Version classiqueVersion mobile

Paysages végétaux du domaine méditerranéen

 | 
Claude Tassin

Encarts thématiques

La garrigue montpelliéraine : une dynamique progressive

Texte intégral

Évolution progressive de la lande à buis, au nord de Viols-le-Fort
Cette lande est nettement plus haute qu’il y a 40 ans. Derrière une garrigue arbustive à buis, lavande et euphorbe, apparaît une garrigue de plus en plus boisée avec des cades qui dépassent les buis et, tout au fond, le térébinthe, l’yeuse, la filaire, et même le chêne blanc
© C. Tassin

Évolution vers la garrigue boisée à romarin, à l’ouest de Montarnaud
Au sud-ouest du bois de Montlobre, sur le versant marneux du bassin de Montarnaud, la lande à romarin des années 1960 est devenue garrigue arborée. Sous des chênes verts et des pins d’Alep de belle taille, le romarin, qui était l’essence dominante, est concurrencé par la bruyère multiflore, mais aussi le genêt scorpion et la filaire
© C. Tassin

Recolonisation forestière au nord de Montarnaud
Les pubescents qui s’allongeaient déjà il y a 40 ans dans la vallée du ruisseau de la Garonne en raison du micro-climat d’humidité sont aujourd’hui gigantesques. Près du lieu-dit Les Chênes, ils dépassent aujourd’hui les volumineux chênes verts
© C. Tassin

Pins d’Alep sur la faille de Saint-Jean-de-Cuculles
Totalement absents il y a 40 ans, ils apparaissent dans la garrigue buissonnante derrière le village, avec ici des cades énormes de 3-4 m couverts de salsepareille, un érable de Montpellier et un buisson de lentisque. Visible dans la topographie sur des kilomètres, le plan de faille (ici au premier plan) subit partout un véritable assaut du pin d’Alep
© C. Tassin

Le fort développement des pinèdes dans le couloir du Lez
Depuis la fin de l’élevage ovin et des feux pastoraux, les pinèdes se développent sur les collines marno-calcaires, comme ici sur le Serre de Montalet, en face du Pont Romain
© C. Tassin

Lande à romarin sous pinède dans le couloir du Lez
Dans l’ancien chemin du Triadou, près du lieu-dit les Terrousses, sur les feuillets d’un calcaire marneux très gélif s’étend une garrigue à romarin avec des bouquets de cade, d’aphyllante, de thym, de lavande… Contrairement à celle des bassins marneux méridionaux, elle est bien dominée par les pins d’Alep, sauf sur les pentes où seule peut s’accrocher la racine pivotante du romarin
© C. Tassin

Garrigue près de Saint-Jean-de-Cuculles, un an et demi après l’incendie
En février 2005, la filaire à petites feuilles, le ciste de Montpellier et la pelouse à graminées ont déjà envahi l’espace incendié
© C. Tassin

Garrigue près de Saint-Jean-de-Cuculles, cinq ans après l’incendie
Fin mai 2008, autour des pins d’Alep calcinés, la garrigue a retrouvé l’essentiel de sa structure et de sa composition floristique : les cistes de Montpellier, les kermès, les filaires, les lentisques et les jeunes pins couvrent déjà largement le sol
© C. Tassin

Relative stabilité de la garrigue dépouillée à plaques de kermes
À l’est de Bel-Air, malgré la diminution des abus humains aux portes de la ville, la brousse à chêne kermès reste un tapis épineux d’un mètre d’épaisseur qui couvre entièrement le sol. Ciste et genêts d’Espagne en fleurs
© C. Tassin

Table des illustrations

Légende Évolution progressive de la lande à buis, au nord de Viols-le-FortCette lande est nettement plus haute qu’il y a 40 ans. Derrière une garrigue arbustive à buis, lavande et euphorbe, apparaît une garrigue de plus en plus boisée avec des cades qui dépassent les buis et, tout au fond, le térébinthe, l’yeuse, la filaire, et même le chêne blanc© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9810/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Légende Évolution vers la garrigue boisée à romarin, à l’ouest de MontarnaudAu sud-ouest du bois de Montlobre, sur le versant marneux du bassin de Montarnaud, la lande à romarin des années 1960 est devenue garrigue arborée. Sous des chênes verts et des pins d’Alep de belle taille, le romarin, qui était l’essence dominante, est concurrencé par la bruyère multiflore, mais aussi le genêt scorpion et la filaire© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9810/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 563k
Légende Recolonisation forestière au nord de MontarnaudLes pubescents qui s’allongeaient déjà il y a 40 ans dans la vallée du ruisseau de la Garonne en raison du micro-climat d’humidité sont aujourd’hui gigantesques. Près du lieu-dit Les Chênes, ils dépassent aujourd’hui les volumineux chênes verts© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9810/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 579k
Légende Pins d’Alep sur la faille de Saint-Jean-de-CucullesTotalement absents il y a 40 ans, ils apparaissent dans la garrigue buissonnante derrière le village, avec ici des cades énormes de 3-4 m couverts de salsepareille, un érable de Montpellier et un buisson de lentisque. Visible dans la topographie sur des kilomètres, le plan de faille (ici au premier plan) subit partout un véritable assaut du pin d’Alep© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9810/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Le fort développement des pinèdes dans le couloir du LezDepuis la fin de l’élevage ovin et des feux pastoraux, les pinèdes se développent sur les collines marno-calcaires, comme ici sur le Serre de Montalet, en face du Pont Romain© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9810/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 526k
Légende Lande à romarin sous pinède dans le couloir du LezDans l’ancien chemin du Triadou, près du lieu-dit les Terrousses, sur les feuillets d’un calcaire marneux très gélif s’étend une garrigue à romarin avec des bouquets de cade, d’aphyllante, de thym, de lavande… Contrairement à celle des bassins marneux méridionaux, elle est bien dominée par les pins d’Alep, sauf sur les pentes où seule peut s’accrocher la racine pivotante du romarin© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9810/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 618k
Légende Garrigue près de Saint-Jean-de-Cuculles, un an et demi après l’incendieEn février 2005, la filaire à petites feuilles, le ciste de Montpellier et la pelouse à graminées ont déjà envahi l’espace incendié© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9810/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Garrigue près de Saint-Jean-de-Cuculles, cinq ans après l’incendieFin mai 2008, autour des pins d’Alep calcinés, la garrigue a retrouvé l’essentiel de sa structure et de sa composition floristique : les cistes de Montpellier, les kermès, les filaires, les lentisques et les jeunes pins couvrent déjà largement le sol© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9810/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 623k
Légende Relative stabilité de la garrigue dépouillée à plaques de kermesÀ l’est de Bel-Air, malgré la diminution des abus humains aux portes de la ville, la brousse à chêne kermès reste un tapis épineux d’un mètre d’épaisseur qui couvre entièrement le sol. Ciste et genêts d’Espagne en fleurs© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9810/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 533k

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search