Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des migrants et des villes

 | 
Mireille Meyer

Comportements politiques et immigration

Le cas de Marseille

André Donzel

Texte intégral

1Marseille est entrée depuis quelques années dans une phase de mouvance électorale comme elle n'en avait plus guère connue depuis l'avant-guerre. En l'espace d'une décennie, de 1978 à 1988, cette ville aura connu, en effet, une complète inversion de polarité dans ses équilibres politiques tels qu'ils se dessinaient pratiquement depuis le Front Populaire.

2Majoritairement à gauche depuis lors avec une forte représentation du Parti Communiste après la Libération, cette ville allait devenir en 1983 majoritairement à droite avec une emprise grandissante de l'extrême droite en son sein. Apparu lors des dernières élections municipales avec la liste "Marseille-Sécurité", ce courant politique n'aura cessé de confirmer sa progression depuis lors, passant de 5 % en 1983, à 21,4 % lors de la percée du Front National aux élections européennes de 1984, puis 24,5 % lors des élections législatives de 1986, et enfin 28,3 % au premier tour des élections présidentielles de 1988, où pour la première fois le Front National rassemble plus de voix que le R.P.R. et l'U.D.F. réunis (27,9 %), apparaissant ainsi comme la principale composante politique de la droite marseillaise. Les partis de la droite classique ont pour l'essentiel fait les frais de cette progression puisque entre le 1er tour des élections municipales de 1983 et les élections présidentielles de 1988, le R.P.R. et l'U.D.F. ont perdu 21 points dans leur influence électorale passant de 49 % à 28 %, et même 26 points si l'on tient compte de l'apport de la liste "Marseille-Sécurité".

3La gauche quant à elle, en dépit d'un rééquilibrage interne entre le P.C. et le P.S. en faveur de ce dernier, n'aura été somme toute que peu affectée par la percée du Front National puisqu'elle retrouve approximativement aux présidentielles de 1988 ses résultats de 1983 passant de 46 % à 44 %, soit une perte de deux points.

  • 1 Cependant nous n'ignorons pas qu'entre 1977 et 1983, la gauche marseillaise a connu globalement un (...)

4C'est donc massivement au sein d'un électoral d'ores et déjà acquis à la droite en 1983 que s'est implanté le Front National1.

5Les dernières élections législatives n'ont pas modifié sensiblement ces données. Toutefois elles confirment la bonne tenue de la gauche, non seulement du Parti Socialiste dont le redressement s'observe depuis 1986, mais aussi du Parti Communiste qui pour la première fois depuis dix ans est en progression. Cette dynamique permet aux formations de gauche d'être à nouveau majoritaires au 2ème tour. Dans le même temps l'affaiblissement électoral de la droite classique se poursuit, tandis que le F.N. maintient ses positions par rapport à l'élection présidentielle. Contrairement à la tendance nationale, l'extrême droite conforte donc sa prééminence au sein de la droite marseillaise, y compris au deuxième tour, où, par le biais de désistements réciproques de fait, elle parvient à amplifier son avantage relatif face à l'U.R.C. Si cela ne se traduit pas en sièges parlementaires, elle reste donc sur le terrain local une force de tout premier plan, dont la dynamique n'a pas encore été enrayée. Il importe dès lors d'en déterminer les assises et les ressorts sociaux.

Les citadins parcellaires : l'électorat du Front National à Marseille

6Si, par ses affiliations idéologiques, le lepéniste peut revendiquer une lourde hérédité, celui-ci n'a pas véritablement d'antécédent dans la tradition politique nationale et aussi locale. Par ses assises sociales, son ampleur et sa durée, il s'agit en effet d'un phénomène électoral relativement inédit comparativement à d'autres manifestations antérieures de l'extrémisme de droite.

7Le poujadisme en 1956 ne fut qu'une flambée sans lendemain dont l'impact électoral fut très en-deçà de l'audience actuelle au Front National : l’U.D.C.A. ne représentait alors que 12,5 % des électeurs marseillais. Son implantation géographique au plan national apparaissait en outre très différente de celle du lepénisme aujourd'hui. Plus enraciné dans la France rurale, il était nettement moins bien représenté en milieu urbain.

8Le vote lepéniste n'a rien au contraire, d'un vote du terroir, c'est dans les villes que son influence est prépondérante et plus précisément dans les zones d'urbanisation récente construites après 1962.

9C'est là une donnée qui se vérifie très nettement dans le cas de Marseille. C'est dans les quartiers les plus récents de la banlieue marseillaise que le Front National enregistre ses meilleurs résultats (cf carte I). Comme ces quartiers ont connu le plus fort renouvellement de population depuis une trentaine d'années, il semble donc que le vote d'extrême droite participe davantage désormais d'une logique du déracinement que de l'enracinement.

10Autre différence, l'assise sociologique de l'électoral du Front National va bien au-delà de celle du poujadisme. Mouvement très catégoriel, limité à la défense des travailleurs indépendants (agriculteurs, commerçants et artisans), celui-ci restait en marge du monde salarié. Or, l'influence du Front National déborde très largement les bases sociales du poujadisme, même si celles-ci en constituent une composante importante. Pour plus de 3/4 c'est parmi le salariat que se recrute l'électorat du Front National (cf. tableau II).

11Le phénomène Le Pen pourrait alors évoquer cet autre spectre de l'extrémisme de droite, d'origine plus populaire qui émergea entre les deux guerres, et en particulier à Marseille sous la figure du "sabianisme".

  • 2 Sur cette période trouble de l'histoire de Marseille, cf. A. Olivesi, Histoire de Marseille, ch. XI (...)

12Cette variante marseillaise du mouvement fasciste, avait vu le jour au lendemain de la première guerre mondiale dans le contexte des flottements idéologiques et organisationnels qui caractérisent alors le mouvement ouvrier. Outre les liens de son leader avec la communauté corse, il avait pour base principale de recrutement la main-d'œuvre précarisée et paupérisée gravitant autour du port. Il bénéficiait de la bienveillance de la bourgeoisie locale qui voyait en lui le moyen de contrecarrer l'hégémonie électorale de la gauche à Marseille. Il disposait aussi d'appuis notoires au sein du milieu marseillais. Fort de ces alliances, ce courant politique allait progressivement se rendre maître des principaux leviers de commande de la ville, en particulier de la mairie, en y imposant des méthodes d'administration (violence, corruption, arbitraire) qui allaient valoir à Marseille la réputation de "Chicago français"2.

13Très implanté dans les institutions politiques et économiques de la ville, le sabianisme n'a jamais été pourtant qu'un courant très minoritaire sur le plan électoral. En 1924, lors des élections législatives, les candidats sabianistes ne recueilleront que 12 % des suffrages exprimés sur l'ensemble de la ville. Et cette proportion n'évoluera guère par la suite. Aux élections de 1936, ceux-ci n'obtiendront que 9 % des suffrages exprimés et seront très largement distancés par les socialistes (33 %), les communistes (29 %) et la droite (29 %).

14L'aire du recrutement du sabianisme n'a du reste que très peu dépassé les limites géographiques du fief de son leader : les quartiers populaires proches du port autour de la Joliette, dont il fut le député à deux reprises en 1928 et 1932, avant d'y être battu par le communiste F. Billoux en 1936.

15Il en va différemment du lepénisme aujourd'hui dont l'influence apparaît plus diffuse. Les quartiers ouvriers n'en constituent nullement le point fort mais au contraire le principal buttoir. Les banlieues industrielles du Nord littoral, des Crottes à l’Estaque, ou de la vallée de l'Huveaune (St-Marcel, la Barasse), ne sont pas, en effet, les zones qui offrent la plus grande perméabilité au vote Front National. C'est dire que le lepénisme n'est pas qu'une simple répétition de l'histoire, mais qu'il présente une certaine originalité par rapport aux manifestations antérieures de l'extrémisme de droite, telles le sabianisme ou le poujadisme. Sans exclure certaines déterminations anciennes, sa nouveauté réside dans sa capacité à élargir son assise à des couches demeurées jusque là relativement rétives à ce courant politique.

16Si l'on en juge par les sondages "sortie des urnes" effectués au plan national, ce sont les strates supérieures du salariat (cadres, professions intermédiaires) qui constituent la principale composante de son électorat. Ces catégories représentent 43 % des électeurs du Front National, exerçant une activité, alors que les employés et les ouvriers pourtant nettement majoritaires dans le corps électoral n'en représentent que 36 %, et les non salariés 21 % (cf. tableau II).

17La diffusion du vote Front National depuis 1984 à Marseille est illustrative de cette tendance : d'abord plus ancré dans les quartiers commerçants du centre ville, celui-ci va se déployer en 1986 dans la partie la plus résidentielle des quartiers Nord autour de Ste Marthe, en particulier dans les zones d'habitat pavillonnaire récent jouxtant la Z.U.P. n° 1.

18Les élections présidentielles de 1988, loin d'indiquer une "prolétarisation" de l'électoral du Front National, vont être marquées par un nouvel élargissement de l'aire d'influence du F.N. vers des quartiers du Sud et de l'Est de la ville, tels Mazargues ou les Camoins, où la progression du vote F.N. est de plus de 40 % entre 1986 et 1988 (cf. carte II). Ces quartiers, où les cadres et les professions intermédiaires prédominent et où les propriétaires de logements sont majoritaires, ont pour caractéristiques de comporter une très faible proprotion d'immigrés et un taux de chômage très nettement inférieur à la moyenne marseillaise.

19Dans le même temps, on note un certain effritement de l'influence du F.N. dans certains quartiers à forte proportion d'immigrés qui avaient pourtant été les détonateurs du vote sécuritaire à ses débuts.

20Le phénomène reste encore modeste puisqu'il ne concerne que quatre quartiers de la ville sur 110 : les Baumettes au sud, la Millière à l'est, les Borels (la Savine) au nord, et surtout Belsunce au centre, où le F.N. recueille proportionnellement moins de suffrages en 1988 qu'en 1986. C'est peut-être l'indice d'un certain reflux du F.N. dans son électorat le plus populaire. Son audience paraît aussi s'essoufler dans les quartiers de logement social où le F.N. progresse moins vite que dans le reste de la ville. C'est désormais moins dans les cités H.L.M. que dans ces royaumes du "citadin parcellaire" que sont les nouveaux lotissements de banlieue surgis au cours des trente dernières années, que le lepénisme trouve désormais son ancrage le plus massif.

21Les élections législatives de 1988, bien que marquées par un abstentionnisme massif, tendent à indiquer qu'il serait aussi le plus durable. Elles mettent en évidence la corrélation de plus en plus nette entre vote Front National et propriété immobilière. Dans les circonscriptions où il est présent au second tour, le Front National ne parvient à être majoritaire que dans les quartiers où le statut d'occupation du logement le plus répandu est l'accession à la propriété. Ainsi dans la 6ème circonscription, à la périphérie Est, J.-M. Le Pen ne parvient à devancer le candidat socialiste que dans deux seuls quartiers : Les Trois Lues et St Julien où l'habitat pavillonnaire est très largement prédominant. De même au centre-ville, dans la 3ème circonscription, le candidat F.N. n'est en tête que dans le 7ème arrondissement, dans des quartiers tels Endoume, Bompart ou le Roucas Blanc dont la vocation résidentielle est affirmée depuis longtemps. A l'inverse, il est minoritaire dans les quartiers nettement plus populaires du 2ème arrondissement.

  • 3 A l'issue des présidentielles de 1988, treize ville françaises offrent une configuration politique (...)

22Ainsi, dans le cas de Marseille, le vote Front National, s'il n'est pas tout à fait conforme à la tradition du vote conservateur, est aussi loin d'être l'expression d'un électorat en situation d'exclusion sociale. C'est moins dans les marges extrêmes de l'espace social que dans ses strates intermédiaires que le F.N. a disposé de sa plus grande force de pénétration. Cela est conforme avec les tendances observables au plan national. Ce n'est pas dans les régions ou les villes où les traditions politiques, qu'elles soient contestataires ou conservatrices, se sont le plus nettement affirmées par le passé que le F.N. a enregistré ses progrès les plus spectaculaires. Ce sont plutôt des régions où les classes moyennes ont longtemps été en position "régnante" dans le champ politique local que ce soit à travers des alliances de centre droit comme en Alsace ou de centre gauche comme en Provence et notamment à Marseille3.

23Il reste cependant à comprendre comment des couches sociales réputées "modérées", moins exposées à la crise que d'autres, et par ailleurs très courtisées par les formations politiques en place en viennent, pour une partie d'entre elles, à se radicaliser et à lier leur sort à une formation politique dont l'idéologie a été largement sanctionnée par l'histoire.

L'immigration dans la ville : mythes et réalités

  • 4 Cf Hervé Le Bras, Les trois France, Paris, éd. O. Jacob, 1986 : "Le score du Front National dépend (...)

24Compte tenu de la place qu'a occupée la question de l'immigration dans l'émergence de l'extrême droite en France au cours des dernières années, on pourrait être tenté de considérer qu'il existe un déterminisme simple entre la présence des immigrés et le vote Front National. Cette relation peut en effet se vérifier à une échelle macro-sociale. C'est bien dans les régions où la population immigrée est la plus nombreuse que le vote Front National est le plus massif4.

25Pourtant cette corrélation est loin d'être attestée à une échelle plus fine. Dans le cas de Marseille, une forte mixité ethnique n'est nullement un facteur décisif du vote du Front National. Bien au contraire tous les quartiers comportant une forte proportion d'immigrés sont ceux où le Front National enregistre ses résultats les plus faibles. C'est notamment le cas à Belsunce et de bien d'autres quartiers de la périphérie urbaine où la population immigrée est implantée de longue date. La différence ethnique n'est agissante que dans la mesure où elle est redoublée par une différence sociale. C'est plutôt dans les zones de mixité sociale que dans celles de mixité ethnique que le F.N. trouve ses principaux points d'ancrage. Du reste, s'il n'y avait qu'une causalité ethnique à l'œuvre dans le vote Front National, ce serait une réponse bien paradoxale à la réalité des phénomènes migratoires tels qu'ils se présentent aujourd'hui à Marseille.

  • 5 Les recensements de 1931 et de 1936 qui dénombrent 200 000 étrangers à Marseille, soit un taux de 2 (...)
  • 6 Depuis le milieu des années 70, Marseille est devenue une ville d'émigration, les départs de la com (...)

26Si l'on se réfère à ce qu'ils furent dans le passé, il apparaît en effet que cette ville est entrée depuis longtemps dans une phase de décélération de l'immigration d'origine étrangère : lorsque fut établi le premier recensement fiaible des étrangers en 1851, ceux-ci représentaient 7,7 % de la population résidant à Marseille. C'était alors un taux très nettement supérieur à la moyenne nationale puisque la France ne comptait alors que 1% d'étrangers. Cette proportion allait presque tripler entre le Second Empire et la veille de la première guerre mondiale, passant alors à 20,1 % (France : 3 %), sous l'effet de l'arrivée massive des Italiens, dans le contexte de l'industrialisation de la ville qui prend alors son essor. Entre les deux guerres, les données font défaut pour mesurer le poids réel de l'immigration à Marseille, les municipalités chargées des recensements se livrant alors aux comptabilisations les plus fantaisistes5. Mais en 1946 on dénombrera 8,6 % d'étrangers à Marseille, chiffre qui n'évoluera guère depuis lors. La vague d'immigration maghrébine intervenue dans les années 50-60, qui est restée très en-deçà de ce que fut l'immigration italienne à la fin du xixe siècle et au début du xxe, n'a pas modifié de manière très significative cette proportion. En 1982, la progression de la part des étrangers dans la population marseillaise (9,3 % contre 7,9 % en 1975) tient plus au fait que la ville enregistre désormais un solde migratoire négatif avec le territoire national6 qu'à une augmentation substantielle du nombre des étrangers.

  • 7 Sources : État numérique des étrangers au 31.12.87, Préfecture des Bouches-du-Rhône.

27Comparativement à d'autres grandes villes françaises, Marseille a, en outre, très largement perdu sa spécificité de terre d'accueil pour l'immigration. Globalement, la proportion d'étrangers y est désormais inférieure à celle observée à Paris (17 %) ou même à Lyon (13 %). Et si l'on tient compte du fait que 1/4 de la population recensée comme étrangère est née à Marseille, cette ville tend à s'inscrire de plus en plus dans la norme nationale, puisqu'en 1982 la France entière comptait 6,8 % d'étrangers. De surcroît, les évaluations de population intervenues depuis 1982, font apparaître une nette régression des effectifs de la population immigrée sous l'effet des naturalisations ou du retour au pays d'une partie d'entre elle. En cinq ans, de 1982 à 1987, ceux-ci ont diminué de 25 % passant de 80 752 à 60 0537. Dans le même temps, son poids relatif dans la population totale est passé de 9,3 % à 7,1 %, taux parmi les plus bas de l'histoire de Marseille.

28Dès lors, le cosmopolitisme marseillais, déjà très largement surestimé par le passé, mérite pour le moins d'être nuancé. D'autant que depuis la dernière guerre, l'immigration étrangère est loin d'avoir constitué le principal facteur de la croissance démographique de la ville. Comme d'autres villes, Marseille a connu en effet au cours des quarante dernières années une véritable révolution démographique : pour la première fois de son histoire, sur une longue période, ce n'est pas l'immigration, qu'elle soit nationale ou étrangère, qui a constitué le fondement principal de son développement démographique, mais l'accroissement naturel de sa population. Pendant des siècles, le déficit des naissances sur les décès a constitué une donnée chronique de la démographie marseillaise. Les épidémies, les disettes, les guerres anéantissaient tout espoir de croissance démographique endogène. Le mythe de la ville comme "tombeau de l'espèce" avait une certaine véracité dans le cas de Marseille lorsqu'on se réfère aux grandes catastrophes démographiques qui ont scandé son histoire. La peste de 1720, qui décima la moitié de la population, n'en fut qu'une illustration parmi bien d'autres.

29Le contexte est cependant radicalement différent aujourd'hui : le solde naturel de population a contribué pour 50 % à l'accroissement démographique de la ville entre 1946 et 1982 contre 38 % pour le solde migratoire d'origine nationale et 12 % pour le solde migratoire d'origine étrangère (cf. tableau IV). Pour la première fois de son histoire Marseille est donc en mesure de produire des Marseillais. C'est dire que la "crise ethnique" que d'aucuns prévoient à brève échéance dans cette ville n'est nullement à l'ordre du jour. Comment expliquer alors que la question de l'immigration ressurgisse avec une telle vigueur à un moment et en un lieu, où celle-ci tend à devenir moins cruciale ?

30Sans doute le statut social de l'immigration n'est pas totalement réductible à son volume statistique. Et l'on sait qu'à Marseille, plus qu'ailleurs, l'approche morphologique n'est pas suffisante pour en apprécier le poids réel. Faut-il rappeler que cette ville fut fondée par des immigrés venus d'Asie Mineure et que, grâce à eux, elle allait devenir le principal foyer de diffusion de la civilisation grecque en Occident ? Et pendant des siècles les distances économiques et culturelles furent moindres entre un Marseillais et un Levantin ou un quelconque riverain de la Méditerranée, qu'avec un Lyonnais ou un Parisien. Au Moyen Age, pendant la courte période d'indépendance communale où elle s'érigea en République autonome, cette ville était si peu xénophobe que sa constitution attribuait le titre de citoyen à tout étranger résidant dans ses murs depuis seulement trois ans, et, pour arbitrer les conflits d'intérêts locaux, les charges suprêmes d'administration de la ville devaient nécessairement être confiées à un étranger.

  • 8 Cf Nicole Nivelle : "L'étranger à Marseille au xixe siècle à travers l'œuvre de Victor Gelu" (à par (...)

31Dès lors, jusqu'à une période récente "l'estranger" venu du Nord n'était pas moins incongru dans le paysage social marseillais que les allochtones venus des bords de la Méditerranée8.

32Certes, un siècle et demi de colonisation pèse sans doute plus lourd aujourd'hui dans la conscience d'un Marseillais que vingt-cinq siècles d'économie marchande simple sur les pourtours de la Méditerranée.

33Encore que ce propos doit être nuancé. Bien que placées au cœur du dispositif colonial français, les conquêtes coloniales sont loin d'avoir toujours fait l'unanimité dans cette ville. Les enthousiasmes de départ ont très vite fait place aux désillusions, non seulement au sein du peuple qui n'a eu pendant longtemps qu'une vision très abstraite du domaine colonial, mais aussi de la bourgeoisie locale, soit parce qu'elle redoutait la concurrence de capitaux plus puissants que les siens sur des chasses gardées acquises de longue date, soit parce que le domaine colonial ne pouvait constituer, pour sa fraction dominante, qu'un cadre toujours trop étroit à son expansion.

34Il en résulte que le deuil de la colonisation, du moins dans sa forme classique, fut sans doute beaucoup plus précoce à Marseille qu'ailleurs. Dès 1919, la Chambre de Commerce se préoccupe de fournir un espace de rapatriement aux capitaux coloniaux en annexant au domaine portuaire les rives de l’Etang de Berre. Et en 1956, le maire de Marseille lui-même peut proposer au Parlement une loi-cadre permettant d'amorcer le processus de décolonisation en Algérie, sans que cela ne suscite le moindre remous dans sa ville.

35Paradoxalement le fait colonial n'aura jamais été aussi présent à Marseille que lorsque son processus sera en voie d'achèvement ; le renoncement à l'Empire colonial n'était possible que dans la mesure où étaient créées par ailleurs les conditions d'une mise en valeur des capitaux analogues à celle qui était en vigueur dans les colonies. Il supposait donc que le rapport colonial se pérennise au sein même de la métropole. D'où le recours à une immigration de main-d'œuvre relativement atypique par rapport à celles qui l'ont précédée.

36A la différence des travailleurs libres qui ont alimenté les flux d'immigration nationale ou étrangère dans le passé, l'immigrant moderne doit être maintenu dans son statut de colonisé et accepter les conditions d'emploi, de logement, d'éducation... qui lui sont corrélatives. C'est là un processus qui a atteint une visibilité particulière dans le cas de Marseille et qui tend à se pérenniser.

37Affectée d'emblée aux emplois les moins qualifiés, l'immigration d'origine coloniale constitue encore la fraction de la main-d'œuvre la plus précarisée: 33 % de ses actifs sont au chômage, proportion encore plus importante parmi les jeunes générations.

38Infériorisée dans le travail, elle l'est aussi dans l'habitat. Longtemps condamnée aux bidonvilles, elle est loin d'être sureprésentée dans le parc de logement social. Seule une minorité de ménages immigrés y accède (19% alors que les 2/3 sont locataires dans le parc privé. Et au total ils représentent moins de 10 % des ménages résidant en H.L.M. à Marseille (9,7% en 1982). Dès lors sa concentration dans les espaces urbains les plus dégradés reste la règle et s'accroît : alors qu'au lendemain de la dernière guerre, les étrangers à Marseille se répartissaient à peu près équitablement entre le Nord et le Sud de la ville, tel n'est plus le cas aujourd'hui : les quartiers situés au nord de la Canebière en rassemblent près des 3/4 (cf. tableau V).

39Plus minoritaire que par le passé mais aussi relativement plus paupérisée et ségregée, elle focalise dès lors tous les facteurs de stigmatisation sociale.

40Cette situation comporte néanmoins certaines contre-tendances, notamment pour l'immigration algérienne. Quasi exclusivement ouvrière à son origine elle ne l'est plus aujourd'hui que pour 76 %, indice certes modeste mais réel, d'une certaine diversification de ses appartenances professionnelles.

41Plus féminisée que par le passé, les femmes représentent 40 % de ses effectifs contre 25 % il y a vingt ans, elle tend aussi à se familialiser et à s'enraciner : 13 % des ménages algériens sont propriétaires de leur logement.

42Ainsi il se confirme que les vagues xénophobes ne sont pas parfaitement corrélées, dans le temps comme dans l'espace, avec les vagues migratoires. Dans le cas de Marseille, c'est au moment où l'immigration se minorise et, partiellement, se normalise que, paradoxalement, elle surgit au devant de la scène sociale pour faire l'objet d'une intense dramatisation.

43Est-ce là l'effet de pesanteurs historiques ? Mais nous avons vu que dans le cas de Marseille, celles-ci vont plutôt dans le sens d'une légitimation de l’Etranger. N'est-ce pas plutôt la marque, somme toute récente, d'un urbanisme particulièrement ségrégatif qui tend à déréaliser et à dédialectiser le rapport de l'Autre et ainsi à laisser libre cours aux illusions raciales ?

TABLEAU I. Marseille 1977 - 88 : évolution des rapports de force électoraux (en X des SE au 1er tour)

TABLEAU I. Marseille 1977 - 88 : évolution des rapports de force électoraux (en X des SE au 1er tour)

TABLEAU II. COMPOSITION SOCIO-PROFESSIONNELLE DE L'ELECTORAT DU FRONT NATIONAL, LORS DE L'ELECTION PRESIDENTIELLE DE 1988 (1er tour).

TABLEAU II. COMPOSITION SOCIO-PROFESSIONNELLE DE L'ELECTORAT DU FRONT NATIONAL, LORS DE L'ELECTION PRESIDENTIELLE DE 1988 (1er tour).

Source BVA sondage sortie des urnes 24 04 88 (France entière)

TABLEAU III. LA POPULATION ETRANGERE A MARSEILLE DEPUIS 1851

TABLEAU III. LA POPULATION ETRANGERE A MARSEILLE DEPUIS 1851

Sources : Encyclopédie des Bouches du Rhône (1851 -1921)
INSEE(1946-1982)
Préfecture Bouches du Rhône (1986)

TABLEAU IV. LES MOUVEMENTS DE POPULATION A MARSEILLE DEPUIS 1851 (en pourcentage : part des différents soldes dans l’accroissement brut de population)

TABLEAU IV. LES MOUVEMENTS DE POPULATION A MARSEILLE DEPUIS 1851 (en pourcentage : part des différents soldes dans l’accroissement brut de population)
  • 1 y compris français naturalisés
  • 2 En 1954 les algériens sont comptabilisés dans la population française
  • 3 dont 53 384 rapatriés d'Algérie.

Note (1)1
Note (2)2
Note (3)3
Sources : Etat civil de la ville de Marseille
INSEE(RGP)
Préfecture des Bouches du Rhône

TABLEAU V : EVOLUTION DE LA LOCALISATION RESIDENTIELLE DES ETRANGERS DANS LA COMMUNE DE MARSEILLE DEPUIS 1946 (%)

TABLEAU V : EVOLUTION DE LA LOCALISATION RESIDENTIELLE DES ETRANGERS DANS LA COMMUNE DE MARSEILLE DEPUIS 1946 (%)

Source : Recensements de la population

CARTE I. LE VOTE FRONT NATIONAL A MARSEILLE AU 1er TOUR DE L'ELECTION PRESIPENT1ELLE DE 1988 5EN (en % des inscrits par quartier)

CARTE I. LE VOTE FRONT NATIONAL A MARSEILLE AU 1er TOUR DE L'ELECTION PRESIPENT1ELLE DE 1988 5EN (en % des inscrits par quartier)

CARTE II. EVOLUTION DE VOTE FRONT NATIONAL PAR QUARTIER, ENTRE 1986 et 1988 (Indice 100 eu 1986)

CARTE II. EVOLUTION DE VOTE FRONT NATIONAL PAR QUARTIER, ENTRE 1986 et 1988 (Indice 100 eu 1986)

CARTE III. LES ETRANGERS DANS LA COMMUNE DE MARSEILLE EN 1982 (en % de la population totale par quartier)

CARTE III. LES ETRANGERS DANS LA COMMUNE DE MARSEILLE EN 1982 (en % de la population totale par quartier)

Notes

1 Cependant nous n'ignorons pas qu'entre 1977 et 1983, la gauche marseillaise a connu globalement un net affaiblissement électoral. Plusieurs facteurs peuvent l'expliquer : il est probable qu'elle enregistre alors les effets de la désindustrialisation de la ville qui franchit en 1978 un seuil particulièrement critique avec le démantèlement de la réparation navale qui allait induire une diminution sensible de la population dans les quartiers populaires. Par ailleurs la perspective de l'arrivée de la gauche au pouvoir en 1981 devait entraîner d'importants reclassements au sein de son électorat traditionnel :
- reclassement à droite d'une partie de l'électoral defferriste qui se refuse à cautionner l'alliance avec les communistes au niveau gouvernemental,
- glissement progressif d'une part importante de l'électoral communiste vers le Parti Socialiste qui bénéficie désormais d'une image unitaire et de gauche,
- émergence enfin aux marges des aires d'influence des partis de gauche d'un électorat flottant sensible au discours "sécuritaire" qui allait se reporter lors des municipales de 1983 sur la liste "Marseille-Sécurité".
L'hypothèse d'un transfert direct de l'électoral de gauche vers le Front National à partir de 1984 semble cependant à exclure.
Sur l'évolution des comportements électoraux à Marseille avant 1983, cf notre article : "Marseille, la dérive", in Avis de Recherche, n° 5, avril 1986.

2 Sur cette période trouble de l'histoire de Marseille, cf. A. Olivesi, Histoire de Marseille, ch. XIV, Toulouse, éd. Privat, 1973 et A. Chenu, Industrialisation, urbanisation et pratiques de classe, le cas des ouvriers de la région marseillaise, (thèse), Université de Toulouse, 1982.

3 A l'issue des présidentielles de 1988, treize ville françaises offrent une configuration politique analogue à celle de Marseille : une extrême droite majoritaire au sein d'une droite majoritaire. Elles sont pour la plupart situées sur le littoral méditerranéen ou en Alsace. Ce sont : Antibes, Fréjus, Toulon, Marignane, Avignon, St Gilles, Montpellier, Perpignan, Strasbourg, Schiltigheim, Mulhouse, Roubaix et Dreux.

4 Cf Hervé Le Bras, Les trois France, Paris, éd. O. Jacob, 1986 : "Le score du Front National dépend si précisément de la proportion d'étrangers que l'on peut directement le déterminer avant même d'avoir vidé les urnes !"

5 Les recensements de 1931 et de 1936 qui dénombrent 200 000 étrangers à Marseille, soit un taux de 25 %, ont pourtant largement contribué à étayer les campagnes xénophobes des partisans du sabianisme alors. Plus plausibles sont les données fournies par les statistiques scolaires : on recense au début des années trente 15 % d'enfants étrangers dans les écoles de Marseille. Cf Ville de Marseille : l'œuvre municipale 1929-1935.

6 Depuis le milieu des années 70, Marseille est devenue une ville d'émigration, les départs de la commune étant plus nombreux que les arrivées. Ce phénomène est à mettre en relation avec l'accélération du processus de désindustrialisation que connaît la ville depuis quelques décennies. En vingt ans, de 1962 à 1982, Marseille a perdu 35 000 emplois industriels dont 2 000 entre 1962 et 1968, 10 000 entre 1968 et 1975 et 24 000 entre 1975 et 1982.

7 Sources : État numérique des étrangers au 31.12.87, Préfecture des Bouches-du-Rhône.

8 Cf Nicole Nivelle : "L'étranger à Marseille au xixe siècle à travers l'œuvre de Victor Gelu" (à paraître).

Notes de fin

1 y compris français naturalisés

2 En 1954 les algériens sont comptabilisés dans la population française

3 dont 53 384 rapatriés d'Algérie.

Table des illustrations

Titre TABLEAU I. Marseille 1977 - 88 : évolution des rapports de force électoraux (en X des SE au 1er tour)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1286/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre TABLEAU II. COMPOSITION SOCIO-PROFESSIONNELLE DE L'ELECTORAT DU FRONT NATIONAL, LORS DE L'ELECTION PRESIDENTIELLE DE 1988 (1er tour).
Légende Source BVA sondage sortie des urnes 24 04 88 (France entière)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1286/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre TABLEAU III. LA POPULATION ETRANGERE A MARSEILLE DEPUIS 1851
Légende Sources : Encyclopédie des Bouches du Rhône (1851 -1921)INSEE(1946-1982)Préfecture Bouches du Rhône (1986)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1286/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre TABLEAU IV. LES MOUVEMENTS DE POPULATION A MARSEILLE DEPUIS 1851 (en pourcentage : part des différents soldes dans l’accroissement brut de population)
Légende Note (1)1Note (2)2Note (3)3Sources : Etat civil de la ville de MarseilleINSEE(RGP)Préfecture des Bouches du Rhône
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1286/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre TABLEAU V : EVOLUTION DE LA LOCALISATION RESIDENTIELLE DES ETRANGERS DANS LA COMMUNE DE MARSEILLE DEPUIS 1946 (%)
Légende Source : Recensements de la population
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1286/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre CARTE I. LE VOTE FRONT NATIONAL A MARSEILLE AU 1er TOUR DE L'ELECTION PRESIPENT1ELLE DE 1988 5EN (en % des inscrits par quartier)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1286/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre CARTE II. EVOLUTION DE VOTE FRONT NATIONAL PAR QUARTIER, ENTRE 1986 et 1988 (Indice 100 eu 1986)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1286/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre CARTE III. LES ETRANGERS DANS LA COMMUNE DE MARSEILLE EN 1982 (en % de la population totale par quartier)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1286/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 592k

Auteur

Sociologue. Centre de Recherche en Écologie Sociale C.N.R.S. - Marseille

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter