Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des migrants et des villes

 | 
Mireille Meyer

Mutation de l'espace, mouvements de population (Annaba, Algérie)

Monique Fenet-Rieutord

Texte intégral

1Cette contribution est un apport fragmentaire, sur la mutation de l'espace d'Annaba. Elle résulte d'un certain nombre d'observations et de données recueillies, pour la plupart à Annaba, de 1983 à 1985, dans le cadre de recherches sur les conditions de l'état de santé.

2Le thème évoqué se veut une réflexion née sur le terrain, sans que des moyens de recherche puissent l'accompagner. Il s'agit des effets du salariat des hommes et des femmes déplacés pour les besoins du travail, sur la structuration urbaine d'un pôle de développement, et non pas des questions de santé pour lesquelles j'étais alors appelée. Quels effets socio-économiques, spatiaux, la mobilité pour le travail implique-t-elle dans la mutation de la ville ?

3Il ne s'agit donc pas du résultat d'une recherche sur les changements urbains qui aurait pu faire un objet en soi, ni d'une étude comparative sur les effets de la différenciation sexuelle du travail.

4C'est une optique sur les inter-relations qui sévissent entre l'emploi et l'habitat, telles que je les ai perçues lors de mes missions, en complément aux recherches sur la santé.

5L'inter-dépendance des éléments "emploi" et "habitat", dans un pays en développement, fait fonctionner le pôle de croissance, en des termes divergents des schémas officiels, déployés sur le site. Il m'est apparu que les pratiques informelles, non-autorisées, modèlent l'espace urbain qui, lui, est géré par des institutions. Ce décalage entre les pratiques quotidiennes et la politique urbanistique est source de mutation.

6La spécificité d'Annaba est de former un pôle de développement qui génère, depuis les années 1960, des emplois industriels, du secteur nationalisé destinés aux hommes, ainsi que depuis la décennie 1980, des emplois du tertiaire ouverts à de jeunes femmes diplômées. Le salariat des hommes passe par une certaine instabilité dans les postes de travail, sous-tendue par la crise du logement qui freine ou retarde les possibilités de rapprochement familial, à proximité du lieu de travail. Le salariat féminin que j'évoquerai, concerne des femmes qui ne sont pas natives d'Annaba où elles viennent donc s'installer, et il produit des effets sur d'autres femmes du lignage, du réseau relationnel...

7Les migrations du travail ont déterminé, depuis une vingtaine d'années, l'évolution urbaine de la commune et des agglomérations satellites, où les logements tout comme les équipements, arrivent avec retard. L'afflux massif de population a engendré des modifications dans la structuration de l'espace urbain, tout comme dans la gestion de la ville. La trame des pratiques sociales, marchandes, qui sont déployées par le biais du travail (accession ou non-accession au logement, amélioration du pouvoir d'achat dans le cas des salariés) sous-tendent la mutation de l'espace annabi et plus largement de l'espace régional, voire méditerranéen, par le truchement des villes structurantes telles que Marseille en France, Alicante en Espagne ou Naples en Italie.

Annaba : une ville façonnée par la mobilité des travailleurs

8Annaba, une agglomération de 400 000 habitants environ en 1985, se situe dans le nord-est algérien, ouverte sur la façade méditerranéenne. La petite wilaya (600 000 habitants en 1982) qui porte le même nom que la ville, constitue une unité structurée à partir de fonctions industrielles et urbaines.

9Depuis le Plan de Constantine, soumis par le Général de Gaulle en 1958, l'espace régional d'Annaba est organisé à partir du site portuaire et du site sidérurgique d'El Hadjar. Depuis 1962, Annaba connaît une mutation spatiale profonde, liée à l'extension du complexe sidérurgique. Celui-ci contribue à renforcer les bases de l'économie algérienne au même titre que l'industrie pétrolière jusqu'à la crise de 1985. C'est dire l'importance attribuée à Annaba en tant que pôle, symbole du développement économique.

10La création massive d'emplois industriels, pendant la période 1962-1978, et plus récemment le déploiement de services tels que les hôpitaux, l'université, divers commerces, sont à l'origine d'un mouvement de focalisation sur la ville.

11Il est difficile de trouver des données démographiques précises et complètes sur le fait migratoire à Annaba, pour la simple raison que l'appareil statistique en cours d'élaboration en 1985, n'a pu saisir la structure géographique et démographique des migrants. Et il est regrettable que les questionnaires utilisés pour le RGP (recensement général de la population) de 1986-87 ne permettent pas de saisir les éléments de régionalisation et de périodisation des migrations.

12A titre indicatif, au recensement général de population de 1966, on dénombrait 311 000 résidents dans la wilaya. Lors de l'estimation nationale de 1982, ce chiffre avait quasiment doublé, passant à 605 000 résidents (source : Ministère du Plan). En parallèle, la taille de la wilaya rétrécit en véritable peau de chagrin et l'effectif global de population poursuit sa forte croissance, d'un recensement à l'autre. Par exemple, de 1966 à 1977, le solde migratoire enregistré équivaut au quart de la population déclarée résidente en 1977.

13La vague migratoire qui gonfle la population urbaine depuis 1962 semble s'essouffler, comme dans les grandes agglomérations et les villes moyennes du pays. La période de l'apport maximal remonte à 1970-1973, lorsqu'une abondante main-d'œuvre, appelée par l'ouverture de nouveaux chantiers et l'essor industriel, s'est fixée à Annaba. De nos jours, la tendance générale est celle d'un renouvellement naturel des familles sur place, ainsi qu'un apport modéré de nouveaux travailleurs : les cadres, issus pour la plupart de Constantine et de la capitale.

14Cette forme de migration inter-urbaine, tout comme les relations ville/campagne que les anciens migrants entretiennent avec leur région d'origine, ou bien encore les migrations pendulaires hebdomadaires des travailleurs résidant loin du lieu d'emploi (environ 200 km), participent à un mouvement de grande mobilité physique des populations.

15Annaba est une ville de mouvements perpétuels où ces réseaux de va-et-vient jouent un grand rôle, dans l'ajustement des néo-citadins à leur nouvelle vie sur le site d'Annaba. Le lieu d'implantation de la famille ainsi que celui du logement, qui peuvent être confondus ou dissociés, forment le repère socio-spatial moteur de la mobilité pour le travail.

16Dans le cas des femmes, le phénomène de l'insertion salariale induit des stratégies de débrouillardise (entraide ménagère à l'intérieur des cités par les fillettes, taxi en commun pour se rendre au marché par le biais du regroupement de voisinage, placement des bijoux hors du logement...). Ces stratégies permettent de faire fonctionner la sphère domestique au mieux, selon une logique qui échappe aux normes de la gestion urbaine (marché en centre-ville et cités en périphérie, appel aux placements d'argent, desserte de bus...).

17Le processus de mutation de la ville se développe autour de la fixation d'une main-d'œuvre, rapidement suivie par les familles, alors que le parc de logements d'Annaba, déjà saturé depuis la guerre d'Indépendance, ne peut absorber les populations nouvelles. La crise urbaine déclenche une modification radicale des formes d'occupation de l'espace ainsi que des politiques d'intervention et de gestion. L'apport de la main-d'œuvre s'est accompagné d'une prolifération de bidonvilles (45 000 personnes en 1982) liés à la saturation des structures d'accueil. Le taux de croissance annuelle avoisine les 4 % (carte sanitaire de 1984), chez une population estimée à 400 000/500 000 personnes et où 60 % de la population à moins de vingt ans.

18L'acuité de la crise du logement fait que le parc est dans un état de surpeuplement critique. Le rythme de construction arrive difficilement à résorber le retard accumulé. Le problème du logement passe par une planification urbaine difficile à maîtriser. Elle se traduit par la résorption, en 1984, du phénomène des bidonvilles évacués dans les lointaines périphéries. Les constructions neuves de grands ensembles et de grandes villas se heurtent à l'absence de mesures d'accompagnement (transports publics, groupes scolaires, commerces...). Tandis que le patrimoine ancien fait l'objet de rénovations hypothétiques.

19La politique de relogement ou tout simplement d'attribution de logement, accroît la densité des pratiques de mobilité résidentielle, tant au niveau de la ville, de sa périphérie, que de l'est en général (cohabitations, rotations dans le temps d'occupation quotidien du logement, stratégies de pouvoirs...). Le parc devient progressivement inadapté à l'évolution des familles, des temps de travail, de l'image sociale des nouvelles catégories professionnelles.

20L'acuité de la crise du logement sert d'élément détonateur dans la redistribution des occupants, selon une nouvelle ségrégation socio-professionnelle de l'habitat. Les opérations de relogement conduisent à des regroupements de nouveaux cadres (lotissements d'État ou immeubles de cadres, regroupements des agents de maîtrise, des ouvriers à proximité de la zone industrielle...).

Des migrations pour le travail

21Le phénomène migratoire est ancien, enraciné dans l'histoire du pays. Certaines tensions dans les modes de production, de fortes disparités spatiales soulignées par l'industrialisation trop rapide du pays, participent aux mécanismes de la migration pour le travail.

22Bien que la ville d'Annaba ait une tradition urbaine, le rythme d'arrivée des primo-arrivants a dépassé rapidement le seuil d'assimilation que la ville pouvait offrir. Il est important de noter le renversement des flux migratoires, qui se déversent sur la ville en trente ans, de 1954 à 1984. F. Thomas (Annaba et sa région, 1977, p. 547) observe qu'en 1954, 50 % de la population est urbanisée de longue date ; que 40 % proviennent de l'arrondissement-même, le reste s'étant déplacé d'arrondissements et wilayate proches d'Annaba.

23Or, au cours des années 1960 et jusqu'au début des années 1980, la tendance semble s'inverser. On vient de plus loin et de façon plus massive. Les primo-arrivants sont issus d'une aire attractive qui s'est élargie vers le Sud (Souf, Aurès).

24Les flux migratoires sont d'autant plus difficiles à saisir que les recensements généraux de populations ne renseignent plus sur l'origine géographique des résidents. Les volumes d'évolution des effectifs sont quasiment les seules informations officielles.

25Entre le recensement de 1966 et celui de 1977, les évaluations indiquent une augmentation continue des effectifs, soit 100 000 personnes au total. Ces dernières années, il y aurait un tassement de l'apport migratoire et Annaba s'accroîterait essentiellement à partir de son solde naturel : 4 % de croissance démographique annuelle, ce qui est supérieur à la moyenne nationale avoisinant les 3,3 % par an. La population, majoritairement jeune, comporte au RGP de 1982, 42 % de personnes en âge d'activité (18 à 59 ans).

26Il semble utile de situer l'importance du phénomène migratoire par rapport au reste du pays. Les travaux de A. Benachenhou (1981) sur l'exode rural et ceux de G. Mutin sur l'évolution d'Alger apportent un éclairage intéressant.

27On considère que jusqu'en 1966, l'exode est vigoureux dans tout le pays, mais non-quantifiable. D'après le recensement de 1966, 600 000 personnes auraient migré, lors de la courte période 1962-1966. Le volume annuel de l'exode a fait grimper le taux de croissance urbaine. Celui-ci monte à 3,4 % par an de 1969 à 1971, pour atteindre le rythme moyen annuel de 5,2 % pendant la période 1972-1974 (Benachenhou, p. 50).

28En considérant le cas d'Alger, pôle qui draîne la grande masse des migrants algériens, G. Mutin constate que pendant la phase intercensitaire 1966-1977, ce sont les communes périphériques de la capitale qui ont enregistré le plus fort taux de croissance : entre 5 et 10 % par an, alors que la croissance d'Alger plafonne alors à 4,1 % par an.

29Jusqu'à la fin des années 1970, le cas d'Annaba serait plutôt la résultante d'afflux de populations issues des bourgades et petites villes de l'Est, de Constantine aussi, ainsi que d'unités villageoises de l'Est ou des marges sahariennes (Souf, Aurès).

30Généralement, les nouveaux arrivants sont marqués par un enracinement en milieux traditionnels et ne sont pas préparés à vivre sur un site urbain en cours de déploiement. Ils s'installent sur les périphéries immédiates de la ville, dont le tissu urbain existant est saturé. Ils s'agglutinent en habitat clandestin, fait de baraques, créant une bidonvillisation autour de la ville et de la commune périphérique d'El Hadjar qui connaît un taux de croissance spectaculaire. L'espace rural disponible entre la ville, le massif d'Edough et la mer se trouve mité très rapidement.

31Une enquête partielle, entreprise par l'Institut des Sciences Sociales d'Annaba en 1982-83, confirme que la plus grosse vague d'arrivants a eu lieu entre 1970 et 1973, lors de la période de recrutement massif dans la zone industrielle.

32Il apparaît qu'avant leur migration à Annaba, les ménages sont constitués à 34 % par 2 à 5 personnes ; 26 % ont 6 à 8 personnes, et 6 % seulement abritent alors un minimum de 9 personnes.

33L'origine professionnelle des chefs de ménage est disparate. On note 30 % d'agriculteurs, 38 % d'inactifs ou d'activités mal définies, 8 % de travailleurs spécialisés, 16 % d'ouvriers et manœuvres, 8 % de fonctionnaires et cadres divers.

34Dix ans plus tard, un renversement de tendance marque ces ménages. En taille, ce sont les grands ménages supérieurs à 9 personnes qui dominent (48 %), contrairement à la situation initiale d'installation sur la ville. La part des ménages de 6 à 8 personnes reste relativement stable (30 %). C'est la part des "petits ménages" de 2 à 5 personnes qui a régressé (16 %).

35Malgré le manque de rigueur des critères professionnels, utilisés lors de cette enquête partielle, on observe que la part des chefs de ménage qualifiés ou fonctionnaires n'a pas bougé. Par contre, la part d'inactifs a chuté (10 %) et la majorité des chefs de ménage s'est insérée dans les emplois de l'industrie et du bâtiment.

36Les conditions d'habitat se sont transformées radicalement. Avant l'installation à Annaba, 50 % des ménages vivaient en maison traditionnelle. Le reste logeait dans une gamme allant de la baraque (10 %) à l'appartement (4 %). Après un passage quasi-inévitable en baraque, les interviewés de 1983 vivent pour 50 % en appartements et 50 % en baraques.

37La saturation des structures d'accueil, consécutive à la forte urbanisation, engendre une crise du logement telle que les possibilités de choix sont inexistantes.

38La promotion industrielle d'Annaba s'affirme à travers les mouvements migratoires qui ont transformé le paysage urbain. La maîtrise de l'espace régional, quasiment impossible jusqu'à ces dernières années, est en train de prendre forme. D'autant plus que la ceinture d'habitats spontanés, la "plaie" d'Annaba, est résorbée depuis 1984.

Salariat masculin sur le pôle sidérurgique et mutation spatiale

39Le déploiement de l'industrie lourde intégrée, surtout depuis les années 1970, a engendré la création de nouveaux secteurs à l'intérieur du complexe. De la métallurgie non-ferreuse aux gaz industriels, toute une gamme de nouveaux postes de travail est née. De même que les secteurs existants ont fait l'objet d'opérations nouvelles.

40Le rythme industriel et l'avancée technologique pris en peu de temps ne sont pas menés conjointement avec des mesures d'accompagnements, en madère de logement et d'habitat, de formation, etc. La main-d'œuvre s'adapte toujours difficilement aux conditions de travail, tandis que les solutions partielles qui sont adoptées pour le logement accentuent l'instabilité du personnel.

41Les problèmes de logement s'alourdissent de difficultés dans les transports qui perturbent les conditions de vie liées au travail. Bien que la S.N.S depuis sa création se soit chargée de pallier les problèmes de logement, en assurant elle-même la construction d'ensembles immobiliers, la question est loin d'être résolue, en 1985. Sa politique du logement se heurte à un problème de quotas et un non-droit à la construction. La wilaya attribue des quotas de logements à chaque entreprise domiciliée sur son territoire. Le quota que reçoit l'usine de sidérurgie se situe bien en-deçà de ses besoins.

42La S.N.S en est donc venue à bâtir pour ses propres besoins, sans permis de construire. Depuis vingt ans que l'entreprise construit, son rythme de construction demeure cependant insuffisant pour satisfaire la demande des travailleurs. Les travailleurs affluant aux débuts des années 1970 ont dû se loger dans des baraques, à proximité de l'usine ou en situation encore plus précaire du type : cohabitation en ville chez un ménage, rotation aux hammans, voire même installation à l'intérieur des gros tuyaux de l'usine...

43Le logement en baraque était la solution immédiate, pour qui devait trouver un toit. En 1977, on estime que 20 % de la population d'Annaba vit dans des baraques. 22 000 cases sont dénombrées, pour 62 000 personnes environ (soit 2,8 personnes par case). 10 % du parc d'Annaba est en baraques.

44Dans le grand bidonville de Bou Hamra en 1977, on dénombre 3 500 baraques dont 25 % sont occupées par des travailleurs de la S.N.S. Le prix d'une baraque avoisinait les 3 000 dinars, alors que le S.M.I.C. était inférieur à 1 000 dinars. Pour faciliter l'installation de ses employés, toutes catégories confondues, la S.N.S. vend ses tôles et ses sous-produits.

45La S.N.S. construit ses cités hors zones d'habitations urbaines nouvelles (Z.H.U.N.). L'encadrement bénéficie de priorités qui frustrent les agents de maîtrise, moins bien lotis dans l'attribution des logements. Ceux-ci, d'ailleurs, se sentent plus proches des ouvriers, logeant en baraques, qui bénéficient peu des mesures de logement. Ali El Kens montre dans son étude de 1982 que 65 % des manœuvres, 32 % des OS, 14 % des ouvriers qualifiés, logent dans des baraques (p. 94). Depuis 1984, le déplacement de toutes les baraques installées dans la plaine d'Annaba complique les difficultés de transport des employés qui dès lors se retrouvent transplantés loin de l'usine, au titre du rabattement "hors commune", en attendant des mesures de relogement.

46Il est important d'observer que la S.N.S. génère à la fois un afflux de migrants de toutes catégories socio-professionnelles, appelés pour le travail, et que face à l'inadaptation du tissu urbain qui ne peut absorber l'arrivée brutale de ménages, elle joue un rôle moteur dans la mutation de l'espace urbain (baraques, cités, voies de circulation...).

47Elle pratique ses constructions sans concertation avec les pouvoirs publics : cas des 800 logements bâtis en 1986 que la CADAT veut faire raser ou de la cité Sidi Amal de 3 000 logements entièrement affectés à ses employés. Ensuite, elle négocie la situation de blocage administratif dans laquelle elle s'est acculée par nécessité. Alors que toutes les structures institutionnelles existent à Annaba pour gérer la politique du logement (Office public de la gestion immobilière, Direction de wilaya de l'urbanisme, de la construction et de l'habitat, Caisse algérienne d'aménagement du territoire...), la S.N.S. se trouve au carrefour d'une problématique d'emploi et d'habitat. Face à la crise du logement, la S.N.S. se donne les moyens de mener une gestion du logement indépendante, pour ses agents, assurant ainsi le fonctionnement de son marché du travail.

De nouvelles pratiques de l'espace urbain chez les jeunes femmes cadres

48C'est à partir d'une perception systémique de l'occupation de l'espace annabi, que j'insiste sur les nouvelles dynamiques féminines. Celles-ci transparaissent notamment, à travers :

  • l'accès au travail qui suppose la réunion d'un certain nombre de conditions (emplois disponibles, qualification, infrastructures sociales, réseaux sociaux, statut familial...),
  • l'origine géographique hors d'Annaba et les va-et-vient perpétuels entre la commune d'origine et Annaba,
  • les niveaux d'instruction, dont la formation universitaire,
  • les situations matrimoniales, dont le statut de célibataire ou de femme mariée,
  • les comportements procréateurs, dont le recours à la planification ou à l'espacement des naissances,
  • l'accès au logement,
  • l'utilisation des transports, dont les transports individuels sous-tendus par la possession d'une voiture.

49Mes observations de terrain me conduisent à considérer que les femmes sont des acteurs fondamentaux dans le processus du développement annabi, par le biais de la mobilité qui repose sur un enchevêtrement de filières relationnelles. Ces femmes cadres (environ 1 % de la population) savent déployer des stratégies d'adaptation face aux défaillances d'une urbanisation difficile à gérer. Elles participent aux nouvelles relations entre les villes et les campagnes et en utilisent tous les mécanismes qui peuvent répondre à leurs besoins de femmes déplacées pour le travail. Tout ceci se répercute sur les comportements à l'égard de l'argent. Des attitudes nouvelles voient le jour, où le salaire gagné ne sert plus seulement à la thésaurisation. Il est investi dans un potentiel humain qui est la prise en charge, sous diverses formes, de la formation professionnelle des jeunes sœurs ou des amies intimes, en vue de leur promotion sociale.

50La mutation des rôles féminins se traduit aussi par des changements dans le rapport à l'enfant. Tant bien que mal la femme salariée et mère de famille utilise les possibilités d'aides existant au sein de sa propre famille. Elle utilise au mieux les ressources locales en infrastructures sociales. Le recours à la contraception ainsi que l'organisation du budget-temps amènent à de nouveaux comportements de consommation (utilitaires, domestiques, loisirs...).

51L'acquisition d'un salaire par la femme est l'élément moteur d'une transformation du rapport à l'habitat et à l'emploi. La régularité ou la discontinuité de l'apport financier détermine des pratiques financières différentes en matière d'habitat. Cela est très net chez les femmes employées dans le secteur d'État, à titre de cadres supérieurs (université, hôpitaux...).

52Dans le secteur d'État, les cadres bénéficient de priorités quant à l'attribution d'un logement neuf. Les femmes ont une priorité au même titre que leurs homologues masculins. Leur cas est révélateur de l'enjeu social que le logement représente, dans une société en crise où l'équilibre même des rapports de couple est déstabilisé.

53Ainsi, dans le cas de situation de couple où la femme seule travaille dans le secteur d'État, c'est elle qui facilite le logement ou le relogement du ménage. Or, l'identité de l'homme réside souvent dans sa capacité à prendre en charge sa famille et donc d'assurer lui-même le logement. Le logement acquis grâce à l'épouse est généralement perçu comme le résultat d'une inversion des rapports au sein du couple et d'un affaiblissement du pouvoir de gestion, de contrôle du conjoint.

54En fait, l'enjeu du logement est sous-tendu par les conditions d'accès des femmes cadres à leur lieu de travail et à la proximité des services tels que le jardin d'enfants ou la sortie hebdomadaire des scouts musulmans... Cela implique une organisation sociale, spatiale et temporelle qui entretient bien souvent un état de crise d'identité chez la femme, tant au niveau de son image que de celle du couple.

55La deuxième figure de cas que l'on rencontre est celle de la jeune femme célibataire, déplacée à Annaba pour ses fonctions d'encadrement. Les facilités d'attribution d'un grand logement génèrent les conditions matérielles pour la prise en charge d'autres membres de la famille ou du réseau familial, dans le cadre même de la fonction universitaire d'Annaba.

56Dans tous les cas, le fonctionnement des filières féminines à travers le logement est une réalité des femmes cadres qui enclenchent là un mécanisme central, dans la modification et la gestion des nouveaux rapports sociaux. Le fonctionnement des réseaux féminins, leurs spécificités sociales, sont des pistes de recherches à explorer, tout comme l'enjeu de l'habitat par rapport au travail, à la famille, au couple.

57Dans la phase de développement que l'Algérie traverse, il est opportun de montrer le rôle fondamental que les femmes, salariées ou non, jouent dans le processus du développement national. L'étude de cas d'Annaba est intéressante à plus d'un titre. En effet, le fonctionnement des mobilités sur la ville est interdépendant de mécanismes multidimensionnels qui dépassent l'espace de cette ville. L'enjeu semble être celui d'une nouvelle identité socio-économique des femmes, dans le cadre d'une mutation économique ou urbaine.

Conclusion

58Le point de vue que je viens de présenter vous fournit un éclairage, et il y en a d'autres, sur la mutation spatiale d'Annaba. L'articulation entre le travail et l'habitat, dans une situation de développement, modèle la ville d'une façon inattendue. Les données et les observations recueillies sur le terrain vont a contrario d'idées parfois véhiculées, avec un certain parti pris sur l'immobilisme ou le monolithisme de certains phénomènes...

59A savoir par exemple, que la bidonvillisation d'Annaba fut le fait de la S.N.S. Or, les éléments recueillis à la SNS comme à l'Institut des Sciences Sociales d'Annaba montrent que les travailleurs de la SNS étaient loin d'être majoritaires dans les bidonvilles.

60Tout comme l'activité salariées des femmes cadres à Annaba (env. 1 % de population active d'Annaba) et leur accès au logement peut paraître exceptionnel par rapport au discours généralement véhiculé sur les femmes. Les cadres d'Annaba ne sont pas privilégiées mais elles bénéficient, du moins jusqu'en 1985, d'une situation urbaine et professionnelle nouvelles propres au pôle de développement.

Auteur

Géographe. Institut de Recherches et d'Études sur le Monde Arabe et Musulman Aix-en-Provence

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter