Version classiqueVersion mobile

Paysages végétaux du domaine méditerranéen

 | 
Claude Tassin

Partie 3. Les paysages végétaux des montagnes méditerranéennes

Chapitre 7. Les caractères originaux des climats montagnards

Texte intégral

Montagnes sèches près d’Almeria : la position d’abri leur confère au moins neuf mois secs (Sud-Est espagnol).
© C. Tassin

1Le domaine méditerranéen compte beaucoup plus de montagnes que de basses terres, sauf dans le Sud australien. Si les grands versants calcaires dominent, les formes taillées dans les roches cristallines, et aussi dans la roche tendre, introduisent des nuances dans les reliefs. Pourtant, quelle qu’en soit la structure, les milieux montagnards doivent être étudiés par tranches d’altitude, le climat et la végétation interférant avec la morphogenèse et les sols pour distinguer des étagements individualisant des paysages naturels. L’étalement en latitude apporte des modifications, mais il ne s’accompagne pas d’un simple changement d’altitude dans la répartition des milieux. Pour ce qui est des paysages végétaux, éléments marquants de ces étagements, non seulement ils se relèvent en allant des montagnes humides vers les montagnes semi-arides, mais ils deviennent différents, parfois relativement plus simples comme au Maghreb, ou plus complexes comme en Amérique, où l’alignement méridien des montagnes et l’absence de barrière maritime est-ouest ont favorisé les interpénétrations d’espèces. Cependant, pour comprendre l’organisation physionomique et le fonctionnement écologique de ces étagements végétaux dans le cadre géographique de la montagne, il faut commencer, comme pour les basses terres, par en décrire le facteur dominant : l’originalité climatique.

L’altitude, quelle influence sur le climat méditerranéen ?

Des montagnes non exclues du domaine climatique

Des étagements climatiques spécifiques

2Il est évident que, quelle que soit la latitude, la complexité du relief montagnard, sa fragmentation et l’exposition des versants par rapport à l’insolation ou aux vents engendrent de multiples modifications, mais « il reste que chaque zone climatique continue d’imposer des conditions de circulation atmosphérique auxquelles les montagnes n’échappent pas. Dans ce sens, on ne peut donc pas vraiment parler d’un climat azonal montagnard type, mais plutôt de faciès intrazonaux » (Godard et Tabeaud, 1998). Les montagnes méditerranéennes font bien partie intégrante du domaine, comme l’indiquent leurs climats certes dégradés par l’altitude mais où persistent les rythmes saisonniers des basses terres environnantes. Si la pluviosité annuelle varie de 100 mm sur le revers sud de l’Atlas ou de 300 mm sur le nord du Taurus jusqu’à plus de 4 000 mm sur les reliefs des bouches de Kotor, et si la moyenne (m) des minima du mois le plus froid peut descendre en haute montagne au-dessous de - 10 °C, il ne faut pas en conclure comme certains auteurs américains qu’une grande partie des reliefs circumméditerranéens est à exclure du domaine climatique. « C’est sans doute un des mérites d’Emberger (en 1945) que d’avoir au contraire intégré au climat méditerranéen l’ensemble des zones, et quels que soient les critères thermiques, où existe une sécheresse estivale effective » (Quézel, 1981). Pour Pierre Quézel, ce sont d’ailleurs les montagnes les plus élevées, les plus puissantes, Atlas et Taurus, qui ont les caractères les plus typiquement méditerranéens, parce qu’elles sont soumises à une sécheresse estivale souvent très marquée (de 2 à 6 mois secs selon les massifs) et parce qu’elles sont les seules où l’on retrouve toute l’échelle bioclimatique du climagramme d’Emberger, depuis l’aride jusqu’au perhumide, dans toutes les variantes thermiques altitudinales, du chaud à l’extrêmement froid.

Le déroulement de l’année climatique

3Les montagnes méditerranéennes conservent une sécheresse d’été, dont la durée augmente au sud et à l’est du bassin. Au nord, elles connaissent généralement 1 à 3 mois secs (contre 1 à 5 mois en plaine). C’est le cas en Italie, en Grèce ou en Espagne, comme « à Tragacete dans la Sierra de Cuenca, avec 2 mois secs à l’altitude de 1 342 m » (Boucher, 2000). On a même moins d’un mois, comme l’indique Jean Demangeot dans les Abruzzes, sur les adrets du Gran Sasso, à plus de 1 500 m d’altitude (Demangeot, 1960). Et il est vrai, cas extrême, que la saison sèche peut disparaître, l’été étant plus arrosé que l’hiver. À cause d’une insolation qui « favorise les ascendances thermiques et les orages consécutifs » explique Georges Viers, qui donne l’exemple des Escaldes, dans les Pyrénées-Orientales. À 1 420 m d’altitude, la station a reçu en moyenne (pour la période 1957-1966) 76 mm de pluies en juin, 61 mm en juillet et 68 mm en août, alors que l’été est généralement sec sur les deux côtés de la chaîne (Viers, 1990). Au Maghreb, sur le Rif, le Haut Atlas ou l’Atlas tellien, on observe 3 à 5 mois secs, contre plus de 5 mois dans les plaines marocaines et tunisiennes ou sur les hautes plaines algériennes. Dans la chaîne du Liban, la station des Cèdres (au nord-ouest de Baalbeck) compte encore 4 mois secs à près de 2 000 m d’altitude, contre 5 mois pour Beyrouth, à 30 m d’altitude (fig. 3 b).

4Les montagnes méditerranéennes conservent aussi des régimes pluviométriques voisins de ceux des basses terres. En Méditerranée occidentale, le double maximum d’automne et de printemps subsiste en altitude. Même quand les averses d’été deviennent énormes. Déjà copieuses en automne, neigeuses pendant l’hiver, les précipitations redeviennent pluvieuses assez tôt au printemps (généralement en avril). Mais le maximum de printemps est plus marqué sur les sommets de l’Espagne intérieure, à cause de la forte continentalité. Au sud et à l’est du bassin méditerranéen, les montagnes conservent généralement le maximum unique d’hiver, sauf dans certaines zones de l’Algérie et du Maroc où l’on observe un maximum de printemps. À Ksara, au Liban, à près de 1 000 m d’altitude, le maximum est nettement hivernal : près de 410 mm pour les mois de décembre à février, contre 210 mm pour les autres mois, dont 35 à 40 mm de mai à octobre. Les montagnes conservent la même répartition des intervalles entre les pluies, ainsi que leur violence. Si les quantités sont plus copieuses qu’en plaine, on constate toujours le faible nombre de jours de précipitations, celles-ci se produisant sous forme d’averses qui peuvent durer, dans le Rif ou les Kabylies, de quelques heures à trois ou quatre jours. Le Rif et les Kabylies reçoivent de 1 000 à 2 000 mm en quelques semaines, ce qui correspond à une dizaine de grosses précipitations. On connaît aussi la force des déluges cévenols ou roussillanais, dont les épisodes pluvieux de saison froide peuvent apporter l’essentiel du total saisonnier, voire annuel. Enfin, les montagnes peuvent connaître comme les basses terres une variabilité interannuelle des précipitations (chap. 1).

Des totaux pluviométriques renforcés

5Même sur les modestes reliefs : le Bluff Knoll australien (1 095 m) reçoit presque 3 fois plus d’eau que la plaine, environ 1 100 mm contre 400 mm à Borden.

Le mécanisme : l’ascendance orographique

6« La montagne ne change pas le rythme impulsé par la dynamique atmosphérique zonale, mais augmente ou diminue certains paramètres, précipitations et températures, principalement » (Godard et Tabeaud, 1998).

7L’effet orographique se traduit d’abord par la diminution de la pression et de la température.

8Le gradient thermique est en moyenne de 0,55 °C tous les 100 m, mais il varie en fonction de l’humidité, du jour, de la nuit, des saisons. Au Liban, Les Cèdres (à 1 916 m) ont une moyenne de janvier de - 1 à 0 °C, contre 13 à 14 °C à Beyrouth, et une moyenne de juillet de 18,5 °C, contre 27,5 °C à Beyrouth (fig. 3 b). Même sur un relief modéré comme celui du Bluff Knoll (à peine 1 100 m) dans la Stirling Range australienne, la diminution de la température est déjà importante, 7 °C en hiver contre 12 °C plus bas, à Borden dans la plaine. C’est d’ailleurs le seul endroit d’Australie occidentale à recevoir assez régulièrement de légères chutes de neige.

9Cette diminution de la température abaisse le seuil de saturation hygrométrique, d’où l’accroissement de la condensation (de la nébulosité) et des précipitations. Cette baisse du « point de rosée » augmente aussi les précipitations dites « occultes » : brouillards, rosée, givre… Au total, les pluies ne sont vraiment abondantes sur les reliefs que lorsque l’ascendance orographique vient renforcer une ascendance de type thermique, des pluies de convection dues au réchauffement rapide du sol. Elles sont également abondantes lorsque l’effet orographique s’exerce sur le front chaud et le front froid d’une perturbation, car il augmente leur pente et la vitesse de l’ascendance frontale de l’air tropical. Cela d’autant plus que cet air est chaud et très humide, ce qui est le cas de l’air tropical maritime très instable des perturbations méditerranéennes. Cette accélération de l’ascendance de l’air chaud se déclenche quand l’air froid antérieur (sous le front chaud) se trouve coincé au pied d’une montagne. Mais ce soulèvement de l’air chaud peut se produire en même temps sur les deux fronts, lorsque l’air froid postérieur (sous le front froid) reste à son tour coincé au pied de la montagne, et alors les pluies sont abondantes et violentes.

Les conséquences : des milieux essentiellement forestiers

10Dans le bassin méditerranéen peuvent tomber plusieurs mètres par an, comme au-dessus des bouches de Kotor. On peut également mentionner les montagnes de Kabylie, ou encore celles du golfe de Gênes, comme l’Apennin ligure. L’ascendance, qui commence en avant des reliefs, arrose déjà copieusement leur pied : sur la riviera du Levant, La Spezzia reçoit 1 400 mm. Au Liban, la station des Cèdres déjà évoquée reçoit 1 195 mm, contre 886 mm pour Beyrouth. En Amérique, les perturbations de saison froide frappent de plein fouet les chaînes côtières. L’effet orographique augmente donc considérablement les précipitations, sans toutefois atteindre l’énormité des régions de climat océanique, où les vents d’ouest (les westerlies) apportent jusqu’à 6 m de pluies annuelles sur les Andes du Sud, et jusqu’à 3-4 m sur les chaînes montagneuses du nord-ouest des États-Unis (Coast Ranges et Cascades). Si San Francisco ne reçoit guère que 500 mm, la pluviosité s’accroît vite sur la façade ouest des chaînes côtières, et si la Grande Vallée ne reçoit plus que 250 mm, sur les versants au vent de la Sierra Nevada les précipitations augmentent à nouveau, (1 000 à plus de 1 500 mm), contrairement au versant oriental, sous le vent, plus ou moins aride. À 1 340 m d’altitude, Reno n’obtient que 180 à 200 mm. S’ils sont plus élevés, les totaux pluviométriques des montagnes varient cependant comme en plaine, avec la latitude qui modifie les étagements forestiers (chap. 8). Le Haut Atlas marocain reçoit au maximum 1 500 mm, contre plus de 2 000 mm pour le Rif, plus au nord et proche de la mer. Pour ce relief, bien plus haut que le Rif, certains auteurs parlent d’un optimum pluviométrique. En montagne, à partir d’une certaine altitude, les précipitations s’arrêteraient de croître pour commencer à décroître, l’optimum étant situé dans le domaine méditerranéen vers 2 500 m. Mais alors comment expliquer la neige sur les sommets ? En effet, si elle tombe exceptionnellement entre 600 m et 1 000 m d’altitude, elle est bien présente l’hiver sur les hauteurs du Haut Atlas, où elle peut même durer 6 mois (précisément au-dessus de 2 500 m). Les géographes qui contestent cette notion d’optimum pluviométrique en montagne expliquent que si la condensation assèche peu à peu l’air ascendant, les nuages ainsi formés continuent d’arroser les sommets, puisque pour se déclencher toute précipitation pluvieuse ou neigeuse a besoin d’une ascendance (Viers, 1990).

Malgré tout, une forte impression de sécheresse

11Certes, la sécheresse est renforcée par une insolation plus intense, plus efficace, en altitude (par temps anticyclonique), et par le vent qui déferle sur les crêtes. Mais la conjonction de la période froide d’hiver avec celle des précipitations entraîne un fort coefficient de nivosité (d’où le nom de « Sierra Nevada », espagnole ou californienne). Cependant, malgré son épaisseur, cet enneigement réduit à la saison froide explique la quasi-inexistence des glaciers dans le monde méditerranéen, sauf dans les Andes du Chili central, très élevées (plus de 8 000 m). Mais c’est évidemment la saison sèche, parfois très longue, qui vient renforcer l’impression de sécheresse, et déjà par une fusion ou sublimation précoce de la neige. Sous le soleil d’été, qui chauffe ses grands versants calcaires, « la montagne apparaît pierreuse et dénudée, sans la parure des neiges alpestres » (Viers, 1990).

Des nuances liées à la fragmentation et à l’exposition des reliefs

12Dans les fossés et bassins intramontagnards, on constate l’existence d’inversions thermiques. Surtout en saison froide, quand les brises de montagne sont fortes : c’est par exemple le cas des poljés d’altitude. Par temps calme anticyclonique, l’air froid s’accumule la nuit dans ces dépressions karstiques de grande taille, favorisant une inversion thermique matinale. Mais par temps perturbé cette inversion peut être d’origine frontale, lorsque l’air froid des perturbations se trouve coincé au pied des reliefs. Phénomène banal aussi dans les montagnes tempérées non méditerranéennes, l’inversion thermique peut engendrer une inversion d’étage, comme celle du Plan d’Aups, poljé occupé par les pubescents au pied de la montagne Sainte-Baume, dont les pentes accueillent la yeusaie à pin d’Alep. L’exposition des versants aux flux zonaux d’ouest explique la dissymétrie entre les façades au vent et sous le vent. On parle « d’effet de fœhn » (par référence au fœhn alpin) : l’air, qui s’élève sur les reliefs en déversant ses précipitations, s’assèche puis se réchauffe en descendant le versant « sous le vent » (chap. 1). Mais l’exposition aux vents locaux ou régionaux joue aussi sur les caractères climatiques. Les brises de versants sont des ascendances diurnes de l’air qui s’échauffe, ou des descentes nocturnes de l’air froid. « Elles sont plus fortes sur les adrets, ensoleillés, plus secs et plus pierreux » (Viers, 1990). Signe de beau temps, elles brassent l’air en permanence sur les pentes, ce qui rend les gelées nocturnes moins fréquentes qu’en bas. Les brises de vallées naissent aussi par temps stable, souvent amorcées par les brises de versants. Pendant le jour, l’air qui remonte les grandes vallées « tend à ralentir l’échauffement intérieur de la montagne, donc à abaisser la valeur du gradient thermique et à diminuer les possibilités de formations orageuses » (Godard, Tabeaud, 1998). Tandis que la nuit le courant s’inverse, l’air froid descend de l’amont vers l’aval des vallées. La bora est un vent régional violent, mais contrairement au mistral qui n’intéresse guère que des couloirs de plaines, elle assèche les pentes des montagnes de la côte dalmate. D’origine continentale, elle ne cesse que sur l’Adriatique, à environ 15 km au large. Enfin, en ce qui concerne l’exposition au nord ou au sud (et secondairement à l’ouest ou à l’est), il faut remarquer que les différences entre l’adret (la soulane), le versant plus ensoleillé et plus sec, et l’ubac (l’ombrée), le versant plus frais et plus humide, avec un tapis nival plus tenace, ont tendance à s’estomper aux plus faibles latitudes et avec la chaleur de l’été.

Des climats montagnards nuancés par la latitude

Même division bioclimatique que pour les bas pays ?

13Générées par l’altitude, les modifications climatiques, qui concernent principalement les températures, les précipitations et la longueur de la saison sèche, dépendent aussi de la latitude et de l’accroissement de la continentalité, ce que nous indiquent diverses mesures météorologiques à altitudes constantes ou l’observation des formations végétales. Ainsi, la définition des climats méditerranéens de montagne doit-elle reposer sur la description des saisons (surtout été et hiver) à la fois selon des étages et selon la situation des reliefs.

14Des critères thermiques, pluviométriques, biogéographiques, permettent de distinguer trois types de milieux climatiques étagés sur les pentes. Sur les versants du Gran Sasso (2 914 m), dans le massif des Abruzzes, les caractères de l’été et de l’hiver, surtout l’importance croissante du gel hivernal et la diminution de la saison sèche estivale, déterminent trois étages principaux, qui se relèvent des ubacs aux adrets (Demangeot, 1975) : un étage qualifié de « méditerranéen-montagnard » entre 3 mois et 1 mois d’aridité estivale et où le gel hivernal est plus ou moins atténué ; un étage dit « médio-européen » avec moins d’un mois d’aridité et au gel accentué ; un étage « nival » vite gagné par un plafond d’aridité (la disparition de la sécheresse estivale), et où sévit un gel hivernal profond. Mais en général, les montagnes méditerranéennes comportent trois types de milieux climatiques : les milieux de basse montagne, ressemblant à ceux des plaines, avec un faible rôle du gel ; les milieux de moyenne montagne, qui ont généralement le maximum d’humidité ; la haute montagne, où s’accusent les contraintes, le froid, la neige et la sécheresse en été.

15Mais les approches du climatologue et du botaniste permettent aussi de retrouver la division bioclimatique des bas pays.

16Un type oro-méditerranéen humide. Il est parfois qualifié de « sub-océanique », ou de « sub-méditerranéen », avec ses précipitations annuelles supérieures à 1 500 mm, sa saison sèche inférieure à 1 mois, et sa saison humide, parfois très froide. En général, la moyenne des minima du mois le plus froid est inférieure à 0 °C, mais sur certains sommets on peut avoir - 10 °C < m < -3 °C. Les exemples ne manquent pas au nord du 42e parallèle : Pyrénées catalanes, montagne Corse, versant tyrrhénien des Apennins du nord et central, montagnes du nord-est de l’Adriatique…

17Un type oro-méditerranéen subhumide. Les précipitations y sont moins copieuses (1 000 mm < P < 1 500 mm), la saison sèche mieux marquée (1 à environ 3 mois), mais l’hiver est toujours humide et froid (- 7 °C < m < 0 °C). C’est le cas de certaines montagnes d’Espagne (Cordillère Bétique, Sierra de Cuenca…), de Sicile, de Grèce, et d’une partie du Taurus. À Tragacete, à 1 342 m dans la Sierra de Cuenca, outre les 2 mois secs et une moyenne des maxima du mois le plus chaud (M) égale à 29 °C (en juillet), Christian Boucher note 1 134 mm de précipitations et une moyenne des minima de janvier (m) de - 2,8 °C (Boucher, 2000).

18Un type oro-méditerranéen semi-aride. Les précipitations sont généralement comprises entre 500 et 1 000 mm, la saison sèche dure de 3 à 6 mois, et l’hiver est encore parfois très humide et très froid en haute altitude. On retrouve ces caractères sur les sommets des Atlas nord-africains, du mont Liban et de l’Amanus (Nurdaglari), dans le cul-de-sac du golfe d’Iskenderun. Même cas de figure sur une partie du Taurus : à Ermenek, station de moyenne altitude (1 260 m) située dans le grand arc du Taurus central, Christian Boucher signale une saison sèche de 4 mois (avec en juillet une moyenne des maxima de 30 °C), une moyenne des minima de janvier positive (1,4 °C) et seulement (pour ainsi dire) 564 mm de précipitations, plus de 2 000 mm étant possibles sur les plus hauts sommets qui dominent directement la Méditerranée (Boucher, 2000). Non loin d’Ermenek, l’Akçali Daglari élève ses 2 300 m au-dessus de la ville côtière d’Anamur…

Trois types de climats méditerranéens montagnards

19La typologie précédente est essentiellement basée sur la dégradation vers l’aridité, c’est-à-dire sur les totaux pluviométriques et la longueur de la saison sèche. Mais on peut remarquer qu’elle ne tient pas assez compte des régimes pluviométriques impulsés par les bas pays : régime à double maximum et à sécheresse courte et modérée, régime à maximum unique et à sécheresse forte et longue, ni de la dégradation continentale très forte à l’est de la Méditerranée, qui fait chuter les précipitations et croître les amplitudes thermiques annuelles. S’il est chaud, l’été sur les montagnes de l’Anatolie intérieure n’est parfois guère plus sec que l’hiver très froid, ou même le printemps, qui marque pourtant le maximum pluviométrique. L’Erciyes Daglari – l’Argée – (3 916 m), au sud de Kayseri en Cappadoce, connaît ce maximum de printemps mais avec un total annuel modeste d’environ 500 mm. Ce haut volcan a un hiver glacial avec une moyenne des minima de janvier inférieure à -10 °C qui détermine une forte amplitude thermique annuelle, surtout lors d’années chaudes et sèches, comme celles qui ont fait reculer son glacier de 3 100 m en 1902 à 3 380 m en 1951 (Planhol De, 1963). Ainsi, se référant à des milieux montagnards typiques, et pas seulement dans le bassin méditerranéen, certains auteurs, dont Georges Viers, ont proposé trois types de climats oro-méditerranéens plus nettement localisés et mieux définis.

Le climat « dalmate », sur la bordure nord-occidentale

20Ce climat règne sur les chaînes dinariques qui se dressent au-dessus de la côte dalmate en une muraille continue. L’hiver, ces reliefs parallèles à la côte freinent vite le rôle adoucissant de la mer. Les sommets du Velebit (à plus de 1 800 m, entre Senj et Zadar) ont une moyenne de janvier de 3 à 4 °C, contre 5 à 6 °C sur la côte et dans les îles du golfe de Kvarner, mais souvent l’hiver devient plus rude avec le souffle froid et sec de la bora qui descend les pentes. Ces reliefs, qui prennent de plein fouet les perturbations venues de l’ouest, enregistrent les maxima pluviométriques de l’ex-Yougoslavie. Le Velebit reçoit 2 000 à 3 000 mm de précipitations, contre moins de 2 000 mm pour la côte, et moins de 1 200 mm pour l’île de Cres, ainsi que pour la côte ouest de l’Istrie. Au sud, si Podgorica (Titograd, à 52 m d’altitude) enregistre déjà plus de 1 500 mm et Shkodër (à 43 m) pratiquement 2 000 mm, les reliefs qui s’élèvent brutalement au-dessus des bouches de Kotor et du lac de Shkodër (respectivement jusqu’à 1 749 m et 1 895 m) reçoivent 3 à 4 mètres de pluie par an. Mais cette aggravation due à l’effet orographique n’empêche pas une certaine variabilité spatio-temporelle des chutes, comme le suggèrent certains paysages désolés de la région du Haut Karst monténégrin. Le maximum des pluies reste cantonné aux saisons intermédiaires jusqu’au nord de l’Albanie, sur les montagnes environnant Tirana et Kruje où il tombe plus de 2 500 mm, contre plus de 1 100 mm à Tirana. Et partout sur ces chaînes dalmates, l’enneigement ne commence qu’assez tard, en fin d’automne. Pourtant chaud, sec et ensoleillé, l’été connaît de grosses averses. Vers le sud, surtout à partir de Split, les moyennes estivales s’élèvent : 25 °C en juillet au-dessus de Kotor, contre 22 °C au-dessus de Rijeka. Mais toutes ces montagnes connaissent de violents orages : celles du littoral nord-dalmate n’ont qu’une très courte saison sèche (parfois moins d’un mois, contre de 1 à 3 mois au sud).

21Le type montagnard « dalmate » est plus ou moins homologue du climat provençal des basses terres du nord-ouest de la Méditerranée. Il s’étend sur les reliefs bordiers de cette région : Pyrénées catalanes, Cévennes, Baronnies, Alpes niçoises et ligures, Apennin ligure, façade occidentale de l’Apennin central, chaînes dinariques et d’Albanie septentrionale… Son caractère très pluvieux est dû à l’active cyclogenèse qui se déclenche sur les golfes du Lion, de Gênes, de Trieste et de Rijeka. Dans ces lieux, où les advections d’air froid polaire d’altitude se produisent de l’automne jusqu’au printemps, se régénèrent ou se forment les perturbations du « train nord », qui ne peuvent circuler que très lentement en direction de la mer Noire (chap. 1). Cette lenteur, combinée à l’effet orographique, explique le gonflement de certains totaux annuels qui peuvent atteindre ou dépasser les 3 mètres comme sur l’escarpe cévenole, célèbre pour ses déluges, le record étant détenu par les reliefs des bouches de Kotor (avec plus de 4 500 mm enregistrés). L’été, des ascendances thermiques déclenchent des averses orageuses parfois énormes, qui peuvent à la limite faire disparaître le minimum estival. Dans le Gran Sasso, le plafond d’aridité se situe d’environ 2 000 à 2 500 m selon l’exposition (Demangeot, 1960). Et plus au nord, les sommets de l’Apennin toscan et ombrien ne connaissent aucun mois sec, que l’on détermine cette donnée selon la formule de H. Gaussen (P < 2 T) ou celle de P. Birot et J. Dresch (P x jours de pluie/T < 10). Les premières précipitations du maximum d’automne sont pluvieuses, l’enneigement est tardif mais irrégulier à cause du répit hivernal. La fonte commence assez tôt, accélérée par les pluies du maximum de printemps. Il faudrait sans doute mettre à part le climat des moyennes montagnes du nord du Portugal. Certes, il se rapproche du type dalmate, mais l’influence de l’océan Atlantique y est prédominante. Les précipitations sont élevées : là aussi on peut avoir largement plus de 1 500 mm, comme sur la Serra da Estrela, point culminant du pays. Les hivers sont plus rudes que sur la côte : Guarda (à 1 021 m) a une moyenne de janvier à mars de 5 °C, contre 9 à 10 °C à Porto. Mais si l’enneigement est fort sur la Serra da Estrela (1 991 m), comme sur les reliefs plus modestes du Tras-os-montes (qui dépassent à peine 1 300 m dans le nord-est), c’est à cause des petites perturbations océaniques caractéristiques des latitudes 40° qui naissent au large du Portugal (ou du Maroc). Bloquées contre l’anticyclone continental qui peut recouvrir l’Espagne intérieure et même toute l’Europe occidentale, elles stagnent ou circulent lentement du sud vers le nord le long des côtes atlantiques, apportant la pluie surtout d’octobre à avril mais avec un maximum d’hiver nettement marqué. Décembre est le mois le plus humide : à Porto comme sur les terras transmontanas du nord-est, les vents d’ouest (parfois les tempêtes) apportent un jour de précipitations sur deux. Cette influence de l’océan explique aussi la réduction de la saison sèche à 2 mois : seuls juillet et août ont P < 2 T.

Le climat « atlasique », dans le reste du bassin méditerranéen

22Il règne sur les chaînes du Maghreb. Sur les montagnes élevées du Maroc s’accentuent les amplitudes thermiques, tant diurnes qu’annuelles. Sur le littoral atlantique, tempéré par le courant froid des Canaries, Casablanca connaît une amplitude annuelle de 10 °C, mais à Meknès (à 550 m) celle-ci est déjà de 15 °C, ce qui s’explique par un hiver moins doux (10 °C au lieu de 13 °C en janvier) et un été plus chaud (25 °C contre 23 °C en août). Et plus on s’élève, plus cette amplitude augmente, surtout si l’on passe sur le versant sud du Haut Atlas, en direction des territoires désertiques. À Ouarzazate (à 1 150 m), elle est de 21 °C (avec 9 °C en janvier et 30 °C en juillet).

23Mais sur les sommets du Rif et des Atlas, barrière transversale face aux vents humides, s’accentue aussi la pluviosité. En général, il tombe plus de 1 200 mm annuels, au lieu de 350 à 750 mm sur la côte atlantique (d’Agadir à Tanger) et moins de 200 mm dans les régions semi-désertiques à l’est et au sud des Atlas. Cependant les totaux changent aussi avec la latitude : plus de 2 000 mm sur le Rif contre plus de 1 500 mm sur le Haut Atlas, pourtant plus élevé. La coïncidence du maximum avec un hiver accentué par l’altitude (4 165 m au Djebel Toubkal, point culminant du pays) explique, aux jours les plus courts et les moins ensoleillés, des chutes de neige plus abondantes que dans le type dalmate. Mais cette neige ne tombe qu’exceptionnellement en dessous de 1 000 m et elle n’est pas vraiment durable sur les sommets, où la chaleur et la sécheresse arrivent ici plus tôt. L’été, qui a 5 à 8 mois secs dans les régions côtières, compte encore de 3 à 5 mois secs dans le Rif comme dans le Moyen Atlas ou le Haut Atlas. Les orages y sont plus rares et moins efficaces que dans l’été « dalmate ». Cependant, la très haute altitude permet à la neige de durer davantage, jusqu’à 6 mois au-dessus de 2 500-3 000 m sur le Haut Atlas. Et sur l’ubac (l’amalou, en berbère, par opposition à l’assameur ou adret), des névés peuvent même se maintenir tout l’été. Au bord de la Méditerranée, en Algérie et en Tunisie, c’est l’Atlas tellien qui est la région la plus arrosée et, avec son maximum d’hiver, la plus enneigée. Toutefois, le Tell oranais, le plus à l’ouest mais moins haut et protégé des vents humides de l’Atlantique par l’écran ibérique et nord-marocain, est moins favorisé que les montagnes de Kabylie (Djebel Djurdjura, 2 305 m et Djebel Babor, 2 004 m), avec moins de 600 mm contre plus de 1 000 mm (jusqu’à 1 800 mm), Alger sur la côte recevant près de 700 mm. Le Tell tunisien, lui aussi sur la trajectoire hivernale du train sud de perturbations méditerranéennes, reçoit également plus de 1 000 mm par an, le maximum étant toujours enregistré à la station de Aïn Draham, tout près de la frontière algérienne. Mais le climat atlasique algérien se dégrade lui aussi vers l’aridité avec l’Atlas saharien. Les pluies y sont malgré tout un peu plus copieuses (300 à 400 mm) que dans les hautes plaines qu’il borde, où le maximum est passé de l’hiver au printemps, les régions intérieures s’échauffant plus vite à cette saison. Même total annuel sur le versant sud du massif de l’Aurès, mais un peu plus élevé au sud de l’Atlas tunisien, avec environ 500 mm sur le Djebel Chambi, point culminant de la Tunisie (1 544 m).

24Le type « atlasique » est homologue du type « hellène » des basses terres. C’est donc celui des montagnes à sécheresse d’été affirmée et où « le gros des précipitations d’hiver s’y fait sous forme de pluie jusqu’à de hautes altitudes » (Viers, 1990). En dehors du Maghreb, il s’étend sur les montagnes sèches de l’Espagne du Sud, de l’Italie du Sud, de Grèce et du Moyen-Orient.

25Comme celles du Portugal, les montagnes de l’extrême sud de l’Espagne connaissent le maximum pluviométrique d’hiver. D’où les chutes de neige sur les sommets de la cordillère Bétique, notamment sur le Mulhacen, 3 481 m, dans la Sierra Nevada. Mais d’environ 1 000 mm de précipitations annuelles, on peut passer à plus de 1 500 mm sur la Serrania de Ronda, plus exposée aux influences atlantiques. Cependant, sur ces chaînes méridionales les étés sont très chauds, très secs et longs (jusqu’à 5 mois secs). Sur les alignements de massifs anciens (Sierra de Guadarrama, 2 430 m ; Sierra de Gredos, 2 592 m ; monts de Tolède, 1 447 m…), au centre de la péninsule, le climat atlasique subit une dégradation continentale. L’anticyclone thermique de l’Espagne intérieure supprime le maximum d’hiver en bloquant les dépressions atlantiques face au Portugal (ou en écartant leur route). Et l’on passe donc au double maximum des saisons intermédiaires, avec un maximum de printemps très affirmé par le rapide réchauffement des terres, qui fait durer moins longtemps la saison sèche (autour de 3 mois secs).

26Sur les montagnes d’Italie du Sud, le régime des pluies passe progressivement de l’automne à l’hiver. Les sommets reçoivent plus de 1 000 mm, mais les étés sont chauds, secs et aussi longs que dans le sud-est de l’Espagne : 4 à 5 mois en Calabre ou dans le nord de la Sicile, contre 5 à 6 mois dans les collines centrales et les plaines méridionales de la Sicile. D’après une étude de T. Gazzolo et G. Bassi (datant de 1967-68), les plus longues sécheresses en Italie du Sud (les plus longues périodes sans aucune précipitation) dépendraient surtout de la latitude, plutôt que de la topographie (ou même de l’orientation). En Sicile, à des latitudes voisines, des reliefs aussi différents que les monts Péloritains et la plaine de Catane ont des totaux également voisins : 120 à 150 jours de longues sécheresses sur les montagnes, contre un peu plus de 150 jours dans la plaine, tout de même un peu plus au sud (Planhol De, Rognon, 1970).

27En Grèce, la descente des coulées d’air froid entraîne d’abondantes chutes de neige jusque dans les montagnes du Sud (Taygète, 2 407 m), où le maximum unique hivernal est nettement marqué. Mais c’est le versant occidental qui est le plus humide, car exposé le premier au passage des perturbations. Si Ioannina, à 484 m d’altitude seulement, reçoit déjà 1 000 mm de précipitations, les sommets du Pinde qui dominent la ville à l’est à plus de 2 000 m d’altitude en reçoivent plus de 1 600. Sur ces reliefs du nord, les étés sont moins chauds, moins secs et durent moins longtemps qu’au sud : moins de 3 mois secs sur la chaîne du Pinde, contre 3 à 6 mois dans le Péloponnèse et en Crète (à plus de 2 400 m), ou 6 mois en Attique (sur le mont Parnès, à 1 400 m) et dans les îles, en Eubée (1 400 m), dans les Cyclades (Naxos, 1 000 m) et les Sporades (Samos, 1 150 m).

28À l’est du bassin oriental, au Liban, en Israël, à Chypre, le type « atlasique » comporte peu de jours de pluie. À Chypre, le massif méridional du Troodos (1953 m) est arrosé pendant 70 à 75 jours d’hiver par an, contre 60 jours dans la plaine de la Mésorée. Même sur la montagne, la saison sèche est donc très longue (environ 6 mois, contre 7 à Nicosie), et le total pluviométrique n’est guère plus élevé qu’en plaine : un peu plus de 500 mm, avec cependant des pointes de 1 000 mm dans le Troodos, contre 300-320 mm dans la Mésorée et le golfe de Lanarka (fig. 3 b). On retrouve ces caractères de montagne sèche sur le mont Liban et en haute Galilée. Mais la pluviosité qui peut atteindre 1 500 mm sur le mont Liban y apporte au-dessus de 2 500 m, à cause du maximum d’hiver ou de début d’hiver, d’abondantes chutes de neige : à Ksara, 2/3 des précipitations tombent de décembre à février. Plus au sud et moins élevée (1 200 m), la haute Galilée a des hivers plus doux, 7 °C en janvier sur le mont Canaan (au nord-ouest du lac de Tibériade) contre - 1,7°C aux Cèdres, et ne reçoit plus que 1 000 mm de précipitations annuelles, sous forme d’averses torrentielles, donc beaucoup moins neigeuses. Mais ce qui domine sur toutes ces montagnes, c’est l’impression d’une longue sécheresse (4 à 6 mois, contre au moins 5 à Beyrouth et 7 à Haïfa), malgré les orages d’été sur le Liban. Si les températures estivales sont moindres qu’en plaine, elles restent cependant assez élevées : 18 °C en juillet aux Cèdres et 23,8 °C en août au mont Canaan. Vers le sud et l’est, le type atlasique se dégrade en direction du climat steppique de type « syrien » : l’été devient encore plus chaud et plus sec. Jérusalem, qui à 810 m d’altitude enregistre 25 °C de moyenne en juillet et reçoit près de 550 mm de pluies annuelles (contre 475 mm à Tel Aviv), ne connaît plus guère la neige, « une seule journée par an », affirment les habitants...

29En Turquie, la position périphérique des principaux reliefs détermine une forte dégradation continentale sur ceux de l’intérieur (Akman, 1982). Sur le pourtour montagneux de la façade égéo-méditerranéenne, on reconnaît le climat atlasique à la sécheresse affirmée de l’été. Malgré l’altitude, qui permet de trouver un peu de fraîcheur, comparée à la fournaise des plaines côtières, on observe 2-3 et même 4 mois secs. Si dans la plaine de Cilicie, Adana connaît une moyenne de juillet de 28 °C, avec 6 mois secs et des maxima absolus jusqu’à 44 °C (le 8 juillet 1978), à Ermenek, à 1 260 m dans l’arc du Taurus central (à 60 km de la côte), on observe 4 mois secs et une moyenne des maxima de juillet (M) de 30 °C (Boucher, 2000). Et à Buçak, à 60 km au nord d’Antalya, on compte encore une sécheresse estivale qui dure 2 ou 3 mois. Mais on reconnaît aussi le type « atlasique » aux hivers modérés, là encore surtout dans la chaîne taurique. Si dans la plaine côtière de Pamphylie, Antalya a une moyenne des minima de janvier (m) de 6 °C, celle d’Ermenek, encore positive (1,4 °C), situe la station dans une ambiance hivernale fraîche. Cependant, autour de Buçak, plus élevée et plus septentrionale, on passerait à une variante plus froide à 1 500 m d’altitude (= - 2 °C), et même extrêmement froide vers 2 000 m (= - 7 °C) (Cetik, 1976). Ces hivers sont aussi marqués par le maximum des précipitations diluviennes et souvent neigeuses sur certains secteurs du Taurus occidental et central. Plusieurs massifs reçoivent jusqu’à plus de 2 000 mm dans l’année : Sandras Dag (à près de 2 300 m) près de Mugla, en Carie ; Ak et Bey Daglari (à plus de 3 000 m) dans la péninsule lycienne, partie occidentale du grand arc taurique, dont la convexité tombe de façon abrupte sur la Méditerranée. Dans cette région du Taurus central, la neige peut durer jusqu’en avril (5 mois à Buçak), tandis que dans le Taurus cilicien, beaucoup plus élevé (Ala Daglar, 3 756 m), apparaissent des neiges persistantes (dès 3 500 m) et de petits glaciers. Quant aux reliefs de la façade égéenne, comme le Boz Dag (2 160 m) à l’est d’Izmir, ils subissent aussi parfois de très fortes tempêtes de neige, comme celle de janvier 2004.

30Sur les reliefs bordiers du sud de la Marmara et de la côte occidentale de la mer Noire, les étés sont encore chauds et les hivers modérés. Mais des gelées sont possibles : le 21 février 1985, on a enregistré - 15 °C à Bursa, au pied de l’Ulu Dag. Dans ces régions du nord-ouest, il pleut en moyenne un jour sur deux en janvier, et il y a un à cinq jours de neige par mois pendant la saison froide. Cependant, plus on va vers l’intérieur des provinces égéennes, plus s’ajoute au maximum hivernal un maximum printanier de pluies de convection. Près de la mer Noire qui leur apporte jusqu’à 2 000 mm de pluies par an, seules les chaînes Pontiques paphlagoniennes (à l’ouest du Kizilirmak) ont un régime méditerranéen, puisque dans le climat pontique du nord-est les pluies sont réparties en toutes saisons.

31En Anatolie du Sud-Est, dans l’Anti-Taurus et le Taurus oriental, un maximum de printemps s’ajoute aussi parfois à celui d’hiver. Les précipitations peuvent dépasser 1 000 mm par an, mais elles sont beaucoup plus fortes à l’est, plus de 2 000 mm sur les montagnes Cilo-Sat qui prolongent le Taurus dans le haut Kurdistan (au sud du lac de Van), là où il rejoint les hautes terres continentales d’Anatolie. Toutefois, sur ces reliefs où existent une dizaine de glaciers, le maximum d’hiver semble encore l’emporter, comme sur le Resko Tepe (4 168 m) très arrosé à cette saison.

32Mais dans l’Anatolie intérieure, sur les plateaux comme sur les plus hautes montagnes, le climat « atlasique » subit une dégradation continentale. Les hivers sont plus froids. À cette saison, un anticyclone thermique, véritable apophyse des hautes pressions euro-sibériennes qui se dirige vers l’Anatolie par les hautes terres de l’Azerbaïdjan et de l’Arménie, couvre le plateau anatolien surtout dans sa partie orientale. Ainsi à Ankara, à 900 m d’altitude, l’on observe en janvier une moyenne de 0 °C (fig. 3 c), et bien moins en Anatolie orientale, - 12° à - 15 °C sur la surface fondamentale du plateau. Et sur de nombreux sommets orientaux couverts de neiges persistantes et de glaciers, l’hiver est particulièrement glacial. Comme sur le mont Ararat (Büyük Agri Dag, 5 165 m) ensoleillé, chaud et sec l’été, mais très froid l’hiver et au printemps avec ses tempêtes de neige. À Erzurum, à 1 760 m d’altitude, la moyenne de janvier est de - 5 °C (avec - 41 °C enregistrés le 31 janvier 1980). À Van, à 1 730 m d’altitude, la moyenne des minima de janvier (m) est de - 10 °C, celle des maxima de 0 °C. Et à 100 km de Van, à Ozalp (2 010 m), m tombe à près de - 18 °C. Les précipitations sont bien plus faibles que sur les montagnes périphériques. Mais le relèvement vers l’est de la surface fondamentale des plateaux (à 2 000-2 500 m) et l’altitude des reliefs qu’elle porte (souvent plus de 4 000 m) font augmenter les totaux, d’à peine 300 mm jusqu’aux environs de 1 000 mm. Cependant, cette augmentation n’est pas régulière et dépend de l’exposition : les vallées à l’est du grand lac de Van ne reçoivent que 300 à 500 mm de précipitations, la montagne d’Ozalp près de la frontière iranienne n’obtenant que 370 mm… Mais surtout, le maximum est décalé vers le printemps. L’échauffement favorise les pluies de convection, les pluies des « quarante après-midis ». Le maximum d’hiver ne peut en effet s’observer que sur les lignes de discontinuité thermiques formées par les rivages et les bourrelets périphériques, où circulent les dépressions cyclonales. Même les reliefs du Zagros et du plateau irano-afghan connaissent les pluies d’hiver : dans le Zagros, elles comptent souvent pour 50 % du total, lequel dépasse parfois 400 mm dans les vallées (410 mm à Hamadân), pour tomber en dessous de 300 ou 200 mm sur le plateau iranien.

33En été, le climat de la Turquie retrouve davantage d’unité avec le beau temps anticyclonique sec et chaud. Mais la sécheresse est souvent mal ressentie par les paysans, lorsque sur le plateau un long été méditerranéen succède à un hiver continental particulièrement froid et sec, réduisant à quelques chutes printanières les précipitations annuelles. Ces épisodes d’aridité aiguë se produisent le plus souvent en Anatolie centrale (plateau autour du Tuz Gölü) et sud-orientale (piémont kurde du Taurus). Et même si l’été est plus frais en altitude dans les hautes terres orientales, il peut être particulièrement chaud et sec : à Ozalp (2 010 m), la moyenne des maxima de juillet dépasse 28 °C et la saison sèche dure 6 mois.

Le climat « névadien », en Amérique

34Dans la Sierra Nevada, avec son hiver très neigeux et son été très sec, c’est l’homologue du type « californien ». La montagne peut recevoir jusqu’à plus de 1 500 mm de précipitations (1 685 mm près du lac Tahoe) avec un maximum d’hiver très prononcé. À 1 220 m d’altitude, le site du parc national de Yosemite reçoit 725 mm de novembre à mars, sur 945 mm annuels. Décembre et janvier connaissent une température moyenne positive (3 °C) et des minima à - 3 °C. Quant à l’été « névadien », il est chaud et très sec, comme dans le type « atlasique » : 22 °C de moyenne en juillet-août et = 32 °C au Yosemite. La Sierra Nevada mérite bien son nom car l’hiver, marqué par le maximum unique des précipitations, connaît de fortes chutes de neige. Cet enneigement est beaucoup plus fort que dans le type « atlasique » : au nord du lac Tahoe, à Truckee, les cols et les routes sont bloqués pendant plusieurs mois, d’octobre à juin… C’est la conséquence d’une position plus septentrionale de la montagne : en gros entre les 35e et 40e parallèles, alors que les Atlas marocains descendent jusque vers 30° de latitude, dans un secteur hivernal trop sec, où le passage des dépressions se fait beaucoup plus rare. Mais c’est aussi la conséquence de l’orientation méridienne du relief, qui barre bien mieux et plus longtemps (à latitude plus élevée) la route aux dépressions hivernales venues du Pacifique. Les crêtes qui dépassent (ou frisent) les 4 000 m, du mont Dana au mont Whitney, bloquent les précipitations sur le versant occidental, tandis qu’un effet de fœhn, asséchant peu à peu le versant oriental, va créer le désert d’abri du Grand Bassin. L’épaisseur moyenne de neige cumulée est 10 à 13 mètres, qui correspondent en hauteur d’eau à 1 000-1 300 mm, avec un maximum de 22 m pendant l’hiver 1906-1907. La sécheresse qui s’accuse en Californie (surtout depuis 2006) aurait cependant diminué l’épaisseur de la neige : d’environ un tiers dans le nord de la Sierra Nevada en mars-avril 2008, mois les plus secs depuis que l’État a commencé à mesurer régulièrement la couche de neige (en 1921). Malgré la persistance de la neige, « les moyennes d’hiver et de printemps sont plus élevées que celles des autres chaînes d’Amérique et d’Eurasie, à la même latitude » (Pédelaborde, 1956). Sur les hauteurs de Soda Springs (> 1 750 m), au nord-ouest du lac Tahoe (près de Truckee), la neige dure de la fin novembre au début de juin. Pourtant les nuits ne sont pas glaciales (températures voisines de 0 °C) et les journées sont relativement chaudes (maxima souvent > 0 °C). Cette anomalie thermique est bien connue des skieurs, car c’est au cours des périodes anticycloniques claires qu’elle devient la plus forte, alors que les situations cycloniques (les vents froids du nord-ouest) donnent plutôt des jours glacés. Ce qui semble aberrant, quand on imagine l’effet cumulatif de ces périodes anticycloniques rarement courtes qui représentent près de 50 % des journées d’hiver et du printemps… L’explication de cette anomalie, donnée par David H. Miller, nous a été rapportée par le climatologue Pierre Pédelaborde, qui rappelle que le climat dépend à la fois de facteurs aérologiques zonaux (la circulation générale) et de facteurs géographiques régionaux ou locaux (relief, couverture végétale…). Pour Miller, les « weathering periods » anormalement tièdes de l’hiver « névadien » résultent des rapports climatiques que soutient le milieu géographique local avec la circulation de l’air libre. « Chaque élément n’agit pas seulement par lui-même, mais à travers les autres » (Pédelaborde, 1956). C’est la combinaison de ces éléments, une chaîne perpendiculaire au flux zonal, la forêt claire des cimes et le tapis nival, qui génère de la chaleur. Par exemple, la forêt discontinue de Lodgepole Pine (1 800-2 700 m) ou les forêts naines et claires de pins et Hemlocks (au-dessus de 2 700 m) ne privent pas le sol de la radiation solaire, de même qu’elles absorbent celle qui est réfléchie par la neige des prairies et des pelouses adjacentes, les températures diurnes plus élevées de l’air déterminant alors un fort gradient vertical dans l’épaisseur de la neige, une réorientation verticale des cristaux qui leur fait perdre 30 % de leur albédo.

Le climat « atlasique » dans le Taurus, été 2009

Le climat « atlasique » dans le Taurus, été 2009

Un soleil ardent frappe le relief qui s’élève au-dessus de la plaine côtière. Si la montagne permet de trouver un peu de fraîcheur, comparée à la fournaise de la plaine d’Antalya, elle connaît une sécheresse affirmée de l’été (4 mois secs). C’est le climat de type « atlasique », homologue du type « hellène » des basses terres (5 à 6 mois secs ici).
© M.-A. Coudray-Tassin

L’influence de l’altitude sur le climat méditerranéen (Taurus, été 2009)

L’influence de l’altitude sur le climat méditerranéen (Taurus, été 2009)

Le renforcement des précipitations d’hiver explique les milieux essentiellement forestiers. S’accomodant aussi des calcaires compacts, le pin brutia, sans doute climacique, monte depuis le niveau de la mer jusqu’à plus de 1 200 m. Mais pendant le long été, les crêtes font dominer l’impression de sécheresse, renforcée par le vent et une insolation plus intense, plus efficace.
© M.-A. Coudray-Tassin

35Dans les Andes chiliennes du sud du domaine « méditerranéen », on retrouve l’hiver très neigeux du climat « névadien ». Entre les 38e et 35e parallèles, les westerlies très violents du Pacifique, apportent sur les pentes de fortes précipitations neigeuses, les totaux pluviométriques annuels pouvant dépasser largement 2 000 mm (fig. 4) et même parfois 3 000 mm. Concepción, au bord de l’océan, reçoit déjà plus de 1 300 mm. Mais les températures de l’été y sont parfois plus faibles que dans la Sierra Nevada, les Andes, qui s’élèvent rapidement, étant plus proches des influences océaniques. De plus, dans la Vallée centrale on ne retrouve guère, par-delà une chaîne côtière un peu plus basse, la surchauffe de la Grande Vallée californienne, où M en juillet atteint à Fresno ou à Bakersfield les 36 °C de moyenne, sur les 30 dernières années du siècle : Santiago n’a que 20,5 °C en janvier (chap. 1). Dans les Andes du Centre-Sud chilien, les températures moyennes estivales peuvent vite dégringoler de 15 °C à 0 °C, tandis que sur la côte, Concepción, à 12 m d’altitude, a 17 °C en janvier.

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search