Version classiqueVersion mobile

Paysages végétaux du domaine méditerranéen

 | 
Claude Tassin

Partie 4. Protection et conservation des espaces boisés

Chapitre 10. Vers une gestion durable ?

Texte intégral

Renouveau du montado, système sylvo-pastoral efficace pour préserver une production de qualité et la biodiversité (Alentejo, Portugal)
© C. Tassin

1Les risques qui pèsent sur les espaces boisés méditerranéens ont conduit à envisager leur protection, leur gestion dans le cadre d’un développement durable, c’est-à-dire « économiquement viable, écologiquement sain, socialement acceptable et approprié sur le plan technologique, qui augmente de manière équitable le bien-être des générations présentes sans sacrifier celui des générations futures » (Quézel, Médail, 2003). Ce concept invite à prendre en compte, à différentes échelles spatio-temporelles, les dynamiques naturelles des écosystèmes comme les perturbations humaines qui les affectent. Ce qui signifie que toute gestion conservatoire et durable des forêts doit être le fruit d’une véritable concertation et coopération des scientifiques, des politiques et des populations locales.

2Face aux menaces croissantes d’ordre anthropique, les scientifiques ont élaboré une « biologie de la conservation » dont les objectifs consistent à évaluer les répercussions des impacts anthropozoogènes, puis à proposer des solutions pour maintenir durablement la richesse biologique au niveau des espèces comme des habitats. Jointes à des objectifs socio-économiques adaptés à l’hétérogénéité des situations culturelles, aux diverses pressions anthropiques, ces propositions de gestion écologique sont la base d’une conservation durable des espaces boisés. En effet, les dangers évoqués dans le chapitre précédent ont montré que la crainte majeure réside dans une forte réduction – sinon la perte – de la biodiversité, qu’elle soit orchestrée par les fragmentations ou la relève forestière et le reboisement, le surpâturage ou les grands incendies. D’ailleurs, les six critères de gestion durable définis en 1993 par la Conférence interministérielle d’Helsinki témoignent, au moins pour la moitié d’entre eux, de ces préoccupations écologiques. Aujourd’hui, la conservation de biodiversité est devenue l’élément clé de toute stratégie adaptative, notamment dans les points chauds du bassin méditerranéen, d’Australie, de Californie et de la Région du Cap.

3Mais les scientifiques n’arrivent pas toujours à convaincre les populations locales et les décideurs politiques, qui restent souvent indifférents, comme au nord du bassin méditerranéen devant des espaces qui s’embroussaillent et apparaissent comme excentrés, presque marginaux dans les forêts européennes. Au sud et à l’est, c’est la fonctionnalité de survie des espaces boisés qui explique la rareté et une certaine impuissance des expériences de gestion durable. Selon le WWF, le Fonds mondial pour la nature, en 2001 il restait moins de 5 % du patrimoine forestier postglaciaire au Liban, en Syrie et en Jordanie (contre 17 % pour l’ensemble du bassin). Là, comme au Maghreb, malgré quelques actions encourageantes, le sauvetage des lambeaux boisés est promis à bien des difficultés. Sur la rive nord, la déprise rurale a davantage fait progresser la fonctionnalité écologique des forêts, au détriment des fonctions de production et de consommation directe. Aujourd’hui, il est souvent question de préserver la mosaïque paysagère et d’en promouvoir la biodiversité, notamment celle des espaces ouverts ou des vieilles forêts. Mais il reste que les instances internationales ou nationales, les associations régionales ou locales manquent encore de coordination et de moyens pour être efficaces sur le long terme, tant dans leurs objectifs écologiques que socio-économiques.

La prise de conscience de la question forestière

L’action de la FAO

Le Comité des questions forestières méditerranéennes Silva Mediterranea

4La connaissance de l’évolution de la couverture forestière est un révélateur essentiel des relations entre l’environnement et le développement. La détérioration des forêts européennes dans les années 1980 fait prendre conscience de leurs valeurs environnementales, économiques, culturelles et sociales. Et la Conférence ministérielle de Strasbourg qui affirme en 1990 le besoin d’une gestion concertée est suivie dès 1993 par celle d’Helsinki qui montre l’absolue nécessité d’une protection forestière. Mais le rôle crucial des forêts dans le développement est aussi mis en évidence par l’ONU, qui organise un Congrès forestier mondial à Paris en 1991, la Conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement (Cnued) à Rio de Janeiro en 1992, et la même année, différentes conventions internationales sur la diversité biologique, la désertification et les changements climatiques. En ce qui concerne plus précisément le bassin méditerranéen, la FAO (Food and Agriculture Organization) affirmait déjà depuis 1948, à travers son Comité Silva Mediterranea, la nécessité d’une coopération forestière entre les pays riverains.

5L’idée d’une coopération forestière entre les pays de la Méditerranée n’était pas neuve. Elle fut lancée dès 1911 à Madrid par un forestier français, Robert Hickel, qui avait acquis une longue expérience dans ces pays, notamment en Algérie. Son rapport sur Le problème du reboisement dans le bassin méditerranéen soulignait la nécessité de concevoir de nouvelles techniques de gestion et de sylviculture, et prônait la mise sur pied d’une association internationale de techniciens. En 1922 fut créée Silva Mediterranea, la Ligue des forêts méditerranéennes. Cela, grâce à la participation de scientifiques et de responsables forestiers de nombreux pays du pourtour méditerranéen, qui avaient pour objectifs de sensibiliser l’opinion aux questions forestières et d’encourager la formation de sociétés locales de reboisement et d’amélioration pastorale. « La ligue était très active : des réunions se tenaient à intervalles réguliers, un bulletin Silva Mediterranea fut publié, ainsi qu’une série de rapports qui présentent encore un intérêt à ce jour » (Morandini, 1999). Malgré tout, elle finit par ralentir, puis stopper totalement ses activités à la fin des années 1930, victime d’un contexte politique international de plus en plus tendu. Trois ans seulement après la naissance de l’ONU, fut créée en 1948 la sous-commission de la FAO sur les problèmes forestiers de la Méditerranée. Elle rassemblait des membres de l’ancienne ligue Silva Mediterranea et bon nombre de représentants des services forestiers de tous les pays de l’Atlantique à la mer Caspienne et des Alpes au Sahara. Placée par la suite sous le parrainage mixte des commissions des forêts pour l’Europe, le Proche-Orient et l’Afrique, elle adopta en 1956 le nom de l’ancienne ligue Silva Mediterranea, puis fut restructurée en Comité FAO des questions forestières méditerranéennes en 1985.

6Les principaux objectifs du Comité visent à conserver et remettre en état les forêts méditerranéennes. C’est-à-dire évaluer périodiquement les tendances de l’utilisation des terres forestières des États membres, réaliser avec eux des études techniques et des enquêtes pour les aider à définir et à mettre en œuvre des politiques forestières nationales. Mais aussi identifier des priorités et des projets de recherche forestière présentant un intérêt commun pour ces États, cela avec la collaboration des instituts de recherche régionaux. Enfin, prendre en compte les préoccupations des usagers de la forêt, le développement socio-économique des populations comme composante de la foresterie. Une démarche participative essentielle à une gestion durable des forêts, surtout au sud du bassin. « Les rencontres forestières maghrébines organisées avec la collaboration de la FAO (Silva Mediterranea) à Tunis du 12 au 14 novembre 1993 ont confirmé cette approche » (Larbi, 1999). Mais depuis le début, l’activité de Silva Mediterranea a pris diverses formes. La première décennie a donné la priorité aux questions techniques et scientifiques, qui constituaient la base de toute action pratique. Mais à partir de 1960, le Projet de développement méditerranéen est la première manifestation concrète du besoin d’action intégrée et durable en matière de développement forestier. Et après sa restructuration de 1985, l’action du Comité FAO devient plus globale, plus orientée vers une gestion durable des forêts. Face aux conséquences de la crise économique, aux besoins accrus d’amélioration du bien-être général, le Comité cherche à faciliter la mise en œuvre de politiques forestières nationales intégrées, qui prévoient la participation locale. Lors des sessions principales sont abordées « les questions d’ordre général, concernant essentiellement les politiques, l’économie et l’organisation forestières (…) les thèmes spéciaux notamment les questions scientifiques et techniques [étant] confiées à des groupes de travail spécifiques », rapporte Riccardo Morandini, conseiller scientifique de Silva Mediterranea. Ces groupes étudient par exemple les problèmes du chêne-liège, les techniques de reboisement ou encore les plantations d’eucalyptus (d’où la publication en 1979 par la FAO d’un ouvrage de base Eucalyptus for planting). Mais la mise en place d’un Comité pour la coordination de la recherche forestière en Méditerranée va permettre de lancer une série de réseaux de recherche régionaux qui traitent en profondeur les thèmes identifiés pendant les sessions de Silva Mediterranea : la sélection de peuplements de conifères méditerranéens pour la production de semences, l’influence de la couverture forestière sur le régime des eaux, l’introduction d’espèces exotiques (en l’occurrence celle de l’eucalyptus), l’amélioration des pâturages des zones arides et semi-arides et, un peu plus tard, la gestion des feux de forêt et la sylviculture du pin parasol, du cèdre et du chêne-liège. Ces activités de recherche sont réalisées en étroite coopération avec l’Iufro, l’Union internationale des instituts de recherches forestières.

Le PAF/MED de 1992 et le tournant de 2002 pour Silva Mediterranea

7Formulé en 1992, le Programme d’action forestier méditerranéen est élaboré dès 1993 par le Comité Silva Mediterranea de la FAO. Malgré les efforts réalisés dans les domaines scientifique, technique et financier, la dégradation des espaces boisés se poursuit dans les années 1980 à un rythme inquiétant. L’alerte est donnée par la FAO (de 1987 à 1992) et par le Xe Congrès forestier mondial à Paris (en 1991). À Rio en 1992, la Cnued lance un véritable appel à tous les pays pour qu’ils élaborent des plans d’action forestiers nationaux orientés vers une gestion durable et la conservation de la biodiversité, plans qui pourraient être encadrés par un programme d’action international. Finalement, à la session 1992 du Comité Silva Mediterranea, le PAF/MED voit le jour. Il est conçu comme un cadre conceptuel régional « pour faciliter la révision par les pays de leur politique et planification forestières, ainsi que pour harmoniser et renforcer la coopération internationale dans le domaine de la conservation et du développement des forêts méditerranéennes » (Malagnoux, Lanly, 1999).

8À Rome, en 2002, l’action de Silva Mediterranea est revigorée. Dès 1997, à la session d’Antalya, son rôle et son avenir sont largement discutés. Des participants vont même jusqu’à remettre en question son existence. Devant les difficultés, le Comité demande son examen externe et celui de ses réseaux. Si le PAF/MED met bien l’accent sur une gestion planifiée et durable des forêts, sa mise en œuvre est hypothéquée par les problèmes financiers et la volonté politique des États, notamment par une coopération Nord-Sud peu dynamique. Car face aux multiples défis du développement, les Pays du sud et de l’est de la Méditerranée (les PSEM) doivent dans les années 1990, en plus des difficultés communes à tous les États méditerranéens à mettre en place une gouvernance efficace pour l’environnement, assurer un fort développement économique et social pour satisfaire les besoins d’une population croissante.

9Depuis, les pays membres de Silva Mediterranea s’emploient à mettre en œuvre les recommandations du Comité. À la XXe session, à Sofia, en avril 2008, étaient inscrits à l’ordre du jour la question relative à la réorganisation du Comité et l’état des lieux des activités des groupes de travail. Il a été décidé de redynamiser les 4 groupes de travail existants et d’en créer deux nouveaux, Forêts et changements climatiques et Mécanismes de financement, le Comité demandant aux six groupes d’élaborer un programme d’activités pour la période 2009-2012. La réunion d’avril 2010 s’est tenue à Antalya au cours de la Première semaine des forêts méditerranéennes.

Dans le sillage de Silva Mediterranea, le Congrès forestier mondial et la Conférence Medecos

10Organisé par la FAO, le XIIIe Congrès forestier mondial s’est tenu à Buenos Aires en octobre 2009. Venus de 160 pays, les quelque 7 000 participants ont travaillé sur le thème Développement forestier : équilibre vital. Considérant que la discussion sur les problèmes liés aux forêts a trop longtemps été limitée aux professionnels du secteur forestier, le Congrès a décidé d’explorer les pressions majeures externes qui s’exercent sur lui plus rapidement que par le passé : changement climatique global, croissance démographique, conditions économiques et sociales, dégradation environnementale. Pour la première fois le Congrès a incorporé des forums de discussion, des réunions de travail et une session de communication. À travers ses 9 conclusions et ses 27 propositions d’actions stratégiques, il a exprimé la certitude que l’équilibre vital entre les forêts et le développement peut être amélioré, et l’espoir qu’en attendant le prochain congrès de 2015 des signes de progrès vers cet équilibre seront effectifs.

11Prévue au Chili pour octobre 2010, la XIIe Conférence internationale Medecos s’est tenue du 6 au 9 septembre 2011 à Los Angeles. Organisée par la société indépendante Isomed (International Society for Mediterranean Ecology) qui siège à Lisbonne, Medecos examine tous les 3-4 ans les données récentes sur les écosystèmes méditerranéens, la protection et la gestion des habitats naturels et de leurs cortèges d’espèces. Après la première rencontre de Valdivia (Chili) en 1971, la Conférence a été accueillie dans diverses localités des 5 régions du domaine bioclimatique méditerranéen : Californie (Stanford 1977, San Diego 1997), Chili (Valparaiso-Reñaca 1994), Afrique du Sud (Stellenbosch 1980, 2000), Sud-Ouest australien (Perth 1984, 2007), Méditerranée (Montpellier 1987, Crète 1991, Rhodes 2004).

Les efforts de coopération régionale

Le développement de la coopération intergouvernementale

12La question forestière étant liée aux questions agricoles, le Ciheam est créé dès 1962. Ce Centre international des hautes études agronomiques méditerranéennes est mis en place sous l’égide de l’OCDE par sept pays du sud de l’Europe, pour développer des activités de recherche et de formation supérieure dans les domaines du développement rural et de la foresterie. Les PSEM les rejoindront ultérieurement. Un Programme d’assistance technique pour l’environnement méditerranéen, mis en place en 1989, est orchestré par la CEE, la Banque mondiale et la Banque européenne d’investissement, mais il souffre de moyens limités par rapport aux besoins. Le programme Meda de l’Union européenne concerne le développement rural intégré et la conservation des écosystèmes forestiers de la Méditerranée.

13D’autres organismes régionaux sont issus du Pnue : le PAM, le CMDD et le Plan Bleu. Le Plan d’action pour la Méditerranée (PAM) a été mis en place à Barcelone en 1975. Il concernait tout d’abord la mer et ses rivages, mais en 1995 il a été élargi au développement durable. En 1996, est créée une Commission méditerranéenne du développement durable (la CMDD). Elle réunit des représentants des États riverains, de la Commission européenne et d’ONG environnementales. En 1999, la CMDD adopte un premier jeu de 130 indicateurs méditerranéens pour le développement durable, dont trois s’appliquent directement aux forêts : l’intensité de l’exploitation forestière, l’évolution de la surface forestière, la surface forestière bénéficiant d’une protection. Mais malgré la volonté de construire des règles communes de gestion durable des biens publics environnementaux de la région, de profonds écarts subsistent entre les pays de la rive nord et ceux de la rive sud dans les objectifs et les moyens des politiques mises en œuvre.

14Quant au Plan Bleu (dont l’esprit a été défini à Split en 1977), c’est un centre d’activités régionales du Pnue/PAM, fixé en France à Sophia-Antipolis, chargé de la fonction d’Observatoire méditerranéen de l’environnement et du développement durable. Piloté par les pays riverains et la Commission européenne, il prône une gestion intégrée des espaces ruraux conciliant la croissance économique et la protection des milieux. Ses objectifs depuis 1977 sont : la mise en œuvre d’un développement soucieux de l’environnement, de la conservation des écosystèmes continentaux, de leur faune, leur flore et leurs ressources énergétiques, par la promotion de la coopération régionale ; la production d’analyses prospectives sur l’environnement et le développement, et l’élaboration de scénarios d’avenir possibles.

15L’analyse prospective des politiques environnementales et de développement durable est exposée dans le Nouveau Rapport du Plan Bleu de 2005. Faisant suite au premier rapport de 1989, cette magnifique publication de 400 pages avec ses 250 cartes et graphiques et ses nombreuses études de cas, est le fruit d’un travail d’expertise collective tourné vers l’action. Le rapport de 2005 passe d’abord en revue les changements survenus dans le monde, notamment en ce qui concerne la mondialisation des questions environnementales, l’impulsion donnée par l’UE pour la rive nord et la Conférence de Rio pour les rives est et sud. Puis il analyse des avenirs possibles à l’horizon 2025, un « scénario de base tendanciel » si les tendances actuelles se perpétuent, et un « scénario alternatif » si l’on prend vraiment le chemin de la coopération régionale et du développement durable. Selon le Plan Bleu, l’environnement, malgré le foisonnement des associations, reste largement une affaire d’État, encore peu intégrée dans le développement. Si les efforts de mise en place des politiques ont été considérables, celles-ci sont souvent inappliquées, faute de moyens et d’une gouvernance environnementale capable d’affronter les pressions croissantes – notamment sur les espaces boisés – et les enjeux d’un développement durable qui concerne aussi les problèmes sociaux. Ce déficit de gouvernance, dû à la complexité de la législation et la faiblesse des administrations environnementales (sauf peut-être en Italie, en Espagne et en France, pays décentralisés), est particulièrement grave dans les PSEM qui doivent satisfaire les besoins d’une population croissante. Au total, les politiques environnementales restent plus curatives que préventives et « la question d’une gouvernance efficace pour un développement respectueux de l’environnement reste posée » (Pnue/PAM/Plan Bleu, 2005). La FAO et le Plan Bleu ont organisé en 2005, avec le soutien de la France, un Forum régional à Rabat sur le thème Secteur forestier et développement durable en Méditerranée : défis, politiques et gouvernance. En 2008, le Plan Bleu était présent à Sofia à la XXe session de Silva Mediterranea où il a proposé au Comité les axes d’un programme de travail pour la période 2008-2010. Et en avril 2011, lors de la Seconde semaine des forêts méditerranéennes qui s’est tenue à Avignon, il a participé en partenariat (notamment avec la FAO) à l’organisation de trois sessions sur le thème Forêts, sociétés et territoires. Le principal objectif était de présenter des expériences territoriales de gestion participative des écosystèmes forestiers méditerranéens, afin de promouvoir des initiatives d’amélioration de leur gouvernance.

Le développement des initiatives scientifiques et environnementales

16Au niveau scientifique, de nombreux programmes de recherche sur les écosystèmes forestiers et leur gestion sont mis sur pied par l’Ecofor, les universités, l’Imep et les parcs naturels.

17Créé en 1993, renouvelé en 2003 pour 10 ans, le GIP Ecofor (Groupement d’intérêt public Écosystèmes forestiers) a pour mission d’orienter ces programmes sur le fonctionnement et la gestion durable des forêts. Il faut donc remarquer, au sein des 9 organismes scientifiques, techniques ou professionnels (Cemagref, Cirad, CNRS, CNPPF, Engref, IFN, Inra, IRD, ONF), la participation de l’Office national des forêts qui a pour mission de gérer les forêts publiques (couper, replanter, protéger, aménager…), et de l’Inventaire forestier national qui fait l’état des lieux. Créé en 1958 sous la tutelle du ministère de l’Agriculture, l’IFN effectue en continu le suivi statistique de la forêt publique et privée française, cette surveillance permettant d’orienter, de mettre en œuvre la politique forestière nationale. Ses missions sont réalisées à cinq échelons interrégionaux, dont l’un se trouve à Montpellier, dans cette ville où en octobre 2010 le CNRS a inauguré une technologie unique au monde, un ensemble de serres baptisé Ecotron qui met la nature sous surveillance. « Ces dômes à l’allure banale recèlent un concentré exceptionnel de technologies permettant d’étudier la manière dont les écosystèmes sont affectés par les modifications de l’environnement » (A. Devailly, Le Monde, hors-série, Bilan Planète 2010). Soumis à diverses conditions environnementales, des échantillons d’écosystèmes intacts pesant jusqu’à huit tonnes y subissent « des mesures nettement plus précises… que sur le terrain… sur un grand nombre de paramètres » (J. Roy, Le Monde, hors-série, Bilan Planète 2010).

18Les initiatives scientifiques et (ou) techniques des conservatoires botaniques nationaux et des parcs naturels régionaux sont également à prendre en compte. Les conservatoires botaniques nationaux (Porquerolles) sont des organismes autonomes mais agréés par le ministère chargé de la Protection de la nature, dont la mission consiste à connaître et à conserver la flore et les habitats naturels. Parmi les parcs naturels régionaux (Narbonnaise, Haut-Languedoc, Lubéron, Corse…) celui des Alpilles a été créé récemment. Filiale du parc national de Port-Cros, le Conservatoire botanique méditerranéen de Porquerolles, créé en 1979-80, assure une mission d’information et de formation à destination du grand public et des gestionnaires d’espaces naturels. Collaborant avec un réseau de scientifiques et botanistes de terrain, il possède des laboratoires, des chambres de culture et une banque de semences. En 2005, pour célébrer son 25e anniversaire, il organise à Hyères avec l’Imep, un colloque international sur La conservation de la flore méditerranéenne dans un environnement changeant, réunissant des scientifiques et des gestionnaires forestiers des pays riverains de la Méditerranée.

19Divers organismes gouvernementaux ou régionaux visent la protection forestière et environnementale, mais ils disposent de moyens réduits face aux multiples défis à relever. L’Institut pour la forêt méditerranéenne a été créé en 1989 par le Conseil régional Paca et l’Entente interdépartementale en vue de la Protection de la forêt contre l’incendie, avec le soutien de la Caisse d’Épargne. Il sensibilise le grand public aux spécificités des espaces boisés méditerranéens, et recueille les dons des mécènes pour gérer des actions de prévention et de réhabilitation. L’Observatoire de la forêt méditerranéenne (l’OFME) est un cadre conventionnel créé en 2000-2001, sous l’égide de l’État, la région Paca, de l’Union régionale des communes forestières et de l’Entente interdépartementale pour la protection de la forêt et de l’environnement contre l’incendie. Inscrit au Contrat de plan État-Région, l’OFME prévoit des crédits pour la gestion durable de la forêt et facilite l’information et la rencontre de ses acteurs. En ce qui concerne le risque d’incendie de forêt, on peut signaler l’action du Ceren, le Centre d’essais et de recherche interdépartemental sur la protection de la forêt et de l’environnement contre l’incendie, et de l’Ecasc, l’École d’application de la sécurité civile qui, en mai 2008, a organisé une formation sur la gestion de ce risque s’adressant aux associations de communes forestières et aux collectivités locales.

20De multiples ONG et associations locales à sensibilité écologique et forestière ont également vu le jour. Le Comité français de l’UICN, créé en 1992, regroupe au sein d’un partenariat original 2 ministères, 13 organismes publics, 40 ONG, des collectivités locales, des entreprises et plus de 250 experts réunis en commissions spécialisées et en groupes de travail thématiques. Il s’est fixé deux missions principales : répondre aux enjeux de la biodiversité en France et valoriser l’expertise française à l’international. Fondée en 1948, l’UICN, l’Union internationale pour la conservation de la nature travaille pour la protection des ressources naturelles et participe à la définition de conventions internationales, notamment pour la diversité biologique. Observateur officiel auprès des Nations unies, cette union démocratique qui siège en Suisse est le plus ancien et le plus vaste réseau mondial de protection de l’environnement, rassemblant plus de 1 000 organisations gouvernementales et non gouvernementales, 11 000 scientifiques et experts bénévoles répartis dans plus de 160 pays. Le Forum méditerranéen de l’UICN, réuni à Malaga en novembre 2010, a investi l’organisation dans le rôle de coordinatrice des efforts dans la perspective d’une utilisation rationnelle des ressources disponibles et la promotion d’un développement intelligent entre le nord et le sud de la Méditerranée. En 1961, l’UICN avait contribué à la création du WWF, le Fonds mondial pour la nature, ONG fortement impliquée dans le développement durable, qui cherche avec diverses organisations (ONG ou autres) et des associations de protection de la nature à « enrayer, puis inverser le processus de dégradation de la planète ». Représentée dans plus de 100 pays, cette organisation bénévole qui compte 5 millions de membres œuvre en France avec sa filiale WWF-France, créée en 1973.

21Fondée en 1978, Forêt méditerranéenne est l’association française jumelle de l’AIFM, l’Association internationale forêt méditerranéenne. Elle a d’ailleurs contribué à la forger en 1996. Cette initiative a été appuyée par une société portugaise et italienne, l’Unesco, la FAO (Silva Mediterranea) et le PAM. Malgré le rôle joué dans cette création par l’État français et les régions Paca et Languedoc-Roussillon, l’AIFM, dont le siège social se trouve à Marseille, est une association totalement indépendante. En organisant des rencontres, en participant à de nombreuses réunions (comme celles de Silva Mediterranea) et en publiant régulièrement ses Nouvelles des forêts méditerranéennes, elle s’est fixée deux buts principaux : faciliter l’échange des connaissances relatives aux milieux naturels et forestiers des pays à climat méditerranéen et à leurs modes de gestion ; promouvoir une coopération internationale pluridisciplinaire sur les aspects environnementaux, technologiques, socio-économiques, d’aménagement du territoire de ces milieux. Elle est active également par ses rencontres et sa publication la feuille et l’aiguille. En 2005, dans le cadre de ses rencontres triennales (Foresterranée), elle a préparé des États généraux de la forêt méditerranéenne, tenus dans toutes les régions méditerranéennes françaises et conclus au domaine départemental de l’étang des Aulnes à Saint-Martin-de-Crau. Le Manifeste des Aulnes met en exergue les spécificités de la forêt méditerranéenne française et la nécessité d’une politique globale pas « centrée uniquement sur la protection contre les incendies, qu’il convient cependant de soutenir et d’améliorer » (Forêt méditerranéenne, 2005). On peut remarquer que le foisonnement des ONG a conduit à certains regroupements, tel celui du MED Forum. Constitué à Barcelone en 1995 sur la demande de nombreuses ONG, ce réseau en 1997 en rassemble plus de 80 des 18 pays riverains, auxquelles il faut rajouter celles du Portugal, d’Andorre et de Jordanie, toutes visant la défense et la protection de l’environnement dans un cadre de développement durable. Il est le porte-parole de leurs actions auprès des instances et des forums internationaux : MED Forum était présent aux réunions du PAM, de la Convention de Barcelone, de la CMDD, de la Convention de lutte contre la désertification, au Congrès mondial de l’UICN… Une Banque de projets de MED Forum finance les actions de partenariat.

L’ébauche d’une gestion conservatoire

L’élément clé : la conservation de la biodiversité

22Aujourd’hui, on parle plutôt de la biodiversité que de la nature. Pour l’économiste Jacques Weber, ce concept est plus concret « en faisant référence explicitement à tout l’ensemble des écosystèmes, des espèces et des gènes », alors que la signification de la nature, « projection de l’ordre social sur le milieu environnant (…) diffère entre les sociétés, les géographies et le temps » (Weber, 2008). Le terme forgé en 1985 par W.G. Rosen est devenue le mot clé dans les discours, car il couvre un champ très large : « les espèces sauvages et domestiques, des bactéries aux grands mammifères, mais également les habitats et les interactions entre ces différentes composantes, des gènes aux écosystèmes, et même les services rendus par ces derniers » (Commissariat général au développement durable, 2010).

La Convention internationale sur la diversité biologique

23Ce traité international a comme objectifs le développement de stratégies nationales pour la conservation de la biodiversité, son utilisation durable et le partage juste et équitable des avantages découlant de l’exploitation des ressources génétiques. Ouverte aux signatures en juin 1992, la CDB était signée par 168 pays en décembre 1993. D’abord installés à Genève, ses bureaux optèrent définitivement pour Montréal. Longtemps, les diverses conférences n’ont eu qu’une portée peu contraignante, des pays comme les États-Unis s’étant abstenus de ratifier la Convention. Il fallut attendre la Conférence de Bratislava en 1998 et celle de Kuala Lumpur en 2004 pour aborder la question du partage juste et équitable des bénéfices tirés de la biodiversité, d’ailleurs sans qu’aucune décision ne soit prise, les pays du Sud riches en ressources réclamant un régime contraignant « d’accès et de partage » afin d’éviter une exploitation favorable aux pays du Nord. Vingt ans plus tard, la CDB issue du Sommet de Rio reste le seul instrument international pouvant appréhender les problématiques liées à la diversité biologique. Une Évaluation des écosystèmes pour le millénaire est commandée en 2000 par le Secrétaire général de l’ONU Kofi Annan, mais ce travail, qui nécessite les contributions de plus de 1 360 experts issus de près de 50 pays et va durer 4 ans, vise surtout à répondre aux besoins d’usagers de l’environnement, notamment du monde des affaires qui est invité à relever le défi d’un développement soutenable. En 2002, lors du Sommet de la Terre de Johannesburg, la communauté internationale promet de tout faire pour réduire avant 2010 le taux d’érosion de la biodiversité. Et, en 2006, pour renforcer l’importance de cet enjeu, les Nations unies déclarent 2010 l’Année internationale de la biodiversité. Pourtant, huit ans après la déclaration d’Afrique du Sud, aucun des pays signataires n’a pu enrayer le rythme d’appauvrissement de la biodiversité, aucun n’a pu trouver un développement plus harmonieux avec la nature. 2010 est donc l’année où, face à cet échec, la communauté internationale doit faire le bilan de l’action pour la préservation des espèces et réfléchir à de nouvelles perspectives d’avenir.

24Aussi l’Année internationale de la biodiversité s’achève-t-elle, à la surprise générale, sur la note d’espoir de la Conférence de Nagoya (octobre 2010). Malgré les affrontements entre les pays industrialisés (hormis les États-Unis non signataires de la CDB) et les pays en développement, peu enclins à prendre de nouveaux engagements sans contrepartie, les 193 pays membres de la Convention sur la diversité biologique parviennent à un accord pour freiner le rythme d’extinction des espèces d’ici à 2020. La communauté internationale a-t-elle voulu éviter, dix mois après l’échec de Copenhague sur le changement climatique, de reproduire l’affligeant spectacle de sa paralysie et de son inaction ? Ou bien cette avancée de Nagoya est-elle due au rapport alarmant du Pnue sur Les perspectives mondiales de la biodiversité, publié au printemps 2010 ? S’il est stratégique, le plan 2011-2020 n’est pas pour autant contraignant, même avec ses 20 sous-objectifs quantifiés : division par deux du rythme de disparition des habitats naturels ; restauration de 15 % des écosystèmes dégradés ; augmentation de la superficie des aires protégées terrestres (portée de 13 % à 17 %) et maritimes (portée de 1 % à 10 %) ; gestion durable de l’agriculture et de la pêche ; réduction puis suppression en 2020 des subventions dommageables à la biodiversité. Certes en 2002, à Johannesbourg, les indicateurs faisaient défaut, mais à Nagoya aucune sanction n’est prévue dans la mise en œuvre des plans nationaux. Et beaucoup de pays du Sud, qui dénoncent l’ampleur de la « biopiraterie », prennent leur revanche avec le meilleur accès aux ressources génétiques et le partage plus équitable des avantages issus de leur utilisation. Mais l’espoir de Nagoya repose aussi sur la création d’une Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES, en anglais), qui serait l’équivalent du Giec, une boussole des politiques de préservation de la biodiversité, en fournissant aux gouvernements des évaluations et des scénarios sur son évolution à venir. Créé sous l’égide de l’ONU, l’IPBES devra mettre les écosystèmes mondiaux sous surveillance mais en évitant toute ingérence. « Les pays en développement ont exigé d’encadrer étroitement le mandat des scientifiques afin que la nouvelle organisation ne se transforme pas en donneuse de leçons » (L. Caramel, Le Monde, hors-série, Bilan Planète 2010). De façon quasi unanime, les ONG ont salué l’accord de Nagoya, « le message envoyé à tous les pays est : il faut faire plus » a déclaré Russel Mittermeier de Conservation International. Pourtant, le financement global du programme est loin d’être bouclé, et puis « il ne faut pas oublier qu’entre 2002 et 2010 les chefs d’État ou de gouvernement ont adopté, à quinze reprises au moins, l’objectif de réduire fortement le rythme actuel de perte de la biodiversité… Pour les résultats que l’on sait. Les promesses faites à Nagoya connaîtront-elles un meilleur sort ? » (L. Caramel, Le Monde, hors-série, Bilan Planète 2010).

En France, la Stratégie nationale pour la biodiversité

25La SNB de la France est conforme aux orientations de la CDB, qu’elle a ratifiée en 1994. L’objectif de stopper la perte d’érosion pour 2010 est ensuite conforté par le Grenelle de l’environnement (octobre 2007). Pour évaluer et améliorer la Stratégie nationale pour la biodiversité, le Grenelle, qui rassemble ONG, patronat, syndicats, État et élus de tous bords pour finalement aboutir à 273 engagements, suggère la création dès 2008 d’un Observatoire de la biodiversité, qui sera décliné en observatoires régionaux ou locaux. Après être restée relativement en marge du premier suivi planétaire de la biodiversité, l’Évaluation des écosystèmes pour le millénaire qui avait mobilisé plus de 50 pays, la France répond ainsi à une partie des engagements de la CDB de Rio. Ces organismes publics ou associatifs – éventuellement construits par une ONG – ont en effet pour mission de collecter et centraliser, sous forme d’indicateurs, des données qualitatives et quantitatives à tous les niveaux de la diversité biologique, des gènes à la biosphère, ces inventaires devant conduire à la diffusion des connaissances (notamment d’une cartographie) nécessaire à l’élaboration et (ou) à la surveillance des politiques de gestion de la biodiversité. Associant de multiples experts, ces observatoires prolongent le travail ancien des musées d’histoire naturelle, qui ont accumulé de nombreuses données souvent sur plusieurs siècles. Le Grenelle 1 a également proposé que soit achevé, à l’initiative du ministère chargé de l’Environnement et avec l’appui du Muséum national d’histoire naturelle, l’inventaire des Znieff, les Zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique, recensées à partir de 1982 dans les 22 régions métropolitaines et les départements d’outre-mer. En 2004, la notion « d’espèce déterminante », qui permet de définir une Znieff, prend une importance majeure dans leur nouvelle caractérisation. Basée sur des critères de rareté, de menace, de statut de protection, d’autochtonie et d’endémisme, la méthode de délimitation de leurs périmètres est ainsi affinée pour être « explicite et incontestable » (Elissalde-Videment et al., 2004). En mai 2010, la loi Grenelle 2 marque la fin du consensus autour de l’écologie, d’ailleurs sensible dès mars avec l’abandon de la taxe carbone, l’une des mesures phares du Grenelle 1. La crise économique semble opposer de nouveau la recherche de la compétitivité et la protection de l’emploi à la conservation des écosystèmes et de la biodiversité.

26Au total, la mise en œuvre de la SNB repose sur un ensemble de mesures pratiques en faveur de la protection de la biodiversité et des paysages. En 10 ans (de 1998 à 2008), la dépense nationale concernant ce secteur, financé aux trois quarts (en 2008) par les ministères, les établissements publics et surtout les collectivités locales (principalement les communes), a progressé de 70 %, contre seulement 22 % pour le PIB, et près de 60 % de cette dépense concerne la protection de la biodiversité, le reste étant consacré aux paysages (Commissariat général au développement durable, 2010). Parmi les mesures prises par la France en faveur de cette protection comptent les plans d’actions de sauvegarde et de restauration des espèces, la création et la gestion d’aires protégées, et la mise en œuvre du réseau européen Natura 2000. Sur la période 1998-2008, les espaces naturels ont progressé en nombre et en surface. En métropole, il s’agit surtout des parcs régionaux, protégés par voie contractuelle, s’appuyant sur une charte acceptée par différents usagers associés dans le développement local et la préservation du patrimoine, ou s’appuyant sur une convention internationale, sur les engagements internationaux pris par la France (convention Ramsar sur les zones humides, programme L’Homme et la biosphère de l’Unesco). Les espaces naturels protégés par voie réglementaire (cœur de parc national, réserves naturelles…), s’appuyant sur des interdictions ou des limitations des activités humaines, ont une superficie plus étendue en outre-mer qu’en métropole.

27Les nombreux sites Natura 2000 de l’Union européenne doivent permettre de réaliser les objectifs de la CDB adoptée à Rio : maintenir la diversité biologique tout en tenant compte des exigences économiques, sociales, culturelles et régionales dans une logique de développement durable, et en considérant que les aires protégées présentent un véritable enjeu pour l’économie à long terme. Initialement prévue pour 2004, la désignation des sites a pris du retard, par exemple la constitution du réseau français, validé en 2007, la France ayant été sanctionnée à trois reprises pour sa lenteur par la Cour de justice européenne, malgré des avancées significatives. En application des directives européennes Oiseaux de 1979 et Habitats, Faune, Flore de 1992 ont été créées respectivement des Zones de protection spéciales (ZPS) et des Zones spéciales de conservation (ZSC), ces dernières étant issues des listes nationales puis de la liste européenne des Sites d’importance communautaire (SIC) établies à partir de 1995. En 2008, puis en 2010, le réseau terrestre a été complété par quelques sites maritimes d’un réseau Natura 2000 en mer. L’entrée dans l’UE de 12 nouveaux États a provoqué une nouvelle extension du réseau en 2010. En France, la gestion est assurée par une ou plusieurs collectivités territoriales et un comité de pilotage (Copil) composé des acteurs en présence sur le site : associations, agriculteurs, pouvoirs publics, collectivités, forestiers, propriétaires, chasseurs, pêcheurs, etc. La directive Habitats, Faune, Flore oblige les États membres à entreprendre une surveillance des espèces et des habitats d’intérêt communautaire, et à évaluer tous les six ans leur état de conservation. L’évaluation sur la période 2001-2006 qui a porté en France sur 290 espèces a révélé qu’une seule sur cinq se trouve en bon état de conservation, la part la plus importante étant dévolue à la flore de la région alpine (Alpes et Pyrénées) avec 32 % d’évaluations favorables, et à la faune de la région méditerranéenne avec 28 %. L’analyse a aussi indiqué qu’un habitat sur six est en bon état en France, les milieux les mieux conservés étant les systèmes rocheux (éboulis, falaises) et les fourrés sclérophylles (landes, buxaies, certaines junipéraies), essentiellement dans la région alpine (Alpes et Pyrénées), avec 30 % d’évaluations favorables. Les situations les plus défavorables sont observées pour les habitats marins, littoraux, dunaires, aquatiques et humides. « Alors que les parcs naturels régionaux (PNR) et le réseau Natura 2000 sont deux types d’aires protégées largement déployés en métropole (12,5 % chacun du territoire), leur recouvrement n’est pas aussi important qu’il pourrait y paraître puisque à peine 20 % des surfaces terrestres Natura 2000 sont également couvertes par un PNR » (Commissariat général au développement durable, 2010).

L’intégration de la biodiversité, priorité d’avenir

28« Le défi d’aujourd’hui est d’insérer la biodiversité dans l’espace occupé par les humains – en premier lieu dans l’agriculture mais aussi dans les villes et leurs périphéries » (Weber, 2008). Pour conserver les espaces boisés méditerranéens fortement anthropisés et leur riche biodiversité, une gestion durable tant agricole ou pastorale que forestière est absolument nécessaire. À la fin du XXe siècle, l’importance des forêts pour les populations a été mise en relief. En 1989, le premier rapport du Plan Bleu appelait de ses vœux une stratégie de gestion intégrée des espaces ruraux et de leurs ressources conciliant le développement économique et la protection des milieux naturels. Une agriculture qui intègre la valeur de la richesse biologique est plus durable, malgré des rendements moins élevés. Mais depuis son adoption en 1992 au Sommet de la Terre de Rio, la mise en œuvre de la Convention internationale sur la biodiversité a concerné presque uniquement la création et la gestion d’aires protégées. Les politiques de coopération environnementale mises en place ont pâti de la mondialisation, d’une ouverture commerciale qui a maintenu ou aggravé les inégalités, « la divergence de moyens et de perspectives entre une rive nord, qui bénéficie de l’intégration européenne (avec notamment des directives rigoureuses sur l’environnement et des fonds pour le renforcement des capacités…), et une rive sud qui n’en bénéficie pas » (Pnue/PAM/Plan Bleu, 2005). Une lueur d’espoir cependant ? Face à l’application encore modeste de la biodiversité dans les politiques publiques ? Selon Jacques Weber, ce concept clé dans les discours « aura bientôt atteint le même niveau d’attention et de préoccupation que le changement climatique » (Weber, 2008). Cette déclaration optimiste tient sans doute des avancées scientifiques interdisciplinaires en écologie et en économie, qui semblent capables d’étendre la prise de conscience de l’humanité sur les interdépendances qui structurent le vivant et sur les services rendus par les écosystèmes…

Rive sud : des actions encourageantes mais timides

29Les populations de la rive sud exerçant une pression continue sur les espaces boisés, leur biodiversité et leurs sols, il fallait répondre aux défrichements, à la fragmentation et la disparition rapide des habitats naturels et de leurs cortèges d’espèces végétales, orchestrés le plus souvent au profit de l’extension des cultures et du surpâturage ovin et caprin. On évoquera seulement quelques exemples de réalisations concrètes – pris surtout au Maghreb – encore peu efficaces face à cette surexploitation.

Des aires protégées et des réserves de biosphère

30L’importance des endémiques dans le nombre de ligneux menacés (plus des 2/3) souligne tout l’enjeu de la conservation de la flore et des communautés forestières du bassin méditerranéen. Si en 1998, l’UICN recense 45 ligneux menacés, P. Quézel et F. Médail en répertorient 61, dont 42 endémiques, sur les 290 présents dans le bassin (Quézel, Médail, 2003). Cette vulnérabilité est particulièrement préoccupante sur la rive sud, comme l’indique par exemple le fort pourcentage d’espèces végétales menacées au Maroc, 24 %, soit pratiquement une sur quatre.

31La création d’aires protégées s’accélère depuis l’an 2000. Selon Eurostat, l’Égypte (en 2004) et la Tunisie (en 2005) en détiennent 24, ce dernier pays ayant créé ses 8 parcs nationaux et ses 16 réserves naturelles dans les années 1980-90. La Syrie possède 19 aires protégées (en 2003), le Maroc 14 (en 2003) et la Jordanie 7 (en 2006), le record étant dévolu à Israël avec 427 unités (en 2002). Mais pour conserver une biodiversité maximale, il importe de maintenir dans les espaces boisés de ces aires protégées les séquences de perturbations qui les ont façonnés, afin de préserver l’équilibre de la mosaïque de biocénoses qui les compose. Et comme certains taxons ne peuvent se développer qu’au sein de vastes zones, loin des lisières, le programme Man and Biosphere de l’Unesco a désigné sur le pourtour méditerranéen 34 réserves de biosphère, sur les 425 créées dans le monde. Pour 32 d’entre elles, il s’agit de « surfaces forestières ou préforestières significatives… entourées de zones tampons puis d’une aire de transition gérée par les populations locales dans une optique de développement durable », explique Frédéric Médail, en précisant qu’à l’est certaines forêts principales ne sont pas incluses dans ces structures, telles les cédraies à Cedrus libani ou certaines sapinières, pinèdes et chênaies, lacunes en partie comblées par l’existence de nombreux parcs nationaux (Quézel, Médail, 2003). La Turquie, la Syrie, le Liban, Chypre, la Libye, l’Albanie et la Bosnie n’ont malheureusement pas encore de réserves de biosphère. Qu’elles soient parc national, réserve naturelle ou réserve de biosphère, les aires protégées des PSEM sont souvent dégradées par des impacts humains difficiles à maîtriser.

32Les plus vastes réserves de biosphère méditerranéennes sont situées au Maroc. Créée en 2000, celle de l’Oasis du Sud marocain comporte, sur près de 7,2 M ha dont plus de 900 000 ha pour la surface centrale, des forêts alticoles à genévrier thurifère et chêne vert, des forêts présteppiques à acacias, et des oasis à palmier dattier. Créée en 1998, l’Arganeraie du Souss comprend, sur plus de 2,5 M ha dont 110 000 ha pour la zone centrale, outre les formations présteppiques à arganier, des formations à thuya de Berbérie et genévrier de Phénicie. En Algérie, hormis El Kala née en 1990 et Chrea apparue récemment en 2002, il faut signaler l’exemple de Djurdjura créée en 1997, avec plus de 35 000 ha, dont 12 800 ha pour la zone centrale, qui cherche à protéger une grande variété d’écosystèmes forestiers : des chênaies (chêne vert, chêne-liège, chêne zéen), une cédraie à Cedrus atlantica, des forêts d’érables, des pinèdes (pin d’Alep, pin noir) et des peuplements d’If. En Tunisie, sur les 4 réserves créées en 1977, dont Djbel Bou-Hedma, Djbel Chambi et Ichkeul, on remarquera celle des îles Zembra et Zembreta, de petite taille (791 ha avec une zone centrale de 550 ha) qui recouvre des matorrals thermophiles à oléolentisque.

La réhabilitation du secteur forestier et l’implication des populations

33Le rapport de 2005 du Plan Bleu évoque une stabilisation, voire une progression des superficies en Afrique du Nord et au Proche-Orient. Sauf au Liban, dévasté par la guerre entre 1975 et 1991, les surfaces reboisées sont souvent très importantes : c’est le cas au Maroc, en Tunisie, en Syrie et en Turquie, où plus de 66 000 ha de Cedrus libani ont été plantés par le service forestier turc. Et parmi les pays qui progressent le plus, on compterait l’Algérie avec 1,3 % par an, la Libye 1,4 %, l’Égypte 3,3 % et Israël 4,9 % par an. Cette situation résulterait surtout d’un effort général de reboisement, les surfaces plantées occupant entre 20 à 40 % de la superficie forestière des divers PSEM (pour 11,6 % dans tout le bassin). Mais la matorralisation et la steppisation faisant régresser bon nombre de forêts naturelles (de 2 à 4 % par an), les bilans surfaces déboisées/surfaces reboisées restent négatifs, et les chiffres sont à considérer avec précaution.

34Au Maroc, le haut commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte contre la désertification accorde une priorité particulière au reboisement. Selon A. Benabid, 423 000 ha ont été reboisés entre 1950 et 1980. Cet effort vaut pour la reconstitution des forêts naturelles et des parcours comme pour la protection des sols ou l’amélioration du cadre de vie. L’adoption d’un Programme forestier national et de lutte contre la désertification accélère aujourd’hui le reboisement (zones de Chefchaouen, Khénifra et Ifrane) et lance des travaux d’aménagement anti-érosifs dans 11 bassins versants. Un effort est mis sur la création de centres de semences régionaux où sont élaborés des programmes de sélection génétique. Les travaux de régénération assistée des espèces climax cherchent à s’appuyer sur la technique de la « futaie jardinée, au sein de laquelle les recouvrements arborescent et arbustif sont équilibrés » (Benabid, 2002). L’ameublissement du sol ne doit pas détruire ses horizons ni la strate arbustive. L’ensemencement artificiel doit plutôt s’appuyer sur un crochetage manuel ou un labour superficiel avec un scarificateur (une charrue à dents, et non à disques). La campagne de reboisement 2005-2006 a porté sur près de 32 000 ha, dans toutes les régions du pays, surtout à des fins de production et de protection (20 000 ha), le reste étant réparti entre la régénération des forêts et l’amélioration sylvo-pastorale.

35La stratégie de l’État dans le secteur forestier est fondée sur une approche participative et partenariale. Si l’intervention du secteur privé dans le reboisement demeure faible, celle de l’État s’appuie sur l’implication de tous les intervenants (usagers, collectivités locales et secteur privé), ainsi que sur les liens des programmes forestiers avec d’autres secteurs (eau, agriculture, énergie…). Le Plan national d’aménagement des bassins versants inclut cette forte participation des communautés locales, mais le financement insuffisant, notamment par les possibles bénéficiaires de l’aval, explique que ses réalisations ne concernent que 13 000 ha par an dans les années 1990, au lieu des 75 000 prévus. Pourtant, une volonté politique nouvelle appuyée financièrement par l’Union Européenne, est en cours au Maroc en matière de foresterie, basée sur la mobilisation des populations locales, comme le montre l’exemple du projet Gefrif (Gestion participative des écosystèmes forestiers du Rif). Depuis que les terres domaniales exploitées de fait sont devenues des propriétés individuelles, les délits de coupe ont régressé et la forêt reprend sa dynamique progressive. « Le développement d’une nouvelle génération de fours à pain (métalliques) fabriqués localement devrait permettre des économies de bois de l’ordre de 50 % et alléger d’autant le travail des femmes (ramassage du bois) » précise le rapport du Plan Bleu. Cette nouvelle gouvernance dans la gestion forestière est facilitée par l’action déconcentrée et simplifiée de l’Agence du Nord, administration transversale qui réunit les fonds nationaux et européens. Par ailleurs, des mesures incitatives ont été prises dans le cadre du Fonds national forestier, permettant l’octroi de subventions et de prêts remboursables : subventions en nature, à raison de 6 000 plants par bénéficiaire et par an ; subventions en espèces pour les reboisements productifs, à hauteur de 30 % du coût du projet ; remboursements pour le reboisement des terrains collectifs, dans le cadre conventionnel, à partir des recettes réalisées.

36Actuellement, la surface reboisée avoisine les 600 000 ha, à égalité en essences résineuses et en essences feuillues. En 2008, le plan d’urgence du haut commissariat prévoit le reboisement de 500 000 ha en 10 ans. Les espèces les plus choisies sont le cèdre, le thuya de Berbérie, le cyprès de l’Atlas, le chêne-liège, l’arganier ou encore le caroubier. On peut rappeler l’exemple de l’intervention du gouvernement en faveur de l’arganier : accueil de colloques internationaux à Agadir, création (avec Monaco) de la coopérative de Taitmatine, et depuis le classement de l’arganeraie en réserve de biosphère de l’Unesco, programmes de reboisement avec la participation de l’ONG Fondation du Sud pour le développement et la solidarité. La plantation de 6 000 arbres en 3 ans est prévue dans la région de Taroudannt, 4 000 ayant déjà été plantés à Ameln, près de Tafraout. Et même si un arbre ne donne des fruits qu’au bout de 25 à 30 ans, ce reboisement de la forêt d’arganiers de plus en plus livrée au pâturage et à la culture de la tomate ou des agrumes cherche à préserver la production marocaine d’huile d’argan, concurrencée par celle de pays comme la Tunisie, l’Espagne, la France ou Israël, lesquels importent aujourd’hui des amandons pour produire.

37En Tunisie, la réhabilitation forestière a suivi le tournant politique de 1987. Pour la Direction générale des forêts (DGF) du ministère de l’Agriculture, la protection et l’accroissement des espaces boisés sont une priorité nationale. Elle a été concrétisée par la refonte du Code forestier en 1988 et la mise en œuvre de plans nationaux de reboisement et de protection des sols à partir de 1990. Sont impliqués aussi l’Office de développement sylvo-pastoral du Nord-Ouest – l’Odsypano – et l’Institut national de recherches forestières. Le code révisé, qui souhaite un climat de confiance entre forestiers et usagers, prévoit l’intégration des populations dans des Associations forestières d’intérêt collectif (Afic) et le recyclage des cadres techniques dans le domaine socio-économique et de l’animation rurale. En effet, l’article 16 appelle le forestier à « tenir compte des intérêts légitimes des usagers ». C’est-à-dire à ne plus penser exclusivement à la production ligneuse, mais à compter sur les autres ressources souvent non utilisées pour leur fournir une vie décente : « le tourisme vert, l’élevage du gibier et de certaines espèces de la faune sauvage, les essences aromatiques et médicinales, le petit élevage, la rationalisation de l’exploitation agricole dans les clairières forestières et la formation de micro-entreprises de travaux forestiers » (Larbi, 1999).

38L’approche participative a vraiment démarré avec les 10 Opérations pilotes de développement intégré (OPDI) lancées en 1994. Une expérience ancienne réalisée dans les montagnes du nord-ouest de la Tunisie avait montré que les actions menées selon cette approche étaient plus durables que celles définies selon l’approche administrée. Selon les chiffres donnés par Chakroun Mohamed Larbi, l’ensemble des OPDI totalise 21 500 ha, avec de très petites exploitations agricoles (70 % ont moins de 5 ha) où la surface forestière varie entre 50 et 80 % de la superficie totale. Près de 10 000 habitants sont désenclavés, regroupés dans des micro-localités (des douars). Le programme des OPDI, comprend des actions forestières comme le reboisement, lequel peut compter sur trois pépinières pilotes, installées de 1995 à 1997 dans les arrondissements de Nabeul, Kef et Béja (Lamhamedi et al., 2000) dans le cadre du Projet de développement forestier. Chacune d’elles, dotée d’une ombrière rétractable, assure une production de 500 000 plants de qualité en conteneurs (pin pignon, pin d’Alep, chêne-liège, acacia, eucalyptus, casuarina…). Six autres pépinières ont été modernisées entre 1998 et 2000. Les OPDI comprennent aussi la construction des infrastructures de base, l’augmentation de la production agricole, la protection de l’environnement, la promotion de petites entreprises de travaux forestiers et celle des activités féminines (jardins potagers, petit élevage, distillation, artisanat…), auxquelles sont consacrés 30 % des crédits. Des ONG spécialisées dans l’animation rurale et la programmation ont accompagné dès le départ ces opérations.

39En Algérie, le programme du gouvernement lancé en 1999 et entré en vigueur en 2000 vise le reboisement de 1 250 000 ha en 20 ans. En 2007, le pays est dans les 5 premiers sur le plan mondial en matière de reboisement.

40La DGF a planté 120 millions d’arbres sur 74 000 ha, une superficie de 100 000 ha par an étant prévue dans le court terme. Les opérations – comme la plantation d’arbres dans la forêt de Baïnem – concernent la wilaya d’Alger, qui compte une centaine d’espaces boisés étendus sur 5 000 ha dans 55 communes, mais le plan table aussi sur le reboisement de 60 % de zones montagneuses, souvent menacées par l’érosion hydrique. Depuis sa validation en 1999, le projet aurait permis de réaliser 250 000 ha jusqu’en 2008, c’est-à-dire le quart de ce qui a été fait depuis l’indépendance jusqu’en 1999. Le secteur privé est largement impliqué dans ce plan, avec la participation de 130 pépinières privées contre 40 issues du public.

41Dans le cadre de ce reboisement, la DGF tente aussi de relancer le projet de Barrage vert de 1969, en mettant en place un programme ciblé sur des zones en désertification. Après avoir été confié à l’armée, ce chantier pharaonique est repris en 1994 par l’administration des forêts, qui n’a pas les mêmes moyens humains : le gouvernement de Boumediene avait mobilisé 20 000 recrues du Service national… Pourtant à cette date, à cause de méthodes peu efficaces, inspirées des Soviétiques, les 12 000 ha plantés étaient réussis seulement à 42 %. Et « si le chêne vert, le cyprès de l’Arizona et le pistachier étaient aussi prévus, seul le pin d’Alep avait été vraiment planté » (Bethemont, 2001). La mission actuelle de la DGF, remise à jour par le programme de relance économique du quinquennat 2005-2009, consiste d’abord à réhabiliter des sites, près de Tébessa, Djelfa, M’sila et Khenchela (Enquête DZ, 2006), dégradés par le pacage, les coupes illicites et le dépérissement des pins d’Alep, ravagés par la tordeuse et les chenilles processionnaires. Le projet est abandonné dans sa conception comme barrage à l’avancée du sable vers le nord, on a compris que la lutte contre la désertification doit plutôt se focaliser sur ses véritables causes, à savoir une pression pastorale accentuée par une population plus nombreuse et l’augmentation générale des niveaux de vie. Il faut donc réhabiliter les steppes et les zones de parcours par des mesures comme la mise en défens, le pâturage différé géré en associations d’éleveurs/pasteurs, l’introduction d’arbustes fourragers. Aujourd’hui, le projet de barrage vert sur 1 000 km de long et 20 km de large est remplacé par de petits projets intégrés, des actions de proximité ciblées sur des régions menacées par la désertification. L’État a mis en place un Programme national des Hauts Plateaux et un Programme spécial du Sud de l’Algérie. En 2010, le ministère de l’Agriculture et du Développement rural annonce que le Barrage vert sera élargi d’ici à 2014 de 100 000 ha. Les associations, les habitants et les collectivités locales vont être sensibilisés pour contribuer à la lutte contre la désertification. Outre les opérations de reboisement, les agriculteurs sont encouragés « à produire de l’orge qui est incorporé dans l’alimentation animale afin de réduire l’utilisation excessive des terrains et pâturages par les éleveurs » (Boudedja, 2010).

42Au Liban, l’ONG Jouzour Loubnan (Les racines du Liban) a lancé de nombreuses campagnes de plantation sur le territoire. Entre 2008 et 2010, Jouzour Loubnan a planté 21 000 arbres sur les hauteurs de Ehmej, Tarchich, Kfardebian, Aïn Zebde et dans les environs du barrage de Chabrouh. Et à la fin de 2010, Raoul Nehme, son président, a annoncé le lancement de campagnes de plantation de 10 452 cèdres du Liban, caroubiers, amandiers et pruniers sauvages, lauriers et chênes sur une étendue d’environ 350 000 km2 dans la région de Aynata, au Sud-Liban, projet soutenu par la municipalité, l’armée libanaise et l’ONU (la Finul). L’organisation s’est donnée pour mission de reboiser des régions montagneuses et arides où le surpâturage, la surexploitation et le changement climatique accélèrent la désertification et l’érosion des sols. Elle assure également l’arrosage, la maintenance et le gardiennage des zones reboisées jusqu’à leur pérennité. Dans le cadre de son partenariat avec la faculté des sciences de l’université Saint-Joseph de Beyrouth (USJ), Jouzour Loubnan a financé la création en 2009 d’un laboratoire de germination et de conservation des graines, dirigé par la généticienne Magda Bou Dagher-Kharrat, dont les recherches visent en premier lieu à éviter l’hybridation de Cedrus libani subsp. libani, symbole du pays, avec d’autres types de cèdres importés. À travers l’étude des arbres et des plantes endémiques, le stockage des semences d’espèces locales sauvages et la production de plantules, le laboratoire Jouzour Loubnan contribue fortement à la protection de la biodiversité.

Des efforts peu efficaces pour réhabiliter les parcours

43Dans les PSEM, le fait tribal coutumier a gardé toute son importance dans les terres de parcours des troupeaux, notamment forestiers. Au Maghreb, malgré la domanialisation des forêts, les usagers les considèrent toujours comme leur appartenant plus ou moins collectivement.

44C’est l’appartenance au groupe qui règle encore le droit d’accès et la mise en défens. Jusqu’au milieu du XXe siècle, l’organisation communautaire agricole et pastorale assurait une gestion relativement équilibrée des milieux naturels, laquelle pouvait paraître assez durable. Mais à partir des années 1960-70, la transition démographique déclenchée par la baisse de la mortalité entraîne, au Proche-Orient puis au Maghreb, un recul des terres collectives et de leur organisation coutumière, « l’accaparement des terres de parcours, que ce soit pour les mettre en culture ou pour les privatiser (appropriation par le trait de labour permis par la motorisation ou par le creusement d’un puits) » (Pnue/PAM/Plan Bleu, 2005). Les politiques foncières de gestion du collectif ont cherché à organiser la privatisation croissante. Elles étaient destinées à contrôler plus ou moins la puissance économique et politique des grandes sociétés d’élevage extensif (parfois associé à une agriculture marginale). Leurs résultats ont été inégaux, parfois même décevants comme en Algérie sur les terres des hauts plateaux. L’accès à la propriété foncière, les investissements privés des riches éleveurs venus des villes du Tell ont contribué, au même titre que l’augmentation de la population et des niveaux de vie, à l’accroissement du cheptel ovin, à la dégradation des meilleurs parcours steppiques, mis en culture par des pasteurs de plus en plus sédentarisés. Devant les effets pervers de cette privatisation, les gestionnaires des terres collectives de parcours ont parfois cherché d’autres voies. Une approche plus intégrée, territorialisée et participative s’est parfois substituée à la privatisation, que celle-ci soit accaparement de fait ou application de la législation. On peut citer l’exemple des coopératives ethno-lignagères de l’Est marocain, dont le but est de restaurer les parcours les plus riches et les plus dégradés en négociant des règles strictes avec les usagers, et en respectant largement le droit coutumier. « En 1996, après 3 ans, 300 000 ha d’armoise avaient été reconstitués (…) et cette superficie était passée à 450 000 ha vers 2000 » (Pnue/PAM/Plan Bleu, 2005). Cependant, la mise en œuvre de cette nouvelle approche n’est pas sans difficultés, on pourrait craindre un manque de souplesse dans la gestion des usages par une administration encore trop centralisée et cloisonnée.

45L’exemple marocain montre que les principaux problèmes liés au parcours en forêt subsistent. Pourtant les actions entreprises par le ministère de l’Agriculture et de la Mise en valeur agricole (le Mamva) ne manquent pas. Dans plusieurs régions comme les provinces de Khénifra ou El Jadida, elles visent l’amélioration des parcours ovins et caprins, principale source de revenus pour la population. Des essais de régénération naturelle sont tentés par le renforcement des mises en défens, surtout dans les cédraies du Moyen Atlas et du Rif et les suberaies comme celle de la Mamora, située à proximité des villes de Rabat, Kénitra, et Khémisset. Une exploitation rationnelle est aussi recherchée avec l’inscription des pasteurs au parcours, et leur organisation au sein de groupements pastoraux, comme dans les provinces de Khénifra, Kénitra et Khémisset. Cette responsabilisation des populations est absolument nécessaire si l’on se réfère à la liste des massacres de sites dus au surpâturage. Un forestier, Saidi, nous en donne un exemple significatif : « l’immense et si riche périmètre du Tizi-n-Tretten (entre Ifrane et Mischliffen) que les troupeaux extincteurs et les bergers pompiers sont chargés de désertifier dès le premier regain pour éviter que les cèdres ne brûlent ».

46On sait que les cédraies de l’Atlas marocain sont bien plus parcourues que celles de l’Aurès et du Djurdjura algériens : 800 000 moutons paissent au sein des modestes peuplements du parc national d’Ifrane. Seuls quelques sites sont vraiment conservés dans le triangle du cèdre Ifrane-Khénifra-Itzer, la législation supposée établir la charge des parcours forestiers n’étant pas pratiquée. Au Maroc, même des aires protégées telles que les parcs, les réserves ou les Sibe (Sites d’intérêt biologiques et écologiques) sont pâturées. Au total, les divers projets pour répondre au surpâturage accru restent pratiquement sans effets. Ils souffrent de la difficulté d’organisation des usagers par des administrations encore trop centralisées et cloisonnées, d’une inscription au parcours limitée, de sa réglementation à un espace forestier restreint (région de Rabat et de Kénitra), du non-respect des mises en défens surtout en période de disette, de l’effectif important du cheptel caprin, grand destructeur de la forêt, même dans les forêts productives où il est interdit (forêts de chêne-liège et de cèdre). Mais l’augmentation de la charge sous l’effet des élevages associés aux citadins reste le problème principal : elle est 3 à 5 fois plus forte que la charge maximale. Pour des auteurs comme P. Quézel et F. Médail, seule une pression pastorale modérée axée sur les ovins pourrait maintenir dans les montagnes du Maghreb une diversité floristique suffisante, car les mosaïques végétales seraient préservées – du moins à l’étage montagnard-méditerranéen – et leurs pelouses assez denses favoriseraient la régénération des ligneux (Quézel, Médail, 2003).

47L’exemple des steppes syriennes d’Al Badia, dans la région de Tadmur (Palmyre), montre qu’une mise en défens peut malgré tout aboutir à une régénération des parcours. En Syrie, l’élevage ovin transhumant exploite la quasi-totalité du territoire, de la côte jusqu’à l’extrême est en passant par les grandes régions irriguées des vallées (Oronte, Euphrate). Le quadruplement du cheptel ovin au cours des vingt dernières années, la culture de l’orge et l’arrachage des arbustes fourragers pour le bois de feu ont accéléré l’érosion et le processus de désertification. L’emploi de plus en plus fréquent des véhicules tout terrain pour le transport des moutons, des aliments et des réserves d’eau pour un bétail plus nombreux, a aussi endommagé la végétation et les sols. Un projet de Revalorisation des parcours, comportant une analyse des sols et leur réensemencement avec des plantes et des arbustes locaux, a été lancé en 1996, grâce à un accord entre la Syrie, l’Italie et la FAO. Dès la fin du siècle, les effets de la mise en défens sur les parcours en voie de régénération étaient spectaculaires. Mais peut-être cette expérience limitée a-t-elle fondé des espoirs disproportionnés, car les parcours collectifs, organisés en coopératives, donnent en fait des résultats inégaux. La loi de 1995 interdisant les cultures dans les steppes syriennes a permis en 1998 le financement par le Fida (Fonds international pour le développement agricole) d’un projet de réhabilitation couvrant quelque trois millions d’hectares. Mais « le rétablissement en 2001 d’une politique d’appui à la production ovine… dans le but de compenser la baisse des recettes pétrolières et du prix du coton par une augmentation des exportations de moutons (…) est difficilement conciliable avec un objectif de restauration de la végétation des parcours steppiques » (Jaubert et al., 2010). Lieu d’émergence de l’agriculture et du pastoralisme (dans le Croissant fertile), les steppes du Proche-Orient pourraient être inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco, mais contrairement aux régions pastorales du nord de la Méditerranée, cette inscription trouve peu de place auprès des populations et des autorités, tant la patrimonialisation culturelle est un instrument juridique et technique qui « associe, implicitement ou explicitement, les produits à des valeurs d’authenticité, de traditions et de respect de l’environnement » (Jaubert et al., 2010).

Rive nord : une gestion parfois hésitante et contradictoire

48Sur la rive septentrionale, contrairement à la rive sud où les forêts et les pâtures sont surexploitées, la principale menace pour les paysages et la biodiversité est la disparition progressive des milieux ouverts et des pratiques agricoles traditionnelles. Pour répondre à cette évolution, il faut gérer raisonnablement et durablement la reconstitution naturelle des forêts et l’embroussaillement, ainsi que les reboisements artificiels, lutter contre la dégradation des paysages et la perte notable de leur biodiversité.

Les aires protégées : des moyens limités

49Les parcs nationaux et régionaux, les réserves de biosphère, les réserves d’intérêt écologique deviennent parfois de véritables espaces laboratoires de développement durable.

50Protection des écosystèmes et accueil du public sont en général les missions affirmées des parcs nationaux. Mais certains d’entre eux, tels les parcs nationaux italiens, cherchent aussi à entraîner les populations locales dans une dynamique de développement local, en valorisant certains produits, en créant de nouvelles activités de tourisme durable (comme au parc des Monte Sibillini). En Provence, pour améliorer l’accueil et l’information du public, le parc national de Port-Cros assure le suivi et la gestion des écosystèmes de plusieurs sites (îles de Port-Cros, Bagaud et Porquerolles, presqu’île de Giens, cap Lardier), qui consiste à surveiller leur flore et leur faune terrestre et maritime à forte valeur patrimoniale. On peut donner ici l’exemple d’une surveillance faunistique, celle des peuplements de goélands leucophées, dont le dernier recensement a été réalisé pendant l’Année internationale de la biodiversité, en partenariat avec l’association Développement de recherches en écologie appliquées aux zones méditerranéennes (Dream). Les populations de cette espèce protégée essentiellement méditerranéenne ont connu une véritable explosion démographique, du fait de l’augmentation des ressources alimentaires procurées par les décharges à ciel ouvert et les rejets de la pêche industrielle (Duhem et al., 2008). Étendu à l’ensemble de l’archipel des îles d’Hyères et au littoral continental du cap Bénat au cap Lardier, le recensement d’avril 2010 a montré une baisse générale des effectifs nicheurs depuis 1982, surtout depuis 2006 (d’environ 45 %), y compris celui des goélands leucophées sur les îles de Marseille (archipels de Riou et du Frioul). Situés dans la zone de prospection alimentaire de cette espèce opportuniste, à 25-40 km de l’archipel d’Hyères, les deux centres de stockage des déchets ultimes (CSDU) disponibles ont vu leur tonnage d’ordures ménagères augmenter jusque vers 2005, sans baisser de façon considérable après. « La quantité des déchets reçus (…) ne semble donc pas expliquer la baisse des effectifs nicheurs observés sur les îles d’Hyères, mais cette dernière pourrait résulter d’une modification des pratiques de gestion des déchets au sein des décharges (…) limitation de la zone d’exploitation (…) augmentation de la fréquence de recouvrement des déchets » (Dream, 2010). Cependant, cette hypothèse ne suffit pas à expliquer la dynamique observée, le parc national de Port-Cros doit poursuivre sa surveillance régulière des effectifs nicheurs de goélands, si possible en harmonisation avec d’autres sites du bassin méditerranéen. « Une émigration élevée vers d’autres secteurs (notamment en ville) pourrait aller dans le sens d’une baisse des effectifs sur les îles » (Dream, 2010). Très vorace, le goéland leucophée, qui niche généralement sur des îles rocheuses proches du littoral ou des falaises côtières, a en effet commencé de coloniser l’intérieur des terres et les abords des fleuves, perturbant les nichées d’espèces sensibles comme le flamant rose. « Ce grand prédateur, capable de nicher aussi en milieu urbain, oblige les scientifiques à se poser la question d’une régulation de ses populations » (Martin P., 1997-2005).

51Les parcs naturels régionaux français associent également le développement à la protection des derniers milieux naturels ou semi-naturels, peu affectés par les impacts anthropozoogènes. Le parc du Mercantour est le second après celui des Appalaches aux États-Unis à entreprendre l’inventaire complet de ses espèces. Lancée en 2008 pour 10 ans par le Muséum d’histoire naturelle, cette opération s’appuiera à la fois sur des méthodes traditionnelles et modernes de recherche. Et de 3 000 espèces animales et végétales connues, on espère aller jusqu’à 8 000 ou 9 000. Mais 2 à 3 % seulement des « vieilles forêts » méditerranéennes sont intégrés dans des réserves naturelles, essentiellement de l’Andalousie à la Grèce et la Turquie, à l’exemple de la suberaie du parc naturel de los Alcornocales (en Andalousie), des formations rupicoles du parc naturel régional des gorges du Verdon, des forêts de pin laricio du parc naturel régional de Corse, ou des hêtraies du parc national du Monte Gargano (en Italie).

52Si les réserves de biosphère sont bien plus nombreuses que sur la rive sud (22 contre 10), les Balkans n’en possèdent que 3 (1 en Croatie et 2 en Grèce). La domination de l’Espagne est écrasante avec ses chênaies sclérophylles et caducifoliées, ses pinèdes variées, ses sapinières de pinsapos, ses dehesas et ses matorrals, répartis et protégés dans 13 réserves. En France, la réserve de biosphère du Fango (en Corse) est la plus ancienne (1977) et la plus petite (23 500 ha dont 4 400 pour la zone centrale) avec sa « vieille forêt » de chênes verts (Panaïotis, 1996) ou ses pins laricio et son maquis haut à arbousiers. Vient ensuite la réserve du mont Ventoux, créée en 1990, sur plus de 80 000 ha dont 2 200 pour la surface centrale, qui comprend des forêts de chêne vert, de chêne pubescent, de pin sylvestre, de pin à crochets, des hêtraies et des peuplements d’if. Enfin, celle du Lubéron est la plus récente (1997) et la plus vaste avec près de 180 000 ha dont environ 35 000 pour la surface centrale. Ses principaux écosystèmes forestiers sont les yeusaies, les chênaies blanches, les pinèdes (pin d’Alep, pin sylvestre) et les hêtraies.

53Mais les aires protégées mènent parfois une politique de conservation trop timide. On peut donner l’exemple du réseau d’aires protégées des Alpes maritimes qui, compte tenu de l’anthropisation accrue et de la forte biodiversité des nombreuses zones refuges, « apparaît insuffisant, particulièrement sur la frange littorale, et dans une moindre mesure pour le moyen pays » (Médail, Diadema, 2006). Certes les données des 105 Znieff (de deux générations) qui couvrent le département à plus de 78 % ont permis de mettre en évidence l’exceptionnelle richesse naturelle de ce hotspot, l’un des plus importants du bassin méditerranéen, mais « les résultats de cet inventaire… n’ont pas été transcrits dans une politique ambitieuse de création d’aires protégées » (Médail, Diadema, 2006). En 2005, la zone centrale du parc national du Mercantour comptait pour une bonne part (le quart environ) de la superficie des vingt sites intégrés du réseau Natura 2000, alors qu’elle est bien moins sujette à de forts impacts anthropiques que la zone périphérique. Sur le littoral, l’urbanisation galopante des dernières décennies n’a pu être contenue par un Conservatoire du littoral créé trop tardivement (en 1975), dont les achats (seulement 80 ha répartis en 6 sites) constituaient en 2005, sur un total de 73 000 ha, la surface acquise la plus réduite de France dans un département côtier. Ainsi, malgré la protection internationale, nationale ou régionale de nombreuses espèces, les niveaux élevés d’anthropisation imposent à l’échelle du hotspot des Alpes maritimes, comme d’ailleurs à l’échelle de tout le bassin méditerranéen, une politique intégrative de conservation de la biodiversité. Les disparités entre les pertes d’habitats naturels et le pourcentage réduit d’aires protégées étant en région méditerranéenne les plus fortes au monde (Hoekstra et al., 2005), l’identification des zones prioritaires à conserver doit désormais reposer sur une mise en parallèle des points chauds de biodiversité et des zones refuges, mais aussi des degrés d’anthropisation et du réseau existant d’aires protégées.

La lutte contre les plantes envahissantes

54Le Conservatoire botanique méditerranéen de Porquerolles s’est engagé avec les agences de l’environnement des régions Paca et Languedoc-Roussillon à un programme de lutte contre les espèces invasives. Ce programme, auquel ont été associés les gestionnaires d’espaces naturels et les représentants des professionnels impliqués dans la vente ou la plantation d’espèces envahissantes aux qualités ornementales, a vocation à rechercher et faire circuler les informations et à proposer des mesures de précaution (Filippi, Aronson, 2010) et diverses techniques de contrôle mécanique, chimique ou biologique. Un guide des Plantes envahissantes de la région méditerranéenne a été élaboré en 2003 afin de sensibiliser tous ces acteurs aux 15 espèces végétales les plus problématiques, tels le mimosa (Acacia dealbata), très abondant dans l’Estérel où il a éliminé une bonne partie de la végétation locale (Quertier, Aboucaya, 1998), l’ambroisie à feuille d’armoise (Ambrosia artemisiifolia), le buddleia (Buddleja davidii), les figuiers de Barbarie (Opuntia spp.), ou encore le robinier faux-acacia (Robinia pseudoacacia), qui depuis cinq décennies s’est étendu sur les collines de Toscane (autour de Pise), en faisant reculer les feuillus.

55Selon l’Évaluation des écosystèmes pour le millénium (2000-2005), l’extension des espèces exotiques invasives serait la seconde cause d’érosion de la biodiversité après la destruction des habitats naturels.

56En fait, ces plantes ne génèrent pas que des nuisances sur l’environnement et les paysages, mais aussi sur la santé publique, rhume des foins dû à l’ambroisie (Ambrosia artemisiifolia), brûlures cutanées dues à la berce du Caucase (Heracleum mantegazianum), et sur les pratiques humaines comme l’agriculture, l’élevage, la pêche, la chasse, la gestion de l’eau. En Languedoc-Roussillon, les jacinthes d’eau (Eichhornia crassipes) et les jussies (Ludwigia peploides) observées en Corse pour la première fois en 2007 (à Figari) – peuvent modifier les caractères physico-chimiques, la surface aquatique et la vie animale des cours d’eau calmes, des roubines et des étangs du Languedoc-Roussillon. Le séneçon du Cap (Senecio inaequidens), Astéracée répandue aussi au nord de l’Italie et le long des côtes atlantiques, et l’herbe de la Pampa (Cortaderia selloana) diminuent les rendements des récoltes et des pâturages. Le séneçon du Cap est très toxique pour le bétail, et l’herbe de la Pampa peut le blesser avec ses feuilles coupantes. Introduite d’Afrique du Sud comme espèce ornementale, cette Graminée très inflammable augmente les risques d’incendies, au même titre que les peuplements de mimosas ou d’eucalyptus.

57Mais parmi les multiples nuisances générées par les invasions de plantes allochtones, ce sont les menaces pesant sur l’environnement et les paysages qui constituent les dangers les plus graves. Le caractère très compétitif de ces espèces peut en effet modifier la structure et le fonctionnement des écosystèmes, faire chuter les effectifs des espèces locales ou provoquer une pollution génétique par hybridation, voire une extinction de végétaux rares. Ces dangers pour les écosystèmes et la biodiversité sont très souvent observés dans les invasions des mimosas et des griffes de sorcière. Empêchant la lumière de pénétrer jusqu’au sol, les peuplements denses de mimosas (Acacia dealbata) émettent aussi des substances toxiques qui limitent la germination des espèces indigènes. Aucune végétation ne peut vraiment se développer dans leur sous-bois ; ils ont été qualifiés de « néo-climax anthropogènes » (Loisel, 1976). Originaires de la région du Cap, les griffes de sorcière, ou figues marines ou des Hottentots (Carpobrotus spp.) comptent parmi les végétaux exotiques qui posent le plus de problèmes écologiques dans les zones littorales du domaine méditerranéen, sur les zones sableuses comme rocheuses, comme en Corse, ou sur des sols altérés par l’anthropisation, comme à la pointe de Sagres au Portugal. Carpobrotus edulis semble plus envahissant que Carpobrotus acinaciformis, et il existe même un hybride encore plus compétitif. Ces espèces, dont les graines sont disséminées par les animaux (rats, lapins ou bovins), s’étalent en grands tapis uniformes, finissant par occuper seules toute la place grâce à leurs stolons qui progressent rapidement et à l’émission de toxines par les racines. Cette force d’invasion s’exerce particulièrement dans les écosystèmes insulaires (cf. infra).

58Les plantes envahissantes, peuvent aussi menacer l’identité des paysages par leur port arborescent ou herbacé spectaculaire ou leur phénologie, un développement physionomique saisonnier peu courant sur les rives de la Méditerranée. La plupart des espèces originaires d’Afrique du Sud, comme l’asperge à feuilles de myrte (Elide asparagoides) et le séneçon anguleux (Senecio angulatus), ou d’Australie, comme le mimosa, se développent à la fin de l’automne et fleurissent au cours de l’hiver. La canne de Provence (Arundo donax) originaire d’Asie, le figuier de Barbarie (Opuntia ficus-indica) originaire d’Amérique centrale, ou encore le mimosa, l’arbre aux papillons (Buddleja davidii), le robinier faux-acacia (Robinia pseudoacacia) ont modifié profondément certains paysages, surtout près du littoral. L’herbe de la Pampa, originaire d’Amérique du Sud, se multiplie dans les maquis bas de Corse en éliminant les pelouses.

59Cependant, pour l’écologue Jacques Tassin, les invasions biologiques sont un peu facilement accusées « d’appauvrir les milieux naturels, alors qu’elles ne sont souvent que les révélatrices de dégradations liées à l’Homme » (Tassin, 2010). Pour le Conservatoire botanique de Corse, sans l’action humaine, il n’y aurait que très peu de plantes envahissantes. Les maquis hauts non incendiés depuis des dizaines d’années n’en contiennent pas. Si pour le Conservatoire botanique de Porquerolles, beaucoup de plantes introduites localement n’ont aucune incidence sur l’environnement, ce n’est seulement que dans quelques cas et, souvent après plusieurs années de présence, que certaines prolifèrent en provoquant de graves désordres. Les espèces amenées volontairement (par semis, plantations), comme les figuiers de Barbarie ou les griffes de sorcière, ont une dynamique d’invasion plus rapide que les plantes introduites accidentellement. Provenant d’un continent éloigné, les espèces non indigènes ne rencontrent plus les insectes et les parasites (champignons, bactéries…) qui limitaient leur croissance. Pour les écologues, leur force invasive serait donc « le résultat de changements dans la distribution des ressources vers la production de biomasse. L’espèce investirait ses ressources dans sa croissance et non dans la lutte contre les prédateurs » (Muller, 2004).

60La gestion des espèces invasives doit être menée prioritairement dans les espaces insulaires. Pour le groupe Méditerranée du Comité français de l’UICN, l’extension des végétaux allochtones constituerait sur les îles la première cause de régression de la diversité biologique. Les 162 îles d’au moins 10 km2 et surtout les 4 000 îlots du bassin méditerranéen sont particulièrement vulnérables aux effets des invasions, parce qu’ils sont caractérisés par de forts pourcentages d’endémisme (cf. supra) et un écosystème à la structure simple (Lodge, 1993). Dans le but d’évaluer la cohérence dans le degré d’invasion de certains habitats, des enquêtes de terrain s’appuyant sur 5 285 points d’échantillonnage dans quatre îles, Majorque, Corse, Sardaigne et Crète, ont examiné la fréquence d’occurence et l’abondance locale de trois taxons de plantes invasives : les griffes de sorcière (Carpobrotus spp.), l’ailanthe glanduleux (Ailanthus altissima), qui devient vite un arbre pouvant atteindre 15 m en 25 ans, et l’oxalide pied-de-chèvre (Oxalis pescaprae). Avec le figuier de Barbarie (Opuntia ficus-indica), ces espèces sont considérées comme les plus envahissantes dans les îles méditerranéennes. L’étude a montré que la végétation buissonnante est plus résistante à l’invasion que les habitats urbains, rudéraux et les bordures des routes, et que le degré d’invasion (l’abondance moyenne) est plus fort pour Oxalis que pour Carpobrotus. Les changements anthropiques (tourisme, urbanisation, agriculture intensive) dans les espaces insulaires de la Méditerranée « vont augmenter la vulnérabilité de certains habitats à l’invasion et accroître la distribution de ces trois taxons envahissants sur ces quatre îles » (Affre et al., 2010). D’après les scénarios de changement de la biodiversité mondiale en 2100, les augmentations d’invasions biologiques dans les écosystèmes méditerranéens seront plus importantes que dans tous les autres écosystèmes du monde. Ces phénomènes invasifs qui risquent d’homogénéiser la flore mondiale hypothèquent l’avenir de l’environnement, au même titre que la désertification ou le réchauffement climatique global, lequel pourrait d’ailleurs faciliter ces invasions. À cause « des concentrations en CO2, de l’augmentation des températures, d’énormes dépôts d’azote, des régimes de perturbations altérés et une augmentation de la fragmentation des habitats, (…) des espèces à distribution méditerranéenne comme Opuntia ficus-indica ou Acacia dealbata seront de moins en moins limitées dans leur extension géographique par le climat » (Le Neindre, 2002).

61L’état des lieux réalisé par Marie Le Neindre a indiqué dès 2002 l’absolue nécessité de trouver une solution pour maintenir la biodiversité des îles « tout en permettant aux activités économiques et notamment au tourisme de perdurer ». Des campagnes d’arrachage sont menées par le Conservatoire botanique de Corse, comme celle des jussies à Figari, ou celle du séneçon du Cap dans la pinède de Calvi et dans les environs du village d’Arro (au nord d’Ajaccio), reconduite chaque année. Le Conservatoire de Porquerolles a mis en œuvre un système de hiérarchisation des espèces exotiques en fonction du risque encouru par l’environnement : liste noire pour un risque fort interdisant l’importation, liste grise pour un risque intermédiaire autorisant l’importation après évaluation, et liste blanche pour un risque faible subordonnant l’introduction à un examen critique.

62La Stratégie régionale pour la biodiversité votée en mai 2008 par le Languedoc-Roussillon et le contrat de projet État-Région 2007-2013 consacrent un programme spécifique aux problèmes des introductions d’espèces qui figurent dans les engagements du Grenelle de l’environnement. Le programme Plantes envahissantes du Conservatoire botanique de Porquerolles, très axé à ses débuts sur l’information (cf. supra), comporte en 2008 deux volets supplémentaires. En premier lieu, l’évaluation du risque invasif au niveau régional a impliqué le lancement d’une cartographie d’espèces majeures, l’ambroisie et le mimosa en 2007, la renouée du Japon (Reynoutria japonica) et le buddleia en 2008. La carte de la répartition de l’ambroisie dans le Gard a permis la prise d’un arrêté préfectoral de lutte obligatoire dans ce département. La cartographie a aussi concerné une dizaine d’espèces « émergentes » dans la région languedocienne, dont celle de la grande berce du Caucase à Font-Romeu, et celle du cactus Cylindropuntia rosea sur les bords du lac Salagou qui a décidé les instances locales à entreprendre, en partenariat avec le Conservatoire de Porquerolles, son éradication par arrachage mécanique et manuel, puis enfouissement. Comme les îles, les ripisylves périméditerranéennes constituent un milieu favorable au développement des xénophytes, avec par exemple la présence d’Ailantus altissima, Ambrosia artemisiifolia, Buddleja davidii, Eleagnus angustifolia, Reynoutria japonica, Robinia pseudoacacia… (Quézel et al., 1990a). Des arbres comme le platane commun (Platanus x acerifolia), le frêne à fleurs (Fraxinus ornus) ou l’arbre de Judée (Cercis siliquastrum) se retrouvent naturalisés dans les ripisylves de Méditerranée nord-occidentale, parfois abondamment comme le frêne à fleurs. Entraînées par les crues d’automne, les nombreuses graines de cette espèce encore spontanée dans les Alpes maritimes lui permettent de se diffuser très rapidement vers l’ouest le long des cours d’eau de Provence et du Languedoc, à une vitesse moyenne de 970 m/an (Thébaud, Debussche, 1991). Le frêne à fleurs est particulièrement bien intégré dans les formations à chêne vert des vallées inférieures de la Vis et de l’Hérault, et dans les Cévennes méridionales (Quézel, Barbero, 1986).

La lutte contre l’embroussaillement

63En France méditerranéenne, les pouvoirs publics imposent une politique de débroussaillement. L’obligation de débroussailler pour les propriétaires diffère selon la localisation du terrain sur le document d’urbanisme. Cette opération peut se faire soit par voie manuelle, qui consiste à réduire la végétation basse, la plus inflammable, et à élaguer les ligneux les plus hauts, soit par le broyage mécanique, qui supprime de nombreux arbres (plus de 50 % du couvert végétal), et le dessouchage (qui s’apparente davantage à un défrichement), le brûlage dirigé, le pâturage ou enfin le traitement chimique. Le brûlage dirigé est utilisé aussi bien pour le débroussaillement que pour le maintien des paysages et des milieux ouverts, ou encore la préparation d’opérations de régénération forestière. En créant des contrastes entre communautés végétales voisines, il peut permettre un enrichissement important de la flore. Il privilégie les espèces à rejet mais aussi les pyrophytes et « peut accentuer la prédominance des espèces forestières à écorce épaisse (pins, chênes) au détriment des espèces feuillues à écorce fine (érables, frênes, sorbiers) » (Étienne, 2001). Mais des programmes nationaux et internationaux de recherche étudient précisément les avantages et les inconvénients du brûlage dirigé, ses conséquences sur la biodiversité, les strates végétales, le sol et la faune des écosystèmes méditerranéens. En contrôlant aujourd’hui le niveau de la masse végétale combustible en pleine recrudescence sur la rive nord, cette technique ancestrale de défrichement des terres est devenue un outil moderne dans la prévention des feux de forêt.

64Les politiques et programmes de lutte contre les feux de forêt comprennent plusieurs types de mesures. Les mesures de prévention sont la sensibilisation du public, axée surtout sur les incendies accidentels, la mise en place d’une réglementation qui concerne le droit d’allumer des feux ou l’accès aux forêts (interdictions en Espagne, France, Italie et Chypre), et l’existence de sanctions comme l’emprisonnement en cas d’incendie criminel, d’ailleurs plus lourdes au Maghreb (travaux forcés). Quant au débroussaillement et au brûlage dirigé, s’ils sont préventifs (évitent le départ de feux), ils sont aussi des mesures de préparation à la lutte contre l’incendie (en sécurisant le bord des routes), tout comme les prévisions météorologiques (qui peuvent entraîner une mobilisation précoce des moyens), la surveillance durant les périodes dangereuses, la création de tranchées, de coupe-feu et de réserves d’eau… Enfin les moyens d’intervention et de remise en état, déjà déficients au sud, diffèrent selon les pays de la rive nord : cartographie, nombre de véhicules automobiles, bombardiers d’eau (avions et hélicoptères), coupe et ramassage du bois brûlé (au Portugal, il est commercialisé), reforestation stabilisatrice du sol (prévue par la loi en Espagne et au Portugal). En France méditerranéenne, le Circosc, le Centre interrégional de coordination des opérations de sécurité civile, organise les missions des équipes de pompiers. Il établit une carte des risques, mobilise préventivement les moyens de la zone sud-est : 28 avions, 9 hélicoptères, 1 400 hommes de la sécurité civile, 1 000 militaires et 27 000 sapeurs-pompiers. Il fait répandre des « produits retardants » aux endroits stratégiques. Un produit anti-feu nouveau, d’origine allemande et adopté par l’Autriche, le Portugal et l’Espagne, était testé en 2005 par les pompiers des Alpes-Maritimes : ajouté à l’eau, ce polymère donne un gel capable d’emprisonner l’oxygène et donc de faire cesser rapidement le feu.

65Selon le rapport de 2005 du Plan Bleu, l’efficacité de la lutte au nord du bassin est toute relative

66Certes, les superficies brûlées sont en nette diminution, mais le nombre de feux a augmenté, des centaines par an dans le Midi de la France, à tel point qu’un numéro du Figaro magazine (juillet 2005) publie la liste des communes particulièrement menacées (Betti-Cusso, Rameaux, 2005). Dans les Alpes-Maritimes : Nice, Vence, Grasse. Dans l’Ardèche : le village de Burzet, difficile d’accès. Dans les Bouches-du-Rhône, Marseille, Martigues, Aix-en-Provence, Aubagne et Rognac. En Corse-du-Sud, Ajaccio, Porto-Vecchio, Sartène. En Haute-Corse, Corte, Santo-Pietro-di-Tenda, village de la vallée du Nebio entouré d’un maquis ras et sec. Enfin dans le Var, Le Castellet, petite ville isolée très exposée au mistral.

Le maintien des éco-mosaïques

67La gestion durable, c’est d’abord la conservation des paysages, la coexistence des milieux ouverts et des milieux fermés. « Là on favorisera une mosaïque de pelouses et de landes pour permettre le maintien de l’aigle de Bonelli, alors qu’ailleurs on défendra mordicus la régénération du pin d’Alep ou du pin sylvestre comme un premier pas nécessaire vers le rétablissement d’une forêt proche du climax » écrit Michel Étienne, qui observe que cette vision environnementale des espaces boisés, pourtant fondée sur la connaissance de leurs divers stades dynamiques, soulève de nombreuses polémiques et controverses, ne serait-ce qu’à propos du rôle du feu, tantôt vu comme un bienfait, tantôt comme une catastrophe (Étienne, 2001). Certes, la gestion durable de la forêt méditerranéenne est devenue collective, elle n’est plus basée sur l’exploitation raisonnée de ses produits, cependant les méthodes actuelles, la protection contre les incendies, la conservation des paysages et la restauration de la diversité biologique sont autant de thèmes qui sont parfois contradictoires et font hésiter les responsables. Actuellement, le taux de boisement sur la rive nord est d’environ 40 %, bien supérieur à celui de la rive sud (autour de 4 à 5 %.), et les espaces ouverts, les matorrals sont gagnés par la recolonisation forestière des résineux comme le pin d’Alep.

68L’efficacité écologique de la combinaison herbe/arbre plaide aussi pour des aménagements sylvopastoraux de type « dehesa ». Une gestion sylvopastorale modernisée de la biodiversité semble tout à fait justifiée. Il suffit de se rappeler que la biodiversité paysagère et floristique actuelle résulte grandement, depuis le réchauffement holocène, d’activités agricoles, pastorales et forestières. Ainsi, là où les conditions sont favorables, les associations herbe/arbre/animal « vont dévier des successions naturelles connues vers des successions naturelles originales dans lesquelles de nouvelles dynamiques de population pourront se mettre en place et généreront de nouveaux équilibres » (Étienne, 2001). D’autant qu’elles présentent de moindres risques face aux incendies catastrophiques comme ceux des étés 2003, 2004 et 2005. Une forêt pâturée de chênes verts ou de chênes-lièges est sûrement moins inflammable qu’une pinède ou un matorral. Et déjà, « des expérimentations dans le cadre de contrats avec des collectivités locales et éleveurs sont en cours dans plusieurs pays » (Pnue/PAM/Plan Bleu, 2005). Michel Étienne a mené ou encadré de nombreux travaux sur le fonctionnement des systèmes sylvo-pastoraux méditerranéens. Participant également à plusieurs missions d’expertise sur leur efficacité fonctionnelle (au Chili, au Maroc, en Tunisie, en Espagne…), il a cherché à « en déduire des recommandations de gestion pastorale et sylvicole,… des règles simples permettant un ajustement optimal entre couvert forestier et couvert herbacé ». Cela d’autant plus que cette gestion est méconnue en France, et n’existe vraiment que dans la péninsule Ibérique ou au nord du Maghreb (Étienne, Meuret, 1996).

69La dehesa espagnole ou le montado portugais, qui connaissent un renouveau depuis les années 1990, montrent l’efficacité du sylvo-pastoralisme. Ce système était pourtant entré en crise avec l’ouverture économique de l’Espagne et du Portugal. Dans le quart sud-ouest de la péninsule Ibérique, de très grandes exploitations associaient le chêne-liège (et parfois le chêne vert) à l’élevage extensif bovin et porcin (surtout pour les glands), avec parfois complémentation alimentaire, tout en délaissant de plus en plus la production de charbon de bois et la culture en sec de céréales (suivie d’années de jachère pâturée). La concurrence des nouveaux élevages intensifs et la montée des salaires ont entraîné par le biais de l’exode rural une certaine matorralisation ou le reboisement en Eucalyptus globulus. En 2005 en Algarve, le chêne-liège, arbre qui commence à produire après 40 ans, rapporte à l’hectare « environ 45 euros par an contre 150 euros pour l’eucalyptus, qui peut être utilisé après 12 ans pour la pâte à papier », observe Claire Doole, en rappelant ce vieil adage portugais : « Les eucalyptus sont pour nous, les pins pour nos enfants et les chênes-lièges pour nos petits-enfants » (Doole, 2005). Mais les plantations d’eucalyptus, qui brûlent bien plus vite que les suberaies, ont été ravagées dès 2003 par les incendies, surtout dans la région de Monchique. En 2007, de nombreux chicots calcinés traînaient encore au bord de la route, tandis que les jeunes eucalyptus, de plusieurs mètres de hauteur, montraient leur croissance rapide. À cette situation préoccupante du montado portugais s’ajoutent les dépérissements du chêne-liège, constatés en Algarve par Louis Amandier dans le massif schisteux de la Serra do Caldeirao : « les attaques de pathogènes et de ravageurs pourraient bien n’être que des conséquences de la combinaison de la sécheresse et de la dégradation du sol » (Amandier, 2005). Les labours qui existent encore ici sur des sols superficiels diminuent la capacité de rétention en eau, une eau plus rare avec le réchauffement climatique.

70Cependant, un certain renouveau de la dehesa ibérique depuis les années 1990 montre sa forte capacité d’adaptation au milieu naturel méditerranéen. Les nombreux travaux réalisés en Espagne ont mis l’accent sur l’influence bénéfique de l’arbre sur la production herbagère des pâturages. « En définitive, l’influence de l’arbre sur l’allongement de la période de production lui confère un rôle important dans l’amélioration du disponible fourrager dans ces végétations herbacées à saisonnalité marquée » (Joffre et al., 1991). La présence de l’arbre dans les dehesas limite la contrainte hydrique, accélère les germinations en favorisant un micro-climat plus humide après les premières pluies, permet une moindre domination des Graminées annuelles sous son couvert (davantage de pérennes, si la charge animale est modérée), enfin ajoute une production de matière sèche (feuilles, glands, bois) à la production herbagère. La valorisation économique de la dehesa est aujourd’hui appuyée par des aides communautaires et par certaines lois. La raison en est la récente prise de conscience du caractère multifonctionnel de ce système, considéré comme un moyen de protection contre les incendies, d’obtention d’une épargne alimentaire ou d’une production de qualité favorable à l’environnement, considéré aussi comme une façon de sauvegarder des paysages et des écosystèmes riches en biodiversité, ou de favoriser l’écotourisme… Dans la région d’Estrémadure, la « loi de la dehesa » fixe à présent les règles de sa gestion durable. Le WWF, également, soutient la relance : Claire Doole signale son soutien au programme de certification FSC du liège portugais, ainsi que le projet Cansino (2005-2008) qui envisage d’introduire des barrières de chênes-lièges dans les principales plantations d’eucalyptus. Le FSC (Forest Stewardship Council, Conseil de bonne gestion des forêts) est une ONG de Bonn qui accorde un label internationalement reconnu, lequel donne la garantie que le produit provient d’une gestion responsable de la forêt. Comme au Portugal et en Italie, la norme FSC a été attribuée à des suberaies d’Andalousie. En 2005, plus de 12 000 ha ont été certifiés dans les forêts de la région de Cadix et de Séville, et un nouveau Centre andalou du liège a été prévu au sein du parc naturel des Alcornocales. Mais, mesure plus spécifique, un Pacte andalou pour la dehesa a été approuvé par le gouvernement local, « afin d’assurer la conservation de cet écosystème et garantir l’utilisation rationnelle de ses ressources ».

Des reboisements qui visent la productivité

71Les reboisements sont effectués surtout en résineux pour des forêts de production. Malgré les problèmes écologiques ou génétiques, ce type d’opérations continue d’accompagner la reconstitution des forêts méditerranéennes, notamment en Méditerranée occidentale, alors que les feuillus y constituent l’essentiel du potentiel végétal. Ce choix des forestiers se fonde sur la faible productivité des feuillus autochtones, 1 à 2 m3/ha/an pour le chêne vert (Romane, Terradas, 1992), contre 1 à 4 pour le pin noir d’Autriche et le pin d’Alep, lequel peut d’ailleurs élever ces valeurs sur des sols profonds de 1 à 12 m3/ha/an (Abbas et al., 1985, 1986). Les essences autochtones « introduites » à partir d’autres secteurs géographiques de Méditerranée, peuvent obtenir encore de meilleurs résultats. Le cèdre de l’Atlas, planté dès le XIXe siècle sur le mont Ventoux, peut atteindre des valeurs entre 5 et 10 m3/ha/an avec des pointes à 15-18 m3 (Toth, 1973). Quant aux espèces allochtones, elles ont aussi été choisies pour leur qualité et leur meilleure productivité : pin et cyprès de Monterey, sapins et Pseudotsuga californiens, acacias, casuarinas et surtout eucalyptus originaires d’Australie. Les qualités du genre Eucalyptus (qui compte plus de 700 espèces) expliquent son extraordinaire ubiquité dans le monde, notamment dans le bassin méditerranéen où il a été très largement répandu par reboisement depuis le début du XIXe siècle, sur la rive nord comme sur la rive sud. Certes, cette espèce exigeante en nutriments, et dont la litière se décompose mal, appauvrit le sol, qui ne fait d’ailleurs l’objet d’aucun suivi après les plantations, mais elle n’élimine pas progressivement la végétation alentour, contrairement à certains acacias et à certaines espèces invasives.

Plantations d’eucalyptus dans la Serra de Monchique (Portugal)

Plantations d’eucalyptus dans la Serra de Monchique (Portugal)

Plus rémunératrices que la suberaie, les plantations d’Eucalyptus globulus envahissent la Serra ravagée dès 2003 par les incendies. Mais si sa croissance est rapide, l’eucalyptus brûle bien plus vite que le chêne-liège
© C. Tassin

Dehesa près de Ronda (Andalousie)

Dehesa près de Ronda (Andalousie)

En crise avec l’ouverture économique de l’Espagne et du Portugal, ce système qui associait les chênes sclérophylles (ici le chêne vert) à l’élevage extensif et à la culture en sec de céréales connaît un certain renouveau basé sur la combinaison herbe/arbre
© C. Tassin

Le renouveau du montado (Alentejo)

Le renouveau du montado (Alentejo)

Équivalent portugais de la dehesa, le montado combine les chênes-lièges avec l’élevage des bovins et des porcs noirs. Mais l’exode rural et les nouveaux élevages intensifs ayant entraîné une certaine matorralisation ou le reboisement en eucalyptus, des aides communautaires appuient la valorisation de ce système multifonctionnel basé sur les associations herbe/arbre/animal
© C. Tassin

72Ces reboisements sont contestés, à la lumière de leurs bilans actuels. Leur principe est à considérer dans une optique de développement durable. Cette conception qui repose sur le rôle de l’homme dans la dynamique végétale est celle de l’ARPCV, l’Association reboisement protection Cengle Sainte-Victoire. Rappelant que « les paysages végétaux méditerranéens apparaissent comme générés par l’action séculaire du couple feu/pâturage », l’écologue Michel Thinon explique que les techniques de reboisement doivent nécessairement intégrer des impératifs écologiques, et que par conséquent le but n’est pas de reboiser uniformément la montagne Sainte-Victoire, « mais d’expérimenter certaines techniques de reboisement que les professionnels n’ont pas le temps d’étudier », comme la création de coupe-feu boisés de feuillus dans les espaces à pins d’Alep et chênes verts. Depuis les premiers reboisements engagés sur le plateau calcaire de Cengle après le feu de 1986, et le programme de plantation de 10 000 arbres à Puyloubier (Mattalia, 1999) pour l’an 2000 lancé en novembre 1999, les opérations continuent chaque année tout autour de la Sainte-Victoire, et leur extension sur le massif de l’Étoile ou dans les calanques de Marseille (Sormiou), à la demande des associations locales de protection de la nature, montre la validité de ce savoir-faire. Basé sur « le court-circuitage du stade dangereux de la pinède », le principe de reboisement prôné par l’association cherche à « sortir du cycle infernal du feu » (Thinon, 2005), générateur de replantations successives. Il consiste à planter exclusivement des feuillus caducifoliés indigènes capables de rejeter de souche et de former un humus actif, menant à la reconstitution certes lente mais durable de la végétation climacique à chêne pubescent, au sous-bois plus difficilement inflammable. Le frêne à fleurs (Fraxinus ornus), espèce pionnière colonisatrice à développement rapide et forte dispersion éolienne, compte pour 50 % des plants. Le cormier (Sorbus domestica) est une espèce intermédiaire héliophile dont les fruits charnus sont dispersés par les animaux. Quelques autres taxons l’accompagnent, comme l’érable de Montpellier ou l’alizier blanc. Enfin, le chêne blanc (Quercus pubescens) est l’espèce du stade de maturité… Aujourd’hui, la phase de recouvrement du sol est amorcée avec des frênes à fleurs qui atteignent environ 3 m de hauteur. Leur densité croissante a déjà réduit le nombre des plantes de garrigue fortement combustibles, comme les argelas (ajoncs de Provence ou à petites fleurs) et les genévriers. Tout en améliorant les sols, elle finira par constituer un boisement économiquement viable, certes à vitesse de croissance lente mais durable, dont l’autorésistance est destinée à la protection contre les incendies et à la restauration de la diversité biologique.

73Ce retour souhaité à des forêts matures concerne aussi les espaces dégradés de montagne. Suite aux fortes crues de la décennie 1850/1860, alors attribuées à la déforestation, un programme national ambitieux de Restauration des terrains en montagne (RTM), favorisé par les vagues successives de la déprise pastorale, a été mené dès 1860, en Haute-Provence (bassin du Saignon), dans les Alpes méridionales (vallée de l’Ubaye) et dans les Cévennes (massif de l’Aigoual) : expertise des massifs montagneux, définition des périmètres prioritaires d’intervention, achat et reboisement par l’État. Sur les marnes noires des Préalpes sud-occidentales, fortement déboisées et ravinées, la pression humaine ne commence à s’atténuer qu’avec la dépopulation qui s’esquisse vers la fin du XIXe siècle. « Après expropriation pour cause d’utilité publique, des travaux (barrages, petits ouvrages pour infiltrer l’eau, boisements) ont été réalisés, les problèmes des éleveurs pauvres étant résolus par l’émigration vers les villes industrielles et colonies » (Pnue/PAM/Plan Bleu, 2005). L’objectif principal étant à l’époque d’assurer la stabilité des sols, afin de protéger les villes et les espaces situés en aval des inondations, devenues catastrophiques. Au total, ces reboisements mais surtout la recolonisation naturelle ont fait progresser la couverture forestière. Dans le département des Alpes-de-Haute-Provence, le taux de boisement a été multiplié par environ 2 fois et demie entre 1878 et 1989, mais l’évolution écologique n’a pu être vraiment analysée qu’entre 1948 et 1995 à partir de photographies aériennes, et cela dans trois bassins dont celui du Saignon. Dans ce bassin, où l’altitude dépasse 700 m (jusqu’à plus de 1 400 m), le climat est sub-méditerranéen : il n’y a plus de véritable mois sec, au sens de Gaussen. Après une première génération pionnière basée sur le pin noir d’Autriche, il faut aujourd’hui assurer la durabilité de la protection. En 1948, un tiers de la matrice paysagère est encore dégradée, et en 1995 la régression de 50 % de l’espace pastoral n’aboutit qu’à une stabilisation supplémentaire de 6 % de la surface du bassin. Cependant, un retour des feuillus s’amorce, et la gestion à long terme de ces forêts de protection pose « le problème du choix de l’écosystème objectif » (Vallauri, Chauvin, 1997 ; Vallauri et al., 2002). La réhabilitation doit s’orienter vers une dynamique progressive, vers un écosystème plus mature, du type de celui envisagé dès le XIXe siècle par Prosper Demontzey : sapins, hêtre, chêne pubescent et autres feuillus (Demontzey, 1878). Cela d’autant que la monospécificité et le vieillissement des peuplements de pin noir, en partie parasités par le gui, n’ont pas permis de lutter contre l’érosion régressive au long des talwegs. Mais les reboisements en montagne sont-ils toujours efficaces ? Frédéric Alexandre estime qu’ils peuvent aussi engendrer des effets pervers, comme en Italie du Sud où le poids de la forêt contribue au déclenchement des glissements de terrains (les franes) sur les versants argileux (Alexandre, 2001).

74Aujourd’hui, la gestion forestière en montagne doit prendre en compte les changements globaux auxquels sont soumis les écosystèmes, essentiellement l’abandon des terres, le retour de la grande faune, les incendies et le changement climatique. Les objectifs de préservation de la biodiversité et de développement durable obligent à mieux comprendre la dynamique forestière avant la mise en place des mesures de gestion et de conservation. Réalisée par Sandrine Chauchard, une étude de la dynamique d’une forêt des Préalpes du Sud dans le cadre de ce « monde changeant », contribue à la réflexion actuellement menée sur les perspectives d’une gestion durable en montagne : la montagne du Malay est un plateau rocheux situé à 1 300-1 400 m d’altitude. Sous climat méditerranéen à tendance montagnarde, à variabilité marquée surtout au cours du printemps et de l’été, la végétation est largement celle des Préalpes de Castellane : sur les sommets, des peuplements à pins sylvestres dominants et des pelouses à genévrier commun, buis, genêt, lavande et thym, habitats de la vipère d’Orsini ; sur les versants, une forêt mixte à feuillage caduc présentant une forte diversité, dominée par les hêtres, les chênes pubescents et les érables. « L’expansion forestière peut soit être perçue positivement (…) soit elle apparaît comme une menace qui doit être maîtrisée ». La meilleure solution semblerait une gestion du site en mosaïque, qui respecterait, parallèlement à l’actuelle conservation des milieux ouverts, l’évolution naturelle de certaines taches forestières, pour leur « fort potentiel de maturation, de naturalité » et leur forte richesse biologique. « Dernier élément de cette mosaïque, l’actuelle production de bois de chauffage, notamment dans l’ancienne hêtraie, doit être maintenue durablement dans certaines zones » (Chauchard, 2007).

Les stratégies adaptatives hors Méditerranée

En Californie

75La Province floristique de Californie fait partie des hotspots de biodiversité définis en 2000 par Conservation International. C’est une des régions les plus riches et les plus diverses du monde au niveau écologique. Elle recouvre essentiellement la bande côtière entre l’extrême nord-ouest du Mexique et le nord de la Californie. Un autre hotspot rajouté après, les bois de pins et de chênes de Madrean, est centré sur le sud-ouest des États-Unis et le nord du Mexique. Comme dans le bassin méditerranéen et les autres régions de ce domaine bioclimatique, la province floristique californienne se distingue par un fort taux d’endémisme végétal. Sur ses 3 500 espèces vasculaires, plus de 60 % ne sont présentes nulle part ailleurs. Cet endémisme conféré par le fort découpage topographique, géologique et climatique, est particulièrement remarquable dans quatre zones : la Sierra Nevada, qui abrite de nombreux pins, sapins, tsugas et surtout l’espèce la plus massive sur terre, le séquoia géant (Sequoiadendron giganteum), éparpillé en 75 peuplements reliques ; les Chaînes transverses, où prédominent les paysages buissonnants du chaparral ; les zones littorales, où s’échelonnent diverses forêts de plus en plus sclérophylles vers le sud ; enfin, l’écorégion du Klamath-Siskiyou, qui renferme dans les montagnes côtières du nord de la Californie et du sud de l’Oregon, pratiquement dépourvues de routes, une remarquable mosaïque d’habitats naturels où vivent 36 espèces de conifères, dont le Redwood (Sequoia sempervirens), l’arbre le plus haut du monde (avec son maximum connu de 115,5 m), mais aussi une variété de chênes décidus et de prairies.

76Aujourd’hui, à peine le quart de la végétation indigène du hotspot reste plus ou moins en bon état.

77Les couvertures végétales qui demeurent malgré tout dominantes sont les forêts de conifères ou de feuillus, la steppe et le chaparral. Le hotspot californien est actuellement menacé par l’étalement (urban sprawl) des agglomérations urbaines (sur plus de 100 km pour Los Angeles), par la construction de routes et la pollution (cf. la destruction des pins ponderosas et de Jeffrey par le « smog » du bassin de Los Angeles). Mais la menace majeure pour les écosystèmes et l’environnement de la région californienne, c’est l’agriculture commerciale. Première région agricole des États-Unis pour la valeur produite, surtout celle de la Vallée centrale, la Province floristique génère la moitié de tous les produits agricoles utilisés par les consommateurs américains. Les pressions anthropiques, surtout les défrichements et les cultures intensives, ont fait de la Californie l’un des quatre États les plus dégradés des États-Unis. Ses écosystèmes comptent parmi les plus menacés du pays : les plages et les côtes ; en particulier, au sud, les brousses à sauge noire du soft chaparral, menacées par la forte densité démographique, commerciale et touristique ; les prairies naturelles, réduites à 1 % de leur taille initiale par l’agriculture, l’élevage et le développement urbain ; les forêts anciennes de ponderosas, très inflammables, et de séquoias Redwood, réduites au nord-ouest à 15 % de leur surface initiale par une exploitation intensive ; les zones humides, notamment les forêts riveraines, réduites à 10 % au moins de leur superficie initiale, par l’exploitation forestière et le développement de l’agriculture et de l’élevage, notamment dans Central Valley....

78Prenant conscience de la diversité et de la fragilité de ses espaces naturels, la Californie a développé plusieurs stratégies de protection environnementales. Cette prise de conscience a été appuyée par de nombreuses campagnes d’opinion écologistes, qui accompagnaient déjà la contestation des Sixties, et par le Code d’éducation de l’État prévoyant l’information des élèves sur les problèmes de l’environnement. Mais on se rappelle que le botaniste, géologue et écrivain John Muir avait déjà milité pour la protection de la nature, obtenant en 1890 le classement du Yosemite en parc national, et créant deux plus tard à San Francisco la première ONG environnementale, le Sierra Club. Des actions ont tenté depuis quelques années de résoudre deux problèmes qui ont des conséquences dramatiques sur les écosystèmes : celui de l’eau, aggravé par des canicules records dues sans doute au réchauffement climatique, et celui de la pollution de l’air. La moitié de l’eau consommée en Californie provient de l’extérieur de l’État, grâce à des infrastructures financées par l’État fédéral. Le ravitaillement se fait par des aqueducs et des barrages : constitution d’un réservoir dans le parc du Yosemite pour les besoins de San Francisco ; aqueduc de Los Angeles, et aqueduc de Californie qui capte l’eau 700 km plus au nord… Résultats : lac Owens, à l’est du mont Whitney, asséché depuis une trentaine d’années ; fleuve Colorado qui, à cause des nombreux barrages, n’est plus qu’un ruisseau lorsqu’il entre au Mexique ; pollution des nappes phréatiques et des cours d’eau, comme dans la Vallée centrale… Douzième pollueur du monde au niveau de l’air, notamment par le smog de Los Angeles, la Californie a imposé des limites de vitesse et créé sur les autoroutes des files spéciales de circulation plus rapides, les carpool, réservées au covoiturage. Elle a été le premier État à imposer l’essence sans plomb et le pot catalytique. Elle développe aussi les énergies renouvelables : géothermie, énergie éolienne et solaire. Avec plus de 4 800 éoliennes, Altamont Pass, à l’est de San Francisco, présente la plus grande concentration du monde (Vincent, 2008).

79Parmi les principales actions de conservation des écosystèmes et de leur biodiversité, on compte essentiellement la création d’aires protégées. Près de la moitié du territoire appartenant à l’État californien, un peu plus du tiers (37 %) est sous protection officielle. Le California Department of Parks and Recreation, appelé aussi California State Parks, gère 278 parcs qui sont les 8 parcs nationaux (NP) sur plus de 25 000 km2, une bonne centaine de parcs d’État, près de 50 réserves naturelles, administrées par l’US Department of Agriculture Forest Service, des dizaines de parcs historiques et d’aires récréatives, enfin 16 refuges de faune nationale, gérés par l’US Fish and Wildlife Service. Plus de 50 domaines naturels le sont aussi par des ONG, comme le Sierra Club, The Nature Conservancy, ou la Société pour la nature. Quant aux parcs nationaux, ils sont gérés conjointement par le California State Parks et le National Park Service (qui dépend du département de l’Intérieur des États-Unis). On peut citer les deux plus anciens, le Yosemite National Park et le Sequoia National Park puis également dans la Sierra Nevada, le Kings Canyon NP, et le Giant Sequoia National Monument, créé en 2 000 par le président Clinton pour regrouper 34 peuplements de la Sequoia National Forest. Les parcs nationaux de la Death Valley, de Joshua Tree ou le parc d’État d’Anza-Borrego Desert sont dévolus à la protection des terres steppiques et désertiques par le California Desert Protection Act de 1994, ces zones ayant une extrême valeur visuelle, historique, archéologique, environnementale, écologique, biologique, culturelle, scientifique, pédagogique et récréative… Mais il faut encore mentionner le Redwood National Park, créé officiellement en 1968, élargi en 1978, inscrit en 1980 par les Nations unies sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité, puis intégré en 1983 dans la réserve de biosphère de l’Unesco des Coast Ranges. En 1994, le parc fut fédéré avec les trois autres parcs d’État qui avaient été créés en 1927 en même temps que son ancêtre, le Humboldt Redwoods, inaugurant ainsi un dispositif unique aux États-Unis de cogestion (par le National Park Service et le California State Parks). Ouverts aux touristes, les parcs doivent protéger la faune, par exemple dans le Channel Islands National Park, les colonies d’oiseaux marins nicheurs et les phoques et lions de mer qui se reproduisent près de ces îles de la côte sud. Ils doivent protéger les écosystèmes forestiers et les espaces ouverts (de type « open space »), les dunes et les prairies côtières envahies par des espèces exotiques, à cause de la suppression des incendies jusque dans les années 1980 ou de l’importation depuis deux siècles de plantes herbacées annuelles d’Europe, au détriment des plantes pérennes natives, qui jaunissent pourtant moins vite les prairies californiennes et produisent davantage de biomasse (il en resterait sur seulement 2 % des surfaces). Des projets de restauration de ces espèces vivaces indigènes sont en cours dans des fermes et des ranches, orchestrés par ARS, l’Agricultural Research Service, malgré le coût élevé des semences. Depuis l’arrivée des Européens, 1 000 nouvelles plantes se seraient installées en Californie. À ce jour, une quinzaine de végétaux envahissants ont été totalement éradiqués (Rejmánek et Pitcairn, 2002 ; Schoenig, 2006), surtout par des feux contrôlés dans les prairies, zones alimentaires des cervidés.

80C’est seulement dans les années 1970 que l’on s’est rendu compte que le feu était nécessaire à la préservation des paysages végétaux et de leur biodiversité. À partir de 1850, la lutte contre les incendies fut organisée par les colons arrivant de l’Ancien Monde, dans le but de protéger leurs habitations et leur exploitation des forêts. Mais depuis près de quatre décennies, les rangers des parcs naturels appliquent un plan de gestion qui utilise les feux contrôlés, pour réduire la biomasse des sous-bois, libérer les graines par exemple de séquoias, donner de l’espace et de la lumière aux jeunes pousses, préservant ainsi la richesse biologique des forêts. En cas d’incendies non maîtrisables par les équipes des parcs, le National Interagency Fire Center fournit son aide en hommes et en matériel. Depuis 1905 existe un California Department of Forestry and Fire (CDF, puis CAL FIRE) dont les 800 stations opèrent aujourd’hui avec leurs milliers de pompiers permanents et volontaires contre les incendies catastrophiques, qui sont en recrudescence dans le sud de l’État avec l’accentuation de la sécheresse. En 2006, pour lutter contre le réchauffement climatique, le gouverneur Schwarzenegger signe un accord avec le parlement de Californie sur la diminution de la production des gaz à effet de serre (d’un quart jusqu’en 2020), conforme avec le protocole de Kyoto. En 2009, est initiée une réglementation contraignante pour les raffineries et les productions et importations de carburants. Mais la préparation des élections législatives de mi-mandat remet en question cette loi, certes favorable au secteur vert, le seul à avoir créé des emplois en dépit de la récession, mais qui contraint de nombreuses entreprises à partir vers d’autres horizons moins régulés. La proposition de suspension de cette loi, soumise au référendum populaire, a été finalement repoussée en novembre 2010 par environ 60 % des voix. En 2007, 79 % des Californiens considéraient le réchauffement climatique comme une menace sérieuse (Vincent, 2007).

En Australie du Sud

81La régression de la biodiversité de la flore australienne concerne particulièrement le Sud-Ouest et la région d’Adélaïde. De grandes zones de végétation ont été détruites pour la mise en culture, l’élevage ou l’urbanisation. Les forêts climaciques d’eucalyptus ne sont bien constituées que dans l’extrême Sud-Ouest humide, où les précipitations vont de 600 à 2 000 mm annuels : ce sont les forêts géantes de karri et de jarrah. Les forêts ouvertes et le mallee scrub qui les bordent ont été défrichés dans les années 1930 et 1960 au profit d’une vaste ceinture à blé (la wheatbelt) où l’irrigation et l’emploi d’engrais et de pesticides ont entraîné une salinisation et une stérilisation des sols, ainsi qu’une pollution des nappes et des cours d’eau. Dans la région d’Adélaïde, où la sécheresse dure longtemps, la végétation naturelle n’est plus représentée que par le mallee scrub et quelques lambeaux de forêt ouverte. En Australie méridionale, comme dans tout le pays, l’introduction volontaire ou accidentelle d’espèces végétales importées menace la flore indigène. Enfin, les inondations qui touchent maintenant des zones d’Australie auparavant peu concernées, probablement dues à un effet La Niña (chap. 1), montrent l’urgence d’une concertation sur la mise en place d’une solide politique environnementale et de prévention des risques (catastrophes naturelles, réduction des gaz à effet de serre…).

82Devant cette situation, le gouvernement australien a créé dans chaque État ou Territoire des zones protégées. Ce sont des parcs nationaux, des réserves, les 64 marais enregistrés dans la convention Ramsar et les 16 sites classés au patrimoine mondial de l’humanité. L’Australie occidentale possède plus de 70 parcs nationaux, tels le parc national du cap Leeuwin (forêt de karri), le parc national Shannon-d’Entrecasteaux ou de la Porongerup Range (forêt de jarrah, de karri et de marri). Dans la région d’Adélaïde, on peut citer le parc national des Flinders Ranges, qui recouvre pratiquement tout le centre de la chaîne, et le parc national de Flinders Chase, sur Kangaroo Island, qui compte au moins quatre cents espèces de plantes locales et vingt espèces de reptiles et de grenouilles, et dont les acacias, les banksias et mélaleucas s’avancent jusque sur certaines plages. En 2002, selon le Department of the Environment and Heritage, plus de 10 % de la superficie de l’Australie (près de 775 000 km2) sont en zone protégée, avec au total plus de 6 750 aires terrestres.

83La législation de l’Australie, pays signataire de la CDB, prévoit aussi la protection de la plupart des espèces. Votée en 1999, la loi fédérale Environment Protection and Biodiversity Conservation protège la faune native et les espèces menacées : chaque État et Territoire possède une liste réglementaire. Un Comité scientifique créé par le gouvernement australien a identifié 85 écosystèmes caractéristiques dans le pays, dont 15 menacés. La coordination de la recherche en matière d’identification, de classification et distribution taxonomique de la flore et la faune est assurée depuis 1973 par l’Australian Biological Resources Study, l’Étude des ressources biologiques australiennes. En 2003, quinze hotspots nationaux de biodiversité ont été définis ainsi qu’un programme les concernant. Une des deux premières initiatives a été de passer des contrats avec des propriétaires pour protéger des communautés boisées et herbacées dans l’est des monts Lofty. Particulièrement riche et menacée au niveau de ses espèces végétales, l’Australie méditerranéenne contient la moitié des hotspots du pays. Deux dans la région d’Adélaïde : South East of South Australia and South West of Victoria et Mount Lofty/Kangaroo Island et cinq dans le Sud-Ouest, qui sont, du sud au nord : Fitzgerald River/Raventhorpe ; Busselton/Augusta ; Central and Eastern Avon Wheat Belt ; Mount Lesueur/ Eneabba ; Geraldton to Shark Bay Sand Plains.

84La protection de la biodiversité en Australie comporte aussi une Stratégie nationale contre les mauvaises herbes, gérée par le Department of the Environment and Heritage et le Department of Agriculture, Fisheries and Forestry. Vingt espèces principales ont été déclarées nuisibles (Thorp, Lynch, 2000). Le programme de lutte a de nombreux buts, comme : empêcher l’introduction de nouvelles espèces ; informer les communautés, les propriétaires terriens, les agriculteurs, le secteur industriel et le grand public ; encourager les gouvernements nationaux, territoriaux et locaux à développer des plans d’action d’urgence ; mettre en place des procédures destinées à élaborer, exécuter et surveiller ces plans ; intensifier et coordonner les programmes de recherche, d’information et de formation. La détection des invasions biologiques relève en Australie des State Departments of Primary Industries. Malgré sa détection en 1963, Chondrilla juncea n’a jamais pu être éradiquée d’Australie occidentale, malgré un investissement de 56 millions de dollars australiens consentis sur 3 400 ha infestés. L’éradication qui avait commencé tard, en 1974, a été mise en échec par la vitesse de propagation du végétal. Après 28 années d’efforts, la chondrille effilée était encore présente sur plus de 700 sites, représentant une surface de 3 400 ha répartie sur 130 000 ha : le programme d’éradication a été abandonné (Woldendorp et al., 2004).

85Enfin, la lutte contre les incendies est un enjeu permanent et croissant. Des feux trop fréquents ou trop rares, trop sévères ou trop légers, peuvent affecter gravement les écosystèmes et la biodiversité, et gêner la gestion des terres. Mais les incendies peuvent avoir un rôle essentiel dans le maintien de nombreux écosystèmes. Dans le Sud-Ouest australien, les gestionnaires du Department of Environment and Conservation (DEC) déclenchent au minimum tous les cinq ans des brûlages dirigés de grande amplitude, les surfaces incendiées pouvant varier de 10 000 à 100 000 ha. Outre la conservation de la richesse biologique, ils ont pour objectif de maintenir au plus bas la biomasse combustible. Mais face aux feux trop fréquents qui dévastent parfois les paysages australiens, il apparaît de plus en plus nécessaire de combiner les mesures de prévention et d’intervention.

Au Chili central

86Les pressions qui pèsent sur l’environnement chilien sont liées à l’exploitation accrue des ressources naturelles, base du développement d’un pays du Sud en pleine croissance économique.

87Selon les rapports 2010 du Pnue, de la Conama (Commission nationale de l’environnement), de l’université du Chili et de l’Institut national des statistiques, l’eau, l’air, les sols, les écosystèmes marins, les forêts endémiques, la biodiversité et l’environnement urbain sont en constante dégradation. Face aux dégâts provoqués par les entreprises nationales et internationales, l’État dispose d’un cadre législatif permissif, « particulièrement laxiste dans les secteurs de protection des forêts et des ressources marines, où les acteurs économiques préfèrent payer les amendes que de se mettre en conformité avec la législation environnementale » (Pulgar, 2010). La dégradation et la réduction des espaces boisés et de la biodiversité ont des causes multiples : utilisation du bois pour le chauffage et la fabrication de nombreux produits, trafic illégal, inondations des surfaces boisées par des barrages hydro-électriques, très forte expansion des agglomérations urbaines (plus de 86 % de la population), et surtout les processus d’habilitation et de substitution qui ont augmenté les incendies. Le processus de substitution consiste à remplacer les forêts primaires par des plantations de pins (Pinus radiata) et d’eucalyptus, le processus d’habilitation visant à faciliter les usages agro-pastoraux dans les espaces boisés. La Conaf (Corporation nationale forestière) a constaté entre 1994 (date de la seule loi environnementale existante) et 2008 une importante diminution des forêts primaires valdiviennes et du sud de la zone méditerranéenne (région du Bio-Bio). Ces régions constituent un véritable foyer de forte biodiversité, le domaine méditerranéen chilien possédant à lui seul 50 % des espèces de plantes supérieures.

88Des stratégies gouvernementales ont été mises en place, une Stratégie nationale de la biodiversité en 2003, un Système national de secteurs protégés par l’État, la création de parcs et monuments nationaux…» Les acquis principaux sont : la mise en marche d’un Système national des aires sauvages protégées (Snaspe) qui comprend plus de 14 millions d’hectares de forêts dont 32 parcs nationaux, 15 monuments naturels et 2 nouvelles réserves de la biosphère de l’Unesco. Et depuis 1997, il existe des Aires protégées privées (APP) d’une superficie de 15 millions d’hectares » (Pulgar, 2010). Dans la grande région métropolitaine de Valparaiso-Viña et de Santiago, où « l’agriculture d’exportation est peu compatible avec une durabilité complète, alliant dans la durée et sur un même territoire, un développement social, économique et environnemental » (Faliès, 2008), les aires protégées couvrent en partie la Cordillère côtière, tels le parc national de la Campana (8 000 ha) ou la réserve naturelle de Peñuelas (8 000 ha). De même, les sites prioritaires de protection de la biodiversité définis par la Conama pour leurs espèces endémiques, comme le condor Vultur gryphus, le palmier du Chili Jubeae chilensis ou le faux hêtre Nothofagus macrocarpa. « Leur préservation entre les deux aires urbaines de Valparaiso et de Santiago implique de leur garantir un habitat de grande taille et des corridors écologiques » (Faliès, Velut, 2008). Somme toute, la loi de base de l’environnement de 1994 est impuissante à conserver les forêts et à réhabiliter le matorral dégradé en espinal, malgré les efforts pour recréer des systèmes herbe/arbre (Ovalle et al., 1995). La sauvegarde des espèces des zones protégées et humides ainsi que la lutte contre les espèces exogènes pâtissent de la faiblesse des investissements financiers. Le Chili attend toujours son ministère de l’Environnement : l’aboutissement du projet présenté en 2008 sous la présidence de Michelle Bachelet, accepté par le Sénat et la Chambre en 2010, est plus incertain depuis que les nouvelles autorités politiques ont présenté des objections.

89Face à ces insuffisances, a surgi un monde associatif vaste et fragmenté, constitué d’organisations nationales de défense de l’environnement (OSCE) aux multiples fonctions. Les rôles de ces OSCE découlant de la loi de 1994 consistent à lancer des campagnes éducatives pour la protection de l’environnement et à s’opposer aux projets nuisibles, l’État ayant le devoir de faciliter l’information, notamment à travers la Conama, son service de consultation et de coordination environnementale. Les OSCE de défense des forêts ont cherché à limiter les dégâts causés par l’agriculture intensive et les reboisements de substitution. Pour Marcela Pulgar, les organisations environnementalistes du Chili, nées vers la fin des années 1980 lors du retour de la démocratie, sont appelées à jouer un rôle politique et économique croissant. Palliant certaines déficiences environnementales de l’État, elles montrent la nécessaire mise en place d’un ministère de l’Environnement. Sensibles à leur lobbying politique, « de plus en plus de politiciens participent aux campagnes environnementalistes à côté des OSCE chiliennes » (Pulgar, 2010). Et face à une croissance économique axée sur l’exploitation intensive des ressources naturelles, « de plus en plus d’organisations de la société civile de défense de l’environnement vont jouer le rôle de contrôler et de surveiller ces activités industrielles et simultanément d’informer la population des dégâts possibles » (Pulgar, 2010). Depuis quelques années, plusieurs sociétés d’extraction possèdent une cellule écologique. Et le recul de la pauvreté et l’augmentation du niveau d’éducation rendent la population plus attentive à l’environnement.

90Pour le Pnud de l’ONU, les OSCE du Chili représentent avant tout le pôle majeur où s’expriment les valeurs du pays.

Dans la Région du Cap

91Le Royaume floristique du Cap (Cape Floristic Region) est l’un des 34 hotspots de biodiversité identifiés dans le monde. Il contient 3 % des espèces végétales du monde sur 0,04 % de sa superficie (chap. 5), et environ 70 % des 9 600 plantes répertoriées sont endémiques (soit près de 6 200). À elle seule, la montagne de la Table possède 2 200 espèces, soit plus que le Royaume-Uni. Mais si « avec plus de 7 000 espèces sur 46 000 km2, le fynbos a la plus forte biodiversité du monde » (Cowling, Richardson, 1995), sa végétation arbustive et buissonnante est aujourd’hui de plus en plus menacée par l’agriculture (notamment la viticulture en plein essor), par l’extension des zones urbaines (Le Cap devrait doubler sa population d’ici 2025), par les plantes invasives importées d’autres régions méditerranéennes et le changement climatique de la planète. Comparable à de véritables reboisements, l’invasion de plantes exotiques couvre 1,7 million d’hectares et concerne une quinzaine d’espèces, venues surtout d’Amérique du Sud, d’Australie et d’Europe : pins et prosopis européens ou californiens, eucalyptus, Hakea et acacias australiens. Ces arbres et arbustes transforment le fynbos indigène en formations forestières et arbustives hautes, une végétation d’espèces multiples en un groupe d’arbres d’une seule espèce, dont les conséquences sont l’érosion de la biodiversité locale et la réduction du cours des ruisseaux, notamment le captage dans les zones de partage des eaux. Par ailleurs, l’accroissement de la biomasse augmente la fréquence des incendies, les arbres envahisseurs occupant ensuite rapidement les zones brûlées, grâce à leurs graines dispersées par le vent.

92L’évolution cyclique du fynbos, comme celle de bon nombre de matorrals méditerranéens, dépend de feux de brousse ni trop fréquents ni trop rares. Fynbos needs fire ! proclame aujourd’hui le parc national de la montagne de la Table. Selon les écologues et botanistes Richard Cowling et Dave Richardson, la fréquence des feux dans le fynbos varie entre 4 et 45 ans, mais la plupart des communautés végétales brûlent en moyenne tous les 12 à 15 ans. « C’est à la fin des années 1960 que les botanistes ont commencé à réaliser que le feu est essentiel à la préservation de la biodiversité » (Cowling, Richardson, 1995). L’incendie fut prescrit pour la première fois en 1968 dans les monts Kogelberg, afin de promouvoir la régénération d’une population vieillissante d’une Protéacée en voie d’extinction, la Marsh Rose (Orothamnus zeyheri). La même année, le Forestry Department acceptait aussi de prescrire le feu dans la gestion de fynbos de montagne sous le contrôle de l’État, pratique ensuite étendue par le Mountain Catchment Act de 1970, la loi sur les bassins versants montagnards (Cowling, Richardson, 1995). L’exquise Marsh Rose est un arbuste de 3 m présentant peu de branches et qui n’a qu’une seule tige à la base. Les feuilles de 3 à 5 cm de long qui se recouvrent comme des tuiles sont poilues et sentent le linge repassé. Inclinées sur une tige courte, les têtes florales généralement terminales (au nombre de 20 à 45) sont pendantes, courbées vers le bas (Rebelo, 1995). Cette espèce endémique très localisée, la seule du genre Orothamnus, se trouve aujourd’hui dans deux zones protégées, surtout dans la réserve de biosphère du Kogelberg (à l’est de Cape Town, de Valsbaai), entre 450 et 850 m, dans les zones d’infiltrations, sur des pentes fraîches, marécageuses et tourbeuses orientées vers le sud. Il n’existe qu’une seule petite population sur les monts de la Klein River, près d’Hermanus (Walkerbaai). Protégées pour la première fois contre les activités de cueillette et la vente ambulante en 1938, surprotégées contre le feu, les populations de Marsh Rose ont poursuivi un déclin alarmant, jusqu’à ce que l’on évalue les bienfaits d’incendies à intervalles convenables. Une des populations les mieux connues qui comptait environ 450 plantules en 1947, n’en avait plus que 17 en 1963 et seulement 6 en 1967 (Boucher, Maccann, 1975). Le premier essai de mise à feu de 1968 fut couronné de succès, puisque dans le Kogelberg, vers le début des années 1970, furent comptées 1 956 plantes. Orothamnus commence à fleurir après trois ans et atteint son apogée après neuf ans. Une fréquence accrue des incendies tue les plantes et diminue le stock de graines du sol. Après 12 ans, la sénescence diminue la croissance et la floraison de la plante. Après 20 ans, le déclin du peuplement peut être très spectaculaire, le feu devient nécessaire à un nouveau cycle régénérateur. Mais s’il estime qu’un cycle de 15 ans paraît optimal, Christian Boucher pense que l’espèce peut survivre à une période d’au moins 30 ans sans incendie, les graines pouvant rester dormantes pendant une vingtaine d’années (Boucher, 1981). Une Protéacée semblable, Mimetes stokoei, disparue de la Kogelberg Nature Reserve, est restée dormante pendant plus de 60 ans. Les mesures de protection imposées par le Service des forêts ont tellement bien réussi depuis 1968 qu’Orothamnus zeyheri est passée en 1996 du statut de Plante menacée d’extinction à celui de Plante rare (Hilton-Taylor, 1996) : fermeture au public (sauf pour la recherche) du Kogelberg en 1968, prorogée indéfiniment à partir de 1971 ; accès actuel plus ouvert mais strictement contrôlé ; classement de l’espèce dans la Flore menacée d’extinction selon l’ordonnance de 1974 ; commerce international interdit (de 1975 à 1997), puis restreint, par l’inscription dans la base de données de la Convention sur le commerce international des espèces menacées d’extinction (Cites) du Pnue ; contrôle de la fréquence des incendies, des feux spontanés ; éradication de toutes les plantes envahissantes, suivi annuel par le personnel de Cape Nature. Les programmes de surveillance continue du Kogelberg ont été mis en place par le Service des forêts conjointement avec C. Boucher, spécialiste de la flore des montagnes méditerranéennes, qui travaillait alors au Botanical Research Institute. Les recherches ayant abouti vers la fin des années 1970 à la création de plantes greffées dans la pépinière de l’ancien Cape Nature Conservation Department, un programme de reproduction commerciale semble envisageable, et les contrôles découlant de l’inscription à la base Cites inutiles. Actuellement, les plantes facilement greffées, qui ne vivent que quelques années, sont cultivées à la fois au Jardin botanique national de Kirstenbosch et à l’Agricultural Research Council d’Elsenburg.

93La conservation de la biodiversité repose surtout sur le réseau d’aires protégées. Si 20 % de ce territoire restent à peu près vierges de toute action anthropique, 14 % sont situés dans des parcs nationaux et des réserves naturelles. Sous l’impulsion du South African National Parks Boards (SANParks), qui gère les parcs nationaux sud-africains, et du WWF South-Africa, a été initié en 1998 un projet de Conservation de la biodiversité de la péninsule du Cap, afin d’accompagner la création du parc national de la montagne de la Table et les actions en cours dans la péninsule de Cap, reconnue comme l’un des « joyaux » et des points chauds de la biodiversité mondiale. Le parc, qui reçoit plus de 1,2 million de visiteurs par an, a mis en place un nouveau modèle de gestion des parcs nationaux sud-africains. Soutenu par le FEM/Banque mondiale et le FFEM/AFD, le Fonds français pour l’environnement mondial (créé en 1994) et l’Agence française de développement, qui finance des projets économiques et sociaux dans les pays en développement et les pays émergents, il a notamment développé une politique de collecte et de valorisation des savoirs traditionnels et un système d’interprétation du parc destiné à faire connaître l’identité de ses différents territoires. Les informations recueillies par des ONG locales et l’université du Cap ont été regroupées dans un film documentaire, utilisé aujourd’hui par le parc pour son programme d’éducation environnementale. Cette politique de collaboration étroite avec les communautés locales est la conséquence évidente du contexte périurbain et de la forte diversité culturelle de l’agglomération du Cap. Mais cette approche, assez nouvelle en Afrique du Sud, est également tributaire de l’expertise des parcs nationaux français : en collaboration avec le parc national de Port-Cros, le parc national des Cévennes a fourni une assistance technique aux partenaires sud-africains.

94Pour valoriser les services apportés aux écosystèmes face à un développement économique à court terme et aux engagements sociaux de l’État, leur « donner une valeur monétaire est le seul moyen politique efficace d’assurer l’intervention » (Van Wilgen et al., 1998).

95En 1995 est lancé le programme Working for Water (WFW), destiné à améliorer la durabilité de ces services, principalement dans l’acheminement de l’eau vers les centres urbains. Il s’agit de préserver la diversité biologique de la flore indigène en détruisant des parcelles de végétaux invasifs fortement consommateurs d’eau, qui utiliseraient au total presque 9 % de l’écoulement du pays. Estimé à 60 millions de dollars par an sur 20 ans, le coût de l’abattage de ces arbres pourrait être réduit de 20 millions par an, « si l’on exclut les plantes envahissantes qui n’affectent pas le partage des eaux et si l’on compte sur les bienfaits du contrôle biologique en cours » (Van Wilgen et al., 1998). À court de moyens financiers, les décideurs politiques ont préféré l’abattage des arbres exotiques pour acheminer l’eau de captage à la construction de nouveaux barrages, d’autant plus que le réchauffement climatique aggrave l’action étouffante de ces espèces et la fréquence des incendies. En 2002, l’Afrique du Sud a connu une grande sécheresse, 70 % des récoltes de maïs ont été perdues. En ce XXIe siècle, les écologues et botanistes R. Cowling, D. Richardson et N. Myers évoquent plusieurs scénarios possibles pour l’évolution du fynbos. Au pire : extension des plantes envahissantes sur les pentes humides de montagne, accroissement de l’agriculture intensive spécialisée, expansion urbaine sur des bordures riches en espèces, amplification de l’érosion sur des pentes dénudées par des feux plus fréquents et incontrôlés, baisse des revenus de l’écotourisme et fermeture de nombreuses réserves par manque de fonds… L’espoir étant une réelle prise de conscience des bienfaits économiques, sociaux et culturels du fynbos pour assurer le succès de la lutte contre les arbres et les arbustes envahissants, un meilleur ravitaillement en eau, contrôler l’exploitation commerciale de la flore ornementale, créer des emplois pour la population rurale, et surtout développer l’écotourisme, source culturelle et financière nécessaire à une bonne gestion conservatrice de la biodiversité (Cowling, Richardson, 1995).

Un devenir problématique pour les paysages végétaux

96La gestion volontariste des espaces boisés méditerranéens dans le cadre d’un développement durable ne fait que s’engager, et déjà elle rencontre nombre d’obstacles qui semblent parfois insurmontables. Qu’en sera-t-il dans les prochaines décennies, si les changements climatiques et les changements de modes d’usages des terres liés à la démographie se poursuivent ? S’il est encore hasardeux de prévoir les menaces qui pèsent sur les paysages végétaux, leurs habitats forestiers et leur capital biologique, les scientifiques arrivent malgré tout à esquisser les grandes lignes d’une évolution qui apparaît sous la dépendance étroite de puissants impacts anthropiques, qu’ils soient déprise rurale ou au contraire surexploitation, ou encore mitage urbain et touristique. Des scénarios de biodiversité globale pour 2100 montrent que le bassin méditerranéen sera probablement une des régions les plus affectées par les atteintes à l’environnement (Sala et al., 2000). Pierre Quézel évoque notamment une dégradation accentuée des espaces naturels côtiers, une uniformisation des paysages et des habitats forestiers au nord de la Méditerranée, une extinction progressive des surfaces boisées au sud et à l’est. Mais en ce qui concerne les impacts de l’aléa climatique, les évaluations sont bien plus difficiles « dans un laps de temps de quelques décennies, c’est-à-dire relativement bref à l’échelle de la restructuration éventuelle de la végétation » (Quézel, 1999b).

Des transformations à court terme

97Le nouveau diagnostic du Plan Bleu de 2005 a confirmé les risques environnementaux annoncés par les scénarios tendanciels : dégradation des écosystèmes, pressions accrues sur l’eau, les sols et le littoral… Et d’ici 2025, selon ces tendances lourdes, le cumul des impacts humains avec l’aléa climatique accentuera encore les transformations des paysages végétaux et la perte de la biodiversité. Le rapport sur l’état de l’environnement et du développement en Méditerranée confié par le PAM au Plan Bleu en 2009 évoque la particulière vulnérabilité de la région méditerranéenne au changement climatique. Le scénario tendanciel prévoit que c’est la croissance économique qui permettra de financer la réparation des dégâts qu’elle a pu causer. Mais le Plan Bleu envisage aussi un scénario alternatif, où la qualité de l’environnement viendrait appuyer la croissance économique, dans une optique de développement durable. De fait, « l’avenir n’est jamais écrit par avance, et l’on ne doit pas sous-estimer la capacité des sociétés à s’adapter à de nouveaux défis » (Pnue/PAM/Plan Bleu, 2005). De toute façon, même si les actions concrètes continuent à se mettre en place dans tous les pays, la fracture environnementale se creusera sans doute davantage entre les deux rives.

98Le nord de la Méditerranée s’achemine vers une uniformisation des paysages et des habitats forestiers. La remontée biologique engendrée par la déprise rurale risque de se poursuivre dans les prochaines décennies. Elle devrait se manifester surtout par une extension des pinèdes à pin d’Alep aux étages thermo- et méso-méditerranéens, et à pin sylvestre au supra-méditerranéen. Avec cependant moins de force pour ces conifères expansionnistes, qui ont déjà gagné comme en Provence beaucoup d’espaces postculturaux laissés en friches, que pour le pin maritime dont la colonisation risque de s’intensifier, comme dans les châtaigneraies abandonnées de Corse. Cette remontée biologique transformera ces préforêts à conifères plus matures en véritables forêts de feuillus, qui se rapprocheraient alors du climax avec une extension des chênes à feuilles caduques plus grande que celle des chênes sclérophylles. Enfin, nombre de surfaces livrées à la déprise pastorale et non entretenues par les propriétaires vont connaître un embroussaillement accru, favorisant ainsi l’uniformisation du paysage.

99La maturation et la mise en continuité des espaces boisés risquent de renforcer les grands incendies et l’érosion de la biodiversité. Au niveau des habitats naturels, la maturation favorisera certaines espèces rares sciaphiles et éliminera progressivement les espèces plus héliophiles, souvent remarquables, des lisières et des pelouses. Mais les menaces les plus graves, selon Frédéric Médail, pèsent sur les zones refuges ibéro-maghrébines à Prunus lusitanica, Rhododendron ponticum et Frangula alnus subsp. Baetica (Quézel, Médail, 2003). Et si des peuplements très localisés comme ceux à Abies pinsapo (d’Andalousie), à Abies nebrodensis (de Sicile) ou encore à Pinus nigra subsp. salmanii sont aujourd’hui protégés, ils n’en restent pas moins menacés pour des raisons écologiques ou anthropiques particulières, par exemple par la pollution génétique liée aux reboisements. Ce problème, déjà évoqué, est grave pour les peuplements à pin noir de Salzmann de la région de Bessèges, les hybridations avec le pin laricio, planté massivement dans les Cévennes siliceuses il y a plus d’un siècle par les Houillères et les services forestiers, menaçant leur originalité génétique. À tel point que Pierre Quézel évoque pour les années à venir une impossible distinction entre les deux espèces, voire une probable extinction, « si rien n’est tenté », du pin noir cévenol. Au niveau des espèces, des risques d’extinction existent surtout pour celles qui sont rares et menacées, localisées et sans grande valeur forestière (Quézel, Médail, 2003), comme Quercus soluntina, endémique de Sicile, mais aussi à haute valeur biogéographique comme Phoenix theophrasti (surtout en Turquie, à Kumluca-Karaöz) ou Zelkova sicula (dont il reste environ 200 individus en Sicile). Derrière la notion de vulnérabilité se profile en effet celle du risque d’extinction. Les phanérophytes menacées sont actuellement inscrites dans des livres rouges internationaux (UICN) et nationaux (Walter, Gillett, 1998). On a vu que sur les 290 espèces arborescentes existant en région méditerranéenne (contre 135 dans les forêts médio-européennes), les scientifiques en ont recensé 61 qui seraient menacées, c’est-à-dire plus d’une sur cinq. Outre ceux cités ci-dessus, les risques d’extinction en Méditerranée septentrionale concerneraient bien d’autres espèces comme Abies nebrodensis, le sapin de Sicile pourtant protégé dans le massif des Nébrodes, Betula pendula en Espagne et au Maroc, Juniperus macrocarpa dans tout le bassin, Prunus lusitanica en Espagne, au Portugal, en France (et aussi au Maroc), Tamarix passerinoides, endémique de Sicile…

100Au sud et à l’est de la Méditerranée, la forte pression humaine et pastorale, conjuguée avec un aléa climatique marqué, devrait se poursuivre pendant plusieurs décennies. Si les politiques de réhabilitation forestière fondées sur l’implication des populations ne sont pas plus largement mises en œuvre, l’érosion des sols et la régression des espaces boisés vont s’accentuer. Au rythme actuel de 2 à 4 % de disparition par an, « d’ici à 50 ans, il ne devrait théoriquement subsister que moins de la moitié des superficies actuelles couvertes par les forêts, et ceci du bord de la mer jusque sur les sommets des montagnes », écrit Pierre Quézel, rappelant que leur surexploitation par les défrichements anarchiques et le parcours permanent des troupeaux aboutit à une thérophytisation, qui ne laissera bientôt plus que des espèces toxiques ou épineuses, délaissées par les bêtes (Quézel, 1999b). Sur des sols davantage dénudés, piétinés par les troupeaux, le capital biologique et l’équilibre écologique continueront de régresser. Les menaces les plus graves pèsent surtout sur les cédraies, mais aussi sur les thuriféraies, les forêts de pin maritime, les arganeraies, les diverses structures à genévriers et à cyprès de l’Atlas, voire localement à thuya de Berbérie. Cependant, au Maghreb, la situation est également inquiétante pour les sapinières, les peuplements de Pinus nigra subsp. mauretanica, Olea maroccana (tous deux non inclus dans la liste UICN), Quercus faginea subsp. tlemcenensis. Et en Méditerranée orientale, malgré une gestion forestière plus stricte (surtout en Turquie), certaines communautés sont à surveiller : forêts à Abies equi-trojani, Quercus aucheri, Liquidambar orientalis en Turquie, formations à Quercus alnifolia et Cedrus libani subsp. brevifolia à Chypre, peuplements à Zelkova abelicea et Phoenix theophrasti en Crète, ou à Abies borisii-regis et Quercus trojana subsp. euboica en Grèce…

101Au nord comme au sud, les risques de dégradation accentuée pour les espaces naturels côtiers sont peut-être les plus graves du bassin méditerranéen. Actuellement, la modification du régime des eaux, les pollutions d’origine tellurique et maritime, mais surtout les constructions et les infrastructures de toutes sortes ainsi que le développement incessant du tourisme se cumulent pour générer des impacts destructeurs sur les écosystèmes littoraux. En 1993, dans les Alpes-Maritimes, les espaces sans construction sur au moins 2 km ne représentaient déjà plus que 8 % du littoral. Une partie de la flore côtière est actuellement présumée éteinte, notamment les psammophytes littoraux, tels Stachys maritima, Scrophularia ramosissima, Calystegia soldanella, et la flore des eaux douces et de divers biotopes aquifères sublittoraux, comme Nymphea alba, Myriophyllum verticillatum, Utricularia minor. Si les halophytes et les espèces électives du bord de mer ont été bien conservées, à l’exception de l’embouchure du Var (Salanon et al., 1994), « au moins 37 espèces sont actuellement très rares… et/ou menacées d’extinction à court terme… ex. : Echinophora spinosa, Juncus gerardii, Medicago marina » (Médail, Diadema, 2006). Dans les prochaines décennies, l’érosion des rivages méditerranéens, la dégradation des habitats et de la biodiversité littorale vont s’amplifier du fait de « l’accroissement attendu des infrastructures, constructions et prélèvements de matériaux sur le littoral, de la construction de nouveaux barrages sur les fleuves et de la dégradation des prairies marines » (Pnue/PAM/Plan Bleu, 2005). En 2025, le littoral de la Méditerranée pourrait avoir 20 millions de citadins et 130 millions de touristes supplémentaires, surtout la rive est et sud.

102Parmi les habitats littoraux les plus dégradés et les plus menacés comptent les écosystèmes dunaires et certaines zones humides. Pour ces sites, le réchauffement climatique serait un facteur aggravant à long terme, notamment dans les lagunes et les deltas : montée du niveau de la mer, inondations, apparition d’espèces envahissantes au détriment d’espèces autochtones... Mais bon nombre de structures végétales remarquables, de type thermo-méditerranéen, actuellement en pleine régression sur les côtes du Maroc, d’Espagne, de Sicile, de Crète ou encore de Turquie sud-occidentale, risquent aussi de disparaître. Outre la brousse à oléolentisque et à caroubier (notamment entre Nice et Menton) et les tétraclinaies (comme près de Carthagène), on peut citer à nouveau le palmier de Théophraste en Crète et en Anatolie. Les intérêts financiers et l’impact touristique sont tels que dans l’avenir « on ne peut espérer sauvegarder que des fragments d’écosystèmes, par le biais de l’achat par des structures nationales, Conservatoire du littoral par exemple en Espagne » (Quézel, 1999b). On a dit comment le Conservatoire du littoral, créé en 1975, n’a pu contrecarrer l’urbanisation galopante du littoral des Alpes-Maritimes, avec des achats trop faibles, les plus réduits pour un département littoral.

Des transformations amplifiées

103Si les perturbations d’origine anthropique liées à la déprise rurale ou au contraire à la surexploitation conditionnent majoritairement l’évolution des écosystèmes naturels méditerranéens dans un proche avenir, le doublement du CO2 atmosphérique prévu entre l’an 2000 et 2050 risque aussi d’influer sur leur diversité et leur répartition, leur structure et leur fonctionnement.

104De 1998 à 2010, la prise de conscience internationale du problème du réchauffement général de la planète est marquée par plusieurs conférences climatiques.

105Le Protocole de Kyoto en 1998, entré en vigueur en 2005 et prévu jusqu’en 2012 permet d’enclencher un processus de stabilisation des gaz à effet de serre (CO2, méthane, CFC…). On sait que l’effet de serre rend habitable la terre en retenant le rayonnement infrarouge réémis par la planète vers l’atmosphère, ainsi réchauffée à 22 % par les continents, mais à 43 % par les océans. L’océan est le véritable maître du climat avec ses mécanismes essentiels : pompe à chaleur et à CO2 (dissolution naturelle), évaporation (qui redistribue la chaleur et initie le cycle de l’eau), courants marins… Mais Kyoto n’a que peu d’effets sans l’intégration des États-Unis, qui avaient refusé dès 2001 de ratifier le processus qu’ils avaient signé, et celle des nouvelles puissances économiques (Corée, Chine, Brésil…).

106L’échec de la Conférence de Copenhague en décembre 2009 et la stérilité des quatre réunions organisées à Bonn et à Tianjin en 2010 marquent surtout le désaccord sur la répartition des efforts – financiers et de réductions des émissions de gaz à effet de serre (GES) – pour assurer l’objectif affiché : limiter la hausse de la température moyenne de la planète à 2 degrés d’ici à la fin du siècle. L’accord de Copenhague (trois pages à peine) a été négocié, en contradiction avec les règles multilatérales des Nations unies, par une vingtaine de pays, les principaux émetteurs de GES, États-Unis, Europe et grands pays émergents comme la Chine, l’Inde, l’Afrique du Sud et le Brésil, pratiquement dans le dos des pays les plus pauvres et les plus vulnérables, notamment ceux d’Afrique, grands perdants, les premiers à souffrir du réchauffement. Redoutant de se voir imposer un contrôle international de leurs réductions d’émissions, les deux plus grands pollueurs de la planète, la Chine et les États-Unis, ont campé sur leurs intérêts nationaux, même si la nouvelle administration démocrate s’est montrée enfin convaincue de sa participation.

107En décembre 2010, à la Conférence de Cancun, 190 nations sont parvenues – à l’exception de la Bolivie – à un compromis sur l’environnement prévoyant de revoir périodiquement les objectifs à long terme (limite à 2 °C en 2100) en fonction de l’évolution des connaissances scientifiques, des rapports du Giec (Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat) et des impacts observés du réchauffement. Une première révision est prévue de 2013 à 2015. L’accord de Cancun esquisse aussi « la boîte à outils de la lutte contre le changement climatique : fonds vert, réduction de la déforestation, transfert de technologies vertes vers les pays du Sud » (G. Allix, Service Planète, Le Monde, 15 déc. 2010). Mais beaucoup de points ont été laissés en suspens : financement du fonds vert, efficacité des engagements de réduction des émissions de CO2… Certes, les grands pays émergents comme la Chine ou l’Inde, qui se sont montrés les plus déterminés à débloquer le processus des négociations sur le climat face à l’inertie (prudente ?) du Japon, de la Russie, des États-Unis ou d’une Europe divisée, ont accepté de produire tous les deux ans des rapports sur leurs inventaires et leurs réductions de GES. Mais la vérification de ces rapports ne prévoit aucune contrainte, seulement des consultations et analyses internationales « non intrusives », « non punitives », et « dans le respect de la souveraineté nationale ». Cancun marque donc un affaiblissement du processus onusien, les Nations unies se voyant obligées d’entériner un processus qui vient du « bas », c’est-à-dire la politique climatique que chaque participant est disposé à faire. Finalement, après Cancun, on se demande comment on pourrait produire « un traité global et légalement contraignant sur le climat sans un investissement renouvelé des pays industrialisés » (G. Allix, Service Planète, Le Monde, 15 déc. 2010).

108Selon le Giec (2001), la concentration en CO2 doublerait au cours du XXIe siècle. Elle a déjà augmenté de 31 % entre l’ère pré-industrielle et l’an 2000. Si la température moyenne de surface, au niveau mondial, a augmenté de 0,6 °C au cours du XXe siècle, le Giec envisage « d’ici 2100 des fourchettes de réchauffement global allant de 1,4 °C à 5,8 °C » (Pnue/PAM/Plan Bleu, 2005). Déjà la décennie 1990 semble avoir été la plus chaude depuis un millénaire dans l’hémisphère Nord… Mais la plus forte teneur en CO² ferait aussi augmenter les précipitations moyennes annuelles de 5 à 20 %. Cependant, des incertitudes persistent sur l’ampleur, la vitesse et les impacts de ces changements climatiques globaux. Et puis « une inconnue supplémentaire majeure concerne les répercussions d’un éventuel réchauffement global à une échelle régionale comme celle de la Méditerranée. Les courants marins pourraient être modifiés à l’échelle de la planète et influencer à leur tour les climats locaux dans le sens d’un refroidissement » (Pnue/PAM/Plan Bleu, 2005).

109Sur la rive nord, le modèle de circulation générale Arpege-Climat (Météo France) a mis en évidence d’ici 2100 un réchauffement de 2 à 3 °C. Un peu plus forte (3 à 4 °C) en Languedoc-Roussillon, dans le centre et le sud de la péninsule Ibérique, et en Afrique du Nord, l’augmentation serait plus modeste en Méditerranée orientale (2 à 2,5 °C). De toute façon, les conséquences de cette élévation des températures s’affirment de plus en plus.

110L’expansion thermique des eaux marines mais aussi la fonte des glaciers et des inlandsis font s’élever le niveau moyen des mers : 10 à 20 cm au siècle dernier, et entre 20 et 60 cm sont encore prévus par le Giec entre 2007 et la fin du siècle. Mais les observations des chercheurs américains, britanniques et néerlandais en 2009 ont montré une accélération de la réduction de l’inlandsis groenlandais (par glissement des glaciers dans la mer). Ainsi, les calculs de 2010 tablent sur une montée des eaux bien plus impressionnante, entre 55 cm et 1,75 m en 2100.

111L’augmentation des températures renforce aussi l’évaporation, ce qui change le régime des précipitations. Pour un doublement du taux de CO2 atmosphérique, les précipitations d’hiver et de printemps pourraient s’accroître de 30 à 50 % au nord et au centre de la Méditerranée, excepté au Proche-Orient, lequel connaîtrait même un déficit pluviométrique hivernal. Plusieurs modèles de simulations climatiques évoquent des pluies convectives violentes (voire de type torrentiel) de plus en plus fréquentes. Une augmentation d’un degré de la mer provoquerait dans la région de Barcelone un accroissement de 5 % de la part des pluies de convection.

112Mais la plus grande fréquence, durée et intensité des phénomènes météorologiques extrêmes seront aussi marquées par une plus longue et plus forte sécheresse estivale. Et celle-ci s’étendrait sur les marges nord à climat non méditerranéen. « L’analyse de tendance conduite sur les séries mensuelles de quantités de précipitations de la période 1835-1995 à Montpellier montre une très faible diminution des pluies annuelles (-0,03 mm/an) mais une diminution significative de 0,46 mm/an des pluies de mai à août, sensible depuis les années 1880 », observent Corinne Hoff et Serge Rambal, en précisant que la cartographie des isohyètes (d’après le cumul des précipitations sur cette période mai-août) montre une nette avancée de l’isohyète de 150 mm de 35 km vers l’intérieur entre les deux périodes d’étude 1851-1900 et 1959-1994 (Hoff, Rambal, 2000).

113L’accentuation de la sécheresse estivale en Méditerranée devrait renforcer l’aridification du climat en Espagne et en Afrique du Nord, mais la mer Égée et le Moyen-Orient pourraient au contraire recevoir davantage de pluies estivales (Déqué, 2000 ; Déqué et al., 1998).

114À l’horizon 2025, en région méditerranéenne, le Plan Bleu prévoit un réchauffement inférieur à 1 °C et des excès climatiques accentués. Depuis les années 1990, bon nombre de tempêtes catastrophiques, de fortes crues, de sécheresses sévères, témoignent de la réalité des changements climatiques en cours : « changement des rythmes et de l’intensité des précipitations, doublé d’une variabilité intra- et interannuelle accrue, avec une augmentation notable – qui a sans doute déjà débuté – des pluies torrentielles, voire de tornades de type subtropical » (Quézel, Médail, 2003).

115Les progrès récents de la simulation climatique vont permettre d’affiner les scénarios de changement climatique, notamment sur la rive sud. Présentée au chapitre 1, l’étude de Fatima Driouech (2010) sur la variabilité spatio-temporelle des précipitations hivernales marocaines a mis en évidence leur déclin entre 1961 et 2008, surtout à partir des années 1980, conjugué avec une augmentation de la fréquence des sécheresses. Les différents modèles de simulation climatique utilisés lors de cette recherche ont confirmé cette évolution générale à l’horizon 2021-2050. La version à résolution variable du modèle global Arpege-Climat, qui constitue une descente d’échelle dynamique d’une simulation Giec (haute résolution d’environ 50 km), a permis d’élaborer des scénarios compatibles avec ceux issus d’une dizaine de modèles climatiques régionaux (MRC). Généralisée à tout le Maroc de décembre à février, la baisse des cumuls pluviométriques concernerait, à l’ouest des Atlas, la période plus étendue d’octobre à mars, avec « une baisse du nombre d’événements de fortes précipitations et une augmentation du nombre maximal de jours consécutifs secs » (Driouech, 2010). Ces projections d’Arpege-Climat, l’évolution vers des conditions plus sèches en hiver, ont été confirmées dans l’ensemble, à la fois en termes de moyennes et d’extrêmes, par l’utilisation du modèle à aire limitée Aladin-Climat à très haute résolution (12 km) sur la moitié nord du pays : diminution des précipitations hivernales d’environ 10 à 15 %, diminution des événements extrêmes de 10 à 20 %, assèchement de l’été. Selon F. Driouech, cette nouvelle réduction d’échelle rend la modélisation moins incertaine, plus proche de la réalité, car les détails spatiaux font apparaître quelques différences, même peu nombreuses, avec le modèle à résolution variable Arpege. Par exemple, la pluviosité moyenne au printemps « augmenterait de 5 à 20 % sur la moitié nord du pays, à l’exception de la région côtière nord-ouest située entre Tanger et Casablanca qui ne connaîtrait pas de changement important » (Driouech, 2010). L’exemple marocain montre que les progrès récents en termes de descente d’échelle spatiale permettront sans doute de mieux appréhender la gestion des risques, en utilisant de nouveaux ensembles de simulations, « comme ceux liés au programme Cordex du WCRP (World Climate Research Program de l’Organisation météorologique mondiale) » (Driouech, 2010).

116La descente d’échelle temporelle, qui débute également en matière de prévision climatique, ouvre des perspectives supplémentaires : « établir des scénarios à dix ou vingt ans sera la principale innovation scientifique du prochain rapport du Giec qu’il doit remettre vers 2013-2014 » (S. Foucart, Le Monde, hors-série, Bilan Planète 2010). Mais pour établir des probabilités jusqu’en 2035 seulement, le nouveau défi des chercheurs sera d’intégrer des connaissances extrêmement précises sur les océans à un moment donné (salinité, courants, absorption de la chaleur due aux gaz à effet de serre…), mais aussi les nouvelles découvertes ou hypothèses sur les origines de la variabilité interannuelle et interdécennale du climat : influence de la NAO, de l’Enso, des variations de l’activité solaire suivant un cycle de onze ans, du taux d’humidité dans la stratosphère… Des travaux publiés en mars 2010 dans la revue Science montrent une baisse de 10 % de ce taux de vapeur d’eau, qui pourrait expliquer le ralentissement du réchauffement entre 2000 et 2009 (sans toutefois l’interrompre). Aujourd’hui, « les chercheurs pensent qu’entre 1980 et 2000 ce taux d’humidité stratosphérique a augmenté (…) et pourrait être responsable de 25 % de l’accélération du réchauffement noté sur cette période » (S. Foucart, Le Monde, hors-série, Bilan Planète 2010). Toutefois, les conséquences sur la végétation viendraient de « la modification de la variabilité du climat (…) plus que d’un changement dans la valeur moyenne des paramètres météorologiques » (Hoff, Rambal, 2000).

117Premier impact : un décalage latitudinal et altitudinal des étages de végétation. Sur le revers nord, il pourrait faire remonter l’étage méso-méditerranéen au-delà des marges septentrionales actuelles, et le thermo-méditerranéen jusqu’à 300 m d’altitude (comme au nord de l’Algérie) en France méridionale, en Catalogne et en Italie du Centre et du Nord. En altitude, la limite supérieure des arbres continuera son relèvement, déjà enclenché par la déprise pastorale. Sur le revers sud, l’étage infra-méditerranéen pourrait remonter sur le littoral nord-marocain, tandis que les étages de montagne se relèveraient de plusieurs centaines de mètres, amenuisant inévitablement l’alti-méditerranéen sur les sommets du Haut Atlas ou du Taurus. Remontant vers le nord, le climat saharien ferait progresser la steppisation et la désertification, laquelle restera cependant « infiniment plus sous la dépendance des impacts anthropiques que d’éventuelles modifications climatiques ». (Quézel, 1999b).

118Second impact : des changements complexes dans la structuration générale des écosystèmes forestiers. Sur la rive nord, ils pourraient privilégier les formations thermophiles à pins et genévriers et les brousses à oléolentisque à basse altitude au détriment des ligneux sclérophylles (sauf du chêne-liège), lesquels devraient remonter plus au nord. Sur la rive sud, la matorralisation et la thérophytisation des espaces forestiers et préforestiers, liées au surpâturage et aux défrichements plus ou moins anarchiques, seront renforcées par l’élévation des températures, tandis qu’en montagne des caducifoliés et des cédraies pourraient disparaître. La désertification des marges sahariennes entraînera une destruction rapide des structures préforestières et présteppiques à Pinus halepensis, Juniperus thurifera, Tetraclinis articulata, à Pistacia atlantica et Ziziphus lotus, moins vive cependant en bordure de l’océan Atlantique (Quézel, Médail, 2003).

119Parmi les réponses possibles des végétaux à l’aléa climatique, on pense plus à une migration vers le nord qu’à une adaptation sur place. Les prémices de cette migration semblent actuellement marquées par l’apparition depuis 20 ans du palmier nain (Chamaerops humilis) sur le littoral provençal (Médail, Quézel, 1996, 2003), l’extension de l’euphorbe arborescente (Euphorbia dendroides) en Crète et en Grèce méridionale, la régression des steppes arborées à Pistacia atlantica, ou encore l’extension d’Aristida pungens (le drinn, Graminée saharienne) en zone méditerranéenne. Pourtant une évolution adaptative in situ est tout à fait envisageable pour nombre d’espèces, notamment celles à cycle de vie court comme les thérophytes annuelles. De même, des ligneux comme Quercus ilex ou Quercus pubescens pourraient, d’après C. Hoff et S. Rambal, faire preuve d’une grande plasticité écologique, surtout les jeunes individus. Leur résistance au stress hydrique serait stimulée par la forte concentration en CO2, laquelle augmenterait le rendement de la photosynthèse et diminuerait la densité, donc la conductivité, des stomates. Le gain de productivité des conifères serait beaucoup plus aléatoire, surtout pour les résineux eurasiatiques comme Pinus sylvestris, particulièrement menacé, on l’a vu, dans le Lubéron pendant la sécheresse de 2003. « Le réchauffement climatique devrait logiquement provoquer le recul du pin sylvestre au profit du pin d’Alep » affirme Michel Vennetier, en se basant sur la décroissance en diamètre et en hauteur de Pinus sylvestris au cours du XXe siècle (Vennetier, 2005). Des simulations ont montré que la productivité du pin d’Alep pourrait, avant de chuter, continuer de s’accroître jusqu’au milieu du XXIe siècle (sauf grands gels, grandes canicules ou maladies). De toute façon, l’augmentation de la productivité de certains ligneux, qu’ils soient feuillus ou résineux, fournira une biomasse très inflammable, qui aura des conséquences sur la fréquence et la violence des incendies, comme le montrent les feux dévastateurs de ces dernières années, notamment ceux de l’été 2009 dans la forêt corse ou aux portes de Los Angeles, en Californie.

La restauration du coussoul de Crau, modèle de gestion paysagère ?

120Le coussoul de Crau est « un palimpseste et un chef-d’œuvre en péril » (Dutoit, 2010). Cette formation végétale unique au monde conserve les traces de son histoire plurimillénaire. Le coussoul, du latin « curso », « parcourir en tous sens », est un habitat comparable aux dehesas espagnoles et aux montados portugais, avec sa végétation riche en diversité, pâturée par les moutons pendant plusieurs millénaires. On y rencontre des espèces rares, protégées aux plus hauts niveaux, comme la fougère scolopendre à feuilles sagittées (Phyllitis sagittata) ou la germandrée aristée (Teucrium aristatum). L’origine de cette pelouse sèche a été évoquée plus haut avec les phases anthropiques plus ou moins intenses qui l’ont affectée, attestées par nombre de sites pastoraux datés du Néolithique et l’étude anthracologique des ruines de bergeries romaines. Installée sur le paléo-delta caillouteux construit par la Durance aux époques glaciaires (entre 2 MA et 30 000 BP), cette formation herbacée qui laisse subsister de nombreux espaces de sol nu est considérée comme la dernière steppe de l’Europe de l’Ouest (Devaux et al., 1983). « La conjonction du climat méditerranéen et la formation d’un sol rouge peu profond ou Fersialsol sont à l’origine de la création de cet habitat fortement contraignant du point de vue hydrique, auquel la vie a répondu par une grande diversification des stratégies qui permettent de survivre. On peut ainsi y dénombrer plus de 70 espèces de plantes à fleurs sur moins d’un mètre carré » (Dutoit, 2010). Remontant au moins jusqu’à l’Âge de bronze, le coussoul de Crau serait issu d’un matorral néolithique dégradé par les incendies et la pression pastorale (Henry et al., 2010), les perturbations anthropozoogènes s’ajoutant aux contraintes physiques pour multiplier la diversité des espèces (Dutoit, 2004). La Crau sèche possède ainsi une association végétale unique, l’Asphodeletum fistulosi, qui a été considérée comme la plus riche de Provence (Molinier, Tallon, 1950), avec notamment ses asphodèles (Asphodelus ayardii et (ou) fistulosus) et la stipe voile de mariée (Stipa capillata), gracieuse Poacée cespiteuse aux feuilles filiformes, généralement enroulées. Mais depuis le XVIe siècle, le coussoul subit une réduction drastique de 80 % de sa surface (de plus de 50 000 à 10 000 hectares). Notamment avec l’apparition de prairies bocagères destinées à la production de foin, qui ont permis de reconstituer un cheptel ovin actuellement presque aussi nombreux que celui qui existait à l’époque romaine (100 000 têtes, contre 150 000). « Au XIXe siècle et dans la seconde moitié du XXe siècle, ce sont les implantations militaires, industrielles et agricoles, avec la création de plus de 4 500 hectares de vergers intensifs, qui ont failli mener à la disparition totale de cet écosystème » (Buisson, Dutoit, 2006). L’industrialisation massive depuis la construction du port pétrolier de Fos-sur-Mer dans les années 1960, les raffineries, les aciéries, les aéroports, dont l’aéroport militaire d’Istres, les stockages de munitions et la plus grande décharge à ciel ouvert d’Europe, ont fini par aboutir en 2001 à la création sur plus de 7 500 ha de la réserve naturelle nationale des Coussouls de Crau, qui n’a cependant pas fait cesser le grignotage : 24 ha détruits entre 2006 et 2010 par des canalisations enterrées ; 30 ha (hors réserve) pour l’agrandissement d’une carrière ; 5 ha perdus en 2009 par la fuite d’un oléoduc, sans compter les destructions de surfaces entraînées par la dépollution (Dutoit, 2009)…

121La restauration de 357 ha de paysage naturel dans la Crau, lancée en 2009-2010, a été l’objet d’une étroite collaboration entre les partenaires politiques, économiques et scientifiques.

122Dans l’attente d’une économie verte, capable de répondre durablement aux inquiétudes suscitées par les modifications d’usages et les changements climatiques, le biologiste et écologue Thierry Dutoit propose d’attribuer à cet espace protégé « un statut de patrimoine biologique ou de monument biologique, basé sur l’intégrité de fonctionnement et de composition des écosystèmes » (Dutoit, 2010). Un statut qui permettait d’attendre la multiplication des opérations de réhabilitation, qui ne serait donc que temporaire, puisque cette « sanctuarisation » des espaces naturels dits « extraordinaires » relève largement de l’échec de la loi de 1976 sur la protection de la nature, selon laquelle « les opérateurs doivent prouver qu’ils ont tout fait pour réduire les dégâts occasionnés par leur activité industrielle, et si possible compenser leur action sur l’environnement » (Bettayeb, 2009). L’opération de réhabilitation qui débute à partir de 2009 dans le coussoul de Crau vise la restauration d’un paysage remplacé dans les années 1980-90 par un verger industriel (Dutoit, Oberlinkels, 2010). Situé en limite de la réserve naturelle, ce chantier, le plus grand de ce type en France doit créer une continuité écologique. La première phase (de janvier à septembre 2009) a consisté à retirer les 200 000 pêchers, les 100 000 peupliers brise-vent, et plusieurs milliers de kilomètres de tuyaux d’irrigation en PVC du verger industriel, avant de les broyer et de les recycler dans la filière bois énergie et d’aplanir le terrain, pour permettre le retour des oiseaux steppiques et du pâturage ovin traditionnel. En octobre a commencé la « phase de restauration expérimentale » : semis d’espèces « dites nurses favorables à la présence des fourmis qui véhiculent les graines de végétation steppique des coussouls voisins » (Bettayeb, 2009) ; épandage de foins pour apporter les graines des coussouls ; apports également de sols des coussouls voisins permettant d’inoculer des graines, des bulbes et des rhizomes d’espèces steppiques. Dans chaque opération de ces travaux financés par CDC Biodiversité, le CNRS et la Région Paca, est mis en œuvre « un dialogue constant entre CDC, les scientifiques, les services de l’État et les gestionnaires d’espaces naturels » (Dutoit, 2010), qui pourrait déboucher sur un nouveau comportement des industriels, « la compensation écologique par l’offre », c’est-à-dire une compensation foncière recherchée avant – et non après – la mise en route de tout projet portant atteinte à l’environnement et à la biodiversité. « Il pourra leur être proposé d’acheter des « unités de compensation » de la plaine de Crau, équivalentes à celles qu’ils vont faire disparaître » (Bettayeb, 2009). C’est en février 2008, peu après la loi Grenelle 1 (octobre 2007) rappelant l’importance d’une compensation écologique peu mise en œuvre depuis 1976, que la Caisse des dépôts et consignations lance sa filiale privée CDC Biodiversité, une société de services qui profite de sa capacité financière pour contribuer au financement des infrastructures écologiques dont le pays a besoin. Accompagnant par contrat et partenariat les acteurs économiques, entreprises, maîtres d’ouvrage, privés ou publics, collectivités, « CDC Biodiversité a vocation à les aider à gérer leurs enjeux de biodiversité, leur proposant en particulier d’être un opérateur de long terme de la mise en œuvre de la compensation, [dont] les durées d’engagement fluctuent actuellement entre 20 et 60 ans » (Thiévent, 2010). En fin de compte, cette restauration dans le coussoul de Crau, qui sera suivie d’une phase de gestion de l’espace sur trente ans pour le rendre pleinement aux moutons, a pour mérite de tester « les limites de nos savoirs et techniques en ingénierie écologique (…) bien moindres que [ceux] en ingénierie agronomique qu’il a fallu pour mettre en place ces vergers dans les années 1990, [et] de mieux faire connaître le coût de la réhabilitation écologique [35 000 euros l’hectare en 2009] afin que les aménageurs et les industriels limitent au maximum leur implantation dans des espaces fragiles soumis à ces mécanismes de compensation » (Dutoit, 2010).

123Peut-on espérer que sur les rives de la Grande bleue, au nord comme au sud, les populations locales et les décideurs politiques prennent vraiment en compte dans toute gestion conservatoire et durable des espaces boisés, aux diverses échelles spatio-temporelles, les dynamiques naturelles des écosystèmes comme les perturbations humaines qui les affectent ? Espérer aussi qu’ils réussissent à affronter la réalité des changements globaux du climat, à « faire la différence entre l’augmentation de la fréquence des événements extrêmes, la variabilité climatique, et le changement climatique qui lui, se mesure dans la durée » ? (B. Seguin, la feuille et l’aiguille n° 82, février 2011). Car on sait qu’aujourd’hui, malgré une prise de conscience qui semble s’étendre, les politiques environnementales, plus curatives que préventives, pâtissent d’un manque de gouvernance efficace dans un monde globalisé qui maintient ou aggrave les inégalités entre les Nords développés et les Suds en développement, ainsi que les divergences de moyens et de perspectives entre les régions « méditerranéennes » industrialisées comme la rive nord du bassin et celles qui appartiennent à des États encore considérés comme des pays en développement (PED), soit relativement puissants (Afrique du Sud, Turquie, Chili), soit en situation intermédiaire (Maghreb et Proche-Orient). Tout autant que le pourtour méditerranéen, les régions hors Méditerranée devront renforcer, ou reconsidérer, leurs politiques paysagères actuelles en tenant compte de plus en plus des avancées scientifiques interdisciplinaires en écologie et en économie, et en s’engageant davantage sur la voie de la concertation et de la coopération – notamment entre les deux rives du bassin – pour que ces politiques soient réellement appliquées, pour que l’environnement soit durablement intégré dans le développement.

Table des illustrations

Légende Renouveau du montado, système sylvo-pastoral efficace pour préserver une production de qualité et la biodiversité (Alentejo, Portugal)© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9802/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Plantations d’eucalyptus dans la Serra de Monchique (Portugal)
Légende Plus rémunératrices que la suberaie, les plantations d’Eucalyptus globulus envahissent la Serra ravagée dès 2003 par les incendies. Mais si sa croissance est rapide, l’eucalyptus brûle bien plus vite que le chêne-liège© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9802/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 610k
Titre Dehesa près de Ronda (Andalousie)
Légende En crise avec l’ouverture économique de l’Espagne et du Portugal, ce système qui associait les chênes sclérophylles (ici le chêne vert) à l’élevage extensif et à la culture en sec de céréales connaît un certain renouveau basé sur la combinaison herbe/arbre© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9802/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 607k
Titre Le renouveau du montado (Alentejo)
Légende Équivalent portugais de la dehesa, le montado combine les chênes-lièges avec l’élevage des bovins et des porcs noirs. Mais l’exode rural et les nouveaux élevages intensifs ayant entraîné une certaine matorralisation ou le reboisement en eucalyptus, des aides communautaires appuient la valorisation de ce système multifonctionnel basé sur les associations herbe/arbre/animal© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9802/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 577k

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search