Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et demeures de Fès

 | 
Jacques Revault
, 
Lucien Golvin
, 
Ali Amahan

L’architecture domestique aux époques Mérinide et Saadienne (XIVe-XVIIe siècles)

Introduction

Texte intégral

1Le Maroc n’est séparé de l’Espagne que par le détroit de Gibraltar, aisément franchissable depuis des temps immémoriaux. C’est d’Espagne que lui sont venues les invasions barbares, c’est du Maroc que devaient partir les troupes musulmanes à la conquête de l’Europe occidentale. Le fait que l’Andalousie se soit trouvée apparemment coupée du reste du monde musulman après l’avènement (ou la Renaissance) de la dynastie des Omaiyades, n’est, en fait, qu’illusoire lorsqu’on songe que les grands Califes de la Dynastie, ainsi que leurs successeurs, n’ont jamais cessé de recruter leur milice en terre de Berbérie. Sans insister davantage ni rappeler des faits historiques bien connus, l’Andalousie a toujours été en contact avec le continent africain par la voie du Maroc. Ce dernier pays est alors apparu, à bien des observateurs, comme le prolongement naturel de l’Espagne islamisée, puis comme le fidèle héritier d’une des plus belles civilisations musulmanes.

2Cette théorie, largement appuyée par des témoignages tangibles, est loin d’être négligeable, elle mérite cependant quelques correctifs qui, au demeurant, ne sauraient la condamner.

3Une frontière mouvante, imprécise, sépare le Maroc de son voisin immédiat, l’Algérie, aucune frontière sérieuse ne le borne au Sud.

  • 1 H. Terrasse, La mosquée des Andalous à Fès, Paris, éditions d’art et d’histoire, t. I, pp. 40 et s (...)

4A la période des Idrisides (ixe siècle), Tlemcen, Nédroma, font partie du domaine marocain. Plus tard, au xe siècle, les Fâtimides se rendent maîtres de tout le Maghreb, conquête éphémère, certes, mais elle suffit cependant à introduire au moins un témoin artistique indéniable de cet événement avec ce beau minbar de la mosquée des Andalous à Fès, dont le caractère oriental a déjà été signalé1.

  • 2 L. Golvin, Recherches archéologiques à la Qal’a des B. Hammād, Paris, Maisonneuve et Larose, 1965, (...)

5Au xie siècle, les conflits entre grandes tribus berbères ont amené des échanges culturels évidents dans le domaine de l’architecture militaire, telles ces entrées en avant-corps et en chicane communes aux Berbères du Maghreb central et à ceux du Maghreb al-Aqṣā2. A cette époque, l’anarchie politique en Espagne islamisée, par un de ces paradoxes fréquents dans l’histoire de l’humanité, favorise les particularismes locaux, elle libère les artistes autant que les intellectuels du carcan de la tradition. La poésie s’affranchit des clichés usés, les sculpteurs se livrent à une relative fantaisie imaginative. Les uns et les autres restent cependant freinés dans leur élan par l’énorme poids d’un héritage qui, inconsciemment, interdit les évasions aventureuses. L’art de la Aljaferia de Saragosse ouvre pourtant une ère nouvelle qu’exploiteront les Almoravides.

6Plus que jamais, au xie siècle, le détroit est devenu un pont entre deux continents, la belle civilisation andalouse envahit l’Ouest de la Berbérie, le Maroc surtout, mais aussi l’Algérie occidentale jusqu’à Alger qui marque les limites de la progression vers l’est des hommes voilés. Plus audacieux, leurs successeurs, les Almohades, réussiront ce tour de force d’unifier sous la même bannière tout l’Occident musulman, depuis Cordoue jusqu’à Tripoli. L’art hispano maghrébin pénétrera jusqu’à Tunis, mais le grand empire ne résistera pas à sa première défaite. Las Navas de Tolosa sonne l’heure du repli et annonce la dislocation politique qui verra se reformer, au Maghreb, un triptyque déjà bien connu auparavant. Le Maroc passe sous l’autorité des Mérinides, Tlemcen sous celle des ‛Abd al-Wâdides, issus des mêmes régions présahariennes ; la Tunisie voit s’ouvrir l’ère d’une longue dynastie, elle aussi issue du Maghreb al-Aqṣā, celle des Ḥafṣides.

7En Espagne, la Reconquête a toléré la formation d’un microcosme politique indépendant, celui des Naṣrides de Grenade qui, par une habile, mais peu glorieuse politique de bascule, assureront la survie de l’Islam d’Espagne jusqu’en 1492.

  • 3 Nous adoptons l’orthographe maghrébine médersa, le terme classique étant madrasạ.

8Dans ce petit état étroitement surveillé par les états chrétiens et convoité par les parents d’Afrique du Nord, la civilisation andalouse n’est pas seulement un pâle reflet des splendeurs du passé. Un art raffiné s’exprime à l’Alhambra et ailleurs, à Alméria, à Malaga, à Murcie... Les Mérinides, qui tiennent pendant très longtemps garnison à Grenade, ne sont pas sans apprécier les charmes de cette civilisation éblouissante à leurs yeux et, c’est tout naturellement qu’ils l’importent au Maroc, tant dans leurs constructions religieuses : mosquées, médersas3, que dans d’autres fondations d’intérêt public : hôpitaux, fondouks, enfin, dans les demeures privées : palais et maisons bourgeoises.

  • 4 Berbères, III, p. 180 — Une telle prospérité n’était d’ailleurs pas nouvelle à Fès. On avait signa (...)

9Évoquant le règne de Abū Rabi‛ (708-710 H / 1308-1310 J.-C.), Ibn Khaldûn écrit : « le règne de ce prince fut une époque de bonheur, de paix et de prospérité pour tout l’empire. On acheta des immeubles avec tant d’empressement que le prix en augmenta prodigieusement de sorte qu’à Fez, beaucoup de maisons se vendirent chacune mille dînars d’or monnayé. Tout le monde se mit à bâtir de grands logements, à élever des palais en pierre et en marbre et à les orner de plaques de faïences (mosaïque de faïence) et d’abaresques »4.

10Cette prospérité, un instant compromise par quelques événements politiques sous les successeurs de Abū Rabi‛, devait s’accroître encore sous les règnes de Abū’l-Ḥasan (732-752= 1331-1351) et de Abῡ’lnān (752-759= 1351-1358). C’est l’époque où, parallèlement aux entreprises militaires d’envergure, on bâtit de nombreuses et fort belles mosquées, des zāwiyas, des hôpitaux et, surtout, ces merveilleuses médersas qui comptent encore, à l’heure actuelle, parmi les chefs-d’œuvre de l’art musulman. Nul doute qu’à ce zèle pieux des souverains, correspondait une ère de prospérité intérieure qui vit les grands bourgeois de Fès élever des demeures vastes et luxueuses, occupant parfois tout un quartier de la ville, avec des jardins privés aux norias de bois dressées sur les multiples bras de la rivière.

  • 5 Berbères, III, pp. 240-241. Il n’est pas impossible que ces relations, poursuivies sous Abῡ’Inān, (...)

11A cette époque également, des relations assez suivies s’établissent entre les Mérinides et les Sultans mamelouks du Caire, en particulier sous le règne de Qalā’ῡn. Des échanges d’ambassades et de fastueux cadeaux, scellent cette amitié5. Libéré, pour un temps, des affaires andalouses, Abῡ’l-Ḥasan lance une grande offensive vers l’Est. Il s’empare de Tlemcen en 1337, et dix ans plus tard, il est maître de tout le Maghreb, ayant mis fin aux dynasties’abd al-Wādides et ḥafṣides. Le souverain zénète séjourne à Tunis où il a amené du Maroc une cohorte de savants qui devaient éblouir le jeune ‛Abd al-Raḥmān Ibn Khaldῡn et influer, à n’en pas douter, sur toute sa carrière. Malheureusement pour lui, Abῡ’l-Ḥasan ne réussit pas à se maintenir plus de quelques mois dans la capitale tunisienne ; vaincu près de Kairouan, assiégé ensuite dans Tunis, il doit se résoudre à se replier sans gloire sur le Maghreb central où des conflits familiaux l’opposent à son propre fils. Les Ḥafṣides, délivrés, se réinstallent à Tunis, les ‛Abd al-Wādides, de leur côté, récupèrent leur capitale Tlemcen. Pourtant, les Mérinides devaient une nouvelle fois réussir l’exploit d’annexer toute l’Afrique du Nord, sous le règne de Abῡ’Inān, le fils et successeur de Abῡ’l-Ḥasan. Tlemcen est investie en 1352, l’offensive victorieuse ne s’arrêtera qu’à Tunis en 1357, mais le triomphe sera plus éphémère encore que la première fois. Abῡ‛Inān, vaincu, doit se replier en hâte sur le Maroc, Ḥafṣides et ‛Abd al-Wādides réapparaissent. Ce second et cuisant échec devait marquer le début de la décadence de la dynastie qui allait connaître une longue agonie jusqu’à son extinction vers 1465.

12L’histoire de Fès ne s’arrête évidemment pas avec la chute des Mérinides, la grande cité connaîtra encore des périodes fastes alternant avec des moments plus sombres, mais, en dépit des tentatives d’un Mûlay Ismā’il qui rêva de transférer la capitale à Meknès, elle restera, jusqu’aux temps modernes, le cœur d’un Maroc replié sur lui-même, surtout après la chute de Grenade et la main-mise de la « Sublime Porte » sur la Berbérie orientale, Libye, Tunisie et Algérie.

13Ce resserrement à l’intérieur de ses frontières allait avoir pour conséquence un conservatisme farouche que ne devaient pas entamer (bien au contraire), l’implantation portugaise sur la côte atlantique et celle des Espagnols sur la Méditerranée et sur le Sud du pays.

14Par un bref raccourci qui, de ce fait, trahit quelque peu la réalité des faits, on pourrait dire que les grands concepts, mûris à la période des Mérinides, ne devaient plus évoluer sensiblement. Dès lors, perdant peu à peu l’esprit qui les animait, ils ne pouvaient que s’étioler faute d’une ère nouvelle.

15Quoi qu’il en soit, les rares témoins de l’architecture domestique à Fès, attestent des principes bien définis que nous retrouvons, conservés en grande partie, dans les maisons plus récentes, jusqu’au début du xxe siècle, persistance assez extraordinaire d’une tradition qui avait, dès le xive siècle, atteint une sorte de perfection. On est alors amené à se demander si cette parfaite adaptation est le fruit d’une lente évolution guidée par des impératifs socio-culturels, ou s’il s’agit, plus simplement, d’une transplantation pure et simple de concepts architecturaux en vogue à Grenade.

  • 6 Cf. al-Bakrῑ, Description de l’Afrique septentrionale, texte et trad. de Slane, Paris, Maisonneuve (...)

16Faute d’éléments suffisants pour trancher sans ambiguïté une telle question, on peut sans doute admettre, sans trop de risques, que les deux facteurs ont joué. La mode andalouse, si séduisante, a certainement exercé un attrait quasi irrésistible aux yeux des riches fasis ; mais, il est hors de doute qu’il existait également, sur place, à Fès, une tradition locale conditionnée par les facteurs géographiques très particuliers à cette ville. C’est ainsi qu’il faut accorder une place prépondérante à l’abondance de l’eau, à cet oued qui, dès la fondation de la cité, se ramifiait en de multiples bras porteurs de tous les éléments vitaux essentiels et collecteurs naturels des égouts. Du plus loin que l’on remonte dans le temps, Fès a eu ainsi ses jardins privés jouxtant les maisons et ses célèbres norias6. La configuration des demeures devait donc être adaptée en fonction de cet impératif vital qui, pour ne citer qu’un exemple, rendait difficile l’existence de caves, qui imposait des règles particulières pour l’établissement des fondations, qui, enfin, organisait la vie autour de cette richesse locale.

17La tradition, ou plutôt, la mode andalouse, a dû ainsi s’adapter à des circonstances particulières, elle fut, en quelque sorte, beaucoup plus une assimilation qu’une transplantation.

18Mais, que sait-on exactement de la maison mérinide ?

Ce que l’on peut tirer des textes des auteurs arabes contemporains des Mérinides

  • 7 On suppose qu’il s’agit de al-Šalâlhî auquel on a attribué, à tort, un ouvrage intitulé Kitāb al-‛ (...)

19Nous avons jugé utile de rapporter ici les textes arabes que nous avons pu consulter et qui, à des titres divers, nous fournissent quelques indications sur l’architecture domestique à la période des Mérinides. Tous ou presque, s’accordent à souligner cet engouement général pour l’art de bâtir, conséquence d’une situation économique florissante signalée précédemment. La plupart des auteurs étant contemporains ou presque, nous n’avons pas suivi un ordre chronologique pour ces citations7.

20Le voyageur syrien al-‛Umari a-t-il vraiment visité Fès ? Il semble qu’il emprunte son récit à des auteurs maghrébins. Son texte peut se rapporter alors à la première moitié du viiie = xive siècle et, plus particulièrement au règne de Abῡ‛Uṯmān II (710-731 = 1310-1331) et à celui de Abῡ’l-Ḥasan (732-752- = 1332-1351).

21« Les constructions de Fez (nous dit-il) et ses annexes sont toutes superbes, magnifiques, bien qu’elles n’atteignent point à ce que fut Marrakech...

22A Fez l’ancienne, à l’intérieur de la muraille, s’étendent dans les demeures des grands et dans les maisons des notables, des jardins et des vergers avec arbres et fleurs. De nombreux moulins y tournent sur l’eau ; il y en a près de quatre cents, selon es-Salâlhi ( ?).

  • 8 Sur cette technique, cf. Ibn Khaldῡn, infra.
  • 9 Marqueterie de céramique (v. technique). On peut voir, au Musée archéologique de l’Alhambra d’impo (...)
  • 10 Il semble que l’auteur fasse allusion aux coupoles de bois, en caisson ou à stalactites qui surmon (...)
  • 11 Passage peu clair que l’on doit pouvoir interpréter ainsi : deux salles se faisant vis-à-vis, préc (...)
  • 12 Tr. Gaudefroy-Demombynes, pp. 157 et 158.
  • 13 ld., p. 61.

23Les constructions de la ville ancienne sont en briques... Les villes annexes sont en grande partie en terre mise au moule8 comme les murailles de l’enceinte. Parfois certains plafonds sont ornés de clinquants et de peintures de diverses couleurs. Les maisons sont pavées de zellij9. C’est une espèce de brique qui ressemble au qasâni et qui prend toutes les couleurs : blanc, noir. bleu, jaune, vert et les couleurs intermédiaires de celles-ci ; la couleur dominante est le bleu foncé ; certains emploient ces briques pour le revêtement des murs des maisons. Leurs maisons sont alors pavées d’une brique appelée al-mazhari. Les habitants de Fès ont beaucoup de goût pour la construction de coupoles. Toute grande maison ne saurait manquer d’avoir deux coupoles au moins10. Leurs maisons sont construites selon un plan uniforme : deux salles se faisant vis-à-vis, dressées sur des piliers de pierre ou de briques, des chambres surplombent la cour de la maison11 ; devant elles des vasques dans lesquelles l’eau court, puis cette eau sort dans un bassin au milieu de la cour et appelé chez eux sahrij. Les gens riches se font des bains dans leur maison et dédaignent d’aller au bain avec tout le monde. Les bains, en effet, n’ont chez eux qu’une salle commune sans cabinets où l’on puisse s’isoler des autres. Ils ont beaucoup de goût pour les constructions et ont un souci qui les conduit près de la perfection12... As-Salâlhi m’a rapporté que la plupart des habitations de plaisance contruites dans ces jardins (hors-les-murs de la ville) sont négligées ; on les laisse sans soin et sans entretien »13.

  • 14 C’est ainsi que traduit Lévi-Provençal (Un nouveau texte d’histoire mérinide), Hespéris, 1925, 1er(...)
  • 15 On ne peut s’empêcher de penser alors aux petites pièces ou alcôves qui encadrent le bahῡ et qu’on (...)
  • 16 Par armoire, il semble qu’il faut entendre les sortes de placards (ṭarma) en bois sculpté et ajour (...)
  • 17 Détail très important qui montre que, dans certains cas précis, un dessin préalable pouvait guider (...)
  • 18 Levi-Provençal, op. cit., p. 75.

24Il est intéressant de comparer ce texte à celui de Ibn Marzῡq qui évoque le désir du Sultan Abῡ’l-Ḥasan d’offrir à sa fiancée Azzῡna, fille du Sultan ḥafṣide Abῡ Yaḥyā Abῡ Bakr, une maison où elle pourrait se sentir vraiment chez elle : « Je désire, aurait-il dit, une maison qui comprenne quatre chambres (qubba)14, différentes les unes des autres avec deux pavillons qui leur seront contigus15. Les murs seront couverts de décors variés, sur plâtre et sur carreaux de céramique. On emploiera du bois de cèdre sculpté et ajusté, avec des motifs floraux ou polygonaux. Le patio aura ses parois sculptées et sera pavé de zellijs et de marbre ; on y placera des vasques (t’yâfîr, pl. de t’ayfûr) de marbre et des colonnes. L’architecture des plafonds sera différente dans chacune des quatre chambres (qubba) suivant les procédés de décoration florale et polygonale connus des artisans ; ces plafonds seront ensuite peints, les portes seront faites de marqueterie de bois ainsi que les armoires et les portillons (khukha)16. Toute la serrurerie sera de cuivre poli et doré ou de fer étamé ». Il leur traça sur un papier le plan de l’ensemble17 et convint avec eux d’un prix forfaitaire pour le tout18.

  • 19 Rappelons que l’auteur, de son vrai nom ; Ḥasan b. Muḥammad al-Wazzani al-Sayyati, écrit en exil, (...)

25Quelques siècles plus tard, dans la première moitié du xe = xvie siècle, Léon l’Africain décrit ainsi les maisons de Fès19 :

  • 20 Il faut penser qu’il s’agit de marqueterie de faïence (zellij).
  • 21 L’auteur veut-il dire des remplois de carreaux (sans doute d’époque mérinide) ? - cela paraît prob (...)

26« Les maisons sont bâties en briques et en pierre soigneusement travaillées. La plupart de ces pierres sont belles et ornées de jolies mosaïques20. Les cours et les portiques sont également carrelés avec des carreaux anciens21, de diverses couleurs, à la manière de vases de majoliques. On a coutume de peindre les plafonds avec de belles couleurs fines, telles que l’azur et l’or. Ces plafonds sont en bois et horizontaux...

  • 22 Il s’agit probablement de galeries.
  • 23 Il faut sans doute traduire par placards en bois ajouré (ṭārma).
  • 24 A rapprocher des « dukkanât (ou dkākin), pl. de dukkāna » ou sortes de bancs à façade de bois ouvr (...)
  • 25 Les arcs semblent une innovation depuis l’époque des Mérinides.
  • 26 Ce passage pose un problème. Aucun autre texte, aucun vestige, ne nous permettent, du moins à Fès, (...)
  • 27 Description de l’Afrique (Épaulard), I, pp. 183 et 184.

27Presque toutes les maisons ont deux étages, beaucoup en ont trois, à tous les étages il y a des balcons22 qui sont très ornés et permettent de passer à couvert d’une chambre à l’autre parce que le milieu de la maison est découvert et que les chambres sont de chaque côté de la cour. Les portes des chambres sont très larges et très hautes. Les personnes aisées font faire des vantaux à ces portes en très beau bois soigneusement sculpté et elles ont l’habitude d’utiliser dans leur chambre de très belles armoires23 peintes, de la dimension de la largeur de la chambre (ṭarma). Elles y conservent les objets qui ont le plus de valeur. Certains préfèrent que ces armoires n’aient pas plus de six palmes de manière à pouvoir installer sur elles leur literie24. Tous les portiques de ces maisons sont établis sur des colonnes de briques revêtues jusqu’à un peu plus de mi-hauteur de majolique. On en trouve quelques-unes avec des colonnes de marbre. D’habitude, on construit entre chaque colonne une arcade25 que l’on revêt de mosaïque. Les poutres placées entre les colonnes, et qui soutiennent les étages supérieurs sont en bois, ornées de belles sculptures et joliment décorées de peintures de couleurs variées. On trouve énormément de maisons qui possèdent des bassins rectangulaires larges de six à sept coudées (4 à 4,70 m), longs de dix à douze coudées (6,70 à 8 m) et profonds de six à sept palmes environ (1,10 à 1,50 m). Tous sont revêtus de carrelage de majolique. De chaque côté de ce bassin, on construit une fontaine basse décorée de la même majolique. Il est certains de ces jets d’eau que l’on garnit, à mi-hauteur d’une vasque de marbre comme on en voit aux fontaines d’Europe. Quand le bassin de chaque fontaine est plein, l’eau s’en va dans de grands bassins par des conduites couvertes qui sont, elles aussi, joliment carrelées. Quand à leur tour les grands bassins sont pleins, l’eau en sort par des conduites aménagées autour d’eux et s’écoule dans de petits égouts. Cette eau passe ainsi sous les latrines et va à la rivière. On entretient les bassins toujours très nets et très propres et on ne s’en sert que l’été ; alors, femmes et enfants s’y baignent. Il est également coutume de construire sur les toits des maisons une tour comprenant plusieurs chambrettes spacieuses et bien ornées. C’est dans cette tour que les femmes prennent leur récréation quand elles sont lasses de leur travail26. De là. en effet, elles peuvent apercevoir presque toute la ville27.

  • 28 Citons al-Jaznā’ῑ, Zahrat al-Ās, Ibn Khaldῡn, Berbères, IV, p. 180, Ibn al-Ahmar, Rawḍat an-Niṣrin (...)

28Ces trois textes, qui n’ont pas la prétention d’épuiser les données des sources écrites28, nous donnent, en se complétant, les caractéristiques essentielles des maisons médiévales de Fès, les deux premiers se rapportant à l’époque des Mérinides. Essayons de résumer ces caractéristiques :

29Le plan. Il peut être tracé sur papier selon la volonté du propriétaire.

30Les maisons sont en briques et en pierre à Fès même (al’Umari, Léon l’Africain) ou en terre (pisé ou béton de type al’Umari), notamment dans les faubourgs de la capitale.

31Les murs sont recouverts de décors de plâtre et de carreaux de céramique (al-‛Umarῑ, Léon l’Africain).

32Au centre est un espace vide ou patio avec ou sans galerie, à piliers de pierre ou de briques ornés de zellῑj (al-‛Umarῑ, Ibn Marzῡq, Léon l’Africain), voire de colonnes de marbre (Léon l’Africain).

33Le plan général prévoit deux salles se faisant vis-à-vis (al-‛Umarῑ), parfois quatre (Ibn Marzῡq).

34La cour intérieure peut être bordée de portiques (les trois auteurs), supportant une galerie (al-‛Umarï, Léon l’Africain), correspondant à un ou deux niveaux superposés, voire plus (Léon l’Africain).

35Les portiques sont reliés par des linteaux sculptés (Ibn Marzῡq, Léon l’Africain) et aussi par des arcs (Léon l’Africain).

36Le patio est orné d’un bassin (les trois auteurs), il est pavé de briques (zellῑj) (al-‛Umarï, Léon l’Africain). On notera l’importance accordée à l’abondance de l’eau chez les trois auteurs. Outre le bassin, on peut voir des fontaines avec des vasques de marbre (Léon l’Africain).

37Les portes donnant accès aux pièces sont en bois de cèdre ouvragé à assemblage complexe et peint (Ibn Marzῡq, Léon l’Africain), les battants hauts et larges sont munis d’un portillon (ẖῡẖa) (Ibn Marzῡq, Léon l’Africain).

38Les plafonds sont en bois de cèdre et ils sont finement ouvragés (sculptés, assemblés en décor polygonal) (les trois auteurs) ; ils sont variés. On peut y trouver des coupoles (de bois) (des caissons) (les trois auteurs).

39La maison est couverte de terrasses (Léon l’Africain).

40L’étage (ou les étages) sont bordés de balcons très décorés (Léon l’Africain).

41Il existe des latrines (Léon l’Africain).

42Les chambres sont meublées de lits en bois sculpté (Léon l’Africain), on y trouve aussi des placards (le même).

43De nombreuses maisons disposent de jardins et de vergers où l’on peut trouver des moulins à eau (norias) (al-‛Umarῑ).

44Certaines maisons sont pourvues d’un bain privé (al-‛Umarῑ).

45On peut trouver des miradors sur les terrasses (Léon l’Africain).

46Certaines pièces disposent d’un salon (bahῡ) bordé de deux chambres (dwῑra) (al-‛Umarῑ, Léon l’Africain).

47On pourrait ainsi, à l’aide de ces trois textes, posséder une description assez suggestive de la maison des xiiie et xive siècles, voire même estimer son évolution au xive siècle. Il nous manque, évidemment quelques détails concernant les entrées (nulle part mentionnées) et les façades sur la rue.

Quelques données techniques tirées des textes arabes

48Est-il possible d’avoir quelques lumières sur les techniques de construction médiévales ?... Nous savons déjà que le plan pouvait parfois être tracé au préalable, que les briques jouaient un grand rôle dans l’édification des murs et des piliers. Peut-on en savoir davantage ?

La brique et la chaux

  • 29 Description de l’Afrique, p. 185.
  • 30 Id., I, p. 202.

49Léon l’Africain mentionne, en dehors de Fès, à un mille environ, vingt fours à chaux et autant de fours à briques29 et, un peu plus loin, le même auteur parle de briquetiers et de fours de potiers près de Bab Ftouh30.

  • 31 Nous avons pris en référence le traité d’Ibn’Abdῡn qui, en fait, concerne Séville au xiie siècle, (...)

50Si aucun des auteurs précédents n’évoque les caractéristiques de ces matériaux, nous disposons de textes plus précis avec les traités de ḥisba connus qui, peu à peu, sortent de l’oubli et qui définissent les dimensions ainsi que les qualités exigées que doivent comporter ces matériaux31.

51« Les briques doivent être épaisses et de la dimension de la largeur du mur à construire (Ibn‛Abdῡn). Une série de formes-types destinées à fixer l’épaisseur des briques, la surface des tuiles, la largeur et l’épaisseur des poutres et celles des planches à parquets, se trouveront chez le muhtasib ou seront suspendues dans la mosquée-cathédrale. Ces formes sont en bois dur, non susceptible d’être rongé (par les vers ou par les insectes). Elles seront suspendues à des clous à la partie supérieure du mur de la mosquée-cathédrale et conservées avec soin de façon qu’on puisse s’y reporter au cas où les matériaux correspondants seraient de dimensions inférieures ou supérieures. Les maîtres-ouvriers auront d’autres exemplaires de ces formes-types pour leur travail. C’est là l’un des points les plus importants et essentiels sur lesquels doit s’exercer un contrôle.

  • 32 Lévi-Provençal, op. cit.. pp. 75 et 76.

52Les tuiles et les briques doivent être fabriquées hors de la ville... Il y a lieu d’améliorer la cuisson des briques et des tuiles, il ne faut pas employer de briques avant qu’elles n’aient pris, en séchant au soleil, une teinte blanchâtre. Il sera prescrit aux briquetiers de fabriquer régulièrement les différentes sortes de briques, ainsi celles qu’on appelle « molaire et nuque », pour le revêtement des puits, d’autres briques spéciales pour les pavements... On ne doit pas utiliser pour la fabrication des briques, des tuiles et des briques crues, des moules usagés qui ont été rabotés, qui ont perdu de leur épaisseur »32.

53On précise, par ailleurs, comment se placent les grosses poutres, quelle épaisseur doivent avoir les murs porteurs, etc.

54Ibn Khaldῡn nous offre une description très suggestive de la fabrication du pisé qui n’est autre que le béton introduit dans les constructions, d’Espagne au Maroc, à la période des Almohades.

  • 33 Ibn ẖaldῡn, Discours sur l’histoire universelle (al-Muqaddima). trad. nouvelle, préface et notes p (...)

55« On peut construire, nous dit-il, tout en terre, à commencer par les murs, en prenant un coffrage de bois, dont les dimensions varient selon les régions, mais en général de quatre coudées sur deux. On dresse ces planches sur les fondations, en les espaçant à une distance convenable. Elles sont reliées à des traverses en bois assujetties avec des cordes ; on ferme le tout avec deux autres petites planches. Puis, dans ce coffrage on verse un mélange de terre et de chaux, spécialement préparé. On en ajoute encore, jusqu’à ce que le vide soit tout à fait comblé. La terre et la chaux sont devenues comme une seule substance. Ensuite, on place deux autres planches de la même façon et l’on prépare le mélange de chaux et de terre. On dresse alors un nouveau coffrage vertical jusqu’à ce que le mur entier soit construit, comme il était d’une seule pièce »33.

56Un peu plus loin, le même auteur nous précise la technique de construction d’une terrasse :

57« On place, entre les murs, des poutres équarries ou non dégrossies, sur lesquelles on pose des planches clouées ensemble. On verse dessus un mélange homogène de terre et de chaux. Puis le tout est recouvert d’un enduit de chaux, tout comme les murs ».

58Il nous renseigne encore sur le rôle de l’architecte. C’est un expert dans les litiges qui opposent fréquemment les propriétaires des maisons mitoyennes : droit de passage, écoulement des eaux et égouts :

  • 34 Muqaddima (Vincent Monteil), p. 831 et 832.

59« Les maisons sont tellement serrées, dit-il, qu’il y a souvent des histoires de murs, de solives ou de gouttières. L’un se plaint du mur mitoyen, dont il redoute la chute... l’autre est copropriétaire d’une maison ou d’une cour, dont il demande la division, pour en assurer l’entretien. Et bien d’autres difficultés de ce genre. Or, dans ces affaires, seul l’architecte est compétent. Il sait examiner les clefs de voûte, les sablières et les poutres. Il remarque l’inclinaison des murs, la division convenable des corps de logis, la circulation des conduites d’eau. C’est leur affaire et ils ont une expérience qu’ils sont seuls à avoir... D’autre part, il faut savoir qu’un architecte doit avoir des connaissances en géométrie (handasa)... il doit savoir soulever des poids lourds avec une machine (hindâm) car les gros blocs de pierre ne peuvent se déplacer à bras d’homme. Il lui faut donc multiplier la force de la corde, en la faisant passer à travers les trous des poulies (mîkhal), après avoir fait des calculs géométriques », etc.34.

  • 35 Cependant, il est très rare que le nom d’un architecte paraisse soit dans les inscriptions de fond (...)

60On peut ainsi juger que le maître d’œuvre jouit d’une assez grande considération, sans doute proportionnelle à sa réputation et à son talent35. On ne peut guère douter qu’il en ait été autrement à l’époque de Ibn Khaldῡn, c’est-à-dire sous le règne des Mérinides, grands constructeurs d’admirables ensembles architecturaux : mosquées, médersas, zāwiyas, fondouks, palais, etc. Cet engouement étant, ainsi que le souligne le grand historien, largement suivi par la population citadine de Fès et des autres villes du Maroc : Taza, Meknès, Rabat-Salé, Marrakech et, à l’occasion, Tlemcen.

Les renseignements fournis par des décrets de fondation des médersas

61Les textes de fondation des médersas d’époque mérinide, gravés sur des plaques de marbre, mentionnent, la plupart du temps, les biens immeubles décrétés habous au profit de la fondation pour l’entretien des locaux et le paiement des frais de fonctionnement.

62De nombreuses maisons se trouvent ainsi mentionnées avec leur adresse et, parfois, quelques indications sur le nom de leur propriétaire ou sur leur importance.

63Nous avons utilisé des lettres pour un essai d’identification sur la carte (Pl. 1). Lorsque cette identification est impossible, nous avons mis un point d’interrogation.

64– Médersa al-Ṣaffārῑn (elle date de la deuxième moitié du viie = xiiie siècle), elle est située près de la Qarawὶyyîn.

65La plaque de fondation mentionne comme bien de mainmorte :

66...La maison de Lalla Ghrîba à Fès el-Djedid (a)

67...La totalité de la maison située à gauche quand on entre sous la voûte (de la ruelle) de cette mosquée (Lalla Ghrîba) en venant du vieux four (a)

  • 36 Le terme maṣriya désigne, au Maghreb, une chambre ou un appartement supérieur isolé (Dozy, Suppl. (...)

68...La maṣrîya36 attenante aux latrines et à la maison voisine. (Il doit s’agir des latrines de la même mosquée) (a)

69...La maṣrîya et l’écurie au-dessous de celle-ci, des deux immeubles touchant à la mosquée du saule (ṣâfṣâf) (a)

  • 37 La précision est de A. Bel, op. cit.. pp. 67 et sq. La mosquée de Lalla Grîba est bien connue (cf. (...)

70...Une maṣrîya à droite en sortant de la mosquée (actuellement Derb Lalla Ghrîba)37, destinée au muezzin (a)

  • 38 A. Bel a vainement cherché ce ḥammām.

71...La seconde qui la touche (pour l’imam) sur laquelle est élevé un étage, et qui se trouve à l’extrémité de la rue du ḥammâm38, réservée au maître-lecteur du Coran ? ( ?)

72– Médersa du Dār el-Makhzân ou de Fès el-Djedίd (721 = 1321) sont déclarés bien habous...

PLANCHE G

PLANCHE G

Médersa Ṣaḥrῑj (d’après Th. Delaye).

  • 39 On mentionne deux Derb el-Ṭawῑl à Fès, l’un dans le quartier des Kairouanais, l’autre dans celui d (...)

73...5° le loyer de trois masriya dont deux situées au-dessus du hammâm du Sultan ( ?) et l’autre sur le hammam du Derb el-Tawîl39 (b).

74– Médersa el-Ṣaḥrīj (723 = 1323) située près de la mosquée des Andalous.

75Sont constitués en bien habous à son profit :

76...Une maison et une maṣriya dans le Derb Ibn Sâfî ( ?)

  • 40 A. Bel, op. cit., p. 130. Le quartier dit des Labbādῑn (feutriers) est cité par Le Tourneau qui me (...)

77...Une maṣrīya au quartier des Labbâdîn (feutriers)40 (a)

  • 41 A. Bel, op. cit., p. 130. la mosquée al-Ḥamra se situe à Fès el-Jedid.

78...La maison de al-Ḥajj al Qarrâq, voisine de l’oratoire dit masjid al-Ḥamra41 (d)

  • 42 A. Bel a vainement cherché l’emplacement de cette maison.

79...Deux maisons appartenant à Bent’Aššâša42 ( ?)

  • 43 Même observation.

80...Une partie de la maison neuve de Ibn Salâm ainsi que la petite maison lui appartenant et qui est voisine43 ( ?)

81– Médersa al-‛Aṭṭārīn (723= 1323) située près de la Qarawiyîn.

82Sont déclarés biens habous :

  • 44 Non identifié par Bel.

83...Une maison, une maṣrīya et quatre boutiques à al-Lajûtiya44.

  • 45 Non identifié par Bel.

84...La maison qui touche au four (al-Kûša)45 ( ?)

  • 46 Note de A. Bel : « Le quartier de Gzâ ben Zekkûm (ou Zekkûm) existe encore aujourd’hui sous le mêm (...)

85...Le Dâr Allû, au quartier des Sabbâghîn (e) ainsi que le Dâr Allû au Gzâ Ibn Zekkûn46.

  • 47 Le Barzakh est mentionné sur la carte du xive siècle (Massignon, op. cit.).

86...Une maison au Barzakh, accolée au Dar’Umm Allâh47 (g)

  • 48 Le lieu-dit existait du temps de A. Bel, il se situait un peu au Nord de Aϊη’Allûn (ou’Allû). La m (...)

87...La maṣriya située à ‛Aïn al-Khayl, supportée par la voûte48 (h)

88– Médersa Mesbâḥīya (747= 1346-47) près de Qarawiyîn.

  • 49 A. Bel, op. cit., fig. 44.

89La plaque de fondation mentionne :49

  • 50 Texte intégral et précision de A. Bel, op. cit., p. 238.

90...1° La totalité de la très grande maison située à la qal‛a et en face de la prison, et connue sous le nom de Dar al-‛Ufayrῑ (quartier des Qaṭṭânîn au cœur de Fès Bali)50 (i)

91...4° La totalité des trois maisons (dâr) sises au Ṝyâdh Jeha’ avec le terrain qui les touche ; ces trois maisons sont d’un seul tenant ( ?)

  • 51 Cf. Le Tourneau, op. cit., fig. 2, p. 42, puis, p. 115 où il situe cet ancien quartier aux alentou (...)

92...5° Les trois-quarts d’une maison située à el-Jorf51 (j)

  • 52 On suppose qu’il s’agit du quartier dit al-Baῑdha de la carte du XVIe (à Fès el-Jedîd).

93...10° Deux petites maisons dans la Ville Blanche52 (k)

94— Médersa Bû‛Inâniya (756= 1355) sur la grande Tal‛a.

  • 53 A. Bel, op. cit.. p. 284.

95On relève sur la plaque de fondation53 :

  • 54 Le Dāral-‛Udū n’est autre que le corps de bâtiment qui se trouve au-delà de la grande Tal‛a, face (...)

96...5° Une maison qui se trouve dans la rue de Ibn Nuwwâr ; elle touche au Dâr el-‛Udû54 (1).

  • 55 Voir infra.

97Des recherches sérieuses effectuées récemment nous ont permis de découvrir plusieurs maisons d’époque mérinide dans différents quartiers de la Médina55.

98Outre les rares immeubles identifiables, il reste, à Fès, de vieilles maisons difficilement datables dont les caractéristiques sont tellement semblables à celles des monuments d’époque mérinide qui nous sont parvenus, que l’on peut les tenir sinon pour mérinides, tout au moins pour représentatives de ce que furent les demeures bourgeoises de cette époque.

  • 56 A. Bel, lnsc. arabes de Fès. pp. 317 et sq.
  • 57 Maslow B. et Terrasse H., Une maison mérinide de Fès. deuxième congrès des Sociétés savantes de l’ (...)

99Alfred Bel avait pu voir une maison d’époque mérinide dont il a fait une longue et minutieuse description et dont il a donné un plan schématique ainsi que des photographies56. L’analyse à laquelle il s’est livré, surtout en ce qui concerne le caractère de l’épigraphie, renforce sa conviction. D’autres auteurs très sérieux57, sont également convaincus d’avoir pu étudier une authentique maison de cette époque, et, là encore, nous ne pouvons douter de leur compétence ni de leur bonne foi.

100Résumant, en quelque sorte, ces diverses observations, Georges Marçais écrit :

101« elle (la maison mérinide) n’est pas, comme plan, sans analogie avec les maisons de Grenade, mais la composition des façades sur la cour l’apparente nettement aux médersas marocaines de la même époque.

102Une entrée coudée donnait accès à la cour ; celle-ci, carrée, d’environ 6 mètres de côté, était encadrée, sur trois faces seulement, par des galeries dont les piliers supportaient les plafonds. Chacune de ces trois galeries s’ouvrait sur la cour par trois baies : deux baies latérales et basses dont les arcs en plein cintre, à intrados plissés, étaient surmontés de tympans décorés de réseaux à jour ; une baie centrale large et haute, terminée par un linteau que soulageaient deux semelles très allongées, suivant un dispositif déjà signalé à la Médersa es-Sbâ‛iyn.

103Sous ces galeries s’ouvraient des chambres larges et peu profondes. Une chambre semblable s’ouvrait directement sur la quatrième face de la cour. Deux de ces chambres du rez-de-chaussée étaient des chambres d’entresol prenant jour sous le plafond des galeries par de jolies fenêtres géminées.

104Le premier étage comportait deux chambres ; l’une d’elles s’ouvrait sur une galerie dont les trois arcs et les balcons formaient, avec les baies du rez-de-chaussée, un ensemble architectural de bel équilibre.

  • 58 G. Marçais, L’architecture Musulmane d’Occident, pp. 313 et 314, plan 189 et fig. 190.

105Les chambres du rez-de-chaussée et du premier étage n’étaient éclairées que par des portes massives à deux battants au bas desquels s’ouvraient deux guichets »58.

106On pourrait compléter cette description en précisant que les linteaux de bois étaient sculptés de motifs floraux et géométriques ainsi que d’inscriptions décoratives assez semblables à celles que l’on peut trouver dans les médersas ; que des panneaux de plâtre sculptés à décor à treillis losangés, ornaient les murs dans leurs parties hautes tandis que les parties inférieures étaient recouvertes de zellīj, que les portes à double vantaux étaient richement sculptées, que la cour était pavée de carreaux (zellīj) qu’un bassin, enfin, agrémentait le centre du patio.

  • 59 Quelques autres auteurs ont décrit les maisons de Fès, on retiendra : J. Gallotti, Le jardin et la (...)

107Toutes ces dispositions seront d’ailleurs précisées et analysées dans le détail au cours de notre étude59.

  • 60 Le Tourneau, op. cit., fig. 5, p. 65.

108La carte de Fès au Moyen Age, donnée ici, s’inspire des cartes du xive et du xvie siècles publiées par L. Massignon, ainsi que de celle de R. Le Tourneau (carte à l’époque des Mérinides). Afin de ne pas surcharger ce document, nous n’avons fait figurer que ce qui peut faciliter la localisation des maisons mentionnées dans les décrets de fondation des diverses médersas60.

109On comprendra qu’une localisation exacte est pratiquement impossible dans la plupart des cas. Nos lettres indiquent donc plutôt un secteur de la ville qu’un point précis.

  • 61 Ibn Abῑ Zar‛ (trad. Huici Miranda), II, p. 745. Ce cataclysme eut lieu sous le règne de Abū Sa’id (...)

110Dans la recherche des possibles survivances de maisons mérinides, il faut, sans doute, tenir le plus grand compte du texte de Rawd’ al-Qirṭâs qui signale que, dans la nuit du 20 jumāda 725 = 19 février 1325, une crue effrayante de l’Oued Fès (comme on n’en avait jamais vu auparavant) détruisit la plupart des ponts et provoqua de terribles dégâts au Barzakh, à Bāb al-Sīlsīla et partout ailleurs. Il fait état de 730 morts, de 1 100 maisons détruites, de 5 mosquées et de 3 moulins ruinés. Tout en tenant compte d’une possible exagération, fréquente dans ce genre de récit, on peut penser cependant que bien des immeubles antérieurs à cette date ont disparu alors ou ont été si fortement endommagés qu’il fut nécessaire de les restaurer de fond en comble61.

  • 62 Cf. W. et G. Marçais, Les monuments arabes de Tlemcen. Paris, Fontemoing, 1903, pp. 266 et sq. et (...)

111En guise de conclusion, il n’est peut-être pas sans intérêt d’évoquer ici l’un des rares témoins authentiques de cette période mérinide. Il s’agit d’une demeure construite à El-Eubbâd (banlieue de Tlemcen), par les Mérinides durant l’occupation de la ville, vraisemblablement celle de Abū’l Ḥasan. On désigne cet ensemble ruiné sous le nom de « petit palais de El-Eubbâd »62 (fig. 21).

  • 63 Cf. G. Marçais, Algérie médiévale, Paris, Arts et Métiers Graphiques, 1957, pp. 97 et 98.

112Le patio A de cet ensemble ruiné se présente sous la forme d’une cour rectangulaire d’environ 10 m de profondeur pour une largeur de 6 m, bordée, à" ses deux extrémités, de galeries composées de trois arcs inégaux, celui du centre étant plus large que les deux autres qui le flanquent (Pl. H)63, le tout appareillé de briques cuites qu’un enduit devait dissimuler. Une grande chambre a ouvrait sous la galerie Sud. Elle comptait environ 11 m de largeur et 2,50 m de profondeur. A ses deux extrémités subsistaient des arcatures évoquant des alcôves, ou lits-clos, bien connus dans les maisons musulmanes d’Afrique du Nord. Une chambre de mêmes dimensions s’ouvrait sous la galerie Nord.

113De part et d’autre de la cour, deux autres pièces d’environ 7 à 8 m de large sur 2,50 m de profondeur (b et c) donnaient directement sur le patio où s’ouvrait un bassin rectangulaire. Elles présentaient les mêmes cloisonnements intérieurs que la chambre a.

114On pénétrait dans cette section A par une porte donnant sous la galerie Nord, à travers un réduit m, de 2,50 m x 2,15 m qui avait son pendant à l’Ouest.

  • 64 W. et G. Marçais, op. cit., p. 266.

115Au Sud de la pièce h étaient des latrines k et une pièce d’eau o, alimentée par des conduits « pratiqués dans l’épaisseur des murs et sous les pavements des salles »64.

116L’escalier B conduisait, en sous-sol, à deux petits réduits que W. et G. Marçais ont identifiés comme des bains de vapeur.

117L’ensemble C, très ruiné, était un patio entouré de quatre chambres (f, g, h et e).

118Une troisième section D se présentait sous la forme d’un patio entouré de trois portiques et bordé, au Nord, par une pièce rectangulaire i d’environ 8 x 2,65 m. Les auteurs pensaient que d’autres bâtiments avaient existé vers l’Est.

PLANCHE H

PLANCHE H

Plan du Palais d’EI Eubbad (Tlemcen).

  • 65 65. Cf. G. Marçais, Algérie médiévale, p. 98.

119Tel qu’il nous est transmis, le petit palais comptait donc 9 chambres, une installation de bains et trois patios, celui de D pouvait être un petit jardin. Tous les murs étaient en briques cuites que recouvraient des enduits disparus pour la plupart, et, surtout, des stucs dont un arc a conservé tout un tympan. Cet habillage nous révèle la forme définitive des arcs, légèrement brisés et outrepassés, à intrados découpés de petits lobes festonnés. Le remplissage décoratif consistait en une végétation stylisée, profuse, de fleurons à deux lobes recourbés en crosses presque fermés sur un fond de rinceaux enroulés, porteurs de palmettes très découpées65. Un cadre orthogonal épigraphique, en caractères cursifs, bordait ce tympan que surmontait un large bandeau d’entrelacs de droites formant des décors en étoile (fig. 22).

120La présence de deux escaliers, en C et en D, pouvait laisser supposer l’existence d’un second niveau, mais rien ne permet de vérifier cette hypothèse.

Notes

1 H. Terrasse, La mosquée des Andalous à Fès, Paris, éditions d’art et d’histoire, t. I, pp. 40 et sq.

2 L. Golvin, Recherches archéologiques à la Qal’a des B. Hammād, Paris, Maisonneuve et Larose, 1965, pp. 101 et sq., fig. 27 ; puis, Allain Ch. et Meunié J. Recherches archéologiques au Tasghimout des Mesfouia, Hespéris, t. XXXVIII, 1951, 3e et 4e trim., pp. 381 à 406.

3 Nous adoptons l’orthographe maghrébine médersa, le terme classique étant madrasạ.

4 Berbères, III, p. 180 — Une telle prospérité n’était d’ailleurs pas nouvelle à Fès. On avait signalé plusieurs périodes fastes auparavant, notamment sous les Almoravides, cf. al-Idrῑsῑ. Description de lAfrique et de lEspagne, pp. 86 et 87. Au temps des Almohades, sous le règne de al-Manṣῡr et sous celui de son fils Muḥammad al-Nāṣir, si l’on en croit al-Jaznā’ῑ : « il y eut alors à Fès 785 oratoires, 42 chambres dablutions, 80 fontaines, 93 bains, 472 moulins hydrauliques, 89 236 maisons, 17 041 maṣriya », Zahrat al-Ās, p. 467. On sait que l’auteur démarque, la plupart du temps le Rawdal-Qirṭās, mais si ce dernier confirme le chiffre de 89 236 maisons, il dénombre 19 041 maṣrῑya (p. 39 et sq.). On ignore comment ces chiffres ont été recueillis, mais ils ne paraissent pas improbables.

5 Berbères, III, pp. 240-241. Il n’est pas impossible que ces relations, poursuivies sous Abῡ’Inān, soient à l’origine du plan oriental de la médersa dite Bā ‛Inānīa.

6 Cf. al-Bakrῑ, Description de l’Afrique septentrionale, texte et trad. de Slane, Paris, Maisonneuve-Larose, 1965, texte, pp. 1 15 et sq., trad. pp. 226 et sq ; al-Idrῑsῑ, Description de l’Afrique et de l’Espagne, texte et trad. Dozy R. et de Goeje M.J., Leyde, Brill, pp. 75 et 76 (texte), 86 (trad.).

7 On suppose qu’il s’agit de al-Šalâlhî auquel on a attribué, à tort, un ouvrage intitulé Kitāb al-‛Imtā, alors que l’auteur véritable était Ibn al-Darrāj, cf. Mohamed Benchekroun, La vie intellectuelle marocaine sous les Mérinides et les Waṭṭāsides, Rabat, 1974, p. 126, l’œuvre de ce al-Šalālhῑ (ou Salālhῑ), ne nous est pas connue.

8 Sur cette technique, cf. Ibn Khaldῡn, infra.

9 Marqueterie de céramique (v. technique). On peut voir, au Musée archéologique de l’Alhambra d’importants vestiges de ces céramiques de pavage. A Fès, il semble que le pavage à carreaux émaillés posés sur tranche (bejma) ait, très tôt, été préféré aux zellῑj.

10 Il semble que l’auteur fasse allusion aux coupoles de bois, en caisson ou à stalactites qui surmontent les défoncements (bahῡ) des pièces de réception. Ces coupoles sont invisibles de l’extérieur.

11 Passage peu clair que l’on doit pouvoir interpréter ainsi : deux salles se faisant vis-à-vis, précédées de piliers de pierre ou de briques. Quant aux chambres surplombant la cour, on peut supposer qu’elles formaient encorbellement avec, sans doute, une galerie reposant sur les piliers mentionnés.

12 Tr. Gaudefroy-Demombynes, pp. 157 et 158.

13 ld., p. 61.

14 C’est ainsi que traduit Lévi-Provençal (Un nouveau texte d’histoire mérinide), Hespéris, 1925, 1er trim., pp. 1 à 82, acception déjà retenue par Dozy Suppléments aux dict. arabes. II, p. 287. Il serait peut-être nécessaire de revoir, dans cette optique, la traduction de Gaudefroy-Demombynes (supra) et de traduire qubba par chambre.

15 On ne peut s’empêcher de penser alors aux petites pièces ou alcôves qui encadrent le bahῡ et qu’on appelle, au Maroc, dwῑra. En Tunisie, le même dispositif porte les noms suivants : qbῡ, ou salon de réception qu’encadrent les maqāṣir, pl. de maqṣῡra. cf. J. Revault, Palais et demeures de Tunis.

16 Par armoire, il semble qu’il faut entendre les sortes de placards (ṭarma) en bois sculpté et ajouré, encore visibles dans les vieilles demeures. Quant aux ẖῡẖa, ce sont ces portillons qui permettent l’entrée et la sortie à travers les grandes portes sculptées qu’il n’est alors pas nécessaire d’ouvrir (cf. infra).

17 Détail très important qui montre que, dans certains cas précis, un dessin préalable pouvait guider le maître d’oeuvre.

18 Levi-Provençal, op. cit., p. 75.

19 Rappelons que l’auteur, de son vrai nom ; Ḥasan b. Muḥammad al-Wazzani al-Sayyati, écrit en exil, en Italie. Il évoque donc de mémoire ce qu’il sait des maisons de Fès.

20 Il faut penser qu’il s’agit de marqueterie de faïence (zellij).

21 L’auteur veut-il dire des remplois de carreaux (sans doute d’époque mérinide) ? - cela paraît probable, les maisons vétustes ayant pu être démolies et reconstruites avec remploi des matériaux récupérables. Il est exclu d’en déduire des conditions économiques dégradées, car il est peu probable que les ateliers de céramistes aient cessé de fonctionner entre le xive siècle et nos jours.

22 Il s’agit probablement de galeries.

23 Il faut sans doute traduire par placards en bois ajouré (ṭārma).

24 A rapprocher des « dukkanât (ou dkākin), pl. de dukkāna » ou sortes de bancs à façade de bois ouvragé composant les lits-clos des anciennes maisons musulmanes d’Afrique du Nord et surtout des réduits inférieurs des lits surélevés, courants en Tunisie, notamment à Sfax (Dār Jellouli).

25 Les arcs semblent une innovation depuis l’époque des Mérinides.

26 Ce passage pose un problème. Aucun autre texte, aucun vestige, ne nous permettent, du moins à Fès, d’imaginer ce dont parle l’auteur. On connaît, certes, l’existence d’une chambre haute sur les terrasses et qui, généralement est réservée au maître du logis (cf. infra), mais une tour ? (v. infra. Dār Demana).

27 Description de l’Afrique (Épaulard), I, pp. 183 et 184.

28 Citons al-Jaznā’ῑ, Zahrat al-Ās, Ibn Khaldῡn, Berbères, IV, p. 180, Ibn al-Ahmar, Rawḍat an-Niṣrin. Ibn abῑ Ζar‛Rawḍ al-qirṭās...

29 Description de l’Afrique, p. 185.

30 Id., I, p. 202.

31 Nous avons pris en référence le traité d’Ibn’Abdῡn qui, en fait, concerne Séville au xiie siècle, cf. E. Lévi-Provençal, Séville musulmane au début du xiie siècle, Paris, G.-P. Maisonneuve, 1947.

32 Lévi-Provençal, op. cit.. pp. 75 et 76.

33 Ibn ẖaldῡn, Discours sur l’histoire universelle (al-Muqaddima). trad. nouvelle, préface et notes par Vincent Monteil, t. II, pp. 829 et 830.

34 Muqaddima (Vincent Monteil), p. 831 et 832.

35 Cependant, il est très rare que le nom d’un architecte paraisse soit dans les inscriptions de fondation, soit dans l’histoire. Il est permis de se demander si cette carence n’est pas le fait d’une tradition qui remonterait au début de la conquête musulmane. A cette époque, on le sait, les vainqueurs durent faire appel aux techniques et aux spécialistes des peuples vaincus, chrétiens ou autres. Le nom de ces « infidèles » ne pouvait décemment pas paraître dans une œuvre pieuse. Une exception cependant, on trouve, dans la coupole de la Zaytῡna de Tunis, mention d’un architecte dont le nom laisse supposer sa condition (cf. Golvin, Essai sur l’architecture religieuse musulmane. Paris, Klincksieck, t. III, p. 152).

36 Le terme maṣriya désigne, au Maghreb, une chambre ou un appartement supérieur isolé (Dozy, Suppl. aux dict. arabes, II, p. 597). Selon A. Bel, il signifie à Fès « toute maisonnette ou corps de bâtiment comprenant une ou plusieurs chambres, un véritable appartement annexé au bâtiment principal d’une maison », Insc. arabes de Fès, pp. 67 et sq. note 4.

37 La précision est de A. Bel, op. cit.. pp. 67 et sq. La mosquée de Lalla Grîba est bien connue (cf. R. Le Tourneau, Fès avant le Protectorat, fig. 7. p. 99).

38 A. Bel a vainement cherché ce ḥammām.

39 On mentionne deux Derb el-Ṭawῑl à Fès, l’un dans le quartier des Kairouanais, l’autre dans celui de Blida (Le Tourneau, op. cit., pp. 128 et 227). A Fès el-jedîd, il existe également un quartier dit Bū Ṭawil (Le Tourneau, op. cit.. pp. 101 et 102).

40 A. Bel, op. cit., p. 130. Le quartier dit des Labbādῑn (feutriers) est cité par Le Tourneau qui mentionne également un fondouk el-Labbādῑn (p. 351). Cf. également Guy Morizbi, la Médina (Fès el-Bali), emplacement des principaux fondouks (fig. 24). La médersa el-Labbādῑn se serait trouvée à l’emplacement de la Banque d’État du Maroc (Le Tourneau, p. 70).

41 A. Bel, op. cit., p. 130. la mosquée al-Ḥamra se situe à Fès el-Jedid.

42 A. Bel a vainement cherché l’emplacement de cette maison.

43 Même observation.

44 Non identifié par Bel.

45 Non identifié par Bel.

46 Note de A. Bel : « Le quartier de Gzâ ben Zekkûm (ou Zekkûm) existe encore aujourd’hui sous le même nom et se trouve tout près du pont dit Gontra t-essebâghîn, jeté sur le bras principal de l‛wèd Fès en ville, bras qui sert d’égout collecteur (Bû Khâreb) ». Mention de ce pont dans la carte du xvie siècle cf. L. Massignon, Le Maroc dans les premières années du xvie siècle, fig. XXIV, p. 223.

47 Le Barzakh est mentionné sur la carte du xive siècle (Massignon, op. cit.).

48 Le lieu-dit existait du temps de A. Bel, il se situait un peu au Nord de Aϊη’Allûn (ou’Allû). La maṣriya en question était alors la propriété d’un dénommé Ahmed b. el-Ghazî.

49 A. Bel, op. cit., fig. 44.

50 Texte intégral et précision de A. Bel, op. cit., p. 238.

51 Cf. Le Tourneau, op. cit., fig. 2, p. 42, puis, p. 115 où il situe cet ancien quartier aux alentours de la zāwiya de Sîdî Ahmed el-Chawî... El-Jorf = l’escarpement. le quartier est mentionné dans la carte du xvie siècle (Massignon, p. 221, fig. XXIII).

52 On suppose qu’il s’agit du quartier dit al-Baῑdha de la carte du XVIe (à Fès el-Jedîd).

53 A. Bel, op. cit.. p. 284.

54 Le Dāral-‛Udū n’est autre que le corps de bâtiment qui se trouve au-delà de la grande Tal‛a, face à l’entrée principale de la médersa et qui contient la salle d’ablutions et les latrines. Ce bâtiment est orné, sur la rue, des fameuses horloges à coupoles formant encorbellement.

55 Voir infra.

56 A. Bel, lnsc. arabes de Fès. pp. 317 et sq.

57 Maslow B. et Terrasse H., Une maison mérinide de Fès. deuxième congrès des Sociétés savantes de l’Afrique du Nord, Tlemcen, 1936, II. pp. 503-510.

58 G. Marçais, L’architecture Musulmane d’Occident, pp. 313 et 314, plan 189 et fig. 190.

59 Quelques autres auteurs ont décrit les maisons de Fès, on retiendra : J. Gallotti, Le jardin et la maison du Maroc et R. Le Tourneau, op. cit., pp. 495 à 499.

60 Le Tourneau, op. cit., fig. 5, p. 65.

61 Ibn Abῑ Zar‛ (trad. Huici Miranda), II, p. 745. Ce cataclysme eut lieu sous le règne de Abū Sa’id ‛Uṯmān II (1310-1331).

62 Cf. W. et G. Marçais, Les monuments arabes de Tlemcen. Paris, Fontemoing, 1903, pp. 266 et sq. et fig. 62.

63 Cf. G. Marçais, Algérie médiévale, Paris, Arts et Métiers Graphiques, 1957, pp. 97 et 98.

64 W. et G. Marçais, op. cit., p. 266.

65 65. Cf. G. Marçais, Algérie médiévale, p. 98.

Table des illustrations

Titre PLANCHE G
Légende Médersa Ṣaḥrῑj (d’après Th. Delaye).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2313/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 459k
Titre PLANCHE H
Légende Plan du Palais d’EI Eubbad (Tlemcen).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2313/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Mollatamazon.fr