Version classiqueVersion mobile

Les sociétés rurales face aux changements climatiques et environnementaux en Afrique de l’Ouest

 | 
Benjamin Sultan
, 
Richard Lalou
, 
Mouftaou Amadou Sanni
, 
et al.

Partie 3. Transformations sociétales des populations rurales

Chapitre 16. Changements politiques, dynamiques foncières et recompositions socio-économiques

La commune de l’Imanan (Niger)

Abdoulaye Mohamadou et Harouna Abdoutan

Texte intégral

Introduction

1La région du Sahel est emblématique de la dynamique de l’évolution des liens entre société et environnement dont l’adaptation au changement climatique, thème très en vogue aujourd’hui, constitue l’une des manifestations. En effet, depuis les années 1970, la sécheresse, la dégradation des ressources naturelles, la pauvreté, etc. structurent les stratégies de vie et de survie des populations sahéliennes. Cette interaction entre les hommes et le milieu naturel ne se réduit pas qu’aux impacts et stratégies d’adaptation. Elle affecte aussi la dynamique des rapports sociaux, en particulier autour de la terre et des ressources naturelles. Jean-Pierre Jacob (2007) a souligné le lien entre pouvoir et foncier dans les sociétés traditionnelles africaines. Dans la plupart de celles-ci, le groupe ou le lignage qui détient le capital foncier, qui est souvent le premier occupant, contrôle aussi le pouvoir politique et le conforte en utilisant la terre comme arme de négociation dans ses liens avec les autres groupes sociaux, autochtones comme allochtones. Les configurations politiques locales conditionnent aussi les systèmes de production et les droits fonciers. En effet, les rapports sociaux autour de la production sont liés aux statuts sociaux et à la division sociale du travail. Ces rapports évoluent, à cause notamment des conditions écologiques liées dans le cas du Sahel aux effets des changements climatiques (sécheresses, appauvrissement des terres, dégradation du couvert végétal, etc.) sur la terre et les ressources naturelles. Ainsi en est-il par exemple des droits sur les arbres qui ont changé au cours des dernières années, avec une tendance à leur individualisation.

2L’objectif de ce travail est d’analyser les transformations économiques, spatiales et politiques intervenues dans le territoire de la commune de l’Imanan, en les situant dans le contexte global de construction de l’État nigérien et des changements écologiques et économiques

La commune de l’Imanan : un territoire « nomade-pastoral » en zone agricole

3Le canton de l’Imanan a été érigé en commune en 2004 dans le cadre du nouveau découpage territorial, lié au choix du Niger d’une décentralisation intégrale. Avec une superficie de 506 km2, elle est l’une des plus petites communes au Niger. Elle a une population estimée à 36 665 habitants, soit une densité d’environ 72,46 hab/km2, et compte 45 villages administratifs avec comme chef-lieu de commune le village de Bonkoukou.

4La commune est située dans une vallée fossile (localement appelée dallol bosso) encastrée entre deux plateaux, l’un au nord-ouest et l’autre, appelé Fakara en langue zarma, au sud. Les trois espaces présentent des caractéristiques assez contrastées, tant du point de vue des sols, de la végétation qu’en termes de densités de population et d’activités.

5La vallée est un espace composé de bas-fonds aux sols sablonneux et de plus en plus lessivés, en raison de l’érosion hydrique et éolienne et de la surexploitation agricole et pastorale. La nappe phréatique y est peu profonde et varie de 3 à 7 m par endroits. Cette disponibilité d’eau a permis le développement des cultures maraîchères, notamment la pomme de terre devenue la principale culture de rente. La végétation a pratiquement disparu selon les paysans, du fait de la pression démographique et foncière. On rencontre par endroits des parcs arborés d’Acacia albida et de palmiers doums. Si le premier arbre sert de fertilisant pour les champs, le second constitue une source non négligeable de revenus par la vente de ses sous-produits. Un paysan d’Amassaghal disait : « Un peuplement de palmiers doums vaut mieux que deux vaches, il assure la sauce de la semaine. »

6Les peuplements des palmiers doums sont plus importants dans la partie sud de la commune, dans le zango (village touareg) de Kochlane en raison de la présence des sols argileux.

7Les deux plateaux sont des zones de glacis, mais on rencontre aussi de petits bas-fonds. L’occupation de celui du sud de la commune est consécutive à la remontée du front agricole, tandis que celui du nord-ouest a une vocation agricole plus ancienne du fait d’un peuplement d’agriculteurs zarma. Les terres des plateaux ont de meilleurs rendements agricoles que les terres des vallées appauvries par plusieurs décennies d’exploitation. Les plateaux servent aussi d’aires de pâturage et de zones de transit pour les éleveurs de la commune et ceux d’autres régions, y compris les transhumants qui arrivent du Bénin et du Nigéria.

8La commune rurale de l’Imanan dispose de trois mares permanentes et de quatre à cinq mares semi-permanentes en fonction du niveau de la pluviométrie. Les mares permanentes sont généralement aménagées, empoissonnées et exploitées dans le cadre de l’intervention de l’État et des projets de développement. C’est le cas de la mare de Tashi où un seuil a été réalisé, ce qui a eu pour conséquence l’apparition de nouvelles activités (maraîchage et pêche) et un changement des règles d’accès (Mohamadou et Moussa, 2013).

9D’autres actions de l’État et de ses partenaires sur l’environnement s’orientent vers la défense et la restauration des sols des plateaux. Ce sont souvent des terres incultes relevant du domaine des communautés locales. Une demi-douzaine de sites ont été répertoriés dans la commune. Quand la végétation y pousse, ils constituent des aires de pâturage pour les villages environnants. Mais ces actions de récupération des terres restent limitées et ne peuvent inverser les tendances générales de la dégradation des terres et de l’environnement. Il faut cependant noter que, de plus en plus, les paysans pratiquent la régénération naturelle assistée pour certaines espèces économiquement utiles, notamment le palmier doum et le gao (Acacia albida).

10La pluviométrie n’a pas véritablement changé quand on se réfère aux relevés pluviométriques des quarante dernières années.

11Les données pluviométriques révèlent que les précipitations ont été plus élevées au cours des années 2000 que vers la fin des années 1960. De plus, on constate que le nombre de jours de pluies est plus élevé au cours de la décennie 2000 que lors de la décennie 1960. Ces données contredisent les perceptions des populations qui considèrent qu’il ne pleut plus assez. Mais les raisons de ce décalage sont certainement à rechercher dans les variabilités intra-annuelles des précipitations, avec des périodes de sécheresse plus longues et plus fréquentes, mais surtout dans la combinaison de plusieurs facteurs qui affectent négativement le développement des plantes et les rendements agricoles. Même si les précipitations sont les mêmes, les sols n’ont plus le même niveau de fertilité, et de nouveaux ennemis des cultures (insectes, maladies) ont souvent fait leur apparition. Les paysans disent qu’ils sont venus avec les sécheresses et la variabilité climatique.

Tableau 1. Évolution de la pluviométrie à Bonkoukou de 1965 à 2011.

Années

Pluviométrie enregistrée (en mm)

Nombre de jours de pluie

1965

595,5

34

1966

307,9

22

1967

454,3

26

1968

454,3

22

1969

339,5

27

2006

608,9

31

2007

413,6

28

2008

487,8

40

2009

451,4

34

2010

535,8

36

2011

433,5

30

Source : station météorologique de Bonkoukou.

Mobilités et sédentarité sur un espace en dégradation

12Par la conjugaison de facteurs politiques, écologiques et économiques, le mode de vie et les systèmes de production ont connu des changements importants dans l’Imanan.

La conquête de l’espace par les Touaregs

13La population de la commune de l’Imanan est majoritairement touareg, et le pouvoir politique local est détenu par ce groupe à travers la chefferie de canton. À leur arrivée au début du xxe siècle, les Touaregs ont trouvé sur place des populations composées de Zarma et de Hausa (Gubé et Soudjé). Les Touaregs sont arrivés par vagues successives. Il y a eu d’abord des guerriers et ensuite des groupes. Les premiers étaient composés des Iwillimenden et des Lissawan, alors que les seconds étaient des Kel Esuk, des artisans, des Iboghileten, etc. Les Touaregs sont venus de la région de Tahoua. Environ sept noyaux villageois existaient avant la période coloniale : Diguina, Bonkoukou, Koshlane, Jami, Dakfao, Shett et Shiwil, où les familles nobles touaregs s’étaient installées avec leurs dépendants (Guillaume, 1974).

14Avant l’arrivée des colons français, le système social était très stratifié chez les Touaregs de l’Imanan. Il existait en effet des familles nobles, des dépendants et des communautés libres.

15Les dépendants, principalement des esclaves de case, les affranchis, les artisans, les Kel Esuk exploitaient les terres que les familles aristocratiques mettaient à leur disposition. Les esclaves domestiques cultivaient des domaines sous le contrôle direct de leurs maîtres, tandis que les autres groupes disposaient de champs donnés par l’aristocratie à laquelle ils réservaient une partie de la production. En ce qui concerne les populations zarma, goubé et soudjé, elles entretenaient des rapports tributaires avec les familles nobles touaregs. Après chaque récolte, une dîme était donnée au chef de famille noble en signe de leur allégeance.

« À la fin des récoltes, si ce n’est pas aujourd’hui, nous, notre concession là, tous ces villages là, toutes les bottes qu’ils enlèvent comme dîme ou quelque chose d’autre, ils doivent nous les amener ici. Mais actuellement, c’est au chef de canton qu’ils amènent, mais pas tout le monde. La zakkat là qu’ils enlèvent, ça lui revient, ça, c’est quelque chose qui existe même aujourd’hui. Quand ça marche bien, le chef, ce qu’il a, ça peut faire des greniers. […] Au temps du chef Bizo, il est décédé en 1952, au moment où il régnait, il envoie seulement ses dogaris [gardes] pour aller dans les zones où on lui a réservé les cadeaux de mil, on fait le grenier là-bas, il peut se retrouver avec 10 greniers » (H. S.).

16Après leur migration dans l’Imanan, les Touaregs se sont progressivement sédentarisés et ont associé l’agriculture à l’élevage. Les familles ne pratiquent plus la transhumance depuis très longtemps, et les animaux sont surtout confiés à des bouviers touaregs ou peuls qui les conduisent en zone pastorale pendant la saison des pluies.

17Le premier chef touareg s’étant marié à la fille d’un chef zarma, il a ouvert la voie à des alliances matrimoniales avec différents chefs locaux. Ce choix a profondément marqué la société touareg de l’Imanan. Suite aux métissages avec les sédentaires, les Touaregs actuels ont dans leur grande majorité un teint foncé, et les nouvelles générations ont perdu l’usage de la langue tamacheq au profit du zarma et du hausa. On peut véritablement parler de Touaregs zarmaphones. L’usage du turban reste cependant de rigueur chez les adultes nobles. Si les Touaregs hommes nobles peuvent se marier avec des Zarma, des Hausa et des anciennes dépendantes, en revanche, il est extrêmement rare de voir un ancien dépendant se marier à une femme touareg noble.

18Les cadres d’origine servile se marient aussi à des femmes zarma et hausa et tissent ainsi des alliances avec les groupes de leurs épouses.

19Nous avons recueilli de nombreuses versions sur l’histoire de l’implantation des Touaregs. Il est fort probable que les premiers Touaregs soient arrivés seuls, fuyant les guerres dans la région de Tahoua. Ils se sont mariés sur place et ont capturé et acheté des esclaves. Par la suite, des familles entières les ont rejoints et se sont mises sous leur protection.

20Les Touaregs ont évincé les Zarma de leurs villages (Shet, Duiguina, Bonkoukou, etc.). Ces derniers ont migré vers d’autres régions à l’ouest et au sud. Les villages zarma actuels ont été rattachés au canton en 1920 pour ceux du plateau ouest. Ceux du plateau sud se sont implantés plus tardivement.

21Le canton compte un quartier hausa dans le chef-lieu de la commune. Il est habité par d’anciens vendeurs ambulants originaires de la région de Tahoua. Les villages hausa soudié et gubé ont été rattachés au canton du kurfey.

Le redécoupage du territoire par l’administration coloniale

22Après la pacification, l’administration coloniale créa des chefferies de canton, aussi bien pour les sédentaires que les nomades. Ce traitement particulier, alors qu’ailleurs les chefferies nomades sont appelées groupements (organisés plus sur des bases tribales que sur le lieu de résidence), traduit la spécificité des territoires des Touaregs de l’Imanan et du Taghazar (autre canton touareg du département situé plus au sud) par leur isolement dans la zone agricole et leur mode de vie plutôt sédentaire.

23L’administration coloniale a rétréci l’espace des Touaregs de l’Imanan, au profit des cantons zarma du Tondikandia, au sud, et hausa du Kurfey, au nord. Certains foyers historiques touaregs seront amputés, comme le village de Shet, premier site d’implantation des Touaregs, qui a été rattaché au canton du Kurfey. Ce rétrécissement de l’espace touchera surtout la vallée du dallol, espace agricole par excellence. Aux nomades, on laissera surtout les plateaux plus propices à l’élevage.

« Notre canton, c’est un petit canton. Il a été rétréci par les Blancs. Vous savez à l’arrivée des Blancs, les Touaregs créaient des problèmes par les guerres. Quelque chose qui a été interdit. Alors pour les maîtriser, de chaque côté, on les a serrés, on a diminué le canton de chaque côté, on leur a donné un petit espace. Quand vous quittez ici, vous avez à peine 7 à 8 km pour avoir la limite, et quand vous allez du côté de Filingué, c’est la même chose, moins de 12 km. La commune est longue dans le sens est-ouest constitué de plateaux, mais pas dans le sens sud-ouest dans la vallée. Il y avait nos champs qui se sont retrouvés de l’autre côté, mais qui pouvait dire quelque chose, au temps des Blancs ? » (A. I.).

24La frontière entre le canton de l’Imanan et celui de Tondikandia reste encore à tracer, et les litiges fonciers perdurent encore aujourd’hui. Le canton de Tondikandia considère aussi que le plateau nord-ouest ne fait pas partie de l’Imanan historique, mais a été rattaché au canton par l’administration coloniale lors de la création des cantons en 1920.

25L’ancien chef de canton de l’Imanan (1952-1974), ancien député et ancien ministre sous le régime de Diori Hamani (1960-1974), a tenté d’user de son influence pour déplacer la frontière mais n’a pas réussi. Sous le régime du général Seyni Kountché (1974-1987), ressortissant du canton de Tondikandia, son grand frère, qui était à l’époque chef de canton, a unilatéralement annexé des terres du canton de l’Imanan. Le chef du canton d’alors, Ahmed Sada, a refusé de se plier à cette décision. Il sera révoqué sur ordre du général Kountché. D’autres évoquent son comportement et son jeune âge pour justifier sa destitution. L’actuel chef, nommé par Seyni Kountché, serait selon ses opposants un allié du Tondikandia, ce qui explique les intrusions permanentes des ressortissants de ce canton sur les terres de l’Imanan.

26Les conflits sur la frontière des deux cantons sont en effet très fréquents, surtout sur le plateau ouest. Selon le représentant du chef de canton de l’Imanan, de nombreux dossiers sont pendants devant la justice.

Libération d’esclaves et nouveaux modes d’accès au foncier

27L’administration coloniale a pris une autre décision qui bouleversera l’occupation de l’espace, le système de production, le contrôle et l’accès au foncier. En effet, les mesures prises pour la libération des esclaves et leur accès au foncier – libération décidée par les colonisateurs après la révolte touareg de 1916, dont les Touaregs de l’Imanan ont été partie prenante – ont donné naissance à une nouvelle occupation de l’espace et à de nouvelles dynamiques foncières et économiques.

28Les anciens esclaves domestiques vont pour certains s’éloigner de leurs maîtres pour fonder de nouveaux villages, tandis que d’autres sont restés cultiver dans leurs villages. C’est le cas du village de Diguina, où les nobles cohabitent toujours avec leurs anciens esclaves. Ces derniers exploitent des champs, ne donnent plus la dîme, mais ne peuvent vendre, prêter ou donner les terres sans l’autorisation des anciens maîtres. Ils n’en ont que l’usufruit. Ils sont encore dans un lien de dépendance vis-à-vis de leurs maîtres.

29Les affranchis (Ighawelan et Iboghiliten), eux, cultivaient des terres prêtées par les familles nobles auxquelles ils payaient la dîme. Après les décisions de l’administration coloniale, les affranchis se sont approprié les terres. Par la suite, ils ont accru leur capital foncier dans le cadre de nouveaux défrichements, principalement sur le plateau sud, et aussi grâce aux achats de terres auprès des Zarma.

30Les situations sont très contrastées selon les secteurs de la commune, le statut des anciens dépendants, l’attitude de la famille aristocratique. Dans les villages du nord-est de la commune, fief de l’aristocratie, les nobles gardent une maîtrise sur les terres. Dans le sud, à l’exception du village de Kochlane Touareg, tous les autres villages ont été fondés par des affranchis qui sont propriétaires des terres. Au centre et au nord-ouest, les Touaregs avaient moins d’emprise sur les terres. C’est principalement dans cette dernière zone que se concentrent les villages bella (noms des anciens esclaves en zarma). C’est sous les règnes de Akkomar ag Yogo (1905-1932) et de Bizo ag Wadéghun (1933-1952) que de nombreux anciens esclaves ont accédé à la terre par donation ou défrichement dans cette partie du canton, anciennement occupée par des Djerma. L’administration coloniale a unifié les principautés touaregs et a choisi un chef dans l’un des lignages aristocratiques. L’ensemble des terres vacantes est alors tombé dans le domaine foncier de la chefferie de canton. Mais progressivement, les sous-groupes aristocratiques se sont re-autonomisés. Le chef de canton actuel a peu d’emprise sur les terres des autres familles aristocratiques, notamment à Diguina, Kochlane et Shiwill. Ainsi Shiwil et Kochlane contrôlent plus le plateau sud, Diguina a plus d’emprise sur le nord-est, et la chefferie (Feraw) est plus présente dans la gestion du plateau ouest.

31Grâce aux maîtrises foncières, les anciens dépendants ont acquis une autonomie économique. Ils s’enrichiront grâce à l’agriculture et à la rente de la migration, alors que les nobles vont s’appauvrir faute de main-d’œuvre. La carte d’occupation actuelle de l’espace communal montre que les villages des anciens dépendants sont de loin plus nombreux que ceux des lignages aristocratiques touaregs et des autres groupes ethnolinguistiques. Cela montre aussi le poids démographique des esclaves dans cette société.

32L’aristocratie touareg perd donc un levier important de sa domination, mais elle a conservé un capital foncier important qui lui assurera une clientèle parmi les anciens dépendants. Le contrôle du pouvoir local va lui permettre aussi d’être l’interlocutrice de l’administration coloniale et, plus tard, de l’État postcolonial. Elle investit dans l’éducation en envoyant ses enfants à l’école (les colons avaient créé des écoles pour les enfants des chefs), contrairement à d’autres chefferies nomades. Les premiers élèves serviront comme commis de l’administration coloniale, et, dès les années 1960, des cadres issus de l’aristocratie touareg de l’Imanan seront élus députés ou nommés dans la haute fonction publique, avec des postes ministériels notamment. Parmi ces derniers, Mouddour Zakara est le plus connu et celui qui a joué un rôle politique important au niveau national. Malgré son inféodation à l’administration, l’aristocratie garde le pouvoir coutumier, dispose d’un capital foncier conséquent et a acquis un capital culturel non négligeable. Elle dispose ainsi de ressources importantes, malgré son faible poids démographique.

De l’habitat groupé à l’habitat dispersé

33La libération des esclaves a donné naissance à de nombreux villages qui étaient auparavant des hameaux de cultures. Après plusieurs années d’exploitation, les terres de la vallée où était concentrée la population se sont appauvries. Plusieurs stratégies ont été mobilisées pour faire face à la situation. Il y a eu d’abord la mise en culture des terres des plateaux pour pallier les faibles rendements des terres des vallées. Ceux qui ne pouvaient avoir des terres sur les plateaux se sont appauvris. Les systèmes de prêts auprès des anciens maîtres se sont amplifiés. Mais l’innovation la plus spectaculaire a été la dislocation de certains villages et l’installation des paysans dans leurs champs. Il s’agit d’une stratégie de gestion de la fertilité des sols. Les familles installent leurs cases en paille sur les parties dégradées du champ pour fertiliser les sols grâce aux déchets domestiques et à la fumure organique. Les animaux sont attachés au piquet dans des endroits dénudés. L’emplacement des cases et des animaux changent tous les deux-trois ans, en fonction du niveau de fertilité des différentes parties de l’exploitation agricole.

« Ici, chaque chef de famille est installé dans son champ. C’est pour enrichir nos sols devenus très pauvres avec le temps. Mais on n’a pas toujours été dispersé comme ça. Nos familles étaient de Shet, après les grands-parents ont migré à Takarwet (Tassi), c’est de là que chacun s’est installé dans son champ avec ses animaux pour faire au moins du fumier pour son champ » (chef de village de Toulouwa).

« Avant le chef était ici mais, depuis environ une trentaine d’années, il a quitté le village-mère pour s’installer dans son champ, à 5 km d’ici. Quelques villageois ont fait comme lui » (représentant du chef de village de Tillobi).

34Les noyaux villageois ne comptent que quelques familles, celles notamment des chefs de village et de certains notables, et les infrastructures socio-économiques (classe, case de santé, banque céréalière, etc.). Certains chefs de village, comme celui de Amassaghal, sont installés sur leurs champs.

35D’origine nomade, les populations de l’Imaman ont gardé la mobilité comme stratégie de gestion des terres et de la fertilité.

Le retour aux terres de la vallée : le développement du maraîchage

36L’introduction de la culture de la pomme de terre dans les années 1970 a joué un rôle important dans l’évolution des systèmes de production, les stratégies de survie des populations et l’accroissement des revenus des ménages. Le chef de village de Kochlan bella résume ainsi la situation : « Si tu ne fais pas la pomme de terre, tu vas mourir. »

37Le développement de la culture de la pomme de terre et d’autres cultures maraîchères, comme le poivron, la tomate et même Moringa olifera, ont donné un nouveau regain d’intérêt pour les terres des vallées. Toutes les terres de la vallée ne sont pas aptes pour le maraîchage, en raison de la profondeur de la nappe phréatique et de la nature des sols. Tous ceux qui ont des terres propices au maraîchage n’ont pas non plus les moyens de l’exploiter. De nouvelles transactions se sont mises en place. Très souvent, les membres d’une exploitation ou leur parentèle s’associent pour financer la production de la pomme de terre. L’investissement concerne le puisard et les intrants agricoles. Ces derniers sont financés à crédit auprès des fournisseurs du petit marché de Niamey, qui sont aussi les acheteurs de la production de pomme de terre. Deux commerçants de ce marché ont même acheté des terres dans le village de Bella Koira, à la périphérie de Bonkoukou, pour produire de la pomme de terre.

38L’introduction des cultures maraîchères a provoqué la généralisation des clôtures pour protéger les champs. Elles sont souvent en grillage pour les paysans aisés, et en haies sèches pour les moins nantis. Les projets de développement ont contribué à amplifier cette tendance. Certains producteurs associent l’élevage et l’arboriculture fruitière aux cultures maraîchères.

39La pomme de terre a engendré des phénomènes de différenciation sociale entre les paysans qui traversent tous les groupes sociaux. Les grands producteurs de pomme de terre constituent une petite bourgeoisie locale. Ils ont mis en place une coopérative pour défendre leurs intérêts. Le président de cette coopérative a été président régional du réseau des chambres d’agriculture du Niger (RECA). Il est aussi un leader politique local.

La commission foncière communale comme innovation institutionnelle

40Dans le cadre de la sécurisation du foncier, le secrétariat permanent du code rural qui est l’instance officielle de régulation du foncier a mis en place une commission dans la commune de l’Imanan. L’objectif est de formaliser les transactions foncières et de permettre aux producteurs de disposer de titres fonciers.

Tableau 2. Établissement des actes de transaction foncière pour la période 2006-2014.

Désignation

Nombre d’actes délivrés

Localités concernées

Attestation de détention coutumière

15

Shiwil et Bonkoukou

Attestation de vente de terres

38

Plateau du Fakara

Attestation de donation

01

Bonkoukou

Contrat de prêt de terrains

12

Toute la commune

Contrat de gage coutumier de terrains

02

Bonkoukou

Contrat de location de terrains

02

Bonkoukou

Total

70

 

Source : commission foncière communale de Bonkoukou.

41Les données du tableau 2 ne sont certainement pas représentatives de l’ensemble des transactions foncières dans la commune de Bonkoukou. On sait que de nombreux arrangements se font entre les producteurs sans être déclarés. On peut cependant observer que certaines transactions prennent de l’importance et témoignent de certaines évolutions. Ainsi, il y a un nombre élevé de vente de terres sur le plateau sud (Fakara). Ce sont les Zarma qui vendent leurs terres à des Touaregs, notamment de Amassaghal. Selon le secrétaire permanent de la commission foncière, c’est la contrainte alimentaire qui les pousserait à vendre. Les demandes de détention coutumière sont le fait de paysans qui constituent des dossiers pour emprunter de l’argent. C’est une exigence des institutions financières de crédit. Les contrats de prêt de terrains sont demandés par des ressortissants de la commune, propriétaires fonciers vivant hors de la commune, souvent à l’étranger. Il s’agit pour eux d’une mesure de sécurisation de leurs terres.

Les dépendants : de l’autonomie économique à la représentation politique

42L’administration coloniale a permis aux anciens dépendants d’acquérir la liberté et surtout l’autonomie économique. Mais, sur le plan politique, ils restaient dominés, la chefferie cantonale étant l’institution dominante du paysage politique local. Les chefs de village restaient inféodés au chef de canton, qui avait un grand pouvoir en matière de collecte des impôts et de gestion des conflits fonciers. Un grand nombre d’anciens esclaves ont acquis la terre à travers les donations ou les autorisations de défrichement des chefs de canton successifs.

43L’ouverture démocratique des années 1990 a permis aux anciens dépendants de disposer de nouveaux cadres institutionnels de mobilisation, en vue d’accéder à l’espace public et de s’assurer une représentation politique. Ce sont les partis politiques et les organisations de la société civile qui offriront cette opportunité. Les anciens esclaves militeront en masse dans une association anti-esclavagiste appelée Timidria. Celle-ci s’est donné pour objectifs la lutte contre les pratiques esclavagistes et la défense des droits des anciens esclaves. Cette posture va conduire ses militants de l’Imanan à entrer dans une lutte de positionnement dans le jeu politique local.

44Deux grands partis politiques se partageaient l’Imanan dans les années 2000 : le Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS-Tarraya) et le Mouvement national pour la société développement (MNSD-Nassara).

45Le PNDS-Tarraya est surtout le parti des cadres de l’aristocratie, dont certains sont présents dans les structures dirigeantes nationales du parti. Toutes les grandes familles aristocratiques du canton ont adhéré au PNDS, à l’exception de celle détentrice de la chefferie qui a préféré rester dans le giron du parti-État, une stratégie largement mobilisée par les chefferies traditionnelles pour éviter de se mettre à dos le pouvoir dont elles sont le dernier maillon au niveau local. En 1998, après la création par le général Baaré (arrivé au pouvoir par un coup d’État militaire en 1996) du Rassemblement pour la démocratie et le progrès (RDP-Jamaà), une partie des cadres de l’aristocratie, militants du PNDS, rejoignent ce nouveau parti pour des questions de leadership. Ces mêmes cadres s’affilieront plus tard au MNSD après l’arrivée au pouvoir de Tanja en 2000, dont l’épouse est ressortissante du village de Diguina, un des fiefs de l’aristocratie. La section MNSD de Bonkoukou est dirigée par un aristocrate, ressortissant de ce village. Les cadres de l’aristocratie entraîneront avec eux une partie de leurs dépendants, en particulier ceux qui cohabitent avec eux.

46Le MNSD attirera les Zarma et les anciens dépendants. Une des figures importantes de cette communauté, Torda Hainikoye, ancien officier supérieur, ancien préfet, président de la communauté urbaine de Niamey, ancien secrétaire particulier du président Tanja, sera l’artisan de l’implantation du MNSD au sein de son groupe d’origine. Il deviendra le premier maire de la commune de l’Imanan en 2005. Le vice-maire, Issouf Amouane, est le frère du chef de canton, lui-même militant du MNSD. Ancien cadre de commandement, le vice-maire est un produit du parti-État et a naturellement rejoint les rangs du MNSD. Aristocrates et anciens dépendants se retrouvent dans le MNSD avec des légitimités et des projets différents.

47Lors de sa gestion du conseil municipal, le maire a utilisé les ressources de la commune et de ses partenaires pour investir dans les villages des anciens dépendants. La gestion du foncier est restée sous le contrôle du chef de canton, qui en a usé pour ses propres intérêts (Mohamadou et Moussa, 2013). Les procès traînent en longueur, avec des suspicions de corruption de la part des protagonistes.

48En 2009, le MNSD s’est scindé en deux avec la création de Lumana FA, nouveau parti de Hama Amadou, ancien président du MNSD en rupture de ban avec le président Tanja, dont il fut le premier ministre mais qui finira par l’envoyer en prison. De nombreux militants du MNSD de l’Imanan s’affilieront au nouveau parti. Il s’agit alors essentiellement d’anciens dépendants qui considèrent que les dirigeants locaux du MNSD ne défendent pas leurs intérêts, en particulier en raison de l’arbitraire dont ils sont victimes dans la gestion foncière.

49En effet, les aristocrates, y compris ceux appartenant à la chefferie actuelle, utilisent le foncier comme moyen de pression sur les anciens dépendants. Ils menacent de retirer les terres données par leurs grands-parents et parents à tous ceux qui ne militent pas dans leur parti.

50Des recensements des terres sont réalisés par les aristocrates dans le but, selon l’un d’entre eux, de rappeler aux anciens dépendants qu’ils ne sont pas propriétaires et de sécuriser ainsi leurs terres. Un ancien dépendant de Diguina a confirmé que les terres qu’ils cultivent sont toujours sous le contrôle des familles aristocratiques. C’est, du reste, ce qui explique que les ventes des terres de la vallée sous emprise touareg sont très rares. Les anciens dépendants savent qu’il y aura une réaction des propriétaires historiques. Les ventes des terres ont surtout lieu sur le plateau, dont une partie des terres appartiennent à des Zarma.

51Les enjeux politiques ont créé une certaine insécurité foncière dans la commune. À cela s’ajoute le regain d’intérêt pour les terres des vallées, dans lesquelles investissent de plus en plus les cadres ressortissants qui ont une surface financière et qui peuvent mobiliser des financements de projets et des crédits bancaires.

Conclusion

52Le regard rétrospectif sur l’évolution de la société touareg de l’Imanan et de son territoire, depuis près de deux siècles, montre de profondes transformations politiques, socio-économiques et écologiques. À l’origine éleveurs nomades, les Touaregs de l’Imanan se sont sédentarisés et se sont reconvertis à l’agriculture, tout en maintenant la mobilité des troupeaux et de l’habitat quand cela s’avère nécessaire. Cette dernière stratégie est une réponse à la dégradation des terres de culture. Ainsi, un type particulier d’agropastoralisme a vu le jour, avec un habitat dispersé pour mieux gérer la fertilité et les troupeaux. L’intervention coloniale a favorisé l’éclosion de nouvelles dynamiques foncières et l’autonomisation économique des anciens dépendants. Ces derniers se sont disséminés sur l’ensemble de l’espace cantonal, créant de nouveaux villages et défrichant de nouvelles terres. Moins d’un siècle plus tard, les terres de la vallée ont été entièrement colonisées et se sont appauvries, obligeant les paysans à cultiver les plateaux. La crise écologique des années 1970-1980 a accentué cette dégradation des ressources naturelles. La pomme de terre est devenue le levier principal de l’économie locale. Elle a accru de façon significative les revenus des producteurs et a créé des lignes de fracture dans les différents groupes sociaux, tout en favorisant l’autonomisation économique des jeunes.

53Les terres de la vallée, devenues impropres aux cultures céréalières pluviales, retrouvent une certaine valeur grâce aux cultures maraîchères et à l’arboriculture fruitière. Elles cristallisent les luttes politiques entre les différents acteurs et donnent lieu à de nouvelles transactions foncières.

54Cette étude montre les interactions entre la société et son environnement. Le changement climatique et environnemental influe sur les transformations économiques, sociales et politiques et vice-versa. La culture de la pomme est une stratégie d’adaptation pour pallier les faibles rendements des cultures pluviales. Elle a été rendue possible grâce à la présence d’une nappe phréatique peu profonde et à la demande de la ville de Niamey. Son développement a changé les rapports sociaux autour de la terre et dans les ménages.

Bibliographie

Guillaume H., 1974 - Les nomades interrompus : introduction à l’étude du canton touareg de l’Imanan. Niamey, Centre nigérien de recherches en sciences humaines, 141 p.

Jacob J.-P., 2007 - Terres privées, terres communes. Gouvernement de la nature et des hommes en pays winye (Burkina Faso). Paris, IRD Éditions, coll. À travers champs, 284 p.

Mohamadou A., Harouna A., 2013 - Évolution des relations entre les différents groupes autour de la terre et des ressources naturelles et leur médiatisation à travers les nouveaux cadres institutionnels dans la commune de l’Imanan. Rapport d’enquête, projet Escape.

Mohamadou A., Moussa H., 2013 - « La commune de l’Imanan dans la gestion de la mare de Tashi ». In L. Boutinot, éd. : Acteurs et réformes de la gestion des ressources forestières en Afrique de l’Ouest, Anthropologie et développement, revue de l’Apad, 37-38-39/2013.

Salifou E. O., 2004 - La nouvelle destinée de l’Imanan. Manuscrit, 16 p.

Auteurs

Anthropologue, Université Abdou-Moumouni (UAM), chercheur au Lasdel (Laboratoire d’études et de recherches sur les dynamiques sociales), Niamey, Niger

© IRD Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search