Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les glaciers à l'épreuve du climat

 | 
Bernard Francou
, 
Christian Vincent

Conclusion

Texte intégral

1Plus nous étudions leurs fluctuations, plus nous nous apercevons que les glaciers n’ont cessé de varier au cours des millénaires et des siècles passés. Dans ce livre, nous avons abordé ces variations à travers des échelles de temps différentes, de plus en plus courtes en nous rapprochant de notre époque, et ce travail à focale variable, comme disent les photographes, nous a permis d’entrer davantage dans le détail de ces fluctuations. Qu’avons-nous vu ?

2La vaste période de l’Holocène (les derniers 10 000 ans) a montré d’importantes oscillations glaciaires. Les recherches récentes indiquent que les glaciers ont été, à plusieurs reprises et pendant de longues périodes, plus réduits qu’ils ne le sont actuellement, au moins dans les Alpes et d’autres massifs documentés. Mis en perspective à cette échelle de temps, le recul des glaciers au cours du XXe siècle, même au rythme des trente dernières années, n’apparaît donc pas exceptionnel. Autrement dit, nous ne sommes pas encore sortis en ce début du XXIe siècle du cadre de la variabilité des fluctuations glaciaires des dix derniers millénaires.

3Cette période de l’Holocène a été rythmée par des avancées et des reculs glaciaires qui traduisent des variations climatiques notables. C’est dans ce contexte de « longue durée » qu’il convient de replacer le Petit Âge Glaciaire. Cette dernière grande crue, qui s’est étendue sur quelques siècles pour se terminer au XIXe siècle ou au début du XXe suivant les régions, apparaît comme l’un des événements froids les plus importants de l’Holocène. Aussi, l’état des glaciers tel qu’il a été observé il y a 100 à 150 ans n’est en aucun cas représentatif de leur « état moyen » au cours des 10 000 dernières années. Des divers marqueurs présents dans les calottes de glace, les sédiments continentaux, océaniques et dans la végétation, il ressort que les températures ont oscillé au cours de l’Holocène selon une amplitude un peu plus forte que celle des derniers siècles, mais guère au-delà. Les origines de ces fluctuations naturelles sont probablement liées aux variations de l’éclairement solaire et aux éruptions volcaniques, les unes et les autres pouvant être modulées par le système climatique en interaction avec la circulation océanique. Beaucoup d’incertitudes entourent encore ces « forçages » et les meilleurs arguments en leur faveur sont représentés par leur coïncidence dans le temps. Ainsi, il est vraisemblable que les basses températures des XIVe et XVIe-XVIIe siècles et certaines avancées glaciaires qui leur sont associées soient reliées à des minimums d’éclairement solaire. Ces variations d’insolation sont certainement amplifiées par d’autres mécanismes, comme la circulation océanique, mais la question reste débattue.

4Quelle a été la tendance exprimée par les glaciers du monde depuis la fin du Petit Âge Glaciaire, en particulier au cours du XXe siècle ?

5Il est incontestable que nous avons assisté depuis 150 ans à un mouvement de repli généralisé. Les moraines attribuées au Petit Âge Glaciaire se retrouvent bien en aval des fronts actuels dans la plupart des massifs montagneux, même si leur datation laisse apparaître une forte hétérogénéité. Les glaciers sont sortis du Petit Âge Glaciaire en ordre dispersé sur une période de temps qui s’échelonne de 1850 à 1930 environ. La déglaciation contemporaine est un mouvement complexe, les disparités régionales ont été fortes, même à l’intérieur d’un continent. Toutefois, il ressort que les divers massifs de la planète ont perdu 30 % à 80 % de leurs surfaces glaciaires du Petit Âge Glaciaire, un chiffre qui exclut, bien entendu, les grandes calottes. Cette perte ne s’est pas manifestée de façon continue, mais avec des sauts et des paliers au cours desquels les glaciers ont abandonné de la masse à un rythme accéléré, puis en ont regagné par la suite sans jamais toutefois retrouver leurs marques du maximum du Petit Âge Glaciaire.

6Ainsi, au cours du XXe siècle, une majorité de glaciers dans le monde ont connu une récession entre la décennie 1930 et le début des années 1950, puis une certaine récupération ou une limitation des pertes après le début des années 1950 jusqu’au début des années 1970. Certains glaciers, comme ceux des Alpes, ont même réalisé des avancées spectaculaires entre 1955 et 1983. Depuis 1976, le déclin touche la grande majorité des glaciers de montagne et il s’est en général amplifié à cause d’une accentuation de l’ablation au cours des années 1990. À l’échelle des 150 dernières années, nous pouvons dire, de façon très schématique, que la tendance des glaciers est conforme à celle de la température mondiale. Mais ce schéma laisse apparaître plusieurs anomalies, dont une de taille : la récession de la plupart des glaciers date du milieu ou de la fin du XIXe siècle suivant les massifs, tandis que le réchauffement n’est visible sur les courbes de températures que dans les premières décennies du XXe siècle.

7De plus, les disparités régionales sont fortes. Elles mettent en jeu le plus souvent les précipitations et leur influence sur le bilan hivernal des glaciers, parfois aussi sur leur bilan d’été. Dans les quelques régions où les bilans de masse ont montré à une date récente une évolution positive (Norvège maritime, Nouvelle-Zélande), les précipitations ont joué un rôle prépondérant. Ainsi, les glaciers maritimes de Scandinavie ont bénéficié depuis quinze ans d’une augmentation des précipitations hivernales, ce qui leur a permis d’effacer une partie des pertes subies depuis le Petit Âge Glaciaire. Cependant, fait important, cette embellie n’a pas empêché l’ablation d’été d’augmenter aussi en Norvège, comme sur la plupart des glaciers du monde.

8D’une façon très générale, les fluctuations des glaciers sont liées au climat. Il est des cas, cependant, où les avancées et reculs n’ont pas une origine climatique, nous en avons donné quelques exemples, notamment dans les Alpes. Hormis ces cas, la « réactivité » des glaciers au climat est forte et la nature de leur réponse est de mieux en mieux connue à mesure que progresse la glaciologie. À l’inverse des stations météorologiques, qui donnent du climat une image éclatée en de multiples grandeurs physiques (températures, précipitations, humidité, flux radiatifs, etc.), les glaciers intègrent et lissent ces variables en les traduisant en bilans de masse et en fluctuations de fronts. Ces données sont accessibles par des mesures simples réalisables sur des glaciers représentatifs. Grâce aux bilans de masse, il est ainsi possible d’avoir une vision globale et synthétique de l’évolution du climat.

9Pour un passé plus lointain, l’interprétation du climat à partir des variations des glaciers est plus compliquée car, en l’absence de données sur les bilans de masse, il faut se replier sur les fluctuations de longueur, qui sont connues par les mesures directes, par les archives et par les moraines, cela sur des échelles de temps séculaires à millénaires. Ces variations de longueur sont une réponse non linéaire des variations de masse du glacier, car elles dépendent de paramètres non climatiques propres à chaque glacier. Cependant, le recours à des modèles d’écoulement plus ou moins sophistiqués permet de reconstituer de façon approximative les variations de masse des glaciers à partir de données de variations de surface ou de longueur. Il est alors possible de remonter aux conditions climatiques passées.

10Cette même méthode est utilisée, à l’inverse, pour simuler le comportement des glaciers dans le futur en utilisant, comme variables d’entrée, les scénarios climatiques prévus par les modèles climatiques. Que pouvons-nous dire, raisonnablement, sur l’avenir des glaciers ?

11En premier lieu, cet avenir dépend du climat qui nous attend !

12Le futur des glaciers peut être envisagé d’abord en supposant un climat constant, celui des trente dernières années. Nous avons vu que les glaciers et les calottes de petite dimension, comme d’autres éléments de la cryosphère, manteaux neigeux, banquises, pergélisols, ont déjà réagi au réchauffement global du XXe siècle en entamant un retrait marqué. De même, beaucoup de glaciers sont en déséquilibre avec les conditions climatiques actuelles, ce qui veut dire que même si le climat n’évoluait plus dans un futur proche, ils continueraient à reculer avant de se stabiliser. Selon leur morphologie (taille, épaisseur, amplitude altimétrique, exposition), ce rééquilibrage prendrait des décennies, voire un siècle. Les petits glaciers privés de zone d’alimentation permanente, en revanche, seront appelés à disparaître beaucoup plus rapidement, les exemples commencent à se multiplier ici et là.

13Si, à présent, nous nous fondons sur les scénarios envisagés par les modèles climatiques, le réchauffement ne devrait pas en rester là et pourrait s’accentuer au cours du siècle. La cause principale en est l’augmentation des gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Plus personne ne doute aujourd’hui que les activités humaines ont changé la composition chimique de l’atmosphère, en y faisant croître de façon extraordinaire les teneurs en gaz carbonique et en méthane, pour ne parler que des gaz à effet de serre d’origine anthropique les plus répandus. Ce constat découle de l’analyse des bulles d’air de la glace extraite en Antarctique ou au Groenland à l’échelle de plusieurs centaines de milliers d’années et des observations atmosphériques réalisées au cours des cinquante dernières années. Ces observations constituent la base des extrapolations qui servent à élaborer les modèles de prévision du climat pour l’avenir.

14Ces prévisions envisagent un réchauffement compris entre 1,5 °C et 6 °C d’ici 2100 selon les modèles utilisés et les émissions des gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Dans l’hypothèse d’un réchauffement dit « modéré » de 2 °C à 3 °C d’ici 2100 (ce qui est déjà considérable), beaucoup de glaciers et de petites calottes devraient se réduire de façon drastique, avec des temps de réponse de l’ordre du siècle. Les petits glaciers comportant des zones d’accumulation réduites pourraient disparaître quant à eux à l’horizon des toutes prochaines décennies. Ce recul dépendrait cependant des massifs et de la sensibilité des glaciers aux variables climatiques. Dans les Alpes, seuls les glaciers comportant une zone d’accumulation au-dessus de 3 500 m pourraient résister à un tel réchauffement, ce qui diminuerait déjà de façon considérable les surfaces englacées. Certains massifs se retrouveraient sans glaciers ou presque, comme en France les massifs des Écrins, de La Vanoise ou les Pyrénées. Même si les précipitations augmentaient, ce qui est tout à fait possible, il faudrait une hausse de l’ordre de 30 % pour compenser un surplus de fonte lié à un réchauffement de 1 °C, aussi est-il très improbable que les précipitations puissent dans le futur compenser un réchauffement supérieur à 1 °C.

15Ainsi, à la question « les glaciers vont-ils disparaître ? », il n’y a pas de réponse unique et valable pour l’ensemble des massifs de la planète !

16Il n’a pas été dans l’objectif de cet ouvrage de discuter les résultats des modèles climatiques qui tentent de caractériser le climat du futur. Nous avons montré que les glaciers avaient déjà fluctué dans des proportions considérables au cours des 10 000 ans passés et même lors du millénaire écoulé, en réponse à des variations climatiques naturelles de faible amplitude. Nous ne pouvons donc que souligner la très forte vulnérabilité des glaciers, exposés aux hausses des températures prévues par les modèles. Selon la plupart des scénarios disponibles actuellement, la température dépasserait le seuil supérieur atteint au cours de l’Holocène et nous sortirions de l’amplitude des oscillations qu’ont connues les glaciers depuis 10 000 ans. Les glaciers de montagne deviendraient résiduels et même absents de bien des massifs de nos jours englacés.

17Concluons en rappelant que les glaciers sont des outils extraordinaires pour évaluer les changements climatiques à l’échelle globale. Ces objets naturels à haute altitude donnent une vue globale de ces changements, loin des influences urbaines. Leur rôle d’indicateurs devrait nous inciter à maintenir de bons réseaux d’observation, voire à étendre ceux qui existent à d’autres massifs peu documentés, en recourant toujours plus à l’assistance des images prises par satellites pour améliorer la couverture spatiale. Connaître l’évolution des glaciers est plus que jamais nécessaire, non seulement pour analyser l’évolution du climat, mais aussi pour prévenir certaines des conséquences que pourrait entraîner leur fusion massive sur l’environnement, en particulier sur le niveau des mers, les ressources en eau, les risques associés aux lacs glaciaires et donc sur l’avenir de nos sociétés. Et puis, quoi de plus convaincant qu’un glacier « qui recule à toute vitesse » pour nous faire prendre conscience des mesures à prendre, collectivement, pour préserver notre environnement ?

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540