Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Introduction à l’Afrique du Nord contemporaine

 | 
Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes

Première partie. Généralités

III. Le milieu naturel du Maghreb : questions et limites de la mise en valeur du potentiel agraire

Horst Mensching

Texto completo

  • * Univestité de Hambourg.

1Note portant sur l’auteur*

2Pour donner un bon jugement sur les problèmes de la mise en valeur d’un pays la connaissance détaillée des spécialistes n’est pas suffisante. Il faut y ajouter la clarté, qui est si importante pour toutes les décisions politiques concernant l’enchaînement des facteurs supérieurs. Dans cet ordre d’idées, il faut aussi mentionner le potentiel tracé par la nature, ses possibilités et ses limites. La société humaine, dans son désir d’utiliser l’espace disponible le mieux possible et d’atteindre un haut niveau de mise en valeur, peut s’adapter d’une manière raisonnable aux possibilités données. Cependant elle peut aussi — et l’histoire en donne la preuve — faire un grand tort à son propre espace vital. Elle peut même le détruire. Même si l’on a parfois l’impression qu’un accroissement de l’exploitation du sol ou de l’eau est possible à volonté — par exemple à l’aide des moyens techniques modernes concernant ces exploitations — il est absolument nécessaire de penser aux conséquences que cette action aura sur les possibilités de vie dans l’avenir d’une population qui augmente rapidement, et d’élaborer une planification responsable. Aussi le potentiel naturel a besoin de la protection de l’environnement. De grands dangers viendront à l’avenir non seulement de la pollution mais aussi des erreurs d’utilisation. C’est une tâche importante qui incombe à la géographie moderne d’attirer l’attention sur ces dangers.

Les interactions géographiques du Maghreb

3Avec ses conditions naturelles et humaines, elles sont déterminées du point de vue supérieur par trois sphères :

  1. Par la sphère méditerranéenne qui est liée à l’Europe ;
  2. Par la sphère saharienne qui est liée plus étroitement à l’Afrique aride ;
  3. Par la sphère islamique-arabe qui est rattachée étroitement au Proche-Orient qui s’étend jusqu’en Asie.

4Ses intégrations au point de vue de la géographie physique et de la culture sont décisives dans la structure de tous les pays maghrébins.

5Elles représentent la base de l’espace vital pour environ 30 millions d’hommes dont le nombre s’accroîtra, en 1980 jusqu’aux 50 millions. Le potentiel naturel sera-t-il encore suffisant à cette époque ou sera-t-il détérioré par des destructions comme ce fut le cas à l’époque romaine mais aussi à l’époque récente ? Le but de cette étude n’est que de montrer quelques rapports importants.

1) Les problèmes structuraux géographiques dans les montagnes côtières avec leurs plaines inondables (confrontation Tell : Plaines)

6Tous les pays maghrébins connaissent ces problèmes entre les espaces vitaux, en grande partie traditionnels dans les montagnes côtières, les vallées inondables et les plaines de l’avant-pays, qui sont presque partout cultivées intensément, et auxquelles on ne peut ajouter qu’une étroite mais précieuse bordure le long de la côte. En Tunisie, la plaine de la Medjerda s’oppose aux monts de Kroumirie et des Mogods ; en Algérie ce sont les chaînes telliennes de la frontière tunisienne jusqu’à la frontière marocaine, avec la Kabylie (Djurdjura) d’une part et les plaines d’Annaba, de la Mitidja, du Chéliff et les plaines intérieures dans l’arrière-pays d’Oran d’autre part; dans le Rif marocain il manque des plaines intramontanes, ou, s’il y en a, elles sont très étroites ; ici, cependant, le Prérif avec la plaine du Sebou et le Rharb fait un grand contraste avec la zone des montagnes.

7Quels problèmes se posent dans cette région ? Sans doute les montagnes côtières, qui furent originellement des pays forestiers suffisamment humides, à la lisière méditerranéenne, représentent pour l’alimentation en eau des plaines et des plus grandes vallées avec leur paysage cultivé, à la population dense, parfois plus de 150 habitants au kilomètre carré, des espaces supplémentaires indispensables.

8Cette alimentation en eau ne devrait pas être déréglée dans son système d’écoulement naturel (méditerranéen) de telle façon qu’après les pluies torrentielles qui tombent fréquemment, l’interception entraîne dans le paysage forestier montagneux des catastrophes d’écoulement par une destruction démesurée de la forêt. Les fréquentes inondations ne sont donc plus contrôlables et elles causent de très grands dommages dans le pays humanisé des plaines. Ce procédé de destruction fut continuellement renforcé depuis l’époque romaine : soit que la population sédentaire était repoussée dans les montagnes par la progression des tribus nomades d’origine orientale ou saharienne, soit que, à cause de la domination coloniale du Maghreb (qui s’étendait en particulier dans lesdites plaines par l’extension de la colonisation agraire) une destruction excessive de la forêt était de nouveau déclenchée dans les montagnes par la population repoussée. Etant donné que la transhumance hivernale est souvent arrêtée, l’érosion anormale du sol causait une « catastrophe » dans la superficie tellienne, puisque le potentiel naturel était épuisé. Il est connu que l’élevage trop intensif des chèvres sur une superficie forestière empêche aussi la régénération de la forêt et les dégâts causés augmentent. Des exemples se présentent, en particulier dans le Rif, dans le Tell algérien et dans les Mogods. Quelques mesures ont été prises par l’Etat contre cette situation (par exemple en Tunisie). Par suite de ce mouvement circulaire désordonné de la montagne jusqu’à la plaine, des sédiments du sol furent aussi transportés dans les plaines inondables, où ils sont très utiles ; cependant cela se produisait, et se produit trop souvent, en relation avec de grandes inondations et donc incontrôlables. Pour cette raison les dégâts sont très souvent plus importants que l’augmentation du pouvoir d’utilisation. La possibilité d’utilisation agraire des sols montagneux perd, par cela, de plus en plus en valeur et souvent les pentes ne sont couvertes que par des sols squelettiques (particulièrement dans le calcaire) presque sans avoir d’enrichissement organique (humus). Elles sont devenues complètement infertiles. C’est pourquoi les montagnards ont souvent renforcé leur élevage, ce qui, cependant, a mené à une destruction forestière plus étendue; donc un « circulus vitiosus »!.

9Les leçons que l’on pourrait en tirer ne seraient pas de rétrécir l’espace vital de la population des montagnes mais de réformer l’agriculture, par exemple : versants terrassés, nombreuses petites levées et élevage adapté au terrain. Ces mesures culturelles doivent sans doute être soumises à un contrôle strict. Cela permettra à de nouveaux paysages cultivés plus petits de se former dans les montagnes. De plus grands barrages à l’issue des montagnes, mais aussi dans les vallées, sont nécessaires pour créer de plus grands périmètres irrigués dans les mois arides (dans la région tellienne environ 3-4 mois arides) grâce à une distribution en eau dirigée. Cela se faisait autrefois aussi dans toute la zone du Rif et du Tell, depuis environ l’année 1950, en Algérie à l’époque coloniale, par exemple à l’Oued Laou, à Bou Regreg, à Beth, à Fodda, à Chélif… et à Mellègue ou à Ben Metir. Toutefois quelques grands barrages « représentatifs » n’arrivent pas à résoudre seuls le problème, surtout parce qu’ils n’obtiennent parfois qu’une superficie irriguée limitée, à très grands frais. Ceux-ci obtiennent une production agraire augmentée, qui est souvent exportée ; ils n’obtiennent cependant qu’une amélioration limitée du potentiel naturel qui est partiellement détruit. Des mesures de planification considérables de l’utilisation de l’eau, englobant le bassin fluvial des rivières montagneuses ainsi que les plaines, sont nécessaires.

10Dans cet ordre d’idées, il faut mentionner le reboisement, l’élevage contrôlé et l’amélioration de l’utilisation des terres dans les deux espaces. Le paysage tellien ne doit plus être utilisé d’une manière égoïste, se concentrant sur un groupe (famille, clan, tribu). Les problèmes de l’utilisation du potentiel naturel donné et de ses dégâts, qui datent en partie du temps historique, apparaissent dans tous les pays autour de la Méditerranée, bien entendu avec des différences graduelles. Les pays maghrébins n’ont accès à cette zone côtière que par une petite partie de leur territoire. Ainsi le nord méditerranéen de la Tunisie ne comprend qu’un tiers de la superficie totale ; mais cette partie possède plus de 70 % de la population du pays. Au Maroc par contre, l’élément méditerranéen renforcé par l’importante influence atlantique, s’avance loin vers le sud par les montagnes de l’Atlas (Moyen Atlas et Haut Atlas). Il en résulte de grands avantages pour l’approvisionnement en eau des plaines et des vallées, particulièrement de la zone marginale de la montagne (« Dir »). Cet approvisionnement devient par conséquent très important dans la planification agraire et dans l’utilisation des terres en général. Un certain nombre d’importants périmètres au Maroc, du Sebou au Haouz, en sont la preuve. Les grands systèmes fluviaux (Sebou, Regreg, Oum er-Rbia, Tensift) peuvent même alimenter encore le paysage de Meseta qui est plus aride, c’est-à-dire le long de leurs vallées.

11Quant au Maroc il faut mentionner que l’influence climatique (avec des températures douces l’hiver et un été équilibré) offre de bonnes possibilités de développement, à côté du Rharb ainsi que dans les plaines des Doukkala et Abda, c’est-à-dire sur le rivage de l’océan Atlantique. Ces possibilités de développement manquent largement en Algérie et en Tunisie. En comparaison on pourrait peut-être encore mentionner le paysage humanisé traditionnel du Sahel de la région de Sousse et la région de Sfax avec ses oliveraies. Cependant, dans ce cas il s’agit déjà de différentes conditions. La région de Sfax représente un exemple de la mise en valeur d’un paysage dans lequel les conditions climatiques se trouvent déjà dans le « domaine frontier » pour une production agraire rentable et dans lequel la culture des oliviers demande déjà des techniques très spéciales.

2) Problèmes de la mise en valeur des steppes

12Les steppes du Maghreb dont l’utilisation raisonnable et profitable a fait maintes difficultés depuis l’antiquité, prennent une très grande place entre l’océan Atlantique et la Syrie. Néanmoins la pression démographique exige aussi pour cet espace un développement bien planifié, qui a cependant d’autres conditions que la zone côtière méditerranéenne, en raison du potentiel naturel. A l’origine les steppes n’avaient pas de forêts. Elles étaient principalement les régions herbagères des tribus nomades. Leur terrain marginal situé sur la zone côtière méditerranéenne était souvent un terrain de combat contre les paysans sédentaires, et la fluctuation de la superficie cultivée était considérable dans la région frontière. Le terrain steppique atlantique de la Meseta marocaine est surtout habité, déjà depuis le début du siècle, par des paysans sédentaires, d’autant plus que la superficie faisant transition avec les régions montagneuses était principalement peuplée de sédentaires, en partie dans les vieilles villes (Meknès, Fès, Marrakech). Par contre la région steppique extérieure à l’est de la Moulouya est restée nomade. Il en est de même en ce qui concerne le haut pays des steppes de l’Algérie. Ici c’est surtout la partie sud qui est le territoire de contact nomade et la région herbagère des nomades sahariens. C’est ici que se manifesta récemment un changement lorsque quelques nouvelles colonisations agricoles furent la preuve d’une fixation de la population nomade.

13La Tunisie a fait, depuis l’époque coloniale, de grands efforts pour une nouvelle mise en valeur du haut pays steppique central. Dans cet ordre d’idées elle peut servir d’exemple, puisqu’elle a déjà fait l’expérience d’un développement semblable à l’époque romaine. D’avion, on peut encore voir des exemples des cadastres romains qui furent conservés dans cette région. C’est pourquoi on aime parler de nos jours de la situation géographico-culturelle de l’époque romaine. Il semble cependant qu’une culture de la steppe à la charrue, faite d’une manière trop intensive, entraîne aussi des dangers. A ce sujet il faut rappeler les limites suivantes du potentiel naturel de la zone steppique.

14Du point de vue climatique les steppes sont désavantagées non seulement du fait des 6 à 10 mois arides, et des plus de 150 jours de sécheresse par an, selon Gaussen, mais surtout du fait du haut degré de la variabilité météorologique, en particulier des précipitations, qui peuvent mener assez souvent à des périodes d’aridité ou des grandes inondations. L’inondation catastrophique des mois de septembre/octobre 1969 en Tunisie Centrale, en particulier dans le bassin de Kairouan en est un exemple. En quelques jours, les précipitations atteignirent presque 100 % de plus que la moyenne annuelle. Cela signifie que des quantités de pluie tombant dans un temps très bref endommagent sérieusement; non seulement le réseau routier et les installations, mais aussi la terre cultivée, si l’on ne prend pas des mesures nécessaires. Pour cette raison des systèmes étendus de « banquettes » (« tabia ») étaient érigés dans quelques régions depuis très longtemps. Celles-ci interrompent les ruissellements sur le terrain et forcent l’eau à s’infiltrer dans le sol. On les voit dans le Sahel, au Djebel Orbata et aussi dans la Tunisie du sud (Dahar/Djeffara) ; ici on les appelle « Djussur ». A l’aide de ce système il est possible de mieux contrôler l’influence de l’érosion dans le bassin fluvial, puisqu’un accroissement rapide du ruissellement ne peut s’effectuer.

1) Partie montagneuse de la côte méditerranéenne, prédominance de l’utilisation du sol traditionnel (céréales et élevage).
2) Maroc atlantique, Meseta et Sahel tunisien, prédominance de l’agriculture traditionnelle.
3) Utilisation de l’agriculture traditionnelle, en partie extensive, élevage dans l’Atlas et dans la vallée de Sous.
4) Agriculture extensive et élevage semi nomadique de l’Atlas et de la Steppe.
5) Prédominance de l’agriculture moderne.
6) Zone majeure d’irrigation.
7) Frontière sud de la zone côtière méditerranéenne.
8) Frontières Nord du Sahara.
9) Isohygromene — 1 mois humide (d’après Martonne-Lauer).
10) Isohyete 100 mm.
11) Groupement important d’oasis.
12) Villes de + de 100 000 h.
13) Villes importantes de — de 100 000 h.

15Pour cette raison l’accroissement de l’utilisation du sol ne peut être envisagé si en même temps des systèmes de tabia sont érigés. Les recherches après l’inondation catastrophique de 1969 l’ont montré. Un autre danger se manifeste dans le vaste accroissement de la culture à la charrue dans les steppes centrales. A la suite d’une végétation incomplète et d’une utilisation du sol trop profonde une grande partie du sol devient meuble et est emportée par la déflation étant donné qu’il n’y a pas de précipitations. Ce sont justement les sédiments du sol qui se trouvent en surface qui sont les plus importants pour la nutrition végétale, car les sédiments se trouvant en profondeur sont trop peu effrités. On doit choisir continuellement quelles superficies doivent être cultivées à la charrue. La steppe tunisienne semble révéler de nouveau, depuis peu, des indices de tels dégâts. L’alternative d’un élevage contrôlé devrait être prise en considération. C’est pourquoi il faut particulièrement souligner que les steppes arides centrales seraient plus appropriées à une mise en valeur par un élevage développé, avec des bases d’alimentation, par une culture des plantes fourragères éventuellement irriguée, que par une trop grande extension de la culture à la charrue avec culture des céréales. Ici une planification raisonnable concernant de plus grandes régions est aussi nécessaire.

16Finalement la question de l’alimentation en eau des plus hautes parties du relief du Tell marginal doit aussi être examinée, surtout dans les régions steppiques. Un reboisement de cette région est sûrement important pour une diminution de l’érosion mais d’une autre manière qu’au nord méditerranéen. De bons sols n’existent que rarement dans les montagnes de la région steppique. Les sols squelettiques prédominent. De plus, la « nouvelle » arboriculture restera très éclaircie, même si l’on fait de grands efforts et si l’on emploie beaucoup de main-d’œuvre. Par contre l’effet d’une régulation du bilan hydrologique est très bas, à la différence de la zone côtière. Par conséquent le succès obtenu est souvent, pour la mise en valeur, plus idéal qu’efficace. Des rangées d’arbres pour abriter et pour donner de l’ombre à la bordure des colonies (l’exemple de Gafsa) ne doivent pas être négligées.

17La question de la possibilité de contrôle du ruissellement de surface sera aussi plus importante, étant donné que, justement dans les régions marginales des systèmes montagneux calcaires, beaucoup de calcaire soluble est transporté dans l’avant-pays et, après s’être rapidement évaporé, il laisse des résidus dans les sédiments supérieurs du sol. Au cours de la géologie plus récente, des vastes et dures croûtes calcaires se sont formées en partie, opposant une très grande résistance à la culture. Par l’écoulement des pluies ruisselantes, les couches sédimentaires minces couvrantes qui permettent la culture des céréales sont dégradées et par conséquent les possibilités de culture deviennent plus défarorables. Pour des arboricultures il fallait même (ce qui était déjà le cas à l’époque romaine) faire des trous dans les croûtes calcaires pour être à même de planter des oliviers. De telles régions de croûte calcaire sont connues dans tous les pays maghrébins. Elles sont répandues très loin jusqu’au nord méditerranéen. Leur disparition locale (par exemple sur la péninsule du Cap Bon) exige de grandes dépenses techniques. Elle n’est justifiée que dans les régions d’irrigation.

18Les cultures d’alfa qui sont répandues en Tunisie Centrale dans les hautes plaines, et dans l’est du Maroc représentent un potentiel naturel à l’intérieur des steppes où la pluie tombe suffisamment (200 - 400 millimètres par an). Ici aussi, en raison de l’utilisation démesurée du sol par la population nomade, surtout pendant la première coupe à l’époque coloniale de larges plaines doivent rester très longtemps incultes avant de pouvoir être fauchées de nouveau. Cela pourrait entraîner de grandes difficultés pour une transformation industrielle comme celle qui a démarré à Kasserine (Tunisie) depuis quelques années. Une utilisation raisonnable est donc également nécessaire dans ce domaine.

19Les steppes du Maghreb se révèlent donc comme les lisières de la vaste utilisation du sol. En raison de la grande variabilité annuelle de la limite agraire de la sécheresse (s’il s’agit de 6 - 7 mois arides) la limite de la culture rentable des céréales peut aussi être déplacée loin dans le sud ou dans le nord. Un diagramme concernant la suite des années de sécheresse et des années d’humidité peut l’illustrer.

20Il est donc impossible pour une économie planifiée de compter avec des rendements fixes malgré toutes mesures de précaution. En raison de la variabilité climatique hygrique, l’expansion trop systématique de cette culture des céréales à la charrue peut plutôt mener à des dégâts à long terme, qui durent plus longtemps que les années de sécheresse possibles. Ces relations ont aussi des conséquences sur l’ouverture de la zone steppique au point de vue des colonisations par des sédentaires. Il y a assez d’exemples qui montrent que de telles années catastrophiques entraînent un danger sérieux pour tout le plan d’ouverture. C’est pourquoi l’investissement du capital dans ces domaines doit prendre plus en considération ces « limites du potentiel naturel ». Il doit peser le pour et le contre entre les deux facteurs à l’avance. Certes, cette incertitude concerne aussi l’élevage de cette région ; cependant elle aurait une meilleure possibilité d’équilibre, par une précaution nécessaire et en raison d’une plus grande mobilité, à l’aide des entreprises de transformation de la viande et des peaux. L’Australie pourrait en être l’exemple.

3) Le potentiel naturel limité du désert (Sahara)

21Pour la mise en valeur agraire traditionnelle du Sahara par l’économie d’oasis et par l’élevage nomade, deux sphères de problèmes sont décisives :

22L’approvisionnement en eau et les migrations des nomades entre le Sahara et la steppe. L’aménagement hydraulique a été très amélioré depuis l’époque coloniale, par les techniques d’ouverture de nappes plus profondes. Cela a été très souvent le sujet de l’imagination utopique concernant des possibilités de développement, depuis le livre de Savornin « Meer unter der Sahara » (Mer sous le Sahara), après les premiers forages près de Zelfana. De nos jours nous savons que les eaux souterraines existantes, ne peuvent pas être considérées comme la partie équilibrée du cycle d’eau actuel, mais qu’elles sont le résultat de l’approvisionnement préhistorique pendant des phases climatiques humides. En ouvrant de nouvelles réserves, il est à vérifier qu’il ne s’agit pas d’une exploitation abusive et que des sédiments plus élevés des eaux souterraines ne sont pas abîmés. Une diminution démesurée de l’eau peut entraîner ailleurs, un abaissement des eaux souterraines. Des exemples des oasis du Souf et du Rhir (Touggourt) le confirment : Il fallut renoncer à des oasis, étant donné qu’à l’aide de l’irrigation à la pompe, le niveau hydrostatique a été abaissé trop rapidement. Il faut aussi tenir compte de l’écoulement de l’eau de mer salée qui suivra dans la région côtière. Pensons par exemple aux Syrtes. Il en résulte qu’un contrôle préliminaire de tout l’approvisionnement en eau doit précéder, ce qui n’a pas encore en lieu partout. Les conséquences de la mise en valeur des communications dans la région saharienne ont été l’écroulement du transport du nomadisme (voir l’étude de l’UNESCO de 1963). Quand les possibilités de migrations vers les pâturages dans les steppes, en été, seront arrêtées ou trop limitées, le nomadisme s’écroulera encore plus. Le potentiel de pâturage déjà très limité, resterait ensuite largement non utilisé dans le Sahara. Un mode plus spécial de semi-nomadisme avec un grand rayon constant de migration, représenterait déjà un optimum des possibilités d’utilisation.

23Naturellement le pétrole du Sahara algérien représente un facteur particulier du potentiel naturel, ainsi que les ressources naturelles du Maghreb, qui ne sont pas encore mentionnées dans cet exposé. Les conséquences et les possibilités du pétrole, en ce qui concerne le financement de beaucoup d’autres projets de développement (industrialisation, assainissement des villes, réforme agraire, entre autres), ne peuvent pas êtres traitées ici en détail. Les communautés traditionnelles des oasis profitent de l’ouverture du désert à la circulation. Cependant leur mise en valeur n’est en aucun cas une simple question d’investissement du capital. C’est un fait connu, que les frontières naturelles sont particulièrement étroites pour l’homme dans le désert, surtout s’il s’agit d’un aménagement plus intense avec des possibilités d’utilisation enracinées. Dans le Sahara il n’y a pas trop peu d’hommes, il y en a trop. Mais c’est justement à ce sujet que des imaginations utopiques s’enflamment toujours de nouveau, et présentent leur avis avec enthousiasme.

4) Développement de la population et relation avec le potentiel naturel

24Dans les pays maghrébins, entre 60 % et 70 % de la population active vit encore aujourd’hui de l’économie rurale. Par conséquent la mise en valeur économique agraire doit être considérée en relation directe avec les possibilitées et des limites tracées, par le potentiel naturel et son utilisation planifiée. Il est entendu que, de même, les tendances de développement technique, économico-politiques et sociales, jouent un rôle décisif. Le sol n’est fertile que si l’homme l’utilise fertilement.

25Cependant une limite est bientôt atteinte, même si la mise en valeur est la meilleure possible, et si la population augmente rapidement en même temps. Si l’utilisation du potentiel naturel est mauvaise ou même destructive, cette limite est atteinte beaucoup plus tôt. Quel aspect à cette relation au Maghreb ? Deux questions complexes sont mises au premier plan :

  1. L’explosion de la population atteint au Maghreb un taux d’accroissement de 3 - 3,6 %. Sans une augmentation du produit national brut au moins égale, la situation empirerait continuellement d’une façon relative. Cela veut dire que l’écart avec les pays industriels s’agrandirait aussi de plus en plus. C’est apparemment le cas en ce moment.
  2. Depuis des décennies on peut observer une affluence continuelle de la population active venant des régions steppiques, et des régions surpeuplées des oasis du Sahara et allant dans les régions marginales méditerranéennes, en particulier dans les agglomérations urbaines qui sont très surpeuplées. Le taux d’accroissement moyen des villes est, avec plus de 5 %, encore plus élevé que le taux d’accroissement du pays. Mais nous savons que cette zone de l’océan Atlantique aux Syrtes, montre déjà comparativement dans beaucoup de régions une population dense (voir la carte). De ce point de vue on comprend les plus récents efforts de la Tunisie et récemment aussi, les efforts de quelques régions d’Algérie, pour atteindre une mise en valeur intensifiée jusque dans les régions steppiques, principalement dans le secteur agraire, parfois aussi dans le secteur industriel Kasserine …). Malgré cela les efforts d’emploi de la main-d’œuvre (industrie minière, exploitations de transformation) sont restés limités en certains endroits. De telles mesures ne sont presque pas encore enregistrées, dans le domaine de l’élevage, orienté sur la transformation. Mais la représentation de l’utilisation du potentiel naturel dans le secteur de l’utilisation du sol, par enrichissement de la culture a montré qu’il existe de vraies limites physio-géographiques, par suite de l’importante aridité et en même temps de la variabilité des éléments climatiques. Par conséquent, de mauvais investissements dans ce domaine ne sont pas exclus, bien qu’on ne puisse pas se le permettre.

26La question d’une meilleure mise en valeur de cet espace est posée par l’explosion de la population et par le mouvement de migration, dans les zones marginales. Cela est-il possible ? La relation, traitée au début de ce rapport entre la montagne et les plaines plus intensivement utilisées, a été suivie ici d’un processus essentiel de regroupement, de l’époque coloniale jusqu’à aujourd’hui. Les grandes possessions des colons, justement dans ces plaines, furent éliminées en Tunisie et en Algérie par la nouvelle politique agraire. Le Maroc a pris un autre chemin. Sans doute une plus haute valeur de l’utilisation du sol peut être atteinte par une intensification de l’utilisation du sol, et par une augmentation de la superficie irriguée. Cela est partiellement déjà réalisé. Pourtant la possibilité reste limitée en insérant dans ce processus de travail du secteur agraire, un pourcentage essentiellement plus élevé de gens en recherche de travail (par l’accroissement de la population et par l’immigration des autres régions), étant donné qu’une nouvelle répartition du terrain dans des propriétés plus petites, ne contribue en aucun cas à une augmentation de la production. Quelques nouvelles colonisations (par exemple Habibia, dans la vallée de la Medjerda, entre autres), par des paysans venant d’autres régions sont restées des exceptions. Certes, la production agraire organisée par des coopératives augmente les perspectives de succès, mais elle ne crée pas de possibilités concernant l’accueil des immigrants. L’accueil de la main-d’œuvre dans cette zone méditerranéenne ne peut donc s’effectuer que sous certaines réserves et dans certaines régions, puisque dans les plaines et sur les côtes, une densité de population relativement élevée est déjà à enregistrer ; les régions montagneuses elles-mêmes n’y sont guère appropriées. Cependant elles prennent la plus grande partie de cette zone ! Par conséquent de telles régions de dense population sont souvent marquées par un degré d’émigration temporaire, comme par exemple la région algérienne autour de Tizi Ouzou (Kabylie). Lesdits problèmes se concentrent donc jusqu’à maintenant, plus intensivement dans les villes de la côte, que dans les villes des régions continentales (par exemple Meknès, Fès ou Marrakech) qui sont marquées par une croissance de la population moins importante. Ici la seule solution est de créer des lieux de travail qui pourraient accueillir une grande partie de la main-d’œuvre immigrante. Ici le potentiel naturel offre des possibilités à développer : à côté d’une plus grande sélection, en ce qui concerne les produits agricoles destinés à la transformation, de l’encouragement de l’élevage, de l’accélération de la production végétale et de la production animale destinées à l’industrie textile, les ressources minérales du Maghreb (surtout le phosphate et le pétrole), offrent une base initiale importante. La politique d’industrialisation du Maroc, ainsi que celle de l’Algérie le montrent. Ce ne sont que quelques exemples. Ce sujet ne peut être traité en détail. Pour le géographe, la question des localités favorables en général se pose. Sans doute la zone marginale méditerranéenne bénéficie d’un avantage par la croissance de la population (main-d’œuvre), par la situation en ce qui concerne la circulation, et par l’infrastructure existante. C’est ici que l’on trouvera aussi à l’avenir la zone la plus active du développement. Des pôles de développement à proximité immédiate des centres d’agglomération existants, dans les steppes et aussi dans les oasis, sont sûrement possibles; une zone de développement à plus grand espace n’est guère à réaliser. Toutefois, on ne devrait pas méconnaître que la concentration absolue du développement, dans le secteur agraire et le secteur industriel, dans la zone côtière a aussi des désavantages. La pression constante du mouvement, de la population de la région continentale aux bordures de la côte, continera et sera encore renforcée, et le trop haut pourcentage dans les agglomérations continentales, des jeunes et des vieux qui ne sont pas capables de gagner leur vie, cause de nouveau des problèmes. Mais il est nécessaire de reconnaître que c’est la diversité du potentiel naturel qui est la cause des problèmes dans leur totalité, concernant la différenciation de l’espace avec leur propre dynamique centripète. Dans ce domaine, des améliorations sont possibles; la négligence des limites données mène plutôt à la dégradation de l’espace vital, ce qui ne se manifeste souvent que dans les générations suivantes.

27Le facteur climatique de la biosphère du Maghreb qui exerce une influence désavantageuse sur de vastes parties du pays, peut aussi apporter des avantages économiques, à condition qu’il soit utilisé raisonnablement. Cela concerne par exemple l’ancienne possibilité de récolte d’un bon nombre des marchandises exportées, en comparaison avec des pays européens (avantage du temps au printemps). Cela concerne aussi le grand nombre des touristes qui affluent en Tunisie du Nord, depuis des années, et qui sont importants, puisqu’ils apportent des devises (en Tunisie par exemple : 15 % des recettes de devises en 1968). Bien entendu il faut aussi améliorer continuellement les mesures infrastructurelles pour le tourisme, afin de satisfaire les demandes. Généralement il faut savoir qu’en ce qui concerne de tels processus de développement, les prises de contact humaines et économiques entraînent une assimilation du comportement d’une plus grande partie de couches de la population qu’auparavant.

28Ce développement entraîne nécessairement beaucoup d’obstacles, mais la civilisation occidentale a plus ou moins influencé déjà de grandes parties de la population du Maghreb. Cela a plutôt accentué maints contrastes au Maghreb, même entre la population urbaine et la population rurale.

29Finalement quelques remarques s’imposent en ce qui concerne l’importance du potentiel naturel et son utilisation, en fonction de leur distribution dans les trois pays maghrébins.

30Etant donné que le Maroc, l’Algérie et la Tunisie sont favorisés inégalement dans leur équipement, par des ressources minérales d’une part, et la superficie pour une production agraire productive avec des possibilités prometteuses pour l’exportation d’autre part, un avantage pour tous les pays maghrébins semble être une association économique, qui a été décidée en 1964, mais encore peu réalisée. Justement en vue de la planification future, une vaste coopération des pays maghrébins serait nécessaire, car il faut planifier l’avenir. Dans les pays maghrébins, la communauté historique, les convergences qui se rapportent à l’histoire de la Civilisation, et les souvenirs communs de l’époque coloniale qui ont laissé leurs traces, sont plus importants et plus efficaces que les contradictions politiques actuelles. Tous les pays maghrébins profiteraient d’une harmonisation mutuelle des tendances de développement, qui se font même souvent concurrence dans le secteur primaire de l’économie. Cela concerne en particulier la politique d’investissement qui pose la pierre fondamentale du développement futur. Nous pensons ici particulièrement à une mise en valeur raisonnable et mieux planifiée, ainsi qu’à la protection contre une exploitation hasardeuse du potentiel naturel. En raison de l’accroissement trop rapide de la population, les meilleures chances, peut-être les seules chances, pour l’avenir d’une consolidation des possibilités d’amélioration du niveau de vie, semblent être un « Maghreb Uni ».

Notas finales

* Univestité de Hambourg.

Índice de ilustraciones

URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/114/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 245k
Leyenda 1) Partie montagneuse de la côte méditerranéenne, prédominance de l’utilisation du sol traditionnel (céréales et élevage).2) Maroc atlantique, Meseta et Sahel tunisien, prédominance de l’agriculture traditionnelle.3) Utilisation de l’agriculture traditionnelle, en partie extensive, élevage dans l’Atlas et dans la vallée de Sous.4) Agriculture extensive et élevage semi nomadique de l’Atlas et de la Steppe.5) Prédominance de l’agriculture moderne.6) Zone majeure d’irrigation.7) Frontière sud de la zone côtière méditerranéenne.8) Frontières Nord du Sahara.9) Isohygromene — 1 mois humide (d’après Martonne-Lauer).10) Isohyete 100 mm.11) Groupement important d’oasis.12) Villes de + de 100 000 h.13) Villes importantes de — de 100 000 h.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/114/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 1,4M

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1975

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540