite pièce souvent affectée autrefois à la toilette d’une nouvelle mariée.

282Auprès de l’étuve, on observe jusqu’à ce jour les vestiges d’une fontaine (sqāya) et d’un puits (bīr), utilisant respectivement l’eau de l’oued souterrain et l’eau de source d’Aïn Zliten ; on trouve également, à la disposition de l’étuve, latrines (miaḍ) et lieu d’ablutions particulier (meahāra)336.

283A l’extrémité du hammam, les portes de communication avec le Dâr Demâna, évoquées plus haut, devaient permettre au maître de cette grande demeure et à sa famille d’utiliser à leur guise ce bain luxueux (Pl. LXVI, LXVII, LXXIII).

Riāḍ

  • 337 Le riā possède encore, à son extrémité Nord, une porte secondaire donnant sur une ruelle en contre (...)

284On sait quel intérêt les riches Fasis ont toujours porté à agrémenter leur demeure d’un jardin intérieur riā), à l’exemple des palais sultaniens et viziriels. Le riā qui s’ajoute à Dār Demāna se situe à son extrémité Nord, au-delà de la dwīrīa dont on doit emprunter le couloir voisin (medwūz) pour parvenir à cette annexe337 (Pl. LXV, LXVI, LXVII, LXXIII).

  • 338 Réduction récente de l’ancien jardin, en raison du projet d’aménagement d’une voie nouvelle à cet e (...)
  • 339 Soit avec orientation recherchée au Nord.
  • 340 Le pavillon principal du riā disposait de deux portes de communication directe avec le medwūz de D (...)

285Tout devait inviter, en cet endroit, au repos, à la détente et aux distractions, le jardin — autrefois plus important qu’aujourd’hui338 — étant pourvu de deux pavillons extrêmes, le plus beau ayant été aménagé, côté Sud339, auprès de sa communication avec Dār Demāna et le Hammām el-Gula340.

  • 341 Encadrement du jardin par des allées le plus souvent surélevées. Cf. J. Galloti, op. cit., passim.
  • 342 Autour de la vasque, le soin apporté à l’ornementation du sol (zellīj) sur lequel elle repose rappe (...)

286Construction surélevée afin de permettre de mieux jouir de la vue du riā, de ses arbres, de ses fleurs et de ses fruits341, ce dernier pavillon comportait seulement, à l’origine, un bhū et un portique, séparés du jardin par une large allée en contrebas, couverte de zellīj et ornée d’une vasque342.

  • 343 Dans un encadrement de bois peint — sous corniche de tuiles vernissées — supporté par les quatre pi (...)
  • 344 Plan carré.
  • 345 Sur trompes en demi-voûte d’arête.
  • 346 Lieu propice au repos, à la lecture et à la méditation.
  • 347 ahrīj el-Ūdū — de forme carrée et surélevée — alimenté en eau de source.
  • 348 Selon M. ‘Abd el-Qader el-Ouazzani, ce quartier aurait été acquis autrefois par Moulay Abd Allah Ch (...)

287Par la suite, on préféra clore cette annexe et l’abriter sous une terrasse ouverte en son milieu343, simulant un patio (Pl. LXXIII). Le soin apporté à l’architecture et à la décoration de ce lieu de plaisance apparaît surtout dans la partie la plus ancienne. Le charme du bhū ressort de son intimité par ses dimensions restreintes344, de l’élégance de sa coupole à pans345 et de sa porte cintrée ouverte sur une terrasse (dukkāna) ou (portique) précédant le riā346. Du portique, on peut encore admirer l’ornementation stuquée des arcs latéraux, de chaque côté du linteau central, ainsi que les zellīj du sol, plus petits au centre (0,05 m), plus grands de part et d’autre (0,10 m). Cette décoration émaillée s’étend à un bassin d’ablutions347 placé à gauche du bhū, tandis que deux bibliothèques de bois peint (ṭārma) s’élèvent à chaque extrémité du portique348.

  • 349 Nous sommes redevables de ces renseignements à M. Rachid Bennani, dont la famille est alliée, de lo (...)

288Alors qu’il est devenu aujourd’hui un lieu d’habitation ordinaire, l’ancien riāde Dār Demāna était réservé auparavant à un autre usage. Outre la retraite calme et reposante que la maître s’y réservait pour lui-même et ses familiers, ce jardin servait aussi de cadre à certaines fêtes et réceptions exclusivement masculines. Aussi aimait-on rehausser celles-ci de chants et de musique andalouse, qu’elles fussent organisées de jour ou de nuit. A proximité du riā et des deux zaouïas voisines appartenant aux Chérifs Ouazzani, on retiendra aussi, à l’intérieur de leur domaine, une autre maison de plaisance, dotée d’un jardin et d’un grand bassin rectangulaire, d’où son nom de Dār Ṣahrīj349.

289Selon les habitants actuels de l’annexe de Dār Demāna ouverte sur un riā, il ne semble pas que celui-ci ait toujours été rattaché, dans ses fonctions actuelles, au pavillon décrit plus haut.

  • 350 Des tapis — voire de petits matelas — et des coussins devaient être étendus sur les zellīj de la te (...)

290En effet, cette construction aurait été tout d’abord une dépendance du Ḥammām Ziana pour le seul usage des maîtres du Dār Demāna. Ceux-ci l’auraient utilisée comme lieu de repos particulier, au sortir du bain, avant de réintégrer leurs appartements dans la grande demeure. On peut alors supposer que, pour se rendre de celle-ci au Ḥammām Ziana, on empruntait, dans la dwīrīa, la porte de communication directe — aujourd’hui condamnée — avec la première salle du hammam. A l’issue des séances de bain et de massage, une autre porte, proche de l’étuve, aurait permis de gagner la terrasse de repos particulière (dukkāna) revêtue de faïence polychrome, avec son bassin (ahrīj), son portique orné (borṭāl), sa petite pièce octogonale couverte en voûte (qubba) et ses deux grands placards latéraux (ṭārma) en bois peint350 (Pl. LXVII).

291Une dernière porte, à l’intérieur de la qubba, aurait alors facilité le retour à Dār Demāna par le couloir de sa dwīrīa. Ainsi, les habitants de cette riche demeure avaient-ils le privilège de pouvoir se détendre, à l’écart des bruits et de la promiscuité du hammam, dans un endroit approprié et reposant, au voisinage d’un beau jardin verdoyant et fleuri.

Conclusion

  • 351 Limitées à un seul rez-de-chaussée, avec courette sur laquelle donnent quelques pièces à plafond ba (...)
  • 352 D’autres palais ont dû être édifiés sur l’emplacement des anciens palais mérinides. les souverains (...)
  • 353 Et au début du xviie siècle.

292A l’exception des habitations les plus modestes — dont la forme et l’aspect ne changent guère351 — et des anciens palais d’époque mérinide dont tout vestige a disparu352, nous avons montré ici plusieurs exemples de maisons citadines remontant apparemment aux périodes mérinide et sâadienne (xive-xviie siècle)353. Situées dans différents quartiers de la médina, entre Fès el-Bali et Fès el-Jdid, ces divers types de demeures peuvent donner une idée, selon leur importance, du cadre de vie dans lequel se déroulait autrefois à Fès l’existence d’une famille bourgeoise, voire aristocratique, de moyenne aisance ou de grande fortune.

  • 354 Aspect général d’un atrium.
  • 355 Voir Dār Caīd Bel Hassen, Dār Ben Šeqrûn et Dār Ouled Manjūr, bien que ces habitations comportent q (...)

293On peut alors distinguer, en premier lieu, des demeures limitées au seul rez-de-chaussée, et d’autres pourvues d’un étage. Celles qui appartiennent à la première catégorie ont l’avantage d’avoir une cour bien aérée et ensoleillée, en l’absence de pièces interchangeables selon les saisons. Elles n’en possèdent pas moins un portique au devant des deux chambres principales, sinon une galerie circulaire avec quatre piliers d’angle354. On peut y compter aussi des dépendances même restreintes avec cuisine, resserre à provisions et écurie355.

  • 356 Voir Dār Sfaïria, Dār Zouiten, Dār Mzelja, (Petit) Dār Lazreq, ainsi que les deux premières maisons (...)
  • 357 Conformément à une règle fréquemment appliquée ailleurs. Cf. Palais de Tunis. Palais du Caire...
    Voi (...)
  • 358 Chambres édifiées cependant dans de plus grandes proportions et comportant parfois une alcôve média (...)
  • 359 Marīa répartie souvent entre deux niveaux superposés.
  • 360 Notamment le dār el-‛azāra.

294Le second type de demeure, ou habitation surélevée d’un étage, diffère nettement de la précédente. En effet, dans ce puits de lumière, on perd en air et en soleil ce que l’on gagne en espace construit et habitable. On y dispose aussi d’un ou plusieurs portiques, ainsi que de communs, avec la possibilité de changer de chambre et de niveau, en hiver et en été356. Quant aux grandes demeures bâties pour dignitaires, chorfas et riches commerçants, on s’y inspira, sans doute, de l’architecture et de la configuration des palais princiers ou viziriels357 ; on y bénéficiait toujours, autour d’une vaste cour à ciel ouvert, d’une galerie circulaire à deux niveaux abritant la circulation des maîtres et des domestiques, entre les appartements et les communs. Il arrive pourtant que certaines de ces somptueuses demeures ne disposent pas, autour de la grande cour, d’un nombre de chambres supérieur à celui de simples maisons bourgeoises358. Par contre, il s’y ajoute nécessairement des lieux d’accueil et des logements plus importants pour les hôtes359 et certains membres de la famille360, sans compter le développement de communs et de maisons secondaires, ainsi que l’aménagement éventuel d’un jardin intérieur (rīā) particulièrement apprécié par le maître et ses familiers.

  • 361 Ces anciennes propriétés ne sauraient être reconstituées sans l’aide des actes notariés corresponda (...)

295Il faut alors considérer que la plupart des belles demeures présentées ici apparaissent aujourd’hui incomplètes. Elles ne constituent, en effet, que la partie principale d’un domaine autrefois plus important, puisqu’il pouvait s’étendre à tout un quartier361. C’était le cas d’un Dâr Demāna, grâce à sa propriété ressortissant à la puissante famille des Chérifs Ouazzānī.

296Quoi qu’il en soit et quel que fut leur rang social, tous les habitants de la médina de Fès bénéficièrent également, pendant plusieurs siècles, du rare privilège d’une eau abondante, toujours renouvelée, eau de source et eau de l’oued, ce qui pouvait dispenser généralement de l’aménagement de citernes alimentées par les eaux de pluie.

297Une telle ressource n’a pu que favoriser l’heureux développement de la ville, même dans les périodes difficiles, la présence de l’eau s’accompagnant, pour chaque famille, de celle de réserves alimentaires conservées dans les resserres, silos et greniers.

298En temps normal, la vie quotidienne de chacun devait être facilitée et agrémentée par l’heureuse disposition de la demeure, plus ou moins riche, la commodité de sa distribution, l’intimité de l’ensemble groupé autour du patio, l’élégance et le charme de l’habitation tout entière, rehaussée d’une ornementation raffinée.

299Le choix d’un mobilier fixé pour longtemps par la tradition, en dehors des lits, divans, tables basses et coffres, répondait au même souci en se prêtant à une existence paisible et confortable.

  • 362 L’usage des esclaves noirs existait encore au Maroc avant les deux dernières guerres mondiales.

300Quelles que soient les activités que le maître devait exercer, chaque jour, au dehors, c’est avec la même satisfaction qu’il retrouvait certainement le calme et l’intimité de sa demeure servie par une domesticité attentive, dont l’importance variait selon la fortune de chacun362.

Notes

1 Alfred Bel, Inscriptions arabes de Fès, une maison privée du xive siècle. Paris, 1919.

2 Ali Amahan, délégué régional du Ministère des Affaires Culturelles à Fès ; Catherine Amahan, conservateur du Musée du Batha, dont elle a étudié la collection de bois sculptés à Fès, au Moyen Age.

3 Une maison mérinide de Fès, Tlemcen, 1935. Henri Terrasse, historien d’art musulman ; Boris Maslow, inspecteur des Monuments historiques à Fès où il contribua à l’étude et à la restauration de plusieurs monuments civils et religieux.

4 Ou Dar el-Fasiyin.

5 Nos premières recherches, avec relevés de plans, ont bénéficié de la précieuse expérience de M. Jean-Paul Ichter, en sa qualité d’architecte urbaniste à Fès, ainsi que de sa connaissance particulière de la médina et de son architecture traditionnelle. Mme Marie-Christine Fromont a été également choisie pour effectuer les mêmes travaux en raison de sa compétence déjà éprouvée dans ses relevés d’architecture au Yémen.

6 Avec l’aide des chefs de quartier (moqaddem), Ali Amahan a sérieusement contribué au succès des dernières recherches entreprises en 1983.

7 S’ajoutant aux quatre maisons mérinides déjà citées, six autres demeures contemporaines ont fait l’objet de nouvelles études (total : dix demeures de style mérinide).

8 Alfred Bel, Inscriptions arabes de Fès, Paris, 1919, pp. 317 et ss.

9 Cette maison était encore debout en 1916.

10 Il est possible de les admirer, dès l’entrée du Palais Batha, où A. Bel installa lui-même d’anciens linteaux de bois sculpté.

11 Ce type de cour à trois portiques pourrait être rapproché de celui que l’on rencontre parfois dans l’ancienne médina de Tunis, aux époques hafside et turque (xive-xviie siècles). Cf. J. Revault, Palais et demeures de Tunis, tome 1, Paris, 1967.

12 Voir au Musée du Batha.

13 L’entresol devait être réservé, comme ailleurs, soit à des chambres secondaires, soit à des resserres à provisions (céréales, huile, olives, etc). La fenêtre géminée surplombant l’une des portes du rez-de-chaussée appartenait à cet entresol (fig. 190).

14 La corniche de tuiles vertes arrondies, couronnant l’ouverture de la cour — au niveau des terrasses — se trouvait alors à 12,50 m du sol.

15 Sans doute s’agit-il de la fenêtre géminée de l’entresol et de deux autres fenêtres cintrées, en l’absence de toute autre ouverture en dehors des portes.

16 On rapprochera utilement cette maison du derb Cherratin de la maison mérinide publiée par M. A. Bel dans ses Inscription Arabes de Fès (Journal asiatique, 1917).
Publication de l’étude de Boris Maslow et Henri Terrasse dans la Revue africaine, 1936. 3e-4e trim., pp. 503-510.

17 L’installation de la dwīrīa à cet endroit devait se prêter au double service des maîtres et de leurs hôtes.

18 S’éclairant par une fenêtre géminée au-dessus du Derb Cherratine.

19 Par un second escalier (extérieur).

20 Rappelons cependant que A. Bel a réussi à sauver les boiseries sculptées qu’il jugeait les plus précieuses pour les faire transporter au Musée du Batha où elles sont exposées jusqu’à ce jour.

21 Supra.

22 Grâce aux recherches effectuées récemment par Ali Amahan.

23 Voir supra.

24 Partie inférieure octogonale ; partie supérieure parallélépipédique.

25 Grandes rosaces entrelacées (d’exécution tardive) à dominante jaune sur fond rouge, peintes sur les deux grands vantaux à portillon de chacune des portes.

26 A cet effet, l’emplacement le plus large — au-dessus du boral — se trouve à l’ouest, afin de bénéficier du soleil matinal.

27 Le svastika figure notamment parmi les anciens éléments de bois tourné.

28 Comme la maison mérinide précédente (cf. B. Maslow et H. Terrasse), Dar Sfaïria donnait également sur le Derb Cherratine. On constate que les deux bâtiments voisins étaient de même style architectural et décoratif. Auraient-ils été rattachés autrefois, l’un et l’autre, au grand Dar Lazreq, situé au fond du derb ? (voir p. 167).
Vantaux ornés de grandes rosaces entrelacées, sculptées et peintes (fig. 50. 51, 54).

29 Cette limitation de l’ouverture des chambres fasies sur la cour intérieure semble maintenue jusqu’au xviiie siècle. Il en a été ainsi dans les demeures de Tunis aux époques hafside et turque.

30 Absence d’alcôve centrale (bhū) dans ces longues pièces. Exécutée et décorée avec soin, la ārma s’ouvre, en son milieu, par une porte arquée, entre un petit placard (à droite) et une porte simple (à gauche).
L’usage de la ārma semble avoir été fréquent autrefois en milieu citadin, dans les familles musulmanes aisées, de l’ouest à l’est du Maghreb.

31 Contraste entre la finesse des zellīj qui ornent, comme un tapis, l’entrée de la chambre, et le pavage de faïence ordinaire qui l’entoure.

32 Latrines à proximité du couloir de l’entrée.

33 On connaît la faveur de ces gracieuses ouvertures avec arcs brisés outrepassés, aussi bien dans l’Espagne musulmane, qu’au Maroc et en Tunisie.

34 La disposition de deux cours distinctes, pour les maîtres et la domesticité, apparaît aussi comme un privilège cher à la haute société tunisoise établie en médina.

35 Lors de notre première visite à Dār Bel-Hassen, en 1979, sa démolition semblait décidée en vue de son remplacement par une construction neuve. Ce projet n’a pas été mis à exécution puisque nous avons trouvé l’ancienne demeure caïdale encore habitée en 1982, à la suite des réfections indispensables.

36 Dans le même quartier, le Caïd Bel-Hassen se fit édifier une autre habitation à étage plus luxueuse, à faible distance de la précédente.

37 La partie découverte de la drība devant l’entrée principale répond à une coutume fréquente à Fès. On la pratiquait aussi dans la médina de Tunis. Cf. J. Revault, Palais et Demeures de Tunis. 4 vol., 1967-1978, passim.

38 Le revêtement de zellīj qui orne toujours les parois extérieures du bassin de la sqāya s’étendait aussi à l’intérieur de l’arc mural de celle-ci.

39 La fontaine du patio alimentait tout d’abord en eau le petit bassin central et la pièce d’ablutions (bīt el-ūū) située à sa droite, près des latrines (mīah). Notons, au pied de la sqāya, la présence d’un puits d’eau de source, et à sa gauche, côtoyant l’entrée, une niche murale correspondant à la tombe d’un ancien personnage du nom d’Umbarek, vénéré surtout par les Noirs du quartier (s’agit-il du fils du fondateur, le Caïd Mohamed bel-Kora ?).

40 Les beaux exemples de linteaux sculptés et portes assemblées d’époque mérinide présentés au Musée du Batha fournissent de précieux renseignements à ce sujet.

41 Le lit était-il également situé à droite de la porte de la chambre, le placard à gauche ?

42 Peut-être cette pièce fut-elle aussi affectée à l’enseignement coranique pour les enfants du maître et de sa famille, comme d’autres cas semblables en ont été observés ailleurs.

43 Un total de six pièces.

44 Les chambres hautes édifiées sur les terrasses de Fès portent aussi le nom de menzeh. Elles sont également en usage dans les riches demeures de Tunis (kšuk), op. cit., passim.

45 Nous avons relevé des constructions anciennes de même style à Marrakech et à Meknès.

46 Sans compter des latrines.

47 Au nombre des personnages religieux qui se sont succédé dans la famille Zouiten, l’un des plus connus et vénérés, Abou el-Abbas Sidi Ahmed el-Badawi Zouiten el-Derqawi aurait vécu au siècle dernier (1800-1858). D’abord commerçant au Souq el-Attarine, il aurait abandonné sa profession pour se consacrer entièrement à l’étude religieuse à la Grande Mosquée Qarawiyine. Il serait alors devenu un adepte de la secte soufie des Derqawa fondée, au xvi-xviie siècle, par Sidi Ahmed Darqawi. On lui doit la fondation d’une Zaouïa consacrée à ce culte, à faible distance de la demeure Zouiten. Un catafalque en bois lui a été dressé sous le portique de sa Zaouïa, bien que ses proches prétendent que son corps soit demeuré au Caire, où il aurait été inhumé. La cour de la Zaouïa de Sidi Ahmed Zouiten n’en est pas moins remplie des tombes de ses adeptes, également ornées de zellīj au ras du sol.
L’un de ses descendants, Abd-el Qader Zouiten, chef actuel de la famille, rapporte que son aïeul se distinguait par ses vêtements de couleur verte, depuis son turban jusqu’à son caftan.
Une autre Zaouïa plus modeste, servant de salle de prières, voire de lieu d’accueil, existe aussi auprès de Dar Zouiten (voir infra).

48 La disparition de l’enduit laisse apparaître, à certains endroits, le mode de construction en usage : rangées de briques disposées en longueur, alternant avec des rangées « en arête de poisson ».

49 La bifurcation en pente de la rue Tala’a Seġira, vers le Derb El-Guerniz et la driba Zouiten comporte une petite mosquée et une fontaine publique, rattachées au quartier de Zaqaq el-Hajar.

50 Cour : longueur = 4 m x largeur = 3 m (environ). Hauteur du rez-de-chaussée = 6 m. Hauteur totale= 13 m.

51 Avec une ornementation de zellīj plus ou moins complexe.
Ici, de chaque côté de l’arc de la sqāya, deux petites niches murales étaient réservées à des lampes à huile pour l’éclairage nocturne de la cour.

52 Le terme šerjem‛aïn al-imām, désigne la partie inférieure de la fenêtre géminée : grille en moucharabieh.

53 En bois découpé.

54 Tout au moins partiellement.

55 On se souvient encore de la chaîne que formaient les esclaves noires munies de couffins, portés entre escalier et galerie haute, en évitant de passer devant la chambre principale (côté Ouest).

56 Disposition également adoptée dans les belles demeures de Tunis, notamment aux époques hafside et turque. Le terme « sinīya » — plateau — y est remplacé par celui de « sofra » — table basse.

57 Surmonté d’un ciel de lit (sedda) pour le rangement de certains objets et ustensiles.

58 Le sommet de la ārma pouvait lui aussi faire office de sedda.
Des arcs sous plafond marquaient fréquemment l’emplacement du ferāš et de la ārma.

59 Prenant jour sur la petite drība.

60 Alternance de svastika droits et inclinés.

61 Voir J. Revault, B. Maury et Mona Zakariya : Palais et maisons du Caire (XIV-XVIIIe), I.F.A.O., Le Caire, 1973-1981.
Ici, on pouvait encore admirer la beauté des portes ouvragées de l’étage ainsi que la sculpture des poutres qui dominait l’ouverture sur le ciel.

62 Au plafond soutenu par une arche centrale.

63 Ces pièces d’eau — en l’absence de hammam — devaient être réservées à l’usage de la famille Zouiten.

64 Communication orale de Fatma Jama’ya (originaire des Ouled Jama‛), femme de Hassan Zouiten, qui exerce la profession de naggāfa (chargée de l’habillement et de la parure des jeunes mariées).

65 Achetée très jeune au Fondouk el-Berka, à Fès — en provenance du Soudan — la Dada de Dār Zouiten y vécut une longue existence et disparut récemment à un âge très avancé — plus que centenaire...
Son logement donnait sur la galerie, auprès du silo à grains.
Elle avait autorité sur sept esclaves noires dont les noms sont encore conservés dans la mémoire de leurs maîtres.

66 Maba.

67 Côté Nord-Est.

68 De leurs anciennes et importantes propriétés, les Zouiten n’auraient conservé que celle de Chraga.
Ils bénéficiaient aussi de nombreux dons en argent et en nature sous forme d’offrande pieuse (zīara).

Observons qu’un autre magasin à vivres (mazen ou mūs), à demi aménagé en sous-sol, était accessible de la rue, en contrebas de la drība.

69 Les nouveaux propriétaires des écuries ont édifié, au-dessus, plusieurs étages.

70 Cette salle de prière a été remise en état en 1983.

71 N° 4, Derb Sidi Idir (santon d’époque tardive). Tournant à angle droit, cette impasse resta longtemps un accès privé, réservé à un groupe de maisons appartenant à la même famille (Lazreq).

72 Cf. R. Le Tourneau, Fès avant te Protectorat. Casablanca, 1949. passim. Considérée comme l’une des 17 mosquées- cathédrales de Fès, Jama‛ ech-Chrabliyīne possède aussi une intéressante miā. de l’autre côté de la rue Tala‛a Kebīra — chrabtīyīn : fabricants de brodequins, babouches brodées pour femmes.

73 Communication de M. Mohammed Sabrī (professeur de philosophie à Fès), habitant actuel de Dār Lazreq. Voir aussi R. Le Tourneau, op. cit.. p. 482 et ss.

74 Nombre de constructions mérinides et saadiennes ont ainsi disparu dans leur aspect primitif, des travaux de restauration modifiant le décor des boiseries et des stucs, sans compter l’ouverture de fenêtres nouvelles et le remplacement des anciens derbûz en moucharabieh par des balustrades en fer forgé.

75 Demeure ancestrale (dār jeddīya), Dār Lazreq appartient aujourd’hui à une descendante de la famille Lazreq, mère de Mohammed Sabrī.

76 Le niveau d’un portique (nbā, borāl), servant de lieu de passage et de communication, dépasse légèrement le niveau de la cour, avec une largeur limitée en conséquence. Ici, la profondeur du borāl(2,30 m) correspond à peu près à celui de l’une des chambres voisines (2,05 m), au-devant d’une cour de 3,90 m de côté.

77 Largeur des piliers : 0,40 m. Leur prolongement supérieur à section carrée se creuse symétriquement d’une rainure interne.

78 Bien que très sobre dans son aspect général, le pavage du borāl est formé de trois parties distinctes : le champ d’ensemble (carreaux polychromes de 0,10 m parfois remplacés par des zellīj de 0,05 encadrés de zellīj de 0,025 m) ; le parterre central avec des zellīj de 0,05 m dans un encadrement plus fin ; un bandeau antérieur fait de croisillons verts et blancs sépare le borāl de la cour. Composition ornementale à rapprocher de celles des chambres. Le revêtement du sol de la cour apparaît plus simple, fait de carreaux (0,10) non émaillés, disposés en diagonale et rehaussés de zellīj de couleur (0,05). Pavage fréquent dans les anciennes demeures de Fès ainsi que dans la cour de certaines médersas mérinides.

79 La forme et l’usage de ce borāl permettent, sans doute, une comparaison avec le portique d’accueil (tatabuš), en usage au Caire à l’époque ottomane. Cf. J. Revault, B. Maury et Mona Zakariya, Palais et maisons du Caire du xive au xviiie siècle. I.F.A.O., 5 vol. 1972-1983.

80 Dépassant la hauteur d’une personne debout, cette cave couverte d’une voûte simple (qabû) était accessible, dit-on, par une trappe, à l’extrémité de la chambre proche du sewān. Elle pouvait servir éventuellement de cache. Elle est maintenant délaissée et fermée.

81 Dimensions des chambres — porte : largeur ouverture, 1,45 m ; épais, mur, 0,42 ; haut, et larg. vantaux, 300 x 0,80 m. Sol : haut., 0,25 m ; profond. 2,05 m ; haut., 4,00 m (environ).

82 Fontaine murale (sqāya) de type traditionnel à arc brisé-outrepassé, sur deux colonnettes en plâtre (près du regard sur l’oued à l’angle du patio), en face de l’escalier ; bīt el-mā opposée à soupente (qaws).

83 Chacune des sqalābīya (ou herī) communiquant avec l’une des deux ġorfa, on pouvait l’utiliser, paraît-il, soit comme chambre d’enfant, soit comme resserre à provisions, l’une et l’autre ne s’éclairant que par d’étroites ouvertures. Notons encore, à l’opposé, la présence d’une ārma, au-dessus du borāl — sorte de placard avec soupente pour le rangement d’ustensiles ménagers et d’objets divers.

84 Moyenne et grande demeure.

85 Portes à linteau de bois, comme celles de Dār Mzelja.

86 Absence de fenêtre.

87 Dans les demeures de moyenne importance comparables à Dār Lazreq, la dwīrīa est, le plus souvent, placée prés du setwân pour des raisons pratiques. On observe fréquemment la même disposition dans la médina de Rabat et celle de Tunis.

88 Dissimulées derrière l’extrémité de la chambre Ouest.

89 Escalier tournant comme celui d’un minaret.

90 Au-delà de la rue Tala‛a Kebīra. sur laquelle elles débouchent, ces deux impasses semblent se prolonger dans les ruelles qui leur font face.

91 Originaire du Sud marocain, où il connut une existence difficile, il devait considérer ensuite comme un véritable « paradis » la ville de Fès où il s’installa, vécut de la fabrication de l’huile, à l’aide d’un moulin traditionnel (mara), se maria et fonda une famille.
Voisine de Dār Lazreq et de même importance, la demeure qu’il occupe diffère surtout de celle-ci par les quatre piliers d’angle qui encadrent la cour intérieure.
Visites fréquentes de femmes qui apportent, en dons, huile, bougies, pains, etc.

92 Observations recueillies au cours d’une nouvelle mission effectuée au Maroc en septembre 1983.

93 Aujourd’hui, les habitants de Dār Lazreq et leurs voisins sont obligés de s’approvisionner encore, chaque jour, à la fontaine publique la plus proche, depuis que les anciennes conduites d’eau ont été cassées à cet endroit — comme en bien d’autres — au moment de l’installation souterraine des nouvelles conduites d’eau courante et des câbles téléphoniques. Par ailleurs, la corporation des qawādsīya (qawādsī), autrefois très importante à Fès où elle était chargée de la surveillance régulière et de l’entretien des anciennes conduites (qadûs, qwādes) ne paraît plus être en mesure d’assurer les mêmes responsabilités qu’auparavant. Cf. R. Le Tourneau, p. 236.

94 Sur les Chérifs Ouazzani, voir infra (Dār Demana).

95 Donnant sur le Derb Tertoucha par sa petite fenêtre munie d’une grille en fer forgé, le mausolée du saint — constamment éclairé de bougies — peut être invoqué à toute heure. Cf. A. Delpy, « Note sur la ferronnerie marocaine », in Cahiers des Arts et Techniques dAfrique du Nord, 6, Toulouse, 1962, p. 27.

96 Penture de forme arrondie à cinq branches, fixée à l’angle supérieur de la porte à un seul battant.

97 Infra.

98 Le sewān est fermé, selon la coutume, à ses deux extrémités - vers la rue et la cour —. L’abaissement de son plafond a permis d’ouvrir, au-dessus, une première fenêtre à l’intention de la chambre inférieure située au Nord.

99 Malheureusement, ce carrelage n’est plus visible aujourd’hui dans la cour à la suite de réparations récentes au mortier.

100 De ce côté s’ouvrait auparavant une porte de communication, actuellement murée, avec la maison voisine. Notons que l’on n’y observe la présence d’aucune sqāya.

101 La recherche de cette orientation n’est pas particulière aux seules habitations de Fès. Nous l’avons également remarquée dans la médina de Rabat. On doit, sans doute, en invoquer la raison dans le besoin de chaleur et de soleil pendant la saison froide — exposition au Sud — et d’abri contre les pluies d’Ouest — exposition à l’Est.
Ces coutumes ne diffèrent pas de celles de Tunisie, cf. J. Revault, Palais et demeures de Tunis. 4 vol., C.N.R.S. Paris 1967 1971, 1974, 1978, passim.

102 Cette seconde porte, placée à l’angle Nord-Ouest de la cour, bien qu’elle donne une impression de dissymétrie, vue de l’extérieur — contrairement à l’effet de symétrie que l’on s’efforce généralement d’obtenir — ne modifie pas la régularité intérieure de la pièce Nord. Des exemples comparables se multiplient dans toute la médina, montrant que les bâtisseurs sacrifiaient volontiers la régularité extérieure d’une construction à celle de l’intérieur, la plus importante à leur yeux. Ibid.

103 Porte à deux vantaux : haut., 2,60 m (larg. d’un vantail : 0,65 m) — chambre : haut., 4 m ; larg., 2 m — mur : épais 0,42 m.

104 Motif sculpté en champlevé sur la face inférieure des solives. Fréquemment utilisé, à l’époque mérinide, il apparaît en listel dans les encadrements de boiseries sculptées — frises de linteaux superposés autour de la cour d’une médersa ou d’une demeure, voire d’un fondouk.

105 Voir infra l’ornementation conservée aux Dār Zouiten, Demana, Lazreq...

106 Disposition transversale de rangées (simples ou doubles) de carreaux sur pointe, noirs, blancs, verts — avec bordure rectangulaire verte, le long des murs. L’entrée de chacune des chambres se distingue par un parterre carré composé de zellīj plus petits (0,05 m) dans la même harmonie (noir-blanc-vert). On peut, sans doute, y voir la forme primitive des sinīya dont la composition ornementale se compliquera et s’affinera, de plus en plus, aussi bien dans la diversité de ses éléments découpés que dans celle de son coloris. Infra.

107 Ouvertures verticales conservant la simplicité d’apparence des meurtrières.

108 Cette disposition pratique résulte de l’ingénieux aménagement d’une soupente (dukkāna) au-dessus du sewān, à l’extrémité Est de la chambre Nord.

109 Découverte de cette cave par les habitants actuels, à la suite de l’effondrement partiel du sol de la chambre Ouest.

110 Dans la partie haute de la médina de Tunis, nous avons également relevé, pour le même usage, la présence de caves (damûs), dont étaient pourvues les demeures les plus anciennes, avant l’apparition des magasins à vivres fmazen) au rez-de-chaussée. Palais de Tunis, T. I, passim.

111 L’utilisation toujours en honneur du matelas de laine prévu pour les lits (ferāš) et divans Isdâri, sdâder) — indépendamment des coussins (medda, mād) — donne encore lieu à une véritable industrie artisanale du lavage des toisons destinées à cette fin. La corporation intéressée reste indépendante de celle des tanneurs. Cf. R. Le Tourneau, Fès avant le Protectorat, Casablanca, 1949, p. 323.

112 Ces balcons se transforment en galeries lorsque celles-ci peuvent être rattachées à quatre piliers d’angle (ou davantage), autour du patio.

113 Ces balustrades d’exécution sans doute tardive doivent remplacer d’anciens derbûz en bois tourné et peint — comme les plafonds et les portes des chambres.

114 Largeur du balcon : 1,76 m (Nord et Sud) et 0,74 m (Est et Ouest). Longueur (coté derbûz) : 2,13 m (Nord et Sud) et 2,55 m (Est et Ouest).

115 Hauteur sous plafond : 2,96 m.

116 A rencontre du rez-de-chaussée, la porte médiane de l’étage est au Nord. Épaisseur de son mur : 0,30 m.

117 D’où un même mode d’aération et de surveillance extérieure répété à deux niveaux.

118 Bešmāt. Voir supra l’étude des zellīj par L. Golvin.

119 Cette disposition en réseau demeurera longtemps en faveur avec l’emploi exclusif de carreaux émaillés encadrés de blanc et rehaussés de zellīj de couleur (infra).

120 Simplicité de ces ouvertures se rapprochant plus des meurtrières que de véritables fenêtres.

121 Il en est de même à Rabat et à Tunis, op. cit.

122 Orifice maintenant fermé, en raison de l’abandon de la cuisson des aliments au charbon de bois sur des fourneaux traditionnels en argile.

123 Murette : haut. 0,75 m ; larg. 0,25 m (couronnement de briques de protection posées à plat et en longueur).

124 Dans l’entrecroisement rapide et régulier des fils servant à la confection des galons en soie (bordure de jellāba et caftans féminins), on ne peut qu’admirer l’agilité et la précision des doigts. Une observation analogue a déjà été faite par L. Golvin, en présence de l’habileté des potiers tourneurs et de la dextérité des découpeurs de zellīj. Ibid.

125 Après une première étude sur place de Dār Mzelja, en mai-juin 1983, une nouvelle visite des lieux a été effectuée au mois de septembre suivant, en vue d’approfondir notre connaissance de cette ancienne demeure. Notre tâche a été facilitée par M. Mohammed Mammouch — artisan menuisier, spécialisé dans l’exécution des charrues et outils agricoles — chef de famille à Dār Mzelja.

126 (mebeq) — largeur : 0,60 m.

127 Elles sont habitées maintenant par le fils de Mohammed Mammouch, artisan ciseleur sur cuivre, et sa jeune femme.

128 En complément des silos à grains avec cave : d’une part, jarres utilisées pour la conservation habituelle de l’huile, des olives, de la semoule, de la viande séchée, etc ; d’autre part, pour le rangement des provisions sèches : oignons, piments, ail, etc.

129 Rue Zqaq el-Rouah, n° 9 (zqaq = petit quartier).

130 Inscription cursive sur fond d’arceaux fleuris rappelant celle de l’entrée de Dâr Zouiten. A Meknès, nous en avons observé de semblables dans les ruelles proches de la Grande Mosquée et de la Medersa Bou Inania.

131 Ben Šeqrûn, nom d’origine juive — Ben Šuqrûn — provenant des Israélites émigrés d’Andalousie et convertis à l’Islamisme entre le xve et le xviie siècles. Cf. R. Le Tourneau, op. cit.. p. 67, 204, 212, 378. 451.

132 Ne pouvant permettre l’accès de front qu’à une seule personne.

133 Habité actuellement par une famille de locataires.

134 Porte maintenant disparue.

135 Cette disposition d’un étage ajouté aux terrasses des habitations citadines apparaît également dans les médinas de Rabat, Salé et Marrakech. Voir J. Gallotti, op. cit.. passim.

136 Vasque côtelée posée sur un socle carré orné de zellīj (haut. 0,23 m), à l’intérieur d’un bassin peu profond (0,25 m) en forme de carré étoilé, répété dans un encadrement du sol décoré de zellīj.

137 Surmontant chaque porte, un triptyque cintré en plâtre sculpté de palmettes et coquilles (sur réseau gravé) est entouré d’un bandeau épigraphique (« La paix de Dieu »).

138 Ainsi, côté Ouest, un groupe de deux pilastres réunis par deux petits arcs brisés superposés encadre à gauche la porte du sewān, à droite la partie murale précédant l’escalier.

139 L’entrecroisement des pilastres verticaux et des linteaux de bois horizontaux s’inspire de la structure des cours à galeries superposées. Par ailleurs, ces façades latérales rehaussées de hautes niches à fond plat pourraient rappeler l’aspect intérieur des riches patios tunisois de la période hafsido-turque. Voir Palais de Tunis. I, passim.

140 Au centre, plate-bande carrée (sīnīya) faite de zellīj de couleur (0,05 m), encadrés de blanc (0,025 m) ; côtés (rokanī) pavés de carreaux unis (0,10 m) disposés en carrés concentriques (noirs) alternant avec les couleurs habituelles (blanc, jaune brun, vert). De chaque côté de la porte, le mur se creuse d’une soupente (qaws) et d’une niche à fond plat (zāna). L’ouverture de la porte elle-même est toujours dissimulée par un double rideau transparent.

141 Communication orale d’Abd er-Rahman ben Šeqrûn, auquel nous sommes redevables des principaux renseignements concernant sa demeure. Nous lui exprimons ici nos vifs remerciements.

142 Côté Ouest, superposition de deux pièces ; côté Est, superposition de trois pièces — dont deux au-dessous de l’entresol.

143 Éclairage réduit à une étroite ouverture (alqa) dans le plafond.

144 Vestiges d’une hotte dont il ne subsiste que les deux traverses — inférieure et supérieure — servant auparavant de support à une garniture de plâtre autour d’une armature de roseaux.

145 Auprès de la ma‛da, l’angle mural a conservé l’ancienne conduite verticale en poterie qui permettait de faire monter l’eau jusqu’au niveau de la marīa (étage). Pavage de la dwīrīa en carreaux octogonaux non émaillés, complété par des zellīj.

146 A côté de l’entrée de la dwīrīa, apparaît une porte de communication — murée — avec l’une des habitations annexes (dâr eġira) de Dār Ben Šeqrûn.

147 Hammam situé plus haut que Dār Ben Šeqrûn.

148 Alimenté par une eau de source, ce puits (bīr) a été abandonné comme beaucoup d’autres depuis l’installation de l’eau courante, bien qu’incomplète, dans la médina de Fès.

149 Type de silo familial (herī) à rapprocher de ceux de Dâr Zouiten à Fès et de Dâr Mennouni à Meknès.

150 Au fond du couloir, une autre porte appartenait, sans doute autrefois, à l’une des anciennes dépendances de Dâr Ben Seqrûn.

151 Sur le côté droit du couloir.

152 Au-devant du patio, le palier supérieur de l’escalier d’entrée forme antichambre. On l’éclairait auparavant avec des lampes à huile (qandīl), placées dans de petites niches murales.

153 Piliers surmontés, comme d’habitude, par deux consoles superposées (plâtre orné et bois) soutenant un double linteau d’entablement au-dessous de la corniche supérieure (corbelets et tuiles creuses).

154 La principale ornementation de la cour carrée — à un seul niveau — ressort de la polychromie de ses zellīj.

155 Au niveau de l’écurie voisine.

156 Pavée de carreaux à émail clair.

157 Actuellement vide, à la suite des bouleversements du sous-sol.

158 (1793-1824). La demeure qu’ils occupèrent aurait été construite auparavant, remontant, selon les propriétaires actuels, à l’époque mérinide.

159 Appellation générique d’une ancienne famille arabe. Dār Ouled Manjūr est située, 24, Derb Sba ‘Lūyāt, « ruelle aux sept tournants ».

160 La présence de la Mosquée Qarawiyὶne, ainsi que de plusieurs médersas, souqs et fondouks, montre toute l’importance religieuse et commerciale acquise, depuis longtemps, par ce quartier ; cf. R. Le Tourneau, op. cit., passim.

161 Il s’agit pourtant d’une porte de remplacement, la porte originelle se trouvant actuellement exposée dans l’une des salles de boiseries anciennes au Musée du Palais Batha (selon les habitants actuels de Dār Ouled Manjūr).

162 La démarcation entre rez-de-chaussée et étage ressort d’une faible saillie de celui-ci sur chaînage et larmier en briques apparentes.

163 Ce mode d’enduit caractérise l’aspect extérieur de nombreux murs de Fès auxquels il assure à la fois protection et beauté. Au tournant de la ruelle, l’angle droit du mur a été remplacé par un arrondi pour faciliter le passage des bêtes de somme, comme les angles rabattus (à leur partie inférieure).

164 Dimensions : 4 x 6 m (environ).

165 Niveau du sol des portiques légèrement surélevé au-dessus de celui de la cour.

166 Porte sans arc — peut-être disparu.

167 Contraste avec l’élévation supérieure des bâtiments voisins dont les étages répètent la hauteur du rez-de-chaussée.

168 Pente du sol de la cour inclinée vers la sqāya et le trou d’évacuation des eaux usées et des eaux de pluie (absence de citerne — modfīya). L’uniformité du pavage principal de la cour en carreaux non émaillés (0,10 m) est rompue par les lignes de zellīj disposées transversalement — ligne blanche, ligne noire, etc.

169 Selon une coutume généralement observée ailleurs, dans des constructions de cette valeur. Voir supra et infra.

170 Absence actuelle de corniche en tuiles vernissées.

171 Conformément au mode de restauration tardif le plus fréquent.

172 Où l’on aurait pu remplacer l’ancienne décoration sculptée par une simple ornementation peinte tardivement.

173 Voir infra. les portes mieux conservées à l’entrée des chambres de Dār Demāna et de Dār Lazreq. Le Musée du Batha en possède également de très beaux exemples.

174 On connaissait déjà l’emploi souvent répété, dans une grande demeure, de cloisons ordinaires en bois, à l’intérieur d’une galerie — inférieure ou supérieure —, mais c’est la première fois que nous découvrons l’ancienneté et la valeur artistique de mlû, dont l’équivalent, à l’époque mérinide, ne semblait pas exister en dehors des portes monumentales et des plafonds ouvragés.

175 Peut-être les mlû de la chambre Sud étaient-ils reproduits devant la chambre principale (Nord).
Voir encore l’usage actuel des cloisons de bois dans les galeries inférieures de Dār Lazreq (infra).

176 Fontaine murale à arc brisé outrepassé de type traditionnel, actuellement désaffectée, placée à proximité de la dwīrīa. Près de l’entrée de celle-ci, un ancien puits a été également abandonné. De même a-t-on fermé, sur la terrasse, l’étroite ouverture servant autrefois de cheminée à la cuisine.

177 Supra : « Construction et décor ». Cf. Fès avant le Protectorat, passim.

178 Dimensions : haut. 2,60 m ; larg. 1,30 m ; épais. 0,085 m.

Cf. Catherine Amahan, « étude sur les bois sculptés d’époque mérinide ». (Thèse de 3e Cycle).

179 Haut. 6 à 7 m (environ). Double de la hauteur de chacune des pièces latérales superposées. Long. 9 m (environ). Cette grande chambre est réservée, comme autrefois, au chef de famille.

180 Selon l’habitude, la ārma est surmontée d’une dukkāna utilisée pour le rangement d’objets et d’ustensiles divers.

181 Cette pièce sert aujourd’hui de chambre au fils aîné de la famille Bennys (marié). La resserre à provisions qui la surplombe est accessible par une étroite ouverture arquée (extrémité chambre Nord), à l’aide d’une échelle. Infra : même disposition à Dār Demāna. Auparavant on comptait trois resserres superposées entre le rez-de-chaussée, entresol et étage.
Il s’y ajoutait une cave voûtée (dhalīz) au-dessous de la chambre Nord.

182 Un métier à tisser est installé maintenant dans l’une de ces pièces, prenant jour sur la cour par d’étroites fenêtres — fenêtre géminée entre deux petites fenêtres arquées) (côté Ouest). Le maître de maison, Mahmed Bennys, y exécute des tissus de soie, après avoir travaillé auparavant dans les ateliers Ben Chérif, réputés pour leurs brocarts rehaussés de fils d’or et d’argent.

183 Une disposition semblable, souvent adoptée pour pallier l’absence d’étage normal au-dessus du rez-de-chaussée, a été relevée dans d’autres médinas marocaines (Dār Nejjaro à Rabat, Dār Bellot à Marrakech, etc.).

184 Mission au Maroc de septembre 1983.

185 On désigne cette annexe sous le nom de itirâm.

186 Fréquence de cette pièce ouverte dans les anciennes demeures de Fès, Meknès et Rabat.

187 De style almoravide ou almohade.

188 Ainsi que dans le plafond de la bīt el-mâ du rez-de-chaussée.

189 Chambres s’ouvrant dans une porte à arc brisé surhaussé, édifiées au-dessus des chambres inférieures.

190 Haut. : 0,86 m.

191 Haut. : 2,00 m. La cage d’escalier aboutissant aux terrasses est couverte d’une curieuse petite terrasse s’abaissant par degrés successifs, côté Sud, avec gouttière.

192 El-Haj Mohammed el-Manjur habite l’une des pièces hautes.

193 Famille Bennys. Nom d’origine israélite. Cf. R. Le Tourneau, op. cit.. p. 378.

194 N° 59, Derb Sbitriyine, ou Derb el-Médersa Cherratine, qui se rattache aussi à l’une des grandes voies principales de la médina.

195 Cependant, cette hauteur particulière ne correspond le plus souvent qu’aux deux niveaux très élevés des rez-de-chaussée et premier étage sous terrasse (infra).

196 Aujourd’hui fermée, cette grande porte cloutée servait auparavant d’accès complémentaire aux habitants du quartier dont bénéficiaient naturellement les Lazreq.
A l’entrée principale de Dār Larzeq, deux éléments importants ont disparu, devenus aujourd’hui inutiles : à gauche de la grande porte et à l’abri du porche de l’impasse, une dukkâna aidait auparavant le maître à s’asseoir sur sa monture ou à en descendre, avec le secours de l’un de ses domestiques.
On sait que l’écurie (rwā) apparaît jusqu’à ce jour toute proche de la porte d’entrée et de celle de la marīa. Autrefois, une autre porte séparait le début du setwān et l’accès au rwà.

197 Dimensions de la porte d’entrée : haut. 2,66 m ; larg. 1,64 m (largeur totale avec cadre 1,80 m).

198 Il s’y ajoute encore la bordure générale d’une « cordelette » employée fréquemment ; au sujet de la figuration des rosaces sculptées dans le linteau des portes de la médina de Tunis, voir : Palais et demeures de Tunis ; L’habitation tunisoise, passim.

199 Ces deux portes complémentaires se trouvent à gauche de l’entrée principale. Une disposition semblable, que l’on peut observer fréquemment dans les riches demeures de Fès, a été également relevée à Tunis, op. cit.

200 Il semble que le style primitif de Dār Lazreq ait été mieux respecté que dans les maisons voisines, au moment de ses restaurations successives. L’une de ces maisons, de dimensions restreintes, a été acquise récemment pour les besoins de leur famille, par les Lazreq, qui la distinguent de la grande demeure (dār kebīra), sous l’appellation de dār eġîra.

201 Voir supra.

202 Emploi de moellons et surtout de briques groupées en assises de trois ou quatre rangées superposées. Largeur du mur inférieur : 0,70 m.

203 Maintien de cet enduit (en plâtre blanc) dans la restauration récente des murs extérieurs de la Mosquée Qarawiyine.

204 En l’absence de banquettes en maçonnerie (dukkāna), à l’entrée du sewān. on n’y a connu, parait-il, que l’emploi de sièges ronds tressés en palmier-nain (fertāla).
Habituées aux pentes souvent plus raides des rues de la médina, les bêtes de somme pouvaient aisément descendre celle du sewān jusqu’en son milieu — au-dessous de la alqa — pour le déchargement des sacs de céréales (voir infra).
Notons l’ouverture — d’usage courant à Fès — d’un puits de lumière (alqa), entre les deux arcs du plafond, pour l’éclairage et l’aération du couloir.

205 Porte avec portillon (ūa), sans heurtoir.

206 La tâche de ces portiers-gardiens était confiée auparavant à des esclaves (‛abd, ‛abid), vêtus, au début du siècle, des traditionnels turban et jellaba, et portant, au côté, poignard d’argent (anjar) et sac de cuir (škāra).

207 Encadrant celles des portes axiales à deux vantaux.

208 Arcs de redressement.

209 En bas, frise épigraphique eulogique en cursif ; en haut, frise de versets coraniques en coufique. A comparer avec les frises ornementales de même style à Dār Zouiten (supra) et dans les médersas mérinides.

210 Voir les belles portes d’époque mérinide et saadienne exposées au Musée Batha. L’une d’elles ressemble aux deux portes inférieures symétriques de Dār Lazreq (avec son complément exposé au Musée de Dār Si Saïd à Marrakech) — alternance de rosaces octogonales et cruciformes.

211 Médersas ‘Attarine, Mesbahya, Seffarine, Ṣahrij, Bou Inania...

212 Exécutés à double face, à l’extérieur et à l’intérieur de la pièce, et entourés d’un bandeau d’encadrement au-dessous d’un large panneau enrichi de rosaces entrelacées. S’y ajoutent encore les frises de même type longeant les plafonds.

213 A la suite de sa disparition, une partie de cette ornementation de plâtre sculpté n’a pas été restaurée. Observer aussi dans les façades latérales, entre linteaux et derbûz, les grands réseaux de lignes géométriques ponctuées de « coquilles » en quinconce, entourant les deux fenêtres géminées de l’entresol.

214 Voir supra.

215 Fixation des vantaux par leurs solides gonds en bois décoré (en haut : tâj ; en bas, rtâj).

216 Proximité de l’escalier de l’étage ainsi que des latrines de part et d’autre de l’accès de la dwīrīa.

217 Mobilier complétant le lit (ferāš) et son annexe (ârma).

218 Rareté de ces vestiges de frises en bois sculpté qui disparaissent sans doute au moment de la restauration des plafonds. Plus tard, on les remplacera par de simples frises peintes sur fond rouge, dans lesquelles seront reproduites les rangées d’arceaux traditionnels. Au-dessous, décor géométrique de frises en plâtre sculpté.

219 A cet endroit existent également des latrines à la disposition des habitants de la chambre Sud — conformément à une installation analogue près de la chambre Nord. A côté, un regard sur l’« oued » pour le réglage de l’eau à l’intérieur de Dār Lazreq. Pourvu d’une petite porte, ce passage particulier aurait permis, au maître, en dernier lieu, de se rendre directement à son magasin, situé au souq des cuirs.

220 Dimensions de la ārma : haut. 2,30 m ; long. (largeur de la chambre) 2,80 m ; larg. 0,85 m ; petite porte arquée, larg. 0,64 m. Pavage du sol à deux niveaux — entre début et fond, à gauche.

221 L’aménagement d’une soupente au-dessus du couloir contigu permet à la chambre Sud d’en bénéficier, cette disposition étant commune à beaucoup d’autres installations ultérieures.

222 Supra.

223 On pourrait voir là une application plus simple du mode d’extension vers la cour du lieu d’habitation, tel qu’il a été décrit à Dār Ouled Manjūr, avec l’introduction du mlū.

224 Utilisation habituelle des mules par les notables pour leurs déplacements à l’intérieur de la médina. R. Le Tourneau, op. cit.
En cas de besoin, on utilisait encore le rwā pour le parcage des bêtes de somme et des moutons, en dehors des chevaux et des mules — l’abri de l’ancien plafond à solives. Aujourd’hui, cet endroit est loué à des commerçants qui y entreposent des cuirs.

225 On peut observer la réalisation d’une même conception — superposition rwā-marīa — dans la partie antérieure d’une riche demeure bien connue, édifiée au xviiie siècle, Dār Adieu. Partagée en son milieu par deux grands arcs brisés outrepassés, l’ancienne écurie n’est éclairée que par les deux ouvertures supérieures (alqa) pratiquées, l’une au-dessus du sewān, l’autre à l’intersection de l’étroit couloir en chicane communiquant avec la dwīrīa, indépendamment d’une fenêtre haute avec grille donnant sur le derb.

226 Située entre le rwā et les bâtiments d’habitation, la dwīrīa et ses dépendances constituent un vaste ensemble, distinct des autres parties de Dār Lazreq. Accessibles par l’escalier voisin, quatre pièces se superposent à celles de la dwīrīa, leur usage répondant, dit-on, aux besoins de logement des dem et des magasins pour les réserves alimentaires.

227 Sqāya, avec bassin rectangulaire orné de zellīj. A côté, la ma‛da pour régulariser le débit de l’eau avec filtrage. Rappelons que la dwīrīa a disposé, de tout temps, de l’eau claire et potable de sa sqāya, alimentée par la même source (aīn) que la mosquée Qarawiyine, proche de Dār Lazreq.

228 Latrines découvertes pour la domesticité : de l’autre côté, latrines dissimulées (en chicane) pour les maîtres, près de la chambre Nord.

229 A l’intérieur d’une habitation citadine de cette importance, on peut s’étonner de ne trouver aucune installation de hammam privé annexée à la dwīrīa, comme nous en avons observé dans les maisons bourgeoises de Rabat.

230 De même que le sol de la cour, celui de la dwīrīa est aménagé avec un trou pour l’écoulement des eaux usées.

231 Une grande cuve en cuivre (tanjra) est nécessaire pour la cuisson préalable des viandes destinées à être conservées dans les jarres (fermées d’un couvercle fixé au plâtre).

232 La dwīrīa ne disposant pas, comme d’autres demeures, d’une porte particulière vers l’extérieur, c’est par l’étroit couloir de communication avec le rwā que s’effectuait jadis tout approvisionnement du dehors — légumes, moutons, volailles, etc. Quant à l’approvisionnement intérieur de la cuisine, renouvelé chaque jour, il appartenait à la négresse préposée à la préparation des repas des maîtres d’envoyer l’une de ses jeunes dem chercher le nécessaire dans les resserres de l’entresol — en l’absence de bīt al-zīn (ou bīt at-‛awla), au rez-de-chaussée. La même personne était chargée de veiller à la cuisson des différents mets dans des ustensiles en cuivre ou en argile, sur un feu de bois (ou charbon de bois) entretenu dans une rangée de fourneaux maçonnés.
On sait toute l’importance accordée, dans chaque demeure, au renouvellement annuel de ses réserves alimentaires, celles-ci nécessitant souvent une préparation spéciale. C’était le cas des préparatifs de conservation de la viande de bœuf (lea) qui constituait l’un des grands événements de l’année. La bête était alors amenée jusqu’au patio, où elle était égorgée et dépecée — avec l’aide fréquente d’un boucher (jezzār), avant cuisson dans un grand chaudron (anjra), cette dernière opération ayant lieu de préférence à l’intérieur de la dwīrīa, sinon dans la cour centrale. Avant toutes choses, on devait procéder aux fumigations rituelles.

233 Voir supra (Dār Bel-Hassen, Dār Zouiten...). A l’une des extrémités du herī. pouvait encore s’ajouter une petite ouverture arquée, seulement accessible à l’aide d’une échelle.

234 Rappelons que, dans certains cas, les herī offraient un lieu de repos supplémentaire, avec accès par une petite porte donnant sur l’escalier. En effet, les chambres domestiques et resserres à provisions, aménagées au-dessus de la dwīrīa, s’étendent à l’entresol compris entre galeries latérales inférieures (borâl) et supérieures (nbā) de la cour. On y trouve pareillement deux longues pièces à plafond bas, prenant jour sur le patio par une fenêtre médiane géminée et deux petites ouvertures latérales arquées. Deux chambrettes limitent ces pièces à leurs extrémités. La pièce la plus proche de la dwīrīa (sqalābīya) contenait auparavant des rangées de jarres pansues (zīr) ou à large col (abīa), voire des provisions sèches ; la seconde pièce (herī) était réservée aux céréales, avec accès supérieur par une trappe (mebeq), au milieu de la galerie correspondante.

235 Riches commerçants en tissus, les grands-parents des propriétaires actuels de Dār Lazreq possédaient encore d’importantes propriétés terriennes, notamment dans les régions d’El-Aïn et de Sidi Harazem.

236 On y descendait par une échelle, avant que la trappe supérieure ne fut condamnée, tandis qu’une petite trappe inférieure (serrâqa) servait au retrait des grains.

237 Utilisation de cet escalier étendue naturellement au service des maîtres par leur domesticité.

238 Comme au rez-de-chaussée.

239 Le seuil de toutes les portes des chambres apparaît surélevé au-dessus du niveau des galeries et du patio.

240 Pouvant évoquer l’ouverture d’un bhū.

241 Motifs floraux à demi-effacés.

242 Carreaux de 0,09 x 0,10 m sur un sol à deux niveaux — comme au rez-de-chaussée. Un carrelage émaillé de même type a été conservé dans les marches des deux escaliers soumis à moins de changements que les chambres et les galeries. La dukkāna surmontant la ārma sert, comme ailleurs, à divers rangements — coffres, ustensiles d’usage peu fréquent, etc.

243 Près de l’escalier menant à la marīa.

244 Communication orale des habitants actuels de Dār Lazreq.

245 Bīt el-mā (ou mīah), au-dessus de la dwīrīa.

246 L’ouverture octogonale sur le ciel (aujourd’hui fermée) du plafond de la courette semble correspondre à un aménagement de la marīa réalisé vers la fin du siècle dernier.

247 Les deux maārī, situées aux deux extrémités de Dâr Lazreq, auraient connu, paraît-il, des affectations différentes ; la marīa Nord — près du sewān — aurait été destinée à l’hébergement des fils adultes de la famille (dār el-‛azāra), tandis que la masrīa Sud était réservée à l’accueil des hôtes. On se souvient que la première marîa possédait un double accès, avec deux escaliers distincts, l’un partant de l’entrée — entre sewān et rwā —, l’autre de la galerie haute, permettant une double communication avec l’extérieur et l’intérieur de Dār Lazreq. Ajoutons que l’on pouvait aussi gagner — avant que la porte n’en soit condamnée — la demeure voisine, ou dār eġīra, rattachée à la grande demeure — grâce à une dérivation du premier escalier, établie au-dessus du porche de l’entrée. Lorsqu’il exerçait la profession de courtier immobilier (samsār), Hassan Lazreq se rappelle avoir vu une riche demeure pourvue de quatre maārī.

248 Par la porte d’une étroite pièce pourvue d’une dukkāna, réservée jadis à un gardien.

249 Murette doublée, intérieurement, de la corniche de tuiles vernissées — huit rangées — formant l’encadrement supérieur de l’ouverture sur la cour.

250 Les terrasses s’élèvent à des niveaux différents, la plus haute étant celle de la marīa autour de l’ouverture octogonale de son patio, la plus basse restant celle de la galerie circulaire (dār kebīra) autour de la cour principale.

251 Faites de tuyaux de poteries.

252 Descendants, dit-on, des Idrissides, les Chérifs Ouazzani forment l’une des sectes religieuses les plus renommées pour leur enseignement du soufisme. Cf. R. Le Tourneau, Fès avant le protectorat, Casablanca, 1949, p. 605 et 608.

253 Après que le Vizir Demnati eut fait don de son palais — avec d’autres bâtiments situés dans le même quartier — aux Chérifs Ouazzani, ceux-ci firent de l’ancienne résidence vizirielle un lieu d’asile et de secours pour certains déshérités de la ville, en y accueillant notamment les femmes abandonnées ou maltraitées par leurs maris, d’où l’appellation qui fut alors donnée au nouveau Dār el-Ouazzani, et qu’il a conservée jusqu’à ce jour : Dār Demāna (« Demeure providentielle »). Cette utilisation charitable est maintenant oubliée et remplacée par une location de l’ensemble. Font seulement exception une partie de la dwīrīa et le rīa voisin, occupés actuellement par la famille du propriétaire (Abd el-Qader el-Ouazzani el-Toumi et Abd es-Slam Bennani).

254 Grande fontaine de type traditionnel, dont l’arc brisé outrepassé encadre l’ornementation habituelle en zellīj.

255 Avec un seul heurtoir — anneau massif en fer.

256 Dimensions : porte : hauteur, 2,65 m ; largeur, 1,65 m ; épaisseur, 0,10 m ; portillon : 1,40 X 0,72 m.
Quelles que soient les dimensions de la porte d’entrée, celles de son portillon restent à peu près invariables, répondant à la même fonction, avec le passage d’une personne. Ici, la hauteur totale de la porte doit permettre l’accès d’un cavalier et de bêtes de somme (diamètre des clous : 0,0045 à 0,0072 m).

257 Cette sorte d’antichambre existe à l’entrée des riches demeures anciennes de Tunis et de celles du Caire. Cf. Palais et demeures de Tunis, 4 vol., op. cit. ; Palais et maisons du Caire (xive-xviiie siècles), 5 vol., I.F.A.O. ; 2 vol., C.N.R.S., passim.

258 Dimensions : hauteur, 3,60 m (environ) ; longueur, 4,34 m ; largeur, 2,30 m.

259 Largeur, 0,04 m.

260 Hauteur, 0,47 m ; profondeur, 0,42 m.

261 A l’intérieur d’un arc.

262 Double répétition de cette poutre et de ces consoles dans les autres parties du sewān.

263 Cette seconde porte apparaît dans le prolongement de la porte d’entrée (bāb al-dār), lorsque celle-ci est ouverte et rabattue contre le mur de l’antichambre (à gauche, en entrant). Cloutage fait également de six rangées de gros clous aplatis. La partie supérieure de la porte est pourvue aussi d’un solide heurtoir.
Par une petite porte ouvrant dans ce second sewān, on approvisionnait aisément du dehors un grand magasin à vivres aménagé entre habitation et rwā.

264 La quatrième porte (sur la cour) a été supprimée. Au-dessus de son ancien linteau, on peut encore admirer la belle parure de plâtre sculpté d’un réseau floral, répartie entre trois arceaux.

265 Rangées de carreaux (0,10 m) de même couleur, reliés entre eux par leur pointe — semblables à ceux de Dār Mzelja.

266 Des latrines existent en bas, auprès de l’escalier.

267 Hauteur totale : 14 m (environ).

268 A comparer avec l’aspect intérieur des grands fondouks qui montrent une structure de même nature avec galeries à piliers et derbūz superposés. Contraste actuel entre la blancheur des murs avec piliers et la teinte sombre des boiseries.

269 Supra. Dimensions : largeur galerie, 1,50 m ; pilier, 0,52 x 0,42 m.

270 Zellīj de couleur encadrés de blanc (0,05 + 0,05 = 0,10 m). Des anciens arcs de redressement de la galerie, il ne subsiste qu’un seul (côté Ouest) joliment décoré de palmettes. Les autres ont été remplacés par des tirants de bois.

271 Moins exposées aux méfaits des vents et pluies venant de l’Ouest (côté Est), les façades opposées présentent encore le décor intact de leurs plâtres et de leurs boiseries : réseaux losangés à fleurons et palmettes au-dessus des arcs reliant les piliers ; frises épigraphiques et rangées d’arceaux fleuris dans les linteaux. Au milieu et en haut de ceux-ci, panneau sculpté de motifs turquisants (fleurs épanouies et palmettes dentelées). Derniers travaux de restauration à Dār Demana effectués en 1966.

272 Voir supra. Dār Lazreq, Dār Ouled Manjūr...

273 Au-dessous d’un grenier (herī, zīn).

274 Diamètre : 0,40 m.

275 Carreaux de 0,10 m disposés en damier.

276 Décor de zellīj se prolongeant verticalement sur les montants de l’ouverture du borāl.

277 Garnies d’éléments de palmettes.

278 On y observe la figuration de la « pomme de pin » telle qu’elle apparaît également dans les consoles de bois sculpté d’époque mérinide.

279 Semblables aux petites portes arquées des ārma.

280 On connaît la faveur particulière de ce motif à l’époque mérinide (voir son emploi dans les belles portes exposées au Musée du Batha, à Fès — portes à deux battants, l’une en cuivre, l’autre en bois — ainsi que dans l’ancien minhar de la mosquée Qarawiyine).

281 Portes actuellement peintes uniformément en rouge brique.

282 Claustrum central garni de nids d’abeille ; claustra latéraux ornés de palmettes en champlevé.

283 Panneaux Est et Ouest.

284 Panneau Nord.

285 A ce besoin d’extension pourrait s’ajouter celui d’une séparation plus nette de l’escalier et de la dwīrīa, avec leurs fréquentes allées et venues domestiques.

286 Décor géométrique différent entre svastika du portail et rosace entrelacée des portillons — à écoinçons floraux.

287 Signe de forte ancienneté, la diversité ornementale qui caractérise les deux faces de ce panneau (externe et interne) disparaîtra plus tard. Un soin extrême s’y manifeste, à l’égal de celui que les stucateurs apportèrent au décor des médersas. Hauteur des panneaux : 0,70 m. Hauteur du plafond des chambres : 6,60 m ; hauteur de l’arc (au-dessus du sol) des alcôves extrêmes : 4, 96 m.

288 Claustra cernés par un listel gravé de fines palmettes.

289 Identité d’inscriptions pieuses entre les pièces des riches habitations citadines de Fès, Rabat, Tunis et du Caire (op.

290 On peut observer une répartition semblable dans les anciennes cours de la médina de Tunis, op. cit., passim.

291 Toute grande demeure fasie semble avoir disposé autrefois d’une ou de plusieurs chambrettes de cette nature, à l’usage des principaux responsables de la domesticité (voir supra).

292 Accessible par une échelle.

293 Près de l’entrée de la dwīrīa se trouve aussi l’un des ma‛da servant au réglage de l’eau.

294 Ce mode d’élévation de l’eau à l’étage paraît avoir été surtout utilisé dans certaines grandes demeures de Fès. Nous en avons encore relevé l’installation dans une ancienne habitation kairouanaise (Dar Bou Ras).

295 Latrines domestiques (découvertes) au fond de la dwīrīa.

296 Type de carrelage simple déjà relevé à Fès (voir Dār Lazreq, Derb Sibi Idir, et Dār Ouled Manjūr).

297 En raison de la pente de la ruelle et pour la commodité du service des maîtres.

298 Benīqa (ou herī).

299 Par une petite porte au niveau de l’entresol.

300 Soulignons l’importance accordée, dans la galerie supérieure, aux balustrades de bois tourné qui la protègent vers la cour (hauteur : 1,25 m). Bien que leur composition ornementale apparaisse plus simple qu’à l’étage de Dār Lazreq, on n’y distingue pas moins de trois types de derbūz, de proportions et d’aspect différents, dans l’ordre croissant suivant :
– étroit panneau vertical fixé aux deux piliers d’angle les plus rapprochés ;
– panneau carré intercalé aux piliers suivants ;
– longue balustrade s’opposant aux quatres portes axiales des chambres.
Les grandes dimensions de celle-ci ont nécessité l’emploi d’un solide et épais cadre en bois, renforcé, en son milieu, par un double montant. A l’intérieur de ce cadre, une grille de bois tourné oppose ses mailles serrées aux larges mailles des deux parties latérales.

301 Grille de balustrade à mailles serrées, aux quatre angles de la galerie ; plus large ailleurs.

302 Auprès de la chambre Est, une petite pièce, éclairée, au fond, par deux étroites fenêtres — et reliée à une resserre supérieure par une trappe (mebeq) — répondait-elle au même usage que celui que l’on a supposé, en bas, pour une chambrette proche du setwān ?
A l’autre extrémité de la galerie Est, une porte surélevée et arquée permet de rejoindre les escaliers de communication avec la marīa, les terrasses et le menzeh.

303 Au sol, également surélevé. Ici, les grands vantaux des portes sont ornés d’un simple cloutage sur leur face interne, la face externe présentant l’assemblage habituel de ses planches « en échelle » avec portillon arqué.

304 Reproduction, à l’étage, des motifs géométriques et floraux représentés au rez-de-chaussée.

305 Intrados des arcs en plâtre décoré (porte des chambres).

306 Surmontées, à leur partie supérieure, de dukkāna à usage de débarras.

307 Ainsi que le grenier de l’entresol.

308 On sait que l’alcôve du bhû apparaît moins souvent dans les intérieurs urbains au Maroc que dans les anciens appartements des médinas de Tunis et d’Alger, où ils pouvaient tenir lieu de salon. Palais et demeures de Tunis, passim ; G. Marçais, « La maison citadine tunisienne ; la maison citadine d’Alger », in Cahiers des Arts et Techniques d’Afrique du Nord. 7, Tunis, 1974, pp. 43 à 62.

309 Ces longues consoles de bois rappelleraient celles de la Qasba d’Alger si elles n’avaient la forme de madriers, commune aux multiples encorbellements des ruelles de Fès.

310 On remarquera l’absence de chambrettes latérales, de chaque côté du bhū, comme en possède généralement le qbū tunisois.

311 Notamment à Dūr Lazreq (voir supra) et à Dār Adiyel, deux constructions de même importance, édifiées, l’une au xvie siècle, l’autre au xviiie.

312 Cet escalier apparaît entre deux murs de briques sous enduit — rangées en assises inclinées ou en arête de poisson. Ses marches n’étant faites que de carreaux simples non émaillés, avec rebord en bois. Rappelons qu’il communique aussi, par une petite porte, avec l’entresol (herī) surmontant le borāl, et qu’il s’accompagne de latrines à son début (bīt el-mā).

313 Pièces louées actuellement à des artisans.

314 A l’angle Sud-Est du Dār Demâna.

315 Celui-ci est précédé d’une petite antichambre carrée, sobrement ornée d’une frise de rosaces entrelacées en plâtre sculpté et d’un pavage concentrique noir et blanc rehaussé de vert et d’ocre jaune (0,10 m). De l’ancienne marīa elle-même, nous l’avons dit, il ne reste que peu de choses ; la restitution de son aspect primitif ne peut être imaginée qu’après examen des vestiges décoratifs encore visibles sur certains murs. C’est ainsi que la pièce principale — transformée aujourd’hui en atelier de cordonnier, au plafond abaissé — a conservé le décor de plâtre sculpté ornant, d’une part, la base de l’arc de son bhūen face de l’ancienne porte (disparue) donnant probablement sur une cour intérieure — d’autre part, une ornementation murale plus élevée, côté Ouest (arc et frise).
Il est alors permis de penser qu’il s’agissait ici de la plus haute de plafond (5,70 m) des quatre chambres qui composaient les anciens appartements réservés à des hôtes de marque.

316 Onze piliers en briques. La partie inférieure de la marīa de Dār Demāna ne semble pas différer, dans son aspect général et son affectation primitive, des mêmes dépendances appartenant à d’autres riches demeures fasies — marīa à deux niveaux superposés, le premier affecté aux réserves alimentaires et au logement domestique, le second à l’hébergement des hôtes de marque.

317 Blé, orge...

318 Pois chiches, fèves...

319 En forme de T.

320 Des portes ont été parfois aménagées dans ces cloisons en planches, hautes de 1,50 à 2,00 m.

321 Le choix de cet endroit élevé et sec ne pouvait que rebuter les voleurs en raison de son accès difficile ; mais il constituait aussi une tâche pénible pour ceux qui devaient transporter, à dos d’homme, les sacs de céréales depuis l’entrée du Dâr Demâna jusqu’aux silos, par un escalier étroit et raide.

322 Cf. J. Gallotti, Le jardin et la maison arabes au Maroc, 2 vol., Paris, 1926, II, pp. 38 à 50. — J. Meunier, « La maison de plaisance au Maroc », in Cahiers des Arts et Techniques d’Afrique du Nord, 6, Toulouse, 1961, pp. 5 à 21. Dans sa forme de mirador élevé sur les terrasses, le menze fasi pourrait être comparé au kšuk tunisois (voir Palais de Tunis, passim).

323 On doit sans doute la hauteur particulière de ce menze au fait qu’il dominait un quartier appartenant aux Chérifs Ouazzani.

324 Au bas duquel se trouvait, semble-t-il, une logette domestique (qawsa).

325 Précédée d’une petite antichambre au niveau des terrasses du Dâr Demâna, sur lesquelles prend jour sa fenêtre barreaudée. Cette antichambre surmonte celle de la marīa et s’orne des mêmes carreaux de faïence et de la même frise de plâtre sculpté.
Depuis l’incendie de son plafond, en 1964, il semble que cette ancienne tour ait été complètement abandonnée aux pigeons.

326 En forme de meurtrières.

327 La principale fenêtre Sud apparaît dans une niche arquée — rappelant celle d’un mirāb.

328 La porte d’accès aux terrasses (côté Sud-Ouest) apparaît dans une élégante petite façade ocreuse, au-dessous d’un linteau à corbelets et corniche de tuiles vernissées.
En haut de la cage d’escalier éclairée par des meurtrières, le gardien disposait d’une dukkāna.
Le mur de clôture des terrasses laisse voir les alentours, grâce à ses meurtrières (côté Sud et Ouest) et ses ouvertures rondes en tuyaux de poterie (côtés Nord et Est).

329 L’installation insolite d’une tannerie avec tonneaux y fonctionne aujourd’hui.

330 Reposant sur quatre trompes en demi-voûte d’arête.

331 Bordure des arches faite d’une succession de larges lobes ; traces de réseaux floraux dans les écoinçons et sur les murs.

332 Après avoir découvert, en 1983, la première partie de l’ancien hammam attenant au Dār Demāna — dont il semble contemporain — c’est l’année suivante que nous est apparue, du haut des terrasses, la seconde partie du Ḥammām Ziana, aujourd’hui rattachée à la Zaouïa de Sidi Ahmed ben Ali Touhami el-Ouazzani, sur la cour de laquelle ouvre maintenant l’ancienne étuve. Depuis cette nouvelle affectation, le sol orné de zellīj montre l’emplacement de nombreuses tombes de chérifs inhumés à l’intérieur de la Zaouïa (rattachée, comme beaucoup d’autres, à la grande Zaouïa de Moulay Abd Allah Chérif à Ouazzan).

333 Proportions de l’étuve inférieures à celles de la première salle.

334 L’emplacement de la borma et son ancienne structure sont encore visibles aujourd’hui.

335 La haute voûte en berceau de l’une des pièces latérales a conservé sa rangée centrale d’ouvertures arrondies en tuyaux de poterie (tenfīsa).

336 Petite pièce souvent affectée autrefois à la toilette d’une nouvelle mariée.

337 Le riā possède encore, à son extrémité Nord, une porte secondaire donnant sur une ruelle en contrebas et en pente. Nous remercions M. ‛Abd as-Slam Bennani, ainsi que Mme Houdia Bennani, pour les renseignements qu’ils ont bien voulu nous donner sur leur riād et son ancien pavillon.

338 Réduction récente de l’ancien jardin, en raison du projet d’aménagement d’une voie nouvelle à cet endroit.

339 Soit avec orientation recherchée au Nord.

340 Le pavillon principal du riā disposait de deux portes de communication directe avec le medwūz de Dār Demāna et le Ḥammām el-Ġūla. On pouvait ainsi utiliser cet endroit comme lieu de repos, au sortir du bain.

341 Encadrement du jardin par des allées le plus souvent surélevées. Cf. J. Galloti, op. cit., passim.

342 Autour de la vasque, le soin apporté à l’ornementation du sol (zellīj) sur lequel elle repose rappelle une disposition analogue observée à l’intérieur du borāl de Dār Demāna, sans compter celles des sīnīya des chambres. Ici, une composition circulaire et polychrome de zellīj d’une grande finesse s’inscrit dans un parterre carré de zellīj moyens (0,05 m), entre les deux côtés pavés de carreaux émaillés (0,10), conformément à la distribution ornementale du sol des chambres.

343 Dans un encadrement de bois peint — sous corniche de tuiles vernissées — supporté par les quatre piliers du portique et de sa petite pièce annexe, au-devant du rīā ; piliers octogonaux prolongés en parallélépipèdes.

344 Plan carré.

345 Sur trompes en demi-voûte d’arête.

346 Lieu propice au repos, à la lecture et à la méditation.

347 ahrīj el-Ūdū — de forme carrée et surélevée — alimenté en eau de source.

348 Selon M. ‘Abd el-Qader el-Ouazzani, ce quartier aurait été acquis autrefois par Moulay Abd Allah Chérif.

349 Nous sommes redevables de ces renseignements à M. Rachid Bennani, dont la famille est alliée, de longue date, à celle des Ouazzani. Qu’il veuille bien accepter ici nos remerciements.
Connus pour leur ancienneté au Maroc, les Bennani, signalés par Ibn Khaldoun, semblent avoir déjà existé au Maghreb au temps des Almoravides.

350 Des tapis — voire de petits matelas — et des coussins devaient être étendus sur les zellīj de la terrasse.

351 Limitées à un seul rez-de-chaussée, avec courette sur laquelle donnent quelques pièces à plafond bas sous terrasse.

352 D’autres palais ont dû être édifiés sur l’emplacement des anciens palais mérinides. les souverains maghrébins ayant pour habitude de délaisser les palais de leurs prédécesseurs et préférant s’installer dans leurs propres constructions, suivant une coutume répandue également en Orient.

353 Et au début du xviie siècle.

354 Aspect général d’un atrium.

355 Voir Dār Caīd Bel Hassen, Dār Ben Šeqrûn et Dār Ouled Manjūr, bien que ces habitations comportent quelques pièces aménagées en retrait sur les terrasses, plus ou moins tardivement, et sans galerie de communication.

356 Voir Dār Sfaïria, Dār Zouiten, Dār Mzelja, (Petit) Dār Lazreq, ainsi que les deux premières maisons mérinides étudiées par A. Bel, B. Maslow et H. Terrasse.

357 Conformément à une règle fréquemment appliquée ailleurs. Cf. Palais de Tunis. Palais du Caire...
Voir (Grand) Dār Lazreq et Dār Demāna.

358 Chambres édifiées cependant dans de plus grandes proportions et comportant parfois une alcôve médiane (bhû).

359 Marīa répartie souvent entre deux niveaux superposés.

360 Notamment le dār el-‛azāra.

361 Ces anciennes propriétés ne sauraient être reconstituées sans l’aide des actes notariés correspondants, liés aux fondations habous.

362 L’usage des esclaves noirs existait encore au Maroc avant les deux dernières guerres mondiales.

Table des illustrations

Titre PLANCHE I
Légende Carte générale de Fès (mérinide).1 Jama‛ Beida2 Jama‛ Hamra.3 Medersa Bou Inania.4 Medersa Misbaliya.5 Medersa el-’Atarne.6 Medersa el-Sabrij.7 Zaouῐra de Moulay Idris.8 Jama‛ el-Qarawiyin.9 Jama‛ el-Andalous
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-1.jpg
Fichier image/, 424k
Titre PLANCHE J
Légende Plan d’une maison mérinide (A. Bel).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-2.jpg
Fichier image/, 468k
Titre PLANCHE K
Légende Plans d’une maison mérinide (B. Maslow) : 1. rez-de-chaussée ; 2. étage ; 3. terrasse.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-3.jpg
Fichier image/, 284k
Titre PLANCHE L
Légende Coupes avec élévations d’une maison mérinide (B. Maslow).Coupes avec élévation (B. Maslow) ; rez-de-chaussée (avec Derb Cherratine), entresol, étage et terrasses, côtés nord et est. Rez-de-chaussée : fontaine entre deux chambres (nord et sud) ; étage : galerie entre deux chambres hautes, la chambre sud élargie sur encorbellement, au-dessus du Derb Cherratine ; terrasse entourée de murs élevés (fig. 4 et 5).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-4.jpg
Fichier image/, 136k
Titre PLANCHE XVII
Légende Plan de situation.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-5.jpg
Fichier image/, 524k
Titre PLANCHE XVIII
Légende Plan du rez-de-chaussée (habitation principale).(Dār kebῑra) - Rez-de-chaussée1. setwān ; 2. wūsṭ al-dār ; 3. bīt ; 4. sqāya ; 5. bīt al-ẖzīn ; 6. miḥāḍ.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-6.jpg
Fichier image/, 188k
Titre PLANCHE XIX
Légende Plan de l’entresol.(Dār kebīra) – Entresol2. wūsṭ al dār ; 5, 7. chambre secondaire et resserre à provisions ; 8. vide de la chambre ; 9. maṣrīa.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-7.jpg
Fichier image/, 184k
Titre PLANCHE XX
Légende Plan de l’étage et des terrasses.(Dār kebīra) - Étage-terrasse2. vide de la cour ; 5. resserre.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-8.jpg
Fichier image/, 156k
Titre PLANCHE XXI
Légende Plan du rez-de-chaussée et de l’étage (annexe).(Dwīra) - Rez-de-chaussée (en bas)1. seṭwān avec derūj (relié par couloir à la demeure principale) ; 2. cour : 3. chambre ; 4. sqāya ; 5. maṭbāh ; 6. mīḥāḍ. Étage-terrasse (en haut) : 10. wūsṭ al-dār ; 3-7. chambre ; 5. cuisine ; 6. latrines ; 8. resserre ; 9 terrasse.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-9.jpg
Fichier image/, 220k
Titre PLANCHE XXII
Légende Deux coupes avec élévation.Coupe-élévation (dār kebīra) (côté ouest) (en bas) ; dwīra (côté sud) (en haut).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-10.jpg
Fichier image/, 160k
Légende Dar Zouiten - chambre Nord de l’étage
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-11.jpg
Fichier image/, 780k
Titre PLANCHE XXIII
Légende Plan de situation1. Dar Zouiten (2. Dar Bou Helal ; 3. Dar Sqolli).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-12.jpg
Fichier image/, 200k
Titre PLANCHE XXIV
Légende Plan du rez-de-chaussée (habitation principale et annexes).1. Entrée ; 2. cour ; 3. portiques ; 4. chambre Sud ; 5. chambre Nord ; 6. fontaine ; 7. escalier ; 8. latrines ; 9. Lieu d’ablutions ; 10. cuisine ; 11. entrée cuisine, communs ; 12. écurie ; 13. étable.Zaouīa : 14. salle de prière.Annexe : 16-17. magasin ; 24. couloir d’accès ; 25. courette d’habitation secondaire ; 26. chambre ; 27. pièce ouverte ; 28. cuisine.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-13.jpg
Fichier image/, 260k
Titre PLANCHE XXV
Légende Plan du rez-de-chaussée (dâr kebîra).1. Seṭwān ; 2. wūsṭ al-dār : 3. borṭal. (i) silo (herī) : 4. bīt (chambre Sud), (f) ferš, (g) ṭārma ; 5. bīt (chambre Nord), (f) ferš. (g) ṭārma, 6. sqāya, (a) bīr, (c) écoulement d’eau, (e) niche (lampe à huile) ; 7. derūj ; 8. mịhād : 9. bīt el-ūḍū. (d) miḥāḍ : 11. accès aux communs, (c) évacuation d’eau, (j) tuyau de descente d’eau.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-14.jpg
Fichier image/, 268k
Titre PLANCHE XXVI
Légende Plan du sous-sol.7. Escalier ; 15. cave.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-15.jpg
Fichier image/, 116k
Titre PLANCHE XXVII
Légende Plan du 1er entresol.2. Vide de la cour, (i) herī ; 4-5. vide de la chambre, (1) soupente-dukkāna ; 7. escalier (m) soupente ; 10. dwīrīa (h) cheminée d’aération, (1) dukkāna ; 18. msīd-école coranique (m) resserre ; 19. annexe du msīd(b) ma‛da, (h) ouverture d’aération, (j) conduite d’écoulement d’eau ; 20. chambrette (m) resserre ; 21. 1re maṣrīa - logement des hôtes (ou appartements annexes).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-16.jpg
Fichier image/, 148k
Titre PLANCHE XXVIII
Légende Plan de l’étage. 2.Vide de la cour ; 3. galerie (m) placard, (n) herī ; 21. 2e maṣrīa ; 22. chambre Sud (f) lit, (g) réduit ; 23. chambre Nord (f) ferš, (g) ṭārma : 24. chambrette domestique - de la dādā ; 25. logement domestique - de l’‛abd al-dâr (j) ; chute e.p.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-17.jpg
Fichier image/, 148k
Titre PLANCHE XXIX
Légende Plan du 2e entresol.2. Vide de la cour ; 7. escalier ; 22-23. vide des chambres (1) débarras ; 25 bis. logement domestique (partie supérieure) (j) chute e.p.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-18.jpg
Fichier image/, 120k
Titre PLANCHE XXX
Légende Plan des terrasses.2. Vide de la cour ; 7. escalier d’accès aux terrasses (m) débarras ; (j) chute e.p. ; (h) cheminée et ouverture d’aération.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-19.jpg
Fichier image/, 136k
Légende Coupe avec élévation (côté Est).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-20.jpg
Fichier image/, 316k
Titre PLANCHE XXXII
Légende Coupe avec élévation (côté Nord).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-21.jpg
Fichier image/, 304k
Titre PLANCHE XXXIII
Légende Plan de situation
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-22.jpg
Fichier image/, 404k
Titre PLANCHE XXXIV
Légende Plan du rez-de-chaussée.1. Sewān (a) bāb al-bamūs ; 2. wûs al-dār : 3. borṭāl (c) sinīya (parterre de zellīj) : 4. bīt (Nord), (b) ṭāqa, (c) sinīya ; 5. bīt (Sud) (b) ṭāqa ; (c) sinīya : 6. dwīrīa : 7. sqāya : 8. mīḍaḥ (d) alqûm. (e) alqa ; 9. derūj.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-23.jpg
Fichier image/, 220k
Titre PLANCHE XXXV
Légende Plan de l’étage.2. Vide de la cour ; 9. derūj ; 10-11. ġorfa : 12. bît el ẖzīn (c) ḥalqa, (f) mīḍaḥ ; 13. bīt el-ẖzīn ; 14. nbaḥ.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-24.jpg
Fichier image/, 140k
Titre PLANCHE XXXVI
Légende Plan de l’entresol (étage).2. Vide de la cour ; 9. derūj ; 10-11. vide des chambres ; 14. vide de la galerie ; 15-16. bīt el-ẖzīn ; (e) ḥalqa.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-25.jpg
Fichier image/, 128k
Titre PLANCHE XXXVII
Légende Terrasses.2. Vide de la cour ; 9. derūj ; 17. sṭaḥ (d) ḥalqūm, (e) ḥalqa.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-26.jpg
Fichier image/, 144k
Titre PLANCHE XXXVIII
Légende Coupe avec élévation (côté Sud).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-27.jpg
Fichier image/, 252k
Titre PLANCHE XXXIX
Légende Coupe avec élévation (côté Est).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-28.jpg
Fichier image/, 252k
Titre PLANCHE XL
Légende Plans de situation.1. Dâr Demana ; 2. Dâr Mzelja ; 3. Medersa el-Menia ; 4. Medersa el-Šrablὶyὶn.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-29.jpg
Fichier image/, 532k
Titre PLANCHE XLI
Légende Plans du rez-de-chaussée et de l’entresol.1. Bâb al-dâr, seṭwân ; 2. wūsṭ al-dār (a) fūm al-metmūra : 3-4. bīt (a) (ouverture de silo) ; 5. borṭal (e) porte murée ; 6. maṭbaẖ (c) madẖāna ; 7. dwīrīa (b) ma’da, (d) mīdah : 8. derūj ;9. 1re maṣrīa ou bīt el-ẖzīn (c) madẖāna, (f) dukkāna.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-30.jpg
Fichier image/, 220k
Titre PLANCHE XLII
Légende Plans de l’étage des terrasses.2. Wūsṭ al-dār ; 8. derūj ; 10. nbāḥ (h) ḥalqūm ; 11-12. ġorfa (g) ṭārma ; 13. bīt el-ẖzīn ou sqalābīya, (c) madẖâna ; 14. sṭaḥ.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-31.jpg
Fichier image/, 216k
Titre PLANCHE XLIII
Légende Coupe avec élévation (côté Nord).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-32.jpg
Fichier image/, 232k
Titre PLANCHE XLIV
Légende Plans de situation.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-33.jpg
Fichier image/, 536k
Titre PLANCHE XLV
Légende Plan du rez-de-chaussée.1. Seṭwân ; 2. wūsṭ al-dār (a) bît, (b) vigne : 3. bīr (i) ṭārma ; (r) sīnīya ;4. bīt (h) ṭāqa (r) sīnīya ; 5. bīt (h) ṭāqa : 6. bīt el-ẖzīn (p) ; 7. dwīrīa (d) ma‛da. (e) ḥalqa. (f) mā sẖon (du ḥammām) ; 8. sqāya (g) qādūs. (h) tāqa ; (1) miḍāh ; 9. bīt ṣeġîr ; 10. herî (c) ouverture inférieure (retrait grain) ; 11-12. derūj (h) ṭāqa ; 13. rwā ;14. bīt et-srūj (h) ṭāqa : 38. petite dwīrīa de la maṣrîa (d) ma‛da, (‛) mīḍaḥ (p) qādūs.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-34.jpg
Fichier image/, 256k
Titre PLANCHE XLVI
Légende 2. Wūst al-dār ; 3-4-5. vide des chambres ; 11. derūj ; 15. herī : 16-17. bīt el-ẖzīn. maṣrīa (ou dār al-‛azāra ; 31. drība : 32. derūj (m) ḥalqa, bāb al-dār ; 33. wūsṭ al-dār : 34. borṭāl (p) qādūs : 35-36. bīt.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-35.jpg
Fichier image/, 228k
Titre PLANCHE XLVII
Légende Plan du 1er entresol (2e partie).2. Wûsṭ al-dār ; 3-4. vide des chambres ; 7. vide de la dwīrīa (e) ḥalqa ; 11. derūj ; 18. bīt el-ẖzīn ; 19. herī (m) ḥalqa, (n)trappe du silo ; (o) accès au silo par échelle ; 20. bīt al-ẖzīn(p) qādūs ;32. vide de l’antichambre (maṣrīa) ; 33-34. vide de la cour et des portiques ; 35-36. vide des chambres.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-36.jpg
Fichier image/, 208k
Titre PLANCHE XLVIII
Légende Plan de l’étage avec terrasses.2. Vide de la cour ; 11. derūj ; 21. courette ouverte ; 22-23. ġorāf ; 24. ṣāla (i) chambrette ; 25. réduit (1) miḍāḥ, (p) ḥalqūm ; 26. ṣṭaḥ (m) ḥalqa : 27. dwīrīa (e) madẖāna, (1) mīḥāḍ ; 39. sāla ; 40. sṭaḥ (p) ḥalqūm.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-37.jpg
Fichier image/, 240k
Titre PLANCHE XLIX
Légende Plan du 2e entresol.2. Vide de la cour ; 11. escalier ; 21-22-23-24. vide des pièces de l’étage (q) débarras ; 29. dwīrīa (e) cheminée.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-38.jpg
Fichier image/, 120k
Titre PLANCHE L
Légende Plan des terrasses.2. Ḥalqa : 30. terrasses (e) cheminée.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-39.jpg
Fichier image/, 116k
Titre PLANCHE LI
Légende Coupe avec élévation (Côté Sud-Ouest). À gauche, superpositon maṣria-rwā ; à droite, wūsṭ al-dār
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-40.jpg
Fichier image/, 132k
Titre PLANCHE LII
Légende Coupe avec élévation (côté Nord-Ouest).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-41.jpg
Fichier image/, 144k
Titre PLANCHE LIII
Légende Plans de situation.1. Dār Ouled Manjūr ; 2. Dār Lazreq ; 3. Rās Cherratine ; 4. Médersa el-Seffarine ; 5. El-Qarawiyine ; 6. Médersa el-Attarine ; Médersa Mesbahia.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-42.jpg
Fichier image/, 560k
Titre PLANCHE LIV
Légende Plan du rez-de-chaussée.1. Sewān ; 2. wūs al-dār ; 3. nbāḥ ; 4. bīt (g) ṭārma ; 5. bīt al-zīn ; 6. nbāḥ (e) melwa, (d) sqâya ; 7. bīt (a) ṭāqa ; 8. borṭāl ; 9. dwīrīa, (f) mīḍāḥ ; 10. sqalābīya (b) bāb al-bhamūs ; 11. derūj (c) ; derūj.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-43.jpg
Fichier image/, 236k
Titre PLANCHE LV
Légende Plan de l’entresol.2. Vide de la cour ; 3. vide des portiques : 4-7. vide des chambres (h) dukkāna ; 11-12. escaliers ; 13-14. resserres à provisions (ou chambres secondaires) (g) réduit ; 15. resserre.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-44.jpg
Fichier image/, 172k
Titre PLANCHE LVI
Légende Plan de l’étage et des terrasses.2. Vide de la cour : 11. escalier ; 17-18. chambres (g) cabinet de toilette ; 19-20. pièces annexes ; 21. terrasse.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-45.jpg
Fichier image/, 164k
Titre PLANCHE LVII
Légende Plan de situation.1. Dār Lazreq ; 2. Moulay Idris ; 3. Médersa Cherratine ; Mosquée Qarawiyine.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-46.jpg
Fichier image/, 272k
Titre PLANCHE LVIII
Légende Plan du rez-de-chaussée.1-2. Seṭwān (a) alqa ; 3. wūs al-dār (c) rša ; 4. melwaḥ (ou boral) : 5. nbā ; 6. bīt (b) ; 7. bīt (b) ṭārma ; 8. medwāz (d) miḍāḥ, (e) qādūs. (f) bāb ; 9-10. bīt el-dem ; II. deruj : 12-13. dwirīa (a) alqa. (d) mada. (g) sqāya, (h) maba ; 14. medwāz (a) alqa ; 11 bis. derūj al-marīa : 15. bād al-rwa : 16. mīḍa : 17. rwā (j) ṭāqa.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-47.jpg
Fichier image/, 124k
Titre PLANCHE LIX
Légende Entresol (rez-de-chaussée)1-2. Vide du couloir d’entrée (a) puits de lumière ; 3. vide de la cour ; 5-6-7. vide des galeries et des chambres ; 11. escalier de l’entresol et de l’étage (a) puits de lumière et d’aération ; 11 bis. escalier du logement des hôtes (a) puits de lumière ; 17. vide de l’écurie ; 18. accès au grenier (herī) ; 19. grenier (m) trappe d’accès par échelle aux galeries de l’étage, (1) ouverture inférieure pour retrait des grains ; 20. réserves alimentaires (jarres) ; 21-21 bis. resserres (à deux niveaux) ; 22. vide du couloir (a) puits de lumière ; 23. pièce domestique ; 24. réduit.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-48.jpg
Fichier image/, 164k
Titre PLANCHE LX
Légende Plan de l’étage.3. Wûsṭ al-dār ; 11-11 bis. derūj (a) ḥalqa ; 25. bīt el-ẖdem ; 26. nbaḥ (m) trappe du herī. (n) (qâdûs), (p) communication avec maṣrīa Sud ; 27. ġorfa (b) ṭārma ; 28. ġorfa (b) ṭārma, (a) mīdāḥ ( ?) ; 29-30. 1re maṣrīa (d) mīdāḥ.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-49.jpg
Fichier image/, 148k
Titre PLANCHE LXI
Légende Plan du 2e entresol.11-11 bis. Derūj (a) ḥalqa ; 3-26-27-28. vide de la cour des galeries et des chambres (k) dukkāna. (n) ḥalqūm ; 31. bīt el-ẖdem 32. wūsṭ al-maṣrīa ; 33-34. biyūt.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-50.jpg
Fichier image/, 180k
Titre PLANCHE LXII
Légende Plan des terrasses.3. Ouverture de la cour (ḥalqa) ; 11-11 bis. derûj (a) ḥalqa ; pièce haute (garde des terrasses) ; 36. sṭaḥ (n) ḥalqûm ; 37. sâla (ou menzeḥ).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-51.jpg
Fichier image/, 208k
Titre PLANCHE LXIII
Légende Coupe avec élévation (Côté Nord-Ouest).Cour centrale précédée du rwā sous la maṣrīa à deux niveaux
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-52.jpg
Fichier image/, 204k
Titre PLANCHE LXIV
Légende Coupe avec élévation (côté Sud-Ouest).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-53.jpg
Fichier image/, 152k
Légende Vue générale des terrasses de Fès
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-54.jpg
Fichier image/, 856k
Titre PLANCHE LXV
Légende Plans de situation.1. Dār Demāna ; 2. Dār Mzelja ; Médersa al-Menia ; 4. Médersa al-Šerrabliyne.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-55.jpg
Fichier image/, 548k
Titre PLANCHE LXVI
Légende Plan général avec annexes (rez-de-chaussée).4. Wūs al-dār ; 7. borṭāl ; 8-9-10. bīyūt ; 16. dwīria ; 17. medwūz ; 18. bīt abṣābūn ; 23. bhū (ou qubba) ; 24-25. menzeh : 27. rwâ ; 28. bāb hammām al-ġūla (ou gelsa) ; 29-30-31. bīt al-barrānī (bīt al-bāred) ; 32. bīt al-ūsanī ; 33-34. bīt al-datānī (ou bīt al-son) (p) mīḍaḥ ; 35. mehāra (q).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-56.jpg
Fichier image/, 308k
Titre PLANCHE LXVII
Légende Plan du rez-de-chaussée.1. Bāb al-dār (a-b) dukkāna ; 2-3. sewān (c) mīḥād ; 4. wūs al-dār (e) (rša) ; 5. nbaḥ (m) (qādūs) ; 6. derūj (1) ma‛da ; 6 bis. derūj ; 7. borṭāl (d) ršaḥ ; 8-9-10. biyūt (b) ṭāqa, (n) ṭārma ;11. bīt ‛abd al-dâr ; 12. bīt al-ūdū ( ?) : 13. bīt al-ẖdem ( ?) ; 14. bāb al-dwīrīa ; 15-16. dwīrīa ; 17. medwūz : (c) mīḍāḥ, (1) bāb al-ammām ; 18. bīt al-ṣābūn (g) ma‛da ; (g) bīr, (h) qādūs-, 19. bīt Lalla Mīmūna ; 20. bāb al-menze :21. bīt al-ūḍū (c) mīḍāḥ. (f) ma‛da ; 22. annexe ; 23. bhū ; 24. menzeh (b) ṭāqa. (1) bāb el-ammâm. (k) ahrīj. (1) bīr ( ?) ; 25. wūs al-menzeẖ (d) ršaḥ ; 26. bāb al-ryād.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-57.jpg
Fichier image/, 288k
Titre PLANCHE LXVIII
Légende PLANCHE du 1er entresol.4-5. Vide de la cour et des galeries ; 6-6 bis. escalier ; 8-9-10. vide des chambres ; 16. vide de la dwīrīa : 36. grenier 37-38. resserres ; 35-39. logement des hôtes (populaires) et grenier.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-58.jpg
Fichier image/, 236k
Titre PLANCHE LXIX
Légende Plan de l’étage.4. Wūst al-dār ; 5. nbāḥ ; 6-6 bis. derūj ; 39-40-41-42. ġorāf (r) bhū ; 43. réduit ; 44. mīḍāḥ ( ?) ; 45. bīt al-dādā ; 46. mīdāḥ ( ?) ; 48. maṣrīa (logement des hôtes) ; (à côté), partie disparue (essai de restitution).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-59.jpg
Fichier image/, 184k
Titre PLANCHE LXX
Légende Plan du 2e entresol. 4.Vide de la cour ; 6-6 bis. escaliers ; 39-40-41-42. vide des chambres de l’étage ; 49. pièce haute (N.W.) ; 50. terrasse (m) écoulement d’eau.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-60.jpg
Fichier image/, 156k
Titre PLANCHE LXXI
Légende Plan des terrasses.4. Ḥalqa ; 6-6 bis. derūj (t) dukkāna : 50. sṭaḥ ; 51-52. borj.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-61.jpg
Fichier image/, 156k
Titre PLANCHE LXXII
Légende Coupe avec élévation (côté Est).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-62.jpg
Fichier image/, 264k
Titre PLANCHE LXXIII
Légende Coupe avec élévation (menzeh) (devant ryâd).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2314/img-63.jpg
Fichier image/, 59k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Mollatamazon.fr