Version classiqueVersion mobile

Paysages végétaux du domaine méditerranéen

 | 
Claude Tassin

Encarts thématiques

Le Parque Natural da Arrabida (Portugal)

Texte intégral

La Serra da Arrabida
Montagne surtout calcaire et dolomitique qui tombe de 500 m sur l’océan Atlantique, à l’ouest de Setubal. Magnifique matorral qui montre ici des buissons de chêne kermès, genévrier, lentisque (à gauche), de filaire et buplèvre (à droite), où s’enchevêtre la salsepareille.
© C. Tassin

Surfaces brûlées, trois ans après l’incendie
Dévastée en partie par le grave incendie de l’été 2004, la végétation repousse rapidement, notamment les arbousiers, la filaire à petites feuilles, le lentisque et les cistes.
© C. Tassin

Garrigue à chêne kermès non incendiée (2007)
Le parc comprend surtout des garrigues. Comme l’arbousier sur les sols dolomitiques ou siliceux, le chêne kermès est très répandu sur le calcaire massif. La stéhéline douteuse qui l’accompagne ici donne en fin de floraison des paquets de filaments plumeux.
© C. Tassin

Repousse du chêne kermès incendié (2007)
Comme celle de l’arbousier, elle est rapide, 3 ans après l’incendie. La suburbanisation menaçant aussi le parc naturel, on s’efforce aujourd’hui de surveiller la reconstitution des espèces préexistantes du matorral.
© C. Tassin

Table des illustrations

Légende La Serra da ArrabidaMontagne surtout calcaire et dolomitique qui tombe de 500 m sur l’océan Atlantique, à l’ouest de Setubal. Magnifique matorral qui montre ici des buissons de chêne kermès, genévrier, lentisque (à gauche), de filaire et buplèvre (à droite), où s’enchevêtre la salsepareille.© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9809/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Surfaces brûlées, trois ans après l’incendieDévastée en partie par le grave incendie de l’été 2004, la végétation repousse rapidement, notamment les arbousiers, la filaire à petites feuilles, le lentisque et les cistes.© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9809/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Légende Garrigue à chêne kermès non incendiée (2007)Le parc comprend surtout des garrigues. Comme l’arbousier sur les sols dolomitiques ou siliceux, le chêne kermès est très répandu sur le calcaire massif. La stéhéline douteuse qui l’accompagne ici donne en fin de floraison des paquets de filaments plumeux.© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9809/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 538k
Légende Repousse du chêne kermès incendié (2007)Comme celle de l’arbousier, elle est rapide, 3 ans après l’incendie. La suburbanisation menaçant aussi le parc naturel, on s’efforce aujourd’hui de surveiller la reconstitution des espèces préexistantes du matorral.© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9809/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 570k

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search