Version classiqueVersion mobile

Les sociétés rurales face aux changements climatiques et environnementaux en Afrique de l’Ouest

 | 
Benjamin Sultan
, 
Richard Lalou
, 
Mouftaou Amadou Sanni
, 
et al.

Conclusion

Benjamin Sultan, Richard Lalou, Mouftaou Amadou Sanni, Amadou Oumarou et Mame Arame Soumaré

Texte intégral

De nouvelles opportunités environnementales

1Après 30 années de sécheresse généralisée sur le Sahel, la première décennie du xxie siècle a vu une reprise de la pluviométrie. Elle est particulièrement marquée sur la partie centrale du Sahel, sans pour autant revenir aux conditions humides des années 1950-1969, et plus atténuée dans l’ouest du Sahel, où la sécheresse a perduré plus longtemps jusqu’à la fin des années 2000.

2En réponse à cette reprise des pluies, on a observé pour la période 1981-2011 une tendance au reverdissement sur la quasi-totalité de la bande sahélienne. Cette résilience de la végétation concerne particulièrement la strate herbacée, qui semble avoir une capacité importante à se restaurer, même après les sécheresses des années 1970 et 1980. Ces observations de terrain ont été réalisées notamment dans les écosystèmes agropastoraux du Gourma au Mali. Bien que leur résurgence soit moins spectaculaire, les ligneux semblent également connaître une régénération de leurs populations avec le regain récent de pluviosité et les recharges des nappes souterraines. Ces constats ont été établis sur le parc d’acacias Faidherbia albida au Sénégal.

Des perceptions plutôt conformes aux changements à l’œuvre

3Même si les sociétés rurales – ignorantes très souvent de la notion même de changement climatique – ne perçoivent ni n’interprètent les modifications actuelles du climat dans les mêmes termes que les scientifiques, elles perçoivent, au Sénégal, au Bénin et au Niger, les changements récents du climat moyen et de ses variations annuelles, tels que les observent les climatologues. Cette adéquation entre perceptions sociales locales et observations scientifiques du climat est particulièrement bonne lorsque les changements climatiques sont rapides, manifestes pour tous et quand ils ont un impact sur les modes de vie et les niveaux de production. Au Sénégal, les ruraux font une distinction claire entre la situation environnementale, qui prévalait il y a une vingtaine d’années environ quand la sécheresse était un facteur de stress, et les conditions climatiques actuelles où le climat n’est plus perçu comme une contrainte majeure par les paysans, grâce à la reprise des pluies et malgré leurs variations interannuelles. En revanche, dans le nord du Bénin, où la réalité scientifique des changements climatiques est beaucoup moins marquée, les perceptions des agriculteurs s’écartent sensiblement des observations, dans un sens comme dans l’autre.

Des innovations culturales adaptatives

4Si les agriculteurs et les éleveurs perçoivent bien les changements du climat, ils s’y adaptent aussi très rapidement, témoignant ainsi d’une importante capacité de réaction et d’adaptation spontanée. On en a trouvé des expressions particulièrement claires au Sénégal. Que ce soit dans la zone d’observation de Niakhar (au centre du bassin arachidier sénégalais), avec la réintroduction et la diffusion dans tout le Sine du mil sanio à cycle long (110-120 jours), qui avait disparu il y a près de 30 ans, ou dans la vallée du fleuve Sénégal, avec une modification de la période des semis, on note des changements des pratiques paysannes en lien direct avec les évolutions récentes du climat, et cela sans intervention de la recherche ou des acteurs du développement. Le projet Escape a montré ainsi que le manque de moyens économiques et techniques ne signifiait pas que les agricultures familiales étaient incapables de s’adapter. Même sans investissements, ces agricultures innovent en fonction de leurs moyens, et pour des performances agricoles qui leur permettent au moins de vivre et de se maintenir sur leurs terroirs.

5Les innovations qui traversent aujourd’hui les agricultures ouest-africaines et qui leur donnent leur dynamisme ne répondent pas uniquement ni principalement aux contraintes de la variabilité des climats et des ressources naturelles. Plus globalement, et plus profondément, les petites agricultures familiales s’adaptent aux grandes évolutions économiques, démographiques et politiques qui transforment leurs territoires. Qu’elles soient agricoles ou pastorales, côtières, sahéliennes ou forestières, les sociétés rurales, et au travers d’elles leurs organisations socio-économiques et leurs systèmes de production agricole, sont en constante adaptation transformationnelle. Parmi les innovations, on peut citer, entre autres, l‘émergence ou la généralisation de nouvelles productions commerciales, comme les noix de cajou et le soja au Bénin, la pastèque, l’embouche bovine et l’horticulture au Sénégal, et la pomme de terre au Niger. Ces évolutions s’accompagnent aussi de nouvelles pratiques agricoles, avec des modifications des calendriers culturaux (dates de semis, rotations des cultures) ou encore une diversification toujours plus grande des activités extra-agricoles : artisanat, commerce et travaux de manutention en fonction des besoins croissants des villes. Toutes ces innovations ne sont certes pas des réponses directes au changement climatique, mais elles constituent certainement des sources de revenus qui aident à la réduction des vulnérabilités des exploitations agricoles, notamment face au climat. En ce sens, elles contribuent donc à renforcer les capacités des petites agricultures familiales à mieux faire face aux perturbations climatiques.

La migration : une composante d’un système auto-adaptatif

6Les migrations saisonnières et de longue durée des ruraux d’Afrique sahélienne sont souvent considérées comme des réponses aux péjorations de l’environnement et du climat. De fait, toutes les études réalisées sur cette question après les grandes sécheresses des années 1970-1980 ont montré que ces crises écologiques ont accru les migrations internes (plutôt qu’internationales), circulaires et de courte durée, notamment chez les familles les plus pauvres et parmi les femmes et les enfants. Nous avons retrouvé, au Niger et surtout au Sénégal, ce même schéma migratoire dans le contexte climatique récent, marqué par l’alternance d’événements extrêmes contraires (sécheresses vs inondations) ; les années de sécheresse étant marquées par un surcroît de migrations saisonnières, plus particulièrement chez les jeunes et les femmes. En ce sens, la migration généralisée est une réponse adaptative et réactive, qui se met en place à partir d’un seuil défini par des conditions agricoles fortement dégradées. Cependant, même dans cette situation, la migration ne peut être considérée comme un échec de l’auto-adaptation. Sur tous les sites que nous avons étudiés, les migrants entretiennent un lien économique avec leur famille restée au village ; ils participent directement ou indirectement à sa sécurité alimentaire et facilitent, parfois, le développement de nouvelles activités de l’exploitation agricole d’origine (transferts de ressources financières, matérielles et technologiques).

7Bien que liée aux conditions climatiques, la migration ne s’interrompt pas pendant les années pluvieuses et de bonnes récoltes. Bien au contraire, un flux continuel de migrants est entretenu depuis les villages d’origine afin d’assurer les besoins en numéraire de la famille et des individus, qui consomment ordinairement une grande partie de leur production agricole. Les hommes adultes migrent en grand nombre pendant la saison sèche pour constituer un pécule destiné à la survie du ménage ou à des investissements productifs. Mais les jeunes (filles et garçons) migrent aussi, pendant la saison des pluies quand ils sont scolarisés, pour financer leurs études ou pour constituer le trousseau de mariage. Au final les migrations, même déconnectées du facteur climatique, contribuent à la fixation des ménages ruraux, qui dépendent plus faiblement des activités agricoles, comme c’est le cas dans le bassin arachidier où la crise de la filière arachidière et la dégradation avancée de la ressource en sol ont, entre autres facteurs, favorisé une régression relative de l’agriculture en faveur du secteur non agricole, porté par des activités comme le commerce, l’artisanat, le transport, la migration, etc. Elles favorisent également la réduction de la pauvreté (et notamment de la pauvreté alimentaire) dans les exploitations agricoles en voie de décapitalisation. Elles permettent enfin – en l’absence d’un accès au crédit – de dégager des revenus extra-agricoles nécessaires aux exploitations en phase de capitalisation. En somme, les migrations quand elles sont de plus forte intensité répondent aux chocs climatiques et environnementaux, mais en retour elles tendent aussi à diminuer les vulnérabilités des populations restées au village et à favoriser le développement d’innovations agricoles. En ce sens, et à l’image d’une boucle de rétroaction, les migrations accroissent donc, plus ou moins fortement selon les contextes, les capacités d’adaptation des exploitations agricoles au changement climatique.

De nouveaux risques climatiques

8Après avoir traversé les sécheresses historiques des années 1970 et 1980, le Sahel est actuellement plus humide et plus vert : une situation nouvelle dont les écosystèmes et les populations savent tirer parti. Mais, si cet ouvrage témoigne à juste titre de la résilience rapide des systèmes naturels et anthropisés et de la grande capacité d’adaptation des populations, il ne peut pour autant tronquer l’image d’ensemble : le Sahel ne doit pas composer avec un nouveau climat ; il doit faire face à un climat extrêmement changeant.

9En effet, si une reprise des pluies a bel et bien été constatée au Sahel, l’analyse détaillée du cycle hydrologique dans le Sahel central met en évidence que l’augmentation des quantités annuelles de pluie s’est accompagnée d’une diminution persistante du nombre de jours pluvieux et donc d’une progression des événements violents (très forts orages). Cette situation est typique d’un climat à forte variabilité, correspondant à une intensification du régime des précipitations, qui alterne les extrêmes hydrologiques comme les sécheresses et les inondations plutôt qu’il ne signale un retour à des conditions humides anciennes comme celles qui ont prévalu dans les années 1950. Comme nous avons pu le noter, les années sèches n’appartiennent pas à un passé révolu. Le Sahel a connu au début du xxie siècle au moins quatre crises alimentaires majeures : 2003, 2005, 2010 et 2012. Hormis la crise alimentaire de 2007-2008, largement imputable à la volatilité excessive des prix mondiaux des denrées alimentaires, les épisodes de crise alimentaire sont des crises de disponibilité alimentaire dues à la sécheresse. Dans le même temps, les inondations à fort impact socio-économique sont bien plus fréquentes qu’au cours des décennies précédentes. Les situations locales caractérisées par des inondations des champs, par des vents violents qui endommagent les cultures, par la brusque montée des eaux dans les bas-fonds qui submerge les cultures et décime des troupeaux, par des terres érodées et/ou par le ruissellement des eaux sont en plus des sécheresses des catastrophes devenues régulières et auxquelles les agriculteurs et les éleveurs doivent faire face.

10Si l’augmentation récente des pluies – qui permet une végétation un peu plus abondante – et la récurrence des événements pluvieux violents sont les marques les plus visibles du changement climatique, ces modifications s’accompagnent aux yeux des paysans ouest-africains d’un phénomène beaucoup moins bien perçu et pourtant incontestable : le réchauffement de la surface du continent africain depuis les années 1950. Les périodes les plus chaudes de l’année sont les plus concernées, notamment le printemps, où les températures, en constante augmentation, sont de 2 °C plus élevées qu’il y a soixante ans. Cette amplification du cycle annuel des températures se traduit principalement par une augmentation des températures nocturnes, les températures diurnes restant plus stables, sans qu’on puisse encore en expliquer les causes. Malgré le fait que la température est centrale pour l’étude des bilans d’eau et d’énergie, et que le réchauffement est présent dans tous les scénarios de changement climatique pour atteindre des valeurs allant de +2 °C à +4 °C à la fin du siècle, elle a fait l’objet de beaucoup moins d’études que les précipitations. C’est pourtant une contrainte nouvelle à laquelle les paysans africains pourront être confrontés à l’avenir, avec un effet négatif sur les rendements agricoles, sur l’élevage et sur les superficies cultivables dès le seuil de +2 °C atteint. Ainsi, une étude conjointe de l’IIASA et de la FAO estime qu’en Afrique de l’Ouest les superficies pouvant être cultivées en céréales diminueront de 7 à 15 %, selon le scénario d’élévation des températures (+1 à +3 °C) considéré (Fischer et al., 2002). L’augmentation des températures au milieu du xxie siècle, pouvant dépasser 3 °C dans certaines localités, est si importante qu’il n’existera bientôt aucun analogue du climat africain dans l’histoire récente. Ce réchauffement, pourtant déjà visible dans les observations climatiques, est néanmoins beaucoup moins bien perçu par les populations rurales interrogées, car la chaleur est omniprésente dans les zones rurales et les effets néfastes sur la production agricole et la santé ne se font pas encore clairement sentir. Il paraît difficile dès lors, sans une perception des changements, de développer des stratégies d’adaptation, d’autant que le climat que connaîtra l’Afrique dans les prochaines décennies sera, de mémoire d’homme, totalement inédit en termes de températures, avec un réchauffement dont la rapidité et l’intensité pourraient dépasser les capacités d’adaptation des populations africaines.

Des contraintes et des vulnérabilités persistantes

11Dans la problématique développement-environnement, la démographie est une donnée primordiale. La forte croissance démographique exerce une pression importante sur les ressources naturelles du continent et pèse lourdement sur sa croissance économique, notamment au travers du taux de dépendance très élevé. Une étude de Ndulu (2006) montre ainsi que les trois quarts de l’écart négatif global entre le taux de croissance par habitant de l’Afrique subsaharienne et celui des autres pays en développement pendant la période 1960 à 2004 s’expliquent par des facteurs démographiques.

12L’Afrique a la croissance démographique la plus rapide de tous les continents, et les écarts entre elle et le reste du monde ne cessent de s’accroître. Étant donné que les groupes en âge reproductif continueront pendant longtemps à représenter une part importante de la population, et du fait de l’inertie des phénomènes démographiques, la croissance de la population restera élevée et la pyramide des âges demeurera jeune pendant encore plusieurs décennies. Selon l’hypothèse moyenne des projections des Nations unies, la population de l’Afrique aura doublé d’ici 2050, en atteignant 2 milliards d’habitants, soit 22 % de la population mondiale, et dont 27 % auront moins de 15 ans (Nations unies, 2009). Bien que la part de la population rurale africaine soit en phase de décroissance, ses effectifs continueront à progresser jusqu’en 2050, passant de 592 millions en 2007 à 764 millions en 2050. Au milieu du xxie siècle, l’Afrique regroupera 27 % de la population rurale mondiale (Nations unies, 2008).

13Bien évidemment, cette évolution démographique originale a des conséquences sur le développement économique de l’Afrique, et plus particulièrement sur le développement de son agriculture. Actuellement, les agriculteurs africains du sud du Sahara valorisent environ 200 millions d’hectares (Roudart, 2010). Mais la dégradation continue des terres cultivées et la croissance de la population agricole ne peuvent induire qu’une extension rapide des terres agricoles. Les agriculteurs ouest-africains sont dans une grande majorité incapables – en raison de leur pauvreté – d’acquérir des techniques agricoles susceptibles d’augmenter la productivité du sol et n’ont souvent pour toute alternative que d’utiliser la terre jusqu’à ce qu’elle ne convienne plus à l’agriculture ou de conquérir de nouvelles surfaces agricoles sur les espaces forestiers et les prairies (à l’exemple du Niger et du Bénin). Quand les réserves foncières ont été épuisées, comme c’est le cas dans la partie du Sénégal étudiée, alors la croissance naturelle du nombre des ménages paysans entraîne un morcellement rapide des champs et une diminution importante des surfaces agricoles possédées. Au total, dans bien des parties d’Afrique de l’Ouest, la pression foncière, des activités agricoles excessives ou inadaptées, l’intensification souvent mal gérée de l’agriculture pour répondre aux besoins alimentaires d’une population croissante et les sécheresses répétées (ou les pluies violentes) déclenchent des processus de dégradation et d’érosion des sols, d’encroûtement superficiel et de ruissellement, de perte de la fertilité et de baisse de la productivité des cultures. Les paysans africains sont rarement en capacité de répondre efficacement et durablement à ces défis et contraintes.

Des changements environnementaux et des stratégies d’adaptation qui s’analysent à l’échelle locale

14Caractériser l’évolution, sous l’effet des activités anthropiques, du climat et de l’environnement de ces prochaines décennies et envisager des options d’adaptation du monde rural qui soient performantes est un exercice d’autant plus difficile qu’il existe de grandes disparités régionales dans les changements environnementaux. S’il a pu être montré une tendance au reverdissement consécutive à la reprise des précipitations, notamment dans les écosystèmes agropastoraux du Gourma malien, il existe aussi des preuves d’une dégradation des écosystèmes au Sahel. C’est le cas de la région de Fakara, au Niger, où les jachères sont moins productives qu’il y a vingt ans et où l’érosion des sols superficiels, la baisse du couvert végétal et l’augmentation des coefficients de ruissellement sont des marqueurs d’un environnement dégradé. En outre, les contrastes importants dans l’évolution du climat au Sahel rendent généralement complexe l’analyse des tendances et des projections à de grandes échelles. Le réchauffement observé depuis soixante ans en Afrique de l’Ouest par exemple n’est pas homogène ; il est plus fort au Sahel que sur les régions soudanienne et guinéenne. La reprise des précipitations est davantage visible sur le Sahel central, mais elle semble tarder sur la partie occidentale, où la sécheresse a continué à sévir plus longtemps. Par ailleurs, les scénarios climatiques maintiennent ce dipôle entre l’ouest du Sahel, qui verrait ses précipitations diminuer, avec en particulier un retard de la mousson, par rapport à la période actuelle et le centre du Sahel, qui bénéficierait d’une augmentation des pluies à la fin de l’hivernage. Cette opposition entre l’ouest et le centre du Sahel du point de vue de l’évolution des pluies ne se retrouve pas pour les températures. Celles-ci indiquent au contraire un réchauffement selon un gradient latitudinal entre les régions du nord du Sahel, qui se réchauffent davantage, et celles du sud. Ces disparités régionales créent des vulnérabilités différentes en Afrique de l’Ouest avec – semble-t-il – la partie Ouest qui pourrait être davantage touchée par les sécheresses, la partie Nord plus menacée par un fort réchauffement et la partie centrale soumise à un risque accru de pluies violentes et d’inondations. Tout cela complexifie le message des scientifiques sur l’évolution du climat et de l’environnement dans la région et sur les façons de s’y adapter.

15De la même manière, les adaptations ne se conçoivent souvent qu’à des échelles locales ou territoriales, donnant aux réponses apportées par les sociétés un caractère sinon hétérogène, du moins très variable. L’adaptation comme la capacité d’adaptation sont tributaires du contexte dans lequel elles prennent forme. Elles varient non seulement en fonction du niveau de développement économique et technologique du territoire, mais aussi selon les normes sociales et les valeurs culturelles. Néanmoins, les échelles de l’adaptation ne sont pas non plus totalement indépendantes : la capacité d’un ménage à faire face aux risques climatiques découle dans une certaine mesure de l’environnement favorable de la communauté, et la capacité d’adaptation de la communauté est le reflet des ressources et des processus mis en œuvre par la région ou par le pays. Les adaptations varient donc d’un pays à l’autre, d’une collectivité à l’autre, entre individus et groupes sociaux, et au fil du temps. L’adaptation n’est ni facilement reproductible à tous les contextes socio-spatiaux, ni nécessairement constante dans le temps, ce qui rend sa planification à grande échelle plus difficile.

L’intérêt de l’approche interdisciplinaire et des observations sur le temps long

16Le projet Escape, à travers la mobilisation interdisciplinaire qu’il a suscitée, a été un cadre idéal pour amorcer un réel dialogue entre les communautés scientifiques autour d’un objet commun défini par les changements climatiques et environnementaux en Afrique de l’Ouest. En effet, les relations de l’homme à son environnement s’inscrivent dans des configurations économiques, sociales et politiques complexes qu’il est nécessaire d’interroger et de mettre en dialogue avec les phénomènes climatiques et environnementaux à travers une approche interdisciplinaire. Cette approche interdisciplinaire est cruciale lorsque l’on aborde la problématique de l’adaptation aux changements environnementaux, où la réponse des sociétés est enchâssée dans des transformations sociales globales. Il y a une réelle nécessité d’une diversité de points de vue, de partager et croiser les approches autour de la problématique des changements environnementaux. Réaliser un pont entre des communautés différentes nécessite souvent beaucoup plus de temps que la mise en œuvre d’une science monodisciplinaire, pour définir des objets d’étude communs, un langage partagé et des terrains qui fédèrent les différentes disciplines impliquées. Un premier pas a été effectué avec la mise en œuvre de ce projet interdisciplinaire autour d’un même questionnement. Reste maintenant à poursuivre ce questionnement et à assurer la pérennité de ces approches au-delà du projet Escape. Mais il s’agit d’actions qu’il importe de mener sur un temps long, c’est-à-dire dans des conditions qui sont souvent peu compatibles avec la logique de projets et de publications qui caractérise le mode de fonctionnement de la recherche.

17En outre, les résultats présentés dans cet ouvrage démontrent que les défis posés par la complexité des relations de l’homme et de son environnement dans le contexte du changement climatique ne peuvent être relevés sans s’appuyer sur des observations de long terme du système climat-société. La pérennisation des observations météorologiques et sociologiques est très importante pour être en mesure de détecter des changements à l’œuvre, d’en comprendre les causes, d’en anticiper les conséquences afin d’élaborer des stratégies d’adaptation pour réduire les effets potentiellement néfastes de ces changements. Les observatoires des populations de Niakhar, de l’environnement Amma-Catch au Niger et au Bénin, ou des agro-écosystèmes dans le Fakara au Niger en sont un très bon exemple. Les grandes disparités observées non seulement dans l’évolution du climat mais également dans les transformations sociétales à l’œuvre en Afrique de l’Ouest soulignent enfin l’importance de mener des approches comparatives multi-sites et multi-échelles, en mettant en parallèle des régions ayant des contraintes environnementales et socio-économiques contrastées.

Une recherche à mener sur l’adaptation anticipatrice

18Nous ne pourrions conclure sans esquisser quelques pistes pour la recherche à venir. Nos travaux ont beaucoup insisté sur l’adaptation spontanée et réactive. Une réflexion reste à mener sur l’adaptation anticipatrice, souvent promue par les politiques et les scientifiques pour sa faculté à réduire les coûts sociaux, économiques et écologiques du changement. Dans le domaine de l’agriculture, disposer d’outils efficaces de gestion du risque climatique peut apporter une réelle plus-value aux stratégies d’adaptation des populations africaines face aux enjeux de sécurité alimentaire, de croissance démographique, du changement climatique auxquels elles sont confrontées et qui peuvent avoir une traduction directe sur l’équilibre politique. Or ces outils ne sont encore que très peu (ou pas) utilisés par les producteurs, en dépit de preuves accumulées par les programmes de recherche sur leur conscience aiguë du risque climatique, sur le potentiel de l’information climatique dans la planification et la prise de décision, et sur les progrès récents pour prévoir les fluctuations du climat (démarrage des pluies, séquences sèches) des jours, voire des mois à l’avance. Parmi les multiples raisons de cette contradiction, il existe un manque de connaissances sur l’adéquation entre les modalités d’utilisation de l’information produite et les besoins des producteurs (échelle spatiale et temporelle, délai de prévision, degré de confiance), sur les réponses techniques ou organisationnelles les plus efficaces face aux fluctuations du climat (modification des calendriers agricoles, valorisation de l’eau, diversification des activités, instruments financiers tels les crédits et assurances par exemple) et sur la façon dont les producteurs peuvent intégrer dans leurs propres pratiques ces outils de gestion du risque issus de la recherche et se les approprier. En outre, cette adaptation planifiée s’opère au niveau des pouvoirs publics et à l’échelle des territoires, impliquant ainsi des décideurs pouvant avoir accès à l’information climatique produite par les scientifiques. Si elle doit tenir compte de l’incertitude inhérente aux prévisions climatiques, elle suppose néanmoins une perception claire de l’aléa, du risque et des conditions qui vont changer. En outre, il est nécessaire de décliner cette adaptation, de réfléchir à ses limites selon les différents systèmes de production et les scénarios d’évolution du climat à l’ouest, au centre et au nord du Sahel, afin d’éviter toute maladaptation et de l’intégrer dans une stratégie globale de développement agricole de la région.

Bibliographie

Fischer G., Van Velthuizen H., Shah M., Nachtergaele F., 2002 - Global agro-ecological assessment for agriculture in the 21st century : methodology and result. IIASA Research Report RR-02-002, 119 p.

Nations unies, 2008 - World Population Prospects. The 2007 Revision. Highlights. New York, Nations unies, Division de la population, 230 p.

Nations unies, 2009 - World Population Prospects. The 2008 Revision. Highlights. New York, Nations unies, Division de la population, 89 p.

Ndulu B. J., 2006 - Ramping up African Growth : Lessons from Five Decades of Growth Experience. Economic Affairs, 26 (4) : 5-11.

Roudart L., 2010 - Terres cultivables et terres cultivées : apports de l’analyse croisée de trois bases de données à l’échelle mondiale. Notes et études socio-économiques, 34 : 57-95.

Auteurs

Démographe, ENSPD (École nationale de la statistique, de la planification et de la démographie), Université de Parakou (UP), Bénin

© IRD Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search