Desktop versionMobile Version

Paysages végétaux du domaine méditerranéen

 | 
Claude Tassin

Encarts thématiques

Le matorral et l’espinal chiliens

Volltext

Paysage de matorral du Norte Chico
Formation buissonnante à épineux et cactées. L’alcaparra (Senna cumingii) est un arbuste aux fleurs jaunes à 5 pétales que l’on rencontre sur les versants ensoleillés des vallées
© Y. Tracol, Ceaza

Fleur d’azulillo
Pasithea coerula est une magnifique Liliacée qui ne dépasse guère 0,60 m de haut. On la rencontre de la zone désertique à la zone océanique, mais uniquement sur les versants nord ensoleillés, car elle craint la neige
© Y. Tracol, Ceaza

Quillay (Quillaja saponaria)
Cette autre espèce endémique du matorral chilien, qui se rencontre encore dans presque toute la zone « méditerranéenne » entre le Rio Limari et le Rio Biobio, est un arbre qui peut atteindre les 20 m. L’extraction de la saponine de son écorce explique sa forte régression
© Y. Tracol, Ceaza

Feuilles et fleurs de quillay
De novembre à janvier, cette Rosacée toujours verte montre de beaux corymbes de petites fleurs blanc crème, qui donnent des capsules de fruits en étoiles, à nombreuses graines ailées
© Y. Tracol, Ceaza

Litre (Lithrea caustica)
Cette Anacardiacée est très présente dans le matorral chilien, sur les versants nord ensoleillés, car elle ne tolère pas la neige. Son bois très dur, au grain uni, donne un beau poli aux objets de luxe
© Y. Tracol, Ceaza

Feuilles et fruits du litre
À la base des feuilles très coriaces, à pétiole court et à nervures parallèles très marquées, qui peuvent produire de fortes éruptions cutanées, des fleurs jaunes donnent naissance à des grappes de drupes
© Y. Tracol, Ceaza

Le matorral costero dans le Parque Fray Jorge
Sur le littoral aux fréquents brouillards, entre La Serena et Valparaiso, le matorral est souvent plus dense qu’à l’intérieur, à la même latitude. Beau paysage de marguerite côtière (Bahia ambrosioides) et de cactus (copao et quisco)
© Y. Tracol, Ceaza

Fruit du copao
Eulychnia acida est un cactus de la région de Coquimbo qui peut atteindre 3 m et dont les fruits sont comestibles
© Y. Tracol, Ceaza

Oreja de zorro (oreille de renard)
Aristolochia bridgesii forme de véritables tapis entre les succulentes du matorral costero.
© Y. Tracol, Ceaza

Chagual ou puya
Puya chilensis est une Broméliacée qui craint le gel et pousse surtout sur les côtes. Sa dense rosette de feuilles laniérées et crochues peut piéger les oiseaux ou les petits animaux et coloniser de larges espaces. Mais il lui faut parfois vingt ans pour fleurir, ses fleurs jaune verdâtre se massent au bout d’un épi qui peut atteindre 2 m
© Y. Tracol, Ceaza

Espinal à Acacia caven (Norte Chico)
L’espinal est une formation appauvrie née d’une dynamique régressive, de pratiques agro-sylvopastorales qui ont fait disparaître les arbres du matorral au profit de l’espino (Acacia caven), épineux et héliophile, au port en parasol. On pense à recréer des systèmes herbe-arbre, là où l’espinal est fortement dégradé comme ici sur le versant oriental de la Cordillère côtière
© Y. Tracol, Ceaza

Feuilles, fleurs et fruits de l’Acacia caven
Les feuilles composées à très petites folioles (1 à 3 mm) peuvent être caduques ou persistantes. Les fleurs, groupées en glomérules jaunes très parfumés, apparaissent avant la feuillaison au début du printemps (d’août à octobre). Les fruits qui ont jusqu’à 10 cm de long contiennent de nombreuses graines
© Y. Tracol, Ceaza

Algarrobo ou caroubier épineux
Comme le mesquite de Californie, l’algarrobo est un prosopis bien adapté à la sécheresse. La valeur nutritive des gousses du Prosopis chilensis pour le bétail est comparable à celle de l’orge ou du maïs
© Y. Tracol, Ceaza

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Paysage de matorral du Norte ChicoFormation buissonnante à épineux et cactées. L’alcaparra (Senna cumingii) est un arbuste aux fleurs jaunes à 5 pétales que l’on rencontre sur les versants ensoleillés des vallées© Y. Tracol, Ceaza
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9812/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 678k
Bildunterschrift © Y. Tracol, Ceaza
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9812/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 571k
Bildunterschrift Fleur d’azulilloPasithea coerula est une magnifique Liliacée qui ne dépasse guère 0,60 m de haut. On la rencontre de la zone désertique à la zone océanique, mais uniquement sur les versants nord ensoleillés, car elle craint la neige© Y. Tracol, Ceaza
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9812/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 386k
Bildunterschrift Quillay (Quillaja saponaria)Cette autre espèce endémique du matorral chilien, qui se rencontre encore dans presque toute la zone « méditerranéenne » entre le Rio Limari et le Rio Biobio, est un arbre qui peut atteindre les 20 m. L’extraction de la saponine de son écorce explique sa forte régression© Y. Tracol, Ceaza
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9812/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 588k
Bildunterschrift Feuilles et fleurs de quillayDe novembre à janvier, cette Rosacée toujours verte montre de beaux corymbes de petites fleurs blanc crème, qui donnent des capsules de fruits en étoiles, à nombreuses graines ailées© Y. Tracol, Ceaza
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9812/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 456k
Bildunterschrift Litre (Lithrea caustica)Cette Anacardiacée est très présente dans le matorral chilien, sur les versants nord ensoleillés, car elle ne tolère pas la neige. Son bois très dur, au grain uni, donne un beau poli aux objets de luxe© Y. Tracol, Ceaza
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9812/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 544k
Bildunterschrift Feuilles et fruits du litreÀ la base des feuilles très coriaces, à pétiole court et à nervures parallèles très marquées, qui peuvent produire de fortes éruptions cutanées, des fleurs jaunes donnent naissance à des grappes de drupes© Y. Tracol, Ceaza
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9812/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 566k
Bildunterschrift Le matorral costero dans le Parque Fray JorgeSur le littoral aux fréquents brouillards, entre La Serena et Valparaiso, le matorral est souvent plus dense qu’à l’intérieur, à la même latitude. Beau paysage de marguerite côtière (Bahia ambrosioides) et de cactus (copao et quisco)© Y. Tracol, Ceaza
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9812/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 515k
Bildunterschrift Fruit du copaoEulychnia acida est un cactus de la région de Coquimbo qui peut atteindre 3 m et dont les fruits sont comestibles© Y. Tracol, Ceaza
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9812/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 439k
Bildunterschrift Oreja de zorro (oreille de renard)Aristolochia bridgesii forme de véritables tapis entre les succulentes du matorral costero.© Y. Tracol, Ceaza
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9812/img-10.jpg
Datei image/jpeg, 504k
Bildunterschrift Chagual ou puyaPuya chilensis est une Broméliacée qui craint le gel et pousse surtout sur les côtes. Sa dense rosette de feuilles laniérées et crochues peut piéger les oiseaux ou les petits animaux et coloniser de larges espaces. Mais il lui faut parfois vingt ans pour fleurir, ses fleurs jaune verdâtre se massent au bout d’un épi qui peut atteindre 2 m© Y. Tracol, Ceaza
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9812/img-11.jpg
Datei image/jpeg, 415k
Bildunterschrift Espinal à Acacia caven (Norte Chico)L’espinal est une formation appauvrie née d’une dynamique régressive, de pratiques agro-sylvopastorales qui ont fait disparaître les arbres du matorral au profit de l’espino (Acacia caven), épineux et héliophile, au port en parasol. On pense à recréer des systèmes herbe-arbre, là où l’espinal est fortement dégradé comme ici sur le versant oriental de la Cordillère côtière© Y. Tracol, Ceaza
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9812/img-12.jpg
Datei image/jpeg, 443k
Bildunterschrift Feuilles, fleurs et fruits de l’Acacia cavenLes feuilles composées à très petites folioles (1 à 3 mm) peuvent être caduques ou persistantes. Les fleurs, groupées en glomérules jaunes très parfumés, apparaissent avant la feuillaison au début du printemps (d’août à octobre). Les fruits qui ont jusqu’à 10 cm de long contiennent de nombreuses graines© Y. Tracol, Ceaza
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9812/img-13.jpg
Datei image/jpeg, 720k
Bildunterschrift Algarrobo ou caroubier épineuxComme le mesquite de Californie, l’algarrobo est un prosopis bien adapté à la sécheresse. La valeur nutritive des gousses du Prosopis chilensis pour le bétail est comparable à celle de l’orge ou du maïs© Y. Tracol, Ceaza
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9812/img-14.jpg
Datei image/jpeg, 575k

© IRD Éditions, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search