Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les glaciers à l'épreuve du climat

 | 
Bernard Francou
, 
Christian Vincent

Introduction

Texte intégral

  • 1 Les mots en bleu dans le texte marquent un renvoi au glossaire situé en p. 265.

1Qui n’a pas été surpris d’observer en l’espace de quelques années un glacier1 maintes et maintes fois visité changer d’allure, le front propulsé en avant ou, au contraire, replié sur ses bases arrière, son épaisseur, sa forme, parfois sa couleur tellement modifiées qu’il en est devenu méconnaissable ? Et de là d’épiloguer sur le climat qui change…

2Les glaciers, c’est un fait, évoluent à l’échelle d’une vie humaine, nous le constatons ces dernières années dans les Alpes où ils ont entamé un mouvement de repli marqué. Il faut désormais marcher davantage pour aller les toucher à leur front, ou plus en amont, descendre un peu plus pour aller les fouler du pied. Dans les grandes parois glaciaires, de minces goulottes sont parfois tout ce qui reste des grands panneaux de glace qui recouvraient tout sans distinction.

3Est-ce un phénomène général ? L’observe-t-on sur la plupart des glaciers de la planète ? Est-ce une évolution qui concerne déjà les grandes calottes polaires, Groenland et Antarctique ? N’a-t-on pas vu ces dernières années des glaciers faire de belles avancées en d’autres lieux, Norvège ou Nouvelle-Zélande ? Alors, en ce début de millénaire, existe-t-il vraiment un signal global de retrait des glaciers ? Les données sont-elles suffisantes dans le temps et dans l’espace pour discerner une tendance ?

4En se tournant vers le passé, ne voit-on pas qu’elles sont récurrentes, finalement, ces avancés et ces contractions des glaciers ? Un observateur aussi avisé que Forel, l’auteur de l’exergue de ce livre, parlait déjà à la fin du XIXe siècle des « variations périodiques » des glaciers. De fait, un vieux guide de haute montagne de la vallée de Chamonix aura vu au cours de sa vie les glaciers successivement avancer dans les années 1925-1930, puis reculer dans les années 1940, reprendre du champ dans les années 1960-1970, et enfin régresser de nouveau après 1980. On comprend que de tels allers et venues le rendent confiant en l’avenir, et que beaucoup parient sur l’inévitable retour des glaciers…

5Ces allers et venues prennent toute leur importance lorsqu’on les met en perspective avec l’évolution du climat. En effet, au fur et à mesure que l’intérêt scientifique a crû pour les glaciers, on s’est aperçu que ces fluctuations étaient étroitement contrôlées par les variations du climat : quantité des précipitations solides reçues et phénomènes d’ablation subis par leur surface, ces deux termes régulent l’évolution des masses de glace au cours du temps. Ce sont ensuite des processus relevant de la dynamique de la glace qui déterminent l’épaisseur du glacier, son écoulement et sa longueur. Le grand intérêt des glaciers, c’est d’être en définitive des indicateurs du climat.

6Et c’est là, le cœur de la question ! Si le glacier est un marqueur du climat, alors les fluctuations anciennes, reconstituées par diverses méthodes, renferment une information sur les climats du passé. De même, les reculs constatés dans de nombreuses régions du monde depuis un siècle, et surtout depuis quelques décennies, contiennent aussi de l’information sur le réchauffement global de la planète, dont tout le monde parle aujourd’hui. Enfin, s’il s’avère que ce réchauffement s’accentue dans l’avenir, sous l’effet des gaz à effet de serre déversés dans l’atmosphère par les activités humaines, on peut à l’inverse se risquer à décrire ce qu’il restera des glaciers d’ici la fin du siècle. Une synthèse sur les glaciers ne peut faire abstraction de la question du climat. Pas plus d’ailleurs qu’elle ne peut esquiver la complexité du problème.

7En effet, le climat dans son évolution connaît au niveau de la planète de fortes disparités régionales, et il n’est pas étonnant que les glaciers enregistrent cette variabilité comme un bruit de fond. Par ailleurs, la réponse des glaciers au climat est complexe et c’est tout le travail du glaciologue d’y mettre bon ordre, en dégageant les processus clés qui entrent en jeu. Que le lecteur n’attende donc pas de nous des recettes simples, mais plutôt une démarche analytique qui n’occulte en aucun moment ses difficultés ainsi que les incertitudes des résultats obtenus.

8Sur un sujet encore très controversé – sur lequel prolifèrent, via l’internet ou d’autres médias, quantités de confusions et d’opinions relevant autant de l’affect, de la peur ou de phénomènes irrationnels, que d’intérêts politiques ou économiques –, il nous a paru sensé, dans un premier temps, de décrire la réalité telle qu’elle est. Confrontés directement aux données de terrain, nous jugeons primordial de dresser le panorama le plus complet possible des fluctuations des glaciers dans le monde. Ce faisant, nous avons mis l’accent sur le passé proche (le millénaire, le siècle, les dernières décennies), afin de ne pas trop nous éloigner des conditions climatiques qui sont les nôtres en ce début du XXIe siècle.

9Ainsi, analysant le Petit Âge Glaciaire dans son ensemble (XIVe-XXe siècles), nous verrons comment expliquer cette importante fluctuation des glaciers qui reflète la variabilité naturelle du climat. La fin de cette période nous fait entrer dans la déglaciation contemporaine (XIXe-XXe siècles), beaucoup moins linéaire et homogène qu’on ne l’imagine d’ordinaire, où les nuances régionales parfois marquées mettent en évidence des mécanismes climatiques complexes et des réponses des glaciers diverses. Le point crucial de cette histoire, ce sont les dernières décennies depuis 1970. Alors que le climat n’a jamais été si bien mesuré et que ces mesures mettent en évidence une tendance au réchauffement à laquelle bien peu de régions échappent, nous nous demanderons si les glaciers y répondent par un recul global et rapide, au point qu’ils soient en passe de sortir de la variabilité des fluctuations des millénaires précédents.

10Après cet état des lieux, nous aborderons précisément la question de la relation entre les glaciers et le climat. Celle-ci a bénéficié d’avancées importantes de notre discipline au cours des dernières décennies, en particulier dans la connaissance des processus responsables de l’ablation à la surface des glaciers.

11Connaissant mieux ces mécanismes, nous pourrons alors nous demander s’il existe effectivement un risque sérieux que de nombreux glaciers disparaissent dans l’avenir et à quelle échéance. La modestie sera de mise quant au message final, car les simulations reposent sur des scénarios climatiques portant sur le futur et qui comportent de larges incertitudes.

12Enfin, les glaciers de montagne, à l’inverse des grandes calottes polaires, sont situés dans des territoires habités. Nous consacrerons donc la dernière partie de ce livre à l’impact que peut avoir leur recul sur la ressource en eau et sur les risques naturels. Par ailleurs se pose également la question des conséquences de la fonte des glaces de massifs montagneux sur le niveau des mers, car même si elles ne sont pas du même ordre de grandeur que celles des calottes polaires (quelques décimètres contre plusieurs mètres à plusieurs dizaines de mètres pour le Groenland et l’Antarctique), ces conséquences ont déjà été significatives à l’échelle du siècle dernier. Au cours du XXIe siècle, la fonte de ces glaciers pourrait être un élément aggravant de la montée de la surface des océans aux côtés d’autres facteurs liés à leur réchauffement.

Notes

1 Les mots en bleu dans le texte marquent un renvoi au glossaire situé en p. 265.

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540