Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le décor sur bois dans l’architecture de Fès

 | 
Catherine Cambazard-Amahan

I. Introduction historique

Place des bois dans la chronologie de l’art fasi

Texte intégral

Données naturelles

1Avant d’aborder la fondation de Fès, il est nécessaire d’évoquer les facteurs qui ont influencé sur le choix du site et de relater les circonstances qui ont présidé à sa création.

  • 1 R. Blachère, “Fès chez les géographes”, H, XVIII, fasc. 1, p. 41 -48.
  • 2 Al-Ğaznā’ī, Zahrat, trad. p. 66.

2Le site de Fès se trouve au cœur d’une riche région agricole mentionnée par des chroniqueurs et les géographes arabes du moyen âge1. Des ressources variées y abondent, nécessaires à la croissance de la ville et au développement de l’artisanat : des carrières fournissent du sel, de l’argile, de la pierre à bâtir, de la chaux et du sable. Enfin, des forêts de cèdre se trouvent à proximité2.

  • 3 Al-Ğaznā’ī, Zahrat, trad. p. 68.

3De telles ressources devaient servir les entreprises des habitants de Fès, dont les chroniqueurs nous apprennent qu’ils “surpassent les autres hommes dans les sciences, les arts et l’aptitude au négoce”3.

  • 4 E.-F. Gautier, Siècles obscurs, p. 284-287.

4Sa position géographique est une position de carrefour entre l’est et l’ouest — la porte du couloir de Taza est un passage idéal entre l’est et les côtes atlantiques marocaines — entre le nord et le sud (des côtes méditerranéennes à l’Afrique Noire). Mais surtout ce fut l’abondance des eaux de sources et des branches de l’oued Fās4 qui détermina le choix du site et qui contribua à sa prospérité.

  • 5 J. Célérier, “Conditions géographiques”, H, XIX, fasc. 1 -2, p. 1 -19.

5Ces données naturelles5 et humaines étaient assez favorables pour faire de Fès un centre commercial, artisanal, intellectuel et religieux.

Les Idrissides, fondateurs de Fès

  • 6 Sur Idrīs 1er (al-Akbar), cf. D. Eustache, “Idrīs 1er”, E.I.2, III, p. 1057.
  • 7 Ibn Ḫaldūn, Berbères, II, trad. p. 559.

6A l’issue d’une grave révolte alide à laquelle mit fin le massacre de Faẖẖ en 169 H/786 J.-C, Idrīs 1er6 fuyant l’empire abbasside, gagna Le Caire. Aidé de complicités égyptiennes, il arriva au Maroc, dans la région de Fès et de Tanger, et fut recueilli par les habitants de Walīla (Volubilis). Le 5 février 789 J.-C. la tribu berbère des Awraba le désigna imām. D’autres tribus se rallièrent ensuite à sa cause7.

7Le succès remporté par Idrīs s’explique par des raisons politiques ; en effet, l’appui des Awraba et des Zénètes Maghrawa de Tlemcen, revêtait une signification de coalition anti abbasside.

8Il s’explique également par des raisons religieuses, notamment l’appartenance d’Idrīs à la famille du Prophète.

9Inquiet de l’autorité d’Idrīs, le calife abbasside Harūn al-Rašīd le fit empoisonner en 175H/791 J.-C. à Walīla par l’intermédiaire d’un de ses émissaires.

  • 8 D. Eustache, “Idrīs II (al-Aṣgẖar ou mieux al-Azhar)”, E.I.2, III, p. 1057-1058.
  • 9 G. Marçais, Berbérie musulmane, p. 122.
  • 10 E. Lévi Provençal, Fondation de Fès, p. 44.

10Après une douzaine d’années de régence, Idrīs II8 succéda à son père en 187H/803 J.-C. Dès 190H/805 J.-C.9 cinq cents cavaliers arabes d’Ifrīqiyā et d’Andalousie constituèrent sa garde. Il s’entoura d’une “cour exclusivement arabe, avec un vizir, un secrétaire, un cadi, choisis parmi les plus distingués des nouveaux arrivants”10.

Fondation de Fès, première ville orientale au Maroc

11Il est admis aujourd’hui que la fondation de la première ville en 172H/789 J.-C. revint à Idrīs 1er. Les premières décennies de l’histoire de Fès et de son peuplement attestent que la ville idrisside marqua une rupture dans l’évolution des villes marocaines : elle fut une ville d’Orient en Occident.

12En 193H/809 J.-C. Idrīs II, influencé par son entourage arabe, fonda sur la rive gauche, la ville al-‘Āliya (la haute) à l’emplacement de l’actuel quartier des Kairouanais. Cette résidence royale conçue à l’orientale, possédait son palais, sa qisariya.

13Deux faits historiques, l’insurrection du “Faubourg de Cordoue” en 199H/814 J.-C. et une rebellion kairouanaise, n’allaient pas manquer de peser sur la destinée de Fès et plus particulièrement sur la formation et l’orientation de l’art fasi.

  • 11 J. Brignon et alii, Histoire du Maroc, p. 65.
  • 12 Ibn Ḫaldūn, Berbères, II, trad. p. 562.
  • 13 E. Lévi Provençal, Espagne musulmane, I., p. 170.

14En effet, en 202H/817-818 J.-C, à l’issue de cette insurrection contre l’émir umayyade al- Ḥakam 1er, huit cents familles andalouses11 contraintes de s’expatrier, s’installèrent dans le quartier de la rive droite, habité par les contingents berbères de la coalition idrisside, dès lors réhabilités12. Ce quartier fut désormais appelé la ‘Udwat al-Andalus. Ces faubouriens ou Rabaḍiyya “y apportèrent, en même temps que leur expérience de la vie citadine, leurs techniques ancestrales du jardinage, de la bâtisse et de l’artisanat”13.

  • 14 H. Terrasse, Histoire du Maroc, I, p. 121.

15Peu après, trois cents familles kairouanaises14 fuyant le pouvoir des Aghlabides de Kairouan, s’établirent sur la rive gauche, la ‘Udwat al-Qarawiyyīn, avec de nombreux juifs.

  • 15 L. Massignon, “Éléments arabes” R.M.M. 57, 1924, p. 34-35.

16Cet apport de population citadine provenant des deux grands centres de civilisation de l’Occident musulman — Cordoue et Kairouan — facteur d’arabisation15, évoque à coup sûr la double tradition artistique de Fès liée aussi bien avec l’Orient qu’avec les autres métropoles du monde hispano-maghrébin.

Influence artistique de Kairouan ou le plus ancien bois d’architecture parvenu jusqu’à nous

17Sous le règne de Yaḥya b. Muhammad b. Idrīs II (234 = 245H/848 - 859 J.-C), Fès connut une certaine notoriété dont témoigne Ibn Ḫaldūn :

  • 16 Ibn Ḫaldūn, Berbères, II, trad. p. 565.
  • 17 Al- Ğaznā’ī, Zahrat, trad. 84.

18“De beaux monuments attestent encore l’excellence de l’administration de Yahya : à ses soins éclairés Fez dut la construction de ses bains, de ses faubourgs et de ses caravansérails ; aussi était-elle devenue une ville très florissante dans laquelle refluaient jusqu’aux habitants des villes éloignées”16. En effet, l’élément kairouanais existant, fut renforcé par l’arrivée d’une nouvelle vague d’immigrants kairouanais, qui s’établirent sur la rive gauche17.

19Cet événement contribua très certainement à la pénétration d’influences artistiques orientales.

  • 18 La mosquée des Cheikhs à Madīnat Fās, celle des Chorfa dite Masğid al-Ašraf sur la rive gauche, cf (...)

20C’est à cette époque que deux oratoires dûs à l’initiative de deux femmes appartenant à ce groupe, bâtis en 245H/859 J.-C. — la mosquée al-Qarawiyyīn, sur la rive gauche, et la mosquée al-Andalus, sur la rive droite — supplantèrent les premières mosquées18.

  • 19 G. Deverdun, Nouvelle inscription idrisite, p. 67-73.
  • 20 G. Deverdun, “Al- Ḳarawiyyīn (Masdjid al-)”, E. 1.2, IV, p. 657.
  • 21 G. Marçais, Architecture, p. 7, fig. 2.
  • 22 B. Roy et P. Poinssot, Inscriptions, II, fasc. 1, Pl. 6-10.

21La mosquée al-Qarawiyyīn nous a légué un témoignage artistique de ces influences, avec une poutre datée de 263H/877 J.-C.19 attribuée à un remaniement20. Cette œuvre, commande du prince Dawūd, fils d’Idrīs II, revêt une importance inestimable car elle atteste l’existence à Fès d’un premier atelier à cette époque et est le seul document architectural de Fès à nous renseigner sur l’épigraphie idrisside. Exécutée en caractères anguleux archaïques sculptés en relief, cette inscription dédicatoire est conforme à l’épigraphie d’Ifrīqiyā au ixe siècle : il convient, en effet, de la rapprocher de l’inscription coufique sur pierre du ribāt de Sousse21 et des alphabets de Kairouan22. Cela démontre donc la primauté au ixe siècle de l’influence d’Ifrīqiyā à Fès.

Convoitises umayyades et fatimides ou naissance du premier art marocain

22Si, le ixe siècle voit les prémices de l’art islamique à Fès, le xe siècle marque la véritable naissance de cet art.

  • 23 Sur les Fatimides en Afrique du Nord, voir G. Marçais, Berbérie musulmane, p. 133 -156 ; H. Terras (...)

23Dès le premier tiers du xe siècle, succédant aux querelles dynastiques, des luttes s’engagèrent entre Umayyades d’Espagne23 et Fatimides d’Ifrīqiyā, par des gouverneurs interposés. Cette lutte d’influence politique allait avoir des répercussions durables dans le domaine des réalisations architecturales et mobilières.

  • 24 H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 12-14.

24Les deux sanctuaires devenus des mosquées cathédrales furent agrandis en 345H/956 J.-C.24 sous l’émir zénète Aḥmad b. Abī I- Sa ‘īd, inféodé au parti des Umayyades.

  • 25 C. Deverdun, “Al- Ḳarawiyyīn (Masdjid al-)”, E.I.2, IV, p. 657-661.

25Le minaret de la mosquée al-Qarawiyyīn25 de plan carré, avec son escalier couvert de berceaux rampants, est conforme aux minarets du Califat cordouan hormis son couronnement en coupole hémisphérique attesté en Ifrīqiyā, et une baie à trois lobes dans la façade sud, dénotant une influence abbasside transmise par l’Ifrīqiyā.

26Les piles de pierre à quatre feuilles de la nef axiale des deux sanctuaires, accusant une tradition andalouse, révèlent dans l’art, la pénétration des premières influences andalouses s’ajoutant à celles orientales introduites dès le ixe siècle et répandues tout au long du xe siècle comme nous le verrons ci-dessous.

  • 26 H. Terrasse, Andalous, p. 36.
  • 27 Al-Nāṣirī, “Kitab al-Istiqṣā”, A.M., II, trad. p. 82.

27Après une intervention umayyade à Fès en 362H/973 J.-C. dirigée par Ġālib, général fameux du calife umayyade al-Hakam II, qui “établit la suprématie espagnole sur le nord du Maghrib”26, Fès passa en 369H / 979 J.-C. sous la domination de Buluqqīn b. Zīri27, chef du royaume sanhaja d’Achir, vassal et soutien des Fatimides.

28Ce pouvoir fatimide ou umayyade sur le Maroc septentrional au xe siècle, devait être commémoré et concrétisé, par un précieux document historique : la chaire de la mosquée des Andalous à Fès. Ce meuble ziride daté de 369H/980 J.-C, reçut, lors de l’occupation en 375/985 - 86 J.-C. de la rive des Andalous par un cousin de Ibn Abī ‘Āmir - ‘Amr b. Abd Allah, surnommé Askalağa-un nouveau dossier portant le nom d’Ibn Abī ‘Āmir et du calife umayyade Hišam II. L’on ne saurait trop insister sur cette œuvre de synthèse qui constitue le premier art fasi :

  • 28 M. Terrasse, Architecture hispano-maghrébine, I, p. 55.

“Ainsi ce document rend certaine en sculpture l’existence du premier art marocain que l’architecture nous avait révélée ; qu’il s’agisse de commande fatimide ou oméiyade, c’est le même style fasi qui apparaît. Sa nature se définit déjà comme une synthèse de traditions méditerranéennes et asiatiques plus proches de celle de l’Ifriqiya que des œuvres andalouses”28.

  • 29 Ce second minbar dans tout l’Islam après celui de Kairouan (fin ixe siècle) est non seulement le p (...)

29Cette chaire revêt pour nous un intérêt particulier à bien des égards : elle corrobore l’existence d’un atelier déjà confirmé dans le travail du bois : sculpture, assemblage, tournage et peinture. Par ailleurs, il convient de lui assigner une place incontestée non seulement dans l’histoire de l’art musulman29 en général, mais surtout dans l’évolution du décor architectural sur bois à Fès. En effet, les prototypes de certains motifs et procédés décoratifs de l’art fasi des siècles suivants, se trouvent dans cette œuvre. De même, le traitement en champlevé et en relief des motifs qu’elle met en œuvre, connaîtra une destinée ultérieure.

  • 30 Cf. H. Terrasse, “Influence de l’Ifriqiya”, R.A., p. 558 et Islam d’Espagne, p. 91.

30Enfin, elle démontre que le premier art fasi est un art dynastique et urbain qui puise presque davantage à cette époque aux sources de la Berbérie orientale30 qu’à celles de l’Andalousie.

31A la mention de cette chaire il convient de joindre l’étude de deux autres documents qui sont les fragments de charpente du haut Moyen Âge.

Plance I : Corbelet n° 45.18, A face latérale ; B inférieur

  • 31 Ġellum. Il mesure 0,80 m x 0,08 m x 0,05 m.

32- Le premier est un corbelet31 répertorié sous le numéro d’inventaire : 45.18 (Pl. I). Il provient des combles de la mosquée des Andalous. Les indications fournies par la fiche d’inventaire de cette pièce, révèlent qu’elle est entrée au musée du Batha en 1937.

  • 32 Ayant 0,295 m de longueur.
  • 33 Moulure creuse.

33Seules sont ornées les parties visibles des faces latérales et inférieure32 délimitées par une rainure33, les parties destinées à être engagées dans la bâtisse, ne recevant aucun décor.

  • 34 Dans la sculpture champlevée, les lignes principales des motifs, sont ménagées en saillie d’une ég (...)

34Le décor des faces latérales (Pl. I.A) procédant de la flore, fait intervenir une alternance de fleurons symétriques et de palmettes trilobées que relie une tige dont le développement engendre un feston. Les fleurons à trois lobes qui occupent la largeur des faces latérales, s’inscrivent dans deux médaillons formés par les palmettes et le prolongement de leur tige. Tout ce décor lisse est traité en champlevé par simple défoncement34.

  • 35 De 17 mm d’épaisseur.

35Le feston sur lequel prend également appui une feuille à deux lobes, comporte, à l’extrémité des faces latérales, trois vigoureux et épais enroulements superposés évoquant les copeaux. Ces enroulements réapparaissent sur la face inférieure du corbelet sous forme de petits cylindres étroits taillés dans la masse35, et disposés de part et d’autre d’un galon formant saillie à l’extrémité (Pl. I.B).

  • 36 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 143-144, fig. 22-23.

36Ce corbelet, par sa facture, semble inspiré d’un type de modillon à copeaux de la Grande Mosquée de Cordoue36.

  • 37 G. Marçais, Architecture, p. 51, fig. 25 B et C.
  • 38 A Madīnat al-Zahrā’ et à Cordoue, cf. B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración f (...)
  • 39 H. Terrasse, Andalous, Pl. XC, XCI, XCII, LXVII et ss.
  • 40 Aux plafonds de la Grande Mosquée de Tlemcen, cf. F. Hernandez, “Techumbre”, Archivo Español de Ar (...)
  • 41 B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración floral, Tabla XI, 14, p. 79-80.

37Les éléments décoratifs mis en œuvre font partie du répertoire andalou et ifriqiyen : en effet, le feston attesté dans l’art aghlabide de Kairouan37, est également en faveur à l’époque califale38. Il se développe de même sur les encadrements du minbar zinde de la mosquée des Andalous39. Repris dans l’art almoravide, notamment à Tlemcen40, il orne également bois et plâtre tolédans des xiiie et xive siècles41.

  • 42 A la Grande Mosquée de Cordoue, dans l’archivolte de l’arc d’entrée de l’oratoire d’al-Hakam, cf. (...)
  • 43 L’Alhambra de Grenade, cf. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración floral, Tabla X (...)
  • 44 Sur une poutre du Musée inventoriée sous le n° 45.26.

38Le fleuron trilobé constitué de deux lobes épais à la base et d’un lobe central, a ses analogues dans la flore du Califat42. Relié au feston, ce motif lotiforme entre dans la composition de bordures et intervient également en remplissage des médaillons. On le retrouvera au xive siècle sculpté dans le plâtre43. Il apparaît traduit dans un style nouveau, sur un bois mérinide44.

  • 45 B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración floral, Tabla XI, 10, p. 79-80.
  • 46 M. El-Habib, “Stèles funéraires kairouanaises”, R.E.I., XLIII/2, p. 240, fig. 5.
  • 47 G. Marçais, Architecture, p. 105, fig. 61.

39Le second élément à répétition que constitue la palmette au lobe axillaire réduit, est assez proche d’un motif relevé à Madīnat al- Zahrā’45 et à Kairouan au xie siècle, sur un socle de stèle funéraire46 et sur une console de bois de la Grande Mosquée47. Il s’y trouve employé en bordure ou en encadrement.

  • 48 Dont les dimensions sont : 0,41 m x 0,077 m x 0,098 m, la longueur de la partie décorée est de 0,3 (...)

40- Le second corbelet48 (Pl. II) inventorié sous le n° 85.9.1 ne nous renseigne ni sur le monument dont il provient, ni sur sa date d’entrée au musée du Batha.

  • 49 Moulure plate étroite.
  • 50 Dite warda dans la terminologie locale.

41Cette pièce revêt également un décor floral champlevé que délimite, sur les faces latérales et inférieure, un ruban d’encadrement fait de deux listels49 séparés par une rainure ornée de rosaces quadripétales50.

42Le décor des faces latérales (Pl. II. A) recourt également aux médaillons reliés par un feston. La flore meublant le champ des médaillons et leurs intervalles est cependant distincte de celle observée sur la pièce précédente. Le contour en est découpé en petits festons. L’élément floral des médaillons, évidé en trois points de sa surface, enserre à sa base, deux enroulements également évidés. A l’extrémité des faces latérales, la présence d’une feuille enroulée, au contour festonné, marquant l’achèvement d’une tige, introduit un mouvement rythmique dans la composition décorative. La partie inférieure des faces latérales, mutilée, laisse cependant deviner un type floral au contour lisse et de forme allongée. Il semble permis d’y reconnaître une palme affectant la disposition qu’elle gardera, à l’avenir, dans de semblables organes d’encorbellement.

Planche II : Corbelet n° 85.9.1, A. face latérale ; B. face inférieure.

  • 51 De 15 mm d’épaisseur.
  • 52 L. Torres Balbas, “Quicialeras hispano-musulmánas”, A.A., XXI, p. 364 (26).
  • 53 Notamment sur un corbeau d’une église mudéjare du milieu du xiiie siècle, cf. B. Pavón Maldonado, (...)

43La composition de la face inférieure (Pl. II.B), met en œuvre de petits cylindres sculptés en plein bois51 ordonnés de part et d’autre d’un bandeau orné. Cette disposition qu’adopte une crapaudine du Musée archéologique de Cordoue52, se retrouvera ultérieurement53. L’état d’usure de ce bois rend la lecture des motifs, malaisée : l’on y discerne néanmoins un médaillon garni d’un élément floral évidé, relié à un autre médaillon dont subsiste l’emplacement. Le décor originel axé dans le sens longitudinal du corbelet, présentait une succession de médaillons empilés. La lecture des motifs devait se faire dans le sens de cet axe.

  • 54 S. Flury, “Décor épigraphique”, Syria, fasc. 4, fig. 4, p. 372 et fig. 6, p. 375.
  • 55 G. Marçais, Architecture, p. 57 et fig. 35, p. 58.
  • 56 H. Terrasse, Andalous, Pl. LVIII, LXIV, LXVI et ss., LXXV et p. 47-48.

44L’observation des éléments du décor appelle quelques remarques : si certains schémas réapparaissent tels que le feston, les médaillons, les cylindres, le répertoire floral offre, par contre, des éléments nouveaux : le contour festonné et la forme d’ensemble du motif remplissant les médaillons rappellent la facture de la flore fatimide d’Égypte54, tandis que les défoncements circulaires marquant la base et les évidements évoquent le traitement de la flore aghlabide de Sedrata55. De même, il nous semble intéressant d’établir un rapprochement avec un motif employé avec prédilection sur les encadrements du minbar de la mosquée des Andalous : le cinq-feuilles aux lobes évidés. La feuille de vigne a donné lieu à plusieurs variantes décoratives : elle y est traduite soit par deux palmes affrontées renfermant à la base un fleuron, soit par deux palmes trilobées adossées et surmontées d’une feuille en triangle ; parfois deux feuilles dissymétriques adossées et séparées par une grappe de raisin en donnent l’interprétation56. Le motif qui timbre les médaillons, ne peut-il s’inscrire au nombre des variantes du cinq-feuilles, au même titre que l’élément intercalaire des médaillons, formé par deux menues palmes affrontées dont les festons simulent cinq lobes ?

  • 57 H. Terrasse, Art hispano-mauresque. Pl. XXIV.
  • 58 H. Terrasse, Andalous, Pl. LIX, LXII, LXXI-LXXII, et ss., et p. 46-47.

45Par ailleurs, les schémas décoratifs de médaillons à remplissage floral, empilés selon l’axe longitudinal, se rencontrent sur des poutres d’époque umayyade57 de la Grande Mosquée de Cordoue. Ils ornent également les montant du minbar de la mosquée des Andalous58.

  • 59 Ces rosaces à six ou à quatre pétales, appartiennent à la même famille d’ornements. Elles seront e (...)
  • 60 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, Pl. XXIV.

46De même, la présence de rosaces vouées à l’encadrement, est attestée dans l’art umayyade d’Espagne : de semblables motifs répétitifs59 circonscrivent les décors géométriques des plafonds de la Grande Mosquée de Cordoue60. Ce motif, dont le rôle est désormais fixé, jouira d’une faveur incontestée aux différentes périodes qui nous intéressent de l’art fasi.

  • 61 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 19 et p. 96.

47Ces corbelets, sont à cette date, les seuls documents architecturaux en bois qui subsistent du xe siècle au Maroc. Ils confirment dans le domaine architectural, ce que nous avait révélé le mobilier liturgique : l’existence d’un atelier fasi et la naissance d’un premier art marocain à partir de la synthèse d’influences diverses. En effet, si la technique sculpturale à base de défoncements verticaux est propre aux arts de souche hellénistique, tels l’art byzantin et l’art umayyade61, les éléments du décor sont d’inspiration à la fois andalouse et orientale.

Prémices de l’irruption du règne de l’art andalou

48Si le minbar de la mosquée des Andalous marque la prédominance des influences orientales, en revanche le minbar disparu de la mosquée al-Qarawiyyīn, réalisé sous l’impulsion des Amirides accusait un caractère andalou. Al-Manṣūr célèbre ministre de Cordoue, avait confié à son fils al-Muẓaffar une sorte de vice-royauté à Fès. Après y être entré en 388H/998 J.-C, ce dernier, sachant se montrer bienfaiteur de la religion, y avait fait exécuter des travaux.

49Son œuvre avait porté essentiellement sur la mosquée al-Qarawiyyīn qu’il avait complétée d’une coupole à l’entrée de la nef axiale de l’oratoire, et dotée d’un minbar en bois d’ébène, de jujubier et d’autres essences :

  • 62 Al-Ğaznā’ ī, Zahrat, trad. p. 99.

“Ceci est ce qu’a ordonné de construire le khalife victorieux, épée de l’Islam et Serviteur d’Allah, Hichâm El-Mou ‘ayyad billâh - qu’Allah prolonge sa durée - par l’intermédiaire de son chambellan ‘Abd El-Mâlik - El-Mouḍaffar ben (Mohammed) El-Manṣoûr ben Abi ‘Amir - qu’Allah l’assiste ! Fait à la date de 388/996”62.

  • 63 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 216.

50Des artistes andalous travaillèrent sans doute à ces réalisations, comme ils le feront sous les Almoravides. La chaire elle-même apparaît comme une œuvre andalouse, comme l’énonce H. Terrasse63.

51Ainsi, ce meuble inaugure les conditions futures de vie de l’art fasi sous la domination de l’art musulman d’Espagne à l’époque almoravide.

52L’analyse de ces bois qui nous parviennent du haut Moyen Age, démontre la prédominance de l’influence orientale à Fès durant le xe siècle, malgré la présence constante de traits andalous. A partir de la fin du xe siècle, l’influence andalouse sera déterminante pour la destinée de l’art fasi.

Notes

1 R. Blachère, “Fès chez les géographes”, H, XVIII, fasc. 1, p. 41 -48.

2 Al-Ğaznā’ī, Zahrat, trad. p. 66.

3 Al-Ğaznā’ī, Zahrat, trad. p. 68.

4 E.-F. Gautier, Siècles obscurs, p. 284-287.

5 J. Célérier, “Conditions géographiques”, H, XIX, fasc. 1 -2, p. 1 -19.

6 Sur Idrīs 1er (al-Akbar), cf. D. Eustache, “Idrīs 1er”, E.I.2, III, p. 1057.

7 Ibn Ḫaldūn, Berbères, II, trad. p. 559.

8 D. Eustache, “Idrīs II (al-Aṣgẖar ou mieux al-Azhar)”, E.I.2, III, p. 1057-1058.

9 G. Marçais, Berbérie musulmane, p. 122.

10 E. Lévi Provençal, Fondation de Fès, p. 44.

11 J. Brignon et alii, Histoire du Maroc, p. 65.

12 Ibn Ḫaldūn, Berbères, II, trad. p. 562.

13 E. Lévi Provençal, Espagne musulmane, I., p. 170.

14 H. Terrasse, Histoire du Maroc, I, p. 121.

15 L. Massignon, “Éléments arabes” R.M.M. 57, 1924, p. 34-35.

16 Ibn Ḫaldūn, Berbères, II, trad. p. 565.

17 Al- Ğaznā’ī, Zahrat, trad. 84.

18 La mosquée des Cheikhs à Madīnat Fās, celle des Chorfa dite Masğid al-Ašraf sur la rive gauche, cf. J. Brignon et alii, Histoire du Maroc, p. 65.

19 G. Deverdun, Nouvelle inscription idrisite, p. 67-73.

20 G. Deverdun, “Al- Ḳarawiyyīn (Masdjid al-)”, E. 1.2, IV, p. 657.

21 G. Marçais, Architecture, p. 7, fig. 2.

22 B. Roy et P. Poinssot, Inscriptions, II, fasc. 1, Pl. 6-10.

23 Sur les Fatimides en Afrique du Nord, voir G. Marçais, Berbérie musulmane, p. 133 -156 ; H. Terrasse, Histoire du Maroc, I, p. 135-149. La conquête de Fès en 380H/920 J.-C. par un général fatimide Maṣāla b. Ḥabus mit fin à la puissance des Idrissides, cf. Ibn Ḫaldūn, Berbères, II, trad. p. 526.

24 H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 12-14.

25 C. Deverdun, “Al- Ḳarawiyyīn (Masdjid al-)”, E.I.2, IV, p. 657-661.

26 H. Terrasse, Andalous, p. 36.

27 Al-Nāṣirī, “Kitab al-Istiqṣā”, A.M., II, trad. p. 82.

28 M. Terrasse, Architecture hispano-maghrébine, I, p. 55.

29 Ce second minbar dans tout l’Islam après celui de Kairouan (fin ixe siècle) est non seulement le plus ancien bois sculpté fatimide conservé, mais encore à l’origine de toute une tradition mobilière maghrébine, cf. H. Terrasse, Andalous, p. 44 et 49.

30 Cf. H. Terrasse, “Influence de l’Ifriqiya”, R.A., p. 558 et Islam d’Espagne, p. 91.

31 Ġellum. Il mesure 0,80 m x 0,08 m x 0,05 m.

32 Ayant 0,295 m de longueur.

33 Moulure creuse.

34 Dans la sculpture champlevée, les lignes principales des motifs, sont ménagées en saillie d’une égale épaisseur par des défoncements verticaux de faible profondeur, cf. H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 19.

35 De 17 mm d’épaisseur.

36 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 143-144, fig. 22-23.

37 G. Marçais, Architecture, p. 51, fig. 25 B et C.

38 A Madīnat al-Zahrā’ et à Cordoue, cf. B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración floral, Tabla XI, 7, 10, 19-1, p. 79-80.

39 H. Terrasse, Andalous, Pl. XC, XCI, XCII, LXVII et ss.

40 Aux plafonds de la Grande Mosquée de Tlemcen, cf. F. Hernandez, “Techumbre”, Archivo Español de Arte y Arqueologia, n° XII, 1928, fig. 86, p. 21.

41 B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración floral, Tabla XI, 14, p. 79-80.

42 A la Grande Mosquée de Cordoue, dans l’archivolte de l’arc d’entrée de l’oratoire d’al-Hakam, cf. H. Terrasse, Art hispano-mauresque, Pl. XXII.

43 L’Alhambra de Grenade, cf. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración floral, Tabla XXIV, 41 -1, p. 133 -134.

44 Sur une poutre du Musée inventoriée sous le n° 45.26.

45 B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración floral, Tabla XI, 10, p. 79-80.

46 M. El-Habib, “Stèles funéraires kairouanaises”, R.E.I., XLIII/2, p. 240, fig. 5.

47 G. Marçais, Architecture, p. 105, fig. 61.

48 Dont les dimensions sont : 0,41 m x 0,077 m x 0,098 m, la longueur de la partie décorée est de 0,305 m.

49 Moulure plate étroite.

50 Dite warda dans la terminologie locale.

51 De 15 mm d’épaisseur.

52 L. Torres Balbas, “Quicialeras hispano-musulmánas”, A.A., XXI, p. 364 (26).

53 Notamment sur un corbeau d’une église mudéjare du milieu du xiiie siècle, cf. B. Pavón Maldonado, “Iglesia mudejar”, A.A., XXVII, fasc. 1, p. 241, fig. 11.

54 S. Flury, “Décor épigraphique”, Syria, fasc. 4, fig. 4, p. 372 et fig. 6, p. 375.

55 G. Marçais, Architecture, p. 57 et fig. 35, p. 58.

56 H. Terrasse, Andalous, Pl. LVIII, LXIV, LXVI et ss., LXXV et p. 47-48.

57 H. Terrasse, Art hispano-mauresque. Pl. XXIV.

58 H. Terrasse, Andalous, Pl. LIX, LXII, LXXI-LXXII, et ss., et p. 46-47.

59 Ces rosaces à six ou à quatre pétales, appartiennent à la même famille d’ornements. Elles seront employées concurremment dans le décor architectural.

60 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, Pl. XXIV.

61 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 19 et p. 96.

62 Al-Ğaznā’ ī, Zahrat, trad. p. 99.

63 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 216.

Table des illustrations

Légende Plance I : Corbelet n° 45.18, A face latérale ; B inférieur
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1310/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende Planche II : Corbelet n° 85.9.1, A. face latérale ; B. face inférieure.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1310/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 154k

© Institut de recherches et d'études sur les mondes arabes et musulmans, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540