Version classiqueVersion mobile

Les sociétés rurales face aux changements climatiques et environnementaux en Afrique de l’Ouest

 | 
Benjamin Sultan
, 
Richard Lalou
, 
Mouftaou Amadou Sanni
, 
et al.

Partie 4. Adaptation des systèmes de production et innovations

Chapitre 20. Un exemple de stratégie adaptée à l’insécurité alimentaire

La culture de la pomme de terre dans l’Imanan (Niger)

Ramatou Hassane

Texte intégral

Introduction

1La pratique de la culture de la pomme de terre représente un intérêt majeur pour les populations locales. La production de la pomme de terre dans la commune rurale de l’Imanan constitue à la fois une réponse des populations rurales à la crise alimentaire causée par l’instabilité climatique et environnementale, par la croissance démographique qu’a connue la zone et par la crise économique que l’État a du mal à surmonter depuis les années 1980. Elle est aussi une réponse impulsée par une demande en forte croissance en produits frais (fruits et légumes) de la métropole, Niamey. Si les revenus que cette activité procure aux paysans contribuent de façon non négligeable à la satisfaction de leurs besoins alimentaires, les modalités du financement de la production de la pomme de terre place les producteurs dans une position auxiliaire par rapport à ceux qui écoulent les récoltes sur le marché. Faute de moyens financiers, les producteurs sont contraints de vendre leurs produits aux commerçants d’un marché populaire de Niamey, dénommé « le petit marché ». Ces commerçants approvisionnent les paysans en semences et en intrants à crédit.

2Ainsi, l’objectif de ce chapitre est d’illustrer ce qu’apporte la pratique de la culture de la pomme de terre à l’amélioration du bien-être des populations de la commune rurale de l’Imanan et d’analyser les déterminants du financement de cette production.

Démarche méthodologique

3Le choix de la commune rurale de l’Imanan se justifie par l’importance de la production de la pomme de terre en monoculture, par son apport économique et par la diversité de la situation des exploitants. La collecte de données sur sept mois (septembre à octobre 2011 et décembre 2012 à avril 2013) a été réalisée dans quatorze villages au moyen d’une enquête diagnostique, d’observations directes portant sur les itinéraires techniques, sur l’approvisionnement en plants et la commercialisation de la production de la pomme de terre. Elle repose sur des entretiens avec les paysans/paysannes, les agents de développement, les élus et les commerçants. Un questionnaire administré auprès de 120 maraîchers et traité avec le logiciel Excel a permis le recueil de données quantitatives. Une analyse bibliographique complète les données primaires.

Contexte de l’étude

4L’Imanan est une commune rurale du département de Filingué, dans la région de Tillabéri située au sud-ouest du Niger. Avec une superficie de 506 km2, elle est centrée sur un tronçon de la vallée fossile du Dallol Bosso où elle se resserre pour ne pas excéder 5 km de large, avant de s’élargir à nouveau vers le nord. A l’est et à l’ouest, elle est bordée par des plateaux formés d’argilite sableuse. Sa population, estimée en 2011 à 36 767 habitants (PDC de l’Imanan, 2012), est composée de plusieurs groupes ethniques : Touaregs, Haussa, Zarma, Peuls et Kanuri. Elle vit essentiellement de l’agriculture et de l’élevage, davantage soumis à une double pression physique et anthropique.

La péjoration climatique, une limite à l’agriculture sous pluie

5L’Imanan connaît un climat de type sahélien, qui se caractérise par la faiblesse et l’irrégularité des précipitations dans le temps et dans l’espace. Selon Larwanou et al. (2005), le département de Filingué est classé parmi les zones arides de la région de Tillabéri, avec un indice d’aridité bioclimatique de 0,17 à 0,15. L’aridité se manifeste par un déficit pluviométrique permanent. Elle est liée à d’autres phénomènes climatiques tels que : une forte insolation ; des températures élevées ; une faible humidité de l’air ; une évapotranspiration poussée. Dans l’Imanan, la moyenne pluviométrique annuelle de 2006 à 2012 est de 430,5 mm, avec des précipitations qui se concentrent sur trois à quatre mois (juin à septembre) et qui conditionnent le cycle de production annuel pour les éleveurs et les cultivateurs. L’aridité a entraîné la disparition de certaines mares temporaires et permanentes, ainsi que la formation de quelques mares, notamment en zone de plateaux. Dans le village de Tassi Sofo Koira, situé sur le plateau Ouest, les mares ont envahi les champs. D’après les populations, il y a eu aussi un recul sensible des eaux souterraines.

6« La brousse a disparu avec presque tous les arbres » : cette phrase fréquemment énoncée dans les discussions avec les paysans fait allusion à une diminution accélérée de la végétation, voire à la disparition de certaines lignées végétales arbustives et herbacées. La péjoration climatique s’est faite au détriment du couvert végétal, tantôt remplacé par les cultures traditionnelles, tantôt surexploité par les pasteurs. Parlant de la vallée de l’Imanan, Guillaume (1974) affirmait que la richesse de ses pâturages et de sa flore, la présence de mares et la faible profondeur des puits, l’abondance de sa faune étaient autant d’éléments à considérer pour saisir le choix de la région comme point d’établissement de groupes nomades migrants (Peuls, Touaregs et Bella) et la forme revêtue par leur sédentarisation dès l’époque précoloniale. Pourtant, moins d’un siècle après leur établissement, la détérioration rapide de l’environnement écologique local est considérable. Les activités agricoles des populations locales ont beaucoup pâti de l’accroissement de l’aridité.

7En effet, avant la grande sécheresse des années 1973-1974, l’agriculture pluviale satisfaisait les besoins des populations. À cette période, la population était réduite (12 185 habitants en 1975) et il y avait encore assez de bétail dans la commune de l’Imanan. Les populations pouvaient, grâce au lait et aux récoltes de mil et niébé, satisfaire les besoins primaires des unités de production. Les saisons étaient régulières et les pluies abondantes. La vulnérabilité alimentaire des ménages a commencé à se manifester lors de la famine de 1973, provoquée par la sécheresse et par des politiques agricoles qui ont privilégié le développement des cultures de rente. Elle s’est aggravée suite à la sécheresse de 1984. Depuis, l’Imanan a connu une succession de famines et de crises alimentaires (1993, 1999, 2001, 2005, 2010, 2011). Les années déficitaires, le petit nombre de jours de pluie (seulement 34 en 2012) et le caractère très localisé des précipitations limitent le développement des cultures et des pâturages. Les champs qui donnaient plus de 300 bottes de mil ne produisent guère plus que 20 à 80 bottes de mil, à cause, d’une part, de la baisse et de l’irrégularité des pluies et, d’autre part, de la dégradation des sols. Les greniers se vident à peine un mois après les récoltes, dans le meilleur des cas ils ne garantissent la survie des ménages que durant quelques mois. Ainsi, de nombreux paysans se retrouvent dans une situation de vulnérabilité alimentaire, voire d’insécurité alimentaire.

8La vulnérabilité alimentaire est la probabilité pour un ménage de voir sa sécurité alimentaire menacée par un choc climatique, social ou économique. C’est aussi « l’incapacité d’une personne à anticiper, faire face, résister et se rétablir après l’impact d’un aléa » (Bidou et Droy, 2007). La vulnérabilité affecte les comportements des personnes (en termes d’investissement, de schémas de protection, de stratégies d’adaptation), ainsi que la perception de leur propre situation (Balla et al., 2009). L’insécurité alimentaire désigne la situation dans laquelle les populations n’ont pas un accès à une nourriture saine, nutritive et en quantité suffisante pour faire face aux besoins alimentaires. Lorsqu’elle résulte de facteurs de risque beaucoup plus occasionnels et passagers (sécheresses, inondations, invasions acridiennes, épidémies), elle est considérée comme conjoncturelle ; elle est qualifiée de chronique lorsque l’état de pauvreté structurelle des personnes vivant dans un environnement défavorable ne leur permet pas d’avoir accès aux ressources pour satisfaire leurs besoins alimentaires de base (Alpha Gado, 2010).

Figure 1. Bilan céréalier du département de Filingué de 1981 à 2011.

Figure 1. Bilan céréalier du département de Filingué de 1981 à 2011.

9Il n’existe pas d’enquêtes de consommation pour déterminer avec précision les évolutions réelles dans l’Imanan. Les seules données dont nous disposons sont celles de l’ensemble du département de Filingué (fig. 1).

  • 1 La balance céréalière correspond à la différence entre la production nette (productions obtenues au (...)

10La figure 1 montre que les besoins augmentent de manière régulière au rythme de la croissance démographique, alors que la production augmente en dents de scie, faisant alterner des années d’excédents et des années de déficits. La balance céréalière1 montre que plus on se rapproche de la période actuelle et plus les excédents ont eu tendance à se réduire. Presque une année sur trois est déficitaire. Alors que la domination des céréales traditionnelles est toujours la règle, les paysans assistent de manière générale à une dégradation tendancielle de la situation du bilan vivrier. Face à la dégradation de leur milieu et à la détérioration de leurs conditions de vie, ils ont développé des stratégies de subsistance pour s’adapter à la variabilité et à la singularité des situations rencontrées. Leurs aptitudes se traduisent par un changement continu dans le mode d’allocation et d’utilisation des ressources potentielles.

La production de pomme de terre comme stratégie adaptative dominante

11Les stratégies des ménages ruraux pour subsister sont principalement représentées par la vente des animaux, le maraîchage, le petit commerce, le salariat agricole, le recours aux réseaux de solidarité et/ou la migration d’un membre de la famille (Dramé Yayé et Alpha Gado, 2005). Cependant, les caractéristiques de ces stratégies dépendent de l’ampleur des crises, de la situation de la localité, mais aussi du genre, du statut social et du degré de vulnérabilité du ménage (ibid.). Par conséquent, les ménages n’ont pas recours systématiquement aux mêmes stratégies. De plus, il faut nuancer entre les anciennes et les nouvelles stratégies de subsistance.

12Dans l’Imanan, les stratégies des paysans pour se nourrir étaient surtout fondées sur la recherche de terres plus fertiles. Elles concernaient le défrichement de nouvelles terres et l’exode de concessions touaregs vers les petites vallées entaillant les plateaux. L’exploitation des terres des plateaux avait permis la mise en jachères de certains champs du Dallol, ce qui a favorisé dans un premier temps leur régénération. Mais la convoitise de ces terres par les Touaregs a provoqué le départ des Zarma du canton voisin, celui de Tondikandia, vers leurs terres des plateaux afin que celles-ci ne tombent pas dans la main des Touaregs. Certains agriculteurs touaregs ou bella qui avaient défriché des champs ont alors regagné le Dallol pour conserver leurs terres.

13Pour profiter des déjections humaines et animales pendant la saison des pluies, les agriculteurs dont les champs ne se trouvaient pas à proximité des villages migraient avec leur famille pour s’installer sur des champs éloignés leur appartenant. Ils constituaient ainsi des petits hameaux resserrés, appelés tiseged, au croisement de plusieurs champs, ou éventuellement sur le champ d’un seul agriculteur. Mais, à cause de la stérilité croissante des terres de Dallol et de la forte pression foncière, les tiseged sont devenus définitifs. Pour enrichir leurs sols, des cultivateurs se sont installés de façon isolée sur leurs champs. Cela a été au début le cas de Bella pauvres qui n’avaient pas de bétail et voulaient fumer leurs champs avec leurs déjections. La dispersion du peuplement a entraîné le déclin des gros villages, parfois même leur disparition. Toutefois, ceux qui sont partis ont gardé un lien avec leur village d’origine. Ils continuent à entretenir leurs concessions abandonnées et à payer les impôts aux chefs de leurs anciens villages. Dès lors apparaissent des normes nouvelles affectant la représentation que la population se fait du concept spatio-temporel de « village ».

14La location de la force de travail et la migration d’un ou plusieurs membres de la maisonnée sont des phénomènes très anciens dans l’Imanan. Le travail chez d’autres exploitants se présente sous deux formes : dans le premier cas, c’est un travail individuel et rémunéré ; dans le second, il se veut collectif, organisé généralement par les chefs de concessions riches, moyennant cependant un payement journalier en nature ou en argent. Quant à la migration, c’est une vieille tradition pour les bras valides de la commune. On distingue les migrations à durée non déterminée et les migrations saisonnières. Les premières semblent peu fréquentes aujourd’hui. Avant la promulgation du décret de 1946 mettant fin au travail obligatoire, elles ont été très déterminantes, consistant en des départs massifs des populations vers les colonies britanniques, afin de fuir les contraintes du travail forcé dans les colonies françaises. Les migrations saisonnières quant à elles sont un phénomène régulier et habituel dans le cycle économique d’une grande partie de la population. Cet exode temporaire est d’ampleur variable selon la qualité des dernières récoltes. Certains migrants qui ont peu de moyens et ne sont pas encore majeurs vont vers d’autres villes nigériennes. Les autres préfèrent les pays de la sous-région (Bénin, Togo, Côte d’Ivoire, Ghana, Libye, etc.), où ils exercent des petits métiers moyennant un revenu dont une large partie est destinée à la prise en charge des membres de la famille laissés sur place. On note également depuis quelques années que la migration touche aussi les femmes. Celles qui vont à la capitale sont considérées à leur retour comme plus évoluées, parce qu’elles ont acquis plus de moyens et d’expérience que celles qui sont toujours restées au village.

15L’adoption de nouvelles activités économiques est représentative de stratégies plus récentes. Ce sont des moyens par lesquels la majeure partie de la population tente de pallier l’insuffisance d’une production agricole incapable de satisfaire les besoins minimaux. On distingue entre autres l’artisanat, le commerce et la pratique d’activités génératrices de revenus. D’autres métiers de moindre ampleur sont aussi pratiqués, telle la vente de fumier, de bois, de paille, etc. Mais la plus importante des activités est constituée par le maraîchage, principalement la culture de la pomme de terre.

16Le maraîchage était auparavant une activité agricole marginalisée. Les cultures de contre-saison se pratiquaient dans des jardins de case et étaient exclusivement une affaire de femmes. Les petits rendements obtenus entraient seulement en appoint dans le cadre de l’agriculture traditionnelle d’autosubsistance. Seule la culture du tabac, instaurée dans l’Imanan à la suite de la hausse des prix du tabac venant du Nigeria en 1898, avait pu se développer. Il était cultivé par les femmes et commercialisé par les hommes. La culture du tabac a disparu après la famine qui a sévi dans la région au cours des années 1950, bien que la concurrence avec les producteurs de tabac de l’Ader ait persisté. Durant cette période, peu d’importance fut accordée aux cultures de contre-saison. Leur faible développement était dû à l’ignorance des techniques culturales, au coût trop élevé des intrants, à la rigidité des structures foncières et au manque de confiance dans les prescriptions des lointains conseillers et moniteurs d’agriculture (Guillaume, 1974). Il était lié aussi au manque de débouchés. Seules quelques concessions, habitées par des familles aisées, avaient continué à garder des jardins ou potagers, dont celle du chef de canton à cette époque.

17Depuis quelques années, des jardins d’un type nouveau apparaissent : des exploitations soigneusement entretenues en saison sèches sur lesquelles se pratiquent des cultures maraîchères, qui marquent une évolution par rapport à l’agriculture vivrière (mil, sorgho, niébé, arachide, etc.). L’irrigation remplace l’attente aléatoire de la pluie, l’utilisation de fertilisants permet d’accroître les rendements. Alors que les autres spéculations sont autoconsommées, la pomme de terre est une culture de rente, c’est-à-dire destinée à la commercialisation.

18C’est en 1954 que les Touaregs de l’Imanan ont découvert la « patata » des Incas. Un jeune paysan qui pratiquait le maraîchage avait reçu en 1954 quelques tubercules de pomme de terre d’un Français prénommé Bernard, qui supervisait les travaux de construction de la route reliant la ville de Niamey à celle de Filingué. Issu d’une famille d’immigrés venue de la région Est du Niger (Diffa), cet agriculteur avait commencé la pratique du maraîchage en 1952. L’idée de tenir une exploitation maraîchère lui était venue lorsqu’il avait migré en Côte d’Ivoire. D’après son témoignage, les paysans rigolaient de lui, le prenant pour fou. Une chanson lui était dédiée, « pompi may bada roua » qui signifie « la pompe qui donne de l’eau », pour faire la différence entre l’irrigation et la pluie. Pendant les trois premières décennies de son introduction dans l’Imanan, la pratique de la culture de pomme de terre a connu une lente diffusion. Aujourd’hui, cette production occupe une place de choix dans les traditions culturales du secteur géographique de Bonkoukou. Elle fait partie intégrante des systèmes de production locaux, occupant 87,91 % des superficies sur 139,18 hectares emblavés en cultures de contre-saison en 2012.

19La culture de la pomme de terre, qui au départ était destinée à fournir des revenus complémentaires à quelques exploitants, est devenue une stratégie adaptative, à caractère permanent. Plusieurs éléments ont favorisé son expansion et son développement.

Facteurs de diffusion de la culture de la pomme de terre

20La diffusion est l’ensemble des processus qui concourent au déplacement, à la migration dans l’espace géographique et aux effets en retour que ces déplacements engendrent dans cet espace (Saint-Julien, 1985). La dynamique de la culture de la pomme de terre a été le fait d’acteurs individuels et collectifs, d’événements locaux et externes à la commune.

Les facteurs internes

21Les facteurs liés aux évolutions et événements locaux concernent la croissance démographique, l’existence de voies de communication et le rôle joué par les acteurs locaux.

22En effet, dans un milieu soumis à une forte croissance démographique, la pression sur les ressources foncières est prépondérante.

« Les terres agricoles très morcelées, de la taille d’un « kurga » ou parcelle, ne suffisent plus à nourrir le nombre croissant d’hommes » (entretien réalisé avec un vieux producteur de pomme de terre, Inatess, le 13 janvier 2013).

23Lorsqu’il n’existe plus de possibilité d’extension du fait de la quasi-inexistence de nouvelles terres cultivables, l’intensification des systèmes de production domine toujours sur l’extensification. Pour les paysans, il y a un gain dans la pratique du maraîchage. D’autant plus que la faible profondeur de la nappe phréatique, de deux à cinq mètres, donne un accès plus facile à l’eau d’irrigation.

  • 2 Le warrantage est une opération de crédit de quelques mois dont la garantie est un stock de vivres (...)

24Les acteurs locaux ont mis en place un réseau des producteurs de la pomme de terre à travers la création de la coopérative des maraîchers de Bonkoukou. Elle a été initiée par un ressortissant de la commune en 1998. La coopérative œuvre dans la recherche de partenaires, le renforcement des capacités de ses membres, l’appui technique des producteurs en matériels agricoles, l’approvisionnement de la commune en plants certifiés. Pour améliorer la commercialisation, elle a permis la construction d’un magasin de conservation. Le magasin devait constituer un point de collecte et de dépôt permettant une vente décalée de la production de pomme de terre grâce au principe du warrantage2. Mais les lacunes dans sa gestion (les dirigeants de la coopérative utilisaient à leur profit les aides des partenaires) ont fait que la majorité des producteurs n’ont pas recours à ce système. Malgré ces problèmes, de nouveaux groupements de producteurs de pomme de terre se sont formés, permettant aux producteurs de mieux s’organiser et aux intervenants de bien coordonner leurs actions.

Les facteurs externes

25Les facteurs externes sont d’ordre économique, social et politique. Ce sont notamment l’intervention de projets de développement, l’accès des producteurs aux nouvelles technologies ainsi qu’au marché.

26Les actions des projets de développement se focalisent autour d’appuis techniques et financiers aux paysans. Pour permettre à certains producteurs de disposer de terres, notamment les femmes, ils ont aménagé des sites maraîchers collectifs. Ils ont construit des puits individuels pour de nombreux producteurs au sein de leurs exploitations. C’est grâce à eux que la plupart des producteurs ont découvert les plants certifiés de pomme de terre, importés d’Europe et très prisés du fait de leurs rendements plus élevés.

27L’utilisation de la motopompe est certainement le moyen d’exhaure qui a le plus bouleversé les modes de production de la pomme de terre. La motopompe est reliée à un forage ou à un puits moderne, c’est-à-dire en ciment. En effet, pendant les premières décennies de la production de pomme de terre dans l’Imanan, l’irrigation se faisait manuellement à partir des puisards. La puisette était utilisée comme moyen d’exhaure. C’est à partir de 2000 que la motopompe a réellement été adoptée à Bonkoukou puis répandue dans les autres villages. Les forages ont été introduits dans la zone par des fonceurs venus de la région Est du Niger. Pour leur réalisation, il faut compter entre 30 000 FCFA et 45 000 FCFA en fonction de la profondeur de la nappe phréatique et de l’épaisseur des tuyaux utilisés. Ces deux nouveaux moyens de production vont encourager l’exploitation de plus grande dimension et le recours au salariat agricole temporaire et permanent va s’accroître.

  • 3 Le petit marché ou Habou Ganda est situé en plein centre de la capitale, Niamey. C’est le principal (...)
  • 4 Maï Gida signifie « chef de famille » ou « chef de la maisonnée » en Haussa et par extension « patr (...)

28Reliée à Bonkoukou par une route bitumée (route Filingué) sur 145 km, la capitale, Niamey, a joué un double rôle dans l’expansion de la production de la pomme de terre. Elle est à la fois le pôle d’approvisionnement et de consommation. En tant que lieu d’approvisionnement, le petit marché3 de Niamey est le principal fournisseur des producteurs de l’Imanan en plants. Des premières productions de pomme de terre à nos jours, l’essentiel de l’approvisionnement des producteurs en intrants se fait auprès de commerçants grossistes, qu’ils appellent « Maï Gida »4, via le petit marché de Niamey. En tant que pôle de consommation, Niamey constitue un débouché sûr pour les producteurs. Dès la récolte, la quasi-totalité de la production est vendue sur les marchés de la capitale au cours d’une période qui n’excède pas trois mois. Alors que la pomme de terre a longtemps été considérée comme un légume de luxe que seules les populations aisées pouvaient acheter à cause de son prix élevé, sa consommation s’est accrue. Elle fait de plus en plus partie du panier du consommateur urbain. Cette évolution est sans doute liée au changement des habitudes alimentaires des populations urbaines et à la croissance démographique de cette ville.

29Mais, ce n’est pas parce qu’une technologie a fait ses preuves là-bas qu’elle va forcément réussir ici. Si les agriculteurs d’une région pratiquent telle ou telle culture, c’est qu’ils la considèrent comme « rentable » au regard de leurs besoins et des ressources et moyens de production auxquels ils ont accès (Ferraton et Touzard, 2009). Parmi toutes les spéculations maraîchères, les paysans ont adopté la culture de la pomme de terre car elle est la plus efficace. Son rendement moyen se situe à 32 tonnes à l’hectare. De par son cycle court, « tout au plus trois mois », elle libère aussi bien les terres que la main-d’œuvre dès le mois de février. Elle ne rentre pas en concurrence avec les cultures traditionnelles. En termes monétaires, c’est une culture qui est rentable. Les tubercules se vendent rapidement à Niamey à un prix de plus en plus rémunérateur (moins de 75 FCFA dans les années 1980-1990 à plus de 300 FCFA de nos jours). La production de la pomme de terre permet d’optimiser les revenus monétaires des producteurs et leur permet de faire face à l’insécurité alimentaire.

La culture de la pomme de terre dans l’amélioration du bien-être des populations

30En cas d’insécurité alimentaire, il y a une insuffisance ou un manque des stocks céréaliers paysans, et la hausse des prix de ceux-ci est suivie d’une baisse des prix du bétail. La grande difficulté pour les ménages réside alors dans la constitution de stocks suffisants pour couvrir leurs besoins alimentaires pendant la période de soudure. Il faut absolument pouvoir trouver des revenus permettant d’acquérir les céréales nécessaires à la survie de l’unité familiale. La pratique de la culture de la pomme de terre, un palliatif aux crises climatiques et de fertilité, contribue à différents degrés à la subsistance et à la vie des ménages. Son impact économique s’exprime en termes d’autoconsommation, d’opportunités d’emploi et de revenus.

31La pomme de terre est un légume à haute valeur nutritive. D’après Vandenput (1981), c’est la plante qui « produit la plus grande quantité de nourriture par jour d’occupation du sol ». Alors que les premiers producteurs ne savaient même pas comment cuisiner la pomme de terre, qu’ils faisaient griller à la braise ou cuisaient dans des cendres chaudes, aujourd’hui, la consommation locale prend des formes plus variées. La pomme de terre est cuisinée sous forme de ragoûts et frites. Elle vient aussi en accompagnement dans les sauces. Les feuilles fraîchement cueillies quelques jours avant les récoltes sont séchées et cuites ; elles rentrent dans la préparation des plats de coucous ou dambu. Le reste de la plante est utilisé pour l’alimentation des animaux.

32Toutefois, la part d’autoconsommation de ce légume au niveau local est réduite. Elle ne représente que 4 % du total de la production (fig. 2).

Figure 2. Répartition de la production de la pomme de terre.

Figure 2. Répartition de la production de la pomme de terre.

33Ce sont essentiellement les petits tubercules, appelés « meno » en langue locale, qui sont concernés. Car, au moment de la mise de leur production sur le marché, les producteurs font toujours un tri sélectif. Les gros tubercules sont ceux qui se vendent rapidement à bon prix, tandis que les petits, qui peinent à trouver une clientèle, sont cédés à un prix dérisoire.

34Au sein des exploitations, les maraîchers tiennent généralement deux ou trois planches d’autres spéculations maraîchères, qui par ailleurs sont quasiment autoconsommées. Avoir un jardin de pomme de terre permet aux producteurs d’avoir accès à d’autres légumes (oignon, salade, chou, tomate, poivron, etc.). Cela réduit l’impact des dépenses en légumes des paysans, ce qui accroît leur disponibilité financière. Ils rompent avec leurs habitudes alimentaires et mangent des légumes variés pendant un certain temps, comme, ainsi qu’ils le disent, « les gens de Niamey ».

35Le maraîchage est aussi une activité compétitive qui offre des perspectives d’emploi d’un type nouveau pour bon nombre de personnes confrontées au chômage. Pratiqué dans les villes, il aide beaucoup de personnes à surmonter leurs difficultés à se nourrir et à améliorer leurs conditions de vie. Il constitue une forme d’emploi à temps plein ou à temps partiel pour les différentes catégories intervenantes (Mukadi et Tollens, 2001). Dans l’Imanan, la saison sèche est une période d’inactivité pour les paysans. L’occupation de la main-d’œuvre rurale ne dépasse guère trois à quatre mois dans l’année, qui correspondent à la période des cultures d’hivernage. Travailler pendant la saison sèche est une manière pour les paysans de s’occuper et en même temps de gagner un revenu supplémentaire. La pomme de terre, plus que les cultures traditionnelles, nécessite le recours à la main-d’œuvre salariée. La rémunération mensuelle varie de 12 500 FCFA si l’employé est pris en charge à 20 000 FCFA. L’utilisation d’une main-d’œuvre salariée permet aux jeunes et à ceux qui ont des moyens limités de recevoir de quoi subsister pendant les trois mois que dure le cycle de production de la pomme de terre.

  • 5 Le seuil de pauvreté est le niveau de l’indicateur de bien-être qui conduit à déterminer si un ména (...)

36Un des paramètres de la sécurité alimentaire réside dans la possibilité financière pour les ménages d’accéder aux denrées alimentaires, d’où l’intérêt de disposer d’un minimum de revenus. Au Niger, l’Enquête nationale sur le budget et la consommation des ménages réalisée en 2007-2008 par l’Institut national de la statistique (INS) en 2008 a fixé le seuil de pauvreté5 à 150 933 FCFA en milieu urbain et à 110 348 FCFA en milieu rural. Les comptes d’exploitation de la pomme de terre, calculés suivant la méthode d’évaluation de Ferraton et Touzard (2009), montrent qu’en moyenne les exploitations où l’exhaure est manuelle et qui n’utilisent pas de main-d’œuvre externe génèrent une marge nette égale à 229 290,36 FCFA. Elle est de 467 318,83 FCFA pour les exploitations à irrigation motorisée et qui ont recours à une main-d’œuvre salariée.

37Les résultats mentionnés dans le tableau 1 montrent que la production de la pomme de terre procure aux producteurs des revenus nettement au-dessus de certains seuils.

Tableau 1. Compte d’exploitation de la pomme de terre avec et sans exhaure motorisée.

Type d’exploitation

 

Irrigation manuelle

Irrigation motorisée

Quantité de plants semés (kg)

58,33

151,33

Charges d’exploitation

Plants

46 035,71

118 968,49

 

Carburant

0,00

51 654,11

 

Huile moteur

0,00

3 539,73

 

Fumier

285,71

1 222,60

 

Engrais

1 216,67

1 884,25

 

Produits de traitement

104,88

345,07

Consommation intermédiaire

47 642,97

177 614,25

Production totale

Production vendue

254 535,12

646 121,58

 

Don

8 785,71

18 625,68

 

Autoconsommation

10 601,79

20 058,90

 

Perte sur conservation

3 010,71

4 250,34

Produit brut

276 933,33

689 056,51

Valeur ajoutée brute

229 290,36

511 442,26

Charges salariales

Rémunérations salariales

0,00

35 517,26

 

Prise en charge salariée

0,00

8 606,16

Coût main-d’œuvre salariée

0,00

44 123,42

Marge nette

 

229 290,36

467 318,83

38En effet, après la vente de leur production plus de 70 % des producteurs accèdent à des revenus bruts dépassant 200 000 FCFA, et au-delà de 500 000 FCFA pour 30 % de l’ensemble des producteurs. Les revenus dépendent du système de culture pratiquée. Plus il est motorisé, et plus le producteur peut investir dans la culture et augmenter ses bénéfices.

39Les revenus ainsi dégagés servent en premier lieu à payer les dettes engagées dans le cadre de la production. Ensuite, ils sont investis dans l’achat de céréales, prioritairement le mil, le maïs, le riz et le sorgho. Il apparaît que 85,47 % des producteurs enquêtés achètent des céréales. Cela leur permet de conserver les productions qui sont mises dans les greniers familiaux et qui serviront de semences pour les cultures d’hivernage. Une fois que les besoins en céréales pour la famille sont satisfaits, les chefs de ménages investissent dans le bétail. Donc, l’achat de bétail dépend des bénéfices tirés de la production et du niveau de la consommation familiale. Tout au long de l’année, les animaux peuvent être vendus pour satisfaire des besoins tels que les salaires des ouvriers agricoles, les frais de santé des membres de la maisonnée, la scolarité des enfants ou l’achat de semences pour les cultures pluviales. L’achat d’animaux ne porte principalement que sur le petit bétail, et les revenus de la pomme de terre participent de manière limitée à la reconstitution du cheptel de la commune. Certains producteurs ont cependant affirmé avoir acheté des bœufs grâce à cette production.

40Les revenus de la pomme de terre sont également dépensés dans l’acquisition de moyens de transport (moto, charrette et vélo). Très fréquemment, ils sont aussi utilisés pour payer des dépenses de mariage, baptême, habillement, construction de logement, etc. Bien souvent, le principal objectif des producteurs est d’obtenir les moyens nécessaires pour convoler en première, seconde ou troisième noce, ou pour organiser le mariage d’un proche. De nombreux mariages sont programmés à la fin de la saison des cultures irriguées, notamment durant les mois de février et mars, alors qu’auparavant ils avaient lieu à la fin de l’hivernage. De même, disposer d’une maison en banco est un signe extérieur d’aisance. La construction nécessite plus de fonds que la réalisation d’une case, habitat typique de la zone. Une concession en banco est aujourd’hui pour les paysans l’équivalent de ce que représente la possession d’une maison en ciment pour un citadin.

41Sans l’apport de cette ressource, beaucoup de producteurs seraient contraints de vendre une partie du mil ou du niébé pour prendre en charge certaines dépenses, alors que leurs récoltes sont insuffisantes pour assurer l’alimentation de leur famille. En effet, dans le passé, les revenus que procurait la vente de la production de niébé suffisaient à satisfaire les besoins de chaque ménage. Le mil ne se vend pas, c’est le niébé qui finançait les dépenses de mariage, de baptêmes, d’habillement, etc. À cause du manque d’eau et de l’infertilité des sols, bien que le niébé se vende davantage que les autres cultures, sa production a beaucoup régressé. De fait, les revenus tirés de la pomme de terre viennent en remplacement de ceux du niébé.

42La production de la pomme de terre a également une influence sur la rentabilité des cultures traditionnelles. D’après plusieurs producteurs, si l’on cultive du mil sur les parcelles maraîchères, on obtient un rendement plus élevé que sur les autres parties du champ. Cela est rendu possible grâce à l’apport de la fumure organique.

43Cette production inverse aussi la tendance séculaire des jeunes à l’exode pour aller chercher des moyens de subsistance. De plus en plus de jeunes sont plus intéressés par la production de la pomme de terre que par les migrations. Ils constituent leurs propres exploitations en achetant des terres s’ils n’en ont pas reçues en héritage ou exploitent des terres que leurs parents ou leurs proches leur concèdent. En se fixant au village, ils participent aux travaux d’hivernage, soit en apportant leur force de travail, soit en prenant en charge une partie des dépenses (main-d’œuvre, nourriture, etc.) que nécessite leur réalisation. Ils s’impliquent dans la gestion des affaires communales à travers le groupement qu’ils ont constitué.

44Les revenus de la pomme de terre participent aussi au développement de nouvelles activités économiques, parmi lesquelles des activités génératrices de revenus (commerce, embouche) pratiquées notamment par les femmes.

45Ainsi, grâce à la culture de la pomme de terre, les producteurs assurent la sécurité alimentaire de leur foyer pendant une certaine période. Les récoltes d’hivernage ne couvrent les besoins en céréales de la majorité des paysans que durant trois mois, soit 65 % des producteurs de pomme de terre. Les revenus de la pomme de terre garantissent à 68,34 % d’entre eux une sécurité alimentaire allant jusqu’à six mois et au-delà d’un an pour 8,33 % des producteurs.

Figure 3. Durée moyenne de stabilité alimentaire par la culture de la pomme de terre et les cultures traditionnelles de saison.

Figure 3. Durée moyenne de stabilité alimentaire par la culture de la pomme de terre et les cultures traditionnelles de saison.

46Alors qu’en 1953 l’administrateur Taillandier écrivait que « l’Imanan se caractérise par un état de disette chronique », la commune a moins souffert de la famine de 2005. Son indice de vulnérabilité alimentaire est le plus faible du département de Filingué après celui de la commune de Tagazar, avec respectivement 34 et 37 points, contre 52 pour la commune de Kourfey, classée « extrêmement vulnérable » (Balla et al., 2009). Selon les autorités locales, certains villages sont devenus autosuffisants et même excédentaires, grâce à la culture de la pomme de terre. Ainsi, même la sous-zone de Kochilan, située au sud de la commune, qui était la plus vulnérable du fait du morcellement et de la stérilité importante des champs, est de moins en moins demandeuse d’aide alimentaire.

47En effet, le coefficient d’équivalent céréalier de la pomme de terre est de 0,228. Si les 92 % de la production vendue pour les 120 producteurs enquêtés étaient investis dans l’achat de céréales, ils obtiendraient 48,78 tonnes de céréales. L’apport de la culture de la pomme de terre dans le budget familial représente 36,71 %, contre 33,86 % pour les cultures traditionnelles et 13,92 % pour l’élevage. Le reste du budget est fourni par les revenus du petit commerce, des transferts des migrants et des autres activités.

Figure 4. Apport des principales activités dans le budget familial des producteurs.

Figure 4. Apport des principales activités dans le budget familial des producteurs.

48Cependant, si la production de la pomme de terre dans la commune rurale de l’Imanan est un moyen pour les paysans de rompre avec la pauvreté monétaire et d’accroître leur capacité de résilience face à la crise alimentaire, son financement fait l’objet de rapports de force entre commerçants et producteurs.

Les mécanismes de financement de la production de la pomme de terre

49En se référant aux différents acteurs du financement de la production, on distingue deux principaux modes de financement : le financement formel et le financement informel. Les subventions, les aides et les dons font partie des modes de financement formel. Il s’agit d’appuis directs aux exploitants par le secteur public et les projets de développement. Ce sont des appuis en intrants et matériel agricole, et des services aux agriculteurs (formation et assistance technique). Des microcrédits sont également alloués à des exploitants solvables.

50Le financement informel est perçu à plusieurs niveaux. Pour certains producteurs, les fonds qui servent à acheter les intrants proviennent de la vente d’animaux (moutons, chèvres). Ceux qui ont des enfants hors du terroir ou à l’étranger peuvent leur demander des aides. Les exploitants s’appuient aussi sur la générosité des membres de la famille élargie (frères, cousins, oncles, etc.) travaillant notamment en zone urbaine. Deux ou trois producteurs, soit 15 % de notre échantillon, mettent en commun leurs ressources, en vue de partager ensemble les bénéfices. Les paysans s’octroient aussi entre eux des microcrédits. Le contrat de prêt est verbal et ne comporte pas de frais d’intérêts. Néanmoins, l’emprunteur peut, après la vente de sa récolte, proposer à son créancier quelques tubercules ou lui acheter un cadeau symbolique en guise de remerciement. De temps à autre, il peut l’aider dans ses travaux ou demander à un de ses enfants de le faire à sa place.

51En plus de la mobilisation des ressources locales, les producteurs font appel à un financement externe non formel. C’est d’ailleurs l’offre de financement la plus importante. Pélissier (2000) estime qu’au jardinage destiné à l’autoconsommation se substituent des filières de production exigeant des moyens techniques, donc des investissements que les petits producteurs ne sont pas en mesure de réaliser. Ils auront besoin de moyens financiers pour réaliser des aménagements durables dans les exploitations, acquérir des motopompes, acheter des intrants et embaucher des salariés. Dans le cas de la pomme de terre, ce financement provient des Maï Gida (chefs ou partenaires) du « petit marché » de Niamey. Ce sont eux qui importent de l’extérieur (Nigeria, Burkina Faso, etc.) la pomme de terre pour la consommation de la population et qui achètent les productions des paysans au terme des saisons. Les crédits qu’ils octroient varient en fonction des besoins des producteurs. Ils peuvent être en nature (plants notamment) ou en numéraire pour l’achat d’autres intrants. Ils sont aussi accordés aux exploitants pour des besoins économiques et ou sociaux. Leur montant peut aller au-delà de 300 000 FCFA.

La confiance, condition nécessaire d’octroi de prêts des Maï Gida

52Les rapports entre producteurs et commerçants se sont établis sur une longue période, à l’occasion de l’acquisition de plants et de la vente de la production auprès des mêmes Maï Gida. Au fil du temps, et à force de se côtoyer, s’est installée une relation de confiance entre les deux parties. Lorsqu’un producteur a besoin de ressources financières ou d’intrants, il peut directement s’adresser à son Maï Gida. Le crédit auprès des Maï Gida est devenu un emprunt rapide de proximité et relativement efficace à la disposition des exploitants.

« Quand la saison fraîche s’installe, je n’aurai pas besoin d’aller à Niamey pour prendre les plants. Je prends juste mon téléphone pour l’appeler [le Maï Gida] et il m’envoie les plants à la maison » (entretien réalisé avec un gros producteur de pomme de terre, Kochilan Touareg, le 24 avril 2013).

53L’octroi du crédit par les Maï Gida ne s’applique pas au même degré à tous les producteurs. Un producteur peut prendre la totalité de ses plants à crédit, ou éventuellement en prendre seulement une partie. Les crédits accordés par les commerçants sont fortement liés au degré de confiance établie entre le Maï Gida et le producteur. Ceux qui jouissent d’une grande confiance peuvent même à leur tour se porter garants des petits ou nouveaux exploitants. Ce privilège leur confère du respect mais aussi un pouvoir au sein de la société. Ils peuvent tenir de plus grandes exploitations et embaucher des ouvriers salariés et des métayers. Ils deviennent de fait des Maï Gida de second niveau. Quant aux jeunes et aux femmes, ils ne bénéficient pas des crédits des commerçants. Les commerçants ne font pas confiance aux jeunes, car ils les connaissent peu et préfèrent avoir à faire avec leurs parents. Et les Maï Gida ne souhaitent pas prêter aux femmes, par peur d’entrer en conflit avec leur mari.

Les pratiques du financement informel par les Maï Gida

54Même si cela n’est pas formellement mentionné, le crédit octroyé par le commerçant n’est pas dépourvu de clauses implicites. Il y a une obligation morale qui conduit les producteurs à vendre les récoltes à leurs Maï Gida.

« Chaque année, je vends ma production au Maï Gida auprès duquel j’ai pris les plants à crédit. Car, s’il n’y a pas de semence sur le petit marché, c’est lui qui se démène pour la chercher. Il va jusqu’à Gamkalé, Kollo, partout, même s’il doit prendre la pirogue pour aller en chercher » (entretien réalisé avec un vieil exploitant, Bonkoukou, le 26 mars 2013).

« Quelqu’un qui vous donne jusqu’à trois sacs de pommes de terre à crédit, comment peut-on le contourner pour aller vendre à une autre personne ? Moi, à mon avis, ce n’est pas bien […] parce que si lui, il ne vous prête pas les plants et que vous ne disposez pas de quoi en acheter immédiatement, vous n’allez pas pouvoir produire » (entretien réalisé avec un groupe de producteurs, Amsagal, le 21 octobre 2011).

55Néanmoins, les commerçants affirment qu’ils n’obligent aucun producteur à leur vendre sa production, l’essentiel est qu’ils récupèrent leur argent. Mais, si les exploitants leur vendent, ils le trouvent tout aussi normal, car ils déduisent aussitôt leurs créances de la recette.

56Ce lien grâce auquel certains paysans arrivent à produire de la pomme de terre les maintient dans une dépendance vis-à-vis des commerçants. Les producteurs doivent rembourser les prêts dès les récoltes, qui représentent pour eux la période de meilleure solvabilité.

Les comportements et stratégies des producteurs et des commerçants

57L’objectif des deux acteurs étant de réaliser des bénéfices, Minvielle (2000) estime que « la notion de gain monétaire favorise le glissement progressif des agriculteurs paysans, de comportements d’"hommes sociaux” vers des comportements d’“hommes économiques” : l’argent change le goût de l’argent, et la justification fondamentale de l’acte d’échange, son objectif, change de nature ». Le souci du producteur n’est pas la disponibilité de la pomme de terre sur le marché. Son comportement repose sur le mécanisme des prix, bien que son existence ne soit pas directement liée au marché. Son principal objectif est de pouvoir faire suffisamment de bénéfices pour rembourser ses dettes et satisfaire ses besoins. Les commerçants, en plus des bénéfices escomptés, souhaitent garder leur monopole sur la commercialisation de la pomme de terre. Ils ont intérêt à ce que les autres acteurs de la chaîne de commercialisation n’accèdent pas directement aux productions des paysans. Chacun des deux acteurs développe des stratégies.

58Les stratégies d’une partie des producteurs visent à contourner les commerçants. Elles portent sur la conservation de la production par des méthodes artisanales (enfouissement ou sous hangar) et sur la diversification des circuits de vente. Le stockage est aussi pratiqué par les producteurs qui, par ailleurs n’ont aucun engagement envers les commerçants. La conservation d’un quart, voire de la moitié de la production est surtout un moyen d’étaler la vente sur un mois ou deux, pour vendre à de meilleurs prix. Les prix de vente de la pomme de terre fluctuent fortement au cours d’une année, mais restent stables à long terme. Les premières récoltes de l’Imanan sont vendues à Niamey à un prix pouvant atteindre 400 FCFA. Lorsqu’il y a beaucoup de pommes de terre sur le marché, à partir du mois de février, période où tous les producteurs récoltent et doivent vendre leur production, les prix sont à leur niveau le plus bas, soit en moyenne 225 FCFA. En mars et avril, ils remontent pour atteindre 350 FCFA et plus. Ainsi, avec deux mois de stockage seulement, la vente décalée permet de réaliser sur chaque kilogramme vendu un surplus au moins égal à 50 FCFA.

59La diversification des circuits de vente permet aux producteurs de vendre leur production à l’abri des regards des Maï Gida sur différents marchés de la capitale et à une clientèle dispersée (semi-grossistes, détaillants, marchands ambulants et consommateurs). Ils profitent de la différence qu’auraient gagnée les autres grossistes et semi-grossistes. La mise en place à Niamey depuis 2012 d’une Foire de la pomme de terre où tout producteur peut tenir un stand de vente s’inscrit justement dans ce cadre. Toutefois, les producteurs ne peuvent vendre directement que des quantités limitées de pommes de terre sur « le petit marché », car ce sont les Maï Gida qui y détiennent les places de vente. De plus, passer par un Maï Gida pour vendre sa production garantit la récupération immédiate du revenu. Le producteur pourra faire ses achats et retourner au plus vite dans sa famille.

60Quant aux stratégies des Maï Gida, elles visent à intimider les producteurs. Certains producteurs, grâce aux revenus qu’ils ont pu accumuler dans la culture de la pomme de terre, peuvent acheter des plants et des intrants à des ONG et associations qui cherchent à promouvoir cette culture. Les Maï Gida, voyant leur pouvoir d’approvisionnement se réduire et donc leur pouvoir sur les paysans s’affaiblir, font de la commande de plants sélectionnés. Ils peuvent mobiliser les ressources financières requises pour lancer très tôt les commandes afin de fournir des plants sélectionnés aux producteurs et entretenir leurs rapports de dépendance.

61Une autre stratégie des Maï Gida consiste à intercepter les exploitants à la gare routière de Wadata, située à l’entrée de la ville de Niamey, qui dessert les transports de la zone de Bonkoukou. Pour les commerçants, il s’agit seulement d’une aide apportée aux producteurs pour l’acheminement des productions jusqu’au petit marché. En réalité, c’est surtout un moyen de contrôle pour qu’ils ne puissent pas les contourner et vendre à d’autres clients.

« Quand on apporte nos productions à Niamey, nos Maï Gida ont des employés (des jeunes) qu’ils envoient jusqu’à Wadata pour constater le nombre de sacs de pommes de terre. Cela, pour que nous n’allions pas vendre à d’autres clients. Ils nous saisissent avant même de descendre de la voiture. Si c’est dix sacs, qu’ils les voient… » (entretien réalisé avec un groupe de producteurs de pomme de terre. Amsagal, le 21 octobre 2011).

62Lorsque le producteur contourne son Maï Gida, celui-ci peut, à la prochaine saison, refuser de lui octroyer des plants à crédit. Mais, pour permettre aux producteurs de profiter de meilleurs prix lorsque l’offre de pomme de terre est importante à Niamey, les Maï Gida leur demandent souvent de garder leurs productions. Ils peuvent proposer dans ce cas une avance aux producteurs qui ont un besoin immédiat de liquidités.

63Enfin, les Maï Gida profitent de leurs rapports étroits avec certains producteurs pour s’installer dans la commune. Ils commencent par demander des terres à louer pour pratiquer la culture de la pomme de terre. Chaque année, ils viennent produire, accompagnés de leurs ouvriers ou en embauchant localement. Après un certain temps, ils acquièrent des terres et font venir leur famille. Ce sont les terres agricoles les mieux situées qui sont les plus convoitées.

Conclusion

64La pomme de terre est devenue non seulement une solution aux crises alimentaires endémiques dans l’Imanan, mais également une source de revenus qui est en train de bouleverser positivement les pratiques sociales. Mais seules les exploitations qui peuvent mobiliser suffisamment de ressources (main-d’œuvre, capital et eau) peuvent valoriser la production. Le manque d’organisation adéquate de la filière pomme de terre conjugué à la faiblesse des alternatives de financement ne permettent pas aux producteurs de se détacher des Maï Gida. De fait, ces derniers constituent le maillon fort de la filière. Ils contrôlent la commercialisation et interviennent sur la production.

65Pour que les producteurs puissent avoir la maîtrise de leur processus de production, et que la production de pomme de terre joue pleinement son rôle dans l’amélioration des conditions de vie des populations de l’Imanan, il est important de trouver des sources de financements alternatifs. Il faudrait également disposer d’une appréciation objective de la capacité d’endettement et de remboursement des exploitants, afin qu’ils puissent bénéficier de crédits adaptés à leurs besoins et pour que leur intégration au marché soit accompagnée de bénéfices leur permettant d’investir dans leurs systèmes de production, et même de dégager une épargne.

Bibliographie

Alpha Gado B., 2010 - Crises alimentaires en Afrique sahélienne : les réponses paysannes. Cotonou, Les Editions du Flamboyant, 210 p.

Balla A., Yamba B., Adam T., Abdou D., 2009 - L’insécurité alimentaire au Niger : entre réalité et espoir. Publication hors-série des Annales de l’Université de Niamey, 148 p.

Bidou J.-E., Droy I., 2007 - Pauvreté et vulnérabilité alimentaire dans le sud de Madagascar : les apports d’une approche diachronique sur un panel de ménages. Mondes en développement, 4 (140) : 45-64.

Dramé Yayé A., Alpha Gado B., 2006 - Histoire des crises alimentaires au Sahel : cas du Niger. Document présenté lors du Forum régional sur la souveraineté alimentaire en Afrique de l’Ouest (Foresa), du 7 au 10 novembre 2006, à Niamey, 20 p.

Ferraton N., Touzard I., 2009 - Comprendre l’agriculture familiale - Diagnostic des systèmes de production. Versailles, Quae, 123 p.

Guillaume H., 1974 - Les nomades interrompus : introduction à l’étude du canton Twareg de l’Imanan. Niamey, Centre nigérien de recherches en sciences humaines, 141 p.

Larwanou M., Saadou M., André N., 2005 - Détermination du degré d’aridité bioclimatique de sept localités du département de Tillabéri (sud-ouest du Niger) : classement en zones bioclimatiques. Sécheresse, 16 (2) : 107-114.

Minvielle J.-P., 1999 - « L’articulation des paysans au marché ». In : L’avenir des paysans : les mutations des agricultures familiales dans les pays du Sud, Paris, PUF/Cedid : 107-121.

Mukadi K., Tollens E., 2001 - Sécurité alimentaire au Congo-Kinshasa : production, consommation et survie. Paris, l’Harmattan, 478 p.

ONG AIDD et LUCOP-TI, 2012 - Plan de développement communal (PDC) – Commune Rurale de l’Imanan, 153 p.

Pélissier P., 2000 - Les interactions rurales-urbaines en Afrique de l’Ouest et centrale. Bulletin de l’APAD, n° 19, 12 p.

République du Niger, 2008 - Tendances, profil et déterminants de la pauvreté au Niger : 2005-2008. Niamey, Ministère de l’économie et des finances et l’Institut National de la Statistique (INS), 55 p.

Saint-Julien T., 1985 - La diffusion spatiale des innovations. Montpellier, GIP Reclus, 37 p.

Taillandier D., 1953 - Rapport sur le recensement du canton de l’Imanan. Niamey, Archives nationales.

Vandenput R., 1981 - Les principales cultures en Afrique centrale. Bruxelles, Administration générale de la coopération au développement (AGCD), 1 252 p.

Notes

1 La balance céréalière correspond à la différence entre la production nette (productions obtenues au cours de l’année de référence + stocks disponibles) et les besoins de la population locale (sédentaire rurale, nomade et urbaine).

2 Le warrantage est une opération de crédit de quelques mois dont la garantie est un stock de vivres liquidable par la banque ou l’institution de microfinance en cas de défaillance.

3 Le petit marché ou Habou Ganda est situé en plein centre de la capitale, Niamey. C’est le principal marché de légumes.

4 Maï Gida signifie « chef de famille » ou « chef de la maisonnée » en Haussa et par extension « patron ».

5 Le seuil de pauvreté est le niveau de l’indicateur de bien-être qui conduit à déterminer si un ménage est pauvre (l’indicateur de bien-être est inférieur au seuil) ou non-pauvre (le cas échéant). (INS, 2009).

Table des illustrations

Titre Figure 1. Bilan céréalier du département de Filingué de 1981 à 2011.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9849/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Figure 2. Répartition de la production de la pomme de terre.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9849/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 3. Durée moyenne de stabilité alimentaire par la culture de la pomme de terre et les cultures traditionnelles de saison.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9849/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 4. Apport des principales activités dans le budget familial des producteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9849/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k

Auteur

Doctorante en études rurales en sciences du développement, Dynamiques rurales, UMR MA 104, Université Toulouse Jean-Jaurès

© IRD Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search