Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le décor sur bois dans l’architecture de Fès

 | 
Catherine Cambazard-Amahan

III. Étude des bois almohades

Règne des Almohades ou unité politique et artistique du Maghreb et de l’Andalousie

Texte intégral

  • 1 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 277.

1Si les Almoravides avaient étendu leur conquête jusqu’à Alger, les Almohades progressèrent vers l’est jusqu’à Tripoli. On peut dire que ce fut la première fois que des liens étroits et prolongés furent instaurés entre le Maghreb dans sa totalité (y compris le Maghreb Extrême) et l’Andalousie1. Cette symbiose d’influences orientales et andalouses accrues, devait fortement marquer la personnalité de l’art de cette période.

  • 2 Abū Ya ’qūb Yūsuf fit appel à des maîtres d’œuvres originaires de Fès et de Marrakech ainsi qu’à de (...)
  • 3 L. Torres Balbas, Ars Hispaniae, IV, p. 14.
  • 4 Le bois de mélèze d’Afrique du Nord fut employé dans les charpentes couvrant les nefs de l’oratoire (...)

2La conquête de l’Espagne musulmane par les Almohades et l’attachement que lui vouèrent le deuxième et le troisième calife almohade, renforcèrent le reflux d’influences hispaniques au Maghreb, processus déclenché sous les Almoravides. Les Almohades se firent alors, plus que leurs précédesseurs, les serviteurs de la civilisation andalouse. Ce fut notamment le cas du second calife Abū Ya‘qūb Yūsuf dont le règne — 558 -580H / 1163 - 1180 J.-C. — fut une ère de paix et de prospérité. L’andalousie et le Maghreb vécurent en étroite symbiose comme le révèle le déplacement bilatéral de techniciens et de maîtres d’œuvres2, à tel point que architectes et artistes originaires des deux côtés du Détroit de Gibraltar travaillaient indistinctement dans les deux contrées3. L’on employa même des matériaux de construction importés4.

Prise de Fès par les Almohades

  • 5 Ce personnage originaire de Jaén, introduisit le calife par la porte appelée Bdb al-Ftūh, cf. A. Hu (...)
  • 6 E. Lévi Provençal, Documents inédits, p. 164.
  • 7 Al-Nāṣiri, “Kitab al-Istiqṣā”, A.M., II, trad. p. 45.

3La conquête de Fès en l’an 540H / 24 juin 1145 -12 juin 1146 J.-C, par le premier calife almohade ‘Abd al-Mū’min, grâce à la complicité de ‘Abd Allāh b. Ḫiyar al-Ğaiyānī Abū Muhammad5 — préfet de la ville sous les Almoravides — eut lieu après un siège de neuf mois, au cours duquel le détournement de l’oued Fās entraîna la destruction de la porte Bāb al-Selsla6 et de plus de dix mille maisons. ’Abd al-Mū’min rasa la Qasaba almoravide ainsi que le mur d’enceinte de la ville en 542H / 1147 - 1148 J.-C. Les remparts furent reconstruits sous le quatrième calife almohade al-Nāṣir en 609H/ 1212 J.-C.7. Le tracé de la nouvelle enceinte devait sensiblement coïncider avec les limites actuelles de la ville ancienne Fās al-Bālī.

Réalisations architecturales

  • 8 Al-Ğaznā’ī, Zahrat, trad. p. 84.
  • 9 R. Le Tourneau, Fès avant le Protectorat, p. 56.

4Bien que les Almohades aient, tout comme leurs prédécesseurs, dépossédé Fès de son rang de capitale, ils se soucièrent néanmoins de son épanouissement artistique auquel contribuèrent les traditions particulièrement vivaces dont bénéficiait la ville de Fès8. Le géographe al-Idrīsī rapporte en effet : “La ville de Fès renferme beaucoup de maisons, de palais, de métiers ; ses habitants sont industrieux et leur architecture, ainsi que leur industrie, a un air de noblesse”9.

  • 10 H. Terrasse, “Mosquée almohade de Bou Jeloud”, A.A., XXIX, fasc. 2, p. 358.
  • 11 Al-Ğaznā’ī, Zahrat, trad. p. 78 et 80.

5Si Abū Yūsuf Ya’qūb al-Manṣūr 580-595H/ 1184- 1199 J.-C. mit l’accent sur l’ancienne Qasaba ou résidence des Almoravides en y fondant la mosquée de Bū-Glūd, troisième mosquée à uba de la ville10, Muhammad al-Nāṣir - 595 - 613H / 1199 -1213 J.-C. — quatrième calife almohade, apporta tous ses soins à l’aménagement et à la restauration du sanctuaire de la rive des andalous, sans pour autant négliger celui d’al-Qarawiyyīn. Sous son règne, s’élevèrent la porte dite Bāb al-Šarī ’a et un borj11.

  • 12 H. Terrasse, Andalous, p. 10.
  • 13 Al-Ğaznā’ī, Zahrat, trad. p : 171.
  • 14 Mustāwda‘.
  • 15 “C’est un des plus anciens exemples connus au Maroc de mida monumentale et décorée ”, cf. H. Terras (...)
  • 16 Al-Ğaznā’ī, Zahrat, trad. p. 139.

6Bien que les réalisations almohades aient vraissemblablement consisté en la reconstruction de l’oratoire de la mosquée des Andalous12, les chroniqueurs ne mentionnent que les annexes de la mosquée : la porte monumentale, deux coupoles, “l’une de plâtre sculpté du côté de l’intérieur de la Mosquée, l’autre de bois de cèdre, vers l’extérieur”13, une maqūra pour les femmes, une fontaine, une marīya et une salle d’ablutions — le dār al-Uu — datée de 600H/ 1203 J.-C. Dans le sanctuaire d’al-Qarawiyyīn, furent aménagés un magasin souterrain14 pour l’entrepôt du mobilier de la mosquée, ainsi qu’une salle d’ablutions15. Au centre du san, un bassin et une vasque attribués à “Abou ’Imrân Moûsa ben Hasan ben Abi Châmma, qui était habile en l’art de la construction et en architecture…”16 datent de 599H / 1202 - 1203 J.-C.

Art almohade ou continuité de la tradition andalouse des Almoravides.

  • 17 Notamment le plan en travées de la mosquée des Andalous, cf. H. Terrasse, Andalous, p. 17, et la di (...)
  • 18 Employé au sanctuaire d’al-Qarawiyyīn dans deux travées de la nef axiale, cf. H. Terrasse, Qaraouiy (...)
  • 19 H. Terrasse, “Mosquée almohade de Bou Jeloud”, A.A., XXIX, fasc. 2, p. 360.

7L’art des Almohades perpétue la tradition andalouse des Almoravides qu’il épure toutefois, lui opposant une esthétique nouvelle régie par un décor large. Bien que s’affirme dans les sanctuaires almohades de Fès la persistance de traditions fasies léguées par la mosquée al-Qarawiyyīn, étrangères aux traditions almohades17, certaines formes architectoniques en vigueur dans l’art almoravide, seront reprises et développées par les artistes almohades. Parmi celles-ci on relève essentiellement dans le répertoire architectural de la mosquée al-Qarawiyyīn de nombreux arcs, tel que l’arc à onze lobes sur motif serpentiforme18 semblable “à ceux que l’art almohade utilisera avec prédilection”, qui réapparaît aux angles du san de la mosquée de Bū-Ğlūd19.

8De même l’arc en plein cintre outrepassé qui était apparu très tôt dans le répertoire architectural fasi, se retrouve encore employé à la nef axiale de la mosquée des Andalous et de celle de Bū-Ğlūd.

9Enfin l’arc floral à l’état d’ébauche sous les Almoravides connaîtra un épanouissement au temps des Almohades, dans leur œuvre architecturale voire mobilière : on le note en effet, aux consoles du lustre de la mosquée al-Qarawiyyīn ainsi qu’à l’arcade d’entrée du minbar almohade des Andalous.

  • 20 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 336.
  • 2 0bis L. Golvin date les coupoles à stalactites ou muqarnas des environs de 1085 J.-C, sous le règne (...)

10De même, “les architectes almohades continuèrent d’employer avec prédilection la coupole à stalactites”20 dont H. Terrasse situe l’apparition dans l’art musulman d’Occident vers 530H/1135 J.-C, alors qu’elle était déjà apparue à la Qal‘a des Banū Ḥammād à la fin du xie siècle20bis. Ce type de coupole triomphant à la mosquée al-Qarawiyyīn, dans la nef surélevée de l’agrandissement almoravide, devait couvrir la mida almohade de ce sanctuaire.

  • 21 H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 23 ; H. Terrasse, Andalous, p. 19.

11Les Almohades conservèrent également les toitures à entraits des charpentes almoravides comme en téloigne un spécimen observable à l’oratoire de la mosquée des Andalous21.

Réalisations mobilières de la première moitié du xiiie siècle ou art fasi de transition

12Hormis le grand lustre ornant la coupole nervée de la nef axiale almoravide de la mosquée al-Qarawiyyīn, qui atteste au Maroc, en particulier à Fès, la naissance de la lustrerie hispano-mauresque, le style fasi de transition sur bois, apparaît sur deux œuvres de mobilier liturgique : le revêtement sculpté du minbar de la mosquée des Andalous, et la ‘anāza du même sanctuaire.

13Bien que le mobilier soit en dehors du propos de cette étude, nous jugeons important de signaler quelques éléments décoratifs dont l’apport est précieux pour l’analyse de l’évolution du décor architectural fasi sur bois.

14Par ailleurs, on y voit l’annonce de procédés décoratifs dont l’art fasi mérinide de la seconde moitié du xiiie siècle puis du xive siècle, fera usage.

15• Revêtement almohade du minbar des Andalous.

16Dans ce style de transition s’affirme la continuité de l’art précédent.

  • 22 H. Terrasse, Andalous, Pl. XCV.
  • 23 Supra p. 56-57.

17Le décor géométrique reprend le schéma du médaillon curviligne à quatre lobes, constaté sur un bois almoravide (Pl. VI.B), mais l’interprète différemment : le médaillon ne s’inscrit pas dans un système d’entrelacs et ses lobes sont formés de demi-cercles et non plus de courbes brisées. La flore qui règne sur l’écoinçon de l’arcade d’entrée22, par son allure générale, rappelle de très près celle des bois almoravides. On y distingue une palme nervée dont les deux lobes s’enroulent inégalement et dans des sens différents comme sur le bois n° 45.42 (Pl. XI). Cependant, la présence d’un œilleton à l’aisselle des deux lobes et la disposition des nervures, traduisent des dissemblances23. On retrouve également la palme nervée asymétrique qui appuie sa base sur un disque ou une pastille (Pl. IV, et fig. 64), mais ici, la base de la palme est baguée et la pastille connaît un plus grand développement. Comme sur la frise n° 45.232 (Pl. XIII et XIV), on rencontre la palme nervée à deux lobes convergents dont le plus petit est enroulé (Pl. XV), ou dont un des lobes présente un développement accentué (fig. 7 13) ; cependant l’enroulement a perdu en vigueur et en fermeté.

18Par ailleurs, l’on est surpris de relever un cinq-feuilles (fig. 14 11) dont la silhouette évoque plus l’interprétation florale sur bronze qu’elle n’évoque sa facture sur bois d’architecture (fig. 14). Ce type floral apparaît donc sous cette forme archaïque, très proche de ses prototypes andalous (fig. 15 et 16) pour la première fois dans la sculpture sur bois, sur une œuvre mobilière du xiiie siècle commençant.

  • 24 Dans le décor mobilier sur bronze, cf. H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 107, ou encore dans le décor ar (...)
  • 25 On en relève l’emploi sur un arc de plâtre exposé dans la section archéologique du musée sous le n° (...)
  • 26 H. Terrasse, Andalous, Pl. XCIII et XCIV

19Le décor floral du minbar almohade met également en œuvre des palmes de taille très inégale, les unes lisses, les autres nervées : le recours à ces formes de deux échelles différentes dont la première moitié du xiiie siècle marque l’apogée24, et le début du xive siècle, le terme25, caractérise ce style de transition. L’arc floral qui, au minbar, dessine l’arcature d’entrée, et figure employé enjeux de fond26 deviendra une constante dans l’art fasi ultérieur.

  • 27 H. Terrasse, Andalous, p. 50-51, Pl. LXXXXIII et LXXXXIV.

20Des innovations sont offertes par le décor épigraphique du minbar almohade, sur lequel nous aurons à revenir dans l’étude du bois d’architecture de cette époque et de la fin du xiiie siècle. Le coufique y apparaît tantôt sobre tantôt comme un prototype du coufique mérinide27.

Figure 14 : Les dérivés du cinq-feuilles dans le décor floral fasi : 1 : Minbar ziride des Andalous ; 2 : Corbelet n° 85.9.1 ; 3-4-5 : Bronze almoravide ; 6-7-8-9 : Bois almoravides ; 10-11 : Bois almohades.

Figure 15 : Comparaison de types floraux dérivés du cinq-feuilles dans l’Occident musulman (excepté Fès).

Figure 16 : Comparaison de types floraux dérivés du cinq-feuilles dans l’Occident musulman (excepté Fès) (suite).

21• ‘Anāza de la mosquée des Andalous : 604H / 1207 J.-C.

  • 28 M. Terrasse, Architecture hispano-maghrébine, I.
  • 29 M. Terrasse, “Mobilier liturgique”, B.A.M., X, p. 186-187.
  • 30 G. Marçais et L. Golvin, Sfax, p. 27-29 et fig. 12.
  • 31 L. Golvin, Mirāb de Kairouan, p. 2, 32 -33. Il s'agit, en fait, du remploi d'un mirāb provenant d (...)

22La construction en 604H/ 1207 J.-C. d’un mirāb auxiliaire — la ‘anāza — sembla clore la série de travaux entrepris à la mosquée des Andalous dès 600H / 1203 J.-C. L’adoption de cette forme renoue un contact plus développé avec l’Ifrīqiyā ; il suffit de se reporter à l’étude récente de M. Terrasse28. Les premiers exemples de mirābs secondaires sont attestés en Ifrīqiyā : “Si la première ‘anāza marocaine signalée n’est pas antérieure au xiie siècle, l’Ifrīqiyā a connu beaucoup plus tôt des repères qui permettaient d’indiquer hors de la salle de prière et de la vue du mihrab l’orientation qu’il convenait de prendre (…). Il faut d’abord se souvenir des échancrures semi-circulaires pratiquées au niveau de terrasses dans le parapet de façade des ribats aghlabides. A sousse il se traduit par une arcature”29. On pourrait également citer le panneau-mirāb ornant un pilier dans la cour de la Grande Mosquée de Sfax (fin xe siècle)30, ou encore de la Grande Mosquée de Kairouan, le panneau de marbre du flanc gauche du mihrab31.

  • 32 H. Terrasse, Andalous, p. 17, note 1.
  • 33 H. Terrasse, “Portes anciennes du Maroc ”, H, III, p. 152 ; J. Galloti, “Lanternon du minaret de la (...)

23Ainsi cet ouvrage, dont l’intérêt ressort en outre de son ancienneté32, révèle aussi un emprunt évident à l’Ifrīqiyā. Par ailleurs, il nous apporte la première traduction sur bois de ces losanges recti-curvilignes superposés dérivés de l’entrelacs architectural dont l’épanouissement au xiiie siècle, a été signalé33.

  • 34 Sur les mirābs en bois des xe et xiie siècles, conservés au musée arabe du Caire, voir J. David-We (...)
  • 35 L. Golvin, Recherches archéologiques, p. 115 fig. 33 et p. 117 ; G. Marçais, Architecture, p. 260. (...)

24L’adoption de ce mirāb de bois, forme attestée aussi bien en Orient dès le xe siècle34, nous éclaire-t-elle sur l’évolution du décor ? Cela semble probable, cette forme n’ayant pu être transmise seule, dissociée des éléments du décor. D’ailleurs, les arcs recti-curvilignes eux-mêmes, ne sont-ils pas à mettre à l’actif de l’influence fatimide ?35.

  • 36 B. Maslow, Mosquées de Fès, p. 48-49 fig. 12-13, p. 60-61 fig. 17-18, p. 71 fig. 23, p. 78 fig. 26, (...)
  • 37 M. Terrasse, “Mobilier liturgique”, B.A.M., X, p. 187.

25De même que le décor architectural mérinide généralisera l’emploi du motif en darğ-u-ktef formant un treillis36, tout nous incite à voir dans le registre plan des ‘anāzas du xiiie siècle, associant arcatures et épigraphie, un legs de l’Ifrīqiyā37.

  • 38 H. Terrasse, “Portes anciennes du Maroc”, H, III, fig. 1.
  • 39 H. Terrasse, Andalous, Pl. XXXIV.

26Le coufique localisé dans un cartouche recti-curviligne que l’on a déjà relevé à Bāb Ğanā’iz et que présentent les portes almohades38, affirme déjà les tendances du coufique mérinide : en témoignent l’allongement et le fleurissement des hampes39.

27Cet art mobilier de la première moitié du xiiie siècle revêt un double intérêt ; d’une part, il permet de retracer dans le domaine du décor végétal sur bois, l’évolution de quelques types floraux depuis l’époque almoravide, d’autre part, il offre des éléments de comparaison nécessaires à l’étude du décor architecural sur bois au xiiie siècle.

28Les bois almohades à usage architectural sauront-ils traduire dans un style nouveau l’esprit même de l’art fasi ? Cet art sera-t-il enrichi d’influences nouvelles ? C’est ce que nous allons essayer de démontrer ci-après.

Notes

1 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 277.

2 Abū Ya ’qūb Yūsuf fit appel à des maîtres d’œuvres originaires de Fès et de Marrakech ainsi qu’à des charpentiers, scieurs, etc. pour diriger et exécuter les travaux d’édification de la Grande Mosquée de Séville, cf. L. Torres Balbas, Ars Hispaniae, IV, p. 17 - 20. Ce même souverain “emploie volontiers au Maroc des techniciens andalous ”, cf. J. Brignon et alii, Histoire du Maroc, p. 126.

3 L. Torres Balbas, Ars Hispaniae, IV, p. 14.

4 Le bois de mélèze d’Afrique du Nord fut employé dans les charpentes couvrant les nefs de l’oratoire de la Grande Mosquée de Séville.

5 Ce personnage originaire de Jaén, introduisit le calife par la porte appelée Bdb al-Ftūh, cf. A. Huici Miranda, Crónicas árabes, I, p. 163.

6 E. Lévi Provençal, Documents inédits, p. 164.

7 Al-Nāṣiri, “Kitab al-Istiqṣā”, A.M., II, trad. p. 45.

8 Al-Ğaznā’ī, Zahrat, trad. p. 84.

9 R. Le Tourneau, Fès avant le Protectorat, p. 56.

10 H. Terrasse, “Mosquée almohade de Bou Jeloud”, A.A., XXIX, fasc. 2, p. 358.

11 Al-Ğaznā’ī, Zahrat, trad. p. 78 et 80.

12 H. Terrasse, Andalous, p. 10.

13 Al-Ğaznā’ī, Zahrat, trad. p : 171.

14 Mustāwda‘.

15 “C’est un des plus anciens exemples connus au Maroc de mida monumentale et décorée ”, cf. H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 56.

16 Al-Ğaznā’ī, Zahrat, trad. p. 139.

17 Notamment le plan en travées de la mosquée des Andalous, cf. H. Terrasse, Andalous, p. 17, et la disposition des arcades et toitures de la salle de prières parallèlement au mur du fond, cf. H. Terrasse, “Mosquée almohade de Bou Jeloud”, A.A., XXIX, fasc. 2, p. 360.

18 Employé au sanctuaire d’al-Qarawiyyīn dans deux travées de la nef axiale, cf. H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 27.

19 H. Terrasse, “Mosquée almohade de Bou Jeloud”, A.A., XXIX, fasc. 2, p. 360.

20 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 336.

2 0bis L. Golvin date les coupoles à stalactites ou muqarnas des environs de 1085 J.-C, sous le règne d’al-Manṣūr, époque à laquelle les Hammadides quittèrent la Qal’a pour Bougie, cf. L. Golvin, Recherches archéologiques, p. 125-126 ; “Notes sur quelques fragments de plâtre”, p. 75-94.

21 H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 23 ; H. Terrasse, Andalous, p. 19.

22 H. Terrasse, Andalous, Pl. XCV.

23 Supra p. 56-57.

24 Dans le décor mobilier sur bronze, cf. H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 107, ou encore dans le décor architectural sur plâtre, cf. H. Terrasse, Taza, p. 38 et Pl. XXXII-XXXVI.

25 On en relève l’emploi sur un arc de plâtre exposé dans la section archéologique du musée sous le n° A.36, sur une frise de bois inventoriée sous le n° 45.55 ou encore sur les linteaux de la cour de la madrasa ’Aṭṭārīn.

26 H. Terrasse, Andalous, Pl. XCIII et XCIV

27 H. Terrasse, Andalous, p. 50-51, Pl. LXXXXIII et LXXXXIV.

28 M. Terrasse, Architecture hispano-maghrébine, I.

29 M. Terrasse, “Mobilier liturgique”, B.A.M., X, p. 186-187.

30 G. Marçais et L. Golvin, Sfax, p. 27-29 et fig. 12.

31 L. Golvin, Mirāb de Kairouan, p. 2, 32 -33. Il s'agit, en fait, du remploi d'un mirāb provenant de Ṣabra al-Mansūriya, lequel dut être scellé à la gauche de l'entrée du mirāb de Kairouan après l'abandon et la ruine de Sabra (invasions hilaliennes). Ce scellement est peut-être à attribuer aux Hafsides qui ont fait de grands travaux de restauration à la Grande Mosquée de Kairouan.

32 H. Terrasse, Andalous, p. 17, note 1.

33 H. Terrasse, “Portes anciennes du Maroc ”, H, III, p. 152 ; J. Galloti, “Lanternon du minaret de la Koutoubia”, H, III, p. 41.

34 Sur les mirābs en bois des xe et xiie siècles, conservés au musée arabe du Caire, voir J. David-Weill, Bois à épigraphes jusqu’à l’époque mamelouke, Pl. X et XIV. E. Pauty, Bois sculptés jusqu'à l’époque ayyoubide, Pl. LXXVI.

35 L. Golvin, Recherches archéologiques, p. 115 fig. 33 et p. 117 ; G. Marçais, Architecture, p. 260. Influence fatimide sans doute par l’Ifrīqiyā où ces formes recti-curvilignes apparaissent très tôt à la période des Zirides (mosquée de Sfax : restauration ziride du xe siècle).

36 B. Maslow, Mosquées de Fès, p. 48-49 fig. 12-13, p. 60-61 fig. 17-18, p. 71 fig. 23, p. 78 fig. 26, p. 84 fig. 29 et Pl. XXXVII etc.

37 M. Terrasse, “Mobilier liturgique”, B.A.M., X, p. 187.

38 H. Terrasse, “Portes anciennes du Maroc”, H, III, fig. 1.

39 H. Terrasse, Andalous, Pl. XXXIV.

Table des illustrations

Légende Figure 14 : Les dérivés du cinq-feuilles dans le décor floral fasi : 1 : Minbar ziride des Andalous ; 2 : Corbelet n° 85.9.1 ; 3-4-5 : Bronze almoravide ; 6-7-8-9 : Bois almoravides ; 10-11 : Bois almohades.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2288/img-1.jpg
Fichier image/, 92k
Légende Figure 15 : Comparaison de types floraux dérivés du cinq-feuilles dans l’Occident musulman (excepté Fès).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2288/img-2.jpg
Fichier image/, 64k
Légende Figure 16 : Comparaison de types floraux dérivés du cinq-feuilles dans l’Occident musulman (excepté Fès) (suite).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2288/img-3.jpg
Fichier image/, 53k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540