Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

1 – Glossaire

p. 111-152


Texte intégral

A

1AGHANI, pl. aghâniyât. اغا فى— اغانيات

2I, l. 51-52

3Loggia donnant sur la qâʽa, située dans le défoncement :

  • soit d’un îwân (dans notre texte et dans B.N. p. 63),
  • soit de la dûrqâʽa (dans le palais Al-Razzâz). Dans notre texte, le défoncement de l’aghânî est encadré d’un kurdi et couvert d’un pafond peint. La partie de l’aghâni donnant sur la qâʽa est fermée par un panneau de bois, dont le bas est en « ḑarb-khayţ » et le haut en moucharabieh (kharţ).

4De l’aghâni, on a donc vue sur la qâʽa sans être vu ; on accédait à cette loggia soit par un escalier particulier partant de la dûrqâʽa, soit à partir des appartements du premier étage.

5Si l’origine du mot est arabe, son sens (« chants ») signifierait que ces loggias étaient, au moins à l’origine, réservées aux chanteuses1 qui venaient divertir l’assistance de la qâʽa, sans être vues.

Image img01.jpg

Aghânî du Palais Al-Razzâz

6AL-AḨŞIRA (pl. de ḩaşîra) الا حم مة حمرة

7Nattes de roseaux utilisées pour les couvertures entre une couche de briques concassées, mélangées à de la boue, et une couche de boue. Ces nattes tiennent lieu d’isolant.

Β

8BAB باب

9a) Bâb muqanţar (photo 1) باب مقنطر

10– Porte monumentale cintrée : I, l. 17 ; II, l. 19.

11Dans le premier bâtiment : arc de pierres rouges et blanches. Dans le second, la porte est également cintrée et surmontée d’un second arc.

12– Porte cintrée intérieure : I, l. 24 ; II,1. 31.

13b) Bâb murabbaʽ (photo 2, 3) باب مع

14I, l. 34, 36, 62, 63 ; II, l. 52.

15– Porte à linteau droit : le linteau peut être : en plate-bande à soffite surélevée (I, I. 34), ou d’une seule pierre (voir photo 2).

16c) Bâb sir ناب سر

17ΙΙ, l. 32.

18– Porte secondaire : ses dimensions varient selon sa place ; elle peut desservir une pièce (« laţîf », I. 32) ou constituer l’accès secondaire de la maison (« kabîr », I. 59).

19d) Bâb khashab (musammar) ناب خشب نسمر

20muţbaq bil-mismâr al-shaykhûnî

21– Porte de bois recouverte de bandes métalliques fixées par des clous à grosse tête. Faut-il expliquer le terme « shaykhûnî » comme se rapportant à l’émir Shaykhû (m. 755/1354) ?

Image img02.jpg

Photo 1 – Bâb muqanţar : porte extérieure du palais de QAYT BAY (n° 228) donnant sur ḩârat al-mârdânî.
– M : Maşţaba
– R : Rawshan

Image img03.jpg

Photo 2 -Bâb murabba V palais d’al-Razzâz (QAYT BAY n° 235).
1 : ʽatab ʽulwî
2 : atab suflî

Image img04.jpg

Photo 3 – Bâb murabba` : porte extérieure flanquée de deux petites masţabas. Palais al-Razzâz (n° 228, xve siècle).

Image img05.jpg

Photo 4 – Bâb musammar. Maqʽad al- Ghûrî n° 66,909/1503.

22BADHAHANDJI, passage d’aération باذاهج

23I, l. 42 ; II, l. 55.

24Dozy (suppl. I 47) le définit, d’après un exemple tiré des « Mille et Une Nuits », comme un « tuyau semblable à celui d’une cheminée servant de ventilation ».

25Sauvaget (Trésors d’or, p. 179), comme une « gaine de ventilation ménagée dans l’épaisseur d’une muraille ».

26Nos textes le présentent comme une ouverture dans le plafond de la martaba d’un îwân. Les exemples subsistants (voir photo) et les textes le disent fermé par un grillage de métal. On sait par un texte (B.N. p. 70) que cette ouverture pouvait être couverte d’une sorte de toit richement décoré. ʽA. Ibrahim2 cite comme exemple le bâdhâhandj de la mosquée Qarâqudja al-Ḩasanî.

Image img06.jpg

27BA’IKA بائك ة— بايكة

28II, l.25-28, 60-61

29Arcades formées d’arcs de pierre (qanâţir ma ʽqûda bil-ḩadjar) donnant sur le dawwâr et servant d’écurie ; dans ce cas le bas des arcades est fermé par un muret de pierre. Ces arcades sont couvertes d’un plafond « grossier » (ghashîm).

Image img07.jpg

Arcades donnant sur la cour du palais QAYT BAY (n° 228)

30BAKLULIYYA بكلوية

31I, l.71

32Petite coupole renflée soutenue par une « balustrade » de bois (darâbzin) formant ici le haut de la dûrqâʽa du riwâq. Elle devait être construite en petites pièces de bois (technique actuellement connue sous le nom de bughdâdlî, et recouverte de plâtre).Cette appellation serait-elle en lien avec le pot de terre cuite du Fayoum, ayant la même forme, et appelé bukla ?

Image img08.jpg

Faute d’avoir pu retrouver cette forme dans les monuments qui nous restent du xve siècle, nous reproduisons ici cette photo du Bayt Suhaymi (1648) (n° 339).

33AL-BALAŢ AL-KADDAN الب لا

34I, 1. 71

35Pierre de tuf calcaire couvrant les sols et les escaliers.

36BAYAD (voir musabbal) محاض

37BUYUT يوت

38II. l.31.

39Nom générique des rikâbkhânâh, ţashtkhânâh et firâshkhânâh. Cf. Qalqashandî, Şubḩ al-Aʽshâ, IV, 9.

D

40DAKKA دكه

41I, l.55, 69.

42Décor de bois ornant les murs de la dûrqâʽa et spécialement le haut des placards muraux quand ceux-ci existent.

Image img09.jpg

Dakka

43DARABZIN دربزين

44I, l.60, 67 ; II, l.43.

  • Soit véritable balustrade, comme celle du maqʽad dans le second texte,
  • soit assemblage de bois tourné supportant le kushk ou la baklûliya surmontant une dûrqâʽa.

45ḐARB KAHAYŢ ضه خيط

46I, 1. 36,44

47Bois assemblé formant des polygones (ţabaq) à parti d’un cercle tracé à l’aide d’un fil (d’où le nom de ce te technique).

Image img10.jpg

48DARKAH دعاه

49I, l.19, 24, 32 ; II, 20,49.

50Espace suivant immédiatement la porte monumentale d’une maison ou d’une mosquée, au niveau du rez-de-chaussée.

51La darkâh comporte généralement une ou deux maşţaba et une khizâna, chambre réservée au concierge, comme c’est le cas du second texte. Dans le premier, l’absence de maşţaba s’explique par la présence d’une porte importante, flanquée de deux djalsa. Dans les deux cas, la darkâh est couverte d’un plafond naqiyy, mais on connaît aussi des exemples de darkâh découverte (kashfan samâwiyyan : Mayer p. 34). La darkâh est souvent éclairée par une petite fenêtre barreaudée surmontant l’arc de la porte.

52Les accords bâtiment comporte deux darkâh, l’une reliant la rue à la cour, l’autre la cour à un madiâz

53DJIFT (pl. djufût) جفت

54I, l.34.

55Motif décoratif fait de lignes se croisant à intervalles réguliers, et ornant ici l’encadrement d’une porte.

Image img11.jpg
Image img12.jpg

56DIHLIZ, couloir, corridor دهليز

57I, l. 24, 26, 35.

58Cet espace de passage et de liaison entre un élément principal et un élément secondaire est plus ou moins large. Un couloir étroit et long est dit dihlîz mustaţîl.

59Le sol est pavé, soit de pierre, soit de marbre quand il donne sur la qâʽa.

60Il peut être recouvert d’un plafond simple ou d’une voûte de pierre (dihlîz maʽqûd).

61Le dihlîz précédant la qâʽa comporte une mazmala.

62DURQAʽA دور ق اعة دور قاعة عإقية

63I, l. 37, 55, 67, 71, 72 ; II.

64Partie centrale d’un niveau légèrement inférieur par rapport aux îwân, dans une qâʽa, un riwâq ou une ţabaqa.

65Le sol est couvert d’un dallage différent de celui des îwân : généralement de marbre coloré, et parfois agrémenté d’une fontaine (fasqiya).

66Le plafond est nettement plus élevé que celui des îwân : il comporte en son milieu une ouverture surmontée d’une superstructure d’aspect variable :

  • baklûliya (voir ce mot) ;
  • ou dûrqâʽa ʽirâqiyya (II, l. 35, 37, voir photo) : il s’agit sans doute d’une superstructure à couverture plate (par opposition à la baklûliya semi-sphérique ou au kushk de forme conique). Elle est supportée par des stalactites de bois (muqarnaş) ou par des balustrades (darâbzîn) de bois tourné formant huit ou douze fenêtres (cf. B.N. p. 63, 70, 82).
Image img13.jpg

Durqaʽ a ʽIrâqiyya Couvrant la qâʽa du palais al-Razzâz (n° 235).

F

67FASḨA (laţîfa) فح ة لطيفة

68I, l.64.

69Petit espace de distribution, ici couvert d’un plafond, au niveau du riwâq.

70AL-FAŞŞ AL-NAḨIT (al-ḩadjar…) ÇáÝÕ ÇáäÍÊ

71I, l.17 ; II, l. 18, 47.

72Pierre de taille.

73FARISH-KHANAH فرإ شخا ناه

74II, l. 30.

75Salle contiguë au ţasht-khânâh et au rikâb-khânâh, ouvrant sur la cour par une porte cintrée. On y entreposait l’équipement de campagne des mameluks (tentes, tapis, couvertures, etc.). Sur le Firâsh-khânâh du sultan, cf. Qalqashandî, Şubḩ al-A ʽshâ IV, 11.

G

76GHARD لخرب

77I, l.66

78Boue limoneuse utilisée dans la couverture des terrasses.

H

79ḨAŞIL (bi-rasm al-mâ’) (حاصل — ) برسم ا لماء)

80II, l.45.

81Réservoir d’eau ouvrant sur la cour par un arc surbaissé (soutenant ici le maqʽad). Ce réservoir est alimenté par une sâqiya.

Image img14.jpg

Ḩâşil sous le maqʽad du Palais al-Razzâz

I

82IŞŢABL « écurie » اطل

83I, l. 20.

84– Işţabl laţîf. Dans notre texte, il s’agit d’une salle à laquelle on accède au rez-de-chaussée par la darkâh. Ses dimensions sont celles de la ţabaqa. Elle est couverte d’un plafond « grossier » (ghashîm). Son usage reste indéterminé ; il ne semble pas toutefois qu’elle ait pu servir d’écurie.

85IWAN ايوإن

86I, l.21, 37, 38, 43, 46, 50, 51, 53, 58, 67, 68, 69, 70, 72.

87II, l. 37, 53, 55, 56, 57.

88Subdivision de la qâʽa, du riwâq ou de la ţabaqa.

  • Dans la qâʽa on a généralement deux îwân de taille différente (al-îwân al-kabîr, al-îwân al- şaghîr. Voir Qâʽa).
  • Des espaces plus réduits — comme le riwâq et la ţabaqa dans le premier texte — ne comportent qu’un seul îwân. Mais un riwâq important, comme dans le second texte, en comporte deux.
Image img15.jpg

Perspective sur l’IWAN de la QAʽA du Palais al-Razzâz (n° 232)

K

89KHARAZA خرزة

90I, l. 26.

91Dalle en tuf couvrant la margelle du puits.

92KHARAKAH ؛مقام

93II, l.51.

94Terme désignant le travail du bois tourné dont les unités sont relativement grandes. Il s’agit ici d’une mazmala.

Image img16.jpg

95KHIZANA خإلة

96I, l. 30, 50, 65 ; II, l. 55, 56.

97– Khizâna laţîfa réduit attenant à une grande pièce (îwân ou qîţûn).

98II, 1.38, 56.

99– Khizâna nawmiyya chambre à coucher de petites dimensions, attenante à un îwân (riwâq ou qâʽa), d’un espace plus réduit que le mabît.

100KURIDI كريد ى) كإيد ى( بخاتم

101I, l. 41, 43, 63.

102« Kurdi », encadrement de bois peint décorant la séparation de l’îwân et de la dûrqâʽa, ou de la martaba et de l’îwân. Il peut comporter des stalactites (muqarnaş).

103Il est dit khâtam lorsque ses deux parties latérales sont reliées par le haut.

Image img17.jpg

104KUSHK ئى

105I, l. 32.

106Superstructure de bois, montée sur un darâbzîn, éclairant et aérant la dûrqâʽa ou, comme ici le qîţûn.

Image img18.jpg

Kushk surmontant un plafond

107KUTUBIYA « bibliothèque » ئ

108I, l. 40, 42, 51.

109Placard mural donnant sur les martaba de l’îwân ou sur l’îwân directement (dans la qâʽa ou le riwâq). Il est fermé par une porte à deux battants en bois assemblé et incrusté, et il n’est pas entouré de niches.

Image img19.jpg

Kutubiya dans le riwâq du Palais al-Razzâz (ex-QAYT ΒAY)

M

110MAʽAZIL مغازل

111II, l. 64.

112Parties des communs non définies.

113MAʽBARA معرة

114I, l. 34, 49, 51.

115Partie supérieure d’un défoncement :

  • dans le premier cas, elle surmonte la porte de la qâʽa et est ornée de stalactites de pierre ;
  • dans le second cas, elle constitue le bas des aghânî dans les défoncements de l’îwân.
Image img20.jpg

MAʽBARA

116MABIT ميت

117II, l.32, 35, 36.

118Chambre de dimensions variables, attachée, ici, au maqʽad ou au riwâq.

119MADWARA (pl. madâwir)

120I, l. 53.

121Motif géométrique de marbre noir et blanc décorant la marche de l’îwân bordant la dûrqâʽa.

122MADJAZ محاز

123II, l. 50.

124Passage couvert reliant, ici, une porte extérieure à la darkâh précédant la qâʽa principale.

125MAKHZAN محزن

126Réserve pour divers usages :

  • II, l. 21 : attenante à la darkâh, sert de loge au concierge (bi-rasm al-bawwâb)
  • II, l. 50 : attenante à la cuisine, réserve pour le bois de chauffage (bi-rasm al-ḩaţab).

127MAMUNI ما موفى

128I, l. 65.

129Khashab kharţ mâmûnî

130Motifs de bois tourné inclus dans un grillage de bois à lignes horizontales et verticales.

131MAQʽAD مقع

132II, l. 33, 43.

133Le maqʽad décrit dans cet acte correspond en tous points aux trois maqʽad du xve siècle qui subsistent aujourd’hui. On y accède, de la cour, par une porte surmontée d’une petite fenêtre barreaudée, et par un escalier étroit (laţîf).

134Le maqʽad se compose ici de trois arcs soutenus par deux colonnes de granit, d’une balustrade (darâbzîn), et d’un auvent de bois peint.

Image img21.jpg

135MARTABA مهة

136I, l. 28, 39 ; II, l. 55.

137Sorte de banquette construite dans le défoncement d’un îwân.

  • Dans le premier texte, nous avons deux martaba symétriques dans les murs de côté.
  • Dans le second, la martaba est dans le défoncement du mur principal de l’îwân (martaba şadr).

138Le plafond de la martaba est toujours moins élevé que celui de l’îwân. Dans le premier texte, il est décoré de stalactites de bois et encadré d’un kurdi. Pour la décoration des murs, voir Wazara. Il est à noter que, dans les deux textes, un bâdhâhandj s’ouvre sur le plafond d’une des martaba.

139D’autre part, l’espace privé que représente la martaba peut être développé, comme dans le premier texte, par des bibliothèques (kutubiya), ou éclairé par une fenêtre, ou même, comme dans le second texte, continué par une petite chambre (khizâna).

140MAŞNAʽ, réservoir ممع

141Réservoir recevant l’eau de la saqiyya.

142MAŞŢABA مسطبة

143Banquette de pierre, servant de siège :

  • de part et d’autre d’une porte importante : II, l. 19, 48 ;
  • dans la darkâh : II, l. 20-21.

144Il s’agit donc toujours d’un usage extérieur à la maison.

145MATABAKH, cuisine مطخ

146I, l. 24 ; II, l. 27, 50.

147Les données de nos textes sont malheureusement assez succinctes en ce qui concerne les cuisines :

  • le premier texte nous donne une précision architecturale : la cuisine, située au sous-sol, est voûtée de briques et de pierres (maʽqûd bil-ţûb wal-ḩadjar) ;
  • le second bâtiment comporte deux cuisines : l’une consacrée aux mamlouks, située au même étage que les ţibâq ; l’autre, attachée au service de l’émir, semble plus importante, car elle comporte une naşba kawânîn.

148On notera, dans le premier texte, l’existence, à côté de la cuisine, d’une latrine, détail confirmé par d’autres textes (cf. B.N. p. 65, 76 ; Mayer p. 24).

149La cuisine est nécessairement proche de la source d’eau potable : dans le premier cas, elle est précédée par un puits ; dans le second, elle est contiguë au réservoir d’eau (ḩâşil).

150L’existence d’un nombre important de feux (naşba kawânîn) permet de supposer la présence d’un puits d’aération et de lumière (manwar), attesté en d’autres textes (cf. Mayer p. 24 ; waqf de Khâyirbak 919 H., Citadelle 292/44 p. 105).

151MAZARIB NUḨAS منإرأبن حاس

152II, l. 53.

153Tuyaux de cuivre alimentant une fontaine (fasqiya) dans la dûrqâʽa de la qâʽa.

154MAZMALA منمحلة

155I, l. 35 ; II, l. 51.

156Petit défoncement dans un dihlîz ou un madjâz pour entre poser et rafraîchir les jarres d’eau. La mazmala est fermée par un panneau de bois tourné, khashaban kharţan mamûniyan, dans le premier texte ; et kharkâh dans le second. Ce panneau devait naturellement comporter deux vantaux non signalés ici (voir cependant B.N. p. 70 et 79). Un bon exemple de mazmala de cette époque est celle de la mosquée de Qâyt-Bây au désert. (Voir Muşţafa Nadjib).

Image img22.jpg

157MIRHAD, latrines مرحاض

158I, l. 27, 59 ; II, l. 23, 24, 35.

159A chaque partie importante de la demeure (qâʽa, riwaq, communs), sont attachées des latrines. Celles qui avoisinent une pièce luxueuse comportent généralement un siège de bois (kursî mirḩâḑ) et leur sol est pavé de marbre. Ailleurs elles consistent en un simple trou (ḩufra mirḩâḑ). Nos textes ne donnent aucune indication sur la couverture de ces latrines ; mais on sait par ailleurs qu’elles pouvaient être couvertes d’une sorte de coupole, appelée khushkhâsha percée de trous, les uns ouverts, les autres fermés par du verre coloré (cf. B.N. p. 77).

Image img23.jpg

160MUQANŢAR شط

161II, l. 22.

162Arc, servant de porte, sans vantail.

Image img24.jpg

QAYT-BAY (xve siècle) (n° 228)

163MUQARNAŞ مقرص

164I, l. 34, 49 : stalactites de pierre.

165I, l. 41 : al-khashab al-muqarnaş mu ʽarraq = stalactites de bois à pendentifs.

Image img25.jpg

Stalactites de pierre

Image img26.jpg

Stalactites de bois

166MUSABBAL BI-L-BAYAD مسبل بالب لا ط

167= « couvert d’enduit »

168L’analyse des enduits de l’époque a montré qu’ils étaient composés de sable, chaux et paille.

169(Hadjar) MUSHAHHAR حجر نمهر

170II, l. 47.

171Il s’agit sans doute de pierres rouges et blanches alternées, utilisées ici pour la construction d’une grande porte (bawwâba).

172MUSAQQAF= « couvert d’un plafond » سقف

173La plupart des termes utilisés dans nos waqfs pour désigner les techniques de construction et de décoration des plafonds ne sont malheureusement plus connus aujourd’hui. Malgré une longue enquête auprès des charpentiers travaillant aujourd’hui encore selon des techniques anciennes, nous n’avons pas réussi à éclairer la signification de la plupart des termes qui suivent. Dans certains cas, l’explication que nous proposerons reste hypothétique.

1741) musaqqaf ghashîman مسقف غشم

175I, l. 20 ; II, l. 24, 26, 31.

176Plafond constitué de planches ordinaires supportées par des poutres apparentes.

1772) musaqqaf basţan مسقف بمط

178I, l. 19, 60 ; II, l. 36.

179Plafond constitué de simples planches ni travaillées, ni peintes.

1803) musaqqaf naqiyan سفف نقى

181I, l. 19, 23, 36, 65.

182Le naqiy est un bois utilisé à l’époque et dont l’espèce réunit les qualités du cèdre et du pichpin

  • naqiyan ʽatîqan : 11, 1. 20
  • naqiyan madhûn ḩarîriyan : II, l. 49 (le terme ḩarîriyan désigne sans doute une technique de peinture).

1834) musaqqaf sakandariyan مقف سكدريما

184I, l. 45.

185Cf. ʽAbd al-Laţîf Ibrahim, Wathîqat al-Amîr Qarâqudja, p. 226, n. 19.

Image img27.jpg

Musaqqaf sakandâriyan

1865) musaqqaf ḩûd wa fasqiya مثف حوض وفقية

187I, l. 52.

188Plafond comportant vraisemblablement en son centre un motif rappelant une vasque (ḩûd).

1896) musaqqaf lawḩ wa fasqiya مسقف لوح وفسقية

190I, l. 69.

191Il s’agit peut-être d’un plafond de planches assemblées, comportant en son centre un motif en creux semblable à une fontaine (fasqiya).

Image img28.jpg

Musaqqaf lawḩ wa fasqiya

1927) musaqqaf farkh shâmîʽalâ murabbaʽat مسقف فرخ شامى عل ميعات

193I, l. 70.

194ʽAbd al-Laţîf Ibrahim définit les Furûkh shâmî comme les pièces de bois servant a la confection des stalactites des kurdis (op. cit. p. 228, n. 23). Nous pensons qu’il s’agit peut-être d’un plafond de solives apparentes, porté par une frise de stalactites de bois dits actuellement ḩalabî. On retrouve également ces stalactites entre les solives.

Image img29.jpg

Musaqqaf farkh shâmî ʽalâ murabba ʽât

1958) musaqqaf shâmiyan sadâdjan مفش شامى مداج

196II, l. 35.

197Plafond de planches simples, porté par une corniche de stalactites dits actuellement ḩalabî.

Image img30.jpg

Ν

198NADIR ناد

199I, l. 45, 60.

200Décor de bois légèrement en saillie, ornant le grand îwân et la dûrqâʽa de la qâʽa. Pour la dûrqâʽa, il est dit khâtam, c’est-à-dire qu’il en fait le tour.

Image img31.jpg
Image img32.jpg

201NASBA KAWANIN نصبة كوإنين

202II, l. 50.

203Série de kânûn (sorte de fourneau de terre) aménagée dans une construction de briques crues.

Q

204QA A قاعة

205I, l.33 à 61 ; II, l. 42 et 52 à 56.

206Nos deux textes nous présentent un type très classique de qâ a, avec quelques différences de détail. On y accède par un couloir important (dihliz ou madjaz) donnant sur la dûrqâʽa. Dans le premier texte, le nombre des portes (4) est justifié par la place de la qâʽa par rapport à l’ensemble.

207Elle se compose de la dûrqâʽa et de deux îwâns, l’un plus grand que l’autre dans les deux cas.

208Le plafond de la dûrqâʽa est, dans le premier bâtiment, surmonté par une superstructure (v. dûrqâ ʽa ʽ irâqiya). Dans le second, aucune indication n’est donnée sur la couverture de la dûrqâʽa. Aucun élément ne se superpose à l’ensemble de la qâʽa ; les deux îwâns sont couverts par des terrasses et leur hauteur correspond à celle de deux étages, tandis que la dûrqâʽa s’élève largement au- dessus.

209L’espace intérieur de la qâʽa est élargi par une série de défoncements (martaba) ou par des petites pièces annexes (khizâna). Dans le premier bâtiment, plusieurs armoires (kutubiya) s’ouvrent dans l’épaisseur des murs. Une utilisation particulière de l’espace supérieur des martaba est constituée par les aghânî partie intégrante de la qâʽa, mais séparée d’elle par un panneau de bois, et dont l’accès se situe hors de la qâʽa.

210La qâʽa est généralement au rez-de-chaussée, comme dans nos deux textes. Mais il existe aussi un type à peu près identique situé à l’étage : on l’appelle qâʽa muʽallaqa (cf. B.N. p. 79). En ce qui concerne les ouvertures, les deux bâtiments nous fournissent deux exemples différents : le premier largement éclairé par une série de fenêtres, le second aveugle. Quant à l’aération, outre la partie supérieure de la dûrqâʽa, elle est assurée par le bâdhâhandj signalé dans les deux textes. Pour la décoration, on se reportera à l’analyse architecturale des deux textes.

211QAMARIYAT قمنا ت

212I, l. 44, 67.

213Oculi.

214Leur nombre varie selon le nombre des fenêtres au-dessus desquelles ils se trouvent.

Image img33.jpg

215QANAŢIR قاط

216II, l. 27, 61.

217Arcs de pierre formant des arcades (bâ’ika).

218QAŞR قصر

219II, l. 33-34.

220Partie de la demeure réservée à l’émir et aux siens initialement en étage.

221QIŢUN قيطون

222I, l. 28, 31, 57.

223Salle de séjour composée, dans notre texte, d’un şaḩn central et de deux martaba, le tout dallé de marbre et agrémenté d’un shâdrawân. Son mur principal est une façade aux larges ouvertures donnant ici sur la birka. Le qîţûn constitue le niveau le plus bas du bâtiment. Son plafond comporte une superstructure pour l’aération : le kushk. Une khizâna lui est attenante.

224Ce genre de qîţûn semble fréquent à cette époque ; les uns donnent, comme ici, sur une birka (B.N. p. 59 : Birkat al-Azbakiya), les autres sur un jardin (B.N. p. 64 : Khaţţ Bahâʽal-dîn). Dozy signale ce sens de chambre ouvrant sur une pièce d’eau ou sur le Khalidj d’après la traduction des « Mille et Une Nuits » (cf. Suppl. Il 386). Il s’agit donc bien d’un élément de transition entre l’intérieur et l’extérieur.

225Il existe aussi des qîţûn réduits (laţîf) donnant sur des jardins, voûtés et situés sur la qâʽa (cf. B.N. p. 64).

R

226RAFRAF رفرف

227II, l.44.

228Auvent de bois, ici peint (madhûn), prolongeant la façade du maqʽad.

229RADJI ʽI راج

230I, l. 43.

231Fenêtre en retrait.

232RAWSHAN, encorbellement روض

233I, l. 75 ; II, l. 19.

234Encorbellement surplombant généralement la porte principale du bâtiment. Il est supporte par des corbeaux de pierre, ou des poutres de bois, ou les deux à la fois. Mais nos deux textes ne donnent aucune précision à ce sujet. Dans le second bâtiment, le rawshan est dit muḑa ʽʽaf, c’est-à-dire recouvert d’un revêtement de bois.

Image img34.jpg

Rawshan du riwâq du palais al-Razzâz (Secteur QAYT-BAY) (n° 235).

Image img35.jpg

Détail montrant le revêtement de bois de l’encorbellement (Rawshan muḑaʽaf)

235RIḨAB رحاب

236II, l. 40.

237Petite (laţîf) salle de distribution à l’étage du riwâq. Elle est ici couverte d’un plafond de naqiyy, mais peut aussi être découverte (cf. B.N. p. 65).

238RIKAB-KHANAH, sellerie. وبخانام

239II, l. 30.

240Elément contigu à la bâʽika et aux firâsh-khânâh et tâsht-khânâh. Comme ceux-ci, il s’ouvre sur la cour par une porte cintrée. Il contenait le harnachement des chevaux et l’équipement des mamlouks pour monter à cheval. Cf. Qalqashandî, Şubh al-A ʽshâ IV 12.

241RIWAQ رواق

242I, l. 57 ; II, l. 37.

243C’est l’un des espaces dominants de la maison, toujours situé à l’étage et composé d’une dûrqâʽa et d’un ou de deux îwâns. Il se différencie souvent de la qâʽa moins par son aspect général que par l’absence de décorations et d’éléments tels que les aghânî, les fontaines, etc. Certains grands riwâq peuvent même tenir lieu de qâʽa. (Cf. Mayer, p. 23).

244RUKHAM « marbre ». رخام ريم سماق رخام إدى ريم زرزورى

245I, l. 47, 48.

  • Rukhâm samâqî : d’après Dozy (Suppl. I 686), « sorte de marbre rouge ou vert et tacheté ». Porphyrite.
  • Rukhâm baladî : d’après un marbrier contemporain (Sayyed Husayn), il s’agit d’un marbre noir et mat provenant des carrières de Beni Suef (voir photo ci-dessous).
  • Rukhâm zarzûrî : « gris pommelé » d’après Dozy (Suppl. I 585).
Image img36.jpg

Type de dallage de marbre baladî utilisé pour couvrir le sol

S

246SHADRAWAN شادروان

247I, l. 28, 47.

248Complexe de marbre, situé sur le mur aveugle de l’îwân (qâʽa ou qîţûn), comportant en bas un bassin surmonté d’une plaque de marbre inclinée sur laquelle s’écoulait l’eau (conduite par des tuyaux de cuivre, d’après B.N. p. 81). Cette plaque était flanquée de part et d’autre de colonnes de marbre et surmontée d’une décoration (şadr) de stalactites ; ceux-ci pouvaient monter jusqu’au plafond de l’Iwân (cf. photo et B.N. p. 81). Le shâdrawân était un ouvrage très soigné pour lequel on utilisait des types de marbres variés et précieux.

Image img37.jpg

249ŞADR صدر

250I, I. 43 : (bi-) şadr al-Iwân

251II, I. 34 : (bi-) şadr al-qaşr

252II, I. 20 : (bi-) şadral darkâh

253Ce mot n’est pas à proprement parler un terme technique ; il désigne le mur qui attire tout d’abord le regard lorsqu’on entre dans un certain espace (dans le cas de l’Iwân et du qaşr, il est percé de fenêtres).

254ŞAḨN صحن

255I, I. 28 : partie centrale du qîţûn

256I, I. 59 : partie dallée de latrines.

257ŞAWWAN, granit موإن

258I, I. 18, 34 ; II, I. 44.

259Pierre employée, dans le premier texte comme seuil de porte, et dans le second pour les colonnes du maqʽad. Il s’agit sans doute de pierres de réemploi.

260SUFFA صثفة

261I, l. 69 ; II, l. 57.

262Sorte d’étagère de marbre imbriquée dans l’épaisseur du mur et soutenue par une, deux ou trois colonnettes de marbre reposant sur une légère surélévation par rapport au sol. Elle sert à la fois d’ornementation et de meuble pour le riwâq ou la qâʽa.

263SULLAM, escalier مملما

264Sullam ma`qûd

265I, I. 63 ; II, 1. 23, 30, 32. ثمم حعقود

266Escalier dont les paliers reposent sur des voûtes. Il est toujours construit en tuf (al-balâţ al-kaddân).

267– Sullam nuql حلم ئفل

268I, I. 58.

269Escalier sans doute étroit, reliant ici la qâʽa à l’aghânî qui la surplombe.

270– Sullam ţarâbulsî ثم طذبلمبى

271I, I. 61.

272Dans notre texte, il s’agit d’un escalier extérieur conduisant à une porte d’entrée secondaire par l’intermédiaire d’une basta. Mais il peut aussi être intérieur et couvert de tuf (cf. B.N. p. 52). Le terme de ţarâbulsî (= de Tripoli en Syrie) désigne sans doute une technique particulière sur laquelle nous n’avons pas pu recueillir d’indications.

273SHUNA شوبة

274II, l. 62.

275Dépôt pour la paille, contiguë aux écuries. Elle est ici à ciel ouvert (Kashf bi-ghayr saqf).

Τ

276TABAQA طبقة

277I, l. 21, 65 ; II, l. 41, 58.

278Ici, pièce à caractère privé, assez vaste quand elle se compose d’une dûrqâ a et d’un îwân (I, l. 21), ou plus petite et dite alors laţîfa.

279TABAQA, pl. tibâq طإق

280II, l. 23-25.

281Chambre servant de logement aux mameluks.

282TAKHA’IN ثخايم

283II, l. 64.

284Sens non éclairci.

285ŢAQA, pl. ţâqât طاقات— طاقة

286I, l. 22, 67.

287Fenêtre longue et étroite.

288D’après le texte, les ţâqât sont situées sur le mur principal d’un îwân (şadr al-îwân) et donnent sur la rue. Dans l’un des cas, elles sont au nombre de six : trois sur trois.

289TARIKH ( تارع ) نقش ح

290I, l. 44.

291Târîkh naqsh ḩafr : cartouche de bois gravé ornant le haut des fenêtres. On dit actuellement râs târîkh.

Image img38.jpg

292TASHT-KHANAH, lingerie طفتخاناه

293II, I.

294II, l. 29.

295Salle ouvrant sur la cour par une porte cintrée et constituant, avec le firâsh-khânâh et le rikâbkhânâh le rez-de-chaussée des ţibâq. On y lavait et entreposait sans doute le linge des mamlouks. Sur le tasht-khânâh des Sultans mamlouks, cf. Qalqashandî Subh alʽA ʽshâ IV 10-11.

296Al-ŢUB al-ADJURR الطوب ا لآ جر

297Brique cuite.

U

298UTRUFIYA اطروفيه

299I, l. 38, 54.

300Rebord de marbre recouvant la marche de l’Iwân donnant sur la dûrqâʽa, ou la base du tut de marbre (sâq) de la fasqiya.

W

301WADJIHA, façade وا جه و'جم دائرم

302Wâdjiha dâ ïra

303I, l. 17.

304Façade continue.

305WAZARA وزره

306I, l. 39, 59.

307Haute plinthe de marbre décorant soit le bas de la martaba ou le bas de sa partie intérieur, soit la base des murs de latrines.

Ζ

308ZALLAQA ز لا قة

309II, l. 63.

310Plan incliné, permettant aux bêtes d’atteindre le niveau de la sâqiya.

311ZAWAYA زاودة

312I, l. 52.

313Ecoinçons de bois décorant les angles du plafond d’un îwân.

Notes de bas de page

1 Cf. Ibn lyâs, 1975, t. I, p. 593.

2 Wathîqat al-Amîr Akhûr Kabîr Qarâqudja al-Ḩasanî (Le Caire 1961), note 22, p. 228.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.