Version classiqueVersion mobile

Les sociétés rurales face aux changements climatiques et environnementaux en Afrique de l’Ouest

 | 
Benjamin Sultan
, 
Richard Lalou
, 
Mouftaou Amadou Sanni
, 
et al.

Partie 3. Transformations sociétales des populations rurales

Chapitre 12. Droits au sol et gestion de la fertilité. Deux perspectives différentes : Djougou (Bénin) et Niakhar (Sénégal)

Fabrice Gangneron et Élodie Robert

Texte intégral

Introduction

1Ce chapitre propose une réflexion sur le sol comme support des systèmes de production agricoles, pastoraux ou agropastoraux, à travers deux sites d’étude (fig. 1) du programme Escape : Djougou (villages d’Angara, Alhéri et Sew Sewga) et Niakhar (villages de Ndoffane Mouride, Ndoffane Nomad, Sanghaï et Sob), analysés sous deux aspects :

  • la maîtrise foncière (droits d’usage, appropriations, successions, institutions coutumières ou légales), socialement distribuée en fonction des groupes d’appartenance et de l’ancienneté d’installation ;

  • la gestion de la fertilité des sols (assolements, jachères, conquêtes de terres neuves, fertilisation organique et minérale).

2À Niakhar, les systèmes de droits fonciers ne sont plus ceux des années 1960-1980, l’autorité des anciens lignages s’est affaiblie au profit des unités de production familiale, tandis que, à Djougou, les chefs de terre conservent des pouvoirs d’administration et entretiennent des inégalités foncières entre les groupes « d’agriculteurs autochtones » et « d’éleveurs allochtones ». Dans les deux cas, au sein des systèmes de production agricoles, les unités familiales disposent actuellement d’une certaine autonomie par rapport aux institutions lignagères, et il est parfois difficile de distinguer les droits d’usage des droits possessifs. Par ailleurs, sur les deux sites, les successions s’opèrent régulièrement entre plusieurs garçons (frères, fils) favorisant ainsi un processus de fragmentation des terres.

3La gestion de la fertilité des sols repose à Djougou sur des jachères longues et la conquête de terres neuves ; toutefois, la densification agricole conduit progressivement à réduire le temps de repos des terres et les rendements accusent une forte baisse. À Niakhar, les jachères ont pratiquement disparu, la fertilisation repose désormais sur le cycle animal/végétal par retour de la matière organique des animaux d’élevage dans les champs. Malgré ce système, parvenu à un haut niveau de sophistication (compostage, matière organique déposée en poquets lors des semis…), les agriculteurs témoignent également de diminutions de rendements.

4La mise en regard des relatives permanences (qu’il s’agisse des droits au sol ou des modes de fertilisation) avec la dynamique démographique conduit à interroger les limites de ces deux systèmes. En effet, les données démographiques révèlent que, dans la commune de Djougou, la population a doublé entre 1992 et 2013, passant de 34 hab./km2 à 68 hab./km2 (INSAE, 2013). À Niakhar, elle s’est accrue de 111 hab./km2 en 1985 (Lombard, 1995) à 140 hab./km2 en 2000 (Delaunay et al., 2006), puis à 169 hab./km2 en 2008 (ANSD, 2009).

5Du fait de sa croissance soutenue, la démographie constitue une limite dans ces deux systèmes agricoles. À Djougou, comment envisager la fin de la jachère qui se profile à cause de la densification agricole ? Quelle technique de fertilisation lui succédera-t-elle ? À Niakhar, comment penser la pérennisation d’une petite agriculture familiale qui semble être au bout d’un processus de densification ? Comment ces agricultures familiales largement vivrières parviendront-elles à nourrir les maisonnées ?

Figure 1. Zones d’étude.

Figure 1. Zones d’étude.

6Notre hypothèse, boserupienne, n’est pas celle d’un effondrement (disettes, migrations massives) ni d’une augmentation de la pauvreté, mais de transformations (processus continus) ou de mutations (sauts technologiques, évolution des règles d’accès à la terre…) des systèmes de production. Selon Ester Boserup (1970, 1985), les dynamiques des systèmes de production agricoles entretiennent des liens forts avec la démographie ; mais contrairement à Malthus, pour qui les systèmes agraires définissent leurs capacités à nourrir une population limitée jusqu’à leurs ruptures (épidémies et disettes), chez Boserup, la pression démographique est au contraire source de changements et d’innovations. Ces changements peuvent se produire sous forme de transitions rapides (adoption de la traction animale…) ou de continuum (remplacement progressif de la jachère pour la fertilisation organique…).

7À Djougou, les potentiels environnementaux et technologiques laissent entrevoir une marge d’intensification relativement importante. Par contre, les politiques publiques visant à l’immatriculation du sol et l’émergence d’une classe de propriétaires constituent un risque de fragilisation foncière, en particulier des groupes sociaux sans légitimité territoriale. À Niakhar, les risques fonciers semblent essentiellement le produit de la fragmentation des terres à chaque succession. Quant aux marges d’intensification, elles sont sensiblement plus faibles qu’à Djougou. Le système déjà extrêmement sophistiqué (peu de pertes de matières organiques) ne dispose que de potentiels assez marginaux qui jouent sur les derniers espaces disponibles (bas-fond) et/ou sur le calendrier agricole (cultures décalées par rapport aux productions pluviales), en témoignent les quelques succès de cultures maraîchères et de pastèque.

Droits d’administration et droits d’usage

8Sur les deux sites agropastoraux, Djougou et Niakhar, le sol ne constitue pas, comme dans les pays du Nord, un simple support de production. La réalité des droits fonciers est étrangère au triptyque usus, fructus, abusus et au vocabulaire juridique « d’importation » (propriétaire, locataire, métayer, fermier, bail…). Dans ces zones rurales, il n’est pas question de propriété au sens du droit romain (Plançon, 2009), les droits au sol s’inscrivent dans des rapports sociaux qui distinguent les lignées des primo-installés (antériorité d’installation, entretenue par des histoires mythifiées) de tous les autres groupes sociaux. Au-delà des évidentes fonctions économiques, la terre a une dimension politique, sociale, voire magico-religieuse. La question foncière ne peut donc être comprise qu’en tenant compte du système de parenté et des fondements de l’autorité des gestionnaires de la terre (Lericollais, 1999).

Djougou

9Les droits au sol sont portés par les chefs de terre, tous issus du groupe socio-linguistique Yom sauf dans le nord de la commune et au-delà de ses limites à l’est, où les chefferies sont bariba. « Le fait de propriété ne se présente pas comme un droit de propriété » (Kouassigan, 1966 : 132), mais plutôt comme celui d’une petite aristocratie terrienne. Les relations entre cette aristocratie et les autres ne constituent pas un rapport marchand mais de sujétion territoriale, sociale et politique. Les agrosédentaires ne s’acquittent pas de tribut pour l’usage du sol (récoltes ou argent), mais contribuent aux activités collectives du village (mariages, fêtes religieuses…) par leur présence et/ou par des « cadeaux » en nature (sorgho, coq…). Sur les terres qui leur ont été attribuées, ils pratiquent les cultures qu’ils se choisissent et conservent la totalité des productions. Quelques restrictions leur sont faites, comme l’interdiction de planter des arbres, acte qui constituerait un marquage pérenne des espaces, lequel a valeur d’appropriation du sol réservée aux seuls dépositaires des droits possessifs, les chefs de terre. Ces derniers (et leurs lignées) disposent ainsi d’une maîtrise foncière (Le Roy, 2000) ou encore d’un droit d’administration, de régence sur le territoire villageois. Ils décident de l’octroi des espaces encore libres si le village en dispose, ils règlent les conflits fonciers (héritages des droits d’usage, des droits possessifs) ou encore les cas de divagations animales dans les champs.

10Ces fonctions de régulation sont en général encore actives mais quelques anciennes règles, comme l’interdiction de planter des arbres, se sont assouplies dans certains villages, et la récolte du néré, lorsqu’elle est encore pratiquée, n’est plus encadrée par les chefferies.

11Les rapports des exploitants aux autorités foncières se sont quelque peu transformés. En certains lieux, comme à Angara (village lokpa), ils se sont dissous du fait de l’absentéisme du chef de terre (Yom) : la régulation du sol et le règlement des conflits sont entre les mains des chefs de famille et du chef de village, l’interdiction de planter des arbres fruitiers ou fourragers est désormais désuète.

  • 1 Littéralement, les « Peuls de Djougou », arrivés dans la région et sédentarisés depuis le xixe sièc (...)
  • 2 Les Peuls BarguuBe sont originaires du Borgou et les Peuls MBororooBe du nord du Nigeria.

12Les droits au sol, historiquement constitués, distinguent plusieurs catégories de populations relativement étanches : les lignées des chefs de terre yom, les autres Yom, les autres agrosédentaires (constitués des Lokpa, Ditamari, Peuls DjugureeBe1 et de nombreuses minorités) et, enfin, les pasteurs mobiles (BarguuBe et MbororooBe2). Ces droits différencient ceux qui sont les héritiers des fondateurs des lignées et tous les autres ; ils sont des bases identitaires et constituent une frontière entre les « autochtones » et les « allochtones ». Néanmoins, l’ancienneté d’installation engendre une relative sécurisation foncière, aussi les droits d’usage et droits possessifs peuvent-ils se lire selon un continuum que l’on peut formuler ainsi :

  • les dépositaires des droits possessifs et d’administration : les rois/chefs de terre et leurs lignages ;

  • les exploitants, liés aux premiers (ils les ont accompagnés lors de la fondation du village, ou ils peuvent faire valoir une certaine ancienneté sur le territoire villageois) : autres Yom, Lokpa, Peuls DjugureeBe ;

  • tous ceux arrivés tardivement, comme les Ditamari de Sew Sewga qui n’ont pas le droit de planter et qui doivent souvent changer de parcelles (parfois chaque année).

  • 3 La transhumance et le nomadisme peuvent être considérés comme deux formes d’élevages pastoraux. La (...)

13Tous ces groupes sont des agriculteurs, à fort ancrage au sol. Seuls parmi les Peuls, les DjugureeBe, anciens éleveurs et désormais agriculteurs ou agro-éleveurs, sont en lien étroit avec les Yom. Ils entretiennent des liens historiques fonctionnels et souvent amicaux avec eux. Ils pratiquaient l’élevage, soit pour leur compte, soit par le jeu de confiage pour le compte de certains Yom. La pratique n’est pas totalement abandonnée, mais elle se révèle de plus en plus rare. Pourtant, l’élevage pastoral perdure et même s’accroît dans la commune, mais sous d’autres formes et chez d’autres groupes, les Peuls BarguuBe et MbororooBe. Toujours considérés comme étrangers, leurs droits au sol sont pratiquement inexistants (Gangneron, 2011). Dans la typologie proposée ci-dessus, il est possible de constituer un quatrième groupe formé de ces pasteurs, qui sont tout juste tolérés dans des espaces interstitiels. De fait, ils sont en situation de relégation territoriale et ne sont admis que là où il n’y a pas (encore) d’enjeu ou de pression agricole, dans les zones enclavées (loin des voies de communication et des noyaux villageois). L’élevage et les cultures sont donc ainsi « déconnectés » puisque pratiqués par des groupes sociaux distincts qui entretiennent peu de liens fonctionnels (commerce, fumure, troc…) et que, par ailleurs, les deux activités sont en compétition sur les mêmes espaces. Le cas de ces pasteurs est en fait assez particulier car les pratiques de transhumance ou le nomadisme3 ne s’inscrivent pas dans les mêmes logiques que celles des agro-sédentaires. Les transhumants, issus du Borgou, y ont leur assise territoriale (village, habitats souvent en dur, familles et champs), tandis que les nomades (MbororooBe) ont des campements légers susceptibles d’être rapidement déplacés. Les uns et les autres aspirent non pas à disposer du sol mais de ses ressources, selon une chronologie saisonnière et/ou opportuniste qui ne les situe pas dans une logique foncière (Robert et Gangneron, 2015). Leurs difficultés relèvent plus de l’absence de couloirs pastoraux, du mitage agricole qui constituent autant d’obstacles pour les circulations animales et de risques de divagation, donc de conflits avec les agriculteurs et les agro-éleveurs. Sur la commune, les territoires sont historiquement agricoles, constitués et administrés par des groupes agrosédentaires dont les institutions coutumières ne reconnaissent pas de légitimité pastorale aux transhumants et nomades ; et ces derniers ne disposent pas d’institutions leur permettant d’élaborer des règles de cogestion des espaces et des ressources. Ils n’ont que des espaces en « creux » dans un corpus de droits coutumiers formalisés par et pour les sédentaires.

14Enfin, qu’il s’agisse des droits possessifs/d’administration ou des droits d’usage, la gestion des successions est toujours patrilinéaire chez les agriculteurs. Au sein des unités de production (famille élémentaire ou famille élargie), c’est toujours le plus ancien dans le lignage (frère, père, grand-père) qui dispose et gère l’espace et le calendrier agricole, les cadets sociaux (les jeunes non mariés, les femmes) y sont toujours inféodés.

Niakhar

15À Niakhar, l’autorité foncière provient des fondateurs, des premières vagues migratoires ayant constitué des « Lamanats ». Il s’agit de grands domaines d’administration autour d’habitats constituant des noyaux villageois, grossis de nouveaux arrivants à qui les Lamanes confiaient des terres à défricher. Des redevances en nature étaient versées par ces nouveaux exploitants, marquant ainsi le pouvoir des Lamanes, mais les terres cédées ne pouvaient être reprises. Les droits d’usage, progressivement acquis, permettaient une relative sécurité foncière, laquelle était héritable. Les droits des fondateurs, dits « droits de feu », étaient transmis en lignée utérine (aîné des enfants mâles de la sœur), comme à Sob ou à Petiaka (hameau parent du village de Sanghaï). Les attributions de terres par les Lamanes aux arrivants de vagues migratoires ultérieures ont donné lieu à des règles de succession, cette fois en lignées agnatiques (de père en fils ; Lericollais, 1999), et à des « droits de hache », c’est-à-dire dévolus aux défricheurs. Quelles soient agnatiques ou utérines, les lignées ont constitué des noyaux villageois qui sont encore reconnaissables aux noms des familles souvent organisées en quartiers de plusieurs unités d’habitation, constituant l’échelle foncière la plus élevée.

16La gestion agricole des terres se fait au sein du mbind, qui désigne la maison, l’unité d’habitat composée de la famille étendue sous la responsabilité d’un aîné, ou des ngak – les cuisines – qui sont les sous-ensembles du mbind composés de la famille élémentaire. Le ngak est l’unité de base de production et de consommation, il a une relative autonomie économique par rapport au mbind.

17Les Lamanes ont disparu pour laisser place aux « grandes familles » et, plus encore, aux mbind dans la gestion de l’héritage des droits au sol. Les entretiens relèvent même des divisions de terres au sein des ngak, conférant ainsi à la famille élémentaire l’indépendance foncière (Lericollais, 1999). Les terres ne « sortent » pas du mbind ou du ngak, elles sont mises en partage entre plusieurs fils. Nombre de familles vivent depuis plusieurs générations sur le même mbind et sur les mêmes terres, témoignant ainsi d’une grande homogénéité et d’une grande continuité de peuplement. Les quelques grandes familles sont presque toujours installées depuis la fondation du village.

18Le changement d’échelle de gestion s’est accompagné de l’évolution des règles de succession, les transmissions du foncier entre générations en lignées utérines (des oncles maternels aux neveux) sont désormais de l’histoire ancienne. Cette double évolution est sans doute le produit d’un effet conjugué de la montée en puissance de l’État avec, en particulier, la loi de 1964 (relative au domaine national) et de l’affaiblissement de l’aristocratie foncière depuis le décès de Mahécor, le dernier roi du Sine, en 1969. La loi de 1964 stipule que les terres non immatriculées sont du domaine national et qu’elles ne sont pas « appropriables ». D’inspiration socialiste, elle reconnaît des droits d’usage et non de propriété (pas de vente, pas de transaction possible) aux exploitants de la terre. Elle prévoit « la désaffectation de ces terres […] soit pour insuffisance de mise en valeur, soit si l’intéressé cesse d’exploiter personnellement, soit pour des motifs d’intérêt général » en son article 15. C’est au conseil rural, élu au suffrage universel (Faye, 2008), que revient l’application de la règle et la charge des désaffectations, mais uniquement en situation de conflit porté jusqu’à lui. Pour le reste, l’autorité sur le foncier s’est déplacée des anciens lignages vers les unités plus petites, les mbind et les ngak. L’héritage, désormais de père au frère cadet ou au fils aîné, leur assure l’autorité conjointe sur la gestion du calendrier agricole et sur le sol. Les divisions entre fils ont augmenté, et l’aîné a perdu semble-t-il sa préséance, sauf à bénéficier des terres plus proches des habitats, mieux fumées et donc plus productives, comme le rappelle Guigou et al. (1995 : 203) : « L’aîné prend la terre près de la case, son cadet la suivante, et le dernier la terre la plus éloignée. » Le travail de terrain pour le programme Escape a mis en évidence une autonomisation croissante des ngak avec des partages de terres, parfois même organisés du vivant du père.

19Les droits institués par l’État n’ont pas immédiatement effacé dès leur promulgation les anciennes règles ; ainsi, retrouve-t-on par exemple encore quelques formes hybrides de succession jusque dans les années 1990 entre fils et neveux. Ces successions entre plusieurs enfants dans un contexte d’accroissement démographique toujours d’actualité et de saturation foncière ont produit une inquiétante rareté, fragmentant les terres agricoles parentales sans possibilité de conquêtes de terres neuves. Dans ce contexte de saturation, la loi de 1964 qui accorde des droits aux exploitants a réduit les possibilités de prêts (à Sob en particulier ; à Ndoffane Mouride et Ndoffane Nomad, la pression sur le sol est moins forte ; à Sanghaï, la situation est intermédiaire) et changé leurs modalités. Le prêteur prend soin de ne confier une terre que pour une seule année alors qu’il était fréquent de prêter au moins sur la durée d’un assolement avant la loi de 1964.

20L’autonomisation de gestion des espaces conduit à repenser les droits au sol en d’autres termes qu’à l’époque des Lamanats et des grandes familles régulatrices du foncier. Ce sont les organisations familiales regroupées en unités d’habitat et les systèmes de production regroupés en unités de production/consommation qui constituent aujourd’hui l’échelle de gestion du sol. Sur les territoires de Sanghaï et Ndoffane Nomad, les droits d’administration et d’usage des anciennes lignées restent cependant visibles dans les bas-fonds (familles Khoer, Soss et Diouf à Sanghaï : « me yoto na bandiale », littéralement « c’est moi qui reste dans les bas-fonds »). Ces derniers étaient peu touchés par la pression foncière et ne constituaient qu’une ressource mineure, utile toutefois pour les pâtures et les quelques cultures de riz. La pression actuelle sur les terres a changé la donne, et les enjeux sont tels que les vieilles familles rappellent leurs droits sur ces espaces qui font l’objet de nombreuses initiatives maraîchères et constituent les derniers lieux de pâturage non cultivés de proximité.

21En résumé, la terre ne change pas de main (inaliénable), son échelle de gestion se rapproche de l’unité de production, et sa transmission se fait de père en fils, plusieurs fils pouvant prendre leurs parcelles lors de leur mariage et de la formation de leur propre ngak. La terre peut être fragmentée au sein du ngak ou gérée par un aîné réel ou classificatoire au niveau du mbind.

  • 4 Les informations ont été collectées en entretiens avec supports cartographiques permettant une éval (...)

22La fragmentation des terres à chaque génération est une conséquence logique du système d’héritage (les terres sont cédées à plusieurs enfants) et de la pression foncière (il n’y a plus de terres libres à mettre en culture), l’introduction de la charrue dans les années 1960-1970 ayant de plus accéléré la tendance à l’extension des cultures. Lericollais (1972) avait noté ces limites dès le début des années 1960 lorsque la densité de population atteignait 80 à 100 hab./km2 dans les vieux terroirs, et il s’inquiétait déjà des effets sur les systèmes de production (marginalisation de l’élevage, réduction ou disparition des jachères…). Cinquante années plus tard, le constat est identique, mais les traits se sont encore plus marqués puisque la population s’est accrue de 50 % et que l’élevage pastoral ainsi que les surfaces exploitées par ngak ont sensiblement diminué. À l’échelle de l’unité de production, du ngak, les terres en gestion sont de l’ordre de 5-6 ha à Sanghaï et à Ndoffane Nomad, de 3 ha à Ndoffane Mouride, un peu plus pour les exploitations isolées4.

23Enfin, dans la zone de Niakhar, le peuplement extrêmement homogène (contrairement à Djougou) est essentiellement sereer, l’analyse du complexe des droits ne concerne pratiquement que le monde sereer. Les quelques familles toucouleur ne sont d’ailleurs ni spécialement démunies ni en sujétion territoriale.

24La question de la pression foncière ne s’exprime pas ex nihilo, elle prend tout son sens en relation avec les systèmes de production, en particulier avec l’autre facteur nous intéressant ici, la gestion de la fertilité du sol.

Entretien de la fertilité du sol

Djougou

25Djougou est en zone soudano-guinéenne (Aubreville, 1949) avec des précipitations moyennes annuelles de 1 220 et 1 330 mm dans les décennies 1990 et 2000 qui marquent un retour à des conditions climatiques normales après le déficit de la précédente décennie (1 070 mm dans les années 1980). Cette pluviométrie permet des cultures remarquablement diversifiées, exigeantes en eau, comme l’igname et le maïs (productions les plus importantes), ou communes sous de plus faibles précipitations, comme le sorgho, le manioc, le coton et l’arachide. Des cultures secondaires s’ajoutent, qui peuvent constituer chez certaines familles des apports substantiels, notamment le niébé, le voandzou ou le mil (SDAC, 2010). Les cultures maraîchères (généralement en saison des pluies) et l’anacardier sont également présents, mais pratiqués sur des surfaces qui demeurent modestes.

26En culture pluviale de plein champ, l’igname nécessitant des sols riches est toujours en tête d’assolement, suivent deux ou trois années de cultures de type maïs/sorgho, arachide/sorgho ou arachide, coton et maïs par exemple. Le manioc est relativement commun en fin d’assolement. La fertilité du sol est entretenue par des jachères longues et des brûlis qui précèdent la remise en culture. La pression démographique, bien qu’incomparable à celle de Niakhar, a néanmoins des effets directs sur les temps de jachère qui étaient de l’ordre de 10-15 ans ou plus et qui sont aujourd’hui de l’ordre de 3 ans. Les surfaces en culture ne représentent que 40 % de l’espace de la commune en 2012 (Leroux, 2012 ; Robert et al., soumis) mais connaissent une forte croissance. Elles sont passées de 13 % de la surface totale en 1991 à 22 % en 2000 et à 36 % en 2006, (Judex et al., 2009 : 85), et les terres de défriche se sont raréfiées à proximité des noyaux villageois : à Sew Sewga et à Alhéri, il n’y a plus de terres disponibles depuis les années 2000.

27L’entretien de la fertilité des sols repose essentiellement sur les jachères et accessoirement sur les conquêtes de terres neuves, l’une et l’autre alternative devenant plus délicates sous l’effet de la pression démographique. Comme à Niakhar, le système de production s’appuie sur la famille élémentaire, et les successions concernent plusieurs garçons au moment du mariage. Les terres parentales se trouvent ainsi fragmentées, donc divisées entre plusieurs enfants à chaque génération. Pour maintenir les productions nécessaires à la nouvelle famille, ce ne sont pas les surfaces cultivées qui sont touchées (elles restent de l’ordre de 5 ou 6 ha par unité de production) mais les temps de jachère qui sont raccourcis, et c’est donc la capacité de restaurer la fertilité du sol qui est mise en question. Seuls les champs de case enrichis de fumure animale maintiennent leurs niveaux de production. Pour le reste, la fumure animale est relativement rare, excepté chez quelques DjugureeBe qui ont réussi à maintenir des activités d’élevage (plusieurs dizaines de têtes) tout en cultivant.

  • 5 Dans ces contrats, oraux, les animaux sont laissés dans les champs à fumer. En contrepartie, les ag (...)

28L’essentiel des productions agricoles et animales sont disjointes, les éleveurs cultivent peu ou pas, les agriculteurs possèdent peu ou pas d’animaux. Les deux mondes, sociologiquement éloignés, ne coopèrent pas plus qu’au nord du Bénin où on ne relève aucun contrat de fumure5 (De Haan, 1997). Les grands éleveurs de la région sont désormais les MbororooBe et les BarguuBe. Leurs relations avec les agriculteurs sont toujours tendues, ces derniers interdisant parfois le pâturage des résidus de culture après récolte. Or, les solutions agronomiques du transfert de matière organique sur les champs sont simples et montrent de bons résultats (Landais et Lhostes, 1993). Le problème est d’ordre sociologique, les agriculteurs et les éleveurs sont régulièrement en conflit d’usage (pour les ressources du sol, pour la circulation du bétail) et de légitimité (les éleveurs sont considérés comme des étrangers, ils n’ont pas de droits). La confiance réciproque nécessaire à cette association reste à construire.

29Enfin, l’alternative des engrais minéraux suppose leur achat ; il faudrait pour cela réaffecter une partie des ressources monétaires des productions de rente, or elles suffisent à peine aux autres dépenses (santé, éducation, transport…). L’emploi de l’engrais est uniquement observé sur le maïs et le coton.

Niakhar

  • 6 520 mm durant la période 1968-1987, 463 mm pour 1988-1998 (Delaunay et al. 2003), 440 mm pour 1999- (...)

30Sur le site de Niakhar, comme à Djougou, la gestion de la terre et le calendrier agricole s’organisent selon deux finalités et deux modalités distinctes. D’un côté, les parcelles familiales dont les productions sont destinées à l’alimentation de la maisonnée, le chef de famille assurant la maîtrise du calendrier. De l’autre, des petits champs individuels (cultivés par des femmes, des cadets sociaux, voire le chef de famille lui-même) accueillent des cultures pour la vente. Il ne s’agit pas nécessairement de deux logiques concurrentes mais hybrides, la priorité calendaire est donnée aux productions vivrières des parcelles familiales, mais la famille et ses membres aspirent aussi à disposer de ressources monétaires. Une partie de l’argent issue des champs individuels revient à la famille (dépenses de santé, frais pour l’école, matériaux de construction pour l’habitat…), le reste permet d’assurer quelques dépenses plus personnelles (achat de pagnes, frais de téléphonie…). Les cultures de rente à Djougou sont le coton, la noix de cajou, le riz ; les productions maraîchères et une partie des cultures vivrières (le maïs et de l’igname) peuvent aussi être vendues. À Niakhar où la pluviométrie est moins généreuse et ne montre pas de signe de reprise6, le choix des cultures est plus restreint. En cultures pluviales, l’arachide, vendue par toutes les familles, et les pastèques peuvent localement constituer des compléments monétaires substantiels. La production de mil fournit la base alimentaire.

31L’assolement habituel depuis la fin du xixe siècle jusque dans les années 1960 (Lericollais, 1972) qui était triennal (mil hâtif – parfois en mélange avec du mil à cycle long – ou sorgho, puis arachide, puis jachère) s’est simplifié avec la disparition progressive de la jachère du fait de la pression sur le sol et de l’introduction de la culture attelée. À Sob, la pression confine à la saturation : toutes les terres exploitables sont cultivées et les jachères ont disparu. À Sanghaï, Ndoffane Mouride et Ndoffane Nomad, elles se maintiennent un peu plus. Ce qui diffère entre Sob et les autres sites ne sont pas les surfaces cultivées, elles sont sensiblement identiques, mais le maintien ou la disparition des jachères. Il n’est donc pas certain que si les familles de Sob avaient davantage d’espaces, elles cultiveraient plus, mais probablement réintroduiraient-elles les jachères dans la sole qui se limite actuellement en une alternance biennale de mil et d’arachide, ou à des cultures associées de mil/arachide puis de mil ou sorgho/haricot par exemple. Dans ce système, l’entretien de la fertilité, ne pouvant s’appuyer sur le repos de la terre, implique l’importation de matière organique dans le champ. Les Sereer étant de tradition agropastorale, le cycle agronomique animal/végétal se trouve incomparablement plus aisé à entretenir qu’à Djougou. Malgré la réduction globale des effectifs de bovins, la fertilité s’appuie toujours sur l’apport des fèces et des urines animales. Le recyclage, très sophistiqué emprunte plusieurs voies. La fumure des ovins, caprins, asins et équins se collecte proche des habitats, sur les lieux de repos. Pour ceux qui ont des animaux d’embouche, pratique courante à Sob, toute la matière organique est récupérée des enclos. Elle peut être simplement stockée puis incorporée avant le début de culture ; elle est parfois compostée en tas ou dans des fosses. Lorsque le ngak dispose de bovins, ils sont mis au piquet en saison sèche et sont déplacés tous les trois jours. Ces pratiques témoignent d’un processus de densification car « traditionnellement, le principal apport en matière organique provient du parcage des animaux sur les jachères pendant la saison des cultures et sur les parcelles destinées à la culture du mil pendant la saison sèche » (Lericollais et Waniez, 1993).

  • 7 Un interlocuteur de Ndoffane Mouride explique les types de fèces et leur utilisation selon les sais (...)

32Le bilan de matière organique n’est pas forcément excellent dans la mesure où ce qui est incorporé est essentiellement une réimportation des résidus de cultures, donnés en alimentation au bétail. Pour les cultures de pastèque, les techniques de fertilisation encore plus sophistiquées se font directement dans les poquets ou les sillons des semis avec du fumier ou du compost. Malgré ces techniques d’optimisation du cycle animal/végétal7, tous les agriculteurs s’inquiètent de la baisse de rendement des sols. Dans la région de Diakhao, les rendements de mil seraient passés de 700-1 100 kg/ha à 350-600 kg/ha en une décennie (selon le Plan local de développement de la communauté rurale de Diakhao, 2001). Par ailleurs, l’arbre champêtre et la haie, qui constituaient un trait caractéristique du paysage sereer jusque dans les années 1970 et 1980, se sont assez mal maintenus, à cause de la pression sur la ressource bois, de la disparition des jachères (qui laissaient une ou deux années de croissance aux jeunes arbres et donc permettaient leur émergence) et de la mécanisation agricole. Certaines espèces constituaient un des piliers de fertilisation champêtre, comme Faidherbia albida qui avait déjà connu une régression de ses effectifs de 34 % entre 1965 et 1985 à Sob (Lericollais, 1999) et qui n’a depuis lors cessé de se poursuivre.

33Le recours aux engrais minéraux reste comme à Djougou peu fréquent. Les réformes structurelles ont imposé la fin des aides en 1989 mais, depuis 2003-2004, l’État a repris les subventions des engrais ; d’abord modestes, elles se sont accrues en 2008, suite à l’augmentation des prix mondiaux des denrées agricoles fin 2007. Au total, alors qu’elles étaient encore nulles en 2002, elles s’élèvent à 9 milliards en 2011 (USAID, 2011).

34En définitive, excepté pour le pombod (champ de petit mil hâtif près des concessions) qui dispose d’apports réguliers de fumier, on assiste à la dégradation des rendements sur les autres espaces cultivés, avec la mise en place d’un assolement biennal et un faible amendement en matière organique, malgré des techniques relativement sophistiquées.

Comparaisons des dynamiques

35La pression démographique s’exprime donc sous deux aspects : d’une part, la disponibilité du sol, à travers la question des droits et usages locaux qui conduisent sur les deux sites à la fragmentation des exploitations, ainsi qu’à l’exclusion des populations allochtones sur Djougou ; d’autre part, l’entretien de la fertilité, qui montre aussi des limites par la réduction ou la disparition des jachères et par les difficultés d’entretenir ou de mettre en place un cycle durable animal/végétal. Les dynamiques qui ont conduit à la situation présente se sont opérées selon des processus conjugués – certains lents (processus continus), d’autres rapides (ruptures et transitions) – et des permanences à l’échelle des vingt-trente dernières années.

36Nous proposons de procéder à une relecture synthétique ajoutant quelques éléments de contexte.

Permanences

37À Djougou et à Niakhar, les transmissions des droits d’usage s’opèrent entre parents et plusieurs garçons, mais :

  • à Djougou, une aristocratie foncière scinde les nombreux groupes sociaux en « autochtones » et « allochtones » ; les pasteurs sont en situation de relégation territoriale et politique ;

  • à Niakhar, les mbind/ngak ont l’autonomie foncière par rapport aux lignages ; la terre est inaliénable.

38La gestion de la fertilité s’opère selon deux modalités :

  • à Niakhar, son entretien est basé sur le cycle animal/végétal ;

  • à Djougou, les jachères et, secondairement, la conquête de terres neuves sont la base de la gestion de la fertilité. Les tensions entre agriculteurs et éleveurs constituent un verrou à l’intégration agriculture/élevage.

39Malgré des manifestations d’autonomisation des cadets sociaux (en particulier des jeunes non-mariés qui migrent pour leur compte ou qui refusent parfois le travail gratuit pour la maisonnée), la main-d’œuvre reste encore assez facile à mobiliser sur les deux sites.

Continuités

40Sur les deux sites, la démographie reste très vigoureuse :

  • à Niakhar, la densification se poursuit encore ; elle atteint un niveau très élevé pour un milieu sahélien, grâce à une forte intensification agricole ;

  • à Djougou, la densification se poursuit à un rythme soutenu ; les potentiels environnementaux sont encore importants, mais limités par des permanences des systèmes de production qui reposent sur des jachères longues et une technologie exclusivement manuelle (pas de traction animale).

41Dans les deux cas, l’agriculture demeure familiale et vivrière, mais elle s’est nettement monétarisée du fait de l’émergence de nouveaux besoins (fournitures scolaires, santé, habitats, transports, téléphonie…). L’agriculture répond désormais à une logique hybride, dans laquelle les productions pour le marché ont acquis une place importante.

42L’appauvrissement progressif des sols et la baisse des rendements sont observés.

43La fragmentation des terres due aux systèmes de succession réduit les surfaces agricoles par ménage.

Discontinuités

44Seul Niakhar a connu une véritable rupture, au cours des années 1970, suite à la généralisation rapide de la traction animale (chevaux, ânes) et à la diffusion de la charrue et du semoir.

45À Djougou, les premières tentatives d’introduction de la traction animale sont un échec. Par contre, une rupture est possible ; la récente loi foncière (2013) qui pousse à l’immatriculation du sol risque de fragiliser brutalement certains profils d’exploitants (en particulier ceux installés récemment), ainsi que les pasteurs mobiles sans droit coutumier.

Retour sur Boserup

46La croissance démographique – processus continu – dans les deux sites constitue un point majeur dans la dynamique des systèmes. La densification rurale peut être considérée comme une charge supplémentaire pour l’environnement, mais elle ne prend tout son sens qu’au regard des systèmes de production et de leurs transitions ; elle serait même « la mère de l’innovation », un des principaux facteurs d’évolution et/ou de mutation des systèmes de production.

47L’apport de Boserup est d’avoir compris ce lien et d’avoir décrit les formes d’intensification, et notamment les cinq modalités d’usage du sol dans le processus d’intensification (Boserup, 1970). Elle les décrit ainsi : la jachère-forêt (la plus extensive qui laisse la terre au repos 25 ans environ), la jachère-buisson (avec un temps de repos inférieur à 10 ans), la jachère courte (avec 2 ou 3 années seulement de jachère), la récolte annuelle et enfin la récolte pluri-annuelle. Ces formes d’intensification d’usage des sols vont de pair avec l’intensification du travail, les sauts technologiques et les changements des droits au sol. Sur les cinq formes d’utilisation des sols, il est facile de classer les deux sites.

48Boserup enseigne dans des travaux déjà anciens (1970, 1985) qu’« une grande partie de l’Afrique » dispose d’espaces de conquêtes agricoles et de ressources environnementales encore abondantes dans des espaces modérément anthropisés. Elle ajoute que les possibilités de gagner de l’argent par les activités agricoles sont faibles, du fait de la relative rareté des marchés et de l’enclavement des aires de production par rapport aux lieux de consommation. Ces facteurs, associés à une mobilisation de la force de travail de tous dans la maisonnée (hommes, femmes et enfants), constituent des éléments de permanences. Il est clair que nous n’en sommes plus là, sur les deux sites d’étude : les marchés (et même les filières de distribution ou de transformation et distribution) sont désormais bien présents, et les deux zones ne sont en rien enclavées. Les ventes d’arachide, d’animaux d’embouche et de pastèques sur Niakhar le confirment ; la commercialisation animale s’opère aisément à Djougou, avec plusieurs marchés de réexportation de bétail ; les productions de coton, de noix de cajou, de riz ou du bois en témoignent aussi.

Quelles perspectives ?

La fertilité, les techniques et la main-d’œuvre

49Niakhar en a pratiquement terminé avec les jachères, sans espoir de passer à des récoltes pluri-annuelles, la pluviométrie ne le permettant pas. L’intensification prend une autre forme avec les productions maraîchères et de pastèques, pour lesquelles il ne s’agit pas de double récolte sur un espace unique mais de l’usage de la force de travail en dehors de la saison des cultures pluviales. En effet, les productions maraîchères s’insèrent parfaitement dans le calendrier agricole puisqu’elles succèdent directement aux récoltes de mil, tant que l’eau reste facilement accessible (jusqu’en décembre ou janvier). Les pastèques peuvent être produites selon le même calendrier que les cultures pluviales, mais elles conviennent aussi pour des cultures décalées sur les mêmes périodes que le maraîchage. Il s’agit donc d’une optimisation et d’une densification du calendrier de travail, ainsi que d’un processus de conquête sur les bas-fonds et les bords du Sine, espaces jusqu’à peu sans grand enjeu.

50Une autre voie d’intensification porterait sur l’évolution des technologies agricoles qui restent à peu de chose près les mêmes que dans les années 1970-1980, après l’adoption de la traction animale. L’hypothèse d’un passage à des outils motorisés semble exclue, à cause de la petitesse et du morcellement des exploitations ainsi que des trop faibles revenus susceptibles d’être dégagés, au regard de l’investissement à consentir. Le recours aux engrais minéraux, malgré les faibles revenus de l’agriculture, semble une hypothèse plus probable, du moins si la politique de subvention des engrais se maintient.

51En décalant quelque peu notre regard des pratiques agricoles vers l’ensemble des activités, nombre d’initiatives de diversification se font jour ou se renforcent hors des champs, mais toujours dans le ngak (dans une logique de subsistance familiale). Ces diversifications ne sont pas à proprement parler nouvelles, mais elles sont une source de revenus de plus en plus commune dans un monde relativement ouvert. Aux côtés des activités anciennes (guérisseurs, dont l’exercice se pratique désormais contre rémunération en numéraire, fabricants de greniers, de briques, de matelas, forgerons, bourreliers…) s’affirment des « métiers » : maçons, commerçants, tailleurs, chauffeurs, mécaniciens, menuisiers, cuisinières, métiers de lettrés (dans les administrations, les associations, les programmes d’aide…). Ces activités, en forte croissance, redessinent petit à petit un paysage humain rural, qu’il est opportun d’observer non plus uniquement à travers les activités agricoles mais dans un complexe de pluri-activités permettant de maintenir un tissu rural dense.

52À Djougou, sur l’échelle boserupienne, l’usage du sol se situe entre la jachère-buisson et la jachère courte et n’est pas (encore ?) accompagné de sauts technologiques. La commune dispose d’une marge d’intensification de la gestion du sol et du travail, au moins sous deux aspects.

  • 8 Par contre, les petits ruminants (ovins et caprins), voire les porcs chez les Ditamari, sont couran (...)

53L’introduction dans le cycle agricole de l’élevage permettrait l’importation de matière organique, mais elle se heurte à l’obstacle d’une totale déconnexion sociale entre cultivateurs autochtones et pasteurs allochtones. Il est difficile d’imaginer un véritable rapprochement de ces deux groupes. De plus, les anciens systèmes de confiage entre DjugureeBe et Yom ont pratiquement disparu. L’interdiction faite aux éleveurs de laisser paître les bovins dans les champs après récolte semble même une tendance lourde, propre à renforcer les clivages entre agriculteurs et éleveurs. L’émergence d’un continuum agropastoral, tel que chez les Sereer du Sénégal, ne semble pas envisageable : les divisions décrites plus haut paraissent irréductibles, et l’intégration de l’élevage bovin8 par les groupes de cultivateurs reste pour l’heure inimaginable.

54Le second aspect porte sur l’introduction de la traction animale. Contrairement à Niakhar, les cultures restent manuelles, les outils se limitant à la daba et au coupe-coupe. Les agents du Cerpa (Centre régional pour la promotion agricole) ont tenté dans les années 1990-2000 d’introduire la culture attelée, mais cela s’est soldé par un échec et aujourd’hui la traction animale, les charrues et les charrettes sont pratiquement inexistantes. Les échecs de mécanisation par des processus exogènes ne sont pas rares, et les raisons peuvent en être de plusieurs ordres. Dans tous les cas, la connaissance de technologies plus productives est une condition nécessaire, mais non suffisante à leur adoption. La charrue, connue en Europe depuis 3 000 ans, a mis longtemps à s’imposer (Boserup, 1970 : 62). Tout d’abord, les savoirs pour l’entretien d’animaux de trait (rations alimentaires, détection de symptômes…) ne vont pas de soi, les agriculteurs djougois n’en ont pas l’expérience ; de plus, le coût pour investir dans une paire de bœufs reste conséquent, même avec des subventions. Mais le facteur déterminant est sans doute la relative disponibilité de la main-d’œuvre familiale. La logique familiale du système d’exploitation reste assez prégnante, et l’organisation du travail de toute la maisonnée (enfants et célibataires des deux sexes, épouse-s) est de règle ; pourtant, des mouvements d’autonomisation se font sentir. L’affirmation des cadets sociaux a pris de la vigueur ; les champs individuels et les initiatives de diversification sont bien souvent portés par des désirs d’individuation. Les mouvements migratoires depuis la commune vers les villes du Sud et le Nigeria montrent d’ailleurs des évolutions. Alors qu’ils ont longtemps exprimé les stratégies des chefs de famille – envoyer des jeunes gagner un peu d’argent à l’extérieur, tout en gardant une main-d’œuvre suffisante à demeure –, ils traduisent de plus en plus la volonté même des migrants. Ceux-ci n’hésitent d’ailleurs pas à partir, contre l’avis du père, pour exercer, contre rémunération, des fonctions agricoles qu’ils refusent de remplir gratuitement pour la famille. La mobilisation de la main-d’œuvre familiale tend donc à devenir plus délicate. De plus, la monétarisation progressive de l’agriculture laisse supposer qu’une nouvelle tentative d’introduction de la culture attelée aurait plus de succès qu’en 1990-2000.

Le foncier

55De même que pour la problématique de la fertilité des sols, les hypothèses d’insécurité foncière croissante ne se présentent pas sous le même jour sur l’un et l’autre site. À Niakhar, seule la fragmentation des exploitations semble source de difficultés et les populations, quelles que soient leurs appartenances, Sereer, assimilées ou Toucouleur, ne semblent pas menacées. L’action publique et les politiques publiques foncières, si elles perdurent, ne sont pas davantage une source d’inquiétude.

  • 9 Ces opérations se sont accélérées depuis que la MCA (Millenium Challenge Account), agence de coopér (...)

56À Djougou (et sur l’ensemble des zones rurales béninoises), on peut par contre émettre une hypothèse de rupture. Les rapports des hommes à la terre sont engagés dans un processus de réification, les tombes des ancêtres sont délaissées, les cérémonies abandonnées, les lieux sacrés mis en culture. Cette terre, aux mains d’autorités qui entendent conserver des privilèges coutumiers revisités, commence à faire l’objet des premières transactions. Impensables il y a une vingtaine d’années, elles deviennent réalisables (c’est-à-dire moralement acceptables), et la fragilisation foncière de ceux qui n’ont que des droits secondaires constitue un véritable risque. Du côté étatique, les plans fonciers ruraux (PFR), émanations des lois foncières (2007 et surtout 2013), sont en capacité de les rendre juridiquement possibles. Ils sont présentés comme un simple outil technique, destiné à recenser les droits coutumiers oraux à transposer en droits écrits légaux. Mais ils sont plus que cela : ils sont un outil politique de réforme foncière. Ils produisent (ou accompagnent) un glissement des faisceaux de droits (sur le sol, sur les ressources, de prélèvement ou de culture, des chefs de terre, des exploitants, des pasteurs) vers des formes se rapprochant d’une logique de marché. Le PFR de Djougou, en phase de démarrage sur la commune, doit ouvrir de nouveaux droits par l’établissement de « certificats fonciers », qui sont une base pour le lancement d’une procédure d’immatriculation foncière (Le Meur, 2008 ; Lavigne Delville, 2010). En effet, les certificats, qui ne constituent qu’une « présomption de propriété », peuvent être transformés en titres fonciers, c’est-à-dire en propriété au sens du droit romain9. Certains destinataires de ces nouveaux droits – les chefs de terre et quelques notables de leurs lignées – sont, dans cette logique, érigés en propriétaires disposant de droits d’usage, d’usufruit et de vente. Les relations au sol tendent ainsi à se transformer en rapports économiques, fragilisant la grande majorité des futurs non-propriétaires. Ce seront alors essentiellement les groupes considérés comme allochtones (agriculteurs et surtout pasteurs) qui pourraient se voir contester leurs droits au sol et aux ressources environnementales.

Conclusion

57Nous n’avons pas à proprement parler observé de transition rapide d’un système de production à un autre plus intensif, plus productif, sous l’effet de la pression démographique. Les deux systèmes perdurent, l’un à jachère avec une main-d’œuvre abondante et des techniques manuelles, l’autre sur des terres travaillées chaque année, avec des apports de matière organique animale de plus en plus insuffisants.

58Les agriculteurs continuent pourtant de vivre, et souvent mieux qu’à la génération précédente. S’ils n’ont pas (encore) produit de transition agraire, ils font pourtant œuvre de stratégies, d’innovations, tout en assurant la fonction historique de leurs agricultures : produire pour se nourrir. Les initiatives, généralement prudentes (petites parcelles d’anacardier ou de maraîchage…), se sont peu à peu développées et diversifiées au point de concerner toutes les familles ou presque, d’abord sous forme de nouvelles productions puis par des activités qui se détachent de l’agriculture.

59Dans tous les cas, ces diversifications visent à disposer de numéraire, c’est là l’évolution la plus notable des petites agricultures familiales des deux sites. Les modes de vie inspirés des standards citadins ont pénétré les milieux ruraux. Les téléphones mobiles et les motos par exemple se sont très largement diffusés. L’habitat s’est sensiblement transformé avec l’arrivée des tôles et du béton. Même les habitudes alimentaires ont changé, en témoigne l’introduction du pain. À Niakhar, un repas sur trois (celui du midi) est couramment constitué de riz, généralement acheté : ce dernier a remplacé le mil ou le sorgho produit, qui n’est plus consommé que le matin ou le soir. Ces changements ne sont pas des ruptures boserupiennes, mais l’affirmation progressive d’une agriculture « hybride » qui continue d’assurer la fonction première d’autoconsommation, malgré les baisses des rendements, tout en développant des cultures de rente pour accéder au marché. Les difficultés exposées dans cette étude ne sont donc pas résolues, mais contournées ou surmontées par l’effet d’hybridation/monétarisation de la petite agriculture familiale.

60Si les pouvoirs publics parviennent à sécuriser les droits fonciers des producteurs, quelles que soient leurs appartenances (en prenant quelque distance avec les procédures d’immatriculation par exemple), s’ils parviennent à les accompagner de politiques de formation et de subventions (traction animale, semences…), la densification agricole fera mieux que permettre aux agriculteurs de survivre ; elle assurera durablement une autre fonction essentielle de la petite agriculture familiale, l’approvisionnement des villes toujours plus consommatrices (voir à ce propos FAO, 2014).

Bibliographie

ANSD (Agence nationale de la statistique et de la démographie), 2009 - Situation économique et sociale de la région de Fatick, édition 2008. Service régional de la statistique et de la démographie de Fatick, république du Sénégal.

Aubreville, 1949 - Climats, forêts et désertification de l’Afrique tropicale. Paris, Société d’éditions géographiques, coll. Maritimes et coloniales, 351 p.

Boserup E., 1970 - Évolution agraire et pression démographique. Paris, Flammarion, 224 p.

Boserup E., 1985 - Economic and demographic interrelationships in sub-saharan Africa. Population and development review, 11 (3) : 383-397.

Chipaux J.-P., 2005 - Recherche intégrée sur la santé des populations à Niakhar. Paris, IRD Éditions, 32 p.

De Haan L. J., 1997 - Agriculteurs et éleveurs au Nord-Bénin, écologie et genre de vie. Paris, Karthala, 217 p.

Delaunay V., Marra A., Levi P., Etard J.-F., 2003 - « SSD de Niakhar, Sénégal ». In : Population et santé dans les pays en développement.1-Population, santé et survie dans les sites du réseau INDEPTH, Centre de recherches pour le développement international, 376 p.

Delaunay V., Adjamagbo A., Lalou R., 2006 - Questionner la transition de la fécondité en milieu rural africain : les apports d’une démarche longitudinale et institutionnelle. Les Cahiers québécois de démographie, 35 (1) : 27-50.

FAO, 2014 - La situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture. Rome.

Faye J., 2008 - Foncier et décentralisation. L’expérience du Sénégal. IIED, dossier 149, 20 p.

Gangneron F., 2011 - Heurs et malheurs de la gestion communautaire du barrage de Daringa dans la commune de Djougou au Bénin. Mondes en développement, 155 : 23-36.

Guigou B., Lericollais A., Pontié G., 1995 - « La gestion de la terre en pays sereer siin (Sénégal) ». In Blanc-Pamard C., Cambrézy L., éd. : Dynamiques des systèmes agraires. Terre, terroir, territoire : les tensions foncières, Paris, Orstom : 183-223.

INSAE (Institut national de la statistique et de l’analyse économique), 2013 - Recensement général de la population et de l’habitation (RGPH4).

Judex M., Thamm H.-P, Röhrig J., Schulz, éd., 2009 - Impetus, Atlas du Bénin, résultats de recherche 2000-2007. Département de géographie, université de Bonn, Allemagne, 3e édition traduite en français, 128 p.

Kouassigan, 1966 - L’homme de la terre, droits fonciers coutumiers et droits de propriété en Afrique occidentale. Paris, Orstom, coll. L’homme d’outre-mer, 283 p.

Landais E., Lhostes P., 1993 - Systèmes d’élevage et transferts de fertilité dans la zone des savanes africaines. Agricultures, 2 (1) : 9-25.

Lavigne Delville P., 2010 - La réforme foncière rurale au Bénin. Émergence et mise en question d’une politique instituante dans un pays sous régime d’aide. Revue française de science politique, 3 (60) : 467-491.

Le Houérou H. N., 1989 - The grazing land Ecosystem on the African Sahel. Ecological studies, 75, Springer-Verlag, 282 p.

Le Meur P-Y., 2008 - L’information foncière, bien commun et ressource stratégique. Le cas du Bénin. IIED, dossier 147, 27 p.

Lericollais A., 1972 - SOB, étude géographique d’un terroir sereer (Sénégal). Paris, Orstom, coll. Atlas des structures agraires au sud du Sahara, 7, 110 p.

Lericollais A., éd., 1999 - Paysans sereer. Dynamiques agraires et mobilités au Sénégal. Paris, IRD Éditions, coll. À travers champs, 668 p.

Lericollais A., Waniez P., 1993 - Les terroirs africains, approche renouvelée par l’emploi d’un SIG. Mappemonde, 2 : 31-36.

Leroux L., 2012 - Analyse diachronique de la dynamique paysagère sur le bassin supérieur de l’Ouémé (Bénin) à partir de l’imagerie Landsat et Modis. Cas d’étude du communal de Djougou. Rapport d’ANR (C. Peugeot, dir.), 62 p.

Le Roy E., 2000 - De la propriété aux maîtrises foncières. Biodiversité et appropriation, les droits de propriété en question. Actes du colloque « Biodiversité et appropriation, les droits de propriété en question », Paris, 20-21 juin.

Loi n° 64-46 du 17 juin 1964, relative au Domaine national.

Loi n° 2007-03., 2007, portant régime foncier rural en république du Bénin.

Loi n° 2013-01., 2013, portant code foncier rural et domanial en république du Bénin.

Lombard J., 1995 - Sénégal : quand l’agriculture passe par la migration. Histoires de développement, 30 : 7-9.

Plan Local De Développement De La Communauté Rurale De Diakhao, 2001 Conseil rural de Diakhao, 142 p.

Plançon C., 2009 - Droit, foncier et développement de la notion de propriété, étude de cas au Sénégal. Revue Tiers Monde : 837-851.

Robert E., Gangneron F., 2015 Un « SIG à dires d’acteurs » : décryptage des vulnérabilités environnementales des agro-éleveurs et pasteurs au Bénin. Cybergéo.

Robert E., Merlet S., Auda Y., Gangneron F., Hiernaux P., soumis - Dynamiques de l’occupation du sol en milieu agropastoral dans la commune de Djougou au Bénin à partir d’images Landsat acquises entre 1984 et 2012 : une approche régressive associant télédétection et enquêtes de terrain. Journal canadien de télédétection.

SDAC (Schéma directeur d’aménagement communal), 2010 - Ministère de la décentralisation, de la gouvernance locale, de l’administration et de l’aménagement du territoire, département de l’Atacora-Donga, commune de Djougou, 113 p.

USAID (United States Agency for Internation Development), 2011 - Projet croissance économique, analyse de la filière engrais au Sénégal et de son évolution sur la période 2000-2010. 13 p.

Vandermeersch C., Naulin A., 2007 - Sécurité alimentaire des ménages et stratégies alternatives de diversification des sources de revenus en milieu rural : le cas de la zone de Niakhar au Sénégal entre 2000-2003. Communication à la Chaire Quetelet 2007, 19 p.

Notes

1 Littéralement, les « Peuls de Djougou », arrivés dans la région et sédentarisés depuis le xixe siècle puis par vagues migratoires jusqu’au milieu du xxe siècle.

2 Les Peuls BarguuBe sont originaires du Borgou et les Peuls MBororooBe du nord du Nigeria.

3 La transhumance et le nomadisme peuvent être considérés comme deux formes d’élevages pastoraux. La première fait référence à des mouvements saisonniers réguliers de groupes – ici les BarguuBe issus du Borgou. Le second sur la commune est le fait de MbororooBe, originaires du nord du Nigeria, qui se déplacent avec la famille et le campement. Leurs mouvements sont moins réguliers et leurs installations peuvent durer des années.

4 Les informations ont été collectées en entretiens avec supports cartographiques permettant une évaluation de surfaces.

5 Dans ces contrats, oraux, les animaux sont laissés dans les champs à fumer. En contrepartie, les agriculteurs fournissent du mil ou du sorgho aux éleveurs.

6 520 mm durant la période 1968-1987, 463 mm pour 1988-1998 (Delaunay et al. 2003), 440 mm pour 1999-2007 (Vandermeersch et Naulin, 2007 ; Chipaux, 2005 ; ANSD, 2009).

7 Un interlocuteur de Ndoffane Mouride explique les types de fèces et leur utilisation selon les saisons : loli – entre octobre et décembre, l’herbe est encore chargée d’eau, les excréments sont humides et ils disparaissent rapidement ; nour – entre janvier et mars, il fait sec et les animaux ne sont abreuvés qu’une fois dans la journée, les femmes s’en servent aussi comme combustible ; thoron – entre avril et juin, il y a moins de nourriture, les excréments sont petits et secs, ils peuvent durer un an sans être décomposés ; nawet – la pluie décompose les excréments de suite, c’est le meilleur.

8 Par contre, les petits ruminants (ovins et caprins), voire les porcs chez les Ditamari, sont courants mais jamais assez nombreux pour assurer la fertilisation des champs.

9 Ces opérations se sont accélérées depuis que la MCA (Millenium Challenge Account), agence de coopération des États-Unis, a pris en charge la réforme foncière aux côtés du nouveau ministère de l’Urbanisme.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Zones d’étude.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9827/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 454k

© IRD Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search