Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des migrants et des villes

 | 
Mireille Meyer

Vie et mort d'une "Cité Populaire" ?

Jean-Claude Garnier

Texte intégral

"Si les Blancs nous rendaient les Etats-Unis cela ne suffirait en rien. Ce qui a été pris ne peut être rendu... On nous a pris notre famille, notre façon d'exister, nos relations avec la terre".
Témoignage du Sioux Pacx dans L'Indien d'Alberte Revel, Calmann-Levy, 1988

1L'exposé qui suit est consacré à l'examen des conditions d'émergence et de structuration de la "Cité Populaire" qui, en l'espace d'un siècle, a marqué la vie sociale et politique de Marseille.

  • 1 Le titre exact de cette recherche est : "Territoire, identités collectives et appartenance de clas (...)

2Les données analysées ainsi que les grandes dimensions explicatives présentées sont issues d'une recherche poursuivie depuis quelques années, grâce au financement du Ministère de l'Urbanisme, dans le cadre du Centre Pluridisciplinaire de la Vieille Charité1.

  • 2 Cf Travaux sur Manosque in "Cahiers de l'Observation du changement social", volume IX, éditions du (...)

3Cette recherche n'était pas - au départ - centrée sur l'analyse des phénomènes migratoires. Elle s'inscrivait dans la continuité d'autres travaux déjà menés dans certaines villes de la région2, travaux qui portaient principalement sur l'analyse des processus de production d'identités sociales locales.

  • 3 La zone étudiée se situe, grosso modo, à l'Ouest de l'autoroute Marseille-Aix, sur un territoire q (...)
  • 4 Tant sur la base de travaux bibliographiques qu'à partir d'un travail d'enquête de terrain : 80 in (...)

4La spécificité de ce nouveau terrain de recherche marseillais résidait dans le fait qu'il s'agissait, cette fois, d'un contexte de grande ville où la pluralité des identités sociales semblait devoir s'exprimer de manière différente que dans les localités de taille moyenne. Focalisé donc sur les processus d'émergence des identités collectives en milieu ouvrier, le travail, conduit principalement sur les quartiers Nord de Marseille3, a très vite dû prendre en compte4 la double spécificité de la ville elle-même et de sa classe ouvrière.

5Marseille est, en effet, une grande ville d'un genre particulier puisqu'elle est, avant tout, un port ; par ailleurs sa classe ouvrière présente la caractéristique d'avoir été presque totalement importée à partir du milieu du xixe siècle. Le phénomène migratoire se trouve donc être un des éléments constituant de ce rapport à la ville et va conditionner par beaucoup d'aspects l'originalité de l'identité collective populaire locale, de la même manière que la singularité de l'histoire de la ville en tant que port contribue à lui donner ses traits les plus marqués, tant sur le plan morphologique que socio-politique.

  • 5 Cet exposé sera essentiellement centré sur cette période ; les périodes antérieure et postérieure, (...)
  • 6 Cf In rapport de recherche à paraître : "Les trois âges de Marseille : Porte de l'Orient, complexe (...)

6Il s'agit là, comme nous le verrons plus loin, de deux paramètres structurant en profondeur les rapports sociaux urbains qui vont se dérouler tout au long de la période étudiée qui s'étale approximativement sur un siècle - de 1850 à 1950 - et que l'on peut considérer comme le second âge de Marseille5 : celui de sa constitution en complexe industrialo-portuaire6.

CARACTERISTIQUES FONDAMENTALES DE MARSEILLE A L'AGE PRE-INDUSTRIEL : CAPITALE D'AFFAIRES ET PROPRIETE PRIVEE DE LA BOURGEOISIE LOCALE

7Dès l'origine et pendant plus de vingt siècles (de la fondation par les Phéniciens au vie siècle avant J.C. jusqu'au milieu du xixe siècle) Marseille - en tant que port situé au point de contact entre les deux mondes méditerranéen et ouest-européen - va être marquée par la domination de l'activité commerciale et constituer le siège central d'une économie marchande de caractère colonial. Cette dimension socio-économique fondamentale va contribuer à modeler aussi bien les formes que les contenus des rapports sociaux qui s'y déroulent. Dominée par une alliance de gros commerçants et négociants qui se consacrent exclusivement à cette activité de transactions et transport à longue distance, la ville va être conçue et gérée par cette bourgeoisie locale comme sa propriété privée.

8Le seul mode d'usage du territoire socialement reconnu comme légitime est celui défini par les intérêts fondamentaux de cette bourgeoisie d'affaires dont l'axe central est la pratique spéculative, aussi bien dans l'activité économique que dans la vie résidentielle. Ainsi l'espace urbain est-il considéré - avant tout - comme support ou matière à spéculation privée. Cette conception aura deux corollaires importants de par les conséquences socio-politiques qu'ils entraîneront pour la période qui nous intéresse plus particulièrement :

  • une représentation et une pratique de la ville débouchant sur une forme urbaine éclatée, sans logique de structuration globale et sans politique d'ensemble d'équipements urbains autres que ceux intéressant directement les intérêts de "production" ou de "reproduction" des couches dominantes ;
  • une définition de l'espace urbanisé et de la ""citoyenneté" exclusivement réservée au monde des affaires, écartant spontanément - voire volontairement - tout autre forme d'usage et de rapport à la ville, en particulier celui mis en œuvre par les couches populaires.

9Ce type de rapport social au territoire dominant définit donc ainsi un mode d'identification collectif particulier qui va servir de base à :

  • un modèle urbain spécifique de ""capitale d'affaires" qui aura son efficacité tant dans les représentations que dans les actions de "remodelage" de la ville, et ceci jusque dans la période contemporaine ;
  • la contrainte fondamentale par rapport à laquelle les couches populaires de producteurs vont se trouver d'emblée placées pour la définition et la conquête de leur propre espace d'identification : le "rapport d'exclusion"7.

LES NOUVELLES CONDITIONS SOCIO-ECONOMIQUES STRUCTURANTES : LA CONSTITUTION DU COMPLEXE INDUSTRIALO-PORTUAIRE

10C'est donc sur cette toile de fond marquée essentiellement par la domination sociale du monde des affaires et de ceux qui en sont les acteurs principaux - à savoir les négociants et grands commerçants - que va s'opérer, au milieu du xixe siècle un tournant important, tant dans l'activité économique que dans les rapports sociaux de la ville.

11Il s'agit de la création et du développement à Marseille d'un grand complexe industrialo-portuaire, sur la base de l'extension des activités commerciales antérieures et de leur réorientation dans un nouveau cadre.

12L'industrie française en plein développement voit, en effet, de grands groupes industriels et financiers se constituer progressivement et étendre leur champ d'action tant sur l'ensemble du territoire national qu'à l'étranger. L'ère des conquêtes coloniales ouvre la voie à l'approvisionnement en denrées de base pour cette industrie hors des limites de l'espace métropolitain.

13C'est dans ce nouveau contexte qu'après quelques années de rivalité entre les capitaux locaux et nationaux le port de Marseille va voir sa spécificité de port colonial tourné vers l'Orient s'étendre aux denrées en provenance d'Afrique et se transformer en lieu de transit (tant d'importation que d'exportation) pour certaines matières premières ou produits finis industriels.

14Cette double caractéristique d'extension et de remodelage de l'activité portuaire va avoir d'importantes conséquences locales :

  • en premier lieu l'agrandissement de la zone portuaire vers le Nord par adjonction successive de nouveaux bassins et par création d'importantes aires de stockage (le nouveau système de docks-entrepôts, vastes magasins directement couplés à l'aire de transport et de manutention du port) ;
  • en second lieu la mise en place, parallèlement à cette fonction de transit et dépendant d'elle, d'une fonction secondaire de première transformation des matières premières importées ou extraites (ainsi en particulier tant dans le domaine de l'agro-alimentaire et des corps gras que dans celui de la chimie et des matériaux de construction) ;
  • enfin par la création d'importantes activités connexes aux activités de transport tant maritimes que ferroviaires (réparation navale, chaudronnerie, métallurgie/mécanique, aciéries/fonderies, dépôt/réparation de matériel roulant, etc.).

15Ainsi se constitue très vite un ensemble industrialo-portuaire nouveau dont une des caractéristiques va être un important besoin en main-d'œuvre ouvrière, laquelle était, jusque là, cantonnée pour l'essentiel dans des tâches de manutention portuaire somme toute marginales tant par le nombre que par la place sociale occupée.

  • 8 In thèse pour le doctorat de 3e cycle, Université de Provence, 1983 : Marseille : Politique urbain (...)

16Cela se traduira par une véritable explosion démographique de la ville qui va voir sa population plus que doubler en un demi-siècle (de 195 000 habitants en 1851 à 499 000 en 1901) et ceci grâce à un solde migratoire plus que positif. "Entre 1855 et 1911, la part de la population étrangère (d'origine italienne notamment) dans la population totale passe de 7,7 % à 20 %. Selon le recensement de 1896, les Marseillais de souche ne représentent qu'un peu plus (52 %) de la moitié de la population totale. Et il est probable que les tendances sont encore accentuées pour la seule population ouvrière"8. Cette population ouvrière - qui va constituer grosso-modo le 1/5 de la population de la ville pendant toute cette période jusqu'au lendemain de la seconde guerre mondiale - est en effet, pour l'essentiel, importée des différents pays du Nord du Bassin Méditerranéen (notamment des pays proches comme l'Italie et l'Espagne), mais également de l'arrière pays méridional (zones de montagnes pauvres bas-alpine ou cévénole).

17Cette croissance conséquente de l'emploi ouvrier - en particulier non qualifié -constitue, en effet, un ""appel de main-d'œuvre" important pour les pays ou zones à économie rurale traditionnelle touchés de plein fouet par les transformations en cours dans la production et la commercialisation des produits agricoles et déstabilisés par l'ouverture des communications.

LES LIGNES DE FORCE DE LA CONSTRUCTION DES COM-MUNAUTES OUVRIERES DE MARSEILLE : QUARTIER OU-VRIER/IDENTITES TERRITORIALES ET PROFESSIONNEL-LES/CONTRE-SOCIETE LOCALE

18Cet afflux migratoire conséquent, qui débouche sur une modification importante du paysage social d'ensemble de la ville, va progressivement donner lieu à un processus de structuration interne de la population ouvrière, à plusieurs niveaux, en fonction des données socio-politiques locales.

La fragmentation des communautés de base

19La première ligne de force de cette structuration sociale naissante est ce que l'on peut appeler la ""fragmentation". Celle-ci va se manifester, en particulier, par une identification à des territoires de dimension très restreinte qui donneront de ces quartiers ouvriers une vision morcelée jusque - et y compris - dans la période actuelle. On se réclame, encore maintenant, "de la Capelette", "de la Belle de Mai", "de St Louis", "des Riaux", etc... autant d'appellations correspondant à des unités territoriales de faible ampleur (petit quartier, noyau villageois) qui ont constitué -en fait - les éléments de base de la fixation locale de ces populations immigrées.

Multiplicité des fillières migratoires

  • 9 C'est ce que nous avons pu vérifier dans les autres recherches menées régionalement sur des villes (...)

20La première raison de ce mode de fixation tient aux modalités propres à la migration elle-même (qui sont maintenant bien connues et ont été abondamment décrites et théorisées, en particulier le processus d'implantation dit ""par grappes"). Ceci n'est - bien sûr - pas propre à la réalité marseillaise mais va jouer partout où s'opère ce type d'afflux de population immigrée destinée à constituer la main-d'œuvre ouvrière des nouvelles activités économiques locales9.

21Ce mode d'accès et d'installation sur le territoire d'accueil va se traduire dans le cas marseillais - du fait de l'ampleur du phénomène migratoire - par une grande diversité des filières (tant sur le plan des caractéristiques nationales, régionales, linguistiques, culturelles, religieuses, etc.) qui va donner à la fixation locale cette impression d'ensemble de mosaïque.

22Mais ce processus général ne suffit pas à expliquer, à lui seul, la permanence de ce morcellement dans l'identification sociale territoriale en ce qui concerne ce qui deviendra les quartiers ouvriers de Marseille.

Structuration morcelée de l'habitat ouvrier non urbanisé

23Les "conditions d'accueil" spécifiques vont jouer un grand rôle à ce sujet. Nous avons vu plus haut, en effet, que le mode de gestion du territoire local par les couches sociales dominantes repose - avant tout - sur une pratique spéculative de l'usage du sol, tant dans la sphère de l'activité économique que dans celle de la possession et de l'usage du patrimoine foncier lui-même. Ce mode fondamental d'usage du capital économique ou foncier entraîne la constitution progressive d'un modèle et d'une réalité urbaine sans logique d'ensemble autre que celle des opportunités économique ou foncière momentanées ; d'où la forme d'ensemble très éclatée du territoire urbain et de la localisation des structures économiques ou résidentielles sur le territoire communal.

24Et c'est sur ce mode du "coup par coup" que vont s'implanter les activités économiques nouvelles liées à la nouvelle logique dominante industrialo-portuaire, entraînant avec elles une structuration très ponctuelle des zones d'habitat ouvrier qui lui sont liées.

25On va ainsi assister - dans les deux principales zones de concentration de ces nouvelles activités (Est et Nord du territoire communal) à la constitution progressive de petits noyaux d'habitat ouvrier. Ceux-ci seront soit greffés sur les structures du terroir pré-existantes (les villages de la banlieue urbaine, nés d'anciennes implantations religieuses - ce qui explique l'abondance des noms de saints -, chargés jusque là de l'approvisionnement alimentaire de la ville) soit bâtis, ex-nihilo, sur des propriétés foncières bourgeoises loties pour les besoins de la cause.

26La réalisation de cette mosaïque de petites unités d'habitation, qui n'a donc d'autre logique que de répondre au plus près des intérêts économiques ou fonciers de la bourgeoisie locale, ne constitue en aucune manière la construction d'un tissu urbain.

27C'est ce qui ressort tant du niveau de confort et d'habitabilité des logements eux-mêmes (les ""enclos", appellation donnée à ces résidences ouvrières, sont en effet plus proches de la ""cité d'urgence" que de la ""maison") que de leur mode d'implantation (la plupart du temps dépourvue de tout équipement urbain minimum : voirie, adductions diverses). Il s'agit là - selon nous - d'une des conséquences du modèle urbain (à la fois mental et morphologique) mis en œuvre par la bourgeoisie dominante locale, pour laquelle l'espace ""civilisé" de la ville ne peut être que celui correspondant à son propre mode d'usage et à ses intérêts, ce qui en écarte d'emblée les couches populaires.

28Cette exclusion fondamentale de l'urbanité et de la citadinité - et par voie de conséquence de la citoyenneté collective - va avoir des effets importants sur la constitution d'une identité collective propre à ces couches sociales d'emblée rejetées dans l'au-delà de la "respectabilité" sociale.

29Cette création au coup par coup d'espaces d'habitat ouvrier ""sauvage" (au sens d'extérieur à l'organisation collective de l'espace urbain reconnu et valorisé) qui seront d'ailleurs dans certains cas laissés à la réalisation des intéressés eux-mêmes -on peut voir là sans doute une des racines importantes de la tradition populaire locale du ""cabanon" - redouble donc, par son mode de fixation au sol, les effets de morcellement et de fragmentation des logiques de filières migratoires.

Les facteurs socio-économiques d'homogénéisation progressive

30Mais ces modes d'implantation territoriale et de structuration sociale de base fragmentés et morcelés vont bientôt se trouver transcendés par d'autres logiques qui vont jouer, elles, dans le sens contraire et vont conduire à une construction sociale et territoriale nouvelle.

Polarisation sur des zones spécifiques des activités industrielles et des populations ouvrières

31A un premier niveau, purement topologique, la croissance des activités économiques et l'augmentation quantitative conséquente de la population ouvrière qui lui est liée, vont entraîner un comblement progressif des espaces qui séparaient jusque là les différentes implantations économiques ou résidentielles. L'espace agricole et rural péri-urbain intersticiel cède petit à petit la place à d'autres formes d'usage du sol et les points d'ancrage des activités et des hommes se trouvent raccordés entre eux jusqu'à constituer de vastes zones où se mélangent étroitement activité industrielle et résidence ouvrière.

32Ceci va s'opérer dans les trois directions possibles de la périphérie urbaine (l'Ouest étant occupé par la mer) mais selon des orientations d'activités différentes, des rapports quantitatifs inégaux et des logiques évolutives spécifiques :

  • le Sud essentiellement occupé par des activités traditionnelles (notamment extractives) de relative faible ampleur décroîtra à la suite du renouvellement industriel de l'entre-deux guerres ;
  • l'Est, dont une des spécialisations importantes sera le rapport à l'outil de transport ferroviaire et à partir de là concentrera les secteurs industriels dérivés à caractère métallurgique (aciéries et fonderies par exemple), se maintiendra jusqu'à une époque récente ;
  • le Nord, dont la pôlarité essentielle sera constituée par le port, verra s'implanter toutes les activités directement liées au transit maritime mais également toutes celles dérivées et liées à cet espace et à cet outil de circulation (entretien et réparation navale, production/transformation des matières de base transitant par le port) et deviendra progressivement l'épi-centre de ce complexe industrialo-portuaire.

Similitude des conditions de vie et pratiques de "secours mutuel"

33Malgré la diversité des origines et l'éclatement des modes d'ancrage locaux (qui vont ponctuellement sécréter des divisions internes - voire des rivalités plus ou moins violentes suivant les périodes - notamment dans les moments de crise de l'emploi) les rapports sociaux internes à ces populations ouvrières vont être marqués, petit à petit, par certains traits favorables au rapprochement et à l'homogénéisation : la similarité des conditions d'existence et l'identité des pratiques professionnelles ou résidentielles qu'elles infèrent.

34On parle peut-être au départ des langues différentes, on a peut-être des habitudes culturelles, alimentaires très dissemblables, il n'en reste pas moins que l'expérience du quotidien démontre la communauté des contraintes auxquelles tous sont affrontés pour la survie individuelle et collective à l'intérieur des mêmes espaces sociaux : l'entreprise ou le quartier.

35Sur le plan de la vie professionnelle la dureté des conditions de travail est une donnée connue de tous (insalubrité dans la chimie et les corps gras, pénibilité dans la métallurgie et la réparation navale, mais aussi dans les matériaux de construction) ainsi que le faible niveau salarial pour la majeure partie des tâches qui sont non qualifiées.

36Dans la vie résidentielle se procurer (voire construire de ses propres mains) un logement décent pour soi et sa famille n'est pas tâche aisée (ce que nous appelons maintenant bidonville ou cités d'urgence a été le mode d'habitat couramment répandu dans cette population ouvrière immigrée à la fin du xixe siècle).

37Se construire - comme beaucoup le feront dans ces zones - un habitat de planches prises au chantier, de ciment fourni par le patron, de ferrailles soustraites au tas de rebut n'est pas tellement différent que l'on soit d'origine sarde ou bas-alpine, catalane ou piémontaise.

38La même recherche du maximum de sécurité pour soi et les siens rend ainsi nécessaire (dans ces conditions difficiles) la création - par delà les différences culturelles - des solidarités de ""secours mutuel" génératrices de rapprochement selon des logiques de proximité d'espaces ou de pratiques.

La production de deux logiques sociales dominantes d'identification collective

39Au delà de ces données de situation et de leurs conséquences dans les pratiques qui tendent, sur des bases diverses, à la constitution de communautés sociales plus ou moins étendues, on peut aussi mettre en évidence la construction - sur la zone concernée par la recherche - de deux sous-ensembles territoriaux marqués par deux logiques sociales dominantes différentes, qui définissent progressivement deux formes spécifiques d'identités collectives.

Le Bassin de Séon et la logique territoriale d'appartenance à l'entreprise

40Sur l'extrême Nord du territoire communal comprenant les trois quartiers de l'Estaque, St Henri et St André vont se localiser en effet des activités de production d'un genre particulier : extraction ou première transformation de matières premières.

  • En 1850 c'est l'implantation de la Société des Ciments artificiels Portland.
  • En 1855, 99 tuileries emploient 2 400 personnes alors que deux sociétés nouvelles s'installent : l'usine des produits chimiques Rio Tinto (qui deviendra par la suite les établissements Kuhlmann puis PUK et Atochem) et la Société minière et métallurgique Penarroya.
  • En 1900 c'est au tour de deux usines de fabrication d'osséine à partir de carcasses d'animaux.
  • En 1915 enfin s'implante la cimenterie de la société La Coloniale10.

41Dans cet espace géographique relativement bien délimité que l'on nomme à Marseille le Bassin de Séon, va se constituer progressivement une société locale relativement spécifique. Ceci s'opère sur la base des rapports sociaux induits par le type de rapport au travail que l'on connaît dans ces entreprises qui emploient, en grande majorité, de la main-d'œuvre non qualifiée pour des tâches dures voire insalubres.

42Le critère déterminant dans cet univers professionnel et spatial peut être considéré comme étant celui de "l'appartenance à l'entreprise". Ceci résulte de la convergence de deux catégories d'intérêts :

  • une politique patronale soucieuse de s'attacher par certains éléments extra-salariaux (capables de compenser, au moins en partie, la dureté des conditions de travail et la faiblesse des revenus) une main-d'œuvre très mobile allant au plus offrant ;
  • une action collective de la communauté ouvrière cherchant par l'organisation et l'action syndicale interne à garantir à ses membres l'obtention d'un certain nombre d'éléments de sécurité tant dans la permanence et la régularité du revenu que dans l'accès à des avantages spécifiques à l'entreprise.

43Le lien à l'entreprise ainsi créé organise alors la plupart des aspects de la vie sociale (formation, promotion, logement et consommation, loisirs sportifs et culturels, etc.) et définit un espace spécifique commun. L'accès à l'emploi détermine donc également l'entrée dans une communauté sociale locale délimitée qui assure les solidarités, les mixités et les hiérarchies internes. Les rapports d'antagonisme se trouvent eux aussi gérés à l'intérieur de cet espace de référence commun.

44Ce type de processus, relativement classique, sera d'ailleurs clairement et consciemment mis en œuvre un peu partout par le patronat, en particulier sous inspiration catholique, pendant cette période pour les mêmes raisons de volonté de fixation de la main-d'œuvre. Dans la zone qui nous concerne, ceci se traduira notamment par la fourniture de logements pour les catégories de salariés d'encadrement ou par l'aide à leur construction par les ouvriers eux-mêmes. Les principales entreprises de la zone (Penarroya, Lafarge et Kuhlmann et particulier) auront toutes recours à ces procédés dont il reste encore de nombreuses traces, à l'heure actuelle, sous la forme d'un patrimoine immobilier en grande partie ré-approprié par la population ouvrière après la rétrocession effectuée dans les années 1950.

45Cette appartenance à l'entreprise définit donc un univers collectif, lieu d'expression et d'action de l'ensemble des aspects de la vie de la communauté sociale locale. Ceci débouche sur l'identification à une micro-société très forte, qui déborde largement le cadre strict de l'espace de travail et de ses structures d'organisation propre, comportant d'importants processus intégrateurs (organisationnels ou non) créateurs de solidarités ""horizontales".

46En Provence nous avons eu l'occasion d'étudier ce genre de mode d'identité collective par ""appartenance à l'entreprise" dans le cas notamment de cette "ville nouvelle" ouvrière de la fin du xixe siècle qu'est Salin de Giraud où la bi-polarisation de la communauté ouvrière locale avait renforcé ce phénomène en l'exacerbant en rivalité ""de clocher d'entreprise (!)"... "On est Solvay ou Péchiney" jusqu'à la seconde guerre mondiale.

47L'ensemble du Bassin de Séon va donc être marqué par une logique identique et, compte tenu du caractère de totalité sociale et territoriale relativement fermée de cette zone, ceci va déboucher sur une revendication d'appartenance et d'appropriation territoriale qui se transformera en recherche d'autonomie locale. Celle-ci sera formulée politiquement au milieu du xxe siècle par la demande d'érection en commune qui verra alors le jour.

La zone portuaire et la logique des réseaux de métiers

  • 11 In thèse de M. Vin, 1976 : Organisation des espaces industriels dans les Bouches-du-Rhône, p. 121.

48Au cours de la même période, sur la zone arrière de l'espace portuaire (avec ses nouveaux bassins et espaces de stockage de La Joliette et d'Arenc), s'implantent progressivement toute une série d'activités en lien plus ou moins direct avec cette fonction de transit portuaire. Cet espace jusque là resté rural va progressivement changer de vocation et se remplir d'activités qui : "... se scindent en deux grandes catégories : Mécanique et Réparation Navale à l'Ouest de la route principale (Rue de Lyon), Industries Alimentaires à l'Est"11.

49En dehors des entreprises liées directement à la circulation des marchandises par voie maritime, ferroviaire puis routière, la partie la plus proche du port va en effet être occupée par tout ce qui touche à l'entretien/réparation de l'outil de transport maritime. Ainsi la réparation navale et ses dérivés (mécanique et métallurgie) est-elle fortement présente autour de la zone des Crottes - partie arrière des bassins de radoub - ; le boulevard Oddo pouvant être considéré comme le "fief des ouvriers de cette industrie.

50L'agro-alimentaire, notamment les huileries, savonneries, sucreries, s'implante dans l'axe La Cabucelle-St Louis, le long du ruisseau des Aygalades et à proximité de l'axe routier et ferroviaire.

51A l'inverse de la zone précédemment décrite où la topographie des lieux (façade maritime à l'Ouest et ceinture collinaire du pourtour Nord-Est) fournissait les bases morphologiques d'un fonctionnement ""isolationniste", cette zone de l'arrière-port est une zone ouverte. Il s'agit en effet du principal axe de circulation terre-mer de Marseille par où vont transiter dans un sens comme dans l'autre, les marchandises et les hommes.

52Par ailleurs, si le secteur des industries agro-alimentaires fait appel - comme dans le cas des industries présentes dans le Bassin de Séon - à une main-d'œuvre majoritairement non qualifiée pour laquelle la logique ""d'appartenance à l'entreprise" est présente là aussi comme élément de base de la sécurité (on retrouve dans ce cas quelques aspects du paternalisme patronal déjà vu, en particulier la fixation de l'encadrement grâce à une politique de fourniture de logements) le secteur dominant économiquement et socialement est celui des activités directement ou indirectement liées à l'entretien/réparation de l'outil de transport. Or ce secteur se caractérise d'un côté par une plus grande qualification professionnelle des différents métiers qui la composent (qualification technique et sociale le plus souvent acquise sur le tas à l'intérieur de la structure hiérarchisée des équipes de travail) et d'autre part par une grande fluidité de fonctionnement interne.

53Il s'agit en effet d'un mode d'organisation du travail sur la base de ""chantiers" ponctuels où circulent et se succèdent les différentes corporations qui concourrent à la remise en état de l'outil de transport. Par ailleurs il est acquis que la possession du métier s'obtient par l'expérience et celle-ci par la circulation dans différentes tâches et lieux. Cette circulation permanente des hommes dans un espace ouvert donne au rapport au travail une dimension particulière. Dans ce cas, en effet, l'élément de base de la sécurité n'est plus la recherche de l'intégration à une communauté d'entreprise territorialement située mais à une communauté professionnelle transversale par rapport à des lieux de travail diversifiés.

54L'élément déterminant est donc la possession d'un métier qui permet d'accéder à des filières de solidarité corporatives qui échappent à la contrainte territoriale. Cela ne signifie pas, pour autant, qu'il n'y ait pas eu territorialisation des populations affectées à ce genre d'activités ; mais cette identification au territoire ne va pas revêtir la même signification que dans le cas précédent. En particulier, elle ne va pas conduire, comme nous l'avons dit plus haut, à une logique "autonomiste" mais beaucoup plus à une conception circulatoire de l'espace : on passe aussi facilement d'un chantier à un autre que d'une entreprise à une autre. La valorisation du métier (charpentier, soudeur, chaudronnier, métallo, etc.) constitue donc la clef de fonctionnement social local, à la fois par le pouvoir de négociation qu'il confère dans les rapports avec le patronat que par les systèmes de solidarité "verticale" qu'il entraîne à l'intérieur du système des corporations.

55Cette valeur sociale fondamentale va s'appliquer y compris dans les secteurs non directement concernés comme l'agro-alimentaire. Ceci s'opère pour deux raisons : en premier lieu dans ces activités de production non qualifiées on est cependant tributaire de la logique de métier par le biais de la nécessaire présence du secteur entretien (relativement important vu le parc de matériel nécessaire dans ce type de secteur) qui fait appel à ces professions ; il s'agira d'ailleurs souvent d'anciens mécanos par exemple de la réparation navale. Par ailleurs, ces secteurs d'activités ""qualifiés" sont localement en position de ""phares" de par le niveau de salaire et le prestige social qui leur est attaché (rapport de domination que nous avons déjà pu observer à Port-de-Bouc entre le secteur du chantier naval et les professions qu'il emploie et les autres activités non qualifiées présentes également dans ce lieu).

56L'identification collective à une communauté va donc s'opérer ici sur le mode des filières particulières dans lequel le territoire ne va pas jouer le rôle totalisant vu dans le cas précédent : pas de micro-société locale englobante et multi-fonctionnelle mais une pluralité de réseaux aux points d'ancrage multiples. Deux formes très différentes donc - voire carrément inverses - de rapport à la collectivité et au territoire qui vont marquer de leur empreinte les structures physiques, sociales et mentales. Cela au point qu'elles ont pu donner le jour à un découpage administratif qui en a constitué en quelque sorte la reconnaissance a posteriori : la mise en place du découpage administratif du territoire communal en arrondissements, au lendemain de la seconde guerre mondiale, va ainsi prendre en compte l'homogénéité de chacune de ces deux zones qui deviendront les XVe et XVIe arrondissements.

L'exclusion sociale facteur d'émergence d'une identité urbaine concurrente

57Cette structuration progressive de deux formes dominantes d'identification collective des individus et des communautés humaines va donc se réaliser selon les conditions locales spécifiques tant morphologiques (données géographiques ou de structures économiques) que de fonctionnement social (types de rapport de travail et mode d'insertion résidentiel et territorial) et avec pour arrière-plan le modèle urbain fortement présent imposé par la bourgeoisie locale.

58Comme nous l'avons déjà vu plus haut, ce modèle urbain comporte deux aspects fondamentaux qui concernent directement les couches populaires nouvellement arrivées sur les lieux :

  • un rejet de toutes formes d'usages et de pratiques de la ville autre que celles concordant avec les modèles des couches dominantes locales ; ce qui conduit à une exclusion de ces formes et usages concurrents du territoire urbain reconnu et structuré12 ;
  • une dénégation de toute ""citoyenneté" aux populations autres que celles participant au seul monde reconnu comme légitime ""le monde des affaires"13.

59C'est donc dans ce contexte d'exclusion/dénégation à la fois du territoire et de l'identité urbaine que les populations ouvrières vont se structurer socialement. Rejetée dans "l'espace sauvage" hors des murs (à la fois réels et symboliques) de la ville, l'organisation sociale et territoriale du milieu ouvrier marseillais va donc d'emblée intégrer ce rapport d'opposition -concurrence qui la marquera fortement.

60Elle l'était déjà, une première fois, sous l'angle des rapports économiques (notamment par la dureté des conditions de vie et de travail), mais ce rapport antagoniste au patronat local va être redoublé par cette exclusion urbaine qui est également le fait de cette même bourgeoisie locale. Rien d'étonnant donc à ce que cette ""cité populaire" se construise aux marges de la cité bourgeoise en position de dualité/rivalité avec elle. Et ceci d'autant que les pratiques du territoire mises en œuvre s'avèrent effectivement bien être en opposition totale et décrivent deux modèles urbains diamétralement opposés. Pour les uns conçue comme capitale d'affaires lointaines impliquant un minimum d'infrastructures locales et comme résidence privée de droit où la propriété foncière constitue avant tout matière à spéculation privée ; ce qui aboutit à cette forme urbaine éclatée, sans logique d'ensemble autre que l'opportunité momentanée et révocable de l'usage du sol.

61Pour les autres terres d'accueil, de fixation et d'implantation durable marquée essentiellement par un rapport d'usage basé sur la conquête de la sécurité dans tous les aspects de la vie, en particulier par la recherche d'une articulation de proximité entre activité de travail et usage résidentiel et l'obtention d'un certain nombre de biens/équipements collectifs protecteurs et permanents.

62Ainsi donc peuvent être définis les trois niveaux de structuration de la communauté ouvrière marseillaise, qui vont se mettre en place progressivement sur la zone considérée :

  • fragmentation/multiplicité des communautés territoriales de base liées tant aux conditions de l'immigration qu'aux données locales ;
  • construction de deux ensembles sociaux/territoriaux spécifiques articulés chacun sur un rapport social dominant définissant les règles communes de références ;
  • inclusion dans un rapport antagoniste commun qui donne les contours d'une identité collective construite par opposition à l'identité urbaine dominante.

EMERGENCE D'UN "NOUS" ACTEUR AUTONOME DANS LES RAPPORTS POLITIQUES LOCAUX ET PRODUCTION DE LA "CITE" POPULAIRE

63C'est donc l'empilement/agrégation des trois niveaux d'identification collective que l'on vient de voir qui va rendre possible la naissance de cette cité populaire. Celle-ci n'est pas pour autant le fruit d'une génération spontanée elle-même issue d'une quelconque nécessité intrinsèque aux données matérielles.

64Marquée donc tout à la fois par les conditions concrètes qui lui donnent ses conditions de possibilité et par les rapports sociaux d'ensemble qui en définissent les lignes de force, cette ""cité populaire" va devoir son existence à l'émergence progressive d'une action collective qui contribuera à la construction d'un ""nous" acteur social autonome sur la scène tant locale que globale.

Les luttes sociales et politiques facteurs d'émergence d'une conscience d'appartenance de classe commune

65C'est en effet par le biais de l'action collective syndicale et politique qu'a pu s'opérer ce dépassement des multiples spécificités géographiques, économiques et sociales ; et ceci sous la forme d'une structuration fédérative des deux identités/espaces/communautés dominantes dont nous avons défini les contours géographiques et sociaux.

66Cette activité collective va comporter deux aspects :

67Le premier est celui des multiples terrains et occasions d'émergence ponctuelle d'actes collectifs liés aux problèmes de tous ordres, inscrits dans tous les secteurs de la vie quotidienne. Depuis les nombreux rapports de solidarité tissés à l'intérieur des relations de voisinage et permettant - malgré la difficulté des conditions d'existence - l'amélioration des conditions de vie (par exemple l'entraide en cas de construction de maison dont nous avons déjà indiqué la fréquence et les raisons locales spécifiques) jusqu'aux actions collectives organisées, défensives ou offensives, pour la défense de l'emploi, des salaires. Cette organisation progressive d'un mouvement ouvrier local débouchera sur les mouvements revendicatifs de grande ampleur que connaîtra à la fin du xixe siècle le port de Marseille et qui joueront un grand rôle dans cette émergence de conscience de classe commune.

68Le second aspect est celui de l'inscription des individus et communautés locales dans les enjeux sociaux d'ensemble. Il s'agit là, bien sûr, des luttes politiques, qu'elles soient situées au plan national ou au plan local.

  • 14 In Past and Présent, n° 65, novembre 1974 : "Social change in nineteenth century Marseilles", cité (...)

69Nous avons vu qu'à ce niveau la faiblesse quantitative et le rapport de domination totale dans lequel se trouvait le milieu populaire avant l'avènement du complexe industrialo-portuaire avait entraîné ce que l'historien W.H. Sewell nommera : ""La passivité générale de la classe ouvrière marseillaise au milieu du xixe siècle"14.

70Mais l'ampleur nouvelle de cette population ouvrière en fera bientôt un enjeu idéologique et politique de première importance par rapport auquel la stratégie de la bourgeoisie locale va tendre à maintenir cet état de tutelle par la force (cf. en 1848) ou la mise en place d'un encadrement de contrôle social. Celui-ci se manifestera sous la forme d'un système de gestion notabilière de la ville qui s'exprimera - sous la 3ème République - par le courant Radical. Cette gestion bien évidemment conforme aux intérêts des classes dominantes provoquera l'hostilité des couches populaires qui se manifeste dans un abstentionnisme massif lors des élections.

71L'enjeu se situe alors dans la capacité (ou l'incapacité) pour cette classe ouvrière locale à se constituer en acteur autonome susceptible de mettre fin à cette domination politique et d'imposer son propre projet social.

La reconquête d'un territoire et la reconstruction d'une communauté sociale nouvelle ou la recherche de la "terre promise"

72Cette constitution en acteur politique autonome va finalement s'opérer grâce à la conjonction de plusieurs séries de facteurs sociaux et idéologiques internes et externes à la vie locale.

73En premier lieu il faut noter que la caractéristique première - nous l'avons vu - de cette population de Marseille est son origine migratoire et ceci n'est pas sans conséquences sur la question de la capacité à construire une identité collective autonome.

74En effet, la première des aspirations généralement portée par les peuples constitués sur cette base (on peut le vérifier avec les exemples des Etats-Unis, de l'Afrique du Sud, d'Israël ou plus près de nous de l'Algérie ou de la Nouvelle Calédonie) est celle de la conquête d'un espace garantissant la survie et la sécurité d'existence, d'un territoire propre où puissent s'affirmer individuellement et collectivement les populations nouvellement implantées. C'est généralement le prolongement du rêve de la ""terre promise" qui avait, par opposition aux conditions faites dans la société de départ, motivé l'expatriement. Cette conquête d'espace propre, revanche sur le sort antérieur, implique donc une volonté implicite tout à la fois d'implantation et d'affirmation individuelle et collective sociale et idéologique. C'est pourquoi cette conquête de l'espace physique, économique et social s'opère toujours au travers de la production d'une identification collective forte que ce soit sur le mode linguistique, culturel ou religieux.

75Lorsque les conditions de la société d'accueil le permettent (à la fois en termes de rapports de force démographiques, économiques et politiques) il est possible que se mette en place cette "société nouvelle" plus ou moins confusément rêvée. En ce qui concerne la classe ouvrière marseillaise il semble évident que ce phénomène social a joué d'autant que, sur le plan de l'appropriation et de la structuration du territoire, les conditions locales étaient particulièrement favorables.

76Tout d'abord parce que la bourgeoisie locale, considérant les zones sub-urbaines comme des espaces "libres", ne s'opposait pas - voire favorisait - les implantations ouvrières dans ces secteurs.

  • 15 On renverra ici aux travaux menés à ce sujet dans la région, ces dernières années, en particulier  (...)

77Par ailleurs, en matière de construction de communautés sociales autonomes et de mode d'identification collective de ces populations, au départ hétérogènes, nous avons vu que la politique de main-d'œuvre du patronat local de l'époque consistait à favoriser cette structuration sociale (sur les différents modes correspondant à la nature des activités économiques et de la main-d'œuvre requise) en la facilitant de manière active ou passive. Il s'agissait en effet de faire reposer sur la communauté locale bon nombre d'aspects de la gestion de la reproduction sociale de cette main-d'œuvre voire même certains traits de sa formation et qualification au travail (apprentissage de la hiérarchie, de la discipline d'usine et même certains traits sociaux de la qualification professionnelle elle-même)15

78Ainsi donc les conditions de possibilité tant physiques que sociales voire idéologiques semblaient réunies pour cette structuration d'une ""société locale nouvelle". Restait la question déterminante du type de ""structure porteuse" pour cette identité collective en gestation.

De la tutelle à l'action politique autonome

79Cette identité de classe en osmose avec une conscience d'appartenance à une communauté ouvrière ""à part" allait-elle déboucher sur un processus d'autonomisation ou de ""mise sous tutelle" (comme cela a pu être le cas dans d'autres grandes villes à composante ouvrière) ?

  • 16 In Les Mystères de Marseille, op. cit., 3ème partie, chapitre X : février 1848.

80La question n'était pas réglée d'avance car sur ce terrain de l'organisation socio-politique des couches populaires on n'entrevoit pas dans l'histoire locale passée autre chose que cette situation déjà vue de tutelle/domination écrasante qui fera dire à E. Zola à propos de la Révolution de 1848 : ""Le Parti Républicain, à vraiment parler, n'existait pas. Il n'y avait aucun lien entre la bourgeoisie libérale et le peuple : le peuple restait en bas, sans chefs, sans tendances bien nettes, n'osant agir seul..."16. Pas d'héritage antérieur donc autre que les formes habituelles du clientélisme à base clanique - caractéristique des formes socio-politiques des sociétés méditerranéennes traditionnelles - qui seront renforcées par les processus de filières migratoires. C'est d'ailleurs en s'appuyant sur ce mode classique du fonctionnement du pouvoir notabilière que la bourgeoisie locale tentera, en permanence, de perpétuer sa domination sociale, que ce soit à travers le Radicalisme triomphant de la fin du xixe siècle et de l'entre-deux guerres, ou l'ascension du Parti Socialiste (à la mode Gaston Defferre) après les années 1950.

81Dans tous les cas il s'agit bien, en fait, de maintenir les couches populaires sous tutelle par des procédés segmentés de prise en charge partielle et ponctuelle de leurs intérêts matériels. Grâce à la mise en place de mécanismes organisationnels fondés sur un système de totale délégation de pouvoir on aboutit à Ôter - voire à interdire - aux populations ainsi encadrées toute capacité d'initiative propre.

82Si de telles pratiques peuvent répondre ponctuellement à certains besoins de couverture des intérêts matériels fondamentaux, elles ne répondent en aucune manière - voire elles s'y opposent - à la logique de conquête d'espace social, d'identité propre et d'action autonome.

83Et c'est sans doute parce qu'elles s'inscriront, elles, dans cette logique d'autonomisation en épousant totalement cette recherche/conquête de reconnaissance sociale que, à deux époques successives, deux organisations politiques - au départ extérieures au milieu local - vont devenir les ferments/acteurs centraux de l'irruption des couches populaires sur la scène de l'histoire locale.

84Il s'agit du Parti Ouvrier Français de Jules Guesde, pour la période de la fin du xixe siècle et du Parti Communiste Français pour celle de la Libération et des années 1950.

85Dans les deux cas, l'accès au pouvoir politique local de ces organisations, qui se réclament du Mouvement Ouvrier, sera de courte durée.

86Mais cette prise de pouvoir sera préparée par une période de maturation de l'action collective marquée notamment par d'importants mouvements sociaux (grandes grèves portuaires des années 1880 et mouvements sociaux de 1936 suivis par la Résistance à l'occupation allemande des années 1940) et exprimera, par ses réalisations, cette autre identité urbaine populaire.

87Et c'est précisément, à notre avis, parce qu'elles réaliseront tant dans leur programme politique local que dans leur pratique militante ""de base", cette articulation entre luttes de défense des intérêts matériels quotidiens et promotion d'un projet social conforme aux pratiques et aux aspirations d'ensemble des couches populaires locales, que ces deux organisations vont recueillir, à chacune de ces deux époques, un tel soutien populaire. Ce soutien va se traduire sur le plan des luttes politiques par des scores électoraux flatteurs (tant au xixe siècle avec la première municipalité Flaissières qu'au xxe siècle avec les résultats obtenus aux différents types d'élection, avant et après la seconde guerre mondiale, par le Parti Communiste et ses différents représentants locaux ou nationaux) qui feront considérer ces quartiers ouvriers, en particulier dans la zone que nous avons pu étudier, comme des ""bastions rouges".

88Mais ce soutien a surtout comme base un processus d'identification très poussé entre la structure et le fonctionnement de l'appareil politique et la vie même des communautés sociales locales. C'est en fait parce qu'il épousera ""de l'intérieur" (que ce soit dans l'entreprise ou le quartier) tous les aspects quotidiens de la défense/conquête des conditions de la sécurité matérielle et sociale et qu'il inscrira son projet politique d'ensemble au diapason de cette construction d'autonomie et de reconnaissance d'identité propre, que l'appareil politique et ses structures locales (cellules de quartier et d'entreprise) pourront devenir ""naturellement" ce ferment et ce moteur de toute l'activité sociale de la communauté ; son principe de structuration interne et son porte-voix extérieure.

89Ainsi la cellule locale est tout à la fois centre d'information, bureau d'aide sociale, organisateur de festivités, initiateur d'actions collectives, metteur en scène de l'identité commune, etc.

90Il est remarquable à ce sujet que cette osmose entre une organisation d'action et le fonctionnement interne à des communautés sociales se traduise par une identification collective totale à des "hommes-symboles" qui ne sont pourtant ni issus du lieu ni porteurs des mêmes ""traditions". Ainsi François Billoux et Jean Cristofol vont-ils devenir les figures historiques emblématiques de cette cité populaire émergente et, à ce titre, seront considérés comme des ""produits locaux" alors qu'ils n'en ont aucun caractère au départ.

Du projet social au contre-modèle urbain

91Cette reconnaissance identitaire de la structure politique et de ses leaders vis-à-vis du mouvement social repose donc sur le fait que cette structure politique particulière a su mettre en actes, aux différents niveaux de la vie sociale et de la scène publique, en le formalisant, ce que l'on pourrait appeler un projet collectif issu des formes de la vie sociale quotidienne spécifiques à ces couches populaires.

92Ainsi sur le plan municipal, de manière fragmentaire au temps de la municipalité Flaissières, avec le souci d'inscrire les actions ponctuelles dans la globalité du territoire local après la seconde guerre mondiale, on peut voir se mettre en place de manière pragmatique un ""projet urbain nouveau" qui va s'opposer au modèle dominant mis en œuvre jusque là par la bourgeoisie locale. Car il s'agit bien, en effet, de répondre à un autre usage de la ville que celui imposé jusque là. Tant dans la réalisation d'équipements publics sanitaires et sociaux que dans l'amélioration du système de transports, on assiste non seulement à la mise en place de ce que l'on pourrait appeler des mesures de rattrapage touchant aux quartiers ouvriers jusque là non équipés mais aussi à la production d'infrastructures nouvelles, souvent très en pointe techniquement pour leur époque (ainsi par exemple avec l'ouverture du réseau de tramways électriques de la fin du xixe siècle où le projet de métro envisagé dès le lendemain de la seconde guerre mondiale) et concernant toute la ville.

93Il s'agit donc là d'un modèle urbain d'ensemble, alternatif à celui - éclaté - prôné et réalisé par les couches dominantes. Ceci tient à la différence voire à l'opposition radicale entre la pratique et la conception de la ville mise en œuvre par ces deux classes sociales opposées.

94A la conception d'espaces segmentés avant tout considérés comme opportunités pour la réalisation de spéculations économiques ou foncières conjoncturelles, autrement dit au primat absolu de la valeur d'échange s'oppose en effet celle de territoire protecteur capable d'assurer la sécurité d'existence permanente dans les différents secteurs de la vie, autrement dit tout entier centré sur l'usage social stable et durable.

95Au principe de minimisation des coûts et de réalisations d'équipements collectifs non producteurs de valorisation du capital privé s'oppose celui de couverture maximum des besoins individuels et collectifs pour la communauté sociale grâce à des équipements publics les plus performants possible. A la conception éclatée des espaces de constitution et réalisation du patrimoine matériel et social qui définit un univers fait d'une série de points d'ancrage provisoires entre lesquels n'existe aucune nécessité fondamentale de continuité, s'oppose l'image du territoire unique et circonscrit globalement - à la fois refuge et revanche - où l'on pourra, comme dans la terre promise, tout recommencer dans tous les domaines de l'existence.

96Et c'est bien ainsi, en effet, que va s'exprimer, au lendemain de la seconde guerre mondiale, cette "cité populaire" marseillaise qui va s'imposer à l'ensemble de la ville à la faveur des renversements politiques issus de la Résistance à l'Occupation et de la Libération et à la suite de ce siècle de maturation et de construction progressive d'une "personnalité morale" commune.

97Cette ""société locale" née du désir de ces immigrés de se reconstruire, enfin, une ""terre à eux" - revanche sociale et politique sur leur histoire antérieure - va tenter d'organiser "tous azimuts" la vie sociale, jusque et y compris dans les secteurs jusque là pris en charge soit par l'administration étatique soit par les couches sociales économiquement dominantes. En dehors des aspects infrastructurels, déjà vus, qui concernent l'usage immédiat du territoire et de ses équipements vont se développer des dimensions qui touchent, bien sûr, elles aussi aux intérêts économiques et sociaux, mais dans lesquelles se manifestent également des tentatives d'organisation autonome sur des bases inusitées.

  • 17 Cf Colloque publié dans les Cahiers d'Histoire de l'Institut de Recherches Marxistes, janvier 1986 (...)

98On peut voir dans la mise en place du système de santé mutualiste populaire ainsi que dans les expériences de gestion ouvrière des entreprises qui suivront les réquisitions de la Libération17 deux dimensions importantes de cette volonté de maîtrise locale de l'ensemble des domaines de la vie sociale.

99Cette prise de pouvoir sur un territoire et l'ensemble des structures économiques et sociales qu'il contient, cette volonté de modelage tant des données matérielles que de l'organisation sociale traduit donc bien, selon nous, la globalité du projet social implicite. Ce qui nous conduit à dire qu'il s'agit de la construciton d'une cité (au sens matériel et moral) populaire qui présente par beaucoup d'aspects les traits d'une ""société locale globale". Et si ceci a pu être réalisé avec tant de force (au point par exemple que de nombreuses réalisations de l'époque subsistent encore malgré la déstructuration qui interviendra dans la période suivante, comme par exemple l'originalité du système mutualiste local) c'est qu'il y avait, en arrière plan, ce mouvement social de conquête et de construction territoriale et identitaire très fort qui caractérise les peuples construits sur une base migratoire.

100Cette structuration sociale originale va d'ailleurs se trouver en but à des oppositions non dissimulées.

  • 18 Cf le document reproduit par A. Donzel dans sa thèse, op. cit., p. 119 : "Note de Gaston Defferre (...)

101De la part de la bourgeoisie locale, bien sûr, qui y voit, avec juste raison, une mise en question de ses propres pratiques, modèles et pouvoirs. Et les évolutions ultérieures, tant économiques que sociales ou politiques, si elles répondent, avant tout, à l'adaptation des intérêts de ces couches dominantes aux nouvelles structures du monde industriel occidental à partir des années 1960, seront aussi, sans aucun doute, marquées par le souci de ""casser les reins" à ce contre-pouvoir populaire. Ainsi toute la stratégie économique, sociale et politique du Defférisme va tendre à ce résultat18.

102Mais cette originalité urbaine populaire marseillaise se heurtera également aux analyses et stratégies d'ensemble internes au mouvement ouvrier tant à la C.G.T. qu'au Parti Communiste Français.

103Considérées comme coupables d'une "gestionite" non conforme aux principes fondamentaux de la lutte de classes, ces expériences locales ne seront guère soutenues - voire carrément contrecarrées - par les échelons nationaux de ces appareils syndicaux ou politiques. Il faut sans doute voir là la conséquence de deux phénomènes :

  • D'une part la marque de la période historique considérée : à cette époque charnière des années 50, complètement focalisées par les enjeux politiques d'ensemble et la question de la conquête du pouvoir d'État, ces organisations ont sans doute - un siècle plus tard - quelque peu renoué avec cette vision centraliste assortie ""d'anti-municipalisme" dont il avait fallu que le parti de Jules Guesde se sépare pour acquérir ce rôle politique local moteur que nous avons vu.
  • D'autre part, et plus fondamentalement, il semblerait que les organisations révolutionnaires françaises d'inspiration marxiste aient quelques difficultés (sans doute héritées de l'histoire spécifique de la France) au niveau théorique et politique d'ensemble (mais beaucoup moins dans la pratique concrète de base) à articuler, à d'autres niveaux que celui de la Nation, les identités de classes sociales et de communautés humaines concrètes territorialement circonscrites.

104Ce sont sans doute ces mêmes difficultés d'analyse qui feront dire à certains auteurs, de manière un peu rapide, qu'il s'agissait là d'une résurgence anachronique de l'anarcho-syndicalisme marqué par la confusion des genres entre action syndicale et politique et le primat du ""localisme" au détriment de la prise en considération des rapports politiques fondamentaux.

105Nous pensons, quant à nous, qu'il s'agit d'un phénomène beaucoup plus fondamental qui a à voir avec les processus de structuration territoriale et identitaire de toute communauté humaine, à quelque niveau que ce soit, mais radicalisé dans ce cas par des conditions locales propres où les spécificités des mouvements migratoires et de la structure urbaine portuaire de Marseille ont pu jouer un rôle amplificateur.

106Loin d'y voir une survivance anachronique, un cas d'espèce original mais marginal nous pensons, au contraire, que cette effet de ""loupe" permet - à partir de cet exemple - d'atteindre aux processus profonds et universels de structuration de toute communauté humaine.

Une identité collective populaire en crise : "retour à la case départ" ou recomposition sur de nouvelles bases ?

107Qui dit processus de croissance dit aussi possibilités de déstructuration. C'est ce à quoi nous allons assister à la période ultérieure des années 1960/70 et 80 sur la base d'une modification des conditions économiques, sociales et politiques qui avaient rendu possible cette émergence : modification qui entraîne en trente ans une désarticulation de tous les éléments du puzzle assemblés en un siècle et, d'une certaine manière, un retour au niveau de base de la structuration sociale locale : la fragmentation.

108Le passage de Marseille à l'âge de la ""Métropole régionale, Europort Sud" va donner lieu en effet à un processus de désagrégation interne de cette identité collective qui se met en place et s'accélère dans la dernière période (ces vingt dernières années), à partir de multiples causes cumulées :

  • économiques (fermeture et expatriement de nombreuses entreprises),
  • sociales (transformation des modes de vie et d'habitat collectif),
  • urbanistiques (mise en place d'un zoning social ségrégatif),
  • politiques (perte ""d'adhérence" des structures d'encadrement local syndicales et politiques et mise en place des formes segmentées du clientélisme).

109Ce processus débouche, à l'heure actuelle, sur une brutale perte de signification (pour la majeure partie de la population actuelle de ces quartiers) des systèmes d'identification territoriale ou professionnelle antérieures. Cela se traduit, dans le concret des pratiques sociales, par la disparition quasi totale des solidarités collectives organisées antérieures, une très grande coupure entre l'espace privé de la survie quotidienne et celui de l'action collective devenu apanage et ""propriété" des structures et des notables (ainsi par exemple la disparition du politique dans le champ social quotidien).

110Tout ceci renvoie à la fragmentation des communautés et au repli constaté sur les stratégies individuelles ou de groupes primaires (famille, clan) qui se manifestent avant tout par des attitudes de ""protection", notamment méfiance et rejet de l'autre, de l'étranger.

111Au moment donc où s'estompent les structures, rapports sociaux et mentalités, caractéristiques de cette ""cité populaire", qui avaient contribué à son ""encadrement social", on voit réapparaître le thème de la sécurité perdue/à retrouver, et ce, bien entendu, dans les zones où la ""fracture du social" est la plus accentuée.

112Paradoxalement, les lieux de résistance les plus forts à cette désagrégation ne semblent pas être là où on les attendait. Ainsi c'est plutôt dans les zones où les liens sociaux de quotidienneté sont encore actifs (par exemple le XVIe arrondissement) que vont perdurer les formes d'identification collective alors que dans les lieux à idéologie et organisation plus fortes elles disparaissent.

113Par ailleurs, d'autres formes d'identification collective se structurent progressivement, sur d'autres bases que celles de la période antérieure : d'un côté, sur une base de purs rapports de contiguïté résidentielle avec ce que cela suppose dans les pratiques quotidiennes comme définition de nouveaux lieux de sociabilité (activités culturelles de jeunes dans un grand ensemble polarisant progressivement la vie sociale, rapports parentaux liés à la fréquentation scolaire, luttes contre la dégradation de l'habitat, etc.).

114De l'autre, sur la base de nouveaux rapports de travail (qui ne sont plus en prise avec la vie de quartier) ouverture de nouveaux champs relationnels (activités culturelles des CE. par-exemple).

115Enfin - et ce n'est pas le moindre des paradoxes - c'est au moment où cette "cité populaire" semble s'évanouir en tant qu'acteur collectif que sur la scène politique locale elle a, enfin, certains moyens de réalisation de ses ambitions antérieures : se donner le cadre de vie conforme à ses pratiques et aspirations (ainsi avec la Mairie de secteur née de la décentralisation et les projets urbanistiques, sociaux et culturels qu'elle tente d'impulser).

116Alors que les bases de la cité populaire ancienne apparaissent ainsi en voie de disparition, l'enjeu actuel semble être entre :

  • une recomposition, sur de nouvelles bases, des activités économiques de production et de circulation, nouveau tremplin éventuel pour une nouvelle cité populaire
  • et l'accentuation des tendances actuelles, c'est-à-dire diminution encore plus grande de ces activités et tertiarisation de la ville.

117Cette dernière hypothèse entraînerait alors sans doute une recomposition éventuelle de l'identité urbaine non plus bi-polarisée (cité populaire contre cité bourgeoise) mais centrée autour/à partir des pratiques, valeurs et symboles de couches moyennes (la campagne actuelle sur le ""changement de l'image de Marseille" en étant, semble-t-il, une préfiguration).

Notes

1 Le titre exact de cette recherche est : "Territoire, identités collectives et appartenance de classe dans les quartiers Nord de Marseille". Rapport de recherche en cours de parution.

2 Cf Travaux sur Manosque in "Cahiers de l'Observation du changement social", volume IX, éditions du C.N.R.S. 1982 : Manosque au regard de l'histoire et de ses groupes sociaux, par J.-C. Garnier et P. Verges.
Travaux sur Port-de-Bouc, in Rapport de Recherche collectif sur la Mémoire ouvrière de Port-de-Bouc, LEST, C.N.R.S. 1984, "De la Tour de Babel à l'homme nouveau", par J.-C. Garnier.
Et in revue Terrain n° 2, mars 1984 : "Port-de-Bouc d'hier et d'aujourd'hui : une ville à renaître", par J.-C. Garnier.

3 La zone étudiée se situe, grosso modo, à l'Ouest de l'autoroute Marseille-Aix, sur un territoire qui recoupe, approximativement, la division administrative du XVe et XVIe arrondissements.

4 Tant sur la base de travaux bibliographiques qu'à partir d'un travail d'enquête de terrain : 80 interviews ont notamment été réalisés.

5 Cet exposé sera essentiellement centré sur cette période ; les périodes antérieure et postérieure, qui ne seront ici que brièvement esquissées, seront analysées plus complètement dans le rapport final de la recherche.

6 Cf In rapport de recherche à paraître : "Les trois âges de Marseille : Porte de l'Orient, complexe industrialo-portuaire, Métropole régionale et Europort Sud".

7 Nous résumons ici, à grands traits, les principales dimensions de l'analyse que nous proposons du développement socio-historique de Marseille jusqu'au milieu du xixe siècle. Pour le détail de cet argumentaire nous renvoyons au rapport de recherche.

8 In thèse pour le doctorat de 3e cycle, Université de Provence, 1983 : Marseille : Politique urbaine et société locale, par A. Donzel.

9 C'est ce que nous avons pu vérifier dans les autres recherches menées régionalement sur des villes qui ont été constituées aux mêmes époques, pour le même type de raison économique et grâce aux mêmes vagues migratoires : cf. la population de Port-de-Bouc et ses 25 nationalités d'origines, in Rapport de recherche sur Port-de-Bouc, op. cit.

10 Données extraites du rapport Plan construction-Habitat et Société 1980 : "Processus d'évolution de deux quartiers ouvriers périphériques à Marseille : Mazargues et l'Estaque", p. 80.

11 In thèse de M. Vin, 1976 : Organisation des espaces industriels dans les Bouches-du-Rhône, p. 121.

12 Cf toutes les opérations "d'assainissement/curetage" projetées ou/et réalisées depuis le xixe siècle jusqu'à nos jours, in thèse d'A. Donzel et Rapport de recherche.

13 Ainsi lors des événements de 1848 rapportés par E. Zola, qui passa toute sa jeunesse à Marseille, dans son livre : Les Mystères de Marseille, les couches populaires sont-elles soigneusement tenues à l'écart de la constitution de la Garde Nationale, symbole et garantie de cette citoyenneté.

14 In Past and Présent, n° 65, novembre 1974 : "Social change in nineteenth century Marseilles", cité par A. Donzel, op. cit., p. 27.

15 On renverra ici aux travaux menés à ce sujet dans la région, ces dernières années, en particulier :
* par Françoise Stoeckel sur les rapports entre entreprise et communauté locale in Société Française, n° 18, mars 1986 : "L'entreprise et le quartier" (d'après une enquête C.N.R.S. portant sur seize entreprises de différentes branches dans les quartiers Nord de Marseille) ;
*par A. Degenne et J. Duplex sur les aspects techniques et sociaux de la qualification in Terrain, n° 2, mars 1984 : "Une qualification industrielle actuelle : les OHQ de Port-de-Bouc".

16 In Les Mystères de Marseille, op. cit., 3ème partie, chapitre X : février 1848.

17 Cf Colloque publié dans les Cahiers d'Histoire de l'Institut de Recherches Marxistes, janvier 1986 : "Les usines réquisitionnées de Marseille 1944-48, une expérience d'auto-gestion ouvrière ?", coordination par J. Domenechino et R. Martelli.

18 Cf le document reproduit par A. Donzel dans sa thèse, op. cit., p. 119 : "Note de Gaston Defferre à H. Queuille, Président du Conseil", 1951, sur l'élimination des communistes et cégétistes des secteurs-clefs de la ville en particulier le port.

Auteur

Sociologue. Centre de Recherches sur les Logiques Sociales et Stratégies Symboliques C.N.R.S. Montpellier

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter