Version classiqueVersion mobile

L’énergie dans le développement de la Nouvelle-Calédonie

 | 
Yves Le Bars
, 
Elsa Faugère
, 
Philippe Menanteau
, 
et al.

Section 1 : Synthèse et recommandations. Version française

L’expertise collégiale à l’IRD : objectifs et méthodes

Texte intégral

1L’IRD assure au titre de ses missions d’établissement public scientifique et technologique le « développement d’une capacité d’expertise » (art. L112-1cbis du Code de la recherche, dans le droit français), notamment sous la forme d’expertises scientifiques collectives dites « expertises collégiales ».

2Vu l’amplitude de son objet social (le développement, les Suds, les relations de l’homme à son environnement dans la zone intertropicale) et son implantation dans les différentes aires régionales du Sud via ses représentations, l’IRD est particulièrement appelé à embrasser des problématiques globales complexes qui, par définition, nécessitent à la fois un recours croisé aux connaissances les plus récentes et une transmission de celles-ci vers la société et les acteurs sociaux. L’exercice de l’expertise collégiale s’intègre là pleinement dans les missions de l’Institut et vient offrir sa plus-value, dans cet espace où doivent être rassemblés et ordonnés les éléments propres à éclairer la décision dans la sphère publique.

CE QU’EST L’EXPERTISE COLLÉGIALE À L’IRD

3L’expertise collégiale est fondamentalement un exercice original de transfert de la connaissance scientifique vers la sphère des décideurs et dirigeants (en bref, ceux dont la fonction est, dans leur institution, de décider ou d’organiser la décision au profit de la collectivité, sur le fondement d’un mandat ou non), réalisé en relation avec une question initiale posée par ces derniers. Elle a pour objet de fournir, à la demande d’un ou plusieurs commanditaires (des autorités publiques, dans la très grande majorité des cas), une analyse scientifique pluridisciplinaire sur un sujet déterminé à partir d’une revue complète de l’état de l’art.

4Ainsi conçue, elle se traduit toujours par :

  • une relation contractualisée avec le commanditaire, sur le fondement d’une liste de questions initiales et d’un financement acquis ;
  • la délimitation d’une question à objet large et à enjeux multiples, d’une portée nationale ou régionale, qu’une approche monodisciplinaire ne peut prétendre aborder seule ;
  • la mise en place d’un collège pluridisciplinaire d’experts issus de communautés scientifiques et d’établissements différents (organismes, universités, agences), recrutés pour leur compétence individuelle et leur connaissance avérée de la question abordée ;
  • une mise en perspective et une retraduction de la question initiale, appuyées sur un état des lieux (éventuellement déjà réalisé en partie) et des données disponibles, et sur un traitement pluridisciplinaire ;
  • la formulation de conclusions et recommandations, destinées à éclairer voire appuyer la décision ou l’action publique à venir.

5L’expertise collégiale est réalisée dans une relation étroite et suivie avec des processus ou mécanismes de prise de décision, le plus souvent dans le domaine des « politiques publiques » de la compétence de l’État ou d’autorités régionales ou locales. En cela, elle se différencie de l’activité de production de la connaissance scientifique stricto sensu. L’indépendance et la responsabilité solidaire du collège des experts se conjuguent donc avec les exigences et délais attachés à la demande et au commanditaire.

6Elle constitue ainsi une forme originale de valorisation de la recherche, qui vient autant exploiter les connaissances les plus récentes qu’ouvrir des pistes nouvelles de recherche à la frontière de plusieurs domaines scientifiques. La démarche « expertise collégiale » n’est donc pas exclusive mais complémentaire de la réalisation de programmes de recherche, soit en cours, soit à venir. Les experts qui y participent, chercheurs ou enseignants-chercheurs de profession dans la très grande majorité des cas, témoignent de la richesse de l’exercice, au plan professionnel comme personnel.

7En somme, l’expertise collégiale contribue véritablement à « faire parler » la recherche, en l’ancrant dans un contexte où elle vient en réponse à une demande.

LA RECONNAISSANCE D’UN PROJET SE PRÊTANT À EXPERTISE COLLÉGIALE : CRITÈRES ET MÉTHODE

8Le travail essentiel au stade du projet est d’identifier la demande (avérer ses sources, son objet précis, son contexte, ses porteurs) et de la formaliser jusqu’à ce qu’elle se transforme en commande. La demande peut émaner directement d’une entité qui sera elle-même le bailleur de fonds, ou pas. Lorsque la demande est latente, les représentants de l’IRD et les chercheurs de l’IRD affectés sur place apportent un précieux relais et aident le partenaire à la formuler : ils sont le mieux à même de tirer le meilleur parti de leurs réseaux locaux (institutionnels, scientifiques, interpersonnels) et de leur connaissance du terrain.

9Lorsque la demande est suffisamment identifiée, le Département expertise et valorisation de l’IRD l’examine, l’approfondit et la cale dans le processus « expertise collégiale » au vu de trois critères principaux habituellement retenus :

  • identification claire de l’expression du besoin du demandeur et des processus décisionnels engagés ;
  • recours jugé central et indispensable à une synthèse de la connaissance scientifique pour l’éclairage, l’évaluation et l’analyse des politiques publiques concernées et des enjeux posés ;
  • existence d’une littérature suffisante (scientifique, publiée ou grise, mais aussi revues professionnelles, dossiers sectoriels…) et de données consolidées sur le sujet et accessibles.

10Ces points sont vérifiés autant que possible en amont par recoupement des informations disponibles et exploitation de la bibliométrie. Lorsque l’un de ces trois critères fait défaut, l’IRD s’accorde le droit de ne pas donner suite.

LE DÉROULEMENT D’UNE EXPERTISE COLLÉGIALE

11Telle que conçue et mise en œuvre à l’IRD, une expertise collégiale relève d’un modèle méthodologique bien éprouvé, certifié ISO 9001 : 2000. Elle s’appuie sur un ensemble de normes, règles et pratiques, que le Département expertise et valorisation déploie et actualise au gré des travaux produits.

12Le Département expertise et valorisation de l’IRD pilote en propre et assemble l’ensemble des opérations du processus « expertise collégiale », depuis la saisine initiale, le recrutement des experts jusqu’au rendu du rapport final et à la publication de l’ouvrage.

13Toute expertise collégiale débute officiellement à compter de la signature de la convention par les deux parties (IRD, commanditaire). Les accords, recrutements, installations d’instances, modalités de travail, etc. sont conclus dans la période qui suit.

14Les termes exacts des questions liées à la commande sont définis avec la plus grande précision par l’organisation, lors de l’« atelier initial », d’un échange approfondi entre le commanditaire, des représentants des communautés scientifiques concernées et, éventuellement, les diverses parties prenantes. Il faut, en effet, objectiver précisément les attendus des uns et des autres et délimiter clairement ce qui peut être traité d’un point de vue scientifique et ce qui ne saurait l’être. Certaines questions, sans nul doute cruciales pour la décision politique, ne peuvent en leurs termes mêmes relever d’une approche scientifique ; il convient donc de les écarter. De l’autre, néanmoins, il importe que les experts aient une très bonne connaissance du contexte politique et des processus décisionnels engagés.

15L’expertise est dès lors menée durant une période d’un an par le collège des experts, sous la responsabilité de son président et de la coordination scientifique (un coordonnateur par axe thématique). Un comité de suivi composé des représentants du commanditaire et de ses éventuels partenaires, est tenu régulièrement informé de l’avancement des travaux. Les observations qu’il formule sont transmises au collège des experts, qui les examine.

16Au terme de l’expertise, douze à quinze mois après la tenue de l’atelier initial, le rapport final est remis au commanditaire, qui comprend la synthèse et le texte intégral des contributions des experts. Ce rapport est publié dans la collection « Expertise collégiale » des éditions de l’IRD.

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search