Version classiqueVersion mobile

Les sociétés rurales face aux changements climatiques et environnementaux en Afrique de l’Ouest

 | 
Benjamin Sultan
, 
Richard Lalou
, 
Mouftaou Amadou Sanni
, 
et al.

Partie 4. Adaptation des systèmes de production et innovations

Introduction

Richard Lalou

Texte intégral

Récolte et stockage des épis de mil dans la région de Niakhar (Sénégal)

Récolte et stockage des épis de mil dans la région de Niakhar (Sénégal)

© IRD/J.-J. Lemasson

1Au cours de la première décennie du xxie siècle, la question de l’adaptation des humains au changement climatique s’est brusquement répandue dans le débat public, à la fois comme objet de la recherche scientifique, comme enjeu de la planification technico-politique aux échelles locale, nationale et internationale, et comme thème de sensibilisation de l’opinion publique (Adger et al., 2007 ; Smit et al., 2009). Dans son quatrième rapport de synthèse, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) justifiait cet intérêt en montrant que la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) ne réussirait pas à éviter tous les impacts des changements climatiques, dont certains se font déjà sentir (Parry et al., 2007). Les émissions d’hier et d’aujourd’hui auront demain des conséquences inéluctables, en raison de leur très longue durée de vie dans l’atmosphère. Des mesures d’adaptation sont donc urgentes et nécessaires, en plus des efforts pour diminuer les GES.

2L’objectif de l’adaptation est globalement de réduire les vulnérabilités des systèmes naturels et socio-économiques, pour faire face à moindre coût aux changements climatiques. C’est ce que le Giec a défini par la formule désormais classique : « L’adaptation est l’ajustement des systèmes naturels et humains pour répondre aux stimuli des changements climatiques actuels ou attendus, pour en modérer les conséquences négatives et tirer profit des opportunités » (Adger et al., 2007). En ce sens, l’adaptation s’oppose à l’atténuation, puisque ses mesures ont un caractère avant tout local et que les horizons temporels des bénéfices qui peuvent en être tirés en termes de réduction de la vulnérabilité sont beaucoup plus immédiats. En revanche, les impacts des actions d’adaptation sur la vulnérabilité des personnes, des sociétés et des territoires sont plus difficilement mesurables ; nous ne disposons pas d’une mesure de même nature que l’empreinte carbone (la tonne de CO2-équivalent) utilisée pour la quantification des réductions des GES. Enfin, l’adaptation est comprise, selon le Giec, de façon extrêmement spécifique, sans référence à toute la complexité d’un concept qui a pourtant été forgé – pour d’autres paradigmes – par une longue histoire de recherches interdisciplinaires. Ainsi, l’adaptation se justifie ici par le seul changement climatique, et les mesures d’adaptation ne peuvent avoir d’autres objectifs que d’atténuer les impacts d’un choc climatique ou d’exploiter les bénéfices d’une opportunité climatique. Or, nous savons que les processus globaux de transformation des sociétés et d’amélioration de la qualité de vie des personnes peuvent contribuer aussi de façon directe ou indirecte à une diminution des vulnérabilités du sociosystème vis-à-vis des changements climatiques, et cela sans produire nécessairement des effets adverses majeurs sur l’environnement naturel et le climat (Adger et al., 2009 ; Moser et Ekstrom, 2010).

3L’adaptation individuelle ou sociétale n’a rien de nouveau dans l’histoire de l’humanité, ni comme expérience empirique, ni même comme construit théorique. Depuis très longtemps, les humains font face à la précarité des ressources et des conditions de vie engendrée par des changements climatiques, notamment en développant des innovations technologiques (irrigation, sélection de plantes agricoles résistantes, prévisions météorologiques, etc.) et socio-économiques (dont l’assurance contre les catastrophes naturelles). Pourtant, selon de nombreux auteurs, la question n’est pas tant de savoir si les sociétés humaines peuvent s’adapter – dans l’absolu elles en font la démonstration tous les jours –, mais de prouver que des adaptations passées peuvent présager des capacités qui seront utiles aux générations futures pour s’adapter aux changements globaux de demain. En effet, les adaptations passées paraissent souvent sans commune mesure au regard des réponses qui, demain, devront être apportées aux impacts d’un changement climatique dont l’échelle, l’intensité, la rapidité et les variabilités sont jusqu’ici inédites (Adger et Barnett, 2009 ; Adger et al., 2009 ; Berrang-Ford et al., 2011). L’adaptation des sociétés humaines au changement climatique appelle donc la question quasi consubstantielle des limites de l’adaptation.

4Les chercheurs recourent souvent aux concepts de limites, de barrières mais aussi de contraintes ou de stress de façon presque interchangeable, là où toutefois les significations diffèrent notablement. Si les barrières évoquent généralement des contraintes ou des facteurs de stress qui peuvent être surmontés, les limites renvoient, conformément à la compréhension qu’en propose le Giec (Adger et al., 2007), à des obstacles absolument infranchissables, à des seuils au-delà desquels les activités humaines, l’occupation du sol, les écosystèmes, les espèces ne peuvent être maintenus, même sous une forme modifiée. Les contraintes écologiques et physiques constituent donc communément les limites à l’adaptation. Celles-ci peuvent prendre des formes diverses, allant des seuils des écosystèmes (habitat, biodiversité, fonctionnement) après lesquels l’adaptation (la résilience) n’est plus possible aux limites géologiques et géographiques et à l’épuisement des ressources (Parmesan et Yohe, 2003 ; Fischlin et al., 2007 ; USGS, 2009). Comme on le voit, les limites de l’adaptation sont donc définies comme exogènes au système social, à l’instar des contraintes physiques et écologiques.

5Les autres facteurs qui, généralement, contrarient l’adaptation – mais sans l’interdire totalement – sont le plus souvent des barrières qui proviennent de la société et de ses interactions avec la nature. En effet, l’adaptation n’est pas uniquement une nécessité objectivée par les expertises internationales et imposée par les conditions naturelles extérieures, elle est aussi le choix des individus et des communautés, construit à partir des connaissances scientifiques et des expériences collectives des dangers, des dispositions (normes et valeurs individuelles et collectives) qui modèlent les façons de penser et d’agir, des coûts économiques, socioculturels et symboliques de l’adaptation, et de la finalité de l’adaptation (retour à l’équilibre ante ou étape vers un progrès technico-économique nouveau). Ces barrières, subjectives et fortement évolutives en fonction des contextes et des histoires, recouvrent en partie les facteurs habituellement mobilisés par les notions de capacités d’adaptation et de vulnérabilités. Pour les individus comme pour les collectivités, le faible niveau des ressources économiques, l’accès réduit aux technologies et le manque de compétences pour les exploiter sont clairement des facteurs réduisant l’adaptation. Ils expliquent même pour de nombreux chercheurs la persistance d’un déficit d’adaptation dans les pays à faibles revenus, et particulièrement en Afrique (Adger et al., 2005a et b ; Smit et Wandel, 2006 ; Hulme et al., 2007 ; Moser et Ekstrom, 2010 ; Dow et al., 2013).

6En règle générale, les stratégies d’adaptation doivent intégrer trois niveaux d’incertitude : l’incertitude sur le climat futur, l’incertitude concernant les impacts des changements climatiques sur les systèmes naturels et socio-économiques (Meehl et al., 2007) et l’incertitude sur les bénéfices futurs d’une adaptation engagée dès aujourd’hui (Magnan, 2013) ; chacune de ces incertitudes pouvant devenir une barrière dans le processus d’adaptation (phase d’identification du problème et phase de planification de l’action) (Moser et Ekstrom, 2010). Ces incertitudes sont généralement d’autant plus fortes en amplitude et déterminantes pour l’action que l’adaptation est par définition souvent locale, alors que les projections du climat et de ses impacts sont continentales ou régionales. En outre, les zones d’incertitude des prévisions à long terme s’amplifient en Afrique, faute de données météorologiques fiables et suffisantes. Finalement, c’est sans doute tout cet environnement incertain qui justifie que l’on privilégie, un peu partout dans le monde, l’adaptation réactive à l’adaptation anticipatrice. Plusieurs auteurs ont montré que les coûts (économiques, sociaux et environnementaux) des impacts aux changements climatiques seront nécessairement beaucoup plus élevés sans une anticipation des mesures d’adaptation (Stern, 2006 ; Parry et al., 2009). Mais, que ce soit dans les pays pauvres ou dans les pays riches, force est de constater que les adaptations réactives sont de loin les plus fréquentes (Adger et al., 2003 ; Amundsen et al., 2010). Elles sont mises en œuvre après l’occurrence du phénomène extrême et n’ont donc pas à anticiper les risques associés à ses impacts. De même, les bénéfices des adaptations réactives sont souvent immédiats ou de court terme – ce qui là encore limite les possibilités d’une maladaptation (quand l’adaptation a augmenté les vulnérabilités des populations et des territoires face au climat) ou évite celles d’une adaptation avec regret (le risque environnemental contre lequel l’adaptation a été élaborée ne se matérialise pas).

7Plusieurs études récentes sur les pratiques d’adaptation et sur leur processus ont indiqué que la capacité d’un système à répondre de manière efficace au changement et aux variations du climat ne dépend pas uniquement des connaissances qui réduisent l’incertitude et augmentent la prise de conscience, ni totalement du développement économique et technologique, mais qu’elle est aussi déterminée par les normes sociales, les valeurs et les règles culturelles (Brooks et al., 2005 ; Næss et al., 2005 ; Ford et al., 2006 ; Coulthard, 2008 ; Adger et al., 2009). L’adaptation est locale et elle est tributaire du contexte social et culturel dans lequel elle est construite ; elle varie donc entre les individus, à l’intérieur des communautés et entre les communautés, les territoires et les pays (O’brien et al., 2006 ; Adger et al., 2007).

8L’accès et le contrôle des ressources à l’échelle de la communauté sont souvent régis par des institutions sociales et des droits locaux ; une institution, selon E. Ostrom (2005), étant les « règles » qui gouvernent les systèmes de croyances, les structures organisationnelles et les pratiques d’une communauté. Ces règles incluent généralement les droits d’accès à la terre, les règles d’administration des jachères collectives, des mises en défens, les règles d’accès et de gestion des ressources communes, etc. De même, la caste, l’ethnie, le genre sont dans certaines sociétés des institutions qui produisent des normes, des valeurs et des règles susceptibles d’influencer les comportements des individus face à des stress ou à des chocs. Quand elles sont bien établies et reconnues par tous, ces institutions permettent aux communautés de mieux répondre aux changements sociaux et environnementaux. Mais lorsque ces règles, dont la légitimité repose souvent sur la tradition, ne parviennent plus à prendre en charge les évolutions des systèmes écologique et social, elles peuvent alors devenir de vraies barrières normatives à l’adaptation. Il en va ainsi des réponses adaptatives adoptées de façon répétitive et en conformité avec la culture et la tradition, mais qui peuvent s’avérer inappropriées face aux futurs changements environnementaux (maladaptation), et non durables (Jones et al., 2010 ; Jones et Boyd, 2011 ; Nielsen et Reenberg, 2010). En d’autres termes, les rigidités institutionnelles peuvent parfois limiter les capacités d’innovation des sociosystèmes confrontés à des chocs climatiques et environnementaux.

9En Afrique de l’Ouest, comme ailleurs dans le monde, l’adaptation de l’agriculture à l’évolution du climat n’est pas une idée neuve. Principalement pluviale, la petite agriculture africaine est fortement soumise au changement et à la variabilité du climat, ce qui oblige constamment les agriculteurs et leur famille à mettre en œuvre des stratégies d’adaptation pour conserver leur niveau de vie et de production biologique (denrées agricoles, fourrage, bois de chauffage et matériaux de construction, etc.). Même en l’absence de moyens économiques et techniques, les paysanneries africaines ne sont donc ni nécessairement ni totalement vulnérables face à des événements menaçants et dommageables. Pour autant, leurs réponses doivent aussi composer avec toutes les contraintes, les incertitudes, les barrières et les limites que nous avons énoncées et qui réduisent leurs manières d’agir. Il en résulte alors des adaptations à minima – que l’on peut qualifier de « survie » –, pas toujours performantes et rarement durables.

10Dans cette dernière partie consacrée aux adaptations agricoles, nous avons considéré quatre trajectoires agricoles différentes, situées dans trois contextes géoclimatiques ouest-africains (le Bénin, le Niger et le Sénégal). Comme nous l’avons vu au chapitre 4 de l’ouvrage, le changement climatique se manifeste diversement sur les trois sites d’étude : la tendance au réchauffement est partout observable, mais les pluies ont toujours des évolutions singulières. Dans le nord du Bénin, elles sont stables autour de 1 200 mm/an depuis le début des années 1990. Au centre du Sénégal, les pluies augmentent rapidement à la fin des années 1990, pour atteindre une moyenne de plus de 600 mm/an au cours des dix dernières années. Dans le sud du Niger enfin, si la pluviométrie a connu une reprise après la grande sécheresse, on retrouve une baisse significative des cumuls annuels au cours de ces dix dernières années. L’adaptation des agriculteurs est bien de dimension locale ; elle répond aux conditions météorologiques du moment, tout en prenant en compte les contraintes et les opportunités du milieu. Ainsi, les agriculteurs sénégalais tirent profit des saisons des pluies plus abondantes et plus longues en cultivant des variétés de céréales à cycle long (chap. 18), là où les paysans du Niger pallient le manque de pluies et la faiblesse des rendements de l’agriculture sous pluie par des cultures de contre-saison et la mise en valeur de l’eau souterraine (chap. 20). Mais, les adaptations décrites dans cette partie de l’ouvrage ne répondent pas toutes à la seule logique climatique. Les innovations culturales, comme la pomme de terre au Niger (chap. 20), la noix de cajou et le soja au Bénin (chap. 17), ou encore la pratique de l’embouche bovine au Sénégal (chap. 19) tentent plutôt de tirer bénéfice des opportunités commerciales créées par le développement du marché urbain. Reste que toutes ces adaptations – qu’elles soient reliées ou pas au changement climatique – ont pour effet de réduire les vulnérabilités des familles, notamment face au climat. Rappelons, à ce propos, que les activités de contre-saison comme la pratique de l’embouche ou la culture de la pomme de terre ont tendance à fixer les paysans sur leur terroir et à réduire les migrations saisonnières de travail, là où les années de sécheresse pouvaient provoquer des exodes ruraux.

11Tous les exemples d’adaptation étudiés dans cet ouvrage confirment d’une certaine façon la « règle » : l’adaptation de la petite paysannerie africaine est le plus souvent spontanée (sans concertation et coordination importantes entre les acteurs), réactive et à faible risque. Au Sénégal, le retour à des pluies plus abondantes a généralement permis aux agriculteurs de revenir à un système agraire ancien (d’avant les sécheresses), c’est-à-dire à des pratiques traditionnelles et moins risquées, car culturellement acceptables et économiquement viables. C’est ainsi qu’ils ont réintroduit le mil à cycle long, qui avait presque disparu entre 1970 et 2000 (chap. 18). De même, l’association vertueuse entre les cultures et l’élevage, rendue très difficile pendant la période sèche, est réapparue avec le développement de l’embouche bovine. Cette pratique a non seulement permis de renouer avec l’usage ancien du transfert de la fertilité, mais elle s’est révélée être une source de matière organique plus riche et plus performante que l’élevage extensif traditionnel (chap. 19). En d’autres termes, l’adaptation n’a pas été ici un frein à la transformabilité de l’agrosystème. Tout en conservant les principes directeurs qui garantissent sa durabilité (association de la culture et de l’élevage), le système agraire a intégré une innovation qui le rend plus performant dans la conservation de la fertilité des sols.

12Plus généralement, nous pouvons dire que toutes ces adaptations montrent combien les sociétés agricoles d’Afrique parviennent à s’adapter aux changements globaux, sans que pour autant elles en deviennent trop résistantes aux perturbations, c’est-à-dire incapables de se transformer – de se réinventer totalement – face à des chocs aussi aléatoires et créatifs que destructeurs. Il s’agit là, lorsque les contraintes écologiques, sociales et politiques l’imposent, de changer en profondeur les caractéristiques du système, à l’instar de ce qu’il pourrait advenir à une échelle planétaire avec la transition vers les économies à bas-carbone. L’adaptation suppose donc de la résilience mais aussi de la transformabilité, c’est-à-dire la capacité dynamique du système à se reconstruire différemment, à l’intérieur d’un nouveau bassin d’équilibre.

Bibliographie

Adger W. N., Huq S., Brown K., Conway D., Hulme M., 2003 - Adaptation to climate change in the developing world. Progress in development studies, 3 (3) : 179-195.

Adger W. N., Hughes T. P., Folke C., Carpenter S. R., Rockström J., 2005a - Social-ecological resilience to coastal disasters. Science, 309 (5737) : 1036-1039.

Adger W. N., Arnell N. W., Tompkins E. L., 2005b - Successful adaptation to climate change across scales. Global environmental change, 15 (2) : 77-86.

Adger W., Agrawala S., Mirza M., Conde C., O’brien K., Pulhin J., Pulwary R. S., Smit B., Takahashi K., 2007 - « Working group II : impacts, adaptation and vulnerability ». In : Fourth assessment report of the intergovernmental panel on climate change, Cambridge, UK, Cambridge University Press : 717-743.

Adger W. N., Dessai S., Goulden M., Hulme M., Lorenzoni I., Nelson D. R., Næss L. O., Wolf J., Wreford A., 2009 - Are there social limits to adaptation ? Clim. Change, 93 : 335-354.

Adger W. N., Barnett J., 2009 - Four reasons for concern about adaptation to climate change. Environment and Planning A, 41 (12) : 2800-2805.

Amundsen H., Berglund F., Westskogô H., 2010 - Overcoming barriers to climate change adaptationöa question of multilevel governance ? Environment and Planning C : Government and Policy, 28 : 276-289.

Berrang-Ford L., Ford J. D., Paterson J., 2011 - Are we adapting to climate change ? Global environmental change, 21 (1) : 25-33.

Brooks N., Adger W. N., Kelly P. M., 2005 - The determinants of vulnerability and adaptive capacity at the national level and the implications for adaptation. Global environmental change, 15 (2) : 151-163.

Coulthard S., 2008 - Adapting to environmental change in artisanal fisheries - insights from a South Indian Lagoon. Global Environmental Change, 18 (3) : 479-489.

Dow K., Berkhout F., Preston B. L., Klein, R. J., Midgley G., Shaw M. R., 2013 - Limits to adaptation. Nature Climate Change, 3 (4) : 305-307.

Fischlin A., Midgley G. F., Price J. T., Leemans R., Gopal B., Turley C., Rounsevell M. D. A., Dube O. P., Tarazona J., Velichko A. A., 2007 - « Ecosystems, their properties, goods, and services. Climate Change 2007 : Impacts, Adaptation and Vulnerability ». In Parry M. L., Canziani O. F., Palutikof J. P.,. van der Linden P. J., Hanson C. E., eds : Contribution of Working Group II to the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, Cambridge, Cambridge University Press : 211-272.

Ford J. D., Smit B., Wandel J., 2006 - Vulnerability to climate change in the Arctic : a case study from Arctic Bay, Canada. Global Environmental Change, 16 (2) : 145-160.

Hulme M., Adger W. N., Dessai S., Goulden M., Lorenzoni I., Nelson D., Næss L. O., Wolf J., Wreford A., 2007 - Limits and barriers to adaptation : four propositions. Tyndall Center for Climate Change Research.

Jones L., Ludi E., Levine S., 2010 - Towards a characterisation of adaptive capacity : a framework for analysing adaptive capacity at the local level. Overseas Development Institute.

Jones L., Boyd E., 2011 - Exploring social barriers to adaptation : insights from Western Nepal. Global Environmental Change, 21 (4) : 1262-1274.

Magnan A., 2013 - Éviter la maladaptation au changement climatique. Policy briefs, 8, 2013.

Meehl G. A., Stocker T.F., Collins W.D., Friedlingstein P., Gaye A.T., Gregory J.M., Kitoh A., Knutti R., Murphy J.M., Noda A., Raper S.C.B., Watterson I.G., Weaver A.J., Zhao Z.-C., 2007 - « 2007 : Global Climate Projections ». In Solomon S., Qin D., Manning M., Chen Z., Marquis M., Averyt K. B., Tignor M., Miller H. L., eds : Climate Change 2007 : The Physical Science Basis. Contribution of Working Group I to the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, Cambridge, Cambridge University Press, United Kingdom and New York, USA : 747-845.

Moser S. C., Ekstrom J. A., 2010 - A framework to diagnose barriers to climate change adaptation. Proceedings of the National Academy of Sciences, 107 (51) : 22026-22031.

Næss L. O., Bang G., Eriksen S., Vevatne J., 2005 - Institutional adaptation to climate change : flood responses at the municipal level in Norway. Global Environmental Change, 15 (2) : 125-138.

Nielsen J. Ø., Reenberg A., 2010 - Cultural barriers to climate change adaptation : A case study from Northern Burkina Faso. Global Environmental Change, 20 (1) : 142-152.

O’brien K., Eriksen S., Sygna L., Naess L. O., 2006 - Questioning complacency : climate change impacts, vulnerability, and adaptation in Norway. AMBIO : a journal of the human environment, 35 (2) : 50-56.

Ostrom E., 2005 - Understanding Institutional Diversity. Princeton University Press.

Parmesan C., Yohe G., 2003 - A globally coherent fingerprint of climate change impacts across natural systems. Nature, 421 (6918) : 37-42.

Parry M. L., Canziani O. F., Palutikof J. P., Van Der Linden P. J., Hanson C. E., 2007 - « Working Group II Report. Impacts, Adaptation and Vulnerability ». Contribution of Working Group II to the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change.

Parry M., Arnell N., Berry P., Dodman D., Fankhauser S., Hope C., Kovats S., Nicholls R., Satterthwaite D., Tiffin R., Wheeler T. 2009 - Assessing the costs of adaptation to climate change : A review of the UNFCCC and other recent estimates. London, International Institute for Environment and Development & Grantham Institute for Climate Change.

Smit B., Wandel J., 2006 - Adaptation, adaptive capacity and vulnerability. Global environmental change, 16 (3) : 282-292.

Smith J. B., Vogel J. M., Cromwell J. E. III., 2009 - An architecture for government action on adaptation to climate change. An editorial comment. Clim. Change, 95 : 53-61.

Stern N. H., 2006 - Stern Review : The economics of climate change (Vol. 30). London, HM treasury.

USGS, 2009 - Tresholds of Climate Change in Ecosystems : Final Report, Synthesis and Assessment Product 4.2. University of Nebraska, US Geological Society.

Table des illustrations

Titre Récolte et stockage des épis de mil dans la région de Niakhar (Sénégal)
Crédits © IRD/J.-J. Lemasson
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9836/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

© IRD Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search