Versión clásicaVersión móvil

Les sociétés rurales face aux changements climatiques et environnementaux en Afrique de l’Ouest

 | 
Benjamin Sultan
, 
Richard Lalou
, 
Mouftaou Amadou Sanni
, 
et al.

Partie 3. Transformations sociétales des populations rurales

Chapitre 15. La migration féminine, une stratégie extra-agricole d’adaptation aux changements climatiques et environnementaux dans l’Imanan (Niger)

Amadou Oumarou

Texto completo

Introduction

1En Afrique subsaharienne, les migrations de travail des jeunes filles d’origine rurale partant s’employer en ville comme domestiques constituent un phénomène largement répandu. Au Niger, malgré le développement remarquable de ce phénomène au cours de ces dernières décennies, il reste mal connu. Ce phénomène est cependant d’une ampleur considérable dans diverses localités du pays. Ces migrations sont principalement saisonnières et se produisent pendant les périodes de faibles activités économiques de l’année, c’est-à-dire entre octobre et mai. Elles sont appelées couramment « exode » et jouent, au-delà du rôle économique, un rôle social et culturel non négligeable pour les populations rurales.

2Mais, depuis près de deux décennies, une nouvelle forme de migration se développe dans la commune de l’Imanan. Il s’agit de l’immigration des femmes à Niamey, la capitale du Niger, où elles viennent pendant la saison sèche travailler comme « bonnes » auprès d’un ménage urbain. Cette pratique concerne, dans des proportions variables, la plupart des groupes socioculturels de la commune et touche à la fois les jeunes filles et les femmes mariées.

  • 1 Ce texte présente les résultats du projet de recherche interdisciplinaire « Les changements environ (...)

3À partir des résultats d’une recherche1, ce texte se donne trois objectifs : a) analyser les causes de l’ampleur de la migration féminine dans la commune de l’Imanan ; b) s’interroger sur les liens qui peuvent être établis entre cette pratique et les divers effets des changements climatiques et environnementaux dans cet espace ; c) enfin, examiner les formes de transformations sociales dans la commune nées de cette migration de jeunes femmes.

4Des études récentes mettent en évidence l’importance de la mobilité géographique des femmes dans leur capacité à occuper des emplois qui améliorent leur quotidien (Jacquemin, 2009 ; Destremau et Lautier, 2002 ; Comoe, 2005). Cette forme de mobilité spatiale est analysée à la fois comme un besoin stratégique pour les femmes et comme un moyen pratique d’accès à des biens (financiers, matériels et humains). Dans le cadre de ce chapitre, la théorie de la nouvelle économie de la migration de travail (Stark in Flahaux, 2011) semble appropriée pour comprendre cette forme de migration féminine. En effet, cette théorie présente deux caractéristiques majeures : a) elle place la décision de migrer au centre de l’unité familiale ; b) elle analyse le migrant comme un individu qui entend atteindre un objectif précis et qui retournera dans son lieu d’origine dès que sa situation économique lui permettra de faire face aux risques auxquels son ménage est soumis dans l’espace d’origine.

  • 2 Olivier De Sardan (2003 : 179) parle de « groupes stratégiques » pour désigner « des agrégats socia (...)

5La présente étude a été réalisée sur la base d’une approche socio-anthropologique impliquant l’utilisation d’un ensemble de techniques de collecte de données qualitatives. Il s’agit à la fois d’entretiens semi-directifs, d’observations et d’études de cas. Les « groupes stratégiques »2 enquêtés sont : les migrantes elles-mêmes ; leurs employeurs et/ou tuteurs à Niamey ; leurs parents (consanguins et par alliance) ; ainsi que les autorités religieuses, coutumières et administratives locales. Les entretiens, au nombre de quarante-huit (48), ont été réalisés à la fois dans le lieu d’origine des migrantes (commune de l’Imanan) et dans le lieu d’accueil (Niamey).

  • Dans la commune de l’Imanan, quatre villages ont été investigués, à savoir : Bonkoukou (le chef-lieu de la commune), Balley et Kochilan Bella, qui connaissent une forte migration féminine, et Kochilan Surgu, village à faible migration féminine.

  • Dans la ville de Niamey (site d’accueil de ces migrantes), quatre lieux ont été identifiés comme espaces de concentration de migrantes venues de la commune de l’Imanan. Il s’agit de deux espaces où les migrantes sont hébergées par un ressortissant de la commune : le Musée national et le siège de l’Union des syndicats des travailleurs du Niger (USTN) ; et deux autres lieux où les migrantes sont logées dans un hangar, dans une case ou à l’air libre. Ces lieux sont Bukka Bokoye et l’Hôtel Sabka Lahiya.

6Ce travail présente d’abord le cadre d’évolution de la migration féminine dans la commune de l’Imanan, il analyse ensuite ses principaux déterminants et enfin il situe ses enjeux.

La commune de l’Imanan, un cadre d’analyse de la migration féminine au Niger

7Ce premier point présente le contexte géographique de la commune rurale de l’Imanan et les formes de transformations climatiques et environnementales avant l’analyse de l’évolution de la pratique migratoire féminine.

La migration féminine, un objet d’étude pertinent dans la commune de l’Imanan

8Les migrations se présentent sous diverses formes, selon la motivation de la décision du départ (économique et/ou sociale) et les acteurs concernés (hommes, femmes, jeunes, vieux).

9Dans plusieurs communes nigériennes, « la migration interne déclenchée par la pauvreté des campagnes » est la plus observable. Elle est restée longtemps une pratique masculine. Mais les travaux de Locoh (1995) et de Comoe (2005) ont montré qu’en Afrique de l’Ouest, les courants migratoires traditionnels dominés par les hommes se féminisent progressivement. Cette féminisation de la migration est expliquée par deux facteurs majeurs : les mutations socio-économiques qui affectent les sociétés d’origine des migrantes et la politique en faveur du regroupement familial dans les espaces de destination. En effet, « les rôles sociaux assignés à chaque sexe constituent des contraintes incontestables pour la migration des femmes » (Tahdani et Torado in Locoh, 1995 : 92).

10Mais, dans l’espace rural nigérien (surtout dans la commune de l’Imanan), cette organisation sociale instituant « les rôles sociaux », consacrant une répartition sexuée des tâches entre les membres de la communauté, semble en évolution progressive. La mobilité féminine apparaît aujourd’hui comme une dynamique nouvelle qui transforme les logiques locales de constructions économiques, sociales et culturelles. Une présentation géographique et socio-économique de la commune de l’Imanan permet de mieux comprendre les enjeux de la mobilité féminine dans cet espace.

11La commune rurale de l’Imanan est située à environ 140 km à l’est de Niamey. Elle a une superficie de 506 km2. Elle est limitée à l’est par la commune rurale de Kourfeye-Centre, à l’ouest et au sud par celle de Tondikandia, et enfin au nord par la commune urbaine de Flinguée.

12La commune de l’Imanan présente dans l’ensemble une morphologie de bas plateaux latéritiques, relativement fertiles, situés au sud et au nord-ouest de l’espace communal entaillé par la vallée du Dallol Bosso, moins fertile.

13Du point de vue démographique, la commune abrite 37 772 habitants selon le recensement général de la population et de l’habitat (RGP/H, 2012). Cette population est constituée à 70 % de Touaregs (répartis en Surgu, Bella et Garassa), de Zarma, de Peuls et de Haussa qui sont minoritaires et répartis dans l’ensemble de la commune.

Figure 1. Carte de la commune de l'Imanan. En rouge, sites d'enquête Escape.

Figure 1. Carte de la commune de l'Imanan. En rouge, sites d'enquête Escape.

14Sur le plan économique, la population de la commune de l’Imanan pratique principalement l’agriculture et l’élevage. L’agriculture pluviale est pratiquée par tous les habitants. En revanche, la pratique de l’élevage revient essentiellement à deux groupes socioculturels : les Peuls et les Touaregs. L’embouche animale est la forme d’élevage pratiquée dans les autres communautés.

15Ces activités restent encore tributaires des aléas climatiques et de la pression démographique. En effet, depuis plus de deux décennies, les variations climatiques, qui se traduisent par une mauvaise répartition spatio-temporelle des précipitations et par la dégradation continue des sols, font que les systèmes de production ne répondent plus aux besoins des ménages.

16La déforestation et le rétrécissement drastique des couloirs de passage et des aires de pâturage, la disparition progressive du couvert végétal et la forte marchandisation des résidus agricoles et de la paille constituent également une entrave majeure à la pratique de l’élevage.

17Face à la précarité des rendements de leurs activités principales, les populations semblent de plus en plus tournées vers des activités comme l’artisanat, le petit commerce, le maraîchage et la migration. Ces activités, bien que secondaires encore, sont essentielles pour la survie des populations. C’est dans ce contexte que la migration féminine, bien qu’étant une pratique ancienne, prend aujourd’hui de l’ampleur. Le point suivant examine les formes et l’ampleur récente de cette pratique à l’échelle de la commune.

La migration féminine, une pratique évolutive dans l’Imanan

18La mobilité des femmes dans la commune de l’Imanan a connu une évolution tant du point de vue de l’effectif des migrantes que de leurs statuts et des motivations profondes qui les conduisent à partir à Niamey.

19Les enquêtes réalisées dans le cadre de cette étude ont montré qu’il y a encore vingt ans, la migration des femmes était une pratique conjoncturelle. Les femmes ne partaient à Niamey que très rarement et dans des circonstances bien exceptionnelles. À cet effet, étudiant la migration féminine en Côte d’Ivoire, Comoe (2005 : 113) note que « pour la femme, la migration est d’abord une question de rôle, migrer est une décision individuelle, un comportement contraire aux attentes de la société et donc considéré comme un acte non conforme ».

  • 3 Plusieurs auteurs (Bisillat, 1996 ; Koné et N’Gessan, 2005 ; Hambally, 2012) définissent la femme c (...)

20La migration des femmes était observée seulement lorsque la campagne agricole s’avérait déficitaire. Dans ce cas, seules les femmes chefs de ménage qui avaient des parents en ville pouvaient se déplacer pour chercher un complément à leur stock alimentaire3.

  • 4 Pellicules solides se formant au fond de la marmite après cuisson d’un repas.

21La migration vers Niamey permettait à ces femmes de se procurer de vivres : mil, maïs, riz, farine de manioc (gari) ou encore des « croûtes »4 d’aliments, appelées localement kussu maassa. Parfois, au-delà des vivres, elles recevaient également un peu d’argent destiné à l’achat de céréales.

22Ce type de déplacement est une forme de migration de survie de courte durée visant à répondre à des difficultés alimentaires ponctuelles. La quête d’une assistance alimentaire, financière ou vestimentaire consécutive aux années de mauvaises récoltes était donc le mobile principal pour lequel ces femmes partaient à Niamey.

23Cette forme de migration a concerné par la suite dans une faible proportion les jeunes mariées et les jeunes filles qui rendaient visite à un parent résidant à Niamey. Derrière cet acte de courtoisie se cache la recherche de nouveaux vêtements et « d’espaces de repos ». En effet, vivre à Niamey est, pour la « villageoise », une vie sans efforts physiques, et donc sans travail. Le travail dont il est question ici consiste à aller chercher l’eau au puits (souvent profond et/ou lointain), à ramasser le bois de chauffe, à piler le mil et à préparer les repas. Ne pas accomplir ces tâches quotidiennes constitue pour ces femmes un véritable moment de repos. Venir à Niamey représente donc une occasion de « se soigner le corps », comme le disent ces migrantes lors de différents entretiens.

« Les femmes les plus âgées partaient à Niamey seulement en période de crise alimentaire pour chercher de la nourriture, et les plus jeunes, pour avoir des vêtements et profiter de la vie en ville : se reposer quelque temps, grossir et devenir très propre. Mais avant d’aller à Niamey, elles devaient s’assurer que le parent chez qui elles partaient était une personne qui s’autosuffit et qui pourrait faire face à leurs sollicitations » (une migrante du village de Bonkoukou, novembre 2013).

24Le séjour à Niamey est de ce fait un temps durant lequel les femmes profitent « des conditions de vie en ville » pour se rendre propres, pour rechercher une nouvelle apparence physique qui exprime une certaine « aisance », un certain « confort » (comme relevé dans différents entretiens). Quand elles reviennent au village, elles se distinguent des autres femmes par leur parure (type d’habits et niveau de propreté).

25La recherche d’habillement en ville est intimement liée à la précarité de la situation alimentaire des ménages au village. L’achat des habits est essentiellement conditionné par la vente d’une partie des récoltes. Et cela n’est possible que lorsque les récoltes annuelles sont satisfaisantes.

26Ce type de déplacement n’a concerné que peu de familles, car les années de mauvaises récoltes et de crises alimentaires aiguës étaient peu fréquentes.

« Auparavant, même si on enregistrait des années de sécheresse et de crise alimentaire, c’était à un rythme moins régulier. On passait cinq, six ans et même plus sans qu’une crise alimentaire n’intervienne. Les pluies étaient plus abondantes, plus équilibrées. On avait de la pluie des semailles à la récolte, et tous les villages de la zone avaient la même saison. Or maintenant, il est possible qu’un village soit à la période de sarclage et l’autre à la récolte malgré leur proximité géographique » (entretien réalisé avec un cultivateur du village de Bonkoukou, novembre 2013).

27De ce qui précède, deux éléments majeurs permettent d’analyser cette forme de migration des femmes. Il s’agit d’abord des mauvaises récoltes, qui sont la résultante d’événements météorologiques, et ensuite du fait de disposer d’un parent en ville.

« […] on ne pouvait aller à Niamey si on ne connaissait personne ! Une femme qui le ferait serait mal vue car aucune ne partait en ce moment pour chercher du travail » (une femme du village de Bonkoukou, novembre 2013).

28Les jeunes filles qui partent en ville vont chez un parent et y résident pendant un temps déterminé. Elles aident la famille d’accueil dans les travaux domestiques sans que leur participation ne soit perçue comme une activité rémunérée. Cette forme de migration est comparable à celle de la « petite nièce » décrite par Jacquemin (2009), qui montre qu’à Abidjan la petite nièce n’est jamais payée en numéraire, mais elle est logée, nourrie, habillée et assistée en cas de maladie par sa patronne-tutrice, qui devra également « faire quelque chose » (trousseau de mariage, pagnes, vaisselle, machine à coudre, petit pécule, etc.).

29Cette forme de mobilité peut être définie comme une pratique rare qui se réalisait lors des crises alimentaires ponctuelles, suivant des motivations moins complexes, clairement définies et liées à la recherche de vivres ou de vêtements.

30Mais aujourd’hui, ce type de déplacement, même s’il existe encore dans la commune de l’Imanan, laisse progressivement place à une autre forme de mobilité féminine beaucoup plus affirmée et plus systématique.

La nouvelle forme de mobilité féminine : des motivations multiples

31La mobilité des femmes de la commune de l’Imanan vers Niamey est devenue aujourd’hui une forme de mobilité dont la motivation première est la recherche d’un travail salarié. Mais en dehors de cette motivation globale se cachent des logiques plus individualisées, liées pour l’essentiel au statut matrimonial de la migrante ou à son âge, à son groupe socioculturel ou à la nature de son réseau social.

Une production agricole qui s’amenuise

32L’agriculture et l’élevage, qui sont les activités essentielles de l’économie locale, sont sérieusement affectés par les changements climatiques et environnementaux observés dans la zone. Ces changements se traduisent par une baisse drastique des rendements agricoles et des effectifs du cheptel. Plusieurs enquêtés mettent en évidence la pauvreté des terres de culture (« Laboo bu ! » « La terre est morte ! ») en comparant leurs récoltes à celles des décennies passées.

« Dans le même champ où je cultive actuellement, j’ai l’habitude de récolter 150 à 200 bottes de mil. Mais actuellement, c’est à peine si je récolte la moitié alors que j’ai plus de personnes à nourrir […] » (un agriculteur du village de Balley, août 2012).

33En effet si, dans les années 1970, les revenus tirés de l’agriculture et de l’élevage suffisaient à couvrir les besoins alimentaires et d’autres types de besoins essentiels des ménages, il ressort clairement des propos des enquêtés que l’agriculteur du terroir communal de l’Imanan n’arrive plus à tirer de son champ une quantité suffisante de céréales pour satisfaire effectivement les besoins alimentaires de son ménage.

« Avant 1984 (année de grande sécheresse), j’avais toujours du mil dans mon grenier avant les récoltes de l’année en cours. Mais depuis lors, je suis obligé d’acheter du mil avant même le 7e mois de l’année agricole. Les champs ne produisent plus bien. Ces dernières années, s’il ne pleut pas en retard, ce sont de grandes pluies qui se succèdent et ne permettent pas aux semences de grandir ; sinon, ce sont des ennemis de cultures qui viennent [...] » (un habitant de Belley Koira, août 2012).

34Pour combler ce déficit, diverses stratégies sont développées par l’agriculteur, à savoir : la vente d’animaux, la vente de biens ou de matériel, le travail salarié, la vente des résidus agricoles, de la paille ou du charbon, la migration saisonnière, etc. Une large littérature existe sur les stratégies qu’adoptent les paysans face aux crises alimentaires (Alpha Gado, 2010 ; Drame Yaye et Alpha Gado, 2006 ; Balla et al., 2009 ; Mounkaila, 2004 ; Oumarou, 2013).

  • 5 Rapport de l’Institut national de la statistique (2012).

35Face aux faibles performances de l’agriculture conjuguées à une forte croissance démographique (3,9 %)5, les ressources tirées de la migration des hommes n’arrivent plus à satisfaire les divers besoins des ménages. Mais ce rôle s’est progressivement effrité, du fait de l’incapacité continue des chefs de ménage à prendre en charge les obligations familiales basiques que sont l’alimentation et les autres besoins primaires des femmes et des enfants (habillement, soins de santé, produits de soins corporels pour les femmes, constitution du trousseau de mariage pour les filles).

36Les causes évoquées pour expliquer cet effritement de la responsabilité des chefs de ménage sont liées essentiellement à la pauvreté. Divers éléments sont énoncés pour caractériser les changements climatiques et environnementaux par les enquêtés. Il s’agit entre autres :

  • de la variation pluviométrique : les populations de la commune de l’Imanan évoquent des modifications importantes de la pluviométrie annuelle depuis plusieurs années. Ces modifications sont observées sur la quantité des pluies enregistrées (la mesure locale de quantification des pluies est la profondeur des mares non permanentes et le temps qu’elles mettent pour tarir à partir de la date de la dernière pluie), sur leur répartition à la fois dans le temps (nombre de mois couverts par la saison des pluies) et dans l’espace (étendue spatiale couverte par une pluie) mais aussi dans le retard ou la précocité des premières pluies ;

  • des perturbations dans la nature et la qualité des vents : il s’agit ici de l’apparition d’une poussière rougeâtre à la veille des premières pluies (phénomène antérieurement inconnu des populations de la commune) et des changements de direction des vents dans une même saison ;

« […] en saison froide ‘‘jaw’’, l’harmattan souffle habituellement d’ouest en est. Mais les saisons froides des dernières années sont entremêlées de vents de toutes directions sans qu’on arrive à les comprendre ! » (un enquêté du village de Bonkoukou, octobre 2012).

  • de la modification sensible des températures : les saisons de l’année n’ont plus les températures que l’on connaît habituellement (plus élevées en saison chaude et plus basses en saison froide) ;

« Nous maîtrisons de moins en moins les limites des saisons. Habituellement, quand la fin de la saison froide arrive, nous le comprenons à travers la température qui monte sur toute la journée. Maintenant, il peut faire froid aujourd’hui, très chaud le lendemain et le froid revient le surlendemain. Nous sommes perdus dans ce mélange ! » (un chef coutumier de la commune de l’Imanan, octobre 2012).

    • 6 Ce point est détaillé dans le chapitre 5 de cet ouvrage : « Quand la nature nous parle. Une analyse (...)

    de la perturbation des connaissances locales des signes annonciateurs de changement de saisons6.

37Ces transformations climatiques qui viennent d’être citées vont de pair avec des modifications de l’environnement dont les populations ont de la peine à expliquer les causes, même si dans le fond elles établissent des liens implicites. Les changements environnementaux sont évoqués ainsi :

  • disparition de plusieurs espèces arbustives, notamment Ziziphus mauritania (darey), Balanites aegyptiaca (garbey), Acacia polyacantha spp. (dan), Grewia bicolor (kélli), Acacia macrostachya (tchidi), Adansonia digitata L. Bombacaceae (koo nya), Combretum nigricans (déli-nya) et de plantes herbacées comestibles ou à usage médicinal : le délounfa, le hanza, Gynandropsis gynandra (fubey), Leptadenia Hastata (hanamm), etc. ;

  • apparition de nouvelles espèces arbustives et d’herbacées peu utilitaires : Piliostigma reticulatum (kosorey ) ;

  • disparition des espèces fauniques dans le terroir : plusieurs entretiens ont expliqué la disparition récente de la faune dans le terroir communal ;

« […] quand nous étions jeunes, c’est au pied de cette colline et sur le plateau que nous partions pour la chasse. Des séances de chasse étaient organisées chaque année et les gens capturaient des lièvres, des biches, des perdrix, etc. Mais, maintenant, il n’y a plus rien. C’est à peine que tu croises une souris dans ces espaces ! » (un homme âgé d’une quarantaine d’années du village de Bonkoukou, novembre 2012).

  • dégradation continue des sols : elle est causée par divers facteurs, dont les plus cités sont l’érosion, le lessivage et l’ensablement.

38La littérature existante sur la relation entre migration et facteurs environnementaux oriente la réflexion autour des catastrophes naturelles soudaines telles que les inondations, les ouragans, les glissements de terrain, les sécheresses, etc. Ces événements produisent naturellement des départs massifs de populations. Par exemple au Niger, en 1985, la sécheresse a provoqué le déplacement d’un million de personnes (Hammer in Piguet, 2008).

39Ici, les changements climatiques et environnementaux sont compris comme un processus lent qui induit des effets certains sur l’économie des ménages et contribue de fait à un déplacement de femmes vers la ville. En effet, tous ces changements climatiques et environnementaux évoqués ont des effets sur la qualité des terres de culture, et donc sur la productivité agricole des ménages, dont les activités principales restent l’agriculture pluviale et l’élevage. Les activités connexes, non moins importantes, sont aussi perturbées du fait de la limitation à l’accès aux ressources naturelles (notamment pour la réalisation d’équipements ménagers : habitat, trousseau de mariage).

40Les effets de ces changements climatiques et environnementaux se présentent en termes de succession de causalités qui affectent l’ensemble de la vie des ménages et peuvent être schématisés dans la figure ci-dessous.

41Dans plusieurs entretiens, un lien étroit est établi entre les difficultés économiques des ménages issues, entre autres, de ces changements climatiques et environnementaux et la mobilité de travail des femmes dans la ville de Niamey. Cependant, plusieurs autres facteurs interviennent à de degrés variables dans l’amplification de ce phénomène, qui porte à la fois sur des effectifs de plus en plus importants et sur la diversité des figures migrantes.

« Il est difficile de donner le chiffre exact des femmes qui partent à Niamey à l’échelle de la commune, mais nous savons que sur cinq ménages, on peut dire que quatre sont concernés. Dans un ménage, si la femme elle-même n’y va pas, au moins une de ses filles part […] » (un conseiller local de la commune de l’Imanan, novembre 2013).

Cycle causal de la migration féminine dans la commune de l’Imanan

Cycle causal de la migration féminine dans la commune de l’Imanan

42Il est important de se demander si la situation économique des ménages peut être le seul facteur pouvant expliquer l’ampleur de cette pratique. Les observations sur le terrain ont relevé l’existence de plusieurs familles appartenant à des groupes sociaux précis, non concernées par la migration des femmes. Cela permet de s’interroger sur divers autres aspects qui peuvent influencer l’ampleur de cette pratique dans la commune de l’Imanan. Il s’agit, entre autres, de l’appartenance socioculturelle, du statut matrimonial, de l’âge et du réseau social de la migrante, qui peuvent constituer des indicateurs d’analyse pertinents.

L’appartenance socioculturelle comme facteur prédisposant à la mobilité féminine

43Dans la commune de l’Imanan, la migration féminine n’a pas la même ampleur dans tous les groupes socioculturels qui composent la commune. Y a-t-il un lien entre migration féminine et appartenance à un groupe socioculturel ? Les Touaregs qui, il faut le rappeler, constituent le groupe dominant regroupent des Bella, des Surgu et des Garassa. Les Bella constituent le groupe dans lequel se recrutent le plus de migrantes. En revanche, les femmes surgu et garassa sont rarement concernées par la mobilité, en raison de leur position sociale et de leur niveau économique.

44Les Surgu constituent pour les enquêtés « la classe des nobles », celle qui détient le pouvoir coutumier local. La position sociale qu’ils occupent les oblige au respect de normes sociales parmi lesquelles, entre autres, « le fait de s’abstenir de pratiquer un travail rémunéré pour une personne autre qu’un Surgu ». Cette considération est celle qui est mise en avant par les enquêtés pour expliquer l’absence des femmes surgu dans la migration. Pour eux, une femme surgu employée comme domestique en ville est « une aberration » (kan si hagu), « une honte » (haawi) pour elle-même, pour sa famille et pour la communauté tout entière. Mais, au-delà de ces considérations purement culturalistes, il existe des raisons d’ordre économique qui participent à l’explication de la non-migration de la femme surgu. En effet, les Surgu disposent des terres de bas-fond, donc des terres plus fertiles, et ont un capital en bétail leur permettant de faire face aux périodes de soudure annuelles. Cela les rend moins vulnérables que les autres communautés de la localité. En revanche, il est à préciser que les femmes surgu partent à Niamey pour des visites de courtoisie chez leurs parents.

  • 7 Une botte de mil est un bouquet d’épis de mil constituant pour le paysan la mesure d’évaluation de (...)
  • 8 La mesure dont il est question ici est un récipient local qui a une contenance de deux litres.

45Les Garassa constituent un autre sous-groupe touareg. Ils se sont spécialisés dans diverses activités artisanales. Les femmes de cette communauté travaillent le cuir, font de la tannerie, confectionnent des oreillers et des objets de décoration. La commercialisation de ces produits leur procure des revenus assez importants. Ce sont également elles qui sont les spécialistes de la coiffure traditionnelle (les tresses). Toutes les femmes des autres communautés dans le terroir se coiffent chez les femmes garassa. Celles-ci sont rémunérées en nature ou en espèces. Cette rémunération prend le plus souvent la forme d’un contrat annuel et elle est composée d’une botte7 de mil ou de sorgho au moment des récoltes. Sur ce contrat tacite se greffent divers autres cadeaux. Par exemple, les femmes venant se faire tresser apportent une à deux mesures de céréales8. De même, à chaque accouchement d’une de leurs clientes, les Garassa reçoivent de l’argent et un morceau de viande de l’animal immolé le jour du baptême. À l’occasion des mariages, elles reçoivent des sommes d’argent qui peuvent atteindre 15 000 FCFA.

46Toutes ces activités procurent aux femmes garassa des revenus relativement élevés. Cela explique en partie leur absence dans la migration féminine. Les rares déplacements des femmes garassa à Niamey entrent dans le cadre du regroupement familial. En effet, plusieurs hommes garassa fréquentent la ville de Niamey pour y exercer leurs activités traditionnelles d’artisanat. Ils confectionnent des chaussures, des sacs et des ceintures en cuir, des tableaux décoratifs. Lorsqu’ils sont rejoints par leurs femmes, celles-ci exercent le métier de coiffeuse. Cette forme de migration féminine est celle que Comoe (2005) qualifie de « valorisée », dans le sens où la femme migre avec le conjoint, le rejoint ou encore suit un membre de sa famille ; la migration indépendante de la femme est très vite associée à la prostitution (Pittin in Comoe, 2005 : 92).

47De ce qui précède, on comprend que les femmes surgu et garassa sont moins touchées par la migration. Pour les premières, même si la raison avancée est le fait d’appartenir à un groupe social noble, la réalité est surtout le fait de disposer de ressources suffisantes pour faire face aux besoins familiaux. Le cas des Garassa exprime mieux le lien entre conditions économiques et migration des femmes. La pratique d’activités traditionnelles rentables, qui procurent une certaine assise économique au niveau communal, épargne aux femmes la migration vers la ville.

48L’appartenance à un groupe social influence la possibilité d’une femme de pratiquer la migration dans le sens où elle détermine les possibilités d’accès aux ressources des membres d’un ménage au niveau local. Par exemple, être d’une famille de Garassa offre plus d’opportunités à une femme d’exercer des activités rémunératrices. C’est aussi que, comme le dit Locoh (1995 : 8), « les groupes familiaux, loin de se limiter à la sphère de la reproduction biologique et à la solidarité des générations, ont une influence déterminante comme unités de production et contribuent largement au contrôle social par la transmission des normes et des valeurs qui régissent les comportements ».

Le statut matrimonial et l’âge, des facteurs potentiels de migration

49Si, auparavant, la mobilité féminine était une pratique de femmes chefs de ménage, le phénomène s’étend aujourd’hui aux autres catégories de femmes de la commune de l’Imanan, notamment les femmes mariées et les jeunes filles.

50Âgées de 20 à 35 ans, ces jeunes femmes sont bien présentes dans cette pratique migratoire, même si elles constituent la catégorie la moins importante en termes d’effectif et séjournent moins longtemps à Niamey que les autres. La raison avancée est essentiellement le refus de certains maris d’autoriser leurs épouses à aller travailler en ville. Pour celles qui arrivent à convaincre leur conjoint, un délai de retour leur est fixé à l’avance. Une maxime populaire assez partagée est encore prégnante dans cet espace : « Le devoir premier d’un mari est de pouvoir subvenir aux divers besoins de son épouse. » Les hommes qui laissent leurs épouses aller à Niamey en prennent un coup et, pour cela, ne souhaitent pas qu’elles y restent trop longtemps.

« Nous ne voulons pas toujours que nos femmes aillent en ville. Mais, souvent, quand on n’a pas de quoi leur acheter ce que les migrantes rapportent à leur retour de Niamey, on est obligé de les laisser aller tenter aussi leur chance » (un époux de migrante du village de Kochilan Bella, décembre 2013).

  • 9 Terme de Goody (1969), emprunté par Jacquemin (2002 : 308) pour désigner une forme de circulation d (...)

51Les jeunes filles dont l’âge est compris entre 10 et 19 ans constituent la catégorie la plus importante des migrantes. Il n’existe pas de statistiques pour connaître de manière exacte leur effectif, mais le croisement des données des entretiens indique que huit familles sur dix de la commune ont des filles qui migrent. Ce sont principalement des filles qui viennent de se marier mais qui n’ont pas encore regagné le foyer conjugal et des filles en instance de mariage. Les plus jeunes d’entre elles (moins de 15 ans) constituent un sous-groupe numériquement peu important et viennent à Niamey par « fosterage ».9

52La raison principale évoquée pour justifier l’ampleur de la migration des jeunes filles est la constitution du trousseau de mariage, qui représente l’équipement de la case de la jeune mariée.

53Ce trousseau a connu une évolution, aussi bien dans la nature des produits qui le constituent que dans son rôle au sein des différents ménages. Le tableau ci-dessous montre la composition du trousseau dans son évolution.

Tableau 1. Évolution du trousseau de mariage dans la commune de l’Imanan

Ancienne forme

Nouvelle forme

Composition

– un lit en bois (tessat)

deux lits dungunkuturu, mairunfa, karbanda, kano-ize, ou formica

– un lit en tige de mil (dangarsa)

– deux matelas

– une natte en feuilles de palmier doum (tangara)

– une table

– un oreiller en cuir (furu kanga)

– un parterre

– des tasses (cansi)

– un cache-murs

– des calebasses (gaasu)

– une douzaine de tapis

– des objets de suspension (deegara)

– deux chaises

– des tasses

Stratégie d’accès

Confection ou achat

Achat

Acteurs en charge

Parents de la jeune mariée

Jeune mariée

Source : données de terrain, septembre-décembre 2013

54Ce tableau montre que le trousseau de mariage était auparavant constitué essentiellement d’articles à base de produits locaux, donc facilement accessibles. Mais, avec la dégradation de l’environnement qui a entraîné la disparition de plusieurs espèces arbustives et herbacées, la confection de ces articles devient moins aisée. L’introduction de nouveaux types d’articles plus modernes sur les marchés locaux a contribué significativement à la transformation des produits constituant le trousseau actuel de mariage des jeunes filles de la commune de l’Imanan. L’accès à ces articles nécessite une mobilisation de ressources qui ne sont pas toujours disponibles localement. Les parents étaient au départ ceux qui s’investissaient dans la constitution du trousseau, mais le faible niveau de la productivité agricole ne leur permet plus de faire face à cette dépense, poussant ainsi les filles à s’investir elles-mêmes dans sa constitution.

« Auparavant, peu d’argent suffisait à un jeune homme pour se marier. Personnellement, je me suis marié deux ans après que Kountché ait pris le pouvoir (1976) avec 12 500 FCFA seulement. C’était une somme largement suffisante pour équiper la case d’une jeune mariée. Cet équipement comprenait très peu de chosss par rapport à ce qui se fait aujourd’hui. Il fallait juste acheter un lit en traverses de bois (tessat), un lit en tiges de mil (dangarsa), une natte en feuilles de palme, un oreiller en cuir et quelques tasses et calebasses. Tout était si simple et facile. D’ailleurs, certaines femmes confectionnaient elles-mêmes les nattes et les lits en tiges de mil pour leurs filles et donc pas toujours besoin d’en acheter. Il n’y avait vraiment pas toutes ces grosses dépenses qui compliquent le mariage des jeunes d’aujourd’hui » (un habitant de Bonkoukou, novembre 2012).

55Aujourd’hui, les trousseaux sont constitués d’une nouvelle génération de meubles, d’objets utilitaires et de décoration. Aux lits tessat et dangarsa se substituent d’autres types de lits dont les plus cités sont les lits karbanda, doungounkoutourou, kano izé, et le lit formica. À l’apparition de ces lits dans le milieu villageois s’ajoute celle de tables, de parterres, de cache-murs, de chaises, etc.

56Au-delà de son coût élevé, le trousseau de mariage est devenu comme une arène de compétition entre jeunes mariées. Chacune cherche à se distinguer par la quantité et la qualité des articles constituant son trousseau. Le trousseau de mariage apparaît ainsi dans cet espace comme une expression de l’identité économique et sociale de la jeune mariée. La taille et la qualité des produits qui le composent constituent un facteur d’intégration ou de marginalisation d’une jeune mariée dans le réseau de ses pairs.

« Lorsqu’une fille se marie, les gens prêtent beaucoup attention à ce qu’elle amène comme habits, lits, effets de décoration, etc. Les gens viennent de tout le village et même des villages environnants pour assister au mariage et faire des commentaires autour du trousseau. De ce fait, chaque jeune fille a pour souhait premier d’avoir un trousseau complet et appréciable le jour de son mariage » (une femme du village de Bonkoukou, novembre 2013).

57Cet esprit de compétition dans la constitution du trousseau de mariage est le facteur principalement évoqué lorsqu’il s’agit d’expliquer les causes de l’ampleur des déplacements des jeunes filles vers la ville de Niamey.

58Les migrantes, toutes catégories confondues, s’adonnent une fois en ville à diverses formes d’activités :

  • le travail domestique : cette activité est la plus pratiquée par les migrantes de l’Imanan, mais concerne surtout les jeunes filles et les jeunes mariées. Les domestiques exercent plusieurs tâches ménagères : faire la cuisine, la vaisselle, la lessive, et quelquefois même la garde des bébés. Cette dernière tâche est généralement réservée aux filles migrantes les plus jeunes dont l’âge est compris entre 9 et 12 ans. En termes de revenus, les domestiques reçoivent un salaire qui varie de 3 000 à 20 000 FCFA par mois. Quatre facteurs essentiels déterminent le montant : l’âge de la migrante, la nature et la taille des tâches à assumer, l’expérience de la migrante dans l’activité, le niveau de revenu de l’employeur ;

  • le petit commerce : il s’agit de la vente de beignets ou de feuilles de moringa, connu sous le nom de copto en langue zarma, etc., commerce pratiqué surtout par les femmes chefs de ménage ;

  • la vente de nourriture : cette activité est spécifique, dans le sens où elle n’est pas à la portée de toutes les migrantes. Elle demande un fonds de démarrage important. Celles qui la pratiquent se constituent souvent en équipe de quatre à cinq pour préparer et vendre du riz ; c’est le cas des migrantes dans l’enceinte du Musée national. Ce qui est important ici, c’est le fait qu’elles emploient et/ou logent d’autres migrantes de la même commune dans leur espace de vente.

59Toutes ces activités permettent aux femmes migrantes d’accéder à des ressources afin de faire face aux besoins divers dont les plus importants évoqués lors des entretiens sont : la constitution du trousseau de mariage pour les jeunes filles, compléter le stock alimentaire du ménage, renouveler sa garde-robe et acheter des cadeaux pour les autres membres de la famille restés au village, « se soigner le corps » (soigner son physique par la bonne nourriture et le repos).

Le réseau social, une incitation à la migration

60La décision de la migration pour les femmes de la commune de l’Imanan n’est pas seulement liée à la nécessité de satisfaire des besoins immédiats ou à une prédisposition de la migrante à voyager. Elle a également besoin de s’informer sur les éléments pratiques qui conditionnent la vie et l’accès à l’emploi une fois qu’elle sera à Niamey. L’accès à l’information est fonction du réseau social de la candidate à la migration. Traitant de la théorie des réseaux et du capital social, Piguet (2013 : 150) montre que « les réseaux sont à la fois des sources d’informations et des fournisseurs d’aides et d’appui pour le voyage et l’installation dans un pays de destination ».

61De ce fait, disposer d’un réseau assure au candidat à la migration des possibilités de trouver du travail et d’appui pratique pour le séjour.

« […] ce sont celles qui reviennent qui disent comment faire pour avoir du travail une fois à Niamey. Elles nous aident à chercher du travail à travers les amies de leurs employeurs ou leurs tutrices. »

62Cette forme de placement est la plus courante et la plus efficace. Elle permet de nouer une confiance plus rapide entre la nouvelle employée et sa patronne.

« Lorsque tu trouves du travail par l’intermédiaire d’une amie, c’est vraiment mieux parce que si elle-même est bien avec sa patronne, tu seras aussi bien avec la tienne et tu peux recevoir divers cadeaux en dehors de ton salaire. »

63La deuxième forme de placement est le porte-à-porte : la migrante se promène dans la ville et passe de maison à maison pour demander du travail de bonne. Mais cette stratégie de recherche d’emploi relève des migrantes qui ont un faible réseau social.

64Par ailleurs, pour chercher du travail en ville, il faut que la migrante dispose d’un espace d’accueil. Cet espace est le lieu de résidence des migrantes à Niamey pendant la durée de leur séjour. Le croisement des données recueillies montre que les migrantes de la commune de l’Imanan ont différents espaces d’accueils possibles à Niamey :

  • chez des ressortissants de la commune : plusieurs migrantes se retrouvent chez un parent ou simplement chez un ressortissant de leur village d’origine. Ce sont pour la plupart des ouvriers, des gardiens ou des maçons dont les épouses accueillent les migrantes. C’est le cas des maçons qui se trouvent dans l’enceinte du Musée national ou du gardien du siège de l’USTN où plusieurs migrantes sont hébergées. Entre les migrantes et leurs tutrices, il s’établit une sorte de partenariat tacite « gagnant-gagnant », mais sans que cela soit une condition exprimée. En effet, chacune des migrantes ramène de son lieu de travail un repas qu’elle partage avec les membres de sa famille d’accueil. Plus le nombre de migrantes est important, plus le nombre de plats se multiplie et permet à la famille d’accueil de mieux se prendre en charge ;

  • seules (dans des habitats indépendants) : selon des propos recueillis, certaines migrantes vivent de façon indépendante à l’abri d’un hangar ou dans une case qu’elles construisent dans des parcelles non bâties, dans la zone industrielle (Bukka Bokoye), aux alentours de la ceinture verte ou dans des lieux publics abandonnés comme l’hôtel Sabka Lahia. Ce type d’habitat concerne surtout les femmes chefs de ménage qui peuvent héberger des jeunes migrantes.

  • au domicile de l’employeur : certains employeurs acceptent d’héberger leurs domestiques, même si ce cas est peu courant. Les migrantes qui vivent chez les patronnes sont considérées comme « bonnes à tout faire » même si elles doivent tout apprendre. Les patronnes doivent leur apprendre les travaux ménagers (la cuisine, faire le marché, nettoyages divers), mais aussi la vie en ville. Rester chez la patronne implique à la fois une forme d’intégration familiale (espace d’habitation dans le ménage, relation plus visible avec les membres de la famille) et une forme de « marginalisation voilée ». En effet, l’imbrication spatiale dans laquelle se juxtaposent la vie de la domestique et celle de l’employeur crée un sentiment d’empiètement, de manque d’intimité et d’agacement dans nombre de situations (Destremau et Lautier, 2002 : 253).

65Les enquêtes font ressortir que la plupart des migrantes ne souhaitent pas loger chez la patronne parce que leur liberté sera réduite, surtout en soirée, ce qui explicite une revendication de liberté de la migrante.

Un phénomène ambivalent

66La migration féminine telle que pratiquée dans la commune de l’Imanan présente à la fois pour les migrantes, leur famille et la communauté en général des avantages et des limites qui méritent d’être examinés.

Un facteur d’autonomisation de la femme ?

67La migration des femmes à Niamey génère des avantages à la fois financiers, matériels et symboliques. Grâce aux revenus de la migration, les femmes qui s’y adonnent acquièrent une certaine autonomie.

Une participation plus visible des femmes dans la prise en charge des besoins alimentaires du ménage

68Les ressources tirées de la migration permettent aux femmes de participer de façon plus active à la prise en charge des besoins alimentaires et matériels des ménages. Dans le cas particulier des jeunes filles, la migration leur permet de financer une part importante de leur trousseau de mariage. À cet effet, une des enquêtées explique :

« Pour nous, la migration présente plusieurs aspects positifs. D’abord, nous aidons les hommes dans la prise en charge alimentaire des ménages. Ensuite, les filles arrivent à prendre en charge la totalité ou, à la limite, une bonne partie des dépenses liées à la constitution de leur trousseau de mariage et cela compense en partie la pauvreté des parents qui se sentent ainsi soulagés » (une migrante du village de Kochilan Bella, novembre 2013).

69Ainsi, les migrantes participent en grande partie à la gestion des ménages à travers l’achat de vivres, l’envoi de sommes d’argent ou de restes de nourriture « hauru kogo » lorsqu’elles sont à Niamey.

Une autonomisation économique plus marquée des jeunes filles

70Le séjour à Niamey permet aux jeunes filles de disposer de ressources leur permettant de prendre en charge la constitution du trousseau de leur mariage. Ce rôle nouveau modifie quelque peu les relations hommes-femmes dans la commune de l’Imanan. En effet, les filles, en prenant en charge les grandes dépenses liées à leur mariage, assument une responsabilité et, de ce fait, sont plus décisionnaires dans le choix de leur partenaire.

Une « nouvelle apparence », un nouveau « look » pour la migrante

71Toutes les catégories de migrantes (de la jeune fille à la femme plus âgée), au retour de la ville, marquent une différence avec les femmes restées au village par leur parure, leur habillement et leur physique. En effet, le fait de rester quelques mois sans exercer « un travail physique » (piler le mil, puiser l’eau ou ramasser le bois) permet à la femme migrante d’avoir un corps plus doux, plus féminin comparativement à celle qui est restée au village. Ce nouvel état de son corps fait d’elle une femme convoitée par les villageois. La migration participe donc à l’amélioration de l’image sociale de la femme dans la commune de l’Imanan.

72Au-delà de ces aspects positifs de la migration féminine, pour de nombreux interlocuteurs, la mobilité des femmes est plutôt porteuse de conséquences néfastes à la fois pour la migrante, pour sa famille et pour la communauté tout entière.

Une perversion des valeurs sociales dans la commune de l’Imanan

73Le séjour en ville est une période de faible contrôle social pour les femmes migrantes et plusieurs d’entre elles adoptent des comportements considérés comme contraires à « l’éthique villageoise ». Il s’agit :

  • des grossesses non désirées : plusieurs jeunes femmes migrantes reviennent au village avec des grossesses non désirées ou des maladies vénériennes (MST). Les lieux de regroupement des migrantes après leur temps de travail constituent pour les jeunes femmes des espaces pour chanter et danser en présence de leurs amants, qui sont des petits commerçants, migrants eux aussi. Ces lieux sont appelés alzanaye, un terme zarma qui signifie « réjouissances » et, en d’autres termes, « vivre pleinement le temps de jeunesse ». Les filles migrantes qui fréquentent ces espaces contractent facilement des grossesses non désirées et deviennent de ce fait marginalisées en raison de diverses considérations socioculturelles et religieuses ;

  • des divorces inattendus : la mobilité des femmes en ville est vectrice de divorces réguliers, surtout chez les jeunes mariés. Selon les enquêtés, les femmes demandent le plus souvent le divorce. La tentation de la vie en ville peut entraîner du dédain pour la vie villageoise et le premier acte pour pouvoir y retourner librement est la rupture du mariage. Certaines d’entre elles prennent des amants en ville et finissent par rompre le mariage qu’elles ont contracté au village. D’autres considèrent leur mari comme trop proche des traditions et ne répondant plus désormais à leur goût. Elles décident dans ces cas-là de rembourser elles-mêmes la dot versée lors du mariage, ou la font payer par leur nouvel amant.

« Mon neveu qui vit à Arlit s’est marié à une fille migrante. Quand il est venu à Bonkoukou pour amener sa femme à Arlit, il ne l’a pas trouvée. La jeune mariée était à Niamey. Alors, le père de celle-ci a décidé d’aller la chercher. Mais il est revenu sans elle. Il nous a dit qu’elle s’est cachée et qu’il n’a pas pu la retrouver. Mon neveu a attendu quelques jours et sa femme ne voulait toujours pas rentrer […]. Elle ne voulait plus de son mariage. Les gens racontent qu’elle a un travail où elle gagne 50 000 FCFA par mois et qu’elle préfère divorcer que perdre son emploi. Mon neveu ne voulait pas retourner à Arlit sans une femme parce que, dans ce cas, il serait la risée de ses camarades. Donc, il a fini par prendre une autre fille en mariage pour repartir avec » (entretien réalisé avec une femme du village de Bonkoukou, novembre 2013).

74Les rares fois où les hommes demandent le divorce, cela concerne des cas de femmes mariées qui contractent des grossesses non désirées ou qui ont des amants de manière affichée ;

  • du refus d’exercer certaines activités ménagères au village : certaines migrantes, de retour au village, refusent d’exercer les travaux qui demandent un effort physique ou qui sont exécutés au soleil : piler, puiser de l’eau ou aller chercher du bois de chauffe ;

  • des refus de retour au village : il existe, bien que cela soit peu fréquent, des cas de migrantes qui, après un séjour prolongé en ville, décident de ne plus revenir au village. Elles se marient sur place et ne retournent plus dans le village d’origine.

75Au-delà de ces formes de rupture des valeurs locales qu’elle entraîne dans la commune, la pratique migratoire des femmes constitue une barrière à la scolarisation des jeunes filles. En effet, plusieurs filles abandonnent l’école pour se lancer dans le cycle de la migration saisonnière.

« La migration des femmes est un phénomène dangereux pour l’école. Ici à Balley, nous enregistrons chaque année des abandons de filles à partir de la classe de CE1. Mais le gros effectif concerne les classes de CM1 et CM2. En tout, nous avons enregistré 17 abandons de filles cette année. C’est grave ! C’est rarement que nous avons des filles qui vont au collège du fait de la migration. Chacune cherche à aller à Niamey, et les parents ne peuvent rien car eux-mêmes, ils profitent de la situation […] » (un enseignant du village de Balley, novembre 2013).

76De ce qui précède, il ressort clairement que la migration féminine dans la commune de l’Imanan, même si elle apparaît comme une alternative offrant aux ménages la possibilité d’accéder à des ressources et à la migrante celle de s’émanciper, crée de réels problèmes, aussi bien chez certaines migrantes (divorces, grossesses, maladies, refus de retour au village, etc.) que dans la communauté en général (transformation des relations familiales, déscolarisation des filles).

Conclusion

77La migration féminine dans la commune rurale de l’Imanan se présente aujourd’hui comme une composante essentielle du mode de vie des femmes. Elle participe à la prise en charge alimentaire et vestimentaire des ménages et aide les jeunes filles à constituer le trousseau de leur mariage qui, auparavant, était entièrement pris en charge par les parents. La faiblesse des revenus et des opportunités d’emplois rémunérés est au fondement du désengagement des parents dans la prise en charge de certains de leurs rôles sociaux. Cela légitime de fait la migration des femmes, et notamment celle des jeunes filles, qui touche désormais plusieurs ménages de la commune.

78Seuls deux groupes socioprofessionnels restent encore peu concernés par cette pratique : les Garrassa, familles d’artisans pour lesquelles le travail du cuir et le métier de la tresse constituent d’importantes activités génératrices de revenus, et les Surgu, groupe qui détient le pouvoir coutumier et les terres les plus fertiles. Quatre éléments principaux peuvent être retenus à l’issue de cette étude :

  • même si la migration est pratiquée de longue date, celle des femmes est récente dans la commune de l’Imanan et prend de l’ampleur depuis ces dernières décennies ;

  • l’ampleur de cette migration peut s’interpréter comme une réponse à la fois individuelle et collective (elle engage aussi les autres membres de la famille) aux difficultés économiques des ménages ;

  • la migration dans la ville de Niamey devient progressivement une étape de la vie (un passage obligé) pour nombre de jeunes femmes de la commune de l’Imanan ;

  • la migration féminine est vectrice de perturbations de l’ordre familial local, notamment par une fragilisation de l’autorité parentale et maritale (autonomisation de la femme).

Bibliografía

Alpha Gado B., 2010 - Crises alimentaires en Afrique sahélienne : les réponses paysannes, Cotonou, Les Éditions du Flamboyant, 210 p.

Balla A., Yamba B., Adam T., Abdou D., 2009 - L’insécurité alimentaire au Niger : entre réalité et espoir. Numéro hors-série, Annales de l’Université de Niamey, 148 p.

Bisillat J., 1996 - Femmes du Sud, chefs de famille. Paris, Karthala, 387 p.

Comoe E. F., 2005 - Femmes et migration en Côte d’Ivoire : mythe de l’autonomie. Études de la population africaine, 20 (1) : 89-117.

Destremau B., Lautier B., 2002 - Femmes en domesticité, les domestiques du Sud au Nord et au Sud. Revue Tiers Monde, 170, avril-juin, PUF : 249-264.

Drame Yaye A., Alpha Gado B., 2006 - Histoire des crises alimentaires au Sahel : cas du Niger. Document présenté lors du Forum régional sur la souveraineté alimentaire en Afrique de l’Ouest (FORESA), du 7 au 10 novembre 2006, à Niamey, 20 p.

Flahaux M.-L., 2011 - Rôle de la situation familiale des migrants dans l’intention et la décision du retour. Analyse comparative Sénégal-RD Congo. Texte présenté à la 6e Conférence africaine sur la population organisée à Ouagadougou en décembre 2011 par l’UEPA, 29 p.

Hambally Y., 2012 - Les femmes chefs de ménages : une évolution des modèles de famille au Niger. Les Annales de l’Université Abdou Moumouni de Niamey, tome XII : 27-36.

Jacquemin M., 2009 - « Petites nièces » et « petites bonnes » à Abidjan, les mutations de la domesticité juvénile. Travail, genre et sociétés, 22 : 53-74.

Jacquemin M., 2012 - Travail domestique et travail des enfants, le cas d’Abidjan (Côte d’Ivoire). Revue Tiers Monde, 170, avril-juin, PUF : 307-326.

Koné Marietou, Kouame N’gessan, 2005 - Socio-anthropologie de la famille en Afrique. Évolution des modèles en Côte d’Ivoire. Abidjan, Les Editions du Cerap, 227 p.

Locoh T., 1995 - Familles africaines, population et qualité de la vie. Les Dossiers du Ceped , 31, Paris, Ined/Ceped, 48 p.

Mounkaila H., 2004 - Migration, chefferie et accès aux ressources foncières dans le canton de Torodi (ouest du Niger). Les Cahiers d’Outre-Mer, 226-227 : 137-154.

Oumarou A., 2013 - Les politiques publiques en matière de sécurité alimentaire au Niger. Rapport de recherche du programme « Évaluation des risques sur l’axe Niger/Nigéria », Ifra/Lasdel, 31 p.

Oumarou A., Moussa M., 2012 - Perceptions et adaptations des populations rurales face aux changements climatiques et environnementaux dans les communes d’Imanan et de Dantiandou. Rapport de recherche du programme Escape, Lasdel, 37 p.

Olivier De Sardan J.-P., 1995 - Anthropologie et développement. Essai en socio-anthropologie du changement social. Paris, Karthala, 221 p.

Peyre De Fabregues B., 1979 - Lexique de noms vernaculaires de plantes du Niger (2e édit.). Niamey, Inran.

Piguet E., 2008 - Migration et changement climatique. Futuribles, 341, 31-43.

Piguet E., 2013 - Les théories des migrations. Synthèse de la prise de décision individuelle. Revue européenne des migrations internationales, 20 (3) : 141-161.

Notas

1 Ce texte présente les résultats du projet de recherche interdisciplinaire « Les changements environnementaux et sociaux en Afrique : passé, présent et futur (Escape) », réalisé dans quatre pays de l’Afrique de l’Ouest (Bénin, Mali, Niger et Sénégal) depuis 2011.Au Niger, une équipe de trois chercheurs du Lasdel conduisent les recherches sur le volet sciences humaines. Ce chapitre est un résultat de l’axe « Perceptions et manifestations des changements climatiques et environnementaux, et les réponses extra-agricoles apportées » investigué dans deux communes nigériennes : Imanan et Dantiandou.

2 Olivier De Sardan (2003 : 179) parle de « groupes stratégiques » pour désigner « des agrégats sociaux plus empiriques à géométrie variable, qui défendent des intérêts communs, en particulier par le biais de l’action sociale et politique ».

3 Plusieurs auteurs (Bisillat, 1996 ; Koné et N’Gessan, 2005 ; Hambally, 2012) définissent la femme chef de ménage par divers indicateurs : veuvage, absence prolongée d’un époux faisant que la femme vit seule, précarité économique du conjoint poussant la femme à prendre en charge les besoins essentiels du ménage. En général, cette catégorie de femmes a plusieurs personnes à charge et développe une diversité de stratégies pour les nourrir (main-d’œuvre salariale, petit commerce, recours aux réseaux sociaux locaux, migration saisonnière…).

4 Pellicules solides se formant au fond de la marmite après cuisson d’un repas.

5 Rapport de l’Institut national de la statistique (2012).

6 Ce point est détaillé dans le chapitre 5 de cet ouvrage : « Quand la nature nous parle. Une analyse comparée des représentations des changement climatiques et environnementaux ».

7 Une botte de mil est un bouquet d’épis de mil constituant pour le paysan la mesure d’évaluation de sa récolte annuelle. Une botte peut équivaloir à 25 kg de mil dans la commune d’Imanan.

8 La mesure dont il est question ici est un récipient local qui a une contenance de deux litres.

9 Terme de Goody (1969), emprunté par Jacquemin (2002 : 308) pour désigner une forme de circulation d’enfants entrant dans le cadre de réseaux de solidarités familiales, mais différente de l’adoption, et qui permet à la famille d’accueil de garder la jeune fille pour une aide dans des tâches domestiques.

Índice de ilustraciones

Título Figure 1. Carte de la commune de l'Imanan. En rouge, sites d'enquête Escape.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9831/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 360k
Título Cycle causal de la migration féminine dans la commune de l’Imanan
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9831/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 324k

© IRD Éditions, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search