Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les glaciers à l'épreuve du climat

 | 
Bernard Francou
, 
Christian Vincent

Partie 2. Le temps du repli (XIXe-XXe siècle)

Chapitre 6. Le recul des glaciers dans le monde au XXe siècle

Texte intégral

À l’échelle du continent européen, les glaciers ont présenté au cours du dernier siècle des évolutions diverses. Mais que dire à l’échelle mondiale ? Nous nous proposons de passer en revue les différents massifs montagneux de la planète sur lesquels des glaciers sont surveillés. Y a-t-il eu une décrue généralisée, ou certaines régions, ici ou là, nous ménagent-elles des surprises ?

1Comme il fallait s’y attendre, les sources d’information ne sont pas homogènes : les données sont parfois denses et continues sur un petit glacier, alors qu’elles peuvent être sporadiques à l’échelle d’un immense massif. Aussi nous sommes-nous résolus à faire des moyennes à l’échelle d’une région, un exercice qui n’est pas toujours justifié au regard de la diversité des cas. Notre objectif est de dresser un panorama global de l’évolution des glaciers de la planète au cours du XXe siècle, une tâche impossible à mener à bien de façon exhaustive, faute d’informations suffisantes sur un grand nombre de massifs glaciaires. Commençons par les territoires bordant le Pacifique, pour passer ensuite à l’Asie et terminer sur la ceinture tropicale.

Alpes néo-zélandaises : des glaciers maritimes en pleine forme

2Dans les Alpes du sud de la Nouvelle-Zélande, entre 42 °S et 45 °S, les sommets s’étagent de 1 800 à 3 000 m. On y dénombre plus de 3 000 glaciers couvrant environ 1 160 km2, avec des quantités de glace estimées à 53 km3. Rassemblé sur cette île, il y a là l’équivalent de la moitié des glaces encore présentes dans nos Alpes européennes. Comme en Norvège, ces montagnes se trouvent sur la trajectoire des vents d’ouest (westerlies), dans une région très humide où les précipitations annuelles sont estimées entre 3 et 10 m d’eau, suivant l’altitude et l’exposition. Comme dans tous les climats maritimes, elles tendent à être distribuées tout au long de l’année, avec cependant un maximum durant le semestre froid.

  • 36 Chinn T., 1996 – New Zeland glacier responses to climate change of the past century. New Zeland Jou (...)

3Les dates auxquelles les glaciers ont atteint leur maximum au Petit Âge Glaciaire s’échelonnent en fonction des temps de réponse et sont peu indicatrices de différences climatiques au niveau régional. La moraine la plus basse du Petit Âge Glaciaire est datée à des âges variant entre 1600, la fin du XVIIIe siècle, le milieu du XIXe siècle et… jusqu’à la fin du XXe. Il semble que le glacier Franz-Josef et le glacier Fox, au nord du mont Cook, aient atteint un maximum au milieu du XVIIIe siècle, comme en Scandinavie. Dès lors, après ce maximum, le recul va être minime pendant tout le XIXe siècle et jusqu’aux premières décennies du XXe. Le recul décisif qui affecte les grands glaciers des Alpes du Sud n’est donc pas visible avant 1930, ce qui est en partie explicable par des temps de réponse très longs et par le fait que beaucoup de langues terminales sont recouvertes de pierres. Quand les glaciers sont plus réactifs, leur recul commence doucement au début du XXe siècle, puis s’accélère dans les années 1950. Il touche d’abord les petits glaciers de cirque, qui laissent presque la moitié de leur surface dans la bataille, alors que les vastes glaciers de vallée sont amputés du quart au tiers de leur surface seulement36.

4Le recul se poursuit jusqu’en 1975 sur le glacier Ivory (0,8 km2), rare glacier avec le glacier Tasman où ont été pratiquées des mesures directes. Sur les autres masses glaciaires, les Néo-Zélandais ont pris l’habitude d’estimer seulement l’altitude de la ligne d’équilibre du glacier. Cela se fait à partir de survols en avion, à date fixe, juste avant la saison d’accumulation, et sur une cinquantaine d’individus. Cette « ligne d’équilibre » est, sur la plupart des glaciers du monde, bien corrélée avec le bilan de masse. Cette méthode offre donc une alternative à la mesure directe du bilan de masse quand les glaciers ne sont pas facilement accessibles. Néanmoins, ce que l’on voit d’avion n’est pas la ligne d’équilibre, qui ne peut être établie avec certitude qu’en mesurant le bilan de masse (c’est l’altitude à laquelle l’ablation équilibre l’accumulation), mais la « limite du névé », c’est-à-dire le contact entre le névé et la glace en surface. Ces deux altitudes ne s’ajustent pas toujours, ce qui constitue parfois une source d’erreur assez importante (voir chap. 7).

5Ces réserves faites, le travail effectué avec régularité depuis 1977 avec cette méthode a permis d’identifier deux périodes de bilans positifs, 1980-1987 et 1991-1997. Les langues du Franz-Josef et du Fox, glaciers aux temps de réponse assez brefs, estimés à 5-7 ans pour le Franz-Josef, commencent à s’épaissir et à avancer lors de la période 1983-1986. L’avancée qui suit est spectaculaire, puisque le Franz-Josef regagne entre 1984 et 2000 1 200 m, soit près de 40 % du terrain qui avait été abandonné depuis 1900 ! Compte tenu du temps de réponse de ce glacier, le changement de signe du bilan de masse est daté de 1976, soit quelques années avant celle mentionnée ci-dessus. Cette année 1976 semble donc être une date clé, car elle marque le début d’une période d’épaississement pour de nombreux glaciers néo-zélandais. En effet, sur les 111 fronts de glaciers observés, en admettant un temps de réponse proportionnel à leur longueur et à leur pente moyenne, le cycle 1976-1977 apparaît comme celui qui met fin à la période des bilans de masse négatifs. Les toutes premières avancées sont attestées en 1978, puis la tendance se généralise en 1983. Cette avancée n’a pu se faire, selon les chercheurs néo-zélandais, que grâce à une descente de la ligne de névé de près de 70 m en vingt ans. Que s’est-il passé ? Pourquoi cette crue tardive, comme en Scandinavie ? La position maritime de ces glaciers peut-elle tout expliquer ?

6Si, comme l’ont fait Hooker et Fitzharris en 1999, on compare les conditions météorologiques entre les deux périodes, 1954-1974, où les glaciers ont en majorité reculé, et 1974-1994, où les bilans de masse ont été en général positifs, les gains relevés au cours de la seconde sont à mettre au compte d’une température plus froide (-0,2 °C) pendant la saison d’ablation, soit de novembre à mars pour l’hémisphère sud ; la saison d’accumulation, soit l’hiver, entre avril et octobre, n’a pas montré de changements de températures. Plus significative cependant est la tendance à l’augmentation des précipitations en toutes saisons : sur des sites très arrosés, on a observé pendant la période d’avancée des glaciers un excédent de près de 700 mm pendant la saison d’ablation et de près de 450 mm pendant la période d’accumulation.

L’Île du Sud, où sont situés les massifs glaciaires de Nouvelle-Zélande. Les glaciers Franz-Josef, Fox et Tasman ainsi que le point culminant, le mont Cook (3 764 m), sont situés dans les Alpes néo-zélandaises et juste au nord des deux lacs les plus visibles de l’image, le Pukaki et le Tekapo

7Là aussi, comme en Scandinavie, l’augmentation des précipitations semble avoir été décisive pour expliquer la crue récente, mais elle survient davantage en été qu’en hiver. Les précipitations d’été sont solides à haute altitude et les fréquentes chutes de neige font diminuer l’ablation grâce à un albédo maintenu à de hautes valeurs. Alors que depuis 1994 les bilans étaient restés en majorité positifs, depuis 1998, en revanche, les bilans négatifs se multiplient. Cela annonce-t-il un renversement de tendance vers des bilans durablement négatifs ? Il est encore trop tôt pour répondre.

8Que dire de cette date rupture de 1976 ? Elle correspond à une évolution régionale liée à la variabilité du Pacifique. En effet, cette date clé se retrouve sur d’autres glaciers et d’autres continents riverains du Pacifique. Nous y reviendrons quand nous reparlerons du climat.

Alaska : un recul des glaciers inquiétant

9Le golfe d’Alaska, par 60° N, en bordure du Pacifique, présente l’une des plus grandes concentrations de glaciers de la planète en dehors des pôles. Il y a là, en débordant un peu sur le Canada, quelque 90 000 km2 de glaciers, soit environ 13 % des surfaces englacées des montagnes de la Terre, l’équivalent de plus de 30 fois les surfaces actuelles des glaciers des Alpes. Beaucoup de ces glaciers sont en position maritime, à l’instar de ceux de Scandinavie et de Nouvelle-Zélande, et reçoivent d’énormes quantités de précipitations. C’est surtout le cas des chaînes bordant le golfe d’Alaska, soit, du nord au sud, les monts Kenai, la partie ouest des monts Chugach, le massif du Saint-Elias et les monts Wrangell, ces derniers ayant une position plus continentale et faisant face au Yukon. De vastes glaciers, plus isolés, parsèment aussi la chaîne d’Alaska à l’intérieur et au nord où se trouve le respectable mont Mac Kinley, dont l’altitude avoisine les 6 200 m (voir carte 3).

Carte 3. L’Amérique du Nord : secteur nord-ouest, avec des massifs et des glaciers ayant fait l’objet d’études plus ou moins continues dans le temps

Carte 3. L’Amérique du Nord : secteur nord-ouest, avec des massifs et des glaciers ayant fait l’objet d’études plus ou moins continues dans le temps

10Les précipitations tombent en toutes saisons, avec un maximum en hiver associé à un enchaînement de dépressions océaniques venant des Aléoutiennes et de régions plus au sud. Les précipitations sont exacerbées par la proximité d’un océan relativement chaud pour cette latitude et d’un puissant effet orographique favorisé par l’orientation de la chaîne dont le relief énergique dresse un obstacle frontal aux flux humides. L’été quant à lui est marqué par des hautes pressions persistantes et un ensoleillement qui contribue à doper l’ablation sur les glaciers à basse altitude, d’autant que, à 60-62° N, les jours commencent à être longs… Bien alimentés par les précipitations solides en hauteur, fortement amputés par une ablation élevée à basse altitude, ces glaciers ont un régime (turnover en anglais) important. La perte de glace au niveau du front de ces glaciers est d’autant plus forte que ces fleuves de glace atteignent souvent l’océan et y vêlent.

Le glacier Malaspina, le plus vaste d’Alaska (3 880 km2), dans la baie Yakutat, au sud-est de l’Alaska. Image Landsat 7 du 31 août 2000 traitée en couleur composite à base d’infrarouge. On note les nombreuses structures de compression dans la partie frontale du glacier et sur les moraines (rouges). Glacier de piémont typique aboutissant à peu de distance de l’océan. Sa largeur est proche de 50 km

11L’histoire de ces glaciers depuis le maximum du PAG et au cours de la première moitié du XXe siècle n’est pas très documentée. Les glaciers maritimes en Alaska et au Canada ont connu un maximum tardif dans les dernières décennies du XIXe siècle (voir chap. 3, p. 62). Le recul semble s’être opéré surtout après les années 1920 et à un rythme soutenu jusqu’au début des années 1950. Après 1960, l’histoire de ces glaciers est mieux connue grâce aux programmes d’observation continue de l’US Geological Survey (USGS). Deux glaciers sont alors observés en permanence en Alaska, le Wolverine, dans les monts Kenai (60° N), et le Gulkana (63° N) ; celui-ci, situé à l’intérieur et à une distance de 900 km du premier, est soumis à un climat de type continental. Même si la série des bilans de masse porte déjà sur une quarantaine d’années (les premiers datent de 1965) et si ces glaciers sont considérés comme représentatifs des territoires d’Alaska, il n’en demeure pas moins qu’extrapoler à toute cette immense région les informations provenant de deux individus seulement est hasardeux. Voyons toutefois ce que donnent les résultats et comment ces glaciers ont évolué au cours de ces dernières décennies.

Forts antagonismes entre l’Alaska et les Rocheuses situées au sud

12Pour donner plus de relief à notre exposé et recadrer cette évolution sur le plan régional, nous avons comparé ces données à celles obtenues sur d’autres glaciers en position maritime et plus continentale, mais se trouvant à plus de 2 500 km au sud vers les 45-50° N, au nord-ouest des États-Unis (État de Washington) et au Canada (provinces d’Alberta et de Colombie britannique). Les bilans cumulés de ces glaciers pour la période 1966-2000 montrent une évolution négative, avec toutefois de sérieuses différences selon les régions (fig. 26). Ces glaciers ont bien perdu de la masse sur ces trente ans, mais pas de façon synchronisée.

Figure 26. Bilans de masse moyens de deux glaciers d’Alaska (Gulkana, Wolverine) et de huit glaciers des Rocheuses, au sens large, avec extension aux chaînes côtières du Pacifique (Blue, Helm, Lemon-Creek, Peyto, Place, Sentinel, South Cascade). Augmentation des pertes au sud dès 1976, alors qu’elle se manifeste plus tard, pendant la décennie 1990, sur les glaciers surveillés d’Alaska. Depuis, les déficits se creusent à un rythme à peu près similaire sur toute l’Amérique du Nord. L’Arctique n’est pas considéré ici

Figure 26. Bilans de masse moyens de deux glaciers d’Alaska (Gulkana, Wolverine) et de huit glaciers des Rocheuses, au sens large, avec extension aux chaînes côtières du Pacifique (Blue, Helm, Lemon-Creek, Peyto, Place, Sentinel, South Cascade). Augmentation des pertes au sud dès 1976, alors qu’elle se manifeste plus tard, pendant la décennie 1990, sur les glaciers surveillés d’Alaska. Depuis, les déficits se creusent à un rythme à peu près similaire sur toute l’Amérique du Nord. L’Arctique n’est pas considéré ici

Sources : US Geological Survey et WGMS

13À voir l’aspect heurté des courbes en présence, ces glaciers n’ont pas connu sur cette période une perte de masse continue, mais au contraire des ruptures marquées qui traduisent des évolutions climatiques irrégulières. Un des changements les plus significatifs s’est produit entre 1976 et 1977, comme en Nouvelle-Zélande, mais dans le sens opposé, et il est particulièrement bien enregistré par les glaciers des Rocheuses. Selon les analyses des chercheurs américains, l’évolution négative de ces glaciers des Rocheuses après 1976 est survenue après une diminution de 25 % des précipitations hivernales dans ces montagnes d’Amérique du Nord.

14À l’inverse, le Wolverine, au fond du golfe d’Alaska, après avoir essuyé une perte importante dans les années 1960-1970, reprend subitement du « poil de la bête » cette même année 1976-1977 grâce à des précipitations hivernales soudain plus copieuses, un avantage qu’il maintient jusqu’en 1988 avant de s’effondrer ensuite. Le Gulkana, en position nord et continentale, recule plus sagement, avec toutefois une accélération nette de son retrait dans la décennie 1990.

15C’est donc un tableau confus que dessinent ces glaciers ! Si l’on avait demandé à un observateur dans les années 1980 de dire si les glaciers d’Amérique du Nord avançaient ou reculaient, il aurait été bien en peine de répondre… En revanche, il aurait eu moins de mal en 1995, car, à cette date, la tendance à la récession s’est généralisée à toute l’Amérique du Nord.

  • 37 Hodge S., Trabant D., Krimmel R., Heinrichs T., March R., Josberger E., 1998 – Climate variations a (...)

16D’après le glaciologue américain S. Hodge et ses collègues de l’US Geological Survey37, les ruptures d’avant 1986-1988 ont surtout été favorisées par des changements brutaux survenus dans les précipitations hivernales (plus ou moins de neige), tandis qu’après cette date, et surtout après 1991-1992, l’augmentation du déficit des glaciers est liée à la très forte ablation d’été. De tels changements brutaux dans l’évolution des bilans de masse (nous ne parlons pas ici de variations de longueur) coïncident forcément avec des modifications rapides du climat. Que s’est-il donc passé ?

17Remarquons tout d’abord que seuls les glaciers maritimes enregistrent des ruptures, ce qui implique qu’ils sont contrôlés par des influences océaniques jouant surtout sur les précipitations, hivernales notamment. Le Gulkana, qui évolue dans un environnement continental, est davantage soumis à des conditions d’ablation estivale, lesquelles sont devenues plus marquées suite à la hausse des températures depuis le milieu des années 1970. Quant à savoir de quoi dépendent les précipitations hivernales qui ont évolué en sens inverse, avant et après 1976, la réponse se trouve dans le Pacifique. Les variations des précipitations au Canada et au nord-ouest des États-Unis (South Cascade) sont en général en opposition de phase avec celles du secteur du golfe d’Alaska. Quand l’Alaska reçoit en hiver une forte entrée d’air maritime humide et tiède en provenance de l’ouest du Pacifique, ses glaciers enregistrent de fortes précipitations nivales. Au même moment, au Canada et au nord-ouest des États-Unis dominent les hautes pressions qui entretiennent des hivers doux et relativement secs. Quand le Sud devient humide et frais, c’est alors au tour de l’Alaska de subir des hivers froids et secs.

18À partir de 1977, les glaciers du Canada et du Nord-Ouest américain ont entamé une série de bilans négatifs. Le glacier Peyto, dans la province d’Alberta (53° N), s’est mis à décliner fortement suite à une diminution de son accumulation hivernale. Au contraire, au même moment, de plus fortes précipitations hivernales sur la côte d’Alaska redressaient le bilan des glaciers. Cela a-t-il été durable ?

19Il est intéressant de constater que ce balancement entre les glaciers des régions d’Alaska et du nord-ouest des États-Unis commence à s’effacer à partir de 1989. Après cette date, quelle que soit leur position géographique, les glaciers évoluent en phase et affichent de fortes pertes sous l’impulsion d’une ablation d’été plus forte, car dopée par la hausse des températures.

Le South Cascade Glacier (État de Washington, États-Unis) respectivement en 1928, 1979 et 2000

20Mais que vaut cette conclusion étayée seulement sur trois glaciers, qui plus est de taille réduite (inférieure à 20 km2), alors que les glaces d’Alaska sont constituées de vastes calottes de plus de 100 km2 déroulant à leur pied de formidables glaciers exutoires pour lesquels les mesures manquent cruellement. « Manquaient », devrait-on corriger, car une nouvelle méthode a permis d’inspecter l’état de santé de près de 70 glaciers, parmi lesquels figurent des colosses. Ce travail vient confirmer les fortes pertes subies par les glaciers d’Alaska.

A-t-on sous-estimé la décrue des glaciers d’Alaska ?

  • 38 Arendt A., Echelmeyer K., Harrison W., Lingle C., Valentine V., 2002 – Rapid wastage of Alaska glac (...)

21Récemment, Anthony Arendt et l’équipe de l’université d’Alaska à Fairbanks38 ont utilisé un altimètre à laser embarqué sur un avion et un mode de positionnement par satellite extrêmement précis (GPS différentiel) pour mesurer les variations d’épaisseur d’un grand nombre de glaciers. Ces glaciers ont été mesurés sur des lignes de vol longitudinales très précises. La hauteur de leur surface est comparée à celle des cartes réalisées par l’US Geological Survey au début des années 1950 et 1970. La première campagne de mesures s’est déroulée au cours des années 1993-1996, la seconde sur un nombre plus réduit de glaciers du même échantillon en 1999. Il y a donc là une source de données précises qui permet de comparer, sur un même échantillon de glaciers représentatifs, – 67 puis 28 répartis sur plus de 1 500 km autour du golfe d’Alaska et plus à l’intérieur – leur évolution sur 30 ans environ. Que disent ces données ?

22Entre la première période, 1950-1995, et la seconde, 1995-1998, 95 % des glaciers mesurés ont perdu en épaisseur, et parfois de façon spectaculaire. Le glacier Columbia, qui vêle dans le golfe d’Alaska, est un cas extrême : il a abandonné près de son front 300 m d’épaisseur au cours de la première période, et 150 m durant les derniers cinq ans ! En moyenne, le taux d’amincissement des glaciers s’est accéléré récemment, passant de 0,7 m/an de glace à 1,8 m, soit une perte plus que multipliée par deux après le milieu des années 1990 !

Le glacier Gulkana, situé au centre de l’Alaska, en 1967 et en 2003

23Cette augmentation, nous l’avons vu, était déjà visible sur les quelques glaciers de petite taille observés au sol, mais les bilans de masse mesurés par cette nouvelle méthode et sur un vaste échantillon sont nettement plus négatifs et excèdent largement les marges d’erreur des mesures de part et d’autre. Sur l’ensemble des glaciers d’Alaska, la perte estimée serait ainsi de 52 ± 15 km3 par an pour la première période, et de 96 ± 35 km3 par an en équivalent-eau pour la seconde. La plus forte diminution de volume est observée sur les glaciers bordant le golfe d’Alaska, donc sur les plus maritimes, et, parmi ces derniers, sur ceux qui vêlent dans la mer. Notons toutefois que les deux périodes sont de longueur différente (45 ans contre 5 ans environ) : autrement dit, si l’on observait dans le futur quelques bilans plus équilibrés – ce que la variabilité interannuelle actuelle peut autoriser –, la perte moyenne baisserait de façon sensible.

24Quoi qu’il en soit, ces chiffres sont élevés, et nul doute qu’avec de pareils taux de fonte la déglaciation actuelle de l’Alaska puisse influer de façon significative sur le niveau des océans. D’après les mêmes chercheurs, cette contribution serait de 0,14 ± 0,04 mm/an pour la première période, passant à 0,27 ± 0,10 mm/an pour la période récente. Ces chiffres sont nettement plus élevés que les estimations antérieures réalisées entre 1961 et 1990, sur la base du seul glacier Wolverine, par Djurgerov et Meier de l’université de Boulder au Colorado. L’étude de l’équipe de l ‘ université de Fairbanks, publiée en 2002 dans la revue Science, confirmerait l’accélération des pertes de glace mesurées sur les quelques glaciers de la région étudiés depuis les années 1988-1990. De plus, en s’appuyant sur des mesures étendues à des surfaces glaciaires beaucoup plus vastes que les précédentes, elle amènerait à réviser à la hausse les déficits estimés pour l’ensemble des glaciers d’Alaska. Nous devons toutefois rester prudent avant d’extrapoler de tels taux de fonte pour l’avenir, car cette tendance a été observée sur une période de temps trop limitée. Que nous réserveront dans le futur ces glaciers, dont la taille et l’importance justifient qu’ils soient désormais suivis à la loupe ?

25Le sud de l’Alaska, avec ses 90 000 km2 de glaciers, partie canadienne comprise, représente déjà un très volumineux « paquet de glace », mais ce n’est pas pour autant tout l’Arctique. Ces glaciers ne comptent que pour le tiers des 275 000 km2 de glaces de surface, calottes pour la plupart, qui recouvrent les vastes territoires, îles et continents, s’étendant au nord du parallèle 60° N. Le Groenland, qui surpasse tout le reste dans l’hémisphère nord avec 1,8 million de km2 de glace, est bien entendu exclu pour le moment de ces comptes. Tout comme la banquise, qui n’appartient pas à la famille des glaciers, et sur laquelle nous reviendrons plus loin.

Territoires circumartiques : des déficits qui se précisent

26Au nord du parallèle 60° N, de nombreuses calottes glaciaires sont éclatées sur des centaines d’îles (fig. 27). Ce sont, dans le Grand Nord canadien, l’île Axel-Heiberg, la terre Ellesmere, la terre de Baffin, l’île de Devon ; au nord de l’Europe, l’Islande, le Svalbard, l’archipel François-Joseph, sans oublier ces îles prises en permanence dans les glaces de l’océan Arctique, aux confins de la Russie et de l’Oural, la Nouvelle-Zemble et la Severnaya Zemlya. Nous écarterons les glaciers scandinaves, déjà visités.

  • 39 Dowdeswell J. et al., 1997 – The mass balance of circum-Arctic glaciers and recent climate change. (...)

27Parsemés sur de vastes territoires maritimes, beaucoup de ces glaciers sont bordés à leur front par la banquise une bonne partie de l’année. Une vingtaine de glaciers sont suivis pour leur bilan de masse par diverses institutions et par des glaciologues méritants aux qualités de trappeurs. Même en incluant les monts Brooks au nord de l’Alaska, cette vingtaine de glaciers se réduit à une petite dizaine si l’on ne considère que les séries de données remontant à plus d’une vingtaine d’années. Cela est très peu au regard de l’immensité du territoire et des inévitables disparités régionales qui doivent y exister, notamment entre les régions subarctiques au sud (Islande, 64° N) et celles, franchement polaires, situées vers le parallèle 80 ° N, comme le nord du Svalbard et l’archipel François-Joseph. Sans trop entrer dans les détails, ces données révèlent au moins deux types de comportements au cours des dernières décennies du XXe siècle39.

28Certains de ces glaciers, cantonnés aux régions maritimes de l’Europe (et parmi lesquels figurent ceux du sud et du centre de la Scandinavie déjà vus) ont essuyé des pertes plus ou moins grandes vers les années 1950-1960, mais ont montré une tendance récente à des bilans équilibrés, voire positifs. Cette tendance est perceptible dès les années 1970 et plus récemment au tout début des années 1990. On peut associer à ces glaciers les vastes calottes d’Islande, comme le Vatnajökull, les glaciers de Nouvelle-Zemble et ceux de l’archipel François-Joseph. En effet, les bilans de ces glaciers jusqu’à une date très récente n’étaient pas déficitaires. Ces glaciers se sont « remplumés » grâce à des bilans d’accumulation hivernaux généreux et à une ablation d’été contenue. Il reste à savoir si cela va durer ou si, comme on commence à l’observer en Scandinavie, un repli va se manifester.

29C’est le cas de l’Islande, dont 10 % de la surface est couverte par les glaciers, qui font partie du paysage. Le plus grand, le Vatnajökull, s’étend sur près de 8 300 km2. Plus de 300 fronts glaciaires sont mesurés chaque année en Islande, souvent par des bénévoles. Ces glaciers ont avancé tout au long des années 1970 et 1980, comme leurs équivalents scandinaves ; cependant, après 1993, beaucoup sont devenus déficitaires, entre autres le Hofsjökull-Est, le Brúarjökull et le Eyjabakkajökull. Le front du Solheimajökull, petit exutoire du vaste Myrdalsjökull, a commencé à céder du terrain en 1997 ; puis, le retrait s’accélérant un peu plus chaque année, il a abandonné en moins de dix ans environ 330 m.

Figure 27. Carte de l’Arctique indiquant la position des glaciers et calottes étudiés. Alaska : Wo (Wolverine), Gu (Gulkana), MC (McCall). Axel Heiberg : Me (Meighen), Wh (White), DI (Devon). Baffin : Decade (De). Islande : Ho (Hofsjökull), Tu (Tungnaarjökull). Norvège : Ni (Nigardsbreen), St (Storbreen). Suède : Sg (Storglaciären). Svalbard : Br (Austre Broeggerbreen), Fi (Finsterwalderbreen), Be (Bertilbreen). Severnaya Zemlya : Va (Vavilov). Oural : Ig (Igan), Ob (Obruchev)

Figure 27. Carte de l’Arctique indiquant la position des glaciers et calottes étudiés. Alaska : Wo (Wolverine), Gu (Gulkana), MC (McCall). Axel Heiberg : Me (Meighen), Wh (White), DI (Devon). Baffin : Decade (De). Islande : Ho (Hofsjökull), Tu (Tungnaarjökull). Norvège : Ni (Nigardsbreen), St (Storbreen). Suède : Sg (Storglaciären). Svalbard : Br (Austre Broeggerbreen), Fi (Finsterwalderbreen), Be (Bertilbreen). Severnaya Zemlya : Va (Vavilov). Oural : Ig (Igan), Ob (Obruchev)

Source : Dowdeswell et al., 1997

30La plupart – environ 80 % – des autres glaciers de l’Arctique affichent une santé précaire, avec une tendance négative qui reste toutefois légère jusqu’en 1995. Le « coup de tabac » observé dans le sud de l’Alaska n’a pas gagné ces territoires, du moins les quelques sites mesurés. Rien n’est toutefois certain, car un glacier comme le McCall dans les monts Brooks (un massif situé au nord de l’Alaska) a montré, au cours de ces dernières années, les signes préoccupants d’une croissance de ses déficits : selon les estimations faites au sol en 1998 par Rabus et Echelmeyer, de l’université d’Alaska à Fairbanks, il perdait annuellement, entre 1969 et 1972, 190 mm d’eau, une valeur qui serait passée à 430 mm entre 1993 et 1996. Il est trop tôt pour parler d’une tendance à une augmentation des pertes, néanmoins, en comparant les cartes levées au cours des périodes 1958-1972 et 1972-1998, les auteurs observent un déficit croissant. Selon eux, la montée récente des pertes est davantage le fait de la montée des températures estivales que d’une baisse des précipitations d’hiver. Ce trait différencie ce glacier du nord de l’Alaska de ceux du sud (les côtiers) que nous avons décrits précédemment et dont le déficit est davantage associé à une baisse des précipitations hivernales.

L’Islande et l’énorme calotte glaciaire du Vatnajökull, qui occupe une surface de 8 300 km2, soit 8 % de la surface de l’île. Sa largeur maximum est proche de 140 km. Nombreux volcans actifs sous la calotte, dont les éruptions déclenchent de gigantesques crues torrentielles, les jökulhlaups.

Figure 28. Bilans de masse moyens cumulés de cinq glaciers surveillés dans l’Arctique canadien (Devon, Drambuie, Meighen, Melville South et White) et de trois glaciers du Svalbard (Austre Broeggerbreen, Midtre Lovénbreen et Finsterwalderbreen). À noter que ces glaciers du Svalbard vêlent majoritairement dans la mer

Figure 28. Bilans de masse moyens cumulés de cinq glaciers surveillés dans l’Arctique canadien (Devon, Drambuie, Meighen, Melville South et White) et de trois glaciers du Svalbard (Austre Broeggerbreen, Midtre Lovénbreen et Finsterwalderbreen). À noter que ces glaciers du Svalbard vêlent majoritairement dans la mer

Source : WGMS

31Ailleurs, dans l’Arctique canadien, en Devon, Baffin, Ellesmere, les pertes de masse restent encore assez faibles et il n’y a pas lieu de parler de débâcle, loin s’en faut : elles sont de l’ordre de 140 mm d’eau par an depuis 1960, avec toutefois une amplification depuis 1976 et surtout depuis la fin des années 1980 (trait fin de la fig. 28).

  • 40 Hagen J., Melvold K., Pinglot F., Dowdeswell J., 2003 – On the net balance of the glaciers and ice (...)

32Au Svalbard, l’équipe de Jon Ove Hagen, d’Oslo, suit depuis les années 1960 l’évolution du bilan de masse d’une douzaine de glaciers, représentant 0,5 % des surfaces glaciaires totales de l’archipel. Le bilan d’ensemble y est régulièrement négatif depuis 30 ans, un déficit qui se chiffre à 400 mm d’eau par an pour les trois glaciers représentés sur la figure 28. Pour l’ensemble des calottes de l’archipel, Hagen et al. (2003)40 ont combiné plusieurs méthodes pour établir un bilan global des calottes de glace : estimation de l’accumulation nette à diverse altitudes en utilisant les niveaux repères de radioactivité artificielle conservés dans la neige – en particulier les pics des explosions nucléaires de 1963 et de l’accident de Tchernobyl en 1986 –, mesures directes de l’ablation estivale et position de l’altitude des lignes d’équilibre à partir des images aériennes. L’intégration de ces observations donne aux auteurs un bilan de masse de - 120 mm d’eau par an, avec une incertitude de 30 mm. Dans le déficit, la part représentée par le vêlage serait élevée mais difficile à quantifier. Avec un tel bilan de masse, le Svalbard contribuerait de 0,01mm/an à l’élévation du niveau des mers.

Pages gauche et droite : paysages glaciaires au Svalbard, formés par les grands courants de glace venus de l’intérieur et vêlant sur la côte

Les Andes du Sud, secteur patagonien. Parmi les massifs enneigés, on distingue bien au nord le Campo de Hielo Norte (en dessous du centre de la photo), avec à l’est le lac General Carrera, ou lac Buenos Aires. Plus au sud s’étend sur 300 km environ le Campo de Hielo Sur, légèrement couvert de nuages sur sa partie est. Ces nuages recouvrent aussi les grands lacs patagoniens (du nord au sud : le lac O’Higgins, le lac Viedma et le lac Argentino)

33Notons donc que, contrairement à l’Alaska, l’extension des observations sur quelques glaciers seulement à de plus vastes surfaces tend ici à minimiser l’estimation de pertes.

34En conclusion, les données sont encore insuffisantes en nombre, mais elles permettent néanmoins de voir que les déficits se sont installés sur les glaciers de l’Arctique au cours de ces dernières décennies : les valeurs des bilans de masse sont encore faibles, mais leur signe ne fait aucun doute.

35Les glaciers des régions situées autour du pôle Nord sont d’une grande importance pour comprendre le changement climatique global, car les territoires arctiques affichent actuellement des températures à la hausse, et la banquise y a déjà subi une réduction considérable (voir chap. 9, p. 198). D’après les modèles climatiques, cette tendance au réchauffement pourrait s’accentuer dans le futur. Aussi la surveillance de ces petites et moyennes calottes de glace des hautes latitudes est-elle primordiale, car si elles commençaient à être malmenées par la fonte, cela constituerait, sans aucun doute, un coup de semonce pour le Groenland, le géant des lieux, dont les masses de glace disponibles sont à une tout autre échelle.

36Nous dirons quelques mots de l’évolution actuelle de cet inlandsis dans les derniers chapitres de ce livre. Pour l’heure, allons voir de l’autre côté des Amériques si les calottes de Patagonie enregistrent la même évolution.

La décroissance des glaciers de Patagonie

L’originalité des champs de glace patagoniens

  • 41 On pourrait y ajouter les étendues de la cordillère de Darwin, à l’extrême sud du Chili (54° S), qu (...)

37Les raisons ne manquent pas pour s’intéresser à ces campos de hielos (« champs de glace ») qui s’étendent entre 46° et 50° de latitude Sud. D’abord, du fait des étendues qu’ils représentent : le Campo de Hielo Norte (47° S), ce sont 4 200 km2 de glaciers, le Campo de Hielo Sur (49-51° S), près de 13 000 km2 ! Cinq fois moins, certes, que les 90 000 km2 d’Alaska, mais cela représente quand même plus de six fois les glaciers des Alpes en extension et bien plus encore en volume41. Ce sont aussi des montagnes englacées qui subissent une forte influence maritime, cravachées presque toute l’année par des vents sauvages soufflant de l’ouest, auxquels elles opposent un obstacle perpendiculaire. Ceux qui sont montés là-haut savent pourquoi les « Quarantièmes » sont « rugissants » ! Des langues aux énormes proportions, cassées dans tous les sens, viennent se perdre dans le bleu de l’océan ou des lacs, un spectacle grandiose, tant côté chilien qu’argentin. Cette masse de glace, la plus étendue de l’hémisphère sud en dehors de l’Antarctique, est dans une position géographique qui n’est pas sans rappeler la Nouvelle-Zélande.

Paysages du Hielo Norte dans le secteur du San Valentin, sur le versant patagonien

Le glacier Brüggen, un des grands émissaires vers l’ouest du Hielo Sur de Patagonie, au Chili. C’est l’un des glaciers ayant connu les avancées les plus significatives depuis 1945, cumulant un total d’une dizaine de kilomètres, ce qui a eu pour effet de donner naissance à un lac de barrage visible au centre de l’image. Ces dernières années, la tendance est à la stabilisation, voire au recul. Le nord est à gauche sur l’image

38En visitant la Norvège, la Nouvelle-Zélande et le golfe d’Alaska, régions montagneuses très océaniques et situées sous des latitudes comparables, nous avons obtenu des diagnostics contradictoires : les pertes de glace récemment enregistrées par l’Alaska s’opposent aux gains observés en beaucoup d’endroits de Norvège et de Nouvelle-Zélande. Alors, qu’en est-il en Patagonie ?

39Les précipitations y sont comparables, pour des raisons semblables, avec des valeurs qui peuvent atteindre 11 m d’eau par an sur les versants les plus exposés à l’ouest, avec toutefois un gradient négatif très marqué vers l’est en direction des plateaux de la Patagonie. L’accumulation en position « sous le vent », en arrière des Andes, descend au-dessous des deux mètres d’eau, et plus à l’est, les « pampas » du sud de l’Argentine aux couleurs fauves sont déjà semi-arides. Les conditions humides qui règnent toute l’année expliquent, avec la rudesse du climat, les basses altitudes atteintes par les lignes d’équilibre glaciaires, en général moins de 2 000 m, ainsi que l’importance des masses de glace situées près du niveau marin. D’où des taux d’ablation très élevés dans les parties basses de ces glaciers et un taux de renouvellement de la glace rapide tenant aussi au fait que beaucoup de ces glaciers se brisent directement dans la mer. Les cas de vêlage sont deux fois plus nombreux qu’en Alaska.

40Les mesures continues des bilans de masse au niveau du sol ont été insignifiantes au cours des dernières décennies, car, en raison des conditions atmosphériques, elles relèvent de l’exploit. Cela explique que les chercheurs chiliens, argentins et japonais qui y mènent des campagnes de terrain ponctuelles se soient souvent appuyés sur des images prises du ciel. En effet, l’extrapolation de ces mesures « discrètes » à l’ensemble des calottes s’avère hasardeuse, surtout quand on sait qu’une majorité de glaciers reculent nettement depuis 50 ans, que certains sont stables, et que d’autres ont même avancé jusqu’à une période récente. C’est le cas en particulier du glacier Pie-XI, le plus long glacier du Campo de Hielo Sur (65 km) qui, selon Andrés Rivera et Gino Casassa, glaciologues à Valdivia, au Chili, a fait un bond de 10 km entre 1945 et 1995 alors que la plupart des glaciers du secteur régressaient. C’est aussi le cas du célébrissime Perito Moreno, en Argentine, dont la conduite erratique n’est pas toujours en relation avec le climat : ses avancées sont connues pour couper en deux un bras du Lago Argentino dans lequel il vêle, provoquant par barrage une montée des eaux en amont suivie au bout d’un certain temps d’une vidange brutale dans la partie aval du lac : on vient de loin pour assister au spectacle… Le glacier Tyndall, dans le massif du Paine, à l’extrémité sud du Campo de Hielo Sur, en revanche, a fortement réduit son épaisseur de glace depuis 1945 et cela à raison de 1,9 m/an entre cette date et 1975, et de 3,3 m/an entre 1985 et 2002. Le glacier Upsala, un colosse qui se jette aussi dans le Lago Argentino à une cinquantaine de kilomètres au nord du Perito Moreno, a aussi fortement diminué : son front perdait en moyenne 3,6 m de hauteur de glace chaque année entre 1968 et 1990, un déficit moyen qui est passé à 11 m/an entre 1990 et 1993. Curieusement, le glacier O’Higgins, dans la partie nord du Campo de Hielo Sur, qui avait perdu 14 km au cours du XXe siècle, battant sans doute tous les records, a vu ces derniers temps son recul diminuer pour des raisons encore mal expliquées.

41Le recul des glaciers semble dominer et s’accélérer depuis peu, mais il est difficile, quand on est confronté à une telle diversité, d’extrapoler un bilan de masse moyen à l’échelle d’une grande calotte, problème déjà rencontré en Alaska. D’où la nécessité de trouver une méthode d’intégration qui permette de contourner la difficulté.

L’apport des mesures satellitaires

  • 42 Rignot E., Rivera A, Casassa G., 2003 – Contribution of the Patagonia icefields of South America to (...)

42L’occasion s’est présentée en 2000 grâce à la «Shuttle Radar Topography Mission» (SRTM), un radar embarqué sur une navette spatiale, qui a fourni la première couverture topographique globale des régions situées entre 60° N et 57° S. Les cartes obtenues par Éric Rignot, du Jet Propulsion Laboratory (California Institute of Technology), et ses collègues chiliens42 sont d’une précision verticale de 7 m et horizontale de 9 m et couvrent l’intégralité des massifs de Patagonie. Ces cartes obtenues à partir d’images satellites sont comparées avec celles des instituts militaires nationaux dressées à l’aide de la photogrammétrie, datées de 1968 en Argentine, et de 1975 et 1995 au Chili. Les précisions verticales varient sur ces cartes dans les limites de 20-50 m. Ces précisions sont médiocres mais les taux d’amincissement des glaciers dans les régions basses, à moins de 1 200 m, dépassent nettement cette marge d’erreur. En revanche, il est difficile de dire si les parties hautes de ces glaciers ont changé, car les variations d’épaisseur sont plus faibles que l’incertitude.

43Les mesures réalisées sur 24 glaciers sur le Campo de Hielo Norte et sur 39 du Campo de Hielo Sur, extrapolées à l’ensemble des calottes respectives, traduisent une perte de volume de glace de 3,2 ± 0,4 km3 /an pour le premier, et de 13,5 ± 0,8 km3/an pour le second, cela pendant la période d’étude allant de 1968-1975 à 2000. Cette perte équivaut à un taux d’amincissement moyen de un mètre plus ou moins 10 centimètres par an pour l’ensemble des « Hielos ». Mais la diminution du Campo de Hielo Sur, la calotte de loin la plus étendue, est plus forte de 25 %. Fait intéressant, sur les quelques parties des calottes où l’on dispose d’une cartographie intermédiaire datant de 1995, on observe une augmentation très nette du taux d’amincissement des glaciers au cours des années récentes 1995-2000 par rapport à la période antérieure. Quelles sont les raisons qui expliquent l’amincissement des grandes calottes patagoniennes ?

44La plus grande partie de cette réduction d’épaisseur est due à un bilan de masse négatif sur l’ensemble des calottes. C’est donc le climat qui a stimulé la fonte des glaces. Rignot et les chercheurs chiliens, dans cette même étude, mettent en relation cette évolution avec une augmentation de la température. Elle est plus forte au sud qu’au nord, donc sur le Campo de Hielo Sur, où elle se combine à une diminution des précipitations : sur cette calotte, la température aurait augmenté au cours des 25 dernières années de 0,3 °C à l’altitude de la ligne d’équilibre, ce qui impliquerait une élévation de 50 m de cette dernière et une augmentation de l’ablation moyenne d’un mètre par an en dessous de cette ligne. Avec la diminution des précipitations estimée à 0,38 m/an à plus haute altitude, sur les zones d’accumulation, ces auteurs estiment un déficit de 0,6 m par an entre 1975 et 2000.

45Jusqu’à maintenant, tout va bien (pour le calcul, mais bien entendu pas pour les glaciers !). Cependant, sur le Campo de Hielo Sur, cette valeur calculée correspond à la moitié de celle qui est observée. Si ces estimations sont exactes, où est donc passée la glace manquante ? Rignot et ses collègues avancent une autre possibilité, mais jusqu’à présent non vérifiée par des mesures au sol. De quoi s’agit-il ?

Carte 4. L’Asie centrale, entre les Tien Shan et l’Himalaya. Seuls figurent les glaciers dont les séries de données sont les plus connues, à l’exception du Chhota Shigri, dont l’étude est très récente

Carte 4. L’Asie centrale, entre les Tien Shan et l’Himalaya. Seuls figurent les glaciers dont les séries de données sont les plus connues, à l’exception du Chhota Shigri, dont l’étude est très récente

Un rôle de la dynamique dans l’amincissement des glaciers de Patagonie ?

46Une bonne partie de l’amincissement des calottes serait due à la dynamique des glaciers qui transportent cette glace vers le bas, les plus importants, comme nous l’avons dit, vêlant dans l’océan ou dans des lacs. Ces glaciers fondent plus vite et provoquent une augmentation de la quantité d’eau présente sur leur lit rocheux, ce qui augmente leur vitesse de glissement : non seulement l’eau lubrifie le lit rocheux sur lequel s’écoule la glace, mais, surtout, elle contribue à augmenter la pression hydrostatique sous le glacier, si bien que celui-ci tend à flotter sur son lit. Le vêlage accentue ce mouvement, car la fonte au niveau du front est accélérée et le glacier avance sur l’eau sans résistance. Les chercheurs soupçonnent donc qu’une partie importante de l’amincissement constaté sur les glaciers provient d’un mouvement d’étirement de la glace du haut vers le bas par suite de l’augmentation des vitesses d’écoulement. Cette réduction d’épaisseur relèverait donc en partie de la dynamique d’ensemble des glaciers. Même si ces conclusions sur le rôle de la dynamique restent, malgré tout, fragiles en l’absence d’observations de l’écoulement, ce dont on peut être sûr, en revanche, c’est que l’évolution climatique actuelle est bien à l’origine de l’accentuation de la fonte des « Hielos » de Patagonie et de leur déséquilibre.

47Ainsi, les glaciers patagoniens auraient apporté ces dernières années une contribution importante à l’élévation du niveau des océans : elle serait de 9 % contre 30 % pour les glaciers d’Alaska (sur un total de la contribution des glaciers de montagne égal à 100), ce qui est encore plus significatif quand on sait que leur extension est plus de cinq fois moindre que celle des glaciers d’Alaska. Ces études récentes sur les glaciers d’Alaska et de Patagonie sont d’un grand intérêt, car elles concernent des masses de glace très importantes. Elles tendent à montrer une assez nette accélération des reculs depuis 10 à 30 ans. En toute rigueur, même si cette évolution est préoccupante, il est difficile de conclure que ces massifs sont engagés dans un processus de déglaciation exceptionnelle et encore moins que celui-ci est appelé à se poursuivre et à s’amplifier. Pour cela, il faudrait connaître l’ampleur de ces fluctuations depuis un siècle et plus, ce qui n’est pas le cas. Par ailleurs, l’accélération du processus est trop récente et l’on manque encore de recul pour établir sa portée sur la durée. Contentons-nous de dire qu’avec les taux de recul actuels, ces massifs pourraient prendre une place significative parmi les facteurs qui contrôlent l’augmentation du niveau des océans.

Le recul récent des glaciers d’Asie centrale et de l’ensemble Himalaya-Tibet

48Les montagnes d’Asie centrale, Tibet, Himalaya et Karakorum inclus, comprennent de grandes masses de glace de surface éparpillées sur 20° de latitude, en gros entre 28°-50° N. Mises bout à bout, elles représentent une part importante des glaciers de montagne de la Terre, en dehors des calottes polaires, soit un total de près de 115 000 km2, soit encore 27 % environ des massifs glaciaires de montagne. Nous avons pris soin d’énumérer ces montagnes dans le tableau ci-dessous, car un bon nombre sont peu connues, à l’exception de l’Himalaya et du Karakorum, qui représentent à eux deux plus de 40 % de l’ensemble des glaciers asiatiques, soit 50 000 km2 environ. Peu de séries de mesures continues existent, seuls une vingtaine de sites ont fourni jusqu’à une date récente des données de bilans de masse au sol, les plus longues ayant été recueillies dans les Tien Shan.

Tableau 4. Principales surfaces englacées d’Asie centrale en 1990, avec inclus, l’ensemble Himalaya-Karakorum-Tibet

Massifs d’Asie central

Surfaces glacières en km2

Himalaya

33 050

Karakorum

16 600

Tien Shan

15 420

Kunlun

12 260

Pamir

12 250

Nianqingtangla

7 540

Qiantang

3 360

Hindukush

3 200

Hinduradsh

2 700

Tanggula

2 210

Qilian

1 970

Gandisi

1 620

Hengduan

1 620

Dzhungarskiiy Alatau

1 000

Total

114 800

Source : Dyurgerov et Meier, 1997 – Mass balance of mountain and subpolar glaciers : a new global assessment for 1961-1990. Artic and Alpine Research, 29 (4)

Tien Shan, les glaciers les mieux observés d’Asie

49Ce massif situé à 42° N, aux mensurations impressionnantes – 2 000 km de l’est à l’ouest et 400 à 250 km du nord au sud – est l’un des plus continentaux qui soient. Après les glaciers maritimes visités au cours de notre voyage, le contraste ne pouvait pas être plus fort, car le premier océan est ici à plusieurs milliers de kilomètres. De beaux programmes de suivi de ces glaciers ont été menés aux temps de l’URSS, avec mesures des bilans de masse au sol et des stations météorologiques d’altitude. Malheureusement, les nouvelles républiques, Kirghizistan et Kazakhstan, n’ont pas toujours repris le flambeau. S’ajoutent à cela des troubles politiques qui ont eu raison de l’une des plus belles séries de bilans de masse jamais mesurés, celle du grand glacier Abramov, dans le Pamir. Côté chinois (Xinjiang), trois glaciers, dont le glacier Urumqi-He, à l’est de la chaîne, fournissent des données régulières. Les pays se partageant la chaîne ne peuvent négliger l’importance économique des glaciers, qui exportent leurs eaux vers de vastes périmètres irrigués situés en domaine aride, les Tien Shan étant connus pour être le château d’eau de multiples régions, parmi lesquelles au sud l’immense Taklamakan, le second désert de sable de la planète en superficie.

50Les données existantes, au nord comme au sud, font état depuis le milieu des années 1950 jusqu’aux années 1970 soit d’une certaine stabilité des glaciers, soit d’un lent déficit cumulé. Mais après cette date, les bilans s’effondrent. Cette rupture de 1975-1977, que l’on voit bien marquée sur la figure 29, ne peut être imputable qu’à un changement climatique durable à l’échelle régionale.

Chaînes d’Asie centrale avec, à l’extrême nord, une partie du massif de l’Altaï, au centre, les Tien Shan, avec le lac Issyk Koul, en bleu foncé. En forme d’amande, d’axe sud-ouest-nordest, on distingue le bassin désertique du Taklamakan, dans le Xinjiang chinois, bordé au sud par la vaste chaîne de Kunlun. Cette chaîne est elle-même bordée à l’ouest par la grande masse montagneuse du Pamir-Alaï, et à l’est, par le début des Qilian Shan. La couverture neigeuse souligne les parties les plus élevées des chaînes d’Asie centrale. À titre d’échelle, précisons que le Taklamakan du nord au sud fait environ 600 km (voir carte 4 p. 128)

Sur cette image satellite où une couche de neige souligne les plus hauts massifs, on distingue au nord le vaste plateau tibétain, d’où émergent, à l’extrême nord, sous une couverture de nuages diffus, les monts Tanggula et les reliefs qui abritent les sources du Yangtsé. La chaîne himalayenne commence au sud de la coupure hydrographique est-ouest du Brahmapoutre, bien visible un peu en dessous du centre. Sur la chaîne himalayenne, de l’est vers l’ouest, se succèdent le Bouthan, le Sikkim (l’échancrure sans neige) et le Népal (coupé de sa partie occidentale), avec la région de l’Everest (Khumbu Himal) qui apparaît très blanche. La distance est-ouest couverte par cette image est proche de 1 200 km

Le glacier Abramov, dans les monts Alaï (Pamir, Kirghizistan)

Figure 29. Bilans de masse moyens cumulés de quatorze glaciers suivis de la chaîne Tien-Shan/Dhungariya (Golubin, Igly, Tuyuksu, Kara Batkak, Kosmodemya, Manetovoy, Mayakovsko, Molodezhmiy, Partizan, Shumskiy, Tsentralniy, Tuyuksuyskiy, Urumqi-He S n° 1, Urumqihe E. B). À titre de comparaison, nous avons rajouté l’Abramov, le seul glacier suivi au Pamir, mais dont l’étude a été interrompue il y a quelques années

Figure 29. Bilans de masse moyens cumulés de quatorze glaciers suivis de la chaîne Tien-Shan/Dhungariya (Golubin, Igly, Tuyuksu, Kara Batkak, Kosmodemya, Manetovoy, Mayakovsko, Molodezhmiy, Partizan, Shumskiy, Tsentralniy, Tuyuksuyskiy, Urumqi-He S n° 1, Urumqihe E. B). À titre de comparaison, nous avons rajouté l’Abramov, le seul glacier suivi au Pamir, mais dont l’étude a été interrompue il y a quelques années

Source : WGMS

  • 43 Khromova T., Dyurgerov M., Barry R., 2003 – Late-twentieth century changes in glacier extent in the (...)

51Afin d’avoir une estimation globale de l’évolution des surfaces englacées de cette région, les chercheurs d’une équipe russo-américaine Khromova, Dyurgerov et Barry43 ont utilisé en 2003 une image satellite du programme Aster (Advanced Spaceborne Thermal Emission and Reflection Radiometer) datant de 2001 comme source d’information. Ils ont porté leurs efforts sur une zone intérieure des Tien Shan, les monts Ak-shirak, situés par 43° N et 75° E et comportant plus de 150 glaciers qui cumulent une surface de 436 km2. Les sommets dépassent les 5 000 m, l’un deux, le Pobedy, se hisse à 7 439 m. Le climat est sec, et près de 60 % des 300 mm de lame d’eau annuelle tombent de juin à septembre, donc durant l’été. Ces glaciers sont donc « à accumulation d’été », contrairement à ceux que nous avons passés en revue jusqu’à présent et qui s’alimentaient surtout en hiver. La principale conséquence de ce régime est que les variations des précipitations interviennent à la fois au niveau de l’accumulation à haute altitude et dans l’ablation à basse altitude : en effet, moins de chutes de neige en bas, cela veut dire un manteau neigeux moins durable au sol et une quantité beaucoup plus forte d’énergie de rayonnement absorbée par le glacier, à un moment de l’année où celle-ci est maximale. Au niveau des fronts, la température moyenne journalière varie selon les saisons entre - 11 °C et + 4 °C.

52Les images satellitaires ont été comparées aux relevés topographiques effectués par photogrammétrie en 1943 et en 1977, le tout donnant accès à plus d’un demi-siècle d’informations. Il s’agit là d’une base de données idéale pour estimer l’ampleur de la décrue glaciaire au cours des dernières décennies. Que voit-on ?

53Entre 1943 et 1977, les glaciers ont connu une perte inférieure à 5 %, ce qui est cohérent avec les observations au sol évoquées plus haut. En revanche, entre 1977 et l’image Aster de 2001, les surfaces glaciaires se sont effondrées : une diminution de 26 % en moyenne, pouvant atteindre dans certains secteurs 36 %, voire 40 %. Les volumes de glace disparus, qui ne peuvent pas être calculés à partir d’Aster, sont sans doute encore plus importants. Cette vue du ciel permet de se rendre compte qu’il s’est non seulement produit une diminution des surfaces glaciaires, mais que le paysage glaciaire a été profondément bouleversé : les îlots rocheux au milieu de la glace se sont multipliés ou se sont étendus, de nombreux petits glaciers ont disparu et de nouveaux ont fait leur apparition par suite de la fragmentation des surfaces englacées en de nombreux rameaux isolés. Comment en est-on arrivé là ? Que s’est-il passé pendant ces vingt-quatre ans ?

54D’après la même équipe, une telle érosion des glaciers en si peu de temps est liée à une baisse des précipitations depuis 1977. Les stations météorologiques locales indiquent aussi qu’à partir de cette date, les températures d’été ont davantage augmenté qu’auparavant. Ces deux paramètres se sont combinés pour faire monter l’ablation en flèche : la baisse de la fréquence des précipitations en été, l’augmentation des températures dans la partie basse des glaciers qui fait une part plus belle aux précipitations liquides, tout cela se conjugue pour faire baisser durablement l’albédo des surfaces glaciaires. En conséquence, les glaciers ont absorbé beaucoup plus d’énergie pendant ces mois d’été. À l’inverse de ce qui se produit dans de nombreux milieux de haute montagne dans le monde, ce sont les températures d’été qui se sont élevées davantage que celles d’hiver, ce qui est sans doute une conséquence de la diminution de la nébulosité et va de pair avec la baisse des précipitations. Dans une carotte de glace extraite par l’équipe de L. G. Thompson, de l’université de l’Ohio, sur le glacier Grigoriev, quelques kilomètres au nord des monts Ak-shirak, cette hausse récente des températures serait bien observable. Ce diagnostic est-il confirmé du côté chinois des Tien Shan ?

  • 44 Cao M. S., 1998 – Detection of abrupt changes in glacier mass balance in the Tien Shan mountains. J (...)

55Sur le côté est des Tien Shan, la récession glaciaire paraît être du même ordre. M. S. Cao44, de l’Institut de glaciologie de Lanzhou au Tibet, a mis en évidence dans les bilans de masse des glaciers de ce versant la même rupture de 1976. Après cette date, les déficits augmentent pour la même raison, la montée en flèche de l’ablation d’été (voir fig. 29). Des étés nettement plus chauds et ensoleillés, et des précipitations annuelles en baisse, tout cela va dans le même sens et accentue la récession.

56Il faut noter une fois de plus cette date cruciale de 1976, qui semble s’incruster sur les séries de bilans de beaucoup de glaciers de la planète comme celle d’un changement brutal, nous l’avons déjà rencontrée sur les bords du Pacifique.

Que sait-on des glaciers de l’Himalaya et du Tibet ?

57Transition vers les latitudes tropicales, mais avec une glaciation digne des latitudes moyennes, l’Himalaya, si l’on y ajoute le Karakorum et le plateau tibétain, comprend plus de 50 000 km2 de glaciers, soit plus de 20 fois les glaciers alpins. Malheureusement, c’est un territoire pour lequel l’on dispose de bien peu d’informations. Rien ne justifie que les glaciers de cet ensemble de massifs aient été délaissés par les scientifiques. N’ont-ils pas un rôle dans l’alimentation de ce colossal château d’eau dont bénéficie plus d’un milliard d’êtres humains dans plusieurs directions, sous-continent Indien, Chine, Xinjiang et Asie centrale, grâce à une pléiade de grands fleuves qui prennent leur source à leur pied : Gange, Indus, Brahma-poutre, Salween, Mékong, Yangtzé, Huang Ho, pour ne citer que les plus connus ? N’y a-t-il pas là de magnifiques langues glaciaires, dont certaines dépassent 50 km de long, qui ont attiré de tout temps les explorateurs et les expéditions ? Et puis, nous savons que les hautes cimes couvertes de glace ont, dans les pratiques culturelles des populations qui habitent à leur pied, un rôle symbolique tout particulier, car on vient de loin pour boire les eaux sacrées du glacier de Gangotri ou des autres sources du Gange, ou arpenter avec ferveur les pentes du mont Kailash ; ou encore se consacrer à la méditation dans les monastères à la vue des neiges du Sagarmatha (Everest) et du Kanchen-junga. Plus récemment, le recul rapide des glaces a créé de gros soucis dans certaines vallées, au Népal et au Bouthan en particulier, avec des lacs de barrages morainiques qui n’en finissent pas de croître et qui font planer sur les populations qui vivent en aval un risque chaque jour accru. Qu’arriverait-il si ces lacs se vidaient brutalement ?

58L’accessibilité médiocre de ces glaciers et des situations politiques compliquées dans les pays qui se partagent ce territoire (Chine, Pakistan, Inde, Bouthan et Népal) et des frontières incertaines (Cachemire, Tibet) sont pour beaucoup dans ce manque d’observations. Mais les glaciers eux-mêmes sont parfois peu propices à des mesures au sol suivies. Ainsi, dans l’Himalaya indien, du côté de l’Himachal Pradesh, quand nous cherchions en 2001 à instrumenter un glacier pour un programme d’observation à long terme, c’est avec une relative difficulté que nous avons trouvé le Chhota Shigri, un glacier pas trop loin d’une route carrossable, pas trop grand, pas trop long, avec une zone d’accumulation accessible et une zone d’ablation pas trop recouverte de débris morainiques. « L’oiseau rare », en somme…

Le massif de l’Everest, vu du Kala Patar, avec le glacier de Khumbu au premier plan

59Le problème en Himalaya est en effet de trouver des langues d’ablation non couvertes de blocs, car nous avons déjà noté les inconvénients de ces « glaciers noirs » : une perte de sensibilité aux variations climatiques à l’échelle décennale. L’imagerie satellitaire deviendra, dans le futur, un outil de plus en plus indispensable pour suivre l’évolution de tels glaciers, notamment des plus grands. Cependant, ici comme ailleurs, elle ne remplacera pas totalement les observations au sol et restera muette sur les états successifs de ces glaciers au cours du siècle écoulé, les premières images Landsat ne remontant pas au-delà des années 1970.

Népal : une information éclatée, avec un signal de décrue assez net

  • 45 Les données qui sont présentées ici nous ont été aimablement fournies par Yutaka Ageta, de l’univer (...)

60Au Népal, les glaciologues japonais ont su relever le défi en recueillant les observations glacio-hydrologiques les plus suivies depuis une trentaine d’années. Que peut-on dire sur la base de leurs études45 ?

  • 46 Kadota T., Fijita K., Seko K., Kayastha R. B. Ageta Y., 1997 – Monitoring and prediction of shrinka (...)
  • 47 Fujita K., Nakawo M., Fujii Y., Paudyal P., 1997 – Changes in glaciers in Hidden Valley, Mukut Hima (...)

61Le maximum du PAG se situerait à la fin du XIXe siècle et, depuis lors, le retrait des glaciers a été comme partout important. Plus près de nous, en comparant l’inventaire réalisé pour l’Unesco en 1955-1963 sur plus de 100 glaciers par Fritz Müller et celui réalisé en 1974-1976 sur les mêmes glaciers par les Japonais dans le cadre de leur Glaciological Expedition in Nepal (GEN), Higuchi et al. ont noté dès 1980 un recul sur 85 % de ces glaciers entre les deux périodes. La même équipe, mesurant entre 1970 et 1978 14 glaciers non couverts de blocaille du Khumbu Himal (région de l’Everest) a recensé 6 glaciers en recul, 4 stationnaires et 4 plutôt en progression. Dans le Khumbu, le Shorong et le Langtang, une dizaine de glaciers suivis ont montré un recul inégal depuis les années 1970, avec cependant une tendance à une récession généralisée qui s’affirme pour tous après 1985. Les taux de recul semblent avoir encore augmenté entre 1989 et 1995 par rapport à 1978-1989, selon Kadota et al. (1997)46. Dans l’ouest du Népal, selon Fujita et al., (1997)47, le Rihka Samba (Hidden Valley, Mukuk Himal), un glacier de 6 km de longueur, a reculé entre 1974 et 1994 de 200 m et son épaisseur a diminué de 40 m dans sa zone basse. L’estimation du bilan annuel pour cette période est de - 0,55 m/an en valeur en eau.

Le glacier de Khumbu (Everest) en hiver, vu de l’arête ouest de l’Everest. Ce glacier est couvert de débris morainiques vers 5 400 m au sortir de la Combe Ouest jusqu’à son front

Séracs du glacier de Khumbu, découpés en gigantesques pénitents de glace

Figure 30. Positionnement des fronts successifs du glacier de Gangotri (Himalaya du Garhwal) depuis 1780

Figure 30. Positionnement des fronts successifs du glacier de Gangotri (Himalaya du Garhwal) depuis 1780

Source : Jeff Kargel, US Geological Survey

62Le seul glacier suivi chaque année au Népal par les Japonais répond au nom poétique d’AX010 (en fait son code d’inventaire). Il est situé dans le Shorong Himal ((27° 42’ N, 86° 34’ E) et son bilan de masse a été mesuré de façon intermittente de 1978 à 1995, puis chaque année jusqu’en 1999. Il a perdu 30 m de longueur entre 1978 et 1989, et sa surface s’est abaissée de 12 m en moyenne, une contraction qui tend à augmenter après 1989. Selon les calculs de l’équipe japonaise, cette évolution pourrait le faire disparaître complètement d’ici 2060 si les conditions présentes restent stables, et encore plus tôt si elles deviennent plus défavorables.

  • 48 Kadota T., Seko K., Aoki T., Iwata S., Yamaguchi S., 2000 – Shrinkage of Khumbu Glacier, East Nepal (...)

63Parmi les glaciers connus du Népal qui concentrent l’attention des glaciologues, le Khumbu (28° N) est un fleuve de glace qui draine la combe ouest de l’Everest et qu’alimentent également des faces du Lohtsé et du Nupsé ; il y puise la masse nécessaire pour s’étendre ensuite sur 15 km sous la forme d’une langue de plus en plus recouverte de débris. Bien que protégée par cette couche de blocaille, la zone d’ablation a perdu environ 10 m d’épaisseur entre 1978 et 1995 selon les mesures de Kadota et al. (2000)48. La vitesse superficielle de la glace tend à diminuer, ce qui devrait augmenter le taux d’amincissement si les conditions d’ablation restent les mêmes en surface.

Un signal de décrue qui se confirme sur des glaciers indiens

64La glaciologie était encore balbutiante en Inde jusqu’à une date récente, malgré les observations méritoires de quelques équipes sur des glaciers difficiles à arpenter. C’est le cas par exemple du glacier de Gangotri (31° N), avec ses 20 km de longueur, dont une grande partie enfouie sous les décombres qu’y déversent les formidables cathédrales de granite des environs, Shivling, Baguirati et Meru. Ce grand glacier, qui donne naissance au Gange et qui est apparemment figé dans la pierre, semble lui aussi engagé dans un recul de grande ampleur, si l’on en croit les observations menées depuis des décennies à son front. L’apport de sources historiques permet de couvrir près de trois siècles (fig. 30). Ainsi, le recul entre 1971 et 1996 est évalué par Jeff Kargel, de l’US Geological Survey, à près de 850 m, à raison de 34 m/an en moyenne. Si le même calcul est réalisé à partir de la position occupée en 1935, le taux de recul est de 28 m/an sur 65 ans.

65Ce sont là, venant du Népal et de l’Inde, des informations précieuses sur les glaciers himalayens, mais qui sont encore, hélas, trop disparates et difficiles à relier les unes aux autres, donc délicates à extrapoler. En est-il de même, au nord de la chaîne himalayenne, sur l’immense Tibet ?

Paysage de haute altitude dans le massif des Baguirati, sommets de près de 7 000 m qui dominent le grand glacier de Gangotri, dans l’Himalaya du Garhwal

Le glacier de Gangotri, dans l’Himalaya du Garhwal, grand glacier typique de l’Himalaya, couvert de débris morainiques sur une grande partie de sa surface

Glacier de la haute vallée de la Karakax (Kunlun de l’Ouest). Glacier froid depuis le sommet, à près de 7 000 m, jusqu’au front (5 000 m), dont les eaux de fonte s’écoulent en surface et ne donnent pas naissance à un torrent sous-glaciaire

Tibet : les cas de glaciers en récession se sont multipliés dernièrement

66Partons d’un cas d’étude. Les sources du Yangtzé et du Fleuve Jaune, au centre du plateau tibétain, concentrent les eaux de trois grands massifs glaciaires, soit, du sud au nord, le flanc nord des monts Tanggula, le massif du Sederi, le versant sud des Kunlun et les monts A’nyemagen, les moins englacés. Le tout représente 811 glaciers avec une superficie totale de 1 401 km2, dont 90 % appartiennent au bassin du Yangtzé.

  • 49 Glaciers à température négative jusqu’à leur lit rocheux, ce qui implique pour eux une dynamique pa (...)

67Du fait de l’aridité (350 mm de précipitations en moyenne), les lignes d’équilibre sont à plus de 5 300 m et, à ces altitudes, beaucoup de glaciers sont froids49 et évoluent dans un environnement de pergélisol dans leur partie basse.

  • 50 Yang Jianping, Ding Yongjian, Chen Rensheng, Lui Shiyin, Lu Anxin, 2003 – Causes of glacier change (...)

68Selon les chercheurs de Lanzhou50, qui se fondent sur plusieurs stations de mesure, cette région froide où la température moyenne annuelle vers le front des glaciers avoisine les - 4/ 5 °C a subi une élévation des températures de 0,25 °C par décennie au cours des trente dernières années. En l’absence de surveillance au sol régulière sur les glaciers de cette région perdue et éloignée de tout, l’observation glaciologique se fait pour l’essentiel via les cartes et la photographie aérienne (vols de 1966 et 1969), relayées par les images satellitaires (2000). Sur la base de ce matériel et de l’identification des moraines récentes les plus externes, Yang Jianping et al. ont montré en 2003 que les glaciers ont perdu entre le maximum du Petit Âge Glaciaire (non daté) et 1966-1969 entre 5,6 % et 15,2 % de leur surface, suivant qu’ils sont « très continentaux » (bassin du Yangtzé) ou « sub-continentaux » (bassin du Fleuve Jaune). Ce pourcentage est relativement faible par rapport à ce que nous avons vu dans d’autres zones et vient souligner que plus le milieu est froid et sec, donc continental, moins grande est la sensibilité des glaciers au changement climatique. Cela est dû à l’environnement dans lequel ils évoluent : froides sur toute leur épaisseur, débouchant sur des moraines gelées et le plus souvent couvertes de débris protecteurs dans leur zone d’ablation, avec des taux d’accumulation faible dans leur partie supérieure, donc un turnover faible, ces masses de glace évoluent lentement. S’ils ont assez bien amorti le réchauffement séculaire, ces glaciers échappent-ils pour autant à la tendance mondiale au retrait généralisé ?

69Les observations récentes montrent les signes précurseurs d’un tel déclin. Les couvertures glaciaires ont abandonné en peu de temps (période 1966/1969-2000) 1,7 % de leur surface sur le Yangtzé et 17,3 % sur le Fleuve Jaune (soit 10 fois plus). Cette période de retrait se divise en deux phases distinctes : l’une, des années 1960 jusqu’à 1981, est marquée par des taux de recul faibles, entrecoupés d’avancées, tandis que l’autre, depuis 1981, a vu des reculs nettement plus rapides et généralisés à tous les glaciers. Cette décrue semble s’accentuer depuis dix ans, comme le montre le bilan de masse du « Petit Glacier Dongkemadi » sur le versant nord des monts Tanggula en plein centre du Tibet, le glacier le mieux suivi à partir d’observations au sol du territoire chinois, avec l’Urumqi-He n° 1 que nous avons déjà rencontré dans l’est des Tien Shan (fig. 31).

Glaciers froids de la haute vallée de la Karakax (Kunlun de l’Ouest) ayant donné naissance à d’immenses dépôts proglaciaires évoluant dans un milieu de type pergélisol. Les moraines, formées sans doute tout au long de l’Holocène, ont flué vers le bas, car le pergélisol permet le regel des eaux de fonte du glacier et la constitution d’une masse de glace dans les débris, lesquels se déforment et descendent lentement le long de la pente. Les dépôts situés le plus en aval ont été recouverts d’une couche de loess de plus de un mètre d’épaisseur apportée par les vents depuis le Taklamakan proche. Photo prise d’avion ULM de 5 800 m.

70Suite à cette décrue, les réserves de glace aux sources du Yangtzé et du Fleuve Jaune commencent à se réduire : quelque 65 et 70 millions de m3 par an, respectivement, sont partis en 30-35 ans – soit une diminution d’épaisseur moyenne des glaciers d’environ 50 m sur cette période –, pour une part dans les grands fleuves suite à la fonte, pour une autre directement dans l’atmosphère via la sublimation, qui est forte dans ces milieux secs et souvent ventés. Néanmoins, l’apport des glaciers n’est pas une contribution majeure aux débits des grands fleuves, car il n’est pas parvenu à compenser la réduction des précipitations observée pour la période 1983-1995 dans cette région du Tibet. Pour les chercheurs de Langzhou, les causes de la réduction des glaciers résident dans l’augmentation des températures d’été, très nette depuis 1983, qui accentue l’ablation estivale, tandis que la baisse des précipitations annuelles limite l’alimentation. Cette situation, avec un temps de retard et à un niveau moindre, fait penser à celle que connaissent les Tien Shan depuis 1976. Cependant, le milieu est ici plus aride, et les glaciers ont toutes les raisons d’être moins réactifs aux changements atmosphériques récents.

Figure 31. Bilan de masse cumulé du glacier du Xiao Dongkemadi (33° 04’ N, 92° 05’ E), dans les monts Tanggula au centre du Tibet entre 1988-1989 et 2001-2002. Ce glacier, de 1,7 km2 et de 2,8 km de long, s’étend entre 5 926 m et 5 380 m. Il est suivi par la Chinese Academy of Sciences à Lanzhou

Figure 31. Bilan de masse cumulé du glacier du Xiao Dongkemadi (33° 04’ N, 92° 05’ E), dans les monts Tanggula au centre du Tibet entre 1988-1989 et 2001-2002. Ce glacier, de 1,7 km2 et de 2,8 km de long, s’étend entre 5 926 m et 5 380 m. Il est suivi par la Chinese Academy of Sciences à Lanzhou

Source : Pu Jianchen et al.

71En interrogeant les glaces froides, qui enregistrent des tendances climatiques sur le très long terme, L. G. Thompson et son équipe semblent avoir apporté en 2000 la preuve que la situation récente est exceptionnelle au regard du passé dans la partie sud du Tibet. Sur la carotte de glace extraite du glacier Dasuopo, sur le versant tibétain de l’Himalaya, ils estiment que les cinquante dernières années ont été les plus chaudes enregistrées depuis 1 000 ans. Y a-t-il d’autres preuves du changement climatique en cours au Tibet ?

72L’ouest de Kunlun appartient à un milieu de haute montagne parmi les plus arides de la Terre. Au fond des vallées, à 4 000 m, les stations recueillent moins de 100 mm d’eau dans l’année et, entre 6 000 m et 7 000 m, les précipitations sont estimées à 300 mm environ. Les grandes dunes de sable y côtoient les glaciers, les poussières apportées par les vents depuis le Taklamakan ensevelissent tout, glaciers compris, sous un voile de lœss. Les moraines sont gelées en profondeur et se déplient en vastes glaciers rocheux qui sont parmi les plus impressionnants de la planète. Ces derniers s’empilent les uns sur les autres, rendant difficile, puisque tout bouge, l’identification des stades glaciaires des derniers siècles et millénaires. S’il y a une haute montagne rétive à montrer quelques signes des effets d’un changement climatique récent, c’est bien celle-ci ! Et pourtant…

73Dans le bassin de la rivière Yurunkax (35° N) situé sur l’ouest des Kunlun, on dénombre plus de 1 300 glaciers, qui totalisent une superficie glaciaire plus élevée que celle que l’on trouve dans les Alpes (2 950 km2). En comparant les photos aériennes de 1970 et les images prises de satellites en 1989 et 2001, Sahngguan Donghui et al. ont montré en 2004 que le recul est bien là, mais faible. La dernière expansion visible des glaciers a eu lieu entre 1970 et 1989, mais depuis cette date et jusqu’en 2001, la réduction des surfaces est estimée à 0,5 %. Simple frémissement lié, selon les chercheurs chinois, à une augmentation des températures et des précipitations depuis 1989 (ces dernières tombant en été).

  • 51 Lui Shiyin, Sun Wenxin, Shen Yongping, Li Gang, 2003 – Glacier changes since the Little Ice Age max (...)

74À l’autre extrémité du Tibet, à une latitude proche (36° 39’ N), les Qilian Shan ont une glaciation un peu plus modeste de 2 700 km2, en englobant des massifs voisins51. Les pertes de surface et de volume des glaciers depuis le maximum du Petit Âge Glaciaire auraient été de 15 % et de 18 % respectivement. Le recul moyen serait plus marqué depuis 1956 et jusqu’en 1990, avec une diminution des surfaces de 10 % en 30 ans. Les causes de cette évolution ne sont pas claires, car les stations situées à basse altitude indiquent pendant cette période une baisse des températures d’été et une hausse des précipitations.

  • 52 Yao Tandong, Wang Youqing, Liu Shiying, Pu Jianchen, Shen Yongping Lu Anxin, 2004 – Recent glacial (...)

75Pour conclure sur l’Himalaya et le Tibet, citons la synthèse de Yao Tandong et de ses collaborateurs52 parue en 2004 qui montre qu’en Chine (au Tibet et sur ses marges), les glaciers ont grosso modo suivi des tendances assez similaires à celles de nombreuses autres régions de la planète. Au début du XXe siècle, plusieurs épisodes d’avancées précèdent le net recul des années 1950-1960 ; puis vient la réavancée de la fin des années 1960 qui s’étend jusqu’à la fin des années 1970 ; enfin, la « conjoncture glaciaire » s’inverse dans la décennie 1980, avec un déclin qui se généralise au cours des années 1990. Bien sûr, ce « trend » général doit être nuancé. Les grands glaciers couverts de blocs dans leur partie inférieure réagissent peu à ces variations climatiques : c’est le cas par exemple du Glacier Siachen (ou « Glacier Rose ») sur le versant sud du Karakorum, en Inde, un colosse long de 74 km et mesurant près de 1 000 km2 ! En revanche, le Gangotri, plus modeste tout en restant de taille respectable, recule plus vite depuis 30 ans, nous l’avons vu. Par ailleurs, les réductions des surfaces englacées sont d’autant plus marquées qu’elles concernent des masses de glace situées sur les marges de cette région géographique : les secteurs internes continentaux souffrent moins que les secteurs maritimes. Se risquant à avancer un chiffre, les chercheurs affirment qu’en Chine les glaciers ont abandonné 6,3 % de leur surface au cours des quarante dernières années. Dans le même temps, pour le seul Tibet, les pertes seraient de 6 600 km2, soit près de trois fois la superficie des glaciers alpins, les plus importantes étant survenues depuis les années 1980.

Menaces sur les glaciers tropicaux

76Plus encore que les glaciers himalayens et tibétains, les glaciers situés entre les tropiques figurent parmi les plus touchés par le repli contemporain, car leur sensibilité est plus grande.

77Pressentant la rapide diminution des ressources en eau liée à l’amenuisement des stocks de glace dans les hauts bassins versants de la Cordillère des Andes, l’IRD a mis en place à partir de 1991, aux côtés de partenaires andins, un réseau de surveillance de glaciers s’étendant entre la Bolivie (16° S) et l’Équateur (0°), qui constitue l’unique observatoire permanent des glaciers existant sous les basses latitudes et l’un des mieux instrumentés du monde. Ce réseau est rattaché au programme français Glacioclim (voir encadré 9, p. 99), qui a pour ambition d’analyser de façon permanente le changement climatique à partir des glaciers sous différentes latitudes, des Alpes à l’Antarctique en passant par les Andes tropicales et demain l’Himalaya.

78Tout au long du XXe siècle, quelques études ont été conduites sur les glaciers d’Afrique orientale, au Kilimandjaro, au Kenya, au Ruwenzori, et sur les rares glaciers de Nouvelle-Guinée (Papouasie). Ces travaux, cependant, ont été ponctuels, et là où ils avaient acquis une belle continuité, comme au glacier Lewis au Kenya, ils ont dû malheureusement être interrompus ces dernières années.

79Nous ne nous trouvons pas ici devant la même problématique qu’en Alaska ou en Patagonie : il ne s’agit pas de chercher à quantifier la contribution des eaux de fonte des glaciers tropicaux à l’exhaussement du niveau des océans. Leur volume est trop réduit pour donner à ces océans ne serait-ce qu’une chiquenaude mesurable, car, mis ensemble, ces glaciers parviennent à peine à égaler en surface leurs homologues alpins ! Cependant, ils constituent un véritable enjeu pour les climatologues, car ils sont très sensibles au changement climatique : ils représentent, pour toutes sortes de raisons sur lesquelles nous nous étendrons plus loin au chapitre 8, le meilleur indicateur au niveau continental dont nous disposons pour suivre le changement climatique sous les latitudes proches de l’équateur. Ils sont aussi un enjeu économique, car leur contribution à l’hydrologie des bassins versants de haute montagne et à la ressource en eau est plus que significative : d’eux dépend en partie l’approvisionnement en eau potable de métropoles de plus d’un million d’habitants comme La Paz (Bolivie), Quito (Équateur), Lima (Pérou), ainsi que l’irrigation de territoires désertiques, comme la côte pacifique du Pérou, et l’approvisionnement des centrales hydroélectriques dans tous ces pays andins.

80Le bénéfice de la ressource en eau dont ont su tirer parti les populations vivant au pied de ces glaciers explique sans doute, notamment dans les Andes, que ces montagnes englacées aient conservé dans l’imaginaire et les cosmogonies des cultures indigènes une image très positive. En témoignent les nombreux rituels dont ces populations continuent à les honorer, mémoire transmise d’une vénération qui défie le temps.

81Mais que sait-on au juste de ces glaciers, de leur repli depuis le Petit Âge Glaciaire, de leur évolution actuelle ? Dans le chapitre 3, nous avons brossé dans les Andes tropicales le tableau d’un Petit Âge Glaciaire vigoureux et à bien des égards comparable à celui de l’hémisphère nord. Qu’en est-il à présent de la déglaciation qui a suivi ce maximum, dans les Andes et ailleurs ?

82Avant de répondre à cette question, il importe d’abord de préciser quels sont ces glaciers et où ils se situent. Pour cela, nous les avons regroupés par massifs ou pays dans le tableau 5. La domination des Andes face aux massifs africains et indonésiens est écrasante, c’est donc en Amérique du Sud qu’il faut aller les étudier sur la longue durée, les autres destinations ne laissant voir que des curiosités, bientôt des vestiges. Leur rareté fait leur charme, mais pas seulement. Tous ces petits amas de glace, en particulier en Afrique et en Nouvelle-Guinée sont, au niveau symbolique, d’une grande importance, car leur extinction complète dans un futur proche pourrait alimenter la réflexion sur le changement climatique en marche.

83Passons à présent en revue, massif par massif, l’état de ces glaciers en ce début de XXIe siècle.

Neiges et glaces d’Afrique en péril

Le Ruwenzori

84Ces « Montagnes de la Lune » sont sans doute les plus mystérieuses de toute l’Afrique de l’Est. Situé sous l’équateur (0° 23’ N, 29° 54’ E), aux confins du Congo et de l’Ouganda, le Ruwenzori forme trois petits massifs contigus. Le plus souvent perdus dans les nues, ils ne laissent voir d’eux au prime abord que la dense ceinture forestière qui en défend l’accès. Parmi les premiers à s’y être aventurés, l’explorateur Henry Morton Stanley en 1889, puis le Duc des Abruzzes, lequel gravit le point culminant du massif, le pic Margherita (ou mont Stanley, 5 109 m). Ce dernier domine les autres sommets du groupe, le Baker et le Speke, qui n’atteignent pas 5 000 m ; ils portent néanmoins tous trois quelques glaciers de faible ampleur. La date du maximum du Petit Âge Glaciaire n’est pas connue ici, mais on sait que lorsque le Duc des Abruzzes, grand voyageur impénitent qui découvrit le K2, parvient à son tour sur la montagne en 1906 avec ses guides valdotains, il note que les glaciers sont déjà en recul, mais que les dépôts attestant du dernier maximum glaciaire sont d’une grande fraîcheur et ne datent sans doute que de « guère avant 1900 ». Par la suite, ces sommets reçoivent une visite par décennie des explorateurs et des scientifiques, les plus pressés se limitant à prendre des photos, précieuses au demeurant, les plus appliqués entreprenant un travail cartographique, comme ce fut le cas sur les glaciers Elena (pic Stanley) et sur le Speke. Georg Kaser, de l’université d’Innsbrück, a fait le point sur toute cette information au début des années 1990.

Tableau 5. Pays tropicaux comportant des glaciers, avec estimations de leurs surfaces glaciaires, selon diverses sources compilées par G. Kaser en 1999, et par les auteurs de ce livre en 2006. En considérant les années d’inventaires, parfois déjà anciennes, et la rapidité de l’évolution actuelle, les chiffres des surfaces glaciaires ont été révisés en 2006 (chiffres entre parenthèses)

Tableau 5. Pays tropicaux comportant des glaciers, avec estimations de leurs surfaces glaciaires, selon diverses sources compilées par G. Kaser en 1999, et par les auteurs de ce livre en 2006. En considérant les années d’inventaires, parfois déjà anciennes, et la rapidité de l’évolution actuelle, les chiffres des surfaces glaciaires ont été révisés en 2006 (chiffres entre parenthèses)

1 Selon Kaser (1999), moins 30 %*
2 Selon Jordan (1991, données de 1975), moins 30 %*
3 Selon Hastenrath (1981, données de 1975), moins 30 %*
4 Selon Kaser (1999), moins 30 %*
5 Selon Kaser (1999), moins 67 % (estimation G. Kaser, comm. pers., 2006)
6 Selon Kaser et Osmaston (2002), Thompson et al. (2002), Hastenrath (2005), Taylor et al. (2006)
* Le chiffre de moins 30 % comme taux de réduction des glaciers pendant les trois à cinq dernières décennies a été ajusté à partir de glaciers de taille moyenne (~1 km2) en Bolivie, au Pérou et en Équateur, ou des mesures de surfaces ont été réalisées

  • 53 Kaser G., Osmaston H., 2002 – Tropical Glaciers. Cambridge University Press, New York.

85En 1906, selon Kaser et Osmaston (2002)53, l’ensemble des glaciers de la partie centrale du Ruwenzori aurait couvert une superficie de 6,50 km2, un chiffre qui serait descendu à 3,81 km2 en 1955. Ces glaciers auraient donc déjà perdu près de la moitié de leur surface au cours de la première moitié du XXe siècle. Le retrait est lent jusqu’à la fin des années 1930, puis il devient rapide entre 1930 et 1955, avant de s’atténuer quelque peu dans les années 1960 où quelques avancées sont observées, par exemple sur le glacier Speke. La récession reprend de plus belle à la fin des années 1970, et en 1990 ces glaciers ne s’étendent plus que sur 1,68 km2 selon les mêmes sources. De nouvelles mesures au sol et par satellites réalisées par Richard Taylor et des collaborateurs (2006) ne donnent plus en 2003 qu’une surface de 0,96 km2 aux glaciers de ce massif (figure 33a). Avec un tel rythme de recul, on s’attend à leur disparition complète au cours des deux prochaines décennies.

Carte 5. L’Afrique orientale : les glaciers résiduels d’Afrique se concentrent dans les trois massifs situés le long de l’équateur, et dépassant les 5 000 m

Carte 5. L’Afrique orientale : les glaciers résiduels d’Afrique se concentrent dans les trois massifs situés le long de l’équateur, et dépassant les 5 000 m

Le mont Kenya

  • 54 Hastenrath S., Kruss P., 1992 – The dramatic retreat of Mount Kenya’s glaciers between 1963 and 198 (...)

86Le mont Kenya (0° 09’ S) comprend un peu moins d’une vingtaine de glaciers atteignant tout juste l’altitude de 5 000 mètres (5 200 m pour le principal). Le plus étendu est le Lewis, un beau petit glacier de 0,2km2 en 1993, qui a attiré l’attention du fait de sa surface régulière et de ses limites bien tracées, qualités appréciées par les glaciologues. Stefan Hastenrath, de l’université de Madison au Wisconsin, est l’un d’eux, et il fera montre d’une belle persévérance en visitant et en mesurant régulièrement ce glacier pendant plus de vingt ans, entre 1977 et 2001. Selon les travaux de ce chercheur54, l’extension des glaciers kenyans était encore en 1880 proche de leur maximum du Petit Âge Glaciaire, sans doute atteint au milieu du XIXe siècle. Le Lewis, comme les autres glaciers du mont Kenya, évolue peu pendant les premières décennies du XXe siècle, avant de subir de très fortes pertes dans les années 1930-1940 (fig. 32). Ce recul se poursuit jusqu’aux années 1958-1960, date à laquelle les déficits s’atténuent.

87Depuis les années 1980, la récession a repris de plus belle et les glaciers du mont Kenya perdent un demi-mètre d’eau par an en moyenne.

Le Kilimandjaro

  • 55 Thompson L. et al., 2002 – Kilimanjaro ice core records: evidence of Holocene climate change in tro (...)

88Le plus haut sommet d’Afrique, le volcan Kilimandjaro, situé à 370 km au sud de l’équateur (3° S), ne possède de glaciers que sur l’un de ses trois pics, le Kibo, qui se hisse à 5 893 m. La superficie glaciaire totale s’élevait encore en 2000 à 2,4 km2 selon Thompson et ses collaborateurs55, de l’université de l’Ohio, qui ont foré cette année-là six carottes dans trois amas de glace du plateau sommital. Les plus grandes épaisseurs rencontrées ne dépassent guère 50m, mais c’est assez pour que la glace, encore froide, ait pu garder en mémoire une grande partie de l’histoire de l’Holocène. En effet, la base du glacier au contact de la roche remonterait, selon ces chercheurs, à 11 700 ans BP. Le détail de l’information contenue par cette carotte n’entre pas dans le sujet de ce livre, mais nous retiendrons que les archives climatiques que ce sommet avait pu conserver sont en train de s’évanouir sous nos yeux à grande vitesse. La comparaison des vieilles cartes et des photographies aériennes récentes montre que ne subsiste plus là-haut qu’environ 20 % des surfaces glaciaires observées encore au début du XXe siècle.

89L’évolution des glaciers du Kilimandjaro retracée à partir de diverses sources montre une décroissance marquée tout au long du XXe siècle, en apparence sans véritable pause (fig. 33). Une vraie débâcle. Elle semble s’atténuer un peu depuis 1980, car les glaciers ont été si réduits – quelques chicots de glace isolés au sommet – qu’ils semblent résister davantage que les langues qui « bavaient » sur les versants et qui ont déjà disparu. Simple décélération d’un processus inéluctable qui conduira à la disparition totale des glaces de ce sommet d’ici moins d’une vingtaine d’années. Les neiges du Kilimandjaro, chères à Hemingway, ne seront sans doute bientôt plus qu’un souvenir !

  • 56 À deux mètres au-dessus du sol, la température moyenne journalière est proche de - 7 °C et ne monte (...)

90Et pourtant ! Que les glaciers disparaissent à basse altitude, là où ils sont le plus vulnérables à la hausse des températures, cela se conçoit aisément, mais il n’en est pas de même sur les parties hautes, à 6 000 m, là où la température moyenne de l’air mesurée est le plus souvent négative au cours de l’année56.

Le recul du glacier Lewis (Kenya) de 1926 à 2004

Figure 32. Évolution des surfaces (en km2) des glaciers Lewis (Mont Kenya) et au Carstensz (Papouasie-Nouvelle-Guinée)

Figure 32. Évolution des surfaces (en km2) des glaciers Lewis (Mont Kenya) et au Carstensz (Papouasie-Nouvelle-Guinée)

Sources : Hastenrath, 2005 ; Hastenrath et Greischar, 1997 ; Thompson et al., 2002, Kaser et Osmaston, 2002

Figure 33. Évolution des surfaces (en km2) des glaciers au sommet du Kibo (Kilimandjaro) et du Ruwenzori

Figure 33. Évolution des surfaces (en km2) des glaciers au sommet du Kibo (Kilimandjaro) et du Ruwenzori

Sources : Hastenrath, 2005 ; Hastenrath et Greischar, 1997 ; Thompson et al., 2002, Kaser et Osmaston, 2002

  • 57 Kaser G., Hardy D., Mölg T., Bradley R., Hyera T., 2004 – Modern glacier retreat on Kilimandjaro as (...)
  • 58 Voir au chapitre 8 les principaux termes entrant dans le bilan d’énergie à la surface d’un glacier, (...)
  • 59 Ce carottage a rencontré un niveau saturé en eau liquide à 25 m de profondeur provenant de la fusio (...)

91Que le bilan de masse au Kibo soit négatif, on le sait : les glaciers du sommet auraient perdu 17 m d’épaisseur de glace entre 1962 et 2000. Mais, les causes de cette perte relèvent d’hypothèses, car plusieurs processus sont sans doute en jeu57. D’abord, les précipitations solides ne sont guère importantes, malgré l’ambiance humide qui règne dans la partie basse de cette montagne : cela vient, d’une part, de la faible quantité de vapeur d’eau que peut contenir un volume d’air à pareille altitude, ce qui ne peut donner que des précipitations faibles ; d’autre part, des vents qui balaient régulièrement le sommet. L’ablation, elle, doit laisser une large place à la sublimation58 par temps sec et venté. La présence de larges stalactites et de glace de regel un peu partout sur les parois verticales de la calotte témoigne cependant qu’il se produit de la fusion. La fusion a sans doute lieu là où la très forte énergie venant du rayonnement peut être absorbée par le sol : rognons rocheux qui, même à très haute altitude, peuvent atteindre en surface des températures supérieures à 20 °C et qui rayonnent tout autour dans l’infrarouge, glace couverte de poussières issues pour une part de la cendre volcanique soulevée par le vent. Il suffit que l’albédo soit abaissé pour qu’une partie du rayonnement incident soit absorbée et donne, en des lieux précis et en des moments précis de la journée, des taux de fusion de neige ou de glace significatifs. Cela a été bien observé au sommet du Chimborazo (1° S, Équateur), à 6 230 m, lors d’un carottage effectué en 2000 par l’IRD59.

92Par ailleurs, selon la topographie –niches convexes ou parois verticales– l’énergie du rayonnement peut se concentrer et réunir, durant les heures les plus chaudes de la journée, des conditions propices à la fusion, même si l’air, au même moment, reste à température négative. Ces épisodes de fusion ne peuvent être significatifs que par vent faible et forte humidité, pour ne pas entrer en compétition avec la sublimation. Ce n’est pas pour rien que la fonte constatée là-haut est très inégale d’un lieu à l’autre, d’où ces amas de glace tabulaires limités par des parois verticales, ou ces pénitents isolés, qui témoignent de taux d’ablation croissants en direction des creux et des dépressions, tandis que les surfaces horizontales ne bougent pas, pour autant quelles restent couvertes de neige et réfléchissent l’essentiel du rayonnement incident.

Vue d’avion depuis le nord-nord-ouest et de 6 500 m d’altitude sur les glaciers du Kibo (Kilimandjaro, 5 895 m). À gauche, le champ de glace est ; au centre, le champ de glace nord avec les résidus des glaciers Credner, Drygalsky et Penck (de gauche à droite) et, à droite, une petite partie des glaciers du versant sud

Paroi sud du champ de glace nord du Kibo (Kilimandjaro). La paroi mesure environ 30 m de hauteur. La station météorologique a été mise en place par une équipe de chercheurs austro-américains pour étudier les processus d’ablation sur cette haute surface

93Contrairement à l’analyse de Thompson et al., les chercheurs du Tropical Glaciology Group de Innsbruck soutiennent que la récession du Kilimandjaro n’est pas une conséquence directe du réchauffement atmosphérique. La récession depuis 1880 serait probablement liée à une diminution brutale de l’humidité et à un climat plus sec au cours du XXe siècle. Ces mêmes chercheurs montrent en outre que, une fois entamée, la récession est difficilement réversible. Les glaciers du Kilimandjaro seraient ainsi les reliques des conditions climatiques précédant le XXe siècle. Il reste néanmoins du travail en perspective pour collecter les bonnes données et bâtir à partir d’elles les bons raisonnements…

Papouasie-Nouvelle-Guinée (Irian Jaya) : des glaciers sous perfusion

94L’information provenant de Nouvelle-Guinée (Indonésie), encore bien plus fragmentaire que celle venant d’Afrique, est le fait de courageuses expéditions dont la première date de 1936. Sur des montagnes noyées dans l’humidité, presque toujours enveloppées par les nuages, les glaciers s’étalent en petites calottes résiduelles entre 4 500 m et 5 000 m. L’inaccessibilité, la proximité de l’un des océans les plus chauds du monde, la forêt dense qui couvre les abords et alimente cette humidité ambiante, la réputation de « coupeurs de tête » qu’ont pu avoir dans le passé les populations locales, tout cela a découragé l’observation. Dans ces conditions, la pratique de la glaciologie relève de l’héroïsme…

  • 60 Voir aussi : Prentice M. L., Bracket T., 2002 – Snow-Line changes on Irian Jaya glaciers between 19 (...)

95Les glaciers du Carstensz ou Puncak Jaya (5 030 m), le point culminant, sont les mieux documentés sur les dernières décennies (figure 32b). Leurs surfaces atteignaient 9,9 km2 en 1942, après la période de retrait rapide de la fin des années 1930 et du début des années 1940, mais elles sont passées à 2,3 km2 en 2000, selon M. Prentice (2003)60, de l’Université de New Hampshire. Le recul de ces glaciers aurait été faible entre 1944 et 1962, puis jusqu’au milieu des années 1970 ; en revanche il semble s’être accéléré pour devenir très fort dans les années 1980, ces glaciers perdant la moitié de leur surface. Nous ne disposons pas pour les dernières années d’informations continues sur ces glaciers devenus exsangues, les nuages décourageant la plupart du temps les observations à partir du ciel. Avis donc aux amateurs d’explorations insolites munis d’un bon GPS, mais il faut faire vite !

Andes centrales : des reculs préoccupants depuis 1980

96Bolivie, Pérou, Équateur, Colombie, Venezuela, nous arrivons en territoire connu et il n’est pas exagéré de parler, pour ces diverses cordillères, d’une information « quasi continue » depuis les années 1930, même si les programmes d’observation systématique datent des toutes dernières décennies. C’est d’abord au Pérou que les choses s’organisent dans les années 1970, suite à des catastrophes glaciaires à répétitions, débordements de lacs glaciaires, avalanches meurtrières. Mais ces observations, contrariées par des problèmes politiques, n’ont pas donné naissance à des séries de données longues et complètes. Au début des années 1990 et sur les trois pays Bolivie, Pérou et Équateur, un réseau permanent d’observations intégrées est mis en place à l’initiative de l’IRD et de ses partenaires sud-américains. Dès lors, l’observation permanente des glaciers andins est une réalité.

97Rappelons que dans les Andes de Bolivie, du Pérou et d’Équateur, le Petit Âge Glaciaire a culminé avant 1860 et que le recul des glaciers s’y est déjà opéré au cours du XIXe siècle, s’accélérant au tournant du siècle dans les années 1880-1905. Une pause dans ce recul se produit au cours des deux premières décennies du XXe siècle. Avec la courte période d’avancée de 1920-1925, les glaciers de ces régions maintiennent une certaine vigueur dans les premières décennies du XXe siècle, jusqu’au retrait suivant, dont on sait qu’il commence en 1931 en Cordillère Blanche et en cordillère de Huayhuash (Pérou). Il est attesté par les observations cartographiques minutieuses réalisées par les expéditions austro-allemandes, menées sous la direction de Hans Kinzl, qui se succèdent dans ce massif pendant une quinzaine d’années. Le fort retrait glaciaire des années 1930-1940 donne naissance en Cordillère Blanche à de nombreux lacs de barrage morainiques, dont certains se vidangent parfois d’un coup en rompant leur digue naturelle, répandant en aval des laves torrentielles qui sèment mort et désolation dans les communautés et les villes de la Cordillère. En effet, les glaciers au Pérou ont acquis une triste réputation auprès des populations locales car, entre les ruptures de lacs et les avalanches, le plus souvent couplés à des séismes de forte magnitude, ils ont provoqué près de 50 000 victimes entre les années 1940 et la fin du siècle. Le risque le plus récurrent est celui des vidanges de lacs (voir chap. 11, p. 252).

Carte 6. Les Andes centrales : pics principaux et glaciers faisant l’objet d’études continues par l’IRD et ses partenaires

Carte 6. Les Andes centrales : pics principaux et glaciers faisant l’objet d’études continues par l’IRD et ses partenaires

L’Artezonraju (6 000 m) et le glacier du même nom dans la Cordillère Blanche (Pérou). Photo de gauche due à Kinzl (1932) et photo de droite d’un auteur inconnu (1947).
On note entre ces deux dates le recul impressionnant du glacier Artezonraju, qui a laissé derrière lui un lac, l’Artezoncocha. Celui-ci s’est vidangé partiellement en deux fois au cours de l’année 1951 à la suite d’une avalanche provenant du glacier

98Entre les années 1950 et 1975-1980, comme dans de nombreux massifs dans le monde, les glaciers modèrent leur repli et poussent même de petites avancées à la suite de quelques années froides et humides, comme en 1955-56 ou en 1975-76. Beaucoup de ces glaciers, raides et peu développés en longueur, ont des temps de réponse courts et réagissent vite à des années de bilans positifs ou négatifs.

99Mais le recul reprend de plus belle au début des années 1980, comme le montre la figure 34, qui synthétise les variations de longueur dont on dispose. Sur tous les glaciers observés, une rupture nette apparaît, selon les glaciers, entre 1976-1980 et le début des années 1990. Un petit coup de frein survient toutefois au milieu des années 1980 et en 1999-2001, au changement de millénaire. Mais le retrait reprend de plus belle après 2001.

100Depuis le début des années 1980, le retrait des glaciers de petite taille dont les zones d’accumulation sont réduites ou absentes, comme le glacier de Chacaltaya en Bolivie (16° S) ou le glacier Broggi au Pérou (9° S), a lieu à un tel rythme que leur disparition totale peut être envisagée avant 2010. Chacaltaya, par exemple, a vu ses pertes en eau multipliées par six entre les périodes 1940-1963 et 1991-2004 (fig. 35).

101La revue de l’ensemble des glaciers suivis par l’IRD et ses partenaires nous amènerait à la même constatation : les bilans de masse estimés sur la base des photographies aériennes anciennes depuis le début des années 1950 et ceux qui sont mesurés à partir des années 1980, et surtout après 1990, montrent une nette tendance au repli depuis le début des années 1980. L’impact de cette évolution varie en fonction de la taille des glaciers, et en particulier de l’importance de leur zone d’accumulation au-dessus de 5 100-5 300 m, altitude actuelle des lignes d’équilibre. Les « grands glaciers » (≥ 1 km2), comme le Zongo en Bolivie, l’Artezonraju au Pérou ou l’Antizana en Équateur, possèdent encore de vastes zones d’accumulation et résistent mieux, avec des bilans négatifs de 400 mm à 600 mm d’équivalent-eau par an, tandis que les « petits glaciers » en perdent annuellement entre 800 mm et 1 200 mm, soit le double. Ces derniers sont donc, au vu des épaisseurs de glace restantes, condamnés à disparaître dans les toutes prochaines décennies.

Figure 34. Évolution de la longueur ou de la surface de cinq glaciers de la Cordillère Blanche, au Pérou (Yanamarey, Uruashraju, Broggi, Pastoruri, Cajap), de trois glaciers de la Cordillère Royale de Bolivie (Zongo, Chacaltaya, Charquini Sur) et de deux glaciers de la cordillère orientale d’Équateur (Antizana 15α et 15β). Noter que l’information relative aux glaciers de Bolivie est donnée en surfaces (axe de droite), et non en longueurs (axe de gauche). Les méthodes utilisées sont un combiné de photogrammétrie, de mesures topographiques au sol et d’imagerie satellitaire. Les longueurs sont mises à 0 à l’année du début des mesures. Le synchronisme entre les mouvements de fronts n’est pas parfait, car les glaciers ont des temps de réponse différents, qui dépend de leur taille et de leur géométrie. Une inflexion vers un recul plus rapide apparaît toutefois dans les années 1980 pour les glaciers dont le temps de réponse est réduit.
Certains glaciers accentuent ce recul dans les années 1990. La courte stabilisation atteinte lors du passage du millénaire (1999-2001) est liée à des années froides et humides

Figure 34. Évolution de la longueur ou de la surface de cinq glaciers de la Cordillère Blanche, au Pérou (Yanamarey, Uruashraju, Broggi, Pastoruri, Cajap), de trois glaciers de la Cordillère Royale de Bolivie (Zongo, Chacaltaya, Charquini Sur) et de deux glaciers de la cordillère orientale d’Équateur (Antizana 15α et 15β). Noter que l’information relative aux glaciers de Bolivie est donnée en surfaces (axe de droite), et non en longueurs (axe de gauche). Les méthodes utilisées sont un combiné de photogrammétrie, de mesures topographiques au sol et d’imagerie satellitaire. Les longueurs sont mises à 0 à l’année du début des mesures. Le synchronisme entre les mouvements de fronts n’est pas parfait, car les glaciers ont des temps de réponse différents, qui dépend de leur taille et de leur géométrie. Une inflexion vers un recul plus rapide apparaît toutefois dans les années 1980 pour les glaciers dont le temps de réponse est réduit.Certains glaciers accentuent ce recul dans les années 1990. La courte stabilisation atteinte lors du passage du millénaire (1999-2001) est liée à des années froides et humides

Sources : IRD, IHH (Bolivie), UGRH (Perou), INAMHI-EMAAP-Q (Equateur)

Figure 35. Bilan de masse du glacier de Chacaltaya (Bolivie) reconstitué par photogrammétrie de 1940 à 1998. La période 1991-2004, chevauchant la précédente, relève de mesures de bilans de masse réalisées au sol. Les histogrammes, de valeurs négatives, représentent les déficits en moyenne annuelle selon les périodes indiquées au bas. Les pertes moyennes depuis 1991 (plus de 1 m d’eau par an) sont à comparer avec l’épaisseur maximale du glacier, mesurée par la technique du radar, qui n’était plus que de 15 m environ en 1998. Avec une telle ablation et une ligne d’équilibre moyenne située au-dessus de l’altitude maximale du glacier, celui-ci est condamné à disparaître dans les prochaines années (cf. encadré 19, p. 234)

Figure 35. Bilan de masse du glacier de Chacaltaya (Bolivie) reconstitué par photogrammétrie de 1940 à 1998. La période 1991-2004, chevauchant la précédente, relève de mesures de bilans de masse réalisées au sol. Les histogrammes, de valeurs négatives, représentent les déficits en moyenne annuelle selon les périodes indiquées au bas. Les pertes moyennes depuis 1991 (plus de 1 m d’eau par an) sont à comparer avec l’épaisseur maximale du glacier, mesurée par la technique du radar, qui n’était plus que de 15 m environ en 1998. Avec une telle ablation et une ligne d’équilibre moyenne située au-dessus de l’altitude maximale du glacier, celui-ci est condamné à disparaître dans les prochaines années (cf. encadré 19, p. 234)

Source : Ramirez et al., 2001, Journal of Glaciology : 47, réactualisé

102Nous avons mis en parallèle dans la figure 36 les bilans cumulés du glacier Lewis au Kenya et ceux des glaciers du Zongo, de Chacaltaya (Bolivie) et de l’Antizana (Équateur). Bien que les périodes mesurées ne correspondent pas de façon exacte, on observe en Afrique comme dans les Andes que les glaciers à basse altitude et de taille modeste perdent environ 10 m d’eau par décennie : c’est le cas du Lewis (0,2 km2) et de Chacaltaya (0,04 km2). Les « grands » glaciers qui s’étendent à plus de 5 400-5 500 m et qui ont encore une zone d’accumulation respectable perdent moins, la moitié environ, soit près de 5 m par décennie, et gardent une meilleure espérance de vie. Les premiers vont disparaître d’ici quelques années à deux ou trois décennies.

Figure 36. Bilans de masse cumulés d’un glacier d’Afrique (le Lewis, Kenya) et de trois glaciers des Andes tropicales, Chacaltaya, Zongo (Bolivie) et Antizana 15 α (Equateur).
La série de mesure continue s’est arrêtée en 1996 sur le glacier Lewis.
Les déficits sont d’ampleur différente selon la taille des glaciers, les petits, le Lewis et Chacaltaya, aux zones d’accumulation réduites, montrant des pertes comparables

Figure 36. Bilans de masse cumulés d’un glacier d’Afrique (le Lewis, Kenya) et de trois glaciers des Andes tropicales, Chacaltaya, Zongo (Bolivie) et Antizana 15 α (Equateur).La série de mesure continue s’est arrêtée en 1996 sur le glacier Lewis.Les déficits sont d’ampleur différente selon la taille des glaciers, les petits, le Lewis et Chacaltaya, aux zones d’accumulation réduites, montrant des pertes comparables

Sources : S. Hastenrath, B. Francou, A. Soruco, B. Caceres

103En est-il de même des calottes de glace plus vastes ? Un crochet par le massif glaciaire du Cotopaxi (5 900 m, 0,3° S), en Équateur, l’un des plus beaux cônes volcaniques englacés des Andes et de la planète, peut nous convaincre que les calottes de plus grande taille connaissent le même type d’évolution. Une étude à base de photogrammétrie réalisée en 2004 par E. Jordan, de l’université de Düsseldorf, et nous-mêmes à l’IRD, à partir de photographies aériennes, montre que ces étendues glaciaires n’ont presque pas changé entre 1956 et 1976. En revanche, entre 1976 et 1997, la calotte glaciaire a perdu environ 30 % de sa surface totale, passant de 21,2 km2 en 1976 à 14,6 km2 en 1997 (fig. 37). Ces pertes se rangent dans les fourchettes déjà rencontrées dans les Andes et le retrait au cours des décennies postérieures à 1976 est impressionnant, avec ici une circonstance aggravante : la forme conique du volcan expose de plus vastes superficies englacées aux conditions d’ablation sévères régnant à basse altitude, tandis que les zones d’accumulation sont réduites et même absentes au sommet, du fait de la présence d’un cratère actif.

Figure 37. Recul des glaciers du Cotopaxi entre 1976 et 1997. Les glaciers sont ici numérotés dans le sens des aiguilles d’une montre, en commençant par le nord. Le liseré rouge représente les zones abandonnées par les glaciers entre 1976 et 1997

Figure 37. Recul des glaciers du Cotopaxi entre 1976 et 1997. Les glaciers sont ici numérotés dans le sens des aiguilles d’une montre, en commençant par le nord. Le liseré rouge représente les zones abandonnées par les glaciers entre 1976 et 1997

Source : Jordan et al., 2005, Hydrological science Journal, 50

Vue du sommet du cratère actif du Cotopaxi vers le sud, avec les volcans Tungurahua (en éruption), l’Altar et Sangay (dans la brume)

104Que s’est-il donc passé sur les glaciers andins des tropiques depuis 1976 ? Y a-t-il un recul des glaciers plus marqué sous les tropiques ? Si c’est le cas, cela vient-il d’un réchauffement global plus intense dans ces montagnes ?

105La montée de température dans les Andes centrales a été de l’ordre de 0,33-0,34° C par décennie entre 1974 et 1998, selon M. Vuille et ses collaborateurs (2003) de l’université du Massachusetts, guère plus, guère moins que ce que l’on observe dans beaucoup de montagnes de la planète. Les glaciers sous les tropiques montrent-ils une sensibilité plus aiguë à ce réchauffement ? Y a-t-il dans la variabilité climatique propre aux tropiques, et aux Andes en particulier, des facteurs autres que le réchauffement auxquels ces glaciers seraient particulièrement exposés ?

106Laissons pour le moment ces questions sans réponse, car elles nous amèneraient à des développements sur le climat et ses mécanismes qui nous éloigneraient des glaciers. Nous y reviendrons plus avant dans le déroulement de ce livre.

Que conclure sur le XXe siècle ?

107Au terme de ce voyage au chevet des glaciers de montagne du monde, dont certains nous ont livré de bonnes informations sur leur état tout au long du XXe siècle, qu’avons-nous vu ?

108Un premier constat s’impose : depuis la fin du Petit Âge Glaciaire, la décrue des glaciers a été générale. Que la glaciation présente lors du maximum du Petit Âge Glaciaire se retrouve aujourd’hui amputée de 30 % à 40 % de sa surface, comme dans les Alpes suisses, ou de 50 % comme dans les Tien Shan, ou encore de 75 % comme pour les Pyrénées (une vingtaine de km2 en 1850 contre 4 km2 aujourd'hui), voire de 80 % et davantage, comme dans certains massifs tropicaux, est un fait mesuré et incontestable. L’ampleur de ce recul séculaire sera encore aggravée dans un futur proche, même si la tendance climatique ne devient pas plus défavorable aux glaciers que l’actuelle, quand les nombreux glaciers en déséquilibre avec le climat actuel se seront réajustés par une réduction appropriée.

109Pour généralisée qu’elle soit, la décrue séculaire ne s’est pas produite de façon régulière et linéaire. Elle a connu une évolution heurtée, faisant alterner des périodes assez stables, ménageant même des réavancées significatives, avec des phases de repli rapide. Parmi ces dernières se distinguent « les années 1940 », en fait le plus souvent les deux décennies comprises entre 1930 et 1950 en chiffres ronds, qui ont été en général défavorables aux glaciers dans le monde. Il y a aussi, bien entendu, ce recul très marqué des vingt-cinq dernières années, sur lequel nous reviendrons à la fin de ce livre, et qui est présent dans la majorité des cas. La seule anomalie qui perturbe ce signal est le retournement de tendance observé depuis 1976 en Nouvelle-Zélande et depuis 1989 en Scandinavie, c’est-à-dire une avancée des glaciers côtiers de ces régions, qui a été provoquée par une augmentation significative des précipitations d’hiver.

110Dans plusieurs régions, les années 1976-1980 apparaissent comme une date pivot entre les deux décennies antérieures (1955-1975 environ), qui ont souvent été pour les glaciers des années de répit, voire de récupération partielle, et les décennies qui suivent, durant lesquelles les déficits sont devenus largement dominants. C’est le cas en Amérique du Nord, sous les tropiques et en Asie. Certains retournements de tendance vers des bilans positifs, comme en Nouvelle-Zélande, s’opèrent également à partir de cette date. En revanche, en Europe, c’est au cours des années 1980 que les glaciers divergents, les glaciers alpins tendant à décroître après 1983, tandis que les glaciers maritimes de Scandinavie regagnent du terrain quelques années plus tard. Il y a là une opposition que nous essayerons d’expliquer à partir des oscillations du climat à l’échelle de ce continent.

111Si l’on se rapproche du Petit Âge Glaciaire, parmi les périodes de trêve de la déglaciation s’étendant sur plus d’un siècle, on s’accorde sur la poussée de la décennie 1870-1880 qui apparaît comme l’écho atténué des grandes crues qu’avait connues ce Petit Âge Glaciaire avant 1860. Elle s’estompe rapidement dans la décrue modérée qui marque le tournant du siècle, de 1880-1890 à 1915 environ. Les premières décennies du nouveau siècle, jusque vers 1925, sont clémentes pour les glaciers, certains réussissant à maintenir des proportions peu éloignées de celles qu’ils avaient connues au maximum du Petit Âge Glaciaire.

112En revenant sur la courbe de la température présentée au début du chapitre précédent (fig. 18, p. 82), on constate que les glaciers ont parfois évolué en phase avec elle. Cependant, la température ne peut à elle seule expliquer leurs fluctuations. D’autres facteurs du climat doivent être pris en considération, comme les précipitations. Or, l’évolution de ces dernières est beaucoup plus capricieuse que celle des températures et sujette à des modes de variabilité à l’échelle régionale.

113Il est donc temps, à présent, d’entrer plus profondément dans les mécanismes qui relient les glaciers au climat, ce que nous nous proposons de faire dans les deux prochains chapitres.

Notes

36 Chinn T., 1996 – New Zeland glacier responses to climate change of the past century. New Zeland Journal of Geology and Geophysics, 39.

37 Hodge S., Trabant D., Krimmel R., Heinrichs T., March R., Josberger E., 1998 – Climate variations and changes in mass of three glaciers in western North America. Journal of Climate, 11.

38 Arendt A., Echelmeyer K., Harrison W., Lingle C., Valentine V., 2002 – Rapid wastage of Alaska glaciers and their contribution to rising sea level. Science, 297.

39 Dowdeswell J. et al., 1997 – The mass balance of circum-Arctic glaciers and recent climate change. Quaternary Research, 48.

40 Hagen J., Melvold K., Pinglot F., Dowdeswell J., 2003 – On the net balance of the glaciers and ice caps in Svalbard. Arctic, Antarctic, and Alpine Research, 35, 2.

41 On pourrait y ajouter les étendues de la cordillère de Darwin, à l’extrême sud du Chili (54° S), qui regroupent 2 400 km2 de glaciers, mais ceux-ci sont encore trop peu étudiés.

42 Rignot E., Rivera A, Casassa G., 2003 – Contribution of the Patagonia icefields of South America to sea level rise. Science, 302.

43 Khromova T., Dyurgerov M., Barry R., 2003 – Late-twentieth century changes in glacier extent in the Ak-shirak range, Central Asia, determined from historical data and Aster imagery. Geophysical Research Letters, 30.

44 Cao M. S., 1998 – Detection of abrupt changes in glacier mass balance in the Tien Shan mountains. Journal of Glaciology, 44.

45 Les données qui sont présentées ici nous ont été aimablement fournies par Yutaka Ageta, de l’université de Nagoya. Les études des expéditions japonaises en Himalaya sont généralement publiées au Japon par le Bulletin of Glacier Research.

46 Kadota T., Fijita K., Seko K., Kayastha R. B. Ageta Y., 1997 – Monitoring and prediction of shrinkage of a small glacier in Nepal Himalaya. Annals of Glaciology, 24.

47 Fujita K., Nakawo M., Fujii Y., Paudyal P., 1997 – Changes in glaciers in Hidden Valley, Mukut Himal, Nepal Himalayas, from 1974 to 1994. Journal of Glaciology, 43.

48 Kadota T., Seko K., Aoki T., Iwata S., Yamaguchi S., 2000 – Shrinkage of Khumbu Glacier, East Nepal from 1978 to 1995. Publication de l’IAHS, 264.

49 Glaciers à température négative jusqu’à leur lit rocheux, ce qui implique pour eux une dynamique particulière (voir chap. 7). Autour des glaciers froids, les affleurements rocheux sont en général gelés en profondeur toute l’année, ne dégelant qu’en surface en été : c’est ce type de terrain que l’on dénomme pergélisol ou permafrost en anglais.

50 Yang Jianping, Ding Yongjian, Chen Rensheng, Lui Shiyin, Lu Anxin, 2003 – Causes of glacier change in the source regions of the Yangtze and Yellow rivers on the Tibetan Plateau. Journal of Glaciology, 49.

51 Lui Shiyin, Sun Wenxin, Shen Yongping, Li Gang, 2003 – Glacier changes since the Little Ice Age maximum in the western Qilian Shan, Northwest China, and consequences of glacier runoff for water supply. Journal of Glaciology, 49, 164.

52 Yao Tandong, Wang Youqing, Liu Shiying, Pu Jianchen, Shen Yongping Lu Anxin, 2004 – Recent glacial retreat in High Asia in China and its impact on water resource in Northwest China. Science in China Ser. D. Earth Sciences, 47.

53 Kaser G., Osmaston H., 2002 – Tropical Glaciers. Cambridge University Press, New York.

54 Hastenrath S., Kruss P., 1992 – The dramatic retreat of Mount Kenya’s glaciers between 1963 and 1987: greenhouse forcing. Annals of Glaciology, 16.

55 Thompson L. et al., 2002 – Kilimanjaro ice core records: evidence of Holocene climate change in tropical Africa. Science, 298.

56 À deux mètres au-dessus du sol, la température moyenne journalière est proche de - 7 °C et ne monte que rarement au-dessus de 0 °C. Cette information provient d’une station météorologique récemment installée au sommet et fonctionnant depuis plus d’un an (D. Hardy, comm. pers.).

57 Kaser G., Hardy D., Mölg T., Bradley R., Hyera T., 2004 – Modern glacier retreat on Kilimandjaro as evidence of climate change : observations and facts. International Journal of Climatology, 24.

58 Voir au chapitre 8 les principaux termes entrant dans le bilan d’énergie à la surface d’un glacier, en particulier sous les tropiques.

59 Ce carottage a rencontré un niveau saturé en eau liquide à 25 m de profondeur provenant de la fusion de surface. Cette fusion avait été accentuée par la baisse de l’albédo provoquée par les retombées de cendres du Tungurahua, un volcan situé à une vingtaine de kilomètres à l’est du Chimborazo entré en éruption à la fin de 1999. Cela démontre que sous les tropiques ces calottes à 6 000 m ne sont pas à l’abri d’une fonte massive dès lors que le rayonnement net augmente par suite d’un changement de l’albédo, que celui-ci soit provoqué par des retombées volcaniques ou par une baisse notable des précipitations neigeuses.

60 Voir aussi : Prentice M. L., Bracket T., 2002 – Snow-Line changes on Irian Jaya glaciers between 1971 and 2000. Record temperature in the lower troposphere (600 mb) of the far western Pacific. American Geophysical Union, spring meeting, 2002, abstract A52D-03.

Table des illustrations

Légende À l’échelle du continent européen, les glaciers ont présenté au cours du dernier siècle des évolutions diverses. Mais que dire à l’échelle mondiale ? Nous nous proposons de passer en revue les différents massifs montagneux de la planète sur lesquels des glaciers sont surveillés. Y a-t-il eu une décrue généralisée, ou certaines régions, ici ou là, nous ménagent-elles des surprises ?
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende L’Île du Sud, où sont situés les massifs glaciaires de Nouvelle-Zélande. Les glaciers Franz-Josef, Fox et Tasman ainsi que le point culminant, le mont Cook (3 764 m), sont situés dans les Alpes néo-zélandaises et juste au nord des deux lacs les plus visibles de l’image, le Pukaki et le Tekapo
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Carte 3. L’Amérique du Nord : secteur nord-ouest, avec des massifs et des glaciers ayant fait l’objet d’études plus ou moins continues dans le temps
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Légende Le glacier Malaspina, le plus vaste d’Alaska (3 880 km2), dans la baie Yakutat, au sud-est de l’Alaska. Image Landsat 7 du 31 août 2000 traitée en couleur composite à base d’infrarouge. On note les nombreuses structures de compression dans la partie frontale du glacier et sur les moraines (rouges). Glacier de piémont typique aboutissant à peu de distance de l’océan. Sa largeur est proche de 50 km
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Figure 26. Bilans de masse moyens de deux glaciers d’Alaska (Gulkana, Wolverine) et de huit glaciers des Rocheuses, au sens large, avec extension aux chaînes côtières du Pacifique (Blue, Helm, Lemon-Creek, Peyto, Place, Sentinel, South Cascade). Augmentation des pertes au sud dès 1976, alors qu’elle se manifeste plus tard, pendant la décennie 1990, sur les glaciers surveillés d’Alaska. Depuis, les déficits se creusent à un rythme à peu près similaire sur toute l’Amérique du Nord. L’Arctique n’est pas considéré ici
Crédits Sources : US Geological Survey et WGMS
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Le South Cascade Glacier (État de Washington, États-Unis) respectivement en 1928, 1979 et 2000
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Le glacier Gulkana, situé au centre de l’Alaska, en 1967 et en 2003
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Figure 27. Carte de l’Arctique indiquant la position des glaciers et calottes étudiés. Alaska : Wo (Wolverine), Gu (Gulkana), MC (McCall). Axel Heiberg : Me (Meighen), Wh (White), DI (Devon). Baffin : Decade (De). Islande : Ho (Hofsjökull), Tu (Tungnaarjökull). Norvège : Ni (Nigardsbreen), St (Storbreen). Suède : Sg (Storglaciären). Svalbard : Br (Austre Broeggerbreen), Fi (Finsterwalderbreen), Be (Bertilbreen). Severnaya Zemlya : Va (Vavilov). Oural : Ig (Igan), Ob (Obruchev)
Crédits Source : Dowdeswell et al., 1997
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende L’Islande et l’énorme calotte glaciaire du Vatnajökull, qui occupe une surface de 8 300 km2, soit 8 % de la surface de l’île. Sa largeur maximum est proche de 140 km. Nombreux volcans actifs sous la calotte, dont les éruptions déclenchent de gigantesques crues torrentielles, les jökulhlaups.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 28. Bilans de masse moyens cumulés de cinq glaciers surveillés dans l’Arctique canadien (Devon, Drambuie, Meighen, Melville South et White) et de trois glaciers du Svalbard (Austre Broeggerbreen, Midtre Lovénbreen et Finsterwalderbreen). À noter que ces glaciers du Svalbard vêlent majoritairement dans la mer
Crédits Source : WGMS
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Pages gauche et droite : paysages glaciaires au Svalbard, formés par les grands courants de glace venus de l’intérieur et vêlant sur la côte
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Légende Les Andes du Sud, secteur patagonien. Parmi les massifs enneigés, on distingue bien au nord le Campo de Hielo Norte (en dessous du centre de la photo), avec à l’est le lac General Carrera, ou lac Buenos Aires. Plus au sud s’étend sur 300 km environ le Campo de Hielo Sur, légèrement couvert de nuages sur sa partie est. Ces nuages recouvrent aussi les grands lacs patagoniens (du nord au sud : le lac O’Higgins, le lac Viedma et le lac Argentino)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Paysages du Hielo Norte dans le secteur du San Valentin, sur le versant patagonien
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Le glacier Brüggen, un des grands émissaires vers l’ouest du Hielo Sur de Patagonie, au Chili. C’est l’un des glaciers ayant connu les avancées les plus significatives depuis 1945, cumulant un total d’une dizaine de kilomètres, ce qui a eu pour effet de donner naissance à un lac de barrage visible au centre de l’image. Ces dernières années, la tendance est à la stabilisation, voire au recul. Le nord est à gauche sur l’image
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Carte 4. L’Asie centrale, entre les Tien Shan et l’Himalaya. Seuls figurent les glaciers dont les séries de données sont les plus connues, à l’exception du Chhota Shigri, dont l’étude est très récente
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Légende Chaînes d’Asie centrale avec, à l’extrême nord, une partie du massif de l’Altaï, au centre, les Tien Shan, avec le lac Issyk Koul, en bleu foncé. En forme d’amande, d’axe sud-ouest-nordest, on distingue le bassin désertique du Taklamakan, dans le Xinjiang chinois, bordé au sud par la vaste chaîne de Kunlun. Cette chaîne est elle-même bordée à l’ouest par la grande masse montagneuse du Pamir-Alaï, et à l’est, par le début des Qilian Shan. La couverture neigeuse souligne les parties les plus élevées des chaînes d’Asie centrale. À titre d’échelle, précisons que le Taklamakan du nord au sud fait environ 600 km (voir carte 4 p. 128)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Sur cette image satellite où une couche de neige souligne les plus hauts massifs, on distingue au nord le vaste plateau tibétain, d’où émergent, à l’extrême nord, sous une couverture de nuages diffus, les monts Tanggula et les reliefs qui abritent les sources du Yangtsé. La chaîne himalayenne commence au sud de la coupure hydrographique est-ouest du Brahmapoutre, bien visible un peu en dessous du centre. Sur la chaîne himalayenne, de l’est vers l’ouest, se succèdent le Bouthan, le Sikkim (l’échancrure sans neige) et le Népal (coupé de sa partie occidentale), avec la région de l’Everest (Khumbu Himal) qui apparaît très blanche. La distance est-ouest couverte par cette image est proche de 1 200 km
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Le glacier Abramov, dans les monts Alaï (Pamir, Kirghizistan)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Figure 29. Bilans de masse moyens cumulés de quatorze glaciers suivis de la chaîne Tien-Shan/Dhungariya (Golubin, Igly, Tuyuksu, Kara Batkak, Kosmodemya, Manetovoy, Mayakovsko, Molodezhmiy, Partizan, Shumskiy, Tsentralniy, Tuyuksuyskiy, Urumqi-He S n° 1, Urumqihe E. B). À titre de comparaison, nous avons rajouté l’Abramov, le seul glacier suivi au Pamir, mais dont l’étude a été interrompue il y a quelques années
Crédits Source : WGMS
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Le massif de l’Everest, vu du Kala Patar, avec le glacier de Khumbu au premier plan
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Le glacier de Khumbu (Everest) en hiver, vu de l’arête ouest de l’Everest. Ce glacier est couvert de débris morainiques vers 5 400 m au sortir de la Combe Ouest jusqu’à son front
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Séracs du glacier de Khumbu, découpés en gigantesques pénitents de glace
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Figure 30. Positionnement des fronts successifs du glacier de Gangotri (Himalaya du Garhwal) depuis 1780
Crédits Source : Jeff Kargel, US Geological Survey
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Paysage de haute altitude dans le massif des Baguirati, sommets de près de 7 000 m qui dominent le grand glacier de Gangotri, dans l’Himalaya du Garhwal
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Le glacier de Gangotri, dans l’Himalaya du Garhwal, grand glacier typique de l’Himalaya, couvert de débris morainiques sur une grande partie de sa surface
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Glacier de la haute vallée de la Karakax (Kunlun de l’Ouest). Glacier froid depuis le sommet, à près de 7 000 m, jusqu’au front (5 000 m), dont les eaux de fonte s’écoulent en surface et ne donnent pas naissance à un torrent sous-glaciaire
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Glaciers froids de la haute vallée de la Karakax (Kunlun de l’Ouest) ayant donné naissance à d’immenses dépôts proglaciaires évoluant dans un milieu de type pergélisol. Les moraines, formées sans doute tout au long de l’Holocène, ont flué vers le bas, car le pergélisol permet le regel des eaux de fonte du glacier et la constitution d’une masse de glace dans les débris, lesquels se déforment et descendent lentement le long de la pente. Les dépôts situés le plus en aval ont été recouverts d’une couche de loess de plus de un mètre d’épaisseur apportée par les vents depuis le Taklamakan proche. Photo prise d’avion ULM de 5 800 m.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Figure 31. Bilan de masse cumulé du glacier du Xiao Dongkemadi (33° 04’ N, 92° 05’ E), dans les monts Tanggula au centre du Tibet entre 1988-1989 et 2001-2002. Ce glacier, de 1,7 km2 et de 2,8 km de long, s’étend entre 5 926 m et 5 380 m. Il est suivi par la Chinese Academy of Sciences à Lanzhou
Crédits Source : Pu Jianchen et al.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 5. Pays tropicaux comportant des glaciers, avec estimations de leurs surfaces glaciaires, selon diverses sources compilées par G. Kaser en 1999, et par les auteurs de ce livre en 2006. En considérant les années d’inventaires, parfois déjà anciennes, et la rapidité de l’évolution actuelle, les chiffres des surfaces glaciaires ont été révisés en 2006 (chiffres entre parenthèses)
Légende 1 Selon Kaser (1999), moins 30 %*2 Selon Jordan (1991, données de 1975), moins 30 %*3 Selon Hastenrath (1981, données de 1975), moins 30 %*4 Selon Kaser (1999), moins 30 %*5 Selon Kaser (1999), moins 67 % (estimation G. Kaser, comm. pers., 2006)6 Selon Kaser et Osmaston (2002), Thompson et al. (2002), Hastenrath (2005), Taylor et al. (2006)* Le chiffre de moins 30 % comme taux de réduction des glaciers pendant les trois à cinq dernières décennies a été ajusté à partir de glaciers de taille moyenne (~1 km2) en Bolivie, au Pérou et en Équateur, ou des mesures de surfaces ont été réalisées
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Carte 5. L’Afrique orientale : les glaciers résiduels d’Afrique se concentrent dans les trois massifs situés le long de l’équateur, et dépassant les 5 000 m
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende Le recul du glacier Lewis (Kenya) de 1926 à 2004
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Figure 32. Évolution des surfaces (en km2) des glaciers Lewis (Mont Kenya) et au Carstensz (Papouasie-Nouvelle-Guinée)
Crédits Sources : Hastenrath, 2005 ; Hastenrath et Greischar, 1997 ; Thompson et al., 2002, Kaser et Osmaston, 2002
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 33. Évolution des surfaces (en km2) des glaciers au sommet du Kibo (Kilimandjaro) et du Ruwenzori
Crédits Sources : Hastenrath, 2005 ; Hastenrath et Greischar, 1997 ; Thompson et al., 2002, Kaser et Osmaston, 2002
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Vue d’avion depuis le nord-nord-ouest et de 6 500 m d’altitude sur les glaciers du Kibo (Kilimandjaro, 5 895 m). À gauche, le champ de glace est ; au centre, le champ de glace nord avec les résidus des glaciers Credner, Drygalsky et Penck (de gauche à droite) et, à droite, une petite partie des glaciers du versant sud
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Paroi sud du champ de glace nord du Kibo (Kilimandjaro). La paroi mesure environ 30 m de hauteur. La station météorologique a été mise en place par une équipe de chercheurs austro-américains pour étudier les processus d’ablation sur cette haute surface
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Carte 6. Les Andes centrales : pics principaux et glaciers faisant l’objet d’études continues par l’IRD et ses partenaires
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Légende L’Artezonraju (6 000 m) et le glacier du même nom dans la Cordillère Blanche (Pérou). Photo de gauche due à Kinzl (1932) et photo de droite d’un auteur inconnu (1947).On note entre ces deux dates le recul impressionnant du glacier Artezonraju, qui a laissé derrière lui un lac, l’Artezoncocha. Celui-ci s’est vidangé partiellement en deux fois au cours de l’année 1951 à la suite d’une avalanche provenant du glacier
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 34. Évolution de la longueur ou de la surface de cinq glaciers de la Cordillère Blanche, au Pérou (Yanamarey, Uruashraju, Broggi, Pastoruri, Cajap), de trois glaciers de la Cordillère Royale de Bolivie (Zongo, Chacaltaya, Charquini Sur) et de deux glaciers de la cordillère orientale d’Équateur (Antizana 15α et 15β). Noter que l’information relative aux glaciers de Bolivie est donnée en surfaces (axe de droite), et non en longueurs (axe de gauche). Les méthodes utilisées sont un combiné de photogrammétrie, de mesures topographiques au sol et d’imagerie satellitaire. Les longueurs sont mises à 0 à l’année du début des mesures. Le synchronisme entre les mouvements de fronts n’est pas parfait, car les glaciers ont des temps de réponse différents, qui dépend de leur taille et de leur géométrie. Une inflexion vers un recul plus rapide apparaît toutefois dans les années 1980 pour les glaciers dont le temps de réponse est réduit.Certains glaciers accentuent ce recul dans les années 1990. La courte stabilisation atteinte lors du passage du millénaire (1999-2001) est liée à des années froides et humides
Crédits Sources : IRD, IHH (Bolivie), UGRH (Perou), INAMHI-EMAAP-Q (Equateur)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 35. Bilan de masse du glacier de Chacaltaya (Bolivie) reconstitué par photogrammétrie de 1940 à 1998. La période 1991-2004, chevauchant la précédente, relève de mesures de bilans de masse réalisées au sol. Les histogrammes, de valeurs négatives, représentent les déficits en moyenne annuelle selon les périodes indiquées au bas. Les pertes moyennes depuis 1991 (plus de 1 m d’eau par an) sont à comparer avec l’épaisseur maximale du glacier, mesurée par la technique du radar, qui n’était plus que de 15 m environ en 1998. Avec une telle ablation et une ligne d’équilibre moyenne située au-dessus de l’altitude maximale du glacier, celui-ci est condamné à disparaître dans les prochaines années (cf. encadré 19, p. 234)
Crédits Source : Ramirez et al., 2001, Journal of Glaciology : 47, réactualisé
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 36. Bilans de masse cumulés d’un glacier d’Afrique (le Lewis, Kenya) et de trois glaciers des Andes tropicales, Chacaltaya, Zongo (Bolivie) et Antizana 15 α (Equateur).La série de mesure continue s’est arrêtée en 1996 sur le glacier Lewis.Les déficits sont d’ampleur différente selon la taille des glaciers, les petits, le Lewis et Chacaltaya, aux zones d’accumulation réduites, montrant des pertes comparables
Crédits Sources : S. Hastenrath, B. Francou, A. Soruco, B. Caceres
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 37. Recul des glaciers du Cotopaxi entre 1976 et 1997. Les glaciers sont ici numérotés dans le sens des aiguilles d’une montre, en commençant par le nord. Le liseré rouge représente les zones abandonnées par les glaciers entre 1976 et 1997
Crédits Source : Jordan et al., 2005, Hydrological science Journal, 50
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Vue du sommet du cratère actif du Cotopaxi vers le sud, avec les volcans Tungurahua (en éruption), l’Altar et Sangay (dans la brume)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9987/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 246k

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540