Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et demeures de Fès

 | 
Jacques Revault
, 
Lucien Golvin
, 
Ali Amahan

La céramique de construction et d’ornement

Chapitre unique. La céramique

Texte intégral

1Toutes les maisons traditionnelles de la ville de Fès (la médina) sont construites en briques cuites liaisonnées au mortier de chaux. Bien que couvertes de terrasses, ces maisons utilisent de nombreuses tuiles demi-rondes émaillées, de couleur verte, formant des saillies en auvent, tout autour du patio et au-dessus de la porte d’entrée (côté extérieur).

2Les pièces, les voies de passage des jardins intérieurs, les patios, sont pavés de briques spéciales appareillées le plus souvent en épis, les éléments étant posés de chant. Les seuils des portes sont bordés, ainsi que les allées ou les chemins de passage, de briquettes spéciales émaillées, vertes, formant bandeau. Enfin, les demeures cossues revêtent leurs murs de marqueteries de céramique émaillée, polychrome, jusqu’à une hauteur pouvant atteindre deux mètres tandis qu’un des côtés du patio est assez souvent occupé par une grande fontaine parée de ces mêmes marqueteries. Ce sont des zellῑj, vieille technique héritée de l’Espagne musulmane et fort bien conservée à Fès.

3On peut alors concevoir l’importance capitale que revêt la céramique dans la construction traditionnelle qui séduit encore la société contemporaine fasie, en dépit d’une tendance naturelle vers le modernisme et vers des techniques importées d’Europe.

  • 1 Alfred Bel, Les industries de la céramique à Fès, Alger, Carbonnel, Paris, Leroux, 1918, 312 pages (...)

4L’excellente étude d’Alfred Bel1 reste un document de toute première valeur bien qu’une illustration, assez médiocre, n’en facilite pas la compréhension. Elle nous permet de constater que peu de choses ont pu changer dans le travail de la terre cuite si bien décrit par cet orientaliste à l’esprit curieux, excellent observateur, attentif aux moindres détails.

5En suivant ses pas, nous n’avons d’autre ambition que de faire le point sur l’évolution de ces techniques, aujourd’hui terriblement menacées, de mesurer la décadence possible dans certains domaines et d’évoquer les quelques mesures de protection entreprises pour sauver ce qui peut encore l’être.

Les fabricants de briques (Iwajriyyn)2

  • 2 En plein quartier des Iwajriyyn, à Dahr Mahrez, au beau milieu des installations séculaires, deux (...)

6Le quartier des briquetiers jadis étudié par Alfred Bel, subsiste toujours. Les carrières, les ateliers, les fours qu’il a pu voir sont toujours en place et produisent, dans des conditions identiques à celles qu’il a si bien décrites, des briques pleines façonnées à la main, mais il semble bien que la clientèle se soit assez considérablement réduite.

L’extraction de la terre

7Les carrières se trouvent dans le quartier même, à proximité des vieilles installations. La plus grande est située à côté de la plus importante briqueterie industrielle : la Société Tuiles, Briques et Céramiques de Fès, située vers le secteur réservé aux briquetiers. L’extraction de la terre s’effectue là par des moyens mécaniques modernes : pelleteuses de diverse puissance et transport à l’usine assuré par de gros camions.

PLANCHE I

PLANCHE I

Carte générale de Fès.

8Plus au Nord, à environ quatre ou cinq cents mètres, sur un mamelon qui domine les aires de travail, sont les carrières exploitées par nos briquetiers artisanaux. L’extraction et le transport s’effectuent par des procédés archaïques. La carrière est à ciel ouvert en grande partie, mais on trouve également une galerie souterraine peu profonde, percée dans l’épaisse couche de marne grise bleutée, compacte, surmontée de couches d’argiles jaunâtres, plus légères, qui n’intéresse pas les briquetiers, mais qu’exploitent les autres céramistes (potiers, modeleurs de tuiles, etc.). L’argile des briquetiers est extraite à la pioche et transportée à dos d’ânes en blocs compacts ; c’est une marne d’un gris bleuté appelée ṭῑn. Les blocs sont posés dans de grandes couffes (šwārῑ), de part et d’autre des ânes. Ils sont déposés à proximité de l’aire de malaxage.

Les installations3

  • 3 Comparer avec les études du genre : J.-L. Combès et A. Louis, Les potiers de Djerba, Tunis, 1968, (...)

9A l’heure actuelle, dans le quartier des Iwajriyyn, neuf fours subsistent, l’un des plus grands est hors d’usage depuis de longues années, sa sole s’étant effondrée. Deux autres grands fours, d’une contenance pouvant atteindre quarante mille briques sont utilisés de temps à autre, mais, le plus souvent, on ne chauffe que les fours de moyenne contenance (quinze mille briques).

10A côté de chaque four s’étendent les aires de travail de la terre (raḥbet el-ṭarrāb), plus ou moins importantes. Nous nous sommes surtout intéressé à celles de Mohammed ben Hammadi, un jeune patron de moins de trente ans.

11L’aire qu’il surveillait consistait en une surface plane où l’on avait creusé, à la pioche, une fosse (zūba), sorte de cuve circulaire d’environ deux mètres de diamètre, profonde de 0,50 m, aux bords incurvés, non maçonnés. Le fond lui-même n’avait aucun enduit. L’eau nécessaire, autrefois puisée au seau dans le lit de deux petites rivières voisines, est maintenant amenée par des canalisations munies de robinets.

Le malaxage

12Le premier travail de l’ouvrier malaxeur est de briser les gros blocs d’argile à l’aide d’un marteau et de les transformer en pavés de deux ou trois kilos. Ces petits blocs sont alors jetés dans la fosse. L’eau, amenée du robinet le plus proche à l’aide de seaux ou de bidons, est versée dans la fosse. Lorsque celle-ci est pleine, on laisse l’argile s’imprégner d’elle-même et se déliter pendant un ou deux jours. Aucune intervention n’a lieu durant ce laps de temps.

13Ce délai passé, un ouvrier spécialisé (ġoḍḍâd), descend, jambes nues, dans la fosse et il s’installe sur un côté, le dos tourné à l’aire d’épandage qu’il a préalablement déterminée en balayant le sol sur une surface d’environ vingt mètres carrés et qu’il saupoudre de cendres. Le malaxeur, ainsi posté, courbé en deux, pétrit, entre ses mains, la glaise compacte, en extrayant des galets ronds ou des cailloux informes qu’il dépose sur le bord de la fosse ; puis, à pleines brassées, entre ses jambes écartées, il rejette la boue pâteuse sur l’aire où elle s’entasse, ne s’arrêtant pratiquement jamais, jusqu’à ce que la fosse soit vide. De temps à autre, il répand le tas de boue à l’aide de ses mains. Lorsqu’il a tout extrait, il égalise l’argile pâteuse en une sorte de galette de trois à quatre mètres de diamètre et d’environ 0,12 m d’épaisseur, puis il lisse la surface de ses deux paumes ouvertes.

  • 4 Il est bon de souligner ici que le travail des briquetiers traditionnels est saisonnier et on le c (...)

14Aucun travail de malaxage n’est ensuite opéré sur l’aire. La pâte, étalée au soleil, se durcit peu à peu. Elle reste ainsi exposée vingt-quatre heures, mais ce délai peut être réduit ou augmenté selon les saisons4.

PLANCHE II

PLANCHE II

Travail de la terre.
a - moule à briques, qâleb
b - séchage des briques

Le modelage

15La terre jugée bonne pour le travail de modelage, est découpée en blocs parallélépipédiques au fur et à mesure des besoins. Elle est amenée à l’ouvrier spécialisé, le terrāb, à l’aide d’une brouette. La plupart du temps, c’est le terrāb lui-même qui va puiser au tas les terres dont il a besoin.

16Il a disposé à côté de lui ses outils : un moule (qāleb), un seau de fer blanc (tembūr), plein d’eau, et une bassine en terre cuite (geṣa‛a), également pleine d’eau.

  • 5 Même moule à Ṣan‛ā (Yemen) où il est appelé malban (Golvin, aperçu..., p. 85).

17Le moule qāleb est une sorte de cadre-gabarit de 0,27 x 0,28 x 0,05 m, en bois léger, séparé en deux compartiments égaux par une planchette dans le sens de la longueur. Une poignée, fixée au bas d’un petit côté du moule et en son centre, en facilite le maniement (pl. Il-a)5.

18Le travail consiste à poser ce moule à terre, bien à plat (l’aire a été saupoudrée de cendres) et à remplir à la main et successivement, les deux compartiments. Pour ce faire, le ṭerrāb se mouille les doigts. Il tasse, puis il égalise de la paume toujours après s’être mouillé les mains. Il soulève alors le qāleb par le manche et deux briques moulées se détachent. L’opération a duré 20 secondes.

19Immédiatement, le mouleur plonge son cadre dans l’eau de la cuve geṣa‛a pour le nettoyer rapidement et aussi pour l’humidifier afin d’éviter que l’argile ne se colle aux parois de l’outil ; c’est pour une raison identique qu’il a soin de se mouiller très souvent les mains.

20Peu à peu, l’aire se couvre de briques d’argile molle, grise, posées à plat pour le séchage au soleil qui durera deux jours en cette période de l’année où le soleil est encore chaud (30 °C à l’ombre en ce début d’octobre). Un peu plus tard, fin octobre ou début de mai, le séchage pourra durer jusqu’à trois jours.

Le séchage

21Par moment, un ouvrier dresse les briques de chant, afin qu’elles sèchent sur toutes les faces. Le délai écoulé, un ouvrier entasse les produits secs sur l’aire en une sorte de mur alternant, aux extrémités, des briques disposées en carreaux et boutisses (pl. ΙΙ-b), tandis qu’entre ces deux extrémités, les briques sèches sont disposées de chant, en évitant qu’elles ne se touchent pour que l’air circule librement entre elles. Au sommet, un toit en bâtière fait de briques « mécaniques » protège de la chaleur et, éventuellement de la pluie. Ces murs se multiplient jusqu’à ce que la quantité des briques soit suffisante pour justifier le chauffage du four.

La cuisson

  • 6 Il est intéressant de comparer ces grands fours de briques à ceux utilisés à Ṣan‛ā, cf. Golvin, op (...)

22Le four : (kūša, pl. kūšāt ou ferrān) (pl. III). Les fours varient en dimensions et leur contenance peut aller de 15 000 à 40 000 briques (seuls deux fours atteignent ce volume)6. A l’heure actuelle, on utilise presque exclusivement des fours de 15 000 briques, mais ceux de vastes dimensions ne sont pas abandonnés et, au cours de notre séjour, nous avons vu commencer la charge d’un des deux grands fours. Cependant, celui où nous avons suivi les phases du travail ne pouvait dépasser 20 000 produits. Il se présente extérieurement sous la forme suivante (côté Sud) :

23Une partie inférieure en blocs de maçonnerie grossière faite d’éléments divers : briques à trous, tuiles, pierres... tous plus ou moins rebut des usines (fig. 10). Ce bloc s’élève à 3,35 m au-dessus du sol et compte 3,52 m de large. Il s’étend en profondeur sur environ 7 m, et il forme, en plan, une sorte de quadrilatère arrondi aux angles vers la partie postérieure. Il se prolonge, vers la partie antérieure d’une banquette de 1,02 m de haut et de 1,47 m de large. Un escalier, à l’Est, long de 6 m et haut de 1,10 m se compose de 8 marches. Ruiné partiellement, il n’est plus utilisé et l’on a recours à une échelle pour accéder aux parties supérieures.

24Sur ce bloc se dresse, à 2,10 m de hauteur au-dessus de la partie Est et à environ 1,80 m de la face Ouest, une sorte de tronc de cône à deux étages, l’inférieur de 1,56 m de diamètre de base et de 0,54 m de hauteur, le supérieur de 1,40 m de diamètre de base et de 0,54 m de hauteur, la partie supérieure, à ciel ouvert, compte 1,10 m de diamètre extérieur (fig. 10).

Le four des briquetiers.
a – profil
b - plan

25Face Ouest. C’est là que s’opère le travail de la cuisson. Dans le bloc inférieur de maçonnerie s’ouvre, en arc ovoïde, la porte du foyer (bāb al-seẖῑn) par laquelle on enfourne le combustible dans le foyer creusé dans le sol jusqu’à 1,75 m de profondeur. Toute cette partie est appelée el-sjen (pl. IV et fig. 10).

  • 7 Largeur, 4,06 m.
  • 8 0,85 m à la partie inférieure, 0,40 m à la partie supérieure et 1,73 m de haut.

26Dans l’axe de la porte du foyer et ouvrant à peu près au centre du bloc constituant un deuxième niveau plus large que la banquette antérieure7, se dresse une seconde porte étroite8, aux bords maçonnés en biseau, ce qui réduit l’ouverture. Le seuil de cette porte est à 0,60 m au-dessus de la partie horizontale de la base. Elle ouvre sur l’intérieur de la chambre de cuisson dite ferrān.

27Face Est. Sur la face Est, c’est-à-dire ce que l’on pourrait appeler le dos du four, la superposition des étages est la même, mais le troisième niveau est défoncé d’une porte aux dimensions très variables puisqu’elle est souvent très abîmée après la cuisson et le défournement et il est nécessaire de la réparer lors de l’enfournement. Elle est béante jusqu’au sommet.

28La face Nord ne présente aucune particularité susceptible d’être notée.

29En fait, la partie supérieure en forme de tronc de cône n’est autre que l’extrémité du four proprement dit, entièrement en briques pleines et lui-même en tronc de cône courbe depuis la base jusqu’au sommet ; ce four est enveloppé d’une énorme chape dite jebba, destinée à renforcer la construction qui ne résisterait pas au poids considérable de son chargement (pl. IV).

  • 9 Jemra à Nabeul (Lisse-Louis, υρ. cit.. p. 53). bῑt en nār à Djerba (Combès-Louis, op. cit., p. 61)

30L’intérieur du four : le foyer, sjen9. Le foyer se présente en plan sous la forme d’un rectangle arrondi aux deux extrémités. Nous avons déjà dit qu’une partie s’enfonçait dans le sol jusqu’à une profondeur de 1,75 m. Compte tenu de la hauteur au-dessus du sol, on peut estimer à 2,70 m la hauteur totale côté de la porte près de laquelle le combustible sera jeté. Cette partie antérieure du four (2,90 m de large et 1,50 m de profondeur (pl. IV, A), est voûtée en berceau axé Est-Ouest. A partir de cet endroit, le four est voûté en cul-de-four et toute une charpente d’arceaux et de contreforts supporte la sole (pl. IV).

31Ce sont d’abord, transversalement, deux arceaux de 0,90 m d’épaisseur, reliés entre eux par deux murets et à la voûte du foyer par un contrefort (pl. V-b), puis une série de contreforts prenant appui sur le mur du fond et supportant la sole. Ces contreforts sont appelés šabla.

  • 10 Idem à Djerba et à Nabeul, à noter qu’à San a, les fours des briquetiers ne possèdent pas de sole (...)

32La sole (ġarbēl10 est posée horizontalement sur cette armature. Elle est percée de trous dont celui du centre porte le nom de šūka. Les autres, circulaires et de petites dimensions, se distribuent sur un cercle concentrique tandis que, sur les bords, les ouvertures se développent en plan rayonnant (pl. V-a).

33On conçoit que la sole va avoir à supporter un poids énorme pendant de longues journées. Son écroulement condamne généralement le four entier, mais un tel accident est très rare.

34Dans les grands fours, la sole est renforcée par des sortes de grosses poutres horizontales, maçonnées de briques, qui raidissent la surface et qui sont scellées dans la paroi du four.

  • 11 Lors de notre visite de l’intérieur du four nous avons pu constater que les cendres conservaient e (...)

35Une constatation étrange et que nous n’avons pas notée ailleurs : des produits à cuire sont introduits dans la partie inférieure du four, c’est-à-dire sous la sole, mais un tel chargement ne s’effectue que dans les fours de modestes dimensions et jamais dans les grands fours11.

  • 12 Même terme à Nabeul (Lisse-Louis, op. cit., p. 51), fhâḍ, à Djerba (Combès-Louis, op. cit.. p. 66)

36Les intervalles entre les arceaux et les trous percés dans la sole sont appelés mnāfes12. La sole est à environ 1,20 m au-dessous du seuil de la porte de la chambre de cuisson (pl. IV).

37La chambre de chauffe est maçonnée de briques sur une épaisseur de 0,35 m sauf à sa partie supérieure où elle n’est plus épaisse que de 0,20 m. Elle compte plus de 4,65 m de hauteur intérieure, son diamètre, à hauteur de la sole, étant de 2,05 m et, à la partie supérieure de 1,10 m.

38Le chargement du four. Le chargement est effectué par un ouvrier spécialisé (ma‛llem dial-el-šῑn), car il s’agit là d’un travail délicat. Il convient, en effet, de disposer les briques de telle sorte que les gaz chauds puissent traverser tout le foyer sans rencontrer d’obstacles majeurs.

39Les produits sont amenés à la brouette, par des aides, au maître enfourneur et ils lui sont passés par des enfants de douze à quinze ans.

PLANCHE IV

PLANCHE IV

Le four des briquetiers : demi-coupe et face.

PLANCHE V

PLANCHE V

Sole du four des briquetiers.
A - Vu de dessus
Β - Vu de dessous

40La première opération consiste à charger le foyer. A cet effet, le ma‛llem est descendu dans le sjen avec un apprenti qui assure le relai entre les aides du dehors et la zone d’empilement (sous la sole). Les briques sont placées d’abord contre la paroi du four (en demi cercle), de chant et légèrement espacées ; on empilera ensuite trois lits alternés disposés en fer à cheval.

41Le chargement de la chambre de cuisson ne varie pas considérablement. Le spécialiste doit savoir disposer le premier lit sur la sole en partant de la paroi circulaire du ferrān et en resserrant vers le centre en prenant grand soin de ne pas obstruer les ouvertures mnafès. L’empilement (les briques étant toujours disposées de chant) se fera ensuite par lits alternés, les produits étant légèrement espacés les uns des autres.

42Lorsque le chargement atteint le dernier étage on maçonne l’ouverture supérieure (pl. III-c), puis on l’obstrue complètement avec un mortier d’argile mêlée à de la paille hachée. On enduit d’ailleurs de cette mixture tout le pourtour de cet étage supérieur. La calotte circulaire reste béante à l’air libre. Aucun orifice de réglage du genre de ceux que nous trouverons dans les fours de potiers n’existe ici.

43Le four entièrement chargé, on mure la porte B de la chambre de cuisson (pl. IV) avec un enduit identique à celui décrit précédemment en lutant bien le long des parois. Tout est alors prêt pour la cuisson qui commencera le lendemain matin.

  • 13 Au temps où Bel a mené son enquête, on employait le palmier nain, la paille, les tourteaux d’olive (...)

44L’allumage du four. Le combustible, à l’heure actuelle, utilise trois ingrédients : 1) de vieux pneus d’automobile et de vieilles chambres à air. 2) des troncs d’eucalyptus refendus. 3) des tourteaux d’olives réduits en poudre. La valeur calorifique de ces trois espèces de combustibles est donnée dans l’ordre de 1 à 313.

45Sur l’aire qui précède l’ouverture du four (pl. IV-A), on enflamme un ou deux vieux pneus (il est 8 heures du matin). Lorsque ces objets flambent, on les pousse dans le foyer où ils tombent dans la partie la plus proche de la porte. Aussitôt, grâce au tirage, la flamme s’active et la fumée apparaît au sommet du four. C’est le début du petit feu qui durera jusqu’à 18 heures. Quelques morceaux de pneus sont régulièrement jetés dans le brasier ainsi que des troncs d’eucalyptus. Le four projette une fumée noire épaisse, par sa partie supérieure mais également par quelques fissures de la paroi, mal colmatées. Cette fumée s’éclaircit lorsqu’on utilise le bois. Peu à peu, la température monte. Il faut savoir la doser afin d’éviter des écarts qui pourraient être funestes pour la céramique qui doit perdre régulièrement l’eau qu’elle contient toujours en dépit du séchage au soleil.

46Vers 18 heures commence le grand feu. Les tourteaux d’olives broyés sont amenés dans des couffes et jetés dans l’âtre. La fumée, à nouveau, noircit et s’épaissit. Toute la nuit, on alimentera le foyer en surveillant la flamme.

47Le lendemain, vers 8 heures, après avoir jeté un coup d’œil sur l’orifice supérieur grâce à l’échelle qui permet d’y accéder, le spécialiste juge de l’état de cuisson et il décide l’arrêt de la chauffe. La porte du four (pl. III-A) est alors murée comme l’ont été précédemment les autres ouvertures. On jette des couffins de sable mêlé à de la cendre et à d’autres détritus ramassés sur l’aire, obligeant ainsi les gaz chauds à redescendre vers l’intérieur et à parfaire la cuisson et éviter ainsi un refroidissement trop rapide. Cette opération qui s’effectue en chaîne se renouvelle assez souvent pendant deux ou trois jours. La durée du refroidissement peut varier, mais elle est de l’ordre d’une semaine.

48Le déchargement du four. Ce délai écoulé, on commence le déchargement. Cette opération débute par la partie supérieure, la porte C étant débarrassée de ses enduits. On constate alors que cette partie supérieure a passablement souffert, elle est craquelée et elle part en débris tout autour de l’ouverture, ce qui n’inquiète nullement les briquetiers qui déchargent les produits en se les passant de mains en mains jusqu’à la base où un ouvrier les empile à peu près dans les mêmes conditions qu’elles l’avaient été avant la cuisson. Il est extrêmement rare que l’on décharge entièrement le four en une seule opération. Tout dépend naturellement de la demande. Généralement, on arrête lorsque les briques de la partie supérieure sont sorties.

49Plus tard, on dégagera la porte B et on procèdera au déchargement des produits jusqu’à la sole.

50Enfin, il restera à enlever ceux qui avaient été placés sous la sole, dans le sjen.

51Durant toutes ces phases de cuisson, de refroidissement et de défournement, l’aire de malaxage et de moulage n’est pas restée inactive, le ṭerrāb a poursuivi son travail inlassablement et les produits s’alignent sur l’aire de séchage ou s’entassent en murettes pour préparer une nouvelle fournée. En moyenne, on compte une cuisson par mois.

  • 14 Nous avons également entendu yājūr, prononciation signalée en Tunisie (Lisse-Louis, Les potiers de (...)

52La brique lājūr14, terminée, mesure 0,22 x 0,11 x 0,035 m. Elles étaient légèrement plus grandes avant cuisson.

53En octobre 1978, elles étaient vendues 0,25 dirhem pièce.

54Le recensement officiel des divers corps de métiers à Fès fait état de 9 maîtres briquetiers et tuiliers et de 26 ouvriers (1974). Il semble que, dans ce total, n’ont pas été pris en compte les briquetiers traditionnels attachés à l’usine dont nous avons précédemment noté l’existence.

Les autres céramistes concernés par la construction

55Les briquetiers mis à part, de nombreux ateliers de céramistes travaillent actuellement pour la construction ; ce sont les fabricants de briques de pavage, les fabricants de carreaux et, surtout, ceux qui confectionnent encore les éléments qui composeront la marqueterie de céramique, les zellijeurs.

  • 15 Pluriel de feẖẖār, même terme à Djerba où il faut le distinguer de gellâl = potier-tourneur (Combè (...)

56Au temps où A. Bel menait son enquête (vers 1914-1915), les ateliers de céramistes (potiers, zellijeurs, etc.) se trouvaient en ville à proximité de la porte dite Bāb Ftūḥ, en direction de Taza, dans un quartier appelé feẖẖārῑ15. La fumée de leurs fours n’était pas sans incommoder les habitants du voisinage. Des mesures assez récentes ont obligé ces artisans à déménager et à installer ailleurs leurs fours. Ils se sont regroupés alors, hors-les-murs, non loin d’ailleurs de leurs anciennes installations, à gauche de la route de Taza ; cependant, quelques récalcitrants sont restés en ville où, à défaut de cuire leurs produits, ils taillent des zellῑj et émaillent des pots.

57Chaque installation comprend, autour d’une vaste cour qui sert d’aire de travail de la terre, divers ateliers de tournage, des fours, des magasins et des dépôts, voire des expositions-ventes. Qu’il s’agisse de travail des tuiles demi-rondes, des poteries, des carreaux de zellῑj ou de briquettes, les techniques de préparation des terres, de traitement de l’argile ou de la cuisson, sont identiques. Nous verrons cependant qu’elles diffèrent de celles des briquetiers.

Le travail de la terre

58L’argile (ṭῑn). Les artisans utilisent deux types de terre assez différents, l’une prélevée à proximité du quartier, dans le lieu-dit’ Aïn Nuqbi, l’autre provenant des collines voisines de la ville en direction de Sīdī Ḥarazem.

59La première est une terre jaunâtre, amenée à dos d’âne dans des couffes (šwāri), en palmier nain, la seconde, en blocs compacts gris bleuté semblables à la terre utilisée par les briquetiers. Ces terres sont déposées à proximité des aires de travail.

60Autrefois, le maître carrier, al-ṭīyān, un citadin, louait une carrière par contrat (‛aqd) d’un an, du début de mars, à la fin février. Il disposait d’une équipe d’ouvriers pour exploiter les bancs d’argile et d’une équipe d’âniers pour les transports. Le maître carrier venait s’entendre avec les patrons céramistes pour les commandes qui faisaient l’objet d’un marchandage. Actuellement cette organisation est pratiquement abandonnée. Les ateliers ont leurs carrières et leurs transporteurs.

  • 16 Bonne description de cette technique dans P. Cintas, Céramique punique, pub. Inst. des Hautes Étud (...)

61Le malaxage16. Les gros blocs d’argile brute pouvant peser une quarantaine de kilos sont appelés ndra. Un ouvrier les concasse à l’aide d’un marteau en blocs plus petits, mais pouvant peser encore de 3 à 5 kilos. On les appelle alors ṭūba.

  • 17 Dimensions 2,54 x 1,47 m (mesures prises extérieurement) ; l’épaisseur des murs étant de 0,20 m, c (...)
  • 18 Ḥûḍ à Djerba (Combès-Louis, op. cit.. p. 40) ; id. à Nabeul (Lisse-Louis, op. cit., p. 28).

62L’aire de malaxage est le sol de la cour, balayé fréquemment. Un bassin (ṣaḥrῑj), a été aménagé (parfois deux ou plus)17. L’eau est amenée sous conduite de tubes métalliques et elle est déversée dans le bassin par un robinet. Sur le mur opposé à l’arrivée de l’eau et au niveau du sol, un petit canal conduit le liquide à la fosse spéciale, la zūb18.

63Cette fosse est circulaire, elle compte 2,20 m de diamètre. Elle est creusée dans le sol en forme de coupe aux bords renforcés de gros cailloux ronds ainsi que le fond qui est pavé de galets. La profondeur ne dépasse pas 0,60 m.

64Dans cette fosse (zūba), les blocs d’argile concassés sont jetés jusqu’à ce qu’ils l’emplissent. L’eau est alors amenée et elle imprègne les blocs sans qu’aucune manipulation n’intervienne. Le mélange restera ainsi de un à deux jours, durée nécessaire pour que les morceaux se délitent d’eux-mêmes et qu’ils soient prêts pour le pétrissage.

65Le pétrissage. Cette opération s’effectue exactement dans les conditions déjà décrites pour le travail des briquetiers (v. supra).

66Lorsque la pâte est jugée convenablement malléable, elle est découpée en cubes grossiers à l’aide d’une grande aiguille et des enfants transportent ces blocs dans des ateliers où ils s’entassent en une masse épaisse soigneusement humidifiée et que l’on pétrira le moment venu. En fait, on laisse la terre reposer le plus longtemps possible en utilisant au fur et à mesure des besoins les argiles les plus anciennes, celles qui se trouvent sous le tas. Plus le délai de pourrissage est long, dit-on, meilleure est la terre.

  • 19 A l’aide d’une barre de fer aiguisée (mesmâr) ou d’une faucille usagée à Nabeul (Lisse-Louis, op. (...)

67Le malaxage en atelier. Un ouvrier, le terrāb. découpe dans le tas d’argile une motte à l’aide de l’aiguille appelée mšūkk19 (fig. 8), et il l’enlève à deux mains, puis, sur le sol, préalablement saupoudré de cendres, il la projette vigoureusement, recommençant plusieurs fois l’opération. Il agit de même avec une autre motte qu’il agglutine à la première et il poursuit ce travail, entassant les mottes triturées.

  • 20 Même opération en atelier au Vieux-Caire (Golvin, Thiriot, Zakariya, op. cit., p. 14), à Nabeul, l (...)

68Lorsqu’il juge le tas assez élevé, il monte dessus, s’aidant, au besoin, d’une corde pendante fixée à une poutre du plafond et il piétine alors avec vigueur en enfonçant ses pieds nus dans l’argile, ce qui élargit la surface de la motte. A ce moment, fixant son pied gauche au centre, il enfonce le talon droit en appuyant de ses deux mains sur son genou et il pivote peu à peu sur lui-même. Il se forme alors une série de stries en demi cercles accolés20.

69Nous n’insisterons pas sur cette phase du travail de la terre que suit une trituration par de jeunes apprentis ayant pour but la formation de la balle destinée aux tourneurs.

La fabrication des carreaux de zellīj

70Pour la fabrication de ce produit, aucun pourrissage de l’argile en atelier n’est prévu. Dès que la terre a pris sa consistance, elle est bonne pour le moulage dans des conditions voisines de celles déjà décrites pour le moulage des briques.

71L’aire de travail étant déterminée, sur le sol de la cour, après balayage et saupoudrage de cendre, le terrāb installe son baquet (geṣa‛a) plein d’eau et il trempe le qāleb ou moule en bois de cèdre à deux compartiments carrés. Chaque compartiment mesure 0,11 x 0,11 m. Ils sont séparés par une cloison sur laquelle est fixé un manche, la hauteur du qāleb étant de 0,03 m (pl. VI-b).

72Les opérations de moulage sont rigoureusement identiques à celles précédemment décrites pour le moulage des briques. Il s’y ajoute pourtant, lorsque l’aire est recouverte de carreaux façonnés, un lissage général à l’aide des paumes des mains préalablement mouillées dans l’eau de la geṣa‛a, opération qui semble lier entre eux les carreaux, mais ce n’est là qu’une illusion.

73Le temps de séchage au soleil varie naturellement suivant les saisons, mais il n’excède généralement pas six heures. A ce stade, le carreau prend le nom de mzehrῑya.

  • 21 Comparer avec les procédés employés à Djerba (Combès-Louis, op. cit.. p. 185).

74Façonnage des carreaux21. La mzehrῑa est grossièrement taillée et sa surface, rugueuse, porte la trace des doigts du mouleur. L’émail ne prendrait pas bien. Il convient alors de polir les deux faces, opération qui s’effectue en atelier.

Les outils de façonnage

75La qarṭa. Il s’agit d’un plateau rectangulaire bien lisse sur une de ses faces, posé bien à plat sur le sol entre les cuisses de l’ouvrier assis, jambes allongées (fig. 12).

76La jallāda (pl. VI-c) est une sorte de taloche munie d’un manche qui fait corps avec la partie principale, c’est dire que cet outil a été taillé dans un bloc de bois (généralement de l’abricotier) sans assemblage. Les dimensions de la jallāda peuvent varier légèrement mais celles-ci oscillent entre 0,19 x 0,15 x 0,04 m pour la partie principale, taillée en tronc de pyramide sur une base parallélépipédique.

77La qāla ou mesure étalon a la forme d’un tronc de pyramide de 0,11 x 0,11 m de base et 0,03 m de hauteur (celle-ci pouvant varier). Cet instrument est généralement fait en bois d’abricotier et il est lisse comme s’il avait été verni par le frottement continu des mains de l’ouvrier (pl. Vl-d).

78Le jannawi. Cet outil était, au temps de A. Bel « une sorte de couteau à lame fixe, plate et large, arrondie au bout, de 0,08 à 0,10 m de longueur sur 0,15 à 0,20 m de largeur ». A l’heure actuelle, le jannawi est une spatule identique à celle qu’utilisent les vitriers ou les peintres.

79Le travail. L’ouvrier, assis sur le sol, les jambes allongées et légèrement écartées de part et d’autre de la qarṭa, saisit un des carreaux mzehrῑa du tas préalablement amené à portée de sa main. Il pose ce carreau presque sec sur une tranche et il frappe d’un coup bref sur la tranche opposée, à l’aide de la jallāda, opérant ainsi un tassement de la terre, opération qu’il répète sur les quatre tranches.

80Il pose ensuite à plat le carreau sur la qarṭa et il frappe vigoureusement sur une des faces, puis sur l’autre après retournement (fig. 12). Le carreau ainsi traité s’aplatit et, surtout, sa surface s’égalise, les bords, par contre, se déforment. L’ouvrier lisse les deux faces à l’aide de la spatule (jannawi) glissée à plat.

81L’opération suivante, accomplie par un autre ouvrier installé à côté du premier, consiste à poser sur le carreau façonné la qāla et, à l’aide du jannawi, lame inclinée, de trancher en biais (en suivant la pente du calibreur) les bords de la mzehrῑa qui reçoit ainsi sa forme définitive (fig. 13).

82Après quoi, les carreaux sont à nouveau mis au séchage, d’abord à plat sur l’aire, pendant deux jours, puis disposés en écailles de façon à ce que l’air puisse circuler sur toutes les faces pendant deux autres jours. Le produit est alors prêt à être enfourné pour la première cuisson.

83Préparation des briques de bordure (bejmāt). Ces pièces rectangulaires comptent 0,145 m de longueur sur 0,05 m de large et 0,025 m d’épaisseur, mais, ces mesures peuvent varier suivant la demande et aller jusqu’à 0,20 m de long. Elles sont utilisées surtout pour le pavement des patios ou pour celui des allées des riāḍ.

PLANCHE VI

PLANCHE VI

Outils des fabricants de carreaux.
a - aiguille mšokk
b - moule qâleb
c - battoir jallâda
d – qâla

PLANCHE VII

PLANCHE VII

Outils des fabricants de briques de pavage.
a – bejmât
b - ḥosâr

84Les phases diverses de fabrication de ces produits sont rigoureusement identiques à celles déjà décrites pour la fabrication des carreaux : seuls diffèrent les outils et tout d’abord, le qāleb à deux compartiments conçu pour former deux parallélépipèdes rectangles ; la jellāda compte 0,22 à 0,25 m sur 0,10 à 0,12 m.

85La qāla est naturellement calibrée sur les dimensions définitives de ces briques spéciales, la forme étant celle d’un tronc de pyramide à base rectangulaire sur un socle parallélépipédique.

86Les bejmāt terminées affectent donc la forme de troncs de pyramides rectangulaires. Elles seront émaillées sur leur grande base, celle qui est visible dans le pavage. Les côtés en chanfrein permettent une meilleure adhérence dans le mortier de scellement (pl. VII-a).

87Le séchage est le même que pour les carreaux de zellῑj.

88Les ḥoṣār (pl. VII-b). On appelle ḥoṣār des briquettes de 0,195 x 0,07 x 0,09 m munies d’une sorte de talon (dārra) proéminent, de 0,03 m de large, aux angles abattus (pl. VII-b) ; la face qui sera visible, et, donc, émaillée, se nomme ḥarf. Ces produits sont utilisés pour border les marches des escaliers ou le seuil des portes. Grâce à la dārra qui s’enfonce dans la maçonnerie (pl. VII) et qui s’y ancre en quelque sorte, cette briquette résiste aux coups et elle ne se descelle pratiquement jamais. Elle maintient donc en place les carreaux des marches ou les bejmāt des contre-marches.

89La confection de ces pièces ne présente pas de variantes notables avec celle des bejmāt jusqu’au stade du façonnage.

90Le façonnage, Il se fait en atelier à l’aide de balles préparées comme pour le tournage des poteries.

91L’ouvrier, assis à terre, a posé, entre ses jambes, la qarṭa sur laquelle il roule la balle en cylindre ayant à peu près 0,20 à 0,25 m de longueur. Il aplatit ce cylindre en le jetant violemment sur la qarṭa et il façonne grossièrement le talon (dārra) en frappant du revers de la main la surface du carreau et en l’aplatissant. A l’aide d’un bâton-mesure (qῑās), il coupe à l’aide du jannawi les petits côtés selon la longueur normale (un peu plus long cependant que la forme définitive, ce qui fait que le produit dépasse sur tous les côtés), puis, il passe l’objet dégrossi à l’ouvrier chargé du découpage définitif (qṭi).

92Ce maître ouvrier (ma‛llem) est assis, jambes allongées de part et d’autre de la qarṭa. Il utilise, pour son travail, une qāla de type spécial. En bois de cèdre, elle se compose d’une planchette de 0,20 sur 0,075 m (fig. 14), sur laquelle est fixée, perpendiculairement, une seconde planchette de 0,20 x 0,35 m.

93Le maître ouvrier pose, sur la qarṭa (partie la plus large), la masse d’argile grossièrement modelée. Il frappe à l’aide de la jellāda sur cette partie de façon à la régulariser et à marquer l’angle droit que doit faire la dārra sur la partie principale du ḥaṣār. Il effectue un travail semblable sur la dārra posée à son tour à plat sur la qarṭa.

94L’opération suivante consiste à poser sur la pièce à modeler, la jellāda butant contre la dārra et à tailler ce qui dépasse à l’aide du jannawi, puis à lisser avec la lame de cette spatule.

95A ce moment entre en jeu la qāla spéciale qui est posée sur la pièce, laquelle, bien appliquée et épousant les formes déjà bien marquées du ḥosār, va permettre la découpe de toutes les aspérités.

96Enfin, on place la pièce à achever sur la dārra et on appuie la qāla sur le ḥarf comme l’indique la figure 15, ce qui permet d’ébarber l’argile de l’ūjaḥ et de lisser le ḥarf sur les bords.

97On coupe ensuite les deux petits côtés de la dārra en sifflet ; il ne reste plus qu’à faire sécher les pièces sur l’aire, opération qui dure de deux à quatre jours suivant les saisons.

  • 22 Kūša ‛arbï à Nabeul, kῡša maglûga à Djerba. Sur ces techniques, on pourra consulter Auscher E.S. e (...)

98La cuisson. Le four des zellῑjeurs (kūša) (pl. VIII)22. C’est le même four qu’utilisent les potiers et les fabricants de tuiles demi-rondes. Il diffère assez sensiblement du four des briquetiers bien que les principes de la chauffe soient identiques.

PLANCHE VIII

PLANCHE VIII

Four des zellijeurs.

  • 23 Longueur de la banquette : 3,53 m, largeur, 1,70 m, hauteur, 0,92 m. Dimensions de la porte : 0 60 (...)
  • 24 Ce four ne représente pas le type le plus courant par son aspect extérieur ; souvent, en effet, la(...)

99Ses dimensions sont beaucoup plus réduites23. Celui que nous avons étudié se présente ainsi : un bloc de maçonnerie à la base formant, vu de face, une sorte de banquette au centre de laquelle se trouve une porte en arc ovoïde, c’est la porte du four bāb el-sjen, percée dans un défoncement incurvé de la façade. Sur ce bloc, un second, à face plate, au centre duquel s’ouvre une haute porte (celle de la chambre de cuisson) bāb el-frῑna, à bords chanfreinés, ce qui réduit l’entrée. Cette porte dépasse curieusement la hauteur du bloc protecteur (jebba). Celui-ci, carré, est maçonné de briques24.

  • 25 Comparer aux fours de Nabeul et à ceux de Djerba. Ceux du Vieux Caire diffèrent assez sensiblement (...)

100A la partie supérieure, on peut noter une frise de petits tambourins qui, apparemment, ne semblent jouer aucun rôle dans la cuisson car les autres fours de l’atelier en sont dépourvus. Pourtant, ce sont les serrāqa ou ouvertures qui obstruent ou non le tirage et qui permettent de régler le feu. Dans les autres fours, le tirage se fait par des ouvertures plus simples à gauche de la porte du sjen25.

101Sur ce second étage est posé le sommet du foyer en tronc de cône d’une hauteur de 0,86 m. La partie supérieure formant un cercle ouvert de 0,95 m à 1 m de diamètre. Sur ce tronc de cône sont percés diverses ouvertures ou mnāfes. Au ras du sommet du bloc (jebba), ce sont trois demi-lunes que l’on peut obstruer, le moment venu, avec un mortier d’argile et de paille hachée. Un peu plus haut, ce sont quatre ouvertures carrées que l’on bouche, si besoin est, avec un carreau. Quant à l’ouverture circulaire du sommet, largement béante, elle peut être aveuglée partiellement ou totalement par une tôle ondulée (pl. VIII).

102A gauche de cette façade du four, un escalier de 5 marches conduit à la banquette. Il se prolonge d’un autre escalier de 8 marches qui permet l’accès à la partie supérieure du four. Ces deux escaliers séparent et desservent deux fours : celui que nous décrivons et son frère jumeau, à gauche.

  • 26 A Djerba, la dukkāna est le sol même du foyer (Combès-Louis, op. cit.. p. 61). A Nabeul, c’est une (...)

103Intérieurement, le sjen ou chambre de chauffe, est à 2,10 m en sous-sol soit, à environ 3 m sous la sole (ġarbāl). le sol de ce sjen. de plan rectangulaire, arrondis sur les petits côtés (pl. VIII-a) n’est pas uni Une sorte de large banquette (dukkāna) (pl. VIII-b)26, en fer à cheval, occupe toute la partie sous le ġarbāl et déborde vers l’avant où se trouve la chambre qui recevra le combustible : la lūza (pl. IX-b).

104La dukkāna est à environ 0,20 m de hauteur au-dessus du fond. Elle est maçonnée de briques Elle supportera les pièces à cuire, telles que les bejmāt ou les ḥoṣar, qu’on entassera pour une première cuisson.

105Au-dessus, c’est-à-dire au plafond, on trouvera, sur la lūza, une voûte en berceau orientée dans l’axe conduisant de la porte du foyer à la sole. Ce berceau se termine en cul-de-four sur sa partie antérieure celle qui se trouve le plus près de la porte. Au fond, on voit les superstructures de la sole, à savoir une série d arcs-boutants et trois arceaux appareillés de briques (pl. IX-A). Ce sont les aqwās sur lesquels repose la sole percée de trous, celui du centre se nommant šareq ou ṭaqba dial-lwasṭ.

106Au-dessus de la sole est la chambre de cuisson (frῑna) ; la sole, vue de la chambre de cuisson (frῑna), est un disque de 2,25 m de diamètre percé, au centre, d’un gros trou rond. Le long de la paroi du four, on compte 14 trous. La partie intermédiaire est elle-même percée de 8 trous (pl. IX-B). Ce sont les mnāfēs qui doivent laisser passer les gaz chauds et qui, pour cette raison, ne doivent jamais être obstrués lors du chargement. Par contre, lorsque le four est au repos (il reste, en fait, quelques braises sous les cendres et des gaz chauds dans le sjen, ce qui facilite une nouvelle cuisson), on bouche les mnāfēs et le šāreq à l’aide de carreaux.

PLANCHE IX

PLANCHE IX

Éléments du four des zellijeurs.
1. Sole ; A, vue par dessous ; B, partie supérieure.
2. Plan du foyer ; a, passage de l’air chaud ; b, foyer ; c, banquette.

107La chambre de cuisson est un vaste tronc de cône aux bords arrondis (tennūr), ouvert sur le devant par le bāb el-frῑna, haute porte qui donne accès à l’intérieur, mais, contrairement à ce qui se passe dans le four des briquetiers, il n’y a pas, ici, de porte postérieure dans le cône terminal. Le cercle, largement ouvert du sommet, est appelé rās el-tennūr ou keskēs.

108Le chargement du four (carreaux mzāhrῑ). Cette opération réclame une très grande habileté et elle est, pour cela, confiée à un spécialiste expérimenté.

  • 27 Procédé assez identique d’enfournement à Nabeul (Lisse-Louis, op. cit.. p. 185 et sq.).

109Chargement des dkāken du sjen27. On place d’abord une série de carreaux en les appuyant les uns contre les autres par une de leurs arêtes, de telle sorte que l’alignement forme une série de V alternativement ouverts puis renversés (pl. X-a). Le spécialiste utilise, pour caler son frêle équilibre, des boulettes de glaise molle qui collent provisoirement les arêtes entre elles. La taille en chanfrein des pièces en facilite également l’entassement. Sur ce château de cartes, le spécialiste pose, à plat, des carreaux, laissant un petit espace entre eux pour le passage des gaz chauds. Il obtient ainsi une sorte de plancher sur lequel il entasse des couches successives de carreaux disposés en épis. Là encore, il évite de coller les produits les uns contre les autres afin que l’air chaud puisse passer à travers le four. La hauteur totale de ces empilements peut atteindre plus de 1,50 m.

110Le chargement de la frῑna. Le spécialiste entre dans la chambre de cuisson et il commence le chargement de la sole par le fond pour revenir peu à peu vers la porte. Le premier travail consiste à dresser, sur les bords du four, des tuiles demi rondes qui aideront les gaz chauds à pénétrer. Après quoi, il obstrue la porte en plaçant au milieu un petit pilier de carreaux disposés les uns sur les autres (pièces déjà cuites). Entre ce pilier et les bords de l’entrée, il entasse en V d’autres produits cuits qui retiendront le chargement. Cet empilement s’élève progressivement (pl. X-c).

111Les lits tiennent d’un véritable prodige d’équilibre. Le spécialiste, en effet, pose les carreaux debout, arête contre arête, et il les accole avec des petites boulettes de glaise, constituant ainsi des sortes d’alvéoles d’un vaste gâteau de cire d’abeilles. Sur ce premier lit, si patiemment échafaudé, il en dispose un second en quinconce pour assurer plusieurs appuis. Lui-même n’hésite pas à poser une planche sur laquelle il s’accroupit pour atteindre le fond du four. Le chargement complet (jusqu’à hauteur des mnafēs de la calotte supérieure) demande de deux à trois jours d’efforts. Des enfants passent, au fur et à mesure, les carreaux à empiler au maître (pl. X-b et fig. 14 et 15).

112Enfin, lorsque le travail est achevé et que la porte est bouchée par les carreaux, on la maçonne à l’aide de dalles plates superposées, collées à l’argile mêlée de paille hachée et on lute le tout à l’aide de ce mélange. Tout est prêt pour le début de la cuisson.

  • 28 Vers 1915, Bel signalait les combustibles suivants : palmier nain (dῡm), des chardons blancs (jern (...)

113Le combustible (ḥarq). A l’heure actuelle, on utilise le palmier nain (dūm), des troncs refendus d’eucalyptus et des tourteaux d’olives réduits en poudre (fῑtūr)28. Le bois est amené à dos d’âne et le Jῑtῡr par camions. Ces divers combustibles n’ont évidemment pas le même pouvoir calorifique. Pour le petit feu, on emploie d’abord le palmier nain et, pour le grand feu, on utilise essentiellement les tourteaux d’olives.

114Les instruments employés pour guider le feu sont : une fourche en bois à trois branches et un long ringard en fer (njār) d’environ 2,50 m de long, voire, parfois 3 m ou plus, tout tordu par l’usage, recourbé en œilleton à l’une de ses extrémités, en forme de raclette très recourbée à l’autre bout.

  • 29 Littéralement : le bonheur. Il est considéré comme dangereux de prononcer le mot feu.

115Le petit feu. On allume, devant la porte du foyer, des branches de palmier nain et on les projette dans le sjen où d’autres brassées vont les rejoindre. La flamme monte haut dans le sjen et la fumée apparaît au sommet du four. Le feu ainsi allumé est appelé el-‛āfῑa29. On alimente ensuite, en alternant le palmier nain et les branches d’eucalyptus, pendant quatre à cinq heures. A partir de ce moment commence le grand feu.

PLANCHE Χ

PLANCHE Χ

Enfournement des carreaux.
a - sous la sole
b - sur la sole
c - vers la porte du four

116Le grand feu. Il est obtenu par alimentation exclusive de tourteaux d’olives (fῑtūr·). Il dure 4 à 5 heures. L’allure du feu est réglée par obstruction ou non des mnafēs de la partie supérieure ou par réglage des sarrāqa voisines de la porte. Le feu est encore activé par l’action du ringard qui écarte les branches ou les tourteaux.

117Le refroidissement. La cuisson et la porte bouchée, il faut compter de 2 à 3 jours pour le refroidissement.

118Le défournement. Le délai passé pour le refroidissement, on décharge le four en commençant par la partie supérieure largement ouverte. Un peu plus tard, on dégage la porte de la chambre de cuisson, progressivement, et on décharge les carreaux qui sont disposés à terre et entassés sous un hangar où ils subiront l’émaillage.

119Le défournement se termine naturellement par l’enlèvement des carreaux qui ont été enfournés les premiers dans le sjen.

120A partir de ce moment, le carreau s’appelle zellῑj.

  • 30 A Nabeul. on verse l’émail sur le carreau à l’aide d’une tasse (Lisse-Louis, op. cit.. p. 158).

121L’émaillage30. Les céramistes de Fès continuent encore à broyer quelques émaux et, surtout, à fabriquer la calcine (mélange de plomb et d’étain) dans des fours accolés à un four de potier.

  • 31 Le four à émaux est appelé mahraq à Nabeul. Il diffère légèrement de celui utilisé à Fès (Lisse-Lo (...)

122Le four à émail (kūša dial el-ẖfῑf) (pl. XI et fig. 18 et 19)31. Le four est construit dans un gros bloc de maçonnerie utilisant les matériaux les plus hétéroclites : briques, blocs de pierre, débris de tuyaux ou de poteries. Ce bloc compte, sur le four étudié (atelier Seghrini), 3,40 m de long sur 1,70 m de haut. Vu de face, il présente deux ouvertures, l’une en forme de porte appareillée de briques et surmontée d’un arc de plein cintre en briques. Cette porte compte 0,50 m de large et 0,90 m de haut. C’est le foyer que l’on obstrue partiellement au moment de la cuisson. Il est profond de 1,63 m (pl. ΧΙ-b). A gauche de cette ouverture et à 0,60 m s’ouvre une sorte de gueule de four en demi cercle légèrement brisé à la clé, appareillé de briques dont le seuil, une pierre plate, se trouve à 0,64 m du sol.

123L’intérieur. Le foyer est voûté en berceau, mais le four à émaux affecte la forme d’une portion de sphère posée sur un sol légèrement incurvé (pl. XI-c). Le diamètre intérieur est de 1,73 m. Le foyer communique avec le four par un trou pratiqué dans la paroi qui les sépare (pl. ΧΙ-b et c).

124La chauffe. On utilise, pour la chauffe de ce four, du palmier nain et, surtout, des tourteaux d’olives réduits en poudre ((fῑtūr). Au moment de la chauffe, la porte du foyer est murée dans sa partie supérieure à l’aide de plaques scellées à la glaise et superposées. On ne laisse libre que la partie inférieure où le combustible est introduit, et, au besoin, on place devant cette ouverture, une plaque de tôle ondulée pour réduire le tirage si besoin est. Il n’y a pas de cheminée. Le combustible flambe d’abord grâce à l’appel d’air du four, puis, il se consume en braises. Pendant la montée de la température, la porte du four est masquée par la plaque de tôle, ce qui évite des pertes de chaleur et ce qui règle le tirage, car cette plaque est mobile. Elle est naturellement enlevée pendant la fonte des produits.

  • 32 Pour Nabeul, cf. P. Lisse et A. Louis ; Les potiers de Nabeul. pp. 81 et s-s. fig. 36 et 37.
  • 33 ẖfῑf= léger, curieux euphémisme. A Nabeul on n’hésite pas à employer le mot ṯqîl= lourd.

125Fabrication de la calcine32. Lorsque le four est suffisamment chaud, on y introduit du plomb (ẖfῑf)33, sous la forme de vieux tuyaux. Plus tard, on ajoutera au plomb fondu de l’étain en barre ou en plaquette dans la proportion de deux mesures de plomb pour une d’étain. Ce rapport peut varier suivant que l’on désire un émail plus ou moins blanc. Plus on ajoute de l’étain, plus le blanc sera pur, mais ce produit se fait rare et il coûte cher, alors on l’économise. Par ailleurs, une proportion plus grande de plomb donnera davantage de transparence à l’émail.

  • 34 Mjarfaf et taḥriq à Nabeul (Lisse-Louis, op. cit.. p. 82).

126Le feu est convenablement entretenu et guidé. Le mélange fondu est constamment remué par un ouvrier muni d’un long ringard (mjarfa)34. Au bout d’un certain temps, le mélange se recouvre d’une sorte de mousse terreuse, jaune verdâtre. La combinaison étain-plomb ne s’effectue bien qu’après une demi-heure ou trois-quarts d’heure. La mousse s’épaissit, elle déborde de la masse en fusion, mais l’ouvrier la réintroduit dans le magma jusqu’à ce qu’elle prenne une telle ampleur que le liquide n’apparaisse plus. La cuisson complète demande de trois à quatre heures. L’oxydation achevée, on obtient une matière jaune-brun qui servira de base à tous les émaux et qui pourra être employée telle quelle pour les fonds.

127Après refroidissement, la calcine, réduite en poudre, est recueillie dans de grands pots en terre de forme spéciale (fig. 18 et 19). Elle sera broyée dans de l’eau à l’aide d’un galet.

128Pour l’emploi de la calcine, on ajoutera à ce mélange d’oxyde de plomb et d’oxyde d’étain, du sable fin qui servira de fondant et le tout sera délayé dans l’eau d’un grand récipient en terre (mḥabēs). Ainsi préparée, cette pâte servira de fond aux zellῑj.

PLANCHE XI

PLANCHE XI

Four à émaux.
a - vu de face
b - coupe horizontale
c - coupe verticale

129D’autres émaux, mélangés à la calcine et au sable dans des proportions bien définies, donneront les divers tons : noir, bleu, vert, jaune, etc., employée pour les zellῑj. Autrefois, la plupart de ces colorants étaient obtenus avec des minerais locaux calcinés dans les fours pendant la cuisson des poteries. A l’heure actuelle on a recours à des émaux d’importation achetés en poudre, mais la plupart des faïenciers savent encore broyer et cuire les émaux.

130Le vieux moulin à eau de la Médina, décrit par Bel, existe toujours. Il est encore employé pour broyer calcine et sable fin mêlés.

131L’émaillage. Les carreaux cuits sont déposés en tas à la portée de l’ouvrier qui doit les émailler. Ce personnage est assis, jambes allongées de part et d’autre d’une cuve contenant le liquide jaune café au lait qui est le mélange appelé à donner, après cuisson, la couleur désirée : blanc, bleu, noir, vert, jaune, etc.

132L’ouvrier saisit le carreau entre le pouce et l’index par sa face la plus large, autrement dit, c’est la petite face qu’il plonge dans le liquide. Il passe ensuite le carreau humecté à un aide qui les dépose deux à deux, grandes faces contre grandes faces, et qui les entasse ainsi sans crainte de les voir se coller (pl. XII-b). Lorsque le tas est trop important, un second aide transporte les carreaux près du four où ils s’empilent en attendant que leur nombre soit suffisant pour permettre une seconde cuisson. Celle-ci ne diffère de la première que par un détail : on ne met jamais de carreaux émaillés dans le sjen où l’on ne place que des carreaux ne devant subir qu’une première cuisson. Donc, tous les zellῑj sont dans la frna. disposés comme il a été déjà dit précédemment. Le temps de la cuisson est le même que pour la première, soit 9 heures environ et les phases de la chauffe ne varient pas non plus.

133Après refroidissement, on défourne et on achemine les carreaux de couleur variée vers les ateliers où travaillent les tailleurs de zellῑj.

134La taille des zellῑj. Cette opération réclame une très grande habileté manuelle. Elle s’effectue généralement en atelier. Les instruments sont :

  • un encrier (qjār) (pl. ΧΙΙ-a), à deux réservoirs cylindriques, l’un contenant un liquide blanc appelé byāḍ el- ūjah, poudre dissoute dans l’eau, l’autre, un liquide bleu nommé zrῑreq ou zrāq.
  • un roseau (qalam), servant de plume pour le traçage ;
  • une réglette en terre cuite ferma ;
  • une herminette tranchante (manqāš) (pl. XII-c). Le fer mesure 0,17 m de long et 0,03 m d’épaisseur dans sa partie la plus épaisse, au centre. Les parties coupantes comptent 0,04 m de large et la partie la plus large (où se trouve le trou pour fixer le manche) est de 0,07 m. Le manche (nṣāb) est en bois d’abricotier (fig. 21 et 23) ;
  • une pierre plate (rḥā) sert de meule pour aiguiser les manqāš ;
  • un bâti assez complexe, la manjra. Il s’agit d’un curieux équilibre de briques et de parpaings non cimentés qui pourrait se résumer à ceci : un pilier central de parpaings, deux dalles disposées en V et soutenues par des briques formant étai, un morceau de fer ou de pierre dure (basalte), voire un tesson de terre cuite posés sur le bord du V et dépassant du bâti ; enfin, un équilibre de briques ayant pour fonction de fixer fortement la pièce essentielle appelée fumm n‛qaṣara ou fumm el-ḥijra (pl. XlII-b).

135De part et d’autre de ce bâti, deux ouvriers peuvent travailler simultanément.

136La technique de taille : le traçage. Cette opération est effectuée par des enfants qui témoignent d’une dextérité et d’une sûreté de main remarquables. Le traçage le plus simple consiste à tirer une ligne médiane qui divise le carreau en deux rectangles ou d’opérer un traçage en croix qui déterminera quatre petits carrés. Si le carreau est émaillé bleu, l’enfant trempe son qalam dans le liquide blanc. Si, par contre, il a affaire à une pièce blanche, il utilise le liquide bleu. Il pose sa réglette sur le carreau, au centre, avec une sûreté extraordinaire et, d’un geste prompt, il trace le trait.

137Le traçage des pièces plus complexes, qui entrent dans la composition de figures découpées, s’effectue en utilisant, comme gabarit, un tesson déjà émaillé et cuit. L’enfant pose cette pièce sur le carreau et il trace en suivant les bords. Il excelle à disposer le modèle de telle sorte que la surface maximum du carreau soit utilisée et la vitesse du traçage est impressionnante (fig. 22).

PLANCHE XII

PLANCHE XII

Outils de zellijeurs.
a - encrier qjâr
b - empilement des carreaux
c - manqâš

138Un second enfant fait la navette entre le marqueur et les tailleurs, les qaṣṣār. leur apportant les carreaux à découper.

139La taille. La plupart du temps, deux ouvriers travaillent sur la manjra. Ils se font vis-à-vis et plaisantent souvent entre eux tout en travaillant. Le qaṣṣār se tient accroupi, à demi agenouillé, il prend le carreau de la main gauche entre le pouce et l’index, il le pose sur la saillie tranchante du fumm. à hauteur du trait tracé et, à l’aide de l’herminette tranchante (manqāš), il frappe à petits coups secs le long du trait. Le carreau se casse généralement assez vite. L’ouvrier abat alors les côtés, leur donnant un chanfrein contraire à celui qu’ils avaient jusque-là, autrement dit, la surface émaillée, auparavant la plus petite, devient la plus grande dans les petits carrés taillés. Toutes ces opérations se font, le carreau appuyé sur le tranchant du fumm.

PLANCHE XIII

PLANCHE XIII

a - carreau émaillé
b - manjra

PLANCHE XIV

PLANCHE XIV

1. el-kûf el-karmat
2. el-kûf el-mahraṭ
3. Luwâya
4. ẖâtem
5. Bawla
6. Nzîq
7. šarâfa

140La taille de motifs plus complexes, qui comprennent notamment des courbes et des angles (pl. XIV), réclame une plus grande expérience. Certains artisans ont acquis d’ailleurs une telle maîtrise qu’ils arrivent à tailler et à ciseler des morceaux à peine plus gros qu’un pois chiche. Il peut, certes, se produire des accidents de taille, qu’un carreau se casse de travers ou qu’il se brise en éclats. L’ouvrier rejette alors les débris qui seront récupérés pour être taillés en morceaux plus petits faisant partie d’un autre décor ; les plus menus éléments sont ainsi tirés de ces rebuts.

141On travaille par série, c’est-à-dire qu’un ouvrier n’exécutera que des motifs identiques durant un laps de temps déterminé : une journée, par exemple. Ces éléments sont entassés à côté du spécialiste puis comptés et placés dans un couffin spécial.

  • 35 Voir, entre autres, A. Paccard, le Maroc, (v. bibliographie) qui donne de nombreux détails sur la (...)

142Quelques types de zellῑj (pl. XIV). Il ne saurait être question de donner une étude approfondie des divers éléments des zellῑj et encore moins de dresser un répertoire des décors connus, recherche qui réclamerait une enquête beaucoup plus longue pour cette étude et fort bien menée ailleurs35. Nous donnons seulement ici une idée de ce qu’étaient les combinaisons les plus courantes.

143La planche XIV donne quelques-uns des éléments exécutés devant nous. Nous retiendrons le ẖātem ou étoile, qui joue un rôle prépondérant dans la composition des motifs étoilés (bandeaux entrelacés) que nous retrouvons dans les décors sur bois ou sur bronze. Le ẖātem peut compter un nombre variable de branches. On le précise en passant la commande. Exemple : une étoile à six branches sera appelée ẖātem sedsa, celle à huit branches est le ẖātem tsāmma, etc.

144Un motif assez complexe, couramment employé en bordure des panneaux de zellῑj se nomme šarāfa (pl. XIV). Il se compose de huit pièces :

  • Deux bordures en bandeau blanc recticurviligne (pl. XIV-a) appelés laqṭῑb el-šarāfa.
  • Deux motifs découpés (pl. XIV-c) bleu foncé.
  • Un motif plus allongé (pl. XIV-d) appelé ḥanq el-šarāfa, bleu.
  • Une pastille en amande (XIV-b) nommée nzaq, jaune foncé.
  • Un croissant (XIV-e) appelée hilāl el-šarāfa, jaune.
  • 36 L’origine de cette technique et l’emploi de zellīj dans le décor des palais est andalouse. Il ne s (...)

145Le petit carré (nzῑq) (fig. 6, et pl. XIV) répété et posé sur la pointe, entre également dans la composition des bordures. Il ne s’agit là que d’un bref aperçu de la variété des décors qui est très grande, et les vastes panneaux qui ornent les belles fontaines de patios des riches demeures, offrent, aux regards, une palette, souvent éblouissante, de ces marqueteries de céramique36.

  • 37 A. Paccard, op. cit. a donné d’abondants documents photographiques sur la pose des zellīj et sur l (...)

146Pose des zellῑj (fig. 24)37. Ce travail peut s’effectuer en atelier ou sur place suivant la nature du décor. Nous n’évoquerons pas ici la pose sur place (v. infra), nous parlerons seulement de la pose en atelier qui ne concerne que les panneaux ornant les lambris des portes ou des fenêtres.

PLANCHE F

PLANCHE F

Compositions de zellīj.

147Le monteur fixe sur son établi deux baguettes de bois parallèlement ; ces montants sont de section carrée (0,04 x 0,04 m) dont la longueur correspond à celle du panneau à exécuter. L’espacement de ces deux baguettes correspond naturellement à la largeur de l’embrasure à orner. L’artisan nettoie bien la surface entre ces deux montants, puis il exécute, à l’envers, le montage des divers éléments du décor qu’il a en tête ou qui lui a été commandé, véritable puzzle délicat et long qui réclame une assez grande expérience (fig. 24).

148Lorsqu’il a achevé son montage, il gâche du plâtre et il le coule à ras bord des montants en bois en agitant le liquide pour qu’il pénètre entre les interstices ce que facilite la taille en biais des zellῑj.

149Il ne reste plus qu’à attendre la prise du plâtre et à procéder, le lendemain, au démoulage.

150Les grands décors de fontaines, ceux des colonnes ou des murs, sont exécutés sur place. A l’heure actuelle, les éléments sont scellés dans un mortier de ciment, mais, autrefois, on n’utilisait que le plâtre, ce qui assurait une moins grande solidité et une moins grande résistance à l’humidité.

151Fort heureusement, en dépit du succès grandissant des carreaux industriels, imitant souvent les zellῑj (mais beaucoup moins chers), en dépit des « granitos », meilleur marché encore, les amateurs (riches) des vrais zellῑj sont encore assez nombreux pour assurer un travail régulier aux 378 artisans recensés (41 patrons, 295 ouvriers et 42 apprentis).

152Une loi en préparation prévoit une protection de la corporation sous la forme de l’obligation faite aux architectes d’employer les zellῑj dans les bâtiments officiels (hôtels en particulier).

Quelques compositions décoratives de zellīj

  • 38 Dans son étude magnifiquement illustrée, A. Paccard a recueilli de nombreuses maquettes de ma‛llem (...)

153Comme dans d’autres techniques, en particulier dans la sculpture sur bois ou la ciselure sur cuivre, les compositions décoratives peuvent paraître très complexes et témoigner non seulement d’un sens inné de la géométrie plane, mais d’un réel talent de compositeur. Ce dernier ne saurait être mis en doute, et l’on peut admirer sans réserves certaines maquettes de ma‛llem, exécutées sur des feuilles de papier quadrillé avec, pour tout instrument de précision, la règle et le compas et avec aussi parfois, de nos jours, crayons de couleur, voire lavis38. En fait, une bonne part d’intelligence, une longue pratique et un certain atavisme, hérité de générations successives de maîtres, sont, sans doute, les seules formations scientifiques du ma‛llem, ses seules études mathématiques, sa seule scolarité. Ceci dit, n’est pas ma‛llem qui veut, et certains de ces véritables artistes jouissent d’une solide réputation nullement usurpée. Leurs possibilités de combinaisons géométriques paraissent inépuisables.

154Nous n’avons donc pas la prétention d’en donner ici une étude exhaustive, mais, simplement, nous voudrions évoquer quelques thèmes susceptibles de donner un aperçu de ces techniques de composition. Le processus suivi, en partant de ce qui nous paraît le plus élémentaire, ne correspond pas nécessairement à un processus historique qui réclamerait une enquête beaucoup plus poussée.

155Compositions à partir du carreau non taillé. Une apparente règle, que l’on pourrait être tenté d’ériger en principe tant la pratique de l’art musulman nous la révèle constamment, c’est que le carreau est toujours disposé sur l’une de ses pointes et, pratiquement, jamais sur l’un de ses côtés.

156A partir de là, nous pouvons avoir des alignements horizontaux de carreaux posés sur pointe (pl. F), en deux tons : une rangée marron (ou vert), une rangée blanc, ou plusieurs tons régulièrement alternés.

157Des carreaux posés sur pointe faisant alterner le carreau entier et le quart de carreau avec intervention de briquettes rectangulaires (pl. F). Une composition identique utilise des petits carreaux étoilés à la place des quarts de carreau.

158Des demi-carreaux ou briquettes rectangulaires peuvent être montées en épis alternant deux couleurs et de jolis camaïeux (pl. F).

Composition à partir de carreaux taillés

  • Taille à angle droit. En superposant un carré posé sur pointe et un carré posé sur un de ses côtés, suivant les axes, on obtient une étoile à 8 pointes qui peut s’inscrire dans un carré. Si l’on fait pivoter un carré, on multiplie le nombre de branches et on obtient des motifs étoilés de plus en plus complexes. Cette complexité était déjà apparente à l’Alhambra39, elle ira en s’accentuant à Fès dans le décor de certaines médersas40 (fig. 25) (pl. F).
  • Les courbes. Dans les azulejos de l’Alhambra, on peut voir des éléments curvilignes montés en étoile qui évoquent une hélice41. A Fès, on taille des figures courbes dont le montage donne des formes lancéolées assez semblables aux fleurons almohades42. Des bandeaux courbes permettent même des enlacements en boucles43.
  • 44 Ibid., p. 448.

159A ce stade de la technique, on peut atteindre des compositions d’une souplesse étonnante alternant éléments droits et courbes44. On comprendra qu’il ne nous est pas possible de citer toutes ces combinaisons.

  • 45 Paccard, op. cit.. p. 208.
  • 46 Id., p. 210.
  • 47 Id., p. 222, 224, 225, etc.

160Les schémas de composition. Le principe le plus courant des compositions de grands panneaux de zellῑj est le carré. C’est par des subdivisions de cette figure que s’ordonnent, le plus souvent les ensembles avec leurs éléments de remplissage. La subdivision la plus courante est celle qui procède des diagonales et des médianes45, laquelle peut aboutir à des alignements de carrés posés sur pointe (pl. F) ou à des alignements de figures étoilées inscrites dans des carrés46. Plus complexes sont les trames en losanges47.

  • 48 Alhambra. op. cit.. pl. 25.
  • 49 Paccard, op. cit., p. 400.

161Parfois, le décor s’apparente à un semis d’éléments simples mais, en fait, très ordonnés, déjà décelables dans les bains de l’Alhambra de Grenade. Ils présentent alors une fort belle gamme de bruns foncé et clair alternant avec des éléments de même forme mais blanc ocré très légèrement. On en retrouve l’écho à Fès, dans des gammes modernes moins harmonieuses48, mais aussi dans des camaïeux bleu et blanc49. Là encore, nous nous bornerons à renvoyer à des études plus complètes.

162Les carreaux excisés. Une des curiosités de cette période mérinide est l’emploi, dans les décors, de carreaux excisés, autrement dit, de carreaux émaillés (le plus souvent noirs), écorchés à l’aide de l’outil spécial utilisé par les zellijeurs et décrit précédemment, selon un tracé le plus souvent calqué. De très beaux témoins de ce travail délicat peuvent être admirés à la médersa al-’Aṭṭārῑn (fig. 26). Une telle technique permet les décors les plus souples, ceux que l’on pourrait retrouver dans les cuivres ciselés ou dans les peintures : rinceaux enroulés en volutes, fleurons à lobes lancéolés ou palmettes recourbées en crosse, bien connues du répertoire des Almohades. Elle permet également ces beaux bandeaux épigraphiques à base de caractères néo-coufiques aux hampes allongées et entrelacées sur un fond de végétation stylisée (fig. 26 et Pl. F-e).

163Les carrelages. Les carrelages eux-mêmes peuvent donner lieu à des compositions décoratives, assez limitées cependant.

164Les bejmāt sont employées, de chant, en des alignements en épis, surtout dans les patios des maisons.

  • 50 Alhambra. op. cit., p. 18.

165Les carreaux émaillés entiers, posés sur pointe dans des bandes, alternant deux tons : vert et blanc ou noir et blanc ou brun et blanc, ornent les cours des médersas aussi bien que celles des maisons. La chromie peut parfois comporter trois tons (fig. 26). D’autres combinaisons plus savantes à base de losanges ou d’étoiles étaient connues à l’Alhambra50, tandis qu’à Fès, on peut voir également des briquettes (demi-carreau), disposées à angle droit enserrant des petits carrés blancs.

166Conclusion sur l’art des zellijeurs. La complexité du décor est naturellement fonction de la commande, autrement dit, la richesse du client et ses exigences conditionnent le travail.

167Peut-on suivre une évolution à partir des témoins les plus anciens ? Sans doute, mais non sans une étude très poussée tant il est vrai qu’à Grenade on trouve déjà des panneaux d’une étonnante complexité. Les médersas de Fès, en dépit de restaurations successives dont on ne peut pas toujours mesurer l’ampleur ni juger de la valeur, nous offrent, dès le xive siècle, des compositions extraordinaires de richesse dont les demeures contemporaines ont parfois hérité. Plus que le décor lui-même, c’est sans doute la gamme des tons utilisés et la teinte des émaux anciens qui pourraient permettre un classement dans le temps, mais les émaux naturels ont été utilisés jusqu’au début de notre siècle et les tonalités n’ont probablement pas évolué sensiblement depuis la période des Mérinides. Elles se résumaient à diverses variétés de bruns pouvant aller d’une teinte presque noire à un ocre jaune foncé, à des bleus plus ou moins nuancés, à des verts amandes... Aujourd’hui, cette gamme sobre s’est singulièrement enrichie sans que l’on puisse prétendre que l’art y ait gagné, et, le noir brillant est venu remplacer le brun foncé, le jaune citron se substituer à l’ocre jaune, la gamme des verts atteint des tonalités à la limite de l’admissible ; des tons rouges, violets, bleus constituent des palettes criardes qui font regretter la sobriété d’antan.

168Lorsqu’on connaît le prix exorbitant de ces revêtements muraux traditionnels, concurrencés par des imitations (peintures sur carreau non taillé) on est surpris de constater qu’une technique aussi savante ait pu subsister.

169Il ne nous appartient pas, ici, d’en rechercher les multiples raisons, mais, de toute évidence les plus vraisemblables sont le mécénat officiel ou privé, et aussi, un attachement fidèle au passé.

170Fès, à n’en pas douter, reste le dernier bastion de cet attachement à la tradition. Grenade l’a oubliée depuis longtemps, n’en conservant que les éléments de pavage qui restent remarquables.

171Précédemment, nous avons cité les zellῑj de Tétouan, mais il semble bien que cette technique, très différente de celle de Fès, n’existe plus qu’au petit conservatoire local, lequel peut, à l’occasion, travailler à la commande pour des particuliers.

Les briques de pavage

172Ce matériau n’est autre que les bejmāt dont nous avons étudié la fabrication ; mais ils sont alors utilisés dans des pavages ne présentant qu’un de leur petit côté et ils sont disposés en épis, la plupart du temps. Cet emploi conditionne donc leur forme qui diffère de celle des simples bejmāt. Les briquettes dont il s’agit sont à bords droits, formant un parallélépipède parfait. Après la première cuisson (la seule en ce qui concerne les pièces précédemment étudiées), elles sont émaillées sur un côté (celui qui sera exposé) et les produits sont recuits.

173Les dimensions de ces briquettes peuvent varier. Généralement, elles sont confectionnées sur un moule ne dépassant pas 0,18 m de long, leur épaisseur est de 0,25 m et leur largeur oscille autour de 0,10 m. La seule partie visible mesure donc 0,18 x 0,03 m. Mais, dans les maisons les plus anciennes, on relève des modules assez différents. Une étude plus poussée révèlerait peut-être s’il s’agit d’une mode passagère ou non.

PLANCHE XV

PLANCHE XV

a – mrâya
b – réglette
c - tuile achevée (qarmūd)

PLANCHE XVI

PLANCHE XVI

Outils de fabricant de tuiles.
a - ṭbaq
b - ḥammâr

Les tuiles, qarmūd pl. qarāmīd (pl. XVI-c)

174Ce sont les tuiles demi rondes de type antique émaillées vert, que l’on peut remarquer un peu partout au Maroc, notamment sur ces pavillons carrés à toits à quatre pentes. On trouve également ces matériaux dans les auvents qui protègent les portes et dans les corniches qui couronnent les entablements des murs des patios.

175Au temps où Bel menait son enquête, il relevait plusieurs types de qarāmῑd :

  • la māṭnῑ ou grande tuile qui atteignait 0,31 m de long,
  • la wasṭῑ ou tuile moyenne, longue de 0,28 m,
  • la mzῑbrῑ ou petite tuile de 0,25 m de long.

176Il semble que ces trois catégories ne se résument plus, de nos jours, qu’à la mzῑbrῑ, mais il se peut que d’autres ateliers soit à Fès, soit ailleurs, confectionnent les autres types.

177La tuile est émaillée sur la moitié de sa surface concave et sur le bord de sa grande ouverture, laquelle est ornée d’un décor festonné obtenu par pincement de l’argile molle (pl. XVI-c).

178Nous avons suivi la fabrication des mzῑbrῑ. Il est inutile de revenir sur les phases préparatoires telles que le travail de la terre, qui sont rigoureusement celles déjà décrites. Nous prendrons donc la technique à la phase du façonnage et du moulage.

Les outils des fabricants de tuiles demi rondes

  • Un plateau de bois aux angles arrondis, le ṭbaq, de forme légèrement trapézoïdale : longueur 0,42 m, grande base 0,28 m, petite base 0,275 m renforcé par dessous de deux baguettes transversales (pl. XVI-a) ;
  • Un gabarit (mrāya), sorte de trapèze à montants prolongés, de dimensions appropriées au type de tuile à confectionner. Les montants sont en bois plat de 0,04 m de largeur et de 0,010 m d’épaisseur (pl. XV-a). Notre dessin présente une mrāya destinée à la confection des tuiles mzïbrï ;
  • Une réglette en bois (sῑf) (Pl-XV-b) ;
  • Un moule à manche (ḥammār). Celui que nous représentons (pl. XVI-b) a 0,38 m de long, 0,09 m de largeur la plus grande, 0,06 m de petite largeur. Il compte 0,06 m à sa plus grande hauteur extérieure ;
  • Un bâti établi ;
  • Un couffin de cendres.

179La technique. Le travail s’effectue en partie en atelier, en partie au dehors, en plein air.

180Le façonnage. Un apprenti a apporté, près de l’ouvrier chargé du façonnage en atelier, une balle d’argile qu’un enfant triture longuement. Le tuilier, souvent un jeune homme, est debout devant un établi rustique : une planche inclinée vers le mur où elle bute, juchée sur un gros bidon bien calé. Un butoir, fixé perpendiculairement à la planche s’appuie, d’un côté sur le mur et de l’autre sur la planche. On pose le ṭbaq sur la planche saupoudrée de cendres, puis on y applique la mrāya, grande largeur tournée vers l’ouvrier, petite largeur appuyée sur le butoir.

181On prend une motte de terre que l’on place sur la partie vide de la mrāya, on emplit cette partie en tassant avec le poing fermé, puis on étend avec les doigts vers la partie étroite. On mouille, on prend la réglette (sīf) et on arase en mouillant et en faisant glisser d’arrière en avant par à-coups. On soulève la mrāya, on obtient ainsi une galette trapézoïdale. Les galettes se succèdent et s’entassent jusqu’à ce qu’un enfant aille les déposer dehors à l’intention du mouleur qui travaille debout (fig. 46 et 47). Celui-ci tient par le manche, dans sa main gauche levée, le ḥammār, face convexe tournée vers le haut. Il y applique la galette trapézoïdale à l’aide de sa main droite. Il façonne en faisant glisser sa main sur toute la surface, il modèle la collerette par application rapide de l’index sur le bord extérieur de la grande base.

182On décolle en tapotant ; la tuile est alors alignée à côté de celles déjà prêtes pour le séchage que suit la première cuisson.

183L’émaillage des qarāmid. L’ouvrier chargé de ce travail a, devant lui, sur le sol, une cuve de terre remplie de liquide jaunâtre. Il est accroupi près de la cuve et dispose d’une tasse. Il saisit la tuile de la main gauche, par la partie la plus étroite et il l’incline légèrement, la partie la plus large se trouvant presque au contact du liquide. Il puise l’émail et il le verse sur la moitié du produit en tournant de droite à gauche pour que la tuile soit bien enduite. Il la dépose sur l’aire où elle rejoint celles déjà prêtes pour une seconde cuisson.

184Traditionnellement, l’emploi de ces tuiles était relativement limité puisque toutes les maisons étaient couvertes de terrasse. Il est difficile de savoir si l’on produit moins aujourd’hui qu’autrefois. Il faut citer, pour en terminer avec les tuiles, les faîtières et les arêtières appelées mgrella, qui sont confectionnées de toute autre façon. On les obtient, en effet, en partant de tuyaux (qādūs) sciés en deux après cuisson, opération qui s’effectue en ville. Ces objets sont ensuite émaillés sur toute leur surface convexe et recuits dans des fours de potiers.

L’organisation artisanale

185Au temps où Bel a conduit son enquête auprès des céramistes de Fès, la corporation était encore très vivante. Elle comprenait trois catégories de travailleurs : 1. les Iwajriyyn ou briquetiers, 2. les ḥarrāš ou potiers, 3. les ṭallāῑ ou faïenciers. A la tête de chacune de ces sections se trouvait l’amῑn, personnage élu par ses pairs, patrons et ouvriers, à la majorité des suffrages exprimés par acclamation, en présence du muḥtasib, sorte de prévôt des marchands, qui observait sans prendre part à l’élection. Il représentait l’autorité gouvernementale, et, à ce titre, il était nommé par décret du souverain. Les élus l’étaient à vie, sauf dans le cas où ils perdaient la confiance de leurs mandants, l’amῑn était alors destitué par ordre du muḥtasib et l’on élisait son remplaçant. Celui-ci avait pour mission de veiller à la qualité des produits suivant des critères reconnus et adoptés, parfois consignés dans une sorte de traité (ḥisba). Cependant, déjà au début du xxe siècle, ce contrôle de la qualité ne s’effectuait plus. L’amῑn tranchait les litiges en collaboration avec les représentants de la profession ainsi que de celle d’un envoyé du Pacha de Fès. Il recevait les doléances des clients et il agissait en conséquence, en sanctionnant l’artisan fautif, mais, en fait, les pouvoirs de l’amῑn étaient très réduits par rapport à ce qu’ils avaient pu être dans le passé et il se bornait à proposer, au muḥtasib, les sanctions à prendre.

186En dépit de cette décadence, les cadres de la corporation étaient restés à peu près tels qu’ils pouvaient être au Moyen Age.

187A l’heure actuelle, il ne reste plus rien de cette organisation millénaire. Les artisans qui subsistent se sont groupés, pour la plupart, au sein d’une société coopérative dont nous n’avons pas à parler ici.

Conclusion sur la céramique de construction

188En résumé, la céramique de construction abonde dans les maisons et dans les autres bâtiments d’époque mérinide, et elle tient encore une très grande place actuellement à Fès. Tous les murs sont appareillés de briques cuites. Les auvents des entrées et ceux qui font encorbellements sur les patios, sont couverts de tuiles demi rondes vernissées. Dès l’entrée, et à la base de tous les murs, à l’intérieur comme à l’extérieur des pièces, les revêtements traditionnels sont en zellīj. La cour, les escaliers, sont pavés de carreaux émaillés ou de briquettes (bejmāt) disposés en épis, de chant. Les descentes d’eaux de pluie sont des tuyaux de céramique émaillée. Enfin, de belles fontaines égayent les cours des maisons les plus cossues.

  • 51 Meknès compte quelques artisans zellijeurs et il se peut qu’il ait existé, à partir d’une date mal (...)

189Depuis le haut Moyen Age, Fès apparaît comme le grand centre de la céramique d’art et l’on peut penser qu’elle était le fournisseur de toutes les autres cités du royaume51. Il ne semble pas que Tétouan ait pu exercer une concurrence sérieuse à la métropole marocaine. Seule, Grenade, à la période des Naṣrides, pouvait rivaliser avec la capitale des Mérinides.

Notes

1 Alfred Bel, Les industries de la céramique à Fès, Alger, Carbonnel, Paris, Leroux, 1918, 312 pages, 226 fig.

2 En plein quartier des Iwajriyyn, à Dahr Mahrez, au beau milieu des installations séculaires, deux fabriques de céramique modernes se sont installées. Elles sont équipées d’un matériel mécanique assez désuet par rapport aux techniques actuelles ; on constate cependant qu’elles ont conservé, sous un hangar une installation traditionnelle qui perpétue les techniques artisanales.
Sur le travail des briquetiers et les techniques traditionnelles, nous citerons, outre l’ouvrage de A. Bel (bibliographie), Aly Bahgat et Massoul Félix, La céramique musulmane d’Égypte, pub. IFAO, le Caire, 1930 ; Sarre Friedrich, die Keramik von Samarra. Reimer-Vohsen, Berlin, 1925 ; L. Golvin, Aperçu sur les techniques de construction à Sana (République Arabe du Yémen) in Bulletin d’Études Orientales, t. XXXI, année 1979.

3 Comparer avec les études du genre : J.-L. Combès et A. Louis, Les potiers de Djerba, Tunis, 1968, pp. 33 à 47 ; P. Lisse et A. Louis, Les potiers de Nabeul, pub. IBLA, n° 23, 1956 ; L. Golvin et J. Thiriot, Les potiers actuels de Fuṣtāṭ, pub. IFAO, 1982, et Les techniques de construction... à Ṣan‛ā p. 85, etc.

4 Il est bon de souligner ici que le travail des briquetiers traditionnels est saisonnier et on le comprendra aisément. A la saison des pluies, il est impossible de travailler sur l’aire de malaxage et de sécher les produits exposés en plein air. En fait, on ne travaille que du mois de mai au mois de novembre. Notons cependant que la grande usine dispose d’un vaste hangar et qu’elle peut assurer le travail des briquetiers traditionnels attachés à son entreprise, à peu près toute l’année.

5 Même moule à Ṣan‛ā (Yemen) où il est appelé malban (Golvin, aperçu..., p. 85).

6 Il est intéressant de comparer ces grands fours de briques à ceux utilisés à Ṣan‛ā, cf. Golvin, op. cit.

7 Largeur, 4,06 m.

8 0,85 m à la partie inférieure, 0,40 m à la partie supérieure et 1,73 m de haut.

9 Jemra à Nabeul (Lisse-Louis, υρ. cit.. p. 53). bῑt en nār à Djerba (Combès-Louis, op. cit., p. 61).

10 Idem à Djerba et à Nabeul, à noter qu’à San a, les fours des briquetiers ne possèdent pas de sole (Golvin, op. cit.. p. 84).

11 Lors de notre visite de l’intérieur du four nous avons pu constater que les cendres conservaient encore des charbons ardents en attendant la prochaine cuisson. Une chaleur à peine supportable régnait dans le foyer et, sous la sole, on entassait des briques à cuire jusqu’à une hauteur d’environ 1,50 m.

12 Même terme à Nabeul (Lisse-Louis, op. cit., p. 51), fhâḍ, à Djerba (Combès-Louis, op. cit.. p. 66).

13 Au temps où Bel a mené son enquête, on employait le palmier nain, la paille, les tourteaux d’olives et des branchages secs de fèves (Bel, op. cit.. p. 56).

14 Nous avons également entendu yājūr, prononciation signalée en Tunisie (Lisse-Louis, Les potiers de Nabeul, p. 148). yâjûr est également connu à Djerba (Combès-Louis, op. cit.. p. 304).

15 Pluriel de feẖẖār, même terme à Djerba où il faut le distinguer de gellâl = potier-tourneur (Combès-Louis, op. cit.. p. 301). Au Vieux Caire, on emploie le terme de feẖarānï (Golvin, Thiriot, Zakariya, op. cit., p. 1).

16 Bonne description de cette technique dans P. Cintas, Céramique punique, pub. Inst. des Hautes Études de Tunis, vol. III, 1950, pp. 27 et 28.

17 Dimensions 2,54 x 1,47 m (mesures prises extérieurement) ; l’épaisseur des murs étant de 0,20 m, ce qui donne une surface de base de 2,29 m2. La profondeur étant de 0,93 m, le cubage intérieur est de 3,47 m3.

18 Ḥûḍ à Djerba (Combès-Louis, op. cit.. p. 40) ; id. à Nabeul (Lisse-Louis, op. cit., p. 28).

19 A l’aide d’une barre de fer aiguisée (mesmâr) ou d’une faucille usagée à Nabeul (Lisse-Louis, op. cit.. p. 31), à Djerba, on opère au couteau, également appelé mesmâr (Combès-Louis, op. cit., p. 41).

20 Même opération en atelier au Vieux-Caire (Golvin, Thiriot, Zakariya, op. cit., p. 14), à Nabeul, le malaxage s’effectue en plein air ainsi qu’à Ṣan‛ā.

21 Comparer avec les procédés employés à Djerba (Combès-Louis, op. cit.. p. 185).

22 Kūša ‛arbï à Nabeul, kῡša maglûga à Djerba. Sur ces techniques, on pourra consulter Auscher E.S. et Quillard Ch., Les industries céramiques, terres cuites, briques, tuiles, faïences, grès et porcelaines, Paris, 1901 et M. Haussonne, Technologie céramique générale, 2 tomes, 1969.

23 Longueur de la banquette : 3,53 m, largeur, 1,70 m, hauteur, 0,92 m. Dimensions de la porte : 0 60 de large à la base 0,60 à la flèche.

24 Ce four ne représente pas le type le plus courant par son aspect extérieur ; souvent, en effet, la jebba est arrondie plus ou moins grossièrement et bâtie en gros blocs de pierre noyés dans un mortier de chaux. L’épaisseur de cette jebba varie de 0,51 à 0,60 m. Souvent aussi, le four est adossé à une butte de terre. Ici, il fait partie d’un ensemble de constructions.

25 Comparer aux fours de Nabeul et à ceux de Djerba. Ceux du Vieux Caire diffèrent assez sensiblement. Ils se présentent sous une forme allongée. Seuls les petits, utilisés pour la cuisson d’embouts de pipes, sont assez voisins de ceux d’Afrique du Nord. On distingue également, au Caire, des fours carrés pour la cuisson de pièces de petits volumes (cf Golvin Thiriot, Zakariya, op. cit.).

26 A Djerba, la dukkāna est le sol même du foyer (Combès-Louis, op. cit.. p. 61). A Nabeul, c’est une plate-forme pour poteries témoins dans le foyer (Lisse-Louis, op. cit., p. 52).

27 Procédé assez identique d’enfournement à Nabeul (Lisse-Louis, op. cit.. p. 185 et sq.).

28 Vers 1915, Bel signalait les combustibles suivants : palmier nain (dῡm), des chardons blancs (jernῑz), des branches de lauriers-roses (deflā). On remarquera que les tourteaux d’olives ne sont pas mentionnés, qui étaient pourtant utilisés dans les fours des briquetiers.
A Nabeul, on utilise des souches de jujubier ou d’olivier, des broussailles : romarin, bruyère, lentisque, des grignons d’olives et de l’alfa (Lisse-Louis, op. cit.. p. 57). A Djerba, il semble que l’on utilise seulement l’olivier (Combès-Louis on cit p. 74).

29 Littéralement : le bonheur. Il est considéré comme dangereux de prononcer le mot feu.

30 A Nabeul. on verse l’émail sur le carreau à l’aide d’une tasse (Lisse-Louis, op. cit.. p. 158).

31 Le four à émaux est appelé mahraq à Nabeul. Il diffère légèrement de celui utilisé à Fès (Lisse-Louis, op. cit.. p. 87, fig. 36).

32 Pour Nabeul, cf. P. Lisse et A. Louis ; Les potiers de Nabeul. pp. 81 et s-s. fig. 36 et 37.

33 ẖfῑf= léger, curieux euphémisme. A Nabeul on n’hésite pas à employer le mot ṯqîl= lourd.

34 Mjarfaf et taḥriq à Nabeul (Lisse-Louis, op. cit.. p. 82).

35 Voir, entre autres, A. Paccard, le Maroc, (v. bibliographie) qui donne de nombreux détails sur la technique des zellῑj (t. I).

36 L’origine de cette technique et l’emploi de zellīj dans le décor des palais est andalouse. Il ne semble pas qu’elle soit antérieure au xiiie siècle. Le palais de l’Alhambra nous offre de forts beaux exemples de ces revêtements appelés azulejos en espagnol. La variété des décors et la gamme des tons sont plus limités qu’à Fès ce qui n’enlève rien à leur valeur artistique. Il semble qu’au cours des siècles, on ait recherché la complexité des formes, témoignage évident de l’habileté des artisans fasis. En dehors de cette ville, on connaît quelques ateliers de zellijeurs à Meknès. A Tunis, on a employé des zellīj dans des bâtiments du xviie siècle tels que la mosquée de Sῑdῑ Mahrez et le dār Lajimi (cf. J. Revault, Palais et demeures, t. I). Notons encore qu’à Tétouan, on fabrique des imitations de zellīj découpés dans la pâte encore molle avant l’émaillage.
Sur ces marqueteries, on consultera, entre autres : Cid Carlos, Los azulejos, Barcelone, 1950 ; Calvan Luisa, El Corne al gran azulejo hispano-arabe del Museo Arqueologico Nacional, Revista de Archivos Bibliotecas y Museos. LXV, 1958, pp. 619-29 ; G. Audisio (v. bibliographie). Ferrá. B. Azulejos antiguos, Boletín de la soc. arquelógica Lubiana, X, pp. 299 et sq., González Martí, Manuel, Ceramica del Levante español, Barcelone, 1933, chap. III. etc.

37 A. Paccard, op. cit. a donné d’abondants documents photographiques sur la pose des zellīj et sur leur montage (vol. 1).

38 Dans son étude magnifiquement illustrée, A. Paccard a recueilli de nombreuses maquettes de ma‛llem, signées de leurs auteurs ; nous renvoyons le lecteur à cette publication citée en bibliographie.

39 L’Alhambra. op. cit.. pl. 11, 12, 14, 18, etc.

40 Médersa al-‛Aṭṭārῑn (cf. Ch. Terrasse, op. cit.. fig. 24).

41 L’Alhambra. op. cit.. pl. 15.

42 Paccard, op. cit.. p. 451.

43 Ibid.

44 Ibid., p. 448.

45 Paccard, op. cit.. p. 208.

46 Id., p. 210.

47 Id., p. 222, 224, 225, etc.

48 Alhambra. op. cit.. pl. 25.

49 Paccard, op. cit., p. 400.

50 Alhambra. op. cit., p. 18.

51 Meknès compte quelques artisans zellijeurs et il se peut qu’il ait existé, à partir d’une date mal définie, une sorte de succursale de Fès dont il subsiste les vestiges.

Table des illustrations

Titre PLANCHE I
Légende Carte générale de Fès.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2311/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre PLANCHE II
Légende Travail de la terre.a - moule à briques, qâlebb - séchage des briques
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2311/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Le four des briquetiers.a – profilb - plan
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2311/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre PLANCHE IV
Légende Le four des briquetiers : demi-coupe et face.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2311/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre PLANCHE V
Légende Sole du four des briquetiers.A - Vu de dessusΒ - Vu de dessous
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2311/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre PLANCHE VI
Légende Outils des fabricants de carreaux.a - aiguille mšokkb - moule qâlebc - battoir jallâdad – qâla
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2311/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre PLANCHE VII
Légende Outils des fabricants de briques de pavage.a – bejmâtb - ḥosâr
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2311/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre PLANCHE VIII
Légende Four des zellijeurs.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2311/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre PLANCHE IX
Légende Éléments du four des zellijeurs.1. Sole ; A, vue par dessous ; B, partie supérieure.2. Plan du foyer ; a, passage de l’air chaud ; b, foyer ; c, banquette.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2311/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre PLANCHE Χ
Légende Enfournement des carreaux.a - sous la soleb - sur la solec - vers la porte du four
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2311/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre PLANCHE XI
Légende Four à émaux.a - vu de faceb - coupe horizontalec - coupe verticale
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2311/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre PLANCHE XII
Légende Outils de zellijeurs.a - encrier qjârb - empilement des carreauxc - manqâš
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2311/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre PLANCHE XIII
Légende a - carreau émailléb - manjra
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2311/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre PLANCHE XIV
Légende 1. el-kûf el-karmat2. el-kûf el-mahraṭ3. Luwâya4. ẖâtem5. Bawla6. Nzîq7. šarâfa
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2311/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre PLANCHE F
Légende Compositions de zellīj.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2311/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre PLANCHE XV
Légende a – mrâyab – réglettec - tuile achevée (qarmūd)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2311/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre PLANCHE XVI
Légende Outils de fabricant de tuiles.a - ṭbaqb - ḥammâr
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2311/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Mollatamazon.fr