Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des migrants et des villes

 | 
Mireille Meyer

Imaginaire d'une ville

La mémoire des migrants à Port-Saint-Louis-du-Rhône1

Mireille Meyer

Texte intégral

  • 1 Ce texte est issu d'une recherche de type ethnologique sur trois ans (1981-1983) menée par Claudie (...)
  • 2 Voir article de J. Viard "Le temps de l'amarrage", in Les Cahiers Pierre-Bastide, n° 4, intitulé L (...)
  • 3 Voir l'article d'Emmanuel Loi : "Le style de Marseille", in Cahiers Pierre-Bastide, n° 4, cité à l (...)
  • 4 Voir l'introduction de G. Althabe pour les actes du séminaire de Royaumont : Sociétés industrielle (...)

1Il existe des villes amnésiques, ""sans fondations"2. De Marseille par exemple, on a pu écrire : "se mangeant elle-même sans rien garder, elle exonère la mémoire"3. En quelque sorte sans passé, sans histoire, que ce soit celle de leur peuplement ou de leur urbanisme, ces villes sont sans repères. N'ayant pas su produire, au travers de pratiques sociales, les marqueurs d'une identité collective mobilisables consensuellement et réactualisables, elles sont fragilisées en situation de crise, d'anomie. Au contraire, d'autres ont su préserver, recomposer, ré-actualiser une mémoire dans laquelle elles peuvent alors puiser pour consolider les référents identitaires de la communauté urbaine et/ou trouver des éléments de réponse à une situation de crise. Même et surtout serait-on tenté d'écrire, si cette reconstitution du passé et la mise en avant d'une identité collective afférente relèvent de l'imaginaire et de la mise en scène4.

2La ville de Port-Saint-Louis-du-Rhône qui n'a pourtant qu'un petit siècle d'existence (et peut-être à cause de cela), est un remarquable exemple de réquisition d'une mémoire recomposée. Elle a su agencer les spécificités de son histoire et de son peuplement fait de vagues migratoires successives, pour résister collectivement aux aléas divers nés d'une genèse ambiguë et aux à-coups de ces dernières années (le déplacement des activités portuaires sur Fos ou la fermeture des usines, par exemple). Peu à peu, se sont générés les repères d'une identité, d'une véritable citoyenneté port-saint-louisienne bâtie en grande partie sur cette mémoire recomposée des groupes de migrants, sur un imaginaire que ces groupes ou leurs représentants mobilisent et mettent en scène en fonction de stratégies ou des circonstances, mais toujours avec ce fort sentiment d'appartenance que les Port-Saint-Louisiens reconnaissent comme essentiel dans le processus d'intégration des vagues migratoires successives et l'unification de la communauté urbaine.

UN PORT AU BOUT DU MONDE

3Pour mieux appréhender l'originalité et la spécificité de cette citoyenneté, il est impossible de faire l'économie du détour historique : celui des origines si particulières de cette ville et de ses conditions de développement.

4Dans la première moitié du xixe siècle, Arles, port de transbordement des marchandises qui remontent vers Lyon par voies fluviales, ne peut plus assurer cette activité à cause de l'évolution des modes de navigation (vapeur, accroissement des tonnages...). De plus, aucune solution durable n'a été trouvée pour permettre un franchissement moins risqué de la barre des embouchures du Rhône. Reste pour Lyon la solution de faire débarquer les marchandises à Marseille et de les transporter par chemin de fer. Mais Lyon qui craint dans ce cas de devenir une simple étape sur la voie ferrée Paris-Marseille, et qui, de toutes façons, trouve prohibitifs les tarifs portuaires de la cité phocéenne, préfère envisager, dans les années 1840, le creusement d'un port entre Arles et les embouchures du Rhône qu'on éviterait alors par un canal.

5Ce projet est vigoureusement défendu par un groupe d'hommes d'affaires et d'industriels en majorité lyonnais, très engagés par ailleurs dans la colonisation de l'Algérie et le percement du canal de Suez. "L'opération Port-St-Louis" se fera donc contre Marseille et sa région, sur fond d'idéologie coloniale et de capitalisme international. Le futur port dont tous les terrains ont été achetés par les promoteurs est d'ailleurs explicitement conçu comme un comptoir qui devra rapporter un maxi. "Lyon-sur-Mer" disaient les Marseillais qui n'approuvent pas, on s'en doute, cette création concurrente et ont bien l'intention de s'y opposer. La guerre entre les deux villes va durer une bonne vingtaine d'années. Ce n'est qu'en 1863 que Napoléon III signe le décret d'Utilité Publique. La première manche a été gagnée par Lyon. Mais il est clair que, conçu pour remplacer Arles qui renâcle et contre les intérêts de Marseille, Port-Saint-Louis "émanation lyonnaise" ne pourra pas compter pour se développer sur un appui local. Une certaine marginalisation est donc déjà inscrite dans les origines. Elle aggrave une marginalisation géographique. En effet, le lieu choisi, aux limites du département des Bouches-du-Rhône, est en plein marais, c'est un désert infesté par la malaria, sans eau potable... Dans les écrits des promoteurs, cet endroit est d'ailleurs comparé à la plaine de Boufarik, avant son aménagement.

6Effectué dans des conditions techniques et sanitaires telles que plusieurs entreprises déclarèrent forfait, le creusement du bassin et du canal est cependant achevé en 1871... en pleine récession économique et bouleversements politiques. Le port restera quasiment inemployé pendant une dizaine d'années, habité seulement par une poignée de pêcheurs qui s'installent dans les baraquements abandonnés à la fin du chantier, vivant ainsi dans un véritable cul-de-sac, à quarante kilomètres d'Arles et vingt de Fos auxquelles ne les relie aucun chemin praticable. Il fallait cinq heures par un petit vapeur pour se rendre à Arles par le Rhône, seule voie d'accès possible. C'est le désenclavement des lieux par la construction (aux frais des promoteurs) d'une voie ferrée Saint-Louis-Arles, l'installation, à cette occasion, de la Compagnie Générale de Navigation qui accepte de déplacer son siège social et de quitter Arles ainsi que l'évolution d'une partie des milieux d'affaires marseillais qui autorisent un réel démarrage du port. Les installations industrielles suivent peu à peu.

LA VILLE QUI N'EXISTAIT PAS

  • 5 Ch. Lentheric, La région du Bas-Rhône, 1880.

7Mais si le port, en définitive un avatar de l'actuel port de Fos, est achevé, tous les beaux projets d'urbanisme concomittants sont abandonnés ainsi que l'écrit Ch. Lentheric en 1880 : "les constructions de la ville de Saint-Louis sont restées à l'état d'imagination sur les plans que l'on avait dressés au début de l'affaire (...). Sur les deux rives du canal, le silence, la fièvre, le désert"5. En effet, aucun plan d'urbanisme, aucun aménagement concerté pour accueillir cette population venue en nombre, attirée par le travail. Elle devra survivre dans des habitats de fortune : les "célèbres" cabanes toujours présentes dans les souvenirs port-saint-louisiens, objet de récits émouvants, étalon de mesure du chemin parcouru.

8Cette population obligatoirement venue d'ailleurs, n'aura donc pas à investir un cadre urbain pré-existant, mais à le créer face à la politique de laisser-faire d'un patronat non résident, politique à peine tempérée par la construction d'ailleurs insuffisante et tardive, de quelques cités ouvrières réparties, de surcroît, sans aucune logique urbanistique. Les Port-Saint-Louisiens savent que leur ville a failli disparaître avant même d'exister et que, c'est pour une bonne part, l'obstination de va-nu-pieds, leurs ancêtres, qui en a fait une réalité. Va-nu-pieds qui trouveront là en guise de compensation, un peu de leur "rêve d'Amérique", destination première de certains migrants échoués à Port-Saint-Louis : terres vierges, travail, cosmopolitisme, vie quotidienne difficile et souvent à la limite de la légalité.

9Pendant un siècle, ces émigrés venus de Provence, de France, d'Italie, de Grèce, d'Arménie, d'Espagne, d'Afrique du Nord vont bricoler, bricolent une agglomération (le terme est employé à dessein) dans les interstices laissés disponibles par les zones de transbordement, les usines, les étangs et les marais, dans un bout-du-monde balayé par le mistral et invraisemblable pour un établissement urbain puisque sans eau potable, sans voies de communications terrestres, sur un sol inondable faute de pente et non porteur ce qui obligera à d'extravagantes astuces de construction. Il faudra pourtant y construire son toit et qui plus est, en pleine précarité, puisque la propriété du sol restera pour une grande part et jusqu'au début des années 1960, entre les mains des promoteurs puis de leurs héritiers ou de racheteurs attendant toujours la bonne affaire. Dans ce coin perdu, les terrains battront pendant longtemps tous les records de prix au mètre carré.

  • 6 Ch. Lentheric, op. cit.

10La première lutte sera celle de "l'Indépendance". Contre Arles, accusée ajuste titre, de délaisser ce hameau perdu "resté inconnu sinon ignoré"6. Port-Saint-Louis devient commune en 1904 et compte alors autour de 2 000 habitants (le recensement de 1982 en totalise un peu plus de 11 000). Pendant des années, cette population, hétérogène par ses origines géographiques, va peu à peu trouver sa cohésion malgré le dénuement et les difficultés ; non sans violence (un quartier était surnommé Chicago) ni accrochages entre les communautés mais aussi avec une solidarité et une convivialité dont le souvenir, embelli certes, est présent dans tous les témoignages. Le ciment principal en sera cette ligne d'action, ce but primordial toujours repoussé tel un mirage : l'élaboration d'une ville. D'une "vraie ville" disent encore les Port-Saint-Louisiens en 1985 et non le simple aménagement bricolé d'un espace de travail.

  • 7 C1. Gontier, "Port-St-Louis : une ville en quête de son image", in Sociologie de Sud-Est, n° 31-32 (...)
  • 8 Une pièce de théâtre écrite et jouée pendant l'enquête s'intitulait: Contre vents et marais...

11Pour permettre cette lente émergence, il faudra, pendant près d'un siècle, une politique municipale volontariste, têtue mais aussi le plus souvent, à ses débuts surtout (le premier conseil, anarchiste, fut suspendu), brouillonne et dérisoire faute de représentants au fait des arcanes institutionnelles, faute de pouvoir payer le nombre nécessaire d'employés municipaux, faute d'avoir pour administrés autre chose qu'une majorité d'indigents illettrés. Sans oublier que Marseille veille à ce que cette embryon de ville ne prenne pas trop d'ampleur et ne lui fasse de l'ombre. Que de dossiers égarés entre la Préfecture et Paris ! Près d'un siècle à la quête d'une image urbaine et communale plus normée, d'une reconnaissance7. Le résultat de ces efforts se fera sentir seulement dans le courant des années 1960. D'hier à aujourd'hui, l'histoire de Port-Saint-Louis est jalonnée de luttes, de ruses, de projets multiples pour avoir l'eau, l'électricité, des rues empierrées, un cimetière accessible... Pour arracher des terrains communaux aux héritiers ou à l'État (Domaine Maritime), car longtemps la ville ne posséda que le terrain de l'école et celui de la mairie, pas même celui des rues ou du cimetière dont les arriérés de loyer furent réclamés par les propriétaires en 1950. Pour imaginer une centralité introuvable. Pour améliorer les conditions de vie et de travail. Enfin pour combattre la crise économique actuelle contre laquelle une histoire magnifiée et sélective devient un élément de riposte en rappelant qu'on s'en est toujours sorti envers et contre tout...8. Sans oublier un combat permanent contre la Nature : le vent, les marais, les moustiques, le sol mouvant

  • 9 F. Braudel, L'identité de la France, tome I : Espace et Histoire, p. 17, Paris, Arthaud-Flammarion (...)

12Au milieu de ces difficultés, en grande partie à cause d'elles, va se mettre en place une communauté sans bourgeoisie ni notables autres que ceux issus des luttes, fondée sur les habitudes et les renoncements des divers groupes de migrants qui aménageront cet espace. De l'adéquation entre cet espace et les migrants va naître une identité port-saint-lousienne "résultat vivant de ce que le passé a déposé... Un résidu, un amalgame, des additions, des mélanges"9. Identité marquée par tout un jeu de contrôle et de reconnaissance des divers groupes entre eux, par une appartenance affirmée bien haut, à la classe ouvrière dont le groupe emblématique sera et reste toujours celui des dockers, par un attachement ambigu à cette agglomération non centrée, plus proche de la ville coloniale ou du Middle-West que du bourg provençal de référence serré autour de son clocher (bien qu'il y ait un temple, une église catholique et une orthodoxe, il n'y a pas de clocher à Port-Saint-Louis) et à ce terroir communal non nourricier, austère, mal délimité par la mer, les marais, le Rhône, sans la moindre colline, uniquement parcours de chasse, de pêche, de cueillette.

LE SYNDROME DU MAYFLOWER

13Cette Identité se ressource dans un Imaginaire. Deux histoires, on serait tenté de dire deux mythes, parlent des origines de la ville et de son peuplement. L'une circule depuis longtemps et raconte que les premiers habitants furent des Italiens venus pour le creusement du port et qui seraient restés là à la fin du chantier. Les recensements s'inscrivent en faux contre cette affirmation. Mais elle met en évidence le syndrome du Mayflower dont est atteinte la communauté italienne. L'enquête de terrain a montré que ce comportement de pères fondateurs, ce "nous étions là avant tout le monde" des Italiens coïncide avec l'arrivée sur la scène politique, de la communauté grecque jusque là sur la réserve. Au début des années 1960, cette dernière, en effet, investit les associations, entre au Conseil municipal, installe un lieu de culte orthodoxe, revendique sa langue. En fait, la communauté grecque était surtout désireuse de se positionner en force face à l'arrivée massive des Pieds-Noirs. Opération réussie : actuellement la communauté grecque est la plus visible. Cependant cette "lutte" pour une représentativité hégémonique se fait dans le silence des familles originaires d'Arles ou de Marseille qui savent bien, elles, (et en fait les Port-Saint-Louisiens le savent) qu'elles étaient là les premières, obligées de suivre leurs employeurs : les compagnies de navigation. Cela fut vécu comme une véritable déportation et le souvenir du traumatisme transmis aux descendants.

14Pouvoir se situer, se déterminer "ethniquement" est donc essentiel à Port-Saint-Louis où l'on désigne encore souvent les familles par leur origine. Cette référence constante à l'appartenance ethnique est si importante qu'une "fête des ethnies" a été organisée en 1980 par la municipalité et des associations. Plusieurs dizaines furent recensées sur la ville par les organisateurs et chacune tint son stand. Il est vrai que les personnes originaires de l'Ardèche par exemple, avaient été élevées au rang de groupe ethnique...

15Cette attitude est révélatrice d'une population, certes en grande partie d'origine étrangère, mais qui n'a plus connu de vague migratoire importante depuis celle des rapatriés d'Algérie. En effet, si il y a à Port-Saint-Louis quelques familles kabyles installées depuis longtemps, il n'y a qu'un nombre restreint de familles installées dans les années 1950-60, la majorité des travailleurs maghrébins ne semblant pas avoir fait venir femme et enfants. Les phases parfois douloureuses, souvent âprement concurrentielles, des assimilations progressives étant achevées ou presque, les différents groupes peuvent revendiquer leurs racines et leurs spécificités et éventuellement réactiver une concurrence sans autres enjeux alors que symboliques.

AU COMMENCEMENT ETAIT UN BAGNE

  • 10 Peut-être des personnes furent-elles assignées à résidence à Port-Saint-Louis. De là à imaginer un (...)

16Une autre histoire, métaphorique, circule sur les origines de la ville. Elle semble d'introduction récente et ceux qui en parlent s'expriment sur un ton légèrement dubitatif. Il n'empêche qu'ils en parlent... Au commencement était un bagne. Aucun document d'archives ne permet de l'affirmer10. Mais ainsi se trouve justifié le rapport de gendarmerie de novembre 1867 sur les ouvriers du chantier : "gens de la pire espèce que l'on ne saurait recruter autrement à cause de l'insalubrité des lieux". Voici traduit le sentiment de déportation ressentie par les employés des compagnies de navigation. Quelle étonnante façon également de rendre compte des conditions de vie de ceux qui creusèrent le port et des hommes qui s'y installèrent par la suite ! Quelle ironie enfin pour exprimer l'idée que pour s'établir dans un endroit pareil, il fallait au moins avoir tué père et mère, en tout cas n'avoir plus rien à perdre. Cette "légende" est également révélatrice de l'intériorisation de l'image négative de la ville renvoyée par l'extérieur.

17Port-Saint-Louis égal donc Cayenne ? Pas tout à fait car, bien entendu, ce n'était pas n'importe quel bagne... mais un bagne pour Républicains, pour Communards, pour ceux qui osaient chanter l'Internationale dans le bistrots (comme le grand'père d'une informatrice qui explique ainsi l'installation de sa famille à Port-Saint-Louis). Dans cette génèse pénitentiaire se retrouve aussi une autre composante de l'imaginaire port-saint-louisien : "ici, on a toujours été de gauche, on a toujours eu des élus de gauche". Cette permanence légitime alors l'exaltation d'une classe ouvrière omniprésente, obligatoirement solidaire et unanime du sein de laquelle tout racisme a été banni à jamais. Enfin, le bagne, endroit d'où l'on ne peut sortir, décrit bien ce lieu, isolé par les marais, pendant longtemps sans véritables chemins d'accès, à l'écart de la trame urbaine régionale.

SOUVENONS-NOUS DU FUTUR

  • 11 Les dockers du port de Fos reconnus comme les plus combatifs de la profession sont presque tous de (...)

18Cette histoire de bagne a aussi valeur pédagogique. Ce n'est pas une coïncidence si sa propagation semble récente. L'Imaginaire que cette population de migrants a su produire et continue de produire pour assurer sa cohésion, se réactive dans le contexte de crise économique grave qui frappe Port-Saint-Louis. Car, a contrario, ces histoires expriment bien la réalité de cette ville en chute libre économiquement, dont les activités portuaires se sont déplacées à Fos et dont la dernière usine en activité a fermé il y a trois ans. Mettre sa génèse dans un bagne, au plus bas, n'est-ce pas une façon d'exalter ce à quoi on est parvenu, dire qu'on s'en est toujours sorti et que les difficultés ne font pas peur. Exalter sa classe ouvrière et ses luttes à travers le groupe emblématique des dockers11 qui, maintenant, travaillent à Fos c'est dire que malgré le bassin vide, le port n'est pas définitivement mort. Mettre en avant une unanimité de ces populations si diverses, en oubliant les affrontements entre dockers français et italiens, les plaisanteries dont les Grecs étaient la cible, les Français d'origine préférant vivre au faubourg Vauban, c'est vouloir réquisitionner pour l'avenir les forces de ce melting-pot qui a montré tant d'énergie pour survivre dans ces lieux et donner naissance à une ville. Enfin affirmer la permanence de ces idéaux de gauche, c'est s'obliger à faire bloc autour de ses élus communistes en leur donnant aux dernières élections municipales et à contre-courant de la situation nationale, 6 % de plus qu'aux élections précédentes.

19Un Port-Saint-Lousiens, c'est donc un hardi pionnier que rien n'a pu abattre, qui cultive une mentalité de frontière résumée dans la bouche d'un docker par cette phrase : "c'est interdit mais on peut...", pionnier qui se raconte au travers de sagas familiales, d'ancêtres rebelles ou miséreux magnifiés, d'histoires de vie quotidienne difficile mais objet de plaisanterie et des récits de luttes, toujours légitimes, contre l'extérieur, le dehors le plus souvent incarné dans le capitalisme et les pouvoirs publics. "Résultat vivant" pour reprendre l'expression de F. Brauduel, cette identité et son imaginaire singularise toujours Port-Saint-Louis, la stigmatise d'une image négative qui perdure à l'extérieur (eux) mais que les Port-Saint-Lousiens (nous) se réapproprient, avec malice, en la détournant et la dynamisant.

  • 12 I1 manquait certainement à cet Imaginaire une caution extérieure, si possible scientifique. Ainsi (...)

20Cette réappropriation passe par une sélection, une re-création, une recomposition donnant du sens et valorisant une situation reconnue et revendiquée comme atypique. A Port-Saint-Louis comme ailleurs mais peut-être plus qu'ailleurs, Imaginaire et Identité sont des créations permanentes qui s'expriment en fonction de la réalité du moment. Actuellement sont mises en avant les valeurs qui ont permis à cette aberration urbanistique et à ses habitants de survivre autrefois, permettent d'exister aujourd'hui et demain, ce qu'exprimait remarquablement le slogan des Fêtes du Centenaire de la ville en 1981 : "Souvenons-nous du Futur"12.

Notes

1 Ce texte est issu d'une recherche de type ethnologique sur trois ans (1981-1983) menée par Claudie Gontier et Mireille Meyer à la demande de l'Office Municipal de la Culture de Port-Saint-Louis et financée par la Mission du Patrimoine Ethnologique, Ministère de la Culture.

2 Voir article de J. Viard "Le temps de l'amarrage", in Les Cahiers Pierre-Bastide, n° 4, intitulé Le deuxième Sud : Marseille ou le présent incertain.

3 Voir l'article d'Emmanuel Loi : "Le style de Marseille", in Cahiers Pierre-Bastide, n° 4, cité à la note précédente.

4 Voir l'introduction de G. Althabe pour les actes du séminaire de Royaumont : Sociétés industrielles et urbaines contemporaines, 2 et 3 décembre 1983, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l'Homme.

5 Ch. Lentheric, La région du Bas-Rhône, 1880.

6 Ch. Lentheric, op. cit.

7 C1. Gontier, "Port-St-Louis : une ville en quête de son image", in Sociologie de Sud-Est, n° 31-32, Le désert éclaté, du Salins de Giraud à Martigues. 1982

8 Une pièce de théâtre écrite et jouée pendant l'enquête s'intitulait: Contre vents et marais...

9 F. Braudel, L'identité de la France, tome I : Espace et Histoire, p. 17, Paris, Arthaud-Flammarion, 1986.

10 Peut-être des personnes furent-elles assignées à résidence à Port-Saint-Louis. De là à imaginer un bagne...

11 Les dockers du port de Fos reconnus comme les plus combatifs de la profession sont presque tous de Port-Saint-Louis. Le seul "homme célèbre" de la ville (ou du moins d'ampleur nationale) est d'ailleurs Marcel Baudin, secrétaire de la Fédération des Ports et instigateur de la loi de 1947 fixant le statut des dockers. On le surnomait : Le Sanglier.

12 I1 manquait certainement à cet Imaginaire une caution extérieure, si possible scientifique. Ainsi s'explique la demande de l'Office Municipal de la Culture. Mais ceci est une autre histoire... celle de l'interaction entre l'ethnologue et son terrain.

Auteur

Ethnohistorienne. Institut de Recherches et d'Etudes sur le Monde Arabe et Musulman C.N.R.S. - Aix-en-Provence.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter