Version classiqueVersion mobile

Les sociétés rurales face aux changements climatiques et environnementaux en Afrique de l’Ouest

 | 
Benjamin Sultan
, 
Richard Lalou
, 
Mouftaou Amadou Sanni
, 
et al.

Partie 3. Transformations sociétales des populations rurales

Chapitre 13. Rôle des migrations saisonnières et pluriannuelles dans la réduction de la vulnérabilité

Les communes de Hombori et Djougou

Alain Bonnassieux et Fabrice Gangneron

Texte intégral

Crises climatiques et environnementales et migrations : des positions divergentes

1La question de la place des crises climatiques et environnementales dans l’expansion des migrations fait débat (Gemmene, 2007). Lorsqu’ils évoquent la détérioration des conditions de subsistance des populations et l’accroissement des migrations, les spécialistes de l’environnement mettent l’accent sur le rôle prépondérant, d’une part, de l’irrégularité et de la baisse de la pluviométrie et, d’autre part, de la dégradation des sols. Leurs travaux, qui ont contribué à l’émergence de la catégorie de réfugiés de l’environnement, ont été fortement médiatisés dans un contexte de verrouillage des frontières de l’Europe, de crainte d’un afflux massif et incontrôlé de migrants des zones les plus fragiles d’Afrique de l’Ouest (Cambrezy et Lasailly Jacob, 2010). Les chercheurs qui travaillent sur l’évolution des migrations dans la longue durée sont réservés sur le rôle déterminant conféré aux crises climatiques et environnementales dans les déplacements de population. Ils reconnaissent que les déficits et les variabilités interannuelles de la pluviométrie contribuent à l’augmentation temporaire des migrations et à leur transformation (Gonin et Lasailly Jacob, 2002). Mais ils estiment que les migrations sont liées une imbrication de facteurs environnementaux, économiques, sociaux et politiques, dont la portée varie en fonction de contextes territoriaux et des périodes. Se focaliser sur les causes climatiques et environnementales des migrations comporte le risque d’occulter d’autres facteurs qui exercent un rôle aussi important sinon plus.

2Dans les régions sahéliennes et soudano-guinéennes, le développement des migrations est favorisé par des contraintes – pauvreté, manque d’activités pendant la saison sèche, insuffisance et irrégularité de la pluviométrie, coût élevé du mariage, subordination de catégories en position d’infériorité – dont l’importance varie en fonction des écosystèmes et des sociétés. Il s’explique aussi par des facteurs attractifs, notamment les potentialités offertes par les zones d’émigration sur le plan économique, social pour s’affirmer, aider la famille, acquérir des compétences nouvelles, mobilisables au retour dans le cadre d’activités agricoles et extra-agricoles (Mounkaila, 2010). L’ouverture croissante des territoires sur l’extérieur, l’amélioration des moyens de communication, la généralisation de certains besoins contribuent aussi aux mobilités. Les ressources monétaires et relationnelles exercent un rôle important dans la décision de migrer, en particulier les contacts que les migrants ont avec leurs compatriotes déjà installés dans les zones d’immigration. La migration à longue distance a un coût élevé et comporte des risques auxquels ne peuvent faire face les plus pauvres, qui ont souvent une mobilité réduite par le manque d’argent et de capital social (Brown, 2008). Après les mauvaises récoltes, les migrations pour préserver les réserves de vivres et trouver de quoi aider la famille sont souvent associées à d’autres stratégies pour assurer la subsistance : vente d’animaux, salariat agricole, petit commerce, recours à la solidarité, cueillette d’aliments de substitution… (Yayé et Gado, 2006).

  • 1 Ces enquêtes se sont déroulées dans le cadre de plusieurs programmes de recherche : Amma (Analyse m (...)

3Pour apprécier la portée des facteurs environnementaux et climatiques sur les migrations par rapport à d’autres facteurs, nous allons analyser l’évolution des dynamiques migratoires dans une commune sahélienne, Hombori au Nord-Mali, et une commune soudano-guinéenne, Djougou au Nord-Bénin1. Après avoir présenté les deux communes, nous mettrons l’accent pour chacune d’entre elles sur les caractéristiques des migrations, leurs évolutions, leurs finalités. Puis, afin de cerner ce qui les différencie, nous reviendrons sur les spécificités des contextes dans lesquels les migrations se déploient et les stratégies que poursuivent leurs acteurs.

Hombori, une commune à dominante pastorale où les migrations sont anciennes

4La commune de Hombori, située à mi-distance entre le pays dogon et Gao dans le nord du Mali, est un espace à dominance pastorale. L’agriculture, essentiellement pluviale, n’est pratiquée que sur 3 à 5 % du territoire (Cheula, 2009). La population, estimée à 18 000 habitants en 2009, est constituée de plusieurs groupes ethniques.

5Les Songhaï sont les plus nombreux. Les autres groupes par ordre décroissant sont les groupes peuls, les Tamachek et les Dogons. Les différenciations sont fortes entre nobles et communautés d’ascendance servile chez les Songhaï, Peuls et Tamachek. Les densités de population sont modestes, 6,3 hab./km2, et le tiers des habitants réside à Hombori-ville, le chef-lieu de la commune. Les moyennes pluviométriques, qui ont diminué d’un tiers depuis la fin des années 1960, passant de 466 mm entre 1950 et 1970 à 324 mm après 1990 et la variabilité interannuelle qui a augmenté après 1990 ont accru la précarité des activités agricoles et pastorales (Mougin et al., 2009). Les migrations à Hombori ne sont pas des phénomènes nouveaux. Elles constituent une activité ordinaire des familles pratiquant l’agriculture ou l’élevage, et permettent la reproduction économique et sociale des groupes d’agro-éleveurs. Mais leurs caractéristiques ont évolué.

Avant 1970, des migrations vers les pays côtiers liées à des logiques composites

6Les migrations des Homboriens vers les villes des pays côtiers, Ghana, Côte d’Ivoire, et dans une mesure limitée vers les villes de l’intérieur du Mali, comme Mopti, sont anciennes. Les plus documentées étant celles en direction de la Gold Coast (Ghana actuel) dans les années 1920 et 1930. Les zones sahéliennes jouaient un rôle de pourvoyeur de main-d’œuvre pour l’édification des villes et le développement des cultures de rente, principalement dans les régions côtières et accessoirement dans les zones de savane (Dougnon, 2008). Jusqu’à la grande sécheresse de 1973-74, à Hombori, comme dans les autres régions sahéliennes, les migrations étaient surtout le fait de jeunes hommes. La grande majorité d’entre elles avaient lieu pendant la période morte des travaux agricoles et étaient motivées par la recherche d’activités permettant de gagner de l’argent. Les finalités sociales des migrations étaient importantes. La subordination des membres des groupes d’ascendance servile chez les Songhaï (Banney), les Peuls (Rimaïbé) et les Tamachek (Bella) par rapport à leurs anciens maîtres et celle des cadets par rapport aux aînés étaient fortes. La vie et le travail à l’étranger dans des métropoles côtières « prestigieuses » favorisaient les stratégies d’autonomisation. Mais les migrations étaient aussi le fruit de stratégies familiales qui consistaient à économiser les productions alimentaires en envoyant les jeunes à l’extérieur, avec l’espoir de remises d’argent à leur retour pour les travaux des champs en début de saison des pluies.

7La Gold Coast a été à l’époque coloniale la principale destination des migrants de Hombori. On pouvait y trouver un emploi plus librement que dans les territoires colonisés par la France, où le travail forcé n’a été aboli qu’en 1946. L’économie de ce pays était alors la plus avancée d’Afrique de l’Ouest, et ce jusqu’en 1950-1960. À cause du manque de routes et de moyens de transport dans les régions sahéliennes, les voyages se faisaient en grande partie à pied. À leur arrivée, les migrants étaient hébergés par des parents. Dans les grandes villes en expansion (Accra, Koumassi), les besoins en main-d’œuvre non qualifiée étaient importants dans le secteur des travaux publics et de la construction, dans les usines, les magasins et sur les marchés (Verlet, 2005). Beaucoup de migrants partaient peu de temps, les sept-huit mois de la saison sèche et revenaient au village pour les travaux agricoles. Toutefois, lorsqu’ils avaient un emploi stable ou qu’ils parvenaient à ouvrir une boutique, un atelier, ce qui a été le cas de beaucoup de Songhaï installés à Koumassi (Dougnon, op. cit.), ils pouvaient rester plusieurs années sans revenir au pays.

8La migration vers la Côte d’Ivoire a pris son essor dans les années 1960 et a supplanté celle vers le Ghana, qui était entré en récession. C’était l’époque du « miracle ivoirien », Abidjan était en pleine expansion et attirait des migrants de toute l’Afrique de l’Ouest. Les migrants trouvaient facilement du travail dans les usines, au port, dans les grands magasins, chez des Européens comme employés de maison ou gardiens, pouvant changer facilement d’employeurs. Plusieurs jeunes songhaï partis à Abidjan à cette époque y sont restés vingt ans et parfois plus longtemps, employés comme manutentionnaires aux abords des grands magasins du Plateau ou comme ouvriers dans les usines près du port. Certains d’entre eux ont utilisé leurs économies pour acheter du bétail lorsqu’ils se sont réinstallés dans leur village. Une minorité constituée de Homboriens scolarisés a trouvé des emplois dans des secteurs où il y avait besoin de personnel qualifié. Plusieurs d’entre eux sont restés sur place et ont pris la nationalité ivoirienne.

Migrations de crise des années 1970-1980

9Les migrations ont changé de dimension à partir des grandes sécheresses et des crises alimentaires de 1973-74 et de 1984-85. Les pénuries alimentaires ont entraîné une extension considérable des migrations qui ont concerné toutes les catégories de la population, hommes, femmes, personnes âgées, et tous les groupes sociaux. Les contacts ne se sont pas forcément maintenus avec ceux qui sont partis à cette époque. La sécheresse a contribué à Hombori, à l’instar de ce qui a été observé dans le nord du Mali, à un morcellement des familles (Grémont et al., 2004).

10Durant ces périodes de disette, les destinations ont été beaucoup plus diversifiées qu’auparavant. Dans l’urgence, parce qu’ils avaient tout perdu, beaucoup de Homboriens sont allés là où ils pouvaient subsister, y compris dans des régions proches, à Konna, Mopti, au nord du Burkina Faso. Selon le témoignage d’un chef de village, « ceux qui partaient, tout ce qu’ils trouvaient, ils le faisaient pour gagner de quoi manger ». Au moment et après les grandes sécheresses, les migrations vers la Côte d’Ivoire et le Nigeria ont aussi connu une croissance exceptionnelle, l’économie de ces pays étant encore en plein essor. Selon un notable songhaï de Hombori, à cause du grand nombre de Homboriens en Côte d’Ivoire et des aides qu’ils envoyaient à leurs parents, « la Côte d’Ivoire était de 1975 à 1985 le poumon économique de la commune de Hombori ».

11Bien que, après 1990, les sécheresses n’aient plus été de la gravité de celles des deux décennies précédentes, elles ont marqué le début d’une ère où les problèmes récurrents de subsistance sont devenus une des causes prédominantes des migrations.

12L’agriculture est souvent perçue comme une activité de plus en plus aléatoire, à cause de la faible pluviométrie et de sa variabilité interannuelle. Mais les difficultés chroniques de subsistance sont aussi dues aux équipements, manuels, peu productifs, ne permettant pas d’accroître les surfaces d’exploitation par unité de production.

13Seule une minorité d’agriculteurs, généralement dogons, a recours à la culture attelée. La baisse et l’irrégularité de la pluviométrie, dans ce contexte de faible évolution des systèmes de production et de médiocre fertilité des sols, ont entraîné une dégradation des conditions de subsistance par rapport aux années 1950 et 1960. Mais des différences importantes en termes d’autosuffisance alimentaire sont à mettre au compte des disparités d’équipement et du niveau de mobilisation de la force de travail. Lors d’une enquête effectuée en 2009 auprès d’un échantillon de 112 exploitants, près de la moitié (46 %) avait des réserves de vivres inférieures à deux mois après récoltes, et le tiers disposait entre quatre mois et huit mois de réserves (Aguilhon, 2009). Une minorité d’exploitants (7 %) étaient autosuffisants et avaient des excédents.

Profils des migrants d’aujourd’hui et raisons des migrations

14Si la majorité des migrants sont encore des hommes célibataires, le nombre de ménages, d’hommes d’âge mûr, de femmes, de jeunes filles qui partent dans le cadre des migrations saisonnières et/ou pluri-annuelles est nettement plus élevé qu’autrefois.

15Beaucoup parmi les jeunes hommes considèrent que l’activité agricole est aléatoire et peu valorisante. Selon un enseignant de Hombori, « quand les jeunes restent deux ou trois ans sans presque rien récolter, ça les décourage ». Mais la désaffection des jeunes vis-à-vis des travaux agricoles n’est pas seulement provoquée par l’irrégularité et l’insignifiance des récoltes. Elle provient de leurs difficultés à satisfaire leurs besoins personnels en travaillant dans l’exploitation familiale, sans rémunération, sous l’autorité du père. Dans les villages, les jeunes qui s’en sortent sont ceux qui peuvent exercer des petites activités indépendantes : exploitation individuelle d’une parcelle maraîchère, salariat agricole, convoyage de bétail qui leur procure un revenu personnel. Les jeunes qui sont allés à l’école ont souvent perdu l’habitude des travaux durs dans les champs et ont envie de partir gagner de l’argent à l’extérieur pour leur compte. Leur résistance au travail gratuit au sein de l’exploitation familiale est source de tensions et d’incompréhension avec les anciens. Pour ceux-ci, les jeunes sont « paresseux, moins endurants qu’eux autrefois, plus matérialistes », parce qu’ils ont d’autres besoins qu’eux qu’ils ne peuvent satisfaire qu’en se démarquant de la famille : achats de téléphones portables, de motos, de vêtements… Aussi, les séjours des jeunes à l’extérieur ont tendance à s’allonger.

16La migration est aussi une stratégie qui permet d’économiser des réserves en vivres. Les possibilités d’activités étant très réduites dans la majorité des villages pendant la saison sèche, beaucoup de jeunes et un nombre croissant de ménages migrent dans des régions peu éloignées de Hombori, au Mali ou au Burkina Faso, pour y exercer une activité qui leur permet de subsister pendant la saison sèche. Avant leur départ en exode, les céréales qu’ils ont récoltées sont conservées pour assurer la nourriture de leurs vieux parents restés sur place et leur permettre d’avoir de quoi se nourrir lors de leur retour à l’hivernage. Même si les promesses d’améliorer le quotidien par quelques remises d’argent ne sont pas tenues, ces migrations permettent d’économiser sur le grenier familial. Les bouches à nourrir partent en saison sèche, et les bras pour les champs reviennent en saison des pluies.

17En plus de la croissance de ces migrations, celles des jeunes filles progressent et, dans une moindre mesure, celles des femmes mariées qui se déplacent sans leur mari. La plupart vont s’employer comme domestiques dans les villes du nord du Mali. Ces migrations féminines sont assez fréquentes chez les Dogons et dans les groupes d’ascendance servile, notamment chez les Peuls Rimaïbe. Par contre en milieu songhaï, le départ des jeunes filles est mal perçu et assez rare.

18Les envois périodiques d’argent et les remises effectuées par les migrants à leur retour sont utilisés pour acheter des vivres sur les deux grands marchés de la commune, à Hombori et à Wami. Les ressources monétaires fournies par les migrants sont souvent complémentaires de celles procurées par quelques activités locales : petit élevage pour l’embouche, commerce de bétail, artisanat, salariat agricole, fabrication et vente de charbon de bois, collecte et vente de fourrage pour nourrir les animaux. Lorsque l’activité exercée rapporte suffisamment d’argent pour acheter des vivres – ce qui peut être le cas lorsque le commerce de bétail prend de l’ampleur –, la contribution des migrants à la subsistance est marginale. Par contre, elle joue un rôle important dans les familles qui n’ont pas la capacité de diversifier leurs activités de subsistance.

19Lorsque les récoltes sont mauvaises, la migration n’est plus seulement une stratégie pour gérer au mieux des réserves limitées, mais elle devient une stratégie de survie, et les migrants se font plus nombreux. À Dakakouko, en novembre 2008, après les mauvaises récoltes imputées à une pluviométrie insuffisante, il y avait selon le responsable du village une centaine de migrants sur une population estimée à 515 habitants, Dans ces moments de crise, les départs ont lieu plus tôt et les retours sont plus tardifs. Les sommes envoyées par les migrants contribuent plus que d’habitude à l’achat de vivres

Des migrations dans un espace aux potentialités plus réduites

20Au niveau sous-régional, cette évolution des migrations a lieu dans un contexte territorial de plus en plus contraignant, du fait des crises économiques et des conflits politiques qui se sont produits dans les aires « traditionnelles d’immigration ». Déjà, en 1969, plusieurs Homboriens qui avaient des emplois stables à Accra et à Koumassi avaient dû quitter le Ghana lors des mesures massives d’expulsions des migrants ouest-africains. Mais, à cette époque, au Nigeria et en Côte d’Ivoire, on avait encore besoin de la main-d’œuvre sahélienne. À partir des années 1980, la montée du chômage et de la pauvreté au Nigeria, en Côte d’Ivoire, ainsi que dans d’autres pays, a provoqué de nombreux départs. Les émigrants de Hombori ont été les témoins et les victimes des crises dans les anciens bassins d’immigration. Certains qui travaillaient à Lagos ont perdu tous leurs biens lorsque, en 1983, deux millions d’étrangers ont été expulsés du Nigeria pour calmer une opinion publique déstabilisée par l’accroissement de la précarité et de la violence, suite à la fin du boom économique des premières années de l’exploitation du pétrole.

21À Abidjan au début des années 1980, plusieurs de ceux qui étaient ouvriers ou manœuvres ont fait les frais des mesures prises pour limiter le recours à la main-d’œuvre étrangère, suite à la fermeture d’entreprises et à la contraction du marché de l’emploi. Lorsque la pauvreté s’est aggravée durant les années 1990, des jeunes de Hombori ont dû faire face à la concurrence d’Ivoiriens prêts pour subsister à exercer des tâches qu’ils jugeaient auparavant dégradantes, comme celle de tireurs de charrettes. Plusieurs parmi eux ont été victimes des violences xénophobes attisées par la mise en œuvre de « l’ivoirité ». À cause des exactions subies, la migration à Abidjan des jeunes Bella de Doungouri, fréquente avant le mariage, a quasiment cessé. Suite à la précarisation croissante de leur situation dans différents pays côtiers, certains migrants ont rapatrié femmes et enfants dans leur village d’origine.

22Face à ces crises et aux difficultés rencontrées sur les routes migratoires, racket notamment, les migrations se sont réorientées vers les pays plus proches géographiquement et culturellement. Plusieurs migrants ont été hébergés et aidés par des parents songhaï à Niamey, où ils ont travaillé notamment comme maçon ou marabout. Dans le village bella de Doungouri, plusieurs jeunes ont été vendeurs d’eau à Niamey, un métier souvent exercé par les Maliens de la région de Gao. Les mines d’or du nord du Burkina Faso, à Essakane, vers Djibo et Gorom-Gorom, ont attiré un nombre croissant de jeunes et de familles de Hombori, bien que l’orpaillage soit perçu comme une activité dangereuse et aléatoire. Selon une opinion exprimée par un jeune Songhaï : « Dans les sites aurifères, c’est plus la chance que le travail qui permet de s’enrichir. »

23Quelques Homboriens ont tenté leur chance dans les villes du sud de l’Algérie, et en Lybie, mais les discriminations à l’égard des émigrés d’Afrique noire dans ces pays, les exactions subies, les expulsions fréquentes des migrants subsahariens ont limité l’importance de ces migrations.

24À cause de la diminution des emplois salariés et de la difficulté d’une insertion durable dans l’économie des aires d’immigration, il y a eu une extension des logiques de circulation, les migrants se déplaçant en fonction des opportunités d’emploi et d’activités dans des espaces essentiellement sahéliens, voire maliens. Ceux qui s’en sortent le mieux sont ceux qui ont acquis une compétence (maçonnerie, mécanique, fonçage de puits) leur permettant de trouver plus aisément du travail, y compris dans de petites localités. C’est à Bamako, où ils sont actifs dans le petit commerce et le gardiennage, que les Homboriens sont les plus nombreux. Grâce à l’accroissement du commerce du bétail et des activités d’embouche, les jeunes Peuls et parfois les Songhaï sont facilement recrutés par des citadins, notamment des commerçants, pour s’occuper de leurs animaux. Les migrations saisonnières sont désormais fréquentes dans des régions plus proches, dans des capitales régionales comme Mopti-Sévaré ou dans des villes moyennes comme Douentza, Konna. Ces migrations de proximité ouvrent plus encore qu’avant la possibilité de petits boulots, peu qualifiés, dans le secteur informel : charretier, gardiennage, entretien du bétail, orpailleur, berger. Les gains sont faibles et irréguliers, inférieurs aux sommes perçues dans les anciens bassins d’immigration. Beaucoup de migrants, notamment ceux qui en milieu urbain vivent avec femmes et enfants, ne sont pas en mesure d’aider leurs parents au village parce qu’ils ont de la peine à assurer leur propre subsistance.

Des systèmes migratoires basés sur l’interconnaissance

25L’insertion dans des réseaux socioprofessionnels oriente les trajectoires des migrants et facilite la réalisation de leurs projets. À Hombori, à l’instar de ce qui se passe dans d’autres régions sahéliennes, les déplacements ont lieu souvent à l’intérieur de communautés villageoises et/ou ethniques dont les membres sont dispersés dans des espaces, souvent transnationaux (Dougnon, op. cit.). Le dénuement et le manque de ressources relationnelles limitent drastiquement les capacités de déplacement. Ceux qui n’ont personne qui puisse les aider à payer le prix du voyage partent souvent à pied vers les localités les plus proches pour trouver un travail et gagner l’argent pour aller plus loin. Lorsque les jeunes qui veulent se rendre dans les grandes villes n’ont pas pu réunir la somme nécessaire pour voyager, ils ont recours au système « arrivée-payer ». Il consiste à voyager à crédit, en faisant payer le prix du trajet à l’arrivée par un parent que le migrant remboursera ultérieurement. L’existence de petites communautés de Homboriens dans les villes de la côte, Abidjan particulièrement, mais aussi au Mali, à Bamako et dans d’autres villes, joue un rôle important dans la recherche de logement et de travail. Ainsi, les ressortissants du village de Kelmi, installés à Abidjan, cotisent pour louer une maison dans le quartier de Treichville pour l’hébergement des jeunes du village qui viennent travailler dans la grande agglomération ivoirienne. La forte présence de Homboriens dans de nombreux secteurs – portage de marchandises, entretien et vente de bétail, gardiennage, petit commerce, emplois domestiques pour les jeunes femmes – facilite l’insertion de nouveaux arrivants. Dans les villes, fréquemment, les jeunes migrants célibataires partagent le même logement pour réduire au maximum les dépenses de loyer et de nourriture, afin de pouvoir aider leurs familles et accumuler une épargne pour leurs projets personnels.

Les processus d’affirmation individuelle et de diversification des activités

26Les migrations ne sont pas seulement la manifestation de stratégies d’adaptation ou de survie, face à l’acuité des problèmes de subsistance. Elles permettent d’accumuler des ressources, au moins les migrants ont-ils cet espoir, pour améliorer leurs positions économiques et sociales. La mise en œuvre de ces stratégies proactives est favorisée par une ouverture de la commune sur l’extérieur, avec le bitumage de la route depuis 1986 et la diffusion du téléphone portable.

27Une partie importante du revenu de la migration est consacrée à des stratégies d’autonomisation. Le séjour à l’extérieur pour les jeunes célibataires permet d’échapper à la tutelle des aînés et d’accéder à des revenus personnels. Les migrations des jeunes célibataires constituent une étape importante pour l’acquisition d’une expérience et de nouvelles compétences, notamment avant le mariage. Les périodes de migration ont favorisé l’apprentissage de nouveaux métiers : tailleur, réparateur de radios, puisatier, courtier en bétail. L’expérience acquise à l’extérieur et les petites économies de migration constituent des ressources qui sont utilisées pour accroître le cheptel ou démarrer d’autres activités. Par exemple, à Kelmi, plusieurs anciens migrants ont utilisé les compétences acquises au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire dans la conduite, le commerce et l’entretien du bétail pour monter, au retour au village, un commerce de bétail entre Hombori, Bamako et le Burkina Faso. En dépit du caractère aléatoire des productions agricoles, quelques migrants cherchent à renforcer les capacités de production de l’exploitation. Dans celles détenues par les Dogons, les remises des migrants ont favorisé la diffusion de la culture attelée et la diversification des productions.

28Une grande partie, parfois la totalité, de l’argent gagné par les jeunes migrants est utilisée pour le paiement de la dot, dont il faut s’acquitter pour se marier. Acquérir le statut d’homme, à la majorité, c’est se marier. Le reste sert à l’achat de biens de consommation (habits, téléphone portable…) qui sont la marque de la modernité, de l’inscription dans des cultures transnationales, de l’urbanité et qui permettent de se distinguer dans la communauté.

Djougou : des productions agricoles diversifiées, mais une précarité des groupes en position d’infériorité

29Djougou est une commune sous climat soudano-guinéen du centre-nord du Bénin, peuplée en majorité d’agriculteurs yom et de nombreuses minorités. Les productions alimentaires, relativement variées (igname, maïs, sorgho, manioc, etc.) permettent de nourrir la plus grande partie des 180 000 habitants. Toutefois 10 % des ménages sont confrontés à l’insécurité alimentaire et les disparités sont fortes. 30 % des enfants de la commune ont un retard de croissance à cause d’une mauvaise nutrition (Droy et al., 2014). Le niveau de la pluviométrie, bien qu’en baisse, reste élevé, en moyenne 1 200-1 300 mm par an. Mais la disponibilité des ressources agricoles et pastorales se réduit du fait de l’accroissement continu de la densité rurale, qui est passée de 34 à 68 hab./km2 entre 1992 et 2013, et certains espaces sont proches de la saturation. Cette augmentation des densités résulte de la croissance naturelle de la population et de l’arrivée d’agriculteurs bétaramibé (ou ditamari) et lokpa du nord et de l’est, d’éleveurs peuls du nord du Nigeria, du Niger et de la province du Borgou, attirés par la relative disponibilité des ressources agricoles et pastorales dans certaines zones. Au sein de la commune, les modes de tenure du foncier en milieu rural, qui privilégient les lignages dominants d’agriculteurs yom, entraînent une réduction de l’accès aux ressources agricoles et pastorales des groupes en position d’infériorité : agriculteurs allochtones et les différents groupes d’éleveurs. Dans les ménages qui disposent de moyens limités, les migrations saisonnières et temporaires des jeunes gens et des jeunes femmes dans les pays proches du Bénin (Nigeria, Niger) ou dans les villes du Bénin sont très fréquentes. Elles sont perçues par leurs acteurs comme des moyens d’échapper à la pauvreté, d’accéder à un revenu personnel et de se procurer des ressources permettant d’améliorer leur situation dans le milieu d’origine.

Une main-d’œuvre semi-captive dans des exploitations agricoles au Nigeria

30De nombreux jeunes, Yom, Bariba, Peuls, partent travailler dans des exploitations agricoles frontalières du Bénin, au Nigeria. Ces migrations ne sont pas nouvelles, mais leur mode d’organisation évolue (Imorou et al., 2011). Auparavant, les chefs de famille contrôlaient l’organisation des migrations de leurs enfants, afin de disposer de la main-d’œuvre nécessaire pour les travaux agricoles et espérer quelques remises au retour. Aujourd’hui, un nombre croissant de jeunes partent à l’insu de leurs parents, les privant d’une main-d’œuvre qu’ils n’ont pas à rémunérer. De plus, ces derniers considèrent que leurs enfants s’exposent à des risques importants, du fait de la dangerosité de la vie et de la dureté des conditions de travail au Nigeria.

  • 2 L’orthographe du nom de ces intermédiaires varie selon les sources : à Djougou, on dit Waga ; dans (...)

31Les jeunes sont en majorité recrutés par des intermédiaires, appelés Oga ou Waga2 (grand frère et/ou patron en Yorouba), qui s’occupent du convoyage des jeunes, de leur hébergement à l’arrivée au Nigeria, conviennent avec leurs employeurs (sans consultation des jeunes) du montant et de leur mode de rémunération. Ces intermédiaires sont fréquemment d’anciens migrants qui se sont lancés dans le business assez lucratif de l’acheminement et du placement des jeunes. Dans le village bariba de Gaounga, entre 2009 et 2013, un ancien migrant, qui s’est installé comme maçon au terme de son troisième séjour comme manœuvre au Nigeria, a placé 48 jeunes de son village dans des exploitations agricoles au Nigeria. Les Oga ont acquis un capital relationnel, dont ils tirent profit pour procurer du travail aux jeunes qui ne disposent d’aucune connaissance dans la zone de migration. Lorsque ces derniers ont déjà séjourné au Nigeria, ils ne passent plus nécessairement par un intermédiaire. Ils préfèrent convenir directement de leur mode de rémunération avec les exploitants agricoles. Mais beaucoup de ceux qui partent pour la première fois, par manque d’expérience et de relations, s’exposent à plus de risques s’ils ne passent pas par un intermédiaire. C’est pourquoi beaucoup recourent à leurs services.

32Les jeunes sont, pour beaucoup d’entre eux, employés par des agriculteurs yom et bariba, qui résident depuis plusieurs années au Nigeria et ont souvent un statut de métayer (Imorou et al., 2011). Le rythme de travail est intense, les manœuvres doivent absolument réaliser les tâches assignées dans le temps imparti, il faut travailler six jours sur sept. Ils vont au champ le matin dès 7 h et, si le champ est éloigné, ils doivent partir à 5 h 30. L’après-midi, le travail se poursuit selon les cas jusqu’à 19 h. Les travaux à effectuer, tous manuels (buttage, défrichage, sarclage), exigent beaucoup d’efforts physiques. Les travailleurs sont logés et nourris par l’employeur, avec d’autres manœuvres qui peuvent venir d’autres régions du Bénin ou d’autres pays (Togo, Burkina Faso). Pendant leur unique jour de repos de la semaine, beaucoup travaillent chez d’autres employeurs, afin d’avoir un peu d’argent de poche pour les dépenses courantes. Si ces travaux supplémentaires sont bien rémunérés, certains manœuvres quittent les entreprises qui les ont embauchés pour aller travailler chez ces patrons.

Les formes de capitalisation pour le retour au pays : une moto et des savoirs

33Le paiement des manœuvres est établi à l’embauche, sans contrat écrit, par le Oga et l’employeur. Le montant de la rémunération est établi en fonction de la durée du recrutement. Il peut varier en fonction du rendement du travailleur. La rémunération n’est versée qu’au terme de la période d’embauche, dont la durée varie de six mois à fréquemment un an, deux ans et parfois trois ans. Ce mode de rémunération en fin de travail n’est pas nouveau. Il existait dans les pays francophones à l’époque coloniale. Il était utilisé pour maintenir sur place jusqu’à la fin des travaux une main-d’œuvre considérée comme instable, voire « irresponsable » (Viti, 2013). Les travailleurs saisonniers employés pour six mois dans les plantations de café et de cacao en Côte d’Ivoire étaient souvent rémunérés ainsi. Ce système permet de garder sous tutelle des jeunes travailleurs, d’éviter que les sommes gagnées soient utilisées pour des dépenses considérées comme futiles (être à la mode, se distraire, séduire les filles) et aussi, pour certains employeurs, de gruger leurs employés. Beaucoup de jeunes de Djougou, lors de leur premier départ au Nigeria, ont entre 15 ans et 17 ans. Ils préfèrent le paiement en fin de contrat pour ne pas dépenser leurs gains au fur et à mesure et pour que cette épargne forcée contribue à la réalisation de leurs projets de retour chez eux. La plupart d’entre eux, en effet, après avoir fait deux ou trois contrats au Nigeria, reviennent dans leur région d’origine pour monter une activité autonome et fonder une famille.

34Le plus souvent, le pécule ne se présente pas sous forme d’argent, mais sous la forme d’une moto. Dans ce cas, une petite somme est également remise au travailleur, destinée à couvrir les dépenses de retour au Bénin (carburant pour le transport, habits). Un ancien migrant du hameau d’Angara est revenu avec une moto et 100 000 FCFA, après avoir travaillé deux ans chez le même employeur. Dans le village de Gaounga, un ancien migrant bariba, devenu Oga depuis quelques années, a reçu une moto au terme d’un engagement de dix mois. La valeur de la moto dépend de ce qui a été convenu entre l’employeur et l’intermédiaire lors de l’embauche du travailleur. Une moto neuve de marque chinoise coûte environ 550 000 FCFA ; d’occasion, les prix varient de 150 000 à 350 000 FCFA. C’est en général l’intermédiaire qui s’occupe de l’achat de la moto.

35Le fait que la plupart des rémunérations soient basées sur l’obtention d’une moto au terme du contrat ou que les jeunes ramènent parfois d’autres biens plutôt que de l’argent s’explique par la faible valeur de la monnaie nigériane, le naira, par rapport au franc CFA. Il est plus intéressant de ramener des biens à vendre plutôt que de changer des nairas contre du franc CFA.

36Le non-respect des contrats oraux est fréquent, concernant notamment les engagements pris au sujet de la rémunération du travailleur. Il est le fait des employeurs ou des Oga. Les Oga sont souvent incriminés, car ce sont eux qui rémunèrent les jeunes ; ceux-ci, lorsqu’ils reviennent chez eux sans la moto ou avec une moto de valeur inférieure à ce qui était convenu, s’en ouvrent aux parents. Ce sont donc eux souvent qui se retournent contre les Oga et, s’il le faut, les convoquent auprès des autorités locales (chef coutumier, gendarmerie, tribunal) pour les contraindre à payer leur dû.

37Dans la majorité des cas, les migrants vendent dès leur retour les motos qu’ils ont ramenées. Les sommes obtenues sont destinées à plusieurs types d’usages : aide à la famille (équipement de la maison, appui à la scolarité des frères et sœurs plus jeunes), construction et équipement de leur propre logement, dépenses de mariage. Trois types de dépenses qui montrent que les logiques familiales composent avec les logiques d’individuation et les stratégies matrimoniales.

38Plus discrets, mais parfois fondamentaux, sont les retours d’expériences acquises à l’extérieur qui contribuent à diffuser nombre d’innovations et d’équipements, qu’ils soient agricoles (nouvelles méthodes de culture d’igname, culture de pastèques, moulins) ou non agricoles (appareil vidéo, télévision, groupes électrogènes, etc.).

39Les jeunes hommes font fréquemment trois ou quatre séjours de près d’une année au Nigeria, entre lesquels ils reviennent quelques mois chez eux. Ensuite, ils s’installent dans la localité d’origine ou ailleurs dans la commune de Djougou, fondent une famille et s’occupent de leurs activités sur place. La majorité des jeunes qui partent veulent revenir au pays. Il y a plus d’opportunités au pays de réaliser une activité durable qu’au Nigeria, où les conditions de travail sont dures. Les liens qu’ils ont conservés avec leur famille sont très forts, et l’aide qu’ils apportent à leur retour contribue au renforcement de leur position.

40Dans quelques cas toutefois, les migrants restent au Nigeria, notamment lorsqu’au sein de leur communauté d’origine, ils ont eu des conflits ou des problèmes avec la loi et risquent de s’exposer à des difficultés s’ils rentrent.

Migrations féminines pour des services domestiques ou dans des micro-entreprises informelles

41Les migrations féminines vers les villes d’autres régions du Bénin et des pays voisins, notamment du Nigeria, plus rarement du Niger, sont elles aussi importantes dans la commune de Djougou. Elles sont le fait de filles parfois très jeunes, de 13 à 20 ans, et aussi de femmes mariées, qui ont des enfants. Ces migrations sont importantes dans les ménages pauvres et dans ceux où l’homme n’assume pas ses obligations, parce qu’il est polygame ou fréquemment absent (Droy et al., op. cit.).

42Les raisons de ces migrations temporaires sont liées à différents facteurs. Pour les plus jeunes filles, dans les ménages pauvres, elles prennent la forme de « confiage » à des familles plus aisées, pour alléger les charges familiales et bénéficier en retour d’une petite somme d’argent. Certaines sont placées chez des patronnes d’apprentissage (coiffure, couture, etc.). Pour les autres, elles partent afin de se constituer un petit pécule et sont recrutées dans des micro-entreprises tenues par des femmes (transformation de produits alimentaires, restauration de rue), dans des commerces familiaux ou dans des ménages comme domestiques. Leur départ peut être également motivé par des stratégies d’évitement du conjoint qui leur est imposé.

43Elles partent dans l’espoir de se constituer un petit capital pour le trousseau de mariage (ustensiles de cuisine, pagnes…), mais aussi pour entreprendre une activité économique à leur retour et ne pas dépendre du mari, ou pour tenir leur rang dans le ménage en apportant leur contribution. Des femmes mariées partent aussi, parfois à l’insu de leur mari, pour acquérir un petit capital et démarrer une activité économique. Les modalités d’organisation de ces migrations féminines dépendent de plusieurs facteurs : l’âge, les raisons du départ et les contacts dans les lieux d’immigration. Comme dans le cas des jeunes hommes, d’anciennes migrantes s’improvisent intermédiaires et s’occupent de l’acheminement et du recrutement des jeunes filles ou des femmes par des employeurs au Nigeria. De façon plus occasionnelle, des proches des parents d’une jeune fille, qui ont des contacts à l’extérieur, proposent leur service pour l’obtention d’un emploi.

44Dans les villes africaines, la demande de main-d’œuvre féminine est forte pour les travaux domestiques, le petit commerce, les micro-entreprises de service et de transformation. Leurs journées sont souvent très longues, de 5 h à 6 h le matin jusque tard le soir, mais le rythme du travail dépend de la personnalité de l’employeur, de son bon vouloir.

45Le niveau des rémunérations est souvent assez modeste. Par exemple, celles de deux femmes du village de Sew Sewga employées comme cuisinières chez des restauratrices, l’une à Niamey, l’autre à Kandi, étaient respectivement de 7 000 FCFA et 5 000 FCFA par mois. Ces travailleuses étaient nourries et logées par les femmes chez lesquelles elles travaillaient, ce qui est fréquent pour ce genre d’emploi. Les gains que peuvent obtenir celles qui partent au Nigeria semblent un peu plus élevés, notamment quand elles perçoivent une rémunération journalière qui peut varier de 1 000 à 2 000 FCFA, selon les témoignages recueillis. Comme pour les garçons, les engagements concernant les rémunérations ne sont pas toujours tenus par les employeurs et les intermédiaires.

46Lorsque les jeunes filles ont accumulé un pécule et un certain savoir-faire, qui leur permet d’entreprendre une activité économique et d’acheter quelques biens (habits, ustensiles de cuisine), elles se marient et cessent alors la migration. Le fait d’avoir des enfants limite leurs possibilités de partir travailler à l’extérieur. Mais les conditions économiques médiocres du foyer (mari démissionnaire ou sans ressource, polygamie, récoltes faibles, surfaces insuffisantes…) peuvent les obliger à reprendre la migration. Parmi celles qui vont au Nigeria, certaines restent là-bas et se marient avec des compatriotes qui y vivent.

47Les biens ramenés (habits, ustensiles de cuisine), l’apparence affichée au retour par la tenue, l’éventuel embonpoint témoignent de la réussite à l’extérieur, rehaussent le statut de celles qui se marient et incitent d’autres jeunes filles à partir.

48Les activités économiques que les jeunes femmes démarrent à leur retour les libèrent de la tutelle masculine, mais les maintiennent proches des autres activités de la famille (petit commerce de proximité, fabrication de beurre de karité…). Ces activités non agricoles ou péri-agricoles sont plus rémunératrices que celles qu’elles exercent dans l’exploitation (sur de toutes petites parcelles). Les revenus dégagés contribuent à l’économie familiale et permettent la prise en charge des dépenses de santé, d’habillement, de scolarité des enfants. Au sein même des familles, l’autonomie économique des femmes est parfois assez poussée, puisque certaines d’entre elles prêtent de l’argent à leur époux.

Divergences et convergences entre les migrations temporaires à Hombori et Djougou

49À Hombori comme dans une grande partie du Sahel, du fait des conditions écologiques et climatiques, les circulations et les mobilités dans un espace élargi contribuent depuis longtemps au maintien des exploitations familiales (Mounkaila, op. cit.). Leur ancienneté et leur importance s’expliquent par le peu d’activités pendant la longue saison sèche et par la précarité des activités agricoles pastorales, du fait de l’insuffisance des pluies et des ravages provoqués par différents parasites (chenilles, criquets, oiseaux granivores). Alors qu’avant 1970, la plus grande partie des migrants était des jeunes hommes, depuis les grandes sécheresses et les crises alimentaires des années 1970 et 1980, les profils des migrants se sont diversifiés. Les sécheresses et les migrations ont provoqué l’émergence de nouveaux comportements économiques qui se sont pérennisés.

50Les migrations temporaires ne durent majoritairement que le temps de la saison sèche. Mais depuis les années 1970, les perturbations climatiques et la fréquence des attaques de parasites contraignent beaucoup de migrants à partir plus tôt et à différer leur retour. L’ancienneté et l’importance des migrations à Hombori s’expliquent aussi par la rigidité des structures sociales dans cette région, comme dans l’ouest du Niger et le nord du Mali. Dans des sociétés hiérarchisées sur la base des statuts hérités à la naissance, les migrations ont depuis l’époque coloniale constitué des opportunités pour les membres des groupes d’ascendance servile, Banney, Rimaïbé, Bella, d’échapper à la domination de leurs anciens maîtres songhaï, peuls et touaregs et d’améliorer leurs conditions de vie.

51En raison des potentialités agricoles, dans la commune de Djougou, les migrations vers l’extérieur sont moins anciennes qu’à Hombori, et leur importance est longtemps restée modeste. Elles se sont accrues depuis les années 1980 du fait, principalement, de la densification démographique sur fond d’inégalités foncières. Dans les vieux terroirs densément peuplés, les jeunes et les femmes ont été les premiers et les premières affectés par l’accroissement des disparités et des tensions autour de l’accès à la terre. Mais, jusqu’au début des années 1990, les installations restaient faciles dans les zones de la commune où les densités étaient faibles. Depuis lors, la croissance rapide de la population partout dans la commune a réduit les opportunités pour les jeunes agriculteurs qui voulaient créer leur propre exploitation (Bidou et Droy, 2012). Les ménages les plus vulnérables sont ceux d’agriculteurs allochtones sans droit au foncier, d’agriculteurs autochtones appauvris, de Peuls sans bétail, notamment dans les familles où le nombre d’enfants est élevé et où les charges qui pèsent sur les actifs sont importantes. Ce sont ces populations qui contribuent le plus aux flux migratoires.

52Beaucoup de jeunes à Djougou, plus encore qu’à Hombori, sont tentés de partir travailler à l’extérieur, car les tâches qu’ils effectuent au sein de l’exploitation familiale ne sont pas rémunérées, qu’ils profitent peu des revenus issus des productions commercialisées et que les chefs d’exploitation sont réticents à leur accorder une parcelle à mettre en valeur pour leur propre compte.

53À Djougou, les caractéristiques des migrations se distinguent de celles de Hombori. Leurs temporalités ne sont pas liées à la saisonnalité des travaux agricoles. Les jeunes, qui vont au Nigeria, partent travailler dans des exploitations agricoles pour des périodes continues, relativement longues, de un à deux ans. Ils ne reviennent pas au village pour participer aux travaux agricoles, comme le font la majorité des jeunes de Hombori.

54Djougou est une des régions du Bénin où la traite des enfants est importante et où beaucoup sont confiés ou placés dans des ménages contre une modique rémunération. Les migrations y sont souvent le fait de plus jeunes qu’à Hombori. La frontière entre migration et confiage est d’ailleurs difficile à distinguer ; les jeunes sont embrigadés dans des réseaux d’exploitation de main-d’œuvre juvénile, mais ils ne partent pas non plus contre leur gré. Du fait de la précarité de la situation de la famille, du déficit de prise en charge des parents, la mobilité est perçue par beaucoup de garçons et de filles comme la principale opportunité pour sortir de la pauvreté, trouver les moyens pour réaliser ses projets et s’affirmer dans le milieu d’origine. Dans les familles aux ressources limitées, le travail précoce (fréquemment à six/sept ans pour les deux sexes) prédispose les jeunes à affronter des conditions de travail éprouvantes à l’extérieur.

55À Djougou, du fait de la plus grande autonomie économique des femmes, les migrations féminines sont plus importantes qu’à Hombori. La migration des jeunes filles et des femmes seules est beaucoup mieux acceptée qu’à Hombori. Dans cette commune, bien qu’un nombre croissant de jeunes filles dogons et d’ascendance servile partent s’employer comme domestiques à l’extérieur, les migrations féminines concernent en majorité des femmes qui accompagnent leur mari à l’extérieur ou vont le rejoindre.

56De même, les systèmes migratoires, les déplacements et circulations des migrants ne présentent pas les mêmes caractéristiques. À Djougou, les Oga exercent un rôle déterminant et particulièrement ambigu dans l’organisation des migrations juvéniles. La plupart sont d’anciens migrants qui profitent de leurs capacités relationnelles dans les zones de départ et d’accueil pour s’enrichir, en s’occupant du convoyage des jeunes vers les zones d’immigration, en les faisant travailler pour eux, en les plaçant chez des employeurs, en convenant avec ces derniers des modes et niveau de rémunération et en s’occupant de leur attribution. À Hombori, les migrations des jeunes sont moins encadrées, et ceux-ci disposent de plus d’autonomie en matière de choix des activités, de conditions de travail, de rémunération et des destinations. Toutefois, leurs migrations sont facilitées par les ressortissants de Hombori installés dans les lieux d’immigration, qui aident à la prise en charge des déplacements, exercent la fonction de logeur et contribuent à la recherche d’activité.

57Du fait des crises qui ont affecté les anciens bassins d’immigration, notamment les villes de la côte où les Homboriens trouvaient du travail, leurs migrations se recentrent sur le Mali et les régions proches au Burkina Faso et au Niger. Mais dans ces régions, les opportunités en termes d’activités et de revenus sont souvent limitées, ce qui contribue à la réduction des ressources obtenues. Les migrants qui s’en sortent sont ceux dont les compétences leur permettent de s’employer en circulant dans des espaces principalement sahéliens.

58À Djougou, la proximité du Nigeria offre beaucoup d’opportunités. Les besoins en main-d’œuvre dans l’agriculture commerciale sont importants, grâce à une urbanisation élevée et à l’augmentation de la demande en vivres qui stimule le développement des productions agricoles. Les femmes et les jeunes filles trouvent facilement à s’employer dans les petites activités de service des villes. Le tissu urbain est plus dense au Bénin qu’au Mali et recèle plus de possibilités d’activités pour les jeunes filles de Djougou. La ville de Djougou et ses 80 000 habitants, les centres urbains secondaires de la commune dont l’économie est relativement dynamique offrent plus d’opportunités de réinsertion aux jeunes de retour de migration. À Hombori, les potentialités déjà modestes se sont nettement réduites suite à la crise et aux conflits qui ont affecté le nord du Mali.

59Les conditions de travail de la majorité des migrants, tant à Hombori qu’à Djougou, sont très dures, du fait des caractéristiques de l’emploi dans le secteur informel et l’agriculture. Mais l’embrigadement des travailleurs contraint davantage la jeunesse de Djougou.

60Les finalités assignées aux migrations diffèrent partiellement. À Hombori, les ressources migratoires sont principalement utilisées pour réduire l’insécurité alimentaire. Les investissements effectués par les migrants dans la majorité des cas ne concernent pas le renforcement des exploitations, parce que l’agriculture est une activité aléatoire. Par contre, ils visent à diversifier les activités pour doter les familles de meilleurs moyens d’existence. Cette diversification porte fréquemment sur le développement du petit élevage et du commerce du bétail, dopé par l’expansion de la demande de produits animaux dans les villes maliennes et dans les pays voisins.

61À Djougou, à la grande différence de Hombori, la pluviométrie semble avoir eu peu d’impact sur les migrations. À Hombori, dans les années 1970-1980, et même plus récemment lors d’années de mauvaise pluviométrie, les départs, plus nombreux, prennent la forme de migrations de survie. Le lien entre les migrations et la réduction de l’insécurité alimentaire est très limité à Djougou. L’argent gagné par les migrants est en partie utilisé pour la scolarité des frères et sœurs, les dépenses de santé, l’habillement, les cérémonies familiales… Sur les deux sites, les gains des migrants servent aussi à monter des activités en dehors de l’agriculture. À Djougou, les ressources migratoires des jeunes femmes sont en grande partie utilisées pour renforcer leurs activités extra-agricoles. L’accroissement de la demande de services dans les villages, qui se modernisent à un rythme rapide à Djougou, et la modernisation de l’habitat favorisent le développement de nouveaux métiers.

Imorou A.-B. et al., 2011 - Itinéraires de réussite ? Mobilités des enfants et des jeunes au Bénin, Burkina Faso et Togo. Mouvement africain des enfants et des jeunes travailleurs, Jeuda 21,
http://eja.enda.sn http://maejt.org/​wp-content/​uploads/​2017/​01/​jeuda_121_itineraires.pdf

Mougin E. et al., 2009 - The Amma catch observatory site in Mali relating variations to change in vegetation surface, hydrology, fluxes and natural resources. Journal of hydrology, 375 : 14-33.

Bibliographie

Aguilhon M., 2009 - Typologie des stratégies rurales et rôle de l’élevage dans la commune rurale de Hombori au Mali. Rapport de stage de 2e année, Cirad, Université Montpellier 2, 119 p.

Bidou J.-E., Droy I., 2012 - Rapport sur les bases de données sur la densité de la population, sa structure et les migrations. Réflexion sur les indicateurs démographiques de la vulnérabilité. Bénin, Niger, ANR Eclis, 39 p.

Brown O., 2008 - Migrations et changements climatiques. Genève, Office international des migrations, série Migration research, 31, 61 p.

Cambrézy L., Lassailly-Jacob V., 2010 - Du consensus de la catastrophe à la surenchère médiatique. Introduction. Revue Tiers Monde, 2010 (4) : 7-18.

Cheula A., 2009 - Dynamiques de l’occupation des sols en milieu sahélien. Espaces cultivés et couverture ligneuse dans la commune de Hombori, Mali. Mémoire de Master 2 professionnel « Télédétection et géomatique appliquée à l’environnement », Université Paul-Sabatier, Toulouse.

Dougnon I., 2008 - Étude comparative des tendances migratoires des Songhaï et des Dogons vers le Ghana. Université de Bamako, 22 p.

Droy I., Pascual C., Bidou J.-E., 2014 - « Inégalités de genre et vulnérabilité alimentaire au Bénin ». In Guétat-Bernard H., Saussey M., éd. : Genre et savoirs, Pratiques et innovations rurales au Sud, Marseille, IRD Éditions, coll. À travers champs : 85-115.

Gemmene F., 2007 - Migrations et environnement. Introduction sur une relation méconnue et souvent négligée. Etopia, 8 p.

Gonin P., Lasailly-Jacob V., 2002 - Les réfugiés de l’environnement. Revue européenne des migrations internationales, 18 (2) : 139-160.

Grémont C., Marty A., Mossa R. AG, Touré Y. H., 2004 - Les liens sociaux au Nord-Mali. Entre fleuves et dunes. Iram, Karthala, 254 p.

Hadjer K., 2009 - « Traits fondamentaux du comportement social et économique ». In Judex M., Thamm H.-P, Röhrig J., Schulz O., éd. : Impetus, Atlas du Bénin, Département de géographie, Université de Bonn : 117-118.

Mariko K. A, 1984 - Souvenirs de la boucle du Niger. Nouvelles éditions africaines, 178 p.

Mounkaila H., 2010 - « Transition agraire et migration dans les écosystèmes fragiles à forte croissance démographique. Les régions de Tillabery et Niamey au Niger ». In Koffi A., Zoungrana P. T., éd. : Logiques paysannes et espaces en Afrique, Paris, Karthala : 37-51.

Verlet M., 2005 - Grandir à Nima (Ghana), Les figures du travail dans un faubourg populaire d’Accra. Paris, IRD, Karthala, 325 p.

Viti F., 2013 - Travail et apprentissage en Afrique de l’Ouest. Paris, Karthala, 311 p.

Yayé D., Gado B., 2006 - Histoire des crises alimentaires au Sahel : cas du Niger. Niamey, Université Abdou Moumouni, 20 p.

Notes

1 Ces enquêtes se sont déroulées dans le cadre de plusieurs programmes de recherche : Amma (Analyse multidisciplinaire de la mousson africaine) et Eclis (Élevage, climat et sociétés) à Hombori en 2008 et 2009 ; Eclis et Escape à Djougou en 2010, 2012, 2013. Depuis 2010, du fait de l’insécurité dans le nord du Mali, il n’a pas été possible d’effectuer de nouvelles recherches à Hombori.

2 L’orthographe du nom de ces intermédiaires varie selon les sources : à Djougou, on dit Waga ; dans un rapport sur la migration juvénile, on utilise Oga (Imorou et al., 2011).

© IRD Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search