Version classiqueVersion mobile

Paysages végétaux du domaine méditerranéen

 | 
Claude Tassin

Partie 4. Protection et conservation des espaces boisés

Chapitre 9. Des espaces boisés fragiles

Texte intégral

Cinq ans après un incendie de petite taille, la garrigue de Saint-Jean-de-Cuculles a pu retrouver l’essentiel de sa structure (région du pic Saint-Loup)
© C. Tassin

1Abordée de façon générale au chapitre 2, la fragilité de la végétation sera ici précisée essentiellement pour le bassin méditerranéen, l’installation humaine plus précoce que dans le reste de l’Europe y ayant exercé une longue influence sur les écosystèmes. Mises en place depuis le réchauffement postglaciaire de l’époque Holocène, depuis 10 000 ans BP, les structures forestières méditerranéennes ont subi, surtout à partir du milieu de la période Atlantique (vers 5 000 ans BP), une anthropisation marquée par l’agriculture, les feux et le pâturage, qui a perturbé considérablement l’équilibre naturel. Les paysages végétaux qui résultent aujourd’hui de ces actions conjointes du climat et de l’homme présentent, on l’a vu, une très grande variété physionomique, ce qui fait qu’on peut parler ici d’espaces boisés plutôt que de forêts.

2L’évolution de l’anthropisation depuis l’avènement de la société industrielle permettra de mieux saisir les risques actuels encourus par ces espaces multifonctionnels, protecteurs de la vie et producteurs de biens et de services, dont l’intérêt reste immense au nord comme au sud du bassin, quels que soient les milieux démographiques et socio-économiques. On sait que toute menace pesant sur la biodiversité végétale se répercute sur les autres composantes d’un écosystème en réduisant « la productivité, c’est-à-dire la quantité d’énergie disponible pour le reste de la chaîne alimentaire » (Barbault, 2006).

Les perturbations humaines à l’ère industrielle

3Si jusqu’au début de l’Holocène la végétation méditerranéenne est essentiellement tributaire des fluctuations climatiques, à partir de la période Atlantique elle dépend de plus en plus de l’action des sociétés humaines, dont l’intensité certes ne dépend pas que de l’évolution démographique ou technique, mais aussi des modifications du climat. Pour Michel Thinon, le passage de l’optimum forestier Atlantique au recul forestier déjà manifeste au Subboréal correspond à la mise en œuvre des métaux, et les dégradations qui s’accroissent du Subboréal au Sub atlantique correspondent au passage de l’Âge du bronze à l’Âge du fer.

Au milieu du XIXe siècle : une forte emprise anthropique sur les forêts

4Présentés dans le chapitre 2, les principaux caractères de cette anthropisation plurimillénaire nous permettent de mieux saisir la puissance des impacts déclenchés par l’avènement de la société industrielle. « L’importance de l’action anthropique est telle que les diverses périodes distinguées classiquement (…) en fonction de changements climatiques, résultent en fait essentiellement depuis l’époque Atlantique d’un accroissement des impacts humains sur le milieu naturel » (Quézel, Médail, 2003), la césure Atlantique/Subboréal correspondant à la transition Néolithique/Âge du bronze, et la césure Subboréal/Subatlantique correspondant à la transition Âge du bronze/Âge du fer (Thinon, 1988).

5Au milieu du XIXe siècle, les forêts sont pour une bonne part détruites. Précoce, l’anthropisation s’est accrue à partir de l’optimum Atlantique. Arrivée surtout par l’est en Méditerranée nord-occidentale vers 6 000 BP, avec le développement de l’agriculture associée à l’élevage et la première révolution démographique qui l’accompagne, elle déstructure les écosystèmes forestiers. Encore diffuse pendant l’optimum Atlantique, elle s’accentue avec les phases de détérioration climatique suivantes, au Subboréal et surtout au Subatlantique avec le passage à l’Âge du fer. Au début du Subboréal, « vers 4 700-4 500 BP, l’emprise anthropique sur les forêts méditerranéennes augmente, particulièrement dans les plaines et sur les plateaux de basse altitude mais aussi dans certains massifs montagneux (Taurus occidental, sud-est de la Grèce, Corse, Alpes méridionales, Rif) » (Quézel, Médail, 2003), la généralisation des déboisements débutant à des époques différentes selon les régions (Pons, Thinon, 1987). À l’époque historique, l’anthropisation relève d’une utilisation traditionnelle plus ou moins contrôlée des forêts dans le cadre de grands cycles agraires. Les usages agro-sylvo-pastoraux dégradent les versants des collines et des montagnes où se réfugient les populations en période d’insécurité. La fragmentation et la matorralisation des espaces forestiers s’accélèrent. Selon F. Henry et al. (2010), la région d’Arles au XIXe siècle aurait compté 200 000 à 300 000 moutons. À l’est de la Méditerranée (Iran, Anatolie, Liban), le déboisement est continu mais il dépend de la croissance démographique, la prospérité économique, et de la stabilité politique.

L’ère industrielle : des perturbations humaines contrastées

6« La véritable fracture dans l’utilisation intensive des forêts entre le Nord et le Sud date de la fin de la Première Guerre mondiale et depuis les évolutions observées sont radicalement différentes » (Quézel, Médail, 2003).

7Au nord de la Méditerranée, la Révolution industrielle de la fin du XIXe siècle apporte un bouleversement majeur dans les paysages méditerranéens, déjà grandement modifiés depuis la Révolution néolithique par la pression humaine. Jusqu’aux années 1940-1950, l’apparition de la mécanisation provoque une première phase de déprise agricole, d’abandon des terrasses cultivées, et le développement des fruticées et des résineux. « Ce sont essentiellement les grandes cultures annuelles qui sont abandonnées, tandis que les vignes et vergers se maintiennent ou sont même en légère augmentation » (Tatoni, 2007). Quant aux taillis, ils sont toujours traditionnellement gérés par les communes pour le bois d’affouage, et les garrigues utilisées pour les parcours. Après la Seconde Guerre mondiale, l’abandon se généralise aux taillis, moins exploités avec l’utilisation croissante des combustibles fossiles, et à l’ensemble des usages agricoles avec l’accélération de l’exode rural, surtout dans les années 1960. La disparition des petites exploitations après la mise en place de la Politique agricole commune (1968) favorise une remontée biologique, notamment en France, alors pays le plus forestier d’Europe de l’Ouest. Ainsi, contrairement aux plaines et aux côtes livrées à la culture intensive, au développement industriel et commercial et au tourisme, l’arrière-pays méditerranéen connaît une déprise rurale qui génère une certaine recolonisation forestière et ne fera que s’accélérer à partir des années 1970 : invasion par les friches, puis les ligneux, des champs et pâturages abandonnés, embroussaillement et boisement des matorrals par les conifères expansionnistes et même les chênes sclérophylles. Cependant, « sur l’ensemble du XXe siècle, la déprise agricole profite sensiblement aux chênes caducifoliés (Quercus pubescens) qui progressent de 113 557 hectares en France méditerranéenne, tandis que les chênes à feuillage persistant ont tendance à régresser » (Tatoni, 2007). Dans les années 1980, la continuité géographique des conifères en expansion et de communautés moins utilisées d’espèces sclérophylles et décidues de même âge fait apparaître « deux nouvelles formes de perturbations, l’augmentation des incendies sauvages (…) et l’action accélérée des insectes parasites » (Barbero et al., 1990).

8Cependant, la dégradation végétale commencée il y a quelques millénaires peut encore se perpétuer ou même s’accélérer. D’abord parce que la péri-urbanisation, conséquence de la métropolisation, provoque souvent le mitage de certaines mosaïques végétales, une fragmentation qui menace leurs écosystèmes interdépendants. Mais aussi à cause d’une érosion active favorisée par les déboisements anciens, et d’un assèchement progressif dû à l’actuel réchauffement climatique. Autre facteur de dégradation : une certaine permanence du parcours des troupeaux et des feux pastoraux, qui explique par exemple l’extrême dégradation des garrigues de Grèce, transformées en matorrals secondaires, les phryganas. Au total, malgré la « remontée biologique » en Méditerranée nord-occidentale, « la forêt méditerranéenne, dans son ensemble, garde l’empreinte de son utilisation antérieure, en particulier au niveau de la diversité de ses écosystèmes » (Tatoni, 2007). Les perturbations anthropiques, à l’origine de leurs structures, en sont devenues les composantes essentielles.

9Sur la rive sud, où la sécheresse est plus forte et plus longue, les forêts qui ont toujours permis la survie continuent d’être fortement utilisées.

10Cette surexploitation, liée à une transition démographique tardive au Maghreb et au Proche-Orient, est marquée par la déforestation, la dématorralisation, la steppisation et même, surtout dans les hautes plaines d’Afrique du Nord, la désertisation. Les nombreux exemples qui ont été évoqués dans les chapitres 3 et 4 ont mis en exergue le rôle des besoins des populations, poussées par les crises économiques (surtout la crise rurale) à une intense utilisation agro-sylvopastorale des espaces plus ou moins boisés ou agro-pastorale des steppes arides : coupes illicites de combustible, cultures de céréales et de légumes en sous-bois alternant avec les parcours des troupeaux, sédentarisation des pasteurs qui passent à la culture… « La population humaine a triplé en moins de cinquante ans pour les cinq pays du nord de l’Afrique et s’est multipliée par neuf au cours du siècle (…) il ne faut cependant pas généraliser le constat de désertisation. Certains types de steppes maintiennent un niveau de résilience suffisant pour permettre leur restauration par la simple gestion raisonnée » (Aidoud et al., 2006).

11Pourtant, 2 à 5 % des surfaces boisées disparaissent chaque année au Maghreb, fréquemment transformées par un pâturage excessif en « forêts parcs, c’est-à-dire un piqueté d’arbres ébranchés dominant un tapis d’annuelles ou de végétaux non appétants » (Quézel, Médail, 2003). Même les belles suberaies du Maroc, comme celle de la Mamora, subissent une dégradation et un dépérissement dus aux défrichements et aux exploitations abusives, accrus par le surpâturage et l’écimage. Mais aussi dans les écosystèmes de haute montagne, les coupes dans les chênes verts ou les genévriers thurifères associés aux cédraies claires d’altitude déclenchent une érosion des sols préjudiciable à la productivité, au cycle du carbone et des éléments minéraux. Avec son couvert arboré clair, monospécifique, et sa faible sous-strate de chaméphytes, la thuriféraie de la vallée de l’Azzaden (Haut Atlas) est le modèle même d’un écosystème méditerranéen montagnard perturbé par l’action anthropique. L’utilisation d’une photographie de 1965 et d’une image SPOT de 1989 a révélé une régression de 438 ha sur 24 ans, une modélisation de son évolution sur la base des prélèvements actuels et des mêmes modes d’usage (utilisation médicale ou vétérinaire, ressource en bois, feuillage fourrager) prévoyant la disparition de cette thuriféraie vers 2075. Pourtant, sa productivité ligneuse serait capable de supporter les prélèvements à condition que ceux-ci s’effectuent de façon homogène sur tout le peuplement. Or, les secteurs les plus touchés par la régression actuelle « sont essentiellement localisés sur la moitié est de la vallée, la zone en aval étant proche de plusieurs villages qui s’alimentent en bois de chauffage, celle en amont faisant l’objet d’un pâturage intense » (Montès, 1999). Mais l’évolution de cet « élément clé de la survie des populations de haute montagne » dépend aussi des processus de sa régénération naturelle (Montès, 1999 ; Gauquelin, 1988), actuellement très affectée par la diminution du couvert des arbres, par l’érosion du sol et sa capacité de stockage du carbone, par conséquent la régression de la strate chaméphytique et l’affaiblissement de sa fonction trophique et de nurserie pour les jeunes plantules. À cela s’ajoute le problème de la germination, accentué par les variabilités interannuelles des précipitations.

12Au total, à l’instar du thurifère, dans les pays au sud de la Méditerranée, le stress climatique, la pression démographique et le surpâturage menacent de nombreuses espèces d’arbres comme les sapins endémiques, Abies marocana, et surtout Abies numidica, les pins noirs (Pinus nigra subsp. mauretanica) ou les chênes caducifoliés (Quercus canariensis, en Algérie) en état permanent de déséquilibre écologique. Même les taillis sclérophylles, bien adaptés au stress, sont menacés par des cycles de coupes de plus en plus courts et un fort écimage pour les troupeaux. En Afrique du Nord, « les perturbations humaines induisent une modification complète des structures et des architectures végétales tendant vers la mise en place de modèles simplifiés de forêts (arbres/herbes), où la régénération des arbres est presque impossible » (Barbero et al., 1990), cette thérophytisation du sous-étage des arbres résultant, quels que soient l’écosystème et l’altitude, d’une hyperdégradation par le surpâturage.

Des risques actuels graves

Des espaces boisés multifonctionnels

13Comme dans d’autres milieux bioclimatiques, les forêts et terres boisées méditerranéennes contribuent à la production de ressources et de services pour l’activité économique. Cependant le rôle du bois y est moins important, contrairement à celui du tourisme et des loisirs. Mais finalement, dans ce milieu très humanisé, au climat excessif, ce sont surtout les « fonctions écologiques de protection des écosystèmes et de refuge de la biodiversité (…) qui prennent une importance cruciale » (Malagnoux, Lanly, 1999).

Les fonctions de production de biens et de services

14Autrefois, les espaces boisés alimentaient les économies traditionnelles du bassin méditerranéen en bois et produits de toutes sortes : combustibles, matériaux pour la construction ou l’artisanat, produits vitaux pour les hommes et les animaux. Si ces usages ont pratiquement disparu sur la rive nord, ils se pérennisent encore dans certaines régions du Sud, ou plutôt ils dégénèrent en surexploitation, comme le montrent le surpâturage et les besoins en combustible dans les pays du Maghreb. Les capacités de production de la forêt y sont assez limitées, en raison du faible taux de boisement (8 % au Maroc) et de la prédominance des peuplements de faible productivité ligneuse. Le bois de feu, source d’énergie principale gratuite, est donc très recherché, que ce soit dans les espaces boisés naturels ou artificiels. Sur les pentes des vallées de l’Atlas se détachent deux éléments paysagers, les arbres et les villages. Dans la vallée de l’Azzaden (Haut Atlas), Nicolas Montès a mis en exergue les liens multiples qui unissent les Berbères au genévrier thurifère, cette espèce en régression dont dépend leur survie (Montès, 1999). Face à une disparition possible vers 2075, outre l’enjeu écologique et environnemental, les nombreuses utilisations de cet arbre montrent un rôle économique et social important, déjà observé par Emberger en 1938 : « La montagne marocaine, si l’on y prend garde, court vers sa ruine définitive. La destruction de la végétation engendre la ruine économique, et celle-ci provoque la dépopulation ». L’intérêt pour le thurifère est principalement dû à sa prépondérance locale. Il répond aux besoins en bois pour le chauffage et la cuisine (haut pouvoir calorifique d’un combustible qui ne laisse pas de braises), ou pour quelques constructions de charpentes ou de portes (bois dur à travailler). Il est aussi utilisé comme fourrage, les chèvres montant dans l’arbre (comme dans les arganiers) lorsque celui-ci n’est pas émondé par le berger. « Mais le feuillage est également consommé sec, lorsqu’en hiver, les conditions climatiques confinent les troupeaux dans la bergerie, le thurifère étant alors un aliment d’appoint indispensable » (Montès, 1999). Dans les régions du Nord, malgré un regain récent de son utilisation pour le chauffage, le bois est très peu exploité en raison de la faible productivité et des médiocres qualités techniques des espèces. Les scieries industrielles sont situées plutôt sur les marges subméditerranéennes. Et les revenus marchands proviennent aujourd’hui bien davantage de la production fourragère que de celle du bois. Enfin, beaucoup de produits jadis d’une grande valeur économique sont en pleine régression ou tombés en désuétude devant les produits de synthèse : buis de la garrigue montpelliéraine, racines de bruyères du maquis corse, liège, résines, produits tannants, plantes aromatiques de toutes sortes, bois d’œuvre (manches d’outils, cageots à fruits…).

15La production de services est croissante dans les pays industrialisés et aux abords des centres urbains et touristiques des pays en développement. La valeur paysagère des espaces boisés méditerranéens devient fondamentale, tant pour leur fonction touristique que pour leur fonction culturelle, socio-éducative. L’attractivité des sites repose pour une large part sur la qualité des paysages forestiers. Mais ces nouvelles utilisations liées au développement des loisirs et du tourisme entraînent souvent des conflits entre les utilisateurs.

Les fonctions écologiques de protection

16Les espaces boisés méditerranéens assurent le bon fonctionnement, la protection des écosystèmes qui les composent. Le couvert de la forêt crée un microclimat favorable à son développement : réduction des amplitudes thermiques, accroissement des précipitations et de l’humidité, qui facilitent la formation de l’humus et une bonne absorption de l’eau. Et cette régulation du régime des écoulements superficiels et souterrains ainsi que le couvert végétal lui-même permettent une efficace protection des sols contre l’érosion éolienne et hydrique. Ces fonctions écologiques de la forêt, régulation du climat et du cycle de l’eau, protection des sols, stockage du carbone et production d’oxygène, sont d’autant plus précieuses en milieu méditerranéen que la chaleur et la sécheresse estivales et une précoce et intense anthropisation ont mené les végétaux à une rigoureuse et spécifique adaptation.

17La fonction de refuge de la biodiversité a une importance capitale dans un domaine fortement anthropisé. D’autant plus que celui-ci est sans doute appelé à se déplacer vers le nord tempéré avec les changements climatiques. Si la forêt permet la protection des écosystèmes, elle assure également la promotion de leur biodiversité, des différents habitats qui les constituent, comme celle de leurs espèces végétales et animales. Étant entendu que ces équilibres ont été aussi le produit d’une longue utilisation traditionnelle de la forêt par l’homme jusqu’à la fin du XIXe siècle. Diverses analyses de la biodiversité des structures boisées ont été réalisées dans le bassin méditerranéen sur des surfaces de 100 m2 (Barbero et al., 2001). Cette mesure de la diversité locale a porté sur les espèces totales, les endémiques et les ligneux. La richesse floristique locale des forêts méditerranéennes du globe est très variable, entre 7 espèces par m2 et 114 sur 1 000 m2 (Cowling et al., 1996). En Méditerranée, elle s’accroît du bioclimat semi-aride jusqu’à l’humide, et de l’étage thermo-méditerranéen au supra-méditerranéen. Elle semble limitée à basse altitude par le stress hydrique et à haute altitude par le stress thermique. Ce sont les formations caducifoliées et les cédraies sapinières qui ont la plus grande richesse en taxons. Et sur le plan de la situation géographique, ce sont les peuplements syro-libanais qui arrivent en tête, devant ceux de Corse, puis de France continentale, de Grèce et enfin d’Afrique du Nord (Quézel, Médail, 2003). Plus ou moins parallèlement à ces différents niveaux de richesse totale, la richesse en espèces endémiques s’accroît avec l’ambiance humide, l’étage de végétation (de l’infra-méditerranéen au montagnard-méditerranéen) et le type de peuplement forestier ou préforestier. Cette richesse est peu marquée dans les formations à sclérophylles ou les pinèdes à pin d’Alep, au contraire des formations caducifoliées et surtout des cédraies et des sapinières. L’endémisme se localise surtout dans les montagnes et les îles, ces refuges méditerranéens ayant piégé, lors des phases glaciaires, bon nombre de végétaux d’origine boréale ou eurasiatique. Enfin, influencées également par les stress climatiques et la pression anthropique, les variations de la richesse en ligneux des espaces boisés circumméditerranéens correspondent généralement à celles de leur richesse floristique totale. Le nombre de phanérophytes culmine aux étages méso- et supra-méditerranéens, en ambiance humide, dans les forêts décidues, surtout syro-libanaises ou de France continentale (au contraire des îles orientales et du Maghreb, qui subissent une forte pression anthropique).

18L’influence de la richesse biologique d’un écosystème sur son fonctionnement est encore mal connue des scientifiques. Joue-t-elle vraiment un rôle primordial en palliant la réduction ou la disparition d’espèces dues aux perturbations ? Auquel cas l’érosion de cette diversité entraînerait des extinctions en cascade ? Ou bien le fonctionnement des écosystèmes dépend-il plutôt de la présence de « groupes fonctionnels » englobant des taxons aux comportements similaires face aux perturbations (Médail et al., 1998) ? Auquel cas l’érosion de la biodiversité toucherait moins la stabilité de ces systèmes, pourvu que les principaux groupes fonctionnels y soient présents ? Se basant sur certains travaux récents sur la structuration de la biodiversité (Médail, 1996, 2007), Frédéric Médail donne un premier élément de réponse : « il apparaît de plus en plus que les processus écosystémiques (productivité et cycles biogéochimiques) sont déterminés principalement par les caractéristiques fonctionnelles et biologiques des organismes plutôt que par leur nombre » (Quézel, Médail, 2003).

Des dangers pesant sur la biodiversité

Les défrichements et la fragmentation des forêts

19Au nord de la Méditerranée, la fragmentation des forêts et matorrals est contrebalancée par la reforestation des zones en déprise rurale.

20En Europe méditerranéenne, la fragmentation est d’abord le résultat des déforestations anciennes. « Pour les fondations du cirque d’Arles, 25 000 à 30 000 arbres (chêne, pin d’Alep, pin parasol) ont été coupés en Provence, durant le seul hiver 148-149 apr. J.-C., afin de confectionner des pilotis » (Quézel, Médail, 2003). À l’époque romaine, la déforestation est déjà intense, basée sur la construction navale, qui serait pour l’historien Fernand Braudel sa cause principale (Braudel, 1986). Cette déforestation et l’érosion qui lui est consécutive auraient déclenché la disparition des grandes civilisations antiques (minoenne, mycénienne, romaine). Un exemple nous est fourni avec le déclin d’Éphèse, brillante cité gréco-romaine située sur la côte occidentale d’Asie mineure. Dans les montagnes environnantes, les bois de chênes, mis en évidence par des analyses polliniques, ont peu à peu reculé devant les pâturages (on a trouvé des pollens fossiles de plantain), puis devant la culture céréalière (on a récolté des pollens de blé). Dès lors, une érosion très active et un assèchement progressif ont entraîné la faillite des activités agraires et commerciales, la terre végétale des montagnes ayant peu à peu comblé le port. Privée du fondement de son existence, la population d’Éphèse a abandonné la ville au VIIe siècle. Les déboisements du XIe au XIIIe siècles, comme ceux des « communaux » de Haute-Provence (la « terre gaste »), que les villageois pouvaient essarter et cultiver, montrent ensuite une exploitation massive mais plutôt désordonnée des forêts, corrélée avec le renouveau démographique qui marque ces « beaux jours du Moyen Âge ». Quant aux défrichements orchestrés à l’époque moderne (du XVIe au XVIIIe siècles) par les Républiques de Venise, de Raguse ou de Gênes, ils sont sans doute à mettre en relation avec les besoins des forges ou des salines, des verreries et des constructions navales, notamment de l’arsenal de Toulon, qualifié par G. Buti d’« entreprise xylophage », les guerres de Louis XIV et du XVIIIe siècle nécessitant l’abattage de milliers d’arbres, en provenance de multiples régions européennes. Une cinquantaine de navires sont construits entre 1669 et 1715, avec au moins 138 000 chênes âgés de 80 à 150 ans (Wicha, 1996), tandis qu’à peu près la moitié (28 bâtiments de guerre) sortent des chantiers toulonnais en seulement 6 années, de 1777 à 1783 (Buti, 2002). On sait que les sapins et les pins laricio de Corse étaient particulièrement recherchés pour les mâtures, et que les forêts d’Aïtone (sous les Génois) et de Vizzavona (sous les Français) ont été largement épuisées.

21Mais la péri-urbanisation et l’agriculture intensive expliquent la poursuite actuelle de la fragmentation. La métropolisation galopante des littoraux, la forte consommation de terres des huertas (vignobles, vergers et maraîchages) sont autant de facteurs qui entraînent le mitage des espaces boisés, l’isolement d’écosystèmes initialement interdépendants. En Provence ou en Languedoc, les bordures des massifs forestiers ou de la garrigue, même les ripisylves, sont de plus en plus grignotées par une viticulture renaissante. Dans la garrigue montpelliéraine, malgré une certaine recolonisation forestière, la fragmentation des lisières mais aussi interne aboutit souvent à une érosion des sols et de la biodiversité.

22Les déforestations restent également préoccupantes au sud de la Méditerranée. Là aussi, elles entraînent l’érosion des sols et empêchent une mobilisation efficace des eaux.

23Mais dans ces pays en développement, elles prennent une ampleur particulière, en raison de l’explosion démographique, du besoin en terres agricoles, de leur rareté et leur faible productivité dans les zones montagneuses, où les paysans, peu encadrés, recourent parfois à des cultures itinérantes, grandes consommatrices d’espaces et sources d’érosion. Sur les pentes du Rif et du Moyen et Haut Atlas, les pertes du capital sol pourraient augmenter de 50 % entre 2000 et 2035, si le rythme actuel de l’érosion hydrique est maintenu. Quant à l’érosion éolienne, elle menace les provinces du Sud et de l’Est marocains. Entre 1960 et 1986, la perte des terres de culture dans les oasis des provinces d’Errachidia et d’Ouarzazate a été estimée à 115 ha. Au Maroc, la superficie défrichée annuellement en domaine forestier est estimée à 4500 ha environ. Dans le Haut Atlas (province d’Azilal), cette surface serait comprise entre 3000 et 5000 ha. Dans la forêt de la Mamora (non loin de Rabat-Salé), les défrichements, les délits de coupes, notamment destinés aux troupeaux en période de sécheresse et de disette, auxquels s’ajoutent les attaques des champignons ou des chenilles du bombyx disparate, empêchent la régénération des chênes-lièges, qui cèdent souvent la place à des essences de reboisement (pins, acacias à tanin, eucalyptus). Les surfaces boisées de cette forêt ont été divisées par 10 entre 1920 (130 000 ha) et 1995 (à peine 13 000 ha). Mais les populations nombreuses de certaines zones montagneuses (Rif, Haut Atlas), à défaut d’arbres comme le chêne vert ou le thuya de Berbérie, vont jusqu’à couper des ligneux bas : les genêts, le buis ou encore les cistes, même l’armoise ou le thym. La régression de la strate chaméphytique et l’érosion du sol restreignent alors les possibilités de la régénération naturelle arborée (diminution des plantes « nurses » et du stockage du carbone). Tel est le cas, évoqué plus haut, de la thuriféraie de la vallée de l’Azzaden, dans le Haut Atlas, qui avait perdu 438 ha entre 1965 et 1989.

L’érosion de la biodiversité et les perspectives d’une nouvelle crise d’extinction

24La biodiversité est un terme forgé en 1985 par W.G. Rosen lors d’un colloque et popularisé en 1992 à Rio de Janeiro, pendant le Sommet de la Terre. Ce vaste réservoir, alimentaire et surtout pharmaceutique, d’écosystèmes et d’espèces naturelles est essentiel à l’humanité, la nature donnant souvent des réponses aux diverses agressions (maladies, pollutions, incendies…).

25Avec 10 % des végétaux supérieurs du globe sur 1,6 % de la surface terrestre, les cinq régions du domaine méditerranéen possèdent une exceptionnelle biodiversité (Quézel, Médail, 1995).

26Le bassin méditerranéen, qui accueille entre 25 000 et 30 000 espèces végétales, a deux fois plus d’éléments arborés supérieurs que l’Europe tempérée (290 taxons contre 135), la richesse en espèces d’arbres endémiques étant encore plus forte (201 taxons contre 46). Sa biodiversité élevée s’explique par l’hétérogénéité des milieux topographiques et climatiques, mais aussi par son histoire biogéographique qui reflète les bouleversements paléogéographiques et les crises climatiques depuis 14 Ma, depuis le Miocène moyen (cf. supra). Une cinquantaine de refuges, falaises, gorges, versants sud, péninsules, îles (Médail, 2008), ont été identifiés en Méditerranée, grâce aux données de la phylogéographie, l’étude de la distribution spatiale de la variation génétique chez les populations de 75 végétaux. La répartition de ces refuges montre le rôle joué par les péninsules épargnées par le front des glaciers (Ibérie, Italie, Balkans) et par des impacts glaciaires plus sévères à l’ouest du bassin (refuges plus nombreux et fragmentés), enfin le rôle joué par les montagnes littorales qui ont permis d’atténuer l’aridité liée au froid et de migrer vers les niches écologiques sur de courtes distances. Pendant les interglaciaires, les végétaux ont pu se réunir et s’hybrider, provoquant « des divergences ou des mélanges de génomes qui ont donné naissance à de nouveaux végétaux endémiques récents, géographiquement séparés mais écologiquement voisins (endémovicariants) » (Médail, 2007).

27Pivots de la biodiversité, les refuges ont permis la reconquête postglaciaire pour les espèces les plus aptes à la dispersion, ou sont alors devenus des réservoirs qui ont piégé les espèces. Deux exemples peuvent être évoqués, le piégeage du hêtre européen en Méditerranée et celui de l’olivier méditerranéen dans les montagnes du Sahara central (Hoggar, Tassili n’Ajjer, Aïr). Bien que localisées essentiellement en région eurasiatique, des populations de Fagus sylvatica sont présentes en ambiance humide dans la partie nord du bassin méditerranéen, aux ubacs plus frais et plus sombres jusque vers 1 900 m (chap. 8) : extrême nord de l’Espagne, sud-est de la France (Sainte-Baume, mont Ventoux, montagne de Lure, Corse), péninsule italienne (jusqu’en Calabre et sur le flanc nord de l’Etna, où il atteint 2 280 m), péninsule balkanique (jusque dans le Pinde), nord de l’Anatolie. En Corse, à l’étage montagnard-méditerranéen, une « variante eurosibérienne » (Gamisans, 1999) composée d’un hêtre sylvatique, aux feuilles plus fermes et brillantes qu’en zone tempérée, et du sapin blanc (Abies alba), autre espèce d’origine médio-européenne, remplace aux ubacs la végétation héliophile des adrets, la forêt à pin laricio, avant de s’effacer vers 1 500-1 600 m devant la lande endémique à aulne odorant. Comme d’autres espèces forestières tempérées, le hêtre n’a pu survivre pendant la dernière glaciation que dans quelques refuges d’Europe du Sud, la reconquête s’opérant lors du réchauffement postglaciaire holocène. Les zones de refuges et les migrations sont déterminées par les données polliniques de l’European Pollen Database, qui héberge à l’Imep les informations de 1 000 sites dans 37 pays. Mais afin d’obtenir davantage de précision sur les itinéraires et la vitesse des déplacements, les palynologues de l’Imep croisent leurs résultats avec les données génétiques de l’Inra. « En étudiant l’ADN des arbres actuels, les généticiens forestiers savent décrire précisément la répartition sur le continent européen des différentes lignées végétales d’une espèce d’arbre donnée, c’est-à-dire des populations qui partagent des caractéristiques génétiques témoignant de leur parenté » (Beaulieu De et al., 2008). Comme on ne retrouve nulle part en Europe les caractères génétiques des hêtres du sud de l’Italie, on estime que la reconquête a buté contre la barrière des Alpes.

28C’est aussi l’alternance paléoclimatique qui explique le piégeage d’une végétation de caractère méditerranéen dans le centre du Sahara (Ballouche, Thinon, 1999).

29Lors de l’optimum climatique, la forêt steppe s’est avancée loin vers le sud, soit par progression continue, soit par dissémination à longue distance (Pons, Quézel, 1958), et vers 4 700 BP existait dans les montagnes du Sahara central une steppe arborée à Olea europaea subsp. laperrinei et à Pistacia atlantica (Thinon et al., 1996). Le retour des conditions désertiques a provoqué son refoulement vers l’Afrique du Nord ou vers des zones refuges restées un peu plus humides, puis son évolution « dans ces massifs centro-sahariens en donnant des endémiques vicariantes mais encore très proches des espèces-souches repliées vers le nord » (Ozenda, 1991). Au sud, à cause de l’aridification de l’actuelle zone sahélienne, était refoulée une végétation à dominante tropicale humide, en laissant aussi des témoins réfugiés dans la haute montagne saharienne. Ainsi, la flore du Hoggar, étudiée dès l’époque française (Maire, 1940), montre des reliques de souches tropicales (acacias, calotropis, balanites…) et de souches méditerranéennes (olivier sauvage, myrte, lavande…) très minoritaires, qui restent subordonnées à la végétation proprement désertique (palmier, tamaris…). Olea europaea subsp. laperrinei, le célèbre olivier qui porte le nom du général Laperrine (1860-1920), pacificateur du Sahara et ami du missionnaire Charles de Foucauld, vit en groupes de moins de 100 individus au bord des lits d’oued ou dans les falaises (Besnard, 2009), accompagné d’autres arbustes comme Pistacia atlantica, Acacia ehrenbergiana, Zizyphus lotus et Myrtus nivellei (Quézel, 1965), souvent voisins mais distincts des taxons de Méditerranée. Présent aussi dans l’Aïr et dans le Tassili n’Ajjer (avec Cupressus dupreziana), l’olivier de Laperrine est phénotypiquement et génétiquement différencié des oliviers du nord de l’Algérie, mais son mode de reproduction identique (asexué, par clonage) lui a permis de conserver une importante diversité génétique, de résister à la sécheresse (P moyennes de 50 à 100 mm) et au broutement des animaux (Baali-Cherif et al., 2007). Cependant, à cause du changement climatique en cours et de l’activité humaine grandissante, des prospections de génétique moléculaire ont été lancées à partir de 2004 dans le Hoggar afin de mieux connaître les stratégies de reproduction d’un taxon relique « qui représente une source de fourrage notamment pour le bétail et les chameaux, mais surtout pour les animaux sauvages en particulier le mouflon à manchette (Ammotragus lervia), une espèce menacée sur la liste rouge » (Besnard, 2009). En fait, les populations de l’olivier de Laperrine, qui ne montrent aucune trace récente de régénération naturelle, sont actuellement menacées de disparition.

30À cause des multiples impacts anthropiques, la perte des habitats naturels ne laisserait plus que 5 % de végétation vraiment naturelle.

31« Afin d’identifier les plus hautes priorités de conservation au niveau mondial, trente-quatre hotspots ont été recensés par l’ONG Conservation International, dont celui du bassin méditerranéen (…) avec une dizaine de hotspots régionaux périméditerranéens » (Médail, 2007). Un « point chaud de biodiversité » est une écorégion (ou un groupe d’écorégions) riche en espèces et en endémiques, qui a subi d’importantes pertes d’habitats naturels causées par une forte anthropisation. Les hotspots contiennent au moins 1 500 espèces de plantes vasculaires endémiques (soit au moins 0,5 % des quelque 300 000 endémiques du monde) et ont perdu au moins 70 % de leur habitat originel. Véritable carrefour phytogéographique entre les Alpes et la mer, entre ses influences occidentale et orientale, le hotspot régional méditerranéen des Alpes maritimes a été un refuge majeur tant pour la flore mésogéenne que pour la flore arctico-alpine et eurosibérienne. Il se caractérise « par une richesse floristique égale à environ 2 870 espèces et sous-espèces de végétaux vasculaires et un endémisme élevé pour un secteur continental » (Médail, Diadema, 2006). C’est le plus important centre d’endémisme de l’arc alpin, avec 108 espèces présentes sur une superficie de 4 500 km2. 17 % de ces endémiques se trouvent sur le littoral, entre Nice et Menton, en populations fragmentées, menacées par l’intense urbanisation. Entre influences alpine et méditerranéenne, la zone rurale du moyen pays et des vallées compte 32 % des endémiques, mais en pleine mutation elle subit une pression urbaine sans précédent. Adossée à la frontière, la zone centrale du parc national du Mercantour, qui comprend les secteurs amont des vallées de la Roya, Bévéra, Vésubie ou encore de la Tinée, constitue un haut pays aujourd’hui globalement déserté (sauf par les touristes) où la reconquête altitudinale de conifères subalpins (pin mugo, pin à crochets, pin cembro) fait baisser la richesse floristique des prairies et des pelouses (Médail, Diadema, 2006). Ce haut pays comprend 50 % des espèces endémiques des Alpes maritimes, avec par exemple Saxifraga cochlearis et Moehringia lebrunii, caractéristiques de la haute vallée de la Roya (cf. infra).

32Théorisée par l’écologue britannique Norman Myers, la notion de « hotspot » est un concept efficace dans la mesure où elle permet de récolter des fonds pour une stratégie conservatrice ciblée. Pourtant, de nombreux scientifiques et responsables d’ONG pensent qu’elle a un effet pervers, en laissant de côté les autres zones naturelles de la planète et en privilégiant trop les espèces emblématiques. Outre cette notion de « point chaud de biodiversité », l’ONG Conservation International a introduit des concepts complémentaires. Une « zone sauvage de haute biodiversité » contient aussi au moins 1 500 espèces de plantes vasculaires endémiques, mais a maintenu 70 % ou plus de son habitat naturel : il y en a cinq, qui concernent surtout les forêts tropicales mais aussi les déserts nord-américains. Un « pays de mégadiversité » contient au moins 3 000 espèces de plantes vasculaires endémiques (soit au moins 1 % du total mondial) : il y a en 18, avec en tête le Brésil, l’Indonésie et la Colombie (plus de 15 000 endémiques), suivis de près par le Mexique, la Chine, l’Australie et Madagascar. La France avait été rajoutée aux 17 pays mégadivers reconnus en 1997, « en raison du poids des Dom-Tom, en particulier la Nouvelle-Calédonie avec environ 2 400 plantes endémiques, la Réunion, avec 165 plantes, ou la Polynésie française, avec environ 560 espèces » (Mittermeier et al., 2008). Les hotspots régionaux de Méditerranée « abritent environ 5 500 plantes endémiques, soit 44 % de la richesse floristique répartie sur 22 % des terres, [et leur] localisation… coïncide nettement avec celle des zones refuges » (Médail, 2007). Situés pour 25 % sur le littoral où les densités humaines sont supérieures à 250 hab./km2 et pour 17 % sur des territoires de faible densité (0-50 hab./km2), ces refuges subissent des pressions humaines supérieures à la moyenne qui invitent expressément à prendre en compte le capital naturel (la biodiversité) dans les stratégies de développement économique (chap. 10). « Des chercheurs des États-Unis, dans une étude récente portant sur cinquante ans, ont démontré qu’un écosystème riche en espèces est non seulement plus productif mais également plus à même de se remettre de variations climatiques extrêmes et d’attaques d’organismes nuisibles ou de maladies » (Steiner, 2008). Pour Achim Steiner, directeur exécutif du Pnue (Programme des Nations unies pour l’environnement), le XXIe siècle, qui sera celui de la biologie, de l’association des ressources génétiques à la diversité biologique de la planète, devra forcer l’humanité à se passer des anciennes approches économiques, à rechercher une plus grande durabilité, notamment dans le domaine environnemental, tâche qui risque cependant d’être plus ardue dans un monde aux changements climatiques mal contrôlés.

33Contribuant à la recherche de zones prioritaires pour de futures stratégies de conservation, l’étude du hotspot des Alpes maritimes et liguriennes, l’un des plus importants du bassin méditerranéen (Médail, Quézel, 1997), a porté sur les facteurs écologiques et historiques affectant la richesse et la distribution des espèces endémiques (Casazza et al., 2008). Sept influences bioclimatiques, plus ou moins méditerranéennes ou tempérées, se partagent cette région également contrastée sur le plan tectonique et lithologique (substrats calcaire, siliceux, ophiolitique). Les analyses de 36 taxons endémiques ont montré pour chaque unité géographique opérationnelle leur forte concentration, les plus grandes valeurs (entre 10 et 16 taxons) étant trouvées dans la vallée supérieure de la Roya, ou dans les montagnes de l’arrière-pays de Menton. Elles révélèrent aussi la localisation et l’importance de quatre aires principales d’endémisme, caractérisées par au moins 2 taxons. La richesse et la distribution des taxons endémiques dans le hotspot des Alpes maritimes et liguriennes s’expliquent par l’interaction des facteurs écologiques et historiques, mais aussi par le rôle des facteurs physiques, tenu par des montagnes littorales, ici renforcé par la barrière de sommets qui borde au nord et à l’est la vallée de la Roya. Les conditions environnementales (diversité des substrats, des influences climatiques et des habitats) expliquent sans doute la coexistence d’espèces alpines et plus thermophiles sur une surface aussi peu étendue. Près du col de Tende, la vallée de la Roya sépare les Alpes maritimes des Alpes liguriennes. Mais surtout sa situation en bordure du dernier glacier würmien a fourni un maximum de refuges potentiels pour sa végétation. Ainsi ont pu se développer les processus dynamiques de « divergence (conduisant finalement à la spéciation), migration, ou extinction, le premier phénomène étant démontré par la diversité génétique » (Casazza et al., 2008), par exemple de la sabline Moehringia sedoides, et ceux de migration ou d’extinction pouvant être perçus dans la fragmentation de l’aire de certaines espèces. « Les glaciations ont eu une forte influence sur la richesse en taxon [mais] une moindre influence sur leur distribution, leur effet étant affaibli par les migrations postglaciaires » (Casazza et al., 2008). La méthode d’investigation biogéographique INDVAL utilisée par les chercheurs italiens et français dans cette étude est un outil très utile, qui permet à la fois d’identifier les espèces caractérisant une aire d’endémisme et d’indiquer le taux de recouvrement de cette aire par un taxon donné. Par exemple, INDVAL a montré que Saxifraga cochlearis et Moehringia lebrunii, deux taxons caractéristiques de la haute vallée de la Roya, en sont inégalement représentatifs, le premier qui recouvre presque entièrement l’aire endémique l’étant bien davantage que le second, cantonné sur une très petite partie. La sabline Moehringia lebrunii fait partie des « plantes relictuelles qui ont probablement survécu à plusieurs épisodes historiques dramatiques » (Martini, 1994).

34La perte de la biodiversité fait poindre à l’horizon 2050 la perspective d’une sixième crise d’extinction des espèces.

35Dans les pays méditerranéens à forte croissance démographique, la disparition des habitats naturels et de leurs cortèges d’espèces animales et végétales est aujourd’hui particulièrement rapide. On peut rappeler l’exemple des cédraies marocaines d’altitude, victimes des ébranchements anarchiques, des coupes effectuées dans les chênes verts ou les genévriers thurifères qui leur sont associés, leur fragmentation entraînant, via l’érosion des sols et celle de la biodiversité, l’écorçage des jeunes arbres par les singes magots. Mais au nord, la situation n’est guère meilleure : la « remontée biologique » née de la déprise rurale ne compense pas vraiment la perte de biodiversité due aux pratiques agraires intensives (généralisation des herbicides, des pesticides). En effet, ces forêts récentes essentiellement composées de résineux, plantés par l’homme ou résultant d’une reconquête naturelle, s’apparentent plus à de vastes étendues vouées à la sylviculture qu’aux milieux naturels originels foisonnant de vies.

36Mais la modification et la destruction des habitats boisés, la dégradation des sols et la pollution des eaux, la surexploitation des ressources naturelles, exercent aussi leur pression dans d’autres domaines bioclimatiques, comme les forêts tropicales où 7 % de la surface terrestre abritent plus de la moitié des espèces vivantes. Si l’extinction est un phénomène naturel, on sait qu’elle a connu cinq phases massives dues aux bouleversements géologiques ou climatiques. « Et voilà que l’on parle avec insistance de sixième crise d’extinction, en désignant le coupable : l’homme, nous, vous et moi – sans oublier nos aimables ancêtres, ces chasseurs envahisseurs et défricheurs de la planète » (Barbault, 2006). Le cri d’alarme avait été lancé dès 1979 par l’anglo-saxon N. Myers, qui évoquait une disparition de l’ordre de 40 000 espèces par an. Controversée en 2001 par le statisticien danois B. Lomborg, la pression alarmiste a été relancée en 2004 par C.D. Thomas, qui annonçait que les changements climatiques pourraient faire disparaître un million d’espèces animales et végétales d’ici le milieu du siècle. « Si l’humanité dans son ensemble ne détermine pas d’ici là des voies radicalement nouvelles pour conduire les affaires, alors l’horizon est sombre et la sixième crise d’extinction une perspective certaine » avertit encore l’écologue Robert Barbault, insistant plus que jamais sur la nécessité d’une gestion durable des forêts, dans le cadre d’une coopération régionale et internationale.

Au sud et à l’est de la Méditerranée, un surpâturage croissant

37Le surpâturage des ovins et surtout des caprins, davantage prédateurs, participe grandement à la déforestation.

38Les cas déjà évoqués au Maghreb, notamment dans le Haut Atlas et le Rif, ont montré que le parcours en forêt constitue souvent la source principale de revenus pour la population. Au Maroc, les massifs forestiers et les parcours alfatiers représentent 17 % du bilan fourrager national. Le droit de parcours est reconnu par la législation sous réserve de la pérennité de la forêt, mais la charge réelle des troupeaux ovins et bovins est 3 à 5 fois plus forte que la possibilité pastorale des massifs boisés. Dans la forêt de la Mamora, même si certains arbres majestueux réputés fructifères dominent encore une pelouse de Graminées et de Légumineuses bien fournie, « le sous-bois, souvent clairsemé, est constitué de genêt, de passerine, de palmier nain, toutes plantes résistantes à la dent du bétail » (Fraval, Villemant, 1997). Lors des périodes de sécheresse et de disette de plus en plus fréquentes, les éleveurs coupent alors des branches pour leurs bêtes, qui apprécient particulièrement les feuilles et les glands du chêne-liège. Cette surconsommation des espèces appétantes et le piétinement des troupeaux diminuent fortement les capacités de régénération des végétaux. Tandis que les arbres en chandelier de la Mamora mutilée vieillissent, et que leur stock de glands régresse fortement, « aucune plantule n’échappe à la dent de son abondant bétail ». Le pâturage et l’émondage ne sont interdits que dans la réserve royale d’Aïn Johra, ex-chasse résidentielle du maréchal Lyautey. Comme au Maroc, en Algérie les charges pastorales sont plus élevées que la charge maximale possible (2 à 3 fois), et de nombreuses forêts sont devenues des « forêts parcs ».

39Dans certaines montagnes de la rive nord, les cultures en s’effaçant ont accru l’impact de l’élevage.

40C’est le cas des phryganes grecques, où l’érosion et un assèchement amplifié par une longue saison sèche (5 à 6 mois) pèsent lourdement sur les possibilités de régénération forestière. Délos, au cœur des Cyclades, en est la parfaite illustration. D’après la récolte de pollens et de macrorestes effectuée en 1996 par P. Poupet et M. Brunet, la végétation potentielle de l’île vers 4 000 BP était composée « de conifères thermophiles et de groupements de chênes verts et caducifoliés avec des oliviers, des caroubiers, des lentisques et des alaternes ». La végétation de la Délos antique, cœur de l’impérialisme athénien au Ve siècle av. J.-C., avait sans doute changé, mais elle n’était pas encore celle d’aujourd’hui. Le palmier de Délos évoqué par Ulysse devant la silhouette de Nausicaa était-il naturel, planté par l’homme, ou un symbole exceptionnel, lié à la naissance d’Apollon ? En tout cas, quelques siècles plus tard, le Critias de Platon nous apprend que l’Attique, malgré les coupes de bois et le surpâturage, était largement moins dénudée qu’aujourd’hui. Mais de toute évidence, c’est l’analyse anthracologique (Poupet, 2001) qui nous renseigne le plus sur le couvert boisé de Délos : à l’époque archaïque, classique et hellénistique poussait encore une chênaie mixte à dominante de chênes sclérophylles, avec certains de leurs compagnons comme le nerprun alaterne ou les filaires. Quant aux paysages actuels de l’île, Pierre Poupet les qualifie surtout de « phryganas », c’est-à-dire de matorrals secondaires très dégradés, à chaméphytes en coussinets épineux clairsemés (surtout Sarcopoterium spinosum, la pimprenelle épineuse), à cistes, à plantes aromatiques et médicinales, essentiellement au sud sur les sols granitiques, et à pelouses herbacées, surtout au nord sur les substrats métamorphiques. Assez fréquente en Grèce, cette nouvelle étape dans la dégradation est due à l’extension des feux pastoraux sur les terres de parcours, et Pierre Poupet parle de « pyropaysages ». Bien que l’agriculture ait totalement disparu de l’île de Délos, la végétation accentue sa dégradation sur des sols de plus en plus minces et de plus en plus secs, encore voués à l’élevage extensif des chèvres et des moutons. « Les larges plages d’asphodèles en sont la matérialisation car cette plante pyrophyte bulbeuse prolifère derrière les incendies que les éleveurs provoquent pour favoriser la repousse de pelouses, ses feuilles et ses fleurs étant ignorées par les ruminants » (Poupet, 2001). Et si la recolonisation post-incendie est assez rapide, la cicatrisation des plantes prend tout de même environ sept ans, durant lesquels la phrygane est de nouveau livrée au feu.

Les conséquences écologiques des grands incendies répétitifs

41Après les dynamiques post-incendies des communautés boisées, les réponses de leurs espèces végétales (chap. 2), il faut examiner l’impact des incendies sur la phytocénose. Des petits feux pas trop fréquents (10 à 50 ans) auto-entretiennent les communautés végétales héritées du passé (forêts, matorrals…)

42Pour des chercheurs comme Louis Trabaud et Michel Thinon, la forêt méditerranéenne est bien adaptée aux petits incendies. Ils stimulent les fleurs à bulbes, la germination des graines, les rejets de souche, la propagation des pyrophytes, et même la vie animale en détruisant les broussailles. En revanche, de très grands incendies comme ceux provoqués par la sécheresse record de 2003 sont désastreux, pour la végétation comme pour la faune. Aujourd’hui, les types d’incendies forestiers dépendent surtout des modifications du climat et de l’évolution récente des usages agro-sylvo-pastoraux. Sans doute le réchauffement en cours, qui augmente l’évapotranspiration potentielle et la combustibilité des végétaux, contribue-t-il à accroître le nombre de feux de forêt qui a doublé depuis les années 1970, tout comme les surfaces incendiées, au Maroc, dans la péninsule Ibérique, en Italie ou en Grèce. Pourtant, en France comme en Croatie, en Israël ou même en Turquie, le nombre d’incendies est resté plus ou moins stable.

Phrygane près de Delphes

Phrygane près de Delphes

Assez fréquent en Grèce, notamment dans les Cyclades, ce type de paysage est un matorral secondaire très dégradé
© J. Mirloup

43Mais l’éclosion et la nature des incendies dépendent aussi du type d’espace boisé et de son utilisation. D’après des observations sur 20 ans en Espagne, ce seraient les forêts caducifoliées qui verraient les feux les plus petits et les moins fréquents, alors que les forêts sclérophylles connaîtraient des feux d’importance et de fréquence plus grandes ; les forêts de résineux étant les plus vulnérables avec leurs cortèges d’espèces aromatiques. Sur la rive nord, les grands incendies résultent souvent de l’embroussaillement, de la recolonisation forestière par les pins qui accroît la connectivité et l’inflammabilité des espaces boisés. Mais au sud, c’est l’essor démographique et la permanence des usages agro-sylvo-pastoraux qui expliquent l’énorme accroissement des surfaces incendiées (une véritable fuite en avant). Dans les forêts marocaines, si la moyenne annuelle des surfaces incendiées est de l’ordre de 2 700 ha pour la période 1960-1995, la moyenne des années 1960 (1 883 ha) se trouvait multipliée par 2,4 pour la période 1990-1995 (4 503 ha). Et en 1995, la sécheresse avait causé le ravage par le feu de 6 824 ha, dont 5 800 ha dans la région du Rif occidental. Là aussi, la gravité des incendies varie selon le type de végétation et notamment du sous-bois, et selon les régions, le Nord-Ouest marocain étant la région la plus touchée (en moyenne 40 à 45 % des surfaces incendiées du pays).

Collines dans l’est de la Crète

Collines dans l’est de la Crète

Les pelouses herbacées répandues dans la phrygane témoignent de sa dégradation par les feux pastoraux. Le recul des cultures ayant accru l’impact de l’élevage extensif des moutons, cette dégradation s’accentue, la recolonisation post-incendie étant souvent interrompue par un nouveau feu
© M.-A. Coudray-Tassin

44S’ils sont répétitifs, les très grands feux (plus de 1 000 ha) affectent la pédogenèse et la biodiversité des biocénoses. En 2003, des milliers d’hectares de forêts ont été détruits : 300 000 au Portugal, 60 000 en France, 32 000 en Californie…

45Les grands incendies perturbent gravement les propriétés physico-chimiques des sols. La combustion de la litière et de l’humus engendre une diminution de leur capacité d’échange : porosité réduite, perte en éléments minéraux et organiques (mal compensée par l’apport de cendres), et à cause du ruissellement en surface « perte en argiles et limons des horizons supérieurs, ce qui conduit à une ablation du sol, d’où une baisse de la capacité de rétention en eau » (Quézel, Médail, 2003). On sait que la perte de potentiel édaphique dans les matorrals retarde l’évolution vers la chênaie caducifoliée (chap. 4), surtout lorsqu’ils sont affectés d’incendies récurrents, à cycles courts (de moins de 10-12 ans).

46« À terme, la répétition des incendies en un même lieu entraîne une forte diminution de la biodiversité et un appauvrissement général des ressources naturelles » (Tatoni, 2007). Mais « c’est la fréquence des feux qui stabilise les formations dans un certain état » (Trabaud, 2004). On sait que les incendies pas trop violents ni trop répétitifs peuvent augmenter la richesse floristique en ouvrant des clairières où la litière détruite et les cendres permettent l’implantation de pyrophytes comme les cistes, d’arbrisseaux spinescents comme le genévrier oxycèdre ou le genêt épineux, et aussi de végétaux transitoires annuels. Cet enrichissement est plus fort sur les sols siliceux : dans les montagnes des Albères et des Aspres, au cours des premières années, les plantes annuelles sont très abondantes (Trabaud, 1993). En fait, si la richesse floristique des espaces incendiés est maximale pendant la deuxième ou troisième année, elle finit par diminuer et se stabiliser au bout de 5 ans. Mais si les grands incendies deviennent récurrents, au nord comme au sud, à cause de l’embroussaillement et de la mise en continuité des espaces boisés par des pinèdes très inflammables, cette fois on assiste à une forte réduction de la biodiversité en espèces forestières.

47Les très grands feux affectent aussi durement la faune. Dans les Maures, où 10 000 ha sont partis en fumée en 2003, ont péri non seulement les insectes, les rainettes, les lézards et 2 000 tortues d’Hermann – une espèce patrimoniale menacée – mais également une bonne part de la grande faune, lièvres, sangliers, chevreuils… Cependant, en pareil cas, certains animaux évitent la catastrophe. Les vers de terre, qui creusent profondément, sont moins touchés, contrairement aux bactéries, décomposeurs essentiels de la litière organique en matière minérale assimilable par les végétaux. De même, beaucoup d’insectes aériens dont les œufs ou les nymphes survivent sous terre aux feux d’été. « Dans les forêts de chênes-lièges, on a même pu observer des pullulations de chenilles processionnaires le premier printemps suivant un grand incendie » (Prodon, 2004). Les oiseaux, qui ont eu le temps de fuir, se réinstallent alors que d’autres, colonisateurs étrangers (des espèces rares), sont toujours là. Les troncs calcinés peuvent avoir un rôle positif : de perchoir pour les oiseaux semenciers, de sites de nids potentiels, d’aliments pour les insectes xylophages qui attirent les oiseaux insectivores comme les pies grièches ou la sittelle corse, espèce rare menacée, à forte valeur patrimoniale. D’après Roger Prodon, la durée du retour à l’état initial de l’avifaune dépend du type de formation végétale : 1 an dans une pelouse à brachypode rameux, environ 6 ans pour une garrigue, 6 à 8 ans pour une suberaie, 12 ans pour un maquis dense à bruyère arborescente, 40 à 50 ans pour une yeusaie (Prodon, 2004).

48L’impact de la répétition des incendies sur la végétation a été évalué en Provence cristalline, dans le massif des Maures, en termes de biodiversité, de bilan du carbone et de dégradation des potentialités de l’écosystème.

49De nombreuses collaborations régionales entre chercheurs se sont révélées capitales pour une gestion durable des écosystèmes des Maures (chênaies et maquis) dans le but de mieux comprendre comment les anciens feux ont modifié la structure de la végétation et peuvent ainsi jouer sur le risque futur d’incendie (Schaffhauser, 2009). L’évaluation en laboratoire de l’inflammabilité et de la combustibilité a montré que ces paramètres dépendent moins du nombre ou de la fréquence des feux que du temps depuis le dernier feu, de la formation de litière et l’accumulation de combustible, donc en fait de la dynamique de reconstitution de l’écosystème (Curt et al., 2008). Une forte récurrence des incendies peut régulariser la structure verticale de la végétation, limiter sa biomasse de litière, comme dans les maquis bas à cistes, mais elle peut aussi rendre sa structure verticale plus hétérogène. Dans les forêts mal entretenues de chênes-lièges, des feux répétés conduisent à des trouées, où le vent plus rapide favorise la propagation du feu dans les peuplements clairs. Ainsi, s’installent durablement les espèces buissonnantes du maquis, augmentant le risque d’incendie futur. Le passage de quatre feux en cinquante ans serait un seuil important pour la reconstitution de la végétation, au-delà duquel les cycles biogéochimiques nécessaires aux espèces vivantes seraient particulièrement touchés, notamment le cycle de l’azote. Malmenées par le passage fréquent des incendies, les bactéries du sol ne sont plus en mesure de fixer l’azote atmosphérique (sur d’autres atomes, comme l’hydrogène ou l’oxygène), de le rendre utilisable par les plantes pour la fabrication de leurs protéines ou leurs acides nucléiques (l’ADN). « La conjonction de nombreux feux et de sécheresses répétées conduit à un effondrement du fonctionnement biologique de l’écosystème dans ses parties aériennes comme souterraines. Chacune des perturbations (feu et sécheresse) amplifie les effets néfastes de l’autre » (Vennetier et al., 2008). Quatre années successives de sécheresse constitueraient, comme quatre feux en 50 ans, un seuil critique pour l’écosystème, le changement climatique ne pouvant d’ailleurs qu’augmenter le nombre et les effets néfastes des incendies. Une récurrence moyenne de l’ordre d’un feu tous les 25 à 50 ans permet une structure pluristratifiée, un maquis haut dominé par la bruyère arborescente, voire une suberaie sur maquis qui peut persister plus de trente ans. Mais cet écosystème est en limite de rupture, car la fermeture du couvert dans des vieux maquis de 3 à 4 m favorise une accumulation de combustible, notamment de la bruyère au détriment des autres espèces, ce qui peut générer des feux très intenses. (Schaffhauser, 2009). Si les paramètres modifiés par une fréquence moyenne des incendies sont récupérés quantitativement au bout de 15 à 25 ans, il faut attendre « en général 50 ans pour les aspects qualitatifs, au niveau de la matière organique, des cycles biogéochimiques, du fonctionnement microbiologique du sol et de la biodiversité végétale » (Vennetier et al., 2008). Enfin, une absence de feux pendant 50 ans permet la fermeture de stades arborés, de suberaies submatures à fortes connexions horizontales, une absence pendant 150 à 200 ans permettant une spectaculaire remontée biologique et du potentiel de l’écosystème, marquée par la restitution d’un stock significatif de carbone dans les horizons superficiels du sol et une modification importante de la structure et de la composition floristique.

L’impact d’autres perturbations anthropogènes sur les espaces boisés

50Les reboisements mènent souvent à des échecs écologiques et même économiques (Quézel et al., 1990b).

51La politique de reboisements déjà ancienne dans le domaine méditerranéen, aboutit aujourd’hui à la présence de surfaces considérables, privées ou d’État, couvertes par des espèces autochtones comme les cèdres, les pins thermophiles et d’altitude, ou par des espèces exotiques testées en arboretums, originaires d’Australie et de Californie, tels les eucalyptus, les acacias, les casuarinas, le pin et le cyprès de Monterey ou quelques sapins et le Pseudotsuga californiens. Le rôle joué par les reboisements dans la politique de régénération des forêts méditerranéennes sera évoqué au chapitre suivant, avec la recherche d’une gestion durable. On se bornera ici à constater les principaux problèmes induits par ces reboisements. Les problèmes écologiques et économiques résultent avant tout de l’emploi massif de conifères, qui entraîne une acidification des sols préjudiciable à la régénération naturelle d’autres espèces ligneuses, donc à la biodiversité. En 1978-79, Michel Thinon a montré au mont Ventoux, dans des reboisements de chêne vert, de pubescent, de pin noir d’Autriche (âgés de 115 ans) et de cèdre de l’Atlas (âgé de 88 ans), que c’est la litière du pin noir qui est la plus acide (pH de 4,4 en surface contre 7,2 pour le pubescent,) et qu’elle comporte davantage de matière organique non décomposée (93,7 % en surface contre 60 % pour le pubescent) (Thinon, 1979). Ce mauvais recyclage de la litière et de l’humus sous les pins noirs de reboisement bloque la régénération naturelle d’un sous-bois. D’une façon générale, dans les reboisements en résineux, on constate que la biodiversité est toujours très faible. Mais ce qui a compté dans ces reboisements pour les forestiers, bien plus qu’une optique de développement durable, c’est évidemment la productivité des conifères, plus élevée que celle des chênes autochtones, notamment celle du cèdre de l’Atlas, introduit au mont Ventoux dès 1861. Et qui plus est, aujourd’hui, ces forestiers apprécient largement la valeur économique des espèces hybrides de pins ou de sapins, témoins d’une certaine pollution génétique due aux reboisements. Quant aux problèmes sanitaires et de pollution génétique, ils sont engendrés par l’introduction de taxons d’une origine différente. Les phénomènes d’introgression et d’hybridation posent la question « du devenir de ces populations (…) tant au niveau des impératifs de conservation du patrimoine génétique que de la résistance aux aléas climatiques et aux agressions parasitaires » (Quézel, Médail, 2003). Certes, l’utilisation de conifères de reboisement d’origines différentes comme le pin noir, le sapin de Céphalonie, le cèdre de l’Atlas ou encore le sapin de Douglas risque d’étendre une hybridation entre les divers pins noirs, entre des sapins orientaux et le sapin blanc, ou encore entre le pin brutia et le pin d’Alep. Mais qu’en est-il des potentialités d’attaques parasitaires dans les populations d’hybrides ? Quand on sait que ces attaques « n’ont pas entraîné l’apparition de dégâts importants » dans les espèces de reboisement ? Certes, dans les cédraies françaises se sont installées des colonies de pucerons et la tordeuse du cèdre (Epinotia cedricida), mais leurs attaques sont sans commune mesure avec les explosions spectaculaires de parasites défoliateurs (comme Thaumetopia pityocampa), déclenchées dans les cédraies naturelles marocaines par la dégradation anthropique et les sécheresses périodiques.

52L’étude des impacts des débroussaillements et des pollutions chimiques est assez récente.

53La destruction des ligneux bas et l’élagage des ligneux hauts s’effectuent par voie humaine individuelle, ou par le pâturage et le brûlage dirigé.

54On peut donc retrouver une évolution analogue aux dynamiques post-incendies (Loisel, 1992). Le risque d’incendie estival est d’ailleurs amplifié par les nombreuses thérophytes xérophiles qui envahissent un sol plus chaud. Cela d’autant que la capacité de stockage de l’eau diminue, du fait du ruissellement accru et de l’érosion qu’il entraîne. Quant aux pollutions chimiques, plusieurs chercheurs les mettent de plus en plus en évidence : dégâts des embruns marins pollués affectant les pins littoraux d’Italie (surtout le pin parasol) ; dommages subis aussi par les lentisques et les chênes verts de Port-Cros (cuticule foliaire dissoute) ; réduction de la photosynthèse de pins d’Alep proches d’une carrière de calcaire (stomates bouchés, cuticule foliaire détruite) ; impact des rejets de dioxyde de soufre sur des pins d’Alep proches d’une centrale thermique (croissance radiale affectée mais aucun jaunissement des aiguilles). Enfin, d’autres études ont concerné l’augmentation des gaz à effet de serre montrant que l’ozone, plus important en été, peut conduire au dépérissement du pin d’Alep.

Table des illustrations

Légende Cinq ans après un incendie de petite taille, la garrigue de Saint-Jean-de-Cuculles a pu retrouver l’essentiel de sa structure (région du pic Saint-Loup)© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9801/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 475k
Titre Phrygane près de Delphes
Légende Assez fréquent en Grèce, notamment dans les Cyclades, ce type de paysage est un matorral secondaire très dégradé© J. Mirloup
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9801/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 426k
Titre Collines dans l’est de la Crète
Légende Les pelouses herbacées répandues dans la phrygane témoignent de sa dégradation par les feux pastoraux. Le recul des cultures ayant accru l’impact de l’élevage extensif des moutons, cette dégradation s’accentue, la recolonisation post-incendie étant souvent interrompue par un nouveau feu© M.-A. Coudray-Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9801/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 442k

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search