Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les glaciers à l'épreuve du climat

 | 
Bernard Francou
, 
Christian Vincent

Partie 1. Les grandes évolutions du passé

Chapitre 3. Le Petit Âge Glaciaire

La grande avancée des glaciers du dernier millénaire

Texte intégral

Au cours du dernier millénaire, période durant laquelle on dispose de sources dignes de foi – vestiges archéologiques, datations au radiocarbone, indications étayées sur les cernes des arbres, puis documents historiques –, les glaciers ont fluctué sur une assez grande amplitude, avec des avancées succédant à des reculs. Une grande avancée se manifeste juste après la période relativement chaude du Petit Optimum Médiéval (Xe-XIIIe siècle) et se poursuit, avec des hauts et des bas, jusqu’au fort mouvement de récession enclenché au XIXe siècle. Dénommée le Petit Âge Glaciaire, cette période caractérisée par un climat plus froid que l’actuel a duré cinq à six siècles. Elle est considérée aujourd’hui comme l’une des phases de progression les plus spectaculaires qu’aient connues les glaciers à l’échelle de notre cycle interglaciaire

1Il serait faux de dire que le recul des glaciers date des dernières décennies. La preuve, ce sont ces grandes constructions morainiques situées parfois plusieurs kilomètres à l’aval des fronts ou juchées plus d’une centaine de mètres au-dessus des langues actuelles et qui jalonnent le retrait des glaciers avant le XXe siècle. Les glaciers reculent dans le monde depuis au moins 1880, beaucoup ayant commencé leur décrue vers 1850-1860, d’autres vers 1830 comme dans les Alpes. Certains sont même en recul quasi continu depuis le XVIIIe siècle comme en Norvège ou en Bolivie. Les avancées les plus spectaculaires se sont produites dans les Alpes au cours du Petit Âge Glaciaire (que l’on nommera ici PAG pour plus de commodité), c’est-à-dire vers 1570-1650 et 1780-1830. Mais on sait maintenant que les premières expansions glaciaires des débuts du PAG remontent au XIVe siècle. Juste avant cette période, les forts reculs des glaciers observés dans les Alpes suisses, en plein Moyen Âge, attestent d’un « petit optimum climatique » au tournant des deux millénaires. En outre, d’autres indicateurs s’ajoutent aux glaciers, comme la dendrochronologie, les dates des vendanges, pour démontrer que les températures étaient proches, entre le Xe et le XIIIe siècle, de celles que nous avons connues au cours du XXe siècle. Comme pour le PAG lui-même, on aura à se demander si cet événement climatique s’est étendu à la plupart des montagnes de la Terre ou bien s’il a été limité à l’hémisphère nord, voire à l’Europe. Si l’on ajoute à tout cela que le PAG lui-même est traversé de périodes où les glaciers ont reculé, par exemple dans les Alpes au XVIIIe siècle, on voit que le dernier millénaire, et le Petit Âge Glaciaire, est un laboratoire fort intéressant pour étudier les fluctuations des glaciers.

2Pourquoi étudier les fluctuations des glaciers pendant ces derniers siècles ?

3Les fluctuations antérieures à l’ère industrielle sont intéressantes pour ceux qui étudient le changement climatique actuel, car elles sont liées à des oscillations climatiques sans doute naturelles, associées aux mouvements d’un climat qui n’avait pas encore subi l’effet des rejets massifs des gaz à effet de serre dans l’atmosphère qui se manifestera au cours du XXe siècle. Aussi les péripéties qu’ont connues les glaciers avant la période actuelle font-elles l’objet d’un effort tout particulier de la communauté scientifique car les mécanismes climatiques en jeu sont intéressants pour comprendre le climat de notre époque. La question souvent posée est la suivante : et si le recul actuel, observé depuis le dernier quart du XXe siècle, n’était finalement qu’une réplique amplifiée des fluctuations naturelles qui ont ponctué le dernier millénaire ? Autrement dit, a-t-on assez de recul pour affirmer que la déglaciation actuelle est exceptionnelle au regard des précédentes ? Voyons cela à partir d’un glacier alpin bien documenté, le grand glacier d’Aletsch, en Suisse.

Le massif de l’Oberland bernois, dans les Alpes suisses, limité au nord par la vallée de l’Aar, les lacs de Brienz et de Thoune et, au sud, par la vallée du Rhône. Le grand glacier d’Aletsch, au centre, orienté sud puis sud-ouest, se distingue par sa taille (24 km)

Les soubresauts d’un glacier alpin au cours du Petit Âge Glaciaire

4Le grand glacier d’Aletsch a été particulièrement bien étudié par les historiens et les glaciologues. Que nous disent-ils sur son histoire ?

Le glacier d’Aletsch avant 1550

  • 20 Holzhauser H., 1997 – «Fluctuations of the Grosser Aletsch Glacier and the Gorner Glacier during th (...)

5Les archives historiques restent la source principale pour reconstituer dans le détail les fluctuations des glaciers des siècles passés. Le fait qu’il n’en existe pratiquement pas au Moyen Âge et dans les temps antérieurs est un sérieux handicap, et amène donc à se replier sur des données indirectes, comme la végétation ou les archives sédimentaires. C’est à ce travail de détective que se sont livrés Hans Peter Holzhauser, de l’université de Zurich, et Heinz Zumbülh, de l’université de Berne, sur quelques glaciers suisses20.

6Le glacier d’Aletsch est le plus grand fleuve de glace d’Europe, si on exclut l’Islande et le Svalbard. Il s’étendait en 1999 sur près de 127 km2 et 24 km de longueur. Son volume en équivalent-eau est de l’ordre de 15 à 20 milliards de mètres cubes. À Konkordia, où trois langues se rejoignent, il a près de 900 m d’épaisseur et étire son long ruban de glace à raison de 200 m par an en surface vers un front situé à 1 700 m au milieu des verts alpages de l’Oberried, à l’orée d’une gorge profonde. Il a une réputation un peu à part dans le monde des glaciologues alpins, car, sans doute du fait de son énorme masse, son front est peu sensible aux fluctuations climatiques qui se manifestent sur moins d’une décennie : il poursuit son chemin sans se soucier des « à-coups » que ressentent les autres glaciers, ceux qui sont plus raides et plus courts. C’est un peu comme s’il lissait la variabilité climatique à l’échelle des 10 ans pour ne retenir que les grandes tendances qui s’expriment au minimum sur deux ou trois décennies. C’est du moins l’image qu’il a donnée de 1860 à nos jours, laps de temps au cours duquel il n’a pratiquement pas cessé de reculer.

7Avec Aletsch, on a la chance de disposer d’informations sur plus de 2 500 ans grâce aux datations absolues au 14C obtenues sur des restes végétaux, des troncs d’arbres trouvés dans les moraines, une information suffisamment continue pour tracer une courbe de ses oscillations à partir de l’an 800 de notre ère grâce à la dendrochronologie. Plus près de nous, on peut suivre à la loupe ses aventures grâce aux sources historiques qui font leur apparition à partir de la fin du XVIIe siècle, en plein maximum du PAG. À partir du XVIIIe siècle, l’information historique s’appuie aussi sur des sources iconographiques. Comme les glaciers de Grindelwald, de Zermatt, des sources du Rhône et de la vallée de Chamonix, mais dans une moindre mesure car il est situé en dehors des passages les plus fréquentés, il inspire les peintres et graveurs de l’époque romantique accompagnant les débuts du tourisme. Pour le Moyen Âge, on doit se contenter d’une source d’information en rapport direct avec l’intérêt économique que représentaient ces glaciers pour les communautés paysannes, qui se disputaient âprement les eaux des torrents sortant des glaces : en effet, la question de la position des captages des canaux d’irrigation (dénommés « bisses » en Valais) se posait chaque fois que le glacier fluctuait, une aubaine pour les historiens, car les archives ont souvent gardé les traces de ces aléas.

8Avant l’An Mil, on sait, grâce aux arbres poussant aux abords du glacier – mélèzes et arolles, tour à tour en pleine expansion lors des périodes de retrait, puis bousculés et brisés lors des phases d’avancée – que le glacier avait déjà connu de forts soubresauts. Il y a 2 900 ans par exemple, des mélèzes poussaient en rive droite vers 2 200 m au bord d’un glacier encore plus réduit que de nos jours. Ces arbres furent détruits lors d’une avancée qui dura environ 300 ans et qui culmina entre 600 et 500 avant J.-C. Le glacier connut ensuite une forte contraction au tout début de notre ère, à l’apogée de la période romaine, entre 300 avant J.-C. et 150 après J.-C. Plus les données s’accumulent sur ce « Petit Optimum Romain », plus on s’aperçoit que les glaciers des Alpes, et c’est le cas d’Aletsch, s’étendaient sur des surface plus réduites que de nos jours (cf. chap. précédent).

9Mais, vers l’an 250 de notre ère, une nouvelle avancée clôt ce Petit Optimum Romain, et au cours du haut Moyen Âge, Aletsch se distingue par quatre grandes crues « qui se succèdent pratiquement tous les 200-250 ans » (Holzhauser). Une première, vers 600 après J.-C., crée un glacier plus étendu que de nos jours ; elle est suivie d’un fort retrait peu après, puis à nouveau d’une avancée du glacier vers 750-850 après J.-C., qui écrase de nombreux mélèzes sur ses bords, une occasion mise à profit par les dendrochronologistes. Vers 900, cette expansion s’interrompt et le glacier prend les proportions qu’il présente de nos jours.

10Malgré une petite poussée vers 1100-1200, le XIIe siècle et la première moitié du XIIIe sont caractérisés par une belle expansion de la végétation : elle s’étend alors jusqu’aux limites du glacier qui sont celles de 1957 sans qu’aucune crue d’ampleur de celui-ci n’ébranle cette longue période de contraction, qui durera au total près de quatre siècles, de 900 à 1300 environ. Aletsch enregistre donc la clémence du climat du Petit Optimum Médiéval, une clémence favorable en Europe aux défrichements, à la croissance de la production agricole, et en conséquence à la démographie (encadré 4). Il faudrait toutefois se garder de penser que les glaciers étaient alors réduits à leur plus simple expression, ou même qu’ils avaient retrouvé leurs dimensions restreintes de la période romaine. Leur taille était en définitive à peu de chose près celle qu’ils ont eue vers 1990. Rien n’indique, en effet, contrairement à ce qui est dit parfois, qu’ils aient reculé au point que les hauts cols alpins à plus de 3 000 m comme le col du Géant dans le massif du Mont-Blanc ou le col du Théodule dans le Valais, aient été tout à fait libres de glace et ouverts à la circulation des hommes et des troupeaux. Sur la base de datations précises d’arbres, Holzhauser estime que le grand glacier d’Aletsch aurait reculé de plus d’un kilomètre et demi au cours du XIIe siècle, ce qui est moins que les 2,5 km du recul de la période 1892-2001.

11Après la douceur des Xe-XIIIe siècles, le climat va se gâter durablement au début des années 1300, à tel point que beaucoup considèrent le « tournant climatique » opéré lors de cette première moitié du XIVe siècle comme le vrai début du PAG. En effet, il faudra désormais attendre le XXe siècle pour retrouver des conditions climatiques meilleures et des glaciers de taille plus réduite.

Encadré 4. Le Petit Optimum Médiéval, un des temps chauds du dernier millénaire.
C’est le paléoclimatologue anglais Hubert Lamb qui, en 1965, a été à l’origine du concept de Medieval Warm Epoch. Il se fondait sur des données historiques portant sur l’Europe de l’Ouest et du Nord, l’épisode le plus célèbre étant la colonisation du Groenland par les Vikings conduits par Éric le Rouge, qui supposait une banquise assez réduite pour permettre une bonne navigation dans ces eaux septentrionales. Les estimations des températures faites par Lamb pour cette période dépassent de 1 ° C à 2 ° C la moyenne du XXe siècle, attendu que la période prise pour référence est 1900-1939, une série de décennies plus fraîches que les trois dernières que nous venons de traverser. Depuis, de nouveaux indicateurs indirects du climat, incluant les anneaux des arbres, les carottes de glace, et bien sûr les documents historiques dont les précieuses dates de vendanges, ont confirmé qu’entre 1000 et 1200, les températures avaient été très voisines, à une fraction de degrés près, de la moyenne 1961-1990. D’ailleurs, les études existantes sur cette période, dans les Alpes par exemple, indiquent des positions de fronts nettement plus en amont que celles du PAG. Probablement, les fronts glaciaires devaient approcher les limites des dernières décennies du XXe siècle. Mais ce constat reste jusqu’à présent limité à l’hémisphère nord, à l’Europe en particulier, faute de données pour les autres continents.
À la recherche d’indices clairs
Il y a bien ici ou là des indices d’un climat à hivers doux et/ou à étés chauds, en Chine (d’après les archives historiques), en Amérique du Nord, en Patagonie (d’après les anneaux d’arbres), mais le « timing » reste imprécis, et surtout on manque d’indices clairs d’un climat chaud s’étendant sur plusieurs siècles. C’est pourtant ce que suggère le haut niveau d’éclairement solaire reconstitué entre 1000 et 1250 (voir chap. suivant) à partir des radionucléides comme le 10Be. Dans diverses régions du monde, la période 900-1300 de notre ère est plutôt caractérisée par des déficits de précipitations. Ainsi, sur une grande partie de l’Ouest américain, du Canada à la Californie, il existe de forts indicateurs de sécheresses prolongées entre 900 et 1300. Plus au sud, sur l’Altiplano de Bolivie, les données archéologiques et les glaces de la calotte de Quelccaya témoignent d’une sécheresse sévère et durable dans les années 1100 : le niveau du lac Titicaca s’abaisse alors de façon suffisante pour mettre en péril l’ingénieuse agriculture irriguée mise au point par la civilisation de Tiwanaku. Il est en effet probable que le climat précipita le déclin de cette civilisation andine que des convulsions politiques avaient déjà entamé.

12Aletsch enregistre au début du XIVe siècle une importante poussée. À raison d’une vitesse de progression de 40 m/an, le front du glacier regagne des territoires perdus et occupe des positions comparables à celles qu’il aura plus tard en plein cœur du PAG, vers 1650 et 1820. C’est la plus grande phase d’expansion que ce glacier ait enregistrée depuis plus de 2 000 ans, qui culmine en 1350. De nombreux arbres écrasés, des souches maintenues en place mais scalpées par le glacier témoignent de cette avancée fulgurante, qui atteint deux kilomètres en cinquante ans ! Les conditions climatiques semblent s’être dégradées dès 1303, mais ce sont surtout les six années extrêmes 1342-1347, précédant la « peste noire », qui accélèrent la poussée. Cependant, cette grande crue, que l’on retrouve sur la plupart des glaciers de la région, comme le Gorner, ne s’attarde guère et dès la fin du XIVe siècle, le glacier revient sur des positions proches de celles du XXe (années 1930-1940), une tendance qui va se prolonger tout au long du XVe siècle.

13Pour jalonner les étapes de progression et de régression du glacier d’Aletsch pour lesquelles on ne dispose pas de témoignages directs, les chercheurs suisses ont tiré parti avec astuce des canaux d’irrigation – les fameux « bisses » –, tributaires des torrents sortant du front du glacier ou de ses rives. Le versant valaisan du massif de l’Oberland est en effet une région sèche où l’agriculture peut difficilement se passer d’irrigation. Le bisse qui emmène l’eau du glacier vers les pâturages de l’Oberried est détruit par l’avancée d’avant 1385. Mais peu après, vers 1404, il est de nouveau en état de marche et fonctionnera dès lors sans discontinuité près de deux siècles, avant qu’une nouvelle avancée majeure du glacier ne le mette de nouveau hors d’état. Notons que ce bisse était déjà en activité vers 1150, en plein Optimum Médiéval, captant les eaux d’un glacier d’Aletsch alors plus réduit. Non seulement les déplacements de ces canaux sont des indicateurs des va-et-vient du glacier, mais les poutres de soutènement enfoncées à même la roche contiennent elles aussi des informations – âges absolus du bois révélés par le 14C et cernes – sur lesquelles s’appuient les chercheurs dans leur travail de reconstitution. On imagine le dépit de ces communautés alpines devant les dégâts causés par les mouvements du glacier et les efforts représentés par la construction de ces canaux, dont la position devait varier avec les caprices de celui-ci !

Le cœur du Petit Âge Glaciaire : fin XVIe-milieu XIXe siècle

14L’entrée dans la phase principale du PAG – celle qu’une majorité d’auteurs considère encore comme le PAG stricto sensu – se situe dans les toutes dernières décennies du XVIe siècle. Elle se fait d’ailleurs en douceur, si on la compare au bref coup de semonce du XIVe siècle. Vers 1500 et jusque vers 1570, le glacier pousse doucement vers l’avant en direction de positions qu’il retrouvera plus tard dans les années 1925-1940. Un mélèze situé sur la rive gauche du glacier d’Aletsch enregistre en 1505 la proximité immédiate du glacier en réduisant brutalement l’épaisseur de ses cernes. En 1500, le bisse est détruit par le glacier, un autre bisse est construit, mais le glacier s’acharne et ce bisse est lui-même détruit en 1572-1574. Avant 1590, le glacier s’est déjà approché de l’extension qui sera la sienne en 1890 à la sortie du PAG. L’analyse des arbres permet à Holzhauser de fixer au glacier une progression de 400 m en 10 ans, entre 1590 et 1600. Il n’y a plus de doutes, nous sommes bien entrés dans un « petit âge glaciaire » car cette progression, loin de s’affaiblir, poursuit son chemin jusqu’à son apogée de 1653.

151653, date importante pour Aletsch et pour les glaciers suisses : c’est l’année de leur entrée officielle dans l’histoire. Devenus quelque peu envahissants, ils font parler d’eux et ont l’honneur de figurer dans les archives. Le prétexte en a été une sorte d’exorcisme. En effet, inquiets devant la progression continue du glacier qui n’a pas ménagé leurs bisses, voici que les habitants de Naters « enjoignent » la glace d’arrêter sa course afin d’épargner les alpages de l’Üssere Aletschji. Les jésuites venus en renfort organisent une procession de « bannissement du glacier » avec deux pères prêchant pendant sept jours d’affilée. Prières, chants, procession organisée jusqu’au front du glacier pour conjurer le Mal, le tout avec aspersion d’eau bénite, on sort les grands moyens pour impressionner le « monstre », témoin cette statue de saint Ignace érigée juste devant lui pour le dissuader une fois pour toutes de franchir cette limite !

16Ce n’est pas la première cérémonie de bannissement d’un glacier. Peu de temps avant, en mai 1644, les syndics de Chamonix, effrayés eux aussi de voir maisons et champs écrasés par les « horribles glacières », au premier rang desquelles le Glacier des Bois (aujourd’hui la Mer de Glace), mais aussi Argentière, le Tour, les Bossons, en appellent au coadjuteur de Genève, Charles de Sales, pour venir arrêter leurs ravages. Comme le souligne E. Le Roy Ladurie, qui s’est appliqué à analyser la plus grande partie des archives de la vallée de Chamonix, la question devenait pressante car le Glacier des Bois menaçait purement et simplement de barrer l’Arve et d’inonder toutes les terres situées en amont. Et le saint homme de se déplacer et d’aller exorciser les glacières… La glaciologie semble avoir été une science infuse auprès du clergé de l’époque car dans les deux cas, Aletsch et Chamonix, les glaciers, à peine les imprécations terminées, se sont mis à reculer docilement… Disons plutôt qu’après un siècle et demi de progression, la crue glaciaire avait atteint son paroxysme, à Aletsch quelques années après Chamonix en raison de la taille exceptionnelle de ce glacier. Et l’on commençait à s’acheminer vers d’autres temps, pas plus chauds, au contraire, car nous sommes alors en plein minimum d’insolation de Maunder (voir chap. suivant, p. 76), mais sans doute trop secs pour que la progression puisse se poursuivre.

Le grand glacier d’Aletsch, dans l’Oberland bernois en juillet 1994. Plus long et plus grand glacier des Alpes et d’Europe continentale (24 km, 127 km2 en 2000), ce glacier a suscité des études fines sur les fluctuations qu’il a connues tout au long de l’Holocène et surtout pendant le Petit Âge Glaciaire. Ses grandes dimensions lui permettent d’intégrer la variabilité climatique à l’échelle décennale en un signal séculaire lissé. Cela explique qu’il ait presque continuellement reculé depuis 1860

17En effet, les choses se calment au XVIIIe siècle. Sur le premier plan topographique de la région frontale du glacier levé pour régler des litiges de territoire entre communes, Aletsch paraît revenu à des proportions plus raisonnables, assez proches de celles qu’il aura en 1890. Malgré cette détente, le glacier présente encore l’aspect d’une masse nettement plus vaste (presque un kilomètre de plus) qu’avant l’avancée de la fin du XVIe siècle : il n’y a pas de doute, le Petit Âge Glaciaire est toujours là !

18Une parenthèse pour signaler que l’information historique sur les glaciers, quelle que soit son origine, fait souvent la part belle aux avancées, et moins aux reculs. Les premières détruisent les habitations, emportent les arbres et laissent une forte empreinte dans l’Histoire. En revanche, les seconds sont souvent plus discrets, pour les raisons opposées. C’est le cas pour Aletsch comme pour la plupart des glaciers avant l’avènement des programmes de surveillance de la seconde moitié du XIXe dans les Alpes, qui permettront de suivre aussi bien les avancées que les reculs.

19Le XVIIIe siècle, après les années très froides de la période 1650-1715, les plus sévères de tout le PAG, marque un répit sur le front des températures. Les glaciers des Alpes tendent à reculer à mesure que l’on se rapproche du milieu du siècle, limités par la clémence des températures d’été, que l’on estime être, en Europe, aussi chaudes que celles du XXe siècle. En revanche, les hivers restent rudes, longs et neigeux, ce qui explique que le retrait des glaciers, à Aletsch comme ailleurs, reste contenu : ils oscillent au gré des variations climatiques décennales tout en gardant encore les proportions typiques du PAG. Les choses en resteront là jusqu’au tournant du XVIIIe et du XIXe, comme en témoignent les images de Chamonix ou des Alpes suisses rapportées par les contemporains de De Saussure.

20Quand on évoque le PAG dans les Alpes, il est commun de représenter les oscillations des glaciers sous la forme d’un « W » dont la première pointe marquerait le XVIIe siècle et la deuxième, les premières décennies du XIXe. Ce « W » mériterait cependant une pointe de plus, pour prendre en compte la forte poussée isolée du XIVe. Comment se présente cette nouvelle crue au début du XIXe siècle sur le glacier d’Aletsch ?

Le grand glacier d’Aletsch vers 1850 et de nos jours : on remarque l’importance du recul et de l’amincissement du glacier dans sa région frontale. Photographies prises du même endroit

  • 21 Böhm R., Auer I., Brunetti M., Maugeri M., Nanni T., Schöner W., 2001 – Regional temperature variab (...)

21Les années 1790-1830 dans les Alpes n’auraient pas été plus froides que la moyenne du XXe siècle, selon l’étude réalisée par R. Böhm et ses collaborateurs en 200121 à partir de données instrumentales. Seule la période 1812-1817 est franchement froide. Ce bref coup de froid peut être lié au minimum solaire qui marque les années 1800-1820 (appelé minimum de Dalton, comme nous le verrons plus loin), mais il tire son origine principalement du voile volcanique répandu par l’explosion du Tambora en 1815. Ce volcan de l’île de Sumbawa (Indonésie) explose en avril et injecte près de 150 km3 d’aérosols sulfatés dans l’atmosphère – soit 150 fois plus que le mont St Helens en 1980 ! De ce fait, la température mondiale chute d’un peu plus d’un degré l’année suivante. Par ailleurs, les glaciers des Alpes bénéficient d’hivers avec un enneigement abondant, ce qui a sans doute compté davantage que la baisse limitée dans le temps de la température pour faire progresser les glaciers.

22Aletsch reprend donc sa marche et va poursuivre cette progression sur plusieurs décennies, alors que beaucoup de glaciers alpins ralentissent, voire stoppent leur progression dès 1820. En 1818, les habitants des communes périphériques déjà avaient planté une nouvelle croix pour arrêter sa progression, mais en vain cette fois, car le glacier repart de plus belle vers un paroxysme atteint en 1850 : cette année-là, il égale ses meilleures performances du millénaire, celles de 1360-1370 et de 1653.

23En 1848, la langue s’engouffre dans la gorge de la Massa, barre le chemin qui menait aux alpages de Üssere Aletschji. Un naturaliste, E. Collomb, inspecte les lieux et décrit la destruction, sous l’effet des avalanches provenant du glacier, d’une maison bâtie en 1793 : « Au moment où nous explorâmes les lieux, une de ces maisons n’allait pas tarder à être engloutie par les pierres et les blocs énormes qui se détachaient de temps en temps de la moraine, et qui avaient en partie entamé le frêle édifice ». Il estime que les arbres arrachés datent de 200 ans, ce qui montre que le glacier n’était pas revenu là depuis 1653, l’année de l’exorcisme ! Plus tard, avec l’apparition des daguerréotypes, l’un des premiers reporters des glaciers, D. Dollfus-Ausset, révèle l’ampleur des dégâts causés par la crue à son paroxysme de 1850. Les habitants des communes attenantes demandent en 1853 la permission de couper le bois avant qu’il ne soit perdu à tout jamais avec l’avancée du glacier. Selon des sources locales, Aletsch plafonne entre 1854 et 1856, puis entame lentement un recul en 1859. Quand François-Alphonse Forel, l’initiateur des campagnes d’observation des glaciers suisses dont nous avons déjà évoqué le nom, fait sa tournée d’inspection en 1861, le glacier est nettement en retrait et ce mouvement ne va plus s’arrêter jusqu’à nos jours, malgré un petit sursaut en 1892.

24Pour la clarté de l’exposé, les principales péripéties du glacier d’Aletsch ont été indiquées dans la figure 9 et le tableau 1. À titre comparatif, les positions du glacier ont été rapportées à celles qu’il a occupées au cours des XIXe et XXe siècles.

Les autres glaciers alpins pendant le Petit Âge Glaciaire

25Avant de tourner la page sur le grand glacier d’Aletsch, faisons les comptes. Des années 1300 aux premières décennies du XXe siècle (1935), le glacier a toujours gardé un caractère volumineux, c’est-à-dire que son front, au gré de ses fluctuations, s’est toujours maintenu près d’un kilomètre et demi au minimum en aval de sa position des années 1970. Durant 600 ans, et sans interruption, le glacier a donc été nettement plus étendu qu’à notre époque (2000).

Figure 9. Phases d’avancée et de retrait du grand glacier d’Aletsch depuis 1300 av. J.-C. À droite, variations de longueur avec comme référence le maximum de 1856-1860 (= 0). À gauche, les extensions des années de référence

Figure 9. Phases d’avancée et de retrait du grand glacier d’Aletsch depuis 1300 av. J.-C. À droite, variations de longueur avec comme référence le maximum de 1856-1860 (= 0). À gauche, les extensions des années de référence

Source : d’après Holzhauser et Zumbühl, 2003

Tableau 1. Variations de la langue terminale du grand glacier d’Aletsch depuis plus de 2 000 ans. Crues en gras : crues maximales, égales ou presque à la crue de référence de 1859-1860. Décrues en gras : retrait du glacier sur des positions proches des actuelles (1990-2000). Données peu fiables avant 1300, meilleures après cette date, historiques à partir de 1653

Tableau 1. Variations de la langue terminale du grand glacier d’Aletsch depuis plus de 2 000 ans. Crues en gras : crues maximales, égales ou presque à la crue de référence de 1859-1860. Décrues en gras : retrait du glacier sur des positions proches des actuelles (1990-2000). Données peu fiables avant 1300, meilleures après cette date, historiques à partir de 1653

Source : Holzhauser, 1987 et 2003. * 14C ** Dendrochronologie (arbres renversés, souches en place, poutres supports de bisses) *** Sources historiques (écrits, bisses, plans, iconographie diverse…)

26C’est cette notion de maintien de la glace sur une position nettement plus basse que celle de la seconde moitié du XXe siècle qui justifie la dénomination « Petit Âge Glaciaire » qui est donnée à cette période. Gardant ce même glacier en référence, nous pouvons dire que nous sommes tout à fait sortis du PAG dans les années 1935-1940. Mais si, à présent, le PAG est limité à son extension « classique » de 1550-1860 en chiffres ronds, il apparaît à Aletsch borné chronologiquement, en amont, par l’ultime abandon du bisse de 1572-1574 et, en aval par ses derniers ravages de 1856. Dans ce format réduit, le PAG aura duré deux siècles trois quarts et, pendant ce temps, la longueur du glacier aura toujours été supérieure de deux à trois kilomètres à la longueur actuelle.

27Est-ce la même histoire qui nous est racontée par les autres glaciers des Alpes dans leurs démêlés avec le PAG ? Au fil de l’enquête, nous allons voir qu’en fait Aletsch a tracé le canevas fondamental du Petit Âge Glaciaire alpin, et que les différences introduites par les autres glaciers ne sont que des variantes, parfois même seulement des broderies.

28Tirant parti des troncs de mélèzes fossiles trouvés au bord du glacier du Gorner, le plus grand émissaire côté suisse du mont Rose, en Valais, Holzhauser signale des crues importantes en 1380, entre 1623 et 1670, ainsi qu’en 1820 et 1860. Les trois grandes « pointes » sont présentes, là où on les attendait, et il ne semble donc pas y avoir de différences notables entre Aletsch et Gorner. Ce sont deux grands glaciers de faible pente qui réagissent aux fluctuations climatiques de grande amplitude. En revanche, les glaciers à pente raide, moins vastes et donc plus « nerveux », soulignent des fluctuations mineures gommées par les premiers. Ainsi, les glaciers de Grindelwald, d’Unteraar et celui des sources du Rhône signalent quelques crues intermédiaires au cours du XVIIIe siècle (vers 1720 et vers 1780) que les précédents n’ont pas enregistrés. Nous avons rassemblé dans le tableau 2 les crues attestées de cinq glaciers des Alpes suisses et d’un glacier des Alpes autrichiennes depuis 1 000 ans.

Tableau 2. Crues attestées de six glaciers des Alpes suisses et d’un glacier des Alpes autrichiennes depuis 1 000 ans. En gras : poussées extrêmes des phases maximales. En italique : données obtenues par datation 14C. Souligné : données obtenues par dendrochronologie. Autres : données provenant de diverses sources historiques. Be : Canton de Berne. Val : Valais

Tableau 2. Crues attestées de six glaciers des Alpes suisses et d’un glacier des Alpes autrichiennes depuis 1 000 ans. En gras : poussées extrêmes des phases maximales. En italique : données obtenues par datation 14C. Souligné : données obtenues par dendrochronologie. Autres : données provenant de diverses sources historiques. Be : Canton de Berne. Val : Valais

Sources : Holzhauser et Zümbulh, 1988 (Suisse) ; Grove, 1988 (Suisse) ; Winkler, 1996 (Autriche)

Figure 10. Fluctuations de longueur de quatre glaciers dans les Alpes : Mer de Glace, Argentière, Bossons, Grindelwald. L’origine 0, dans l’échelle de variations des longueurs, est arbitraire. Noter comment le glacier des Bossons anticipe de quelques années les variations de ses voisins, Mer de Glace et Argentière

Figure 10. Fluctuations de longueur de quatre glaciers dans les Alpes : Mer de Glace, Argentière, Bossons, Grindelwald. L’origine 0, dans l’échelle de variations des longueurs, est arbitraire. Noter comment le glacier des Bossons anticipe de quelques années les variations de ses voisins, Mer de Glace et Argentière

Source : adapté de Vincent et al., 2004, Journal of Geophysical Research : 109

29En Haute-Savoie ou en Suisse, les sources relatives aux glaciers sont abondantes et diverses. Elles vont des registres paroissiaux qui rendent compte des désastres causés par les glaciers dans le but d’obtenir des allègements d’impôts de la part des autorités, aux rogations organisées pour en appeler à l’intervention divine, sans oublier les précieux dessins, peintures, aquarelles, gravures qui se multiplient à la fin du XVIIIe siècle lors des débuts du « tourisme » anglais. Le fait que les fronts de ces glaciers soient si proches du domaine habité, comme à Grindelwald, fait de ces glaciers de véritables bibliothèques dans lesquelles on puise à loisir une information quasi continue sur leurs oscillations. La figure 10 résumant ces fluctuations révèle en Haute-Savoie un bon synchronisme avec les glaciers suisses. Parmi les différences, on relève ce maximum du XIXe siècle qui apparaît très tôt à Chamonix, vers les années 1820, et qui nous fait plonger dans la décrue dès 1830. Plus tard, en 1850, maximum pour beaucoup de glaciers suisses, les glaciers savoyards sont déjà en repli et la récurrence observée à cette date n’est qu’une petite avancée au milieu d’un mouvement dominant de décrue qui va s’accélérer peu après.

Le Petit Âge Glaciaire en Europe du Nord

30Il convient de rappeler ici que les plus grandes masses glaciaires d’Europe ne se trouvent pas dans les Alpes, mais plus au nord. Les Alpes comptaient moins de 2 500 km2 de glaciers à la fin du deuxième millénaire, tandis que la Scandinavie (avec l’île de Jean Mayen) en alignait presque 3 200 km2. Mais c’est encore peu, comparé aux « îles calottes glaciaires », l’Islande avec ses 11 200 km2 de glaciers, dont 8 500 km2 pour le seul Vatnajökull (près de trois fois les Alpes !), et surtout le Svalbard (ou Spitzberg), avec ses 36 600 km2. Les Alpes, même si l’on y rajoute les Pyrénées (4 km2), ne représentent donc guère plus de 4,5 % des glaciers d’Europe. Sans parler du Groenland avec ses 1,8 million de km2… Beaucoup de glaciers situés hors des Alpes sont des calottes glaciaires qui étaient plus vastes encore au cours du PAG, tout comme leurs tributaires, glaciers de vallée débouchant souvent dans des fjords profonds. La question posée d’emblée est la suivante : les avancées au cours du PAG dans les Alpes et au nord de l’Europe ont-elles été synchrones ?

31Voyons le cas du Jostedalsbreen, une petite calotte de glace située en Norvège dans le Nordfjord (61 ° 40’N, 7 ° 05’E), qui a donné bien des soucis aux populations locales, notamment au cours de ses avancées du XVIIe et du XVIIIe siècles. De nombreuses données, des documents historiques (écrits surtout, avec un peu d’iconographie) et des moraines datées par lichénométrie ont montré que plusieurs émissaires de cette petite calotte ont atteint leur maximum vers le milieu du XVIIIe siècle. D’après A. Nesje et S. Dalh, chercheurs à l’université de Bergen, la ligne d’équilibre des glaciers de la région aurait été déprimée d’environ 150 m par rapport à l’actuelle lors de ce maximum. Déjà dans la première partie du XIVe siècle, une avancée du glacier avait endommagé les pâturages et certaines fermes, ce qui avait été un motif de réduction d’impôts pour les habitants des lieux, les malheureux fermiers ne pouvant plus faire face aux échéances (Grove, 1988). Le glacier marque à nouveau une avancée à la fin du XVIIe, deux fermiers de la région dans une lettre datée de 1684 se plaignent de ce que les glaciers ont envahi les alpages sur lesquels paissent leurs troupeaux pendant l’été. Les avancées se succèdent tout au long de la première moitié du XVIIIe siècle.

Le village d’Argentière en 1860 (en haut), 1896 (au milieu) et 2003 (en bas)

Le mont Blanc et la vallée de Chamonix. Gouache de Jean Dubois (vers 1820)

32Le Nigardsbreen par exemple, un émissaire oriental du Jostedalsbreen, avance entre 1710 et 1735 de 2,8 km à un rythme endiablé de 112 m par an. Les dommages occasionnés sont tels qu’une enquête est diligentée et confiée au responsable de la paroisse de Jostedalen, Mattias Fos. Après un séjour sur place en 1743, le Révérend écrit dans son rapport : « Le glacier avait emporté les constructions, les renversant et les poussant devant lui avec une grande quantité de terre, de sable et de gros blocs, écrasant et réduisant lesdites constructions en morceaux, que l’on peut encore voir et l’homme qui vivait en ces lieux a dû les quitter en toute hâte avec ses gens et ce qu’il possédait, et trouver refuge où il a pu » (Grove, 1988). À la même époque, le petit village de Tungøyane dans la même région fait les frais de l’avancée du Brenndalsbreen, un autre tributaire du Jostedalsbreen. En 1702 déjà, les habitants avaient obtenu des réductions d’impôts du Roi et de l’Église, mais tout au long des 41 années qui suivent, c’est une lutte acharnée entre les hommes et le glacier : avalanches, coulées de boues, rivières surchargées qui changent leur lit, destruction de l’habitat, auxquels les hommes répondent par le déplacement de maisons, le déblaiement incessant des sédiments envahissant les pâturages, la reconstruction des maisons détruites. La Cour vient enquêter sur place, et il est écrit dans les archives : « Avant 1650, les habitants de Tungøyane voyaient le glacier comme une vache blanche à l’horizon » mais, en 1700, il domine le vallon dans lequel ont été construites les maisons, avançant à raison de 90 m par an. En 1728, on doit déplacer les maisons ; en 1733 quand la commission d’enquête passe, il est juste au-dessus des maisons et les fermiers sont de ce fait exemptés de taxes. Le 12 décembre 1743, en plein hiver, vient le coup de grâce : les maisons, reconstruites en 1728, sont détruites par une avalanche de glace, de neige et de boue venant du glacier, qui s’était approché à moins de 100 m de distance. Une tragédie pour cette petite communauté : le village est abandonné et les fermes ne seront jamais reconstruites, toute trace de cet habitat a dès lors disparu à tout jamais du cadastre. En près de 50 ans, de peu avant 1700 à 1743, le glacier avait fait un bond en avant de 4,5 km, à la vitesse de 90 m par an en moyenne !

33Toutes les études menées en Scandinavie (Norvège et Suède) montrent que cette crue de la première moitié du XVIIIe fut la plus sévère du PAG : différence par rapport aux Alpes, où, depuis 1650, après les grandes avancées du début du XVIIe siècle, on avait connu un temps de répit malgré quelques crues secondaires. Plus tard, les événements qui touchent les glaciers alpins au XIXe siècle, crues de 1815-1820 et de 1850-1860, sont également présents dans le nord de l’Europe, mais atténués : au Nigards-breen, ces crues sont à peine visibles et apparaissent comme de petits sursauts dans un processus de déglaciation entamé juste après cette mémorable avancée du milieu du XVIIIe siècle. D’ailleurs, les plaintes se font plus rares après cette date, et les habitants doivent de nouveau payer leurs taxes, comme tout le monde ! En revanche, alors qu’en 1860, tous les glaciers alpins sont en repli et « sortent du PAG », les glaciers du nord de l’Europe maintiennent des « proportions PAG » jusque dans les dernières années du XIXe siècle, voire dans les premières décennies du XXe.

34À quoi est due cette crue des glaciers scandinaves de la première moitié du XVIIIe siècle, décalée de près d’un siècle de celle des glaciers alpins ? Il y a là un paradoxe à expliquer. D’autant plus que cette crue intervient dans un contexte de « détente » sur le front des températures en Europe, après les bas niveaux atteints dans la seconde moitié du XVIIe et la première décennie du XVIIIe siècle. En effet, tant les températures instrumentales (la précieuse série du centre de l’Angleterre, notamment) que celles dérivées des cernes des arbres ou des sources historiques (Hollande, Pays Baltes) dessinent une Europe du Nord-Ouest aux températures d’été nettement orientées à la hausse et aux hivers plus doux. Alors, augmentation des précipitations d’hiver qui auraient gonflé les bilans hivernaux et provoqué ces avancées des glaciers scandinaves, avancées que n’auraient pas connu au même moment les glaciers alpins qui, bien qu’encore majestueux, sont plutôt repliés par rapport à leur maximum d’avant 1650 ?

Évolution du glacier de la Pilatte (massif des Écrins, France) entre 1921 (en haut) et 2003 (en bas)

35Laissons pour l’heure la question sans réponse, car nous reviendrons sur ces décalages entre le nord et le sud de l’Europe quand nous étudierons les fluctuations des glaciers européens au XXe siècle. Avant d’en arriver là, penchons-nous sur les manifestations du PAG hors d’Europe.

Un Petit Âge Glaciaire ailleurs qu’en Europe ?

36Les études récentes effectuées tout au long des cordillères américaines de l’Alaska à la Patagonie révèlent partout l’existence du PAG. Cependant, comme les sources documentaires sont inexistantes sur ce continent, seules les données indirectes permettent d’établir les courbes de fluctuations, ce qui introduit une certaine dose d’incertitude dans la chronologie des événements.

Alaska

37Entre les monts Brooks au nord et le Saint-Elias au sud, en ajoutant calottes, massifs de type alpin et glaciers encaissés dans des fjords profonds, on arrive à réunir l’une des masses glaciaires parmi les plus importantes au niveau de la planète, en dehors des grandes calottes polaires : l’étendue des glaciers s’élève à environ 90 000 km2 environ, soit plus de 30 fois la glaciation actuelle des Alpes. Les chercheurs qui se sont attelés au PAG, dont les Américains Calkin et Wiles, ont montré que l’on enregistre durant cette période la plus forte poussée glaciaire de tout l’Holocène. Mais des différences sensibles apparaissent dans la chronologie de ces poussées selon les régions. Beaucoup de glaciers auraient avancé dès le début du XIIIe siècle – alors que l’Europe connaît encore les douceurs de l’Optimum Médiéval –, certains ayant même atteint durant ce siècle leur plus grande extension, comme dans les monts Brooks à l’extrême nord de l’Alaska par 68 ° N. Dans les massifs intérieurs et au Yukon, les stades glaciaires les plus étendus sont en général datés de la fin du XVIe siècle, et la date qui revient le plus souvent est 1570. Plus au sud, vers 62 °-60 ° N et en position maritime, les massifs de Wrangell et de Saint-Elias enregistrent des maximums au XVIe, à la fin du XVIIIe, au milieu du XIXe et à la fin XIXe-début XXe siècle. Pour beaucoup de glaciers, la plus vaste extension date du XVIIIe siècle. Par rapport aux glaciers d’aujourd’hui, on estime que les lignes d’équilibre glaciaire lors du maximum du PAG étaient déprimées par rapport à celles de la fin du XXe siècle de 100-200 m dans les régions maritimes, allant jusqu’à 300-400 m dans les régions continentales.

Rocheuses canadiennes

38Plus au sud, dans les Rocheuses canadiennes (50-55° N), Brian Luckman, de l’université de l’Ouest-Ontario, a daté les deux plus grandes constructions morainiques du PAG au XVIIIe et au XIXe siècle, avec un maximum souvent atteint lors de la première moitié du XIXe. Mais l’extension varie selon les lieux et l’on sort facilement de ces fourchettes. Certains glaciers atteignent ainsi leur record d’extension au XVIIe siècle, d’autres à la fin du XIXe et même au début du XXe siècle. Comme en Alaska, la lichénométrie a été mise à contribution pour dater les moraines. Quant au bois fossile, très présent ici dans les moraines du fait de la densité des forêts, il a permis non seulement de dater ces moraines mais aussi de reconstituer les températures estivales sur près d’un millier d’années. La dendroclimatologie nous apprend ainsi que les glaciers ont avancé dès lors que les températures d’été ont plongé, comme ce fut le cas vers 1200, 1300, à la fin du XVIIe et tout au long du XIXe siècle. En revanche, les précipitations reconstituées selon la même méthode présentent à cette époque peu de corrélations avec les avancées glaciaires, ce qui est surprenant.

39En quittant les « Rockies » de l’Alberta pour la côte pacifique, en Colombie britannique, la crue du XIXe siècle devient dominante sur toutes les précédentes. Certes, les crues du XVIIe et du XVIIIe siècle n’ont pas complètement disparu, mais les moraines jalonnant ces stades ont souvent été recouvertes par des dépôts glaciaires plus récents. Le pic du XIXe siècle est ici très tardif, comme en Alaska, et date de 1850-1900. Différence notable avec les Alpes, où, rappelons-le, la plupart des glaciers avaient entamé en 1860 leur grand mouvement de décrue ! Ces glaciers proches du Pacifique paraissent davantage influencés par les précipitations et répondent aux modifications qui ont affecté la circulation atmosphérique sur cet océan. Encore une variante relevant d’une influence climatique régionale qui perturbe la bonne synchronisation du PAG à l’échelle du continent nord-américain…

40Pour conclure sur les chaînes d’Alaska et sur les Rocheuses, le PAG y est bien présent, marqué par des extensions glaciaires importantes, comme en Europe, dès le XIIIe/XIVe siècle. Mais les grands maximums ont été plus tardifs, entre la seconde moitié du XVIIe et la fin du XIXe siècle. L’avancée maximale des glaciers s’est manifestée dans la seconde moitié du XIXe siècle dans les régions maritimes d’Alaska et des Rocheuses (Colombie britannique), sans doute en liaison avec des flux très humides en provenance du Pacifique à cette époque. Dans les régions intérieures plus continentales, où l’influence des températures estivales semble dominer celle des précipitations hivernales, le maximum s’est produit plus tôt, au cours de la première moitié du XIXe et même avant, au cours des XVIIe et XVIIIe siècles. Dans tous les cas, ces études réalisées en Amérique du Nord montrent que, depuis le XIIIe siècle, les glaciers n’ont pas occupé des positions plus restreintes que celles acquises après 1950.

Andes tropicales

  • 22 Garcia M., Francou B., 2004 – Andes. Voyages sur les volcans d’Équateur. Georges Naef, Genève.

41Jusqu’à une date très récente, les données sur le PAG dans les Andes tropicales étaient rares. Dans ces cordillères, on observe sur les délaissées glaciaires situées à l’aval des fronts actuels, au-dessus de 4 300-4 500 m, des constructions morainiques imposantes. Elles se démultiplient en de nombreux cordons secondaires. Quelles que soient les cordillères, en Bolivie, au Pérou, sur les volcans d’Équateur et de Colombie, ces moraines ont la fraîcheur des derniers siècles et présentent une morphologie très bien préservée, avec peu de végétation ou de cendres volcaniques. Mais, hélas, elles sont aussi dépourvues des informations classiques sur lesquelles bâtir une chronologie des fluctuations glaciaires. Les documents historiques sont épisodiques – mais pas complètement absents cependant. Dans le sud du Pérou, dans la localité d’Ananea dans la Cordillère Apolobamba (15° S) exploitée dès l’arrivée des Espagnols pour ses gisements d’or, plusieurs auteurs rapportent que les mines coloniales furent envahies au XVIIe siècle par les glaciers, puis remises à découvert lors du recul de ces derniers au cours du XIXe siècle. Mais pas de dates précises, et encore moins de données chiffrées sur les mouvements de ces glaciers. En Équateur, des savants voyageurs, et non des moindres comme les académiciens français vers 1740 (La Condamine, Bouguer) ou Alexander von Humboldt en 1802, hommes de science d’une curiosité universelle, n’ont pas dédaigné de porter leur regard sur les glaciers. Ils ont même livré de précieuses informations sur les altitudes de ces derniers, des informations cartographiques exploitables et des gravures, dessins, peintures, qui montrent que ces glaciers étaient bien plus vastes à cette époque22. Mais il est difficile de tracer une courbe continue des fluctuations glaciaires à partir de ces témoignages épars.

Aquarelle de Rudolf Reschreiter représentant le glacier de la caldera de l’Altar (Équateur) en 1903, alors qu’il recouvrait tout le cirque glaciaire avec une épaisseur de glace proche de 100 m

Vue récente de la même caldera de l’Altar en 1999. Les glaciers se sont repliés sous les parois rocheuses, découvrant le fond du cirque et permettant le développement de la Laguna Amarilla, profonde de 50 m

  • 23 Thompson L. G., Mosley-Thompson E., Dansgaard W., Grootes P. M., 1986 – The Little Ice Age as recor (...)

42À haute altitude, L. G. Thompson et son équipe, de l’université de l’Ohio ont observé dans une carotte de glace extraite en 1983 au sommet de la calotte glaciaire de Quelccaya (5 670 m), sud de Cusco au Pérou (14° S), des indicateurs d’un climat plus froid entre le XIVe siècle et 188023. Ils se basent sur un appauvrissement du rapport isotopique de l’oxygène contenu dans la glace (18O/16O) et sur la présence de poussières atmosphériques plus nombreuses qui est interprétée comme résultant d’un climat plus froid, avec une végétation plus clairsemée et des vents plus violents qui augmentent les transports de poussières dans l’atmosphère. Ces carottes, dont les dates sont calibrées sur de grands événements volcaniques, offrent aussi des informations à travers les couches de neige accumulées sur les hauteurs des précipitations de l’époque. Mais les carottes de glace ne disent rien sur les extensions glaciaires du passé ni sur les dates de leurs fluctuations ; ce sont donc les moraines qui sont mises à contribution. L’absence d’arbres sur ces marges glaciaires trop hautes en altitude rend aléatoire l’usage de la dendrochronologie, auxiliaire si précieux dans les Alpes ou les Rocheuses pour dater les moraines. La partie n’était donc pas gagnée d’avance… Mais c’était sans compter sur les lichens !

  • 24 Rabatel A., Jomelli V., Naveau P., Francou B., Grancher D., 2005 – Datings of Little Ice Age glacie (...)

43L’application de cette technique a trouvé dans les Andes des conditions favorables. La présence de l’espèce Rhizocarpon geographicum, le lichen dateur par excellence, sur les blocs de ces moraines, le fait que les conditions écologiques sur les hautes cordillères tropicales, sans manteau neigeux durable, favorisent une croissance homogène de cette espèce, le fait aussi que le taux de croissance du lichen puisse être étalonné sur des supports datés avec une assez bonne précision (mines coloniales, églises, cimetières, routes, barrages, coulées volcaniques dont on connaît les dates d’émission, etc.), ont fait que la lichénométrie a pu donner dans ces régions des résultats assez précis. Grâce à elle, l’équipe de l’IRD24 qui travaille en Bolivie et au Pérou a pu établir la première chronologie détaillée du PAG dans des montagnes tropicales. Que dit-elle ?

44Les marges glaciaires datées présentent toutes le même résultat : les glaciers ont avancé avant 1650, à une date inconnue, puis ont déposé une imposante moraine entre cette date et la fin du XVIIe siècle. Cette moraine contient parfois, comme dans le massif du Charquini, situé à 20 km au nord-est de La Paz, des fragments de tourbe datés au 14C du XIIe siècle qui pourraient prouver, si c’était confirmé ailleurs, que vers 1150 après J.-C. les glaciers andins, comme en Europe, étaient en retrait. De surcroît, cela fait apparaître l’avancée du XVIIe siècle comme majeure à l’échelle du millénaire.

45Par la suite, chaque cordon daté montre un âge décroissant vers l’amont, sans hiatus important, ce qui prouve qu’aucune autre avancée comparable à celle du XVIIe siècle ne s’est produite. On en conclut que, depuis la fin du XVIIe siècle, le PAG n’a enregistré qu’une série de reculs glaciaires, et pas de réavancée majeure (fig. 11 et 12). Il n’y a pas trace en Bolivie des grandes réavancées qui se sont pro duites au XIXe siècle dans les Alpes ou en Amérique du Nord. Dans les Andes centrales, la sortie du PAG s’est réalisée au cours des deux dernières décennies du XIXe siècle et elle semble avoir été provoquée surtout par une diminution drastique des précipitations.

Figure 11. Les moraine datées du PAG du glacier Charquini Sur en Cordillère Royale de Bolivie. Les trois grandes moraines les plus basses datent de la seconde moitié du XVIIe siècle à la seconde moitié du XVIIIe. La quatrième, très proéminente, est attribuée aux premières décennies du XIXe siècle. Par la suite, l’absence de moraine très marquée montre que le recul a été constant au cours des XIXe et XXe siècles. Les dates sont placées ici sans leur intervalle de confiance, qui est de l’ordre de 10-30 ans selon les moraines. Le glacier du PAG, lors de son extension maximale s’étendait sur 1,2 km2 environ, tandis que la surface du glacier actuel (2004), à peine visible à l’extrême droite de la photographie, est de 0,37 km2, ce qui représente une diminution des deux tiers

Figure 11. Les moraine datées du PAG du glacier Charquini Sur en Cordillère Royale de Bolivie. Les trois grandes moraines les plus basses datent de la seconde moitié du XVIIe siècle à la seconde moitié du XVIIIe. La quatrième, très proéminente, est attribuée aux premières décennies du XIXe siècle. Par la suite, l’absence de moraine très marquée montre que le recul a été constant au cours des XIXe et XXe siècles. Les dates sont placées ici sans leur intervalle de confiance, qui est de l’ordre de 10-30 ans selon les moraines. Le glacier du PAG, lors de son extension maximale s’étendait sur 1,2 km2 environ, tandis que la surface du glacier actuel (2004), à peine visible à l’extrême droite de la photographie, est de 0,37 km2, ce qui représente une diminution des deux tiers

Source : Rabatel et al., 2005, C.R. Geoscience : 337

46La chronologie « mondiale » est donc respectée dans ses grandes lignes dans les Andes de Bolivie, mais notons que l’origine du déclin des glaciers est précoce, puisque celui-ci se manifeste dès la seconde moitié du XVIIIe siècle. Les volcans d’Équateur, qui avaient gardé des glaciers étoffés jusqu’en 1850-1860, subissent une récession brutale au cours des deux décennies 1880-1900 qui signe la fin du PAG. Ainsi le Corazón, un volcan au sud de Quito qui culmine tout juste à 4 800 m, est décrit en 1740 par La Condamine, puis en 1802 par Humboldt, comme couvert de « neiges éternelles ». C’est encore le cas en 1880 lors de l’ascension de Whymper. En revanche, le sommet perd presque entièrement son chapeau de glace en vingt ans, entre 1880 et le tout début du XXe siècle, et le géographe allemand Hans Meyer en est réduit à décrire en 1903 « les quelques résidus de glace qui d’ici quelque temps auront tout à fait disparu ».

Figure 12 Variations de surface des cinq glaciers du Charquini (5 400 m), Cordillère Royale de Bolivie (16° S)

Figure 12 Variations de surface des cinq glaciers du Charquini (5 400 m), Cordillère Royale de Bolivie (16° S)

Source : Rabatel et al., 2006

Massif du Cerro Telata (5 330 m) dans la Cordillère Royale de Bolivie. Les glaciers se sont considérablement réduits depuis le Petit Âge Glaciaire. On voit les moraines datées du PAG colonisées par la végétation au pied. Les zones claires non encore colonisées par les lichens indiquent les glaciers datant d’une cinquantaine d’années.

47Rares sont les données fiables en provenance des autres régions tropicales, où beaucoup reste à faire, tant en Afrique qu’en Nouvelle-Guinée, pour dater précisément les moraines attribuées au PAG, pourtant partout présentes. Selon S. Hastenrath, de l’université de Madison (Wisconsin), le PAG aurait entamé son déclin au milieu du XIXe siècle en Nouvelle-Guinée et au Kenya, avec une accélération du déclin après 1880 en Afrique par suite d’une diminution des précipitations, confirmée par la baisse du niveau des lacs dans la région.

Andes du Sud, Nouvelle-Zélande, Tien Shan, Himalaya

48Ce que l’on connaît des Andes, au sud du 30° S et jusqu’en Patagonie, montre avec insistance une crue importante vers le milieu du XVIIe siècle, souvent dépassée par une crue très tardive fin XIXe-début XXe siècle. Cette crue tardive est aussi présente en Nouvelle-Zélande, mais elle y est précédée par un maximum d’extension des glaciers échelonné entre 1720 et 1760. En Himalaya, au Tibet, dans les chaînes d’Asie centrale, l’extension des glaciers durant le PAG est manifeste un peu partout. Dans les Tien Shan, on retrouve, datés par la lichénométrie, des maximums glaciaires aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles.

  • 25 Cette estimation concerne les lignes d’équilibre ou limites des neiges permanentes. Les langues gla (...)

49Concluons que le Petit Âge Glaciaire n’a pas été limité à l’hémisphère nord, comme on le pensait encore il y a vingt ans. Il est bel et bien présent partout par des avancées s’échelonnant entre le XIV e et le XIX e siècle suivant les régions, les extensions maximales se situant entre le XVIIe et la fin du XIXe siècle. La dépression des glaciers au PAG par rapport à la fin du XXe siècle a été au minimum de 100 m25. En fait, les valeurs de l’abaissement des lignes d’équilibre glaciaires sont comprises dans une fourchette de 100 à 400 m, avec une forte variabilité d’un massif à l’autre, et même souvent à l’intérieur d’un massif suivant l’exposition et d’autres particularismes locaux.

Glacier Broggi (Cordillère Blanche), au fond, tel qu’il était en 1996. Dix ans après, il est réduit à un petit amas de glace et a presque disparu. En revanche, les moraines du maximum du Petit Âge Glaciaire, qui apparaissent au premier plan, montrent que ce glacier dépassait 1 000 m de longueur au milieu du XIXe siècle. Depuis un siècle et demi, un recul semblable a touché tous les glaciers de petite taille dont les sommets ne dépassent pas les 5 000 m

50Si l’importance et l’universalité du PAG font à présent l’unanimité, en revanche les discussions vont bon train sur l’ampleur de la fluctuation climatique qu’il a représentée et sur ses origines. Examinons cette question dans le chapitre suivant.

Notes

20 Holzhauser H., 1997 – «Fluctuations of the Grosser Aletsch Glacier and the Gorner Glacier during the last 3200 years: new results.». In Frenzel B., (éd.): Glacier fluctuations during the Holocene. Paläoklimaforschung/Palaeoclimate Research, 24. Holzhauser H., Zumbühl H. J., 1999 – Glacier fluctuations in the Western Swiss Alps and French Alps in the 16th century. Climatic Change, special issue.

21 Böhm R., Auer I., Brunetti M., Maugeri M., Nanni T., Schöner W., 2001 – Regional temperature variability in the European Alps 1760-1998. International Journal of Climatology, 21.

22 Garcia M., Francou B., 2004 – Andes. Voyages sur les volcans d’Équateur. Georges Naef, Genève.

23 Thompson L. G., Mosley-Thompson E., Dansgaard W., Grootes P. M., 1986 – The Little Ice Age as recorded in the stratigraphy of the tropical Quelccaya Ice Cap. Science, 234.

24 Rabatel A., Jomelli V., Naveau P., Francou B., Grancher D., 2005 – Datings of Little Ice Age glacier fluctuations in the tropical Andes : Charquini glaciers, Bolivia, 16 ° S. C. R. Geoscience, 337.

25 Cette estimation concerne les lignes d’équilibre ou limites des neiges permanentes. Les langues glaciaires, quant à elles, sont descendues en altitude de plusieurs centaines de mètres.

Table des illustrations

Légende Au cours du dernier millénaire, période durant laquelle on dispose de sources dignes de foi – vestiges archéologiques, datations au radiocarbone, indications étayées sur les cernes des arbres, puis documents historiques –, les glaciers ont fluctué sur une assez grande amplitude, avec des avancées succédant à des reculs. Une grande avancée se manifeste juste après la période relativement chaude du Petit Optimum Médiéval (Xe-XIIIe siècle) et se poursuit, avec des hauts et des bas, jusqu’au fort mouvement de récession enclenché au XIXe siècle. Dénommée le Petit Âge Glaciaire, cette période caractérisée par un climat plus froid que l’actuel a duré cinq à six siècles. Elle est considérée aujourd’hui comme l’une des phases de progression les plus spectaculaires qu’aient connues les glaciers à l’échelle de notre cycle interglaciaire
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9983/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Le massif de l’Oberland bernois, dans les Alpes suisses, limité au nord par la vallée de l’Aar, les lacs de Brienz et de Thoune et, au sud, par la vallée du Rhône. Le grand glacier d’Aletsch, au centre, orienté sud puis sud-ouest, se distingue par sa taille (24 km)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9983/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Le grand glacier d’Aletsch, dans l’Oberland bernois en juillet 1994. Plus long et plus grand glacier des Alpes et d’Europe continentale (24 km, 127 km2 en 2000), ce glacier a suscité des études fines sur les fluctuations qu’il a connues tout au long de l’Holocène et surtout pendant le Petit Âge Glaciaire. Ses grandes dimensions lui permettent d’intégrer la variabilité climatique à l’échelle décennale en un signal séculaire lissé. Cela explique qu’il ait presque continuellement reculé depuis 1860
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9983/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Le grand glacier d’Aletsch vers 1850 et de nos jours : on remarque l’importance du recul et de l’amincissement du glacier dans sa région frontale. Photographies prises du même endroit
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9983/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9983/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Figure 9. Phases d’avancée et de retrait du grand glacier d’Aletsch depuis 1300 av. J.-C. À droite, variations de longueur avec comme référence le maximum de 1856-1860 (= 0). À gauche, les extensions des années de référence
Légende Source : d’après Holzhauser et Zumbühl, 2003
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9983/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Tableau 1. Variations de la langue terminale du grand glacier d’Aletsch depuis plus de 2 000 ans. Crues en gras : crues maximales, égales ou presque à la crue de référence de 1859-1860. Décrues en gras : retrait du glacier sur des positions proches des actuelles (1990-2000). Données peu fiables avant 1300, meilleures après cette date, historiques à partir de 1653
Légende Source : Holzhauser, 1987 et 2003. * 14C ** Dendrochronologie (arbres renversés, souches en place, poutres supports de bisses) *** Sources historiques (écrits, bisses, plans, iconographie diverse…)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9983/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau 2. Crues attestées de six glaciers des Alpes suisses et d’un glacier des Alpes autrichiennes depuis 1 000 ans. En gras : poussées extrêmes des phases maximales. En italique : données obtenues par datation 14C. Souligné : données obtenues par dendrochronologie. Autres : données provenant de diverses sources historiques. Be : Canton de Berne. Val : Valais
Légende Sources : Holzhauser et Zümbulh, 1988 (Suisse) ; Grove, 1988 (Suisse) ; Winkler, 1996 (Autriche)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9983/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Figure 10. Fluctuations de longueur de quatre glaciers dans les Alpes : Mer de Glace, Argentière, Bossons, Grindelwald. L’origine 0, dans l’échelle de variations des longueurs, est arbitraire. Noter comment le glacier des Bossons anticipe de quelques années les variations de ses voisins, Mer de Glace et Argentière
Légende Source : adapté de Vincent et al., 2004, Journal of Geophysical Research : 109
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9983/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Le village d’Argentière en 1860 (en haut), 1896 (au milieu) et 2003 (en bas)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9983/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende Le mont Blanc et la vallée de Chamonix. Gouache de Jean Dubois (vers 1820)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9983/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Légende Évolution du glacier de la Pilatte (massif des Écrins, France) entre 1921 (en haut) et 2003 (en bas)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9983/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Aquarelle de Rudolf Reschreiter représentant le glacier de la caldera de l’Altar (Équateur) en 1903, alors qu’il recouvrait tout le cirque glaciaire avec une épaisseur de glace proche de 100 m
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9983/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Vue récente de la même caldera de l’Altar en 1999. Les glaciers se sont repliés sous les parois rocheuses, découvrant le fond du cirque et permettant le développement de la Laguna Amarilla, profonde de 50 m
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9983/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Figure 11. Les moraine datées du PAG du glacier Charquini Sur en Cordillère Royale de Bolivie. Les trois grandes moraines les plus basses datent de la seconde moitié du XVIIe siècle à la seconde moitié du XVIIIe. La quatrième, très proéminente, est attribuée aux premières décennies du XIXe siècle. Par la suite, l’absence de moraine très marquée montre que le recul a été constant au cours des XIXe et XXe siècles. Les dates sont placées ici sans leur intervalle de confiance, qui est de l’ordre de 10-30 ans selon les moraines. Le glacier du PAG, lors de son extension maximale s’étendait sur 1,2 km2 environ, tandis que la surface du glacier actuel (2004), à peine visible à l’extrême droite de la photographie, est de 0,37 km2, ce qui représente une diminution des deux tiers
Légende Source : Rabatel et al., 2005, C.R. Geoscience : 337
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9983/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Figure 12 Variations de surface des cinq glaciers du Charquini (5 400 m), Cordillère Royale de Bolivie (16° S)
Légende Source : Rabatel et al., 2006
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9983/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Massif du Cerro Telata (5 330 m) dans la Cordillère Royale de Bolivie. Les glaciers se sont considérablement réduits depuis le Petit Âge Glaciaire. On voit les moraines datées du PAG colonisées par la végétation au pied. Les zones claires non encore colonisées par les lichens indiquent les glaciers datant d’une cinquantaine d’années.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9983/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Glacier Broggi (Cordillère Blanche), au fond, tel qu’il était en 1996. Dix ans après, il est réduit à un petit amas de glace et a presque disparu. En revanche, les moraines du maximum du Petit Âge Glaciaire, qui apparaissent au premier plan, montrent que ce glacier dépassait 1 000 m de longueur au milieu du XIXe siècle. Depuis un siècle et demi, un recul semblable a touché tous les glaciers de petite taille dont les sommets ne dépassent pas les 5 000 m
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9983/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 492k

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540