Version classiqueVersion mobile

Paysages végétaux du domaine méditerranéen

 | 
Claude Tassin

Partie 2. Les paysages végétaux des basses terres méditerranéennes

Chapitre 4. Matorrals, pinèdes et steppes en Méditerranée

Texte intégral

photo > Progression de la garrigue et du pin d’Alep, absent il y a 40 ans derrière le village perché de Saint-Jean-de-Cuculles (garrigue montpelliéraine).
© C. Tassin

1Proposé en 1961 par Charles Sauvage, le terme de « matorral » désigne des formations buissonnantes essentiellement sempervirentes, qui participent à la dynamique des formations arborescentes. Dans le bassin méditerranéen, ces paysages sont en fait une mosaïque où s’imbriquent plusieurs types comme les garrigues ou les maquis, déterminés par de multiples facteurs, le climat local (la longueur de la saison sèche, les vents…), le sol, l’exposition, l’importance des activités humaines (anciennes destinations des terrains : pacages ou cultures), la colonisation ou non par les pins, les reboisements artificiels, l’évolution régressive ou progressive. Dans les séries régressives, la diversité des conditions locales (surtout climatiques et humaines) place les matorrals à différents stades de dégradation. Et lorsque celle-ci a pu aller très loin, dans des régions très sèches à fort impact humain, comme au sud et à l’est de la Méditerranée, la destruction des matorrals suit la déforestation, M. Barbero et P. Quézel parlant « d’une véritable dématorralisation » qui peut conduire à une steppisation ou une thérophytisation, l’installation de pelouses à plantes annuelles. Les steppes herbacées et arbrissélées qui bordent le désert seraient pour partie issues d’une dématorralisation des « forêts présteppiques ». Leur caractère climacique est aujourd’hui souvent contesté. Par contre, sur le revers septentrional de la Méditerranée, où la déprise rurale favorise l’embroussaillement, les matorrals sont plutôt placés dans des processus progressifs avec l’expansion des résineux. Souvent considérées comme des forêts de remplacement « paraclimaciques », ou comme le modèle expansionniste capable de recoloniser rapidement les espaces découverts à la suite d’une perturbation, les pinèdes tiennent une place importante dans les successions végétales secondaires des bas pays (chap. 2).

Les maquis, dégradations des chênaies sempervirentes sur sols siliceux

2La distinction entre maquis et garrigues relève d’un fondement édaphique : les maquis se développent sur des sols siliceux, alors que les garrigues s’étendent sur des sols calcaires. Et en milieu méditerranéen où l’eau est rare, cette différence intervient dans l’aspect général de ces formations buissonnantes : la garrigue est plus ouverte que le maquis parce que les sols y sont discontinus, sur des versants calcaires beaucoup plus rocheux que les versants sur roches siliceuses (cristallines ou métamorphiques) – à l’exception de certains grès.

Une formation buissonnante dense et fermée

3En France, on rencontre le maquis dans les Maures, dans l’Estérel et sur Port-Cros (îles d’Hyères) ou encore dans les Albères (Pyrénées-Orientales), mais surtout en Corse d’où il tire son nom : « macchia » signifiant « tache », le maquis c’est le rempart naturel, la broussaille qui fait comme une tache dans les paysages. « Prendre le maquis », c’est s’enfoncer dans « les myrtes et les arbousiers, au milieu de grandes masses de granit » comme Orso, le frère de Colomba (dans le roman de Prosper Mérimée), afin d’échapper aux poursuites, à l’autorité. La généralisation de ce nom d’origine corse n’est pas étonnante pour une végétation présente depuis des millénaires dans cette île presque entièrement siliceuse, granitique (à l’ouest) et schisteuse (à l’est). En effet, les analyses polliniques des paléobotanistes comme Maurice Reille (de 1975 à 1999) ont permis d’établir qu’aux basses altitudes, sur la côte occidentale, régnaient vers les VIIe et VIe millénaires d’immenses étendues de maquis à bruyère arborescente et arbousiers pratiquement exemptes de chênes caducifoliés, ceux-ci colonisant plutôt le versant oriental. Le maquis corse se serait donc installé au Postglaciaire, depuis la fin du Boréal (vers 7 500 ans BP) jusqu’à la fin de la période Atlantique (vers 4 700 BP), lié sans doute au début aux incendies naturels. Mais les défrichements anthropiques accrus aux phases climatiques suivantes, Subboréal et surtout Subatlantique (tabl. 2), ont détruit ce maquis d’origine et favorisé l’extension du chêne vert et des espèces caractéristiques du maquis actuel, le chêne-liège n’ayant été privilégié que tardivement pour son écorce. L’étude anthracologique de charbons de bois fossiles du lac de Creno (en Corse centrale) a mis en évidence la fréquence des feux d’origine humaine et son rôle dans le façonnement des paysages corses (Reille et al., 1999 ; Carcaillet, Vannière, 2004).

4Ainsi, les maquis sont-ils des formations secondaires liées en général à des perturbations d’origine anthropique. Les incendies et le surpâturage, de plus en plus répétitifs, ont fait régresser les chênaies sempervirentes, excluant les grands arbres, détruisant les jeunes plants, ne favorisant que les herbes et les pyrophytes, et surtout des buissons inextricables dédaignés par les moutons et les chèvres. D’où cette « formation d’arbustes et d’arbrisseaux touffus, ne laissant pas voir le sol entre eux et serrés au point d’empêcher la marche » (Gaussen, 1933), densité qui s’explique par un sol développé sur roches mères cristallines (granite), métamorphiques (gneiss, micaschistes et schistes) ou sédimentaires détritiques (dépôts argilo-sableux et grès), un sol siliceux assez épais, plus ou moins poreux mais riche en argile (silicate d’alumine hydraté), où les racines peuvent s’enfoncer facilement.

Les types de maquis

5Le maquis haut est un premier stade de dégradation. C’est une formation arbustive luxuriante pouvant atteindre trois ou quatre mètres de haut, composée essentiellement d’arbousiers et de bruyère arborescente, dont la densité empêche souvent le développement d’un sous-bois et la régénération du chêne-liège. Ces deux espèces principales font sa splendeur, Erica arborea avec ses longues grappes de fleurs blanches très fournies, et Arbutus unedo, l’arbre aux fraises, qui à l’automne porte en même temps ses clochettes blanchâtres et ses fruits rouge orangé de l’année précédente. Mais on trouve aussi la filaire à feuilles étroites, le laurier-tin, le myrte, et le calycotome épineux, autres espèces de la strate buissonnante de la suberaie. S’il s’agit d’une ancienne chênaie verte sur sol siliceux, on rencontre alors quelques bouquets d’yeuse accompagnés de cades et de nerpruns, enchevêtrés de lianes comme la salsepareille ou le chèvrefeuille des Baléares.

6Le maquis bas à bruyères est un stade plus avancé de la dégradation. Il s’entrouvre davantage, ce qui « facilite l’installation de deux nouvelles Éricacées qui caractérisent non seulement ce maquis mais aussi beaucoup de landes du milieu atlantique : la callune (Calluna vulgaris) et la bruyère à balai (Erica scoparia) » (Guittonneau, Huon, 1992). Alors, la végétation peut devenir quasi impénétrable avec le foisonnement des cistes, des genêts, du calycotome épineux (Calicotome spinosa), et en Corse, du calycotome velu (Calicotome villosa). Au printemps, la beauté sauvage du maquis bas frappe le promeneur par sa palette de couleurs allant du blanc de la bruyère arborescente, des myrtes ou des cistes, au violet foncé de la lavande à toupet (Lavandula stoechas) en passant par les cistes roses ou l’or des genêts et des immortelles (Helichrysum stoechas sur le continent, H. italicum en Corse). Tandis qu’au crépuscule, en été comme au printemps, l’ensemble exhale des senteurs incomparables, renforcées par la présence du thym (sur le continent), du romarin ou du buplèvre (Bupleurum fruticosum), sous-arbrisseau à très forte odeur abondant dans les Albères, l’Estérel et en Corse.

7Le maquis bas à cistes, ou cistaie, souligne l’intensité et la fréquence des incendies, par exemple en Provence cristalline ou en Corse. L’espèce principale, le ciste de Montpellier est souvent exclusive. Ses petits massifs aux belles fleurs blanches à cœur jaune ne dépassent guère 1 m de haut, mais ils tolèrent peu la concurrence. Riche en composés hydrocarbonés, très pyrophile, Cistus monspeliensis entretient souvent un cycle de la végétation combustible, régénérée par les feux. Le dessèchement des vieux cistes facilite le développement de l’incendie, après quoi l’espèce l’emporte à nouveau sur les autres dans la conquête du sol nu, grâce à son énorme production de minuscules semences dont « la levée de dormance » est déclenchée par la température du sol, et dont la prolifération étouffe les autres végétaux. Mais au printemps, pendant la floraison, d’autres cistes ajoutent parfois leur splendeur aux maquis bas les moins denses, avec les fleurs blanches plus grandes à cœur jaune des cistes à feuilles de sauge (C. salvifolius), et les grandes fleurs roses des cistes cotonneux calcicoles (C. albidus), remplacés en Corse par les cistes de Crète (C. creticus).

8La pelouse à hélianthème est le stade ultime de la dégradation des chênaies sempervirentes sur sol siliceux. Elle forme souvent des clairières au cœur du maquis, où les ligneux ont totalement disparu, laissant la place aux espèces annuelles comme Trifolium (les trèfles) ou Erodium (les becs de grues). Tuberaria guttata (l’hélianthème à gouttes), dont la tige pubescente peut mesurer 40 cm, possède de longues grappes de fleurs jaunes aux pétales tachés de noir vers la base.

Le maquis corse vers Nonza

Le maquis corse vers Nonza

Maquis haut arboré, formation luxuriante où les chênes-lièges sont ici relativement nombreux, l’arbousier n’empêchant pas toujours leur régénération
© D. Marteau

Maquis à cistes (Maures occidentales)

Maquis à cistes (Maures occidentales)

Maquis mosaïque où une cistaie, témoin de l’intensité et de la fréquence des incendies, s’étend entre des arbousiers (à gauche) et des bruyères arborescentes (à droite). Tout au fond, des chênes-lièges.
© C. Tassin

Le maquis corse

9D’après les descriptions de Jacques Gamisans, des maquis plus ou moins hauts se développent aux basses pentes, sur un étage méso-méditerranéen. Si l’on excepte, aux adrets, un liseré côtier discontinu de végétation thermo-méditerranéenne caractérisé par l’oléolentisque, les clématites et les plantes grasses, le maquis corse s’étend, selon l’exposition, de 1 à 100 m et 700-900 m d’altitude. Les bruyères, qui abondent et voisinent souvent avec les filaires, montent parfois au-delà de 1 000 m, plus haut que les arbousiers qui, sur les adrets, s’arrêtent vers 800 m. Le ciste de Montpellier, qui couvre aussi de grandes surfaces sur les pentes ensoleillées, plus que le ciste velu ou à feuilles de sauge, monte également jusqu’à 800 m. Ces cistaies sont souvent truffées de calycotomes épineux, buissons serrés qui peuvent atteindre la taille d’un homme, et de genêts de Corse (Genista corsica) qui les rendent impénétrables. Mais il y a aussi les plantes aromatiques, qui donnent au maquis son odeur suave, chaude, épicée. « On reconnaît la Corse, les yeux fermés, à son parfum » aurait dit Napoléon. Car on y rencontre le lentisque avec sa senteur résineuse, le myrte avec ses feuilles utilisées en parfumerie, le buplèvre très odorant, mais aussi le cytise, la lavande à toupet, le chèvrefeuille, le cyclamen, la clématite, le romarin, l’herbe à barons (Thymus herbabarona) avec son odeur de citronnelle qui remplace le thym, absent en Corse, enfin, au milieu des cistes, l’asphodèle avec ses belles grappes de fleurs blanches odoriférantes. « Un frais parfum sort des touffes d’asphodèles » écrivait Victor Hugo dans La Légende des siècles.

10Des bouquets de chênes verts, de chênes-lièges et de chênes pubescents surgissent, en même temps que d’énormes rochers, dans l’épaisse végétation. Le chêne vert se mêle encore au maquis jusque vers 500 m, avant de constituer davantage des forêts claires. C’était jadis un arbre très précieux, pour l’alimentation des porcs à demi-sauvages et pour la production de charbon et de bois de chauffage. Quant au chêne-liège, en bouquets ou perdu au milieu de l’impénétrable macchia, il forme parfois des peuplements étendus, comme dans la partie sud-est de l’île où il est encore exploité. Entre 500 et 800 m, le maquis se glisse dans les châtaigneraies jadis plantées par l’homme, mais il gagne aussi les champs abandonnés. Enfin, les cistaies vont jusqu’à former un sous-étage de la forêt de pins maritimes (surtout au sud-est).

Le maquis des Maures

11Le massif ancien des Maures forme avec l’Estérel la Provence cristalline. Il est séparé de la Provence calcaire par une dépression périphérique permienne (fin de l’ère primaire) et triasique (début de l’ère secondaire), bourrée de grès et d’argiles rouges détritiques aux sols lithochromes (colorés par la roche mère). Sur les granites et roches métamorphiques de ses plateaux et ses dômes étagés (jusqu’à 779 m), entaillés par les rivières, se sont développés – comme dans la dépression – des sols siliceux plutôt riches et profonds. La végétation y croît plus rapidement qu’en pays calcaire car les grès poreux, et les schistes par leur feuilletage, favorisent la rétention d’eau.

12La forêt originelle comprend surtout des chênes sclérophylles mais aussi caducifoliés. Les chênes verts s’observent notamment en zone côtière ou sur certaines pentes abritées de l’intérieur, tandis que les chênes-lièges et les chênes blancs occupent des zones plus humides, par exemple sur les versants nord où sont installées aussi des forêts de châtaigniers, autrefois développées par l’homme. Des pins maritimes avaient été plantés pour le bois de sciage et la pâte à papier. Mais après les grands froids de 1956, la régression de ces pinèdes attaquées par une cochenille, et fragiles devant l’incendie, a profité aux chêneslièges (moins sensibles au feu) qui végétaient sous leur épais couvert. Enfin, surtout sur les grès du pourtour permien (la plaine des Maures), on rencontre de magnifiques pins parasols avec leurs sous-bois de cistes et de bruyères, côtoyant parfois les chênes-lièges et les pins maritimes. Somme toute, les Maures sont une obscure suberaie dominée par de majestueux châtaigniers, dont le nom vient du provençal « maoro » qui signifie « sombre ».

13Le paysage actuel est celui d’un maquis mosaïque plus ou moins dégradé, entrecoupé de forêts. Cette diversité s’explique par la forte récession de la production de liège (il ne reste qu’un seul leveur de liège – ou écorceur à la hache – qui habite Collobrières), le vieillissement d’une châtaigneraie mal entretenue, excepté aux abords de Gonfaron, Collobrières ou de La Garde-Freinet, enfin par les grands incendies, particulièrement dévastateurs à partir de 1965 (pendant les années noires de 1980, 1990 et 2003).

14Ce maquis mosaïque comprend des formations plus ou moins fermées :

  • maquis épais à bruyères arborescentes et arbousiers, où croissent aussi le myrte, le lentisque, le cade, le calycotome épineux et le genêt, et où les grands arbres ont parfois disparu, maquis où se cachait Gaspard Bouis, « ce bandit au grand cœur » du XVIIIe siècle qui détroussait les riches pour donner aux pauvres, et qui inspira Jean Aicard dans son roman Maurin des Maures.
  • maquis plus bas, riches en Éricacées et en cistes, embaumés de lavande des Maures, d’asphodèles et de narcisses, et des senteurs d’encaustique de l’immortelle. Les Éricacées (bruyère arborescente, bruyère à balais, callune), le calycotome épineux, la lavande stéchade, le ciste à feuilles de sauge et le myrte sont les meilleurs révélateurs des sols siliceux acides.
  • enfin, formations plus ouvertes comme les pelouses à hélianthèmes et orchidées...

15L’exemple éloquent du site entièrement siliceux du vallon de Saint-Daumas montre ces paysages particulièrement diversifiés. Depuis 1999, près du Cannet-des-Maures, le CEEP (Centre d’études des écosystèmes de Provence) possède 97 ha de ce vallon encaissé de la bordure nord du massif, ombragé et humide l’hiver, mais chaud et sec l’été. Issu d’une dégradation liée à l’incendie, un maquis haut à base de bruyère arborescente et d’arbousier, plus ou moins arboré avec des chênes-lièges et des pins maritimes, y couvre environ 46 ha, tandis qu’un maquis bas peu arboré à base de callune, de cistes et de filaires occupe une partie du site au niveau des grès de la dépression permienne. Quant aux formations arborées plus évoluées, elles couvrent environ 20 ha pour la suberaie humide, 6 ha pour les pinèdes pures de pin maritime mésogéen, et 2 ha pour la châtaigneraie issue du recépage de vieux vergers. Mais il existe de nombreux intermédiaires entre toutes ces catégories, auxquels s’ajoutent les habitats aquatiques, également diversifiés, comme les sources, les ripisylves ou les dépressions humides…

16La végétation de la presqu’île de Sicié, étudiée par Jean-Claude Autran, montre la transition avec la végétation de la Provence calcaire occidentale. Comme les îles d’Hyères, cette zone constitue pourtant la terminaison cristalline au sud-ouest de la Provence siliceuse des Maures et de l’Estérel. Et l’ancienne forêt de chênes verts (et parfois de chênes-lièges) s’est dégradée en différents types de maquis, mais « la transition est marquée par une régression de l’est vers l’ouest de plusieurs espèces caractéristiques de la Provence cristalline » (Autran, 1974). Le maquis élevé est assez peu répandu à Sicié, contrairement aux Maures. Ainsi l’arbousier, la bruyère arborescente, la bruyère à balai y sont moins représentés ; pourtant, tout en se raréfiant, ils s’avancent jusqu’au massif calcaire de Bandol. Mais on trouve plutôt un maquis bas à callune et dorycnium buissonnant, et surtout un maquis impénétrable à calycotome épineux, lentisque, filaire et salsepareille, qui passe souvent insensiblement à la cistaie. L’abondance des cistes (de Montpellier, à feuilles de sauge ou cotonneux) ainsi que la présence de pelouses (à Graminées, à immortelles, inules visqueuses ou asphodèles) formant des clairières entre les zones de maquis ou de cistaies, montre la profonde dégradation de la végétation. Enfin, J.-C. Autran signale que « deux formes de garrigues, qui semblent déborder de la Provence calcaire voisine », peuvent s’observer sur les phyllades du massif de Sicié : garrigue à chêne kermès, et sur des versants secs et chauds, garrigue à romarin. Selon R. Molinier, c’est la transition entre le climat tiède et humide de la Provence cristalline et celui, moins chaud et plus sec de la Provence calcaire, qui peut rendre compte du débordement local et de l’imbrication des aires géographiques des végétaux (Molinier, 1956).

17Le massif des Maures subit cycliquement des feux de forêt. En 2003, 10 000 ha ont été dévastés : en 1990, 9 000 ha avaient déjà été détruits mais ils s’étaient reconstitués en quelques années. En fait, les chênes-lièges à l’écorce protectrice redonnent vite des feuilles trois mois après la première pluie. Et si les arbousiers et les bruyères sont beaucoup plus inflammables, ces espèces conservent leurs racines, et en trois ou quatre ans les carcasses calcinées disparaissent dans un nouveau maquis.

18Actuellement, une dynamique progressive peut s’observer dans certaines zones humides, avec le développement de jeunes chênes caducifoliés. Cependant, si la perte paysagère peut paraître plus ou moins limitée, l’effet est dévastateur pour la faune et les hommes. Le problème du mitage augmente aujourd’hui les risques de feux à répétition : la forêt, qui appartient à une multitude de petits propriétaires, n’est plus exploitée ni entretenue, et les nombreuses propriétés construites en son sein gênent le travail des pompiers. Depuis 2003, on a certes interdit certaines constructions et obligé à débroussailler, mais les propriétaires rechignent, à cause de l’atteinte paysagère et de la facture du débroussaillage.

Le massif ancien des Maures

Le massif ancien des Maures

Sur les sols siliceux de ses plateaux ou de ses dômes étagés, entaillés par les rivières, la végétation croît plus vite qu’en pays calcaire. Au premier plan, chênes blancs et maquis à cistes et calycotome épineux (Calicotome spinosa).
© C. Tassin

Maquis arboré à chênes (Maures)

Maquis arboré à chênes (Maures)

Sous les chênes sclérophylles et caducifoliés, pelouse et maquis bas à cistes de Montpellier et myrtes. Comme les Éricacées, le calycotome ou encore la lavande stéchade, le myrte et certains cistes, surtout le ciste à feuilles de sauge, sont des espèces révélatrices des sols siliceux acides.
© C. Tassin

Maquis arboré à pins parasols

Maquis arboré à pins parasols

Sur la bordure septentrionale du massif des Maures, maquis d’arbousiers et surtout de bruyère arborescente, sous couvert très discontinu de pins pignons. Au premier plan, petit buisson de filaires aux feuilles étroites.
© C. Tassin

Les garrigues, dégradations de la chênaie verte sur sols calcaires

19Véritable complexe géographique aux formes différenciées, dont on retrouve aujourd’hui les richesses, plantes culinaires ou pharmaceutiques, champignons, gibiers et poissons, bois d’outillages, huiles et parfums, matériaux de construction (Delobette, Dorques, 2003), la garrigue est le résultat de facteurs naturels (pédologiques, climatiques) et humains (les usages agro-sylvo-pastoraux).

Une formation buissonnante ouverte

De nombreuses taches de sol nu

20Le mot « garrigue » contiendrait une racine celtique (gar, gal) signifiant « rocher », rappelant que cette formation végétale se rencontre en pays calcaire, où les versants sont plus rocheux qu’en pays siliceux. Si la garrigue est plus ouverte que le maquis, c’est d’abord parce que les sols sont discontinus et que les plantes qui s’installent dans les fissures des rochers ont peu de chance de trouver l’eau à faible profondeur à cause de la karstification. Assez bien développé sous la forêt de chênes (chap. 3), le sol brun humifère, décalcifié par le lessivage des pluies, a souvent disparu sous la garrigue à cause de l’érosion facilitée par cette ouverture de la végétation, qui laisse apparaître un sol rouge entre des plaques de calcaire nu. Ce sol rouge fersiallitique ou « terra rossa », qui est une argile de décalcification bien rubéfiée par le fer déshydraté, serait un sol fossile (un paléosol) hérité d’une période plus humide (de l’ère tertiaire) d’où sa décarbonatation totale. Une sécheresse saisonnière aurait fabriqué l’oxyde de fer (l’hématite). Et c’est ce sol fossile, colonisé par la forêt au cours de la dernière phase postglaciaire, qui aurait servi de roche mère dans la genèse du sol brun forestier (chap. 3), l’érosion amorcée dans la garrigue entraînant ensuite une bonne partie de ces sols, nettoyant même les lapiez, les fissures de dissolution karstique. Mais ces considérations paléoclimatiques sur la formation des sols rouges doivent être nuancées par le fait que la dessiccation et la rubéfaction peuvent reprendre dans un sol brun avec l’ouverture de la végétation, avec la dégradation anthropique qui conduit à la garrigue : « l’humus se minéralise (…) les oxydes de fer libérés peuvent se déshydrater à nouveau sous l’action des rayons solaires » (Duchaufour, 2001). D’autres travaux ont montré des sols rouges en cours de formation au Liban.

Des espèces surtout thermophiles et xérophiles

21Les plantes de la garrigue supportent des températures très élevées et une sécheresse prolongée en été. Elles luttent contre la dessiccation grâce à la sécrétion d’huiles volatiles par les nombreuses plantes balsamiques, notamment les Labiées (thym, romarin, sauge, lavande…) dont la pellicule émise embaume la végétation et « contribue à inhiber la transpiration, même pour les feuilles voisines non odoriférantes » (Birot, 1965). La composition floristique de la garrigue résulte surtout du surpâturage, des défrichements et des incendies répétés. Le mot « garrigue » dériverait aussi de « garric, gari ou garou », c’est-à-dire l’arbre du rocher, la « garouille », le chêne kermès, cet arbuste qui a profité de l’attaque du chêne vert par l’homme. Cette origine du mot garrigue montre l’importance de cette espèce dans la dynamique de cette formation. On sait que le chêne kermès, présent sur tout le pourtour méditerranéen, est l’un des constituants du sous-bois de la forêt de chêne vert, remplaçant même celui-ci en Méditerranée orientale. On sait aussi que sur les roches calcaires compactes « ses racines occupent toutes les diaclases disponibles et qu’avec l’interruption des feux, leur taille devient suffisante pour gêner le développement des plantules de chênes » (Birot, 1965). C’est la disparition de l’yeuse, « modèle de résistance » pourtant habilité à lutter contre les perturbations, qui permet le développement du chêne kermès. Si les pratiques ancestrales, les usages agro-sylvo-pastoraux millénaires qui avaient fait reculer la forêt mixte de chênes sclérophylles et caducifoliés ont grandement disparu, la dégradation anthropique est précipitée par les incendies répétitifs, notamment de pins d’Alep, « modèle expansionniste » capable, on l’a vu, de recoloniser rapidement les espaces découverts. D’une manière générale, « la garrigue apparaît comme une formation végétale dégradée et instable (…) qui tend sans cesse, soit à se dégrader encore davantage, soit à s’enrichir en arbustes ligneux » (Dugrand, 1964). La destruction de la forêt et de son sol favorise la multiplication de pyrophytes et de plantes dédaignées par le troupeau, et si l’attaque se renforce, s’installent alors une garrigue plus basse, puis une maigre lande et enfin une pelouse ouverte. Si la dégradation peut s’arrêter ou devient beaucoup moins fréquente, cette pelouse évolue en sens inverse vers la lande et la garrigue basse, puis la garrigue arbustive et arborée, et une certaine régénération forestière, laquelle, contrairement à la destruction qui peut être instantanée, peut durer des décennies, voire des siècles. Parmi les botanistes ou géographes qui ont finement décrit les divers stades dynamiques de la garrigue, il faut citer Raymond Dugrand, les exemples qui suivent sur les types d’évolution s’inspirent en premier de son œuvre qui reste fondamentale aujourd’hui (Dugrand, 1964).

Deux types principaux de dégradation

22La garrigue est largement développée sur les collines et les plateaux calcaires du pourtour de la Méditerranée, où le vocabulaire est copieux : erme (terre inculte), tomillar (thym abondant), romeral (romarin abondant), carrascal (avec chêne kermès). Et c’est en Méditerranée orientale, où une sécheresse plus longue se combine avec une dégradation anthropique encore forte, que la végétation est la plus ouverte, comme les matorrals secondaires : la phrygana grecque ou le batha israélien. Mais finalement, selon la dureté du substrat calcaire on peut distinguer deux grands types de garrigues, qui reflètent aussi des différences d’usages des terres.

La garrigue à chêne kermès, dégradation sylvo-pastorale sur calcaires durs

23En quelques millénaires, les coupes répétées, les feux et le surpâturage ont éliminé les arbres de la forêt climacique de chênes sclérophylles et caducifoliés. Toutes les espèces compagnes de l’yeuse sont d’ailleurs présentes dans la série régressive. Dans le taillis de chêne vert, où celui-ci par sa capacité à rejeter de souche s’impose au pubescent, s’ouvrent des clairières vite envahies par les pyrophytes comme les cistes, et des arbrisseaux spinescents comme le genêt épineux et le genévrier oxycèdre, dédaignés par les troupeaux. Mais les coupes et les feux répétés aboutissent à l’installation d’une garrigue basse à chêne kermès, espèce pyrophyte extrêmement ramifiée qui résiste longtemps au feu avec, on le sait, ses nombreuses branches souterraines. Pourtant, les bergers ayant eu tendance à brûler régulièrement ces arbustes aux feuilles épineuses, dont les nombreux rejets courent sur le sol, la dégradation a parfois continué, l’érosion faisant apparaître la roche calcaire, et surtout un paysage de pelouse constitué essentiellement d’espèces herbacées annuelles. Cette pelouse à brachypode rameux (à « baouque »), très résistante au feu avec ses rhizomes, peut occuper de vastes zones ouvertes, mais aussi se glisser dans la garrigue et les sous-bois des chênes verts. Jaunissant durant la saison sèche, elle se pare au printemps de jolies couleurs, avec les fleurs violettes ou jaunes des iris (Iris lutescens), les fleurs roses ou blanches des cistes, les fleurs jaunes du phlomis (Phlomis lychnitis), du buplèvre (Bupleurum fruticosum), ou encore de la rue fétide (Ruta chalepensis), arbrisseau à odeur désagréable. Mais, les feux et le pâturage se renouvelant fréquemment, le terme ultime de la dégradation est la pelouse ou lande à euphorbe et asphodèle. Grâce à ses tubercules racinaires qui résistent à l’incendie, l’asphodèle, délaissé par les moutons, y pousse à l’abri de toute concurrence.

Sol fersiallitique de garrigue (Comunidad Valenciana, Espagne)

Sol fersiallitique de garrigue (Comunidad Valenciana, Espagne)

Argile de décalcification rubéfiée par le fer déshydraté (terra rossa) remplissant des poches de sa roche mère calcaire. Sol probablement fossile hérité d’un paléoclimat tropical à saison sèche, qui aurait servi lui-même de roche mère au sol brun forestier, l’érosion amorcée dans la garrigue ayant ensuite fait disparaître les horizons humifères et argileux brunifiés.
© C. Tassin

24Mais aujourd’hui, la déprise rurale au nord de la Méditerranée permet souvent à la dynamique progressive de l’emporter. La garrigue dépasse alors les stades de blocage auto-entretenus par les incendies et l’on observe souvent une garrigue boisée qui semble se diriger vers le « modèle de résistance », l’installation de chênes verts sous le couvert des pins d’Alep, voire un « modèle de stabilisation » avec l’installation de chênes pubescents. Cependant, la régénération de la chênaie, lorsqu’elle est menée à bien, peut « demander un siècle, comme dans la région de Montpellier » (Birot, 1965). L’évolution progressive peut partir aussi de la pelouse (ou la lande arbustive) évoquée précédemment, mais seulement quand les feux et le pâturage s’arrêtent et n’ont pas rendu la dégradation irréversible en érodant presque complètement le sol.

Dynamique régressive dans une garrigue à chêne kermès

Dynamique régressive dans une garrigue à chêne kermès

Dans la garrigue montpelliéraine, les coupes répétées, les feux et le surpâturage ont abouti à une garrigue basse à chêne kermès, ici très dégradée en pelouse à brachypode rameux et asphodèle. Au loin, chênes verts et pins d’Alep.
© C. Tassin

La garrigue à romarin, dégradation agro-pastorale sur calcaires marneux

25Plus broussailleuse, elle ressemble au maquis bas des sols siliceux. Outre un romarin qui abonde avec la bruyère multiflore, on y rencontre l’ajonc de Provence (Ulex parviflorus) ou encore le genêt scorpion (Genista scorpius) qui rappelle le calycotome, lequel peut aussi se développer dans la garrigue. Le romarin et le thym fleurissent dès janvier, mais c’est encore le printemps qui fait exploser les couleurs : fleurs bleu pâle à bleu-violet de l’aphyllante de Montpellier, dont les touffes de feuilles font penser à des joncs, fleurs rose vif du ciste cotonneux, fleurs jaunes de la coronille (Coronilla juncea), qui précèdent celles de la lavande ou de la stéhéline douteuse (Staehelina dubia), dont les petits capitules purpurins donnent, en fin de floraison, des paquets de filaments plumeux.

26La garrigue à romarin proviendrait surtout d’usages agro-pastoraux, l’homme ayant défriché la forêt originelle de chêne blanc et chêne vert pour cultiver des terres plus ou moins marneuses. Sur les friches, fréquentes au nord de la Méditerranée, s’installent des plantes pionnières à grand pouvoir de propagation (des plantes sociales) comme l’inule visqueuse (Inula viscosa), le plantain (Plantago cynops) ou le bouillon blanc (Verbascum sinuatum) et sur les terres plus caillouteuses la lavande aspic (Lavandula latifolia), le thym, la stéhéline douteuse et parfois l’ornithogale (Ornithogalum umbelletum). Au bout de 2 à 5 ans commence à se développer une pelouse haute à brachypode de Phénicie (Brachypodium phoenicoides), avec une flore très variée : Poacées, Crucifères, Fabacées (ou Légumineuses), plantes aromatiques comme la sauge ou le fenouil…Plus haut que le brachypode rameux – il atteint souvent 50 à 70 cm –, le brachypode de Phénicie (l’autre baouque) étouffe en 4 à 10 ans de son tapis serré les plantes pionnières. C’est une espèce des sols meubles et épais, les terres marneuses lui convenant parfaitement comme les sols siliceux, mais que la dorycnie (ou badasse) peut menacer. Si les feux deviennent rares ou s’arrêtent, se développent « les stades préforestiers (…) avec des essences héliophiles, amies du soleil, qui ont tôt fait, le jour où une strate les recouvre, de disparaître par étiolement ». Ce sont les garrigues à cistes, espèces « capables de résorber différents stades post-culturaux (ceux à Staehelina ou à Dorycnium par exemple) » (Dugrand, 1964). Ce sont aussi les garrigues à cade ou à genêt d’Espagne (Spartium junceum), qui permettent la croissance des chênes en étouffant les herbacées. Enfin, la garrigue à romarin se développe sous le couvert des pins d’Alep, ce « modèle expansionniste » qui peut s’installer dans n’importe quel stade de l’évolution (post-incendie, post-cultural, préforestier). L’homme a souvent défriché la garrigue à romarin pour cultiver les terres marneuses. Mais aujourd’hui, au nord du bassin méditerranéen, la déprise rurale, un arrêt ou une rareté des feux, peuvent permettre une certaine réinstallation des chênes sous les bois de pins d’Alep.

Buplèvre, garrigue de Saint-Guilhem-le-Désert

Buplèvre, garrigue de Saint-Guilhem-le-Désert

Arbuste aromatique à feuilles persistantes, presque sessiles, à nervure médiane marquée. Ombelles à fleurs jaunes à nombreux rayons. Distribution éparse, notamment garrigues à chênes kermès.
© C. Tassin

27Enfin, la garrigue de chêne kermès qu’on trouve parfois sur les calcaires marneux peut conduire, par évolution régressive, à une garrigue à romarin. Quercus coccifera s’étend à partir des bordures des champs laissés à l’abandon. Mais à cause de son enracinement assez superficiel, sur les pentes il est remplacé par le buis moins vulnérable face à l’érosion. La cocciféraie ou la buxaie sur sols marneux mène souvent à la garrigue à romarin, lequel résiste mieux au déchaussement grâce à sa forte racine pivotante. Le stade ultime de la dégradation étant cette fois la pelouse à aphyllante (Aphyllanthes monspeliensis), plante qui réussit à survivre grâce à son cône de racines pivotantes qui s’enfoncent jusqu’à 30 cm de profondeur.

Friches envahies par l’inule visqueuse

Friches envahies par l’inule visqueuse

Pour cultiver les terres plus ou moins marneuses de la garrigue montpelliéraine, l’homme a souvent défriché la forêt de chênes ou la garrigue à romarin. La déprise rurale actuelle, l’arrêt ou une rareté des feux permettent une certaine recolonisation forestière.
© C. Tassin

Garrigue à romarin et touffe d’aphyllante (Aphyllanthes monspeliensis)

Garrigue à romarin et touffe d’aphyllante (Aphyllanthes monspeliensis)

La pelouse à aphyllante de Montpellier, seule espèce du genre Aphyllanthes, est le stade ultime de la dégradation de cette garrigue sur calcaire marneux.
© C. Tassin

Une stabilité de plus en plus appréciée

Le maintien d’espaces ouverts dans les pays en déprise

28Pour Roger Prodon, un reboisement généralisé et systématique peut se révéler négatif pour la biodiversité : le manque de lumière ferait disparaître « beaucoup d’espèces à forte valeur patrimoniale liées aux espaces ouverts » (Les écologistes de l’Euzière, 2004). Pour Philippe Martin, le feu qui avait sa place dans l’économie traditionnelle, et que l’on avait « banni de notre culture », doit être réhabilité pour maintenir les matorrals dans les arrière-pays en déprise, d’autant que « le danger potentiel d’une mise en continuité d’espaces forestiers autrefois restreints, d’anciennes zones cultivées aujourd’hui couvertes de petits arbres, de zones périurbaines noyées sous les pinèdes, fait craindre des catastrophes d’un genre nouveau au cours des prochaines décennies » (Martin, 1997-2005). S’il affirme également que le feu constitue désormais la principale menace pour les espaces boisés méditerranéens, Thierry Tatoni précise malgré tout qu’aujourd’hui, « si l’on peut encore parler de forêt agressée, c’est au regard de l’expansion des habitations, et non plus de l’intervention des incendies ou du pâturage » (Tatoni, 2007). Les solutions ? Le feu toléré en dehors des zones à risque ? Le morcellement des espaces par le brûlage dirigé ? (chap. 10)

Le facteur de la stabilité : la fréquence des incendies

29Composante naturelle ou anthropique du milieu méditerranéen, le feu apparaît « comme un facteur majeur d’organisation des paysages, s’exprimant à travers les processus (…) de résilience, c’est-à dire les modalités de récupération des systèmes perturbés » (Tatoni, 2007). On a vu au chapitre 2 qu’une stabilité temporaire des communautés végétales dépend d’incendies de petite taille et pas trop fréquents (de 10 à 15 ans selon les écosystèmes). Cela vaut pour les garrigues et les pelouses comme pour les maquis et les espaces boisés, qui dans ce cas peuvent présenter une forte résilience, une importante capacité à résister à la perturbation, tout en conservant l’essentiel de leurs propriétés et de leur composition floristique.

30Au Levant espagnol (entre Alicante et Valence), un matorral à romarin et ajonc dominé par le pin d’Alep a pu se reconstituer en 10 ans. Certaines phryganes grecques le feraient même en moins de 10 ans, ainsi que les maquis des piémonts pyrénéens. Un autre exemple espagnol, cette fois sur terrain siliceux, un matorral à bruyère arborescente et calycotome épineux du nord-est de la Catalogne, a montré de très nombreux rejets d’espèces préexistantes.

31Au Portugal, depuis les graves incendies déclenchés surtout entre 2003 et 2006, le Parque Natural da Arrabida montre une reconstitution assez rapide d’une garrigue ou d’un maquis. Située le long du littoral entre Setubal et Sesimbra, (dans la presqu’île de Setubal au sud de Lisbonne), la Serra da Arrabida est surtout une montagne calcaire et dolomitique, mais aussi marno-calcaire, qui tombe de façon abrupte (de 500 m) sur la mer, dans un cadre grandiose d’une rare beauté. Le parc Naturel a été créé en 1976, en grande partie en propriété privée. Outre des bois de chênes décidus (Quercus faginea), de pins maritimes (dans les vallées) parfois associés à des pins parasols, et des landes couvertes de thym (tomilhais) ou de Graminées (ervedos), il comprend surtout des garrigues et même des maquis (sur les sols siliceux). D’ailleurs, plus denses et plus broussailleuses sur les sols marnocalcaires, les garrigues ressemblent souvent au maquis. Ce magnifique matorral, sûrement l’un des plus beaux d’Europe, a été dévasté dans l’été 2004 par un incendie difficilement contrôlable sur cette montagne escarpée, où la petite route touristique entre Outao et Portinho est difficile, pleine de virages. La suburbanisation menaçant aussi le parc Naturel, l’on s’efforce maintenant de surveiller la reconstitution de la végétation. En revisitant ces paysages à la fin de l’été 2007, on pouvait se rendre compte de la relative rapidité de cette repousse. Certes, les surfaces brûlées apparaissaient encore comme des endroits de désolation, mais un peu en dessous des longues tiges calcinées, bras qui semblaient implorer la protection d’un ciel pur, on pouvait découvrir, souvent à hauteur d’homme, les nombreux rejets et les nouvelles pousses déjà denses. En comparant avec l’épais matorral à arbousiers, lentisque, bruyère arborescente, épargné par le feu, où poussent quelques chênes verts, ou avec celui, parfois moins haut et plus ouvert, qui dévale vers l’océan, on pouvait trois ans après retrouver l’essentiel des espèces préexistantes. Notamment les chênes kermès, nombreux sur le calcaire massif, les arbousiers sur la dolomie ou, surtout sur les sols marno-calcaires, le romarin, la bruyère arborescente, le myrte, la stéhéline douteuse et les cistes (ciste de Montpellier, cotonneux ou encore ladanifer)… Un matorral en pleine renaissance – malgré encore des plaques de sol nu – où il est parfois déjà difficile de pénétrer, lorsque foisonnent aussi le lentisque et le térébinthe, ou bien s’enchevêtrent la salsepareille et les filaires, les genévriers de Phénicie, les petits oléastres et le buplèvre...

L’exemple de la garrigue montpelliéraine

32Si les garrigues ont leurs dynamiques propres sur différents sols calcaires et face aux diverses perturbations, leurs paysages forment souvent une mosaïque, comme le montrent celles du Bas-Languedoc. Sur un même plateau calcaire peuvent s’étaler les bois de chênes verts et de pins d’Alep, les fourrés de chênes kermès, les garrigues à cistes ou à genévriers, à thym ou à romarin, les pelouses à Graminées, les dalles calcaires à lichens…

La partie centrale des garrigues du Bas-Languedoc

33Le Bas-Languedoc est un couloir de plaines et de plateaux, large de 30 à 50 km, situé entre la montagne et la mer, c’est la partie méditerranéenne de l’ancienne province historique, qui s’allonge du défilé de Salses au petit Rhône. Et sur les cartes, « la zone des garrigues », c’est la région de piémont du Massif central comprise entre la bordure sud des Cévennes et les plaines de Nîmes et Montpellier, un gradin constitué de plateaux étagés qui descend vers la plaine, de 430 m à 80-90 m. Dans le détail, des sédiments d’âge secondaire et tertiaire, affectés de plis sud-ouest/nord-est fracturés par des failles, donnent de menus reliefs, des collines pierreuses, des crêtes calcaires et des dépressions rougeâtres... Pour Paul Marres et Raymond Dugrand, la région a été conquise par le chêne pubescent et l’érable de Montpellier après la dernière période froide quaternaire, ces deux caducifoliés supportant un hiver qui n’était pas encore méditerranéen, puis, avec le réchauffement et l’assèchement, conquise par « la chênaie d’yeuse qui se mêle aux pubescents, contenant ces derniers dans les ubacs et les stations plus fraîches, et les repoussant vers le haut » (Dugrand, 1964). La garrigue montpelliéraine, c’est au nord-ouest de la cité un quadrilatère correspondant surtout à l’étage 280-300 m et compris entre deux vallées, celle de l’Hérault à l’ouest et celle du Lez à l’est, et deux zones déprimées, le bassin marneux de Saint-Martin-de-Londres au nord et l’étroit couloir de roches tendres de Saint-Paul-et-Valmalle au sud. Elle présente plusieurs paysages morphologiques (fig. 14). Au nord, c’est le pli anticlinal érodé du Pic Saint-Loup, qui de sa forte escarpe dissymétrique (658 m) domine le bassin de Saint-Martin-de-Londres, qu’il chevauche. Mais le pli de Viols-le-Fort qui le prolonge vers l’ouest ne donne qu’un lourd bombement peu visible dans la topographie. Au centre, des plateaux calcaires d’âge secondaire (Jurassique) s’étendent sur plus des trois-quarts de la région étudiée par R. Dugrand, seulement interrompus au nord-est par la combe ovale de Mortiès, creusée au pied du Saint-Loup dans les marnes du Lias, et au sud par des bassins allongés qui les découpent en lanières le long de failles plus ou moins parallèles, de direction méridienne ou sud-ouest/nord-est, bassins de La Boissière-Argelliers, de Montarnaud-Vailhauquès, de Saint-Gély-du-Fesc et des Matelles, ce dernier étant bordé à l’ouest par la longue faille de Saint-Jean-de-Cuculles. Enfin, au sud, ces bassins « débouchent dans un sillon de direction est-ouest vers lequel ils s’inclinent et s’élargissent : le couloir de Saint-Paul-et-Valmalle » (Dugrand, 1964). Cet étroit synclinal creusé dans des roches détritiques de l’ère tertiaire (surtout les grès et marnes de l’Eocène), les sépare du pli anticlinal jurassique de Montpellier qui, de plus en plus vaste vers l’ouest, a d’ailleurs glissé vers le nord sur son avant-pays crétacé et tertiaire jusqu’à ce couloir. Il s’agit là encore d’un pli chevauchant analogue à ceux de Viols-le-Fort et du Saint-Loup, dont la combe liasique de Murviel-lès-Montpellier fait écho à celle de Mortiès au nord.

Dans les années 1960, « des aspects contrastés et typiques » (Dugrand, 1964)

Aux portes de la ville : une garrigue dépouillée

34Le géographe Raymond Dugrand étudie la garrigue dans le quadrilatère Juvignac – Grabels – Bel-Air – Saint-Georges d’Orques. Sur ce plateau essentiellement jurassique, la variété des substrats, calcaire marneux, dolomitique ou conglomératique (la brèche oligocène des Matelles), ne semble avoir que peu d’influence sur le paysage végétal, puisque celui-ci peut se résumer à seulement deux formations qui s’interpénètrent : la brousse à kermès et la pelouse à brachypode rameux. La raison en incombe à une dégradation extrême, une multiplication des abus humains depuis le XVIIIe siècle due à la proximité de la ville. Au nord et nord-est de ce quadrilatère, la brousse à kermès couvre presque entièrement le sol, sauf dans des clairières à brachypode rameux. Ne dépassant pas 1 ou 2 mètres, le kermès est accompagné de quelques filaires, genêts scorpions, cades et lentisques, tandis que dans les trouées façonnées par les incendies s’impose la pelouse à brachypode, thym et lavande. Mais ces clairières sont surtout développées au sud et sud-ouest du quadrilatère, entourant des plaques de kermès aplaties sur le sol et brûlées périodiquement. Le surpâturage, responsable de l’appauvrissement extrême, y a aussi favorisé nombre d’espèces inalibiles (refusées par les moutons), tels le panicaut, la carline, les euphorbes ou le phlomide.

Sur les versants marneux des bassins méridionaux : la lande à romarin

35La domination du romarin sur des pentes assez fortes montre la force de l’érosion dans ce domaine des accumulations tertiaires (éocènes et oligocènes). À l’est de la ferme de la Fenouillède, entre les bassins de La Boissière et de Montarnaud, R. Dugrand distingue trois parties sur ces versants. En haut où l’érosion est modérée, la lande à romarin et bruyère multiflore est plus ou moins couverte par des chênes verts et des pins d’Alep très espacés. Au milieu et vers le bas, où sévit davantage l’érosion, le pin devient rare sur ces sols instables alors que le romarin domine franchement grâce à sa racine pivotante. Enfin, en bas du versant, « aussi bien dans la zone d’érosion que dans les premiers atterrissements », la pelouse à aphyllante et à choin (Schoenus nigricans) résiste à l’enfouissement colluvial.

Sur les tables de calcaire du centre : la garrigue boisée à chêne vert

36Mais la structure de ce taillis dépend de multiples facteurs, comme la fréquence des coupes, l’exposition, la présence de vallées asséchées, et surtout la nature du calcaire. La strate arbustive qui accompagne les groupes isolés de chênes verts, témoins de l’ancienne futaie, est plus serrée sur le calcaire tendre crétacé ou tertiaire que sur le calcaire dur jurassique. Sur certains sols siliceux, la garrigue fait place à un maquis inextricable où l’yeuse est encore l’espèce dominante accompagnée du pubescent, de l’arbousier, et de la bruyère arborescente. Sur le calcaire et les grès à dragées de quartz du Crétacé, tout près de Montarnaud et d’Argelliers, ce maquis est même colonisé par des pins maritimes « d’abord plantés par l’homme », et des pins de Salzmann « peut-être apportés de Saint-Guilhem par les troupeaux transhumants » (Dugrand, 1964).

Sur les hauts plateaux au nord-ouest : une mosaïque où domine la lande à buis

37Sur les anciennes terres céréalières, cette lande arborée à buis est en situation progressive (friche-pelouse-lande). Au sud de Saint-Martin-de-Londres, elle se présente sous la forme de bosquets arbustifs et d’une pelouse herbacée ou chaméphytique recouvrant toujours plus des deux tiers du sol. Dans cette région éloignée, aux sols squelettiques et au climat plus rigoureux (cf. les - 29°2 à Saint-Martin-de-Londres relevés le 5 février 1963 contre - 19°3 à Bel-Air et - 16°7 à Montpellier), la viticulture n’avait pu succéder à la céréaliculture en crise, et les terres furent abandonnées aux moutons, lesquels ont d’ailleurs ralenti la progression. Mais sur les calcaires massifs, impossibles à cultiver, existe une lande plus boisée, un véritable taillis à buis en situation régressive. Parcouru par les troupeaux, ce taillis est donc différent de la lande arborée issue de la friche abandonnée, même quand la dégradation l’en rapproche sur le plan physionomique. Car au milieu des chênes verts, des pubescents et des buis se développent en effet nombre de clairières à brachypode.

Dans le sillon tectonique du Lez : une garrigue à l’aspect de pinède

38Juchés sur les petites collines de calcaire marneux, entre les bassins marneux voués au vignoble, les pins d’Alep ont profité de la viticulture, qui repoussait les feux et le pâturage, pour se développer à partir des pins plantés près des maisons de maître. Dans ces années 1960, la progression sous les pinèdes est relativement rapide, comme le montrent les nombreuses strates à recouvrement assez élevé du bois des Grases, à l’est de Saint-Gély-du-Fesc : pins non jointifs de 6 à 10 m de haut, pins tortueux de 4 à 6 m, pins de 2 à 4 m avec chênes verts et leurs compagnons habituels, enfin strate chaméphytique et herbacée (bruyère multiflore, romarin, aphyllante, brachypodes…)

Une reconquête forestière en cours

Jusqu’aux années 1960, la relative stabilité de la garrigue

39Dans la garrigue montpelliéraine, à la veille de la Révolution, n’existe plus guère de forêt sclérophylle, les besoins grandissants des villes n’ayant cessé de la faire reculer. Après 1850, l’économie traditionnelle entre en crise, les charbonnières s’éteignent peu à peu et les « bouscatiers » (les coupeurs) sont en voie de disparition, la ville ne consomme plus vraiment de bois. Pourtant, en 1964, alors que s’accélère l’exode rural, R. Dugrand écrit : « théoriquement, la garrigue est entrée depuis plus d’un demi-siècle dans un nouveau cycle de progression végétale (…) mais nul saltus n’est devenu forêt sauf par transformation en pinède »Il donne alors les raisons de cette relative stagnation : forte érosion des sols, élevage du mouton toujours présent, même supérieur à celui des régions voisines (il y a 200 à 300 têtes en moyenne par domaine). Pendant 8 mois, les grands troupeaux parcourent la garrigue, de septembre jusqu’en juin, mois où par les drailles ancestrales débute la transhumance vers les Causses et l’Aubrac. Dans les taillis de chênes verts, les pinèdes à pins d’Alep ou les landes à buis, ils broutent tous les feuillus, surtout le nerprun alaterne, les chèvrefeuilles et même le cade. Mais les lieux de pacage les plus appréciés sont les pelouses à brachypode rameux et surtout de Phénicie, avec leurs Graminées, Légumineuses, Ombellifères (le fenouil), et Liliacées (l’aphyllante). Cependant, les terrains de parcours tendent souvent vers la pelouse à asphodèle, les feux pastoraux encore répétitifs multipliant dans la brousse à kermès ou les cistaies les espèces inalibiles.

Depuis les années 1960, « trois processus de transformation » (CHEYLAN, 2001)

40La crise des campagnes – les transformations du secteur agricole et l’accélération de l’exode rural – ainsi que le recul des grands incendies entraînent une certaine recolonisation forestière. Si dans les bassins le vignoble fait peau neuve après la crise de surproduction, il n’en va pas de même pour l’élevage ovin des collines et des plateaux, activité majeure pendant des siècles mais sur le point de s’éteindre. Ainsi la pression sur la végétation s’est-elle relâchée, engendrant une vraie remontée biologique, car « les vastes zones de parcours ne sont pas réutilisées d’un point de vue agricole, du fait de la pauvreté du sol et de l’importance des travaux nécessaires pour obtenir une récolte rentable » note Manuel Ibanez, dont les observations portent sur 77 communes de l’Hérault et du Gard qui représentent une bonne part de la zone étudiée par R. Dugrand. Cependant, la péri-urbanisation, conséquence de la métropolisation, nuit à la « fonctionnalité des écosystèmes » et entraîne « une destruction quasi irréversible du milieu naturel » (Ibanez, 2005). Capitale régionale très attractive, qui concentre la majorité des activités économiques et des services, l’agglomération de Montpellier, d’après l’Insee, continuera d’augmenter fortement sa population au moins jusqu’en 2015. Après la périphérie immédiate et la plaine littorale, l’étalement et le mitage péri-urbains gagnent aujourd’hui les garrigues, mettant en danger des écosystèmes jusqu’alors interdépendants, qui se trouvent morcelés ou détruits, ou encore pollués, notamment par l’expansion des surfaces goudronnées et bétonnées. Manuel Ibanez donne l’exemple de Saint-Mathieu-de-Tréviers, au pied du pic Saint-Loup, passé de 500 habitants en 1962 à plus de 3 700 en 1999. Entre 1962 et 1994, les surfaces bâties ont été multipliées par cinq, certes de part et d’autre de la route principale, dont le trafic s’est d’ailleurs densifié, obligeant à partir de 2008 à l’aménagement de ronds-points dispensateurs de directions nouvelles rapides, mais aussi autour du vieux village et sur la colline des Avants autrefois totalement non bâtie. La nécessaire amélioration d’un réseau routier de plus en plus surchargé ne peut qu’accroître la dynamique périurbaine, en amenant d’autres habitants ne travaillant pas sur place, et en augmentant les migrations quotidiennes de main-d’œuvre (les « migrations pendulaires »). « Dans un rayon de 25 km autour de Montpellier, entre 70 et 95 % des actifs travaillent dans l’agglomération » (Ibanez, 2005).

La dynamique de fermeture actuelle

41Procédant des transformations humaines et économiques de ces 40 dernières années, cette dynamique donne un visage nouveau à la mosaïque végétale étudiée par Raymond Dugrand. Les aspects qui sont décrits ici s’inspirent de quelques-uns des récents relevés de végétation que nous avons effectués dans les types de garrigue présentés en 1964.

Sur les plateaux jurassiques : la garrigue boisée à chêne vert

42Cette évolution progressive se remarque notamment dans la Znieff (Zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique) du pic Saint-Loup et de l’Hortus. Derrière l’entité paysagère de la région du Saint-Loup, on découvre une certaine variété des espèces végétales en fonction de la topographie, de l’exposition et des sols. Sur les flancs sud (aux adrets), la garrigue boisée de chêne vert a bien progressé. Sur le glacis d’éboulis périglaciaire (würmien) de la falaise calcaire de l’Hortus, les chênes verts possèdent un sous-bois relativement dense (cade, filaire, lentisque, laurier-tin, térébinthe, nerprun, kermès bas). Et, très souvent, une strate supérieure de pins d’Alep de belle taille les recouvre. En bas, des chênes blancs sont parfois installés non loin des sources : l’Hortus connaît une inversion d’étage. Sur le versant sud de l’anticlinal chevauchant du Saint-Loup, l’érosion a tranché les couches du Jurassique et du Lias : malgré l’altitude, les bois d’yeuse s’élèvent au-dessus de la combe viticole de Mortiès jusqu’au sommet au sol rare et xérique du pic, corniche de calcaire lithographique relevée à la verticale (658 m). Le chêne vert y couvre ses compagnons habituels (kermès, cade, filaires, alaterne, térébinthe, lentisque, salsepareille, thym, romarin, lavande…), dont les arbustes forment souvent de gros buissons. Et malgré l’exposition à l’adret, l’altitude et le climat plus humide permettent la présence de nombreux chênes pubescents, bien visibles aussi (surtout à l’automne) avec l’érable de Montpellier et des lianes vivaces (salsepareille, clématite…) dans les bas-fonds marneux de Mortiès, et sur les flancs exposés plus ou moins à l’ombre (nord et ouest) des collines vallonnées qui ondulent entre la combe et la faille de Saint-Jean-de-Cuculles. Enfin, la présence de nombreux arbousiers révèle l’importance du facteur édaphique : tout d’abord, le sol sur dolomie au-dessus du village de Saint-Jean-de-Cuculles, puis de l’autre côté de la combe de Mortiès, jusque dans les environs de la Figarède, un sol siliceux sur calcaires noduleux parfois entièrement silicifiés… Il faut mentionner ici que les bassins marins, où se sont déposées les couches marno-calcaires qui ont donné la combe dans l’axe de l’anticlinal du Saint-Loup, ont été gratifiés par les vents du Lias de 5 à 10 % de silice. La dolomie, quant à elle, est composée essentiellement d’un carbonate double de magnésium et de calcium, qui a précipité dans des lagunes marines. Mais sa teneur chimique, ainsi que les faciès et sa couleur (blanche, grise ou beige) dépendent de ses conditions de sédimentation. Attaquée par l’eau de pluie, la partie la plus soluble de la roche s’arénise en sable fin, en dégageant les célèbres reliefs ruiniformes, tels ceux de Montpellier-le-Vieux ou du cirque de Mourèze. L’arbousier, mais aussi le pin de Salzmann, le genévrier de Phénicie, le ciste à feuilles de sauge ou encore l’immortelle stoechas affectionnent les terrains dolomitiques. Sur les éboulis du versant nord (à l’ubac) du Saint-Loup, la garrigue boisée se rapproche davantage de la forêt primitive avec ses nombreux chênes blancs. Face au creux synclinal, en partie occupé par la vigne, ils dominent le plus souvent les chênes verts et leurs compagnons pourtant de belle taille : cade, filaires, kermès, térébinthe, genêt épineux, buis. Le pubescent, qui contrairement à l’yeuse recherche le maximum d’humidité, est ici présent sur la totalité de l’ubac.

Au nord de Viols-le-Fort : vers la garrigue arbustive ou boisée à buis

43En dehors de quelques parcelles encore vouées au pacage, ces formations ne sont plus parcourues par les grands troupeaux. Ainsi, la lande à buis décrite par R. Dugrand est-elle actuellement beaucoup plus dense et plus haute. Entre Mas de Bouis et Roussières (à l’est du bois de Bouis), les chênes verts assez nombreux ont maintenant 4 m de haut et le cade qui peut atteindre 2 à 3 m dépasse souvent le buis. Cette évolution vers une garrigue boisée est remarquable dans les anciens taillis de dégradation, notamment à l’est du bois de Garone. Sur les calcaires massifs très lapiazés du Jurassique (du Tithonique) ou lacustres de l’Éocène moyen, se rencontrent de grands chênes verts (avec quelques pubescents) couvrant plus ou moins d’abondants et hauts buissons de buis et de cade. Le buis est ici une espèce bien enracinée qui remplace le chêne kermès totalement absent. La végétation est souvent impénétrable, entre de toutes petites clairières à brachypode, à genêt scorpion et à plaques de calcaire nu. Sur les faces nord de ces bois (bois de Mounié, bois de Garone), les pubescents deviennent nombreux. La montagne de la Selette qui culmine à 530 m, autrefois largement livrée à des formations ouvertes de dégradation (encore marquées sur certaines cartes) est aujourd’hui couverte d’une garrigue boisée à buis et à nombreux chênes verts et térébinthes. La végétation est beaucoup moins discontinue sur le sommet.

Dans les bassins marneux : vers la garrigue boisée à romarin et bruyère multiflore

44En revisitant les versants entre les bassins de La Boissière et de Montarnaud à l’est de la Fenouillède, on s’aperçoit que la lande à romarin est devenue une véritable garrigue boisée. Notamment sur les marnes et brèches calcaires éocènes qui, vers Bel-Air, vont recouvrir (en discordance) le pli de Montpellier. Le romarin et la bruyère multiflore, toujours prédominants parmi des filaires et un genêt scorpion abondants, y dépassent souvent le mètre de haut, ayant parfois la taille d’un homme sous un couvert discontinu d’yeuses et de quelques pins d’Alep. Autre exemple de garrigue plus ou moins boisée à romarin sur calcaire marneux : le Pioch de Lirou. Il est situé sur la brèche oligocène des Matelles, qui est le résultat de l’érosion des reliefs créés par les failles. Le romarin et le cade prédominants sont accompagnés du buis et de l’aphyllante, sous des pins d’Alep et des chênes verts de tailles diverses en pleine croissance. Au nord de Montarnaud, on passe de plus en plus à la forêt mixte. Les volumineux chênes verts y sont dépassés par des pubescents, eux-mêmes parfois dominés par des pins maritimes ou de Salzmann. Comme il y a 40 ans, sur des sols alluviaux et frais, plus ou moins siliceux, les chênes caducifoliés s’allongent dans la vallée du ruisseau de la Garonne tels un trait de scie au milieu des chênes sclérophylles, mais aujourd’hui beaucoup paraissent vraiment gigantesques. Raymond Dugrand expliquait leur présence par le microclimat d’humidité créé par l’ombre du versant oriental : de fait, en dessous du Bois de Paturascle, la dénivellation atteint au moins les 150 m… Au sud de Viols-le-Fort, sur des sols rouges conglomératiques à quartz règne un maquis arboré. La hauteur et la densité des chênes verts et des arbousiers très nombreux, accompagnés de quelques pubescents, de buissons de romarin, bruyère arborescente, de cade et térébinthe, montrent la marche progressive vers un climax forestier, une forêt métastable. Enfin, à l’ouest de Grabels, une garrigue plutôt basse (1 m à 1,50 m en moyenne) subit la franche conquête du pin d’Alep. Cette garrigue à chêne kermès, romarin, bruyère multiflore, cade et buis s’étend sur un sol relativement siliceux, à substrat de calcaire lacustre et grès rouges à dragées de quartz datant du Crétacé supérieur. Profitant aujourd’hui de l’arrêt du pastoralisme et des incendies, freinés notamment par des éclaircissements au bord de la route, les pins d’Alep y sont déjà assez nombreux sur les parties plates, mais les beaux spécimens sont encore assez clairsemés et les petits conquérants (de 0,30 m à 2 m en général) boudent nettement les fortes pentes aux sols moins stables.

Dans le couloir du Lez : la forte expansion des pins d’Alep

45À l’est comme à l’ouest de la route qui conduit de Saint-Mathieu-de-Tréviers à Montpellier par Prades-le-Lez, on retrouve la garrigue sous des pins très nombreux et de belle taille (souvent 10 m de haut). Sur les collines marno-calcaires éocènes, entre Grabels et Saint-Gély-du-Fesc ou du Serre de Montalet (à l’ouest du Triadou), les pins d’Alep foisonnent au-dessus des chênes verts et des gros buissons de kermès, envahissant même au bas des pentes la garrigue basse à coccifera, romarin, cade, filaires, thym et lavande. Au bois des Grases, au nord-est de Saint-Gély-du-Fesc, sous les grands pins d’Alep, la lande à romarin, bruyère, brachypode et thym comporte aujourd’hui de nombreux buissons de kermès. Non loin de là, entre Saint-Gély-du-Fesc et les Matelles, moins nombreux, les pins sont rattrapés par de grands chênes verts d’au moins 4 m de hauteur. Depuis la fin de l’élevage ovin et des feux pastoraux, les pinèdes sont moins menacées mais pas exemptes d’incendies, car très inflammables. Cependant, les zones brûlées sont assez vite recolonisées, comme la colline du bois du Mas de Piquet, en bordure de la voie express qui mène de Saint-Gély-du-Fesc à Montpellier, où l’été d’après l’incendie (2006) repoussaient tout autour des troncs calcinés de pins le lentisque, la filaire angustifolia, l’aphyllante et la salsepareille, alors que le laurier-tin, le cade et la bruyère multiflore peinaient davantage à réapparaître. De même, tout près de Saint-Jean-de-Cuculles, cinq ans après l’incendie de 2003, on constatait une assez bonne reconstitution de la végétation : sur une zone hérissée de troncs de pins d’Alep, les cistes, les kermès, les filaires, les lentisques et les jeunes pins couvraient déjà très largement le sol.

46Mais c’est peut-être au pied de Saint-Jean-de-Cuculles qu’on peut le mieux observer le sous-bois complexe des pinèdes. Ce village perché en bordure de la dépression du Lez est de plus en plus entouré par les pins d’Alep, contrairement aux années 1960 où le paysage était assez dépouillé (Dugrand, 1964).

47Sur la pente derrière le village, où grimpe la route de Cazevieille, les buissons de cade (3-4 m de haut) et de lentisque ont colonisé les friches où traînent encore des oliviers, avec, sur le haut seulement, l’érable de Montpellier et quelques chênes verts. Mais surtout, des pins d’Alep, certes très clairsemés mais souvent de belle taille, et totalement absents il y a 40 ans, sont en train de coloniser cette garrigue buissonnante. Comme partout sur le plan de faille, qui subit un véritable assaut…

48Cependant, c’est sur les collines marno-calcaires (crétacées, éocènes ou oligocènes) qui courent au pied du village que se développent de belles pinèdes (qui peuvent atteindre plus de 10 m de hauteur), comme sur la colline du Bosquet et des Cazarels, entre l’ancien chemin du Triadou et le Pont Romain. Près du lieu-dit les Terrousses, sur les feuillets d’un calcaire marneux très gélif, s’étend une garrigue à romarin avec bouquets de cade, aphyllante, thym et lavande, et de nombreuses plaques de sol nu ou de pelouse à brachypode, carthame laineux, lavande et fenouil. Contrairement à celle des bassins marneux méridionaux, cette lande à romarin est aujourd’hui bien dominée par des pins d’Alep parfois volumineux, sauf sur les pentes nues et dégradées où seul s’accroche le romarin grâce à sa racine pivotante. Pourtant, en ce lieu, leurs branches avaient tendance à noircir et se dessécher (un peu avant 2007), peut-être victimes d’attaques cryptogamiques. Des chancres peuvent se développer « sur les rameaux et à l’aisselle des branches (…) et entraîner la mort des rameaux situés au-dessus d’eux » (Bedel, 1986). Mais peut-être aussi cette espèce qui est ici en limite de son aire de répartition se trouve-t-elle de ce fait plus sensible à des stress physiologiques ou pathologiques, comme pendant la canicule de 2003 à 2006, malgré sa résistance notoire à la sécheresse. Des travaux du CNRS ont montré en 1997 que l’ozone conduit à un dépérissement du pin d’Alep en augmentant sa sensibilité à la sécheresse. Mais, victoire inexorable de l’espèce expansionniste ? Au nord comme au sud de ce lieu, partout sur la colline du Bosquet, les pins d’Alep en excellente santé dominent de leur haute stature une garrigue exubérante à chênes verts avec de gros buissons en sous-bois (kermès, cade, lentisque, térébinthe, filaires, nerprun, buis). La taille (au moins 5-6 m) et le port majestueux des chênes verts, entre les Cazarels et le Pont Romain, indiquent que la reconquête sur ce versant sud de la colline va bon train. Pourtant, en 2004 et 2005, l’yeuse a subi dans le couloir du Lez l’attaque des chenilles du Bombyx disparate. Ces chenilles (non urticantes) peuvent, à partir de fin avril, défolier totalement les arbres. Au printemps 2004, 20 000 ha de garrigues de l’Hérault et du Gard ont perdu 60 % de leurs feuilles. Heureusement en 2006, l’attaque s’est arrêtée, sans doute à cause du manque de feuillage disponible, accru par une re-feuillaison insuffisante, pouvant entraîner de très fortes mortalités par famine.

Figure 14. La progression végétale récente dans la garrigue montpelliéraine

Figure 14. La progression végétale récente dans la garrigue montpelliéraine

Aux portes de Montpellier : la relative stabilité de la garrigue basse

49Mais certaines pelouses, qui sont restées des lieux de pâture, voient aussi leur évolution ralentie ou bloquée, telle la pelouse à asphodèle et euphorbe de Cazevieille, au pied du Saint-Loup. Ou encore les pelouses et petites landes post-culturales citées par R. Dugrand au nord de Roussières, qui sont encore parfois des pacages à brachypode rameux et aphyllante, à peine clairsemés de petits bouquets de buis, de cade, de térébinthe, de genêts scorpions ou de rosiers sauvages. Certes, la pelouse à aphyllante peut s’étoffer, comme vers le Gardiol dans le bassin de Saint-Martin-de-Londres, où, sur les poudingues issus de l’érosion du Saint-Loup, elle est gagnée par le buis, le romarin, le cade, le genêt scorpion et quelques rares petits pins d’Alep. La progression est plus marquée près de Bel-Air, où elle passe à une brousse spinescente assez ouverte à buissons de kermès, genêts scorpions, filaires et cade. Cependant, quand on l’éclaircit, pour protéger la garrigue à romarin du feu, la pelouse à aphyllante reste relativement stable, même si l’on y perçoit la menace ennemie du brachypode de Phénicie, capable de l’étouffer, à son aise sur un bas de pente un peu plus épais. Quant à la garrigue dépouillée aux portes de la ville, dans l’ensemble elle est restée basse. Certes la possibilité d’évolution progressive » évoquée par Raymond Dugrand il y a 40 ans s’est en partie réalisée : « au milieu de la brousse à Coccifera (…) les maigres fourrés épineux où dominent filaires, genêts scorpion, cade, et même lentisques » sont aujourd’hui de gros buissons d’environ 0,50 m à 2 m de haut, où l’on rencontre quelques rares pins d’Alep. Mais si cette garrigue a gagné sur la pelouse à brachypode, celle-ci est toujours là, entre Trois-Dames et Foncaude. Au brachypode rameux s’ajoutent le thym, la lavande, l’aphyllante, le panicaut, le genêt scorpion, le ciste et parfois le genêt d’Espagne, l’euphorbe et l’asphodèle marquant l’ultime dégradation. Quant aux plaques de kermès aplaties au milieu de cette pelouse, décrites et photographiées près du Mas-Neuf, elles ont certes un peu poussé et se sont densifiées, mais elles restent un paysage de désolation qui ne bouge guère, formant comme près des Trois-Dames un tapis épineux d’un mètre d’épaisseur qui couvre entièrement le sol. Cette relative stabilité dans une zone où les abus humains ont fortement diminué pourrait peut-être quelque peu répondre à la question posée par R. Dugrand, sur l’évolution de la plasticité d’espèces confrontées à des dégradations successives : « hier la brousse à kermès pouvait être encore une formation pré-forestière, ne tend-elle pas à devenir de nos jours un pseudoclimax ? » (Dugrand, 1964).

© C. Tassin (réal. J. Maillardet)

Au nord, l’expansion des pinèdes en basse altitude

50Partout, les pins sont essentiels dans les paysages méditerranéens, que ce soit sur les côtes, les collines ou les montagnes. Dans les basses terres, ils participent souvent aux matorrals dans des stades transitoires préforestiers, où ils peuvent former des forêts de remplacement métastables, dites « paraclimaciques ». Certaines pinèdes, pourtant, seraient plutôt « climaciques ». Beaucoup de ces résineux se rencontrent depuis le littoral jusqu’à des altitudes élevées en individus de plus en plus clairsemés, tels le pin d’Alep (2 800 m au Maroc), le pin brutia (2 000 m en Turquie), le pin maritime (2 200 m au Maroc) et le pin parasol (1 800 m au Liban). Mais ces quatre conifères sont avant tout thermophiles, caractéristiques de terres plus ou moins basses, des étages thermo- et méso-méditerranéens. Alors que d’autres, comme le pin sylvestre et le pin noir, se rencontrent plutôt à l’étage montagnard-méditerranéen, même s’ils peuvent parfois descendre très bas : 200 m en ubac sur la Sainte-Baume ou l’Étoile pour le pin sylvestre, et 500 m dans le Conflent pour le pin de Salzmann, sous-espèce de pin noir souvent reléguée dans des stations difficiles. Ils seront présentés avec la végétation des montagnes (chap. 8).

Les pinèdes à pin d’Alep ou à pin brutia

51Le pin d’Alep (Pinus halepensis) ou pin blanc est surtout occidental, jusqu’en Grèce. Bien que son nom se réfère à une ville de Syrie, on ne le trouve guère dans le bassin oriental que dans la région turque voisine d’Adana ou en Israël, en Jordanie et en Cyrénaïque. En Afrique du Nord, il peut être présent pratiquement partout, des bords de mer jusque sur les massifs présahariens, où on peut le rencontrer en compagnie de l’yeuse, du chêne-liège, du thuya de Berbérie, et du genévrier thurifère ou de Phénicie. Cependant, il est absent au Maroc atlantique et sur les côtes d’Oranie, de Kabylie et de Kroumirie. En Tunisie et en Algérie, il est bien répandu entre 0 et 1 200-1 400 m (2 000 m dans les Aurès), alors qu’au Maroc on l’observe entre 200 et 2 600 m (2 800 m dans le Haut Atlas). Bien développé dans l’est de la péninsule Ibérique où il pénètre dans les terres, mais aussi en France méditerranéenne et en Grèce (en Attique et dans le Péloponnèse), il ne dépasse pourtant pas 300-500 m en France méridionale et 600-800 m dans les péninsules européennes. Abondant en Provence, sauf dans une bonne partie des Maures et de l’Estérel, il devient rare en Languedoc à l’ouest de Montpellier (du couloir du Lez), mais réapparaît en Roussillon. En Corse, il n’est représenté que par une station d’origine anthropique (non spontanée), autour de Saint-Florent, au nord du désert des Agriates. Sur les côtes italiennes et dalmates, il est beaucoup moins répandu, mais au sud de Split « il paraît s’étendre actuellement (…) car il colonise puissamment les terres anciennement cultivées » (Quézel, Médail, 2003).

52Le pin brutia (Pinus brutia) ou pin rouge est encore plus répandu que le pin d’Alep, qu’il remplace dans le bassin oriental. On le rencontre dans la Thrace grecque et turque, en Anatolie méditerranéenne où il peut s’élever aussi haut que Pinus halepensis (jusque vers 2 000 m), dans la Syrie littorale, dans la montagne libanaise, en Crète et à Chypre. Le brutia est lui-même remplacé par trois taxons qu’Ibrahim Nahal lui rattache comme sous-espèces : P. pithyusa sur le pourtour de la mer Noire, P. stanckwiczii en Crimée, et P. elderica en Transcaucasie et au Kurdistan iranien (Nahal, 1977).

Des exigences écologiques voisines (NE’EMAN, TRABAUD, 2000)

53Le pin d’Alep est le plus xérophile et thermophile des pins méditerranéens. Ce résineux qui peut atteindre 20 m de haut possède des aiguilles vert vif de 5 à 10 cm de longueur, droites et souples, hémi-circulaires en coupe transversale, condensées – presque parallèlement – à l’extrémité des rameaux. Ses cônes pédonculés sont nombreux et persistants. Il a un tronc souvent tortueux, à plaques longitudinales grisâtres, d’où le nom de pin blanc. Dans la forme forestière typique, les branches basses sont mortes, le tronc est flexueux et le houppier, clairsemé, est éclaté sur plusieurs niveaux. S’accommodant de la plupart des sols, sauf des sols trop franchement siliceux comme dans les Maures et l’Estérel où il est remplacé par le pin maritime, il affectionne – comme dans le couloir du Lez – les calcaires marneux et les marnes, « à condition qu’ils soient bien drainés car il craint beaucoup l’hydromorphie » (Bedel, 1986). Mais on le trouve aussi sur les calcaires compacts et leur terra rossa (comme en Provence), à condition qu’ils soient fissurés. Par contre, il refuse totalement les sols sablonneux, salins, gypseux ou limoneux : en 1995, Henry-Noël Le Houérou a montré que s’il colonise largement les steppes rocailleuses à alfa, il est vraiment absent des steppes limoneuses à armoise (Le Houérou, 1969, 1995). Sur le plan bioclimatique, le pin d’Alep est une espèce héliophile qui résiste bien à la sécheresse estivale. Il peut se rencontrer depuis le bioclimat aride inférieur (7 à 8 mois secs), sur les bords du Sahara, jusqu’au bioclimat humide (1 à 3 mois secs), mais surtout au semi-aride et au subhumide (3 à 7 mois secs, avec 350 à 700 mm de précipitations). D’une manière générale, il ne tolère pas les excès d’humidité pluviométrique, ni même atmosphérique comme au Maroc atlantique ou en Oranie, Kabylie et Kroumirie littorales, où toute l’année règne une forte humidité relative… Mais le pin d’Alep est aussi une espèce frileuse. S’il « supporte des froids exceptionnels de - 15° à - 18 °C, à condition qu’ils soient de courte durée, et qu’ils interviennent avant le démarrage de la végétation » (Bedel, 1986), c’est néanmoins une moyenne des températures du mois le plus froid voisine de 0 °C qui donne sa limite septentrionale, si l’on se base sur la répartition du pin d’Alep en France (Nahal, 1986 ; Quézel, Barbero, 1992).

54Le pin brutia est moins xérophile et moins frileux que le pin d’Alep. Il diffère de ce dernier par une silhouette plus dense, de jeunes rameaux brun rougeâtre, et non verts ou jaunâtres, (d’où le nom de pin rouge), par des aiguilles plus longues (10 à 18 cm) et un peu plus grosses, et des cônes sessiles (ou très courtement pédonculés). Comme le pin d’Alep, il n’aime pas les sols mal drainés, mais les calcaires marneux fissurés ou friables. Mais plus que lui, on le trouve aussi sur des calcaires compacts notamment, sur tout le revers méditerranéen du Taurus (Quézel, Pamukçuoglu, 1973). Et certains milieux édapho-géomorphologiques de Méditerranée orientale, comme les roches vertes et surtout les dolérites et les gabbros, moins résistants, sont également très favorables au pin brutia, à Chypre (Barbero, Quézel, 1979) et dans le Taurus occidental et oriental (Akman et al., 1978, 1998). Le pin brutia est plus résistant au froid et demande des précipitations plus élevées. D’après P. Quézel et M. Barbero, son aire sur le climagramme d’Emberger est décalée vers le haut (du bioclimat semi-aride inférieur au bioclimat humide tout entier) et déborde un peu à gauche (jusqu’à l’étage montagnard-méditerranéen), vers des valeurs moyennes voisines de - 4° ou - 5 °C.

Des groupements transitoires ou climaciques ?

55La valeur dynamique de Pinus halepensis et Pinus brutia reste encore discutée, même si celle du pin brutia est sans doute mieux connue à l’heure actuelle que celle du pin d’Alep.

56Dans les basses terres, en bioclimat subhumide et humide, le pin d’Alep – bien davantage que le pin brutia – constitue des pinèdes paraclimaciques. Cela semble d’autant plus évident que la stratégie expansionniste qu’on lui connaît trouve actuellement son terrain dans la déprise agricole des pays du nord du bassin, dont il occupe rapidement les matorrals, les friches et les anciennes zones de parcours, ainsi que les zones incendiées. Le choc thermique du feu permettant l’ouverture des cônes sérotineux et la dispersion des graines ailées (plus mobiles que les pignes)… Le pin d’Alep est un « occupateur de places vides, il ne caractérise aucun groupe écologique et on peut le trouver à tous les stades d’évolution de la forêt méditerranéenne » (Bedel, 1986). En France, l’essentiel des peuplements sont des formations transitoires dont les pins, à l’instar de ceux qu’on a décrits dans le couloir du Lez au nord de Montpellier, se sont installés sur des parcelles arrivées à des stades d’évolution diverses, aussi bien dans le taillis d’yeuse, que dans un matorral à cistes ou à romarin, à kermès ou à buis, ou encore sur une pelouse à brachypode, et qui évoluent à l’heure actuelle vers la forêt à chênes sclérophylles et parfois la forêt mixte avec des pubescents. En Italie et en Espagne (notamment en Catalogne), on retrouve la même dynamique, comme en Israël où cependant l’évolution se fait vers une formation à chêne calliprinos avec la présence du cyprès toujours vert (mont Carmel). Quant au pin brutia, il a beaucoup moins tendance à constituer de telles formations transitoires, peut-être à cause d’un moindre dynamisme des chênes sclérophylles ou caducifoliés. Malgré tout, Pierre Quézel parle de stades paraclimaciques évoluant vers ces forêts de chênes, « surtout caducifoliées (…) au nord d’Izmir et jusque sur les rives sud de la mer de Marmara » (Quézel, Médail, 2003).

57Sous les mêmes conditions bioclimatiques, le pin brutia peut constituer – plus que le pin d’Alep – des groupements climaciques. Il faut préciser que la notion d’un monoclimax climatique (dépendant surtout du climat régional) ne permet pas d’expliquer la répartition de la végétation en Méditerranée orientale, soumise à une forte hétérogénéité des roches mères et des sols, et à d’importantes modifications climatiques locales souvent dues au relief et à l’exposition des versants (Nahal, 1974). Des groupements à Pinus brutia seraient climaciques à Chypre, où sur le littoral il est associé au cyprès toujours vert (Cupressus sempervirens) et au genévrier de Phénicie, mais aussi en Crète et surtout en Anatolie méridionale et au Liban… Ce rôle climacique du brutia peut également exister à des altitudes élevées, là encore à cause de la faible présence (voire l’absence), dans certaines zones, des chênes sclérophylles et caducifoliés. Mais peut-être aussi à cause d’un pastoralisme ancien intensif en forêt, celui des nomades, les Yürük (vocable apparu au XVe siècle, signifiant « celui qui marche »), dont les troupeaux pâturaient en toutes saisons : l’été, dans les forêts et les alpages du Taurus et l’hiver, dans les plaines du Méandre et de Cilicie, en passant par les côtes caro-lyciennes et pamphyliennes. En 1958, Xavier de Planhol a décrit ce nomadisme entre la plaine pamphylienne (d’Antalya) et la région des lacs pisidiens (région de Burdur et Isparta), mouvements renforcés entre le XVIe et le XVIIIe siècle par l’arrivée de tribus de l’Anatolie du Sud-Est. Profitant de sa grande connaissance de la langue turque pour recueillir un maximum d’informations, le géographe a étudié, à travers une description régionale, un problème général qui devait avoir son influence sur le façonnement des paysages (anthropiques et naturels) anatoliens : le passage de la vie nomade à la vie sédentaire, celui du pastoralisme à l’agriculture. Même si depuis quelques décennies ces groupes nomades atteignent « un degré de pulvérisation extrême » (Planhol De, 1958), ils continuent de monter plus ou moins régulièrement à l’estive à cause de la pression paysanne sédentaire. Quant aux forêts de pin d’Alep, ce serait aussi une sous-représentation du genre Quercus qui leur donnerait alors un caractère climacique, comme en Provence à l’est de Marseille, ou dans les îles de la côte dalmate au sud de Split, ou encore les peuplements thermo-méditerranéens sur marnes du nord du Péloponnèse (Trinajstic, 1984 ; Barbero, Quézel, 1976).

58Aux étages thermo-méso-méditerranéens, mais cette fois au sud, sous bioclimat semi-aride et aride, le pin d’Alep forme bien plus qu’au nord des ensembles climaciques. Cela en l’absence quasi totale de toute autre essence forestière majeure. C’est sans doute le cas en Jordanie semi-aride où il s’associe le genévrier de Phénicie, mais surtout au Maghreb où il est très développé et devient franchement montagnard : si les peuplements du Maroc sont surtout paraclimaciques (Achhal et al., 1980 ; Barbero et al., 1981), ceux d’Algérie (Kadik, 1983) et de Tunisie (Le Houérou, 1969 ; El Hamrouni, 1992) seraient souvent climaciques, aussi bien d’ailleurs dans les zones les plus basses que sur la dorsale tunisienne, ou encore sur les hautes plaines où la matorralisation de la végétation climax peut d’ailleurs aboutir, comme on le verra plus loin, à la steppisation.

Groupement climacique à pin brutia (Chypre)

Groupement climacique à pin brutia (Chypre)

Le rôle climacique de Pinus brutia qui existe sur le littoral cypriote peut se retrouver en altitude, où les feuillus sclérophylles et caducifoliés sont absents, ici au bord de la route qui mène au mont Troodos
© M.-A. Coudray-Tassin

Les pinèdes à pin maritime ou à pin pignon

Le pin maritime ou pin mésogéen : une distribution occidentale

59Le pin maritime (Pinus pinaster) calque le plus souvent sa répartition sur celle du chêne-liège, sur les côtes de l’Atlantique jusqu’en Aquitaine et sur le rivage occidental de la Méditerranée, mais au Maroc, il participe aussi à des matorrals. L’exemple provençal montre que la disparition du pin maritime peut favoriser la réinstallation des espèces de la suberaie. À partir de 1958, 120 000 ha de pinèdes furent détruits dans le Var et les Alpes-Maritimes par « l’action conjuguée d’une cochenille et d’insectes phytophages comme le petit charançon du pin et le scolyte » (Guittonneau, Huon, 1992), ce qui les rendit sensibles aux incendies. S’ensuivit alors une véritable explosion des espèces héliophiles – dont le chêne-liège – qui végétaient sous les pins.

60Après la dernière glaciation, l’espèce s’est différenciée en trois sous-espèces, à partir de zones refuges situées dans l’est et le sud de l’Espagne (Carrion et al., 2000). La sous-espèce atlantique (subsp. atlantica), variété à tronc légèrement sinueux, à ramifications latérales espacées et redressées, est très répandue dans les zones du littoral atlantique du Portugal, de l’Espagne et du sud-ouest de la France, donc aussi hors du domaine méditerranéen, où elle a été souvent utilisée pour le reboisement (comme dans les landes de Gascogne ou en Sologne). La sous-espèce méditerranéenne (subsp. mesogeensis), variété au tronc plus droit et à ramifications horizontales, regroupe les peuplements de l’Espagne méditerranéenne, de Provence, de Corse et Sardaigne et du littoral nord-tyrrhénien de l’Italie. La sous-espèce maghrébine (subsp. hamiltonii ou maghrebiana) est surtout présente au Maroc, en Tunisie septentrionale et sur les côtes d’Algérie (Constantinois).

Pins maritimes près de Setubal (Portugal)

Pins maritimes près de Setubal (Portugal)

Craignant les hivers très rigoureux, Pinus pinaster croît plutôt le long des côtes. Au sud de Lisbonne, la sous-espèce atlantique profite de sols sablonneux et de précipitations occultes générées par les eaux fraîches de l’océan
© C. Tassin

61Résineux de grande taille, essentiellement calcifuge, apprécié pour sa croissance rapide, le pin maritime croît en bioclimats humide et subhumide. Espèce de pleine lumière, aux aiguilles vert foncé de 10 à 20 cm, épaisses et très dures, pointues et persistantes (4 ans), incurvées en gouttières sur des rameaux courts, il peut atteindre 30 à 40 m de haut avec un houppier clair et irrégulier, essentiellement plat et plutôt étalé. Son écorce, gris pâle sur les jeunes arbres, devient rougeâtre noir et se fissure en plaques très épaisses chez les sujets adultes. Il pousse plutôt sur des sols sablonneux, siliceux, sauf la sous-espèce maghrébine qui habite des sols calcaires ou calcaro-marneux. Il croît aussi plutôt le long des côtes, car il craint les hivers très rigoureux, des températures prolongées inférieures à - 15 °C. Bien représenté à l’étage thermo-méditerranéen et fréquent au méso-méditerranéen, le pin maritime peut cependant atteindre le supra-méditerranéen. « Bien développé dans les Bouches-du-Rhône, le Var et les Alpes-Maritimes, du littoral jusqu’à 700 ou 800 m d’altitude, en Corse, bien que présent parfois sur le littoral, il ne forme de très belles pinèdes qu’entre 700 et 1 000 m d’altitude comme dans le massif forestier de l’Ospedale ou dans la vallée de la Restonica près de Corte » (Guittonneau, Huon, 1992). En Ligurie aussi il atteint facilement 1 000 m, et 1 500 m en Espagne, tandis qu’au Maroc il devient franchement montagnard (dans le Haut et Moyen Atlas).

Le pin pignon ou pin parasol : des peuplements spontanés ou artificiels

62Malgré sa faible diffusion, Pinus pinea est présent en Méditerranée occidentale et orientale. Cultivé depuis l’Antiquité, « il est presque aussi caractéristique du monde méditerranéen que l’olivier pour le touriste » (Birot, 1965). À l’ouest, on le trouve dans la péninsule Ibérique (notamment au sud-ouest), sur les côtes italiennes (notamment en Toscane ou dans le Latium), ainsi que dans le sud-est de la France où il ne s’éloigne jamais trop du littoral : en Camargue, dans les Maures et l’Estérel (notamment dans la plaine périphérique siliceuse des Maures, près de Vidauban), et en Corse (dans la région de Porto-Vecchio). À l’est, on le rencontre ça et là dans quelques îles grecques ou en Anatolie égéenne, ainsi qu’au Liban d’où sa diffusion a été effectuée par les Romains, qui importaient ses graines comestibles ou pignons.

63Des études anthracologiques en Espagne et polliniques en Provence ont cependant montré une spontanéité des peuplements, attestant de la présence du pin parasol en Méditerranée occidentale bien avant les Romains.

64Préférant les sols sablonneux profonds et relativement frais (non arides), le pin pignon est « présent du thermo- au supra-méditerranéen, en bioclimats humide et subhumide, avec un optimum évident à l’étage méso-méditerranéen » (Quézel, Médail, 2003). Bien sûr il affectionne les littoraux ensoleillés, où il est un excellent stabilisateur des lignes de rivage : 40 % des boisements français sont concentrés dans le Var, où il ne dépasse pas 450 m. Mais on le trouve aussi à 1 000 m en Espagne et en Turquie, et même à 1 800 m au Liban. Car cette espèce héliophile et xérophile est assez résistante au froid hivernal (bien que plus sensible que le chêne vert), ce qui fait qu’on a « la surprise de la trouver au centre de la Vieille Castille » (Birot, 1965). Cette caractéristique climatique, conjuguée avec une faible exigence édaphique, explique aussi son implantation à des fins ornementales en dehors de son aire, notamment en Vendée et en Bretagne (golfe du Morbihan et pays bigouden). Le pin parasol qui étend loin ses racines en surface se développe bien sur les arènes sablonneuses provenant de la désagrégation des granites et granulites (granites à deux micas), des grès permiens (plaine des Maures) et des dolomies, ainsi que sur les sols sableux des dunes littorales qu’il contribue à fixer (l’Espiguette, en Camargue). Par contre, il vient mal en terrains compacts, argileux ou trop calcaires. Mais la production de graines comestibles et son « port particulier en boule, la beauté de son feuillage et de son ombrage, l’absence d’un sous-bois épineux, représentent aussi des centres d’intérêt » (Guittonneau, Huon, 1992), C’est assez précocement que le pin parasol élabore son port caractéristique, en se ramifiant rapidement en tiges secondaires, toutes à peu près de la même vigueur. Puis, quand l’arbre atteint 20 à 25 m, le bourgeon terminal stoppe sa croissance, au contraire des branches latérales qui s’étalent tandis que les plus basses se détachent du tronc. Il fournit alors un ombrage qui peut couvrir plus de 100 mètres carrés, offrant la meilleure protection contre le soleil méridional, chantée par le poète Georges Brassens dans sa Supplique pour être enterré sur la plage de Sète :

Est-ce trop demander : sur mon lopin,
Plantez, je vous prie une espèce de pin,
Pin parasol de préférence
Qui saura prémunir contre l’insolation
Les bons amis venus faire sur ma concession,
D’affectueuses révérences.

65Si au stade juvénile on le distingue mal des autres pins, on peut malgré tout l’identifier par :

  • des aiguilles vert bleuâtre, plus longues que celles du pin d’Alep, et moins longues que celles du pin maritime ;
  • des aiguilles souples et non piquantes, au contraire de celles du pin maritime ;
  • des cônes plus ronds, mais moins longs que ceux du pin maritime ;
  • des cônes à maturation triennale, l’arbre portant en permanence des pignes à trois stades de maturité différents ;
  • des graines (les pignons) beaucoup plus grosses que celles des autres pins et dépourvues d’ailettes, contrairement à celles du pin d’Alep qui se propagent beaucoup plus facilement ;
  • des graines comestibles protégées par une coque ligneuse dure, récoltées à la fin de l’automne et en hiver : « c’est un produit typique avec des qualités gustatives très fines » observe René-Nicolas Vernier, chef de restaurant parisien, qui agrémente de pignons ses recettes inspirées de la cuisine italienne.

66Enfin, « la valeur dynamique du pin pignon n’est pas facile à circonscrire » (Quézel, Médail, 2003). Son ombre freine la croissance de la végétation arbustive et limite ainsi le développement des broussailles en sous-bois. Les pinèdes à Pinus pinea sont d’ailleurs moins vulnérables aux incendies que celles à Pinus halepensis ou à Pinus pinaster avec leurs troncs aux grosses écailles et leurs houppiers plus épais donc moins aérés et plus humides. Donc, si le peuplement reste dense, son sous-bois est pauvre, constitué le plus souvent d’espèces annuelles, « mais lorsqu’il s’entrouvre, apparaissent alors les plantes de l’oléolentisque, genévrier de Phénicie, myrte, lentisque, puis les espèces de la cistaie » (Guittonneau, Huon, 1992). Sur les littoraux sableux dunaires du Portugal (Algarve), d’Espagne (près de Huelva, Cadiz et Malaga), ou d’Italie et de France (Camargue, golfe du Lion), les pins parasols s’associent souvent au genévrier de Phénicie et aux cistes. Dans la plaine gréseuse des Maures, ils ont un sous-bois pauvre de cistes et de bruyères (Erica arborea et scoparia), et vivent parfois en formations mixtes avec les autres pins ou les chênes sclérophylles (souvent Quercus suber, mais aussi Quercus ilex). Au Liban, toujours sur substrat gréseux, ils sont l’essence dominante (dès 400 m), associée au myrte et au lentisque, et plus haut, à Pinus brutia, comme en Turquie occidentale (avec aussi le chêne calliprinos et la lavande stoechas).

Au sud et à l’est de la Méditerranée, des steppes herbacées

67Dans les régions semi-arides du Maghreb et du Proche-Orient, « les différents niveaux de dégradation ne sont pas forcément liés » (Quézel, Médail, 2003).

Dans les plaines sèches, la thérophytisation possible

68La matorralisation, qui couvre plus de la moitié de la région méditerranéenne, est générale en Afrique du Nord et fréquente au Proche-Orient. Si les matorrals ont pu exister bien avant l’extension de l’action humaine, comme le maquis corse à bruyère arborescente aux VIIe et VIe millénaires (cf. les travaux de Maurice Reille, cités plus haut), leur développement reste lié à l’accroissement des dégradations anthropozoogènes, des usages agro-sylvo-pastoraux. Contrairement au revers septentrional de la Méditerranée où règne la déprise rurale, sur le revers méridional et oriental la déforestation et le pâturage intenses, notamment dans les nombreuses montagnes de ces régions, placent souvent ces écosystèmes dans des processus très régressifs. Surtout dans les forêts présteppiques des zones semi-arides, où la dégradation a installé plusieurs types physionomiques de matorrals : à éphedra, à genêt et calycotome, à xérophytes en coussinets, à cistes, ou encore à euphorbes… La destruction des matorrals qui suit la déforestation est due à une recherche accrue de combustible et au surpâturage. Marquant une étape supplémentaire dans la dégradation, le dessouchage généralisé des arbustes installe d’abord un matorral secondaire à chaméphytes basses (lavande, thym, romarin, genêt, coronille…). En Méditerranée orientale, notamment en Grèce ou en Anatolie occidentale, ces phryganas sont très répandues à cause de l’extension des feux pastoraux, de la place prise par les terres de parcours depuis le recul de l’agriculture traditionnelle. L’assèchement progressif et l’érosion des sols ne laissent souvent subsister qu’une maigre végétation basse à genêts, à pimprenelle épineuse (Sarcopoterium spinosum), arbuste hémisphérique (de 0,60 m au maximum), très ramifié, aux extrémités épineuses et aux feuilles vite caduques, ou encore à euphorbe hérisson (0,20-0,60 m), fortement épineuse avec ses rameaux de l’année précédente qui persistent. Mais lorsque le surpâturage est permanent, comme au Maghreb, l’érosion et l’assèchement des sols s’accentuent dans les matorrals secondaires, entraînant le dessouchage des chaméphytes. Alors s’installent des pelouses à plantes annuelles, disséminées par les troupeaux, on passe à la thérophytisation qui renforce encore l’érosion. En Afrique du Nord, ce phénomène touche des dizaines de milliers d’hectares, « où les arbres encore en place correspondent à de véritables fossiles vivants appelés à disparaître au cours des prochaines décennies » (Quézel, Médail, 2003). Depuis les années 1980, de nombreux chercheurs ont décrit ces pelouses plus ou moins denses dominées par les Graminées qui gagnent de nombreuses formations arborées, vouées à une probable disparition aussi bien dans les zones montagneuses que dans les zones basses, les cédraies du Haut Atlas ou des Aurès, les arganeraies du Souss, les tétraclinaies du Maroc oriental, les pinèdes des Atlas telliens ou les chênaies et suberaies du Rif.

Dans les zones semi-arides, la steppisation fréquente

69En Afrique du Nord, il s’agit de steppes herbacées à recouvrement non jointif, composées en majorité de Graminées (alfa, sparte) et de chaméphytes basses (armoise blanche) mais aussi de plantes halophiles (Chenopodiacées) autour des dépressions salées. Mais l’origine de ces steppes pose problème : proviennent-elles toujours, dans ces milieux secs, de l’anthropisation des steppes arborées ? Pour certains auteurs, elles sont l’ultime stade de régression des forêts présteppiques à acacia, à pistachier de l’Atlas ou encore à pin d’Alep. En effet, pour n’expliciter que l’exemple de ces pinèdes, ce serait l’exacerbation des influences anthropozoogènes qui transformerait ces formations – climaciques, sous bioclimat semi-aride (cf. supra) – en matorrals à chaméphytes dominés par le romarin et les cistes, puis en steppes à alfa, lesquelles cèderaient à leur tour la place à des « structures à thérophytes, puis à espèces toxiques ou épineuses rejetées par les troupeaux » (Quézel, Médail, 2003).

Les steppes herbacées et arbrissélées, transition avec le désert

Au Proche-Orient, pas toujours des steppes de basses terres

70Les steppes de l’Anatolie intérieure à hiver froid sont à dominante d’armoise (Artemisia fragrans) et de harmel (Peganum harmala). Cette dernière espèce est une plante toxique vivace, très ramifiée (0,30 à 0,60 m de haut), de sol sec sablonneux ou rocailleux, à souche ligneuse et rhizomateuse, à fleurs à cinq pétales elliptiques blanc verdâtre, et étamines jaune pâle, que l’on trouve aussi malgré son autre nom – rue de Syrie – en Afrique du Nord, sous le vocable de « harmel Sahara ». Mais surpâturées et dégradées, ces steppes qui recouvrent les plateaux d’Anatolie centrale (autour de 1 000-1 200 m d’altitude) et même une grande partie des hautes terres d’Anatolie orientale, sont souvent constituées de Thymus squarrosus, ou de Graminées comme autour du grand lac salé (le Tuz Gölü) dans le triangle Ankara-Konya-Kayseri qui reçoit moins de 300 mm de précipitations. Résultat d’un déboisement précoce (cf. infra), les steppes de l’Anatolie intérieure présentent souvent d’immenses étendues rases, à peine sillonnées de rubans de saules ou de peupliers accompagnant les cours d’eau temporaires.

Village entre Malatya et Elâzig (Turquie)

Village entre Malatya et Elâzig (Turquie)

Paysage de steppe herbacée extrêmement rase, dans l’Anatolie intérieure à hiver froid. Importance du déboisement et du surpâturage
© C. Tassin

Nomade kurde entre Siverek et Diyarbakir (Turquie sud-orientale)

Nomade kurde entre Siverek et Diyarbakir (Turquie sud-orientale)

Steppe avant tout graminéenne, où les galettes de bouse séchée devant la tente rappellent la rareté du combustible ligneux
© C. Tassin

Berger dans la vallée de l’Euphrate (Syrie)

Berger dans la vallée de l’Euphrate (Syrie)

Dans les steppes herbacées et arbrissélées syriennes, comme ici près de Dayr Az-Zor, le surpâturage d’un cheptel ovin de plus en plus nombreux contribue fortement au processus de désertification
© C. Tassin

Steppe près de Qasr Amra (Jordanie)

Steppe près de Qasr Amra (Jordanie)

À 60 km à l’est d’Amman, la steppe subdésertique compte encore quelques fruticées
© F. Cerqueira

Nomades près d’Hérat (Afghanistan, 2003)

Nomades près d’Hérat (Afghanistan, 2003)

Les tentes sont installées dans une steppe herbacée rase, relativement maigre
© F. Cerqueira

71Les steppes des plateaux syrien et jordanien comportent des Graminées, des plantes vivaces à bulbes, des espèces buissonnantes. En Syrie, à l’est de la chaîne du Jebel Ansariyah où les précipitations tombent rapidement à 600 mm puis à 300 mm, et l’altitude à moins de 1 000 m et même à moins de 500 m, c’est doucement qu’on passe à la steppe herbeuse puis au semi-désert et au désert, la gradation se faisant, de manière générale, d’ouest en est et du nord au sud. Reverdie par les pluies, cette steppe se couvre, avec les premières chaleurs, de fleurs de toutes sortes : iris, renoncules, Labiées, Ombellifères… Mais le surpâturage d’un cheptel ovin qui a quadruplé pour atteindre 15 millions de têtes de bétail au cours des années 1980 et 1990, renforcé par la culture de l’orge et l’abattage (ou l’arrachage) des arbustes fourragers pour le bois de feu ont accéléré l’érosion et le processus de désertification des steppes syriennes, attirant ainsi l’attention de la FAO (chap. 10).

Au Maghreb, des steppes dites de « plaines » ou de « piémonts »

72On parle en fait de « hautes plaines » qui, de l’est algérien à l’est marocain, finissent par monter à plus de 1 000 m d’altitude… Un simple rappel : la distinction entre un plateau et une plaine ne repose pas vraiment sur l’altitude, plutôt sur leur rapport avec le réseau hydrographique (encaissé ou non).

73On distingue généralement trois types principaux de steppes, à composition floristique relativement pauvre (Le Houérou, 1995). Les steppes herbacées sont dominées par des Graminées pérennes, surtout la steppe à alfa (Stipa tenacissima) : autrefois, c’était une véritable mer sur les sols sableux et caillouteux pulvérulents des hautes plaines. Mais sur les sols argileux peu salés règne plutôt la steppe à sparte (Lygeum spartum), et sur les sols sableux des dunes et du bord des oueds ou des chotts s’installe le drinn (Aristida pungens), Graminée saharienne recherchée par les camélidés. Quant au diss (Ampelodesmos mauritanica), il remplace au contraire l’alfa dans les zones trop humides, ainsi le trouve-t-on déjà dans l’oléolentisque, même en Espagne. Les steppes arbrissélées sont dominées par des sous-arbrisseaux ligneux, telle la steppe à chih ou armoise blanche (Artemisia herba alba). Cette plante aux fleurs jaunes ou rougeâtres, aux feuilles veloutées et blanchâtres, à odeur de camphre, pousse sur les sols plus limoneux. Sur les sols sableux, on rencontre parfois des formations post-culturales avec l’armoise champêtre (Artemisia campestris) ou l’arfej (Rhanterium suaveolens). Enfin, les steppes salées ou halophiles s’étendent autour des chotts. Elles constituent de bons pâturages pendant la saison sèche, lorsque les autres steppes n’offrent plus guère de ressources fourragères. La steppe à plantes halophiles existe aussi dans le sud-est de l’Espagne (dans le triangle AlbaceteAlmeria-Alicante), jusqu’à 700 m d’altitude, la steppe à alfa et à sparte couvrant les basses pentes et les dépressions non salines.

74La steppe à alfa, à sparte et armoise constitue le paysage marquant des hautes plaines, entre les Atlas tellien et saharien, du Maroc oriental à la dépression algérienne du Chott El Hodna.

75En Algérie, ces hautes plaines qui font 500 km de long et 100 à 180 km de large s’abaissent d’ouest en est d’environ 1 100 m jusqu’à des altitudes relativement basses, à moins de 400 m. L’alfa, Graminée à rhizome, s’étend généralement entre les isohyètes 200 et 400 mm, couvrant encore au Maghreb plus de 3 millions d’hectares, ses racines adventives pouvant s’enfoncer profondément dans le sol. Ses feuilles (de 0,50 à 1,20 m) qui sont déployées et vertes durant la période de végétation (de mars à juillet), sinon enroulées et jaune gris, sont très coriaces et nervurées sur la face supérieure. Comparables aux inflorescences de l’avoine, les fleurs apparaissent vers la fin avril-début mai. En Algérie, l’alfa abonde encore dans les hautes plaines, de la frontière marocaine à la frontière tunisienne, surtout à l’ouest où son aire atteint les monts des Ksour et déborde dans le Tell, atteignant même le littoral. Aux abords d’Aïn Sefra, le couloir du Feïdjet El Betoum (le Défilé des pistachiers) est en fait une assez large plaine où règnent l’alfa et le drinn. À l’est, la steppe à alfa et à armoise s’étend autour de Ksar Chellala, Djelfa et Boussada, jusqu’aux montagnes d’Ouled Naïl avant de rencontrer le désert du Sahara, autour de Laghouat. Elle gravit donc les premières pentes des reliefs, les piémonts de l’Atlas saharien, mais aussi des Bibans et de l’Aurès. Au Maroc oriental, les nappes à alfa couvrent aussi de vastes superficies, à peu près la moitié des nappes algériennes, qu’elles prolongent à l’est de la Moulouya, gravissant encore les premières pentes atlasiques. Sur les sols riches en éléments fins, on rencontre également d’immenses étendues d’armoises. En Tunisie, la superficie occupée par la steppe à alfa (et à sparte) est beaucoup moins grande. Réduite de moitié du début du XXe siècle aux années 1960, on la trouve encore de Feriana à Gafsa et l’ouest de Kairouan.

Steppe à alfa devant l’Atlas saharien (Algérie)

Steppe à alfa devant l’Atlas saharien (Algérie)

La steppe à alfa, sparte et armoise constitue le paysage marquant des hautes plaines, entre les Atlas tellien et saharien. Son caractère climacique est aujourd’hui discuté
© C. Tassin

Alfa près d’Almeria (Espagne)

Alfa près d’Almeria (Espagne)

Graminée à rhizome, Stipa tenacissima se rencontre généralement entre les isohyètes 200 et 400 mm, ses racines adventives pouvant s’enfoncer profondément dans les sols sableux et caillouteux
© C. Tassin

Un caractère climacique discuté

76La steppe à alfa serait pour certains auteurs l’ultime stade de régression des forêts présteppiques. « En direction du désert, et spécialement en Afrique du Nord-Ouest, des steppes incontestablement naturelles prolongent les formations fermées méditerranéennes » écrit Henri Elhaï , avant de citer ces vastes étendues d’alfa et d’armoise blanche des hautes plaines, « capables de se mêler sur les premières pentes des reliefs aux arbres méditerranéens (pin d’Alep, genévriers, chêne vert) qui formeront les forêts claires des hauteurs » (Elhaï, 1968). Cette position est aujourd’hui débattue par certains auteurs (Djebaili, 1990 ; Quézel, 1991 ; LE Houérou, 1995) : la steppe à Stipa tenacissima ne constituerait pas vraiment un climax, mais elle se serait considérablement étendue sous l’effet de l’action humaine. Pour ces auteurs, beaucoup de groupements steppiques dériveraient de la dégradation de la steppe à alfa, qui subit elle-même des impacts importants, constituant ainsi des stades alternatifs stables, mais sans qu’on puisse vraiment affirmer que celle-ci est climacique (Aidoud et al., 2006). D’ailleurs, au nord des hautes plaines, la présence éparse du jujubier, de l’Acacia raddiana et même du pin d’Alep dans les steppes arbrissélées peut suggérer leur ancienne appartenance à des forêts présteppiques, qui auraient été défrichées tout au long du XXe siècle… Mais finalement, au Maghreb, « les données historiques précises font encore défaut pour déterminer exactement, dans le paysage steppique actuel, la part respective des steppes primitives et des steppes secondaires issues de l’action anthropozoogène » (Quézel, Médail, 2003).

77Le cas des steppes centro-anatoliennes semble plus sûr : elles résulteraient bien de la succession des activités humaines. « Il paraît à peu près établi aujourd’hui que c’est l’action de l’homme qui est à l’origine de l’installation quasi générale de ces paysages de steppes » écrit Pierre Quézel, qui évoque les étapes de leur genèse, connues grâce aux recherches surtout palynologiques réalisées dans les années 1970-80 (Akman, Quézel, 1996). Déjà dans les années 1950, par une recherche minutieuse des vestiges forestiers qui pouvaient subsister dans la steppe centro-anatolienne, Selman Uslu était arrivé à cette conclusion que la limite inférieure de la forêt avait dû se trouver plus basse qu’on ne le supposait. Des reliques plus ou moins rabougries de chênes (Quercus pubescens, Quercus infectoria) de pins (Pinus nigra) et de genévriers furent trouvées, même à proximité des rives du grand lac salé (près de Koç hisar, à 940 m d’altitude), ce qui permit à Selman Uslu d’évaluer à 50-55 % les surfaces initialement boisées, et d’affirmer le caractère anthropogène de la majeure partie des steppes anatoliennes, dont la végétation plus ou moins buissonnante ne dépassait pas à l’époque 7 % de la superficie (Uslu, 1959). En Anatolie centrale, les forêts qui avaient succédé aux steppes (arborées ou non) de l’époque glaciaire würmienne, et qui avaient donc fini par couvrir la moitié de la surface totale, ont subi un déboisement précoce (dès le Néolithique et l’Âge du bronze). En effet, l’action des premières communautés agro-pastorales fit disparaître très tôt cette forêt peu résistante, tandis que l’insécurité progressive et l’explosion du pastoralisme provoquèrent la réinstallation du paysage de steppe graminéenne parsemée d’arbres et d’épineux. Cependant, la superficie des steppes centro-anatoliennes, « au cours de ces 30 dernières années, s’est réduite considérablement, sans doute de 60 à 80 % en moyenne » (Quézel, Médail, 2003). Car la céréaliculture de type dry-farming », aujourd’hui hypermécanisée, a fait disparaître beaucoup de terrains de parcours, même dans les parties les plus sèches, comme autour du lac salé où les précipitations ne sont jamais inférieures à 200 mm par an (ce qui correspond approximativement à la limite de la culture pluviale).

Des steppes herbacées sensibles à la désertification

78Nombre d’auteurs mettent aujourd’hui l’accent sur ce phénomène qu’il ne faut cependant pas généraliser (Aidoud, Touffet, 1996 ; Aidoud et al., 2006 ; LE Houérou, 1969, 1995). Plusieurs études de cas y ont été consacrées : sur le Sud oranais (Aidoud, 1989), sur la région du Djebel Amour (Bensouiah, 1997), sur la région d’El Aricha, près de la frontière marocaine (Khaldoun, 1995), ou encore sur la steppe à alfa de Rogassa, au sud du Chott Ech-Chergui (Slimani, 1998). Par ailleurs, l’URBT d’Alger, l’Unité de recherche sur les ressources biologiques terrestres, assure un suivi diachronique du phénomène de désertification dans le Sud-Ouest oranais, in situ et par télédétection. Bien avancée dans les hautes plaines, sauf sur les pentes des Atlas, la dégradation apparaît très forte dans le Sud oranais et au sud de l’Atlas saharien (vers Laghouat). Suivies pendant une vingtaine d’années, notamment par Ahmed Aidoud, les trois steppes du Sud oranais ont révélé une forte variabilité interannuelle de leur composition et leur production floristiques (surtout pour les thérophytes). À titre d’exemple, A. Aidoud montre qu’une variété rare de brachypode n’a été relevée que quatre fois en vingt ans dans deux stations, et toujours en un ou deux exemplaires. Cette variabilité floristique inter-annuelle est plus grande que celle de la pluie. Alors que le rapport entre ces deux variabilités, calculé par H.-N. Le Houérou en 1996, est de 1,5 pour l’ensemble des régions arides, A. Aidoud montre qu’il est plus élevé pour les trois steppes : 2,16 (Aidoud, 1989). On saisit la dégradation continuelle, l’effondrement de la production d’une année à l’autre.

79Les principaux facteurs de cette dégradation sont surtout d’ordre anthropique : exploitation intensive de l’alfa, surpâturage accentué par la sécheresse et l’augmentation de la population et des besoins (Le Houérou, 1995 ; Barbero, Quézel, 1995). Le phénomène a d’abord été enclenché par l’exploitation irrationnelle de l’alfa. Autrefois exporté à l’état brut, l’alfa fournissait la fibre pour la fabrication d’un papier de haute qualité et d’ouvrages tressés : ceintures, corbeilles, chaussures ou encore chapeaux. Trempées dans l’eau pendant une journée, les feuilles, souples et résistantes, se déployaient, étaient lissées et blanchies au soleil. Aujourd’hui, la pâte à papier est produite sur place, à Kasserine en Tunisie, à Baba Ali et Mostaganem en Algérie. En Tunisie, l’arrachage de l’alfa demande près de 30 000 personnes durant 4 mois de l’année, tandis que sa transformation mobilise 1 000 ouvriers permanents. Les steppes à alfa d’Afrique du Nord ne couvriraient guère plus de 3 millions d’hectares contre 8 millions dans les années 1950. Dans le Sud oranais, suivi par A. Aidoud, « en moins de 10 ans la quasi-totalité des nappes de plaines a disparu, soit près d’un million d’hectares », régression due à la cueillette industrielle (de 1862 aux années 1970) mais aussi au surpâturage.

80Aujourd’hui, le principal facteur de désertisation des steppes, c’est en effet le surpâturage, déjà accentué depuis des décennies par la sécheresse. La durée de la saison sèche aurait augmenté de 2 mois entre les périodes 1913-1938 et 1978-1990. L’alfa n’est pas vraiment une plante fourragère en raison de sa haute teneur en cellulose et en lignine, mais en année sèche les espèces pérennes sont particulièrement menacées par les troupeaux des nomades. Le chameau ou le cheval peuvent malgré tout consommer les feuilles d’alfa, et les ovins, qui constituent 80 % du cheptel, attaquent les jeunes pousses tendres qui se développent en végétation active de mars à juillet, ainsi que les espèces herbacées et les petits ligneux qui forment le cortège de Stipa tenacissima.

81Mais surtout, le surpâturage est accentué par l’accroissement des besoins d’une population et d’un cheptel plus nombreux. Situées, selon un proverbe bédouin, « depuis la ligne de semoule jusqu’à la ligne de palme », les steppes des hautes plaines sont vouées depuis le VIIe siècle au pastoralisme ovin et caprin, associé à la culture céréalière de subsistance plus ou moins itinérante. Mais depuis 40 ans, l’augmentation de la population et des niveaux de vie a entraîné celle de la pression pastorale dans ces steppes, domaine privé de l’État algérien depuis 1975, mais libre d’accès car gérées selon le droit coutumier des communes. Le cheptel ovin a plus que triplé, de riches éleveurs venus du Tell transportant leurs troupeaux par camion sur les pâturages. Tandis que les pasteurs nomades, passés à la culture céréalière sur les meilleurs parcours, se sédentarisent et maintiennent un troupeau plus important sur les terres les moins fertiles.

82Les principaux indicateurs actuels de ce processus de désertification sont la stérilisation des terres et l’appauvrissement du couvert végétal.

83Les caractères du sol se détériorent, ses réserves en eau et sa fertilité diminuent, favorisant l’érosion et l’ensablement. La régression générale du couvert végétal pérenne et de sa biodiversité, au profit de thérophytes « éphémères », renforce l’érosion éolienne et hydrique. Enfin, le recul de la productivité de la phytomasse, d’espèces clés comme l’alfa et l’armoise, appauvrit considérablement les pâturages, au profit du sparte – qui ne supporte qu’un mouton sur 10 ou 20 hectares – ou au profit d’espèces de dégradation (souvent toxiques) délaissées par les troupeaux comme le serr (Atractylis serratuloides), ou d’espèces post-culturales comme l’arfej (Rhanterium suaveolens). « Beaucoup de formations cartographiées en 1999 sont récentes » écrit D. Nedjraoui, chercheur à l’URBT.

Table des illustrations

Légende photo > Progression de la garrigue et du pin d’Alep, absent il y a 40 ans derrière le village perché de Saint-Jean-de-Cuculles (garrigue montpelliéraine).© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9794/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Titre Le maquis corse vers Nonza
Légende Maquis haut arboré, formation luxuriante où les chênes-lièges sont ici relativement nombreux, l’arbousier n’empêchant pas toujours leur régénération© D. Marteau
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9794/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 579k
Titre Maquis à cistes (Maures occidentales)
Légende Maquis mosaïque où une cistaie, témoin de l’intensité et de la fréquence des incendies, s’étend entre des arbousiers (à gauche) et des bruyères arborescentes (à droite). Tout au fond, des chênes-lièges.© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9794/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre Le massif ancien des Maures
Légende Sur les sols siliceux de ses plateaux ou de ses dômes étagés, entaillés par les rivières, la végétation croît plus vite qu’en pays calcaire. Au premier plan, chênes blancs et maquis à cistes et calycotome épineux (Calicotome spinosa).© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9794/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 585k
Titre Maquis arboré à chênes (Maures)
Légende Sous les chênes sclérophylles et caducifoliés, pelouse et maquis bas à cistes de Montpellier et myrtes. Comme les Éricacées, le calycotome ou encore la lavande stéchade, le myrte et certains cistes, surtout le ciste à feuilles de sauge, sont des espèces révélatrices des sols siliceux acides.© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9794/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 765k
Titre Maquis arboré à pins parasols
Légende Sur la bordure septentrionale du massif des Maures, maquis d’arbousiers et surtout de bruyère arborescente, sous couvert très discontinu de pins pignons. Au premier plan, petit buisson de filaires aux feuilles étroites.© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9794/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Sol fersiallitique de garrigue (Comunidad Valenciana, Espagne)
Légende Argile de décalcification rubéfiée par le fer déshydraté (terra rossa) remplissant des poches de sa roche mère calcaire. Sol probablement fossile hérité d’un paléoclimat tropical à saison sèche, qui aurait servi lui-même de roche mère au sol brun forestier, l’érosion amorcée dans la garrigue ayant ensuite fait disparaître les horizons humifères et argileux brunifiés.© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9794/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Dynamique régressive dans une garrigue à chêne kermès
Légende Dans la garrigue montpelliéraine, les coupes répétées, les feux et le surpâturage ont abouti à une garrigue basse à chêne kermès, ici très dégradée en pelouse à brachypode rameux et asphodèle. Au loin, chênes verts et pins d’Alep.© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9794/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 639k
Titre Buplèvre, garrigue de Saint-Guilhem-le-Désert
Légende Arbuste aromatique à feuilles persistantes, presque sessiles, à nervure médiane marquée. Ombelles à fleurs jaunes à nombreux rayons. Distribution éparse, notamment garrigues à chênes kermès.© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9794/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 757k
Titre Friches envahies par l’inule visqueuse
Légende Pour cultiver les terres plus ou moins marneuses de la garrigue montpelliéraine, l’homme a souvent défriché la forêt de chênes ou la garrigue à romarin. La déprise rurale actuelle, l’arrêt ou une rareté des feux permettent une certaine recolonisation forestière.© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9794/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 714k
Titre Garrigue à romarin et touffe d’aphyllante (Aphyllanthes monspeliensis)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9794/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 481k
Légende La pelouse à aphyllante de Montpellier, seule espèce du genre Aphyllanthes, est le stade ultime de la dégradation de cette garrigue sur calcaire marneux.© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9794/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Figure 14. La progression végétale récente dans la garrigue montpelliéraine
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9794/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 783k
Légende © C. Tassin (réal. J. Maillardet)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9794/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 370k
Titre Groupement climacique à pin brutia (Chypre)
Légende Le rôle climacique de Pinus brutia qui existe sur le littoral cypriote peut se retrouver en altitude, où les feuillus sclérophylles et caducifoliés sont absents, ici au bord de la route qui mène au mont Troodos© M.-A. Coudray-Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9794/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Titre Pins maritimes près de Setubal (Portugal)
Légende Craignant les hivers très rigoureux, Pinus pinaster croît plutôt le long des côtes. Au sud de Lisbonne, la sous-espèce atlantique profite de sols sablonneux et de précipitations occultes générées par les eaux fraîches de l’océan© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9794/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Titre Village entre Malatya et Elâzig (Turquie)
Légende Paysage de steppe herbacée extrêmement rase, dans l’Anatolie intérieure à hiver froid. Importance du déboisement et du surpâturage© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9794/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Titre Nomade kurde entre Siverek et Diyarbakir (Turquie sud-orientale)
Légende Steppe avant tout graminéenne, où les galettes de bouse séchée devant la tente rappellent la rareté du combustible ligneux© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9794/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 523k
Titre Berger dans la vallée de l’Euphrate (Syrie)
Légende Dans les steppes herbacées et arbrissélées syriennes, comme ici près de Dayr Az-Zor, le surpâturage d’un cheptel ovin de plus en plus nombreux contribue fortement au processus de désertification© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9794/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Steppe près de Qasr Amra (Jordanie)
Légende À 60 km à l’est d’Amman, la steppe subdésertique compte encore quelques fruticées© F. Cerqueira
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9794/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 537k
Titre Nomades près d’Hérat (Afghanistan, 2003)
Légende Les tentes sont installées dans une steppe herbacée rase, relativement maigre© F. Cerqueira
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9794/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Titre Steppe à alfa devant l’Atlas saharien (Algérie)
Légende La steppe à alfa, sparte et armoise constitue le paysage marquant des hautes plaines, entre les Atlas tellien et saharien. Son caractère climacique est aujourd’hui discuté© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9794/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Titre Alfa près d’Almeria (Espagne)
Légende Graminée à rhizome, Stipa tenacissima se rencontre généralement entre les isohyètes 200 et 400 mm, ses racines adventives pouvant s’enfoncer profondément dans les sols sableux et caillouteux© C. Tassin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9794/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 868k

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search