Desktop versionMobile version

Paysages végétaux du domaine méditerranéen

 | 
Claude Tassin

Encarts thématiques

Les pins supra-californiens et le Giant Sequoia (Sierra Nevada occidentale)

Full text

Étages méso-californien et supra-californien
Au-dessus des chênes caducifoliés et sclérophylles ou du montane chaparral commencent des forêts compactes de conifères (the montane coniferous forests). Sur cette crête dont l’altitude est inférieure à 2 000 m, il s’agit de l’étage supra-californien où dominent les grands pins, ici encore mélangés aux chênes
© C. Tassin

Tronc du ponderosa
Cette espèce résistante à la sécheresse est admirée pour sa splendide colonne pondéreuse de hard pine qui peut atteindre 60 m de hauteur, et le beau puzzle de son épaisse écorce jaune orangé
© C. Tassin

Forêt de pins jaunes
Pinus ponderosa est sans doute l’arbre le plus représentatif de l’Ouest américain, présent du Dakota au Nouveau Mexique, et de la Colombie britannique à la Californie, qui connaît des peuplements quasi continus depuis les Cascades jusqu’au nord de San Francisco et au sud de la Sierra Nevada
© C. Tassin

Cônes du pin à sucre (Sequoia National Park)
Ces longs cylindres d’au moins 30 cm, parfois de 60 cm, pendent au bout des branches hautes jusqu’en septembre, où devenus secs ils lâchent leurs énormes graines. David Douglas, qui en 1826 voulut en décrocher quelques-uns à coups de fusil, faillit se battre avec des Indiens
© C. Tassin

Cimes de pins à sucre au lac Tahoe (Sierra Nevada)
Pinus lambertiana tient son nom vernaculaire des croûtes de résine sucrée qui cristallisent au bord de ses cicatrices. Avec son bois tendre et ses aiguilles groupées par 5, c’est un soft pine, sûrement l’un des pins les plus beaux et les plus hauts du monde, peut-être jusqu’à plus de 65-70 m. Les lourds cônes qui ont séché pendant l’été au bout des branches sont à présent tombés
© S. Camus

Le General Sherman Tree dans le Sequoia National Park
Il fait 84 m de haut et sa première grande branche ne se rencontre qu’à 40 m : remarquer les touristes près de la base de 11 m de diamètre. Si le Redwood des Chaînes côtières – le séquoia des brouillards – détient le record du monde de hauteur avec plus de 115 m, le Sequoiadendron est souvent plus gros, d’où son nom de séquoia géant ou de Big Tree
© C. Tassin

Cernes de croissance d’un Séquoia géant
Le Sequoiadendron possède une croissance des plus rapides du monde. Il serait plus âgé que son cousin le Coast Redwood, un maximum de 3 200 ans contre 2 200 ans, l’estimation actuelle pour le General Sherman Tree étant de 2 300 à 2 700 ans
© M.-A. Coudray-Tassin

Cicatrices d’incendies d’un séquoia géant
Elles montrent la résistance multiséculaire de son écorce fibreuse très épaisse (jusqu’à 50 ou 60 cm) et de son bois plein de tannin. Le General Sherman Tree, qui a dû brûler pendant sa vie (estimée à 2 300-2 700 ans) près d’une centaine de fois, en possède une profonde en forme de triangle, de 3,5 m de base et 8 m de hauteur
© C. Tassin

Feuillage, cône et graines du Sequoiadendron
Contrairement à celui du Redwood formé d’aiguilles plates, le feuillage (ici d’un très jeune spécimen) est moins épais, fait de petites écailles qui se chevauchent en spirale. De la taille d’un gros œuf de poule, les cônes ne foisonnent qu’après deux siècles d’existence. Un très gros Séquoiadendron peut en porter plus de 30 000, chaque cône possédant de 100 à 300 minuscules graines
© C. Tassin

The lower montane coniferous forest
Sur le versant ouest de la Sierra Nevada, où son aire se limite, surtout entre 1 350 et 2 250 m, à une étroite ceinture supracalifornienne d’environ 75 ensembles, où l’humidité est disponible en été, le séquoia géant s’associe aux divers pins d’altitude (pin jaune, pin de Jeffrey, pin à sucre), mais aussi aux sapins blancs et de Douglas, aux chênes de Kellog et aux cèdres blancs
© M.-A. Coudray-Tassin

List of illustrations

Caption Étages méso-californien et supra-californienAu-dessus des chênes caducifoliés et sclérophylles ou du montane chaparral commencent des forêts compactes de conifères (the montane coniferous forests). Sur cette crête dont l’altitude est inférieure à 2 000 m, il s’agit de l’étage supra-californien où dominent les grands pins, ici encore mélangés aux chênes© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9818/img-1.jpg
File image/jpeg, 522k
Caption Tronc du ponderosaCette espèce résistante à la sécheresse est admirée pour sa splendide colonne pondéreuse de hard pine qui peut atteindre 60 m de hauteur, et le beau puzzle de son épaisse écorce jaune orangé© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9818/img-2.jpg
File image/jpeg, 312k
Caption Forêt de pins jaunesPinus ponderosa est sans doute l’arbre le plus représentatif de l’Ouest américain, présent du Dakota au Nouveau Mexique, et de la Colombie britannique à la Californie, qui connaît des peuplements quasi continus depuis les Cascades jusqu’au nord de San Francisco et au sud de la Sierra Nevada© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9818/img-3.jpg
File image/jpeg, 1,4M
Caption Cônes du pin à sucre (Sequoia National Park)Ces longs cylindres d’au moins 30 cm, parfois de 60 cm, pendent au bout des branches hautes jusqu’en septembre, où devenus secs ils lâchent leurs énormes graines. David Douglas, qui en 1826 voulut en décrocher quelques-uns à coups de fusil, faillit se battre avec des Indiens© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9818/img-4.jpg
File image/jpeg, 352k
Caption Cimes de pins à sucre au lac Tahoe (Sierra Nevada)Pinus lambertiana tient son nom vernaculaire des croûtes de résine sucrée qui cristallisent au bord de ses cicatrices. Avec son bois tendre et ses aiguilles groupées par 5, c’est un soft pine, sûrement l’un des pins les plus beaux et les plus hauts du monde, peut-être jusqu’à plus de 65-70 m. Les lourds cônes qui ont séché pendant l’été au bout des branches sont à présent tombés© S. Camus
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9818/img-5.jpg
File image/jpeg, 537k
Caption Le General Sherman Tree dans le Sequoia National ParkIl fait 84 m de haut et sa première grande branche ne se rencontre qu’à 40 m : remarquer les touristes près de la base de 11 m de diamètre. Si le Redwood des Chaînes côtières – le séquoia des brouillards – détient le record du monde de hauteur avec plus de 115 m, le Sequoiadendron est souvent plus gros, d’où son nom de séquoia géant ou de Big Tree© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9818/img-6.jpg
File image/jpeg, 1,1M
Caption Cernes de croissance d’un Séquoia géantLe Sequoiadendron possède une croissance des plus rapides du monde. Il serait plus âgé que son cousin le Coast Redwood, un maximum de 3 200 ans contre 2 200 ans, l’estimation actuelle pour le General Sherman Tree étant de 2 300 à 2 700 ans© M.-A. Coudray-Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9818/img-7.jpg
File image/jpeg, 399k
Caption Cicatrices d’incendies d’un séquoia géantElles montrent la résistance multiséculaire de son écorce fibreuse très épaisse (jusqu’à 50 ou 60 cm) et de son bois plein de tannin. Le General Sherman Tree, qui a dû brûler pendant sa vie (estimée à 2 300-2 700 ans) près d’une centaine de fois, en possède une profonde en forme de triangle, de 3,5 m de base et 8 m de hauteur© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9818/img-8.jpg
File image/jpeg, 451k
Caption Feuillage, cône et graines du SequoiadendronContrairement à celui du Redwood formé d’aiguilles plates, le feuillage (ici d’un très jeune spécimen) est moins épais, fait de petites écailles qui se chevauchent en spirale. De la taille d’un gros œuf de poule, les cônes ne foisonnent qu’après deux siècles d’existence. Un très gros Séquoiadendron peut en porter plus de 30 000, chaque cône possédant de 100 à 300 minuscules graines© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9818/img-9.jpg
File image/jpeg, 177k
Caption The lower montane coniferous forestSur le versant ouest de la Sierra Nevada, où son aire se limite, surtout entre 1 350 et 2 250 m, à une étroite ceinture supracalifornienne d’environ 75 ensembles, où l’humidité est disponible en été, le séquoia géant s’associe aux divers pins d’altitude (pin jaune, pin de Jeffrey, pin à sucre), mais aussi aux sapins blancs et de Douglas, aux chênes de Kellog et aux cèdres blancs© M.-A. Coudray-Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9818/img-10.jpg
File image/jpeg, 356k

© IRD Éditions, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search